Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Tu n'as pas envie de te coltiner ça... [Micheletto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Tu n'as pas envie de te coltiner ça... [Micheletto]   Mer 21 Sep - 19:55

Bon on aurait dû s’y attendre, et ce n’était pas franchement la grande nouvelle, mais Myetanuh n’était pas des plus enthousiaste de s’être fait coller une garde aux fesses. Disons que les membres du harem devaient effectivement être protégés, mais si Laideron aimait énormément son Roi, ça ne lui disait rien de l’attendre toute la journée dans ses appartements à se demander quoi faire de ses dix doigts. Ille avait toujours été quelqu’un d’indépendant, et même marié, l’hybride ne trouvait pas que la vie tranquille lui sied. D’ailleurs, considérant comment le reste du harem n’avait pas le scrupule de s’abstenir dans les bras d’autres hommes, pourquoi Crapaud, favoris du Roi ou non, devait se priver de sortir?

Oh…. Parce qu’ille était en danger de mort? Là encore, il y avait plusieurs raisons, disons que la réputation de Myetanuh l’avait suivi jusqu’à la capitale, et que la majorité de la population, bien que sans scrupules d’envahir son voisin pour ses terres, voyait plutôt mal le viol d’innocents. On choisit nos combats, hein? En plus, disons que personne n’ignorait désormais quel genre de «créature» se cachait sous cette cape, et on ne parle là même pas de sa laideur, juste de son sexe ambigüe. Ça ne devrait pas se retrouver dans le Harem de Son Altesse, et pourtant ça y est. Les gens chuchotent, les gens n’aiment pas cela… et donc, ille est en danger.

Ainsi donc, chaque fois que le crapaud d’Irianeth veut mettre le pied hors du château, ille se doit d’être accompagné, et ce n’est pas toujours au bon plaisir de son protecteur. Heureusement, avec le temps, les gardes ont appris qu’ils devaient lui coller des surveillants inintéressants physiquement pour que Myetanuh ne soit pas tenté d’abuser de sa magie pour lui donner envie de son corps, alors celui qu’on lui collait ce jour-là était plutôt âgé, pas assez «neuf» en tout cas pour amuser Laideron, qui s’abstint donc heureusement de laisser échapper ses hormones de séduction. Quoi que… un peu d’expérience n’a jamais tué personne?

-Alors mon brave, j’espère que vous n’êtes pas trop déçu de gâcher votre journée avec moi? Vous inquiétez pas, j’ai l’intention de passer les prochaines heures seulement dans des endroits amusants, j’ai commencé à dresser une liste plutôt intéressante des milieux où je serai la bienvenue… ou pas.

Myetanuh n’avait jamais été friand des bordels, trouvant qu’il n’y avait rien à se venter sur des histoires de couches lorsque l’homme ou la femme en question avait été payé pour le satisfaire, ille préférait donc autant prendre ce qui l’intéressait de force, briser des virginités, ruiner des honneurs… Sauf que tant qu’ille aurait une garde sur le dos, le crapaud ne pourrait se permettre de commettre de tels crimes en public, alors il fallait s’adoucir pour abaisser les soupçons quelques temps, jusqu’à ce qu’on lui fiche la paix, même si officiellement cette protection était «pour sa sécurité en tant qu’épouse du Roi». Le Roi… mignon, passionné et très doué de son engin, c’est vrai, mais Laideron ne pouvait se contenter d’une seule personne… ille était comme ça, difficile à combler entièrement, ayant deux anatomies à soulager et, Jayson, tout autant divin qu’il était, ne s’occupait que d’une seule.

-Je suis certaine que même vous, ça va vous dérider mon brave, faites pas cette tête, elles sont habituées de servir des gens qui plaisent plus aux autres, c’est leur travail! Allez, c’est ma tournée!

En tant qu’hermaphrodite, Myetanuh ne s’identifiait pas plus à un sexe qu’à l’autre, balançant souvent entre le masculin et le féminin sans s’en rendre compte, un peu comme s’ille ne faisait même pas la différence entre les deux. Toutefois, depuis que le crapaud avait rejoint le harem, ille tâchait d’agir comme les autres épouses et parler au féminin… Hein, comme si tout le monde ne savait pas déjà qu’ille n’était pas entièrement femme…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas envie de te coltiner ça... [Micheletto]   Ven 30 Sep - 20:51

Depuis qu’il était au service de l’empereur, Micheletto s’était vu attribuer par celui-ci un nombre incroyables de missions diverses. Agissant dans l’ombre pour son maître, ses missions avaient principalement pour objectif de tuer des ennemis potentiels au règne du roi, sans que cela se sache et surtout sans que l’on puisse remonter à Jayson. Le lycan s’était acquitté de ses tâches avec brio et professionnalisme, de sorte qu’il faisait maintenant partie des personnes en qui son altesse royale avait le plus confiance. Ce qui était tout un honneur en soi, considérant qu’il provenait de la basse classe du peuple. Jamais de sa vie, il n’aurait pu imaginer être à ce point considéré, compte tenu du fait qu’on l’avait toujours traité comme de la vermine pendant son enfance et son adolescence. Maintenant, même s’il n’avait pas d’éducation, on il n’était plus mis de côté, il était plutôt craint, parmi les rares personnes qui étaient au courant de son existence.

La confiance du roi se manifestait, certes par le nombre de missions importantes qu’il lui attribuait et surtout la teneur de celles-ci. Beaucoup étaient d’une importance capitale pour l’empire et d’autres de nature plus personnelle. C’est un mandat qui relevait du particulier qui lui fut attribué en cette pâle journée. En effet, l’une des « épouses » du roi – tel était le terme technique – s’avérait être plutôt... particulière. Bien sûr, Micheletto ne jugeait en rien les fréquentations de son maître. Ayant été jugé pendant une partie de sa vie, l’homme-loup se faisait un point d’honneur – aussi possible que l’honneur était possible dans son cas – de ne pas porter de jugements sur autrui. Ainsi, il s’était vu attribuer la protection de Myetanuh, une personne dont le genre restait plutôt ambigu. Certes, elle faisait partie des épouses du roi, mais physiquement, elle (ou il?) ressemblait beaucoup plus à un homme. Enfin, le point étant que le lycan devait, pour des raisons qu’il ignorait, se charger de la surveillance. Toutefois, l’homme de main se doutait bien que les gens de la capitale ne se montraient pas très réceptifs à la laideur de la nouvelle épouse du roi. Bien qu’il pensait que la populace n’oserait pas toucher à un membre du harem royal, il était certain que des téméraires offensés par tant de laideur pourraient poser la main sur lui (elle?).

Ainsi, il retrouva Myetanuh dans le hall de la forteresse puis ils se mirent en route. Micheletto ne posait pas de question et ne parlait que lorsque c’était nécessaire, n’étant pas très loquace de nature. De plus, il lui arrivait d’être embarrassé par son manque de culture. Lorsque son protégé lui adressa la parole, sans doute dans le but de rompre le silence qui régnait, le rouquin retint un soupir. Il n’aimait pas qu’on rompre le silence, puisqu’il adorait s’y réfugier. Les silences avaient l’habitude de mettre les gens mal à l’aise, mais lui il s’y plongeait comme dans un havre de paix. Le silence l’accompagné toute sa vie et avait toujours été son allié. « Je fais que suivre les ordres... madame? Monsieur? » Il baissa les yeux. « Je dois vous suivre partout où vous irez et ne dois pas vous quitter des yeux. » Il releva le regard pour le poser sur le visage de son interlocuteur. « Je peux me faire très discret. Vous ne remarquerez pas ma présence. » Après quoi, il se recula pour laisser l’individu passer et pour le suivre là où il voudrait aller.

Son protégé les conduisit dans un bordel. Aussitôt, Micheletto serra des dents. Il détestait ces endroits. Trop de gens ivres, cela occasionnait toujours des difficultés et surtout des problèmes. Lorsqu’ils étaient enivrés par l’alcool, les gens perdaient leurs inhibitions, ce qui pouvait toujours se révéler dangereux. Ils avaient plus d’audace, plus de témérité. Aussitôt qu’ils franchirent les portes de l’établissement, il rabattit son capuchon sur sa tête afin de ne pas être reconnu. Son anonymat était sa plus grande arme. À son grand dam, Myetanuh lui fit signe de s’asseoir à la table près de lui. Il aurait préféré s’adosser dans un coin sombre du mur afin de pouvoir observer la pièce et les problèmes potentiels. Son protégé dût remarquer la tête qu’il faisait puisqu’il lui demanda de la changer. Beaucoup plus facile à dire qu’à faire. En l’obligeant à s’asseoir avec lui, il dévoilait son visage aux clients du bordel, effaçant de ce fait l’effet de surprise. Il commanda ensuite une tournée. « Je ne bois pas au travail. L’alcool altère les jugements. » Le lycan se cala alors dans sa chaise et promena son regard autour de la pièce. Des putes et pour la plupart des bougres venus dépenser leur salaire, certains armés, d’autres non. Après un certain moment, les prostitués s’avancèrent vers eux, désireuses de se faire un peu d’argent. Mich restait impassible, insensible à ces femmes publiques. Toutefois, Myetanuh semblait s’amuser. Les femmes, malgré la laideur de son visage, venaient vers lui désireuses de se faire un peu d’argent. Le rouquin se concentra sur les autres personnes de la pièce, puisque la lubricité de son protégé ne l’intéressait pas particulièrement. Ainsi, le roi Jayson l’avait collé au talon de son épouse infidèle et de surcroît, il devait assister à cette infidélité, du moins indirectement.

Au bout de quelques instants, un des hommes – complètement ivre – s’approcha d’eux. Une pute était assise sur Myetanuh et Micheletto s’était levé – pour aller commander du pain et du fromage, tel était le prétexte qu’il avait donné – afin de se réfugier dans un coin plus sombre afin de mieux observer la pièce. L’homme ivre s’arrêta devant son protéger et abattit son poing sur la table. « T’as tout un culot de te montrer ici espèce de laideron! Tu t’es peut-être réfugié sous les jupons du roi, mais je sais ce que tu as fait. » Il se retourna vers les autres clients du bordel et pointa l’épouse du roi. « Cette chose a violé ma soeur! » Nombre de clients plutôt antipathiques se levèrent et approchèrent de la table. Le bougre se retourna vers Myetanuh. « Et si on te coupait la queue pour te punir? » Après quoi, il dégaina une dague.

Micheletto n’attendit pas pour agir. Toujours caché dans l’ombre, il utilisa son pouvoir sur l’homme et fit naître dans son esprit un puissant sentiment de peur. L’homme se mit à trembler comme une feuille, à suer abondamment et à pousser quelques cris. Profitant de la tumulte que cela provoquait, le lycan s’avança vers la table où était assis son protégé. « Nous devrions partir. » Avant même de lui laisser le temps de répondre, il lui empoigna le coude et le força à prendre la direction de la sortie. Le rouquin, qui connaissait la ville par coeur, guida Myetanuh jusqu’à une boulangerie. Sans saluer le boulanger, il monta dans l’escalier et arriva sur un petit appartement vide. « Vous allez m’attendre ici, je vais régler ce petit problème. » Il repartit ensuite.

Sans se faire voir, il entra à nouveau dans l’auberge. On avait étendu l’homme dans un lit à l’étage, il semblait se remettre de son malaise. Silencieux comme une ombre, Micheletto se glissa dans la chambre et approcha de l’homme. Il écarquilla les yeux lorsqu’il vit l’homme à la chevelure rousse s’approcher de lui. L’homme de main s’empara d’un oreiller et étouffa l’homme. Ensuite, il attrapa un énorme morceau de fromage qu’on avait laissé sur une table, près de lui. Il lui enfonça dans la bouche, afin de laisser croire qu’il s’était étouffé avec sa nourriture. Le lycan ressortit du bordel sans même qu’on s’aperçoive de sa présence et retourna dans l’appartement au-dessus de la boulangerie. L’épouse du roi l’attendait. « Peut-être devriez-vous choisir un endroit où on vous déteste moins. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas envie de te coltiner ça... [Micheletto]   Sam 8 Oct - 16:32

Myetanuh se retint d’éclater de rire, trouvant toujours aussi fantastique le fait que les gens cherchent à lui attribuer un sexe, quand cela était d’évidence une peine perdue. Le Laideron n’avait jamais réussi à expliquer aux gens pourquoi ça n’avait guère d’importance de s’attacher à un «groupe» plus qu’à un autre, étant très confortable entre les deux, dans cette ambiguïté qui en troublait plus d’un. Micheletto s’était empêtré dans ses propos, ne sachant s’il devait l’appeler Madame ou Monsieur, alors qu’il aurait pu simplement l’appeler par son nom, bien plus efficace.

-Myetanuh, répliqua l’hermaphrodite, une once d’amusement dans la voix, alors que son garde baissait les yeux. Il y avait aussi «Duyt», son véritable prénom, mais peu de gens le connaissait, et de toute façon, son surnom lui collait bien mieux à la peau.

Oh non, sérieusement? Ne pas remarquer sa présence et être discret? Ce garde avait vraiment décidé de lui gâcher sa journée! Sérieusement, Myetanuh avait beau manquer d’enthousiasme à être suivi toute la journée, tant qu’à lui coller quelqu’un au derrière, ça aurait été sympathique de lui en accorder un… divertissant? Se savoir surveiller mais se sentir pourtant tout aussi seul, ce n’était pas mieux non plus! Il faudrait en glisser un mot à Jayson, tant qu’à devoir se coltiner une surveillance rapprochée lors de ses sorties, il pourrait lui en attribuer une plus loquace… Peut-être que le Roi avait peur que sa «dernière épouse» ne s’entiche trop d’un protecteur s’il lui en trouvait un plus agréable? * Pas de chances que ça arrive avec celui-là…* songea amèrement l’hermaphrodite, bien qu’il fallait avouer que ça lui avait traversé l’esprit de simplement faire mumuse avec son protecteur avant de découvrir le vieillard qu’on lui avait collé.

L’étrange «épouse du Roi» rabattit alors sa capuche sur sa tête, projetant un peu d’ombre sur son visage avant d’entrer dans l’un des nombreux bordels de la Capitale qu’on lui avait recommandé. À cause de ses imposantes cornes tordues d’incube (ou de succube?) Myetanuh ne pouvait jamais entièrement camoufler son visage, mais l’ombre occasionnée en recouvrant sa tête permettait déjà d’atténuer la laideur, sans empêcher qu’on le reconnaisse. Il allait falloir magasiner pour un masque décent, un de ces jours… qui ne l’empêcherait pas de voir malgré ses yeux disproportionnés et qui ne lui ferait pas trop souffrir à l’arrête de son nez, fortement désaxée par rapport au reste de ses traits. L’hermaphrodite s’assura que son garde s’asseoit en sa compagnie, bien déterminé à le saouler pour se divertir un peu au moins, quand Micheletto déclara qu’il ne buvait pas au travail.

-Ça décoince aussi les puceau dans votre genre et les rend bien plus distrayants en la compagnie de la noble dame que je suis. Vous commencez à m’ennuyer et je déteste qu’on m’ennuie, un petit effort quand même? Si l’alcool altère les jugements, ça altère aussi la vision, avec un peu de chance on finira l’un comme l’autre par oublier la triste compagnie qu’on s’est fait imposer, soupira Myetanuh, acerbe, heureusement interrompu dans sa complainte par de jolie travailleuses du sexe venu le charmer.

Hum… mais l’hermaphrodite n’avait même pas encore usé de son pouvoir? Ces filles étaient vraiment à l’argent, c’était trop ennuyant, puisque Myetanuh savait très bien qu’elles étaient dégoûtées par sa vision, mais avait reconnu la richesse de leurs tenues et espérait pouvoir régler cette affaire vite. Évidemment, Micheletto resta impassible, ignorant superbement les dames, alors que «l’épouse du Roi» hésitait entre le plaisir de ne pas avoir à forcer la main de quelqu’un, et le dégoût de savoir que seule sa fortune les intéressait. Il ne fallait pas être naïf au point de croire que, dans une ruelle sombre, les demoiselles auraient eut le même désir de charmer ce Laideron. Ça manquait de challenge, en fait, c’en était trop facile. Son désir titillé décidant finalement à sa place, le Crapaud agrippa la plus jolie des prostituées par la main pour qu’elle vienne s’asseoir sur ses genoux, déclenchant le départ des autres infortunées qui avaient bien compris que le garde n’était pas venu pour se soulager dans leurs bras.

Abandonnant son projet de dérider Micheletto (trop vieux de toute façon, il faudrait de la magie pour créer un tel lifting). Myetanuh accorda toute son attention à la demoiselle roucoulante sur ses genoux, qui ne laissait pas paraître le moindre dégoût envers sa personne. Une bonne actrice, en somme! Ça faisait changement pour l’hermaphrodite, qui avait l’habitude d’abuser de la magie afin d’obtenir la docilité, alors que là, c’était son argent qui la lui obtenait. Difficile de dire si cette constatation lui plaisait ou non, mais l’épouse du Roi avait déjà oublié la présence (et bientôt l’absence) de son garde, trop ennuyant de toute façon pour essayer d’obtenir quoi que ce soit de lui. Son gros nez crochu s’enfonçant dans le décolleté (dont la peau soyeuse contrastait épouvantablement avec sa peau de crapaud) de la belle brunette, ille n’entendit même pas le pathétique prétexte du lycanthrope, et ne le vit pas partir non plus.

Jusqu’à ce qu’un connard presque ivre mort vienne troubler sa découverte délicieuses des courbes de la brunette, les faisant tout deux sursauter lorsqu’il abattit viollement son poing sur la table, s’adressant au laideron en lui disant qu’il fallait du culot de venir en cet endroit. Oh, parce que Myetanuh était supposée être la gentille noble qui restait auprès de son bien aimé époux à attendre qu’il daigne la servir? L’hermaphrodite gloussa autant lors de l’appelation «chose» employée à son intention qu’à l’accusation de viole qui pesait sur sa personne. C’était évidemment fort possible, mais le Crapaud n’était pas du genre à laisser suffisament de preuves pour être incriminé.

-Oh du calme l’ami, vient t’asseoir plutôt, c’est ma tournée. Je te paye ce que tu veux à boire, et même à manger, répondit Myetanuh avec un calme exemplaire, comme s’ils conversaient météo, tout en claquant la fesse de sa brunette pour désigner ce qu’il y avait à «manger». Alors tu dis que je connais ta sœur? Mm… pourtant ta sale tronche ne me dit rien, tu es certain que c’était ta sœur? Peut-être que je la replacerais mieux avec un nom. J’ai rencontré une Rebecca dernièrement, oh et une Sylicia, mais je t’assures que l’une comme l’autre ne disait pas non, elles ont peut-être crié un peu mais c’était du pl…

L’hermaphrodite s’interrompit subitement en remarquant que, plutôt que d’attiser encore la colère de l’individu, ses propos le faisait trembler comme une feuille, mais de peur… Il reculait peu à peu, comme si quelque chose l’avait incroyablement effrayé, et ce n’était vraisemblablement pas les paroles de Myetanuh, qui avait plutôt essayé de le confronter pour voir jusqu’où ce fou irait, confiant en la protection de Micheletto, et se disant qu’au pire ille pourrait toujours lui donner envie de lui grâce à son pouvoir, ce qui serait d’autant plus drôle. Ce ne fut qu’à cet instant, en fait, que l’épouse du Roi réalisa que son garde n’était plus là, lorsqu’il sorti de l’ombre pour lui intimer de le suivre, l’attrapant par le coude pour le faire sortir de l’établissement sans lui demander son avis, et le cacher dans une boulangerie. Sans même lui donner le temps de payer la très honnête prostituée, en plus!

-Je ne pourrai jamais y retourner, maintenant en plus ils vont me considérer comme un voleur, je dois de l’argent à cet demoiselle, Micheletto, c’est comme ça que ça fonctionne ce genre d’endroit, même si visiblement vous n’avez pas l’air de vous y connaître, se plaignit Myetanuh à son garde, qui ne semblait pas l’écouter, et l’abandonna pour «régler ce petit problème» dès qu’il eut atteint un étrange appartement au dessus d’une boulangerie. Chouette cette cachette, je vais m’en rappeler… s’amusa l’hermaphrodite, bien que son garde ne pouvait plus l’entendre, étant probablement retourné au bordel pour casser deux-trois gueules. Définitivement, de quoi l’empêcher d‘y retourner pour toujours.

Myetanuh soupira, n’ayant même pas de quoi se divertir pour passer le temps jusqu’au retour de Micheletto, outre rager contre son désir sexuel frustré de ne pas avoir été comblé et le manque de victime potentiel pour se soulager. Et n’avoir même pas eut le temps de boire un peu, en plus! L’hybride tergiversa longtemps à savoir s’il valait mieux se «finir» tout seul dans son coin ou prendre le risque d’aller voir le boulanger, aperçu rapidement en bas, et ne pas finir avant le retour du garde, parce que même avec ses hormones de séduction, ce n’était pas toujours gagné en quelques secondes pour obtenir la docilité… Parfois, elle ne venait même jamais!

Il fallut trop de temps au crapaud pour se décider, puisque son garde revenait déjà avant d’avoir eut le temps de faire quoi que ce soit, si bien qu’il y avait toujours cette frustration sexuelle qui planait au retour de Micheletto, beaucoup trop vieux pour que Myetanuh soit capable de se défouler sur lui. Le lycan lui demanda de se trouver un endroit où, idéalement, on ne le détestait pas, à l’avenir.

-Jayson travaille et n’a pas de temps à m’accorder, protesta Myetanuh sans prendre la peine d’user des formalités en parlant du Roi. Hors, il n’y a que dans son appartement que personne ne me déteste – et encore, je doute souvent de ma totale sécurité dans l’enceinte du Château. Alors, que proposez-vous? Quitter le continent serait une solution, sachant que c’est probablement le seul moyen de trouver un endroit où ma réputation ne me précédera pas. Qu’est-ce que je puis y faire, j’ai toujours été détesté pour les mauvaises raisons, et maintenant, tant qu’à être rejeté, je leur ai trouvé des raisons plus valides de le faire. C’est que je déteste l’injustice, voyez-vous? conclut l’hermaphrodite avec sarcasme, sachant bien qu’il n’y avait aucun endroit dans la capitale où ils pourraient aller et que personne ne le détesterait.

Il était vrai que Myetanuh avait un peu cherché les problèmes au cours des dernières années et ne s’en cachait pas, mais même avant d’avoir découvert son don pour briser l’honneur des gens et son goût pour la luxure, l’hybride était déjà détesté, alors qu’est-ce que ça avait changé, au juste?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas envie de te coltiner ça... [Micheletto]   Ven 21 Oct - 16:11

Micheletto n’avait pas pris son temps pour retourner vers son/sa protégé(e). Après tout, le roi comptait sur lui pour garantir sa sécurité et il se devait de lui obéir. La confiance de Jayson était tout ce qui importait au lycan et, même si cette tâche de protection ne l’enchantait pas du tout, il ne ferait pas son travail à la légère. Lorsqu’il s’investissait pour son maître, il y allait à fond, ne négligeant aucun détail et c’est pour cette raison qu’il était désormais l’homme de confiance du plus puissant homme d’Irianeth. En s’éclipsant de la chambre de sa victime, il avait tout de même pu se rendre jusqu’à la prostitué – sans qu’elle le voit – et avait pu glisser quelques pièces d’argent dans les poches de la jeune femme. Oh ce n’était pas son argent à lui, cela faisait partie de ce que lui donnait le roi pour accomplir ses missions. Il savait que cette femme avait besoin de cet argent pour vivre et que c’était pour cette raison qu’elle avait montré si peu de répulsion face à l’épouse du roi. Il poussa la porte de l’immeuble et salua le boulanger. Il n’était pas son ami, mais ils s’étaient rendu mutuellement plusieurs services, ce qui faisait en sorte qu’il gardait son appartement du haut pour les urgences de l’homme de main. Cela s’avérait plus souvent qu’autrement très utile.

Myetanuh, à son grand soulagement, avait obéi à son commandement et était resté dans l’appartement. Cela aurait été le comble qu’ille décide de partir de son côté. Déjà que la protection du succube se trouvait à être plus difficile que prévu – il n’avait pas idée qu’on détestait à ce point la dernière conquête de son maître – il n’aurait pas voulu avoir à la/le chercher dans toute la capitale. Lorsque Micheletto demanda à son protégé s’il désirait se rendre à un endroit où les gens le détestaient moins, il lui répondit d’abord par le manque de temps de Jayson. Bien sûr que Sa Majesté n’avait pas tout le temps du monde à lui accorder. Il devait gérer un royaume et non tous les caprices de ses épouses. Le lycanthrope écouta le reste de la réponse de son interlocuteur. Il soupira. Bien sûr qu’elle était détestée pour ses actions. Le rouquin était un homme de la rue, il avait entendu les rumeurs qui circulaient sur la nouvelle épouse du roi. Il ne savait simplement pas à quel point ces-dites rumeurs s’avéraient vraies. Il allait devoir composer avec le fait que la personne dont il avait la responsabilité de protéger était haïe par nombre de gens, et pas simplement en raison de sa laideur. Ille avait raison en fait. La seule solution serait de changer complètement de continent, ce qui était bien sûr hors de question et impossible. « Mes ordres sont de vous protéger Myetanuh. Le roi m’a bien fait savoir qu’aucune action violente ne doit être faite sur votre personne. Et mes ordres ne s’arrêtent pas à votre sécurité. » En effet, Jayson lui avait savoir qu’il devait faire disparaître comme lui seul était capable toute personne qui oserait menacer sa dernière épouse. C’est pour cette raison qu’il avait dû se débarrasser du bougre qui avait lancé les accusations contre l’incube. Toutefois, son maître avait également mentionné qu’il devait, dans la mesure du possible, la tenir dans l’ignorance de ce dernier ordre.

Le rouquin passa la main dans ses cheveux. Cela ne serait pas facile et si Myetanuh tenait à visiter d’autres bordels, il se pourrait que l’incident se reproduise. D’autres morts. Bien sûr, l’acte en lui-même ne dérangeait plus Micheletto. Tuer était sa profession. Toutefois, il se gardait de le faire en présence de civil et pour cela, il devait abandonner pendant quelques temps son protégé. Décidemment, les ordres de Jayson s’avéraient contradictoire. Il se retourna vers le noble. « Bien sûr, mon travail reste celui de votre protection, je ne peux donc pas me permettre de vous dire quoi faire et où aller. » Il lui fit signe qu’il était prêt à repartir. « Je peux simplement vous suggérer de fréquenter des endroits qui ne mettent pas votre vie en danger. Mais si vous croyez qu’un tel endroit n’existe pas, c’est vous qui voyez. » Le lycanthrope poussa la porte de l’appartement afin de laisser passer le succube devant lui. « Toutefois sachez que si quelqu’un entame un mouvement qui puisse vous coûter la vie, je serai forcé d’intervenir. » Une fois que son protégé eut passé la porte, ils descendirent tous les deux et se retrouvèrent dans la rue bondée de gens. « Je suis par contre enclin à vous laisser gérer la situation avant d’intercéder. » Il lui suivit Myetanuh en se demandant ou ille allait les mener. Un autre bordel ou bien avait-ille une autre idée en tête?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas envie de te coltiner ça... [Micheletto]   Mer 26 Oct - 21:24

Quel ennui, quand même, ce fichu garde qui l’empêchait de faire ce qui lui plaisait. Myetanuh ne pouvait ni aller détruire l’âme des gens et leur volonté selon son bon vouloir, mais en plus, les visites dans les bordels étaient désormais proscrites. Non pas qu’il l’ait spécifié clairement, mais disons qu’à son ton, c’était plutôt clair! Ne pas aller dans des endroits dangereux pour sa vie, et puis quoi encore? Passer le reste de sa vie en ermite? Ça manquerait de sexe. Bien sûr, l’hermaphrodite aurait pu juste s’enfuir, se ficher de son mariage et visiter le continent pour agrandir son tableau de… «chasse»… mais la vérité était que son amour pour Jayson n’était pas feint, c’était son âme-sœur, alors l’abandonner était un peu compliqué…

-Ce que vous m’emmerdez vous… soupira «l’épouse» du Roi en passant devant lui, alors qu’il lui tenait la porte comme à une grande Lady… Oh, c’est vrai, en quelque sorte, Myetanuh était «une Lady», mais «un Sir» aussi, ce truc de genre commençait à être confondant!

Ainsi, Micheletto ne pouvait réellement lui promettre de ne pas se mettre entre sa personne et ses convoitises, bien qu’il essaierait de se faire absent, sauf si Myetanuh était en danger. L’hermaphrodite ne savait pas si c’était un changement en soi, sachant que la surveillance ne cesserait pas, ce qui l’empêcherait, au final, de faire comme bon lui semblait. Tant qu’à se tourner les pouces en si mauvaise compagnie, peut-être qu’il était plus sage de rentrer au château, et au pire, tenter de s’en fuir dès que ses «protecteurs» auraient le dos tourner pour réellement profiter de la vie!

Ce qui risquait de ne jamais arriver, en fait. Soupirant, Myetanuh jeta un regard plein de regret au boulanger en sortant, se mordant (au sens figuré) les doigts de ne pas en avoir profité pour lui sauter dessus pendant que c’était le moment, puis quitta la boulangerie, son garde sur les talons. Ainsi, l’hermaphrodite avait droit de gérer la situation à sa manière avant que Micheletto n’intercède, comme pour lui donner la chance de faire ses preuves? Vraiment?

-Je crains que vous n’aimerez pas ma façon de gérer les situations, Micheletto… marmonna l’hermaphrodite en songeant qu’il n’aurait probablement pas été bien difficile de charmer cet imbécile, tout à l’heure, comme ça avait probablement été un jeu d’enfant avec ladite sœur qui l’accusait de viol. Un peu d’hormones, et le tout était généralement joué pour les gens aux esprits de volonté faible, et avec l’impression que lui avait donné le batailleur de tout à l’heure… beaucoup de muscles, mais pas de cervelles! C’était les proies les plus faciles.

-C’est le Crapaud… chuchota une voix non loin, et sans avoir besoin de regarder, Myetanuh sut qu’on le pointait du doigt.

Un sourire fendit ses lèvres croches et l’hermaphrodite remonta sa capuche sur sa tête, projetant de l’ombre sur son visage affreux, mais le mal était fait, le murmure circulait déjà, devenant bientôt des menaces voilées, des appels à «la fameuse favorite de son altesse», des expressions de dégoûts. Heureusement, personne ne bougea, mais en plein cœur du quartier commercial de la capitale, une cohue était si rapidement déclanchée. Il n’en fallait qu’un avec assez de courage pour lancer la première pierre, et à ce moment là, même Micheletto ne pourrait retenir le ras de marée qui s’en suivraient. Ça, l’hermaphrodite l’avait déjà vu dans des villages autrefois, et ça c’était plutôt mal terminé pour sa part, passant les semaines suivantes dans une guérison difficile, ayant été roué de coups. Ça n’avait pas suffit, toutefois, pour l’empêcher de commettre d’autres larcins, dans le village voisin.

-Qu’est-ce que je disais, hein? Alors mon chou, on s’achète des billets de croisière et on part à la découverte des continents? C’est pas que l’idée me déplait, honnêtement, sans Jayson, ça ferait longtemps que j’aurais fiché le camp de cette capitale, je ne restais jamais plus que quelques semaines au même endroit, avant.

Ça y est, ça allait commencer… Une jeune femme avait attrapé une grosse pomme sur un étalage, et la tâtait pour en vérifier la solidité, avant de prendre son élan pour la lancer. Juste à ce moment, Myetanuh laissa échapper ses hormones de séduction, et le bras se baissa tranquillement. Seulement voilà… techniquement, tout le monde était supposé être affecté par ce désir soudain qui leur montait tous dans le bassin. Ça ne voulait pas dire qu’ils voulaient tous se taper le crapaud, mais peut-être plus le taper…

-Comment vous vous sentez, Micheletto? ne put s’empêcher de ricaner Myetanuh, sans prendre le temps de se retourner vers son protecteur pour voir s’il lirait la luxure habituelle dans son regard, comme elle apparaissait dans bien d’autres autour d’eux. Ça nous donne juste un répit, le temps qu’ils comprennent ce qui se passe, en fait la plupart du temps, quand ils ont capté, ça devient pire.

L’épouse du Roi fila alors vers une ruelle, quittant le marché en prenant la direction du Château, laissant tout ses pauvres gens dans leur frustration sexuelle inassouvie. Dire qu’il y aurait surement eu des bons candidats dans le lot, dommage… Et Myetanuh qui avait toujours ce désir à combler. Sûrement pas avec le vieillard, jamais, même s’il le lui demandait!

-Alors, maintenant au moins, vous savez ce que je ressens hein? Moi, c’est comme si j’étais sous l’influence de ce foutu pouvoir en permanence, c’est con. Mais j’adoooore ça.

Était-ce leurs pas qui résonnaient dans l’allée, ou celui d’un éventuel suiveur?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu n'as pas envie de te coltiner ça... [Micheletto]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu n'as pas envie de te coltiner ça... [Micheletto]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» [Terminé] Une soudaine envie de parler. (PV Elena. A Armstrong)
» Une envie de solitude ...
» « Si tu savais comme j'ai envie de manger des nems ! » | Psychalya l. Nàrwen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: