Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jewelith
Justicier(ère)
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 18 ans (fév.)
Race: Arachnéenne/Succube
Âme soeur:

MessageSujet: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Mar 18 Oct - 14:18

Jewelith avait eu de la chance de se sauver saine et sauve de la mission risqué dans laquelle elle s’était lancée seule, sans attendre l’assistance de son Maître. Rubis n’avait pas été contente de découvrir qu’elle était sortie sans permission et avait ainsi brisé la règle numéro deux, mais comme l’adolescente était revenue avant la justicière, celle-ci n’avait pas eu le temps d’angoisser et de se fâcher gravement! En plus, comment lui en vouloir alors qu’elle lui ramenait la localisation d’une cache d’esclavagiste? Bon… Évidemment, pendant les trois années suivantes d’apprentissage, l’hybride n’avait plus désobéi… ou presque. Ayant montré sa valeur et sa débrouillardise, elle était désormais rarement laissée derrière, de toute façon… donc aucune raison de faire à sa tête!

Celle qui n’était qu’une gamine lorsqu’elle était devenue apprentie-justicière avait donc beaucoup gagné en maturité, considérant l’ampleur des missions qu’elle effectuait avec son maître. Les folies de jeunesse n’étaient pas appropriées, des vies pouvaient dépendre de son sérieux et de sa concentration, et Jewelith l’avait appris bien vite. Alors, elle laissait l’adolescente derrière elle chaque fois qu’elle quittait le manoir et sa famille, avec qui elle se permettait d’être plus «jeune», pour devenir une super-héro… sans cape! Ça l’avait d’abord embêté de ne pouvoir garder ses pattes arachnéennes comme surprise, mais finalement, la liberté de mouvement était bien plus importantes. En effet, pourquoi avoir besoin d’une «solution de secours» lorsqu’on est assez agile pour ne pas se mettre dans une position fâcheuse?

-J’arrive Maître! s’exclama l’adolescente en s’habillant en vitesse, attachant ses cheveux trop long dans sa nuque et dévalant les escaliers deux marches à la fois pour rejoindre Rubis au Hall.

Enfin, ayant récemment fêté son quinzième anniversaire, Jewelith n’avait définitivement plus rien d’une enfant. La puberté avait fait son œuvre, et les risques reliés à l’utilisation de son pouvoir de manipulation des phéromones avaient… augmentés! Disons qu’enfant, elle éveillait ses désirs secrets sans pour autant se mettre en danger, profitant seulement de la diversion occasionnée pour attaquer ou fuir. Seuls quelques hommes aux intentions louches ne se laissaient pas troubler, mais elle s’en était toujours sorti jusque-là. Toutefois, ce genre d’accident était de plus en plus récurent, et l’adolescente n’osait plus utiliser ce don, faute de savoir comment bien le doser. Elle n’était pas assez naïve pour comprendre ce qu’elle avait comme effet, et ne voulait pas être la victime du désir des hommes.

C’est là que Rubis entrait en jeu. Elle devait lui expliquer comment ne pas gaspiller ce don, mais toujours avec prudence. En sachant mieux le doser, Jewelith pourrait mieux charmer les hommes sans pourtant risquer de se faire sauter dessus… Sauf si c’est ce qu’elle avait envie, évidemment. Bah quoi… elle avait quinze ans maintenant!

-Alors, vous m’avez choisis des victimes? C’est pas un peu méchant de leur faire ça et… rien leur donner après? s’empourpra l’adolescente, un peu trop consciente du sadisme de laisser un homme sur sa faim, ce qui n’était pas vraiment normal à son âge. Ça venait comme une connaissance acquise, dans son sang succube. Je pense qu’ils vont se fâcher… insinua-t-elle, quoi que pas du tout inquiète. Si quelqu’un essayait de se venger… Elle lui casserait la gueule! (Ou demanderait à Rubis de le faire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubis
Justicier(ère)
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 31/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 30
Race: Semi-succube
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Ven 21 Oct - 10:07

Ce soir n’était pas une sortie comme les autres. Contrairement à toutes ces fois où elles partaient en soirée pour aller faire régner la justice, aujourd’hui, elles sortaient en « civils ». Le but? Apprendre à Jewelith comment bien maîtriser son don de phéromones à son avantage. Certes, Rubis avait parfois elle-même de la difficulté à doser son talent de succube, mais en général, elle s’en sortait plutôt bien. Donc, le programme pour la soirée était très simple : elles fréquenteraient la Rose Nacrée, un établissement luxueux généralement fréquenté par la bourgeoisie. Ainsi, non seulement Jewelith apprendrait à contrôler son talent naturel, mais elle s’habituerait à la vie mondaine également – elle qui n’avait connu que la misère par le passé. Après tout, la justice était égalitaire pour tout le monde : les pauvres comme les riches.

Elle attendait donc au milieu du hall de son manoir. Depuis l’arrivée de la famille très nombreuse de son apprentie, la résidence familiale n’avait jamais été dans un aussi bon état. Ils étaient tous d’une précieuse aide pour Myra et chaque recoin brillait comme un sous neuf. Étant donné la marmaille grandissante, Rubis s’était alors permis d’acheter quelques bêtes, puisqu’ils étaient en âge de pouvoir s’en occuper adéquatement. Ainsi, les établissements agricoles du manoir comptaient maintenant deux chevaux alezans (un étalon et une jument), deux vaches laitières, quelques poules pondeuses, trois porcs et même un chien de type berger, pour le plus grand bonheur des enfants qui l’avaient surnommé affectueusement « Cassis ». Tout fonctionnait comme sur des roulettes et la résidence Rosenbaum retrouvait tranquillement sa gloire d’antan. D’ailleurs, le père de Jewelith s’était généreusement proposé pour jouer les cochers afin de leur permettre de se déplacer de façon convenable, comme de vraies nobles damoiselles (et probablement pour garder un œil sur sa fille aînée, bien qu’il n’osait l’admettre).

Son regard émeraude glissa sur la tapisserie somptueuse des murs du hall et elle songea au fait que son père aurait été des plus heureux de constater où elle était rendue aujourd’hui. Certes, elle n’était pas encore mariée – au grand dam de Myra –, mais elle vivait très bien sa vie de célibat. Et puis, elle était plus heureuse maintenant qu’elle ne l’avait été depuis LA funeste journée. C’était en fait, la seule tache à son tableau. Mais parfois, elle arrivait à oublier sa tristesse et profiter du moment présent. Un peu comme ce soir. Un sourire naquit sur ses lèvres alors qu’elle entendit la petite voix claire de Jewelith s’écrier depuis le deuxième étage du manoir. Elle était en retard! Et pourtant, elle-même avait pris un temps considérable pour se vêtir. Avec l’aide de Myra, elle s’était concoctée une tenue de soirée plutôt élégante : une sublime robe bleu marin avec une encolure en cœur qui avantageait énormément sa poitrine généreuse. Des manches en dentelle de la même couleur recouvraient entièrement ses bras des épaules jusqu’aux poignets. Dans son cou trônait un collier argenté délicat surmonté de quelques perles et le même joyau ornait ses oreilles. Sa longue tignasse couleur vermeille était remontée en chignon finement travaillé derrière sa tête d’où plusieurs mèches tombaient pour un look plus romantique.

Tournant la tête, la justicière gloussa en voyant son apprentie dévaler l’escalier à une vitesse surprenante. Voilà qui jurait avec la somptuosité de sa tenue! Visiblement, Myra s’était occupée d’elle également et Elly ne cacha en rien son admiration devant la beauté de l’adolescente.

- Jewelith! Tu es magnifique dans cette robe, fit-elle avec un sourire émerveillé. La dame de compagnie de Lady Rosenbaum s’était même assurée que la jeune femme puisse porter une cape légère et élégante afin de cacher ses pattes qui – bien que très utiles en temps normal – pouvaient peut-être intimider les hommes qu’elles tenteraient de charmer. Mais ne crois pas pouvoir t’en sortir, jeune fille. Je vois clair dans ton jeu.

Rubis se pencha et ramassa une paire d’escarpins qu’elle tendit à son apprentie. Évidemment, elle s’était assurée que la petite araignée se soit entraînée à plusieurs reprises à marcher avec ça dans les pieds avant de l’envoyer dans une soirée mondaine. Après tout, la grâce était essentielle dans le jeu de la séduction.

- Il n’y a pas de « mais » qui tiennent, Jewel. Si nous devons fréquenter la noblesse ce soir, nous devons nous assurer qu’ils nous croient des leurs dès que leur regard se posera sur nous. Tu seras appelée, dans le futur, à te mélanger à toutes sortes de gens. Les riches y compris. Dans notre métier, nous devons être versatiles et nous sommes obligés de nous adapter à toute situation. Que ça nous plaise ou non.

Elle observa son apprentie enfiler les escarpins non sans une moue boudeuse, puis les deux jeunes femmes se dirigèrent vers les grandes portes du manoir. Elles se saisirent ensuite toutes les deux de leurs épaisses capes en fourrure et sortirent à l’extérieur. Le soleil s’était couché depuis un moment et de gros flocons de neige tombaient du ciel, signe imminent que l’hiver était à leurs portes. Elles s’avancèrent vers la carriole attelée conduite par le père de Jewelith et Rubis y entra en premier, aidée par ce dernier. Elle esquissa un sourire en l’entendant complimenter sa fille aînée, puis elle s’installa sur le siège confortable de l’embarcation. Alors qu’elles étaient en route vers la Rose Nacrée, la semi-succube se fit un point d’honneur de rappeler quelques consignes de sécurité.

- Première des choses, Jewel, essaie de rester le plus possible dans un périmètre raisonnable de moi, d’accord? Si un homme un peu trop ivre devait devenir insistant, je serai rapidement à ta portée pour te prêter main-forte. Deuxièmement, ne laisse jamais un homme poser la main sur toi : si contact il y a, tu seras celle qui l’aura initié. Ici, je parle même d’un mouvement anodin comme frôler le bras de quelqu’un. Tu es celle qui prend le contrôle, pas le contraire. Il faut savoir que certains hommes voudront t’imposer leur présence ainsi que leurs touchers et ce n’est pas acceptable. Ta robe, d’ailleurs, sera parfaite pour ce soir : elle en dévoile suffisamment pour allumer l’imaginaire, mais pas trop pour être indécente. Dernière chose… Rubis se pencha vers l’avant et glissa sa main sous son siège pour en sortir une sangle de cuir surmontée d’une dague dans son fourreau. Elle fit signe à son apprentie de soulever sa robe jusqu’à la mi-cuisse et y attacha l’arme. Toujours garder une arme cachée sur soi. Si tu venais à te retrouver seule avec un homme particulièrement insistant ou aux idées malveillantes, tu auras quelque chose pour te défendre. Pour appuyer ses dires, Rubis releva sa propre robe pour démontrer qu’elle était elle-même armée, une lame ceignant chacune de ses jambes. Il faut être préparé à tout, surtout pour une femme dans l’univers mondain où plusieurs individus se croient tout permis.

Resserrant sa cape autour de ses épaules, Rubis esquissa un sourire à son apprentie. Elle replaça l’une de ses mèches de cheveux et précisa qu’il fallait également s’amuser en cette soirée particulière. Après tout, ce n’était pas une mission en tant que telle. Après de longues minutes de déambulations, le carrosse s’arrêta enfin en vue d’un somptueux établissement. Le père de la jeune araignée vint ouvrir la porte et aida les deux jeunes femmes à descendre. Il déclara qu’il resterait à l’écurie en compagnie des bêtes et qu’il les attendrait pour le retour. Elly profita du fait que personne ne les observait pour user de son talent de télékinésie et retirer un énorme sac de cuir foncé dissimulé sous l’embarcation. Notant un racoin sombre sous une corniche en hauteur, elle y envoya balader la besace et lança une dague avec force pour ficher le tout dans le bois.

- En cas de pépin, tous nos effets personnels de mission s’y trouvent. On n’hésite pas à venir les chercher au besoin, d’accord? Elle glissa ensuite une main dans le dos de l’adolescente et l’attira à sa suite en direction des grandes portes. Que la soirée commence!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jewelith
Justicier(ère)
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 18 ans (fév.)
Race: Arachnéenne/Succube
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Mar 25 Oct - 20:43

-Mais… l’adolescente n’eut pas le temps de protester, alors que des petits escarpins de satin lui étaient fourrés dans les mains. Comment pouvait-elle estpérer courir, grimper et se battre ainsi chaussée? La longue robe émeraude à la jupe épaisse, c’était déjà assez handicapant, sans compter la cape de fourrure parce que des pattes d’areignée… c’est pas tellement sexy… Jewelith soupira alors que Rubis lui expliquait, pour la centième fois au moins, pourquoi il était important qu’elle soit capable de se fondre dans la noblesse comme si elle en faisait partie, si jamais elle devait s’y glisser pour une mission. Non sans grommeler, l’hybride retira ses bottes souples, qui auraient pourtant fait l’affaire selon elle puisqu’invisibles sous sa jupe, puis enfila les petits machins inconfortables.

Jewelith suivit son maître en soupirant, finalement moins amusée par cette sortie, sachant qu’elle devrait se comporter sagement alors que ce n’était pas du tout son truc. Pourquoi son apprentissage ne pouvait pas se dérouler dans une taverne crasseuse de fond de ruelle, tout simplement? Oui, c’était plus dangereux, mais au moins elle était à l’aise dans cet environnement! La neige imprégna bien vite de délicat flocons immaculés la fourrure ébène de sa cape, spectacle qui obnubila l’adolescente quelques instants avant d’être ramenée à la réalité par le commentaire de son père, juste avant qu’elle ne mette le pied dans la carriole. L’ancienne voleuse bredouilla un vague merci en s’empourprant, se demandant s’il serait aussi fier en sachant ce qu’elle ferait de sa soirée. Était-il seulement au courant qu’il ne les amenait non pas à une soirée mondaine dans le but d’accomplir une mission, mais bien pour exercer les dons de charmeuse de son aînée ?

Rubis expliqua ensuite les précautions à prendre, comme d’habitude, soulignant qu’elle ne devait jamais se laisser toucher sans l’avoir désiré. Jewelith s’empourpra en serrant sa cape sur sa gorge, n’ayant pas vraiment réalisé jusqu’à maintenant ce que démontrait sa robe, avant de se rappeler que… c’était justement le but de l’exercice. Mais pourquoi rougissait-elle donc? Elle était une succube, il était temps qu’elle assume la sensualité qui coulait dans ses veines, elle n’était plus une gamine! L’adolescente aida son maître à nouer une arme autour de sa cuisse, tout de même rassurée de ne pas se jeter «nue» dans cette fête.

Une mèche des trop longs cheveux de Jewelith sorti de la faible lanière qu’elle avait attaché a la hâte, et Rubis la replaça dans un geste maternelle, ce qui fit sourire la future jeune femme. Depuis quand les mères initiaient leurs filles aux subtilités de la soumission masculine? Peut-être que c’était courant chez les succubes, en fait, qu’est-ce qu’elle en savait? Disons que sa mère avait été trop préoccupée à survivre pour s’attarder à cela. Lorsqu’elles arrivèrent finalement à la Rose Nacrée, la magie de son maître fit déplacer un sac d’armement non loin de l’entrée, mais suffisamment bien caché pour ne pas être découvert. Au cas où. Une main dans le dos de l’adolescente l’incita à entrer d’abord, et bien que le sourire qu’elle tira au portier était nerveux, il les laissa entrer, comme les autres nobles dames pour lesquelles elles tentaient de se faire passer.

-Et maintenant, qu’est-ce que je fais? chuchota Jewelith à son maître juste au moment où on lui laissait une flute de champagne entre les doigts, à sa grande surprise, et qu’un plateau de petites bouchées lui passaient sous le nez. Ch’fais ch’uste lâcher cha comme cha? étouffa-t-elle en tentant difficilement d’avaler sa bouchée. Pardon. Comment je suis supposée faire, je lance les hormones pour voir sur qui ça marche, ou alors j’attends d’être à l’écart avec une seule personne?

Jamais l’adolescente ne s’était servit de son don autrement que pour déconcentrer les gens, si bien qu’elle n’avait eu aucune utilité à tenter de… «viser». S’ils étaient douze, elle lâchait sa bombe à séduction, ils tombaient les douze dans une état d’excitation qui lui donnait le délai nécessaire pour jouer une autre carte. Mais là… Elles n’étaient pas venues pour casser des gueules, pas vrai?

-Ou alors je trouve quelqu’un pour qui j’ai de l’intérêt? gloussa-t-elle en rougissant un peu. Non mais, tant qu’à jouer, ça serait bien plus divertissant si au moins c’était pas un vieux grincheux qui pourrait être quatre fois mon grand-père, non? s’expliqua-t-elle en sentant le regard réprobateur de son Maître. Ouioui, elle devait apprendre à maîtriser son don pour mieux s’en servir en mission, pas pour… mais enfin… ça servait un peu à ça aussi, non? Juste pour le test, bien sûr.

Balayant les gens du regard, Jewelith soupirant en constatant que tous semblaient d’une platitude à mourir, trop propres, trop chics, trop… nez en l’air. Beurk. Ça puait l’eau de toilette ici. Soudain, un adolescent qui ne semblait pas sorti tout droit de «chez la toiletteuse» attira son attention. Habillé d’un uniforme qui semblait être celui des écuyers du Royaume, il se tenait aux côtés d’une femme-chevalier. L’adolescente doutait que la chevalerie s’occupait de la garde de soirées mondaines aussi ennuyantes que celles-ci, peut-être y avait-il des ententes à faire entre la noblesse et le château? N’était-ce pas la Chef de l’Ordre, justement?

-L’adolescent là bas, savez-vous s’il s’agit de l’écuyer de Lady Farÿe?

De par la mission que Rubis avait fait avec les Chevaliers Phoebe et Krovos, les deux justicières connaissaient désormais plutôt bien l’Ordre et sa hiérarchie, un bon point pour elles. Jewelith sourit en réussissant à croiser le regard du jeune homme, mais il quittait déjà, suivant la Chevalier sur ses talons, au grand damn de l’adolescente, qui avait déjà échappé des hormones sans vraiment en être consciente. Elle ne le réalisa que lorsqu’une paire de yeux acier se posa sur le maître et l’apprentie et qu’elle y lit… quelque chose qu’une jeune fille de quinze ans n’aurait pas dû comprendre.

-Je pense que j’ai gaffé, Rubis… marmonna-t-elle alors que l’inconnu s’approchait en la fixant, tendant la main pour l’inviter à danser avec un sourire qui ne lui plaisait pas. Au vu de l’hésitation de Jewelith, l’homme sembla s’offusquer.

-On ne s’habille pas comme ça pour faire des charmes aux hommes quand on est trop jeune pour s’assumer, garce, emmène-toi!

L’adolescente hoqueta en faisant un pas en arrière pour éviter que sa main ne se referme sur son poignet, se faufilant d’instinct derrière Rubis. Ce n’était peut-être pas un bon plan, puisque, techniquement, le pouvoir des succubes excitaient les individus touchés, mais sans nécessairement les rendre attirés par celui qui les avait véhiculés, mais par n’importe qui ayant un potentiel attractif. Et Lady Rosenbaum était plus qu’attrayante, si bien qu’il força plutôt son maître à venir danser avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubis
Justicier(ère)
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 31/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 30
Race: Semi-succube
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Lun 31 Oct - 16:32

Une main dans le dos de Jewel, Rubis l’incita à la suivre jusqu’à l’entrée où se trouvait un portier à l’air courroucé. La semi-succube lui esquissa son plus beau sourire et l’homme se contenta de faire un mouvement du menton afin de leur donner son autorisation. Elles entrèrent donc dans l’établissement et la justicière esquissa un sourire. L’endroit n’avait pas changé depuis tout ce temps! Tout y était sublime et luxueux, sans compter que la foule y était toujours aussi impressionnante! Pendant un bref instant, elle se sentit revenir à sa vie de jeune adulte, alors qu’elle fréquentait La Rose Nacrée sur une base régulière. Le chuchotement de son apprentie la tira de ses pensées et on leur servit une flûte de champagne. Lady Rosenbaum tendit la main et prit également un canapé dans lequel elle croqua avec délice. Une fois sa bouchée terminée, elle jeta un regard à l’adolescente.

- Tout d’abord, on ne parle pas la bouche pleine, Jewelith, fit-elle tout bas. C’est grossier et impoli. Cette dernière s’excusa et posa une question qui surprit la jeune femme à la chevelure vermeille. Non, non, ne fait surtout pas ça! Ne sous-estime jamais la puissance des phéromones que tu peux dégager, Jewel. Une image mentale s’imposa dans son esprit alors qu’elle se revoyait, avec la procession de l’Infini, et tous ces regards qui s’étaient soudainement tournés vers elle au moment où elle avait utilisé ses phéromones sur Travis. Si tu lâches ton talent de succube sans le contrôler au beau milieu d’une foule, tu te retrouveras rapidement avec… heu… Beaucoup trop de prétendants sur les bras? Bref, la finalité pourrait être catastrophique si tu y vas trop fort.

Rubis porta sa flûte de champagne à ses lèvres puis chercha une façon adéquate d’enseigner cet art aussi subtil que délicat à son apprentie. Les paroles que cette dernière prononça par la suite la firent sourciller. De l’intérêt? Elle désirait réellement séduire un garçon au point de l’attirer dans ses jupes? Là, maintenant? Ce fut plus fort qu’elle, Rubis lui jeta un regard désapprobateur. Elle devait garder en tête que Jewel était maintenant une adolescente et ressentait probablement les affres de la puberté. Mais se jeter sur le premier gamin venu au profit de la luxure n’était absolument pas louable.

- Évidemment, fit-elle un peu plus sèchement au dernier commentaire de la jeune araignée. Soit prudente Jewel, sérieusement. Je comprends que tu y vois là une occasion en or de séduire les gamins qui t’intéressent, mais ce n’est pas le but premier de l’histoire. Après tout, elle n’était pas là pour l’inciter à perdre sa virginité! Elle était encore vierge… pas vrai? Bon sang, elle l’espérait!

Bon, niveau « sainteté », Rubis n’était pas nécessairement un modèle à suivre. Mais justement, il n’y avait pas un adage qui disait « Fais ce que je te dis, pas ce que je fais? ». Ça s’appliquait à 100 % dans la situation actuelle. Elle était plus vieille et plus responsable, ce n’était pas du tout la même chose. Mais bien malgré elle, une image mentale du magnifique marin exotique qu’elle avait rencontré quelques jours plus tôt s’imposa à son esprit. Finn était effectivement un beau brin d’hommes qu’elle aurait bien voulu charmer avec ses phéromones jour après jour... Mais là n’était pas la question immédiate! La jeune femme scruta la foule autour d’eux puis ramena son attention sur l’adolescente qui lui posa une question.

- Moui je crois bien, fit-elle en scrutant l’adolescent. Il fallait dire qu’elle ne connaissait pas nécessairement ce dernier. Son nom lui échappait d’ailleurs. Toutefois, elle avait remarqué la présence de son maître, la chevalière Färye, non loin de lui.

En fait, ce qui la surprit davantage était de voir que certains membres de l’ordre étaient présents en ces lieux. Elle reconnaissait quelques têtes, toutes au fond de l’établissement. Un sourire amusé trôna sur ses lèvres alors qu’elle s’imaginait les jumeaux reptiliens fréquenter cet endroit. S’il n’était pas impossible d’y voir le chevalier Phoebe quelque part avec une chopine à la main, il en était tout autrement de son frangin. Si la cohue générale de la foule huppée était très certainement énervante pour Krovos, l’odeur ambiante de parfum et d’eau de cologne aurait tôt fait de créer un génocide monstre au sein de toutes les bonnes résolutions que tentaient d’adopter le chevalier rageur. Bref, son absence des événements mondains était synonyme de salvation pour cette population qui prônait l’égocentrisme et le « moi » en premier plan.

D’un air songeur, Rubis prit une gorgée de champagne et afficha un air surpris alors que Jewelith déclarait avoir « gaffé ». Comment ça gaffé? Tournant instinctivement la tête, elle vit un homme baraqué aux regards gris acier s’approcher d’elles. Il voulut inviter l’adolescente à danser, mais face à son refus d’obtempérer, s’offusqua et l’injuria ouvertement. Non, mais c’était quoi son problème, à l’affreux?! Depuis quand pouvait-on s’en prendre aux jeunes filles comme ça?! Ce n’était pas sa faute s’il était trop moche pour ne serait-ce qu’attirer l’attention! Néanmoins, cet incident soudain prouva un truc à Rubis : Jewel avait agi sous l’impulsion. Ne pouvait-elle pas attendre deux minutes qu’elles désignent ensemble une cible adéquate avant de projeter ses phéromones? Elles allaient avoir une petite discussion sur le sujet quand le gros con serait parti. La justicière déposa sa flûte sur le comptoir derrière elle. Elle était prête à envoyer paître ce porc alors que son apprentie se cachait derrière elle. Toutefois, qu’elle ne fut pas sa surprise que de sentir sa poigne lui saisir le poignet et l’attirer à sa suite avec une force franchement déplacé!

Prise de court, Rubis poussa un petit cri de surprise et se retrouva sur la piste de danse avec le noble malfrat. Visiblement, ce dernier avait trop bu vu l’arôme qu’il dégageait et le peu de manière dont il fit preuve. Il attira la rouquine à lui afin que leur proximité frôle l’indécence et sa poigne solide empêcha la justicière de pouvoir se reculer. Elle sentait l’ivrogne sentir la peau de sa gorge, comme enivré par le parfum qu’elle portait. Sans compter qu’ainsi lovée contre lui, elle pouvait très bien sentir la bosse caractéristique d’un homme en manque de chaleur humaine! Oh bon sang, elle avait envie de vomir! Bon, elle devait réfléchir et ignorer les propositions indécentes qu’il lui chuchotait à l’oreille. Une idée lui traversa alors l’esprit : utiliser son talent justement pour se débarrasser de lui! Ainsi, son visage se peignit d’un sourire coquin et elle laissa échapper ses phéromones directement sur son interlocuteur. Sa réponse fut instantanée et elle le sentit tendu de désir pour elle. « Alors, très cher, si nous allions dans un endroit plus… calme? Il y a beaucoup trop de gens ici, vous ne trouvez pas? » Susurra-t-elle d’un ton mielleux. L’ivrogne ne se fit pas prier et suivit la semi-succube qui passa près de son apprentie. Au passage, elle lui jeta un regard courroucé qui voulait clairement dire : « Toi tu ne te sauves pas, on va discuter toutes les deux! ».

Elle l’attira donc à sa suite dans le couloir et se dirigea vers l’arrière de l’établissement. Rubis sortit par la porte de derrière et se retrouva à l’extérieur, dans une ruelle, avec son « amant potentiel ». Dès qu’il eut mis le pied dehors, ce dernier s’affaira à défaire la boucle de sa ceinture avec une frénésie totalement indécente. Sérieusement, ça faisait presque pitié tout ça. Ni une, ni deux, il se retrouva avec le pantalon aux chevilles, exhibant son garde à vous avec autant de fierté que s’il avait été le roi Pride en question en pleine partie de jambes en l’air avec la reine Sina. Le visage de Rubis afficha un air dégouté qui fut superbement ignoré par son compagnon du moment. Usant de son talent de télékinésie, elle souleva un caisson de marchandises qui trônait au sol tout près et le balança sans ménagement sur la gueule du bougre qui s’effondra au sol, inconscient. Voilà une bonne chose de faite. Sans plus de cérémonie, la justicière ouvrit à nouveau la porte et entra dans l’établissement. Elle revint dans la salle principale et nota la présence de Jewel qui était attablée près de la fenêtre, un air malaisé au visage.

- Règle numéro 1 : on ne fait pas n’importe quoi avec les phéromones, déclara Rubis qui vint s’installer près d’elle. Ne me regarde pas comme ça! Je ne me suis pas tapée ce porc. Il est dans la ruelle derrière l'établissement dans les bras de Morphée. Non, mais je suis sérieuse, il faut vraiment être vigilante, parce que certains hommes sont terriblement réceptifs à ce genre de choses. Levant la main, la semi-succube fit signe à un serveur de s’approcher d’eux. Un jeune homme blond aux yeux d’un bleu profond. Elle commanda des canapés pour elle et son amie. Elle ramena ensuite son attention sur celle-ci. Dis-moi, tu en penses quoi de cet employé? Dit-elle en parlant du garçon qui était venu prendre leur commande. Il est pas mal, je te l’accorde. Alors voilà, lorsqu’il reviendra, je veux que tu te concentres sur lui. Le but est de le charmer sans qu’il ne te saute dessus. Je veux voir un sourire sur ses lèvres et le rouge teinter légèrement ses joues. Si tu es alerte, tu sentiras en quelque sorte tes phéromones, comme une onde qui t’entoure. Ne garde ton attention que sur lui afin d’éviter que ça se propage partout. Et surtout, assure-toi que le débit est régulier et limité. Oh le voilà!! Je te laisse faire et j’observe!

Faisant signe à un autre serveur, Rubis se prit une autre coupe de champagne alors que le jeune homme blond s’approchait d’elles avec un plateau rempli de victuailles. La justicière se contenta de siroter l’alcool pétillant, étant la spectatrice de la première tentative de séduction de Jewelith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jewelith
Justicier(ère)
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 18 ans (fév.)
Race: Arachnéenne/Succube
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Mer 2 Nov - 21:23

Le regard désapprobateur de Rubis en disait long sur ce qu’elle pensait de l’attitude de Jewelith, et pourtant, celle-ci lui répondit d’un haussement d’épaules banal. Quoi? Avait-elle oublié qu’elle n’était plus une enfant? Et à moitié succube, s’il-vous-plait, ça coulait dans ses veines et elle le savait, bien que toujours vierge, qu’elle ne serait jamais la jeune fille effarouchée et timide qui craindrait d’être touchée avant le mariage. C’était pour les nobles, ça, de toute façon, et peu importait son accoutrement, l’ancienne voleuse n’en serait jamais une, tout simplement. La mise en garde qui suivit ne fit qu’attirer encore davantage l’intérêt de l’adolescente. Évidemment, qu’elle serait prudente, et quiconque tentait de lui faire du mal plutôt que du plaisir finirait avec un poignard dans la gorge, elle n’était quand même pas assez gourde pour se jeter dans les bras de n’importe quel fou dangereux! Surtout pas désarmée.

Ce qu’elle avait fini par apprendre, au contact de Rubis, c’était au moins de tenir sa langue, ainsi, Jewelith n’informa pas son maître que les gamins ne l’intéressaient pas… Seulement les futurs jeunes hommes. Comme l’écuyer qui avait bêtement disparu sous son nez. Dommage, les autres possibilités lui semblaient tellement pâles! Enfin, ce n’était qu’un exercice, tant pis si la cible était inintéressante. L’amusement de l’adolescente disparu toutefois bientôt lorsqu’elle se rendit compte de l’incident grave qu’elle venait de provoquer, alors qu’elle ne s’était même pas rendu compte qu’elle avait laissé échapper ses hormones. Faut croire que l’adolescent lui avait fait plus d’effet qu’elle voulait se l’avouer!

L’hybride était prête à gâcher leur couverture en sortant son couteau de sous ses jupes pour sauver son maître, qui se faisait malmener sur la piste de danse, mais elle n’en eut pas besoin. Même si le dégoût de Rubis était évident, il ne dura pas longtemps, et elle ne tarda pas à achever de le charmer, pour l’éloigner de la salle. Jewelith fut abandonnée un bon moment entre les danseurs, n’osant trop bouger au risque que la justicière ait besoin d’aide ou la cherche, mais c’était sans compter la puissance de Lady Rosenbaum. Le temps de le dire, elle était revenue, soulagée de son poids, mais pas réellement de bonne humeur.

-Beurk, échappa Jewelith à propos de l’allusion directe que fit Rubis sur les phéromones, bien que son maître s’empressa de lui indiquer qu’elle n’avait nullement couché avec le gros porc. Mais Maître, ça peut pas être la règle numéro 1, celle-ci est déjà prise, vous vous en souvenez? Bon, on s’en sert moins dernièrement, mais «Toujours veiller l’une sur l’autre» existe quand même. Comme «Ne prendre aucun risque inutile» constitue la règle numéro 2, je suppose que nous pouvons appeler celle-ci la règle numéro 3? contra-t-elle avec un certain amusement, né d’une arrogance qu’elle n’avait jamais possédé auparavant. Disons que la petite voleuse paysanne avait de drôles d’influences dans les sphères de la noblesse. En tous les cas, ce n’était jamais déplacé, seulement pour faire rire. Je suis désolée maître, pour la gaffe, c’était un accident je le jure, s’empressa-t-elle tout de même d’ajouter, sur un ton plus sérieux. J’ai pas voulu faire ça, je ne m’en suis même pas rendu compte.

Il était inutile, évidement, de préciser qu’en quinze minutes, Jewelith venait de briser les deux (désormais trois) premières règles des justicières. Heureusement, Rubis ne lui fit pas la morale sur son utilisation accidentelle de ses phéromones, se doutant certainement que c’était un accident, compte tenu de son inexpérience. Quant à veiller l’une sur l’autre… Bah, l’adolescente ne doutait pas assez des compétences de son Maître pour avoir ressentit le besoin de voler à son secours, ce n’était, après tout, qu’un ivrogne un peu échauffé.

-Pas mal… soupira Jewelith à la question de son maître, lorsqu’un jeune homme plutôt mignon, il est vrai, mais quand même moins que l’écuyer d’un peu plus tôt, vint leur demander si elles voulaient quelque chose, et que Rubis leur eut commandé à manger. Au moins il a pas l’air d’un connard. Pardon.

De tels mots dans la bouche d’une «noble» jeune fille qu’elle était supposée incarner? Rapidement, l’adolescente s’assura que personne ne l’avait entendu dire une telle grossièreté à propos des gens présents, mais personne ne semblait leur porter attention. Elle pouvait donc se concentrer sur sa nouvelle mission octroyée par son maître. Doutant toutefois de ses capacités à le surprendre d’aussi loin sans toucher son entourage, Jewelith attendit qu’il revienne plus près d’elles pour apporter les commandes de d’autres individus. Heureusement que ce n’était pas les leurs, car l’apprentie justicière, trop concentrée à limiter la dose d’hormones, n’en avait finalement échappé aucun, et le jeune homme était parti à nouveau. Avec un peu de chance, leurs canapés seraient assez longs à préparer pour qu’il passe plusieurs fois à sa proximité avant de disparaître.

-La prochaine fois qu’il passe, c’est la bonne… marmonna-t-elle plus pour elle-même que pour Rubis.

Et ce fut fait. Les prochaines à être servies, c’était elles, et si Jewelith avait d’abord été déçue en sachant qu’il passerait moins souvent à sa portée, elle comprit bientôt que la proximité de son service lui était plutôt favorable. Elle était déjà parée à lancer des phéromones, bien qu’incertaine si la dose serait tempérée, lorsqu’il posa leur plateau entre elle et Rubis.

-Merci beaucoup… susurra-t-elle à voix basse en cherchant à croiser son regard, ce qui arriva un instant après qu’il ait, accidentellement ou pas, d’abord regardé son décolleté. Jewelith sourit à le voir rougir, parce qu’elle savait tout juste ce qui lui avait traversé la tête, avant qu’il ne s’incline et retourne travailler.

Oh, mais elle ne devait pas le laisser gagner comme ça, non? C’était bien ce que Rubis avait dit, ne pas perdre le contact? Pourtant, à mesure qu’il s’éloignait, Jewelith avait de plus en plus envie de cesser son pouvoir attractif, craignant d’à nouveau affecter d’autres gens. De façon très distraite parce qu’elle était trop concentrée sur le serveur, l’adolescente engouffra une bouchée, affamée comme d’habitude dans sa croissance, mais sans perdre le jeune homme du regard. À quelques reprises, elle le vit tourner à nouveau les yeux vers elle, pour son plus grand plaisir. Dans le mille.

Lorsqu’il disparu complètement pour aller, avec un regret évident, servir plus loin dans la salle, Jewelith coupa le contact avec la même moue boudeuse. Ça commençait à devenir amusant! Elle n’avait pas encore remarqué que quelqu’un d’autre la fixait, un homme à qui son serveur venait tout juste d’apporter à boire, et qui devait avoir été affecté par le courant qui passait entre eux, trop instable encore de l’adolescente pour être parfaitement linéaire.

-C’était bon ça? On recommence? demanda-t-elle avec une voix excitée d’enfant qui vient de découvrir un nouveau jeu, n’apercevant pas dans son dos l’homme qui se levait et se dirigeait vers elle. Il était moins timide que le serveur, celui-là, et bien que peu touché par la magie de l’hybride, l’alcool avait aidé à lui alléger les mœurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubis
Justicier(ère)
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 31/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 30
Race: Semi-succube
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Mer 9 Nov - 14:01

Portant sa coupe de champagne à ses lèvres, Rubis observa son apprentie alors qu’elle avait les yeux rivés sur le serveur qui passait près d’elles. Le beau blond lui jeta un regard et la justicière se contenta d’esquisser un sourire en coin et d’hocher la tête en guise de salutation. Jewelith semblait terriblement concentrée au point où elle n’en était plus du tout naturelle. Elle comprenait que la tâche qu’elle lui imposait n’était pas des plus évidentes, mais la finesse était aussi importante dans ce genre de « besogne », autrement, l’homme en question allait avoir des doutes sur ce qui se passait. Le serveur ne jeta même pas l’ombre d’un coup d’œil envers l’adolescente et reparti vers les cuisines en quête d'autres commandes à apporter. Devant la mine légèrement boudeuse de son apprentie, la semi-succube ne put s’empêcher de glousser. « Ne tire pas cette tête, nous ne sommes pas pressées! Il va repasser. Concentre-toi et détends-toi surtout, tu es raide comme du bois! » Elle nota le regard en coin que lui lança l’adolescente et Rubis ne put s’empêcher de lui envoyer une petite grimace amusée.

Le serveur poussa à nouveau les portes de la cuisine et s’avança vers elles avec un plateau chargé de hors-d’œuvres. Il déposa son plat entre les deux jeunes femmes et Rubis le remercia poliment, sans plus, laissant le champ libre à son apprentie. Jewelith imita son maître d’un ton parfaitement mielleux (qu’elle avait réussi à doser sans que ce ne soit indécent, enfin!) et réussit enfin à accrocher le regard du jeune homme. Si ce dernier laissa ses yeux glisser d’abord sur son décolleté juste assez révélateur, il eut ensuite du mal à les détacher du visage charmant de la jeune araignée. Lady Rosenbaum remarqua le rouge qui teinta rapidement les joues de l’homme blond et eut un sourire satisfait. Ce dernier s’inclina non sans racler sa gorge pour retrouver contenance et s’éloigna. Au plus grand bonheur de la justicière, il se retourna à deux reprises, ayant du mal à détacher ses yeux de l’adolescente. C’est finalement à contrecoeur qu’il continua son travail. Rubis prit un canapé et l’enfourna dans sa bouche avec un sourire complice destinée à sa comparse.

- Et bien, quelle progression, commenta la semi-succube suite à la question de son apprentie. Évidemment, il va falloir peaufiner tout ça, mais tu m’épates Jewel! Les phéromones peuvent être franchement utiles pour influencer les gens. Elles pourront t’aider à soutirer des informations, à inciter les gens à agir selon ta volonté et à attirer l’attention des personnes que tu désires. Par contre, si tu peux susciter l’intérêt d’un individu grâce à elles, sache que tu ne peux pas contrôler leurs pensées. Un homme qui te déteste ne sera pas manipulé par tes phéromones. En fait, dans ce cas précis, ça pourrait même être dangereux d’user de ton talent. Voyant qu’elle était prête à recommencer, Rubis esquissa un sourire en coin. Il était vrai que les premiers temps où une succube apprenait à manipuler son talent, un sentiment d’effervescence se faisait sentir. Jewel était carrément dans cette phase grisante et c’était la responsabilité de la justicière de lui apprendre à se contenir. D’accord, laisse-moi voir ce qui pourrait être intéressant…

Son regard émeraude scruta la foule quand soudain, du mouvement derrière Jewel attira son attention. Un homme fort élégant avait visiblement remarqué l’adolescente et s’arrêta près de leur table sans jeter le moindre regard à la rouquine. Il se pencha vers la jeune araignée et lui prit la main avant d’y apposer un baiser. Il la couvrit de compliments sous l’œil inquisiteur de Rubis qui le détaillait. Des cornes jaillissaient de sa chevelure d’ébène, ce qui la mit directement sur la défensive. Un incube. Son charme indéniable était dû à sa race et elle savait pertinemment que l’homme possédait le même talent qu’elles. D’ailleurs, elle ressentait la testostérone qui émanait de lui et, puisqu’elle n’en était pas réellement affectée, elle en conclut qu’il projetait le tout directement sur Jewelith, probablement en réponse aux propres phéromones de cette dernière. L’homme devait être un fin manipulateur de son talent, car l’adolescente fut rapidement sous son charme.

- Pardonnez-moi, Sir. Nous étions en discussion. À voir l’air narquois qui trônait sur ses lèvres, elle comprit qu’il se foutait complètement d’elle. Sans plus attendre, elle s’avança et posa une main sur celle de son amie. Regardes-moi, fit-elle tout bas à son intention. Il te fait goûter à ta propre médecine. Jewel, regarde-moi immédiatement.

Rien à faire. Dans un mouvement fluide, l’incube aida la petite araignée à se lever et lui susurrant des paroles enivrantes. C’était comme si Rubis n’existait plus. Son apprentie en pleine puberté n’était qu’hormones. Il était aisé pour l’inconnu de la garder sous son emprise. Il était hors de question qu’elle reste là sans rien faire. En un bond, Elly fut sur pieds et agrippa le poignet de la jeune femme de 15 ans. Dans un mouvement rapide, elle la fit pivoter sur elle-même afin de la forcer à lui faire face. Elle planta ensuite son regard dans ses yeux afin de la forcer à se concentrer.

- Jewel, tu es sous son emprise. Il te manipule, prends garde. Je sais ce que ça fait, j’en ai déjà subi les affres. Tu dois garder la tête froide et te contrôler, sinon il gagnera sur toi. Je sais que tu en as envie, mais n’accède pas à sa demande, c’est primordial.

L’incube glissa une main sur la gorge de l’adolescente puis toisa la justicière d’un air mauvais. Celui-là, il tenait réellement à s’amuser avec une gamine comme Jewelith. Si ça se trouvait, les vierges l’excitaient peut-être au plus haut point. « Viens, ma beauté. Je sais que tu en as envie… » Susurra-t-il à son oreille. Puis il toisa Rubis. « Je crois que votre amie est assez grande pour décider elle-même de ce qui est amusant ou pas. » Il flanqua un coup sur la main de la semi-succube pour lui faire lâcher prise et la poussa avec une force surprenante. Sous l’impact, Rubis tituba jusqu’à ce que ses jambes heurtent son siège, l’obligeant à s’y asseoir. Ce faisant, elle heurta sa coupe de champagne de son bras, l’envoyant directement au sol dans un éclat de verre. Et merde! Elle jeta un coup d’œil sur le dégât qu’elle venait de faire et se confondit en excuses auprès du serveur blond qui rappliqua rapidement pour venir ramasser le tout. Le temps qu’elle relève la tête, Jewelith avait disparu avec l’incube. La panique prit la justicière d’assaut. « Excusez-moi, avez-vous vu la jeune femme avec qui j’étais?! » demanda-t-elle avec urgence au jeune homme qui ramassait le verre brisé. Ce dernier lui confirma qu’il l’avait vu monter à l’étage avec un homme aux cheveux noirs.

Bon sang!! Elle n’allait pas laisser ce crétin arriver à ses fins! La jeune femme rousse s’élança vers l’escalier et grimpa rapidement à l’étage. Une fois en haut, elle retira ses talons hauts qu’elle jeta dans un coin puis s’avança sur la pointe des pieds dans le couloir. Toutes les portes qui s’étalaient devant elle étaient fermées. Elle devait retrouver celle qui abritait Jewelith et vite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jewelith
Justicier(ère)
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 18 ans (fév.)
Race: Arachnéenne/Succube
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Jeu 17 Nov - 9:51

Flattée par les compliments de son maître, Jewelith hésitait encore entre rougir ou se tenir la tête haute, pleine d’orgueil. C’est vrai que ça avait été plutôt épatant, en fait, de voir à quel point le jeune homme était tombé sous son charme avec une simple dose d’hormones bien placées, sans même la moindre bavure. Enfin, le croyait-elle. Le serveur avait si bien mordu à l’hameçon que l’adolescente n’avait même pas remarqué qu’une autre personne avait été touchée par son manque d’exactitude. Il y avait une espèce de sentiment de pouvoir qui venait avec ce don, lui donnant l’impression de posséder quelque chose de puissant contre les autres. Certes, cet effet de séduction n’était pas parfait, ne fonctionnerait pas sur la grande majorité des femmes et pouvait échouer sur les hommes, mais en somme… c’était plutôt impressionnant.

Les deux femmes cherchaient ensemble la prochaine victime cible de Jewelith lorsqu’un sensuel incube vint s’incliner devant l’adolescente pour lui faire un baise main, l’invitant à danser sous une averse de compliments. Songeant qu’il ne lui couterait rien de s’amuser un peu et remettre son entraînement à plus tard, la jeune hybride répondit à son sourire mielleux, malgré la remarque de Rubis. Enfin, ce n’était pas comme si elles n’avaient pas toute la soirée devant elles, non? Elles pouvaient bien profiter de la Rose Nacrée pour s’amuser aussi! Son maître lui demanda de la regarder, faisant une allusion à sa médecine que la demi-succube ne compris pas, suivant plutôt son nouvel ami vers la foule, sans relâcher sa main.

Jusqu’à ce que Lady Rosebaum ne lui attrape brutalement le poignet pour la forcer à lui porter attention, lui expliquant qu’il était en train d’utiliser son pouvoir pour la charmer et qu’elle devait résister. Autant la partie apprentie-justicière de Jewelith venait de comprendre, autant la partie adolescente pubère avait envie d’ignorer ce comportement maternel de Rubis, songeant qu’elle n’avait qu’à se mêler de ses affaires un peu, pour une fois. Que pouvait bien lui coûter une danse avec un homme charmant et au regard si profond. Elle ne pouvait nier le chatouillement qui naissait dans ses entrailles au contact de l’inconnu, sa main viril caressant sa gorge sensible. Et si elle en avait envie, réellement en fait?

Ce fut le regard de Rubis qui la convainquit que non. Mais il était trop tard, l’incube ayant repoussé son maître pour entraîner ensuite Jewelith derrière lui. L’adolescente tenta de résister, malgré la vague d’hormones qu’elle senti s’abattre sur elle, cette fois-ci, désormais qu'elle était consciente que son intérêt n’était que fictif.

-Eh! Lâchez-moi, c’est mon maître que vous avez frappé espèce d’ordure puante! gronda la jeune fille en tentant de se libérer de la poigne de son agresseur, sans succès. Justement, je suis assez grande pour décider, fichez moi la paix! ordonna-t-elle en se débattant.

Étonnamment, personne ne lui porta grande attention, mais au moins, Jewelith avait retrouvé la raison, alors qu’elle était entraînée de force vers les escaliers qui menaient à un étage que l’adolescente n’était pas prête à découvrir. Elle venait de comprendre ce que Rubis voulait dire par la faiblesse de leur pouvoir hormonal. Il ne peut fonctionner sur quelqu’un qui nous déteste, hors, il avait fait mal à son maître! Maintenant, elle le détestait, ne le trouvait plus ni charmant, ni intéressant. Et n’avait FICHTREMENT pas envie de le suivre.

-Arrêtez! Lachez-moi tout de suite hurla-t-elle lorsqu’il la poussa dans une chambre laissée vacante à l’ambiance trop explicite, juste avant qu’il ne plaque sa main sur sa bouche pour l’empêcher de crier.

-Non mais vas-tu finir par te taire? Je sais que tu en as envie, salope, sinon tu ne t’amuserais pas à charmer les pauvres serveurs. Alors tu vas rester sage et peut-être que je serai doux avec toi. Mais si tu cri encore je t’arrache la langue…

Bien que menacée, Jewelith n’eut pas peur de lui, il ne semblait même pas armé, et il ne lui faudrait qu’une seule once de liberté pour atteindre l’arme attachée à sa cuisse. Il ne la lui donna pas, toutefois, la poussant vers le grand lit pour l’y allonger, malgré la fureur qu’elle mettait à l’en empêcher, à son grand damne. Prise d’un élan de frustration, l’adolescente mordit la main qui étouffait toujours ses cris, mais si l’incube sursauta et gronda, il avait visiblement songé à cette éventualité, puisqu’il ne retira pas sa main meurtrie, s’attardant plutôt à trouver de quoi la bâillonner.

- Je voulais pas en venir à ça, mais j’ai besoin de mes deux mains, vois-tu? S’amusa-t-il en lui enfonçant un foulard dans la bouche, l’attachant derrière sa tête pour qu’elle ne puisse s’en défaire, il l’agrippa par sa couette et tira sur ses cheveux pour qu’elle s’agenouille sur le lit, tout en retroussant ses jupes fébrilement de son autre main.

Hors, si jusqu’à maintenant, la force brute de l’homme avait surpassé la sienne, Jewelith disposait désormais d’un avantage. La fraction de seconde qu’il fallut à l’incube pour réaliser qu’elle était armée permis à l’adolescente, qui n’attendait que ce moment, de prendre sa dague et se libérer de son emprise en voulant le lui planter dans la main. Comme il la relâcha sous la menace de la lame tranchante, ce fut plutôt ses cheveux qu’elle coupa maladroitement, en laissant la couette tomber sur l’édredon.

-Rubis je suis ici!hurla-t-elle, après avoir arraché son bâillon, en espérant que son maître était à sa recherche, menaçant l’agresseur de la pointe de son arme pour le tenir en respect.

Heureusement, son maître ne tarda pas à défoncer la porte, avant que l’incube ne remette ses idées en place et ne se sauve. C’est là que l’adolescente commença à se détendre, rassurée par la protection de Lady Rosenbaum, elle commençait à peine à réaliser à quel point son arme tremblait dans sa main. L’adrénaline l’avait empêché de paniquer, mais maintenant qu’elle était en sécurité, son esprit commençait à réaliser ce qui s’était passé… Ou ce qui avait failli se passer.

-Oh bon sang… bredouilla-t-elle, troublée, en se laissant tomber sur le sol, adossée à un mur pour ne pas s’effondrer trop durement. C’est ma faute, c’est moi qui ait créé ça, bon sang c’est encore ma faute!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubis
Justicier(ère)
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 31/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 30
Race: Semi-succube
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Mer 30 Nov - 8:49

Son regard émeraude scrutait la quantité surprenante de portes fermées qui s’étalaient devant elle. À entendre les bruits de satisfaction qui s’émanaient de certaines, la justicière comprit que plusieurs d’entre elles étaient occupées. Ainsi, l’idée de frapper à n’importe quelle chambre quitta rapidement son esprit. Et puis, se faisant, elle donnait peut-être le feu vert à l’incube de foutre le camp avec son apprentie ou d’accomplir peu importe quel plan il avait en tête. C’est le cœur battant la chamade et l’oreille tendue que la semi-succube marcha sur la pointe des pieds dans le long couloir à la recherche du moindre signe qui lui indiquerait la présence de Jewelith.

Alors qu’elle progressait tranquillement, Rubis entendit un puissant cri en provenance de trois portes plus loin. Jewelith! La mâchoire serrée, la justicière courut dans le couloir. Une fois à la hauteur de la chambre en question, elle envoya une puissante vague de télékinésie directement contre le bois de la porte qui s’ouvrit dans un grand fracas. La scène qui se déroulait devant elle la perturba au plus haut point : son apprentie se tenait debout, tremblante et tenant en respect un incube aux braies défaites. La tenue de la petite araignée était dans un état lamentable, laissant croire qu’elle s’était débattue devant un porc qui avait clairement tenté d’abuser d’elle. Rubis ne porta pas immédiatement attention à la nouvelle chevelure courte de son apprentie, trop occupée à toiser le connard qui avait osé vouloir abuser de sa protégée.

Levant le bras, la rouquine se saisit – par télékinésie – du violeur par la gorge et le souleva de terre. L’homme était grand et assez bâti, mais toute la colère que ressentait la jeune femme était suffisante pour lui donner un boost d’adrénaline nécessaire qui lui permettait de pousser son pouvoir au-delà de ses capacités habituelles. L’incube porta instinctivement ses mains à sa gorge, poussant des couinements étouffés devant la force du pouvoir qui l’étouffait sans le moindre souci.

- Vous n’êtes qu’un porc, vociféra Rubis, furieuse. Combien de jeunes femmes avez-vous abusées de la sorte?! Vous en prendre à une adolescente! C’est répugnant! Il est hors de question que vous laisse aller en toute liberté en sachant pertinemment que ce genre saloperies pourra assurément se perpétuer de nouveau. Quelle sera la prochaine?! Une autre adolescente?! Une enfant?!

Elle s’approcha de lui, un air hargneux au visage. Combien de jeunes femmes ayant subies un sort similaire avait-elle vengées dans sa vie? Beaucoup trop pour pouvoir les compter. Elle n’avait que du mépris pour des hommes de son espèce. L’envie de le jeter par la fenêtre et de le laisser se tuer en s’écrasant au sol se fit ressentir. Mais la jeune femme changea soudainement d’avis, décidée à lui infliger un châtiment beaucoup plus adéquat. Lentement, elle fit glisser l’incube le long du mur afin qu’il mette pied à terre, puis releva un coin de sa robe marine. Ses doigts fins se refermèrent sur le manche de sa dague qu’elle dégaina sans la moindre hésitation. Derrière elle, elle pouvait entendre Jewelith balbutier quelques pauvres excuses, prétendant ouvertement que tout ça était sa faute.

- Non Jewelith, répondit-elle soudainement à ses propos non sans quitter l’incube du regard. Ce n’est pas ta faute. Tu peux flirter avec qui tu veux, personne n’a le droit de te forcer à lever la cuisse pour qui que ce soit. Ces porcs-là n’ont aucun respect pour les gens qui les entourent. Si ça n’avait pas été toi, ça aurait été une autre, trancha-t-elle d’un ton sec. Si ça se trouve, tu as épargné une triste fin à une autre damoiselle qui n’aurait pas eu ta chance.

L’homme tenta d’articuler quelques paroles haineuses, mais Rubis lui somma de se taire sèchement. Elle se rapprocha de lui et termina de détacher son pantalon sans ménagement. La semi-succube fit glisser le morceau de vêtements sur les hanches de de l’incube sans la moindre gêne, son regard émeraude toujours planté dans les yeux bruns du violeur. Son membre viril ainsi exposé, elle le piqua de la pointe de sa dague, ce qui lui soutira un cri strident ponctué d’excuses toutes plus vides les unes que les autres. D’un mouvement sec, la justicière entailla l’appareil génital sous le cri de douleur et d’horreur de la part de l’incube. Non, elle n’avait pas sectionné le tout, mais elle avait suffisamment coupé la peau – de part en part – pour que le bougre se torde de douleur et de peur. Sa verge ne lui servirait plus pendant un bon moment.

- Comptez-vous chanceux que je ne tranche pas net le tout, gronda-t-elle d’un air mauvais alors que l’homme pleurait à chaudes larmes. Ça vous apprendre à vouloir abuser d’autrui. Croyez-moi, la prochaine fois, je ne serai pas aussi clémente et les gens pourront vous surnommer « l’eunuque ». M’avez-vous bien comprise?

L’homme hocha vivement de la tête et Rubis le relâcha. Elle marcha ensuite en direction de son apprentie, lui prit la main et la força à se lever. « Nous partons. » Sans plus d’un regard pour l’incube, le duo sortit et s’engagea dans le couloir. Rubis essuya la pointe de sa dague sur sa robe et rangea l’arme dans son fourreau sur sa cuisse avant de tirer vers elle – par télékinésie – ses escarpins qui traînaient toujours dans un coin. Elle s’arrêta soudainement, le temps de les enfiler de nouveau.

- Tout ça, c’est de ma faute à moi, marmonna-t-elle en évitant le regard de la petite araignée. Je n’aurais jamais dû te faire courir un danger aussi inutile. C’était sot de ma part de croire que tu ne craignais rien. Puis, elle tourna enfin son regard sur l’adolescente. Son cœur se serra en voyant réellement, pour la première fois, ses cheveux coupés courts. Lentement, elle leva la main et toucha les mèches meurtries de la jeune femme du bout de doigts. Et en plus, il t’a forcé à couper tes jolis cheveux longs… Il mériterait que je revienne simplement pour l’achever. Pardonne-moi, Jewelith. Sincèrement. Partons d’ici, je ne supporte plus cet endroit tout à coup, pas toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jewelith
Justicier(ère)
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 18 ans (fév.)
Race: Arachnéenne/Succube
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   Ven 23 Déc - 14:08

Le grabuge créé par Rubis aurait eu tôt fait de faire sourire Jewelith, si elle n’avait pas été en état de choc. Tremblante, assise à même le sol, l’adolescente essayait de reprendre le contrôle de sa respiration, de ses pensées et de son corps, quoi que ce n’était pas évident avec les couinements étouffés de son agresseur, désormais victime entre les doigts puissants de la magie de son maître. L’araignée essayait de se consoler avec les propos de la justicière, même si c’était difficile. En fait, peut-être qu’elles venaient de mettre fin à une suite interminable de viols de cet homme. Rien n’arrive jamais pour rien, n’est-ce pas? Pourtant, la jeune fille se demandait encore comment elle arriverait à apprendre correctement à manipuler ses hormones de séduction si de tels accidents se répétaient à nouveau…

Ce fut les cris du salopard qui la ramena finalement à la réalité, la sortant de sa torpeur craintive pour lui laisser un délicieux goût de vengeance dans la bouche, alors que Rubis s’occupait de lui imposer un châtiment à la hauteur de son ignoble geste. Si les lèvres de Jewelith ne s’étirèrent point de plaisir, elle souriait tout de même indéniablement de l’intérieur. Bien fait pour lui. Elle aurait même pu le lui couper au complet, ça n’aurait pas été de trop! De telles créatures ne méritaient pas d’être «armées» de la sorte!

Finalement rassérénée, Jewelith pu se lever pour suivre Rubis hors de la chambre, et dut s’avouer qu’elle respirait beaucoup mieux à chaque pas qu’elle faisait qui l’éloignait de l’incube meurtri qui pleurait et hurlait sa douleur.

-Non maître, ce n’est pas vraiment de la faute de personne. Il fallait que je m’entraîne, et on l’a fait. D’ailleurs, j’aurais encore besoin de m’entraîner, et ce serait prendre des risques à chaque fois, précisa-t-elle dans un haussement d’épaules. On ne va quand même pas devenir des froussardes, non? Disons que maintenant... je saurai le reconnaître quand on me charme au moins.

Rubis s’était rechaussée, et les deux femmes s’apprêtaient à quitter la Rose Nacrée… disons qu’aucune n’était encore d’humeur à poursuivre l’entraînement, et la nouvelle coiffure peu distinguée de Jewelith allait de toute façon attirer les regards. L’adolescente passa les doigts dans ses cheveux avec une moue boudeuse, le derrière n’étant même pas égal avec les côtés, et quelques mèches sortant de travers, puisqu’ils avaient été coupés dans la forme de sa couette. Son maître sembla finalement y porter attention, et se désola que sa chevelure soit ruinée.

-Ce n’est pas grave, maître, honnêtement je m’en fiche, lança Jewelith en tentant d’en rire, un peu maladroitement, dans un gloussement à peine convainquant. Et puis, ce sera sûrement plus pratique comme ça, je pense. J’commençais à trouver ça long et dérangeant de devoir me coiffer de toute façon, problème réglé! Par contre, je vous serais bien gré d’essayer de m’organiser ça plus proprement à la maison! conclut-elle dans un sourire un peu plus franc, avant de prendre la direction de la porte. L'air frais du dehors lui fit le plus grand bien, mais rien ne la rendrait plus heureuse, à ce moment-ci, que de retrouver son lit douillet et essayer de dormir après cette soirée... particulièrement mouvementée.

[RP terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]
» Si un mec dit que t'es moche, il est méchant. Si une fille dit que t'es moche, elle est jalouse. Si un enfant dit que t'es moche, t'es moche. - Asylum
» La solitude est à l'esprit ce que la diète est au corps, mortelle lorsqu'elle est trop longue, quoique nécessaire. - Terminé
» La paix est-elle une chimère ? (1/2) [Livre II - Terminé]
» "Un entraînement pas comme les autres pour une chasseuse comme elle" [Aurore Sherwood et Derek Hale] (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: