Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kailani
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/11/2016

Feuille de personnage
Âge: 16 ans
Race: Elfe (75%), Fée (25%)
Âme soeur:

MessageSujet: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   Dim 4 Déc - 18:09

Il sembla se faire une coupure à l’intérieur de la semi-elfe, soit une partie d’elle-même qui venait de mourir en même temps que la vie de ses parents prenait fin. Elle cessa d’être en contact avec les émotions de la population hélianthe ou, du moins, ce qui en restait. Ce fut plutôt à un vide que l’effroi fit place… Un lourd silence qui succéda à son cri d’horreur. Elle se retrouva incapable de bouger le moindre membre, ni à produire le moindre son. Elle restait là, sidérée… à fixer le macabre spectacle devant elle. Kailani ne réfléchissait plus et tout bon sens l’avait abandonnée. Le temps avait également cessé d’avancer, du moins, selon sa perception des choses. Elle assistait à la scène sans réellement y être.

La princesse héritière, si elle pouvait encore prétendre à ce titre, n’eut aucune réaction lorsqu’une paire de mains glaciales l’agrippèrent par les épaules. Elle cligna des yeux une fois… deux, trois, puis quatre fois… avant de finalement prendre conscience que ce n’était plus deux cadavres entourés de meurtriers qu’elle voyait, mais plutôt une plage en bordure d’une forêt luxuriante. Le silence était toutefois toujours bien présent, car même la faune ne chantait plus comme elle avait l’habitude de le faire.

Ce fut à cet instant que son cœur s’emballa tout à coup et qu’elle fut prise d’une vague d’épouvante. « Je dois y retourner… » souffla-t-elle, emprise à une folie dont seul le deuil pouvait en être la cause. Elle était si angoissée qu’elle en avait la nausée, puis elle respirait à en avoir la tête qui tourne. Elle se rua en direction du château avant qu’on ne puisse la rattraper, mais elle ne se rendit pas bien loin… car une racine vint freiner sa course folle. Elle était pour se relever, mais on l’empêcha de faire un pas de plus en direction de son foyer. Elle pouvait sentir une poigne de fer sur son bras gauche, qui fut rapidement joint par une prise un peu plus douce, mais tout de même ferme, sur son bras droit. Elle se débattit autant qu’elle le put, donnant des coups de pieds dans le vide, pleurant et suppliant de la laisser partir… mais rien n’y fit. Ses deux protecteurs la ramenèrent contre son gré sur la plage, où elle s’effondra au sol et pleura toutes les larmes de son corps.

La pauvre jeune femme se donnait des coups sur la poitrine, ayant l’impression que sa respiration accélérée ne suffisait pas à lui donner l’air dont elle avait besoin. Il y avait cette pression sur sa gorge qu’elle ne pouvait chasser. Éventuellement, elle eut le visage sur les genoux. Elle se cachait à l’aide de ses bras mais, surtout, essayait d’ignorer le décor qui chancelait… et les tremblements qui parcouraient son corps. Elle ne put se contrôler pendant une période d’une dizaine de minutes, durant lesquelles elle pouvait sentir une main lui caresser le dos. Si seulement cela avait pu l’apaiser… Malheureusement, elle dut se faire violence pour contrôler sa respiration et enfin revenir à ce vide intérieur… qui était toujours mieux que la panique.

Lorsqu’elle tourna la tête, c’est Priam qu’elle vit à ses côtés. Elle n’eut même pas la force de lui offrir un sourire de sympathie. Elle souffla un : « Merci… » à peine audible, puis accepta son aide pour se relever. La semi-fée passa une main dans sa chevelure rose avant de reprendre un semblant de contenance. Un rapide coup d’œil aux alentours lui fit constater qu’une embarcation attendait sur le bord de l’eau et était camouflée par les arbres géants qui se trouvaient partout autour. Des gens, moins d’une dizaine pour l’instant, attendaient, tapis dans la forêt.

Kailani lança un regard interrogateur au mage protecteur, qui l’avisa de son plan de fuir avec autant de réfugiés que possible. Qu’aurait-elle fait sans lui? « Merci, au nom d’Helianthus. » dit-elle en lui serrant les mains. C’était elle qui aurait dû penser à cette éventualité; or, elle n’avait que pensé à sauver sa propre peau. Elle eut brièvement honte de sa réaction.

Soudain, un grognement dans les airs la poussa à lever la tête. Une nuée de dragons prenait son envol au-dessus du cœur de l’île-cité. Elle n’avait jamais rien vu de tel et, pourtant, elle ne ressentait aucune peur. Non, elle était extrêmement nerveuse et resserra son étreinte des mains du mage à ses côtés, mais elle n’avait pas peur. C’était comme si elle savait qu’elle devait craindre pour son peuple, mais qu’elle n’avait aucune réaction intérieure face à ce danger imminent.

- Commandant… Priam… Sommes-nous vraiment cachés de la vue de l’ennemi ici? Combien de temps pouvons-nous nous permettre d’attendre des survivants? Elle détestait devoir poser la question… mais elle se devait de le faire. Tous les regards étaient rivés sur le trio qu’elle formait avec ses deux aînés. On comptait sur eux pour les sortir de là. Allons-nous y arriver…? murmura-t-elle pour que personne d’autre que ses deux compagnons ne l’entendent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priam
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 25/11/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   Mar 6 Déc - 13:37

Il avait du mal à quitter la scène des yeux. Le sang des monarques glissa le long des marches du grand escalier blanc, jusqu’à aller se mélanger avec celui des autres magiciens protecteurs, un peu plus bas. La main toujours plaquée contre sa bouche, Priam avait du mal à ne pas regarder le corps de Zhari, mutilé et décapité. Il ne s’était pas rendu compte du sanglot silencieux qu’il avait poussé et encore moins des larmes qui roulaient sur ses joues. Pourquoi ces envahisseurs s’en étaient-ils pris à eux? Pourquoi venir détruire leur peuple, ravager leurs terres, brûler leurs maisons? Priam se rappelait avoir lu, quelque part dans les bouquins de la grande bibliothèque, que des dragons comme ceux-là étaient originaires d’Irianeth, l’immense île située loin à l’ouest d’Helianthus. Mais était-ce la réalité? Est-ce qu’ils venaient vraiment de cette nation terrible? Et si oui, pourquoi étaient-ils venus? Secoué de soubresauts, Priam porta une main à ses yeux et les essuya sommairement pour clarifier sa vision. À l’extérieur, le leader des troupes ennemies fit signe à ses soldats d’envahir le château et ceux-ci s’exécutèrent sans la moindre hésitation. Ce ne serait pas très long avant qu’ils n’arrivent sur eux! Il devait se ressaisir et mettre la princesse Kailani en sécurité!

Le magicien protecteur se retourna rapidement vers l’héritière et emprisonna ses épaules délicates de ses mains glaciales. Priam ferma les yeux et dans un flash s’étoiles bleutées, usa de son don de téléportation pour se rendre à l’extérieur des limites de la cité, sur une plage en bordure de la grande forêt tropicale, là où se trouvait le commandant. Les trois helianthes conservèrent un mutisme lourd de sens pendant de longues minutes alors que le seul bruit ambiant n’était rien d’autre que la mer se déversant sur le sable blanc. Priam plongea son regard rougi d’émotions sur le commandant et ce simple contact visuel lui confirma la pire des théories. Le grand homme détourna la tête et porta une main à son front, masquant avec difficulté la tristesse qui découlait de cette terrible nouvelle. Les monarques n’étaient plus. Les mages protecteurs étaient tous tombés, sauf Priam. Ils étaient condamnés. Helianthus avait définitivement perdu sa gloire pour assouvir le féroce appétit d’un envahisseur déloyal.

Kailani brisa elle-même le silence, déclarant soudainement qu’elle devait retourner dans la cité. Le nouveau protecteur de l’héritière lui jeta un regard incrédule. Mais c’était pur folie! Si elle se rendait là-bas, elle serait exécutée, tout comme ses géniteurs! Or, les Helianthes avaient déjà beaucoup trop souffert : ils avaient BESOIN de leur princesse pour garder espoir! « Vous n’y pensez pas… » Répondit-il malgré lui. Toutefois, la jeune femme aux cheveux roses n’entendait pas obtempérer à sa protestation. Sans un regard de plus pour ses comparses, elle s’élança en direction de la cité… avant de s’empêtrer les pieds dans une racine pour finir sa course au sol, à face contre terre. Malgré ses blessures, le commandant trouva la force de s’élancer vers sa souveraine et l’agrippa par les bras afin de l’immobiliser. « Soyez raisonnable, princesse… Nous avons besoin de vous… » Souffla-t-il à son intention, son ton démontrant toute la tristesse qu’il ressentait devant l’horreur de la situation. Malgré la douceur du commandant, Kailani se débattait comme un diable dans l’eau bénite, sommant qu’on la laisse partir et pleurant toutes les larmes de son corps. Sans plus attendre, le magicien protecteur s’empressa de prêter main-forte à son compagnon et, à deux, attirèrent à nouveau la jeune femme sur la plage. « Calmez-vous, je vous en prie. » Ajouta-t-il en plantant son regard azur dans les yeux céruléens de la jeune femme. Sa demande resta sans réponse, l’héritière étant trop secouée pour même se tenir debout. Une fois assise au sol, elle fut aux prises avec de violents soubresauts qu’elle ponctua de plusieurs coups à sa poitrine, comme si quelque chose bloquait sa respiration.

Priam jeta un regard inquiet au commandant, puis s’installa au sol près d’elle, lui caressant doucement le dos en espérant pouvoir la calmer. Lui-même avait une pression incroyable sur la poitrine et de nouvelles larmes roulèrent sur ses joues sans qu’il en ait le contrôle. Après de longues minutes de sanglots, la jeune femme leva enfin son regard sur lui, puis réussit à articuler un bref merci auquel Priam se contenta d’hocher de la tête. Il aida la jeune femme à se relever, puis essuya son visage à nouveau, non sans renifler. Les deux jeunes gens prirent un moment pour retrouver contenance et Priam découvrit – en même temps que Kailani – l’embarcation qu’avait trouvée le commandant. Ce n’est qu’à ce moment qu’il remarqua également la quantité surprenante de regards qui leur étaient jetés à partir de la forêt. Des survivants! Ils étaient une dizaine environ. Voilà qui était au moins rassurant. Cette simple constatation réussit à soutirer un bref sourire à l’elfe à la chevelure platine. La nouvelle souveraine d’Helianthus lui jeta un regard interrogateur.

- L’île-cité est perdue, princesse, commença-t-il en prenant une grande inspiration. Je crois qu’il serait primordial pour nous de quitter alors que nous le pouvons encore. J’ai demandé au commandant de trouver un navire et nous partirons avec le maximum de survivants…

Visiblement, cette idée sembla lui plaire, car Kailani lui serra les mains et le remercia avec un peu plus de chaleur cette fois. Priam inclina la tête en sa direction. « À votre service, majestée. » Leurs regards se rencontrèrent une nouvelle fois, quand soudain, un grognement assourdissant se fit entendre. Les deux elfes sursautèrent puis tournèrent leur regard en direction de l’île-cité. Helianthus était survolée par un groupe impressionnant de dragons et Priam sentit l’angoisse le prendre aux tripes. Il y avait certainement d’autres survivants, là-bas… Il devait faire quelque chose! La jeune femme aux cheveux roses posa une question qui laissa planer le doute sur les deux hommes : étaient-ils réellement dissimulés de la vue de ces monstres? Ils n’en savaient trop rien. Certes, ils pouvaient attendre encore un peu, mais bientôt, ils allaient devoir prendre le large… Et encore… qu’est-ce qui leur disait que ces créatures n’allaient pas repérer leur bateau? Il fallait prier les dieux pour leur aide…

- Nous ferons notre possible, princesse… soupira le commandant, tout bas…

- Vous avez raison, majestée, nous ne pouvons attendre trop longtemps… mais nous devons donner une chance aux survivants de pouvoir nous rejoindre… fit le magicien avec un regard déterminé. Je vais fouiller l’île-cité pour ramener le plus de citoyens possible.

Les protestations fusèrent et Priam commença à s’éloigner, malgré tout.

- Commandant, veillez sur la princesse et sur les survivants. Je serai bref. Une poigne se saisit de son bras et il se retourna pour tomber nez à nez avec Kailani qui, visiblement, n’entendait pas le laisser partir comme ça. Je peux me téléporter… Je suis leur meilleure chance et vous le savez. Majestée, j’ai fait le vœu de protéger notre peuple et de servir notre monarchie… Si je devais faillir à cette promesse en abandonnant ces pauvres gens, alors je trahirais la mémoire de la guilde et je ne pourrais me le pardonner. Je vais revenir rapidement, je vous le promets.

Il détacha la main de la jeune femme de son bras, puis disparut dans une lueur bleutée. Priam usa de son précieux temps pour ratisser la cité du mieux qu’il put. Il ne pouvait pas se jeter au milieu de la mêler non plus! Il devait donc procéder avec prudence. Il effectua plusieurs allers-retours grâce à son pouvoir, ramenant chaque survivant croisé un à la fois. Ainsi, il sauva une femme et ses deux enfants, un adolescent, le forgeron, quatre soldats, une sage-femme, deux marins, la tavernière, la dame de compagnie de la princesse Kailani, un apothicaire, un marchand de fruits ainsi que son épouse, un bijoutier et une pauvre orpheline trouvée dans la rue. Il usait de son talent sans arrêt, ne marquant aucune pause entre les multiples utilisations. Il n’avait pas que ça à faire, souffler! Toutefois, la fatigue commençait à le prendre d’assaut à un point tel qu’il tituba alors qu’il réapparut pour la énième fois dans les rues de la capitale. Il tomba à genoux au sol, pantelant et ruisselant de sueur. Il devait tenir le coup! La vie de plein de gens en dépendait! Un message télépathique résonna dans son esprit et il identifia aisément la voix de la princesse qui s’inquiétait de son sort. Visiblement, elle avait remarqué son expression fatiguée et accablée lors de sa dernière apparition sur la plage. Lentement, Priam se retourna et s’installa en position assise, le dos appuyé contre le mur noirci de suie derrière lui.

**[Kailani] Ça va, je vous assure. Je commence à fatiguer, mais rien d’alarmant. Je vous en prie, laissez-moi continuer mon travail… Je suis persuadé qu’il y a d’autres survivants… dit-il malgré l’ordre de revenir à la plage. Si je ne trouve personne d’ici les 15 prochaines minutes, alors je vous obéirai et nous pourrons partir. De toute façon, le soleil décline à l’horizon et nous pourrons profiter du couvert de la nuit pour prendre le large. **

Les protestations continuèrent, mais des rires gras attirèrent son attention, sur sa gauche. Un cri strident fusa. Sans plus attendre, le magicien protecteur se releva, puis accourut jusqu’aux limites de la petite rue où il se trouvait. Il jeta un regard sur la place publique devant lui et vit cinq hommes ennemis entourant une jeune femme aux cheveux immaculés. La place publique était en ruine et des corps gisaient partout, certains calcinés, d’autres baignant dans une mare de sang. La scène était tout simplement horrible… Non seulement était-il difficile de regarder ce spectacle funeste, mais en plus, la jeune femme semblait tirée d’un côté et de l’autre par ses adversaires. L’un d’entre eux – un lézard visiblement – s’avança au milieu du cercle et agrippa la tenue de la jeune femme, déchirant le tissu au niveau de son tronc, exhibant sa poitrine. La pauvre damoiselle hurla, cachant son torse de ses bras graciles et pivota sur elle-même, ce qui permit à Priam de la reconnaître sur le champ. Hécate! Elle était l’apprentie de Maître Argos et une guérisseuse hors pair, malgré son jeune âge. Visiblement, ces enfoirés avaient de sordides idées en tête, puisque le lézard défaisait sa braguette rapidement, bientôt imité par ses comparses. NON!!

**[Hécate] Tiens bon, Hécate!! **

L’elfe profita du fait que personne ne lui portait attention pour détaler aux pas de course en leur direction. Il dégaina sa dague, puis l’enfonça dans le dos du premier ennemi qui se trouvait devant lui. La lame s’enfonça directement dans sa colonne vertébrale, lui soutirant un cri horrible. Priam retira la dague, puis esquiva une attaque de la part d’un homme-insecte.

**[Hécate] Réfugie-toi dans la boutique derrière toi, vite! **

Dès que l’adolescente usa de son don pour disparaître dans le mur, Priam se saisit d’une bille de son sac, la chargea d’énergie et la fracassa aux pieds de ses ennemis. Une onde de choc bleutée retentit, propulsant avec force les hommes plusieurs mètres plus loin… lui y compris. Allongé au sol, Priam entendait un cillement typique dans ses oreilles. Il se redressa avec difficulté, toussotant bruyamment alors qu’un nuage de poussière retombait lentement. Une silhouette se dessina sur sa gauche : Hécate était venue le rejoindre, le visage sali et ruisselant de larmes. « Ça va? » Articula-t-il avec difficulté alors qu’elle l’aidait à se relever complètement. Il lui jeta un regard navré et chargé d’émotions. Ces hommes étaient vraiment des barbares. Il secoua sa tête pour retrouver ses esprits, puis agrippa le bras de l’adolescente avant de disparaître dans une myriade d’étoiles bleutées.

Le duo réapparu sur la plage, aux côtés de la princesse Kailani et du commandant alors que les survivants étaient assis sous le couvert des arbres. L’elfe ressentait une immense fatigue due à l’utilisation prolongée et constante de ses pouvoirs. Sans qu’il n’en ait le contrôle, il chancela et tomba à genoux au sol avant de ramener ses mains au sol devant lui. Son cœur palpitait et les marques qui striaient son corps filiforme brillaient faiblement (comparativement à plutôt), signe qu’il tentait encore d’utiliser sa magie. Le commandant s’avança rapidement à ses côtés malgré sa claudication et voulut lui saisir le bras. Priam leva la main pour l’arrêter.

- Je dois… je dois y retourner…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate
Apprenti(e) magicien(ne)
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   Ven 16 Déc - 22:44

Des corps. Partout. Des corps sans vie. Des corps complètement noircis par la flamme des dragons. Des corps baignant dans leur sang ou dans le sang d’autres. Des corps mutilés. De corps sans tête. Des corps transpercés. Voilà tout ce qu’Hécate voyait alors qu’elle parcourait la cité d’Hélianthus à la recherche du mage Priam et de la princesse Kailani. Elle avait bien l’intention de respecter la dernière volonté de son maître. Trouver la princesse et le dernier mage protecteur et quitter la cité, puisque cette dernière était de toute façon perdue. Étrangement, la semi-elfe réussissait assez bien à faire fi des émotions d’autrui. Probablement parce que la grande majorité de son peuple ne ressentait plus rien, puisqu’elle était morte. Aussi, parce que les émotions des autres n’étaient rien en comparaison à la peine qui remplissait son coeur face à la perte de son maître, celui qu’elle considérait comme un père et qu’elle aimait plus que tout. De plus, la frayeur s’emparait peu à peu de son esprit lorsqu’elle repensait à la façon dont elle s’était débarrassée de l’ennemi qui s’apprêtait à décapiter Argos. Jamais de sa vie elle n’avait utilisé son pouvoir de lumière d’une manière offensive. Son maître et elle pensaient même que cela était impossible, que le pouvoir ne pouvait être canalisé afin de servir d’arme. Toutefois, elle venait de découvrir que ce n’était pas le cas. La lumière qui émanait de son corps n’était pas seulement utilisable de manière défensive, pour aveugler l’ennemi, ou pour rassurer les gens. Manifestement, elle était aussi dévastatrice et cela la chavirait. Tout au long de son apprentissage, Argos lui avait dit qu’elle ne devait utiliser ses pouvoirs que pour faire le bien, pour apporter la lumière dans un monde de ténèbres. Si elle utilisait son pouvoir pour attaquer les gens, était-ce succomber aux ténèbres? La lumière deviendrait-elle sombre? Toutes ses pensées se bousculaient dans son esprit alors qu’elle courait à toutes jambes à travers la cité.

Bien sûr, il était plutôt difficile de remarquer l’apprentie-magicienne puisqu’elle ne courrait pas complètement dévoilée à travers les rues principales. Non, elle prenait bien soin d’emprunter les rues les moins connues et, lorsqu’elle voyait des ennemis, elle plongeait dans les murs des maisons ou des boutiques. Elle allait s’arrêter pour réfléchir à l’endroit où auraient pu se réfugier la princesse lorsqu’une brusque pensée lui traversa l’esprit. Maman! Elle devait sauver sa mère! Cela faisait une éternité qu’elle ne l’avait pas vu, puisqu’elle résidait presque en permanence avec Argos, mais elle devait tenter de la sauver, si cela n’était pas trop tard. Sans réfléchir cette fois, elle traversa l’une des rues principales de la cité avant de se réfugier dans une rue adjacente qui menait à la maison où sa mère habitait. Quelques instants plus tard, elle traversa le mur de la maison de sa mère et arriva face à un spectacle funèbre. Sa mère avait été attachée à l’une des colonnes qui servait à soutenir l’étage supérieur de la maison, et à voir par l’état de sa robe déchirée en lambeaux au niveau de la taille et à la poitrine, on avait largement abusé sexuellement d’elle, à de nombreuses reprises. Des manques de strangulation paraissaient sur son cou et ses lèvres avaient pris une couleur bleuté. Elle gisait maintenant sur le sol, toujours attachée. Morte. Froide. La souffrance transparaissait encore sur son visage, tout comme la peur.

Des larmes de colère se mirent à couler sur les joues de l’adolescente. Comment un peuple pouvait-il être aussi barbare, cruel, sans pitié et sans aucune considération pour les autres êtres vivants? Lentement, elle s’agenouilla près de sa mère et ferma ses yeux encore ouverts. Ne voulant pas avoir une telle dernière image de la femme qui l’avait mise au monde, elle détacha ses poignets et coucha la coucha ensuite sur le dos, ses mains reposant sur son ventre. Non loin de là, elle y trouva une couverture, qui avait sans doute été dans une armoire qu’on avait pillée, et en profita pour recouvrir le corps à moitié nu de sa mère. Hécate resta là, quelques instants, à côté de la femme qu’elle avait toujours aimé, une femme douce, remplie de compassion et qui n’osait jamais faire de mal à personne puisqu’elle réprimait grandement la violence. Elle était parsemée de soubresauts. Elle ne pleurait plus de colère maintenant, c’était la tristesse qui envahissait une fois de plus son coeur. Elle était seule désormais. Elle n’avait plus de famille. La jeune fille allait se résoudre à cette pensée, lorsque l’image de Priam, son demi-frère, surgit dans son esprit. Priam! Pourvu qu’il soit encore en vie et qu’il ait réussi à trouver la princesse et à la mettre en sécurité. La dernière volonté d’Argos lui revint alors en tête et une vague de courage s’empara de son coeur, faisant par le fait même, jaillir de son corps une douce lumière. Le phénomène dura quelques secondes, puis s’arrêta. L’apprentie-guérisseuse se releva en essuyant ses larmes et se dirigea vers la porte. Elle avait une mission à accomplir.

L’adolescente aux cheveux de neige poussa la porte de sa maison et parcourut les rues qui devenaient de plus en plus silencieuses. Elle se mit à réfléchir. S’ils devaient quitter la cité, quel serait l’endroit idéal pour se réfugier et ainsi quitter l’île? La mer était manifestement la réponse la plus logique. Ainsi, Priam et la princesse devaient se trouver près de la mer, à la bordure de la forêt, à la recherche d’un moyen pour quitter Hélianthus. L’apprentie-guérisseuse s’orienta alors vers la mer, résolue à trouver son demi-frère et la princesse Kailani. Elle ne franchit que quelques petites rues lorsqu’elle tomba sur un groupe de cinq malfaiteurs qui furent aussitôt attirés par la blancheur de ses cheveux. En effet, il était difficile de se cacher lorsqu’on avait un physique aussi facile à remarquer. Les cinq hommes s’approchèrent d’elle très rapidement et la forcèrent à s’adosser à une boutique. Instantanément, elle leva ses mains, décidée à se débarrasser d’eux comme elle s’était débarrassé de l’homme insecte qui voulait tuer Argos, mais aucune lumière ne jaillit de ses mains. Les hommes se mirent à rire et l’un d’eux la gifla violemment pour qu’elle se tienne tranquille. Ils éclatèrent de rire, alors qu’elle criait au contact de la main ennemie sur sa joue. L’un des hommes s’empara de son bras droit, essayant de la tirer vers elle, alors qu’un autre s’empara de son bras droit dans la même optique. Pendant un moment, ils se disputèrent Hécate de cette façon, jusqu’à celui qui semblait être le chef de cette petite troupe, un homme-lézard, leur intima de cesser et de la tenir pour lui. Ce dernier s’approcha d’elle et déchira sa robe au niveau du tronc, dénuda de ce fait toute sa poitrine. Des larmes de fureurs coulèrent alors sur son visage alors qu’elle réussit à se libérer de ses « menottes humaines » pour couvrir sa poitrine de ses bras. Les deux hommes essayèrent de la rattraper pour la maintenir, mais le lézard leur fit signe de n’intervenir en cas de besoin, alors qu’il s’approchait d’elle en tirant la braguette de son pantalon.

L’apprentie-guerrisseuse recula contre le mur de la boutique, se demanda comment elle pourrait se sortir de là. Son cerveau ne réfléchissait plus tout et la seule chose à laquelle elle pouvait penser était qu’elle allait probablement mourir comme sa mère : violée à plusieurs reprises, puis étranglée. Le plus dégoûtant dans tout cela, c’est qu’elle ressentait le désir de ces hommes, le désir pervers qu’ils éprouvaient pour elle, elle le ressentait également. C’était tout simplement écœurant. Elle ferma les yeux, se préparant au contact. Elle savait qu’elle ne pouvait faire le poids contre cinq hommes. Ses pouvoirs étaient uniquement défensifs et elle ne savait pas se battre. Soudainement, une voix retentit dans son esprit. Une voix qu’elle connaissait. Priam! Il était tout près. Il venait la sauver!

**[Priam] Maître Priam, aidez-moi!

L’un des hommes poussa un cri horrible alors que Priam lui enfonça sa dague en plein dans le dos. La voix de son demi-frère retentit alors dans son esprit, lui intimant de se cacher dans la boutique! Bien sûr! Instinctivement, elle recula et lorsque son dos toucha la paroi froide, elle se fondit à l’intérieur et réapparut de l’autre côté du mur. Hécate attendit quelques instants et en profita pour réajuster sa robe. Heureusement, dans toute cette malchance, elle s’était réfugiée dans une boutique de vêtements. Rapidement, elle fondit sur la première robe qui semblait à sa taille et l’enfila. Puis se fit entendre le bruit d’une explosion, caractéristique du pouvoir de Priam. Lentement, elle se fondit dans le mur et n’ouvrit que ses yeux afin de voir si tous les ennemis avaient été décimés. Lorsqu’elle vit qu’ils étaient tous à terre, son demi-frère y comprit, elle sortit de sa cachette et se dirigea vers lui à grande vitesse. Il était toujours conscient. L’apprentie-guérisseuse l’aida à se relever. Des larmes coulaient toujours sur son visage, devant tant de méchanceté et de labeur, elle n’était plus du tout en mesure d’arrêter leur flot. Il lui demanda si ça allait. Elle hocha de la tête doucement. « Je m’en remettrai Maître Priam. Je ne vous remercierai jamais assez de m’avoir secourue. » Puis, sans attendre, il prit son bras et ils disparurent.

Lorsqu’Hécate rouvrit les yeux – c’était la première fois qu’elle voyageait par téléportation – elle constata qu’elle se trouvait sur la plage. Elle tourna sur elle-même et vit la princesse Kailani et le commandant. Aussitôt, elle s’inclina devant la princesse en signe de respect. Comme cela ne devait pas être facile d’assister ainsi à la destruction de son peuple. Ne voyant pas le roi et la reine, elle fut forcée de venir à la conclusion qu’ils avaient été tués. S’approchant de la princesse, elle lui prit la main. « Je vous présente toutes mes condoléances, princesse. J’aurais tant aimé qu’il en soit autrement. » Un bruit se fit entendre derrière elle et elle vit que Priam était tombé à genoux sur le sable, ses mains placées devant lui pour s’empêcher de tomber face contre terre. Le commandant, blessé – elle allait devoir remédier à cela très bientôt – s’approcha de lui et tenta de lui saisir le bras. Il tenait à y retourner, mais il était évident qu’il était épuisé et complètement à bout de force. S’il utilisait encore plus de magie, il s’épuiserait complètement et pourrait même en mourir. Un abus de magie au-delà des limites du corps pouvait tuer le mage en question. Maître Argos le lui avait toujours répété. Doucement, elle s’agenouilla près de Priam. « Maître Priam, je vous en supplie. Vous êtes à bout de force. Vous ne pouvez pas utiliser vos pouvoirs à cet état, cela vous tuera. Je peux guérir les blessés, mais je ne peux ressusciter les morts. » Voyant qu’il tenait encore à aller voir s’il restait d’autres survivants, l’apprentie-magicienne fit la seule chose qu’elle savait rassurante. Elle illumina son corps d’une douce lumière et prit le visage de Priam entre ses mains. « Vous avez fait tout ce que vous pouviez, Maître Priam. Vous avez sauvé des dizaines de personnes et vous avez sauvé la princesse. Je vous en supplie, n’y retournez pas. Cela vous tuera. Vous devez rester ici pour protéger la princesse. C’est votre mission maintenant. Vous devez tous nous protéger. Il nous faut partir. » Lorsqu’elle vit que les marques sur son corps cessaient de luire d’une lumière bleuté, elle relâcha sa prise et fit disparaître la lumière de son corps.

Lentement, elle se releva et fit face au commandant. « Commandant, assoyez-vous, je vais m’occuper de vos blessures. » Avant même qu’il ne puisse protester, l’apprentie-guérisseuse le força à s’asseoir. Rapidement, elle s’occupa de la plaie, mineure, qu’il avait à la tête. Une douce lumière blanche se dégagea de ses mains alors qu’elle les plaçait au-dessus de la plaie. L’autre blessure, plus importante, se trouvait à la cuisse de l’homme. Un morceau de bois y était fiché et si elle ne faisait pas quelque chose rapidement, la plaie s’infecterait. « Vous allez devoir serrer des dents commandant, je vais devoir retirer ce morceau de bois et je n’ai rien à vous offrir pour que vous puissiez mordre. » Il lui jeta un regard qui disait qu’il n’était pas faible et qu’il n’avait nullement besoin d’un objet à mordre. Hécate inspira profondément et agrippa le morceau de bois. Tirant de toutes ses forces, elle réussit à le faire sortir, alors que le commandant poussait un grognement de douleur. « Le pire est passé, je n’ai qu’à refermer la plaie maintenant. Restez tranquille. » Une fois de plus, elle posa ses mains à deux ou trois centimètres de la blessure et se concentra sur les tissus qui se trouvaient à l’intérieur de la jambe. La lueur blanche caractéristique surgit de ses mains et l’opération dura presque deux minutes. La plaie était beaucoup plus profonde qu’elle n’avait pensé.

Lorsqu’elle eut terminé de fermer la blessure, elle expira profondément. Cela n’avait pas été aisé. Le commandant la remercia et elle répondit d’un signe de tête. Elle resta assise pendant un petit moment. Elle avait besoin de reprendre ses esprits. La blessure avait été plus difficile à guérir que prévu et cela lui avait pris plus d’énergie. Au bout de quelques instants, elle se releva et vint rejoindre le consensus que formaient Priam, la princesse Kailani et le commandant. « Qu’adviendra-t-il de nous maintenant? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailani
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/11/2016

Feuille de personnage
Âge: 16 ans
Race: Elfe (75%), Fée (25%)
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   Lun 2 Jan - 17:19

L’étreinte sur la main du mage Priam se resserrant, la princesse s’enquerra sur leurs chances de s’en sortir. Elle préférait qu’on lui dise la vérité plutôt que de se bâtir des scénarios apocalyptiques. C’était si facile d’imaginer le pire… et si facile de faire mourir l’espoir. C’est pourquoi elle désirait avoir l’opinion de ses deux compagnons; il était de son devoir de rassurer son peuple. Le représentant de l’armée fut celui à prendre la parole, sans toutefois donner de réponse concrète. Pour ce qui est du seul survivant de la guilde Solaris, il déclara se lancer à la recherche des survivants.

- Vous ne pouvez guère y penser…

Pas après avoir tout fait pour l’empêcher, elle, de retourner auprès de ses défunts parents. Elle comprenait son désir de vouloir aider les autres, sauf qu’elle ne savait pas si le jeu en valait la chandelle. Chaque seconde comptait… et rien ne leur garantissait d’être saufs dans leur cachette en bordure de la mer. C’est alors que Kailani fut assaillie par un sentiment de honte : elle abandonnait ses citoyens, juste comme ça, sans réellement se battre pour eux, sans prendre de chance pour les amener en lieu sûr. Quelle souveraine elle faisait… Ce faisant, elle réitéra à son camarade qu’elle lui déconseillait la quête qu’il voulait mener, mais qu’elle ne l’empêcherait pas de faire ce qu’il devait faire. Il n’en fallut pas plus pour qu’elle relâche la main du jeune homme, qui voulait clairement qu’elle ne l’accompagne pas, et qu’elle croise les bras. Elle l’observa disparaître dans une myriade d’étincelles bleutées en se mordant la lèvre inférieure.

- Nous quittons au coucher du soleil, commandant, que Priam soit d’accord ou non. Nous aurons besoin d’un peu de lumière pour naviguer entre les rochers en bordure d’Hélianthus… mais du couvert de la nuit pour assurer notre fuite. Je compte sur vous pour convaincre Priam de monter à bord du navire, le temps venu.

Elle attendit à peine que son interlocuteur acquiesce avant de se diriger vers le regroupement de citoyens apeurés. Plusieurs accoururent à ses côtés pour lui donner leur condoléances, d’autres pour vouer hommage aux dieux d’avoir épargné leur princesse. À cela, la semi-elfe força un sourire au coin de ses lèvres. Elle ne pouvait voir en quoi sa vie était plus importante que celle de n’importe qui d’autre… plus maintenant. Il n’y avait plus de monarchie, plus de civilisation… Ils n’étaient tous que des expatriés en quête d’un refuge. Néanmoins, elle s’abstint de le laisser paraître aux yeux de son peuple. Elle fit son possible pour les rassurer en serrant des mains, en enlaçant des enfants et en prodiguant de doux encouragements à qui voulait bien l’entendre. Elle apaisa les craintes et discuta calmement avec ceux qui s’énervaient. Elle leur disait que c’était inutile et risquait d’attirer l’attention sur eux, ce qui ruinerait toute chance de se sauver.

La jeune femme à la chevelure rose se fit violence également pour accueillir chaleureusement chacune des personnes que Priam ramenait à la plage. Elle n’avait pas le cœur à cela, mais c’était le rôle qui lui était tombé sur les épaules avec la catastrophe. Elle souriait pour qui voulait bien le voir, sans ressentir de la joie. Elle n’avait qu’un faible soulagement à chaque fois que le magicien protecteur réapparaissait avec un nouveau rescapé.

**[Priam] Je vous demande de revenir auprès de nous. Vous semblez épuisé, vous devez vous arrêter avant de périr à l’île-cité.** Elle envoya ce message télépathique après avoir constaté l’état détérioré de son compagnon. Elle savait qu’il faisait tout son possible pour sauver le plus grand nombre de vie; seulement, c’était la sienne qu’il risquait désormais. Il avait utilisé beaucoup trop de magie. **Vous allez vous perdre en vous épuisant ainsi et vous le savez. Ne me forcez pas à retourner vous chercher moi-même à Hélianthus.**

La princesse espéra que sa menace fasse mouche; or, ce ne fut pas le cas. L’élu de son cœur, qui ne retournait clairement pas ses sentiments, n’en avait cure de ses avertissements. Il n’en fit qu’à sa tête et répliqua qu’il continuerait les recherches pendant encore un quart d’heure. Kailani serra les poings, mais masqua le brin de colère qui s’allumait en elle aux yeux des autres. Elle ordonna, un peu sèchement toutefois, aux survivants de commencer à monter à bord du navire.

De son côté, elle se mit à arpenter la plage de long en large. Elle essayât de rester sous la canopée afin de ne pas se faire voir par l’ennemi. Il était simplement hors de question pour elle de rester en place : elle était bien trop nerveuse à l’approche du départ pour cela. Elle était également anxieuse à l’idée que ces quinze minutes pouvaient être fatales pour Priam… S’il ne revenait pas? Que ferait-elle avec le commandant et tous ces réfugiés? Elle n’avait pas la force d’affronter ce nouveau monde cruel sans avoir au moins un autre magicien à ses côtés. Par chance, sa dame de compagnie était parmi les rescapés de l’île-cité. Celle-là put alors lui parler et la réconforter à son tour, comprenant les craintes de son amie de longue date. Éventuellement, toutefois, la semi-elfe lui demanda de monter à bord de leur embarcation.

Ce fut relativement au même moment que Priam revint enfin… avec Hécate. Kailani accourut à leurs côtés. Elle accepta solennellement les condoléances de la guérisseuse, souhaitant intérieurement qu’on cesse de lui rappeler la mort sanglante de ses géniteurs. Jamais elle ne pourrait oublier la vision de leurs corps séparés de leurs têtes… Elle secoua sa propre tête afin de revenir au moment présent. Elle laissa la demoiselle à la chevelure blanche s’occuper de faire la morale au magicien.

- Merci, Hécate. Écoutez votre collègue, Priam. fit-elle d’une voix empreinte d’autorité lorsqu’Hécate tourna éventuellement son attention en direction du commandant. Comptez-vous chanceux que nous soyons dans des circonstances particulières et que vous soyez parvenu à ramener Hécate parmi nous… Sans quoi, votre désobéissance répétée aurait été répréhensible. Maintenant, montez à bord du bateau. Je ne veux plus entendre d’excuses de votre part. Vous avez fait ce que vous pouviez et nous devons désormais nous concentrer sur ceux que nous avons pu sauver. Ne l’oubliez pas.

La princesse fit signe au commandant de donner un coup de main au représentant de la guilde Solaris pour qu’il monte à bord. C’était le moment pour le commandant d’exécuter l’ordre qu’il avait reçu plus tôt. La semi-elfe, quant à elle, déposa doucement une main sur l’épaule de la guérisseuse. « Il est temps de partir, Hécate. Je vous remercie de votre aide. Nous nous sommes déjà occupé des bandages, mais j’ai bien peur que plusieurs personnes vous demandent un coup de main à l’intérieur du navire. N’hésitez pas à les informer de votre fatigue… La journée a été difficile pour nous tous. Allons-y.

Les deux jeunes femmes furent les dernière à embarquer sur le bateau, qui se mit en route dès qu’elles furent en lieux sûr dans la cale. Tous avaient reçu l’ordre de demeurer cachés, sauf pour les quelques personnes chargées de surveiller les allées et venues des dragons. Malheureusement, la princesse n’était pas la bienvenue parmi ceux-ci. Elle alla donc s’installer entre des enfants, qui étaient les seuls à trouver le sommeil. Elle permit à une petite fille de s’endormir en ayant la tête sur ses cuisses. Elle lui caressa d’ailleurs les cheveux, question de faire passer ses propres inquiétudes.

**[Priam] Priam, pouvez-vous m’informer de la situation là-haut?** demanda-t-elle au bout d’un long moment. Elle se rendit compte qu’elle détestait ne pas savoir ce qui se passait, quel était le niveau de danger, dans quel état se trouvait la mer, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priam
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 25/11/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   Dim 15 Jan - 9:47

Il était à genoux au sol, les mains plaquées devant lui pour maintenir son équilibre. Son cœur se débattait à un rythme irrégulier et il sentait la sueur pointer sur son front pâle. Les veines magiques bleutées qui recouvraient son corps entier brillaient d’une faible lueur bleue… du moins, jusqu’à ce qu’une silhouette douce et familière ne vienne s’agenouiller près de lui. Lentement, il tourna la tête vers son interlocutrice et constata qu’il s’agissait d’Hécate. Elle le supplia de cesser de déployer autant d’efforts sous peine qu’il allait s’épuiser complètement et y rester… Elle n’avait pas tort, il le savait. Mais… il y avait surement d’autres survivants. S’il ne faisait rien, qu’allait-il arriver d’eux? Il les abandonnait à une mort certaine ou pire : à une vie de sévices épouvantables et potentiellement à de la torture. Son cœur se serra à cette idée. Cela allait à l’encontre de son titre, de ses idéaux et de ce à quoi il avait juré employer sa vie. Ses poings se serrèrent et des larmes montèrent à ses yeux. Hécate ne se fit pas démonter par l’attitude récalcitrante du magicien et tenta de le convaincre qu’il en avait assez fait. Non… non il ne pouvait jamais en faire assez. Il en était certain! Mais elle n’avait pas tort lorsqu’elle prétextait que sa nouvelle mission était d’assurer la sécurité de la princesse et du peuple survivant… Deux mains graciles se posèrent de chaque côté de sa tête et l’incita à tourner le regard à nouveau vers la guérisseuse. Une douce lumière blanche envahit les mains de cette dernière et une étrange sérénité envahit l’esprit du magicien protecteur. Ses traits se détendirent et son cœur se calma un peu. Il poussa un nouveau soupir, puis opta pour une position assise, les marques qui striaient son corps reprenant leur teinte blanchâtre habituelle.

L’adolescente se releva enfin, laissant Priam seul, et alla à la rencontre du commandant blessé. C’est alors que la princesse Kailani décida d’intervenir auprès de lui, son ton plus dur frôlait celui de la remontrance. Il leva la tête vers elle et lui jeta un regard désolé. Il ne lui en voulait pas de parler ainsi : après tout, n’avait-il pas délibérément en frein ses ordres et son autorité naissante? Il l’avait volontairement ignorée et, même si cela lui avait permit de sauver la vie d’Hécate, l’avait probablement blessée intérieurement en agissant de la sorte. Elle avait raison… à quoi bon sauver tous ces gens s’il les abandonnait pour mourir à bout de forces? L’elfe hocha doucement de la tête, signe qu’il obtempérait, puis vit le commandant – complètement rafistolé – revenir en leur direction. Il accepta l’aide de ce dernier pour se relever, mais lui fit signe qu’il pouvait marcher par lui-même.

Le soleil s’inclinait à l’horizon et teintait le ciel d’orangé. Il était temps de partir. Hécate revint vers eux et leur demanda ce qui se passerait pour la suite. Priam jeta un regard entendu à la princesse et au commandant.

-Nous partons, Hécate… Répondit-il à sa question. Plus rien ne nous retient ici. Helianthus est perdue. Nous n’avons plus qu’à prier les dieux afin qu’ils nous accordent leur bénédiction et nous aide à trouver une terre promise…

L’émotion plana au sein du petit groupe, mais tous et chacun réussit à la contenir. Ils n’avaient pas le temps de pleurer leurs morts, les dragons pouvaient arriver d’une minute à l’autre. La princesse Kailani fit signe au commandant d’escorter Priam à bord du navire (probablement par peur qu’il ne déserte encore pour tenter de retrouver des survivants) puis déclara à tout le monde de s’exécuter. Elle resta un instant derrière pour discuter avec Hécate et le magicien hocha de la tête alors que son compatriote soldat le poussait vers l’embarcation. Au bout d’un moment, tous grimpèrent à bord. Seuls étaient autorisés sur le pont Priam, le commandant, les deux marins et les quatre soldats. Tous les autres avaient pour ordre de descendre à la cale afin de ne pas les exposer au danger potentiel qui pouvait sévir alors que le navire s’éloignait. Évidemment, cela incluait Hécate et Kailani.

La coque de bois du navire fendait les flots azurs. Priam, adossé au mât, observait l’horizon infini de l’océan. Dire qu’ils quittaient leur précieuse île-cité… Quel destin horrible… C’est la voix de la jeune femme aux cheveux roses qui le sortit soudainement de ses sombres pensées.

**[Kailani] Tout se passe bien pour le moment, Majestée, répondit-il mentalement. Nous prenons le large d’Helianthus. Pour le moment, il semblerait que les dieux aient répondu à nos pri…

- DRAGON!!! Hurla l’un des marins de pleins poumons alors qu’il pointait le ciel derrière eux, en direction de l’île.

Le cœur du magicien protecteur ne fit qu’un bond dans sa poitrine. Il fit volte-face et vit un énorme dragon aux écailles aussi rouges que des braises ardentes se diriger vers eux à une vitesse folle. Oh. Bon. Sang. Puisant toute l’énergie qui lui restait, Priam s’élança vers l’arrière du bateau, passant près de la cale. Il hoqueta de stupeur en voyant la tête rosée de la princesse et celle d’Hécate se pointer à la surface, probablement venues voir ce qui se passait en plus d’être alertées par les cris du marin.

- NON!! Retournez à la cale!! C’est dangereux!! Cria-t-il à leur intention, son ton témoignant de toute l’urgence de la situation.

Sans plus porter d’attention sur elles, l’elfe grimpa les marches qui menaient à la poupe quatre à quatre.

- COMMANDANT!! Tenez-vous prêt à manœuvrer!!

Ce dernier beugla des ordres et tous s’agitèrent. Le magicien courut à en perdre haleine en direction du marin qui maniait la barre de navigation. Le dragon – qui s’était considérablement rapproché – gonfla son immense poitrail au point où les écailles de son thorax s’écartèrent légèrement. Une puissante lumière orangée se forma au creux de lui-même, signe qu’il était prêt à souffler. NON!! Si les flammes atteignaient le bois du pont, tous les survivants finiraient brûlés vivants ou noyés dans l’océan. La bête colossale cracha une immense boule feu qui fusa en leur direction. Vif comme l’éclair et surtout poussé par l’adrénaline, Priam alla se poster à quelques mètres derrière la barre de navigation, directement dans la trajectoire de la boule de feu. Il tendit les mains devant lui et créa un bouclier au maximum de sa capacité. Si l’immense bulle bleutée transparente protégeait une partie du bateau, elle ne pouvait toutefois pas le recouvrir entièrement (c’était impossible, il avait tout de même ses limites). Priam s’en foutait. Tout ce qu’il voulait, c’était absorber le choc de l’impact et éviter le maximum de dégât. Son bouclier était impénétrable, il le savait; il espérait simplement tenir le coup. Lorsque le projectile enflammé heurta son bouclier, il fut stoppé dans sa trajectoire et des millions d’étincelles virevoltèrent un peu partout. Sous la force de l’impact, Priam poussa un cri de stupéfaction, son bouclier vola en éclats et il fut projeté vers l’arrière. Il s’affala sur le dos, sur le bateau.

Ses oreilles bourdonnaient et il voyait flou. Un coin de la voile avait prit feu et déjà, les soldats s’affairaient à grimper sur les cordages pour aller l’éteindre. L’elfe crut entendre la voix de la princesse – non… la reine – Kailani crier des ordres à ses hommes. Tiens, elle n’était pas redescendue? Priam se releva lentement sur les coudes et vit, au loin, le dragon rebrousser chemin pour revenir vers l’île. Il avait probablement été rappelé par ses supérieurs, ce qui était une chance en soit… Les forces lui manquèrent et le magicien s’écroula sur le dos. Sa vision se troubla encore davantage et il crut percevoir des bruits de pas qui couraient jusqu’à lui. Hécate? Kailani? Le commandant? Il ne put en savoir davantage, car il tourna de l’œil et ce fut le noir total.

********

Il grogna un peu sans s’en rendre compte. Il avait mal à la tête, était courbaturé et sa bouche était pâteuse. Il avait cette nette impression qu’il avait prit un affreuse cuite la veille… C’est alors qu’une image mentale lui revint en tête : celui d’un immense dragon s’approchait au vol et crachait une boule de feu colossale en sa direction. Priam sursauta et se redressa soudainement sur ce qui semblait être un lit. Il faisait nuit noire maintenant, signe que cela faisait quelques heures qu’il était assoupi. Son regard azuré mit un moment à s’habituer à la noirceur et bientôt, il put distinguer ce qui l’entourait grâce aux rayons lunaires qui s’engouffraient par les fenêtres. Il était dans la cabine du capitaine, c’était évident maintenant. Baissant le regard sur lui-même, le magicien constata qu’on l’avait déshabillé pour ne lui laisser que son pantalon. Il ne semblait pas avoir de blessures apparentes, ce qui était une sacrée chance tout de même!

Des gémissements se firent entendre sur sa droite, attirant son attention. Une silhouette frêle était assoupie, en position fœtale, sur le petit divan deux places. Priam repoussa ses couvertures, puis posa son pied nu au sol. Il s’approcha doucement de la jeune femme et eut un sourire attendri en constatant qu’il s’agissait d’Hécate. Il se retourna, prit l’un des édredons du lit, puis vint couvrir la jeune femme pour éviter qu’elle n’ait froid. Sous le contact du tissu, cette dernière fut tirée de ses songes.

- Tout va bien, Hécate, ce n’est que moi, fit-il tout bas à son intention. Oui, je vais bien. Tu as veillé sur moi, pas vrai? Merci. Ne t’inquiète pas, je ne vais que prendre un peu l’air. Je veux voir les dégâts. Je reviendrai me coucher tout de suite après, je te le promets. Rendors-toi.

Il remonta la couverture un peu plus haut sur ses frêles épaules afin de l’englober dans un cocon encore teinté de sa propre chaleur. Il tourna ensuite les talons et se dirigea vers les portes qui menaient sur le pont. Il enfila ses bottes, puis agrippa son manteau long qu’il glissa sur ses épaules, le laissant complètement ouvert à l’avant, au niveau de sa poitrine dénudée. Il tourna la poignée, puis sortit en refermant doucement derrière lui. L’air frais de la nuit s’engouffra dans ses vêtements, faisant virevolter son manteau derrière lui. Une odeur saline typique à l’océan chatouilla ses narines. Le ciel était complètement dégagé et une myriade d’étoiles brillait dans le ciel. Priam jeta un regard vers la mer et eu un léger sentiment de vertige (au sens figuré). L’océan s’étendait à des kilomètres à la ronde sans la moindre trace de terre. Il avait l’impression d’être minuscule devant cette immensité impressionnante…

L’elfe aux cheveux de neige secoua doucement sa tête pour se sortir de ses pensées, puis se mit à noter mentalement les dégâts de son altercation de la veille avec le dragon. Il y avait des traces de brûlures ici et là, mais somme toute, c’était minime. La voile avait été légèrement grugée par les étincelles dans un coin, mais les hommes sur le pont avaient réussi à contenir le tout. Cette dernière était donc toujours fonctionnelle. D’ailleurs, seuls les deux marins et deux soldats n’étaient pas allés se couchés, jouant probablement le rôle de sentinelles de nuit. Ceux-ci lui lancèrent des regards reconnaissants, le remerciant probablement pour l’action qu’il avait posée la veille. Il hocha de la tête en leur direction quand soudain, il remarqua une silhouette frêle et esseulée sur la proue. À voir sa longue chevelure rosée qui virevoltait autour d’elle, Priam n’eut aucun mal à reconnaître la nouvelle reine des Helianthes. D’ailleurs… il lui semblait qu’elle tremblait. Avait-elle froid ou était-elle empreinte d’émotions? Déglutissant péniblement, l’homme s’avança lentement en sa direction, jusqu’à ce que ses sanglots ne parviennent à ses oreilles. Il poussa un soupir, puis vint se poster à ses côtés, s’appuyant sur la rambarde devant lui à l’aide de ses avant-bras.

- Il n’y a rien de plus terrible que de voir ses parents mourir devant ses yeux, commença-t-il doucement en baissant le regard sur ses propres mains. Je suis terriblement désolé, Majestée. Ce fut une journée terrible. Je ne cesse d’espérer que ce soit un cauchemar et que nous allons tous nous réveiller. Je… je la revois sans cesse, vous savez. Gisant au sol dans une marre de… de sang…

Sa voix se rompit et il étouffa un sanglot. Elle avait probablement comprit de qui il parlait : Zhari, leur ancienne tutrice, sa flamme, son amante… Ils avaient tous perdus beaucoup aujourd’hui, c’était évident. Il leva une main et essuya ses larmes du revers de celle-ci. Il se redressa lentement et ouvrit la bouche pour ajouter quelque chose, quand soudain, la jeune femme se jeta contre lui, entourant sa taille de ses bras. Sa gorge se noua à son tour et il enlaça la nouvelle souveraine, également envahit par l’émotion. Il comprenait ce besoin de réconfort, en ayant besoin lui-même. Ils restèrent comme ça un petit moment, quand enfin, ils se séparèrent. Priam leva une main et la posa sur la joue de la jeune femme, essuyant doucement l’une de ses larmes de son pouce.

Des bruits de pas se firent entendre. Le magicien tourna la tête et vit Hécate qui les observait. Visiblement, elle n’avait pas pu retrouver le sommeil, ayant perdu beaucoup elle-même.

- Hécate. Merci pour tout. Je… je sais, j’ai vu mes comparses moi aussi. Je… Je peux t’assurer que Maître Argos a été digne de son rang. Il a combattu avec fureur et mérite bien son repos… Il avait misé juste, à voir l’air composé de douleur de l’adolescente aux cheveux nacrés.

Priam se passa une main dans sa chevelure de neige. Maintenant que le calme était revenu, l’heure était au deuil. C’était nécessaire pour pouvoir survivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate
Apprenti(e) magicien(ne)
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   Ven 27 Jan - 19:49

Les rescapés de la tragédie commençaient à monter à bord du navire. Il était temps de partir. Venait maintenant de dire adieu à la merveilleuse île-cité qui l’avait vu grandir. Il suffisait d’embarquer à bord du bateau, sans regarder en arrière. Quitter pour survivre. S’enfuir pour vivre. S’en aller pour mieux recommencer. Telle était la promesse de rédemption que se répétait mentalement Hécate pour mieux supporter le fait qu’ils fuyaient l’endroit où elle avait passé toute sa vie. Hélianthus n’existait plus. Elle n’était désormais que ruines et flammes, un cimetière à ciel ouvert, un vestige, seul témoin d’un massacre contre la nature humaine. Ce fut la main de la princesse – la reine maintenant, en fait – sur son épaule qui la tira de l’espère de léthargie qui l’habitait. Le contact de Kailani était doux et, malgré la grande tristesse qui l’habitait – la semi-elfe pouvait le ressentir – elle tentait d’être forte pour son peuple. Décidemment, elle agissait déjà comme une vraie souveraine. Tel était son destin dorénavant. S’occuper des rares survivants, trouver une nouvelle terre promise et s’assurer que le savoir et la culture des Hélianthes de disparaissent pas. Un lourd fardeau pour une adolescente. La nouvelle reine l’informa que venait maintenant le temps de partir. « Je ferai mon possible Vôtre Altesse. » Elle suivit l’adolescente aux cheveux roses dans le bateau, question d’établir une dernière défense entre la gardienne du peuple et les potentiels ennemis qui pourraient jaillir sur la plage. S’ils venaient à être attaqués, l’apprentie-magicienne donnerait sa vie pour sauver l’héritage de l’île-cité. Kailani était cet héritage.

Toutefois, l’embarquement se déroula parfaitement bien et tous les survivants furent dirigés vers la cale du navire, à l’exception de Priam – logiquement puisqu’il était sans doute le seul à pouvoir les protéger magiquement – le commandant deux marins et quatre soldats. Incapable de rester assise à ne rien faire et à attendre, Hécate décida qu’il valait mieux s’occuper des blessés plutôt que de se morfondre. Elle ressentait le deuil et la détresse de tous les passagers du bateau et elle ne voulait pas se laisser submerger par toutes ces émotions. Ainsi, l’adolescente se mit à parcourir la cale à la recherche des blessés dont lui avait parlé la reine avant leur embarquement. Elle trouva rapidement une femme dont la jambe saignait abondamment. La pauvre ne cessait de trembler et le sang passait au travers de son bandage. La guérisseuse s’agenouilla auprès de la femme et défit le bandage. Il y avait tellement de sang qu’elle ne pouvait pas bien voir la plaie. Calmement, elle exigea qu’on lui amène un bol d’eau et un bout de tissu propre, dans la mesure du possible. Heureusement, elle n’eut pas à attendre bien longtemps, puisque quelques personnes avaient eu la même idée qu’elle et préféraient se rendre utiles plutôt que de se morfondre dans la douleur. La femme, du nom d’Hélène, suait à grosse goutte et sa peau pâlissait à une vitesse inquiétante. Rapidement, la jeune fille nettoya la plaie et vit qu’elle était profonde. Après une profonde inspiration, elle ferma les yeux et visualisa les tissus qui se fermaient. Elle rapprocha ses mains de la blessure et une lumière blanche en jaillit. Cela prit de très longues secondes, mais la plaie se referma. « Vous devez vous reposer maintenant. Vous avez perdu énormément de sang. Seul le repos aidera. » Hélène la remercia faiblement et la semi-elfe lui répondit par un sourire. C’était sa vocation d’aider ces pauvres gens. Sa mission. La raison pour laquelle elle brillait.

Hécate soigna quelques blessures assez mineures avant de ressentir une grande fatigue. Comprenant qu’elle ne pourrait plus aider pendant un moment, elle s’excusa auprès des blessés et leur informa que cela devrait attendre à plus tard. Elle ordonna aux volontaires de changer les bandages des victimes restantes et de brûler ou jeter par-dessus bord les ceux qui avait été utilisés. Dans leur état, ils ne pouvaient se permettre de créer une épidémie à cause d’un manque de propreté à bord du navire. Lorsqu’elle eut donné ses instructions, elle revint calmement vers Kailani, assise parmi les rescapés, une jeune fillette endormie sur ses jambes. « Du nouveau là-haut? » La reine semblait justement être en train de recevoir un message télépathique de la part de Priam lorsqu’un cri retentit jusque dans la cale. Dragon. Non! Pas encore! Il fallait empêcher cela. Voyant que la souveraine se levait pour se diriger vers le pont, l’apprentie-magicienne se lança à sa poursuite. Bien qu’elle n’était pas une magicienne protectrice, elle se considérait comme héritière du devoir de son maître Argos. Elle devait protéger la nouvelle reine. Ainsi, ce fut les cris de Priam qui leur ordonnait de retourner dans la cale qui les accueillirent, mais elles n’allaient certainement pas obéir.

La suite se passa très rapidement. Un énorme dragon aux écailles rouges se rapprochait dangereusement. Que faire? Elle ne pouvait absolument rien contre un dragon. Elle n’eut pas le temps de trouver une solution que déjà la bête envoyait sur eux une boule de feu gigantesque. L’adolescente eut une pensée pour son maître qu’elle allait peut-être rejoindre plus rapidement que prévu. Son regard se porta sur Priam et elle comprit ce qu’il voulait faire. Il était fou! Il allait probablement se tuer! Puis, ses yeux se tournèrent vers la reine. Si le bouclier de Priam ne tenait pas bon, ils allaient tous mourir. Sans réfléchir, elle se saisit d’elle et la força à s’accroupir près du bord opposé du navire et elle s’accroupit près d’elle pour lui servir de bouclier humain. Peu importe si elle était blessée, son pouvoir pouvait la guérir. L’impact fut violent, mais le bouclier du magicien absorba une partie du coup. Une partie de la voile était en feu et comme elle vit qu’elles ne risquaient rien, elle se releva et tendit la main à la souveraine pour l’aider à se relever. « Je suis désolée Majestée. Mon devoir est de vous protéger. » Cette dernière réagit rapidement, en parfait membre de la royauté qu’elle était, et se mit à donner des ordres à ceux qui étaient sur le pont. Soudainement, une boule se forma au creux du ventre d’Hécate. Les survivants! Ils étaient terrifiés, elle pouvait le sentir. Voyant que Kailani avait la situation bien en main, elle jeta un coup d’oeil à Priam. Il gisait sur le sol. Se promettant de faire vite, elle ferma les yeux et disparut dans le plancher. Atterrissant sur le sol, elle surprit plusieurs des survivants. « Ne vous inquiétez pas. Nous avons évitez le pire et le dragon est reparti. Je vous en conjure, restez calmes et reprenez vos places. Vous êtes en sécurité. » Lorsque la boule dans son ventre commença à diminuer, elle put remonter sur le pont. Un certain mage-protecteur requérait son attention.


L’apprentie-magicienne gravit les escaliers quatre à quatre et se dirigea en courant vers Priam, tout en priant les dieux qu’il ne soit pas mort. Elle ne pouvait pas perdre toute sa famille en une seule journée. C’était trop. Kailani se trouvait près de lui, agenouillée. L’adolescente vint la rejoindre et passa une main lumineuse au-dessus de son corps, à la recherche de blessures potentielles. Soulagée, elle soupira. Il était seulement inconscient. Épuisé, complètement à bout de forces, mais vivant. Il avait utilisé toute l’énergie qui lui restait. « Il est vivant votre Altesse. Il est simplement complètement épuisé. » Elle regarda les dégâts autour. « Nous devrions le faire descendre dans la cale où il pourra se reposer et reprendre des forces. Je veillerai sur lui. » La reine obtempéra et ordonna à deux soldats de le descendre dans la cabine du capitaine. « N’hésitez surtout pas si vous avez besoin de quoi que ce soit. » Elle inclina la tête et suivit les soldats vers la cale. Une fois Priam étendu sur le lit, Hécate demanda à ce qu’on lui retire sa chemise et son manteau, de façon à ce qu’elle puisse examiner en profondeur afin de voir s’il n’y avait pas quelques blessures qui auraient échappé à son diagnostic hâtif. Une fois rassurée – il n’avait que des ecchymoses et des éraflures mineures – elle s’installa sur le divan et ramena ses jambes contre elle afin de veiller sur lui. Le mouvement régulier des vagues sous le navire eut raison d’elle et elle sombra dans le sommeil.

La sensation qu’on déposait quelque chose de chaud et de réconfortant sur elle la tira de son sommeil. Quelle ne fut pas sa surprise de voir un Priam debout. Non mais, il ne comprenait pas le sens du mot se reposer? Il venait de se vider complètement de son énergie et il avait passé à deux doigts de la mort. Cependant, ce dernier lui parla d’une voix réconfortante et elle était trop fatiguée pour le réprimander. Affichant un sourire lorsqu’il lui promit de revenir se coucher, elle reposa la tête sur le bras du divan pendant qu’il s’affairait à remonter la couverture sur son corps. Malheureusement, bien qu’elle était épuisée, ses pensées l’empêchèrent de trouver le sommeil. Maintenant que tout était calme, que le danger semblait passé et qu’elle n’avait plus rien à faire pour s’occuper, ses pensées volaient nécessairement vers Argos. Hécate ne pouvait chasser de son esprit le corps de son maître complètement criblé de flèches. Des larmes se mirent à couler sur ses joues. Comment les dieux avaient-ils pu laisser une pareille chose se produire? Pourquoi priver les citoyens d’une île prospère et paisible de tout espoir et les accabler d’un aussi terrible malheur? Qu’avaient-ils fait pour mériter un pareil châtiment? Les Hélianthes étaient un peuple bienveillant. Ils ne méritaient pas du tout un destin aussi funèbre.

Incapable de se rendormir alors qu’elle était assaillie par de si terribles pensées, la guérisseuse en devenir se leva et décida qu’un peu d’air frais l’aiderait. De plus, elle pourrait faire ses adieux à Argos sous le ciel étoilé. Elle savait qu’il veillait sur elle à partir de cet endroit. Elle ne se pressa pas pour se rendre sur le pont, passant doucement entre les rescapés endormis sur le sol. Malheureusement, il n’y avait pas assez de cabine pour tout le monde, certains devaient donc se contenter du plancher de la cale. Un coup de vent s’engouffra dans ses cheveux aussitôt qu’elle atteignit le pont. Un rapide coup d’oeil sur le pont lui permit de constater que Priam et Kailani se trouvaient à la proue du navire. Décidant de leur laisser quelques moments seuls à seuls, l’adolescente se dirigea vers le rebord le plus près et s’y accouda, son regard porté vers les étoiles. Non loin d’elle, elle ressentait la peine terrible de ses deux compatriotes. Son regard s’embrouilla alors qu’elle pensait aux derniers mots de son maître. « Ta lumière ne doit pas s’éteindre, ma petite. Elle doit continuer d’éclairer le monde. » Il n’avait jamais su si bien dire. Maintenant, sa lumière à lui éclairait le monde, l’éclairait elle. Lentement, elle illumina un doigt, puis toute sa main, en hommage à son maître qui adorait lorsqu’elle faisait cet exercice. Une dernière larme coula sur sa joue, qu’elle essuya en même temps que sa main cessait de briller.

Résolue à ne pas rester seule, elle se dirigea vers Priam et Kailani à la proue du navire. Le mage protecteur se retourna vers elle. La remerciant premièrement, la suite de ses mots concernèrent Argos. Des larmes se remirent à couler sur ses joues. « Ses derniers mots concernaient la survie des Hélianthes. » Elle se retourna vers la reine. « Et principalement de la vôtre, Majestée. Il nous intimait de ne pas perdre espoir. » De sa main droite, elle essuya ses larmes. « Je trouve cela bien difficile en ce moment. Qu’allons-nous devenir? Où irons-nous? » L’apprentie-magicienne ne put contrôler les larmes qui continuèrent de couler. « Qui terminera ma formation? Je sais que c’est égoïste de penser à soi dans un temps de pareil désespoir, mais maintenant que maître Argos est... mort. Je... Je ne sais pas comment continuer. » Cela lui prit plusieurs minutes pour se ressaisir. La pression sur son coeur était tellement grande. « Pardonnez-moi Altesse. Il n’est pas digne de s’effondrer de cette façon. » La semi-elfe inspira profondément. « Aurons-nous assez de nourriture pour effectuer un voyage aussi périlleux? »

Le seul moyen de ne pas penser à toute cette misère était de s’occuper l’esprit. Hécate avait l’intention de faire son deuil en respectant les dernières volontés de son maître. La lumière ne devait jamais s’éteindre. Elle devait continuer de briller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailani
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/11/2016

Feuille de personnage
Âge: 16 ans
Race: Elfe (75%), Fée (25%)
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   Dim 19 Fév - 15:57

- Priam m’informe que… disait-elle à Hécate, avant de se faire interrompre.

- DRAGON!

Le soulagement de la nouvelle souveraine face au calme que lui annonçait son protecteur fut de courte durée. Le cri avait tôt fait d’alerter Kailani que leur moment de repos était terminé. Délicatement, mais tout de même avec un certain empressement, elle enleva la tête de la fillette sur ses cuisses pour la reposer sur le banc. « Restez calme. » conseilla-t-elle aux adultes qui veillaient près des enfants. La semi-elfe ne voulait surtout pas que la panique ne se propage à tous les survivants d’Helianthus. Elle se dirigea alors d’un pas décidé en direction du pont, constatant par le fait-même que la guérisseuse Hécate avait eu la même idée qu’elle. Pendant un instant, elle ne put que ressentir de la pitié pour cette adolescente qui se voyait attribuer un si lourd fardeau. Elle oubliait qu’elle-même était plutôt jeune pour l’adversité qu’elle affrontait.

N’eut-elle que le temps de mettre un pied sur le pont que le magicien de la guilde Solaris lui ordonnait de retourner se cacher. Malheureusement pour lui, ce n’était aucunement dans les intentions de la reine de redescendre sans avoir le cœur net concernant l’avenir de son peuple. Quelle dirigeante ferait-elle si elle sacrifiait tout son monde pour se préserver? Elle regarda l’énorme dragon rouge sans flancher. Elle serra les poings et se prépara à ce que la fin arrive en même temps que les flammes de la bête, et ce, même si c’était totalement imprudent de sa part. Quelle ne fut pas sa surprise, alors, de se faire tirer vivement vers le bas afin de se retrouver cachée par la paroi du bateau. Elle se cogna la tête contre le bois sous l’impact de l’attaque aérienne, mais ce n’était rien de grave.

Par la suite, Kailani accepta l’aide de sa compagne pour se remettre sur ses pieds. « Je vous doit un grand merci, Hécate. S’il-vous-plaît, ne vous excusez de rien. » Elle lui adressa un sourire fatigué, mais tout de même sincère. Par après, elle tourna son attention à l’équipage. « Éteignez le feu sur cette voile! Vous, vérifiez les dommages sur la coque! Commandant, ajustez notre trajectoire pour que nous ayons moins de vent. Il faut étouffer ces flammes avant de reprendre de la vitesse. » La demoiselle à la chevelure rose s’abaissa au niveau de Priam, qui venait de perdre conscience, lorsqu’elle fut satisfaite de voir que la situation était en voie d’être maîtrisée et que le dragon s’éloignait de leur embarcation. Elle mit une main devant le visage de l’elfe afin de s’assurer qu’il respirait toujours. Elle fut soulagée de constater que c’était le cas. Elle s’inquiéta néanmoins de l’état dans lequel il se trouvait. Elle leva un regard reconnaissant vers la guérisseuse, qui était revenue à ses côtés. Elle lui confirma que le mage n’avait que besoin de se reposer. « Vous deux, amenez ce brave homme à la cabine du capitaine. Hécate vous donnera d’autres indications au besoin. »

Les heures suivantes furent passées à aider les rescapés d’Helianthus à s’installer pour la nuit. Ce n’était pas chose facile de trouver une place à tout ce beau monde, mais l’ancienne princesse fit son possible. À chaque fois qu’on lui proposait un endroit pour dormir, elle mentit en affirmant qu’on lui avait déjà réservé un lit ailleurs. Ainsi, elle put organiser tous les survivants sans que personne ne se rende compte qu’elle n’avait aucun endroit pour s’assoupir. Elle n’avait pas sommeil, de toute façon.

Elle retourna éventuellement sur le pont au beau milieu de la nuit. Elle se tint à l’écart des hommes chargés de veiller sur le navire. Elle déposa ses mains sur la rambarde et soupira. Son regard bleuté se perdit dans l’infini de l’océan. Devi laissa ses pensées errer au gré des vagues. Tout ce qu’elle avait connu avait été détruit en quelques heures à peine. Cette destruction avait amené la fin à sa famille. Pourtant, elle ne ressentait rien. Elle était misérable, mais il manquait une partie d’elle-même. Il y avait un trou là où devait se trouver son cœur. Elle se mit à pleurer de façon incontrôlable. Elle ne se reconnaissait plus; elle avait tout perdu.

Elle tressaillit à entendre la voix de Priam à ses côtés. Elle ne l’avait pas senti venir. Elle se mordit la lèvre inférieure dans le but de faire cesser le flot de larmes qui coulait sur ses joues, mais son compagnon raviva une douleur vive en son sein. Ce fut d’autant plus pénible pour l’adolescente lorsqu’il termina en ressassant la mort de leur maître. Une autre chose devait mourir : l’amour que portait la reine pour son protecteur. Cette décision étant prise, elle se jeta dans les bras de l’elfe en se jurant intérieurement que ce serait la dernière fois qu’elle se permettrait d’avoir des sentiments pour lui. Elle devait dire au revoir à ce béguin enfantin qu’elle avait entretenu à son égard pendant si longtemps. Il ne serait jamais à elle, voire qu’il ne l’avait jamais été. Son cœur appartenait à Zhari, elle devait l’accepter. Elle le serra un peu plus fort, huma son odeur une dernière fois, puis se recula. Elle força un sourire attristé quand il essuya les larmes sur ses joues.

- Je vous remercie, Priam… pour tout ce que vous avez fait pour notre peuple aujourd’hui.

Hécate vint les rejoindre à ce moment, ce qui permit à la souveraine de sécher le reste de ses larmes en vitesse. Elle laissa les deux magiciens converser sur Argos. Elle ne put s’empêcher de ressentir un pincement au cœur en apprenant que le défunt avait souhaité sa protection, comme tant d’autres l’avaient fait et le faisaient encore. Comment ne pas se sentir comme un fardeau pour tous ces gens? La guérisseuse enchaîna avec ses inquiétudes face à l’avenir, ce qui poussa Kailani à la prendre dans ses bras à son tour. « Ne vous en faites pas, nous trouverons un moyen de survivre. Notre unicité fera notre force. Nous pouvons survivre quelques jours avec notre réserve actuelle de nourriture. D’ici là, nous aurons sûrement la chance de trouver une façon de se sustenter. » Elle se sépara de l’adolescente. « Priam et moi avons tous deux complété notre formation, nous pourrons vous aider avec la vôtre. Tel que le disait votre maître, il ne faut pas perdre espoir. Il y a une solution à tout. » Elle prit une main de chacun de ses compagnons. « La journée fut éprouvante. Allons se reposer. Nous serons en meilleure forme pour réfléchir demain. » Elle laissa les deux Hélianthes passer devant elle, question qu’ils ne voient pas qu’elle se couchait dans les escaliers… à défaut de trouver mieux pour essayer de dormir.

- * - * - * -

L’insomnie ne quitta jamais la souveraine déchue. Cette dernière continua de feindre de bonnes nuits de sommeil pour le bien de son peuple. Elle se construit un masque de sourire et de gaieté, malgré que ce soit le contraire de son état réel. Elle développa toute une série de stratagèmes afin qu’on ne découvre pas ses carences, tel que son manque de faim. Elle s’assurait de manger quelques bouchées devant le commandant, Hécate et Priam, qui la surveillaient de près, puis allait donner son assiette à quelqu’un qui en avait davantage besoin dès qu’ils avaient le dos tourné. Elle allait se cacher pour vomir le peu qu’elle parvenait à avaler et, si on la surprenait, elle blâmait le mal de mer… même si c’était faux. On ne remarqua donc pas qu’elle dépérissait tranquillement; on ne voyait que cette princesse promue au statut de reine qui gouvernait avec brio. Elle s’impliquait dans toutes les décisions concernant la survie de ses citoyens, en plus de s’occuper des blessés et de nettoyer le pont lorsqu’elle avait la permission d’y aller.

Au bout de trois jours, elle aperçut une île au loin. « Commandant! » héla-t-elle, pointant le bout de terre avec un volcan en son centre qui se profilait à l’horizon. « Les dieux sont bons. Dirigeons-nous là-bas pour aller y cueillir de la nourriture. » On mit alors le cap sur cette île verdoyante. Elle était bien trop petite pour que l’on espère s’y installer de façon permanente, mais elle offrait un havre parfait pour refaire ses forces et ses provisions. Une crique permit au navire de s’y amarrer sans être trop visible du ciel. « Faites gare au sable noir, il est chaud pour les pieds. » avertissait-elle toute personne décidant de mettre pied à terre.

Les Hélianthes mirent en place des règles bien précises : on ne devait jamais s’éloigner en forêt seul, en cas qu’un danger rôderait dans les environs. Il était primordial que quelqu’un soit au courant de son emplacement en tout temps. On devait également toujours revenir au bateau la nuit venue pour que la fuite soit facilitée si jamais les Irianiens devaient réapparaître. On se chargea ensuite de mettre en place des rondes de sécurité, de créer des groupes de chasseurs et de cueilleurs, ainsi que de pêcheurs. « Hécate, je sais que nous avons abusé de votre bonté, mais auriez-vous la gentillesse de profiter de cette escale afin de recueillir des herbes médicinales? Si vous parvenez à en trouver, bien sûr. Commandant, je vous laisse en charge de la réparation du navire. Priam, je serais reconnaissante si vous pouviez veiller à la sécurité de notre peuple. » Pour sa part, Devi se chargea de tailler du saule pour la confection de paniers. Ceux-ci serviraient à recueillir de la nourriture. Elle crut sentir une secousse au bout de quelques heures, mais lorsqu’elle leva la tête, elle constata qu’elle était la seule à l’avoir ressentie. Elle devait l’avoir imaginée. Elle devait avouer que son manque de sommeil et d’alimentation la rendait plutôt faible.

Les choses demeurèrent ainsi pendant quelque temps. Les survivants de l’attaque irianienne refirent tranquillement leurs forces. Les provisions augmentaient à un rythme régulier, bien que pas aussi rapidement qu’on l’aurait voulu. Cela suffit pourtant à leur redonner un peu d’espoir. Les réparations sur le navire avançaient également de bon train. L’entraide était le mot d’ordre… à l’exception de Kailani qui évitait le mage-protecteur autant que possible. Toutes les excuses étaient bonnes pour se soustraire rapidement à sa présence. Elle n’avait simplement pas la force de lui faire face après s’être décidée de taire ses sentiments à son égard. D’autant plus qu’elle craignait qu’il voie au travers de ses mensonges puisqu’il la connaissait depuis longtemps. Elle ne manquait donc pas de lui recommander d’accompagner Hécate lors de ses excursions ou de prêter main forte au commandant.

Le huitième jour, en fin d’après-midi, la semi-elfe était assise sur un rocher sur une colline surplombant l’océan. Elle avait enfreint une des consignes, soit celle de ne pas s’aventurer seule. Elle avait toutefois pour dire qu’elle était en vue de la crique, alors ce n’était pas comme si elle était perdue. On pouvait aisément la repérer d’une certaine distance avec sa longue chevelure rosée qui virevoltait au vent. Elle tressait un énième panier d’osier, plus petit cette fois. Un tremblement la secoua faiblement. Elle interrompit son travail et attendit pour voir si la chose allait se reproduire. Rien… Il ne se passa rien. Elle se remit donc à tresser les brins avec un air inquiet au visage.

Elle retourna auprès des siens un peu plus tard, tout en gardant ses distances un peu. Elle entreprit de ramasser des coquillages à l’écart. Elle croisa alors Hécate, qu’elle salua. « Pourquoi des coquillages? Oh, c’est fort simple, ma chère. » Elle prit un coquillage dans sa main, qu’elle referma un instant. Quand elle la rouvrit, c’était une œuvre d’art en or qui s’y trouvait. « Si par chance nous devions tomber sur un village, nous pourrions vendre de ces trésors pour acquérir des provisions ou tout autre équipement nécessaire. » Les chances que cela se produise étaient maigres, mais ça valait la peine de se faire une petite réserve. La reine voulut remercier l’adolescente de proposer son aide, jusqu’à ce qu’elle trébuche sous la force d’un tremblement. Celui-ci était plus puissant que tous les autres qu’elle avait ressenti… et elle sut qu’elle ne l’avait pas imaginé, cette fois. Elle ne serait pas tombée s’il ne s’était rien passé. D’ailleurs, l’air estomaqué de la guérisseuse était la preuve qu’elle l’avait ressenti aussi.

Le cœur battant soudainement la chamade, Kailani leva la tête en direction du volcan. Elle hoqueta de surprise en constatant qu’une fumée bleuâtre s’en échappait. « Non… Non, cela ne peut pas être en train de se produire. » Le volcan était sur le point de faire éruption. « Hécate, nous devons évacuer! Retournez au navire et veillez à ce que personne ne panique, je vous en prie. » La semi-elfe ramassa son panier sans se soucier qu’il y ait des morceaux qui tombent ou non et courut jusqu’à ce qu’elle arrive en bordure de la crique. Elle y repéra Priam, de qui elle s’approcha avec un air affolé au visage. « Priam, nous devons partir! Il faut rassembler les gens. Pouvez-vous m’aider? » Par après, elle envoya un message télépathique au commandant en lui ordonnant de se préparer à un départ immédiat. « Hélianthes! Le volcan s’éveille! Retournez au bateau, immédiatement! »

La dame de compagnie de la reine passa et débarrassa sa souveraine de son panier de coquillages. Devi la remercia et ne perdit pas un instant pour se remettre à crier sa mise en garde à ses compatriotes. Elle les intima tous à rentrer le plus vite possible. Elle leur indiqua le chemin à suivre pour retourner au navire quand, tout à coup, le décor se mit à chavirer autour d’elle. Elle avait la gorge serrée. À vrai dire, elle se sentait exactement de la même façon qu’après la mort de ses parents. Était-ce une nouvelle crise de panique? Ce n’était pourtant pas le moment… Elle devait être forte pour son peuple. Elle sentit une main sur son épaule, mais elle ne parvint pas à entendre un traître mot de ce que lui disait Priam. « Pardon, pouvez-vous répéter? » Elle porta une main à sa poitrine et c’est alors que le magicien de la guilde Solaris sembla comprendre ce qui se passait avec elle. Il lui caressa le dos, comme il l’avait fait la première fois. Cela poussa la jeune femme au regard céruléen à calmer sa respiration. « Pensez-vous que votre bouclier pourra protéger notre embarcation si des débris devaient voler en notre direction? » s’enquit-elle, question de détourner l’attention de son état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priam
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 25/11/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   Lun 6 Mar - 20:00

Son regard était attristé et désolé alors qu’il voyait la pauvre Hécate sangloter la mort de son maître. Il comprenait sa douleur, lui-même vivant difficilement le décès de Maître Zhari, sa formatrice et amante depuis un petit moment déjà. Il avait envie de la serrer contre lui, à son tour, envie de lui dire que tout allait bien se passer, même si au fond, il n’en avait aucune idée. Priam n’en fit rien, sans trop savoir pourquoi. Hécate se retourna vers la nouvelle reine des Hélianthes afin de lui transmettre les dernières paroles de Maître Argos. Il ne voulait pas que leur peuple perdre espoir. De sages paroles qui, malheureusement, seraient difficile à exécuter. La jeune femme essuya son visage de sa main droite et avoua avoir du mal de trouver la force de voir le futur de façon positive. Elle n’était pas la seule, la pauvre…

Hécate ne pouvait s’empêcher de pleurer et Priam sentit son cœur se serrer. Alors qu’elle prétendait ne pas pouvoir finir sa formation, il voulut lui dire de ne pas s’en soucier, mais Kailani fut plus rapide prétextant que Hécate verrait sa formation complétée coûte que coûte, ayant maintenant à dispositions deux magiciens accomplis, soit elle-même et Priam. Pour toute réponse, le jeune homme opina du chef. Les paroles bienveillantes de la princesse le firent sourire. Elle avait espoir que les Hélianthes puissent survivre. C’était exactement le genre d’attitude dont ils avaient besoin. La princesse suggéra qu’ils aillent tous se reposer et les poussa à passer devant elle. Priam se sentait fatigué, alors il n’allait pas opposer énormément de résistance…

******

L’immense navire hélianthe fendit les flots dans une vitesse régulière, porté par le vent marin qui leur était favorable. Ils restèrent en mer trois jours avant de recevoir un signalement de leur princesse qui restait régulièrement à l’affût au niveau de la proue de l’embarcation. Priam et Hécate faisait leur possible pour s’assurer que leur souveraine se repose et s’alimente bien, car, visiblement, cette dernière préférait largement offrir ses maigres rations à d’autre que de consommer la moindre bouchée. Toutefois, elle gardait le moral, souriant largement afin de redonner courage à son peuple.

Ainsi, la voix heureuse de Kailani surplomba le navire alors qu’elle hélait le commandant. Elle déclarait avoir trouvé une île qui leur permettrait de se ravitailler et même de refaire leurs forces pendant quelques jours. Curieux, Priam s’avança sur le pont et alla rejoindre la souveraine afin de jeter un œil à cette fameuse « terre » vers laquelle ils se dirigeaient. L’île était petite et surplombée d’un volcan. S’ils ne pouvaient y vivre définitivement (puisque les ressources y seraient rapidement épuisées, vu la minuscule ampleur de la chose), l’endroit ferait amplement l’affaire pour quelques jours.

Le navire fila à travers les flots, s’engageant dans une petite crique qui surplombait une magnifique plage de sable blanc. L’excitation était palpable à bord du bateau et tous avait hâte d’enfin mettre pied à terre, Priam inclus. Alors qu’ils jetaient l’ancre et descendaient enfin de l’embarcation, Kailani remarqua, au loin, la présence de sable noire. Elle s’empressa de mettre en garde son peuple contre cette matière volcanique et tous opinèrent de la tête afin de souligner leur compréhension. Les adultes s’assureraient donc que les enfants restent loin du sable noir afin d’éviter de subir de terribles blessures. Rapidement, la reine, le magicien protecteur et le commandant établirent les règles de sécurité de mise lors de leur séjour. Tous devaient les respecter sans la moindre exception. Une fois que tous confirmèrent avoir bien saisi les règlements, des rôles furent distribués à chacun afin de les regrouper en catégories, soit : les chasseurs, les cueilleurs et les pêcheurs. De cette façon, ils maximisaient leur efficacité. Hécate fut assignée à la cueillette d’herbes médicinales, le capitaine à la tête des réparations du navire et Priam à la sécurité du peuple. Ce dernier hocha de la tête, puis esquissa un sourire, songeant au fait qu’il aurait probablement l’opportunité de visiter un peu cette minuscule île alors qu’il effectuerait un périmètre de sécurité. Ainsi, l’elfe se mit rapidement au travail, arpentant les abords de la forêt pour se donner une idée du degré de dangerosité de l’endroit pour ensuite s’approcher de la grève (un peu à l’écart de la plage) où se trouvait le sable noir. La quantité de matière volcanique était surprenante… beaucoup plus qu’il ne s’y attendait. Le jeune homme agrippa une branche, puis s’accroupit près de la matière noircie avant de la toucher avec son bout de bois. Au bout de quelques minutes, des flammes léchèrent la surface combustible, signe que le tout était suffisamment chaud pour occasionner de sérieuses brûlures. Raison de plus pour qu’ils en restent loin.

Une secousse se fit sentir. Était-il le seul à l’avoir perçue? Instinctivement, il leva la tête et balaya les environs de son regard céruléen. Personne ne semblait réagir… c’était peut-être son imagination après tout… Malgré tout, il avait un drôle de pressentiment… Heureusement qu’ils n’avaient pas l’intention de s’installer ici indéfiniment.

******

Les jours s’écoulèrent à une vitesse surprenante. Les Hélianthes s’étaient parfaitement synchronisés les uns aux autres et faisaient un travail remarquable. Même les enfants mettaient la main à la pâte en tentant de capturer des poissons dans la crique. Priam se tenait debout sur la plage, notant d’un simple regard la progression du sable noir sur la grève. La matière s’étendait, il en était certain… Pour s’assurer de sa théorie, le magicien s’était affairé à se créer des repaires à l’aide de cinq cailloux marqués avec de la glaise blanchie par le soleil. Il avait disposé ces derniers à distance égale en partance de la grève vers la plage. Le sable noir avait gagné du terrain et avait maintenant englouti le troisième marqueur. Il n’aimait pas ça…

Des cris de joie attirèrent son attention et il détourna les yeux en direction des mômes qui brandissaient un crustacé imposant au-dessus de leur tête, un air victorieux au visage. Hécate, pour sa part, se tenait un peu à l’écart, soulevant des souches et récoltant des herbes près des lieux de cueillettes. Le commandait s’affairait, avec d’autres hommes, à redresser le mât du bateau pendant que des femmes rapiéçaient la voile. Ces dernières affichaient d’immenses sourires alors qu’elles arrivaient à la fin de leur besogne qui, somme toute, leur avait prit plusieurs jours. Où se trouvait Kailani? Croisant les bras sur sa poitrine, le mage protecteur jeta un regard circulaire sur la crique et réalisa que la souveraine était absente. Pourquoi avait-il la nette impression qu’elle l’évitait du mieux qu’elle pouvait? Elle semblait refuser sa présence, ne serait-ce que pour l’assister dans la confection de ses paniers. Avait-il dit ou fait quelque chose de déplacé? Peut-être était-elle en colère contre lui… Priam se promit mentalement de régler la chose avec elle dès qu’il en aurait l’occasion.

Tiens? Une nouvelle secousse? Elle était de la même intensité que la première qu’il avait ressentie, des jours plus tôt. Les sourcils froncés, il observa les Hélianthes qui continuaient de s’affairer à leurs tâches quotidiennes. Bon… Il n’y avait peut-être pas de quoi s’affoler, au final.

- Attention les enfants, les homards possèdent des pinces acérées! Vous risquez de vous faire mal!

Les gamins s’empressèrent de lui faire comprendre qu’ils savaient ce qu’ils faisaient, puis continuèrent leur besogne en riant. Belle façon de lui demander de se mêler de ses affaires! Malgré tout, le magicien esquissa un sourire en secouant doucement de la tête, faisant virevolter ses mèches couleurs de neige. Du mouvement se fit sentir au loin, sur l’extrême gauche de la crique. Une tête rose s’approchait lentement et Priam put identifier rapidement leur souveraine qui arrivait en leur direction… l’ignorant royalement par le fait même. Mais… mais qu’est-ce qu’il avait fait, à la fin?! Kailani entreprit de ramasser des coquillages et fut rapidement rejointe par Hécate. D’où il était, le jeune homme ne pouvait percevoir la conversation des deux compagnes, mais il jugea bon de ne pas s’imposer, ne voulant surtout pas attirer davantage le courroux de la princesse sur lui.

Un nouveau tremblement se fit sentir, plus puissant, plus violent que les autres. Cette fois, tous purent le ressentir sans la moindre gêne. Faisant volteface, Priam jeta un regard au volcan d’où sortait maintenant une épaisse fumée bleuâtre ponctuée des fragments de tison. Oh. Bon. Sang.

- Par tous les dieux… Souffla-t-il pour lui-même devant ce spectacle à glacer le sang.

La terre grondait et une odeur de souffre se fit rapidement sentir. Le cœur du magicien se débattait en fou et la panique s’empara rapidement des Hélianthes. Kailani accourut vers lui alors que l’horreur pouvait se lire sur leurs traits. La reine s’empressa de lui demander son aide afin qu’il rassemble tout le monde, chose qu’il s’empressa de faire alors que la jeune femme aux cheveux roses s’attelait déjà à la tâche.

- Hélianthes!! Au bateau! Vite!! Tout le monde à bord, il n’y a pas une minute à perdre! Cria-t-il en courant sur la plage pour alerter tout le monde. Dépêchez-vous!!!

Une nouvelle secousse, puissante et terrible se fit ressentir, les faisant tous chanceler sous sa force. Le bruit était assourdissant et déjà, la bouche du volcan se mit à cracher d’immenses rochers ponctués de lave incandescente. S’assurant que tout le monde s’affairaient à suivre les indications de la souveraine, Priam revint vers elle. Il hoqueta de stupeur alors qu’il la vit chanceler et ne se fit pas prier pour l’attraper par les épaules.

- Ma reine! Vous allez bien? S’exclama-t-il malgré le vrombissement assourdissant de la montagne volcanique. Il faut vous secouer. Nous devons retourner sur le navire!

La jeune femme leva la tête en sa direction, visiblement confuse, et lui demanda de répéter alors qu’elle portait sa main contre sa propre poitrine. Elle… elle avait mal au niveau de son thorax? À voir son état de confusion, son regard paniqué et son souffle court, le jeune homme en conclus qu’elle faisait probablement une attaque de panique. La pauvre… mais il fallait vraiment qu’ils montent à bord… Il devait donc lui servir d’appui jusqu’à ce qu’elle soit hors de danger. Priam lui agrippa un bras pour la soutenir et lui caressa le dos de sa main libre, histoire d’essayer de la rassurer. Ils se mirent à marcher, ensemble, jusqu’au bateau et, lentement, la souveraine retrouva une respiration plus calme. Ils montèrent à bord et Priam jeta un regard inquiet en direction du volcan pendant que sa compagne lui demandait si son bouclier allait pouvoir les protéger.

- Je peux tenter le coup, mais je ne garantie rien…, fit-il la mine assombrie. Mon bouclier a des limites et il ne peut pas recouvrir tout le navire… Je tenterai de faire comme avec le dragon et de mettre dans la trajectoire des projectiles, peut-être est-ce que ce sera suffisant pour nous permettre de fuir…

Son regard bleuté se posa sur l’île qui était de nouveau secouée par un puissant vrombissement. Le commandant fit le tour des Hélianthes, tentant de voir si quelqu’un manquait à l’appel. Une femme poussa alors un cri paniqué, appelant son gamin à répétition, sans réponse. Le petit Hector était absent? Priam l’avait pourtant vu, un peu plus tôt, jouant sur la plage avec les autres enfants. Les sourcils froncés, il tourna la tête en direction de la souveraine qui fut rapidement secouée par cette révélation. L’adrénaline prenait soudainement le dessus. L’enfant… était-il toujours sur l’île?! C’est alors qu’une révélation frappa le magicien.

- Hécate?! Où est Hécate?!

Il scruta la foule de son regard, ne voyant nulle part la jeune guérisseuse. Automatiquement, la souveraine se mit également à la recherche de l’adolescente. Force était d’admettre qu’elle manquait également à l’appel! NON! Elle était toujours sur l’île, elle aussi?!!! Kailani arriva aux pas de course à la hauteur du magicien protecteur et lui révéla avoir reçu un message télépathique de la jeune femme. Elle était coincée dans la forêt avec le petit Hector! L’enfant, prit de peur, avait détalé dans la mauvaise direction. À la suite d’une secousse, un arbre avait été déraciné et s’était écroulée sur le gamin. Hécate tentait par tous les moyens de lui venir en aide!

- J’y vais!! Je serai rapidement de retour! S’écria-t-il en tournant son regard vers la plage.

Une myriade d’étincelles bleutées l’entoura rapidement, signe qu’il faisait usage de son don de téléportation. Toutefois, à la dernière seconde, une main le glissa dans la sienne. Il était trop tard pour s’arrêter! Le sort avait déjà été lancé! En moins de deux, le magicien se retrouva sur la plage aux côtés de Kailani qui, aux prises avec une vague d’adrénaline, semblait avoir complètement oubliée sa crise d’angoisse précédente.

- Mais qu’est-ce que vous faites là?! Cria-t-il à son intention. C’est dangereux!! Vous pouvez y laisser votre peau, ma reine! Je dois vous ramener à bord, et vite!

L’interdiction d’agir fusa rapidement. Elle VOULAIT l’accompagner, probablement pour lui prêter main forte auprès du garçon qui devait être paniqué. Visiblement, rien ne pourrait faire changer d’idées la reine Kailani… Priam poussa un soupir résigné, puis s’élança vers la forêt aux côtés de la souveraine. Une nouvelle secousse se fit sentir, passant près de les projeter au sol sous la puissance du tremblement. Le volcan crachait sa lave abondamment et l’air ambiant était de plus en plus lourd. Les deux Hélianthes louvoyaient entre les arbres, poussant les fougères au passage. Au bout d’un moment, ils arrivèrent enfin en vue de la guérisseuse qui tenait fermement la main du gamin qui pleurait à chaudes larmes. Le pauvre enfant était couché, face contre terre, le tronc de l’arbre renversé lui écrasant lourdement les jambes. Sans plus attendre, les deux elfes se ruèrent vers eux.

- Hécate!! On est là! Cria le magicien. Ça va aller Hector, on va te sortir de là! L’enfant sanglota de plus belle, appelant sa maman et suppliant les trois Hélianthes présents de le sortir de là. Sois brave, Hector. Nous allons te sortir de là. Hécate, Kailani, agrippez cet arbre, nous allons le dégager de là!

Heureusement, le végétal n’était pas si imposant. À trois, ils arriveraient à libérer le pauvre Hector. Priam agrippa l’extrémité la plus grosse, puis fit un décompte. Il donna ensuite le signal et les trois compatriotes bandèrent leurs muscles afin de soulever le tronc. Ils effectuèrent plusieurs tentatives avant de lever l’obstacle suffisamment pour permettre à Hector de ramper un peu plus loin. Une fois le gamin libéré, ils laissèrent tomber l’arbre au sol, puis Priam s’élança jusqu’à ce dernier afin de s’assurer qu’il allait bien. Ses jambes étaient solidement amochées, mais il vivrait…

- Je ne peux pas téléporter tout le monde en même temps, s’empressa-t-il d’expliquer. Je devrai vous bouger un à un… Sans la moindre hésitation, les deux femmes désignèrent l’enfant blessé. Il DEVAIT rejoindre sa mère au plus vite! Bon… S’il le fallait. D’accord. Mais ne bougez pas d’ici! Je reviendrai très vite!

Le jeune homme se pencha, prit la main de l’enfant dans la sienne, puis usa de son talent de téléportation pour se transporter par magie sur le navire. Une fois à bord, la maman de Hector accourut jusqu’à lui en sanglotant et serra son gamin contre elle. Priam s’apprêta à se téléporter à nouveau quand soudain, le volcan cracha un immense rocher enflammé. Ce dernier fusa en direction de la forêt et s’écrasa avec un boucan assourdisant pile à l’endroit où se trouvaient Kailani et Hécate!! Les flammes se propagèrent comme une traînée de poudre à travers la végétation sous les cris horrifiés des Hélianthes.

- NON!!! Hurla Priam.

Sans plus attendre, il se téléporta et réapparut rapidement parmi la forêt en flamme. L’odeur de souffre était totalement insupportable! Rapidement, il sortit un mouchoir de tissu de sa poche et noua ce dernier autour de sa bouche et de son nez. L’épaisse fumée piquait les yeux et le brasier léchait les arbres, rendant l’ambiance totalement infernale. Son regard larmoyant (agressé par fumée) balaya la végétation environnante à la recherche des deux femmes, mais sans grand succès. Où étaient-elles?! Avaient-elles fuit?!

- HÉCATE!!! KAILANI!! Cria-t-il d’une voix paniquée. Où êtes-vous?!

Il courut à travers les arbres brûlants et évita de justesse une branche calcinée qui tomba à près de lui. Elles ne devaient pas être bien loin, non?!!

**[Kailani & Hécate] Où êtes-vous bon sang?!! Dites-moi que vous êtes en vie, je vous en supplie! Répondez-moi!!**

Immanquablement, l’impensable s’imposait dans son esprit. Non… non il ne devait pas penser à ça! Il devait continuer ses recherches!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'est qu'un au revoir [PV Helianthes]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Ce n'est qu'un au revoir
» Comme c'est agréable de te revoir...
» Besoin de le revoir et d'explications...
» sniff, au revoir madame lhasa...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Autres lieux :: Mer-
Sauter vers: