Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Et cette information importante... ? // Méira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Et cette information importante... ? // Méira   Lun 9 Jan - 22:11

La relation de Mikhael et de Méira était assez étrange. Ils ressentaient une forme d’amour, mais tous les deux ne souhaitaient pas le montrer. Ils vivaient ce genre de relaiton de manière différente… mais très semblable. Jamais Mikhael ne serait capable d’avoir une relation stable avec une femme : il le savait. Il savait qu’il allait la tromper peu importe… au moins, une chose était certaine : Mikhael se connaissait très bien. Et disons qu’avec les années, il commençait à très bien connaître sa partenaire de vie. Enfin… même si l’union n’avait pas été confirmé par cette chose stupide qu’était le mariage, il fallait le dire clairement. Aucun des deux n’allait l’admettre, puisque tous les deux vivaient dans le déni. Il serait bien triste sans sa Méira. L’avoir à lui, pouvoir ressentir un peu de jalousie, c’est bien et il pourrait même dire que c’était agréable. Enfin… La relation était assez compliquée mais jamais ils ne diraient qu’ils aimaient l’autre.

Cependant… cela devenait de plus en plus clair pour Mikhael. Mais loin de lui l’idée de la marier. Il aimait Méira, son corps bien sûr, comme celui des autres femmes. Mais il avait un petit quelque chose de plus. Jamais Mikhael n’avait imaginé une autre femme lorsqu’il passait un bon moment avec l’une d’entre elle… Mais c’était arrivé. oh, il profitait toujours autant, mais le corps de Méira lui manquait rapidement. Avec elle, il avait un petit quelque chose de plus qu’il comprenait très bien mais n’admettait pas. Enfin… c’était bien cela pour lui. Il avait été invité au bal d’anniversaire de Méira. Elle l’avait invité et il faut dire que lui ne passerait jamais pour un bal. C’était une place qu’il aimait bien… l’ambiance, les femmes. Il était parfaitement dans son élément dans un bal. Méira le savait puis, il ne pouvait tout de même pas manquer l’anniversaire de Méira. Le bal commencé, la musique jouait, tout était bien. Cependant, lors d’un moment, le père de Méira fit tout arrêter et demanda à tous de l’écouter.

Apparemment, il avait une annonce importante à faire. les instruments arrêtèrent et les voix tombèrent. Finalement, il fit son annonce qui ravit les gens. Tout le monde. Sauf une personne… Voire peut-être deux personnes. En effet, le père de Méira semblait si fier de dire à tous que sa fille unique était fiancée et qu’elle allait se marier avec un noble lointain… Pardon ? Mikhael cligna des yeux une seconde, comprenant la situation. Vraiment… ? Son regard se dirigea directement vers Méira, voir ce qu’elle en pensait. Et elle n’avait pas oser lui dire ? Elle ne lui avait rien dit ? Pourquoi donc ? C’était bien stupide tout cela ! Elle aurait dû. Ainsi, tout le monde qui le souhaitait venait souhaiter les meilleurs voeux à la fiancée…. Mikhael aussi le fit. « Félicitations, ma Dame. J’espère pour vous que ce sera un heureux mariage. » Les personnes ne le connaissant pas n’entendaient pas le reproche dans sa voix : Méira par contre… D’autres invités lui dirent félicitations et la soirée continua. Le fait que Mikhael se sente en colère expliquait plusieurs choses. Pourquoi serait-il en colère si elle ne représentait rien pour lui ? Et merde… Il attendit que la soirée passe un peu. Il voulait lui parler seul à seul.

Lorsqu’il eut l’occasion et qu’elle n’eut personne autour d’elle, il l’arrêta. Il devait lui parler, savoir pourquoi elle lui avait fait ça. Elle se mariait, allait loin. Et même si elle était proche, sa règle stupide allait devenir un problème… Il devait absolument lui parler. « Ça aurait été sympa d’en parler, tu ne crois pas ? M’avertir au moins ? » C’était important à savoir quand même… au moins le savoir, ou quelque chose comme ça. Savoir que d’ici deux mois, il n’allait pas pouvoir la voir. Bien sûr, connaissant sa réputation, il était probable que son mari ne veuille plus qu’il la voit. « D’ici deux mois, il n’aurait plus rien et je doute fortement que ton mari te laisse partir autant… Une information comme celle-ci ne devrait pas être gardée comme ça, peu importe sur quel sujet... » Il avait bien sûr supposé qu’elle savait cela… et qu’elle ne l’avait pas appris en même temps que lui. Pour le moment, il était en colère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: Et cette information importante... ? // Méira   Mar 24 Jan - 17:26

Tout était merveilleux, absolument merveilleux! Ma fête allait bon train, mes invités, et surtout ceux de mon père, étaient tous présents. Je fus ravie de constater que Mikhael était présent à cet événement qui me tenait à coeur. Non pas pour mon anniversaire, mais le simple fait qu'il juge pertinent de s'y présenter me réchauffer sérieusement le coeur. Notre relation était particulière, je m'en rendais bien compte. Mais nous étions bien, ainsi... à jouer au chat et à la souris, à se courir après, et en s'esquivant avec des regards langoureux. Je devais avouer que cela me plaisait, et que je pensais même pas à ce à quoi cela pourrait évoluer. Après tout, n'étais-je pas bien, ainsi, volage, célibataire, flirtant librement qui je le voulais, ayant comme amant régulier le meilleur de tous, un prince de surcroît! Et dire qu'au départ, je ne voulais que lui lancer un hameçon et en faire un amant pour pouvoir l'avoir à son propre jeu... ne m'étais-je pas prise moi-même dans tout cela?

Oh et puis, peu cela m'importait! J'aimais le voir danser, même si cela me serrait le coeur si ce n'était pas moi qu'il prenait dans ses bras. J'aimais qu'il soit là, qu'il me lance un regard de temps à autres. Nous ne nous perdions pas de vue dans la salle. Il m'attirait comme un aimant, de toute façon. Je ne saurais trop m'éloigner de son magnétisme sans me sentir propulser vers lui par la force de nos désirs! Et de notre amour... mais il ne fallait pas en parler! Cela ne faisait pas parti de notre mode de vie. Et pourtant... l'amour... mon père, cher homme charmant qu'il était, avait décidé pour moi qu'il était temps que je fonde une famille! Mais sans doute pour éviter d'avoir une crise, ou de fortes protestations, il me l'avait annoncé de la façon la plus honteuse qu'il soit. Le jour de ma fête, aujourd'hui même!

Ayant interrompu les festivités, peu après le repas, afin de porter une annonce importante à l'attention de tous, il avait annoncé, tout bonnement, que j'épouserais prochainement un homme et irait vivre dans les colonies du royaume! Il m'exilait! Avec un inconnu de plus! ET DANS LE MARIAGE! Je le détestais, soudainement, de toutes mes forces! Mais en digne héritière, je ne pouvais laisser éclater ma colère, déjà ces fichus rapaces plongeaient vers moi pour me féliciter avec leurs faux airs enjoués. Des félicitations... pour quoi? Pour me faire enfermer contre mon gré dans les barreaux d'un mariage forcé? ne voyaient-ils pas tous comme la nouvelle m'avait moi aussi surprise? J'étais tellement sans voix, que je n'avais pas réussi à répondre au regard interrogateur que m'avait lancé le prince de Shola. D'ailleurs, au moment où il vint me trouver pour me présenter ses chaleureuses félicitations, je vis bien qu'il me croyait au courant. Je ne pus pas le nier, car j'étais envahis de mots amicaux et il disparaissait déjà dans la foule.

Soudain, je me sentais brisée. Je ressentais au fond de moi un besoin irrépressible d'aller le trouver et de lui dire que je ne le savais pas, que je ne le voulais pas! Mais mon père m'avait rejointe et se faisait un plaisir de parler d'un grand manoir plus au sud, mais affirmant qu'il ne nommerait pas l'heureux chanceux dès maintenant. À quoi bon tant de mystères? C'était évident en fait. J'avais été vendue. Tout bonnement vendue, comme de la marchandise. Ce devait être un vieil homme aigri qui cherchait une machine à bébés, car il n'avait pas encore d'héritiers pour sa noble entreprise. Pouah! Quel destin funeste m'attendait! Qu'allais-je pouvoir faire pour contrer les plans de mon père? Ooooh quel homme... borné! Je bouillais intérieurement, tout en m'efforçant d'adresser des sourires crispés aux mondains qui se pressaient pour être au premier plan de ce grand mariage.

Je devais absolument parler à ma mère... si elle avait su ce que mon père tramait, elle aurait réagi, elle m'aurait prévenu! Du moins... je l'espérais. Peut-être l'en avait-il empêcher. Pourquoi avais-je un père qui ne pensait que par l'argent? Quel capitaliste! Je croisai ma mère, et n'obtint pas de bonnes nouvelles... Mais comme on m'approchait de nouveau, je m'éloignai. Je parvins finalement à m'éclipser, et tapai du pied dans un promontoire dont le contenu tomba au sol dans un éclat bruyant, qui me procura un certain sentiment de satisfaction. Argh! Ce père... il... c'était... J'avais envie d'hurler. Cela faisait déjà un moment, et un certain calme commençait à me gagner alors que j'observais les éclats du vase que j'avais brisé. Pour une raison quelconque, j'y voyais soudain mon avenir. Je me sentais envahie d'une grande peine et dû faire un grand effort pour retenir les larmes qui menaçaient de couler le long de mes joues. Je ne devais pas pleurer. Une dame ne pleurait pas.

Lasse des sentiments qui se bousculaient en moi, je tournai les talons et filai vers un endroit où je savais pouvoir être entièrement seule. Mais alors que je passais devant les portes de la réception, un bras m'attrapa et je me retournai, surprise. C'était Mikhael... malgré moi, mon air se renfrogna. Sympa d'en parler? Il croyait sincèrement que j'étais au courant, et consentante? Allons! Il me connaissait mieux que cela! Pendant un instant, il me vint à l'idée de le provoquer, puis je laissai tomber. Il valait mieux être honnête et ne pas se laisser aller dans des tirades inutiles, j'avais plus envie de me blottir dans ses bras et de me dire que tout cela n'était qu'un cauchemar, plutôt que de me lancer dans une guerre de mots uniquement motivée par ma colère envers mon père. Soupirant, mon visage se détendit un peu. Par contre, avec le ton de sa voix, je ne pus m'empêcher de froncer les sourcils et de reculer d'un pas.

« Oh allons, Mikhael. Tu ne crois tout de même pas que j'ai fomenté un plan pour me marier dans les colonies humides, avec le soutien de mon ignoble père capitaliste... c'est le cas? » Je me renfrognai. « C'est évident qu'il m'a vendu et qu'il m'a mise devant le fait accompli pour m'empêcher de réagir. Il doit être bien riche ce connard pour être l'heureux élu... » ajoutai-je, l’amertume teintant ma voix. À voir son hésitation, du moins je jugeais que c'était cela, je constatai qu'il avait, effectivement, cru que j'étais au courant. « Allons dont! Tu me connais mieux que cela. Il y aurait longtemps que je me serais plaint si j'avais su ses détestables plans. » Sentant les larmes qui montaient à mes yeux malgré moi, j'avais tendance à baisser mes barrières près de lui, sans même le réaliser... je me détournai pour qu'il ne puisse pas voir l'émotion briller dans mon regard. « Ma mère me l'a confirmé. Père me trouve trop vieille pour demeurer célibataire et veut que je fondes une famille et propage l'empire familial... » le ton de dégoût qui perçait dans ma voix tremblante laissait voir comme cette idée me déplaisait, mais aussi mon impuissance. « Dans deux mois, je serai mariée... » murmurais-je, en relevant la tête pour ravaler mes larmes que j'étais décidée à ne pas laisser couler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Et cette information importante... ? // Méira   Dim 12 Fév - 23:05

Mikhael ne se sentait pas bien du tout. Enfin, il aurait vraiment aimé être capable de faire autre chose… de pouvoir la garder pour lui. En plus, il devait maintenant la partager… en plus de voir qu’elle allait très loin. Comment Mikhael pouvait imaginer accepter cela ? Pour lui, ce n’était pas une option et il était vraiment en colère. Pourquoi être tant en colère alors ? Il ne pouvait pas tant le dire… bien que sa réaction lui clarifie certaines choses… Et merde, comment pouvait-il imaginer quelque chose comme cela ? En pensant ainsi. Elle l’avait tenu à l’écart de cette information. Il voulait comprendre le problème. Il voulait absolument voir… en ce moment, il est juste en colère. Rien de plus… Le coup qu’il venait de recevoir était douloureux.

Il voulait des explications, il voulait qu’elle lui dise pourquoi est-ce que le secret avait été gardé ? Il ne savait pas encore ce qu’il se passait réellement, mais pour lui, la situation était bien claire. Il ne savait pas ce qu’il pouvait penser d’autres. En même temps, il s’énervait lui-même car la situation lui montrait qu’il avait un attachement plus grand que ce qu’il pensait au départ. À son tour, elle ne semblait très contente de la situation. Bien sûr… c’était très possible, mais pour le moment, Mikhael ne voyait pas du tout cela. C’était très différent… En l’écoutant parler encore plus, il comprenait de plus en plus qu’elle ne le souhaitait pas. Son père avait vraiment préparé un mariage arrangé avec un homme sans importance très loin ? C’était parfaitement ridicule. Sauf s’il avait de l’argent bien sûr… Alliance et plusieurs autres causes. Pareil, Mikhael n’aimait pas cette situation, bien qu’il commençait à accepter le fait qu’elle ne le savait pas plus que lui.  « Oui bien sûr, riche... » Une raison de ne pas en parler.

Méira expliqua à Mihkael qu’elle se serait plainte bien avant si elle avait été prévenu par son père. Peut-être bien qu’il ne l’avait pas fait car il savait la réponse de sa fille à l’avance. Là, elle se retrouvait devant le fait accompli et ne pouvait rien faire d’autre. Normalement, c’est une chose qui est dite après les arrangements. Bien sûr, souvent, ce n’était pas d’un commun accord. Alliance, renforcir les liens familiaux et tout cela. Elle tourna le regard et Mikhael y apperçu une tristesse. Il avait donc vraiment tort en pensant qu’elle le savait… oui, certainement. Elle avait mal à ce moment et ça se voyait. « Méira... » Elle confirma ce que son père voulait faire. Toujours, L’émotion était si grande… Mikhael ne savait pas quoi faire en la regardant. Déjà, il avait eu tort et c’est en la voyant dans cet état qu’il comprenait l’erreur qu’il venait de faire. Il baissa les yeux. « Pardonnes-moi. Ma colère a parlé à ma place, je ne voulais pas... » Il était triste et en colère. Il… ne voulait pas la laisser à quelqu’un. Sa main se posa délicatement sur sa joue et il dirigea son visage vers le sien pour la voir. Il sourit doucement.

« Je suis vraiment désolé. Jamais je ne voulais te rendre si triste. Jamais. Tu ne le savais pas, ça doit être difficile pour toi avant moi. » Il ne l’embrassa pas, même s’il en mourrait d’envie, pour la rassurer. Pour montrer qu’il était là. Il caressa doucement sa joue, avant de la prendre dans ses bras. Rien de tendancieux, rien de sexuel, juste une rapprochement pour la rassurer, lui montrer qu’il était avec elle. Bien sûr, faire ce genre de choses de l’annoncement de son mariage n’était pas bien vu, mais là… ce n’était pas Lust qui était là. Mikhael voulait rassurer une personne qu’il aimait.« Méira, pas besoin de retenir tes larmes, je suis là. Et tu peux être toi avec moi, on se l’était déjà dit, non ? » Il ne voulait pas qu’elle se retienne. Il voulait voir ses vrais sentiments. Si elle les cachait, Mikhael ne pouvait vraiment pas être là pour elle si elle ne lui montre pas ce qu’elle ressent par orgueil. IL ne savait plus vraiment ce qu’il voulait dire de toute façon. Il était contre ce mariage.. mais que pouvait-il faire ? Tout de même pas lui demander sa main le jour de ces… fiançailles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: Et cette information importante... ? // Méira   Jeu 23 Fév - 16:49

Mikhael s'excusa auprès de moi et j'en fus émue, je dois l'admettre. Sa... colère? Ainsi, ce mariage le perturbait réellement? Souffrait-il pour elle, ou pour lui? Tous deux savaient clairement ce que chacun pensait du mariage: une institution archaïque qui brisait la liberté de chacun d'agir à sa guise. Je sentais sa main se poser sur ma joue et le laissai guider mon regard vers le sien. Son regard et son sourire me réchauffèrent le coeur. Ses paroles étaient sincères, je le voyais dans ses yeux. Je ne savais pas quoi répondre, que dire. Y avait-il seulement quelque chose à dire... Je voulais pleurer et crier. J'avais envie de briser des trucs, de passer ma colère, tout autant que de m'isoler dans un coin tranquille avec moi-même et de ne plus me montrer.

Mais il était là. Sa main caressait ma joue et mon regard restait accroché au sien sans que je ne saches que dire. Il m'attirait finalement à lui et je passai volontiers mes bras autour de son torse pour me blottir contre lui. C'était... si... pure? Et agréable. J'enfouis mon nez contre lui et inspirai profondément son odeur. Voilà, c'était là que j'avais envie d'être. Contre lui, en oubliant tout le reste, mon père de malheur, et ce futur mariage apocalyptique. Sa voix berça agréablement mes oreilles avec des mots qui, au fond, me touchaient plus que je ne l'admettrais. Ce fut plus fort que moi, et je ne pus ralentir davantage mon chagrin qui s'écoula silencieusement sur mes joues.

Je resserrai mon étreinte autour de son torse et serrai mon visage contre lui, car je ne voulais pas qu'il me voit ainsi défaite. Ce n'était pas joli un visage en larme. Je préférais lui montrer bien nombreuses choses autres que cela. Je reniflai, tout à mon chagrin, inconsciente du conflit intérieur que pouvait vivre celui qui m'offrait un support si unique, et si pure. Je prenais soudain conscience qu'il était mon seul véritable ami, depuis que Philomena s'était fait la malle. La seule personne qui savait tout de moi, de mes pensées, de mes habitudes, de mes principes. La seule personne qui ne voyait pas que la petite noble parfaite, travaillante et joviale, mais aussi la femme sensuelle et exigeante en elle. Cette partie que je ne montrais pas à mes employés, à ma famille, entretenant une image de moi qui fut pure - ce qui était loin de la réalité.

Il y avait beaucoup de gens qui seraient prêts à m'accueillir et à m'aider à sécher mes larmes. Mais un seul à qui je puisse tout dire. On se comprenait si bien depuis le temps. Je reniflai bruyamment. Je marmonnai quelques paroles incompréhensibles et attrapai un mouchoir dans une poche discrète dans les replis dans ma jupe avec lequel j'épongeai mon visage et frottai mon nez. Le tout sans éloigner mon front de sa poitrine, pour masquer mon visage ravagé. Mes cheveux si bien peignés me semblaient soudainement trop bien arrangé, j'aurais bien aimé me fondre dans le rideau de ma chevelure, comme je le faisais lorsque je voulais cacher mon visage. Il voulut s'éloigner un peu, sans doute pour me regarder dans les yeux, mais je secouai la tête et passai à nouveau mes bras autour de lui en fermant les yeux. « Encore un peu. » dis-je, alors que mes larmes séchaient lentement.

Il me serra fort contre lui et j'appréciai grandement ce soutien. Finalement, je poussai un soupir. « Merci. » soufflais-je simplement en reculant d'un pas pour essuyer les dernières traces de larmes. Je détournai le regard, ayant honte de l'allure que je devais forcément avoir. D'ailleurs, il me demandait doucement de le regarder. Je secouai la tête. « Non, j'ai une tête à faire peur, je le sais. » marmonnais-je sur un ton boudeur. Ma remarque sembla l'amuser, et son commentaire m'arracha un sourire. Il était vrai que la peur n'était généralement pas le premier sentiment que j'inspirais chez les hommes... Je soupirai. Les hommes... cela me faisait penser à ce fiancé que je ne connaissais pas. Je portai mon regard vers les moulures en bordure du plafond, comme pour implorer les dieux de me venir en aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Et cette information importante... ? // Méira   Sam 25 Fév - 18:08

Sentir ses bras autours d’elle lui faisait du bien. Il pouvait la serrer contre lui tendrement, lui montrer qu’elle était là pour lui. Il tenait tellement à elle. Il l’adorait... il ne pouvait pas s’imaginer une seule journée loin d’elle. Enfin... savoir qu’elle était loin, je ne le voulais pas. Dans les mains d’un autre ? Encore moins. Je voulais la garder dans mes bras, je tenais à elle beaucoup plus que je ne le pensais. Je ne voulais pas qu’elle pleure, je préférais la voir avec son regard joyeux, avec son regard malicieux. Je ne veux pas la voir tandis qu’elle pleure. Elle était si triste... et ça me brisait le cœur de la voir comme ça. Je ne pouvais pas changer cela. Je ne savais pas ce que je pouvais faire.

Je ne voulais pas la voir triste, mais je l’avais justement dans les bras en train de pleurer. Je la serrai tendrement contre moi, montrer que je suis là. Je l’adorais. Je voyais très bien qu’elle était triste, ses larmes me blessaient. Non, je ne veux pas la laisser avec cet homme. Elle allait souffrir, elle ne pourrait pas avancer. Notre histoire était peut-être étrange, mais je tenais à elle. Je venais la voir et je la consolais en ce moment. Je ne pouvais rien faire, je pouvais simplement la garder contre moi, lui embrasser les cheveux tendrement et caresser son dos, dans le but de la consoler.  Elle avait perdu beaucoup, et j’étais en train de perdre comme elle. Elle allait vivre avec un autre homme. Je voulais la garder pour moi, en plus de pouvoir être avec elle. Je ne voulais pas la perdre. Si son mari était le moindrement jaloux, avec ma réputation, il est fort possible que je n’allais pas pouvoir la voir à nouveau.

Elle sembla finalement se calmer et je reculai pour voir son visage. Mais elle me retint contre elle. Encore un peu ? Parfaitement... Je voulais absolument la garder contre moi, qu’elle aille bien. Je lui embrassai les cheveux à nouveau, montrant que je suis là pour elle. Je voulais la regarder, mais elle ne voulait pas. « Tu es magnifique, peu importe, Méira. » Elle me regarda finalement et je gardai ma main sur sa joue. Elle était si belle, je ne voulais pas la perdre. Oh non, je n’allais pas la laisser marier cet homme. Je ne le supporterais pas. Finalement, peut-être que je comprenais... je l’affirmais. Je l’aimais. J’aimais Méira. « Méira... » Je la ramenai contre moi et je l’embrassai. Ce fut le baiser le plus tendre et le plus amoureux que je lui avais donné, le plus touchant. Je ne pouvais pas la perdre et je le comprenais que maintenant... Je suis stupide. Je suis toujours contre le mariage, mais avec elle, peut-être que cela allait être différent.

« Je... Je ne veux pas que tu maries cet homme. Je te laisse, mais je t’assure que tu ne vas pas marier cet homme. »

C’était une promesse. Je posai mes lèvres et je la laissai. La soirée devait se finir. Moi, j’avais maintenant des choses à prévoir. J’avais une idée.... et comme je connaissais le père de Méira, je me disais qu’il allait être d’accord. J’allais jouer sur mon titre, certainement.  Je la laissais et une fois la soirée terminé je rentrai chez moi. J’avais plusieurs choses à faire. Un dote, par exemple... Puis, lorsque ce que j’avais à prévoir était terminé, je retournai chez elle en demandant à voir le Lord du royaume. C’était une semaine avant la grosse annonce, j’avais fait le plus vite que j’avais pu. L’homme accepta, bien évidemment. Il ne refuserait pas de rencontre un prince, bien sûr. De toute façon.... Voilà.

J’allais lui demander la main de Méira. Tout simplement. Annuler le mariage, je lui offrais une meilleure dot, j’étais plus haut.. J’étais un prince et comme je connaissais cet homme, il pensait que c’était certainement une bonne façon de faire en sorte que sa fille ait des bonnes choses. C’était intéressant... L’autre homme était mieux que rien, mais j’étais meilleur que lui, certainement. Le père de Méira fit alors venir sa fille. Il demanda à des serviteurs d’aller chercher sa fille et de l’amener, sans rien préciser. Bien sûr. J’attendis, le père semblait encore plus joyeux. Il aurait peut-être des insultes de l’autre homme, mais c’étais carrément mieux. Ils ne se connaissaient pas vraiment. Lorsqu'elle arriva, elle semblait surprise de me voir et cela me fit sourire.

« Bonjour Méira. »

Elle ne comprenait sûrement pourquoi j'étais ici.. Et ce que son père allait lui dire. Je voulais personnellement qu'elle réfléchisse à ce qu'il se passait. Qu'elle se rappelle de la promesse que je lui avais faite. Son père semblait bien heureux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: Et cette information importante... ? // Méira   Dim 5 Mar - 15:38

La façon dont il dit mon nom me fit frissonner. Mikh avait toujours ce don de toucher mon âme avec quelques airs, quelques mots... Je plongea mes yeux embrumés dans ses prunelles violettes et il m'attira contre lui pour me donner un baiser... comme je n'en avais jamais eu. Je me sentais bouleversée, mais incapable de le quitter. Mes bras entourèrent sa nuque alors que mes yeux se fermaient, profitant pleinement des sensations bienfaisantes de cette caresse. Je sentais mes jambes se ramollirent. Je me sentais comme une guenille. J'étais troublée, bouleversée. C'était si inhabituel, si différent! Qu'avait-il à l'esprit alors qu'il m'embrassait de la sorte?

Ses lèvres quittèrent les miennes, et je clignai des yeux. Je baissai lentement les bras, encore étourdie par les sensations impressionnantes de cette expérience unique. Si seulement cela pouvait se reproduire à nouveau... je ne pourrais jamais le lui refuser. En fait, je crois qu'en ce moment, je pourrais tout accepter ce qu'il me dirait. Et puis bon, comme ce qu'il disait allait dans le même sens que moi... je ne voulais pas non plus me marier. Je fronçai les sourcils, il partait? Comme ça? En me laissant là, troublée, en plein hall alors que le bal festoyait mes épousailles? J'ouvris la bouche, mais aucun son ne sortit. Qu'avait-il en tête? Qu'allait-il faire pour m'éviter ce mariage? Peu importe les arguments et l'or qu'il alignerait devant mon père, je finirai bien par me marier. Il trouve indigne que je sois encore célibataire à mon âge. Quand bien même que la date butoir soit repoussée... elle aura lieu.

Sans mot, je le regardai me quitter, après un dernier baiser. « Qu'as-tu en tête, Mikhael Lust? » murmurais-je alors qu'il avait disparu de ma vue. Je pris encore un moment avant de retrouver mes esprits et de réaliser qu'il était vraiment parti. Cela me rendait triste. Mais je devais bien vivre avec. Soupirant, j'allai dans ma chambre pour essayer de me refaire une beauté, qui avait été alternée par les sillons de mes larmes, puis je revint aux festivités, en bonne fille noble. Je glissai quelques mots, ici et là, aux domestiques, pour diminuer la disponibilité des boissons et des petits pains. La salle se vida, bientôt il ne resta que fort peu de personnes, et j'allai aux jardins extérieurs, derrière le manoir familial, humant l'air de la nuit, me demandant si ce serait définitivement fini pour moi, ce train de vie, ces habitudes que j'avais prises... j'avais vraiment du mal à l'accepter.

Était-ce cela mon destin? Je me rappelais, ma petite enfance. Lorsque ma mère et moi étions allées à la campagne, en petite fille coincée que j'étais, sachant fort bien que j'étais destinée à épouser un homme fortuné que je ne connaîtrais pas, et n'apprécierais peut-être même pas. Et puis... tout avait changé. Je m'étais découvert une nature profondément sensuelle, j'avais appris à l'utiliser, et j'avais développer une double vie. Était-ce perdu, tout cela? Je savais depuis toujours que ce jour viendrait, mais j'avais voulu l'oublier, et je l'avais ignoré. Maintenant, j'y étais confronté.

Un bruit derrière me fit violemment sursauté, Duncan s'excusa, je soupira. Ce n'était que mon garde du corps. Sans doute avait-il voulu s'assurer que je ne fasse pas de bêtises, puisque mon esprit était agité et tourmenté. Je lui souris faiblement, il m'invita à retourner à l'intérieur. Secouant la tête, je signifiai que je désirais rester encore un peu... Mon regard triste parcourait la végétation. Ce jardin était splendide, mais ce n'était rien à côté des jardins du château. Était-ce fini tout cela? Allais-je revoir Mikhael? Et ce palais que j'appréciais et connaissais bien, maintenant? Il me restait deux mois... plus que deux mois de célibat. Étonnamment, je n'avais pas envie d'aller me débaucher en ville. Non, j'avais envie de passer ces moments avec le prince de Shola... qu'il me serre à nouveau contre lui, comme précédemment, et m'embrasse comme il l'avait fait... Je soupirai.

Finalement, je rentrai à ma chambre, et m'installai pour dormir. La nuit portait conseil, disait-on... et pourtant, je ne rêvai que de choses idiotes et improbables. Mon cerveau cherchait sans doute à élucider les paroles de Mikh. Qu'allait-il faire? Qu'allait-il tenter? Pourquoi ne m'en parlait-il pas? Je me sentais irritée, curieuse et reconnaissante. Je lui en voulait d'en faire un mystère, mais j'étais une éternelle curieuse... et puis, c'était agréable de savoir que quelqu'un me soutenait et allait m'aider dans ma cause perdue. Que d'émotions... d'autant plus que je ne pus le voir ce jour là, ni celui d'après, et le suivant. Il était occupé... il préparait quelque chose, mais quoi donc?

Le temps s'écoulait vite... il ne me restait plus grand temps avant de devoir quitter la capitale, et lui, il s'adonnait à je ne sais quelle activité... alors que tout ce que je voulais, c'était de le revoir, encore et encore, avant de le quitter. Malgré tout, une part de moi gardait espoir aux mots qu'il m'avait dit. Il avait semblé si déterminé! Si sûr de lui! À ce moment, je l'avais trouvé plus séduisant que jamais. Tout cela était d'un ridicule... et encore plus que je restais là, au manoir, en attendant de recevoir de ses nouvelles. Mon père avait refusé que je retourne à la boutique le temps des préparatifs. Comme je le détestais!

Une semaine déjà s'était écoulé. Je partageais mes journées entre des balades avec Duncan - puisqu'il me suivait partout - et des séances de lecture, afin de tromper mon esprit. Je parlais aussi avec ma mère qui compatissait. Mes parents n'avaient pas eu un mariage d'amour, c'était tout à fait naturel, disait-elle. C'était pour la prospérité de la famille, disait-elle. Elle essayait de m'adoucir en me parlant de ce futur époux dont je ne voulais rien savoir. Au fond de moi, je gardais espoir que cela n'aurait pas lieu. Je me trouvais idiote et futile, malgré tout, j'y croyais. Je croyais en lui, tout en me demandant ce qu'il préparait, encore et toujours. Encore et encore... jusqu'à ce jour.

J'étais tranquillement installée dans le petit salon de ma chambre quand on vint me quérir. Mon père désirait me voir. Je soupirai, peu désireuse de répondre à ses désirs. Ainsi, je fermai lentement mon livre et, sans me presser, je me levai, replaçai ma robe pour qu'elle tombe autour de mes hanches sans s'accrocher, et marchai lentement vers le bureau de celui-ci. Bien que le domestique me pressait, je faisais comme si je l'entendais pas, prenant mon temps. Mon garde du corps, bien qu'il eut l'air neutre, je me doutais que mon attitude enfantine l'amusait. Je n'en avais cure. Je ne voyais pas pourquoi je satisferais mon père de mon mieux, alors qu'il s'en fichait de mes sentiments. Qu'il attende!

Malgré tout, cela ne me pris que quelques minutes avant d'arriver à destination. Je soupirai à nouveau, et entrai par la porte qu'on m'ouvrait, signifiant d'un signe à Duncan de rester à l'extérieur. Mon regard parcourut rapidement la pièce du regard pour repérer mon géniteur... quand il croisa des prunelles bien connues. Interloquée, je m'arrêtai au seuil de la porte. Que faisait-il là, avec mon père? Ma surprise sembla amusé Mikhael qui sourit, en me saluant. Je jetai un regard interrogateur à mon père, qui semblait d'une bien belle humeur... « Bonjour, mon Prince. » répondis-je poliment. Après tout, notre relation était secrète. Cela ne regardait pas mon père.

D'ailleurs, celui-ci m'invitait à m'asseoir, me prenant la main et m'amenant sur le divan. Je suivis, non sans interroger du regard Mikh. C'était quoi tout ça? Je m'étais imaginée tant et tant de scénario dans la dernière semaine, mais aucun qui n'implique une telle mise en scène. « Qu'y a-t-il donc, Père? » fis-je durement, un peu impatiente, légèrement fébrile. Étonnamment, mon ton ne sembla même pas provoquer d'irritation. Il était sérieusement enjoué, c'était effrayant, tant qu'à moi. Tant qu'au prince, il semblait... un peu anxieux? Incertain? Je me sentais observée et examinée comme si j'allais devoir décider du sort du monde! Je connaissais bien Mikh, même s'il avait l'air calme, il semblait guetter ma réaction.

Puis la bombe tomba. Mon père m'expliqua calmement, en choisissant bien ses mots, que des dispositions avaient été prises, et que mon mariage aurait tout de même lieu, mais pas avec la personne dont il avait été question au départ. Hein? Quoi? Je blêmis, prenant soudainement conscience qu'on avait encore jouer dans mon dos. Je fronçai les sourcils, en serrant les dents, jusqu'à ce que l'annonce final ne tombe. J'allais me marier avec le prince Lust dans un peu moins de deux mois. Mes yeux tombèrent sur mes mains, croisées sur mes genoux, et je demeurai silencieuse. La tension dans la pièce était palpable, on attendait visiblement ma réaction.

Puis mon père en rajouta, m'assurant que peu importe mon opinion, cela aurait lieu, que je le veuille ou non. Je le fusillai du regard en me levant d'un bond. Et puis quoi encore? J'allais me marier ligotée? Mon regard de colère se posa ensuite sur celui qui m'avait assurer que je ne me marierais pas à cet homme. Pour une raison quelconque, mon esprit avait enregistré qu'il n'y aurait pas de mariage tout court. JAMAIS, au grand jamais, je n'aurais envisagé que je puisse me marier avec lui. Il ne voulait même pas se marier de toute façon! Était-ce une sorte de sacrifice? Les poings serrés, je ne parlais pas encore, jusqu'à ce que j'explose finalement, non pas vers mon père, qui était un sale hypocrite, et cela je le savais depuis longtemps, mais vers mon amant, qui m'avait menti. Car pour moi, l'omission, c'était le mensonge.

« Un mariage?! » Je secouai la tête, ma chevelure d'ébène, coulant en cascade sur mes épaules, s'envolant dans une virevolte de boucles. « T... Vous voulez m'épouser, moi? C'est ridicule. Ridicule! Pourquoi... » Je ne comprenais pas, ma voix se tut et je le regardai, perdue, cherchant à comprendre. Mais la colère reprit vite le dessus. « Dans mon dos en plus! Sans me le dire! N'aies-je donc pas un seul mot à dire sur MA vie et MON mariage? » Mon père me demanda de me calmer, irrité que je puisse m'adresser ici à un prince. Je lui lançai un regard noir, qu'il ne prit pas en compte, m'assurant que la décision était irrévocable. « Irrévocable... quel grand mot, bien utile pour des manipulateurs HYPOCRITES ET SANS SCRUPULES! » hurlais-je, hors de moi, avant de foncer vers la porte et de la pousser violemment pour quitter. Dernière moi, j'entendis mon père dire à Mikh de ne pas s'inquiéter, que cela passerait. Je n'étais qu'une femme, après tout.

Sans un mot, mon garde du corps m’emboîta le pas, jusqu'à ce que je m'enferme dans ma chambre en lui claquant la porte au nez. Quelques temps après, j'entendis des éclats de voix qui discutait, puis on cogna à la porte. « JE NE VEUX VOIR PERSONNE! FICHEZ LE CAMP! » hurlais-je, mécontente de la tournure des événements, et surtout de m'être emportée de la sorte devant Mikhael. Et puis... c'était de sa faute. Il n'avait eu qu'à m'en parler. À... à me demander en mariage. De lui-même... j'aurais pu dire oui... ou peut-être pas et il le savait, mais... au moins j'aurais pu voir venir le coup. Je me sentais trahie. Un sanglot m'étouffa et je le ravalai dans un cri de rage. On cognait toujours à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et cette information importante... ? // Méira   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et cette information importante... ? // Méira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Serons-nous des exclus de la Société de l'Information ?
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Cette accalmie m'inquiète.
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
» quel est cette objet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Shola :: Capitale-
Sauter vers: