Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 The Blood Pact [PV ALECTO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: The Blood Pact [PV ALECTO]   Mer 18 Jan - 16:27

[CE RP SE SITUE AU PROCHAIN SAUT – CELUI DE FÉVRIER]

- Va chercher de l’eau pour les chevaux. Et quand tu auras terminé, tu ramasseras le purin dans l’écurie! Et si tu te cherches autre chose à faire, alors tu seras de corvée pour nettoyer les pots de chambre!

De grands rires gras se firent entendre alors qu’Ili’invyx se tenait droit devant les soldats irianiens, fixant le mur de toile de la tente où il se trouvait. Sa mâchoire était crispée et ses poings serrés. Ça faisait un moment maintenant qu’on l’avait envoyé sur le continent afin qu’il serve les troupes situées dans le désert. Le but de cette manœuvre? Donner un coup de pouce aux vaillants guerriers qui combattaient pour leur l’expansion de leur patrie. La main d’œuvre manquait dans ce campement et le nombre de tâches ne faisaient qu’augmenter. Tout pour éviter aux soldats de se salir les mains. Ili DÉTESTAIT cet endroit et il soupçonnait que le roi avait pris la décision de l’envoyer dans ce trou pourri dans le but inespéré qu’il y crève, grillé au soleil. Non seulement la température était aride, mais les nuits étaient très courtes en comparaison des heures diurnes. La température était si chaude (de jour comme de nuit), qu’il lui était impossible de créer ne serait-ce que la moindre structure de glace, celle-ci fondant trop rapidement. De plus, ces enfoirés qui lui servaient de geôliers, le privaient volontairement de la moindre goutte de sang, le nourrissant sporadiquement selon leur bon plaisir. À l’heure actuelle, cela faisait 2 jours qu’il ne s’était pas abreuvé… Savaient-ils seulement à quel point ils jouaient à un jeu dangereux? Si normalement il pouvait conserver un sang-froid en quasi permanence, là, il était sur le point de créer une sacrée monumentale. Il était affamé et c’était peu dire.

Des sillons s’étaient creusés sous ses yeux violets et il avait énormément de mal à conserver sa concentration. Par moment, sa vision pouvait s’embrouiller et son souffle s’accélérer. Il avait du mal à porter une attention aux propos qu’on lui adressait, n’entendant que les battements réguliers des cœurs qui l’entouraient sans compter le délicieux son du sang qui battait dans leurs veines. Il pouvait les massacrer en un claquement de doigts s’il venait à perdre le contrôle… Mais les conséquences de son geste seraient d’autant plus funestes qu’il se ferait pourchasser par les seccyeths dès que le méfait serait accompli. Il était peut-être un démon, mais il ne faisait clairement pas le poids, seul, face à un dragon.

On le poussa férocement, ce qui le tira rapidement de ses pensées. Le Démon glissa son regard améthyste sur le soldat qui avait osé porter la main sur lui et le fusilla. Ce dernier, ivre comme un pot, afficha un sourire amusé devant la mine récalcitrante de l’esclave. L’elfe noir était connu pour son ancien titre de « Général Theryokel » et certains s’amusaient d’autant plus à le ridiculiser à cause de ce fait, gonflant leur ego de cette façon.

- C’est quoi ce regard, esclave? Tu vas me donner l’ordre de te laisser tranquille, c’est ça? Tu vas me frapper, peut-être?!

Un coup de poing fusa, heurtant le vampire à la mâchoire. Ce dernier tituba sous l’impact, mais réussit à recouvrer son équilibre avant de s’affaler au sol. L’homme ria aux éclats. Par on ne sait quel miracle, Ili’Invyx réussit à conserver son calme, s’empêchant d’égorger avec ses dents l’impudent qui osait se foutre de sa gueule. Sans piper le moindre mot, l’elfe noir tourna les talons en direction de la porte de la tente. « Où vas-tu, Démon? On s’amusait bien, là! » Raillait le soldat, derrière lui. Pour toute réponse, l’esclave leva une main au-dessus de sa tête et lui fit un doigt d’honneur qui soutira l’hilarité générale de cette taverne improvisée. L’ivrogne voulut répliquer devant ce signe d’arrogance, mais fut retenu par ses semblables. Ils avaient bien mieux à faire que de faire chier un simple esclave! Des putains les attendaient pour s’amuser un peu…

L’air frais de la nuit souffla dans les cheveux blancs comme la neige d’Ili’Invyx. Si ce n’était pas de ce trait si singulier qui jurait avec la teinte de sa peau couleur charbon, il aurait pu disparaître complètement dans l’obscurité. C’est avec la mâchoire crispée de frustration que le Démon marcha sur le sable chaud en direction de l’écurie. Des bracelets métalliques recouvraient ses poignets et ses chevilles, le tout étant relié par des chaînes qui limitaient l’amplitude de ses mouvements. Au moins, personne ne perdait de temps à l’accompagner ou à le suivre à la trace. Après tout, où serait-il allé? Il ne connaissait absolument pas la géographie du désert et se perdrait à coup sûr, sans guide. Il aurait tôt fait de mourir brûlé vif au soleil ou alors affamé… Non, le surveiller de près était inutile.

En silence, le vampire marcha en direction du petit établissement de fortune qui servait d’écurie. Il se glissa à l’intérieur, puis se dirigea vers deux immenses chaudières de bois. Il empoigna ces dernières, puis sortit. Le vent se soulevait, faisant virevolter du sable au passage. Le Démon plissa des yeux, puis s’aventura hors du campement, en direction d’un oasis qui se trouvait à moins d’un kilomètre. Le ciel était couvert de nuages, ce qui assombrissait davantage le paysage. Heureusement, sa malédiction lui permettait de très bien voir dans la nuit. Aux prises dans ses pensées, l’esclave songea à la faim qui le tenaillait et se mordit l’intérieur de la bouche afin de contrôler les pulsions qui le prenaient d’assaut. Ce serait si simple de tout jeter au sol et de fondre sur le premier garde venu… Ce serait… si bon.

Un léger bruissement se fit entendre. Furtif. Subtil. Néanmoins, l’elfe noir possédait des sens accrus, ce qui l’empêcha de se faire surprendre. Dans un mouvement vif, il pivota sur lui-même, mais constata qu’il n’y avait personne. Toutefois, son attention fut naturellement portée vers deux vipères qui glissaient sur le sable chaud à un mètre de lui. Le genre de créatures qui étaient réputées, auprès de la population locale, pour son poison plutôt invasif une fois dans le système sanguin. La prudence était de mise quand il s’agissait de ces animaux à sang froid et Ili fit quelques mouvements vers l’arrière pour mettre de la distance entre eux. Il lui sembla, un instant, que les vipères le jaugeaient du regard, comme si elles possédaient leur propre liberté de pensées. Quel comportement étrange… Il les fixa de ses yeux violets luminescents et se demanda clairement ce que pouvait bien goûter l’hémoglobine de serpent (oui, il était tombé bas à ce point…).

C’est alors qu’il sentit quelque chose le frapper avec force dans le dos, au point où il bascula vers l’avant, échappant ses sceaux par le fait même. Il tomba à quatre pattes au sol, puis se retourna vivement pour ne voir qu’une nuée de sable retombant au sol, tel un nuage de poussière. Qui était là?! Notant que les vipères s’étaient rapprochées, l’elfe noir se remit rapidement sur pieds puis scruta la pénombre à la recherche du fautif… Il n’était qu’à quelques mètres de l’oasis et il attarda son attention sur la végétation qui y régnait. Soudain, le sol se fit instable sous ses pieds et, à l’instar d’un geyser, une colonne de sable le souleva du sol et le frappa de plein fouet, l’envoyant valser dans l’eau de l’oasis. Mais merde, c’était quoi ces conneries?!! L’ancien général irianien se releva, sortant son tronc de l’eau, ses pieds solidement ancrés sur le bas-fond du lac désertique. Heureusement, le liquide était frais et il pourrait très certainement l’utiliser dans le cadre de son don… bien que sa glace ne durerait qu’un très court laps de temps.

Du mouvement sur sa droite. Ili fit volte-face et la vit enfin : une silhouette gracile aux courbes harmonieuses. Une femme exotique à l’expression indéchiffrable. Mystérieuse. Fascinante. Dangereuse, visiblement. Ils se toisèrent un instant, quand soudain, elle leva l’une de ses mains dans un mouvement presque nonchalant. Le Démon sentit le sable bouger sous ses pieds et ses jambes s’embourbèrent rapidement, le clouant sur place. Il se sentait attiré vers le fond et, à la vitesse où il s’enfonçait, se retrouverait rapidement submergé.

- Ur xia huh, byc ladda vuec! [Oh que non, pas cette fois! S’écria-t-il dans sa langue natale.

Sans plus attendre, il frappa la surface de l’eau de sa main droite et une croûte épaisse de givre se forma, créant des arabesques glacés qui foncèrent à une vitesse folle en direction de la nouvelle venue. Cette dernière se recula rapidement, évitant de peu de se faire figer sur place. Profitant de la diversion qu’il venait de créer, Ili leva sa main gauche et dans un mouvement vif, créa un pic de glace qui s’érigea de la surface de l’eau et qui fonça en direction de la sorcière. Cette dernière dut se jeter sur le côté pour éviter l’assaut et, sans trop savoir pourquoi, l’elfe noir sentit la poigne du sable sur ses pieds se relâcher (par manque de concentration de sa part? Ou était-ce voulu?). L’esclave se rua hors de l’eau, puis sentit le foutu sable bouger à nouveau, créant une instabilité sous ses pieds. Cette fois, il ne put rien faire : il trébucha et s’affala de tout son long. Il se roula sur le dos dans le but évident de se relever, mais ce fut trop tard : le sol engloutissait ses bras et ses jambes. L’Irianien grogna de frustration et se débattait comme un diable.

La femme s’approcha, énigmatique, à l’instar d’une créature qui possédait tout le temps du monde devant elle. Dès qu’elle fut à sa hauteur, l’elfe noir feula comme un félin enragé, montrant ses crocs dans le but de prévenir son adversaire qu’il n’entendait pas s’amuser.

- Xia sa jaiq-di, vassa?! Ce l'acd sy jea xia di técenac, ymunc jeahc my lranlran! Za d'yddahtc! [ Que me veux-tu, femme?! Si c'est ma vie que tu désires, alors viens la chercher! Je t'attends!] Siffla-t-il d’un air mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Alecto
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: The Blood Pact [PV ALECTO]   Dim 5 Fév - 11:54

Au fil des trois dernières années, le réseau d’informations d’Alecto s’était considérablement élargi. Dastan avait su recruter un bon nombre d’hommes et de femmes qui prêtèrent allégeance à sa cause. Enfin, son plan plutôt. Beaucoup trouvaient que le roi Edgar ne méritait pas son titre de roi, tout comme Gareth, qui servait de régent d’Alombria jusqu’à ce que la princesse Céleste soit en mesure d’assurer son titre de reine. De plus, les Enkievs avaient appris qu’un ennemi puissant s’était emparé du Désert, maintenant prêt à dominer Enkidiev. Alors oui, le désir d’Alecto et de ses soeurs de dominer tout le monde avait séduit plus d’un citoyen, qu’il soit honnête ou pas. Bien sûr, la majorité de ses nouveaux adeptes se trouvait à être des traîtres d’abord, des gens qui avaient tout perdu aux mains des royautés en place et des gens désespérés. Cependant, la sorcière les acceptait tous et leur trouvait une utilité. Si jamais elle n’était pas en mesure de leur trouver une fonction, ils faisaient office de repas. Après tout, elle devait se nourrir et les appétits de Megaera étaient souvent insatiables.

Toutefois, malgré ce nombre croissant d’adeptes, l’heure n’était pas encore à la domination. En effet, la vampiresse préparait son coup dans l’ombre, avançant un pas à la fois. On ne devait pas la découvrir et la mettre hors d’état de nuire et elle ne comptait pas une armée assez puissante pour s’attaquer à la fois aux deux royaumes d’Enkidiev et à cette nouvelle menace du Désert. Ainsi donc, elle savait que la ruse, la patience et des cartes bien placées constituaient la plus forte partie de son plan. Ainsi, les nouveaux membres de sa « coalition » servaient à récolter des informations et bien sûr à protéger le manoir. Non pas que l’Immortelle et ses soeurs étaient incapables de s’assurer de leur propre protection, il fallait cependant empêcher les esclaves de se sauver et surtout sauver les apparences. La Sorcière tenait toujours son industrie de textile et de commerces d’hommes et de femmes et sa « garde » protégeait le manoir des éventuels voleurs. Après tout, sa richesse était connue des environs et bien des gens désespérés avaient tenté de s’infiltrer dans son manoir pour voler un objet qu’ils pourraient revendre. Bien évidemment, les voleurs avaient été attrapés et avait été servis au dîner, mais Alecto détestait ces intrusions inutiles. Ainsi, les brigands étaient arrêtés par sa nouvelle garde et tout de même servis au dîner. Cependant, ce n’était plus elle qui devait perdre son temps à les attraper.

Ainsi, grâce à ses nouveaux informateurs, la magicienne avait désormais des yeux partout sur le continent. Certains d’entre eux avaient été formés pour s’infiltrer dans les châteaux, sous la forme de serviteurs, ce qui lui permettait aussi de savoir ce qui se passait à l’intérieur des demeures royales. Toutefois, en cette matinée, après une nuit épuisante à s’amuser avec un jeune couple et à convaincre la jeune femme que si elle tuait son amant, elle aurait la vie sauve (quelle idiote vraiment, la brunette avait tué son amant et la vampiresse s’était nourrie des deux), Dastan l’attendait dans sa chambre, un air sérieux au visage. Le Désert était maintenant complètement aux mains de l’ennemi. Elle ressentit un léger pincement au coeur. Elle adorait le Désert et la chaleur qu’il lui offrait. Cependant, avec sa condition vampirique, il lui était dorénavant impossible d’y habiter à temps plein et c’est une des raisons qui avait justifié son choix d’habiter au royaume de Shola. Beaucoup de leurs informateurs avaient été tués, mais quelques-uns avaient réussi à s’échapper. Ceux-ci étaient aussitôt revenus vers la demeure de leur maîtresse et avait fait leur rapport. Un campement ennemi s’était établi non loin d’une oasis qu’elle connaissait bien. Après tout, elle provenait d’une tribu nomade du Désert, elle connaissait l’endroit comme sa poche.

Tout en se changeant, elle écouta le rapport de son général se demandant où il voulait en venir. Elle savait que les troupes ennemies s’emparaient lentement du Désert et qu’il ne s’agissait que d’une question de temps avaient qu’elles s’y établissent complètement. Pourquoi son homme de main prenait-il le temps de lui faire un rapport aussi détaillé? « Deux de nos informateurs ont fait une découverte assez intéressante. Il semblerait qu’un vampire se trouve dans ce campement. » Alecto se retourna en arquant un sourcil. Et alors? Il y avait plusieurs vampires sur le continent et elle s’en fichait royalement. Pourquoi celui-ci serait différent? « Il est leur esclave. Il est constamment enchaîné et ses geôliers s’amusent à l’affamer. Manifestement, il les déteste profondément. » Un sourire se dessina sur les lèvres de la sorcière. Maintenant, elle voyait où Dastan voulait en venir. Un potentiel allié? Un informateur au sein même de ce royaume qui se faisait appeler Irianeth? Toutefois, elle se devrait de gagner sa confiance. Un plan se forma dans la tête de l’Immortelle. « J’irai. » L’homme se mit aussitôt à protester. « Vous m’accompagnerez jusqu’aux limites du Désert, mais vous y resterez. Je connais l’endroit par coeur et je suis plus rapide que vous. Les nuits sont déjà assez courtes dans le Désert et vous me ferez perdre du temps. » Dastan tenta une dernière protestation. « Inutile de protester Dastan. Il s’agit de ma décision finale. Nous partons au crépuscule. » Congédiant son général d’un geste de main, la maîtresse des lieux appela une servante pour qu’elle fasse ses bagages alors qu’elle allait prendre un bain chaud.

Le voyage pour se rendre jusqu’aux limites du Désert fut assez long. Le voyage durait deux jours, mais son groupe devait voyager de nuit et se réfugier le jour. Ainsi, lorsque le soleil commençait à faire son apparition, ils s’arrêtaient dans une auberge et se reposaient pendant le jour. Lorsqu’ils arrivèrent aux limites du Désert, au matin du deuxième jour, les hommes de Dastan dressèrent des tentes conçues spécialement pour leur maîtresse. Le tissu était tellement épais – l’avantage de détenir un commerce de textile – qu’il ne laissait pas passer la lumière du soleil. On lui trouva deux corps pour la sustenter et surtout pour remplir deux grosses gourdes qu’elle devrait apporter pour le voyage. Selon leurs informations, le campement ne se trouvait pas si loin de la limite, ainsi elle n’aurait pas à voyager trop longtemps. Lorsque vint le crépuscule, Alecto rabattit un capuchon sur sa tête, s’assurant que sa cape couvrait tout son corps, du moins jusqu’à ce le soleil soit complètement couché. Son homme de main s’avança un peu plus loin jusqu’à ce que le sable soit beaucoup plus dense et libéra les deux vipères des sables que contenait une caisse qu’il portait dans ses mains. Elles vinrent s’enrouler autour des bras de leur maîtresse. Ensuite, sans cheval, elle se mit en route. Grâce à son vampirisme, elle était beaucoup plus rapide qu’un humain. Elle se rendrait facilement à l’oasis près du campement.

Arrivée à cette oasis, elle se repéra facilement. Il y avait un léger vent qui lui permettait de sentir l’odeur des hommes établis un peu plus loin. La sorcière déposa les cruches par terre et les enfouis profondément dans le sable grâce à son pouvoir. Elle se mit donc en direction du campement qu’elle trouva sans difficultés. Rapidement, toujours enveloppée dans sa cape foncée qui lui permettait de passer inaperçue dans le noir de la nuit, elle fit le tour dudit campement et c’est là qu’elle le repéra. Sa chevelure nacrée se détachait du noir de la nuit et surtout du noir de sa peau. Il portait des chaînes aux poignets et aux chevilles, toutefois elles lui permettaient de se déplacer sur une grande distance. L’Immortelle s’éloigna camp, non sans passer près d’une tente et de l’effleurer volontairement pour provoquer un léger bruit, après quoi elle libéra ses vipères qui s’enfouirent aussitôt dans le sol. Elle ordonna aux reptiles de sortir du sable environ un mètre et demi avant le vampire et de commencer à ramper dans sa direction. Lorsqu’il fit quelques pas en arrière, elle les força à arrêter et à le regarder fixement.

Alecto avait un très gros penchant pour le suspense et la mise en scène et c’est pour cette raison qu’elle ne se dévoila pas tout de suite à son compagnon de race. Contente d’être entourée de ce sable qu’elle apprécia tant, la vampiresse se concentra et fit en sorte que le sable se solidifie assez pour pouvoir porter un coup dans le dos de l’homme aux cheveux de neige. Bien entendu, il tomba sous l’impact. S’amusant de la situation et surtout de l’étendue de son pouvoir, elle ordonna aux vipères de se rapprocher lentement. Décidemment, l’homme cherchait l’origine de cette attaque. Il était intelligent, s’il avait compris que quelqu’un était derrière ces phénomènes. Bien. Elle le vit porter son attention vers l’oasis. Depuis combien de temps rêvait-il d’y aller? Elle pouvait, bien sûr, réaliser ce souhait sans qu’il fasse le moindre geste. Après tout, le campement était si mal gardé, aucun des gardes ou des soldats n’avait réalisé ce qui se passait à quelques mètres de l’écurie. Réalisant que les chaînes de celui qui allait peut-être être son nouvel ami lui permettaient de se rendre à l’oasis, elle ferma les yeux et se concentre sur le sable sous les pieds de l’elfe noir. Aussitôt, un geyser de sable puissant se forma sur lui et le propulsa jusque dans l’étendue d’eau de l’oasis. Bien visé, se dit-elle en souriant. Lentement, elle s’approcha et se dissimula quelque peu derrière l’un des palmiers qui s’y trouvait, tout en rappelant ses vipères qui entrèrent dans le sol et y restèrent, prêtes à obéir à leur maîtresse.

Lorsque l’homme reprit contenance et fut en mesure de se remettre sur ses pieds, elle sortit de sa simili-cachette, se dévoilant complètement à lui. Désirant montrer qu’elle lui était supérieure, Alecto leva gracieusement la main et le sable sous les pieds de l’esclave se mit à l’absorber, un peu comme des sables mouvants. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’il s’enfonçait dans la marre d’eau. Elle adorait tellement son pouvoir. Cependant, le vampire s’exprima dans une langue qu’elle connaissait, mais qu’elle n’avait pas entendue depuis des années. En effet, en voyageant partout dans le Désert, sa tribu avait croisé de nombreux peuples aussi nomades. Avide de connaissances et voulant dominer le monde, elle savait qu’elle devrait se faire comprendre de tous. Ainsi, la sorcière s’était fait un devoir de comprendre tous les dialectes des gens qu’elle rencontrait. Visiblement, il n’allait pas se laisser faire. Ce qui suivit la prit par surprise, puisqu’il réussit à transformer l’eau en glace. Oh, un pouvoir intéressant. Un pouvoir puissant sans doute, puisqu’elle passa très près de se faire figer sur place, ce qui la força à reculer rapidement. Puis, un pic de glace fonça sur elle et elle dut se jeter sur le côté et ce faisant, elle relâcha son attention, ce qui libéra involontairement l’esclave qui en profita pour sortir de l’étendue d’eau.

Reprenant contenance, l’Immortelle commanda au sable de devenir instable, rendant impossible pour quiconque de garder son équilibre. Ainsi l’esclave tomba par terre et elle vit là l’occasion de l’y faire prisonnier. Elle fit en sorte que le sable engloutisse ses bras et ses jambes de façon à ce qu’il ne puisse pas sortir ni l’attaquer. Doucement, lentement, Alecto s’approcha du vampire qui ne cessait de se débattre. Il était évident qu’il n’allait pas abandonner de sitôt, ce qui fit sourire la vampiresse. « Tuh'd fycda ouin cdnahkdrc » [Ne gaspille pas tes forces], prononça-t-elle dans le dialecte de l’homme. « Oui'na cdynjehk. E tuh'd fyhd du gemm oui. » [Tu es affamé et je n’ai nulle intention de te tuer.] Afin de prouver sa bonne volonté, du moins une partie de celle-ci, elle commanda à une vipère de jeter un oeil sur l’esclave alors qu’elle se dirigea vers le campement. Ainsi, l’homme parviendrait probablement à se libérer, mais la vipère avait l’ordre de le mordre s’il venait à se sauver. Encore là, il ne pouvait pas aller bien loin avec ces chaînes. Il ne fut pas difficile pour la sorcière de trouver l’homme qui détenait les clés. Très rapidement, elle ordonna au sable de s’infiltrer dans les voies respiratoires du gardien afin qu’il n’ose pas sonner l’alerte. Lorsqu’il perdit connaissance, elle le traîna jusqu’à l’oasis et profita de ce moment pour s’emparer des clés des chaines. Le vampire avait réussi à dégager l’un de ses bras, sous l’oeil attentif de la vipère.

D’un autre geste de main, Alecto libéra le prisonnier des sables et balança le corps du soldat devant lui. Bien sûr, elle aurait pu lui donner l’une des gourdes qui reposaient bien profondément dans le sable non loin de là, mais elle voulait juger le caractère de celui qu’elle espérait être son allié avant de le libérer. « Nourris-toi. » Le soldat reprit conscience à ce même moment et posa le regard sur l’elfe noir. « Fryd ec kuehk uh? Nadinh du dra lysb janseh un E femm cdynja oui du taydr. » [Que se passe-t-il? Retourne au campement vermine ou tu mourras de faim.] Cependant, le garde n’avait aucune chance. Il était seul, face à deux vampires dont l’un était terriblement affamé. Ce dernier ne se le fit pas dire deux fois et planta ses crocs dans la jugulaire de son geôlier. L’Immortelle profita grandement de ce spectacle, de cette barbarie. Le regard effrayé du soldat et bientôt la vie qui quitta son corps lui prodiguèrent un frisson d’amusement. Elle adorait être un prédateur et elle aimait bien être entouré des siens. Il y avait vraiment longtemps qu’elle n’avait pas été aux côtés d’un vampire mâle.

Lorsque le cadavre de l’homme fut complètement vidé de son sang, le vampire déclara qu’il en voulait plus. Ce qui était prévisible. Manifestement, on s’amusait à l’affamer jusqu’à la proximité de la mort pour ensuite lui donner simplement de quoi être fonctionnel. De plus, sa haine envers ses geôliers était plus qu’évidente et il n’y avait nul doute que la pensée qui lui traversait l’esprit était de se diriger vers le campement pour tous les tuer. « Pas tout de suite. Patience, mon ami, patience. » Doucement, la sorcière ordonna au sable de se mouvoir pour transporter le cadavre plus loin. Ensuite, l’étendue sablonneuse engloutit le corps jusqu’à le faire disparaître. Il fallait bien faire disparaître les preuves. Se retourna vers le vampire, elle lui montra la clé et joua avec celle-ci, faisant mine d’hésiter. « Si je te libère, tu auras une dette envers moi. Et comme paiement de cette dette, je te demanderais simplement de ne pas détruire ce campement... pour le moment. » La vampiresse lui offrit un sourire sadique, ce qui eut pour effet de découvrir ses canines, signe d’appartenance aux créatures de la nuit. S’il n’avait pas compris qu’ils étaient liés par la même malédiction – même si Alecto considérait cela comme une bénédiction – cela le confirmait maintenant. Ainsi, le prisonnier hocha de la tête confirmant qu’il était d’accord et la jeune femme entreprit de le défaire de ses chaînes.

Le sentiment de liberté parut tout de suite sur le visage de l’homme qui s’éclaira légèrement. Bien sûr, le fait de ne plus mourir de faim pouvait également expliquer ce phénomène. Lentement, la sorcière s’assied sur le bord de l’étendue d’eau et d’un geste de main, invita l’esclave à en faire de même. Elle retira sa cape, ce qui dévoila ses vêtements exotiques. Après tout, la cape était lourde et il faisait terriblement chaud dans le désert, même la nuit. D’un autre geste de main, Alecto délogea l’une des cruches du sable et ordonna à l’une de ses vipères de la ramener près d’elle. Elle soupira de contentement. Le Désert lui manquait terriblement. « Je me prénomme Alecto. Je suis originaire du Désert, mais je réside présentement à Shola pour des questions... pratiques. » Elle savait que le vampire comprendrait de quelles raisons elle parlait. Désert et vampires ne faisaient pas bon ménage. Elle déboucha la cruche et but une longue gorgée de sang « Ce sont mes informateurs qui m’ont parlé de toi. Comment t’appelles-tu? » En signe d’une certaine confiance, elle lui tendit la cruche, qu’il prit. Il lui apprit son nom et quelques informations supplémentaires à son sujet. « J’ai besoin de toi, Ili’Invyx et je crois que tu as besoin de moi. Pourquoi ne pas faire un marché? »

Elle lui offrit un sourire séducteur. Comme toujours, toutes les actions de l’Immortelle étaient sérieusement calculées. Jamais elle ne laissait rien au hasard, mais il était évident que ce vampire esclave était une perle rare qu’elle ne pouvait se permettre de perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Blood Pact [PV ALECTO]   Mer 15 Fév - 13:40

Il se débattait comme un diable, toisant de son regard améthyste la mystérieuse femme qui s’avançait vers lui. Que lui voulait-elle, merde?! Pourquoi les gens s’acharnaient-ils à vouloir le réduire à néant, lui, un simple esclave?! Bon… Les gens d’Irianeth le connaissaient et savaient qui il était réellement, mais cette femme… il ne l’avait jamais vu. L’elfe noir se débattait toujours comme une panthère enragée, visiblement mécontent de se faire maintenir en place comme un vulgaire animal capturé. Un sourire se glissa sur les lèvres de la nouvelle venue, lui donnant des airs encore plus énigmatiques. C’est alors qu’elle s’adressa à lui dans son propre dialecte, ce qui eut pour effet de surprendre le prisonnier. Instantanément, l’ancien général des troupes irianiennes cessa de se débattre, sa curiosité étant piqué à vif. Elle prétendait ne pas vouloir le mettre à mort et sembla remarquer son état de famine. Sans un mot de plus, elle fit un bref mouvement de la main et une vipère vint se poster près de lui, sifflant d’un air menaçant. Tiens? Elle contrôlait ces créatures du désert? Voilà qui était encore plus intrigant. Sans un mot de plus, l’étrange inconnue tourna les talons et s’éloigna vers le campement… Mais que faisait-elle?

L’idée de rester là à ne rien faire comme un idiot ne lui plaisait guère. Il n’aimait pas être contraint de la sorte et le Démon se remit à se débattre, tortillant ses bras et ses jambes dans tous les sens dans l’espoir d’enfin pouvoir se libérer. La vipère, à ses côtés, se contentait de l’observer de son regard aux pupilles verticales. Visiblement, cette dernière ne voyait aucune objection à ce qu’il se libère lui-même de ses liens de sable! Bandant les muscles, Ili ordonna au peu d’énergie qui lui restait de se concentrer dans son bras droit afin d’au moins pouvoir libérer sa main maîtresse. Ses efforts furent au moins récompensés lorsqu’il sentit son poignet surgir en l’air, détaché de sa prison de sable! Voilà! C’était au moins un début! L’elfe noir ramena toute son attention sur son bras gauche quand des bruits de pas sourds attirèrent son attention. La femme du désert arrivait à sa hauteur, traînant un homme inconscient avec elle. D’un bref mouvement de main, elle libéra Ili qui en profita pour se remettre rapidement sur pieds.

Un air curieux trônait sur son visage alors que ses yeux glissaient sur le soldat qui s’était effondré au sol. C’était le mec arrogant qui s’était payé sa tête devant tout le monde, un peu plus tôt. Les paroles de l’étrangère le surprirent un instant, puis le garde reprit conscience. Évidemment, dans toute son arrogance, ce dernier lui somma de revenir au campement sous peine de se voir priver de nourriture pour encore un bon moment. Oh, voyez-vous ça? Un sourire carnassier se glissa sur les lèvres de l’esclave qui se penchait maintenant en position accroupie pour être à la hauteur du guerrier irianien.

- Tu m’ordonnes de revenir au campement, est-ce bien ce que tu dis? Fit-il d’une voix mielleuse, dans sa langue natale. C’est marrant, j’avais cette drôle d’impression que la situation actuelle n’était nettement pas à ton avantage. Tu vois, en ce moment, je me demande quel goût a ton sang…

Ili pencha la tête sur le côté, comme s’il évaluait l’individu qui se tenait devant lui. Une vague d’horreur se glissa sur les traits du soldat qui comprenait alors quelles étaient les intentions de l’ancien général Theryokel. Sans plus attendre, le vampire à la peau d’ébène se jeta sur lui et mordit férocement sa gorge à la hauteur de sa carotide. Le guerrier voulut crier à l’aide, mais seul un gargouillement immonde jaillit de sa bouche. Le Démon avala le liquide bienfaiteur à grandes lampées, comme s’il n’avait pas bu depuis des années. BON SANG, que ça lui faisait un bien fou! Le soldat perdait tranquillement le fil de ce qui se passait autour de lui et sombra finalement dans les méandres de l’inconscience. Ili’Invyx le vida littéralement de toute son essence vitale, puis se recula en poussant le cadavre sans ménagement sur le sol. Sa bouche, sa gorge et son poitrail dénudé étaient recouverts de l’hémoglobine de sa victime et une étincelle pétillante brillait au fond de ses iris violets.

- Plus… Donnez-m’en plus! Ils m’ont affamé depuis trop longtemps! Siffla-t-il d’une voix rauque en tournant son attention vers la femme qui l’avait généreusement nourri. Je me charge de vider ce foutu campement. Ils paieront leur affront et prieront le ciel pour leur salut! Ah ah ah! Ils regretteront d’avoir croisé ma route!

La jeune femme lui somma d’être patient, voyant bien qu’il était prêt à faire un massacre incroyable simplement pour le plaisir de se venger. Elle se débarrassa du cadavre grâce à sa manipulation du sable, puis un éclat luisant attira l’attention de l’elfe noir. Là, à son doigt, se trouvait la clé de ses chaînes! Elle jouait avec cette dernière avec un sourire presque sournois. Une dette? Quel genre de dette? Instinctivement, le vampire fronça des sourcils, signe évident qu’il n’aimait pas cette idée. Pourquoi le libérer de ses chaînes si c’était pour lui en imposer d’autres (bien que sous une autre forme)? Oh… Elle voulait qu’il épargne le campement… Ça ne lui plaisait pas vraiment, mais c’était un bien maigre prix à payer pour retrouver sa liberté. Un sourire sadique trônait maintenant sur les lèvres de sa sauveuse, laissant dévoiler son incroyable dentition qui témoignait bien de sa race d’appartenance. Une autre vampire! Bien qu’il s’en doutait depuis le début, il fut satisfait de voir ses doutes se confirmer. Oh, ils s’entendraient bien, tous les deux, il en avait l’impression! Le Démon se contenta de hocher de la tête en guise d’approbation, puis la femme du désert obtempéra, défaisant les liens qui l’encombraient depuis maintenant trop longtemps.

Une lueur de satisfaction incroyable traversa son regard alors qu’il observait ses propres poignets enfin dénudés de toute forme de contrainte. Un sourire glorieux trônait maintenant sur ses lèvres et l’ancien général Theryokel en profita pour s’étirer langoureusement, à l’instar d’une panthère. Comme ça faisait du bien de se sentir libre!! Il en avait presque oublié la sensation! La mystérieuse dame s’éloigna en direction de l’oasis et installa en bordure de l’étendue d’eau, faisant signe à Ili’Invyx d’en faire de même. Sa curiosité piquée au vif, le vampire d’onyx ne se fit pas prier pour la rejoindre, s’assoyant au sol à son tour. Du mouvement se fit sentir dans le sable, sur sa droite : les vipères de la magicienne s’approchèrent d’eux, traînant un cruchon avec elles. La jeune femme en profita également pour retirer la lourde cape qui ceignait ses épaules, exhibant sa tenue à la fois exotique et terriblement suggestive. Elle déclara s’appeler Alecto et précisa qu’elle était originaire du désert, bien qu’elle résidait à Shola pour des raisons pratiques. Voilà qui était logique en soi, puisque vivre dans le désert avec la bénédiction dont ils étaient tous les deux les réceptacles était loin d’être une bonne idée. D’un mouvement sec, la vampire du désert ouvrit le cruchon qu’elle tenait maintenant en main et avala une longue lampée du liquide que le Démon put aisément identifier comme étant du sang. Ainsi, elle avait des informateurs à son service? Voilà qui était de plus en plus intéressant…

- Ili’Invyx Theryokel, se contenta-t-il de répondre, d’un air intéressé. Si je suis actuellement considéré comme un esclave au sein de mes pairs, il faut savoir que ce ne fut pas toujours le cas. Pour faire court : disons simplement que ces bons à rien de soldats me craignent plus qu’ils ne voudraient bien le laisser croire…

Il avait vu les regards furtifs en sa direction et l’ombre de la terreur qui rôdait parfois au fond de leurs iris. Il adorait ça. Sans se faire prier, l’elfe noir prit le cruchon et le porta à ses lèvres, avalant d’emblée le liquide vermeil bienfaiteur. Alors qu’il engloutissait sa gorgée, il entendit Alecto aborder un sujet qui eut pour effet de le surprendre à nouveau. Tiens, tiens? Elle avait besoin de lui? Ili abaissa le cruchon, puis jeta un regard en coin à son interlocutrice, notant au passage le sourire séducteur qui trônait sur ses lèvres. S’allier à elle? Ça dépendait de ce qu’elle avait à lui proposer.

- Vous êtes pleine de surprises, Alecto, fit-il en lui tendant à nouveau son récipient. Ne vous méprenez pas, l’idée de foutre une raclée à mes geôliers est des plus… attrayantes. Toutefois, je me questionne quant à ce marché que vous voulez conclure avec moi. J’ai une dette envers vous, je le consens. Mais si c’est pour me retrouver enchaîner à nouveau, vous trouverez que je manque considérablement de coopération face à toute cette mascarade. Un sourire naquit de nouveau sur ses lèvres. Visiblement, il était malgré tout intéressé par les propos de sa compagne. Vous savez, les chaînes ne sont pas toutes faites de métal. Si j’accepte de vous aider d’une quelconque façon, je requiers une liberté totale d’action. De plus, sachez que je n’offre entièrement mes loyaux services qu’à ceux qui méritent mon respect. Traitez-moi de fine bouche si vous le souhaitez, mais je refuse de m’associer à la faiblesse et à la couardise. Ne vous méprenez pas sur mon état d’esclave. Comme mentionné plutôt, j’étais loin d’en être un par le passé. On m’a mis aux fers justement parce que certains de mes hommes étaient trop lâches pour me soutenir dans ma cause jusqu’au bout. J’ai goûté à la traîtrise malgré moi. On ne m’y prendra pas deux fois…

Visiblement, il était d’un naturel méfiant. Mais pouvait-on réellement lui en vouloir? Le guerrier elfique se releva, s’étira à nouveau, puis tourna le regard vers le campement. Sérieusement, il ne quitterait pas ces lieux tant que tous les soldats s’y trouvant ne baigneraient pas dans une mare de sang. Au pire, les futurs combattants impériaux mettraient assurément le coup sur les épaules des royaumes alliés. N’étaient-ils pas en guerre, après tout? Il jeta un regard en coin vers Alecto et comprit qu’elle voulait également une garantie. Après tout, elle pouvait bien prouver sa valeur à ses yeux, mais au final, qu’est-ce qui lui certifiait qu’il ne mentait pas également sur toute la ligne? Après tout, Ili était peut-être un mythomane et n’était rien d’autre qu’un simple esclave, malgré ce qu’il laissait entendre? C’était légitime de sa part de se questionner…

- Autrefois, on me surnommait Général Theryokel, expliqua-t-il. Certains me surnomment encore le Démon. On m’a mis les fers, car j’ai tenté un coup d’État contre la royauté d’Irianeth. Si tous mes hommes s’en étaient tenus aux plans initiaux, JE serais celui à la tête de ce putain de royaume. Pas cette lignée de merdeux qui ne savent pas diriger correctement une nation complète! Enfin, le roi Jayson n’est peut-être pas si mal, mais son géniteur, lui n’était rien d’autre qu’une merde ambulante. Il se passa une main dans ses cheveux nacrés, puis essuya son menton encore couvert de sang du revers de son avant-bras. Je m’apprête à massacrer ce campement… à moins que vous n’y voyiez là un réel inconvénient? Vous m’avez demandé de les épargner en échange de ma liberté. J’ose espérer que ce n’était pas dans un élan de compassion de votre part. Toutefois, ma mère m’a bien élevé et m’a appris à partager, si le cœur vous en dit. Ainsi, vous pourrez peut-être voir si ce que je dis est vrai ou pas… Tous ces soldats me connaissent de près ou de loin. C’est exactement pour cette raison qu’ils se sont fait un point d’honneur de m’affamer et de m’humilier…

L’elfe noir poussa un soupir d’exaspération, puis esquissa un nouveau sourire, un peu plus charmeur cette fois. Il tendit la main en direction de la dame du désert, puis planta ses iris violets brillants comme des joyaux dans ceux de sa sauveuse.

- Alors, qu’est-ce que ce sera, Dame Alecto? Croyez-vous que ces êtres inférieurs méritent de vivre alors qu’ils prétendent clairement pouvoir maîtriser n’importe quel immortel sans la moindre conséquence? Si vous le voulez, je vous propose un petit jeu. Si vous réussissez à massacrer le capitaine de garnison avant moi, je vous suivrai sans me poser davantage de questions… du moins, pour un moment. Ainsi, peut-être en apprendrais-je davantage sur vos ambitions? Et vice-versa, évidemment…

Son sourire enjôleur trahissait une once de sadisme typique à sa race. Il voulait du sang, plus de sang! Ses manières presque félines devaient accentuer ses airs de prédateur. Au bout d’un moment, la sorcière aux vipères attrapa sa main et il l’aida à se relever d’un mouvement vif.

- Je n’imposerai qu’une seule règle à notre petit jeu de chasse : seules les attaques physiques importeront réellement. Je veux vous voir à l’œuvre en tant que prédatrice, pas en tant que magicienne. Oh et je vous rassure, je n’ai aucune idée où se trouve actuellement le capitaine. Alors pas de tricherie de ma part. Son regard se glissa sur le corps de la vampire et Ili se mordit légèrement la lèvre inférieure, signe qu’il appréciait ce qu’il voyait. Elle devait être une redoutable chasseresse… mais il en voulait la preuve, la voir agir de ses propres yeux.

Visiblement, sa compagne approuvait son initiative et trouvait même l’idée plutôt amusante. Les vampires conclurent d’un commun accord qu’ils partiraient chacune de leur côté : Ili’Invyx se positionnerait à la limite nord du campement alors qu’Alecto débuterait à la limite sud. Sans plus un mot, ils se séparèrent afin de rejoindre chacun leur point de départ. Le Démon attendit que la magicienne lui lance mentalement le signe de départ (puisqu’il était dans l’impossibilité de lui parler par télépathie), puis s’élança à travers les tentes. D’un mouvement vif, il ouvrit la porte de toile du premier abri qui se trouvait devant lui. À l’intérieur, il vit deux soldats s’adonner à des plaisirs normalement proscrits pour deux individus du même sexe. Tiens, tiens, voilà qui était intéressant. Ili s’esclaffa en voyant leur mine surprise, puisqu’ils étaient visiblement pris la main dans le sac… ou sur le sac, tout dépendant des points de vue. Évidemment, l’un d’eux se rhabilla prestement et lui beugla des insultes à n’en plus finir alors que le deuxième s’attarda sur l’apparence ensanglantée du vampire.

- Jaeger… regarde… il a tué quelqu’un… Fit l’homme encore dénudé.

- Qu…quoi?!! Saleté de Démon!! Je vais te faire ta fête!!

- Voilà qui est charmant de votre part. J’interromps votre partie de jambes en l’air, vous m’en voyez navré messieurs… ou peut-être pas.

Un sourire carnassier trôna sur les lèvres du vampire qui chargea. Des cris de détresse fusèrent depuis la tente et rapidement, des jets de sang vinrent teinter les parois de l’abri de fortune. D’autres hurlements se faisaient entendre depuis l’autre bout du campement, signe qu’Alecto ne perdait pas de temps, elle non plus. Rapidement, l’alerte fut sonnée et Ili sortit sous le clair de lune, complètement couvert d’hémoglobine de la tête aux pieds, ses cheveux d’ordinaire immaculés revêtant maintenant une teinte rouge typique. Bon sang qu’il se sentait vivant! Il prit une grande inspiration, humant le doux arôme du massacre qui lui avait tellement manqué. Bon, il aurait pu interroger ces deux abrutis avant de les éventrer, histoire de savoir où se trouvait le capitaine… mais c’était vachement moins drôle comme ça, non?

Des hommes sortirent d’un abri qui leur servait de taverne et s’arrêtèrent devant l’air sadique de l’elfe noir qui les scrutait d’un regard calculateur. Des murmures s’élevèrent de la foule, certains le nommant « général » alors que d’autres le traitaient de « démon ».

- Messieurs… il est grand temps de s’amuser! Le rictus qu’affichait Ili témoignait bien de toute la violence de ses pensées. Alors, dites-moi donc… où est le capitaine Erd? Si vous me pointez l’endroit où il se trouve, je vous épargnerai peut-être… ou pas. Ça dépendra de mon humeur, en fait.

Après tout, il ne voulait pas subir de défaite devant Alecto, pas vrai?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Blood Pact [PV ALECTO]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Blood Pact [PV ALECTO]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Un petit soucis ? [ Alecto]
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: