Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Frédégonde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Frédégonde   Mer 25 Fév - 19:13

INFORMATIONS.PERSONNELLES

    Nom : Certains portent un nom particulier, en lien avec leurs nobles ancêtres. Pour ma part, j’ai été simplement affublée du nom du royaume dans lequel j’habite. Ou plutôt, le nom du royaume auquel j’appartiens : Émeraude. Dire que j’aurais pu appartenir à un royaume sauvage ou glacé, tellement plus exotique.
    Prénom : Je doute que ma véritable mère m’ait donnée cet horrible prénom qu’est le mien : Frédégonde. Qui peut donner un tel nom à son enfant? J’ai peine à le concevoir. Surtout que je ne dois pas être la première à le supporter comme une part de mon identité. Enfin, mon prénom peut être le coup de grâce pour me convaincre de ne pas rechercher ma vraie mère ou alors… Hum, si Franny pouvait lire mes pensées, ce qui ne m’étonnerait pas de sa part, elle me dirait d’arrêter de me faire des histoires et d’aller éplucher les patates.
    Surnom : Les princesse, papillon et autres surnoms du genre, ce sont de gentils mots que l’on réserve à des êtres aimés. Ce sont des parents plein d’attention qui aiment leur tendre progéniture. Pour ma part, il n’y a que Franny. Franny qui m’appelle parfois sa petite tête de linotte… Je doute d’ailleurs que ce soit vraiment affectueux. Bref, pour les autres, pas de surnom. Je demande simplement à ce qu’on m’appelle Fred.
    Âge : Je ne peux pas vous dire mon âge avec certitude puisque Franny et moi ignorons la journée de ma naissance. Alors, au lieu de fêter mon anniversaire, je fête la journée où j’ai été trouvé bébé, emmitouflée dans une couverture sale et déposée devant le quartier des domestiques du château d’Émeraude. Ça a fait 13 ans
    Sexe : Je suis une fille. Rien à ajouter ou à contredire sur ce point.
    Race : Encore une fois, je n’ai aucune certitude sur ma véritable nature. Pour ce que j’en sais, je pourrais très bien avoir de lointains ancêtres elfes ou fées, ce qui me plairait énormément. Mais Franny s’empresserait de me dire que, justement, mes oreilles n’ont rien des elfes ou des fées. Elles sont terriblement, banalement, fatalement les plus humaines qui soient. Alors, je dois être une simple humaine. Franny a cette fâcheuse manie de piétiner tous mes espoirs.


INFORMATIONS.PHYSIOLOGIQUES.&.PSYCHOLOGIQUES

    Physique : Fatalement humaine. Indéniablement fille. Avec 13 ans à mon actif, je suis plutôt petite, mais dans la moyenne pour les jeunes gens de mon âge. Toutefois, Franny pense que je dépasserai plusieurs des demoiselles avant d’avoir atteint l’âge adulte, ce qui me forcera à garder la tête basse, malgré mon cou de cygne – j’ai entendu Jorane utiliser cette expression l’autre fois et j’ai adoré cette vision! Bon, au lieu d’avoir une chevelure blonde qui aurait pu concorder avec l’image de ce bel oiseau blanc, j’ai d’horribles cheveux couleur carotte que je prends la peine de dissimuler sous un bonnet blanc, le bonnet des domestiques. Mes yeux verts que j’aime tant, je dois les baisser pour être discrète, toujours. Sinon, j’ai une peau brunie par le soleil, tavelée de taches caractéristiques aux rousses, des joues bien rondes comme l’enfance. Quand je souris, j’ai une fossette du côté droit, des dents blanches grâce aux bonnes habitudes acquises. Merci Franny! Sinon, j’ai des vêtements de domestiques : ternes, trop grands pour moi, amples. Mes pieds sont chaussés par des sabots qui ne sont pas très pratiques ou très silencieux, mais quand je dois me déplacer dans les couloirs, je dois mettre des chaussures plus discrètes, en simple cuir. Pas très confortables, mais bon… Un dernier détail : mes mains. J’ai des mains normales, généralement propres, mais les ongles rongés, sales. Je n’ai pas nécessairement le temps de les brosser tous les jours. Ou alors, disons plutôt que je ne prends pas nécessairement le temps de les brosser… Ce n’est pas l’activité la plus palpitante qui soit, d’ailleurs.
    Signes particuliers : Les cheveux carotte et les yeux verts peuvent être considérés comme des signes distinctifs, bien que je ne sois pas la seule à avoir ces traits. Soyons honnête, bien des elfes et des fées sont sans doute plus… Bref. La manie de se ronger les ongles? Je n’ai pas assez de doigts pour compter tous ceux qui ont la même… Tomber dans la lune? Hum, encore là, je ne dois pas être la seule, mais se déconnecter de la réalité comme je le fais, imaginer des histoires comme je le fais… Enfin, vous jugerez.
    Caractère : Franny se contenterait probablement de vous lister la longue liste de tous mes défauts, les plus horribles qui soient, en passant de la paresse à la malpropreté, sans oublier un détour par les mœurs légères, parce qu’elle m’a surprise une fois à embrasser un jeune page… Mais Franny exagère probablement un peu. Il est vrai que j’ai tendance à rêvasser et, par conséquent, à réaliser certaines de mes tâches avec moins d’aplomb, d’intérêt ou de rigueur. Mais je n’en reste pas moins une jeune fille bien élevée, autant que possible par une vieille gouvernante acariâtre au cœur amer… Une jeune fille rêveuse, mais travaillante, avec le cœur sur la main pour aider aux tâches et son prochain. Bon, probablement que je le fais davantage par obligation, mais il est vrai que j’éprouve du plaisir à voir le sourire rayonnant d’une vieille domestique qui n’aura pas à laver les carreaux du troisième ou à changer le lit d’une noble grincheuse. Un peu nerveuse, parce que je n’aime pas me faire surprendre, ayant toujours l’impression de ne pas être au bon endroit ou de ne pas faire ce que je devrais faire, je sursaute à rien et surveille toujours par-dessus mon épaule. Rêvassant au moins la moitié du temps, il va sans dite que je suis considérée comme maladroite. J’échappe les plaques à biscuits avec les biscuits encore tout chauds. Je renverse les seaux d’eau sur les planchers propres. Je mets les pelures de pommes de terre sur le plancher. Heureusement, comme le dit si bien Franny, à mon âge, je suis encore malléable. Mon caractère peut encore changer. Mais juste pour embêter Franny, j’ai bien envie de rester celle que je suis maintenant.
    Faiblesses, peurs : Je vais vous confier l’une de mes plus grandes peurs, une peur que je ne dirai jamais à Franny, même à demi-mots, parce que je sais qu’elle en rirait et me dirait de ne même pas y penser, que cela ne changerait rien à ma vie même si cette horrible réalité restait la terrible réalité. J’ai cette peur tout à fait compréhensible de ne jamais savoir déchiffrer le monde de ces mots finement tracés sur les papiers parchemins qui remplissent la bibliothèque du royaume d’Émeraude. Je sais bien que je n’ai pas le droit de toucher à ce qui ne m’appartient pas tout comme cela ne me sert absolument arrière puisque je ne sais pas encore lire, mais je m’y emploie avec sérieux aussitôt que j’ai un moment. Parce qu’ignorer la science des mots, ne pouvoir les déchiffrer, les comprendre, les utiliser pour créer un monde presque tangible par ceux que soufflent mes lèvres. Ce serait la fin du monde. Et j’ai peur que les gens qui m’entourent, enfin ceux qui savent lire, se moquent de moi parce que je ne sais pas… Il est vrai que cela ne fait pas partie des priorités de Franny qui juge que mon éducation actuelle suffit amplement à mon statut de domestique au château d’Émeraude. Ah, Franny!
    Orientation sexuelle : Franny a tendance à me rabrouer et à me dire d’arrêter de rêver. Pourtant, quand je lui raconte ce qu’a fait l’apprenti palefrenier ou un jeune page de mon âge avec le plus grand sérieux, et ce n’est jamais que pour répéter les niaiseries qu’ils me disent sur mes cheveux couleur carotte, par exemple, Franny se contente de secouer la tête avec un petit sourire que je n’arrive pas à déchiffrer. Après en avoir longuement discuté avec certaines autres domestiques, apparemment que Franny pense que ces garçons m’aiment bien mais qu’à leur âge, ils sont complètement idiots, et que moi, je suis encore plus idiote parce que je les écoute et que ça me frustre… Franny aussi me frustre. Bref, vous pouvez en conclure ce que vous voulez. Moi, je m’en fiche complètement…


CAPACITÉS

    Talents, Compétences : J’ai le talent indéniable, particulier et complètement inutile, selon Franny, de m’inventer des histoires. Pourtant, cette imagination débordante peut être plus qu’utile lorsque vient le temps de faire peur à un garnement, d’amuser les copines ou de se sortir d’une situation plutôt embarrassante lorsqu’on se trouve à un endroit où on ne devrait pas être… Ce qui est parfois, souvent, je ne sais plus trop, mon cas. Sinon, je suis douée pour apprendre, que ce soit la cuisine, le tricot ou la lecture, bien que, pour ce dernier cas, c’est plutôt un travail de longue haleine, mais je parviens tant bien que mal à acquérir quelques bases… Je n’ose rêver au jour où je tiendrai une plume entre mes doigts, si cela arrive un jour. Enfin, mis à part la plume, pour le moment, je sais manier le balai avec art. Et ce bâton pourrait bien servir d’arme pour ce petit palefrenier de malheur qui me cherche des noises…
    Pouvoir : Depuis toute petite, j’ai une imagination débordante, comme Franny l’a remarqué, à son plus grand malheur, et au mien également puisqu’elle ne cesse de me le reprocher. Enfin, petite, je n’y prêtais pas vraiment attention. Quand je me mettais à me conter des histoires avec des fées, des papillons, des fleurs, il m’arrivait parfois de les voir, parfaitement, devant mes yeux. Au fil du temps, je n’y prêtais plus nécessairement attention et il était parfaitement inutile de parler d’un sujet aussi futile avec Franny qui m’aurait simplement ordonné de cesser mes histoires. Toutefois, un jour que je lui racontais, à sa demande, je le précise, de lui raconter l’un de mes rêves, je lui ai décrit les paysages colorés et flamboyants de la vallée des fées, comme je les imaginais. Je gesticulais avec mes mains et je répétais sans cesse : « Tu imagines, ils ont des grenouilles de toutes les couleurs! Pas juste des vertes. Des bleues aussi, et des oranges. Et il y en a même qui ont peut-être des petits pois sur le dessus ou le bout de leurs doigts jaunes. Enfin, ce qui leur sert de doigts. Tu images, Franny, comme ce serait merveilleux de voir l’une de ces petites grenouilles sautiller sur la table de cette cuisine pour contourner les obstacles et se cacher de nos yeux scrutateurs? » J’ai dû arrêter ma tirade parce que Franny a poussé une exclamation de surprise. Et quand je lui ai demandé ce qu’il se passait, elle m’a dit qu’elle l’avait vue, cette petite grenouille. Un seul instant. Puis… POUF! Elle était disparue. « Tu l’as vue, Franny? Vraiment vue? » Et la magie s’est rompu parce qu’elle a secoué la tête, m’a ordonné de continuer à éplucher les pommes de terre et d’arrêter d’inventer des âneries. Vous voyez le genre d’incidents qui ont eu lieu? Il en a fallu plusieurs pour comprendre que je possédais le merveilleux pouvoir de rendre réel ce qui se passait dans ma tête, le pouvoir de l’illusion. C’est un merveilleux pouvoir qui pousse mes rêveries encore plus loin! Mes rêveries deviennent en quelque sorte réelles! Qui sait? Un jour, je contrôlerai ce pouvoir tellement plus que maintenant, et je pourrai jouer sur les couleurs, les textures, les bruits. Je pourrais… Oui, c’est bon. Je recommence à éplucher mes pommes de terre, Franny… Pfff…


INFORMATIONS.SOCIALES

    Royaume d'origine : J’aurais aimé être née dans les déserts de glace de Shola ou sur le sable brûlant du Désert ou même dans les forêts sauvages de Turquoise ou de Rubis. Tout pour dire que je ne suis pas la énième fille d’un couple trop amoureux d’un village voisin au château d’Émeraude. Pourtant, Franny ne cesse de me répéter que c’est le dernier scénario qui est le plus probable. Je serais donc née au royaume d’Émeraude, et de mon ton le plus tragique, j’ajouterais que j’y suis également pour y mourir.
    Royaume de résidence : Encore une fois, la question est trop simple, trop facile. Je réside au royaume d’Émeraude, dans le quartier des domestiques du château où habite la royauté. Je n’ai rien à y ajouter. Penser à mon petit lit de fer grinçant et les draps blancs amidonnés me déprime… J’aurais aimé les draps de velours et de satin… Ce doit être si…
    Famille : J’aime à m’imaginer une ribambelle de frères et sœurs avec qui j’aurais pu m’amuser à faire les quatre cents coups, mais je n’ai pour compagnie que Franny, la sage, pour ne pas dire vieille, domestique qui m’a trouvée il y a des 13 années déjà. Comme elle m’a pris dans ses bras la première, elle se sent responsable de moi… Il y a bien des jeunes filles qui ont plus ou moins mon âge et qui travaillent au château, avec lesquelles je peux m’amuser. Bref, ma famille se compose des domestiques du château d’Émeraude. Beaucoup trop grande. Pas assez familiale. Vous aurez compris…


INFORMATIONS.HISTORIQUES

    Histoire : Franny n’est pas là, et je vois pourtant ses yeux plissés me fixer et m’ordonner d’aller à l’essentiel sans partir dans mes élucubrations fantaisistes… Parce qu’elle ne croit pas à mes théories extravagantes sur les origines de mes parents. Pour elle, ils n’étaient que de simples paysans qui ne pouvaient nourrir une bouche de plus et qui ont préférés abandonner le fruit de leur amour, cette expression étant de mon crû, et non de Franny. Pour ma part, j’ai élaboré plusieurs scénarios. Par exemple, ma mère aurait bien pu être… Bon, Franny me rappelle encore à l’ordre. Tout ça pour dire qu’il y a maintenant un peu plus de treize ans, Franny a découvert un magnifique nourrisson dans une vieille couverture sale et trouvée, un poupon endormi sur le pas de la porte du quartier des domestiques. Comme elle fut la première à me trouver et à me prendre dans ses bras, et que la gouvernante lui a simplement dit de remettre l’enfant à l’orphelinat du village, ce que Franny ne pouvait supporter, ayant vu des gamins maigrichons et sales voler dans les alentours du château, Franny a délibérément choisi de me garder auprès d’elle et de m’élever. C’est ce que je lui répète d’ailleurs chaque fois qu’elle me dit qu’elle aurait mieux fait de m’envoyer à l’orphelinat pour s’éviter tous les problèmes que je lui cause! En somme, elle me reproche ses propres choix. Je l’entends encore soupirer à chaque fois que je le lui rappelle.

    Franny est donc devenu ma seule figure maternelle, bien que je l’identifie plus à une vieille tante gentille mais un peu beaucoup exigeante. Enfant, elle me laissait jouer avec les poules et les chevaux, sous l’œil vigilant du palefrenier qui me permettait de caresser leur robe soyeuse et de leur donner des pommes comme gâteries. Mes robes n’étaient pas les plus jolies, au contraire, mais il me suffisait de fermer les yeux et de tournoyer pour imaginer porter une somptueuse robe de satin garnie de rubans et de dentelles, comme les demoiselles que je voyais parfois au château! Et pour éviter que quiconque ne brise mes rêves, je restais souvent toute seule, ayant remarqué que les autres enfants avaient tendance à rire de ma propension à m’imaginer plus grande, plus importante ou plus jolie que je ne l’étais. Cela ne m’empêchait pas parfois d’aller les rejoindre pour des excursions dans les bois ou aller jouer à la pêche aux grenouilles à l’étang, mais je préférais de loin mes moments de solitude où je pouvais rêver sans contrainte et sans jugement! Mais d’où me venait donc cette imagination? Franny en est en partie responsable, puisqu’enfant, elle me racontait souvent des histoires pour m’endormir. Elle les racontait de mémoire. Elle les espérait sans doute moralisatrices, mais je n’en retenais absolument rien, si ce n’est la beauté des mots et leur pouvoir créateur.

    Malheureusement pour moi, je ne suis pas restée petite éternellement. J’ai grandis, et Franny a jugé bon de m’éduquer et me préparer à la vie de domestique au château. Alors, au départ, j’aidais simplement dans les cuisines. Puis, j’allais prendre soin des animaux, chercher les œufs dans le poulailler et les légumes dans le jardin. J’aidais parfois les femmes de chambre. J’ai appris à allumer les feux dans les foyers. Bref, j’ai appris à travailler. Mes journées de rêverie se sont espacées. Ou alors, j’ai appris à rêver en travaillant, ce qui a révélé ma nature maladroite à tous. Autant dire que sous les réprimandes, j’ai appris à marcher la tête basse et à raser les murs pour éviter les remontrances. Malheureusement, mon envie de rêver et d’imaginer a toujours été plus grande, et rien n’aurait pu la réprimer.

    Mis à part quelques événements particuliers liés à mon pouvoir d’illusion, mon existence s’est donc écoulée paisiblement, monotone. Toutefois, si plusieurs assurent que tous les jours se ressemblent, je peux vous rassurer : les miens sont toujours différents et magiques, grâce à mon imagination. Il suffit d’un rien pour m’emballer et réinventer le monde! C’est probablement cela qui m’évite de devenir aussi aigrie que certains ou aussi grincheuse de Franny.

    Et les événements survenus il y a peu ont emballé mon imagination, un peu plus que Franny ne l’aurait voulu. En effet, des dragons auraient été aperçus, d’immenses bêtes aux écailles luisantes et aux ailes gigantesques, aux pattes griffues et au souffle de feu. Des dragons, les animaux d’un ennemi vaincu il y a si longtemps. La magicienne du royaume compte recréer l’Ordre des chevaliers d’Émeraude, un ordre qui jadis écrasa l’ennemi pour permettre aux Enkievs de prospérer en paix. Elle tiendra des entrevues dans la cour, prête à recevoir quiconque a un pouvoir. Et j’ai un pouvoir. Contrairement à ce que Franny me raconte depuis ma plus tendre enfance, je ne finirai peut-être pas ma vie au château d’Émeraude comme simple domestique. Tout me porte à croire que je peux maintenant rêver et aspirer à plus! Je pourrais devenir écuyère d’Émeraude. Après tout, j’ai l’âge requis. J’ai la volonté de protéger mon prochain. Et j’ai un pouvoir qui pourrait se révéler utile! Il ne me restera plus qu’à me présenter à la magicienne d’Émeraude et à la convaincre que je mérite d’intégrer cet ordre légendaire qui renaît de ses cendres!

    Fonction : Si certains s’amusent à me dire que je suis une simple domestique, je leur rétorque avec aplomb que je suis l’apprentie-cuisinière de Franny, ce qui n’est pas vraiment la vérité. Heureusement, je pourrais être autre chose : écuyère d’Émeraude. Ça a quelque chose de magique, ces mots…


Informations hors-jeu:
 


Dernière édition par Frédégonde le Sam 21 Mar - 18:06, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Colombe

avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 08/02/2015

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Humaine
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Frédégonde   Sam 28 Fév - 12:44

En Attente
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frédégonde   Sam 21 Mar - 18:07

    Présentation terminée, bien que l'histoire ne soit probablement pas à la hauteur du personnage. Vous verrez bien. (:
Revenir en haut Aller en bas
Colombe

avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 08/02/2015

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Humaine
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Frédégonde   Sam 21 Mar - 18:54

Présentation approuvée
Bon RP (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frédégonde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frédégonde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inscriptions partie 63 - Kaamelott
» ☺ Love Circus ♥ [PV Aurore] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: Présentations-
Sauter vers: