Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Parandar

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 08/02/2015

MessageSujet: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   Mer 8 Fév - 19:19

Pour plus d'informations sur le contexte d'animation, consultez ce topic.

Une équipe de chevaliers a été assignée pour infiltrer les rangs ennemis. En pleine nuit, les chevaliers Vigie et Adelyn, ainsi que l’ancienne chevalière et apprentie-magicienne Douhbée, se faufilent au-delà de la frontière du désert. Près d’une oasis, non loin de ladite frontière, se trouve un campement ennemi. L’objectif est de tenter de s’introduire dans le campement de l’armée, d’accomplir quelques saccages et, si possible, de mettre la main sur des informations écrites en fouillant les tentes des commandants de garnisons.

_________________
Notre Parandar, qui est aux plaines de lumière, que ton Rp soit relancé. Que tes joueurs reviennent de vacances. Que ta motivation soit forte, sur l'animation comme dans les rps persos. Donne-nous aujourd'hui notre inspiration quotidienne, et pardonne-nous nos absences, comme nous pardonnons aussi à ceux qui jouent aux Sims. Et ne nous sommets pas à Facebook, mais délivres nous des distractions. Amen.

Je vous salut Admins, plein de pouvoirs. Vous êtes choisis entre tous les joueurs, et les autres rôlistes, nés de votre inspiration, écrivent pour vous.
Saints Admins, créateurs de forum, motivez-nous, pauvres joueurs, maintenant et même pendant les vacances, Amen!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraude.skyforum.net
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 23 ans (Fév)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   Jeu 9 Fév - 20:21

Douhbée se sentait revivre, équipée comme la Chevalier qu’elle resterait éternellement dans son cœur, montée sur son destrier de combat, chevauchant parmi les siens. Comme si les trois dernières années à apprendre la magie auprès de Nata n’avaient pas existé. Comme si elle s’était contentée d’un congé de maternité, et non d’un… «Arrêt réorientation». Certes, laisser derrière elle ses enfants avait été difficile, autant l’un que l’autre, la première parce qu’elle comprenait où sa maman partait, mais pas pourquoi elle ne la suivait pas… et le second parce que, en pleine phase «je ne veux voir personne d’autre que ma mère», il avait fallu l’arracher de ses bras en pleine crise de larmes.

Sur le coup, la pardusse avait failli laisser tomber. Mais la vision qu’elle avait eut du succès de leur mission lui donnait la sensation que, si elle ne passait pas au dessus de la blessure émotionnelle d’être séparée de sa progéniture, si elle refusait de couper le cordon ombilical… Vigie et Adelyn risquaient d’échouer leur mission, et elle ne pouvait se permettre cela, car elle craignait trop les implications! De toute façon… elle avait prêté serment à l’Ordre, et même si son nouveau titre d’enseignante l’en délivrait, Douhbée se sentirait toujours lié à cette promesse. De toute façon, elle ne pouvait pas mentir en disant que le grand air, le calme et le silence lui faisaient le plus grand bien! Elle voulait un monde où elle pourrait cajoler ses enfants en toute sécurité, et cela passait par détruire l’envahisseur… ou à tout le moins le renvoyer chez lui. Elle n’allait pas rester chez elle, les bras croisés, à attendre que les autres le fassent pour elle. Elle était une Chevalier, quoi que les autres en disent.

-Accrochez-vous à moi, et quoi qu’il advienne, ne bougez pas… intima-t-elle à ses deux compagnons de mission, le lendemain matin de leur arrivée au campement de leur garnison.

Le trio devait donc s’infiltrer dans le campement Irianien, pour en tirer des informations qui aideraient à faire pencher la balance, ou au moins faire assez de saccages pour déstabiliser l’adversaire. Puisqu’elle avait fait plus d’une mission dans le désert, Douhbée savait exactement où se téléporter pour être à l’abri des regards, et prendre l’ennemi de cours. Il fallait juste que rien ne la déconcentre. Elle prit donc respectivement les mains de son mari et de sa meilleure amie dans l’Ordre, et ferma les yeux, éliminant les sons autour d’elle, imaginant l’incroyable Oasis de paix où… oui, celle-là où Vigie et elle avaient batifolés six ans plus tôt, lors d’une mission qui n’avait rien à voir avec des satanés dragons.

Un sourire de victoire apparu sur les lèvres de la pardusse lorsqu’elle sentit l’air vibrer, et changer complètement autour d’elle. L’oasis où elle les avait fait paraître, tout les trois, était empreint d’une humidité normalement absente dans le désert, et pourtant bien présente grâce à la réserve d’eau et l’étonnante végétation qui conservait l’humidité à proximité et donnait une impression «fermée» à l’endroit. Après s’être assuré qu’ils étaient bel et bien seuls, même si le Chevalier Phoebe s’était assuré de vérifier la zone d’abord à l’aide de son pouvoir, les Chevaliers purent dresser le plan. Déjà, il fallait remonter vers le nord, car ils étaient beaucoup trop au sud, mais c’était la façon la plus sécuritaire de traverser la frontière sans être repérés… Experte des déguisements, Adelyn saurait peut-être les faire tous passer pour des irianiens, si ce n’était pas la barrière du langage! Soren en connaissait bien quelques mots, mais sans plus. Le mieux était encore de s’incruster discrètement à la nuit tombée… De toute façon, l’ennemi était bien trop intéressé aux combats à mener à l’avant pour regarder en arrière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   Ven 10 Fév - 11:45

Le soleil n’était pas encore levé. Le vent soufflait sur les terres sèches du sud d’Alombria, celles-là mêmes qui servaient de frontière entre leur patrie et le désert. Déjà, les soldats de la garnison alliée s’affairaient à leurs tâches, se préparant à envoyer une nouvelle escouade en direction des lignes de combats. Vigie était debout, entre autres parce qu’il était d’un naturel matinal, mais aussi parce qu’il devait être prêt pour partir en mission avant même que le soleil ne pointe le bout de son nez.

La tâche qui lui avait été attribuée était fort simple : il devait traverser les lignes adverses en compagnie de Douhbée et d’Adelyn dans le but d’infiltrer les campements ennemis pour mettre la main sur des informations qui pourraient leur être fort utiles. Par le fait même, s’ils pouvaient foutre un peu la pagaille là-bas… ce ne serait pas de refus. S’il était normalement habitué à faire ce genre de travail seul (ou en compagnie de Miya, son écuyère), il ne rechignait pas à l’idée d’avoir sa douce et la sous-chef de l’ordre à ses côtés. Non seulement il était un peu nerveux de remettre le nez en territoire ennemi (même s’il refusait de l’admettre), mais ce genre de mission comportait son lot de risques et être plusieurs venait ajouter à ses chances de survie.

Comment allaient-ils procéder? Douhbée se chargerait de les téléporter tous les trois en territoire désertique, puis ils devraient s’infiltrer dans une oasis en abord d’un campement irianien. Ils attendraient la tombée de la nuit pour commencer leurs méfaits et leurs recherches. Pour l’occasion, Vigie avait opté pour des vêtements de voyageur typiquement désertique selon les recommandations de son épouse. Ainsi, il aurait plus de chance de passer inaperçu. Un pantalon de toile beige recouvrait ses jambes et une tunique ample d’un brun terreux ceignait son poitrail. Sous ce morceau de vêtement un peu trop grand pour lui se trouvait une armure de cuir cloutée qui lui permettrait d’encaisser certains coups sans trop de problèmes. Une ceinture épaisse, mais banale, entourait sa taille et une cape couleur sable recouvrait ses épaules (et donc, masquait ses ailes), le tout étant surmonté d’un capuchon profond. Son épée battait sa hanche gauche et dans son dos, – sous sa cape et entre ses ailes – trônaient son arc et son carquois de flèches. Son épaisse chevelure immaculée avait également été altérée pour la première fois de sa vie! En fait, Soren avait pris pour initiative d’aller à la rencontre de l’une des guérisseuses, une heure plus tôt pour lui demander une mixture qui lui permettrait de changer temporairement la couleur de sa tignasse. Cette dernière avait alors effectué un habile mélange de différentes poudres et d’herbes, ce qui avait donné un liquide à la texture épaisse de la même teinte que la terre cuite. Elle avait badigeonné les cheveux courts couleur neige du chevalier et, au bout d’un moment, ceux-ci arboraient une couleur brun tirant légèrement sur le roux. Bon… son épouse allait faire une crise cardiaque, mais c’était pour son propre bien à lui! Après tout, les Irianiens le reconnaîtraient assurément s’ils devaient voir un mec immaculé se pointer devant eux! Évidemment, il ferait tout pour ne pas se faire voir, mais on n’était jamais trop sûr…

Il était maintenant l’heure… le pheryxian pressa le pas afin de se rendre au point de rendez-vous. Une fois sur place, il remarqua que ses deux compagnes de voyage étaient déjà présentes. Vigie dut se retenir de s’esclaffer devant les airs ahuris que lui jetaient Adelyn et Douhbée! Ouais, elles n’étaient pas habituées à le voir en brun, il pouvait le comprendre.

- Je vous rassure, ce n’est que temporaire, expliqua-t-il avec un sourire en coin. Dès que je prendrai mon bain, la couleur commencera à s’estomper. Seulement, je ne peux pas prendre de chances de me faire reconnaître, vous comprenez…

Une ombre passa dans son regard doré et les deux jeunes femmes ne relevèrent pas, comprenant immédiatement qu’il faisait allusion à son ancienne captivité. Douh somma ses comparses de s’agripper à elle et leur ordonna de tenir bon jusqu’à la fin du voyage. Soren jeta un regard entendu à son épouse, puis ne bougea pas d’un iota alors qu’il sentait le décor se remodeler autour de lui. Au bout d’un moment, le trio réapparut au milieu d’une oasis que le chevalier aurait pu reconnaître entre mille. C’était ici que lui et Douh avaient… enfin… des années plus tôt, après une mission qui avait failli tourner au vinaigre. Sa femme arborait un sourire victorieux et Vigie ne se fit pas prier pour lui caresser doucement les doigts pour lui montrer qu’il était fier d’elle. S’assurant que l’endroit était désert le trio se réunit alors pour établir un plan. Actuellement, ils se trouvaient au sud de l’emplacement où ils voulaient se rendre et il leur faudrait voyager vers le nord pendant quelques heures pour atteindre le campement ennemi. Certes, Adelyn pouvait se charger de leur donner une apparence d’Irianien, mais cela viendrait prendre une dose considérable de sa magie pour faire en sorte qu’ils conservent tous les trois cette apparence aux yeux de tous pendant un temps indéterminé… Le mieux était simplement de pénétrer dans l’enceinte du camp pendant la nuit, ce qui limitait la visibilité de leurs ennemis.

- Je suggère que nous nous rapprochions du campement au courant de la journée et que nous attendions la tombée de la nuit pour jeter un œil plus approfondi, fit-il en observant ses compagnes. Nous n’avons aucune idée comment sont positionnées les tentes, alors il sera primordial que nous restions tranquilles le temps d’assimiler grossièrement la routine de nos ennemis et d’en apprendre davantage sur la disposition des lieux. Adelyn, tu peux prendre l’apparence que tu veux, je me trompe? Crois-tu pouvoir te faire passer pour un soldat irianien? Ça te permettrait de pouvoir marcher librement parmi eux sans te faire remarquer… Tu pourrais nous faire un topo de ce que tu vois… Une fois la nuit tombée, moi et Douh pourrions commencer à chercher dans les tentes pour trouver des parchemins susceptibles d’apporter des renseignements nécessaires à nos forces armées… Il jeta un regard à sa femme, puis à la sous-chef de l’ordre. Étant en position d’autorité, cette dernière avait le dernier mot sur le déroulement de la mission. Je parle un peu leur langage. Je suis loin d’être bilingue, mais peut-être que je pourrais te traduire certains propos que tu entendras, Adelyn. De plus, si je croise certains visages familiers, je me ferai un point d’honneur de t’en faire part. Évidemment, en cas de pépin, moi et Douh nous nous tiendrons prêts à intervenir. D’ailleurs, penses-tu pouvoir nous téléporter d’urgence si les choses devaient s’envenimer? Continua Soren en ramenant son attention sur l’apprentie magicienne. Cette dernière était de loin leur meilleure porte de sortie en cas de pépin.

Les bras croisés sur la poitrine, l’éclaireur officiel d’Alombria attendit les suggestions ou l’autorisation de sa supérieure avant de faire quoi que ce soit. Malgré son léger état de nervosité, il avait quand même hâte de s’activer : plus vite leur mission serait accomplie, plus vite ils pourraient revenir auprès des leurs!


[NOTE : bon, je n’apporte pas ÉNORMÉMENT de contenu, mais je me reprendrai au prochain poste! Seulement, comme Adelyn est clairement en position d’autorité, je n’ose pas agir avant d’avoir son avis XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   Dim 12 Fév - 17:26

La chevalière avançait d’un pas décidé au travers du campement, son écuyère sur les talons. Elles s’arrêtaient brièvement ici et là pour discuter avec des hommes en charge du ravitaillement, des femmes s’occupant de soigner les blessés, des soldats revenant du front et ainsi de suite. Il faut admettre qu’en tant que sous-chef de l’Ordre, Adelyn était désormais sollicitée pour une variété de questions. Ce matin, toutefois, elle ne pouvait se permettre de s’attarder sur tous ces détails. Ce n’était pas la raison de sa présence.

À chaque fois que l’on demanda son avis sur quelque chose, la fée s’était empressée de répondre de la façon la plus pragmatique qui soit et s’excusait de la conversation. Elle avait d’autre chats à fouetter. Elle était éventuellement parvenue à amener son écuyère avec elle jusqu’à la tente servant d’armurerie, où elle put s’enquérir des services de son apprentie. Elle demanda à ce que cette dernière lui trouve des dagues à insérer dans ses bottes, ainsi qu’un cimeterre à suspendre à sa ceinture.

Le duo se rendit ensuite au point de rendez-vous pour la mission d’infiltration à laquelle participait Adelyn. Celle-ci caressa la chevelure d’Ishobel, lui rappelant à quel point elle était fière du chemin qu’elles avaient parcouru ensemble depuis les trois dernières années, puis elle lui donna quelques consignes à suivre pendant son absence. Toutefois, elle ne s’inquiétait pas trop, car elle savait que l’adolescente était débrouillarde. Elle pouvait partir l’esprit en paix, ce qui n’était peut-être pas le cas de l’apprentie-magicienne qui pensait à ses enfants ou au pheryxian qui s’apprêtait à confronter d’horribles souvenirs.

Elle tourna ensuite son attention vers Douhbée, à qui elle adressa un sourire rassurant. Elle lui serra l’épaule et la remercia d’avoir accepté de participer à cette mission périlleuse. Sa présence était un atout indéniable. « Où est Soren? » demanda-t-elle. Elle n’eut pas à se poser la question bien longtemps que l’éclaireur fit son apparition… avec une toute nouvelle tête. Adelyn entrouvrit la bouche, mais s’empressa de la refermer pour ne pas avoir l’air idiote devant ses pairs. Elle jeta un rapide coup d’œil en direction de la pardusse, question de savoir si celle-ci était au courant de la transformation de son époux. À en voir l’expression qu’elle arborait, ce n’était pas le cas. Vigie rassura ses compagnes que le changement n’était qu’une ruse afin d’éviter de se faire reconnaître par ses anciens captifs.

« Contente de te compter parmi nous. » fut le seul commentaire de la fée à ce sujet. Elle ne tenait pas à raviver de mauvais souvenirs tout juste avant le départ, sans mentionner que c’était une raison tout à fait logique de modifier la couleur de ses cheveux. Elle était la première à changer son apparence lors de missions, si cela pouvait servir à la cause.

Le moment de quitter arriva enfin. Les deux chevaliers suivirent attentivement les consignes de l’apprentie-magicienne concernant leur mode de voyagement insolite. Lyn prit donc la main de son amie, jeta un dernier regard attendri à son écuyère, puis disparu… pour réapparaître au milieu d’une oasis. Elle devait admettre être satisfaite du choix de sa camarade. Le couvert était parfait pour une apparition discrète. « Un travail bien fait, ma chère. » dit-elle à son ami. Elle fit ensuite une brève ronde de sécurité et revint auprès de ses comparses. Il était temps de parler stratégie.

Soren prit parole le premier et la sous-chef se fit un point d’honneur de l’écouter jusqu’au bout sans piper mot. Après tout, son expertise en tant qu’éclaireur n’était pas négligeable. Il avait des années d’expérience dans ce domaine et une meilleure connaissance des Irianiens que quiconque d’autre. La jeune femme au regard bleuté hocha de la tête lorsqu’elle fut interpellée concernant ses capacités de transformation. Elle s’était vêtue à la mode du désert, soit avec un foulard couleur crème pour recouvrir ses cheveux tressés en une longue natte, une ample tunique faite du même tissu que son foulard, des pantalons bruns et des sandales en cuir. Cela n’empêchait pas qu’elle pouvait utiliser son pouvoir d’illusion pour masquer ses vêtements si ceux-ci ne devaient pas correspondre à ce que portait l’ennemi.

Les mains sur les hanches, elle attendit que Douhbée confirme si elle pouvait servir de dernier recours pour leur fuite si les choses devaient mal virer avant de sonder l’état émotionnel des deux soldats à ses côtés. Il était primordial à ses yeux que ses compagnons soient prêts à affronter l’ennemi avec un calme implacable. Une détresse émotionnelle pouvait tout aussi facilement ruiner leur quête d’information qu’un mot mal placé.

- Nos ordres sont simples : s’infiltrer dans ce campement et recueillir le plus d’information possible. Pour ce faire, nous devons agir avec caution et ne prendre aucun risque inutile. Sois honnête avec moi, Soren. Es-tu à l’aise avec cette mission? Le but de la fée n’était pas de froisser son compagnon, mais elle se devait de poser la question. Il était nerveux et elle pouvait le ressentir. Elle cherchait donc à savoir si cette anxiété risquait de mettre leurs vies en péril. C’était leur dernière chance de faire demi-tour… car une fois que leur plan serait mis en branle, ils ne pourraient plus revenir en arrière. Elle hocha de la tête lorsque le pheryxian lui confirma qu’il était en état de continuer. C’est ce que je voulais entendre. Elle donna une claque amicale sur l’épaule de Vigie, puis ramena son attention à leur discussion stratégique. Ceci étant dit, je crois que notre ami ailé a bien résumé les enjeux. Nous ne savons rien de ce qui nous attend, ce qui fait en sorte que la caution est de mise. Nous procéderons tel que proposé : nous profiterons des prochaines heures afin de s’approcher du camp ennemi et l’étudierons de loin. Une fois que nous aurons une idée plus précise des effectifs irianiens et de leurs défenses, j’en profiterai pour me glisser incognito parmi eux. Je compterai alors sur un de vous deux pour garder un œil sur les mouvements généraux dans le camp, tandis que l’autre se reposera. Vous alternerez ainsi jusqu’à mon retour, auquel moment je pourrai récupérer mon énergie et vous surveiller à mon tour. Je tiens à ce que nous soyons en contact autant que possible.

Le trio se mit alors en route vers le nord. Il avançât avec prudence : il fallait garder les yeux ouverts. On ne savait pas si le campement avait des sentinelles ou si des dragons survolaient le terrain. C’est, entre autres, pourquoi la chevalière comptait beaucoup sur ses partenaires de mission. Ils avaient des atouts qu’elle ne possédait pas et pouvaient donc mieux voir venir le danger, le cas échéant. Elle ne regretta pas son choix d’équipe lorsqu’un avertissement mental retentit au bout de deux heures : l’un deux avait repéré deux pardusses caracals. Sans plus attendre, les trois Alombriens se glissèrent derrière un rocher.

**[Doubhée, Soren] Que voyez-vous? Est-ce des éclaireurs ennemis?**

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 23 ans (Fév)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   Mer 15 Fév - 17:24

***[Vigie]J’espère bien… mais tu es quand même sexy*** maugréa télépathiquement Douhbée suite aux explications de Soren sur sa couleur de cheveux, heureusement temporaire, choisissant de ne pas parler à haute voix pour éviter à Adelyn des détails inutiles sur son état actuel.

En fait, elle n’était pas aussi à l’aise qu’elle voulait le laisser croire avec ses remarques coquines, mais c’était pour se donner contenance. Après tout, il y avait si longtemps qu’elle n’avait pas fait de vraies missions… depuis sa première grossesse, en fait, car elle avait ensuite commencé son entraînement avec Nata et n’était donc devenue la maître des deux écuyers que lorsqu’elles se trouvaient au château, le reste du temps elles restaient avec Vigie. D’ailleurs, la remarque de celui-ci à propos des risques qu’il soit reconnu lui déclencha un frisson d’appréhension…  Non, ils ne pouvaient pas prendre la chance que l’ancien prisonnier d’Irianeth tombe entre les griffes de l’ennemi. Et c’était pourquoi elle était ravie de faire partie de cette intrusion : non seulement pourrait-elle être rassurée quant à la sécurité de son mari (pour une rare fois depuis trop d’années) mais aussi, elle commençait à maîtriser, un petit peu, son don de téléportation. Tant qu’on ne les prenaient pas par surprise, elle pourrait les tirer tous d’un mauvais pétrin. L’espace d’un instant, la pardusse serra les doigts du phéryxian entre les siens, refusant qu’il la lâche et cesse de la caresser, car cela la rassurait, mais ils avaient du travail à faire, et elle abandonna son contact en soupirant.

-C’est pour cela que je suis là, non? s’amusa Douhbée lorsque Soren lui demanda si elle pourrait les téléporter en urgence, mais son sourire cachait très mal sa propre hésitation. En fait, elle n’en avait pas la moindre idée, n’ayant jamais eu à utiliser ce pouvoir, relativement nouveau, sous pression, et doutait donc grandement de ses capacités. Mais angoisser tout de suite ne servirait à rien, risquant d’avantage justement de l’empêcher d’avoir la tête froide le moment venu alors… ils verraient en temps et lieux!

Tous les trois vêtus à la mode du désert pour les besoins de la cause, les Chevaliers de Shola dressèrent un plan de travail pour s’incruster dans les rangs ennemis. Les deux femmes avaient natté leurs cheveux, comme Douhbée le faisait enfant (et l’avait toujours fait en réalité) et portaient des vêtements aux couleurs du désert, dans les teintes de sable. Vigie proposait qu’Adelyn s’incruste dans le campement la première pour observer, puisqu’elle pouvait prendre l’apparence d’un Irianien sans problème… ou alors d’un sauvage du désert. C’était quand même plus sécuritaire car, si Soren pouvait lui traduire certaines choses, elle se retrouverait vite démasquée en ne pouvant répondre. Hors, plusieurs clans du désert parlaient l’enkiev (le Clan des Lynx en était un bon exemple!)

Toutefois, avant de répondre, la fée voulut s’assurer que le phéryxian était prêt à se lancer dans cette mission, bien plus risquée que n’importe quelle autre qu’il avait fait depuis son enlèvement. Elle avait probablement senti chez lui une hésitation, tout comme elle devait sentir la crainte qui tordait les entrailles de la nouvelle mère. Douhbée enlaça donc ses doigts dans ceux de son mari, cherchant à lui donner la force par ce simple contact, et comme il répondit à l’affirmative, la sous-chef de l’Ordre pu poursuivre, indiquant la façon dont elle voulait procéder, et ils commencèrent immédiatement à progresser lentement et prudemment vers le nord, vers le campement ennemi.

Habituée aux conditions du désert bien que n’y ayant pas vécu longtemps, Douhbée décelait rapidement les mouvements suspects dans l’étendue de sable, comme si c’était dans ses gênes de repérer autrui, allié ou adversaire, entre deux dunes ou vents aveuglants. Aussi fut-elle la première à remarquer les silhouettes, au loin, et leur anatomie lui fit manquer un battement. Pendant un instant, elle avait l’impression de rêver, car ils ressemblaient à s’y méprendre, avec la distance, à des Lynx. Son clan était peut-être entièrement décimé, mais ça ne voulait pas dire qu’il n’en existait plus! Toutefois, à bien observer, elle reconnu plutôt des caracals… mais elle ne savait pas si c’était une bonne nouvelle ou pas.

***[Vigie et Adelyn] Étrangers en vue… *** mentionna-t-elle la première, bien qu’elle avait constaté que son mari avait également remarqué les intrus. ***À cette distance, difficile à dire, je ne suis même pas certaines s’ils avancent vers nous ou nous on repérés… Je n’arrive pas à me rappeler des liens de mon clan avec celui des caracals… si seulement ça avait été des lynx, j’aurais peut-être pu nous en faire des amis, mais même si nous sommes très familiers avec ces… «cousins», je ne sais pas si on peut les considérer comme des amis… ***

Le trio s’était empressé de se dissimuler à la vue, mais cela les empêchait aussi de regarder dans la direction des caracals. Ils attendirent quelques instants, avant que le phéryxian, disposant d’une meilleure vue que les deux femmes, ne revérifie si les étrangères semblaient s’approcher ou s’éloigner… et merde! Avaient-ils déjà été repérés? Ce n’était pas vraiment bon signe. Les Irianiens capturés depuis le début des combats se ventaient d’avoir complètement conquis le désert, ayant soumis chaque clan à leur obéir ou exterminé les récalcitrants… Alors, à moins d’avoir la chance que ce soit des enkievs en mission (ce dont Adelyn serait certainemetn au courant et qui était donc peu plausible) ils avaient à faire à des ennemis.

***[Vigie et Adelyn]Je vais quand même essayer. On ne sait jamais, je pourrais leur faire croire que je suis du même côté qu’eux pour savoir ceux qu’ils servent. Ils n’ont pas des têtes de magiciens et je n’ai vu aucun dragon, donc avec un peu de chance ils n’ont pas de facultés magiques et n’appelleront pas au secours… S’ils sont agressifs je… me téléporterai et vous ramasserai en chemin. *** indiqua-t-elle en se faufilant hors de sa cachette, les mains bien en vue pour montrer qu’elle n’était pas armée.

-Hey, doucement. Vous parlez la langue commune? demanda-t-elle puisque c’était ainsi qu’on appelait, plus souvent qu’autrement, la langue enkiev dans le désert. Les deux individus hochèrent la tête, ce qui était plutôt rassurant, puisque les irianiens parlant enkiev étaient plutôt rares (quoi que pas impossible) avec un peu de chance, c’était des sauvages voulant fuir la guerre… des rebelles quoi. Je m’appelle Douhbée, je cherche juste à m’enfuir de l’armée, j’ai des enfants dans mon clan et je ne peux plus être séparée d’eux, alors je suis en fuite… mentit-elle en guettant les réactions des deux étrangers pour réagir rapidement. Vous n’allez pas me dénoncer hein? Entre cousins, après tout, je suis du Clan des Lynx. Enfin ce qu’il en reste. Vous travaillez pour les Irianiens?

L’un des deux voyageurs (fort peu armé, de ce que nota avec plaisir Douhbée) cracha au sol avec un air mauvais, le visage froissé comme s’il avait mordu dans un citron. Avec soulagement, la pardusse en déduisit qu’ils détestaient Irianeth au moins autant qu’elle, et qu’ils avaient été contraints et forcés à abandonner la rebellions, comme bien d’autre. Ainsi, son petit mensonge pouvait bien leur servir.

***[Vigie et Adelyn]Je crois qu’on s’est fait des copains…***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   Ven 3 Mar - 12:51

Les bras croisés sur la poitrine, Vigie écouta les propos de la sous-chef de l’ordre avec attention qui, visiblement, lui rappelait le but de la mission et se demandait s’il se sentait d’attaque.

- Oui, ne vous en faites pas, je suis d’attaque. Je ne me laisserai pas intimider. Conclut-il en hochant de la tête, alors qu’il sentait les doigts bienveillants de sa conjointe se glisser dans les siens.

Certes, il était nerveux. Certes, il avait quelques flashs de son incarcération. Mais non, il n’allait pas reculer. Il ne pouvait tout simplement pas se le permettre, voilà pourquoi. Il devait affronter ses démons et aller de l’avant, sinon, il resterait à jamais coincé dans cette frayeur qu’il cultivait malgré lui. Visiblement, sa réponse plu à Adelyn qui lui flanquant une petite tape amicale dans le dos, ce qui fit sourire Vigie. Sa supérieure approuva son plan et suggéra que lui et Douhbée s’alterne au poste d’espionnage pendant qu’elle-même allait se glisser parmi la foule d’Irianiens. Le but était qu’ils restent toujours vigilants en se permettant de pouvoir se reposer un peu de temps à autres. Maintenant qu’ils étaient tous d’accord sur la façon de procéder, le trio se mit donc en route vers le nord. La prudence était de mise puisqu’ils évoluaient en territoire inconnue. Après tout, leurs adversaires possédaient des dragons et plusieurs étaient des pheryxians… Il suffisait que l’un d’entre eux les survole pour qu’ils soient repérés et que leur mission ne s’arrête… Au bout d’un moment, la voix de Douhbée survint dans leur esprit – au même moment où le chevalier immaculé avait remarqué la présence d’intrus – et, en un seul mouvement, les trois comparses se planquèrent derrière un immense rocher. Selon les propos de sa femme, ils ne pouvaient déterminer si les pardusses caracals représentaient des ennemis ou de potentiels alliés.

Sans plus attendre, Vigie grimpa sur l’immense rocher qui leur servait de protection puis s’approcha du sommet. Plissant des yeux, il observa l’horizon et repéra rapidement les caracals, au loin, qui, visiblement, marchaient en leur direction. Merde! Il était toutefois difficile de dire s’ils avaient été repérés ou si les intrus empruntaient simplement ce chemin. Faute de savoir s’ils avaient réellement été conquis par l’Empire, il fallait prendre pour acquit que ces félidés étaient des ennemis.

**[Douhbée et Adelyn] Ils approchent par ici! Mais je doute qu’ils nous aient repérés. Je crois qu’ils empruntent simplement ce chemin… Nous devons rester prudents et considérons les comme de potentiels adversaires…**

Vigie redescendit près de ses compagnes, puis nota l’expression de son épouse qui, visiblement, avait une idée derrière la tête. Elle voulait se rendre au devant des pardusses caracals et Vigie fronça des sourcils, malgré lui. Il comprenait le but de son intervention : des alliés potentiels étaient toujours la bienvenue. Toutefois, l’éclaireur officiel d’Alombria n’aimait pas l’idée qu’elle risque sa vie. Certes, elle pouvait se téléporter comme bon lui semblait, mais quand même! Un coup de poignard était si vite portée… Le pheryxian se garda bien de dire le fond de sa pensée, de peur d’offenser sa tendre épouse : elle était une ancienne chevalière, les risques faisaient autrefois partie de son quotidien. Il ne devait pas l’oublier…

Sans un plus un mot, Douhbée sortit de leur cachette, les mains en l’air. Elle échangea quelques mots avec les inconnus, prétextant qu’elle était en fuite de l’Empire, puis un moment de silence se fit entendre. Vigie tourna son regard vers Adelyn, leur regard se croisant. Devaient-ils intervenir ou pas? Au bout d’un moment, la voix de leur consœur se fit entendre dans leur esprit, prétextant qu’ils s’étaient faits de nouveaux copains. Instinctivement, Vigie poussa un soupir de soulagement, puis se passe une main dans ses cheveux teints de couleur cuivre.

**[Doubhée et Adelyn] Toutefois, ils te font peut-être confiance parce que tu es une pardusse. Crois-tu qu’ils agiront différemment en nous voyant, moi et Adelyn? Si on pouvait s’éviter une bagarre, ce serait fort apprécié…**

Une idée lui traversa alors l’esprit : pour éviter tout conflit, ils n’avaient qu’à devenir des félidés, non? Il ramena automatiquement son attention vers la fée qui l’accompagnait et esquissa un sourire. La chevalière prodige était réputée pour faire des miracles avec son talent d’illusion. Ce pourrait assurément être utile dans l’immédiat.

**[Douhbée et Adelyn] Lyn, crois-tu pouvoir nous donner une apparence de pardusse à toi et moi? Ainsi, ils nous feraient peut-être plus confiance et nous pourrions leur soutirer quelques informations… **

À voir l’expression qui trônait sur son visage, il comprit que ça question était probablement un peu ridicule. Donner une apparence de pardusse à deux personnes, l’espace de quelques minutes, était probablement loin d’être difficile pour une femme aussi talentueuse que la sous-chef de l’ordre. Douhbée continua de discuter avec les deux intrus afin de gagner du temps alors que la fée s’affairait à se concentrer. Au bout d’un moment, les deux individus revêtirent une apparence qui n’était pas la leur : des oreilles félines apparurent sur la tête de Vigie et ses ailes disparurent complètement de son dos pour laisse place à une queue rousse battant vivement l’air. Finalement, ses pieds prirent une apparence normale, quittant leurs allures typiques aux rapaces. Il ne pouvait pas voir sa propre tronche, mais il aurait été curieux de voir ce qu’il pouvait avoir l’air! Adelyn, pour sa part, revêtait le look « félin » comme un charme. Les deux acolytes se jetèrent des regards entendus, puis sortirent de leur cachette.

Les deux pardusses caracals affichèrent des regards surpris à leur vue et portèrent instinctivement une main sur leurs armes rudimentaires. Vigie ne se fit pas prier pour lever les mains, en guise de paix alors qu’il rejoignait tranquillement Douhbée qui tentait de calmer les choses.

- Nous sommes avec elle, fit-il en désignant sa femme d’un mouvement du menton. Nous ne vous voulons aucun mal! Nous désirons… simplement quelques informations… Le pheryxian déguisé en pardusse récolta des regards méfiants, mais ne se laissa pas impressionner. Nous nous dirigeons en sens inverse de vous… pensez-vous qu’il y ait des risques que nous croisions des représentants d’Irianeth? Le cas échéant, nous changerons de trajectoire…

Les deux intrus s’échangèrent un regard, puis l’un d’eux, après un moment d’hésitation, déclara enfin que, droit devant eux, se trouvait un campement assez important. Il leur suggéra alors fortement de faire demi-tour ou de contourner l’agglomération par la gauche sur au moins 2 kilomètres pour éviter d’être repérés. Si ce conseil paraissait tout d’abord judicieux venant de deux survivants du désert, il confirmait toutefois au trio Alombriens qu’ils approchaient de leur cible. Selon l’information divulguée par les caracals, ils en avaient encore pour environ deux heures de marche avant de tomber en territoire dangereux. Vigie inclina de la tête en direction des deux étrangers en guise de remerciement… puis nota – non sans un sourire amusé – la façon d’un l’un deux dévisageaient Adelyn, trouvant visiblement cette dernière de son goût.

**[Adelyn et Douhbée] Visiblement, tu lui as tombé dans l’œil, Lyn! Peut-être pourrais-tu en profiter pour lui soutirer quelques informations supplémentaires? Après tout, rien de mieux qu’une femme pour soutirer des informations à un homme séduit.**

Il jeta un regard rapide vers sa femme et esquissa un sourire plus qu’amusé avant de glisser ses doigts dans les siens. Il était bien placé pour savoir à quel point le charme féminin pouvait faire des miracles, lorsque le moment était opportun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   Dim 5 Mar - 15:44

Le rapport de ses camarades ne se fit pas attendre. Douhbée identifia les inconnus comme étant des caracals, mais précisa qu’elle ne pouvait savoir à quel camp ils appartenaient. Vigie, quant à lui, avait usé de son excellente vision pour recueillir davantage d’information. Selon lui, ce n’était que des voyageurs empruntant une trajectoire les menant directement aux chevaliers. La fée seconda le besoin de vigilance dans leur analyse de la situation. Il était peu probable qu’ils tombent sur des alliés. Sa principale préoccupation pour l’instant était de savoir si ces deux pardusses pouvaient communiquer par la pensée comme le faisait les guerriers présentement. Un avertissement télépathique ne prenait pas de temps à envoyer et pourrait ruiner la mission des Alombriens avant qu’ils n’aient réellement le temps de passer aux choses sérieuses. La sous-chef de l’Ordre espérait que cette faculté plutôt rare ne soit pas présente chez les caracals.

Son amie sembla être du même avis, ne croyant pas avoir affaire à des magiciens. Adelyn se garda toutefois de dire que les apparences pouvaient être trompeuses… Cependant, elle ne pouvait nier l’utilité du plan de Douhbée. C’était risqué, mais ça permettrait au trio de régler la question d’ennemi ou d’allié.

**[Douhbée, Soren] D’accord, mais tu ne prends aucun risque inutile. Dans le pire des cas, nous sommes trois guerriers entraînés contre deux… Nous avons déjà fait pire à des situations fort moins avantageuses. Soren, soyons prêts à intervenir si les choses tournent mal.**

La fée ne put s’empêcher de retenir son souffle pendant qu’elle entendait la pardusse inventer un scénario de fuite afin de tester le terrain. Elle savait à quel point il était important de noter tous les petits détails de ce que disait Douhbée, afin qu’elle puisse avoir une histoire qui concordait avec la sienne. Elle tourna la tête et comprit instinctivement la question silencieuse du pheryxian. Elle secoua la tête négativement afin de l’aviser de ne pas révéler leur présence immédiatement. La situation n’avait pas encore tourné au vinaigre; il ne fallait donc pas plier sous la pression.

Ce fut une sage décision puisque l’apprentie-magicienne les contacta peu de temps après pour leur dire qu’ils n’étaient pas en présence d’ennemis… Du moins, selon son analyse primaire du comportement des caracals. Ce fut un poids de moins sur les épaules de la chevalière blonde. Lyn fut justement en train de penser à tester la réaction de ces nouveaux « amis » en revêtant une apparence de pardusse lorsque Soren en fit la suggestion. Elle lui lança un regard confiant qui voulait tout dire : bien sûr qu’elle pouvait leur donner une apparence d’habitants du Désert. Elle ferma les yeux afin de visualiser des espèces qu’elle connaissant, avant de se décider sur ce qui serait le plus approprié pour leur apparence physique normale. Elle opta pour un chat bai pour Vigie, tandis qu’elle choisit un serval pour elle-même. Elle hocha de la tête en direction de son confrère, avant de le suivre en-dehors de leur cachette.

Elle fit mine d’être effrayée, les mains en l’air comme son frère d’armes, restant toujours en retrait. Selon elle, on pouvait s’attendre à ce genre de comportement de gens en fuite. Elle laissa le soin d’expliquer leur présence à Soren, ce qui lui permit d’étudier l’accoutrement des caracals. Ils portaient des vêtements amples et des épées plutôt simples.

**[Douhbée, Soren] Je ne crois pas que nous ayons affaire à des guerriers de métier. Ils ont peu ou pas d’armure et leurs armes sont basiques.**

L’un des deux inconnus soutint le regard de l’Alombrienne lorsqu’elle voulut détailler son visage. Elle fit sa timide, le rouge lui montant aux joues, jouant déjà avec les émotions de ce pauvre homme, qui n’avait aucune chance avec elle. S’il savait qu’il y avait déjà un grand gaillard qui pourrait facilement lui régler le portrait s’il voyait la façon dont il la regardait maintenant… Ah, mais maintenant n’était pas le moment de penser à Ansgar!

Adelyn nota qu’ils étaient sur le bon chemin pour se rendre au campement, qui était leur réelle destination. Elle était plutôt satisfaite de savoir qu’ils n’étaient plus très loin. Ils pourraient s’y rendre avant la tombée de la nuit. Ce serait parfait pour leur permettre d’étudier les allées et venues des Irianiens avant de se lancer. Elle dut toutefois se faire violence pour ne pas sourire face au commentaire de Vigie qui retentit dans son esprit. Évidemment, qu’elle était au courant de son charme.

**[Douhbée, Soren] N’en dis pas plus, l’ami…**

Elle fit quelques pas vers l’avant, se détachant du lot pour la première fois. Elle fit tourner sa natte entre ses doigts, comme pour masquer un état de nervosité. Elle jeta un coup d’œil à ses camarades, à la manière de quelqu’un qui cherche l’approbation des autres avant d’agir.

- Y… Y a-t-il des dragons? demanda-t-elle d’une voix tremblotante.

Voilà ce qu’elle voulait vraiment savoir… Si les caracals pouvaient lui donner une réponse claire à ce sujet, ce serait tout simplement merveilleux. L’homme lui ayant fait de l’œil un peu plus tôt lui prit tendrement la main, la caressant et en lui disant qu’elle n’avait rien à craindre à ce sujet. Il n’y avait pas de seccyeth dans les environs. Ils étaient occupés à se battre au front ces jours-ci, ce pourquoi les pardusses avaient décidé de prendre la route à ce moment précis.

**[Douhbée, Soren] Dis-moi que seccyeth est le nom donné aux dragonniers, Soren…** envoya-t-elle, affichant un sourire en coin qui semblait plaire un peu trop à son interlocuteur.

C’est alors que la conversation prit une tournure inattendue : le caracal sous le charme de la chevalière tourna son attention vers Soren. Il lui demanda s’ils étaient déterminés à continuer dans la direction qu’ils allaient, car c’était dangereux. À la suite de la confirmation du pheryxian déguisé en pardusse chat bai, l’homme lui dit que ce n’était pas un endroit pour une pauvre créature effrayée comme Adelyn. Il proposa alors au trio de les accompagner : il savait où trouver des chèvres et était prêt à en donner trois au couple en échange de la serval tremblante de peur. Ah, s’il savait qu’elle tremblait plutôt de rage et de honte… N’empêche qu’il était sérieux dans sa proposition : il croyait sincèrement rendre service au couple en leur donnant des animaux qui pourraient leur donner du lait ou de la viande, tandis qu’il leur enlevait une bouche à nourrir. Et, par-dessus le marché, il se faisait une femme qu’il se ferait un plaisir de protéger des vilains dragons.

Ce fut toute discussion qui s’en suivit, qui ressemblait fortement à des négociations, au plus grand dam de la fée qui n’osait pas y mettre son grain de sel afin de ne pas briser le couvert qu’elle avait construit. Heureusement que Vigie et Douhbée étaient là pour rappeler à leurs interlocuteurs qu’ils cherchaient à retrouver les leurs, surtout les enfants du couple restés avec le reste de leur clan. Le caracal mit une bonne quinzaine de minutes à essayer de convaincre Soren, surtout, de laisser partir celle qu’il considérait être la plus jeune. L’au revoir fut aussi pénible que l’insinuation de mariage pour la sous-chef de l’Ordre, car elle dut faire semblant d’être triste d’être séparée du caracal. Elle accepta qu’il dépose un baiser sur sa main, mais ne se fit pas prier pour reprendre la route.

**[Douhbée, Soren] Je ne veux rien entendre concernant le fait qu’on vient d’essayer de m’acheter avec trois chèvres et qu’on croyait que Soren était en droit d’accepter la transaction, compris? Et que je n’en vois pas un rire!** s’entêta-t-elle à avertir ses compagnons.

C’était aussi pire, selon elle, que la fois que Losly l’avait vue faire du rodéo imprévu sur un bœuf lors de leur mission à Shola. Elle ne s’en remettrait jamais… Adelyn pouvait sentir ses camarades derrière elle qui n’avait qu’une envie : s’esclaffer en repensant à la scène qui venait de se dérouler sous leurs yeux. Elle n’avait même pas à se retourner pour savoir qu’ils affichaient un sourire amusé.

**[Douhbée, Soren] Au moins, nous savons qu’il n’y a pas de dragons, d’accord? C’est une information de plus… Achetée chèrement au dépend de ma dignité, mais quand même…**

Ils continuèrent leur chemin en silence, la plupart du temps, ne communiquant par la pensée que pour ajuster leur trajectoire selon l’information acquise auprès des caracals. Ils redoublèrent de prudence au bout de deux heures, car ils se trouvaient désormais en proximité du campement. Ils savaient qu’il n’y avait pas de dragon, mais cela n’excluait pas la présence de pheryxians. Ils arrivèrent éventuellement en vue du campement, ce qui les poussa à se cacher derrière une dune. Ce n’était pas ce qu’il y avait de plus pratique, mais cela leur permettrait de se faire une idée de la topographie locale.

**[Douhbée, Soren] Reposez-vous, je prends le premier tour de garde. Je pourrai ainsi dormir cette nuit et être reposée pour infiltrer le campement demain.**

Ce ne fut pas l’endroit le plus confortable pour passer des heures à observer l’ennemi, mais le trio n’avait pas vraiment d’autre choix. Le désert n’était pas clément et ne leur fournissait pas de meilleure cachette du soleil… ou des Irianiens. Par chance, le soleil commençait sa descente et les températures chuteraient sous peu. Cela signifiait également que la vision nocturne de Douhbée leur sera utile très bientôt. Ce fut d’ailleurs elle que réveilla Adelyn en premier, une fois la nuit tombée. Elle envoya également son message au pheryxian, même s’il était fort probable qu’il dorme.

**[Douhbée, Soren] Nos amis Irianiens semblent plutôt confiants d’être les maîtres du désert. Ils ne font des rondes de sécurité qu’une fois par heure, environ. Certains font le tour du campement à dos de chameau, mais la plupart sont à pied. Il semble y avoir une oasis à l’intérieur du campement, mais c’est un peu trop loin pour que je puisse le dire avec précision… mais ça serait logique. Je n’ai vu qu’une personne quitter à dos de cheval plus vers le nord encore, ce qui me laisse présager qu’il y a peut-être un autre campement non loin. Sur ce, je vais essayer de me reposer. Réveille-moi si tu vois la moindre chose suspecte Douhbée, d’accord?**

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 23 ans (Fév)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   Mer 15 Mar - 15:16

Certes, Douhbée savait que son idée n’était pas la plus sécuritaire, mais c’était toujours mieux qu’avoir l’air coupable s’ils venaient à être repérés accidentellement. Et en plus, ça avait payé, puisqu’il s’avéra bientôt que les deux pardusses étaient également des fugitifs. Vigie proposa à Adelyn de le camoufler sous une illusions pour paraître tous les deux de la même race que les voyageurs, afin de pouvoir aider l’apprentie-magicienne à les interroger, et elle lui en fut bien reconnaissante. Même si elle ne les craignait pas (ils étaient si peu armés et semblaient si peu expérimenté qu’elle les aurait sûrement maîtrisés seule) elle préférait quand même être bien entourée, au cas où.

Et en plus, le look chat allait à merveille à ses amis… Soren était à croquer, mais ce n’était rien en comparaison d’Adelyn, délicieuse comme à son habitude, qui attira immédiatement les regards. Au début, les sauvages réagirent sur la défensive en voyant les deux membres de l’Ordre, mais se détendirent rapidement lorsqu’ils comprirent qu’ils étaient avec Douhbée, et donc des fugitifs comme elle l’avait prétendu. Vigie commença à interroger les deux pardusses, plutôt coopératifs, ils leurs conseillèrent un détour… qu’ils n’allaient évidemment pas prendre. En fait, le trio était plutôt ravi d’être si proche de forces ennemies, ils progressaient bien! Puis, la fée profita de l’intérêt marqué de l’un des fugitifs pour faire sa mignonne effrayé.

***[Adelyn et Vigie]Adelyn, lorsqu’on rentrera à Alombria, rappelle-moi que je te dois un Oscar…*** rigola-t-elle mentalement, retenant difficilement un sourire, devant la performance de sa sous-chef.

C’est ainsi qu’ils apprirent que les seccyeths (les dragonniers selon ce qu’en comprenait Douhbée) n’étaient pas près du campement qu’ils approchaient… Vigie avait glissé plus tôt ses doigts (griffés comme ceux d’un vrai pardusse) entre les siens, signalant ainsi aux deux autres qu’ils pouvaient s’intéresser à Adelyn, mais pas à elle. C’était d’ailleurs bien l’idée du caracal de plus en plus entreprenant, répondant à la fausse serval avec une évidente attitude servant à la courtiser. Il demanda d’ailleurs à Vigie la permission de l’échanger contre des bêtes, considérant que ce n’était pas la place d’une petite chose fragile comme Adelyn de monter au nord si près des irianiens. Douhbée eut besoin de se mordre la joue, regarder ailleurs et compter mentalement jusqu’à vingt pour s’empêcher d’éclater de rire. Le pire, c’était que les arguments du caracal étaient plutôt intéressants, il avait bien pensé leur situation! La lynx avait presque envie d’accepter, juste pour voir la réaction de sa sous-chef, mais c’était Soren qui était coincé à négocier, en «homme» du clan… Tiens, les caracals étaient un peu sexiste visiblement…

Aussi, comme Soren essayait de faire comprendre à leurs interlocuteurs qu’ils n’avaient nulles intention de se débarrasser de la serval, Douhbée se fit possessive envers celle-ci, l’entourant de ses bras pour montrer qu’elle y tenait (plus qu’à trois chèvres quand même), et ils finirent par faire entendre raison au caracal qui les laissa partir, visiblement déçu de laisser filer cette beauté. L’apprentie-magicienne échangea un sourire avec son mari dès qu’ils furent hors de vus des fugitifs, et Adelyn ne le vit heureusement pas, sinon elle en aurait été… bien plus irrité. Elle leur souligna d’ailleurs qu’elle ne voulait pas en voir un rire, ce qui étira davantage le sourire de la pardusse.

- Plus facile à dire qu’à faire… ronronna Douhbée lorsqu’ils furent hors de porté d’oreilles.

Adelyn se plaignit encore de sa pauvre dignité, puis ils continuèrent la route dans un silence approximatif, interrompu par des conversations télépathiques uniquement orientées sur les informations obtenues par les caracals et la route qu’ils suivaient. Si on pouvait appeler ça une route, ils s’orientaient plutôt selon la direction du soleil, leur indiquant assez surement l’ouest, pour remonter directement vers le nord, contournant quelques dunes par obligation. C’est d’ailleurs derrière l’une d’elles qu’ils se cachèrent lorsqu’ils furent à vue du campement. La sous-chef proposa de prendre le premier tour de garde et Douhbée put profiter de la soirée pour se reposer, blottie dans les bras de Vigie, puisque le soleil disparaissait enfin pour leur laisser un peu de fraîcheur. La pardusse s’endormit rapidement, confiante envers Adelyn, et sachant qu’elle avait besoin d’être le plus reposée possible pour affronter ce qui allait venir bientôt.

D’ailleurs, la nuit tomba bien trop vite, et son tour de garde arriva plus rapidement qu’elle l’aurait voulu. Douhbée sursauta légèrement, puisqu’elle sortait d’une phase lourde de sommeil, lorsqu’Adelyn vint lui demander de changer de place avec elle. Comme il faisait nuit noire, c’était le meilleur moment pour la pardusse de garder les environs. Un peu groggy de sommeil, l’apprentie-magicienne s’extirpa lentement de la prise de son mari, hochant simplement la tête aux propos de sa sous-chef, s’efforçant à la concentration pour tout noter. La confiance des Irianiens était à leur avantage, puisqu’il y avait fort peu de surveillance, mais il ne fallait surtout pas qu’ils baissent leur garde pour autant.

Bien que le désert soit excessivement chaud le jour, il est aussi très froid la nuit. Toutefois, Douhbée se retint de prendre une cape pour se couvrir, elle décida d’affronter la nuit aussi légèrement vêtue qu’elle l’avait été toute la journée, car les frissons qui parcouraient maintenant sa peau l’empêchaient de sommeiller. Joint à cela la position la plus inconfortable existant pour veiller sur les alentours, et elle était maintenant aussi éveillée que si elle avait eu sa pleine nuit de sommeil. Même après deux heures de guet, elle était toujours aussi alerte, et vit de très loin la silhouette fendre le ciel… Son cœur manqua un battement… Était-ce un dragon extrêmement loin ou un incube à bonne distance : la seconde option la dérangeait d’avantage, car alors il serait lui aussi capable de les repérer, alors que le dragon lointain ne percevrait certainement pas leur silhouette minuscule dans l’immensité du désert.

-On a de la compagnie… chuchota-t-elle dans la nuit, se demandant s’il était utile quand même de réveiller ses compagnons, puisqu’avec un peu de chance la silhouette continuerait simplement sa route.

En plus, Adelyn avait besoin de bien dormir pour tenter son intrusion au matin… Mais Soren, par contre, allait veiller en alternance avec elle, il pouvait donc se priver un peu plus de sommeil. Douhbée se leva très lentement pour se déplacer le plus subtilement possible vers son époux, lui touchant doucement l’épaule pour le ramener dans la réalité. Lorsqu’il croisa ses yeux, la pardusse n’eut pas besoin de lui expliquer pourquoi elle le réveillait : ce n’était pas son tour de garde, l’air inquiet de la jeune femme en disait assez long sur la menace.

***[Vigie] Je ne suis pas encore certaine s’il y a du danger, mais je ne veux pas qu’on soit pris au dépourvu… *** lança-t-elle mentalement en pointant le ciel du menton, laissant un instant à Soren pour essayer de percevoir la menace malgré les ténèbres. ***Il est encore trop petit pour que je le distingue parfaitement, mais j’ai peur de ce que ça peut-être. Il n’est pas supposé y avoir de dragons ici, mais ce n’est pas impossible, Adelyn m’a dit tout à l’heure qu’il y avait certainement un autre campement plus loin… Si c’est un dragon, il y a des chances qu’il ne nous voit pas. Par contre, si c’en est pas un, alors c’est un incube, et il nous aura sûrement remarqué… c’est pas vraiment mieux. ***

Douhbée jeta un regard hésitant vers Adelyn. Celle-ci lui avait demandé de la réveiller au moindre truc suspect, mais elle avait à peine dormi deux heures, et elle s’inquiétait peut-être pour rien. Interrogeant du regard Vigie, elle demanda quand même son approbation, n’ayant pas envie de prendre à elle seule le poids de cette décision. Ils pouvaient se débrouiller à deux devant un incube, si celui-ci n’alertait pas de compagnons… Mais contre un dragon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Animation] Infiltration dans le désert [Vigie, Douhbée et Adelyn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdu dans le désert !
» Sauvetage dans le désert [PV Jake & Blaid]
» Un squelette dans le désert (Jour VI - Walnut Grove)
» Dans la solitude du desert.
» infiltration a midi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Le Sud :: Désert-
Sauter vers: