Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Parandar

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 08/02/2015

MessageSujet: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Mer 8 Fév - 19:21

Pour plus d'informations sur le contexte d'animation, consultez ce topic.

À une distance respectable des combats menés à la frontière du désert et d’Alombria, une tente de premiers soins a été dressée afin de recevoir les blessés. Les écuyères d’Alombria Miya et Ishobel mettent à profit leur pouvoir de guérison, en collaboration avec le guerrier Zackeriel de Shola.

_________________
Notre Parandar, qui est aux plaines de lumière, que ton Rp soit relancé. Que tes joueurs reviennent de vacances. Que ta motivation soit forte, sur l'animation comme dans les rps persos. Donne-nous aujourd'hui notre inspiration quotidienne, et pardonne-nous nos absences, comme nous pardonnons aussi à ceux qui jouent aux Sims. Et ne nous sommets pas à Facebook, mais délivres nous des distractions. Amen.

Je vous salut Admins, plein de pouvoirs. Vous êtes choisis entre tous les joueurs, et les autres rôlistes, nés de votre inspiration, écrivent pour vous.
Saints Admins, créateurs de forum, motivez-nous, pauvres joueurs, maintenant et même pendant les vacances, Amen!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraude.skyforum.net
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Ven 10 Fév - 10:52

Si un jour on lui avait demandé s’il était prêt à prendre part à une guerre au nom de sa patrie, Zackeriel aurait éclaté de rire. Lui? Un bon petit soldat? Voilà une idée VRAIMENT saugrenue! Qu’est-ce que sa patrie lui avait apporté dans sa vie? Mise à part mettre sa tête à prix (bon… avec raison, il devait l’accorder), la royauté n’avait été qu’un fardeau sur ses épaules. Il était un criminel, rien de plus! Pourtant… les choses avaient drôlement changé ces dernières années. Après tout, il n’aurait jamais cru rencontrer l’amour de sa vie! Et encore moins être papa… deux fois. S’il revenait en arrière de quelques années, l’ancien Zack se voyait crever seul au milieu d’un taudis à cause d’une surdose de drogue ou après s’être fait tabassé à mort par Uriel et les Lames d’Acier. Or, la vie faisait bien les choses. Il avait d’abord croisé la route de Saros et Agrias qui lui avaient montré ce que c’était qu’une véritable amitié, puis avait fait la rencontre de Capucine. Dès ce jour où il avait mis clandestinement les pieds en Magnolia, sa vie avait changé du tout au tout. Il ne touchait plus à la drogue, buvait de temps en temps seulement et avait maintenant une vie rangée. C’est ce mode de vie idyllique qui l’avait poussé à s’enrôler pour la survie de Shola. Il voulait sauver Magnolia, sauver sa femme dont il était fou amoureux et son garçonnet qu’il adorait. Il voulait s’assurer que sa fille – sa première fierté – survive à cette terrible épreuve afin de pouvoir se rapprocher davantage d’elle. Si au départ il avait eu peur que les gardes ne l’arrêtent pour le jeter en tôle, quelle ne fut pas sa surprise de les voir acquiescer à sa requête en le laissant se joindre aux lignes alliées! Bon… ils espéraient surement qu’il sombre au combat, ce qui les arrangerait visiblement… En même temps, ils n’avaient pas vraiment le luxe de refuser une paire de bras supplémentaires…

À sa grande stupéfaction, ce ne fut pas au front qu’on l’envoya! Visiblement, certains soldats avaient eu vent des capacités de guérison du criminel et avaient décidé de l’attribuer aux soins auprès des blessés. Quelle drôle d’idée! En fait, il fallait croire qu’ils manquaient cruellement de guérisseurs pour lui attribuer une telle tâche… Mais en même temps, il n’avait aucun intérêt à s’en prendre aux blessés et ce n’était pas comme si ces derniers possédaient le moindre bien susceptible de vouloir stimuler son appétit de voleur…

Zack marchait donc d’un pas rapide, la main reposant sur la garde de son épée, en direction d’une immense tente située près de la rivière (côté Alombria) qui séparait les deux royaumes. Vu l’alliance temporaire des deux pays, on lui avait mentionné qu’il manquait des guérisseurs à cet endroit précis. C’était peut-être l’une des nombreuses façons qu’avait trouvées Shola de le tenir loin de ses pairs… M’enfin, pas qu’il en avait réellement à foutre de toute façon. D’un pas assuré, il s’avança devant le garde alombrien qui surveillait l’entrée de la tente, puis déclina son identité. Le militaire lui fit un signe de tête – s’attendant visiblement à sa venue – puis se tassa pour le laisser passer. Quelques rares personnes debout couraient à gauche et à droite pour soigner les blessés beaucoup trop nombreux pour le nombre de ressources disponibles. Zackeriel comprit rapidement à quel point les guérisseurs avaient besoin d’aide… Tous ces gens meurtris… C’était impressionnant. Ce fut plus fort que lui, le semi-elfe eut la bile qui lui monta à la gorge.

- Bon pas le temps de glander, mets-toi au travail, Zack… Marmonna-t-il pour lui-même en déposant ses armes à l’endroit indiqué à cet effet. Pas d’armes dans les tentes de guérisseurs et il comprenait bien pourquoi!

L’ancien brigand retira ses gants qu’il ficha dans la poche arrière de son pantalon couleur d’onyx, puis roula les manches de sa tunique jusqu’à ses coudes. Il agrippa la languette de cuir qui trônait sur son poignet droit et l’utilisa pour attacher ses longs cheveux blonds en un chignon lâche derrière sa tête. Une jeune femme visiblement exténuée arriva à sa hauteur pour l’accueillir et lui indiqua immédiatement l’endroit où reposait un soldat alombrien dont la cuisse arborait une plaie béante et suintante. Le bougre reposait sur le dos, le visage crispé de douleur et attendait de se faire soigner depuis un moment maintenant… Le fils du duc de Shola hocha de la tête d’un air entendu, puis s’approcha du blessé avant de s’accroupir à ses côtés.

- Salut. Je m’appelle Zackeriel, fit-il tout simplement en plongeant son regard airain sur la jambe meurtrie. Je suis heureux de te rencontrer Thomas. Je vais jeter un coup d’œil à ta plaie, d’accord? Pendant ce temps-là, raconte-moi comment tu t’es fait ça…

En fait, il n’en avait un peu rien à foutre du « comment du pourquoi ». Tout ce qu’il voulait, c’est faire parler le soldat afin de lui occuper l’esprit pendant qu’il déchirait son pantalon – à la hauteur de la blessure – pour mieux voir. C’était moche… La veine principale avait été atteinte, d’où le fait qu’il perdait beaucoup de sang et qu’il était si blême. Alors que le jeune homme racontait son récit, Zack hocha de la tête et se contenta de répondre par de brefs « Hmm-hmm ». Il fit signe au jeune homme de l’attendre une petite minute, puis se leva. Il se dirigea vers une table remplie de bandages propres de toutes sortes, de fioles et divers trucs médicaux. L’ancien sous-chef des Lames Pourpres avait déjà guéri plus d’une blessure dans sa vie, mais n’avait jamais « joué dans la dentelle ». En fait, rien n’était mieux qu’une bouteille d’alcool pour désinfecter et une dague chauffée à blanc pour retirer les éclats qui étaient fichées dans une plaie. Après tout, parmi la pègre, le flafla était complètement inutile. En haussant les épaules, le blondinet attrapa une bouteille d’alcool pur, puis un chiffon propre. Il revient vers le blessé, puis lui fit signe de continuer son récit.

Dans un bref mouvement, il imbiba le tissu, puis, sans crier gare le plaqua sur la plaie béante pour nettoyer et éviter les infections. Heureusement, la blessure était nette et donc il y avait très peu de corps étrangers fichés à l’intérieur. Néanmoins, le soldat hurla de douleur, mais Zack n’en fit pas de cas. C’était normal que ça brûle… voir que c’était même bon signe. Une fois sa besogne terminée, le guerrier déposa les effets médicaux au sol, puis fit planer ses mains au-dessus de la blessure, à quelques centimètres de la chair. Il porta toute son attention sur sa besogne et une douce lumière blanche jaillit de ses mains. Les vaisseaux sanguins se refermaient tranquillement et les tissus se rattachèrent l’un à l’autre. L’épiderme se referma finalement, laissant sur place une simple cicatrice. Oh il aurait pu faire disparaître cette dernière également, mais il préférait garder toute son énergie pour les autres blessés.

- Tu seras courbaturé pendant un temps et tu devras te reposer pour aujourd’hui. Tu as perdu beaucoup de sang, alors c’est normal que tu te sentes claqué. Va manger un truc pour refaire tes forces. D’acc?

Thomas, toujours blême et tremblant le remercia malgré tout, puis Zack se contenta de lui foutre une claque sur l’épaule. Il se releva pour ensuite prendre le tissu souillé et la bouteille d’alcool. Il s’éloigna de son patient, déposa les deux objets là où on le lui avait indiqué, puis alla nettoyer ses mains dans un baril d’eau froide, un peu dans ses pensées. Du mouvement se fit sentir au niveau de la porte de la tente. Deux gamines venaient de faire leur entrée. N’étaient-elles pas un peu jeunes pour venir dans un endroit aussi morbide? Tiens… non mais attendez… C’était Ishobel, non? Un large sourire se peignit rapidement sur les lèvres de Zackeriel alors qu’il frottait ses mains avec une serviette propre.

- Les guérisseurs sont de plus en plus jeunes de nos jours, se contenta-t-il de balancer en direction des deux adolescentes. Mais par les dieux, je suis vraiment ravi de voir que nous avons des renforts en provenance de l’ordre d’Alombria!

Son sourire s’élargit davantage en voyant sa fille aînée le reconnaître, puis courir en sa direction. Il la serra dans ses bras et posa un baiser sur le dessus de sa tête! Bon sang qu’il était heureux de la voir! Elle était en sécurité et ne risquait de mourir au combat! Il devait remercier les dieux pour ça!

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishobel
Écuyer
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 14 ans (fév.)
Race: Lycan - Elfe - Humaine
Âme soeur: Miya

MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Ven 10 Fév - 17:44

Dès l’aube, Ishobel avait du aider son maître à partir en mission d’infiltration, la laissant seule au campement. L’écuyère n’avait pas été habituée à être laissée derrière par son maître, mais elle comprenait tout de même l’importance de la présence de Douhbée et Vigie aux côtés d’Adelyn, et qu’ils ne voulaient pas être trop nombreux pour ne pas attirer l’attention. De toute façon, il ne manquerait pas de travail à faire pour les écuyers, elle ne resterait pas les bras croisés, on lui avait assuré qu’il manquait cruellement de guérisseurs, et une paire de mains en préparatifs ne feraient pas de tord non plus, elle avait l’embarras du choix.

Ce qui l’étonna d’avantage, ce fut d’apprendre que Miya non plus, ne faisait par partie de l’infiltration, bien qu’elle se spécialise justement pour suivre les traces de son maître. Encore une fois, on lui servit la même explication, et Ishobel eut du mal à se retenir de trépigner sur place en songeant qu’elle finirait surement dans la tente-infirmerie avec sa meilleure-amie-pour-la-vie. Elle fit un effort surhumain pour ne pas sourire, ce qui aurait été le premier vrai sourire depuis son arrivée au campement… la situation était décourageante, effrayante et angoissante… passer un peu de temps avec sa pardusse préférée (et non son pardusse, il ne faut pas oublier Axel!) allait lui faire le plus grand bien.

La demi-lycane regarda le trio de Chevaliers disparaître par téléportation, et se tourna immédiatement vers sa meilleure-amie-pour-la-vie. Pas de raisons de bouder, maintenant, elle n’était pas seule, finalement! Ce qui était jadis un duo inséparable revenait enfin en force! Depuis qu’elles étaient écuyers, les deux adolescentes avaient eu quelques occasions de s’entraîner ensemble (après tout, Adelyn était proche de Douhbée et Vigie), mais n’avaient jamais vraiment travaillé en équipe, ayant toujours des missions séparées. Aujourd’hui, elles pouvaient se déclarer officiellement en mission guérison, puisque c’était là que leurs capacités seraient le mieux exploitées, et non à récurer des armures et aiguiser des épées!

-En forme Miya? s’enthousiasma-t-elle, incapable de retenir son sourire désormais que son maître ne la regardait plus. La situation avait beau être dramatique, elle n’en était pas moins heureuse. Maître Adelyn m’a dit que les guérisseurs auraient besoin d’un coup de main, alors à moins que Vigie t’aie confié une mission, j’espérais qu’on y aille ensemble! Comme dans le bon vieux temps… Oh Miya c’est fou ce que tu me manques! gloussa-t-elle en entourant la taille de sa meilleure-amie-pour-la-vie d’un bras protecteur, la tirant vers elle sur le chemin qui menaient à l’extérieur du campement, suffisamment en retrait pour que l’infirmerie ne risque rien.

Les deux comparses s’y rendirent rapidement, et constatèrent que l’activité battait déjà son plein. En fait, il semblait que les combats ne cessaient jamais vraiment, même si les nuits étaient plus tranquilles. De nombreux soldats mal en point reposaient sur des lits de fortunes, et quelques guérisseurs visiblement débordés accouraient dans tous les sens, essayant de sauver une vie de plus. Enfin… ça n’allait pas vraiment être une journée de tout repos. Pas question de passer du bon temps avec Miya, elles en auraient par-dessus la tête!

-Papa? s’étonna l’adolescente en entendant Zackeriel les narguer avant de le voir. Miya semblait se demander qui se moquait ainsi des écuyères d’Alombria, mais Ishobel aurait reconnu cette voix entre mille, même si elle ne l’entendait pas aussi souvent qu’elle le voulait!

Repérant enfin le guerrier sholien, ancien criminel, Ishobel se précipita pour se jeter dans ses bras. Il lui semblait ainsi que la situation était moins sombre qu’elle n’y paraissait, et ce bonheur laissait un peu d’espoir en l’avenir. Peut-être, finalement, qu’ils ne courraient pas tout droit à la catastrophe, malgré les effrayants dragons qui se pointaient le museau à leur frontière… Entourée de Miya et Zackeriel, comment cela pouvait-il mal aller?

-Papa, je crois que je n’ai jamais eu la chance de te présenter ma meilleure amie, bien que je t’en aie souvent parlé? Miya, voici mon père, tu peux l’appeler Zack. Mais qu’est-ce que tu fais ici papa? Pas que je n’en sois pas contente, tu sais bien, mais à Alombria?

Plus encore, Ishobel savait que son père était un guerrier redoutable (en fait, dans son cœur d’enfant, «mon père est plus fort que le tiens», Zackeriel ne pouvait être moins qu’un héro trancheur de dragons), et bien qu’elle n’ignorait pas les pouvoirs de guérisseurs de son géniteur, elle s’étonnait qu’on ne l’ait pas placé au front! Ils manquaient tellement de guerriers… Un coup d’œil autour d’elle, entourée de blessés et de mourants, lui rappela toutefois qu’ils manquaient cruellement de guérisseurs aussi… Enfin, elle n’allait quand même pas se plaindre de travailler avec son père!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Lun 13 Fév - 20:01

La vie était plus qu’injuste, parfois! Cruelle, même, si on demandait l’avis de l’adolescente. Elle avait voyagé jusqu’à l’extrémité du royaume en compagnie de son maître, l’avait assisté dans toutes les tâches le nécessitant, voire qu’elle n’avait même pas une seule fois essayé de faire à sa tête depuis leur départ de la capitale… et on lui disait tout bêtement qu’elle resterait au campement. Elle ne ferait pas partie de la mission qui se déroulerait dans sa terre natale, soit le Désert. La pardusse avait les oreilles plaquées sur le crâne et une mine boudeuse. C’était à peine si elle ne grognait pas de mécontentement... La voilà qui venait de se coltiner des heures de préparation pour une mission à laquelle elle ne pouvait pas participer. À quoi bon se fendre le derrière en quatre si on était pour la confiner à faire la potiche pendant elle ne savait combien de temps?

Ce fut plus fort qu’elle de lancer des regards mauvais à Douhbée et Soren, jalouse qu’elle était. Si sa bouche ne disait rien, ses yeux n’avaient aucun secret pour personne. Elle n’avait pas plus d’amabilité envers la sous-chef de l’ordre. C’était sans doute de la faute de cette naine si elle ne pouvait pas se joindre à eux pour aller recueillir de l’information. « Bon débarras… » maugréa-t-elle tout bas pour elle-même lorsque les chevaliers et sa sœur eurent enfin disparu. En réalité, elle sentait un nœud se former dans sa gorge à imaginer toute l’aventure qu’elle manquait. Elle ne comprenait pas qu’on n’exige pas qu’elle accompagne le groupe en mission puisqu’elle avait nettement démontré un intérêt pour une spécialisation en tant qu’éclaireuse et l’objectif de la quête correspondait en tous points à ce qu’elle voulait faire.

- Mouais… pas que ça me serve à grand-chose. répondit-elle à sa meilleure-amie-pour-la-vie. Sincèrement, pourquoi s’être entraînée comme une forcenée ces dernières semaines? Elle soupira et laissa ses épaules s’affaisser. Miya força néanmoins un sourire à entendre la demi-lycane parler avec grand intérêt de la tente des guérisseurs. Elle lui rendit son étreinte et se mit à ronronner malgré elle. L’écuyère dut admettre que c’était fort moins pénible de ne pas aller botter des derrières irianiens si elle pouvait avoir son amie avec elle. Allons-y ensemble. Soren m’a suggéré d’aller y faire un tour, de toute façon déclara-t-elle.

Le meilleur moyen de ne pas se laisser aller à sa morosité, c’était de se tenir occupée. Ce serait déjà plus valorisant si elle se savait utile. Ce fut donc de bon pas que les copines se rendirent là où on avait besoin d’elles. La pardusse prit une bonne inspiration pour se donner du courage, car elle n’avait pas l’habitude de voir autant de blessés réunis en un seul endroit. Encore une chance qu’elle n’avait pas le cœur trop sensible, sans quoi elle aurait eu un mal fou à rester dans la tente d’infirmerie. Elle se frotta les mains et s’apprêta à demander aux guérisseurs déjà présents où on avait besoin de ses talents, qu’elle entendit une blague qui concernaient clairement Ishobel et elle.

L’écuyère fronçât des sourcils et tourna la tête en direction du bonhomme qui avait osé se moquer d’elles, prête à lui répondre du tac-au-tac. Elle n’était pas le moindrement intimidée par sa stature musclée; elle en avait vu d’autres! Elle dut toutefois se calmer dans ses ardeurs en entendant un [i]« Papa? »[/b] retentir de la bouche de son amie d’enfance. Pardon? La bouche ouverte comme une carpe, Miya observa sa consœur sauter dans les bras de ce qui était vraisemblablement son géniteur. Sceptique, elle s’approcha de la petite famille.

- Miya. Enchantée. fit-elle en relevant le menton, étant encore sur ses gardes. Elle tendit quand même la main au semi-elfe afin que les présentations soient faites en bonne et due forme.

Elle n’écouta que distraitement la raison ayant poussé le père de son amie à venir aider, car il y avait tant de mouvement partout autour qu’il lui était difficile de rester concentrée sur une seule chose à la fois. Elle se fit alors bousculer par un groupe entrant d’urgence dans la tente. Elle jura, mais se dirigea néanmoins vers les nouveaux arrivés. Elle expliqua rapidement qu’elle faisait partie de l’Ordre, pointant l’enseigne sur son épaule, puis se pencha sur le blessé. Elle retroussa le nez brièvement à la vue des entrailles qui sortaient de l’abdomen du soldat. On ne savait pas trop quoi faire de ce cas, se disant que le pauvre était voué à une mort douloureuse mais rapide, or ça ne décourageait pas l’apprentie de Vigie. Elle laissa Zack aider un homme à installer le blessé sur un lit et, sans attendre, elle plongea la main pour remettre les intestins en place. « Ça ne fera pas mal longtemps. » fit-elle d’une voix aussi rassurante que possible, puis elle activa son pouvoir de guérison. « Vous avez combattu vaillamment. » enchaîna-t-elle. Elle laissa les autres s’occuper de faire la conversation à partir de ce point. Elle devait se concentrer sur ce qu’elle faisait. Par après, elle retira une main qu’elle plaça sur le ventre du soldat, puis enleva doucement la seconde. Les organes internes s’étaient désormais réparés suffisamment pour qu’elle puisse se concentrer à refermer la peau de l’abdomen. Elle dut s’arrêter après un moment, sans pour autant que la plaie soit entièrement guérie… mais elle savait qu’elle ne pouvait se donner à fond pour tous les patients si elle désirait faire la journée.

- Un linge humide et des bandages, s’il-vous-plaît. demanda-t-elle, ne posant pas la question à quiconque en particulier. Elle leva la tête afin de voir qui lui amènerait le nécessaire pour nettoyer ce qu’il restait de la plaie avant de mettre un bandage. Après tout, la victime et elle étaient recouverts de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Mar 28 Fév - 9:45

Il serrait sa fille contre lui avec tellement d’affection. Il ne l’avait pas vu depuis un bon moment et il avait encore l’impression qu’elle avait grandie. Pourquoi le temps passait-il si vite? Au bout de quelques instants, père et fille se séparèrent, puis Ishobel en profita pour lui présenter sa meilleure amie dont elle lui avait tant parlé. Zack esquissa un sourire et opina du chef en direction de l’adolescente aux oreilles félines. « Enchanté, Miya. » Il tendit la main vers cette dernière, puis après un moment de réticence, la jeune pardusse décida de faire de même. Évidemment, sa fille aînée ne se fit pas prier de l’interroger sur sa présence dans la tente des guérisseurs alombriens.

- Et bien, cette guerre nous touche tous, pas vrai? J’ai décidé de m’enrôler, en espérant faire la différence face à ce damné conflit. Je ne pouvais pas rester là les bras croisés en sachant que tu prêtais main-forte et en sachant que, si les gens ne se mobilisent pas, c’est nos royaumes tout entiers qui risquent d’être engloutis. On m’a dit que vous aviez besoin d’aide de ce côté-ci de la rivière, alors l’armée sholienne a décidé de m’y envoyer.

Enfin, les termes plus exacts étaient sans nul doute : « l’armée sholienne a décidé de se débarrasser de moi. » Mais bon, il préférait garder cette information pour lui, Ishobel n’ayant pas besoin de savoir à quel point il pouvait être exécré dans son propre pays. Par le fait même, peut-être que son implication au sein de cette guerre pourrait redorer son blason? Enfin, pas qu’il se souciait vraiment de l’opinion populaire, mais pouvoir se balader avec Capucine et Elias en toute quiétude était un avantage considérable dans l’optique où il pouvait racheter une partie de ses fautes.

- Ils auraient pu m’envoyer au front, ce qui aurait été totalement compréhensible, mais visiblement, les guérisseurs se font encore plus rare que les guerriers de nos jours…

Alors qu’il fixait son regard de bronze sur les deux filles devant lui, le guerrier entendit des exclamations de voix ponctuées de pas rapides. Un groupe venait d’entrer en portant un soldat terriblement amoché et retenant ses propres entrailles. Dans toute leur hâte, les secouristes bousculèrent Miya et Zack tendit la main pour l’attraper avant qu’elle ne tombe au sol. Toutefois, il ne fut pas assez rapide, car déjà, la gamine s’éloignait aux pas de course en direction des nouveaux arrivants. Elle se fondait déjà dans la masse, ce qui était parfait en soi. Sans plus attendre, le semi-elfe s’élança à sa suite, puis vint aider les secouristes à soulever le bougre et à l’étendre sur une paillasse, jetant par le fait même un regard sur les intestins que le pauvre homme tentait de garder à l’intérieur de lui-même. C’était… une très vilaine plaie. Comme il aurait préféré épargner cette vision à sa fille! Mais en même temps... elle était une future chevalière, elle verrait son lot d’horreurs le temps venu.

Malgré l’écœurante vision qui s’offrait à eux, Miya décida de mettre la main à la pâte et replaça rapidement les intestins en place malgré les cris de douleur du blessé. Zackeriel maintenait solidement le soldat en place pour éviter qu’il ne bouge trop, puis jeta un regard à la gamine qui s’affairait déjà à soigner la plaie, ponctuant ses gestes de mots rassurants pour le guerrier alombrien blessé. Ishobel se chargea de discuter avec le pauvre homme éventré tout en lui épongeant le front dans le but de lui changer les idées alors que sa meilleure amie se concentrait sur sa besogne et que son père continuait de le maintenir solidement couché. Rapidement, la petite pardusse demanda à ce qu’on lui emmène un linge propre et humide ainsi que des bandages et Zack put enfin relâcher sa poigne.

- On te laisse continuer seule à partir d’ici, fit-il à l’intention de la meilleure amie de sa fille, puis il s’éloigna, croisant une infirmière qui emmenait le nécessaire demandé.

Un soldat était assis, à part des autres, la main entrouverte et ensanglantée. Ishobel se chargeait déjà de le rafistoler, ce qui permit à Zack de s’occuper d’un autre blessé. Une femme cette fois. Cette dernière se maintenait la gorge d’une main et de longues coulisses de sang lui glissaient entre les doigts, tachant sa chevelure brune au passage. Son regard était affolé et suppliant alors que le guerrier blond se rapprochait d’elle.

- Ça va aller mademoiselle, fit-il d’une voix calme. Laissez-moi voir ça, d’accord?

Elle sembla hésitante et des larmes roulaient maintenant sur ses joues. Elle écarta finalement les doigts et découvrit sa gorge dont la peau avait été ouverte de part en part. Si la plaie était impressionnante, elle n’était toutefois pas assez profonde pour avoir causé de véritables dommages importants. Zack esquissa un sourire en coin, puis planta son regard airain dans le sien, lui demandant gentiment de se tenir tranquille. Il se mit alors à lui parler, de tout et de rien, dans le simple but de la distraire. Il vint positionner sa main maîtresse par-dessus la plaie, puis une douce lumière blanche se fit sentir, refermant lentement les tissus.

- Vous avez eu beaucoup de chance. Votre blessure n’était pas profonde. Je suis d’accord que c’est impressionnant au premier coup d’œil, mais croyez-moi, les dieux sont de votre côté! Vous allez être comme neuve et personne ne remarquera cette petite incartade. Il ponctua ses propos d’un clin d’œil et la jeune femme esquissa enfin un sourire.

Une fois sa besogne terminée, le guerrier elfique tendit la main vers un chiffon immaculé, puis l’humecta dans une chaudière d’eau fraîche avant de le tendre à la guerrière afin qu’elle se nettoie. Elle le remercia chaleureusement et l’ancien brigand hocha de la tête en sa direction en guise de respect. Il se détourna enfin pour voir qui serait son prochain patient. C’est alors qu’une scène parfaitement inusitée attira son attention. Un homme était couché sur une civière, un peu à l’écart. Il était rouge comme une pivoine devant sa fille et sa meilleure amie qui, visiblement, semblaient vouloir l’assister. Que se passait-il? Un air curieux au visage, Zackeriel vint les rejoindre.

- Qu’est-ce qui se passe? Les traits du blessé s’éclaircirent soudainement, démontrant toute sa joie de le voir enfin arriver. On expliqua alors au semi-elfe que le bougre avait reçu un coup de poignard très très haut sur sa cuisse, près de l’aine. Il fallait donc soigner la plaie au plus vite afin d’éviter une trop grande perte sanguine. Ouais, il était d’accord, mais où était le problème? Miya déclara alors qu’il fallait retirer le pantalon du soldat et le blessé redevint rouge rapidement. Oh… je vois. Je peux m’en charger, si vous voulez, ça ne me dérange pas du tout… En fait, ce serait peut-être même souhaitable…

C’est alors qu’Ishobel déclara une information qui fit sursauter le paternel. QUOI?!!! Elle avait déjà vu... ça?!! Qu’est-ce qu’elle disait?! Non… non ce n’était pas possible, elle n’avait pas déjà vu d’organe masculin… Pas à son âge?! Zack la dévisagea un instant, la bouche ouverte, l’air stupéfait. Pas sa petite fille! Elle était si jeune!! Il tourna ensuite instinctivement la tête vers Miya et la façon dont cette dernière détourna le regard vint lui confirmer que sa fille disait vrai.

- De… depuis quand?! Et avec qui?!

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishobel
Écuyer
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 14 ans (fév.)
Race: Lycan - Elfe - Humaine
Âme soeur: Miya

MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Mar 28 Fév - 20:55

[Précision pour Miya : ce que Isho affirme tout haut… Miya en connaît TOUS les détails, de long en large en profondeurs (surtout en profondeurs LOL). C’est genre la première personne à qui elle l’a dit, avant Adelyn!]

Ishobel, déçue de l’air boudeur de sa meilleure-amie-pour-la-vie, du se faire violence pour ne pas relever son manque d’enthousiaste. Elle avait espéré que la pardusse soit un peu plus contente de passer du temps avec elle, depuis le temps qu’elles étaient écuyères, ça n’arrivait pas bien souvent, et encore moins longtemps! Certes, elle aussi aurait aimé être de mission, mais elle était incapable de ne pas voir le côté positif de la chose : Miya était avec elle, et maintenant Zackeriel, alors elle n’avait aucune envie de gâcher cette journée à être morose par rapport à Adelyn et Vigie qui s’amusaient follement dans le désert pendant qu’elles restaient derrière. Le ronronnement de son amie, heureusement, vint bientôt apaiser le cœur de la lycane avant d’entrer dans la tente.

Les explications de Zackeriel ravirent Ishobel, qui n’avait de toute façon pas besoin de grand-chose pour se réjouir. Son père était avec elle, et sa meilleure-amie-pour-la-vie, que pouvait-elle espérer de plus ? Et elle ne pouvait pas franchement être déçue que son paternel ne soit pas au front, comme le guerrier qu’il est supposé être… en voilà au moins un qui allait être épargné par la guerre, contrairement au bougre qui faisait irruption, au même moment, dans la tente des guérisseurs, porté par ses compatriotes, les intestins sortant de son ventre. Très peu ragoutant. Même si elle avait eu son lot de sang et d’organes dans les combats depuis le tout début de sa formation, ce n’était jamais vraiment évident de s’y habituer. Enfin, elle était une guérisseuse, elle allait finir par s’y faire. Miya fut la première à se faufiler, souple comme une chatte, vers le blessé, se mettant immédiatement à la tâche avant que père et fille ne soit capable de la rejoindre.

-Ça va aller, on ne va pas vous laisser mourir, mon amie s’occupe de vous, tenez bon… essaya de l’encourager Ishobel, ou plutôt essaya de le déconcentrer, pour qu’il résiste moins à Zackeriel qui essayait de le retenir de se tortiller dans tous les sens pendant que Miya replaçait ses intestins.

Lorsque ce fut enfin terminé, une infirmière aida Miya à se nettoyer puis à bander le patient, alors Ishobel alla rafistoler une main ouverte dans le sens de la longueur. Celui-là s’était fait désarmer d’un coup de poignard dans le dos de la main. C’était étonnant qu’il ait réussi à désengager le combat pour s’enfuir dans cet état. La lycane l’encouragea à lui raconter comment c’était arrivé et comment il avait survécu pour l’occuper pendant qu’elle désinfectait à l’alcool pur le membre ensanglanté. Plutôt courageux, le soldat grinça à peine des dents, continuant rapidement son discours pour oublier la douleur, pendant que l’écuyère apposait ses mains lumineuses sur la plaie et la refermait presque entièrement, imitant sa compagne pour ne pas trop gaspiller d’énergie. Elle demanda ensuite au soldat de faire quelques mouvements pour s’assurer que chacun de ses doigts répondaient correctement et qu’elle n’avait raté aucun nerf, et fut rassurée même si les gestes de l’homme étaient plutôt tendus et lents… L’exercice ferait le reste du travail.

Entre temps, Miya avait terminé avec son patient précédent et l’avait rejoint, juste à temps pour entendre un patient se lamenter qu’il ne voulait pas être traité par les infirmières, mais par un guérisseur. Ishobel soupira et incita sa meilleure-amie-pour-la-vie à la suivre d’un seul regard… et du se faire violence pour ne pas sourire devant la scène. Parce que le blessé protesta plus encore en voyant arriver les deux adolescentes, répétant qu’il voulait un guérisseur.

-Mais vous en avez deux pour le prix d’une, n’est-ce-pas mieux? protesta-t-elle en feignant de ne pas comprendre que le soldat insistait sur le masculin, serrant un peu les dents pour ne pas pouffer de rire.

C’est qu’il saignait très très près de son attirail de jardinier et craignait probablement troubler les petites fleurs qu’elle et Miya avaient tout l’air d’être. Hors, si la pardusse était en effet plus pure qu’Ishobel (en la matière), ce n’était pas cette petite scène qui allait les troubler. Toutefois, lorsque la lycane tendit la main pour déchirer les pantalons du soldat afin de mieux examiner la plaie, celui-ci la repoussa d’un geste sec en beuglant plus fort son mécontentement.

-Oh bon sang, il est sexiste en plus! maugréa Ishobel en échangeant un regard amusé vers Miya. Je crois que tu vas être obligé de le tenir pendant que je m’acharne, changement de rôles!

Sauf que Zackeriel choisit ce moment pour débarquer et songer qu’il était plus opportun qu’il soigne tout seul l’infortuner, considérant son statut d’homme viril qui n’allait pas s’émouvoir devant un appareil de reproduction. Ishobel roula des yeux vers le ciel, songeant qu’il n’aidait vraiment pas sa cause.

-Franchement, ce n’est pas comme si c’était la première fois que je voyais un pénis, je sais très bien comment le réparer! s’exclama-t-elle de façon irritée sans remarquer immédiatement que ce n’était pas des propos normaux pour une adolescente de quatorze ans… jusqu’à la panique viscéral qui envahi Zackeriel, blêmissant furieusement en dévisageant, tour à tour, Miya et Ishobel. Oh voyons, papa, tu es tellement vieux jeu! T’es vraiment en train de me faire une chute de pression là? Le sangs, les entrailles, ça émeut pas le grand guerrier, mais du sexe ça t’effraie? se moqua-t-elle en tourna la tête vers le soldat pour masquer son sourire à son père.

Comme celui-ci semblait aussi sonné que Zackeriel, Ishobel profita de son inattention pour déchirer l’étoffe qui masquait la vue et empêchait à la guérisseuse de travailler. Elle nota alors, non sans rougir un peu quand même, que l’appareillage n’avait pas été abimé. Mais pas du tout, au contraire. Apparemment, même en perdant son sang par litres, même devant un trop large public, même dans la plus grande des hontes, monsieur était incapable de ne pas se montrer au rendez-vous devant deux jolies jeunes filles.

-Oh Parandar! Eh bien, la bonne nouvelle, c’est que votre héritage n’est pas remis en cause ici, s’étouffa Ishobel, cette fois-ci incapable de ne pas rire, elle s’empressa de prendre un linge propre et imbibé d’eau froide pour en couvrir la virilité du soldat pourpre de gêne. Puis, comme c’était somme toute une plaie assez simple, son cas fut réglé en moins de temps qu’il en avait fallu pour le convaincre de la laisser faire. Bon, c’était pas si pénible, non? Pas de panique, quelqu’un s’occupera de vous trouver un autre pantalon, affirma Ishobel avant de se retourner.

Oh… Zackeriel n’avait pas encore retrouvé ses couleurs… à croire qu’il les avait toutes données à Miya, qui semblait sur le point d’exploser de rire. Il réitéra les questions qu’Ishobel avait volontairement évitées, et l’adolescente soupira en jetant un coup d’œil désespéré autour d’elle. Pourquoi c’était toujours quand elle en avait besoin qu’il n’y avait personne à soigner? Un moment d’accalmie parfaitement synchronisé pour que son père puisse lui passer un savon quoi! Elle ne pouvait même pas lui dire qu’ils en parleraient plus tard car ils avaient du travail à faire, aucun échappatoire.

-Vraiment, papa, tu es certain de vouloir le savoir? répondit-elle sérieusement en dévisageant Zackeriel. Avec qui quoi? Qui est le propriétaire du premier pénis que j’ai vu ou avec qui est-ce que j’ai couché pour la première fois? La nuance est importante, ce n’est pas la même réponse.

Cette fois, elle ne s’amusait plus, ce n’était pas vraiment marrant à raconter à son père! Mais elle n’avait vraiment pas envie de se taper entièrement le sermon paternel et faire durer la syncope de Zackeriel. Elle échangea tout de même un clin d'oeil avec Miya, qui n'ignorait pas la réponse... aux deux questions! Elle perdit toutefois bientôt sa superbe et afficha un air de déconfiture totale en entendant la voix de la seconde concernée, sa première tendresse, lui annoncer l'état de situation au front. Ishobel se mordit furieusement la lèvre dans un geste désespéré pour ne pas éclater en sanglots, bien que les larmes pointaient à ses yeux.

***[Ailis] Je t'aime aussi, prend garde à toi et reviens-moi.***

-C'est Ailis. Ailis est au combat... lâcha-t-elle en croisant le regard de Miya, qui avait remarqué son changement d'attitude. Notre soeur fait face à un dragon... bredouilla-t-elle, presque sans voix. C'est une chose de savoir ce qu'on risque dans l'Ordre, c'est autre chose de le vivre... se mit-elle à sangloter malgré tout ses efforts, jetant de regards à la dérobée vers sa meilleure-amie-pour-la-vie et son père, se demandant dans les bras de qui se jeter, elle leur tira chacun la main pour profiter de leur étreinte à tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Ven 3 Mar - 20:49

L’adolescente était dans un .état d’esprit pratique : elle ne pouvait se laisser submerger par les émotions si elle voulait être capable de faire son travail correctement. Elle voulait réussir dans la vie et essayait vraiment de prouver à tous qu’elle savait être professionnelle quand il le fallait. C’était aussi un moyen pour elle d’oublier qu’elle ne pouvait être sur le front comme les autres chevaliers. Mieux valait ne pas penser qu’elle aurait pu être celle à revenir éventrée, maintenant qu’elle se penchait sur l’idée… « Merci. » fit-elle à l’intention du semi-elfe qui s’éloignait déjà. Elle savait très bien qu’elle n’aurait pu travailler aussi efficacement s’il n’avait pas retenu le blessé. Elle adressa également un clin d’œil à sa meilleure amie, avant que celle-ci ne se dirige vers une autre victime de la guerre.

Elle remercia l’infirmière qui lui apporta l’eau demandée, puis qui lui donna un coup de main pour terminer son travail de nettoyage. Elle ne put s’empêcher d’être fière de se faire féliciter sur ses bons réflexes par ladite infirmière. Même si ce n’était pas l’avenue principale qu’elle désirait suivre dans sa formation, elle était heureuse de savoir que son don de guérison était reconnu. Soren avait peut-être eu une bonne idée de lui conseiller de se rendre à la tente des guérisseurs : c’était valorisant de se sentir utile. Il va sans dire que l’humeur de la pardusse était définitivement meilleure qu’il y a quelques minutes.

L’écuyère alla à la rencontre de sa sœur d’armes, qui la convia silencieusement à la suivre. Elle n’avait pas besoin d’échanger de mots pour décider de l’accompagner. Elle comprit rapidement pourquoi la demi-lycane avait tant voulu prendre ce patient en charge. Monsieur était mécontent par les soins qu’il recevait… car ceux-ci étaient prodigués par des femmes. Il n’en fallut pas plus pour que Miya croise les bras sur sa poitrine, aucunement impressionnée par les protestations de l’homme en question, puis qu’elle hoche de la tête face aux affirmations de son amie. « C’est une sacrée chance, je dirais, même. Deux belles jeunesses pour le soigner, la plupart des hommes seraient au paradis! » Sincèrement, c’était ridicule de faire une scène parce qu’il était blessé près de l’aine. Un corps était un corps… Sans compter que la situation ne se prêtait pas aux petits malaises.

Instinctivement, la jeune lynx se mit à gronder lorsque le blessé éloigna brusquement Ishobel. Elle était très protectrice envers sa meilleure-amie-pour-la-vie et ne tolérait pas qu’on la bouscule. C’est pourquoi elle prit un air plus sombre plutôt que de partager le fou rire de sa compagne. Un seul mot ou geste mal placé de la part de l’homme et elle le remettrait à sa place. « Avec plaisir. » se contenta-t-elle de répondre à sa collègue, se roulant les manches. Elle était prête à forcer cet idiot à se laisser soigner.

Ce ne fut toutefois pas nécessaire pour elle de passer à l’action, car Zackeriel choisit ce moment pour revenir vers elle. Pff, comme si elles avaient besoin d’aide. La situation était somme toute bien maîtrisée… non? Elle eut néanmoins la gentillesse de mettre le semi-elfe au parfum : « Il ne veut pas nous laisser lui retirer ses pantalons pour jeter un meilleur coup d’œil à sa plaie. Il rechigne comme une fillette depuis tantôt. »[/b] Elle était loin de sortir ses talents pour calmer les gens pour des gars comme cet idiot. Il n’y avait pas de gêne à avoir en ce moment, selon elle.

Miya se renfrogna lorsque le guérisseur adulte précisa qu’il était préférable qu’il s’occupe du patient de sexe masculin plutôt que les adolescentes. Elle avait l’impression de se faire miner dans son professionnalisme, qui la rendait si fière il y n’a même pas cinq minutes. Dans son offuscation – légère, quand même – elle prit un moment avant de comprendre que sa collègue venait de créer un malaise chez son paternel en affirmant avoir déjà vu un organe reproducteur mâle. Ce n’est qu’en entendant le pauvre père bredouiller qu’elle comprit que la conversation venait bel et bien de prendre ce tournant. Elle n’osa pas soutenir le regard airain de Zackeriel, car ce n’était pas sa place de révéler les secrets de son amie. Elle préférait laisser cette dernière expliquer la chose par elle-même. C’était une discussion entre père et fille, après tout.

Ah, tiens, Ishobel avait profité de la distraction qu’elle avait créée pour régler le problème de pantalon. Ce fut une bonne chose, aux yeux de la pardusse. Cette dernière haussa les sourcils en remarquant la masculinité au garde-à-vous du blessé. Parce que Monsieur avait donné toute cette misère aux adolescentes parce qu’elles lui faisaient effet? Ridicule. Un garçon serait toujours un garçon, même une fois rendu adulte! Le rire de la demi-lycane se propagea chez sa sœur d’armes, qui trouvait la situation tellement pathétique que ça en était comique. Surtout que la blessure n’était finalement qu’une chose mineure… et que le pauvre Zackeriel semblait toujours sur le point de perdre connaissance. Il semblait prendre la nouvelle que sa fille avait déjà vu des bijoux de famille de façon très… dure?

Ce n’était pas facile de ne pas s’esclaffer. L’écuyère pinça les lèvres fortement pour ne pas empirer la situation davantage. Elle décida de laisser père et fille régler leur compte pendant qu’elle allait récupérer une paire de pantalon pour le blessé. Elle avait beau ne guère l’apprécier, ça lui donnait au moins quelque chose à faire… puisque personne n’avait besoin de guérisseur en ce moment. Tous les cas semblaient être sous contrôle. Elle revint juste à temps pour apercevoir le clin d’œil de son amie, qu’elle lui rendit. Elle haussa vivement les mains lorsque les yeux du semi-elfe se posèrent sur elle. « Je n’ai encore rien fait, moi! Je suis juste entrée dans la salle de bains des hommes par erreur une fois, hein! » s’exclama-t-elle, ressentant le besoin de se justifier. Elle était encore vierge, alors bon… elle n’avait pas à se faire dévisager. Elle avait été sage dans cet aspect de sa vie. Même lors de certaines expérimentations avec Axel, elle n’était pas allée jusqu’à se dénuder et lui non plus. Ils s’étaient embrasser, sans plus.

Soudain, Miya s’aperçut que quelque chose ne tournait clairement pas rond chez sa compagne. Elle s’approcha instinctivement d’Ishobel, qui ne tarda à lui avouer qu’Ailis était au front. Elle comprit immédiatement toute la crainte de sa collègue en apprenant que la rouquine faisait face à un dragon. Pour avoir côtoyé la rouquine pendant trois ans et s’être entraîné de nombreuses fois avec elle, elle-même ressentait un certain malaise. Encore une chance qu’elle ne savait pas que son beau Yahto affrontait également la même créature, sans quoi elle aurait été tout aussi chamboulée. Bon, peut-être pas autant car ce n’était qu’un béguin qu’elle avait pour le lycan… mais tout de même.

**[Ailis] Courage! Tu vas lui botter le derrière à ce dragon, je le sais! Je m’occupe de rassurer Isho.**

Elle fit comme promis et serra fortement la main de son amie. Elle se dit que c’était sans doute une bonne chose que ce soit plus calme en ce moment, car elle pouvait se concentrer sur l’état d’Ishobel. L’adolescente se mit d’ailleurs à caresser le bras de sa camarade. « Ça va aller. Ailis est excellente au combat. N’oublie pas son pouvoir de passe-muraille! Elle va s’en sortir, j’en suis certaine. Je l’ai déjà vue aller, je sais de quoi je parle. » Elle ramena ensuite son attention en direction de Zackeriel. « Ailis est une collègue de notre génération. Nous avons grandi avec elle. » Elle n’osait pas en dire davantage. Elle embrassa la demi-lycane sur la joue, quand elle remarqua un infirmier à l’autre bout de la tente qui lui faisait signe de la main. « Attends-moi ici, je reviens. » Elle jeta un regard qui en disait long au père de son amie, comme quoi elle comptait sur lui pour veiller sur sa fille pendant qu’elle était partie.

« Que puis-je faire? » demanda-t-elle au vieil homme, qui lui avait demandé de venir. Celui-ci lui expliqua qu’un patient venait d’être ramené du Désert et qu’on ne savait pas trop quoi faire de lui. On l’avait retrouvé en retrait des combats, inconscient, avec une jambe cassée. Miya grimaça en remarquant la blessure dont on lui parlait. Heureusement, on avait replacé sommairement les os, il ne lui restait qu’à guérir le reste. Elle nota la sueur sur le front du blessé, ce qui la poussa à mettre le bras sur son front : il faisait de la fièvre. [i]« Une chose à la fois… »[/b] pensa-t-elle. Elle plaça ses mains au-dessus de la fracture et laissa la lumière faire son travail. Elle répéta le même manège avec les autres plaies mineures et les ecchymoses sur la tête du patient. Elle entreprit ensuite de nettoyer son visage avec des compresses trempées dans l’eau froide.

Voyant que l’adolescente se débrouillait bien, l’infirmier passa à une autre personne. La lynx observait sa meilleure amie pleurer dans les bras de son géniteur un instant, quand elle entendit un grognement. Elle baissa immédiatement la tête et constata que l’homme du Désert – à voir à quel point il était basané – revenait à lui-même. Elle lui servit son sourire le plus rassurant et lui prit la main. « Tout va bien. Vous êtes dans la tente des guérisseurs, vous pouvez vous reposer. »


- Xie adac-juic? Ui ciec-za? [Qui êtes-vous? Où suis-je?]

La pardusse fronçât des sourcils. Elle n’avait pas compris un traître mot de ce que venait de dire l’homme, qui semblait être un guerrier dans le début de la vingtaine. « Pour qui vous battez-vous? » demanda-t-elle, prenant soudainement conscience que son patient n’était peut-être pas un allié en bout de compte. Son instinct s’avéra être bon, car une panique sauvage apparu dans les pupilles bruns foncés de l’homme. Ce dernier, poussé par l’adrénaline, poussa brusquement la jeune guérisseuse. Quand elle tenta de le raisonner après s’être relevée, il devint réellement violent. Il l’agrippa par le cou avant qu’elle ne puisse demander des renforts.

**[Ishobel] I-Isho…!!**

Miya sentit que ses pieds ne touchaient plus terre, ce qui fit naître une petite vague de panique. Elle sortit ses griffes et se mit à lacérer les bras de son agresseur, qui l’empêchaient de respirer. Ce ne fut toutefois pas suffisant pour qu’il lâche prise. Elle se démena de ses pieds, mais elle ne se rendait pas assez loin pour donner un coup à ce qui était vraisemblablement un ennemi, ni faire tomber quoi que ce soit qui aurait pu attirer l’attention sur elle. Elle se mit à voir des étoiles, ce qui était très mauvais signe. Bon sang, elle qui croyait être en sécurité puisqu’elle n’était pas partie en mission sur le front… voilà qu’elle était servie en action!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Lun 20 Mar - 15:13

Comment ça, vieux jeu?! Depuis quand se soucier du fait que sa fille de 14 ans ait déjà approché un engin masculin était considéré comme vieux jeu? Zack lui jeta un regard incrédule, autant parce qu’il venait d’apprendre que sa fille chérie n’était plus vierge à 14 ans, mais également stupéfait de voir à quel point elle pouvait être impertinente quand elle le souhaitait. Non, mais elle lui parlait vraiment comme s’il était le dernier des idiots! Il n’eut pas le temps d’ajouter quoi que ce soit que cette dernière s’empressa d’agripper le pantalon de la pauvre victime et arracha un pan sans la moindre gêne. Le semi-elfe hoqueta de stupeur en voyant la verge du soldat, bien érigée devant les deux frimousses des adolescentes aux formes déjà plutôt développées. Évidemment, le pauvre blessé devint rouge de honte et la remarque que laissa échapper Ishobel n’aida en rien à ne pas l’humilier davantage. En plus, elle trouva même la force de glousser, ce qui causa une hilarité à peine dissimulée chez la jeune pardusse! Cette dernière vit là le meilleur moment pour partir en quête d’un pantalon adéquat pour le pauvre soldat qui aurait visiblement préféré s’enfoncer dans le sol que de rester là, bêtement en érection. Zack avait honte pour le pauvre homme, mais Isho ne sembla pas en faire de cas, agrippant un tissu humidifié qu’elle utilisa pour cacher la nudité de son patient. En moins de deux, la blessure fut pansée et l’adolescente se détourna pour laisser l’homme seul avec sa propre humiliation.

Alors qu’ils s’éloignaient tous deux, Zack tendit la main et agrippa le bras de sa fille afin de la pousser à lui faire face. Une fois qu’elle eut pivoté sur elle-même, le semi-elfe planta son regard airain dans les iris de la représentante de l’ordre, encore visiblement incrédule face à l’impertinence dont elle avait fait preuve. N’avait-elle aucun respect pour ce pauvre blessé? Enfin… C’était ironique à quel point lui, Zackeriel de Shola, pouvait soudainement avoir de beaux principes face au respect. N’était-il pas lui-même réputé pour son arrogance débordante? Mouais… la pomme ne tombait jamais bien loin du pommier, pas vrai?

- Sérieusement, Isho, depuis quand est-ce que tu es active à ce niveau? Répéta-t-il plus sérieusement. Bon sang, tu n’as que 14 ans! Il n’y avait aucune presse… Avec qui…?

La gamine poussa un soupir exaspéré et jeta un regard autour d’elle avant de lui faire face. Elle s’adressa de nouveau à lui comme s’il était le dernier des imbéciles et Zack fronça des sourcils. Comment ça, le propriétaire du premier pénis et son premier partenaire sexuel n’étaient pas la même personne?! Bon sang, elle en avait eu combien, comme ça?! Elle n’avait que 14 ANS! Il REFUSAIT d’imaginer que sa fille aînée ait récolté autant d’expériences sexuelles à son si jeune âge! Et elle n’avait aucune idée à quel point il avait envie de faire disparaître ce petit sourire arrogant de son visage alors qu’elle s’adressait à lui! En fait, Zack avait déjà subi une attitude similaire venant d'autres individus, mais venant de sa propre fille, c’était presque insupportable! Sans plus d’égard pour lui, elle tourna la tête vers Miya et lui envoya un clin d’œil, comme si la situation « était dans la poche ». Oh vraiment? Elle croyait à ça? Sans plus attendre, le guerrier tourna la tête en direction de la meilleure amie de sa fille et cette dernière s’empressa de lever ses mains en guise de paix, prétextant rapidement qu’elle n’avait rien à voir là-dedans, puisqu’elle-même était encore vierge. Bon… c’était un détail qu’il n’avait pas besoin de savoir, mais quand même; il était heureux de constater que certaines adolescentes avaient encore un peu de plomb dans la cervelle. En fait, ce qui l’effrayait davantage était d’imaginer sa fille choper un truc pas net ou encore tomber enceinte à son si jeune âge. À 14 ans, elle ne soupesait pas encore totalement et avec justesse les enjeux qui découlaient des actes sexuels… Enfin, lui-même avait RÉGULIÈREMENT ET LARGEMENT profité des bonnes choses de la vie, mais quand même! Il n’était pas un exemple à suivre, non plus!

Décidé de ne pas s’empêcher de faire ouvertement des remontrances à sa fille, Zack ouvrit la bouche, mais se tut rapidement en voyant l’air soudainement déconfit de cette dernière. Qui y avait-il? Isho se mordait la lèvre inférieure et ses yeux s’embuèrent de larmes. Rapidement, elle prit la parole, déclarant qu’Ailis était aux prises avec un dragon. Miya sembla rapidement saisir la situation, puis Isho précisa, d’une certaine façon, que cette dernière était en danger. Elle tira sur la main de son père et de sa meilleure amie et les attira tous deux à elle afin d’échanger une étreinte avec eux. Elle avait besoin de réconfort, c’était évident. Miya caressa lentement le bras de son amie et prononça des paroles qui se voulaient rassurantes, puis porta son attention sur le guerrier afin de lui expliquer qui était cette Ailis. Le Sholien hocha de la tête, signe qu’il comprenait bien l’enjeu en question, puis la pardusse s’éloigna, déclarant qu’elle n’en avait que pour une minute. Zack écarta les bras et accueillit sa grande fille près de lui, l’étreignant contre son large poitrail. Était-ce la première fois qu’elle faisait face à la mort d’aussi près? Certes, dans le futur, elle perdrait énormément de ses frères et sœurs d’armes… Mais la première perte était toujours la plus douloureuse. Enfin… de ce qu’il avait compris, la rouquine était toujours en vie, mais le fait qu’elle affronte un dragon en disait long sur ses chances. Le semi-elfe préférait rester mutin, ne voyant pas de quelle façon il pouvait alléger la peine de son aînée, de toute façon. Il avait trop souvent perdu des gens dans sa vie et était devenu, au fil du temps, un brin pessimiste en la matière.

Le père se contenta de flatter le dos de sa grande fille, la laissant pleurer tout son saoul contre lui. Elle tenta bien d’articuler quelques propos, mais ses soubresauts et ses hoquets de tristesse l’empêchaient de parler adéquatement. Bon… et bien la discussion concernant la nouvelle sexualité de sa fille allait être momentanément envoyée aux oubliettes. Ce n’était plus le temps, ni le moment, et puis… elle avait maintenant besoin de sa présence, pas de ses remontrances. Doucement, Zack glissa un doigt sous le menton de l’adolescente et la poussa à lever la tête. Il lui jeta un simple regard désolé et essuya ses larmes doucement du revers de sa main.

- Tout n’est pas perdu, Ishobel, se contenta-t-il de dire doucement. Rien n’est perdu tant qu’un souffle de vie est encore présent. Ton amie…

L’homme de 31 ans fut rapidement interrompu par des cris provenant de l’autre bout de la tente. D’instinct, il tourna la tête en direction d’une altercation et hoqueta de stupeur en voyant un jeune homme (dans la vingtaine, tout au plus), soulever Miya par la gorge en beuglant des propos incompréhensibles. La petite pardusse se débattait comme une diablesse et griffa le bras de son tortionnaire avec frénésie. Ce dernier ne sembla pas faire de cas de cette attaque répétée et se contenta de toiser la pauvre adolescente de son regard haineux. Il fallait faire quelque chose! Il la tuerait si ça continuait de la sorte! Or, la plupart des gens présents étaient des infirmiers et des guérisseurs, sans plus! Oh il y avait bien les deux écuyères qui pourraient le terrasser, mais quand même! La mâchoire crispée, Zack relâcha sa fille qui, visiblement, prenait maintenant conscience de la situation, puis chargea en direction du partisan du clan adversaire. Dès qu’il fut à sa hauteur, le guerrier le plaqua de tout son poids, ce qui força l’Iriannien à relâcher sa poigne sur Miya qui s’effondra au sol, comme une poupée de chiffon. La petite pardusse fut rapidement rejointe par la demi-lycan afin de s’assurer qu’elle allait bien.

Dans la poussée perpétuée par Zack, les deux hommes renversèrent des tables et les effets médicaux se répandirent un peu partout. Ils roulèrent sur le plancher de terre de la tente et le semi-elfe se retrouva rapidement sur le dessus. Il s’installa à califourchon sur son ennemi, puis lui fracassa la mâchoire de son poing à quelques reprises. Au bout d’un moment, l’Irianien tendit la main, agrippa le premier objet qui se trouva à portée de sa main (soit une chaudière) et l’utilisa pour frapper l’homme blond en plein visage. Sous l’impact, l’ancien contrebandier fut propulsé vers l’arrière. Tout le personnel médical s’éloignait des deux combattants, visiblement effrayés à l’idée de se retrouver mêlés à cette histoire! L’ancien sous-chef des Lames Pourpres se redressa sur ses pieds, puis leva le regard sur son ennemi. Ce dernier, vif comme l’éclair, agrippa une épée qui se trouvait sur le dessus du dépôt d’armes situé à sa droite et enfonça la lame directement dans l’abdomen du guerrier blond qui serra des dents. Des cris de terreur fusèrent autour d’eux et, instinctivement, Zack baissa ses yeux couleur bronze sur la lame qui mordait férocement la chair de son ventre, de part en part de son corps. Son ennemi affichait un sourire satisfait et, dans un mouvement vif, délogea l’arme de son abdomen. Un important filet de sang jaillit et le semi-elfe tituba vers l’arrière, crachant de l’hémoglobine au passage alors qu’il était secoué d’une soudaine quinte de toux.

Une faiblesse le prit d’assaut un instant et il posa un genou en terre. Le guerrier d’Irianeth affichait un air victorieux et toisa la foule, se demandant qui seraient ses prochaines victimes. Toutefois, le rire rauque du fils du duc de Shola se fit entendre, ramenant l’attention sur lui. L’homme blond leva son regard sur son adversaire, un sourire délicieusement arrogant aux lèvres. Il était Zackeriel des Lames Pourpres! Ce genre de broutilles n’était rien pour lui! Il en avait vu d’autres! Une lumière blanche naquit sur son ventre et dans son dos, refermant les chairs à une vitesse incroyable.

- C’est tout ce que tu as dans le ventre?! S’écria-t-il en riant. Franchement, j’ai déjà vu mieux!! Je m’attendais à plus de ta part!

Maintenant que ses plaies étaient complètement refermées, Zack se releva, l’air de rien. Le guerrier iriannien était furieux et pesta dans sa langue incompréhensible. Le semi-elfe se contenta de cracher au sol, puis chargea de nouveau. Son but? Le faire sortir au plus vite de la tente des guérisseurs! Les deux adversaires luttèrent de nouveau, le blondinet ayant réussi à arracher l’arme des mains de son ennemi. Cette dernière virevolta plus loin et se ficha dans la terre, à plusieurs mètres d’eux. Zack fracassa à nouveau la mâchoire de ce dernier et son ennemi tituba. Malgré tout, il n’avait pas dit son dernier mot! D’un mouvement du revers, le partisan d’Irianeth frappa l’ancien contrebandier au niveau de son plexus grâce à son pied, ce qui poussa ce dernier à tomber vers l’arrière. Zack toussota bruyamment et s’apprêta à se relever quand deux jeunes furies bondirent sur le représentant des forces adverses, visiblement soucieuses de le mettre hors d’état de nuire. Le grand gaillard frappa Miya en plein visage avec son sa botte, lui soutirant un filet de sang de son nez au passage, puis agrippa Ishobel par le bras. Dans son autre main trônait une dague et Zackeriel comprit rapidement ce qu’il comptait faire.

- ISHOBEL!!! ATTENTION!

Non non non! Il ne pouvait pas laisser sa fille se faire poignarder de la sorte! En un bond, il fut sur ses pieds et un bref regard furtif vers la petite pardusse lui fit comprendre qu’elle était de nouveau prête à passer à l’attaque! La chaudière utilisée un peu plus tôt contre lui roula près du pied de Zackeriel qui nota sa présence du coin de l’œil. Sans plus attendre, il glissa le bout de son pied à l’intérieur de celle-ci, puis la propulsa avec force en direction du visage de l’ennemi. Le projectile improvisé fit mouche et un craquement sonore se fit entendre, signe que son nez venait de se fracturer.

- Miya, prend-le de revers! Cria-t-il à l’intention de la petite pardusse. Isho, désarme-le!

Bon sang! Il espérait tellement que sa fille ait le temps de lui prendre son arme des mains! Il ne supporterait pas l’idée qu’elle se fasse empaler sous ses yeux! Le cas échéant… avait-elle hérité du même don que lui? Il n’en était plus très sûr, à présent!

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishobel
Écuyer
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 14 ans (fév.)
Race: Lycan - Elfe - Humaine
Âme soeur: Miya

MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   Mar 25 Avr - 21:05

Les doigts d’Ishobel se crispaient dans ceux de Miya. Elle avait beau savoir que son amie avait raison, elle ne pouvait s’empêcher de paniquer à l’idée de ne plus revoir Ailis, ou encore Athelstan. Ils étaient tous deux si précieux pour elle, autant que son père et sa meilleure-amie-pour-la-vie, seulement de façon différente! Les dents serrées pour retenir ses sanglots, bien inutilement d’ailleurs, la blondinette était incapable de répondre, et fut soulagée que la pardusse explique à sa place qui était la dénommée Ailis. Puis, la jeune fille les quitta pour aller soigner quelqu’un le travaille les appelait à nouveau, mais la demie-lycane ne s’en sentait plus la force, s’accrochant furieusement à son père pour pleurer contre lui. Les caresses contre son dos ne suffisaient pas à l’apaiser, et elle arrivait à peine à parler. Elle voulait s’excuser de son comportement, lui faire comprendre qu’elle avait réagit à ses questions de cette façon seulement pour s’éviter de parler d’eux, parce qu’elle ne voulait pas penser à ce qu’ils étaient en train de traverser, s’imaginer poursuivre sans eux. Mais chaque fois qu’elle ouvrait la bouche pour le lui dire, elle ne faisait que baragouiner quelques sons incompréhensibles et pleurer un peu plus fort.

Zackeriel entama des mots de réconfort, ayant forcé Ishobel à le regarder au travers ses larmes, mais la lycane n’écoutait plus. Ses yeux s’écarquillèrent de stupeur en entendant à nouveau un message télépathique, par Miya cette fois. Elle se retourna vers l’agression que vivait la pardusse en même temps que son père, qui réalisait lui aussi ce qui se passait au même moment. Reléguant ses émotions au fond de son cœur, étouffé par l’adrénaline de la situation, l’adolescente se précipita, en chœur avec son père, vers sa meilleure-amie-pour-la-vie. Le demi-elfe plaqua durement l’ennemi pour libérer l’écuyère, qui en tomba durement sur le sol. Ishobel s’empressa de la prendre dans ses bras pour vérifier son état, posa des mains lumineuses sur sa gorge tuméfiée afin d’essayer de la décompresser pour aider l’air à passer, et ce mit bientôt à la bercer pour la calmer comme son père avait fait avec elle, l’instant d’avant. Mais c’était surtout pour elle qu’elle faisait cela, ayant encore besoin de ce réconfort qu’elle piochait égoïstement dans les bras de son amie pendant que Zackeriel se battait.

-Ça va allez Miya? s’inquiéta-t-elle d’une vois où perçait encore sa tristesse, faisant fit des bruits de combats derrière elle. Une chose à la fois, elle ne pouvait pas commencer à se laisser déconcentrer par la bagarre, elle devait tirer son amie de la tente si elle n’était pas en état de combattre. De toute façon, son père était le meilleur guerrier de l’univers, elle n’était même pas inquiète pour lui, il casserait la gueule de ce jeune impudent dans le temps de le dire.

Toutefois, avant qu’elle puisse mettre son plan d’évacuer la tente des guérisseurs à exécution, elle entendit de nombreux cris paniqués des infirmiers qui, eux, observaient les combats, et ne put retenir sa curiosité, se retournant juste à temps pour voir l’Irianien retirer sa lame du ventre de son père. Pendant une seconde, Ishobel ouvrit la bouche pour crier, hurler, mais le son resta coincé dans sa gorge. Ce fut la seconde qui lui fallu pour se rappeler que Zackeriel était surtout doué pour l’auto régénération, et de ce fait, il se relevait à peine une poignée de secondes plus tard, l’air moqueur, attaquant à nouveau férocement le combat.

Ça lui appris tout de même à ne pas sous-estimer cet homme du désert, et sans qu’elles aient besoin de se concerter, les deux adolescentes se préparèrent à attaquer, chacune de leur côté. Mieux valait maîtriser ce fou furieux rapidement, avant qu’il ne blesse vraiment quelqu’un! Comme Miya semblait se remettre du choc, elles étaient fins prêtes à déferler la sauvagerie animale qu’elles retenaient toutes deux en elles pour le combat. Zackeriel et l’ennemi avaient échangés plusieurs coups, et le demi-elfe commençait à paraître en mauvaise posture, pile au moment où les deux écuyères intervinrent, dans un synchronisme étonnant, même sans s’échanger un mot, oralement ou télépathiquement. Comment un seul homme, aussi jeune, arrivait-il à leur résister à tous les trois? C’était la question qu’Ishobel se posait alors que son poing était emprisonné dans la poigne de l’homme du désert et que la pardusse était repoussée d’un coup de pied au visage. Combien des siens avait-il était capable d’abattre avec cette puissance de combat? Ça lui donnait encore plus envie de l’écorcher à y penser…

La seule chose à laquelle pensa l’adolescente en voyant le poignard foncer vers elle, c’était de se transformer. Non, en fait, elle n’y avait pas pensé, ça c’était fait tout seul, son corps s’était mis à se métamorphoser, sans savoir quoi faire d’autre pour répliquer, car elle n’était pas assez forte, sous cette forme, pour se débattre. Peut-être que l’effet de surprise allait le déstabiliser et freiner le poignard qui s’apprêtait à se ficher dans sa gorge? C’était limite! L’effet de surprise l’avait en effet sauvée de justesse, mais c’était plutôt la chaudière que l’homme du désert s’était pris sur le nez qui l’avait débalancé et avait permis à Ishobel de se libérer. La blondinette entendit à peine les appels de Zackeriel, laissant l’instinct animal, qu’elle craignait tant auparavant et qu’elle avait appris à accueillir avec une certaine liberté, prendre le dessus. Ses crocs féroces s’enfoncèrent dans le poignet de l’ennemi, qui en échappa son arme, et à eux deux, son père et Miya le contrôlèrent et l’éliminèrent. Toujours dans les vapes après l’adrénaline du combat, la lycanthrope peinait à réaliser que c’était terminé, et qu’elle n’avait rien du tout. Elle soupira en se jetant dans les bras de sa meilleure-amie-pour-la-vie, inconsciente d’être encore sous sa forme animale.

-Papa je suis désolée… J’aurais pas du être dure comme ça, souffla-t-elle, le visage à moitié caché dans le cou de Miya, elle n’osait même pas le regarder, puisant son courage dans la peur qu’elle avait eut de le perdre. Je voulais pas parler d’Ailis et d’Athelstan… parce que je veux pas penser à eux. Si… s’ils reviennent jamais… je…

Les doigts d’Ishobel se crispèrent dans le dos de Miya, qui sursauta en sentant les griffes au travers sa chemise. C’est là que la demie-lycane se souvint qu’elle s’était métamorphosée et s’empressa de retrouver sa forme normale, moins lourde et encombrante pour sa co-écuyère.

-Je m’en remettrais pas. Je les aime… tellement papa, tu peux pas t’imaginer.

Les aime… il n’allait pas comprendre, lui non plus. Personne ne comprenait. Même avec Miya, Ishobel avait eu l’impression d’être incomprise, parce que ce n’est pas normal, d’aimer deux personnes de la même façon. C’était sûrement juste les folies de l’adolescence, un jeu de séduction… Et pourtant non, c’était beaucoup plus que ça, mais elle ne savait pas comme l’expliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Animation] Tente des guérisseurs [Ishobel, Miya et Zackeriel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» logiciel animation gif
» Persona 4 The Animation
» [Flashback] Une petite journée de détente ! [PV Loyckh]
» Une bonne détente .....Ooh mais c'est Draka!
» [ Film d'Animation ] Kenshin le vagabond : Le chapitre de la mémoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Alombria :: Villages et voyages-
Sauter vers: