Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Fight them, and they'll call you « sir » [PV MIYA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Fight them, and they'll call you « sir » [PV MIYA]   Lun 13 Fév - 11:59

Il resserrait les bandages blancs qui enserraient ses mains au niveau des jointures. Non… non il n’était pas blessé, bien au contraire. Il était en pleins préparatifs. Seul dans cette petite pièce sombre qu’il connaissait maintenant trop bien, le lycan se reluquait dans le miroir. Il était torse nu, un simple pantalon de toile grise recouvrant ses jambes alors que sa taille était enserrée d’une ceinture basique en cuir. Ses poignets étaient pansés jusqu’aux doigts et il était pieds nus. Tendant la main, il agrippa un bandana noir qu’il utilisa pour recouvrir sa tête afin de maintenir sa chevelure mi longue en place. Son regard était dur et ses traits déterminés comme jamais. Ça faisait maintenant près de deux ans qu’il avait quitté le palais pour rejoindre les rangs des simples soldats alombriens à la demande d’Aemi. Enfin… ce n’était pas expressément à sa demande, mais les choses s’étaient considérablement envenimées pour lui ces derniers temps. Dire qu’il avait été fiancé à celle qu’il considérait comme la femme de sa vie pendant plus d’un an et demi. Il lui avait juré amour, fidélité et loyauté pour le restant de ses jours et voilà qu’il était maintenant réduit au même niveau qu’un simple garde royal…

Sa relation ne s’était pas passée comme prévu. Aemi – fidèle à elle-même –avait été une amoureuse à la fois très tendre et terriblement exigeante. Un mélange doux et amer qui avait rendu le pauvre lycan confus à de nombreuses reprises. Il avait tout fait pour être à la hauteur des attentes de sa douce : il avait même été jusqu’à renier complètement sa nature sauvage. Ses amis les plus proches avaient remarqué qu’il avait de plus en plus mauvaise mine, comme si toute cette pression accumulée le détruisait lentement, mais surement, de l’intérieur. Il ne souriait que très peu et était devenu terriblement nerveux. Jusqu’au jour où son corps en eut assez. Il péta littéralement un câble contre a bien-aimée, engueulant cette dernière ouvertement au milieu du hall du château. Évidemment, Aemi préférant instinctivement la retenue et les convenances avait exécré ce comportement, avec légitimité… Ce genre de conflits se réglait en privé et étaler son linge sale devant public était de loin une mauvaise idée. Mais Yahto n’en pouvait plus et avait complètement perdu le contrôle de ses propos. À la suite de cette altercation, il avait décidé de partir loin de sa bien-aimée… pour quelque temps. Il avait eu besoin de s’exiler pour faire le tri de ses pensées et de retrouver le plein contrôle de lui-même. À son retour, près de deux semaines plus tard, sa belle l’avait convoqué à ses appartements pour une rencontre privée. C’est là qu’elle lui annonça – non sans une pointe d’émotivité – que tout était fini entre eux…

Yahto avait cru que son monde s’écroulait à ce moment précis. Certes, il avait eu tort d’agir contre elle devant autrui, mais de là à ne plus le vouloir à ses côtés? Non… non c’était impossible. Temperance lui avait expliqué son point de vue, voyant bien que son attitude À ELLE était en train de détruite tout ce qu’elle avait aimé chez son amoureux. Elle voyait leur rupture comme une ultime façon de sauver l’homme qu’elle aimait profondément… Mais le lycan, trop coincé avec son désespoir, avait vu la chose d’un autre œil. Il était persuadé qu’elle ne l’aimait plus, voir même qu’il y avait un autre homme dans le décor. Un gentilhomme plus digne d’elle, moins rustre. C’est lorsqu’elle décida de lui annoncer qu’il ne serait plus son garde du corps que tout s’écroula pour de bon. Il avait toujours été à ses côtés de puis le premier jour où il avait été emmené à la cour. C’était… impensable qu’il ne soit plus son protecteur! Elle avait besoin qu’on veille sur elle alors qu’elle effectuait son travail de négociatrice… Ce qu’il n’avait pas compris, sur le moment, c’était qu’Aemi comptait bien engager un nouveau garde du corps… dorénavant, Samelson accomplirait ce rôle à ses côtés. Sam?!! SAM?!! Sérieusement?!! Cette nouvelle fut difficile à avaler. Aemi, la voix enrouée d’émotions, avait tenté de lui faire comprendre le pourquoi de sa décision. Ils ne pouvaient plus se côtoyer comme avant sans en souffrir tous les deux, il fallait être réaliste… Mais Yahto s’était obstiné à ne rien entendre et s’était rué hors de la pièce, déclarant haut et fort qu’il ne voulait plus les voir tous les deux : Sam et Aemi n’existaient plus pour lui. C’était la douleur qui parlait… tous le savaient…

Ainsi, il avait été recalé au titre de soldat alombrien. Un vulgaire garde royal… C’était un coup dur à la fois pour son cœur meurtri, mais également pour son orgueil de lycan. Il valait mieux que ça et il eut beaucoup de mal à se faire à son nouveau statut. Certes, son ancienne protégée avait mis un point d’honneur à ce que son salaire ne soit pas touché et reste le même, mais il s’en foutait clairement. Les mois suivants furent infernaux… Yahto sombra dans l’alcool et la dépression, préférant se coltiner les rondes nocturnes afin de camoufler le plus possible son état d’ébriété. Puis, un soir où il traînait à la taverne, un homme l’approcha. Impressionné par sa carrure imposante, il lui proposa un marché : entrer dans un ring en son nom et combattre les adversaires qui s’imposeraient à lui le plus longtemps possible. Du fric serait misé sur lui et il pourrait faire un pactole très impressionnant s’il réussissait à rester debout suffisamment longtemps. Le fric… il n’en avait rien à foutre puisqu’il lui servait uniquement à boire. Mais le lycan y voyait là une façon de se divertir et de passer ses nerfs… Cet homme qui l’avait approché s’appelait Erwin. Ainsi, c’est de cette façon que Yahto s’engagea dans des combats clandestins et illégaux… Et seuls les dieux savaient à quel point il était doué dans ce domaine! Ces bagarres interdites s’effectuaient toujours à mains nues et poussaient les gens à parier et à flamber leurs frics. Certains se ruinaient complètement au point où ils se faisaient tabasser à leurs trop nombreuses dettes alors que d’autres commettaient simplement le suicide pour éviter le déshonneur sur leurs familles… Mais pour Yahto, rien d’autre ne comptait que ce qui se passait sur le ring. Tant pis pour ceux qui misaient sur le mauvais « cheval »…

Il poussa un soupir alors que ses yeux observaient son propre reflet dans la glace. Il focusait sur ce que le ring lui réservait. Il devait oublier son passé pour ne penser qu’au présent… Il était fin prêt, plus que jamais. Il avait… besoin de se sentir vivant! On toqua à sa porte et Yahto se détourna du miroir. Erwin tourna la poignée, puis ouvrit la paroi de bois pour faire signe au lycan que l’heure était venue…

******

Son adversaire était recroquevillé au sol, tenant son plexus solaire à deux mains. Il grognait de douleur et tremblait de toute part. Yahto, debout devant lui, se contenta de cracher au sol alors que la foule entourant le ring de bois était en délire. Il bougea sa tête de gauche à droite et sa nuque émit un craquement sourd. Plusieurs hommes échangeaient des montants d’argent faramineux à travers le public et l’associé de Yahto, Erwin, s’approcha de lui pour lui tendre une gourde de cuir. L’ancien garde du corps l’agrippa, puis avala le liquide à pleines lampées, écoutant distraitement les propos de son partenaire d’affaires.

- Écoute mon vieux, je sais que tu commences à fatiguer, mais tiens bon encore un peu. Un seul autre adversaire et on aura un pactole de fou! Le prochain qui se pointe devant toi, massacre-le et après tu pourras te reposer, d’accord?

Le soldat royal rendit la gourde à son compagnon et se contenta de hocher de la tête alors que de trois types venaient récupérer le combattant blessé, au sol. D’un mouvement vif, l’associé de Yahto grimpa sur les remparts de bois dont était constitué le ring et porta ses mains en porte-voix, près de sa bouche.

- Alors, qui est le suivant?!! Qui osera affronter mon « poulain »?! Allez, soyez braves! Si vous l’emportez, une somme considérable vous sera remise! Un courageux? Quelqu’un?!

Une silhouette se détacha du lot. Un jeune homme blond bien vêtu s’approcha du ring. La foule se mit à rugir d’enthousiasme en constatant qu’un nouvel homme tenterait sa chance. Ce gaillard avait l’air solide et serait assurément un concurrent de taille. Yahto était de dos à son opposant, puis se retourna alors qu’on attirait son attention. Son nouvel adversaire plongeait ses yeux céruléens sur lui, puis esquissa un sourire narquois qu’il reconnaissait que trop bien. Qu’est-ce que Sam foutait dans cette putain d’arène? Automatiquement, les traits de Yahto se durcirent et il craqua ses jointures, visiblement peu enclin à lui laisser la moindre chance. Oh l’ancien corsaire ne semblait pas impressionné le moins du monde! Il en avait probablement vu d’autres. Le blondinet retira son manteau et le jeta sur le rempart de bois avant de s’avancer avec un calme impressionnant vers son ancien ami.

- Yahto, tu parles d’une surprise! J’m’attendais pas à t’voir ici! Fit le nouveau garde du corps en feignant une stupéfaction des plus arrogantes. Évidemment qu’il savait qu’il traînait ici! Il n’était assurément pas venu dans les bas-fonds pour rien! C’est marrant, j’passais dans l’coin et j’ai vu qui s’passait un truc pas trop net’. J’me suis dis « Sam, tu dois aller voir ça, ça l’air vach’ment intéressant! ». Au fait… Aemi t’passe le bonjour...

La mâchoire de Yahto se crispa. Il allait lui faire ravaler son sourire condescendant! L’arbitre sonna le début du combat et sans crier gare, le lycan marron chargea le blondinet. Ce dernier para le premier coup avec ses avant-bras, puis décocha un fulgurant croc-en-jambe à son compagnon. Sous l’impact soudain, Yahto chuta vers l’avant, puis sentit une poigne solide lui agripper le bras pour le lui ramener dans le dos. En moins de deux, il se retrouva face contre sol, le bras coincé par Sam qui le maintenait au sol.

- Alors… c’est pour ça qu’tu t’es barré? Pour vivre comme un chien d’ruelle? T’es taré toi, tu le sais au moins? Siffla la voix narquoise de Sam, au-dessus de lui. Pourtant, il sembla que Yahto pouvait percevoir une pointe d’amertume dans ces propos clairement destinés à le provoquer.

- Je suis peut-être un chien de ruelle, mais au moins, MOI je n’ai rien volé à personne!! Espèce d’enfoiré!! Gronda le lycan marron qui profita de la surprise de l’ancien corsaire pour lui foutre son coude libre directement dans l’œil.

Sam tituba vers l’arrière et relâcha sans le vouloir le bras de son comparse. Sans plus attendre, Yahto se remit sur pieds et chargea de plus belle. Le combat fit rage entre les deux hommes qui avaient visiblement un truc à régler. Le lycan marron récolta bon nombre de coups en pleine mâchoire et à l’abdomen et assena le double à l’ancien corsaire qui encaissa malgré tout sans broncher. Pourquoi ne se défendait-il pas mieux? Le faisait-il exprès?

- C’est réellement com’ ça qu’tu m’vois Yahto?! Sérieusement? T’es dev’nu complètement crétin ou quoi?! Il y a rien entr’ moi et Aemi et tu l’sais!!

Le regard de Sam était devenu sérieux et son sourire arrogant avait quitté ses lèvres. Il voulait jouer cartes sur table, visiblement.

- Je n’en ai rien à foutre au fond!! J’ai perdu la femme que j’aime et j’ai perdu le boulot qui me tenait le plus à cœur à CAUSE DE TOI!!Tu vas me le payer!!

Yahto bondit sur Samelson et les deux hommes roulèrent au sol, s’assenant mutuellement des coups jusqu’à ce que le garde royal réussisse à s’asseoir à califourchon sur l’ancien marin, plaquant son avant-bras sur sa gorge assez fortement pour le maintenir au sol, mais pas assez pour l’étouffer.

- Idiot… S’pas moi qui ai demandé ton job… C’est qu’Aemi avait trop mal de voir ta tronche et qu’elle savait qu’elle te tuait à p’tits feux. S’pour ça qu’elle t’a retiré d’sa garde personnelle. Tu peux sérieusement pas voir ça? S’parce qu’elle t’aime qu’elle tient à t’garder loin d’elle. Tu as déjà été plus rapide sur la détente…

Le ton de Sam était beaucoup plus calme cette fois. Yahto dévisagea son ancien meilleur ami, le poing en l’air et ne pouvant se résoudre à le frapper une fois de plus. Ils restèrent comme ça un moment… jusqu’à ce que Sam lève le bras pour annoncer qu’il abandonnait la bataille. Il n’avait jamais eu l’intention de gagner, visiblement. Les partisans du guerrier brun crièrent à la victoire alors que les autres jurèrent bruyamment. Le souffle court, les deux hommes se jaugèrent du regard et Yahto sentit le sien s’embrouiller de larmes qu’il refusa de laisser couler. Il se recula, attrapa la main du blondinet et l’aida à se relever.

- Va-t’en Sam. Tu n’as plus rien à faire ici. Retourne près d’elle.

- Tu veux vraiment pas rentrer avec moi, pas vrai? Demanda ce dernier alors qu’il récupérait son manteau. Yahto, tu n’as rien à foutre ici. S’pas toi ça. S’mon style à moi d’me tenir avec des vauriens, pas l’tiens… J’te connais mieux que personne et j’sais que…

Yahto leva main pour le faire taire. Sam poussa un soupir, résigné.

- D’accord. S’tait sympa de t’revoir. Mais j’abandonne pas l’morceau. Tu m’reverras, fais-toi à l’idée.

L’ancien garde du corps d’Aemi se détournait déjà, déglutissant péniblement pour ravaler la tristesse qui l’envahissait. Samelson était une tête de mule qui ne suivait que ses propres convictions. Même son nouveau statut ne le changerait pas à ce niveau, Yahto en était persuadé. Le lycan marron sortit du ring et se fraya un chemin à travers la foule qui lui flanquait des claques enchantées dans le dos. En quelques minutes à peine, le lycan se retrouva dans la petite salle sombre qui lui était attitrée et referma derrière lui. Ce n’est qu’à ce moment qu’il se laissa aller à la tristesse et aux émotions qu’avait fait surgir la présence de Sam. Essuyant son visage du revers de son avant-bras, il s’approcha d’une bassine d’eau et de quelques tissus propres laissés à son intention, puis entreprit de se nettoyer, détaillant par le fait même les nouvelles ecchymoses qui recouvraient son corps. Une fois sa besogne terminée, Yahto enfila sa tunique bleue royale, puis ses bottes de cuir. Il glissa une cape noire sur ses épaules, puis sortit de la pièce, marchant seul dans les couloirs du sous-sol où il se trouvait. Il sortit par la trappe qui menait à la cave à vins d’une taverne, puis grimpa l’escalier vers la cuisine qui donnait ensuite sur la pièce principale bondée de convives à l’heure actuelle.

Jaeger, le propriétaire de l’endroit, accueillait les activités illicites sans la moindre gêne, touchant un montant important de fric chaque soir où des combats se déroulaient. L’homme bedonnant salua Yahto d’un mouvement de tête, puis le lycan sortit de l’établissement, sa besace sur l’épaule. Dehors, il faisait nuit noire et il songea qu’il serait grand temps pour lui de retourner aux dortoirs de la garde. Il marcha dans les rues sombres de la capitale, quand des voix surgirent sur sa droite. Des petits trafiquants de drogues s’étaient visiblement fait intercepter par une gamine à la langue bien pendue. Tiens? Qu’est-ce qu’une adolescente comme elle faisait dans les rues à cette heure? Plissant son regard mordoré, Yahto scruta les traits de la jeune fille et remarqua ses oreilles félines, plaquées sur son crâne…

… Mi… Miya?! Était-ce possible?

L’écuyère alombrienne incendiait les trois adolescents qui se trouvaient devant elle dans un élan évident de zèle. Elle campait vraiment bien son titre de future chevalière, n’est-ce pas? Bon… il aurait pu continuer son chemin, mais il avait vu l’éclair luisant d’une lame apparaître dans la main de l’un des trois truands. Hmmm… Peut-être devrait-il s’en mêler, tout compte fait. Il s’avança donc d’un pas déterminé, laissant tomber sa besace au sol pour attirer l’attention des individus devant lui.

- Ça se croit courageux et, pourtant, ça se met à trois sur une adolescente? Vous avez un problème, messieurs? Si tel est le cas, c’est avec moi que vous devrez le régler!

Son air était mauvais. Il n’entendait pas à plaisanter, visiblement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: Fight them, and they'll call you « sir » [PV MIYA]   Sam 4 Mar - 15:19

Le silence régnait sur la maison de campagne. La famille entière était couchée et sommeillait paisiblement… à l’exception de l’adolescente. Cette dernière tendait l’oreille, attendant le parfait moment pour se tirer d’en-dessous de ses couvertures. Lorsque ce fut le moment d’agir, elle se glissa en-dehors de son lit pratiquement sans émettre le moindre son. Elle troqua doucement ses habits de nuit pour une tunique mauve plus décolletée qu’approuverait sa sœur, le vêtement moulant bien ses formes de jeune femme, qu’elle masqua à peine d’une demi-cape noire. Elle enfila également des pantalons noirs. Elle prit une paire de sandales de cuir dans ses mains puis s’éclipsa par la fenêtre de sa chambre.

Elle se faufila telle une ombre en direction du chemin, où l’attendait Ethan. Le rouquin, qu’elle avait rencontré alors qu’elle n’était encore qu’une élève, n’avait pas été trop difficile à retrouver. Il était devenu une connaissance appréciée de la pardusse, et ce, même s’ils se voyaient peu souvent. Elle attrapa la main qu’il lui tendit et monta sur son cheval brun. Ils détalèrent ensemble en direction du village, se retenant pour ne pas rire et ainsi réveiller quelques maisonnées au passage.

Ils chevauchèrent en silence jusqu’à ce qu’ils atteignent une maison en retrait de la place publique. Ils se trouvaient dans une rue étroite, mais cela ne les empêcha pas de se rendre à destination. Ethan attacha sa monture chez lui et incita son amie à le suivre dans la rue. Ils se déplacèrent ensuite quelques blocs plus loin et entrèrent à l’intérieur d’une bâtisse, qui paraissait abandonnée de l’extérieur. C’était toutefois bien le contraire : elle grouillait de vie à l’intérieur. La jeunesse alombrienne du coin se rassemblait souvent en ces lieux pour fêter loin de la surveillance des adultes. Des barils de bière se trouvaient un peu partout, un voyou quelconque trouvant toujours le moyen de se procurer de l’alcool. On accueillit les deux nouveaux arrivés avec les bras grands ouverts.

Miya fit la fête parmi des jeunes de son âge, enfilant choppe par-dessus choppe de liquide doré. Elle n’aimait pas particulièrement le goût, mais tout le monde en buvait. « Santé! » s’écriait-elle gaiement à chaque fois qu’Ethan lui ramenait un verre. C’était sa première fois dans une soirée de ce genre et elle devait admettre particulièrement aimer l’ambiance. Il n’était pas fréquent pour elle de se retrouver parmi un groupe qui ne risquait pas sa vie à tous les jours et dont le but était de devenir chevalier. Ce petit vent de changement lui faisait du bien. Pour une fois qu’elle n’avait pas que des conversations tournant autour de son devoir ou de l’importance de la famille. Le plaisir était le mot d’ordre et c’était pas mal la seule chose qui comptait.

La nuit avançait de bon train… la lynx dansant et riant, acceptant des défis ridicules et sans buts… comme voir qui pouvait grimper le plus rapidement sur le toit, ou qui buvait le plus de bière durant un lapse de temps déterminé. Elle s’amusait comme une folle avec Ethan… jusqu’à ce qu’il se mette à changer d’attitude. Elle prit un moment à s’en apercevoir, car tant de choses se passaient en même temps. Le tout commença avec des caresses sur le bras, puis continua avec un bras autour de l’épaule. L’écuyère, en était d’ivresse, n’y voyait rien de mal. C’est seulement lorsqu’elle sentit une main se glisser à l’intérieur de ses pantalons qu’elle se releva brusquement, renversant sa choppe sur le sol. Son copain lui demanda ce qu’est-ce qui lui prenait. Elle réagit plutôt mal et l’avisa de ne plus jamais mettre sa main là. Le rouquin tituba en sa direction et essaya de l’embrasser, mais finit plutôt à vomir par terre à côté d’elle. Il se redressa pour tâter le derrière de l’adolescente, qui ne manqua pas de lui sacrer une baffe qui le fit valser plus loin. La fête était finie pour elle et elle avait bien l’intention de rentrer à la maison par ses propres moyens.

Elle quitta la bâtisse abandonnée sans jeter le moindre regard en arrière et en ignorant tous ceux qui l’interpellèrent en cours de route. Elle déambula dans les ruelles pendant un temps, question de se rafraîchir les idées. C’était elle où tout tanguait un peu? Bah, peu importe, c’était sûrement le coup de l’émotion, se disait-elle… refusant de s’admettre à elle-même qu’elle était saoule comme une botte. C’est alors qu’elle aperçut un groupe très louche un peu plus loin. Elle s’approcha silencieusement, ce qui était plutôt surprenant considérant son état d’ébriété. Elle vit un paquet se faire échanger contre de l’argent et un homme s’éloigner en jetant des regards par-dessus son épaule. C’était une transaction pour de la drogue!

En tant que représentante de l’Ordre – chose dont elle se rappelait seulement à l’instant, hein – elle ne pouvait rester là sans rien faire. Se croyant invincible, autant à cause de sa jeunesse qu’à cause de l’alcool, l’enfant du Désert quitta sa cachette et héla les trois vendeurs.

- Il faut vraiment être bête pour se faire prendre à vendre des substances illicites en pleine rue! Vous devriez avoir honte de fournir de la drogue à la population, bande de vauriens!


- Hé, les gars… Regardez ça, le petit chaton tente de nous faire la leçon. Retourne dans les jupes de ta mère avant que ça ne tourne mal pour toi.

- Je n’ai pas l’intention d’aller nulle part! rugit-elle, plaquant ses oreilles sur sa tête et se mettant à grogner. Elle se frotta les mains ensemble, prête à se battre. Vos activités sont illégales! Vous avez le choix de me suivre jusqu’aux autorités les plus près ou…

- Ou quoi? Tu vas nous griffer jusqu’à ce qu’on te supplie de nous laisser partir?

- Moi, je dis qu’on lui montre ce qu’elle manque. Une belle p’tite comme ça, ça ne doit pas avoir partagé sa couche encore. s’interposa un second débauché.

Les trois truands se rapprochèrent de l’adolescente, la lorgnant sans retenue. Maintenant qu’un d’entre eux avait fait le commentaire, les deux autres devaient admettre que la pardusse n’était pas trop dure sur les yeux. Après tout, elle avait hérité de la beauté légendaire du Clan des Lynx du Désert. L’un deux sorti une dague, tandis que les deux autres frappaient leur poing dans la paume de leur autre main.

C’est alors qu’un bruit derrière attira l’attention de Miya. Elle eut peur pendant une fraction de seconde qu’elle soit entourée par de nouveaux voyous. Ses yeux dorés se posèrent plutôt sur le plus bel homme de l’univers – selon son avis totalement impartial en la matière. Le séduisant Yahto était apparu hors de nulle part et venait joindre ses forces aux siennes. Plutôt que de prendre l’ouverture du lycan et de partir avec lui, la présence du soldat eut plutôt l’effet de renforcer la détermination de l’adolescente. Il n’y avait aucun moyen qu’elle perde ce combat désormais.


- De quoi tu te mêles, sale con? demanda le criminel.

Il n’en fallut pas plus pour que Miya se jette sur lui, lui assénant un coup de pied en plein ventre. Elle utilisa la technique que lui avait enseigné Sifu Nata, soit d’accentuer chaque coup porté avec son pouvoir du vent. Il va sans dire que l’homme recula brusquement, avant que ses camarades ne décident de se lancer dans la mêlée à leur tour. Le combat était entièrement déloyal, les vendeurs n’hésitant pas à porter tous les coups bas imaginables. C’est ainsi que la pardusse se retrouva avec une poignée de sable dans les yeux. Elle jura, tout en portant une main à ses yeux. Elle les rouvrit à temps pour voir un des idiots essayer de porter un coup par l’arrière à Yahto. Elle se rua sur lui, le jetant au sol.

… Puis elle se fit agripper par une épaule, retourner sur place… et poignarder. Elle sentit la lame s’enfoncer dans ses tripes une fois, puis deux et jusqu’à un total de cinq fois. Il n’y avait aucun montant d’alcool ingéré qui pouvait amenuiser la douleur dans ses entrailles. Elle fut vaguement consciente d’un grognement derrière elle avant de tomber à genou par terre. Elle porta une main à son ventre, son autre main l’empêchant de tomber face première. Elle entendit quelques coups être portés avant que trois paires de jambes ne détalent à toute vitesse.

Elle mit un instant avant de mettre son pouvoir de guérison en action, ses réflexes étant ralentis par toute cette bière qu’elle avait bue. Elle leva la tête et croisa le regard marron de l’ancien garde-du-corps. Un sourire niais se peint sur son visage et elle lui annonça tout bêtement : « On t’a déjà dit que tu as de beaux yeux? » La lumière s’éteignit de sa main, signe qu’elle avait cessé de se soigner. Il fallut que le lycan lui répète à plusieurs reprises de s’occuper de sa blessure avant qu’elle ne baisse les yeux et voit le sang qui continuait de couler à flot. « Ah, oui, c’est vrai… » Elle eut un petit rire avant de froncer les sourcils. « Je ne sais pas comment je vais expliquer ça en rentrant… » se plaignit-elle, réactivant son don. Elle se sentit faiblir, puis être entourée des puissants bras du soldat. « Tu ne devrais pas déconcentrer une jeune fille qui tente de se concentrer comme ça, tu sais… C’est vilain. » De toute évidence, c’était l’alcool qui parlait. Elle n’était clairement pas consciente de ce qu’elle disait… ce qu’elle risquait de regretter fortement une fois qu’elle aurait dégrisé.

Elle mit un long moment avant d’être en mesure de refermer toutes les plaies. Lorsque ce fut terminé, elle leva les yeux en direction de son compagnon. « Aaw, ne fait pas la moue comme ça. » susurra-t-elle, allant porter un doigt à la bouche de Yahto. Elle poussa maladroitement son index, tandis que son intention avait plutôt été de glisser romantiquement son doigt sur ces lèvres qu’elle désirait tant… « Accroche-moi un sourire à ce visage. » Quand il lui demanda si elle avait bu, elle pencha la tête sur le côté. « Juste quelques verres… » L’adolescente n’aurait pas pu donner un nombre, même si elle aurait voulu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fight them, and they'll call you « sir » [PV MIYA]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Alombria :: Villages et voyages-
Sauter vers: