Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

  Entre deux eaux [Zénor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Entre deux eaux [Zénor]   Ven 6 Mar - 13:56

Le soleil tapait fort sur le royaume côtier, la jeune fille savait pertinemment qu'elle était là pour le travail, pourtant elle ne pouvait s’empêcher d'avoir l'impression d'être en vacance. Tout était différent à Zénor, l'air marin était plus frais, les gens plus bronzé et une odeur de sel et de poisson flottait dans l'air.
Un des seuls avantages dans la profession de reine était de pouvoir voyager partout à travers le continent. Aren n'était à Zénor pas pour prendre du bon temps bien sûr mais pour discuter des derniers détails d'un traité commercial pour sécuriser les routes entre les deux royaumes. D'habitude ce genre de traité se réglait avec des messagers ou alors des ambassadeurs, il était rare qu'un roi ou une reine se déplace pour ce genre de chose. Mais dans le contexte de guerre, Aren avait pensé qu'il était bon de renforcer les liens entre les différents rois d'Enkidiev. L'union fait la force et les amitiés font des unions plus fortes. De plus depuis que l'on avait appris que des dragons avaient été vus sur les côtes l'ambiance au château d’Émeraude était devenue très tendu, la jeune reine avait donc sauté sur l'occasion de partir pour un pays ensoleillé.

C'était donc une belle fin de matinée sur la ville, le soleil était au dans le ciel et aucun nuage n'était en vu. Aren qui n'avait pas d'obligation ce jours-là, décida de sortir en ville incognito. Elle le faisait souvent à Émeraude quand elle n'était encore qu'une jeune princesse, mais depuis qu'elle avait été intronisée le temps lui manqué de plus en plus pour ces virées.
Ici personne ne savait qui elle était, ce serait d'autant plus simple pour se balader.

La ville était pleine de vie, contrairement à Émeraude où la production principale était agricole, les Zénorois étaient des pécheurs pour une grande partie. Certains vendaient leur marchandises sur des étals, d'autres débarquaient leur cargaisons des bateaux. La jeune fille n'appréciais pas le poisson mais elle aimait voir tous ces gens travailler, ils semblaient vraiment aimer leur travail.

Après quelques minutes à observer toutes ces activités, le regard de la jeune fille se posa sur un homme. Elle ne le voyait que de profil, pourtant la jeune fille se doutait bien de sa taille massive, il devait être vraiment être impressionnant de face. Ces cheveux d'un blond foncé lui arrivaient aux épaules et le peu qu'elle voyait de son visage était assez avantageux. Mais le physique de l'homme n'était pas ce qu'il l'avait interpellé. Non, cet homme avait volé quelque chose au marchand ! Aren ne réfléchit pas vraiment à la véracité de ses propos sur le coup elle était sûr qu'il l'avait fait. L'homme marchait nonchalamment vers un grand navire, comme s'il n'avait rien fait, ça devait être un voleur confirmé. Sans vraiment réfléchir à ce qu'elle faisait la jeune reine suivi l'homme jusqu'à son navire.

Le bateau était pour le moins imposant, les mats étaient immenses et les voiles gigantesque. En fait la jeune fille ne s'y connaissait absolument pas en navire, mais elle se doutait que celui-ci était particulier. Aren était montée dedans sans vraiment s'en rendre compte, et son émerveillement face à l'immensité de ce qu'elle voyait n'était pas des plus discret, mais la jeune fille ne s'en aperçut pas, elle était bien trop occupée à observer toutes ses cordes et le travail qu'effectuait les hommes à son bord.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Ven 6 Mar - 17:47

Lors de mes aventures en mer j’ai toujours aimé cette sensation de liberté qui m’envahissais … Cette incroyable sensation de toute puissance moi qui osais affronter les océans ! Ces jours-ci nos voyages, mon équipage et moi, ne ramenèrent rien de spécial lors des abordages dont personne ne se doutait cherchant encore les épaves des navires disparu. Cela faisait déjà quelque mois que je m’étais emparé du navire. J’avais vendu la cargaison sur un marché plutôt louche mais qui avait payé rubis sur l’ongle. Avec cet argent j’ai pu modifier deux trois détail du navire qui avec sa coque sombre et ses voiles de cuir avait fier allure. Un gros éperon de métal fut installé pour pouvoir mettre à bien mes basses besognes. Mon équipement avait changé lui aussi et après quelque mois en mer, mois de pillage et de butins dont la revente s’envolais vite hélas, je sentis une certaine symbiose avec l’embarcation … Je sentais son bois et ses cordages grincer tel un écho au fond de mon être.

Peu importe … Je pense que ce qui m’a amené à Zénor est le résultat d’une décision hasardeuse. Effectivement je suis parti sans me poser de question quand on m’a dit qu’un traité commercial allait être signé ! Ce traité entre Zénor et émeraude contenait sûrement des informations utiles à propos des transactions maritimes qui allaient subir une refonte avec ce traité …

Je suis resté assis un long moment sur un muret de pierre en scrutant la gesticulation générale … Le où la représentante de la royauté émérienne allait être bien accueillie et les mesures prise pour sa sécurité était minutieuse. Tout étais protégé … Je devais me montrer prudent … A vrai dire ce que je cherchais étais dans les mains d’un marchand et je fis semblant de l’aider pendant que je pus m’emparer du document qui étais une carte maritime des routes commerciale. A vrai dire ce traité est une aubaine pour moi car de nombreux navires vont emprunter ces nouvelles routes et j’aurais le champ libre pour attaquer … Je partis ensuite nonchalamment mon parchemin en main pour remonter la passerelle de mon navire jusqu’au pont. Je disparu instantanément dans ma cabine. Entièrement redécorée elle était digne d’un capitaine : des nuance de rouge un peu partout des bougies qui assuraient une lumière tamisée et pas mal de meuble. Je revêtis mon armure et mis mes harnais ainsi que leurs armes dans le dos et ma dague à la ceinture puis je sortis. Dehors mon équipages se remuait pendant que je remontais jusqu’à l’arrière du navire qui étais en hauteur avec le gouvernail. Je fis un signe de tête et on retira la passerelle et les corde furent coupées. Larguez la grand-voile ! hurlais-je avec assurance

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Ven 6 Mar - 18:56

Aren revient à elle tout d'un coup, elle n'était pas là pour s'émerveiller devant un bateau mais pour arrêter un voleur ! Mais maintenant qu'elle était là elle ne savait plus quoi faire. La jeune fille se maudit d'être monté sur ce navire sans réfléchir, elle aurait dû appeler des gardes depuis son arrivé il y en avait partout dans les coins de rue. L'homme qu'elle suivait avait disparu derrière une porte, sûrement une cabine. Il fallait qu'elle descendante de ce bateau au plus vite, le problème était que l'entrée était bouché par des marins elle ne pourrait jamais passer sans se faire voir. Après avoir rapidement jeté un coup d’œil aux alentour la jeune fille décida de se cacher derrière un large poteau jusqu'à ce que les marins aient débarrassé le plancher.

De sa cachette, la jeune reine vu la porte de la cabine se rouvrir et le mystérieux voleur en sortir :

«Larguez la grand-voile ! »

Non ! Ce n'était pas possible, le bateau ne pouvait pas partir comme ça, elle devait l'en empêcher. Pourtant les cordes furent coupées et le navire se mit petit à petit en branle.
Aren ne savait plus quoi faire, elle serait aperçue un jour ou l'autre. Elle ne devait pas paniquer ces gens devaient être des marchands, de simple marchand. Et l'homme qu'elle avait cru voir voler devait être leur capitaine. Il avait sûrement payé sa marchandise et elle ne l'avait pas vu faire. La jeune fille doutait fortement de cette hypothèse, ce qu'elle avait vu était claire cet homme avait commis un vol. Mais il y avait une différence entre être un voleur et un dangereux tueur en série non ? Et puis, il n’osera pas lui faire du mal, elle était reine de tout manière ! Au pire il demandera une rançon, au mieux il s'excuserait. Oui, il allait faire demi-tour et s'excuser, comment avait-elle pu croire un instant que cet homme était un être abominable. La guerre avait fait des ravages sur son imagination.

Aren se faufila discrètement dans la cabine du voleur et attendit qu'il revienne. La cabine était vraiment très jolie la lumière tamisé des bougies sur le rouge de la pièce donnait un aspect assez étrange, disons intime. Il y avait plusieurs meubles assez précieux, dont la jeune fille ne pensait pas trouver dans la cabine d'un simple marin. Mais après tout elle ne connaissait pas grand-chose à ce milieu. La jeune fille n'osait s'installer, tous dans la pièce l'impressionnait s'était une des première fois de sa vie qu'elle était intimidée.
L'homme qui semblait être vraisemblablement le capitaine entra dans la pièce, Aren n'avait pas attendu longtemps et fut donc surprise de l'entendre entrer. Elle n'avait pas vraiment réfléchit à ce qu'elle allait lui dire. La jeune fille devrait lui expliquer la raison de sa présence et donc l'accuser de vole, ce qui l'a mettrait donc dans un position délicate.

La reine se tourna vers l'homme et découvrit une personne vraiment... attirante. Il était vraiment différent de son mari, comme elle l'avait imaginée il avait une carrure vraiment impressionnante à côté de lui la jeune fille semblait toute petite et toute fragile. L'homme avait un tatouage rouge au visage, mais surtout des yeux d'un bleu extraordinairement magnifique. Aren se perdit dans leur contemplation pendant une bonne minute quand elle reprit ses esprits.
Elle ne devait pas oublier que cet homme était un matelot et en plus un voleur !

La jeune fille s’éclaicit la gorge et prit d'un ton qui se voulait le plus désinvolte possible :

« Bonjour. Je pense qu'avant de lever les voiles vous auriez dû vérifier que personne n'était monté sur votre navire. Et non, ce n'est pas de ma faute si je suis là mais de la vôtre. Vous n'auriez jamais dû voler ce pauvre commerçant »

La jeune fille s'embrouillé dans ces paroles mais le jeune matelot l'impressionnait vraiment. Elle ne savait comment lui expliquer sa présence en ces lieux et ne voulait pas qu'il pense du mal d'elle. Quelle idée ? Pourquoi cela lui importait-il qu'il pense du mal d'elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Sam 7 Mar - 12:53

Cela faisait déjà quelque minute que je tenais la barre. Mon navire sortit du port et commença à naviguer en haute mer. Je tenais la barre à une main laissant les bourrasques de vent souffler sur mon visage, dont les saphirs fixaient l’horizon. Manœuvrer un navire n’est pas une tâche simple … Il faut toujours être en mouvement de tous les côtés pour rattacher cette corde, détachez celle-ci sous les ordres de son capitaine. Cependant le plus compliqué est certainement de tenir la barre lors de tempêtes. Laissant vagabonder mon esprit au gré du roulis, chevauchant les eaux, que j’avais domestiquées sur ce cheval instable fait de bois et de corde qui renâclait pointant le nez au vent défiant les éléments … C’est cela que je ressentais quand je tenais la barre de mon navire … Tout ça à la fois ! La cape que j’avais mise autour de mon armure volait au vent me donnant un air majestueux quoique nonchalant, tenant la barre d’une seule main, l’autre le long du corps dans une posture assurée. Les matelots chantaient des chants lors du travail comme à leurs habitudes. Je finis par me reconcentrer sur la navigation histoire de trouver un coin où je pourrais aller faire le cap tranquillement. Je vis un coin près des récifs, idéal pour stationner mon Raven’s Dawn.

Remontez toutes les voiles ! On met en panne ! dis-je haut et fort alors que le matelot désigné comme quartier maître répétais les ordres. Je descendis tout en scrutant mes marins et la mer. La porte de ma cabine grinça et claqua. Une fois verrouillée je dis un demi-tour sur tomba nez à nez avec une jeune femme. D’apparence très … Séduisante. Elle tentait de paraître désinvolte mais il était évident qu’elle n’était à l’aise … Mon premier réflexe eu été de mettre la main sur le manche de mon arme. Voyant qu’elle était inoffensive j’ai rengainé le peu de l’épée que j’avais sorti en soupirant.

Elle prit la parole« Bonjour. Je pense qu'avant de lever les voiles vous auriez dû vérifier que personne n'était monté sur votre navire. Et non, ce n'est pas de ma faute si je suis là mais de la vôtre. Vous n'auriez jamais dû voler ce pauvre commerçant »Je l’observais en silence. Ses vêtements étais coûteux signe qu’elle n’était pas pauvre, même qu’elle devait être riche. Je fis quelque pas et je fus bientôt à juste un mètre de distance d’elle. Elle était plus petite que moi et semblait intimidée. Je ne disais rien les sourcils froncés.

Mes yeux ses plongèrent ensuite dans les siens : ils étaient d’un bleu étrange qui m’attirait malgré moi. Son visage étais lisse, fin et rarement je n’avais vu une telle beauté. Cachant mon désir, par précaution, je pris ensuite la parole d’une voix claire et calme mais légèrement méfiante et suspicieuse. « Vous avez de la chance que ce soit moi qui vous trouve … Mes marins sont moins … Courtois, dirons- nous … Et pour ce que j’ai pris à ce marchand. Bien je vais vous dire que personne ne vous a demandé … » terminais-je en retirant le bouchon d’une bouteille de vin et en me servant dans un gobelet de fer simple. Je bus une gorgée de ce vin plutôt couteux même si je n’ai pas payé pour l’avoir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Dim 8 Mar - 14:59

L'homme semblait détailler la jeune fille des pieds à la tête, ce regard non dissimuler gênait Aren qui n'était pas habitué à si peu de retenu. Néanmoins, elle était quelque peu troublée par ce regard et regrettait de ne pas avoir fait plus d'effort dans sa tenue ce matin.

« Vous avez de la chance que ce soit moi qui vous trouve … Mes marins sont moins … Courtois, dirons- nous … Et pour ce que j’ai pris à ce marchand. Bien je vais vous dire que personne ne vous a demandé … »

La voix du marin était grave, chaude et viril et la jeune fille se surpris à espérer qu'il prononce son nom. Mais elle ne devait pas penser ainsi, une femme de son rang et marié qui plus est ! Elle devait rester digne tant bien même que l'homme devant elle était particulièrement séduisant, et avait une voix agréablement attirante.
Non le plus important était ce qu'il lui avait dit ! Aren avait entendu quelques rumeurs sur les marins, une grande partie ne leurs rendaient pas hommage et l'homme les confirmait. Mais ces matelots n’oseraient rien lui faire n’est-ce pas ? Le risque pour eux était bien trop grand, son titre était sa carte maitresse, avec lui, la jeune fille ne risquait rien.
Pendant qu'il parlait, le marin s'était servi du vin dans une coupe plutôt précieuse. Un peu trop précieuse même pour appartenir à un marin. Maintenant qu’elle y songeait, chaque choses dans cette pièce étaient bien trop précieuse, des tentures cramoisies à l’argenterie. Chaque objet semblait sortir d’un palais. Comment avait-il pu se payer tout ça ? Aren, n’avait pas entendu que le commerce zénorois se portait si bien. Cela intriguait beaucoup la jeune fille ;

Malgré ce que prétendait le marin, ses bonnes manières étaient limitées au vouvoiement. Certes, il n’était surement pas né dans un château mais tout de même, un ‘bonjour’ et une présentation n’aurait pas était de trop. La reine décida alors de ne pas prendre de pincette avec lui et d’oublier certaine bonne manière qu’exigeait le protocole. De toute façon, ce n’est pas lui qu’y irait ce plaindre à la cours d’Emeraude.

Après avoir fait le tour de la pièce du regard, la jeune fille repéra une chaise, enfin un fauteuil serai plus juste comme qualification. Le meuble en chêne était très travaillé, les pieds sculptés en diverses formes qui semblaient être des fleurs étranges. Le dossier ainsi que l’assise était recouvert de velours vermeil, un luxe que même les plus riches avaient du mal à se procurer.
Aren s’assit sur cette chaise sans pauser aucune excitation et adopta une posture qui se voulait stricte. Elle se voulait maître de la situation, en effet elle avait pratiquement tous les avantages : une position sociale qu’il ignorait et surtout elle savait que c’était un voleur. Il n’y avait aucune raison pour elle d’avoir peur.

« Moins courtois qu'un voleur ? Et bien je n'imagine même pas le degré d'éducation des gens de ce navire. La jeune fille passa une main lasse dans ses cheveux. Votre action me regarde, car j'en ai été témoin. Et donc aux yeux de la loi, si je ne vous arrête pas je suis complice. »

Aren ne voulait pas qu'on sache qui elle était réellement, elle aimait ce ton que l'homme employait. Insolent sans le savoir, la jeune fille avait peur que ce ton change si elle lui disait son titre, elle décida donc de l'omettre. Elle ne l’emploierait qu’en cas d’urgence, si ces marins décidaient d’être ‘moins courtois’.

« Et puis si vous étiez vraiment courtois, vous vous présenteriez. Je m'appelle Aren et vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Lun 9 Mar - 15:11

Je bus une autre gorgée dans le calice et pris place au fauteuil derrière la table sur laquelle s’étendais une immense carte où les routes commerciale étaient tracées. On y voyait aussi une liste de nom de navire sur le côté dont la plupart était rayé. La jeune fille pris place sur un grand fauteuil et commença à parler. « Moins courtois qu'un voleur ? Et bien je n'imagine même pas le degré d'éducation des gens de ce navire Votre action me regarde, car j'en ai été témoin. Et donc aux yeux de la loi, si je ne vous arrête pas je suis complice. » Je ne pus m’empêcher de ricaner en entendant le mot « loi ». Néanmoins je n’ouvris pas la bouche pour la laisser finir. « Et puis si vous étiez vraiment courtois, vous vous présenteriez. Je m'appelle Aren et vous ? » Je fus surpris par cette question mais avec un sourire amusé j’y répondis quand même : « Je suis Yornnir, mais tout le monde sur ce navire m’appel Capitaine Hawks ! » je bus encore une autre gorgée et tendis la bouteille à la jeune femme ainsi qu’une autre coupe presque semblable à celle que je tenais dans le creux de ma main. Tout en faisant ce geste nos mains se touchèrent et je sentis sa peau douce et chaude sur la mienne. Elle portait quelque bague mais rien d’incroyable pour quelqu’un de riche. « Vous me semblez nerveuse … Quelque chose vous tracasse ? » demandais-je en plissant les yeux, un petit sourire amusé et rieur sur les lèvres. Je pris une autre chaise et vint m’assoir un peu plus proche de la jeune femme.

« Vous savez … Ici tant que je suis avec vous vous êtes en sécurité ! Rien de mal ne peut vous arriver mis à part le fait que notre bouteille soit vide … » dis-je en prenant une voix caressante pour voir sa réaction. Soudain quelqu’un vint tambouriner à la porte. Un soupir sortit de ma bouche et quand je partis pour ouvrir je dis au marin que j’étais occupé et que quelqu’un allait me remplacer à la barre. La porte se referma sans que le matelot ne puisse voir à l’intérieur. Je revins m’assoir à mon ancienne place en souriant d’un air … Affamé. C’était peut être mal ce que je faisais mais autant s’amuser dans une vie vouée à se terminer par la mort. Parfois j’enviais les immortels. Même si je n’avais encore jamais eu aucunes preuves tangibles de leurs existences.

Un craquement se fit entendre. Le navire reprenait de la vitesse. Un soupir d’aise franchis mes lèvres alors que j’avais fini ma coupe. Elle fut remplie aussitôt par de l’eau qui fut bue d’un trait. Je remis du vin par la suite tout en regardant mon invitée avec un regard qui en dit long. Je repris place sur la chaise, bus une gorgée de vin et je me mis à fixer Aren tout en léchant une goutte de vin sur ma lèvre lentement avec un sourire dans un mouvement sensuel. « J’imagine que la cabine vous plaît ? J’ai obtenu tout cet argent en vendant des marchandises ! » en omettant de dire que ces dîtes marchandise ne m’avais jamais appartenue. Ma chaise étais à quelque centimètre de la sienne et tous mes sens étais en éveil … Un sentiment bestial m’envahit et il fut réfréner aussitôt, car on ne se comporte pas comme ça en présence d’une dame ! D’une main je défie les courroies de mon plastron pour ainsi ne garder que la partie vêtement de l’armure. Je ne portais désormais que une sorte de tunique de cuir épais ouverte légèrement sur le torse, qui se termine en bas des genoux, un pantalon de la même matière, des bottes de cuir dur et mes gants eux étais posés sur la table. Pendant ce temps-là je guettais les réactions de la demoiselle qui se tenais à côté de moi et qui je ne peux le cacher, était plus que désirable.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Lun 9 Mar - 18:34

L'homme semblait s'amuser de ce qu'elle disait, ce moquait-il de la jeune fille ou trouvait-il ça vraiment amusant. Alors que d'habitude Aren aurait sauté sur la première option, une douce envie que ce soit la deuxième s’insinuait en elle.

« Je suis Yornnir, mais tout le monde sur ce navire m’appelle Capitaine Hawks ! »

Alors il était capitaine du navire... Cela n'étonnait pas vraiment la jeune fille, sa cabine était vraiment somptueuse et l'homme dégageait une prestance qu'aucun simple matelot ne pouvait prétendre.
Après quelques gorgés de vins, le capitaine tendit la bouteille ainsi qu'un verre à Aren ce qui l'a surpris grandement. Elle ne s'attendait pas à ce que ce dernier soit assez poli pour lui proposer un verre. La reine, prit les objet que Yornnir lui tendait et son cœur se mit a flancher. Leurs mains s'étaient touchées. Seulement un frôlement mais elle avait pu gouter à la robustesse et la chaleur de celle de l'homme. Sans s'en rendre compte la jeune fille se mit à imaginer la sensation que pouvait  procurer les caresses de ses mains. Ses joues rosirent légèrement, et pour le cacher Aren baissa la tête et se servie un verre de vin. Elle but la première gorgée assez rapidement dans l'espoir que l'alcool fisse disparaître l'attirance qu'elle avait pour ce capitaine. La jeune fille fut une fois de plus étonnée par la qualité du vin, il était digne d'être servie à sa table. Épicé sans être trop fort, un goût parfait.

« Vous me semblez nerveuse … Quelque chose vous tracasse ? »

Ces quelques mots suffirent à rendre Aren rouge comme une pivoine. Comment pouvait-il si facilement lire en elle, alors qu'elle n'arrivait même pas à savoir s'il était un voleur. Son sourire avait quelque chose d’irrésistible, la reine ne voulait plus le voir autrement. Juste qu'il lui sourit encore et encore. Perdue dans ces pensées qui n'étaient pas digne de son titre, elle ne remarqua que le Yornnir s'était déplacé qu'à l'instant où elle senti sa jambe frôlée contre la sienne. Ce simple contacte fit éclater en elle une boule de feu irradiant chaque centimètre de son corps. Sa peau était devenue incroyablement sensible et ce simple frôlement était perçu par son esprit comme une caresse érotique.

« Vous savez … Ici tant que je suis avec vous vous êtes en sécurité ! Rien de mal ne peut vous arriver mis à part le fait que notre bouteille soit vide … »

La voix de Yornnir était chaude et aussi caressante que ce qu'imaginait la demoiselle. Cette fois s'était trop, son imagination dépassait les limites du correcte.
Bien heureusement pour elle, une personne vint tambouriner à la porte à ce moment-là. Pendant que l'homme semblait soupirer de frustration, le soupire de la jeune fille était plutôt de soulagement. Pourtant Aren espérait que l'homme ne la laisse pas seule, il venait de lui dire qu'elle était en sécurité tant qu'elle était avec lui, ce n'était pas pour s'en aller non ? Un minimum de convenance tout de même. La porte se fermât et l'homme reprit sa place pour le plus grand soulagement de la jeune fille. Elle perçu quelque chose dans son regard, elle ne savait pas vraiment quoi de l'envie ? De la colère peut être ou alors de l'ennui.

Yornnir n'était pas un marin comme les autres. Un homme comme les autres ! Qui buvait un verre d'eau entre chaque verre de vin ? Même les nobles – surtout les nobles – à la cours ne respectaient pas cette règle de santé. Aren sirotait toujours sa première coupe, trop aspirée dans ses pensées pour avoir l'idée de boire.
Son regard fut alors happé par ces lèvres, charnues et faites pour embrasser. Mais qu'était-elle encore en train de penser ? Une goutte de vin coulait à travers ses lèvres, et Aren ne put détacher son regard de sa bouche. Mais elle fut rappelée à l'ordre par le son de la voix du capitaine, dans un sursaut elle leva les yeux pour pouvoir fixer les siens.

« J’imagine que la cabine vous plaît ? J’ai obtenu tout cet argent en vendant des marchandises ! »

A cette instant la jeune fille prit conscience de l'ambiance tamisée de la cabine et de la promiscuité qu'elle dégageait. Il fallait qu'elle sorte d'ici, cela devenait dangereux pour sa dignité.
Mais contre tout attente, Yornnir se mit à défaire son plastron. Sa tunique en cuire modelait parfaitement son corps de guerrier, et la jeune fille ne put une fois de plus s'empêcher d'imaginer la sensation que procurait d'être entre ses larges bras.
Cette fois ci son visage devait au moins être aussi rouge que les tentures de la pièce. Elle devait dire quelque chose, briser le silence qu'elle avait instauré depuis s'être présentée. La jeune fille prit une dernière gorgée de vin plus longue que les autres pour se donner du courage et tant qu'à faire finir son verre, le posa sur la table et dit d'un air qui se voulait le plus calme.

« Je n'ai pas peur de vos marins, ni de vous d'ailleurs. Votre cabine me sied à merveille je vous remercie, même si je doute que chaque meubles la composant aient été gagnés avec honnêteté.
Hum... Capitaine Hawk, j'aimerai descendre de ce navire s'il vous plaît. Du travail m'attends à la ville.
»

La jeune fille avait balbutié ces paroles assez rapidement et s'était levé assez précipitamment mais le bateau avait choisi ce moment-là malheureusement pour faire une violente embardée et qui fit perdre l'équilibre à la jeune fille. Bien sûr comme la chaise de Yornnir était collée à la sienne s'était fatalement sur lui qu'elle était tombée.
Après une bonne minute pour reprendre ses esprits Aren comprit la position délicate dans laquelle elle était. Elle se leva avec encore plus de précipitation jusqu'à trébucher une nouvelle fois mais cette fois sur sa propre chaise.

« Je suis sincèrement désolée ce fut un accident. Un regrettable accident ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mar 10 Mar - 14:33

Il était évident que la jeune femme ne me laissait pas indifférent ! Ses courbes féminine créaient en moi une furieuse envie de la prendre par la taille et de la faire mienne ! Cependant je me comportais en homme galant et me contentais de servir mon invitée pour qu’elle soit à l’aise le plus possible. Je sentais la chaleur monter en moi, ma respiration devenant plus rapide. Je sentais que je désirais cette femme. Mes mains étaient tentées de caresser ses hanches mais je n’en fis rien suivant du mieux que je le pouvais les enseignements que j’avais reçus pour combattre  toutes ces pensées malsaines qui s’insinuaient dans mon esprit. J’avais remarqué que le sang affluait violement sur ses joues et qu’elle tentait de le cacher. A vrai dire je sentais la chaleur sur mes joues moi aussi. Un sourire amusé restait gravé sur mon visage. A vrai dire voir cette demoiselle dans tous ces états étais plutôt drôle. Je voyais dans sa gêne quelque chose d’attirant … Je trouvais ça adorable. Soudain la jeune fille posa son verre sur la table. Ensuite d’un air calme elle pris la parole.  « Je n'ai pas peur de vos marins, ni de vous d'ailleurs. Votre cabine me sied à merveille je vous remercie, même si je doute que chaque meubles la composant aient été gagnés avec honnêteté. Hum... Capitaine Hawk, j'aimerai descendre de ce navire s'il vous plaît. Du travail m'attends à la ville. »  

A ces mots une moue déçue remplaça mon sourire. Une moue qui ne resta pas très longtemps puisque le navire fit une embardée et Aren perdit l’équilibre et se retrouva affalée sur moi les mains sur mon torse. Je sentis mon cœur exploser dans la poitrine. Aren devais sentir ses battements puissants, du moins je le sentais effectuer une danse endiablée au creux de ma poitrine. Son visage étais à quelque centimètre du miens et un sourire entre l’amusement et le désir avais écarté la déception que j’avais ressentis. Au bout d’un moment elle se releva et moi aux lieux de profiter de la situation, comme tous pirates qui ne respecte rien, je l’ai plutôt aidée à se relever. Elle commença à balbutier des mots en perdant l’équilibre plusieurs fois,  toute gênée de sa maladresse qui fit toutefois mon bonheur. « Je suis sincèrement désolée ce fut un accident. Un regrettable accident ! »  mon sourire s’élargis et je répondis avec une voix douce, caressante et chaude.   « C’était un accident certes … Mais tout accident qu’il peut être je ne pense pas qu’il était « regrettable » … »   dis-je avec un sourire rieur. J’avais fait preuve de beaucoup d’audace sur ces coups ci mais j’aimais jouer sur les mots.

Une fois debout je fis quelque pas vers la table sur laquelle je pu déposer la carte volée. Ensuite je fis un demi-tour pour fixer Aren. Je sondais son être par ses mouvements. Ses mains tremblaient et ses joue avaient rougies d’avantages.   « Vous comptez réellement partir ? Le travail ne peut attendre ? »   dis-je en appuyant l’arrière de ma tête sur le dossier du fauteuil.  « Je pourrais conduire ce navire dans le port qu’il à quitter voilà déjà une heure mais le voulez-vous réellement ? » dis-je avec un petit sourire audacieux. J’avais un réel désir que cette femme reste mais j’étais bien trop fier pour le montrer ! Seulement je ne savais absolument pas quel allait être la réaction de la demoiselle qui se tenait en face de moi. Je fis quelque pas réduisant ainsi une partie de la distance nous séparant sans être trop près. Je risquais gros en me comportant si effrontément envers une personne issue de la noblesse mais en mers les règles changent …        
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mar 10 Mar - 17:13

Aren avait la main en feu, pendant la minute qu'elle avait passée sur Yornnir la jeune fille avait pu sentir la fermeté de son torse et une chaleur irradiant sa paume. Contre toute attente le marin l'avait aidé à se relever. Il se comportait comme un gentleman depuis le début de leur rencontre, s'en était presque douteux. Pendant que la jeune fille faisait ses excuses, le sourire de l'homme s'était élargie, il se moquait indéniablement d'elle !

« C’était un accident certes … Mais tout accident qu’il peut être je ne pense pas qu’il était « regrettable » … »

Sa voix était aussi attirante qu'avant et Aren en était de plus en plus envoûtait, mais elle voyait les paroles comme une moquerie. Comment pouvait-elle se laisser déstabiliser par un homme d'un rang si bas. Certes il était incroyablement beau et attirant, mais ce n'était pas le premier homme de ce gabarie qu'elle avait rencontré. Alors pourquoi lui faisait-il autant d'effet ? Elle se comportait comme une gamine idiote devant lui, s'était normale qu'il se moque d'elle. Pour tout dire, elle avait fait plus d'une fois la même chose avec les jeunes gens qui venaient pour la première fois à sa cours.

L'homme s'était éloigné d'elle pour déposer un rouleau sur la table, cette prise de distance était une bouffée d'air frais pour la jeune fille. Son cerveau fonctionnait de nouveau et elle pourrait prendre des décisions censées. Il se retourna pour la fixer de nouveau, mais cette fois, Aren prenait petit à petit contrôle de son corps, elle tremblait moins et sa peau avait repris son teint habituel.

« Vous comptez réellement partir ? Le travail ne peut attendre ? »

Cette simple question déstabilisa la reine. Sans faire attention, elle émit un petit rire. Quelle ironie, depuis son intronisation, la reine avait tout fait pour retarder le moment de se mettre au travail et maintenant elle allait lui répondre que non ça ne pouvait pas attendre ! Non, elle ne pouvait pas mentir. En réalité, la jeune fille se cherchait des excuses pour pouvoir rester, cet homme aimait-il vraiment sa compagnie ? Et puis qu'avait-elle de plus important à faire ? Les après-midi de voyage officiel étaient assez vides pour tout dire, surtout depuis que la guerre avait commencé.

« Je pourrais conduire ce navire dans le port qu’il à quitter voilà déjà une heure mais le voulez-vous réellement ? »

Le capitaine se moquait sûrement d'Aren, mais elle ne se laisserait pas déstabiliser. Elle rentrait dans son jeu et arriverait à LE déstabiliser ! Il se rapprochait petit à petit et chaque centimètre qui les rapprochait, une chaleur s'installait en elle. Mais cette fois, ce serait elle la maîtresse du jeu.
Elle se rassit sur sa chaise et dit d'une voix nonchalante :

«Humpft, je peux bien laisser les idiots avec qui je travaille se débrouiller sans moi. Et puis eux qui se vantent que je ne suis pas indispensable, pourront enfin voir que c'est faux. »

La jeune fille ria à la simple évocation des ambassadeurs avec qui elle était venue à Zénor, ils devaient être dans tous leurs états de son absence prolongée. Et puis cet endroit était bien plus amusant et Yornnir bien plus intéressant que la royauté zénoroise.

« Alors comme ça vous êtes un marin voleur. Dans mon vocabulaire on appelle ça un pirate ! »

Aren eu alors une idée assez folle, si elle voulait prendre les choses en main elle devrait le faire à tous les niveaux. Sur ces paroles la jeune fille se releva et parcouru les derniers centimètres qui la séparait de l'homme de tel sorte que leur corps se touchaient presque. La reine eu alors un sourire fier d'elle et lui susurra à l'oreille d'une voix qui se voulait la plus caressante possible.

« Alors êtes-vous un pirate ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mer 11 Mar - 11:48

Durant mes voyages en mer, de nombreuse femme étaient venues à moi mais même tiraillé par l’envie je refusais poliment leurs avances car, faute de vouloir une multitude de femme je souhaitais n’en désirer qu’une seule et la garder jusqu’à ma mort … Un rêve utopique qui s’est développer quand j’étais jeune et que les relations au palais et à ses alentours étaient pour la plupart romantique et cela avait fait rêver l’adolescent naïf que j’étais ... Je savais que la réputation des marins était de jeter le romantisme au orties et que se trouver une femme pour purger les attentes du voyages pour lui dire adieux le lendemain et recommencer … Je n’étais pas ce genre de marin ! Un marin ayant du mal à avoir une relation amoureuse avec une femme, un hors la loi n’avais pas plus ses chances ! Et moi j’étais les deux à la fois ce qui me donnait deux malus pour cette « quête de l’amour ». Je pensais avoir gâché ma vie en partant sur ce navire … Mais les choses pouvaient changer … Car l’attirance que j’avais pour cette jeune femme n’était en rien une pulsion … Dans ma tête il s’agissait de quelque chose de plus pur que cela. Cependant il était trop tôt pour définir la réelle nature de cette attirance, peut-être n’étais-ce que des émotions vides qui s’accumulaient, mélangée à un manque d’affection … Peu importe pour le moment je devais me concentrer sur le moment présent qui s’annonçait … « Courtois »

La jeune demoiselle s’était de nouveau assise et sont changement de caractère m’avais surpris à vrai dire. Sa voix plus assurée se fit entendre sans balbutier. Je fus très légèrement déçu car je la trouvais … Adorable quand elle se mettait dans tous ces états ! «Humpft, je peux bien laisser les idiots avec qui je travaille se débrouiller sans moi. Et puis eux qui se vantent que je ne suis pas indispensable, pourront enfin voir que c'est faux. » J’étais heureux qu’elle accepte de rester. « Alors comme ça vous êtes un marin voleur. Dans mon vocabulaire on appelle ça un pirate ! » Cependant son brusque changement de façon de faire me laissait surpris et je ne pris pas la peine de réagir. Des pensée timides arrivèrent en masse dans mon esprit surtout quand elle se leva et s’approcha de moi presque jusqu’à me coller. Je sentais son souffle contre mon cou. Soudain une voix caressante et mielleuse me parvint dans un souffle chaud au creux de l’oreille. « Alors êtes-vous un pirate ? » Ces simples mots prononcés de la sorte surprirent et je commençais à avoir chaud. Cependant je voyais qu’elle voulait mener le jeu que j’avais commencé … Il fallait donc bien l’en empêcher !

Nos visages étaient espacés de quelque centimètre à peine. Un sourire enjôleur se peigna sur mon visage gardait une part d’assurance et d’audace où d’insolence. D’une main je défie la courroie qui tenait mes armes attachée dans mon dos. Ma dague seule resta à ma ceinture. Puis dans un élan d’audace je franchis les derniers centimètres qui nous séparaient. Nos visage se touchaient presque désormais. Je ne pouvais plus tenir depuis qu’elle m’avait susurrée des mots à l’oreille d’une manière très … « sensuelle ». Mes mains se posèrent sur ses hanches et je pus prononcer des mots de la même manière au creux de son oreille pendant que mes mains lui caressaient les hanches. « Puisque que vous semblez vouloir tout savoir, alors oui, pirate est bien le mot approprier pour me désigner … Aller vous me haïr maintenant ? » demandai-je en me serrant un peu plus contre elle.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mer 11 Mar - 12:46

La jeune fille sentait le souffle chaud de l'homme sur son visage, il était beaucoup prêt qu'elle le croyait. Un sourire s'était peint sur le visage du marin, il était encore plus beau de prêt. La respiration de la jeune fille s’accéléra et des images plus folles les unes que les autres lui traversa l'esprit. Yornnir défis alors les courroies qui retenaient ses armes dans son dos, si il continuait à enlever des couches de vêtements la demoiselle ne pourrait plus se retenir. A cette pensée ses joues rosirent malgré elle. Aren avait du mal a gardé sa résolution de prendre les choses en main. Pour la première fois elle était tentée de laisser l'homme diriger la danse.

Le capitaine posa alors ses mains sur les hanches de la jeune fille ce qui la surprise au plus haut point. Elle piqua un fard énorme, c'était impossible qu'il ne le remarque pas. Les battements de son cœur s'emballèrent et une chaleur irradiante émanait de l'endroit où l'homme avait posé ses mains.
Le capitaine approcha alors sa bouche au creux de son oreille, la jeune fille sentait son souffle chaud dans son cou, et espérait qu'il ne s'arrête qu'au moment où il rencontrerait sa peau. Mais bien sûr il s'arrêta à quelques centimètres de celle-ci pour dire d'une voix des plus sensuelles :

« Puisque que vous semblez vouloir tout savoir, alors oui, pirate est bien le mot approprier pour me désigner … Aller vous me haïr maintenant ? »

Aren n'arrivait plus à réfléchir correctement, il avait bien dit pirate ? Il était donc un mercenaire sans foi ni loi qui volait, pillait et tuer ? La jeune fille savait que ce simple mot aurait du la faire fuir, mais dans la bouche de l'homme il avait une connotation des plus excitante. Mais dans un coin de son esprit une petite voix se faisait de plus en plus entendre. Elle lui disait de faire attention et que comme tout pirate, il l'a considérée comme un jouer. Un outil pour subvenir à ses pulsions. La jeune fille savait qu'elle jouait avec le feu, mais elle ne pouvait s'empêcher de continuer. Cet homme avait quelque chose de tellement spécial, qu'elle n'avait jamais rencontré chez les autres. C'était peut-être son goût du risque, en effet Aren n'avait jamais rencontré de criminel, c'était peut-être cela qui l'attirait.
Le haïr ? Oui. Non ? Elle ressentait des sentiments très fort pour lui, pourtant elle ne savait strictement rien de lui. La reine avait déjà ressenti de la haine pour autrui, et ce n'avait rien à voir avec ce qu'elle ressentait pour le pirate. Mais alors qu'était ce sentiment qu'elle éprouvait à l'instant.

La jeune fille déglutie, à l'instant les mots lui manquait pour la première fois de sa vie. La seule chose qui l'importait était les lèvres de l'homme qui n'avait jamais était aussi proche des siennes. Quels goûts avaient-elles ? Il serait si facile de simuler un accident pour les toucher... Cette pensée fit devenir la fille encore plus rouge qu'elle ne l'était – si c'était encore possible – comment pouvait-elle penser cela alors qu'elle était mariée ? Son mari ? Cette simple pensée lui donna la nausée, elle reporta toute son attention vers quelque chose de plus agréable. L'homme qui était devant elle.

« Je hais les hommes pensant que les femmes ne sont que des objets pour assouvir leur désir.  Je hais les personnes se servant du malheur des autres pour atteindre leur objectif ! »

Aren espérait que cette simple phrase énerverait assez le pirate pour qu'il le montre et casse tous les charmes qu'il produisait. Mais elle ne put pas attendre une réponse qu'elle enchaîna :

« Alors pourquoi je n'arrive donc pas à vous haïr ? »

La jeune fille avait les yeux écarquillés. Elle ne comprenait absolument pas ses sentiments. Cet homme était tous ce qu'elle détestait le plus au monde et pourtant elle ne le haïssait pas. Au contraire il ne pouvait détacher ses yeux de lui et rêvait de se blottir contre son large torse. De l'amour ? Non ce sentiment n'était qu'une pure fiction, ce qu’inventent les mères pour soulager leur fille la veille d'un mariage forcé. La jeune fille ne peut pas ressentir ce genre de chose pour cet homme. Elle ne le connaît pas et les seules choses qu'elle sait de lui sont mauvaises. Il y avait peut-être un moyen de savoir vraiment ce qu'elle ressentait pour lui. Mais c'était risqué et pas digne de son rang. Peu importe, Aren en avait plus qu'envie et puis ce n'est pas un pirate qui va aller se plaindre à un dignitaire. Si il ose répéter ce qu'elle allait faire, elle n'aurait qu'à démentir, c'était sa parole contre la sienne. La parole d'un pirate contre celle d'une reine.

Yornnir avait encore se mains sur ses hanches et leur corps étaient presque collés l'un à l'autre. La jeune fille n'eut pas grand-chose à faire pour mettre son plan à exécution. Ce qui paraissait être un plan mûrement réfléchie était en réalité un acte fait sur un coup de tête.

Elle approcha son visage rapidement et embrassa le capitaine. Leurs lèvres restèrent collées pendant quelques secondes mais dans la tête de la reine se fût une éternité. Elle ne savait pas décrie ce qu'elle ressentait, une explosion de sentiment et de pensée lui arriva d'un coup. Elle ne voulait plus que ça s'arrête mais le devait pour son honneur. Quelques secondes s'étaient écoulées depuis qu'elle avait posé ces lèvres sur celle du pirate mais la jeune fille les retira prestement.

Aren tourna la tête gênait de ce qu'elle venait de faire, elle n'aurait jamais dû être aussi ambitieuse, ce n'était pas digne de son rang.

« Vous êtes bien trop près de moi »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mer 11 Mar - 15:17

man] Les pirates dans leurs ensembles, même si ils sont rares sont désigné comme des brutes, des manipulateurs, qui ne font pas preuve de pitié et ne sont intéresser seulement par le profit … Je comprenais cette vision et quand je me faisait connaître je tentais d’y correspondre mais ce n’étais pas moi … Je ne vis pas pour tuer mais je tue pour vivre et mon seul réconfort sont mes moments de bonheurs passé sur l’océan … Seulement cette femme avec qui je nourrissait tant de proximité venait de me comparer à mes semblable d’une manière blessante. Elle pensait que je la prenais pour un objet que je pourrais manier à ma guise sans remord mais je n’étais pas ce genre d’homme. Au fond je la comprenais, elle avait peur … Je devais lui montrer que je n’étais pas un monstre comme le disent les légende. Son corps chaud étais collé au miens me donnait tout de même des bouffées de chaleurs et je sentais mes mains trembler alors que je mes mains continuait toujours leurs danse sensuelle. Une énorme envie de coller mes lèvres au sienne se présenta mais je n’en fis rien. Trop plongé dans mes pensées. Pourquoi étais-je en train de jouer à un jeu douteux avec une femme superbe issue de la noblesse ? Aucune idée j’avais l’impression de la connaître depuis toujours sans m’expliquer comment cela était possible !

Ce fut finalement elle qui prit l’initiative de le faire et ce contact doux chaud et humide m’électrisa et mes yeux brillèrent en cet instant. Ce baiser fut court mais intense et une grande déception m’envahit lorsqu’elle tourna la tête comme si elle avait honte de son geste. « Vous êtes bien trop près de moi » Ces paroles me firent mal … Pas trop mais elles me donnèrent un léger sentiment d’amertume qui me dérangea. Mes mains quittèrent ses hanches avec déception. Au fond de moi cependant refusa de baisser les bras et mon bras gauche s’enroula autour de la taille de la jeune demoiselle pendant que l’autre main vint lui caresser la joue. « Vous savez … J’ai toujours aimé l’océan … Même quand j’étais gosse j’aimais déjà ça sans vraiment l’avoir vu … Et là où j’étais quand je voyais les gens aimer je ne pouvais m’empêcher d’être jaloux d’eux … Quand j’y pense si je n’ai jamais rien vécu de spécial avec une femme c’est parce que je vis avec des principes … » Je plongeais mes yeux dans les siens avec un sourire dont toute ma fausse arrogance de capitaine s’était envolée. « Je ne suis pas un pirate par choix en fait … Quand personne ne voulait de moi nulle part j’ai fait ce qui me restait … Donc je vous en prie éviter de faire des conclusions hâtive envers un seul homme par rapport à ses semblables … » dis-je tout en caressant la joue de cette dernière …

Je la tenais contre mon torse comme si je voulais la garder pour l’éternité auprès de moi, son visage au creux de mon cou. La main qui la tenait par la taille recommença un bal sur sa hanche gauche sensuellement. Je ne savais pas ce qu’il me prenait mais l’émotion était si forte que mon corps ne répondait plus et agissait selon ses envies. Ma main droite continuait, elle sa dance avec plus de tendresse que de sensualité sur la joue d’Aren. Un doigt de cette main dessina le contour de ses lèvres alors que l’envie de l’embrasser me brûlait depuis qu’elle avait collée ses lèvres au miennes sans trop savoir ce qu’elle faisait j’imagine … Je n’osais cependant pas craignant qu’elle ne le prend mal … Je ne savais pas ce qu’elle pensait de moi … « Souhaitez-vous que je vous lâche ? » demandais-je en ayant peur qu’elle ne choisit de rester écartée de moi …

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mer 11 Mar - 17:20

A l'instant où elle finit de dire ses dernières paroles, le marin retira ses mains des hanches de la jeune fille. Aren surprise tourna prestement la tête vers lui l'air déçu. Pourquoi arrêtait-il ? Son visage avait changé, il n'était plus espiègle mais semblait déçu, presque triste. Serait-ce le baiser qu'elle lui avait fait qui le mettait dans cet état ou ses paroles ? La jeune fille les regrettait amèrement, elle avait dit ça pour garder contenance, mais n'en pensait pas un mot. Mais si elle le lui disait le capitaine penserait sûrement que c'était une fille de légère vertu.

Aren qui pensait avoir perdu l’intérêt de Yornnir fut surprise quand ce dernier enroula son bras de sa taille. Ce simple geste rapprocha les deux personnes, leur visage était maintenant très proche l'un de l'autre et il était certain que le capitaine devait entendre les battements furieux de son cœur. Ce cœur qui trahissait la jeune fille, ne pouvait pas être refréné.
Yornnir posa alors sa main sur la joue de la demoiselle et se mis à la caresser. La jeune fille fermât les yeux et se perdit toute entière à ce contact. La caresse était douce et robuste à la fois, mais cette fois ci s'était différent. Le pirate touchait directement sa peau, cela produisit une onde de chaleur dans le corps entier de la jeune fille. Elle se mit à rêver que ces caresses continues dans chaque partie de son corps.

« Vous savez … J’ai toujours aimé l’océan … Même quand j’étais gosse j’aimais déjà ça sans vraiment l’avoir vu … Et là où j’étais quand je voyais les gens aimer je ne pouvais m’empêcher d’être jaloux d’eux … Quand j’y pense si je n’ai jamais rien vécu de spécial avec une femme c’est parce que je vis avec des principes … »

Essayait-il de lui faire comprendre qu'il n'était pas un horrible pirate sanguinaire. Aren voulait le croire, elle n'arrivait pas à imaginer un homme aussi doux capable de faire du mal. Elle voulait penser qu'il volait par obligation et que la seule chose qu'il aimait été l'océan. Il avait des principes, l'épisode du verre d'eau lui revint à l'esprit ce qui la fit sourire. Oui, il était différent des autres.
Soudain la jeune fille eu un petit sursaut. Venait-il de lui dire qu'il n'avait rien vécu avec les femmes ? Jusqu'où allait se rien ? Et pourquoi se justifiait-il ? L'image qu'Aren avait de lui l'importait-il ?

« Je ne suis pas un pirate par choix en fait … Quand personne ne voulait de moi nulle part j’ai fait ce qui me restait … Donc je vous en prie éviter de faire des conclusions hâtive envers un seul homme par rapport à ses semblables … »

Elle comprenait ce qu'il voulait dire, Aren non plus n'avait pas choisi d'être reine, ni de se marier. La jeune fille était bien placée pour savoir que la vie nous obligeait parfois à faire des choses que l'on ne voulait pas. Elle s'en voulait d'avoir eu toutes ces conclusions, Aren avait déçu l'homme et elle s'en voulait terriblement. S'en le vouloir elle poussa un soupire de tristesse. Comment se faisait-il qu'elle soit si triste que l'homme puisse penser du mal d'elle ?
La demoiselle ne savait pas vraiment ce qu'elle ressentait, mais elle savait qu'elle voulait que l'homme l'apprécie. Beaucoup.

Yornnir combla le peu de distance qui séparait leur de corps de tel sorte qu'Aren se trouva dans ses bras. Ainsi, elle se sentait en sûretés, le contact était doux et chaud. Tous ses soucis s'envolait et elle voulait rester ainsi pour toujours. Son cœur allait exploser mais cela lui importait peu, elle avait enfin trouvé sa place. C'était peut-être ça enfin de compte ce que sa mère avait appelé 'l'amour'.

« Souhaitez-vous que je vous lâche ? »

Non, elle ne voulait pas ! Mais elle ne savait pas comment le dire. La jeune reine, n'avait jamais demandé de signe de tendresse même pas à son mari. Pourtant à ce moment-là, Aren pensait que seul l’honnête pouvait l'aider. En effet, Yornnir l'avait été en lui disant ce qui l'avait amené à la piraterie.

« Je suis désolée si je vous ais blessé, je ne voulais pas. Ne m'en voulait pas je vous en prie. Moi non plus je n'ai pas choisi mon métier, mais dans un sens je l'aime aussi. »

Ces paroles étaient pratiquement des supplications, elle ne voulait absolument pas qui lui en veuille.

« Je ne veux pas que vous me lâchiez. Je veux rester ainsi. »

La jeune fille leva alors la tête vers le visage de l'homme, le fixa pendant quelques secondes. Puis cette fois-ci sans aucune hésitation lui donna un long baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Jeu 12 Mar - 14:48

On m’avait déjà parlé des âmes sœurs quand j’étais à émeraude et je n’ai jamais pris cela au sérieux à dire vrai … Comment deux êtres pouvait-il être liés par un lien si fort ? L’amour est un sentiment honorable et pur certes mais au point d’en devenir un lien divin ? Mais la question était justement sur ce point ci … Comment est-ce qu’un lien si fort pouvait se développer de manière naturelle … Je ne me l’expliquais pas mais l’effet que me faisait cette femme me donnait l’impression de vivre des années auprès d’elle en quelque heures. Cela faisait déjà plusieurs heures que le navire longeait les côtes mais seule la grande voile était sortie et le vent ne nous permettait pas une vitesse maximale. C’est alors que la jeune fille pris la parole pour me faire des excuses … Des excuses qui me firent rougir et qui me touchèrent droit au cœur. Ses paroles me rendait incroyablement heureux et ce fut le moment qu’elle choisit pour me dire : « Je ne veux pas que vous me lâchiez. Je veux rester ainsi. » Et relevant la tête, où je pu voir son joli visage entourée de ses boucle brunes, elle m’embrassa … C’était un vrai baiser cette fois …

Je sentais l’intensité de ma passion se déversée dans ce baiser alors que je remarquais qu’il était plus intense et plus chaud. Les lèvres de la jeune femme était délicieuse, sucrées, chaudes, douce et humide. Je répondis au baiser avec ardeur sans savoir où cela allait me mener. A vrai dire je m’en moquais. Je rompis le contact pour respirer, tout haletant. Mes bras serraient désormais la jeune fille sans vouloir la lâcher alors que je la regardais dans les yeux avec un sourire timide. Je ne dis pas un mot je me contentais de la lover contre moi en lui caressant les joues d’une main et l’autre autour de la taille … Je n’avais aucune idée de ce qui m’arrivait mais c’était tellement … Magique.

J’offris un autre baiser à Aren, puis ne pouvant me retenir je lui donnais un baiser langoureux, celui qui me brûlait depuis le premier. Il dura une trentaine de seconde au bout desquelles je rompis le contact entre nos lèvres pour la laisser respirer un peu. « Je n’ai pas la moindre idée de ce qui m’enflamme comme cela … » commençai-je à lui susurrer dans l’oreille « Mais je pourrais continuer encore trèèèèès longtemps … » terminai-je alors que ma respiration devenait plus rapide sous l’enivrement de ses baisers. Mes yeux bleus brillaient remplis de mille étoiles alors que je détaillais celui de ma compagne … Je ne la connaissais que depuis quelque heures mais j’avais l’impression de la connaître depuis des années ! Je déposai encore un petit baiser sur ses lèvres et mes bras la lâchèrent. Je pris place sur une chaise en poussant un long soupir de béatitude car cet anges me donnait des bouffées de chaleurs agréable et jamais de ma vie je n’avais goûté d’instant si parfait …

Mes yeux se posèrent sur elle et comme le fauteuil était bien assez large pour deux d’un geste je l’invitai à s’assoir à côté de moi. Bien sûr on allait être un peu serré mais ce n’étais pas cela qui allait me déranger. J’aimais beaucoup la proximité d’Aren qui me réchauffait. Je désirais la garder pour moi à jamais et parcourir les océans avec elle mais elle avait une vie et c’était égoïste de vouloir ça mais pour le moment autant profiter du moment présent pleinement … Dis-moi … Qu’est-ce que tu ressens en ce moment ? demandai-je en me surprenant moi-même … J’avais cessé de la vouvoyer sans m’en rendre compte.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Ven 13 Mar - 12:48

Le baiser était doux, chaud et intense. Tellement différent des quelques baisers que son mari lui avait offert au début de leur mariage. Yornnir ne doutait pas de se qu'il faisait, son baiser était déterminé. A peine, le contact rompu et une brève respiration prise que les deux jeunes gens s'embrassèrent de nouveau. Mais ce dernier étant plus langoureux et passionné que les autres. Aren était tout à fait collé au marin et ne ressentait absolument aucune gêne à cela, pour tout dire elle ne semblait même pas l'avoir remarqué.
Le baiser fini, l'homme susurra à l'oreille de la jeune fille tout en la gardant dans ses bras :

« Je n’ai pas la moindre idée de ce qui m’enflamme comme cela … »

Aren non plus ne savait pas ce qui lui prenait, jamais elle n'avait été aussi passionnée. Certes elle avait déjà vécu quelques nuits avec son mari, mais rien de comparable. Là tout était naturel, c'était comme si la jeune fille connaissait cet homme depuis de nombreuse années et qu'elle l'avait toujours aimé.

« Mais je pourrais continuer encore trèèèèès longtemps … »

Aren rougit, elle aussi voulait que ça ne s'arrête jamais. Sa respiration était haletante et une douce chaleur s'était insinuée en elle. Plus rien ne comptait désormais, seul le pirate accaparait ses pensées.
Après un dernier baiser Yornnir recula et alla s'installer sur un fauteuil. Aren, eu une pointe de déception de ne plus être dans ses bras mais son geste pour qu'elle s'installe à ses côtés balaya cette pensée. Certes le siège était assez grand mais ils seraient rudement collés l'un à l'autre. Pourtant cette idée plu énormément à la jeune fille.

« … Dis-moi … Qu’est-ce que tu ressens en ce moment ? »

Aren eu un moment d'arrêt, seul son père l'avait tutoyée durant sa vie, entendre quelqu'un d'autre le faire était très étrange mais elle était heureuse que cela soit le pirate. Elle non plus n'avez tutoyé personne depuis plusieurs années, la reine fut enchantée d'avoir enfin l’occasion de le faire.
Ce qu'elle ressentait à l'instant ? Pfiou... Tant de chose à la fois, qu'elle ne sut pas quoi commencer.
La demoiselle s'installa près de l'homme et prit un air songeur puis dit :

« De la joie, un sentiment de sécurité, du bien-être, de l'excitation...  De l'amour. »

La jeune fille avait chuchoté ce dernier mot, elle ne voulait pas vraiment que Yornnir l'entende. Aren avait peur de sa réaction. En effet, tomber amoureuse d'un homme en aussi peu de temps était bien niais. Mais dans un sens les doux sentiments que cela soit réciproque était présent dans son cœur. Elle posa la tête sur l'épaule du marin, prit sa main dans les siennes et dit d'une manière un peu maladroite.

« Pour tout te dire, c'est un peu confus dans ma tête en ce moment, je n'ai jamais ressenti quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un. Quand tu m’embrasses, c’est comme si tout mon être s’enflammait. Et toi que ressens-tu ? »

Aren posa son autre main sur la joue de l'homme et la caressa tendrement. Sa barbe était douce et étonnement agréable au touché. La demoiselle continuait de balader sa main sur le visage de l'homme en espérant qu'il ressente la même chose pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Ven 13 Mar - 14:28

Je ne savais absolument pas ce qui pourrais ce passer si quelqu’un de la noblesse aurait eu vent de cela … Qui serait le plus en danger entre moi et elle ? Je n’en savais rien mais je m’en moquais … J’étais sûr au fond de moi que j’étais tombé amoureux, même en si peu de temps je possédais la conviction que c’était possible … Quand nos corps se touchaient je sentais une sensation de bien-être incroyable comme si j’avais trouvé la chose dont j’aurais besoin toute ma vie ! Mais quelque chose me chagrinais au fond de moi … Aren allait bien devoir partir loin de moi un jour … Je sentais que je ne pourrais pas la laisser partir mais que néanmoins, je le devrais … Alors … étais-ce de l’amour ? J’en suis sur … Mais comment en avoir les preuves ? Comment est-ce que ça marche l’amour ? Ma réflexion fut interrompue quand je sentis le corps chaud d’Aren se coller à moi sur le siège. Ce contact étais tellement agréable … La voix claire de la jeune femme me fis revenir à la réalité. « De la joie, un sentiment de sécurité, du bien-être, de l'excitation... De l'amour. » J’entendis parfaitement le dernier mots malgré qu’il soit dit tout bas. Mon cœur venait de rater un battement tellement l’émotion était forte. Elle avait pensée à la même chose que moi … En quelque heures la jeune femme avait réussie à faire mon bonheur … J’avais la plus belle chose me soie arrivée, collée à moi sur un fauteuil plutôt étroit.

Elle reprit la parole directement sans me laisser le temps de commenter la dernière partie de sa réponse. « Pour tout te dire, c'est un peu confus dans ma tête en ce moment, je n'ai jamais ressenti quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un. Quand tu m’embrasses, c’est comme si tout mon être s’enflammait. Et toi que ressens-tu ? » Cette question fis battre mon cœur encore plus vite car là était venu le temps d’avouer mes sentiments à cette superbe femme … « Pour être franc … C’est plutôt compliqué à dire … Je m’en fiche que ce soit trop tôt pour le dire … » dis-je en posant ma main sur la sienne qui était sur ma joue. Je pris une grande inspiration. « Je t’aime … Je t’aime mais je ressens aussi de la peur, et du chagrin … » terminai-je en plongeant mon regard dans le siens. Je lui mis une main sur les lèvres avant qu’elle ne prenne la parole. « J’ai peur du moment où on va devoir se séparé … Il va falloir que tu retournes chez toi … Et ça me rend triste … » lui dis-je en lui caressant les lèvres du bout des doigts.

Je lui offris plusieurs baisers sur les lèvres avec tendresse, puis la main qui passait derrière la jeune fille se posa sur sa tête et lui caressa la tête. Je l’aimais, il n’y avait plus l’ombre d’un doute désormais ! Je m’imaginais passer ma vie sur les mers avec ce petit bout de femme à mes côté constamment … Un rêve chimérique hélas … Mais dans ce cas autant en profiter … Mon cœur se mis à battre plus vite et d’une main je défie les liens de ma tunique tranquillement d’un geste lent et sensuel puis je la retirai. Désormais torse nu je fis une caresse sur la joue d’Aren avec un regard qui traduisait sûrement ce à quoi mon esprit pensait actuellement … J’avais l’espoir qu’elle ne soit pas choquée de mes agissement … Je lui mis un baiser sur les lèvres et j’attendis sa réaction, qui selon mes pensées quand j’ai vu qu’elle savait comment ‘mener le jeu’, ne devrait pas être négative … Je l’espérais …

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Ven 13 Mar - 17:02

Le plus beau moment de sa vie venait sûrement d'avoir lieu, Yornnir venait de lui avouer ses sentiments pour elle. Tous deux ressentaient donc la même chose ! Aren l'aimait d'un amour fou et passionnel et elle aussi avait peur du moment où elle devrait s'en allait. Tout dans sa vie se mettait à travers de leur amour. Son mari, son métier, son rang... Ils ne pourraient jamais vivre ensemble, elle le savait et pourtant la jeune fille n'arrivait pas à se détourner de l'amour qu'elle portait au pirate. Bien sûr, Aren aussi avait peur du déchirement que allait leur provoquer leur séparation, mais dans un sens ce sentiment d'urgence lui donnait des ailes. Elle voulait lui montrait toute la portée de ses sentiment maintenant !

Les baisers s'enchainaient, ils étaient à la fois doux et tendre mais aussi passionné et langoureux. La main de la demoiselle se baladait de manière sensuelle sur le visage de l'homme. Ils étaient plus proches que jamais jusqu'au moment où l'homme enleva sa tunique. Son torse nu était musclé, fin et lisse, c'était une des choses les plus attirantes que la jeune fille avait vu dans sa vie. Bien que la demoiselle se trouve à quelques centimètres de ce dernier, elle sentait la chaleur qui en dégageait. Sans vraiment s'en rendre compte, sa main qui était posée sur celle du pirate fit un mouvement vers son torse. Aren déposa délicatement sa main sur son torse et eu un soupire d'aise. On pourrait lui dire que ce qu'elle faisait été mal, mais elle pensait différemment. Elle était en train de vivre et de partager son amour. On avait pu la forcer à monter sur le trône et à se marier mais jamais on ne pourrait la forcer à arrêter d'aimer Yornnir.

Son regard passa du torse au visage de l'homme, elle l'embrassa tendrement. Et lui murmura dans un souffle :

« Je t'aime bien plus que tout au monde et je te promets que ce sentiment ne changera jamais peu importe là où je me trouve mon cœur t'appartiens. »

Les baisers de la jeune fille étaient maintenant bien plus que passionné et langoureux. Ils étaient avides de choses biens plus grandes. Ses mains se baladaient sensuellement sur la poitrine de l'homme et le souffle haletant ce n'était que quand elle devait respirer qu'elle stoppait ses baisers.
La jeune fille sentait le cœur de l'homme à travers sa main et il battait aussi fort que le sien. Tous deux étaient maintenant collés l'un contre l'autre, la jeune fille légèrement penchée sur lui pour arriver à sa taille. A force de mouvement et des caresses que le pirate lui avait faites sur la tête, Aren avait maintenant les cheveux détachées. Ses boucles châtains tombaient en cascades sur sa poitrine, ce qui l'a gênée quelques peu dans sa vision. Mais trop occupée à caresser l'homme, elle ne prenait pas le temps de les écarter et donc soufflait dessus à chaque fois qu'ils lui obstruaient sa vision.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Sam 14 Mar - 14:59

Qu’est ce qui avait provoqué mon envie de voyage ? Aucune idée, l’isolement sans doute … J’avais peu d’amis et le peu que j’avais m’ont craché au visage alors que j’étais derrière les barreaux … Quand je mendiais les gens renversaient le peu que j’avais gagné et tout le monde se précipitaient dessus … C’est peut être ça aussi qui m’a fait haïr la royauté … Le peuple … J’ai remarqué que sans monarchie la liberté est conservée uniquement sous l’anarchie … Je n’entends pas faire brûler le continent avec une guerre anarchique mais offrir de la liberté pure à ceux qui en demande … Cependant pour arriver à ce stade il faut transgresser les lois. Car personne n’est libre dans n’importe quel royaume monarchique ! Bien sûr il n’y a pas des centaines de millions de manière de vivre sans l’argent qui m’est indispensable et j’avoue avoir pris des gouts de luxe à force de vendre des marchandises volée. De toute manière la femme dont j’avais rêvé étant adolescent faisait peut être partie de la cour mais je m’en fichais car tout ce qui comptait étais que je l’aime de toute mes forces et que rien, ni son statut social, ni ses origine, ni mon statut de hors la loi ne briserait cet amour que j’éprouvais pour elle. La caresse de sa main sur mon torse était des plus sensuelles. Elle prit la parole et ses caresses me firent frissonner. « Je t'aime bien plus que tout au monde et je te promets que ce sentiment ne changera jamais peu importe là où je me trouve mon cœur t'appartiens. » Ces mots me firent un bien fou … Jamais je n’aurais pensé qu’une femme que je connaissais à peine allait provoquer des émotions pareil au plus profond de moi … « Le temps peut tout détruire … Sur son passage tout peux mourir … Mais mon amour est plus puissant que le temps … Si je viens à mourir je t’aimerais quand même, si fort que les plaine de lumières entières sentirons les battements de mon cœur ! » Conscient d’en avoir trop fait et pour éviter qu’elle ne se moque de moi je la réduisis au silence d’un baiser tendre.

Elle était extrêmement belle avec ses cheveux détachés. Des images me venait à l’esprit et me faisait rougir mais je préférais les taire pour ne pas mettre fin au instants magiques que je vivais avec cette merveilleuse femme. Ma main commença à se balader sur le ventre d’Aren et elle alla brièvement un peu plus haut mais je me dépêchai de la retirer. L’instant tenait du romantisme pur et je ne voulais pas qu’il soit brisé par quelque chose de moins … Romantique on va dire … Mes pensées était désormais vide de tout autre chose que la jeune femme et mes baiser se firent plus avide d’elle qu’ils ne l’étaient déjà. Dans un coin il y avait une sorte de lits léger mais solide et suffisamment grand. Des envies nouvelles naquirent en moi et au fur et à mesure qu’elles évoluaient dans mon esprit, mes baisers se firent plus insistants et plus rapide. Cette excitation qui naissait dans mon cœur était puissante et le fait que je sois collée à ma bien-aimée ne m’aida pas à oublier ces pensées qui me faisaient rougir dans toute la gêne qu’elles peuvent apporter … La porte de ma cabine étais verrouiller et il restait beaucoup de temps avant le soir. Je jetai un coup d’œil au lit et regarda ensuite Aren. Les joues rouges, mes yeux allaient du lit à Aren essayant de lui faire comprendre le fond de ma pensée. Bien sûr je l’incitais à le faire … Et mon cœur était plus puissant que jamais en cet instant …


[HRP : Pour des raisons évidente aucun détails ne seras fourni avec la scène que vous devinez, elle ne va être que citer de manière correcte où sous-entendu xD]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Dim 15 Mar - 13:57

Yornnir lui avait fait une superbe déclaration d'amour, certes elle était un petit peu trop cliché mais venant de lui c'était plus adorable qu'autre chose. Aren avait un sourire immense sur le visage, signe de son bonheur mais il faut avouer aussi de son amusement. Le pirate l'a réduisis au silence en enfermant ses lèvres de baisers. Les baisers de doux et tendres, passèrent à avide et fougueux. L'homme avait sa main sur le ventre de la jeune fille et la caressait sensuellement. Des images érotiques lui venait à l'esprit et Aren n'arrivait plus à les chasser. La jeune fille remarqua rapidement que le regard de Yornnir passait d'elle à un coin de la pièce. Quand elle vu que c'était un petit lit qui s'y trouvait les joues de la demoiselle se tintèrent de rouge. Une personne de sa condition mariée qui plus est aurait dû refuser. Mais en même temps, elle n'aurait pas dû accepter ses baisers et son amour.

Aren qui en avait visiblement autant envie que Yornnir, se leva maladroitement tout en entraînant l'homme avec elle. Ils mirent quelques secondes à arriver jusqu'à leur nid d'amour pour la seule raison que marcher tout en s'embrassant et quelque peu difficile. L'esprit de la jeune fille était vide, seul son bonheur présent comptait, et en ce moment elle était plus heureuse que n'importe qui au monde. Elle s'abandonna donc à son âme sœur avec une joie nouvelle qu'elle n'avait jamais connu avec son mari.

Quelques galipettes plus tard.


Aren reprenait petit à petit un rythme de respiration normale. Allongée dans les bras de Yornnir la jeune fille le regardait tendrement tout en caressant d'une main légère son torse. Ce qui venait de se passer était totalement différent de ce qu'elle avait connu avec son mari. Les jeunes gens venaient de consommer leur amour avec passion et tendresse. Yornnir avait semblé quelque peu inexpérimentée ce qui avait beaucoup surpris Aren, mais malgré ça il avait su instinctivement lui donner du plaisir.

A ce souvenir un grand sourire illumina le visage de la jeune fille. Elle leva la tête et embrassa l'homme qu'elle aimait. Aren aurait voulu que cet instant dure pour toujours, et que cela soit son quotidien de se réveiller dans les bras de Yornnir. Elle remonta la fine couverture sur elle et soupira d'une voix douce :

« Ah... Si seulement j'étais née dans un royaume côtier. Émeraude est loin, et je n'aurai pas souvent l’occasion de venir en mer. Ne t'en fait pas je ne t'obligerai jamais à arrêter de naviguer je sais que c'est bien trop important pour toi. »

La jeune fille repensa à toutes ses responsabilités et tous ce qu'il l'attendait à son retour au château. Elle poussa un profond soupire, tout aurait été tellement plus simple si elle était née dans une famille qui n'était pas de sang royal. Les heures filées peu à peu, et la jeune reine savait que leur adieu aurait lieu d'ici quelques heures. Quand pourrait-il se voir à nouveau ? Avec la guerre, ses voyages avaient beaucoup diminué, c'était même devenue rare qu'elle sorte de son pays. Yornnir ne pouvait pas quand à lui venir au château. C'était bien trop dangereux pour lui, et puis cela lui impliquait qu'elle lui dise qu'elle était reine. Comment réagirait-il s'il savait ? Dans un sens Aren espérait qu'il comprenne, mais il y avait aussi son mari. Cela lui ferait bien trop mal qu'il sache qu'elle était mariée. La jeune fille devait lui cacher son statut pour son bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Lun 16 Mar - 14:18

Ce que je venais de vivre étais très difficilement qualifiable … C’était nouveau … Sensuel … Très intense … Jamais mes émotions n’avait été autant stimulée … Je ne pouvais plus rien ressentir car mon amour prenait toute la place … Je n’avais plus peur, ma tristesse s’était volatilisée et ma haine également … Tout ce que je pouvais ressentir avait été annihilé par un amour si puissant et ça me plaisait énormément de m’abandonner à mon amour surtout avec la personne qui en était la cause dans mes bras. Elle s’était couchée sur mon torse et le caressait sensuellement, alors que ma respiration était encore haletante. Ces sensations étaient nouvelle pour moi et ce que je ressentais actuellement me donnais des ailes qui me permettait de passer au-dessus de mes problèmes sans que je le remarque le navire avait cessé de bouger les marins devaient avoir trouvé un endroit pour manger et avaient mis le navire en panne. Tant de chose passaient à toute vitesse dans mon esprit. Je souhaitais la garder auprès de moi pour l’éternité. Des idées folles me vinrent à l’esprit. Des idées contraires et qui moururent instantanément après. La jeune fille me donna un baiser, eu un soupir las et pris la parole. Sa voix me fit encore des frissons …

« Ah... Si seulement j'étais née dans un royaume côtier. Émeraude est loin, et je n'aurai pas souvent l’occasion de venir en mer. Ne t'en fait pas je ne t'obligerai jamais à arrêter de naviguer je sais que c'est bien trop important pour toi. » Je pris un air triste d’un coup … Savoir qu’elle allait être loin de moi aux proies aux autres hommes me déchirais … Néanmoins je lui fis un sourire charmant. « Oh je pourrais t’empêcher de partir et faire passer ça pour un kidnapping ! » lui dis-je sur le ton de la rigolade. Je lui mis un baiser sur les lèvres. De toute ma vie je n’avais jamais vu de femme aussi resplendissante, aussi rayonnante comme entourée d’un voile blanc. Cette aura fut cependant due à un rayon de soleil chaud qui vint tomber sur le couple alors qu’un rideau se détacha un petit peu … La brusque luminosité me fit mal au yeux au départ puis-je pu voir l’océan sous le soleil de midi qui approchait à grand pas. Nous étions à une heure de navigation du port d’où j’étais partie emportant un trésor supplémentaire.

Ce trésor je le tenais dans mes bras et je refusais de m’en séparer … Cependant ce n’étais pas à moi de choisir et Aren devait rentrer car elle avait beaucoup de travail et que sa disparition allait soulever des doutes … D’ailleurs je me demandais avec une pointe d’amusement si elle allait se pointer décoiffer comme elle est … La coiffure qu’elle avait en arrivant étais élaborée et je ne savais pas si elle savait le faire d’elle-même. Vu l’heure les matelots aux aussi commenceraient à se douter que quelque chose de louche se tramait chez le capitaine … Cependant eux ils n’y verront rien d’horrible comme la cour aurait pu voir les choses ! Et ceux qui osent tenter de la toucher vont apprendre qu’une femme ne porte malheur sur un navire que parce que quelqu’un est là pour retirer la tête de ceux qui s’approche trop près … Je lui fis un sourire et me redressa un peu dans le lit. « Il va peut-être êtres temps de se lever … Il est tard il est presque midi et le voyage seras long … » dis-je avec une pointe de tristesse en tenant le visage de ma compagne. Je déposis un baiser tendre sur ses lèvres pour me souvenir de leurs goûts et un soupir profond sortis de mes entrailles termina de prouver que j’appréhendais l’arrivé au point de départ …

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mar 17 Mar - 17:55

L'air triste qu'avait pris Yornnir a la fin de sa phrase eu un effet assez contradictoire sur la jeune fille. Dans un sens elle s'en voulait de rendre triste l'homme qu'elle aimait, un dans un autre elle était quelque peu soulagée, cela prouvait bien qu'il l'aimait tout autant qu'elle – bien qu'Aren n'en eu pas douté, c'était une sorte de confirmation. Malgré tout, il prit un sourire charmeur qui eut beaucoup d'effet sur Aren. Elle aimait tellement son sourire !

« Oh je pourrais t’empêcher de partir et faire passer ça pour un kidnapping ! »

La proposition était des plus tentantes, passer sa vie avec l'homme qu'elle aimait sur les mers était sûrement une vie magnifique. Cependant, Aren ne pouvait pas abandonner sa population en cette période de guerre. De plus, elle n'avait pas d'héritier ni de frère ou de sœur à qui confier le trône. Si elle partait, le trône serait confié à un lointain cousin sans scrupule et avide de pouvoir. Non, Aren ne pouvait pas, elle aimait bien trop son peuple pour leur faire subir ça.

Un coin de rideau s'était détaché et faisait baigner une lumière éblouissante dans la salle. Au départ, éblouie la jeune fille s'habitua peu à peu. Le soleil était haut dans le ciel, les heures s’enchaînait les unes les autres. Son absence avait dû être remarquée au château, mais il était encore trop tôt pour qu'ils aient donné l'alerte. Depuis son enfance, la jeune fille avait pris l'habitude de faire des expéditions plus ou moins longue sans prévenir. Cette pratique avait beaucoup réduit depuis son intronisation, jusqu'à disparaître à leur entrée en guerre, par manque de temps.

Yornnir s'était redressé dans le lit et continué à lui sourire. Aren aimait tendrement cet homme. Quand elle était montée sur ce navire, la jeune fille ne savait absolument pas ce qui lui avait pris. Maintenant, elle savait que s'était le destin qui l'avait poussée à rencontrer son âme sœur.

« Il va peut-être êtres temps de se lever … Il est tard il est presque midi et le voyage seras long … »

Aren eu tout de suite une moue renfrognée, elle ne voulait pas sortir des bras de son amant. Ils étaient si doux et si chaud, elle était en sécurité à l'intérieur. Pourtant la jeune fille ne voulait pas se comporter comme une enfant devant lui. Un combat intérieur se fit en elle, pour savoir si oui ou non elle allait protester.
Dans un soupir, Aren fit un dernier gros câlin à Yornnir, elle dit alors dans un soupire :

« J'aimerai tant rester dans tes bras... Pff Pourquoi doit-on se lever ? Attends le voyage ? On est si loin que ça ? »

La jeune fille s'était levée en disant ses mots, elle n'avait pas remarqué que le bateau avait autant navigué. Combien de temps cela allait-il prendre pour rentrer au port ? Soudain Aren s'aperçu qu'elle était nue, la jeune fille devint tout à coup écarlate. Très pudique, elle balbutia quelques mots incompréhensibles et enfila ses vêtements rapidement. Elle se coiffa d'un rapide chignon, pas aussi élaboré qu'à son arriver mais il ferait l'affaire. Si on lui demande, elle n'aurait qu'à dire qu'il s'était défait pendant qu'elle aidait un habitant.

« Combien de temps restez-vous dans les alentours de Zénor ? J'y reste jusqu'à la fin de la semaine moi, après je devrais rentrer dans mon pays. »

Aren espérait beaucoup qu’il reste quelques temps et qu’ils puissent se voir. Le roi n’ayant pas ne l’ayant pas accompagné, il n’aurait aucun doute de ce qu’il se tramait. De plus, il fallait le dire, Aren s’ennuyait fermement au château de Zénor. Le traité commercial se réglait entre les conseillers et le roi du pays était occupé à établir sa défense contre l’Empire Noir. La jeune reine passait donc la plupart de son temps à se balader en ville. Alors pouvoir l’occuper par des rencontres avec le pirate serait un bonheur total pour la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mer 18 Mar - 15:15

Je regardais la jeune fille remettre ses vêtements avec une pointe de regrets, moi qui aurais préférer me taire histoire de la garder dans les bras. Je mis mes doigts dans ma bouche pour les humidifier et éteignit les bougies avant d’ouvrir les rideaux en grand. La cabine était désormais baignée d’une lumière naturelle vive. Je vins me coller dans le dos de ma compagne. J’avais remis mon pantalon et mes bottes auparavant car je ne préférais pas être nu avec une vue directe depuis l’extérieur. Je mis un doux baiser dans le cou d’Aren en fermant les yeux. Je rompis le contact pour pouvoir répondre à ses questions. « Le navire est parti vers le nord et cela fait plusieurs heures que nous naviguons … » dis-je en la tournant en face de moi pour lui donner un baiser. Je ne pouvais plus imaginer vivre sans voir son visage, sans pouvoir l’embrasser comme je le faisais depuis plusieurs heures … Tout en moi se désespérait et se réjouissait de la tenir dans mes bras. Je fis un sourire légèrement triste et la serra fort contre moi.

A l’extérieur il faisait chaud, les marins n’étaient pas surpris de l’absence de leurs capitaines car de toute manière le navire naviguait lentement et ses hommes savaient que le Capitaine Hawks devait trouver du repos après les nuits blanches passée à manœuvrer le navire dans les tempêtes froides à cause des vents du nord. Des curieux voulaient voir à travers les fenêtres des portes de la cabine mais elles étaient trop opaques pour qu’on puisse distinguer quoique ce soit à l’intérieur ! L’amour de ma vie semblait inquiète du fait de revenir tard mais cela ne me dérangeais pas dans le sens où je pourrais fournir des excuses valable et au pire je pense que les armes que je possède sauront les dissuader de poser d’avantage de question avant que je les sortes de leurs fourreau !

La question de la jeune fille me réjouit, savoir qu’elle allait rester pour un moment me rendait très heureux. « Tant que tu resteras, je resterais avec toi ! Mon navire restera accosté sur une rive pas très loin … L’équipage seras bien content de se poser pour le restant de la semaine ! »

Je lui fis un beau sourire et je la pris par la taille en regardant chaque détail de son visage. Des idées plus ou moins sournoises flottaient dans mon esprit et cela me fit sourire légèrement. Je cherchais des moyens pour faire ralentir son départ. « Tu sais je pourrais aussi retarder ton départ … Si jamais ton moyen de transport avait un problème le jour du départ » Je mis ma bouche tout près de son oreille et dis avec un ton mielleux et sensuel « Quel dommage ce serait … » lui dis-je en riant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Ven 20 Mar - 15:49

Maintenant que les rideaux étaient complètement ouvert, une douce lumière inondée les amants. Yornnir qui avait remis son pantalon enlaçant la jeune femme amoureusement, c'était une sensation si agréable que de sentir son torse chaud contre son dos. Aren frémit du baiser dans le cou qu'il lui donna, cela devait être le millième baiser qu'elle recevait du pirate et pourtant la jeune femme ressentait la même chose qu'au premier : son cœur se soulevait et un baume irradiait tout son être. A cet instant elle vivait un des plus grands bonheurs de la vie et la jeune femme ne voulait pas le gâcher en pensant au malheur de devoir l'arrêter.

« Le navire est parti vers le nord et cela fait plusieurs heures que nous naviguons … »

C'était incroyable à quelle point le temps passait vite ! Aren avait l’impression que cela faisait à peine une heure qu'elle était montée sur le navire. En disant ces paroles son âme sœur avait pris un air triste, lui aussi était déchiré de devoir être séparé d'elle. La vie n'avait plus d'intérêt s’ils n'étaient pas réunis ! Aren le savait, chaque instant passé loin de Yornnir serait une torture pour elle. Cela faisait maintenant plus d'un an qu'elle mentait à tous sur ses sentiments. Tous pensaient qu'elle était comblée avec l'homme qui partageait sa vie, et pourtant ils avaient à peine partagé une nuit. Comment pourrait-elle continuer à leur mentir maintenant qu'elle aimait tant ? Comment pourrait-elle faire semblant d'en aimer un autre ?

Aren redoutait la réponse du jeune homme. Devrait-il partir si rapidement d'elle ? Elle espérait sincèrement pouvoir le voir quelques jours encore. Ils pourraient s'aimer passionnément de façon à que cela compense les jours où il ne se verrait pas. Les jours où ils ne se verraient pas ? Non, la jeune femme devait avoir des nouvelles de lui. Des lettres lui parviendraient-elles ?

« Tant que tu resteras, je resterais avec toi ! Mon navire restera accosté sur une rive pas très loin … L’équipage seras bien content de se poser pour le restant de la semaine ! »

Une immense joie parcouru Aren. Elle pourrait le voir ! Et ce pendant toute la semaine ! La jeune fille était si heureuse de cette preuve d'amour que le pirate lui donnait. Cela lui avait donné des ailes et elle était prête à faire n'importe quoi pour lui. Un immense sourire illuminait le visage de la jeune reine, dans un élan de joie elle embrassa passionnément l'homme qu'elle aimait.

Yornnir prit alors Aren par la taille et avec un regard des plus malicieux lui dit :

« Tu sais je pourrais aussi retarder ton départ … Si jamais ton moyen de transport avait un problème le jour du départ »  

Aren laissa échapper un rire cristallin, cette idée bien que folle était tellement agréable. L'homme continua en lui chuchotant à l'oreille.

« Quel dommage ce serait … »

Elle était maintenant tout à fait charmée par l'idée, passait bien plus qu'une semaine avec lui était un rêve si fou. Dans son esprit des rêves similaires apparaissaient : une fuite en amoureux loin du monde et de la guerre, un magnifique mariage au palais...
La jeune fille aurait tellement aimé que tout cela soit possible, sans pouvoir s'empêcher de sourire elle lui répondit d'un ton tout aussi conspirateur :

« L'homme qui m’héberge en ce moment a sûrement dû me préparer plusieurs chevaux de rechange. En fait il a tellement hâte que je m'en aille que je me demande comment cela se fait-il qu'il ne m'ait pas encore mis à la porte alors que mon travail est terminé. »

Aren s'approcha alors de Yornnir et lui chuchota alors à l'oreille d'un ton tout aussi mielleux que le sien :

« Par contre je suis pratiquement certaine que je pourrais te faire introduire dans une de mes malles sans que cela ne se voit. »

D'un sourire fier d'elle la jeune fille donna un énième baiser à celui qu'elle aimait. Leur prochaine rencontre était maintenant au cœur de son esprit. Où pourraient-ils se voir ? Dans le bateau une nouvelle fois ? Ou ailleurs ? Dans un sens peu lui importait où, tout ce qui comptait était qu'ils se verraient.

« J'ai vraiment hâte d'inventer une excuse pour pouvoir m'échapper de mon travail et venir te voir. Je suis tellement heureuse. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Dim 22 Mar - 15:20

Je pensais réellement que notre amour étais possible mais en y réfléchissant je compris bien vite que ce serais véritablement une torture et que vivre avec celle que j’aime deviendra de plus en plus dur … Cela me faisait penser aux l’histoire d’amour entre les nobles et les voleurs dans les contes que j’ai lu … Je suivais la même histoire avec la jolie demoiselle qui me rendait fou quand nos corps et nos lèvre se collaient ! Rien au monde ne pourrait nous séparer et la vie semblait pourtant décider à nous garder à distance et cela me donnait une peur du jour de son départ. La vie était injuste mais c’était la vie ! Je devais me montrer fort pour Aren et pour moi … Cet amour était mon bouclier contre la solitude et il était adamantin ! Je me sentais plus fort qu’auparavant pour une raison que j’ignorais. J’avais une nature protectrice qui s’éveillait en moi. Rien ne pourrait m’empêcher de sortir ma lame pour celle que j’aimais ! Je lui appartenais comme elle m’appartenait, nos cœurs battaient à l’unisson !

La jeune fille rentra dans mon jeu et commença à me parler sur le même ton que moi. . « L'homme qui m’héberge en ce moment a sûrement dû me préparer plusieurs chevaux de rechange. En fait il a tellement hâte que je m'en aille que je me demande comment cela se fait-il qu'il ne m'ait pas encore mis à la porte alors que mon travail est terminé. » Un rire m’échappa. Cette jeune femme n’a pas fini de me surprendre ! . « Par contre je suis pratiquement certaine que je pourrais te faire introduire dans une de mes malles sans que cela ne se voit. » Là j’eu un rire franc. Elle ne manquait pas de répartie ! Elle me mit un baiser sur les lèvres sans attendre ma réponse.

J’étais sous le charme … Rien ne pouvais m’ôter son visage angélique de la pensée ! Un sourire bête était affiché sur mon visage quand je la regardais alors que mes yeux la détaillaient sans un mot. « J'ai vraiment hâte d'inventer une excuse pour pouvoir m'échapper de mon travail et venir te voir. Je suis tellement heureuse. » Ces parole me firent sortir de ma torpeur et avec un sourire je quittais son étreinte pour aller me rhabiller entièrement, plastron et arme compris. Je mis une cape sur mon dos. Elle comportait une capuche et un col qui peut être remonté sur le nez. En quelque instant je fus près de la porte la main sur la poignée. « En attendant … Tu es prête ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   Mer 25 Mar - 17:14

Yornnir quitta alors l'étreinte de la jeune fille pour finir de se rhabiller. Chaque nouvelle couche qu'il mettait, la jeune fille poussa un soupire. En effet c'était la preuve que leur intimité s'achever. Elle aurait voulu faire l'enfant et l'obliger à tout enlever comme avant, mais elle devait faire preuve de maturité face à l'homme qu'elle aimait. Quand il fût totalement habillé, la jeune fille eu une nouvelle fois un aperçu de la prestance que dégageait le pirate. En effet vêtu de son plastron, de sa cape et de ses armes, Yornnir dégageait une virilité accru, une sorte de sauvagerie que la jeune fille trouvait très séduisante. Face à un tel homme Aren se sentait en sécurité bien plus qu'avec ses gardes royaux. Elle savait qu'il se donnerait corps et âme au combat pour la protéger. Pourtant cette pensée lui fit un pincement au cœur. La seule pensée que son âme sœur soit en danger brisait le cœur de la reine. La jeune fille voulait plus que tout qu'il soit en sécurité, elle donnerait sa vie pour lui.

En quelques instants Yornnir était devant la porte et  avait la poignée dans la main.

« En attendant … Tu es prête ? »  

La jeune fille fut surprise de la rapidité de l'homme. Certes elle savait que leur intimité était finie et qu'ils devraient quittés la pièce bientôt. Mais elle aurait espéré que le moment ne vienne jamais.
D'un regard rapide elle examina sa tenue. Sa belle robe était quelque peu froissée mais encore convenable, ses bijoux étaient remis en place bien qu'elle avait inversé l'ordre de certaines bagues dans la précipitation. Ses cheveux, relevée dans un chignon sommaire, n'avait absolument pas sa place à la cours. Mais elle ne pensait pas que des pirates y fassent vraiment attention.
D'un geste de la main, Aren lissa sa robe de sa main puis leva les yeux vers l'homme.

« A peu près. Il est encore tôt non ? Qu'allons-nous faire ? »

En effet, le soleil était haut dans le ciel et indiqué que l'heure du repas avait sonné. Ils restaient encore quelques heures aux deux amants avant de se séparer. Pourquoi voulait-il sortir de la cabine alors ? Dehors des pirates envahissaient le pont et sans en avoir peur la jeune fille ne se sentait pas vraiment à l'aise à l'idée de se savoir proche d'eux. De nombreux préjugés sur leur métier vinrent à l'esprit de la jeune fille. Certes Yornnir était différent, mais n'était-il pas l’exception qui confirmait la règle.

«Yornnir tu sais je te suivrais n'importe où, mais si tu pouvais faire en sorte que ces endroits soit agréable je t'en serai grée. »

Aren s'avança près de l'homme, avec un petit tremblement elle posa sa main sur celle du pirate qui était sur la poignée. Elle prit une grande inspiration, leva la tête et fit un grand sourire à l'homme qu'elle aimait puis dans un mouvement, les mains tournèrent la poignée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre deux eaux [Zénor]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre deux eaux [Zénor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Pique nique entre deux chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: RPs d'Enkidiev-
Sauter vers: