Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Ventre plat et autres crises existentielles [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ventre plat et autres crises existentielles [Libre]   Mar 7 Avr - 15:55

Bien que le RP s'adresse particulièrement à Phybie, toute autre personne qui veut rejoindre peut avoir entendu pleurer Mycah et venir voir se qui se passe ^^ C'est 100% libre!

La jeune Reine de Perle, emmitouflée dans ses duveteuses couvertures, ouvrait à peine les yeux malgré le soleil qui illuminait déjà ses appartements royaux. Ses servantes étaient venues ouvrir ses rideaux et elle ne s'en était même pas rendue compte, tant son sommeil était pur et profond. Elle bailla allègrement en s'étirant, un sourire radieux aux lèvres en se sentant si reposée et en voyant cette belle journée qui s'annonçait.

Un sourire qui s'effaça rapidement, lorsqu'elle bougea les jambes et sentit quelque chose d'humide entre ses cuisses. Humide et visqueux.

Un sourire qui se transforma en yeux écarquillés, en moue triste.

Une journée qui s'annonçait bien sombre, finalement, malgré le ciel dégagé et chaleureux.

Sa moue se changea bientôt en sanglot, se yeux s'embuèrent et elle souleva sa couverture avec des mains tremblantes.  Elle pleurnicha réellement en confirmant ses soupçons, ses cuisses étaient pleines de sang, tachant ses draps de satin qu'il faudrait brûler et son pyjama de dentelle qui était ruiné. Mais elle ne pleurait pas ses biens matérielles, dont elle disposait en grande quantité de toute façon.

Mycah pleurait la'enfant qu'elle ne portait pas.

Folle de tristesse, elle sauta de son lit et sortie en trombe de son appartement, se fichant de sa presque nudité et du sang qui maculait sa robe de nuit. Une servante affolée essaya de la suivre avec une couverture pour la couvrir, mais ne la rattrapa pour la poser sur ses épaules que lorsque la jeune Reine atteignit la porte de l'appartement de sa mère, au vu et au sus de plusieurs serviteurs.

Sans frapper, Mycah se précipita dans les bras de sa mère, qui terminait de préparer sa toilette matinale.

-Mèèreee!

Elle fixait sa mère de ses étranges yeux rougis par la peine, une peine que l'on ne voyait jamais sur le visage angélique et toujours joyeux de l'innocente Mycah. Tous étaient bouleversés de voir la radieuse et positive jeune femme si troublée, si défaite. Pas coiffée, incorrectement vêtue, les yeux bouffis, les lèvres tristes...

-Mère je-je-je.. ne suis p-pas enceinte! s'écria-t-elle d'une voix entrecoupée de sanglots misérables. Regardez Mère!

En terme de preuve, elle tourna le dos à Phybie pour qu'elle puisse voir le sang qui maculait sa robe de nuit.

-Je ne sais plus quoi faire! Je me donne tant à mon mari, mais rien ne fonctionne, j'ai pourtant essayé tous les conseils de mes Dames de Compagnie, rien n'y fait! Vous, qui avez eut tant de mal à tomber enceinte de moi, vous devez bien avoir une solution pour les ventres qui restent désespérément vides et plats? Il faut que je donne un héritier à Dasayl, je l'aime! J'ai l'impression d'être une si mauvaise épouse! s'exclama-t-elle en éclatant à nouveau en larmes et en se blottissant de force dans les bras de Phybie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ventre plat et autres crises existentielles [Libre]   Sam 25 Avr - 14:51

Parfois, Phybie se demandait comment elle avait pu avoir une fille aussi... semblable au géniteur qui l'avait conçue. Au moins, ce disait-elle, sa fille avait hérité du meilleur, soit de son chromosome X et pas Y. Si l'inverse se serait produit, il y avait de forte chance qu'elle fasse une Cléopâtre d'elle-même et qu'elle se suicide. Au moins, il y avait Dasayl et toute sa fougue masculine qui était positif.

La reine-mère soupira intérieurement en tentant de ne pas écouter les sanglots et le désespoir de son unique enfant. Cependant, lorsque nous sommes assailli par sa descendance avant même d'avoir pu faire un brin de toilette et consommer un premier café, il n'est pas évident de faire preuve de patience et d'empathie. D'ailleurs lorsque sa fille osa exhiber son sang féminin pour souligner son infertilité, Phybie ne put que détourner les yeux horrifiés par ce manque de noblesse. Il fallait qu'elle intervienne :

« Mycah! Premièrement, il est inconvenant d'être venu jusque dans ma chambre à une heure aussi matinal sans d'abord t'avoir fait annoncer. Ensuite, il aurait été beaucoup plus approprié pour la reine que tu es, que tu fasses ta toilette et que tu te vêtisses d'une manière qui si à ton rang et pas comme une vulgaire prolétaire. Finalement, tu vas te ressaisir et te montrer à la hauteur du rang auquel ta naissance ta destinée. Est-ce que tu m'as bien compris? »

Phybie sortit de son propre lit, prit son peignoir de soie brodé de fils d'or et s'en couvrit les épaules avant de le fermer soigneusement. Maintenant qu'elle avait une tenue qui si à son rang, elle contourna son riche lit à baldaquin de bois de cerisier rouge et fit face à sa toute jeune et charmante petite fille.

« Premièrement, sache que... » Elle n'avait jamais confié à sa fille l'incapacité de son père, le roi, pour qu'elle en garde une bonne image, mais parfois Phybie songeait qu'elle ne se servait pas en faisant cela. « qu'il faut être deux pour faire un enfant. Aussi, si je n'ai été grosse qu'une fois, je ne peux être tenue pour seule responsable. Aussi, j'exige que tu me témoignes davantage de respect puisque je ne me suis jamais refusée à ton père. Cependant, je sais que le roi Dasayl, ton époux, est un homme d'honneur et qu'il accomplit avec talent ses devoirs conjugaux. » En effet, Dasayl avait été un amant torride et particulièrement agréable. Elle n'avait jamais eu à se plaindre de ses désirs qui, par ailleurs, étaient parfaitement compatibles avec les siens. Cependant, comme elle ne pouvait pas decemment pas dire à sa fille qu'elle s'était envoyée en l'air avec son mari avant et après leur mariage, elle se devait de demander des détails sur ses ébats avec son époux.

« Éprouves-tu un certain plaisir lorsque ton mari s'épanche en toi? Il est important selon la sage-femme d'être satisfaite soi-même pour faire en sorte que notre ventre se gonfle. Donc, est-ce que tu désirs que ton mari recommence une fois qu'il s'est satisfait une première fois? » Parfaitement sérieuse, la reine fixa sa fille avec toute son autorité de femme d'expérience et mure.

« D'ailleurs, il faut que tu saches qu'il y a plusieurs manières pour un homme et une femme de concevoir. La fin reste la même bien sur, il faut qu'il déverse sa chaleur en toi, là où naissent les bébés. Cependant, les corps peuvent se faire face, la femme peut être de dos, on peut également le faire coucher, debout, sur le lit, le plancher, ou encore, la femme peut-être sur l'homme. Sans doute que la position que tu prends ne convient pas à la fécondité tout simplement. Les hommes savent ce qui convient en pareille circonstance. Tu vas donc aller le voir et lui demander de le faire différemment. Est-ce que j'ai été claire. Tu ne voudrais pas que les servantes commencent à se dire que tu es indigne de partager le lit de notre roi? »

Phybie croisa ses doigts devant elle et regarda gravement sa fille pour être certaine que se second cours d'éducation sexuelle. Le premier, elle lui avait donné alors qu'elle la préparait à sa nuit de noce. Cependant, aujourd'hui encore, elle songea qu'elle aurait du demandé à quelques domestiques, peut-être même à l'apprenti palefrenier de lui expliquer et démontrer tout cela, car c'était bien désagréable. Peut-être que si ce n'était pas assez explicite encore pour Mycah, elle pourrait lui faire une démonstration avec son mari. Cette pensée la fit sourire, bien que ce n'était pas le moment de fantasmer sur son gendre. Et puis, elle n'était pas sur qu'il serait aussi plaisant de le faire en se sachant regarder. Du moins par sa fille. Beaucoup plus maternelle cette fois et aimable, Phybie sourit à sa fille et lui prit les mains.

« Je ne veux plus que tu viennent dans ma chambre sans d'abord te faire annoncer, ce n'est pas convenable. Tout comme être en chemise de nuit, surtout quand cette chemise de nuit est tâchée. Je vais faire venir une servante pour te raccompagner à ta chambre. Prends un bain chaud, mets une robe et montre digne de la couronne que j'ai déposé sur ta tête. Dans quelques jours, tu retourneras dans le lit de ton époux et te donneras lui d'une nouvelle façon. D'accord? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ventre plat et autres crises existentielles [Libre]   Mer 3 Juin - 21:06

Plutôt que de recevoir les consolations et les encouragements que Mycah était venu quérir, celle-ci se frappa a un mur en retrouvant sa mère. Devant elle, l'enfant n'avait plus l'impression d'être Reine, mais bien à nouveau princesse, enfant. Certes, elle avait TOUJOURS une mentalité d'enfant, mais devant son unique parent, c'était pire, Phybie est tellement autoritaire, noble, majestueuse... Elle lui reprochait toujours son manque de droiture envers les convenances, et la jeune femme se sentait si sotte lorsqu'elle réalisait à quel point c'était vrai. La tête basse, elle accepta les remontrances. Lorsque sa mère lui demanda de se ressaisir et de se montrer à la hauteur de son rang, elle la releva, réalisant qu'ainsi elle avait l'air d'une servante.

Heureusement qu'aucune d'elles ne les observaient, justement...

Phybie alla se vêtir, et Mycah tira maladroitement sur sa robe de nuit pour tenter de la rabaisser et qu'on voit moins ses cuisses tâchées, sans grand succès. La reine-mère expliqua banalement qu'on fait des enfants à deux, ce qui fit rouler les yeux de la fille vers le plafond, comme si elle l'ignorait! Elle l'avait déjà appris le jour de son mariage, voyons... Enfin, sa mère lui expliqua que si elle n'avait eut qu'un enfant, c'était aussi de la faute du père, et lui parla d'irrespect.

- Je n'ai jamais voulu vous montrer d'irrespect, mère, affirma Mycah en fronçant les sourcils, se demandant où et quand elle avait eu l'indécence de blâmer Phybie pour sa situation d'enfant-unique. Si cela est l'impression que je vous en ai laissée, je vous promet que je suis navrée, je disais seulement que, comme vous avez vécu semblable situation, vous pourriez m'aider. Cette fois-ci, elle ne la quitta pas des yeux, digne de son rang de Reine. Elle tirait encore sur la robe pour l'abaisser, sans se rendre compte que ça dégageait son décolleté sans couvrir ses fesses.

Mycah comprit alors ou sa mère voulait en venir : C'était probablement de sa faute à elle. Effectivement, lorsque Dasayl la servait, elle éprouvait beaucoup de plaisir, signe que monsieur effectuait correctement son travail.

-Ce n'est pas la faute de Dasayl, il me satisfait, marmonna-t-elle, les lèvres tremblantes, se sentant comme une ratée.

Enfin, Phybie en vint à des solutions, qui commencèrent à donner des idées à la jeune Reine infécondée, et le sourire de l'innocence renaquit sur ses lèvres à la soirée qu'elle réservait à son mari, il n'allait certainement pas se plaindre d'expérimenter.

-Très clair mère, merci beaucoup de votre soutient, j'espère que ça va fonctionner. Je pensais que c'était moi qui n'était pas une bonne maman et que les bébés ne voulaient pas de moi. J'ai joué avec des poupées pour développer mon amour des bébés, mais votre solution semble bien plus intelligente!

Cela ne l'empêchera pas de continuer son périple pour développer une meilleure capacité materno-émotive, il lui faudrait trouver des cibles vivantes pour déverser son amour maternel, mais elle ne connaissait aucun bébé dans le château, et elle n'était pas prête à fouiller les rues pour cela...

-Évidemment, que je ne veux pas qu'on me croit indigne, je vais le combler, je vous le promet mère, et nulle n'ira souiller sa couche autre que moi, que les garces choisissent d'autres cibles, je vais tout faire pour me garder Dasayl, vous savez comme je l'aime. affirma-t-elle avec beaucoup plus d'aplomb qu'elle ne s'en croyait capable, les yeux brillants de bonheur devant sa relation amoureuse inconditionnellement parfaite.

Enfin, Mycah retrouva sa mère, douce et délicate, lorsqu'elle lui pris les mains pour lui demander de s'annoncer, la prochaine fois qu'elle viendrait, et de mieux se vêtir. Elle appela une servante pour la raccompagner et lui prodigua quelques conseils pour se remettre d'aplomb et retrouver sa dignité. La jeune Reine secoua la tête vigoureusement en signe d'approbation.

-Je suis désolée mère, je vais aller m'habiller pour siéger auprès de mon mari. Je n'ai jamais eu autant hâte que cesse mon saignement et que je puisse retrouver les bras de mon aimé, merci pour votre précieuse présence, même si je ne suis pas toujours à la hauteur de votre estime. s'excusa-t-elle en baisant les mains de sa mère, qui tenaient toujours les siennes.

Et c'est Mycah qui est supposée être la Reine de Perle?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ventre plat et autres crises existentielles [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ventre plat et autres crises existentielles [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée comme les autres ou presque [libre]
» Qui y a-t-il dans ce ventre... ? [Libre]
» Bouillotte et mal au ventre...
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: RPs d'Enkidiev-
Sauter vers: