Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)   Mar 28 Avr - 23:48

Aujourd'hui j'étais avec des recrues très prometteur pour leur faire passé leurs derniers examens, pourquoi faire les examens moi-même? simplement pour garder le respect des troupes, car rare les officiers qui se mêtais au même niveau qu'eux assez couramment et cela ne m'empêchait pas de bien faire mon travail de chef de l'armée, les autres disaient que c'était une question de temps, la réalité était tout autre, c’était plus une question d'intérêt que de temps, nous avions largement le temps de pratiquer tout les postes, je me souvenais encore de ma journée d'hier de sentinelle aux portes de la muraille, le poste le plus détester de tout les poste existant dans l'armée, rester debout en piquet aussi longtemps forgeait la patience, l'avantage avec mon grade, est de pouvoir aller a tout les postes sans avoir a se référer a qui que se soit. De plus, cela permettait aux autres d'essayer plusieurs postes et d'être polyvalent. Avec les recrues, nous avions souvent pratiqué la phalange, une formation très utile pour bloquer les flèches sans perdre de la puissance d'attaque. Une foi dehors des murs et les futur soldat échauffé et prêt à faire l'examen qui était prévu en affrontant des vrai soldat qui allaient jouer la comédie pour évaluer leur compétence, mais tout ceci était supposer se passé assez loin, a une demi-heure de marche au nord.

Nous marchions depuis 15 minutes quand nous pouvions observer une scène troublante, environs 25 bandits assez bien armée qui entourait un voyageur, les hommes semblaient très apparemment hostile, ce n'était pas ce que nous avions prévu, mais je ne pouvais pas laisser le voyageur seul sans l'aider et de simplement dire: excusez moi, mes troupes s'entraînent. Je dis alors au reste de la troupes pour qu'ils prènent le cas réel au sérieux. Je leur dit:

-Écoutez, ce n'est pas ce que nous avions prévu pour votre Examen, votre vie sera vraiment en jeu. Nous allons vraiment devoir les neutraliser, essayer de les désarmer et de les blesser a des fins interrogatoire, il serait préférable de ne pas les tuer, mais si vous n'avez pas le choix, tuez les. Je ne veux pas perdre l'un d'entre vous.

L'un des recrue me répondit alors, d'un aire Brave

-Écoutez, Je suis prêt a tout a partir du moment ou je me suis engager dans l'armée et je suis honorer de faire le dernier jours de formation avec vous et aussi de pouvoir vraiment combattre, même si cela ne semble pas prévu, le nombre de nos ennemie ne compte pas, il va falloir les vaincre.

Je sourit, ses hommes étaient de la bonne graine, je sourit et repris mon sérieux, je me plaça au centre de la ligne avant de prendre la formation de la Phalange et d'avancer. Nous purent entendre l'un des bandit dire au voyageur:

-Ne résiste pas, nous demanderons une rançon pour toi et tu seras libre, je souhaites que tu as des amis prêt a payer pour toi.

Je Hurla a mes hommes assez fort pour que tous l'entendent:

-Formation de la Phalange et avancez:

Le chef des bandit se retourna, visiblement surpris de cette opposition, ses hommes étaient certe plus nombreux, mais pas aussi organiser que nous. Il hurla a ses compagnon de nous entourer et de nous tirer des flèches, les troupes ennemie obéit sans poser de question. Je dis a mes hommes de ne pas briser la droiture de la ligne mais de ce placer en cercle dos a dos pour couvrir tout les angle d'attaque et d'avancer avec moi a la même vitesse en utilisant ses mots exactement:

-Formez un cercle, dos a dos, sans briser la formation et avancez vers moi, les flèche ne vous toucherons pas.

Nous avancions lentement mais surement vers les bandits qui nous tiraient dessus, mes hommes ne furent pas atteint par les projectiles. Mon loup lui, profita de la distraction de la formation pour aller attaquer des archer, il leur sauta dessus et les saisi au niveau de la jugulaire pour leur arracher, il assassina ainsi trois bandit avant de se faire atteindre par une flèche a la patte gauche en arrière. Il se sauva vers un buisson pour ne pas se prendre d'autre flèche pendant que nous avancions sous le feu des bandit. Le voyageur avait donc la voie libre.

(HRP: je te laisse te défoulé sur les bandits avant que la formation les touchent)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)   Mer 29 Avr - 1:08

-Je serai de retour avant que tu aies besoin de moi.

C'est tout ce que le Magicien de Perle avait dit au Roi Dasayl avant de partir pour un voyage dont l'utilité était discutable. Il n'avait pas d'objectif particulier, pas de grimoire à déterrer, pas de secret à découvrir ni de contact à rencontrer, il voulait simplement voir du pays, s'abreuver des différents paysages qu'Enkidiev avait à lui proposer, car après tout, un jour, son ami régnerait sur un Empire englobant le continent entier, et il fallait bien qu'il soit familier avec sa géographie autant qu'avec ses paysages afin de l'aider dans son règne. Il choisit par conséquent de voyager léger, de l'argent, des vêtements de rechange, de quoi camper si nécessaire, un destrier et une épée. L'homme aux cheveux blancs n'avait aucune idée de la durée que prendrait son voyage, mais ce dont il était sûr, c'est qu'il en reviendrait enrichi, d'une façon ou d'une autre.

C'est ainsi que Nehriel, Magicien de Perle, traversa plusieurs royaumes. Émeraude, tout d'abord, le royaume central, berceau des légendaires Chevaliers d’Émeraude. Bifurquant vers l'Ouest afin de contourner le plus haut sommet d'Enkidiev, il traversa nonchalamment le royaume d'Argent, se rendant jusqu'aux côtes afin d'admirer l'étendue d'eau salée qui les séparait d'un autre continent, celui contre lequel d'antiques guerriers avaient mené une guerre défensive jusqu'à l'extinction de la race des hommes insectes. Remontant au Nord, Il visita le somptueux royaume des Fées, dont la beauté le laissait de marbre. Tout ceci était bien trop...Féerique, à son goût. Les habitants de ce royaume semblaient d'ailleurs le craindre ou du moins l'éviter, peut-être percevaient-ils des fragments de son aura impie, peut-être étais-ce simplement son apparence qui les faisait fuir, dans tous les cas, il ne s'en plaindrait pas, son air ennuyé trahissant une jubilation intense d'être ainsi craint par des étrangers. Lorsqu'il en eut la possibilité, le Magicien s'orienta vers l'Est afin de visiter le royaume de Diamant, d'où, disait-on, la forteresse pouvait être aperçue de chaque lieu habité.

Après avoir contourné d'assez loin ladite forteresse, qui ne déméritait pas des fables à son sujet, Nehriel envisageait de poursuivre son aventure vers le pays des Elfes, même s'il n'avait jamais été un véritable amoureux de la Nature. Il commençait donc à s'orienter vers l'Ouest sur une route clairsemée d'arbrisseaux et de buissons touffus lorsque soudain, à quelques mètres de lui, surgit une troupe d'hommes armés. Certains portaient des arcs, d'autres des épées, quelques rares arboraient des haches ou des pioches, mais aucun ne portait de bouclier. Les hommes lui bloquèrent la route, leur chef – présuma Nehriel – s'avança vers lui l'épée au fourreau, bien que sa main directrice fût accrochée à la poignée de cette dernière.


-Je sais pas où tu vas, mais dorénavant tu vas nous suivre bien sagement, compris ?

Loin d'être impressionné, Nehriel le toisa d'un air ennuyé, ses yeux anormalement roses, de la même couleur que son accoutrement de cuir clouté, perçant à travers le regard de son vis à vis. L'homme face à lui parvenait à contenir son trouble face à l'apparence peu commune du Magicien de Perle, mais tous ses hommes n'en faisaient pas autant. D'un calcul rapide, Nehriel en compta deux dizaines, plus quelques uns embusqués derrière des arbres au cas où ça tournerait au vinaigre, où si leur proie parvenait à s éloigner assez. Les archers avaient une flèche encochée, deux le visaient déjà...Quel manque de classe.

-Contrairement à vous je connais déjà la réponse, par conséquent je vais vous poser une question très simple : Sinon quoi ?

L'homme aux cheveux blancs mit pied à terre et plaça sa main directrice sur le pommeau de son épée, pendant au flanc de son cheval qui fixait les hommes avec une certaine appréhension. Ce destrier était entraîné pour la marche, pas pour la guerre, pourtant, une discrète vague d'apaisement le maintint en place.

-Ne résiste pas, nous demanderons une rançon pour toi et tu seras libre, je souhaites que tu aies des amis prêts a payer pour toi.

Le regard de Nehriel s'élargit un instant, puis un sourire tordit son visage, comme si un fer rouge avait été appliqué dans le cou d'un démon. Son sourire était provoqué à la fois par l'hilarité que soulevait cette demande, mais également par tout ce que ça impliquait. Oh oui, Dasayl paierait beaucoup pour Nehriel, il verserait cent fois le cent de ces brigands, les laissant refaire leurs forces afin de les torturer à nouveau. Malheureusement, il n'aurait jamais cette chance...
Alors que le mage allait éclater d'un rire fou, une voix féminine se fit entendre sur le côté, attirant les regards de Nehriel et de la troupe de bandits. Des ordres furent aboyés, des tonitruants annonçant l'arrivée d'une force armée réduite, et bientôt, les boucliers rutilants de l'armée de Diamant apparurent, se mouvant dans une formation serrée et adroite. Loin d'être paniqués, les bandits se déployèrent autour des soldats qui durent adopter une formation plus défensive, les flèches commençant à pleuvoir de tout azimut. Le chef des brigands grinçait cependant des dents, cette complication allait lui coûter cher...Bien plus cher qu'il ne l'espérait en vérité.
Soudain, parmi les archers les plus en arrière, un cri étouffé se fit entendre. Un loup venait d'égorger l'un des hommes, et enchaînait ainsi, telle une bête de guerre entraînée. Elle ne battit en retraite qu'après avoir eu son lot de sang, et une flèche dans la patte qui la fit gémir de douleur.


– éventrement ou calcination ?

Ces mots retentirent dans la tête de tous les bandits encore en vie sans que le mage ait eu à remuer les lèvres. Certains, surpris, perdirent un bref instant leur concentration, d'autres, écarquillant les yeux, se rendirent compte qu'ils n'avaient pas arrêté le bon voyageur. Enfin, quelques courageux, comprenant à quel point ils s'étaient mis en danger pour rien, accoururent pour aider leur chef.
Qui, quant à lui, n'avait pas eu le temps de choisir...
Dégainant d'un mouvement fluide son épée, Nehriel frappa droit dans la défense de son adversaire. Profitant de son élan, il fit glisser sa lame contre celle de son vis-à-vis afin que la garde frappe violemment contre l'arme de son adversaire, repoussant cette dernière sur le côté. Profitant enfin de l'ouverture, Nehriel ouvrit méthodiquement le ventre de celui qui avait osé le menacer, mettant ses intestins à nu, et le laissant agoniser pendant de longs instants sur le sol, tantôt d'une voix terriblement inhumaine, tantôt gardant son souffle dans l'espoir insensé d'atténuer la douleur d'une pareille blessure. Le premier à arriver à la rescousse de son chef n'eut guère plus de chance. Le magicien de Perle, formé aux bottes défensives basées sur l'économie de mouvement et la douleur aux fins de contrôle, lacéra l'estomac de son adversaire d'une fente ascendante tandis que celui-ci préparait un coup bien trop large. La plaie, peu profonde, arracha un cri de douleur à l'homme qui s'effondra dans son élan. Le coup n'était pas mortel, mais la douleur serait si insoutenable qu'elle risquait de l'emporter plus vite qu'une éventuelle infection.

Les deux suivants eurent l'intelligence d'attaquer de manière synchronisée...Et la folie de croire que ça fonctionnerait sur un homme habillé de cuir clouté rose, aux cheveux blancs, arborant un sourire fou après avoir éventré deux êtres humains. Reculant pour ne pas avoir à contenir leurs assauts, Nehriel libéra sa main gauche et projeta vers l'adversaire de gauche une boule de feu dont la couleur coïncidait avec celle de ses yeux : rose. Le feu frappa l'homme à l'épaule, qui joignit ses hurlements à ceux de ses camarades éventrés. Se débattant contre un ennemi aussi avide que la magie noire, il ne parvint qu'à s'emmêler les pieds afin de tomber, bougeant comme un fou, et criant, jusqu'à ce que, dans quelques minutes, il ne reste de lui que le souvenir terrifiant d'un homme luttant désespérément pour sa vie au prix de sa dignité. Son ami voulut jeter les armes et fuir pour sa vie, mais le même feu l'atteignit au dos alors qu'il tournait les talons, et un nouveau hurleur se joignit à la symphonie de la souffrance.
La phalange allait entrer au contact, et tous les regards étaient tournés vers cette formation serrée de boucliers et de lances. Les cinq hommes qui s'étaient intéressés à lui vivraient encore, pour ce qui leur semblerait une éternité de souffrance, mais ne durerait en fait que quelques minutes. Curieux de voir les guerriers de ce pays en action, et plus précisément la personne qui les commandait, Nehriel planta son épée dans le sol à quelques centimètres seulement de la tête du chef des brigands agonisant, les deux mains tentant de garder ses entrailles à l'intérieur, et s'y appuya des deux mains sur le pommeau. Le pied droit posé sur le visage du mort en sursis, le gauche laissé sur la terre ferme, et les deux yeux braqués sur la commandante de ses sauveurs d'un air oppressant et observateur, sa bouche s'étant refermée sur une moue inanimée. Il observait la puissance et la discipline des Soldats de Diamant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)   Jeu 30 Avr - 18:45

merci  Nous avancions a l'unisson, aucune lacune, les recrues avaient tellement pratiqué, ils reflétaient très bien l'image du royaume, quand nous furent a porter d'attaque, je commença a frapper les mains avec ma lance, certains des bandit hurlait de douleur, car le choc leur brisait le poignet et ou alors quelques doigt. Nous continuions a avancer et à essayer de désarmer les bandits, mais ils étaient déterminer a tuer, alors à part quatre ou cinq crapule, nous devrions nous passer des autres. Le combat pour nous fut pas dramatique, par contre, je regardait e mage qui se débrouillait fort bien de son coté, sauf qu'il allait fort possiblement tuer leur chef, je le voyais blessé, et pas qu'un peu, a moins d'un miracle cet homme était condamner. J'adorais gérer des formations, car la qualité du commandant, l'assurance qu'il possédait était très important et pouvait renversser le cours d'une bataille. Les bandit étaient chanceux que je ne sois pas avec la troupes d’officier avec la quel je faisais des tournoi amicale que je perdais presque pas, avec eux, ils seraient tous déjà mort ou agonisant sur le plancher en priant la froideur du contacter glacé de la mort de venir les prendront. mais moi et les recrues s'en sortirent fort bien, de mon coté, bientôt plus de mage, même mon loup osa un regard vers l'extérieur de sa cachette, de mon coté, il restait que deux bandit en état de combattre qui jetèrent aussi-tôt les armes jugeant inutile de mourir. J'observa enfin l'allure du voyageur, il était encore plus excentrique que les bandits, mais ce style lui appartenant. La couleur de ses yeux n'était pas normal, bref, ce type était bizarre au yeux des recrues, mais ils avaient beaucoup de difficulté avec le fait de ne pas juger les autres sans les connaitre et ce type en cuir rose en était le meilleur exemple. Je me concentra sur les lâche désarmé, j'avais une longue corde sur moi, sais t'on jamais c'était utile en beaucoup de circonstance. Je m’avança, avec ma formation vers les prisonniers qui ne semblait pas si heureux que ça de voir qu'ils venaient de perdre leur liberté. Je les mis par terre, assez brusquement, car le premier avait résister et j'attacha le premier très bien et solidement, la corde était assez longue pour que je puisse les attacher les trois et les promener comme les chiens qu'ils étaient.

Tout a coup, mon loup blessé, sortis du buisson, il venait de finir de lécher sa plaie, pas qu'il était guéri, mais il voulait tuer l'homme qui avait les tripes a l'aire et qui hurlait de douleur, le loup d'empara des tripe avec sa gueule et commença a traîner l'homme plus loin. Je regarda ce traitement douloureux sans compassion, si il avait accepté de discuter avec moi, il n'en serait pas là, je siffla pour qu'il arrête quand même, car j'étais inquiète pour la blessure qu'il avait, mais aussi pour vérifier, car je ne voyais plus la flèche, il avait surement du l'enlever avec sa gueule, je regarda la blessure, elle était seulement profonde. Je regarda le voyageur et lui dit d'une voix calme:

-Heureuse de vous voir en vie, quel est votre nom?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)   Jeu 30 Avr - 23:08

Les guerriers de Diamant étaient efficaces, disciplinés, forts et soudés. Cependant, quelques lacunes dans leur positionnement, dans leur façon de se battre, leurs attaques trop...Basiques, tirées des manuels, trahissaient l'inexpérience de la plupart des soldats. Celle que Nehriel observait plus particulièrement, en revanche, semblait se démarquer de ses hommes, se battant avec une habileté qui dépassait probablement de loin la sienne au maniement de l'épée. Les bandits étaient maîtrisés, et pour la plupart, tués. Ils frappaient pour tuer, et se voyaient récompenser par des coups tout aussi mortels, là où les recrues de Diamant semblaient vouloir les capturer. L'homme sous le pied de Nehriel remua, tentant de dégager son visage de sous la botte du magicien en rose. Ce dernier, d'un mouvement dédaigneux, envoya un violent coup de pied sous la mâchoire de son repose pied avant de reposer sa botte sur le visage déformé par la douleur du pauvre bougre, ce dernier ne bougerait plus sans en avoir reçu l'autorisation...Ou pour son dernier spasme peut-être.
Quelques instants plus tard, les rares survivants étaient attachés par celle que Nehriel avait identifié comme étant la supérieure hiérarchique de cette troupe. Il prit le temps de les toiser du regard un par un tout en les examinant : aucun ne semblait à l'aise. Un sourire fin se dessina sur ses lèvres, il aimait donner cette impression aux gens, cette impression d'anormalité, qui les déstabilisait toujours, et les rendait aussi vulnérables et prévisibles que des enfants apeurés. Tous semblaient indemnes, peut-être quelques coupures par-ci par là, mais aucun des soldats de Diamant n'avait été blessé par cette troupe de bandits. Autre détail intéressant : tous ceux qui étaient allés affronter la Phalange étaient morts proprement, plus aucun ne se débattait ou ne respirait. En ce qui concernait les hommes qui s'étaient dressés contre le Magicien, aucun n'avait encore rendu son dernier souffle, pas même celui qu'il piétinait en ce moment. Deux se débattaient encore contre le feu magique, hurlant à qui mieux mieux, faisant un boucan infernal et perdant toute dignité dans l'acte, le chef des bandits, écrasé sur le sol, serrait les dents et les lèvres de sa plaie afin que ses entrailles cessent de se déverser par dessus ses chairs, quant à celui qui semblait le moins blessé, il avait maintenant, en plus d'une césarienne, une mâchoire déboîtée et quelques dents brisées. Les différences de méthodes étaient pour le moins flagrantes, et Nehriel se demandait surtout quelle serait la réaction de ses interlocuteurs face au sadisme dont il avait fait preuve vis à vis de ses adversaires.

Il n'eut cependant pas le temps de s'en inquiéter, car le loup qui avait égorgé les archers quelques secondes auparavant sortait des buissons où il avait élu domicile. Apparemment, la flèche qu'il avait reçu n'était plus plantée dans sa patte, mais la blessure était encore là, Nehriel la voyait, et il s'amusa beaucoup lorsque le loup, très rancunier, vint tirer les entrailles hors du chef des bandits, lui arrachant des cris d'agonie inhumains qui auraient fait frémir le plus hardi des guerriers. Le magicien de Perle, quant à lui, le regardait de haut, arborant une expression ennuyée, mais jubilant intérieurement. Cet homme aurait une fin horrible, et il la méritait pour avoir osé menacer un utilisateur d'une magie que si peu d'hommes pouvaient concevoir.
Sa maîtresse le rappela bien vite, cependant, et l'homme aux cheveux blancs put constater qu'il ne s'agissait de personne d'autre que celle qui commandait également la troupe. Ainsi, cette personne devait avoir une quelconque importance au sein du Royaume, commander aux animaux et aux hommes ne s'improvisait pas.


-Heureuse de vous voir en vie. Quel est votre nom ?

Nehriel braqua sur elle un regard complètement vide, dénué de toute émotion, de tout sentiment, de toute expression. Ses lèvres formaient une ligne horizontale parfaite, tandis que ses sourcils descendaient légèrement sur les côtés, lui donnant presque un air ennuyé. Ses yeux roses braqués dans ceux, bleus pâles, de son interlocutrice à l'armure assez peu réglementaire, il laissa planer une attente gênante avant de répondre.

-Je vous remercie de votre aide...Même si ces larves – il ponctua son insulte en tournant son pied sur le visage de l'homme sous sa botte, lui tordant le visage et lui arrachant un cri – en auraient eu tout autant besoin. Quant à mon nom...Le connaître ne vous avancera à rien, car vous n'en pourrez parler à personne qui vous le confirmera. Appelez moi « Magicien », puisque nos fonctions nous caractérisent, autant les incarner, ne croyez vous pas ?

Après cette tirade, il marqua une courte pause durant laquelle il s'écarta de l'homme gisant à ses pieds et reprit son épée. Il en essuya la lame sur les vêtements de celui qu'il venait de défigurer, puis la rangea dans son fourreau comme si de rien n'était. Portant les mains à ses hanches, il se redressa de toute sa hauteur et fixa la jeune femme face à lui, tentant d'évaluer son âge.

-Vous me paraissez bien jeune pour une guerrière...Certains de vos subordonnés semblent plus âgés que vous. Dit-il d'un ton dénué de toute émotion apparente, notamment de toute moquerie. Si je puis me permettre, Le pays est-il soumis à la loi martiale pour que des patrouilles aussi équipées se déplacent sur des routes clairsemée de troupes de hors-la-loi armés, ou est-ce simplement mon jour de chance ?

Un léger sourire étira ses lèvres sur ces dernières paroles, il garda une posture légèrement provocante, certains hommes de la troupe arrivant à sa taille, mais personne ne le dépassant en hauteur. Grand et fin, Nehriel avait le physique d'un serpent, et tout le venin qui allait avec. Il n'avait pas donné son nom, mais était sûr que ses remarques à la limite entre la désobligeance et la curiosité mal placée l'amènerait à connaître à la fois le nom et le poste de la jeune femme. Quant à sa présence et celle des bandits, s'il ne l'apprenait pas de sa bouche, certains des fous qui les avaient attaqués étaient encore capables de parler...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)   Lun 4 Mai - 22:51

Comme ca il semblait avoir beaucoup de plaisir a faire souffrir le pauvre type sous son pied, pas que cela me dérange énormément, mais la corde pouvait accueillir encore un bâtard comme lui. De plus, il pourrait pourrir en cellule comme les autres, le seul problème est qu'il semblait blessé plus ou moins gravement. Notre rôle était pas seulement de les enfermer, mais aussi de s'assurer que chaqu'un d'entre eux puisse rester en vie le temps qu'ils étaient en prison. Le magicien sortait de l'ordinaire, mais franchement, j'en avais vue d'autre avant lui, beaucoup d'autre.

Il ne voulait pas me dire son nom? bon, bah je peux faire sans. De toute façon, fallait croire que j'allais faire sans que je le veuille ou pas. Cela coupait quelque peu le contacte, même si je pouvais l'appeler Magicien, cela ne devait pas être son vrai nom. Il me trouvais jeune pour une guerrière? Bah je ne vois pas ce que cela change, j'avais l'expériance et les compétence pour mon poste Son commentaire sur mon âge fit réagir un de mes hommes qui semblait un peu plus vieux que les autres, il disait:

-Il a raison, vous êtes trop jeune pour diriger l'armée.

Je soupira, surtout que ce n'était pas le meilleur des recrues, il aurait du se retenir de parler, surtout devant le magicien, qui devait y prendre plaisir, je fis signe au recru d'attendre, j'ajouta a l'attention du magicien:

-Comme vous avez pu deviner, je suis Général de l'armée de Diamant et non, le pays n'est pas soumis a une loi martial, cela n'est qu'un coup de chance. Ses hommes armée sont des recrues que j’amenais a leur examen, si vous appelez chance le fait de se faire attaquer.

Je retourna mon attention vers le semblant de soldat qui me défiait, je le regardais avec une expression très neutre, il ne me faisais pas peur, surtout que sa fiche de combat pratique était pas très bonne, alors si il m'affrontait, il était absolument sur de perdre. Je lui dis:

-Tu veux absolument faire un combat contre moi devant tout les recrues et le Magicien? Écoute, si je sors ma lame pour te vaincre, tu sera sergent d'un seul coup.

Affronter une femme désarmé, rien de plus facile et en plus il gagnerait plein de grade d'un seul coup, il s'en lécha les babine et accepta le duel. Je rajouta quelque chose qui mettrais un peu de piquant:

-Par contre, si je gagne, tu devras marcher jusqu'a ton examen a quatre patte et expliquer au vrai soldat pourquoi tu fais ça.

Il accepta toujours, il me chargea avec son épée a deux main, un geste complètement stupide, si la lame avait de la porter, ce n'était pas pour rien, pour sa surprise, je roula près de lui en esquivant le coup tout en lui faisant une jambette, il tomba et échappa son arme. Il était coucher sur le ventre, je m'empressa de m’asseoir sur son dos, ses poignet sous les pieds et de tirer sur sa tête vers moi, il hurla de douleur quand il n'en peu plus et je décida de le lâcher en regardant le Magicien qui, selon moi, devait rire au éclat avant de lui dire:

-Je m'excuse, certains des recrues ne savent pas reconnaître l’autorité en place par le roi et si vous êtes magicien, pourriez vous soigner mon loup blessé s'il-vous-plait. Je me retourna vers le recrue avant de lui demander: Pourquoi devrais tu avoir le droit de faire l'examen, dis toi qu'avant de commander, il faut apprendre a suivre et ce, peu importe le sexe et l'âge de ton supérieur directe.

Il me regarda avec limite le gout de me massacrer, il était a quatre patte, comme le voulait le marcher, mais son langage non verbal disait: Tu en as pas finis avec moi.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)   Jeu 7 Mai - 0:02

Le regard de Nehriel se posa sur la recrue qui s'était exprimée suite à son constat sur l'âge de la jeune blonde. Il n'attendait que ça, qu'un soldat montre son manque de discipline, afin de voir jusqu'où était poussé l'entraînement des troupes de Diamant. Il semblait que l'armée ne soit pas entièrement soudée, car si un homme s'était exprimé, certains hochaient la tête en grommelant, d'autres tournaient la tête pour ne pas se mêler d'un débat probablement déjà abordé dans la caserne, et surtout pas devant la personne concernée. Ces personnes respectaient leur officier, quoique pas tous, mais elles ne le respectaient que pour ses prouesses au combat, rien d'autre. Certains, dont celui qui avait osé parler, se seraient bien vus général à la place du général.
Un léger sourire étira les lèvres du Magicien de Perle, Dasayl ne lui confiait pas d'acolyte. Non par manque de confiance, mais pour les deux simples raisons que personne n'était assez fou pour être le subordonné du Mage de Perle, et surtout, les transgressions disciplinaires comme celles du soldat qui venait de parler seraient punis par d'atroces souffrances... Nehriel l'imaginait déjà fouetté devant ses hommes afin de leur inspirer le respect par la crainte, tout en leur expliquant quelques notions d'anatomie, où et comment frapper pour faire souffrir un homme par exemple...

Le sourire s'estompa aussi vite qu'il était venu lorsque la jeune femme face à lui prit la parole. Elle était donc Général, la chef suprême des armées de Diamant sous le Roi lui-même. Nehriel ne put empêcher les commissures de ses lèvres de se relever lorsqu'elle mentionna le « coup de chance ». Pour lui, tomber sur ce genre d'événement était une aubaine, il travaillait constamment sa force, il devait arriver à tuer sans se fatiguer, à blesser sans esquisser de mouvement trop large, et surtout, à vaincre vite. Les bandits étaient toujours des entraînements de choix, et surtout, croiser des troupes de Diamant lui permettait de les analyser, de les comprendre, et surtout, de s'en faire connaître, car peut-être qu'un jour...

Il n'eut pas le temps de reprendre la parole que le Général reportait son attention sur la recrue indisciplinée, et le provoquait en duel. Une démonstration de force semblait s'imposer. La recrue était bien trop confiante, elle sous-estimait son adversaire en raison de son âge et de son sexe, une idiotie qui lui aurait valu la mort si le Mage avait eu son mot à dire. Mais il mourrait bien assez tôt, sur le champ de bataille, il devait se faire humilier avant. Sa garde était mauvaise, bien trop haute, ne protégeant ni ses jambes ni son aine. Sa charge, désordonnée, ressemblait à celle d'un cheval blessé. Tellement d'ouvertures s'offraient à la jeune femme désarmée que Nehriel se demandait laquelle elle choisirait. Finalement, elle opta pour une tactique près du sol, faucha son adversaire et l'immobilisa au sol, lui faisant une clé de tête afin d'étirer son cou au maximum. Les regards du Magicien et de la Général se croisèrent au moment où le soldat, demandant grâce, se retrouva le visage dans la boue, toujours étalé sous le poids de la jeune femme récemment sortie de l'adolescence qui venait de l'humilier devant toute sa compagnie, et un étranger des plus singuliers. Nehriel offrit un sourire sardonique à son interlocutrice, il ne jubilait pas vraiment, mais il n'était, pour ainsi dire, pas déçu du spectacle. Les bras croisés sur le torse, il jeta un regard froid sur l'homme qui n'osait même pas relever la tête : il n'avait pas l'étoffe d'un guerrier.

Il acquiesça d'un signe de tête à la remarque de la jeune femme. En effet, tous les groupes de recrues avaient toujours leurs moutons noirs, et souvent ces derniers étaient parmi les plus populaires du groupe. La grande majorité des soldats regardaient la scène avec un mélange de respect et d'humilité, certains grinçaient des dents, et quelques rares exultaient silencieusement de voir celui qui devait passer pour la grande gueule de la troupe se faire ainsi humilier. Décroisant les bras, Nehriel pointa le menton vers le loup et le fixa d'un air dénué de toute vie.


-Il a mérité ses soins, s'il veut bien que je m'en approche, je m'occuperai de sa plaie...Puis, si vous le permettez, j'aurai quelques mots à dire à vos hommes, Général.

Nehriel s'approcha du loup à pas lents, la bête, bien que blessée, pouvait encore être vive, et le Magicien dégageait assez de mauvaises ondes pour que l'animal le sente. S'accroupissant précautionneusement près de l'animal, il posa sa main droite sur la plaie, fixant la bête droit dans les yeux avec un regard mort. Son absence d'émotion calmait peut-être le loup, peut-être l'effrayait-elle, peut-être encore était-il habitué au contact d'humains, ou sa maîtresse le retenait-elle d'une façon quelconque, que ce soit par le regard ou un ordre silencieux, mais il ne sembla pas manifester d'hostilité et ne broncha pas plus que de raison. Une lumière mauve apparût dans la paume du Magicien, réminiscente de la couleur de sa magie, la plaie était relativement profonde, mais plutôt propre, les systèmes nerveux et circulatoires n'avaient pas subi de dommages, la guérison de cette plaie était dans les cordes du Magicien, bien qu'il n'aurait jamais admis que ce n'était que de peu, n'étant pas un guérisseur expérimenté. Se concentrant quelques instants afin de laisser son aura circuler librement, il ferma les yeux. Lorsqu'il les rouvrit, la plaie à la patte du loup n'était plus qu'un mauvais souvenir, marqué par une fine cicatrice qu'on peinait à distinguer.
Nehriel se redressa et fixa dorénavant les hommes ainsi que le Général, il avait eu le temps de peaufiner ce qu'il allait dire, ce n'était pas dans son habitude de s'adresser ainsi aux gens, mais il tenait à marquer ces hommes, afin qu'ils le reconnaissent un jour, car ce jour arriverait.

-Savez vous pourquoi cette jeune femme dirige l'armée d'un pays entier ? Il marqua une pause, commençant un mouvement hypnotique, marchant de gauche à droite tout en les gardant tous en vue, il avait attiré leur attention, il espérait juste que la jeune femme ne l'interromprait pas, car elle casserait ainsi l'effet escompté. Parce qu'elle est forte, agile et déterminée ? Il désigna un cadavre qui se finissait de se consumer à sa droite. Il l'était aussi...Parce qu'elle est dans les bonnes grâces du Roi ? Nouvelle pause théâtrale Elle serait Reine, dans ce cas...Regardez la bien, sentez ce que sa présence vous inspire. Lorsque vous aurez compris l'importance de ce qu'une personne vous inspire, lorsque vous cesserez de regarder sans voir, vous aurez enfin mérité votre place dans le futur de ce monde.

Un regard froid sans fioritures conclut ce bref monologue. Il était resté très froid durant la totalité de ce dernier, il voulait que chacun d'entre eux se souvienne exactement de ses paroles, de ses gestes, de ses intonations. Il se tourna quelques instants vers son cheval qui broutait tranquillement de l'herbe, pas le moins du monde dérangé par ce qui l'entourait. Cette vérification faite, il se tourna à nouveau vers le Général de Diamant.

-Que comptez vous faire des survivants de cette escarmouche ? Les emmener à l'examen avec vos hommes ? Si ce n'est qu'une troupe de bandit, elle me paraît trop nombreuse et organisée pour n'être qu'un cas isolé. Il marqua une pause, son visage passant d'un masque inexpressif à la personnification du sadisme. Et j'aimerais beaucoup discuter avec le grand chef de cette bande de rançonneurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)   Mar 21 Juil - 19:44

Suite a ma petite victoire sue la recrue isolante, je resta assis sur le dis du jeune homme qui avait honteusement le visage dans la boue, il avait un aire si ridicule, certes il avait perdu, mais au moins, bordel, essaye au moins d'en tirer quelque chose, sinon cette expérience désagréable n'aurait servi a rien et serait a répété jusqu’à compréhension de ses erreurs. Il valait mieux se faire humilier maintenant que de mourir dans le futur. J'avais remarquer le sadisme de cette homme, je ne lui en tenais pas rigueur, malgré le fait qu'il avait son coté bien étrange, il semblait fou, mais doté d'une intelligence sans précédant, je ne connaissais pas son parcourt de vie et cela ne me regardait pas. Aucun de mes hommes ne semblait a l'aise face au magicien et pourtant, si ils savait ce qu'ils auraient a affronter dans leur vie, ce magicien ne leur aurait pas fait autant d'impression, certains de mes hommes semblait me trouver folle de soutenir le regard mort de ce type. Franchement, si j'aurais voulu appliquer les règlement a la lettre, j'aurais déjà pu les faire coulé, car des soldat devaient impérativement se montrer courageux et ne pas ainsi démontrer qu'il avait un effet sur eux, seul quelques braves osait le regarder, bravo à eux, ils avait montrer qu'ils avait un minimum de tripe. Pas que j'allais oublier ce manque de bravoure de leur part, je leur en parlerais c'est certain, ça ne passerais pas sous silence, surtout devant "Magicien" qui semblait avoir aimé le spectacle du duel contre la recrue. l'homme vaincus resta au sol, comme une poupée de chiffon, qu'il reste ainsi si il veut, je souhaitais seulement que les autres on pu en saisir une leçon si lui ne l'avait pas fait, j'aurais pu lui dire, mais je me retins pour ne pas enfoncer le clou dans le cercueil, homme était un imbécile.

Magicien Disais que le loup avait mérité des soins, même blessé, il semblait avoir plus de courage que les recrues, je n'avais pas particulièrement de permission a lui donner, car si il me faisais confiance, il n'égorgerais pas le magiciens, car je ne l'avais par fait. Pandant que le magicien s'approchait, c'est sur que le loup sentais les onde loin d'être positive s'approcher de lui, mais il avait le discipline requise pour ne pas bouger, franchement si le mage aurait du soigner un de mes hommes présent, j'imagine déjà la misère pour le magicien de s'approcher, car il ne semblait pas être la bonté incarné. Quand il fut guéri, le loup ne fit rien a l'attention du magicien en rose, il s'approcha plutôt de l'homme qui était surement sur le point de se noyer dans la boue pour le sentir, question de vérifier si il était mort, quand il comprit que non, il s'en éloigna, celui-ci n'était pas du tout intéressant pour mon ami a quartes patte.


Le très aimable magicien commença a s'adresser a mes homme, expérience très enrichissante, car vu l'effet de peur qu'il avait sur eux, qu'il s'adresse librement a eux était la meilleur chose que je pouvais leur souhaiter. J'alla prendre le défaitiste indigne et l'assis a coté de moi, dans le sens ou il pouvait voir le magicien bizarre, je lui donna un coup de pied dans le bas d dos pour qu'il se redresse un peu, je lui avais dit d'être a quatre patte, pas coucher dans la boue, le coup de pied eu l'effet qu'il me donne un coup de coude sur une jambière qui le fis souffrir, il grogna puis resta calme et soumis, comprenant qu'il n'allait pas gagner pour le moment et qu'il resterais dans cette position humiliante, car pour le moment, même l'animal était mieux traité. Il avait bien raison sur absolument tout les points sauf pour ce qui est des bonne grâce du roi, car j'étais dans ses bonne grâce, mais en même temps, j'avais de loin faites mes preuves alors ce détail était plus ou moins important, car j'avais, au final les compétences de mon poste, même si je venais tout juste de sortir de l’adolescence.

Selon moi, l'homme avait beaucoup d'attitude, bien qu'il ne me fasse pas peur, je ne lui ferais rien, il avait un je ne sais pas quoi qui rattrapait a mes yeux son sadisme, car je ne tolère pas tout les psychopathes dans le royaume. Il voulait vraiment parler au grand chef des brigand? possible, j'envoya le chien de poche cherché les vrai soldat puis dit a mon interlocuteur:

-Mais certainement, de plus c'est possible de les trouver grâce a mon loup, attendons le restes des soldats qui nous accompagnerons et on ira les chercher par la peau du cul, car non, ce n'est pas la première foi que j'entend parler d'eux non plus, j'ai juste autre choses a faire, voyez-vous, j'ai une armé a diriger, je peu pas aller dans ce genre de mission chaque foi, sauf que le capitaine de la quatrième escadron m'avais dit qu'il s'En chargerais et je constate qu'il n'a rien fait, une prochaines promesse comme celle non respecté et il se fait rétrogradé, car en plus, il sais que c'est pas le roi qui va le défendre . Bref passons et attendons le restes des troupes que la recrue est parties chercher.

Il était partit a quatre pattes, comme le paris l'avait annoncé, par chance, je pouvais le voir aller vers les troupes. Je n'avais pas besoin de surveiller pour savoir si il avait respecté sa part du marché ou non, car les vétéran allait bien rire jusqu'ici si ils l'avait vu faire ça pour de vrai. Je décida de complimenté le solitaire pour son attitude en lui disant:

-Je vous félicite, j'aime l'impression que mes soldats on de vous, ça me permet de voir plusieurs chose dont beaucoup qui ne sont pas encore prêt.


Quelques seconde après, mes recrues commencèrent a me regarder d'une façon bizarre, comme si j'étais devenu une brigande, je les regardait d'une manière qui leur on immédiatement imposé le silence et leur dit:

-Ce n'est pas parce que le Magicien vous fait peur que je dois démontrer la même chose, souvenez vous ce qu'il vous a dis, ça va vous servir toute votre vie, de plus je sais ce que vous pensez de lui, la lecture dans votre visage en est évidente, sachez que si cette homme vois fait peur c'est que vous vous êtes trompé de carrière, un soldat est appelé a travailler face a ce genre d’adversaire chaque jours de sa vie, il faut donc être prêt et sa présence fausse largement les évaluations des instructeurs.

L'une des recru s'avenca, indigné par ce qu'il venait d'entendre, il me rétorqua sur un ton chargé de reproche:

-Je n'acceptes pas ce genre de critique, les instructeurs on quelques année de plus que vous dans le corps, ils savent ce qu'il disent et pas vous de toute évidence, cet homme est un psychopathe, un homme bon a se faire enfermé tout comme l'animal qu'il est.


Je regarda "Magicien" et lâcha un soupir d'agacement, je m’avance vers le recru et le fis tomber sur le dos, le regardant très sévèrement, je le tirra par le collet et l'amena face a cet homme qui lui inspirant t'en de crainte puis lui rétroqua sur un ton qui ne demanda pas de réplique:

-Il est psychopathe et alors? En situation de guerre, ce n'est pas lui qui aura peur des ennemie, c'est ce genre d'homme qui inspirera la crainte dans les rang ennemie, car si tu crois qu'il y a personne comme lui dans l'armée, tu as pas rencontré mon bras droit et tu ne m'as jamais vu lors des tournoie amical entre officier, tu as besoin d'une bonne leçon de respect, d'humilité et de franchise, si tu as peur de lui, ça me dérange, mais bon, j'en aurait reparler a la caserne avec les instructeurs, maintenant, lève toi, soutiens son regard comme je le fais et dit lui en pleine face ce que tu viens de dire de lui sans être au centre de la formation, je suis sur d'une chose, jamais tu soutiendra son regard, tu répéteras les mots? surement,, mais avec la peur au ventre.

Je le leva, le tenant par la nuque et le força a regarder l'homme au regard sans émotion, je le regardants aussi dans les yeux, mais avec un minimum de cran, on ne reculait pas face a ce genre de type. Je sentais la recrue vouloir reculé, mais je le retenais, franchement, j'attendais de voir la réaction du magiciens qui devait jubilé intérieurement, une chose était sur, il pouvait lui faire peur a volonté, mais pas lui faire de mal, il restait sous ma responsabilité et il devait de toute façon le savoir, mais pas besoin de torturer pour faire peur avec un peu d'imagination. Décidément, cette journée serait, pour les recrue remplis de leçon importante, car on ne pouvait pas parler ainsi sans s'attendre a se le faire rétorqué. Je regarda ma recrue, presque tremblante de peur face à "Magicien", si il avait quelque chose a dire et non a faire, je ne l' empêcherais surement pas de parler, mais si il voulait lui faire mal, c'était non tout de suite.


(HRP: Je m,excuse de la longue attante, fais pas de mal a l'idiot, et tu feras arriver les soldat s.v.p)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Examen Cas réel(Diamant)(PV:Nehriel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Examen de Potions
» Mission de rang D: Examen Chuunin
» Un blogueur mis en examen
» Soutien examen
» - Examen d'Histoire de la magie // Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: RPs d'Enkidiev-
Sauter vers: