Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Retrouvailles professionnelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Retrouvailles professionnelles   Mer 3 Juin - 13:53


Ilena s'était permise de dormir ce matin là. En vue des prochains recrutements, elle avait pris un peu de congés au niveau des cours qu'elle avait à donner. Cette longue nuit l'avait bien reposée mais n'étant pas habituée à se réveiller tard - il ne devait pas être plus de neuf heures - elle avait du mal à émerger. Pourtant, elle devait au moins ranger son bureau et faire un brin de toilette ce matin car elle avait un rendez-vous en début d'après-midi.
Ce n'était pas le plus génial des rendez-vous d'ailleurs, il s'agissait de Nehriel de Perle, un confrère magicien. Dans ses souvenirs, ils avaient à peu près le même âge, vu qu'ils s'étaient rencontrés plusieurs fois alors qu'ils étaient encore apprentis mages, mais la jeune femme ne l'avait jamais réellement porté dans son coeur. C'était un personnage un antipathique et très énervant, mais après tout, peut-être avait-il changé, cela faisait un certain nombre d'années qu'ils ne s'étaient pas rencontrés.

Penser à lui dès le réveil ne la mit pas de très bonne humeur et fronçant les yeux, elle se redressa dans son lit pour mieux étirer ses bras et son dos. Elle n'avait d'ailleurs pas besoin de passer une main dans ses cheveux pour savoir qu'ils devaient présenter des nœuds sur toute la longueur. Elle aurait vraiment du les tresser pour la nuit comme on lui avait conseillé de le faire il y a un bon nombre d'années. Une ancienne nourrice, peut-être, à l'époque où elle en avait encore besoin, lors de sa vie au royaume de Jade. Enfin, elle finit par soupirer et sortir de sous les draps pour s'asseoir au bord de lui, encore toute comateuse.
Cependant, elle avait déjà tout prévu la veille, histoire d'avoir du temps le lendemain matin, alors la jeune femme savait que sa salle de bain privée avait du être dispensée en eau chaude - si elle n'avait pas trop dormir, auquel cas, elle serait peut être froide - et que sa toilette officielle de magicienne était prête à être enfilée. Il n'était pas question que son collègue croit qu'elle s'apprêtait en l'occasion de leurs retrouvailles - elle n'avait jamais su déchiffrer ses pensées alors elle préférait se préparer à tout - et avait décidé de ne pas s'encombrer d'accessoires inutiles. Elle n'avait donc qu'à se préparer et à aller ranger son antre.

Elle ne se rendit compte qu'elle n'avait pas pris de petit-déjeuner que lorsque son ventre cria famine alors qu'elle avait rangé la moitié de son bureau mais elle comprit rapidement pourquoi elle n'y avait pas pensé : lors d'un jour de congé, il était trop difficile de lui demander de croiser ses élèves dans le couloir. Leurs cris, leurs pas si vifs, le bruit qui les suivait partout ... non, pas un jour de congé... Mais alors, maintenant qu'ils devaient être en cours, elle pouvait aller manger, non ?
Sur cette bonne idée, elle reposa le livre relié qu'elle avait en main sur la table, décidant de le ranger après sa pause. C'était agréable de pouvoir remettre à plus tard ce qu'elle avait à faire. Bon d'accord, elle le faisait toujours quand cela concernait le rangement - et elle avait interdit à qui que se soit de ranger derrière elle de peur de ne rien retrouver - mais le fait de prendre son temps était assez inédit depuis quelques années.

Son petit déjeuner fut donc royal et dans un silence très agréable. Pour cause, elle était seule à table et avait été servie correctement, il n'y avait donc plus personne pour lui apporter quoi que ce soit ou lui enlever le pain de sa bouche. Les yeux fermés, elle profita. Le pain croustillant, la confiture de lait si crémeuse et le café si goûteux, tout semblait prendre plus de saveur. La suite de la journée ne serait peut-être pas aussi agréable.
C'est donc pleine de cette sérénité qu'elle remonta légèrement dans sa tour pour finir son rangement. Au moins, s'en était fini pour le bureau. Elle avait retourné les tiroirs et tout rangé correctement et avait presque fini de débarrasser le dessus, seul le livre sur les remèdes contre les problèmes d'infection trônait encore dessus. Le reste de la salle n'était pas nickel, loin de là, mais on y voyait tout de même beaucoup plus clair.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Mer 3 Juin - 15:20

Émeraude.

Le royaume central de ce continent, le plus prospère, le mieux placé, et surtout, le berceau des célèbres chevaliers qui, des milliers d'années plus tôt, ont repoussé l'invasion de l'Empire Noir. L'endroit qui a vu naître, vivre et mourir des centaines de héros dont les légendes seront contées jusqu'à la fin des temps, et surtout, le seul royaume à ce jour à avoir non pas un, mais deux magiciens...
Deux magiciennes, en fait.
Cette nouvelle n'était pas passée inaperçue dans tout Enkidiev, le fait qu'Émeraude possède deux magiciens au lieu d'un, quelle qu'en soit la raison, avait fait le tour du continent et suscité les ragots de bien des gens. Des grincements aux claquements de dents, tous les nobles de cours avaient leur avis sur le sujet, de Zénor à Opale, et celui-ci était rarement approbateur. Toutefois, Émeraude restait le royaume le plus influent d'Enkidiev, donc personne n'osait leur contester ce point, ni celui de lever à nouveau les Chevaliers d'Émeraude sur des suppositions, car jusqu'alors, il n'y avait eu aucune preuve d'un quelconque retour de créatures d'Irianeth.
Du moins, aucune preuve présentable au commun des mortels, qui ne comprenaient rien à l'astrologie et aux flux magiques gouvernant ce monde.

Ilena, la première magicienne d'Émeraude, était l'une des rares personnes dont Nehriel connaissait encore le nom malgré son éloignement de la communauté de magiciens Enkievs. Elle l'avait marqué par sa jeunesse et son fort tempérament, il s'attendait souvent à voir de vieux croulants en tant que magiciens, or, elle n'était pas de ces clichés. Elle était, comme lui, un prodige, car elle avait été nommée magicienne de son royaume à un très jeune âge. Et en ce jour, elle l'avait fait convoquer, ce qui présageait d'une situation très grave. S'il avait coupé les ponts, la réputation du Magicien de Perle, bien qu'il ne fût jamais nommé par ceux qui relataient les rumeurs à son sujet, devait avoir atteint les Émeriens, et la jeune femme faisait partie du cercle très restreint de personnes à connaître son nom, elle, les autres magiciens, Dasayl, et quelques rares malchanceux à la cour de Perle. Un jour, Mais peut-être n'avait-elle pas fait le lien, car elle ne l'avait jamais vu...Ainsi.

Les cheveux blancs s'agitant au gré de la brise fraîche du royaume cœur d'Enkidiev, le cuir clouté rose épousant la forme de son corps et ses hanches se balançant au gré du déplacement de son destrier dont les sabots marquaient une musique répétitive et hypnotique, le Magicien avait parcouru la distance qui le séparait du château d'Émeraude en moins de temps qu'à l'accoutumée, la faute à un temps clément et un cheval particulièrement en forme. Un sourire malsain se dessina sur son visage alors qu'il approchait du château, il était vraiment curieux de voir la réaction de son ancienne consœur face à sa métamorphose.
Et surtout, il se demandait si elle saurait comprendre d'où lui venaient ces traits inhumains.

Prenant plaisir à être pointé du doigt par des Émeriens plus ou moins discrets, voire par des enfants explicitement curieux. Il inspirait naturellement l'aversion chez ceux qui le regardaient, et ça lui allait très bien. Le commun des mortels était bien trop insignifiant pour mériter son attention. Il se sentait supérieur à tous ces gens qui travaillaient la ferme, le bois, la pierre ou la peau. Bien sûr, il aurait été incapable de faire ce qu'ils faisaient, mais après tout, insignifiant ne rimait pas avec inutile. Tout rouage prenait sa place dans un engrenage, certains étaient juste plus gros que d'autres.

Il décida de s'arrêter dans une auberge afin de profiter de l'hospitalité Émerienne, S'il dégageait une certaine aura malsaine, l'aubergiste ne lui refuserait pas un repas, les habitants de ce royaume n'étaient pas superstitieux, il pouvait donc parler sans risquer de se faire traiter d'engeance démoniaque.
Dommage.
Une fois rassasié, il reprit la route vers la forteresse qui élevait ses tours vers le ciel. Potentiellement imprenable par des forces dénuées de forces surnaturelles, le château d'Émeraude abritait également le point central de la cohésion Enkiev. Hauts et fiers, les murs se dressaient tels des remparts à un ennemi inconnu, les créneaux étaient réguliers, et le soleil ascendant éclairait ces derniers sans projeter la moindre ombre sur le sol. À cet instant précis, l'extravagant cavalier se dit que la vue devait être sublime à l'aube et au crépuscule...
Émeraude serait définitivement une pièce de choix lorsque tout se mettrait en branle.

Malgré son aversion pour le petit peuple, Nehriel dut se mêler à la foule afin de traverser le pont-levis qui menait à l'intérieur du château d'Émeraude. Il apercevait déjà la tour d'Ilena, ou peut-être étais-ce devenue la tour de la seconde magicienne ? Il verrait bien lorsqu'il irait toquer à la porte après tout. Il avait gardé une image relativement nette de la jeune magicienne, alors à moins qu'elle se soit trouvée un sosie ou qu'elle ait drastiquement changé en ces quelques années, il la reconnaîtrait aisément.
Ce qui n'était probablement pas réciproque.
Toutefois, un obstacle portant une armure rutilante et une lance l'interrompit dans ses réflexions, ce dernier arrêta son cheval et le regarda de l'air typique de celui qui attendait une réponse. N'ayant pas entendu la question, le magicien en cuir rose le fixa avec impassibilité attendant qu'il répète, tandis qu'un autre garde s'approchait afin d'impressionner le voyageur, ou de rassurer son compagnon, au choix.


-Veuillez décliner votre identité.

-Non.

La réponse cinglante de Nehriel écarquilla les yeux des deux gardes. Ces derniers s'attendaient à tout – du baratin mal fait, un ton hautain et insulté, un énervement, un silence gêné, une réponse simple – mais certainement pas à un refus clair et net devant deux gardes armés et probablement entraînés. Avant qu'ils aient pu surmonter leur surprise, le magicien enchaîna.

-Je suis venu à la demande de la magicienne Ilena d'Émeraude. Par conséquent vous pouvez la déranger pour lui dire qu'on l'attend impatiemment à la porte, ou me laisser passer pour que j'aille lui annoncer moi-même la nouvelle, dans les deux cas, elle ne sera pas ravie.

La surprise des deux hommes se dissipa progressivement, et ils échangèrent un regard presque entendu. Ils devaient essayer de se rassurer mutuellement, ou de se faire passer un message que le magicien ne comprenait pas. Si c'était le cas, ils avaient réussi. Ils échangèrent quelques paroles à voix basse, puis l'un héla ce qui ressemblait à un servant tandis que l'autre lui indiquait de les suivre sur le côté afin de libérer le passage pour la foule qui se pressait afin d'observer ce spectacle pour le moins incongrue.
Ceci fait, les deux hommes se placèrent face à l'homme aux cheveux blancs qui n'avait pas l'intention de descendre de son cheval.


-Nous allons la faire prévenir. Qui devons-nous lui annoncer ?

Le magicien se redressa sur sa selle, bombant son torse finement musclé sous son cuir moulant, il toisa les deux gardes face à lui, puis le messager, cherchant la meilleure façon de leur répondre. Soudain, un léger sourire flotta sur son visage tandis que ses yeux s'étiraient imperceptiblement, ses pupilles roses s'illuminant un bref instant.

-Une vieille connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Mer 3 Juin - 18:16


Ilena était à peine revenue dans son bureau qu'un serviteur arriva à sa suite. N'ayant pas encore fermée la porte derrière elle, celui-ci ne put y frapper pour s'annoncer, mais la jeune femme l'apperçut bien assez tôt pour l'accueillir. L'homme semblait avoir monté les escaliers quatre à quatre mais n'était pas essoufflé. Il n'était pas nouveau après tout, il avait l'habitude de ces escaliers.

Qui y'a-t-il ?
Un homme demande à vous voir. Il dit qu'il vient à votre demande et qu'il est une vieille connaissance.
Nehriel ...

Ilena avait répondu au tac au tac. Il n'était pas si dur de deviner de qui il s'agissait du simple fait qu'il avait annoncé être attendu par elle, et après tout, elle n'avait pas trente-six rendez-vous lors de son jour de congé. Elle avait failli être étonnée du fait que le messager ne connaisse pas le nom de leur visiteur - il n'y avait qu'à regarder sa tête pour comprendre qu'il l'entendait pour la première fois - mais son confrère était tellement ... spécial, qu'elle n'était pas si surprise.
Il avait plusieurs heures d'avance. Quel culot. Maintenant elle ne pouvait plus prendre son temps pour finir de ranger et sa bonne humeur s'envolait petit à petit. Oh et puis après tout, s'il n'avait pas changé, plus vite il serait arrivé, plus vite il serait parti et bon débarras. Mais elle eut une hésitation, descendait-elle l'accueillir ou attendait-elle qu'on lui dise qu'il pouvait monter ? En tant normal, elle serait allée au devant de son invité, mais elle ne savait pas si c'était une si bonne idée. Après tout, il était attendu bien plus tard et elle n'avait pas fini son rangement. La décision était prise, elle ne bougerait pas d'ici !

Faites-le monter. J'ai encore deux-trois choses à faire, je l'accueillerais ici. Merci. Et ... prenez votre temps.

Oui. Oui, du temps. Maintenant, c'était mort pour ranger son bureau de fond en comble, elle n'avait plus qu'à tout entasser quelque part, genre dans le labo, la pièce à côté quoi. Ilena commença à empiler les différents livres, parchemins et objets en tous genres qui n'avaient pas encore retrouvé leur place et commença à aller les entasser sur un coin de la paillasse de chimie. Le tout attendra bien ici quelques temps. Et si Auregan se pointait et qu'elle râlait, tant pis pour elle, pour une fois, ça irait dans ce sens !

Et avec tout ça, elle n'avait pas sorti les lettres de Nehriel, ni ses observations, ni de quoi écrire, mais bon après tout, elle pourrait faire tout ça sous ses yeux, ce n'était pas si dégradant.
Après ses quelques allers-retours, le bureau était presque nickel. Mais déjà quelqu'un attendait sur le palier. Ilena ne l'avait pas tout de suite entendu mais lorsqu'elle le remarqua, elle en fit tomber son dernier livre.
Ça ne pouvait être que lui mais ... était-ce vraiment lui ?! Bon sang ! Quel ... La jeune femme ne trouvait pas les mots. Il était méconnaissable et sa ... enfin son style ... il avait eu des ratés dans ses potions ou quoi ?!

...Bonjour ...

Son ébahissement devait se voir comme son nez au milieu de sa figure, mais après tout, pouvait-elle réellement avoir une autre expression ? De son côté, elle était habillé officiellement d'une tenue sobre, à la fois élégante et pratique dans des tons plutôt discrets et seule sa coiffure devait avoir un raté après la course qu'elle venait de faire, mais lui, ce n'était même plus des cheveux qu'il avait c'était ... Et puis ... pourquoi ROSE ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Mer 3 Juin - 21:24

Après un bref échange de regard avec les deux autres Émeriens, le messager était parti à la course vers la tour que Nehriel avait deviné être celle de la magicienne. Dès que l'homme eût disparu de son champ de vision, il descendit de cheval sans demander la permission et entreprit d'approcher son cheval de l'écurie. Les deux hommes lui barrèrent instantanément la route,

-Désolé mais vous devez rester ici jusqu'à ce que la magicienne vous fasse parvenir une réponse...

-Qui sera positive, et je n'ai pas de temps à perdre. Et puis, qui menacerai-je en confiant ma monture aux palefreniers ? J'y laisse même mon épée.

Pour ponctuer cette tirade, il fit à nouveau pulser ses yeux d'une magie rose, montrant que de toute façon, cette épée n'était qu'une lame d’apparat. De plus, il montrait ainsi son statut de magicien, ce que les gardes n'avaient probablement pas manqué lors de sa première prestation. Les contournant sans plus de politesses, il alla jusqu'aux écuries où il tendit les rênes de sa monture aux palefreniers avec de quoi payer ces derniers. Il ne savait pas combien de temps cet entretien durerait, par conséquent, il voulait que sa bête soit bien traitée. Ceci fait, il fut rejoint par le messager qu'il avait envoyé plus tôt.

-La magicienne d'Émeraude vous attend dans sa tour, sire Nehriel.

Pour la troisième fois aujourd'hui, les yeux du magiciens pulsèrent, à la différence que cette fois, c'était la surprise et l'agacement qui avaient provoqué ce flux magique vers ses globes oculaires. Il avait l'habitude de ne jamais divulguer son nom, à Perle, c'était « Lui » ou « Le Magicien » personne à Perle, à part quelques très rares personnes, ne pouvaient se vanter de connaître son nom. Et maintenant, un messager en avait été informé. Une grimace déforma un court instant le visage de l'homme aux cheveux blancs, qu'il ravala tant bien que mal alors que ses yeux reprenaient leur couleur originelle, Nehriel salua le porteur de nouvelles d'un bref hochement de tête, lança un regard moqueur vers les gardes qui le regardaient toujours, et se dirigea d'un pas impérial vers la tour de son ancienne consœur.

Montant les marches sans se presser, il ne tentait pas de faire du bruit ou, au contraire, de ne pas en faire. De toute façon, elle saurait quand il serait à la porte, alors pourquoi tenter de théâtraliser tout ça plus que de raison ? Il prit son temps pou regarder la décoration austère des murs de la tour, compter le nombre de marches, écouter l'écho de ses pas sur les murs...Se faisant, il finit par entendre d'autres échos, plus précipités, moins réguliers, et en conclût qu'il approchait du sommet de la tour. Les bruits de pas d'Ilena indiquaient qu'elle n'était pas prête à le recevoir, pas encore, et ce, en raison de son avance conséquente. Un sourire se dessina sur son visage fin, il était ravi de l'avoir au dépourvu.
Arrivé au sommet des marches, il pût la voir à l’œuvre, rangeant des choses en toute hâte, se précipitant d'un bout à l'autre de la pièce sans prêter attention à celui qui se tenait dans le seuil de la porte. Souriant de plus belle, ce dernier examina Ilena sous toutes les coutures. Elle avait bien grandi...Et pris un peu d'embonpoint aussi. Mais ça ne l'empêchait pas de faire de grandes embardées, les bras chargés de documents en tous genres afin de les ranger hors de la vue du Magicien de Perle. Après une bonne vingtaine de secondes d'observation, Nehriel croisa ses bras et laissa un soupçon de magie colorer ses yeux d'un rose plus vif.
Et alors, elle le vit.

Voir son visage se décomposer devant la surprise fût un véritable délice, tout autant que voir sa main s'ouvrir, échappant un livre qui tomba sur le sol d'un bruit étouffé. Extatique, le magicien de Perle n'en laissait néanmoins presque rien transparaître sur son visage qui n'arborait qu'un sourire fin, l'effet avait été parfait.
S'approchant après qu'elle lui eut adressé la parole, il prit sa main et s'inclina en un baisemain parfaitement conventionnel. Se redressant ensuite, le regard pétillant et le sourire malsain, il prit enfin la parole d'une voix parfaitement sûre, et relativement taquine.


-C'est un plaisir de te revoir en chair...et en os, Ilena d'Émeraude.

Outrepassant immédiatement le vouvoiement de politesse, il espérait ne pas lui laisser le temps de reprendre ses esprits. Il appréciait particulièrement déconcerter les gens le plus longtemps possible, avant qu'ils ne puissent rattraper le fil de la conversation et la mener où ils le voulaient. C'était un principe de base de la politique, et de tout conflit d'opinions, déstabiliser l'autre, afin qu'il ne puisse plus raisonner correctement.
Même si là, il le faisait par pur plaisir.

Reculant de quelques pas d'un geste théâtral tout en gardant le regard planté dans celui de la magicienne qu'il dépassait en taille, il fit disparaître son sourire, mais pas le rayonnement furtif de ses yeux, arborant ainsi un air plus grave, neutre, mais très loin d'être hostile. D'un geste calculé, il plia les genoux et, sans quitter la jeune femme des yeux, il ramassa le livre qu'elle avait fait tomber. Après un bref coup d’œil sur la couverture de ce dernier, il le lui tendit avec un sourire narquois.


-Allons, respire, c'est presque vexant.

Le ton moqueur avec lequel il disait ça contrastait en tout point avec le contenu de la phrase. Mais vu qu'il devrait probablement être sérieux durant tout le reste de l'entretien, il pouvait bien se montrer un brin provocateur pour leurs « retrouvailles ». Et puis, ça lui faisait une petite vengeance personnelle vis à vis du fait qu'elle avait prononcé son nom devait un tiers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Jeu 4 Juin - 6:31


En clair, il n'était pas resté le même que celui qu'elle avait connu, en tout cas physiquement, il n'en restait plus rien, il semblait juste ... pire. A son grand désarroi. Qu'avait-il fait lors de ces dernières années ?! Même quelqu'un qui ne l'avait jamais vu avant son changement n'aurait pu s'empêcher de le fixer de cette façon, alors une personne qui savait à quoi il était réellement sensé ressembler ... Oh, il n'avait pas de doute quant au fait que le personnage jouait de son apparence pour surprendre l'assemblée, mais Ilena n'arrivait tout simplement pas à s'en remettre.
C'est lorsqu'il s'approcha d'elle et se pencha pour lui faire un baisemain qu'elle reprit ses esprits. Elle s'en serait bien passé, elle ne l'appréciait déjà pas forcément avant mais quelque chose lui disait que ce ne serait pas plus le cas à présent et si elle n'avait pas été surprise, une fois de plus, elle lui aurait clairement dit le fond de sa pensée.

Le fait qu'il ne la vouvoie pas ne la dérangea pas plus que cela. Ils avaient certes un statut spécial, mais ils se connaissaient depuis longtemps, même si se "connaître" était un bien grand mot en ce qui les concernait. Enfin, qu'il se fasse plaisir.
Elle le regarda se baisser pour ramasser son livre et l'accepta de ses mains lorsqu'il lui tendit. Les mots qui accompagnaient son geste la fit soupirer intérieurement. Bien entendu qu'elle ne se remettrait pas facilement de la nouvelle tête de son confrère, mais elle n'allait pas non plus en faire tout un plat jusqu'à en oublier la raison de leur rendez-vous. Et son ton était particulièrement vexant, Ilena choisit donc de l'ignorer une fois de plus, se demandant s'il allait chercher à la déstabiliser pendant longtemps.
Remise du choc, elle lui tourna le dos et alla ranger le livre à sa place dans l'étagère. Ce serait toujours ça de gagné.

Tu es très en avance... mais soit, bienvenue.lui dit-elle enfin sur un ton on ne peut plus commun. Qu'est ce qu'il t'es arrivé ?

Puisqu'il était à présent là, qu'il avait fait son effet et qu'il s'était apparemment rendu compte de son rangement superficiel, autant finir de débarrasser tranquillement. Elle attrapa les quelques manuscrits qui se trouvaient non loin de leurs étagères respectives et commença à la mettre à leur place.
Il fallait l'avouer qu'elle se servait de cette excuse pour lui tourner le dos un instant. Elle n'avait pas eu le temps de se préparer à leurs "retrouvailles" et il lui fallait reprendre l'habitude du personnage, sans parler de ses nouveautés.
Ilena n'arrivait pas à se rappeler de quelle couleur étaient les cheveux de Nehriel auparavant, mais elle était certaine que ses yeux n'étaient pas roses de naissance. Leur éclat avait d'ailleurs quelque chose d'inquiétant. Et puis sa tenue ... elle faisait peur en fait, mais la jeune femme restait à penser qu'il en avait choisi la couleur dans le seul but de l'accorder avec celle de ses iris. Était-il si coquet, s'il on pouvait décrire quelqu'un qui portait du cuir rose et des clous de cette façon ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Jeu 4 Juin - 15:51

À la grande déception du magicien rose, son interlocutrice semblait bien plus vivace qu'elle ne le laissait présager. Il s'attendait à ce qu'elle reste bloquée un peu plus longtemps, mais elle avait bien vite repris ses esprits. Pas assez pour imposer son rythme, mais suffisamment pour ne pas suivre aveuglément celui de l'homme aux cheveux blancs. Lorsqu'elle se dirigea vers l'étagère pour ranger le livre, Nehriel s'autorisa un bref regard vers cette autre salle qu'il ne pouvait pas apercevoir de l'entrée, mais n'eut pas le temps d'en dénoter les détails avant de devoir focaliser à nouveau son attention sur sa consœur. Il n'était pas là pour faire de l'espionnage et il s'en garderait bien, mais il était très curieux de savoir jusqu'où s'étendaient les connaissances accumulées dans la tour de la Magicienne d'Émeraude, et surtout, de la grande bibliothèque d'Émeraude.
Des connaissances interdites, il l'espérait.


-Je n'allais pas te faire attendre plus que de raison. Répondit le mage sur un ton faussement courtois. Ma jument était particulièrement en forme, alors j'ai pu presser le pas sans rencontrer de difficulté particulière, et puis, j'ai voyagé léger.

Il se doutait bien qu'elle ne lui demandait pas pourquoi il était si en avance, mais bien pourquoi il avait une apparence aussi inhabituelle. Cependant, bien décidé à ne pas lui faciliter la tâche, il la regarda faire du rangement sans esquisser un geste pour l'aider. Il s'étira même, levant haut les bras vers le ciel et tirant sur sa nuque jusqu'à regarder le plafond avec une moue extatique. Les os de son corps offrirent un concert de craquèlements sinistres qui lui plaisait beaucoup. Il reposa ensuite le regard sur la jeune magicienne encore occupée à faire son ménage et la suivit du regard sans quitter ce lopin de pierre sur lequel il s'était placé. Les mains sur les hanches, le dos droit et le menton pointant le sol, il arbora soudain un visage d'une neutralité morte qui aurait fait peur à un nécromancien.

-Le temps file vite, beaucoup de choses changent.

Sa voix était dépourvue de toute émotion, en contraste parfait avec cette extravagance dont il avait fait preuve depuis son entrée dans la salle. Persuadé qu'elle le regarderait à ce moment, il fit étinceler brièvement ses yeux de l'éclat de sa magie. Le message était clair, eux aussi, avaient changé. C'est tout ce qu'Ilena aurait le concernant en tout cas. À moins qu'elle ne pose les bonnes questions, mais elle ne les avait probablement pas, et au fond, Nehriel doutait qu'elle s'y intéresse vraiment.
Elle aurait dû, pourtant.


-La seconde magicienne d'Émeraude n'est-elle pas invitée à cette réunion ? Suis-je un invité si spécial ?

L'instant de sérieux paralysant était brisé par le sourire narquois qu'il arborait maintenant. La provocation était évidente, mais n'était-il pas provocateur depuis le début de ces retrouvailles ? De plus, briser cet instant revenait à briser la concentration de sa consœur, et vu qu'il venait de lui donner une info qui aurait pu la mettre sur une piste...gênante, c'était nécessaire.
Sans demander la permission, Nehriel referma doucement la porte de la tour pièce derrière lui. Après tout, si l'autre magicienne venait à arriver, elle n'aurait qu'à ouvrir. Et puis, conscient de la gêne d'Ilena qui ne s'était pas encore dissipée et qui s'accentuerait probablement un peu plus, le fait que la porte soit fermée, donnant à leur entretien un soupçon d'intimité, ne pouvait que la mettre un peu plus mal à l'aise.
Pivotant avec adresse, le magicien de Perle avait une fois de plus perdu son air narquois et arborait à nouveau ce masque inexpressif. Les yeux perçants et la bouche tirée en une moue horizontale, il positionna les mains sur ses hanches et attendit, exposant dans sa pose à quel point le cuir de son uniforme était moulant.
Et à quelle vitesse celui qui le portait changeait d'humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Jeu 4 Juin - 16:47


Comme il fallait un peu s'en douter, Nehriel ne lui répondit pas. Il lui fit d'abord un beau hors sujet, essayant même de se faire passer pour un galant en expliquant qu'il ne voulait pas la faire attendre. La belle affaire, il savait très bien que ni l'un, ni l'autre n'y croyait, c'était d'ailleurs sûrement pour cela qu'il avait poursuivi en décrivant son voyage.
Ce n'est qu'après qu'il lui fit comprendre qu'elle n'en saurait pas plus, le couplet sur le temps qui passe et caetera. Ilena hésita à jouer du sarcasme aussi, lui sortant qu'elle non plus n'aimerait pas parler de ses ratés professionnels mais elle n'en avait pas franchement envie, cela ne ferait forcément que l'exciter et l'inciter être désagréable. Elle n'insista donc pas et continua son rangement, sachant qu'il ne durerait pas cinq minutes.

Du coin de l'oeil, elle regardait l'énergumène qui gesticulait tout le temps. Une fois il était assis à s'étirer, l'autre à regarder le plafond, l'instant d'après il tournait sur lui-même et fermait la porte. Il ne savait pas tenir en place ou quoi ? Même le ton qu'il employait passait d'un aspect narquois à un calme déconcertant. Et encore, elle n'était pas à le regarder pour observer les modifications sur son visage !

La jeune femme fut à nouveau pris au dépourvu après sa dernière moquerie. ce n'est pas comme si elle s'attendait à ce qu'il reste sérieux, maintenant qu'elle avait vu de quoi il était capable, mais le fait qu'il lui parle de sa collègue ne lui plu par vraiment.
Bien sûr que ce n'était pas le fait qu'elle voulait le garder pour elle ou parce qu'il était quelqu'un d'important, d'ailleurs, la raison officielle était bien simple : le travail. Mais officieusement, Ilena avait toujours du mal avec Auregan. Elle était une source de savoir intéressante, mais elle n'arrivait juste pas à l'apprécier niveau caractère. Mais il ne fallait pas s'attendre à ce qu'elle lui livre ce qu'elle avait sur le coeur.

Auregan a du travail. Nous ne sommes pas trop de deux, contrairement à ce que pensent les gens extérieurs. Si nous voulons continuer à travailler pour le royaume tout en nous occupant de l'apprentissage des futurs chevaliers, nous n'avons pas le temps de nous ennuyer. Mais si tu souhaites la rencontrer, tu en auras peut-être l'occasion avant de partir.

Et il fallait se rendre à l'évidence, elle n'avait plus rien à ranger sous le main. Tout ce qui traînait encore venait soit de la bibliothèque, soit de la cuisine. Elle se retourna alors de nouveau vers lui et capta son regard rose. Elle n'arrivait décidément pas à s'y faire à cette étrangeté, mais elle se doutait que tout cela avait à voir avec bien autre chose que de simples erreurs de potions.

Souhaites-tu quelque chose à boire avant que nous commencions ? Comme tu es en avance, autant ne pas tarder. lui lança-t-elle sur un ton on ne peut plus neutre, alors que son regard exprimait un certain agacement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Ven 5 Juin - 12:24

À son plus grand désarroi comme à son plus grand plaisir, Ilena avait développé avec les années une force mentale intéressante. Bien des magiciens l'auraient congédié pour son manque de respect ou son étrangeté, d'autres auraient insisté sur les changements que Nehriel avait subi, à leurs risques et périls, mais non, la magicienne d'Émeraude restait pragmatique et sérieuse, malgré les divers coups que le mage rose avait pu lui porter. Peut-être méritait-elle qu'il garde un tant soi peu son sérieux et qu'il cesse de la harceler de la sorte...
Ou peut-être pas.

L'excuse de l'entraînement des futurs chevaliers d'Émeraude lui arracha une moue désapprobatrice, qu'il cacha immédiatement après. Il n'était pas vraiment pour la réapparition de cet ordre appartenant au passé. D'un côté, cet ordre n'excellerait probablement jamais comme le précédent, et ça ternirait la réputation de l'une des choses dont Enkidiev pouvait être le plus fier, d'un autre, ça déséquilibrait outrageusement le rapport de forces entre les royaumes, donnant un avantage certain à Émeraude en cas d'une guerre interne sur le continent. De plus, la création de cet ordre désactivait automatiquement toute autre émergence d'ordre parallèle, qui serait perçue comme une action hostile envers ce Royaume. Enfin, la résurgence des Chevaliers donnait au royaume central une excuse pour toutes ses actions, excuse que les autres royaumes ne sauraient mettre en doute, malgré eux la plupart du temps, car alors ils se verraient rappelés à quel point l'Ordre a sauvé le monde par le passé. Définitivement, c'était un coup de maître de la part de la royauté Émerienne, et ça déplaisait fortement au mage sombre.
Au fond, il se fichait bien de rencontrer la seconde magicienne, il ne savait rien d'elle, et ne désirait rien savoir. C'était, pour lui, un second, un sous-fifre, sans plus d'importance qu'un servant de bibliothèque.
Mais un servant de bibliothèque avec des pouvoirs magiques, ce qui faisait toute la différence.


-Peut-être oui...Mais ce n'est pas pour elle que je suis là après tout, alors qu'importe.

Il avait gardé son ton sérieux et son visage cadavérique. La première phase de la discussion était terminée, celle où il cherchait la petite bête en se comportant outrageusement. Maintenant, il arrivait à une seconde phase relativement contradictoire où son impassibilité prenait le dessus, où il ne cherchait plus à déstabiliser son interlocutrice, mais bien à la mettre mal à l'aise. Ils étaient là pour un travail d'une importance capitale, il l'entendait bien, mais cela ne l'empêcherait pas de laisser une certaine impression à la magicienne d'Émeraude. Il devait entrer dans les esprits des Enkievs, les marquer à jamais, comme il avait marqué cette troupe de soldats de Diamant par le passé. Tous devaient se souvenir de qui il était.

-Je prendrais bien du thé s'il te plaît. Et puis, nul besoin de se presser, il ne faudrait pas rater de détails importants.

Après tout, s'il était en avance, ils n'avaient que plus de temps pour mener leur discussion. Un fin sourire éclaira le visage du magicien de Perle, malgré le ton dénué d'émotions d'Ilena – encore un bon point pour son contrôle d'elle-même – son visage exprimait celui...D'une mère mécontente. Il l'imaginait bien sermonner ses enfants avec une telle moue, et cette simple pensée suffit à amplifier son sourire jusqu'à ce qu'il en ait l'air stupide. Se reprenant enfin, l'homme aux cheveux blancs s'approcha de quelques pas de la femme de fer. Ses yeux avaient retrouvé leur teinte rose terne, et il ne s'amusait plus à leur influer de la magie. D'un côté, il n'en avait plus besoin, l'effet était accompli, et en abuser n'aurait fait que réduire son impact, d'un autre, il se lassait vite de ce petit tour, bien que ça ne l’empêcherait pas de le réitérer à l'occasion.

S'étirant bruyamment, avec le soupir et les craquements d'articulations qui vont avec l'impolitesse du geste, Nehriel fit rouler sa nuque quelques fois avant de fixer à nouveau la magicienne de son air impassible, il était détendu sans être relâché, et pourtant leur discussion, en cette belle journée, pourrait impacter la vie d'un continent entier. En cette tour, au cœur du royaume central de la partie civilisée d'Enkidiev, deux personnes avaient le pouvoir et la possibilité de jouer à Dieu.


-Par où commençons-nous, chère consœur ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Lun 8 Juin - 13:45


Alors que sa question, sur l'absence d'Auregan au rendez-vous, avait été posé sur un ton plutôt narquois, la réponse qu'il donna par la suite fut tout à fait sérieuse. Il avait effectivement l'air de s'occuper de la seconde magicienne du royaume comme d'une vieille paire de chaussettes sales. Mais le fait qu'il affirme qu'il n'était pas là pour "elle" étonna Ilena. Certes, ce n'était qu'une question de choix de mots, mais si elle avait été à sa place, elle aurait plutôt utilisé le "ça", vu qu'à l'origine, cette rencontre était organisée dans un but professionnel. Ce n'était pas comme s'il était venu pour elle et pourtant sa formulation lui laissa penser le contraire. Étrange. Mais la jeune femme garda le silence, elle ne se voyait pas le lui faire remarquer et laisser penser qu'elle était d'un tel égocentrisme.

Dès qu'il exprima l'envie d'une boisson, Ilena se dirigea vers la porte et l'ouvrit, hélant le serviteur, qui était à son service en ce jour, pour lui demander à ce qu'on leur apporte un service à thé et quelques amuses-gueules. Elle le prévint également qu'il y aurait donc un couvert en plus ce midi. Elle serait étonnée que Nehriel reparte avant le déjeuner après toute la route qu'il avait fait.
Ceci fait, elle s'intéressa à nouveau à son confrère après avoir fermé la porte. Il s'était levé cette fois, près à s'intéresser à la suite des événements apparemment. Oui, apparemment seulement puisque celui-ci s'étira pour la énième fois depuis qu'il était arrivé et avec tant d'élégance qu'elle s'empêcha tout juste de lever les yeux au ciel. Elle s'était retenue en se rappelant qu'effectivement, il venait de faire une longue route. Il avait bien le droit de se reposer, mais quelque chose lui disait que ses actions tenaient plus du foutage de gueule que du vrai délassement. Voulait-il à tout prix lui faire part de son manque d'éducation ?

Mais ne sachant toujours pas comment réagir à tout cela - ce n'est pas que c'était dérangeant, mais énervant, ça l'était ! - elle ne fit aucune remarque et se contenta d'aller à son bureau. La jeune femme n'attendit pas vraiment qu'il s'installe car elle s'attendait encore à voir toute un cirque de mimiques et essaya de se reconcentrer sur l'affaire présente.

Oui, donc... Cela fait déjà plusieurs années que tout ça à commencé maintenant, il y a eu le conseil des dirigeants d'Enkidiev, la réapparition de l'ordre, les recrutements et les cours, mais oui, je voulais revenir sur les courriers que je t'ai fait transmettre. Ces courriers que j'ai envoyé à tous nos confrères en activité d'ailleurs. La plupart d'entre eux m'ont répondu sur le champ, j'ai eu quelques échanges avec certains ... Bon, vois-tu de quoi desquels je parle ?

C'était très, très énervant. Prise au dépourvue comme cela, elle avait du mal à remettre de l'ordre dans sa tête. Ce n'est pas comme si elle ne savait pas quel sujet aborder, mais juste le fait qu'avec sa satanée avance, elle n'avait pu se préparer un "plan d'attaque" pour leur discussion et elle n'était pas vraiment femme a être douée naturellement à l'oral...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Jeu 11 Juin - 5:54

Lorsque la jeune magicienne annonça au serviteur que son confrère resterait pour le déjeuner, ce dernier afficha volontiers un demi-sourire. Le repas était tout sauf un cadre professionnel – sauf pour les nobles bien entendu – par conséquent, la magicienne serait probablement mal à l'aise si la conversation venait à se poursuivre jusqu'à ce moment de la journée, et le mage de Perle aimait lorsque les gens étaient mal à l'aise. Bien que quelques secondes auparavant, il avait décidé de se défaire de son comportement anticonformiste et de retourner à son sérieux morne, cela ne l'empêchait pas de profiter de chaque petit plaisir que lui apportait la situation. S'il pouvait instiller le doute dans l'esprit de sa consœur, que ce soit vis à vis de ses intentions ou de ses pensées, il ne s'en priverait définitivement pas. Au final, il était là « pour le travail » et comptait bien faire ce pour quoi elle l'avait demandé, en revanche, la façon de faire resterait sienne. De plus, une visite professionnelle n'excluait pas le plaisir, et s'il n'était définitivement pas axé sur la chose – ce malgré son accoutrement qui pourrait aisément laisser penser le contraire – il se doutait, aux vues des réactions de la jeune femme à ses précédentes remarques, que des sous-entendus par-ci par là ne pourraient que participer à l'image qu'il tentait de lui insinuer. Elle devait cerner de lui ce qu'il voulait bien laisser paraître, mais elle ne devait surtout pas le comprendre, sinon, ce serait un problème pour plus tard.

Lorsque la jeune femme prit place derrière son bureau, le magicien de Perle s'installa face à elle. Il s'adossa à son siège et croisa les bras sous ses pectoraux. Quant à ses jambes, il les croisa également, passant sa jambe droite assez haut par dessus la gauche et la faisant retomber de sorte à presque former un angle perpendiculaire avec ses deux membres. La tête du mage se pencha légèrement sur le côté, mais aucun sourire ne se dessina cette fois sur son visage. Ses yeux restèrent ternes, tout comme son visage, et il écouta Ilena tenter de récupérer le fil de ses pensées. Il nota ainsi que son entrée avait bien mieux fonctionné qu'il ne l'espérait. La jeune femme cherchait presque ses mots, tentait de gagner du temps par rapport à la situation, le temps de se recentrer dans le contexte. Le passage rapide de la provocation au sérieux semblait l'avoir empêché de réunir toutes ses pensées, ou peut-être était-elle en faute, car elle aurait pu profiter de ce temps de rangement pour mettre de l'ordre dans ses pensées.
Du moins, s'il n'avait pas tout fait pour la distraire alors qu'elle s'adonnait à cette tâche monotone.
Ainsi, lorsqu'elle mentionna les autres magiciens, Nehriel ne retint pas une mimique d'agacement et de dégoût. Il ne les avait jamais considéré comme de vrais magiciens, en fait, il s'était toujours considéré supérieur en terme de magie. C'était prétentieux et égocentrique, mais il n'avait aucun doute que ce fût vrai. D'un côté, il était l'un des plus vieux de la promotion des magiciens royaux actuels. Ilena était plus jeune que lui, ce qui l'agaçait un petit peu, mais d'après les informations et les ragots, la magicienne de Turquoise était également très jeune. Un prodige, disaient certains, du favoritisme selon d'autres, dans tous les cas, Nehriel ne les considérait pas à son égal, et ce pour une raison très simple : tous les autres mages avaient peur des connaissances interdites.

Par conséquent, lorsqu'elle lui donna la parole afin de gagner encore un peu de temps, le magicien de Perle décida d'être sans pitié.


-Et malgré toutes ces années de préparation, Enkidiev est moins prêt que jamais à affronter ce qui arrive, n'est-ce pas ?

Il marqua une première pause, c'était une question rhétorique, la magicienne le savait probablement, cependant, peut-être serait-elle surprise par le ton cassant qu'il avait employé. C'était un constat de logique froide, et il ne faisait que commencer.

-Le peuple est effrayé, des rumeurs courent depuis longtemps, des ombres, des dragons, les plus superstitieux iront croire à une malédiction. Les magiciens de tous pays ont tenté d'observer les signes dans les étoiles, et voilà le résultat : Enkidiev est faible.

Une autre pause, il entrait directement dans le vif du sujet, et surchargeait la magicienne d'émeraude d'informations. Elle devrait décortiquer tout ça en cours, et elle n'oserait pas lui demander de répéter, alors il s'en donna à cœur joie.

-Les Chevaliers sont-ils prêts à affronter une nouvelle menace, ou ne sont-ils que l'ombre errante d'un ordre depuis longtemps oublié ? Les magiciens sont-ils prêts à faire ce qui est nécessaire, ou craignent-ils toujours de ne pas comprendre ce qu'ils espèrent maîtriser ? Les Royaumes sont-ils prêts à s'unir, ou se diviseront-ils à nouveau, laissant le champ libre à un envahisseur qui a eu deux millénaires pour se reconstruire afin de se venger ?

Sa voix était froide, mais dépourvue de toute colère. Son visage n'avait pas bougé d'un pouce, il ne faisait qu'exposer une évidence, une vérité dure à admettre, mais qu'il faudrait qu'Ilena comprenne, que le monde entier comprenne.

-Ilena d’Émeraude, première magicienne du Royaume d'Émeraude, et probablement l'une des seules personnes avec assez d'intelligence pour comprendre ce que je vais dire maintenant. L'Empire arrive, bientôt, et ce sera un carnage. S'il n'envahit pas Enkidiev d'une traite, il portera un tel coup au monde que ce sera le rôle des plus forts de prendre le pas. Seras-tu prêt à faire ce qui est nécessaire, ou seras-tu comme tous les autres, à respecter des traditions perdues et des règles archaïques ?

Ses yeux s'illuminèrent soudain d'un éclat rose vif sans que son visage n'esquisse l'ombre d'un changement. Il illustrait ses propos, rien de plus. Aucune menace ne pesait dans sa voix, il était glacial, comme si quelqu'un d'autre parlait à travers lui, comme s'il n'était plus lui-même, et pourtant, c'était toujours le cas. Beaucoup l'auraient alors pris pour un fou, peut-être son interlocutrice le prenait-elle également pour un fou, cependant, il ne lui laisserait pas le temps de l'interrompre, car il devait conclure cette mise en bouche.

-Lorsque tu auras retrouvé mes réponses sous ta pile de notes, tu verras une partie de ce que j'ai vu. Et quand tu assisteras à la confirmation de mes dires, tu comprendras que les réponses des autres magiciensil cracha presque ce motne t'auront été d'aucune utilité.

À peine eut-il fini sa phrase que ses yeux s'éteignirent, un sourire releva les commissures de ses lèvres alors qu'il décroisait les jambes. Décollant le dos de son siège, il s'approcha du bureau et s'y accouda, posant la tête sur les paumes ouvertes de ses deux mains. Ainsi disposé, il fixa la magicienne d'Émeraude avec un air amusé qui contrastait terriblement avec le comportement qu'il avait eu pendant sa tirade. Certains auraient dit qu'il avait tout dit, mais un bon magicien était un être curieux de nature, il était temps de savoir si Ilena était une bonne magicienne...

-Vois-tu de quoi je parle ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Ven 12 Juin - 5:00

Ilena ne fulminait pas mais elle n'en était pas loin. En fait, elle aurait fini par lui dire ses quatre vérités de façon bien cinglante si le sujet n'avait pas été aussi sérieux et épineux. Sujet par lequel elle se sentait particulièrement concerné. Mais malgré le fait que son discours était on ne peut plus intéressant, la jeune femme avait une curieuse envie de lui arracher la langue.
Jusqu'à sa dernière phrase, il l'aura cherché, jusqu'au bout de la chose, en reprenant ses propres mots. D'accord, soit, il voulait prendre la direction de la discussion ? Elle n'entrait pas assez vite dans le vif du sujet ? Non, là il était clair qu'il lui avait répondu dans le seul but de lui exposer son propre avis car elle ne lui avait jamais demandé tout ceci.
Et dès la première phrase, elle s'était sentie piquée au vif. C'était autant une observation personnelle de sa part qu'une critique ouverte. Elle se doutait qu'il était plus que capable de lui dire le fond de sa pensée, mais malgré tout, elle n'était pas sûre que ce soit réellement une attaque envers elle. La suite lui confirma que ce n'était pas personnel, mais qu'il s'agissait bien là d'une remise en cause générale.

Nehriel était contre le retour des Chevaliers. Était-ce une surprise ou non, Ilena n'y réfléchit même pas car elle se sentait complètement agressée par ses propos. Après tout, bien que ce ne soit pas personnel, l'idée du retour de l'Ordre d’Émeraude venait presque de sa propre bouche. Mais elle passa au-dessus de ce sentiment rapidement et ce, plusieurs fois lors de son monologue. Car ce qui l'énervait le plus était le fait que oui, ce n'était peut-être pas l'idée du siècle, oui, les réponses de ses autres confrères n'avaient pas été plus utiles que cela, mais qu'il fallait relever le fait que depuis le jour où la décision avait été prise, personne n'avait jamais proposé autre chose. Jusqu'à ce jour.

Et quelle proposition ! C'était tout simplement aussi démentiel que d'essayer de prélever des dragons sur Irianeth pour venir en faire un élevage à Enkidiev ! Oh oui, Ilena comprenait bien ce qu'il voulait entendre par là, c'était aussi exposé que son look tapageur. Oui et le lien entre ces deux sujets n'était pas anodin, car la jeune femme comprenait maintenant ce qui avait pu lui arriver. La magie interdite.
La magicienne ne pouvait à présent que se sentir face à un homme dangereux. Non pas parce qu'elle avait peur de ce qu'il avait pu apprendre par l'utilisation de la magie noire, quoique si, un petit peu, mais par le fait qu'elle le voyait maintenant comme un ennemi. Avait-elle assez peur pour se taire sur ce sujet ?

Je comprend mieux ce qui a pu t'arriver. lui lança-t-elle sur un ton que l'on ne lui connaissait pas, tellement empli de jugement et de haine. Mais après tout c'est ton problème, pas le mien. Elle en était tellement abasourdie qu'il lui fallut le temps pour mettre en mots ce qu'elle voulait exprimer : c'est tout ce que tu as à proposer ? Donnons notre âme au diable pour ne pas succomber sous les griffes de l'empire ? Quelle belle idée, j'aurais presque cru que tu l'aurais formulé comme pour proposer quelque petit sacrifice de vies humaines pour le bien de tous, mais non, tu n'es pas de ce genre.

Le sacrifice est déjà assez grand de toute façon.
Le simple mot de "sacrifice" lui fit rappeler ce qu'elle n'arrivait pas à oublier. Le fait qu'elle choisissait des hommes, femmes et enfants à envoyer au combat et que certains d'entre eux n'en reviendront peut-être pas. Et peut-être que non, justement, le sacrifice n'était pas encore assez grand, car elle avait vraiment peur qu'il ait raison. Pendant deux mille ans, l'Empire aurait bien eu le temps de mettre au point une nouvelle armée pour les envahir ou pour se venger. De leur côté, autant ils avaient réussi à continuer leur avancée sociale et technologique, autant la magie en avait malheureusement été rangée au placard. Étaient-ils en mauvaise posture ? Peut-être bien.

Mais Ilena était sûre qu'il ne serait pas d'accord avec sa notion du sacrifice. De toute façon, elle pensait avoir été suffisamment claire pour qu'il comprenne ce qu'elle pensait de son idée. Qu'elle passe pour une traditionaliste, une magicienne à l'intelligence inférieur à la moyenne ou simplement pour une lâche, c'était à lui de voir. Mais en attendant, elle se s'isolait pas en restant les bras croisés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Mar 16 Juin - 13:08

Le magicien de Perle se permit de hausser un sourcil lorsque sa consœur annonça qu'elle comprenait ce qui lui était arrivé. Non par ironie, mais par réel intérêt. Il doutait réellement qu'elle puisse comprendre une ne serais-ce qu'une infime partie de ce qu'il avait vécu, de ce qu'il avait fait pour en arriver là, et de ce qui lui restait à faire. Et elle osait dire qu'elle le comprenait ? La seule chose qui lui plut un tantinet dans cette annonce était qu'elle paraissait furieuse. Certaines personnes n'auraient jamais osé continuer cet entretien s'ils n'avaient eu qu'un aperçu des connaissances que Nehriel avait pu accumuler dans ces sombres traités, et il était encore très loin de les avoir tous compris. Mais elle, elle préférait se réfugier dans un sentiment qui balayait la raison : la colère. Soit, après tout, chaque être avait ses limites, et le fait de s'aveugler volontairement pouvait être une façon de les repousser. Néanmoins, il ne s'autorisa pas un sourire, la période des frivolités était terminée, il s'adonnerait peut-être à ce passe temps plus tard, en l'occurrence, il devait garder son calme afin d'essayer d'atteindre un objectif extrêmement difficile. Peut-être qu'il y avait encore quelque chose à Émeraude qui vaille le coup d'être sauvé des flammes, et qui pourrait être utile dans le nouveau monde qu'il planifiait d'instaurer. Mais pour cela, il devrait la briser.
Et il savait que ce ne serait pas facile.

Après tout, s'il ne parvenait pas à lui faire entendre raison, elle finirait elle aussi par périr, c'était aussi simple que ça, sa présence n'était qu'un bonus, il trouverait bien d'autres personnes aux talents nécessaires pour bâtir un monde où les êtres forts domineraient, où les êtres dignes se retrouveraient au dessus des êtres faibles, et où chacun aurait ce qu'il méritait.
Cependant, là où il pensait qu'elle avait compris ses plans, il se trompait, car ce qu'elle annonça ensuite le surprit tant qu'il s'autorisa à éclater de rire. Non seulement la formulation était digne d'une nonne qui prêchait contre le malin, mais il semblait qu'elle n'ait pas réellement saisi le fond de sa pensée. Peut-être avait-il été ambiguë...Bon, il avait volontairement été très ambiguë, mais elle s'était, en fait, trompée. Elle avait soulevé une idée sous-jacente, mais secondaire, vis à vis du plan qu'il avait. Aussi reprit-il contenance assez rapidement, plantant à nouveau son regard rose terne dans celui de la magicienne, à la recherche d'un tic nerveux ou d'une émotion qui percerait ce visage de colère froide. Nul doute que les autres magiciens devaient la respecter pour cette autorité qu'elle inspirait, nul doute également que les Chevaliers d'Émeraude devaient en faire autant, cependant, il n'en était rien en ce qui concernait Nehriel. Tout masque était là pour cacher quelque chose, on ne portait un masque que lorsqu'on avait une faiblesse à colmater, et chaque être dans ce monde avait une faiblesse...Même elle.


-Le diable ? De quel diable parles-tu donc ? Il n'existe aucun diable, aucune puissance supérieure qui forcerait la main de celui qui plonge dans les secrets du passé.

Il tenait d'abord à éclaircir ce point, si les dieux existaient, le diable, lui, n'était qu'une légende inventée par les grands-mères pour faire dormir les poupons, rien de plus. Il n'avait pactisé avec aucun démon pour obtenir le pouvoir dont il disposait, mais la façon dont il l'avait eu, il se garderait bien de le dire.

-Et qu'as-tu donc à proposer dans ce cas ? Former des incompétents et les envoyer au suicide face à une armée dont on ne sait rien ? Autant les sacrifier sur un autel et boire leur sang, le résultat serait le même, outre le fait qu'ils épancheraient notre soif, et non celle de l'envahisseur.

La brutalité avec laquelle Nehriel prononça ces mots contrastait affreusement avec le ton froid qu'il utilisait depuis le début de cet entretien, il ne s'emportait pas, loin de là, mais il devait asséner un coup puissant sur ce masque de fer froid afin de le fissurer, il voulait voir où était cette faiblesse en la magicienne, et comment elle réagirait lorsqu'elle serait mise à nue, bien qu'il se doutât que ce ne serait pas une réaction raisonnable, mais au moins, il la forcerait à considérer ce qu'elle répugnait. Car s'il voulait dominer le monde, il fallait bien qu'il lui reste un monde à dominer.
Se redressant sur son siège, il posa les coudes sur le bureau de la magicienne et ses yeux s'illuminèrent légèrement. Les deux mains soutenant le menton, il parla cette fois d'une voix plus faible, en prenant à nouveau son ton froid et sans émotion.


-Pour te répondre, non, je ne propose pas de former les êtres au potentiel magique aux obscurs pouvoirs. Trop peu survivraient à ce qu'ils apprendraient, et beaucoup deviendraient fous. Peut-être survivrais-tu, cependant, mais tu as l'esprit bien trop formaté pour ce genre de choses. Saches que si je suis ici, ce n'est pas pour plonger Enkidiev dans des ténèbres sans fins, mais au contraire pour provoquer le changement dont le continent à besoin.

Il marqua une pause, la laissant décortiquer les informations qu'il venait de lui donner, après tout, il ne disait rien de confidentiel, et il savait parfaitement qu'elle ne tenterait pas de le faire arrêter ou exécuter, car étant donné la façon dont elle avait craché la magie noire, elle la craignait.

-Les magiciens Enkievs ne sont d'aucune utilité s'ils ne sont pas capables d'être forts, qu'ils aillent au front et meurent avec ceux qu'ils envoient. Le monde a besoin d'êtres forts pour le diriger et le protéger. Et ces derniers n'auront besoin de personne pour se donner les moyens d'y arriver.

Une pique acerbe envers tous ses confrères magiciens qui restaient cloîtrés dans une tour, et éventuellement envers sa consœur Ilena. Ils étaient probablement les êtres les plus puissants d'Enkidiev, et se cachaient car ils étaient « trop précieux ». C'était faux, ils ne valaient rien. Un jour, Nehriel devrait s'occuper de ces prétentieux, mais aujourd'hui, il devrait s'en servir. De plus, la seconde partie de sa phrase était explicite, les plus puissants chercheraient la puissance, comme il l'avait fait, et comme il inciterait bon nombre de gens à le faire, c'était un fait.

-L'Envahisseur ne s'arrêtera pas à des prétextes moraux. Tu as lu comme moi l'histoire de l'invasion des Tanieths, l'histoire de ta propre tour, qu'ont-ils fait ? Ils l'ont détruite, tuant femmes et enfants. Comment ont-ils failli gagner ? Par la peur. Si nous avons peur de nos forces, nous ne pouvons pas espérer tenir face à eux si nous ne sommes pas capables d'agir en commun, ce malgré le déséquilibre des forces au sein même d'Enkidiev.

Une seconde pause, afin de lui laisser le temps d'avaler tout ça, et éventuellement, d'y répondre, puis, il reprit d'un ton presque sarcastique.

-Qu'espères-tu des fées, qui se cachent depuis des millénaires ? Qu'espères-tu de Jade, qui ont peur de leurs ombres ? Qu'espères-tu de Cristal, qui ne savent que pêcher ? Qu'espères-tu de Turquoise, qui ne se préoccupent que d'eux ? Ou encore de Diamant ? Ce que tu espères comme soutien, l'ennemi l'ordonne. Cette entraide que chacun répugne à fournir sera balayée par la cohésion d'un envahisseur uni. Il est temps de se rendre compte qu'en deux-mille ans, nous sommes dix fois plus faibles qu'à l'époque des vrais Chevaliers d'Émeraude.

Il savait très bien qu'elle l'accuserait d'être un impérialiste et de vouloir un pouvoir centralisé à Perle s'il arrêtait sa phrase ici, mais il n'en avait cure. Elle douterait, et c'était tout ce qu'il fallait. Un nouveau coup était porté au masque de la femme de fer, Mais il avait encore deux impacts à faire, probablement les deux fissures capitales dans cette armure qu'elle dressait autour d'elle.

-Le sacrifice n'est là qu'à cause de l'incapacité des êtres importants de ce monde. Bien des morts auraient pu être évitées si nous avions pris des mesures radicales plus tôt.

Il revenait sur ces moyens drastiques, encore et toujours, car c'était là l'erreur des Enkievs. Ils avaient attendu pendant deux mille années sans faire quoi que ce soit, pire, ils semblaient presque avoir régressé entre temps ! Évoluer dans un monde aussi stupide était, pour un génie comme le Mage de Perle, un véritable calvaire, d'où le fait qu'il voulait le changer de fond en comble.

-Dis-moi, puisque tu ne sembles pas pressée de retrouver mes réponses, que comptes-tu faire lorsque l'Empire sera à nos portes, massacrant femmes et enfants, pendant que cette chair à canon que tu tentes désespérément de former tout en sachant pertinemment que ce plan est voué à l'échec se fera décimer de plus en plus proche de tes frontières ? Comment agiras-tu alors, Ilena d'Émeraude ?

C'était, selon Nehriel, le coup de grâce. Il n'avait absolument aucune idée de sa réponse, et ça l'excitait de savoir comment elle allait réagir. Ça l'aurait amusé qu'elle lui demande comment lui, aurait réagi, car sa réponse était très simple, mais il doutait vraiment qu'elle donne la même.
Gardant ses yeux plantés dans le regard de la magicienne, Nehriel fit jouer sa magie pour que la lueur de son regard pulse à la même fréquence que les battements de son cœur, montrant un rythme lent mais régulier. Cet effet théâtral n'était pas nécessaire, mais il savait que ça ferait son effet, il voulait qu'elle sache que son calme, à lui, n'était pas feint. Toutes ces questions qu'elle refusait de se poser, il les avait déjà retournées dans tous les sens, et il connaissait la réponse. Il savait ce que le monde devrait traverser s'il voulait survivre, et était persuadé qu'aucun augure, s'il en existait encore, ne pourrait le démentir.
Tout ce qu'il voulait encore savoir, maintenant, c'était le nombre de personnes dignes de diriger ce nouveau monde qu'il envisageait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Jeu 18 Juin - 8:08

En sachant maintenant à quoi s'attendre de lui, Ilena en était dégoûté. La question n'était pas si elle aurait pu voir venir tout cela, le connaissant un minimum, mais plus si elle allait réussir à jouer son rôle d'hôtesse correctement à présent. Et dire qu'elle l'avait invité à venir à sa rencontre, et lui avait réservé une place à sa table, pour lui, ce fou. Comment pouvait-on tomber aussi bas, même pour obtenir ne serait-ce qu'un peu de pouvoir en plus. La jeune femme ne voulait le comprendre. Elle bataillait à cet instant à l'intérieur d'elle-même pour décider si elle devait céder à sa colère, si ce n'est à la haine, ou si elle devait laisser sa personnalité prendre le dessus. Parce que bien qu'elle ne le souhaitait pas, car elle n'avait aucune envie de savoir comment il en était arrivé à là, mais si, elle voulait comprendre, impossible de s'en empêcher.
Ce n'est pas comme s'il manquait de pouvoir, à son contraire, il ne possédait pas un pouvoir à ce point inutile que de faire apparaître des pétales de fleurs. Qu'avait-il vécu pour en avoir besoin au point de céder une part de lui-même dans ces expérimentations ? Ou qu'avait-il simplement en tête pour le futur ? Nehriel avait toujours été assez spécial mais il en était maintenant terriblement inquiétant car on ne savait pas ce qu'il avait en tête. Tout du moins pas les détails qui expliquaient pourquoi il en était là. Mais peut-être avait-il toujours eu des idées semblables en tête ? Cela lui venait-il de son enfance ? De son maître ?
Elle ne pouvait vraiment plus supporter sa présence, dans sa tour, chez elle. Mais d'un autre côté, elle ne pouvait pas en rester là, le laisser partir avec ces bêtises en tête, sans en savoir plus sur ce qu'il faisait, c'était trop dangereux de laisser les choses comme ça. Elle devait l'écouter et lui faire dire ce qu'elle avait besoin de savoir. Après tout, il ne semblait pas contre l'idée de lui expliquer ses plans.

Et à cet instant, il éclata de rire. Arrachée brusquement à ses pensées, Ilena était un peu perdue, mais elle en avait toujours la gorge serrée de toute cette tension refoulée. Et il se montrait sous un jour où on ne pouvait que le prendre pour un fou. Ce rire hilare qu'elle ne comprenait pas, qui était aussi étrange et qui s'arrêta aussi sec. Elle ne douta pas qu'il allait s'expliquer, alors elle n'ouvrit pas la bouche. Son regard lui donnait des frissons d'horreur.
Sa première tirade ne lui fit aucun effet, il ne faisait que se moquer et lui faire comprendre qu'il n'avait jamais été poussé à le faire, mais ça, elle n'en doutait pas. Ce sont les paroles qui suivirent qui lui donnèrent envie de vomir. Comment pouvait-il parler de cette façon de ces personnes prêtes à donner leur vie pour défendre le continent, qui se donnaient à fond pour apprendre à contrôler la pouvoir qu'ils avaient dans leurs veines ?! Et les traiter d'incompétents. Il en les connaissait pas, il n'avait aucun droit de les juger de cette façon et l'espace d'un instant Ilena fut sûre que c'était exactement ce qui le perdrait, à prendre les gens pour des faibles juste parce qu'ils ne maîtrisaient pas leur magie ou qu'ils n'en étaient pas pourvus. Il avait l'air d'oublier quelle force chaque être humain avait en lui. Mais alors, le simple fait qu'il lui reparle de cette idée de sacrifice, ce à quoi elle pensait, mais en dénigrant tout au possible et parler d'horreurs juste pour lui faire peur - ou après tout, n'en était-il pas capable de boire du sang humain, elle n'en savait rien - lui donnait ces hauts-le-cœur.
Toute à cette nouvelle pointe de dégoût, elle ne put se concentrer pour lui dire clairement ce qu'elle pensait à cet instant. Alors il continua.

Elle fut déjà rassurée d'une certaine façon, en apprenant qu'il n'avait pas en tête de former ses chevaliers à la magie noire, et lorsqu'il expliqua que cela pourrait les rendre fous, elle ne put empêcher un certain rictus d'un côté de sa bouche. Ça lui allait bien de dire ça, tiens, mais disons qu'apparemment, il l'avait surtout toujours été dans son cas, mais le phénomène n'avait pas du l'aider à devenir sain d'esprit. Mais lorsqu'il poursuivit en expliquant qu'il aurait attendu ça d'elle, Ilena n'arriva pas plus à y croire.
Mais comprenant qu'il ne lui servait à rien de réagir, elle le laissa parler, encore et encore.

Il semblait au moins vouloir se battre contre un envahisseur à venir, cela aurait pu être un bon point pour lui s'il ne l'avait pas mis autant en colère auparavant, mais il ne parlait pas de sauver Enkidiev, mais de le changer. D'accord, le changement, elle n'était pas contre, leur monde avait besoin d'évoluer, ça elle le comprenait et le savait, mais malgré ce qu'il disait, la jeune femme était persuadée que prendre cette direction ferait inévitablement plonger le continent dans le mal sans avoir pour autant besoin de l'Empire.
Elle était aussi d'accord sur le fait que les magiciens n'étaient pas exploités à leur juste valeur, c'était d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles elle avait voulu du poste d'Emeraude, l'illustre royaume des chevaliers magiciens, parce qu'elle voulait se sentir plus utile que le simple fait de remettre des remèdes pour purifier l'eau ou soigner les blessures. Et là-dessus, dans cette phrase, il lui donna le coup de grâce, son coup de grâce personnel. Oui, elle était magicienne et oui, elle envoyait des personnes adorables se battre alors qu'elle était aussi compétente que certains en combat et plus que n'importe lequel en magie, oui, elle avait aussi choisi des enfants pour leur succéder, pour les seconder et aller se battre eux aussi lorsque les premiers ne seraient plus assez nombreux. Oui, ils n'étaient toujours pas assez nombreux et elle allait devoir continuer... ou changer d'approche.
Elle essayait de réfléchir, de ne pas faire que l'écouter et réagir à ses propos, mais elle en était arrivée à sa limite et ses larmes coulaient. De rage, de désespoir, de honte, d'impuissance. Elle ne savait pas quoi faire. Mais elle refusait de rester là à l'écouter et à lui afficher ses yeux trempés, elle se leva donc et fuit son regard en passant dans l'autre pièce. Cela ne l'empêcha pas lui, de continuer à parler et elle d'écouter. Mais dans son coin, elle arriva à y voir plus clair, à se calmer, alors qu'il enchaînait ces paroles horribles.

Peut importe qu'il ait raison sur le fond, son choix ne sera pas le sien.
Il ne seront pas des monstres comme eux, comme lui. Ils ne seront pas des victimes, mais des combattants. Leur peur sera légitime, mais on leur apprendra à se battre. Ils avaient perdu depuis la période sainte des premiers chevaliers d'Emeraude, mais ils avaient aussi progressé en technique et en organisation, ce qu'il ne pouvait pas savoir, lui qui malgré tout ce qu'il pouvait dire et faire, restait tout autant dans sa tour, coupé des autres.
Elle retrouva donc un calme presque inquiétant à son tour. Elle releva la tête, essuya négligemment ce qui lui restait sur les joues et fit son retour alors qu'il lui demandait son avis. Elle avait peut-être les yeux rouges et embués, elle avait peut-être le visage tout aussi coloré, mais elle ne pleurait plus, elle n'était peut-être pas prête à mordre, mais à attaquer, sûrement.
Avançant dans la pièce d'un pas décidé, elle articula ces mots :

Je n'ai pas de frontière autre que celles de notre continent et je ferais effectivement tout ce qui est en mon pouvoir pour sauver ce monde. Mais je me passerais de ça. Et toi, tu vas te passer de thé et tu iras prendre ton repas ailleurs. Sors de chez moi, sors de ma tour, de ce château et de ce royaume !
Il voulait hausser le ton, elle le haussera aussi. Mais elle ne rabaissera plus à lui expliquer le fond de sa pensée. Elle connaissait la sienne, il avait seulement besoin de savoir qu'elle ne livrerait pas les royaumes à une telle folie, mais qu'elle n'allait certainement pas laisser l'Empire faire. Elle trouvera un moyen, ensemble, ils trouveront un moyen. Mais pas celui-là. Et s'il voulait la défier une fois de plus, pas de problèmes, elle était prête. Elle ne possédait certes pas de pouvoir destructeur, elle n'avait pas d'arme à portée de main, ni son élément à elle qu'elle pourrait mettre en action, mais Ilena ne se laissera plus faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Jeu 18 Juin - 10:38

Alors qu'il parlait, le magicien rose voyait le visage de sa consœur se décomposer à chaque instant, passant du masque froid qu'elle se complaisait à montrer à une colère glacée, puis, petit à petit, à une haine viscérale. Si elle avait pu le tuer sur le champ, elle l'aurait probablement fait, et Nehriel ne douta pas qu'en cet instant, motivée par sa colère et sa douleur, elle serait une adversaire redoutable. Mais le plus beau resta lorsque les larmes se mirent à couler d'elles-mêmes sur le visage de la jeune femme. Son masque était brisé, elle affrontait maintenant les terribles réalités de la vie desquelles elle s'était préservée si longtemps. Elle avait construit cette personnalité de fer afin de se voiler la face, de ne pas avoir à supporter les horreurs de ce monde, et Nehriel venait de faire voler des années de travail en éclat.
Et il était particulièrement fier de sa performance.
Ilena devait être brisée afin de se reforger. À l'image d'Enkidiev, à l'image du monde entier, tout devait disparaître dans la souffrance afin de renaître de ses cendres. Les anciennes bases ne pouvaient pas supporter l'architecture complexe du monde qu'il avait en tête, tout devait disparaître, et il fallait bien qu'il commence son œuvre quelque part. En quelques sortes, cette conversation n'était que le prologue de son histoire. Il avait posé les bases à Perle et à Diamant, s'était renseigné, avait accumulé des tonnes de connaissances, et maintenant, il devait commencer à écrire son épopée. Ilena serait un détail très important pour la suite, car sa réaction montrait qu'elle n'était pas stupide, mais juste apeurée. Ces larmes qui coulaient, le fait qu'elle n'ose pas le regarder en face maintenant qu'elle commençait à peine à assimiler la vérité, elle voudrait être seule afin de comprendre, mais jamais elle ne s'autoriserait à le dire à voix haute.
Ce soir, la Magicienne d'Émeraude passerait une très mauvaise nuit.

À chaque couteau qui s'enfonçait sous le masque de la jeune femme, à chaque coup qui la frappait jusqu'au fond de son être, à chaque éclat d'elle qui volait à travers le monde, le plan de Nehriel se concrétisait. Les lignes s'entrelaçaient, décrivant des arabesques que lui seul pouvait comprendre. Les fils du destin formaient des arabesques qu'il avait le pouvoir de déchiffrer, car il en était l'instigateur. Étais-ce de la folie, de l'égocentrisme ou simplement de l'ambition ? Nul ne le savait. C'était simplement sa mission. Certains dans ce monde naissaient pour servir, de différentes façons, et peu naissaient pour agir et changer les choses. Le magicien de Perle était de ceux-là. Il était né dans des conditions déplorables, et il s'était donné les moyens d'être l'un des hommes les plus puissants du continent, cette preuve lui suffisait, il était quelqu'un d'unique.

Lorsque la jeune femme eut terminé de sécher ses larmes, elle tourna vers le mage rose un regard si glacial qu'il l'emplit de joie. Elle ne montrerait pas sa faiblesse à n'importe qui, et elle n'apprécierait définitivement pas son plan. Tout se déroulait exactement comme prévu. L'intensité du regard de la magicienne aurait pu faire s'arrêter le cœur d'un dragon en cet instant même, le feu et la glace dansaient avec l'acier dans cette paire d'yeux qui fixaient ceux, roses et palpitants au rythme de ses battements de cœur, d'un être qui jurait particulièrement avec le décor. Et lorsqu'elle ouvrit à nouveau la bouche, aucun sanglot ne vint ponctuer ses paroles. Sa faiblesse avait été refoulée derrière sa haine. Ce n'était plus un masque de fer qu'elle portait alors, son âme était à nu, elle était vulnérable, et réagissait en conséquence. Nehriel pouvait presque voir la haine qu'elle éprouvait alourdir l'air de sa puissance démesurée, et il ne doutait pas qu'un geste déplacé de sa part serait perçu comme une attaque. Elle était prête à l'affronter, malgré la crainte qu'il lui inspirait, malgré tous les désavantages qui découleraient de cette altercation. Des dissensions terribles entre Perle et Émeraude, la mort de l'un des rares magiciens capables de ce continent, sinon des deux. Des dégâts collatéraux immenses. Oui, elle était prête à agir par passion, mieux encore, elle était prête à agir, enfin !
Contre toute attente, ou peut-être étais-ce prévisible, Nehriel sourit aux paroles de son hôte. Il ne bougea tout d'abord pas, la laissant admirer cet air narquois qu'il arborait. Ses yeux pulsaient toujours, mais légèrement plus vite. Montrant l'excitation grandissante du magicien rose. D'un côté, il aurait adoré affronter Ilena en cet instant, d'un autre, elle devait vivre, et lui aussi.


-L'hospitalité est-elle si précaire à Émeraude ? C'est tout de même navrant.

Il jouait avec le feu, mais il ne pouvait s'en empêcher. C'était peut-être son seul véritable défaut, celui de vouloir toujours chercher au delà du point de rupture. Son objectif était accompli, il n'avait plus qu'à terminer ce prologue avec brio, et pourtant, il faisait volontairement une erreur dans son plan, parce qu'il ne pouvait simplement pas s'en empêcher.
Se levant enfin, il ne prit pas la peine de s'étirer, il ne s'exposerait pas, car si elle l'attaquait, il devait être capable de se défendre, si premier coup il devait y avoir, elle aurait un aperçu de sa puissance, de la puissance qu'elle pourrait acquérir si elle acceptait de voir au delà des règles archaïques de la magie.


-Avant de te quitter, chère consœur, laisse moi te dire trois choses essentielles.

Se campant devant la figure d'autorité qu'était redevenue pour un instant Ilena, il la défia du regard. Si elle le faisait partir maintenant, une grande partie de son plan la concernant tomberait à l'eau, par conséquent, il ne lui laissa pas le temps de protester qu'il leva son index droit entre leurs deux visages.

-Nous sommes entre Magiciens, entre êtres exceptionnels. Si un être du commun des mortels devait entendre cette conversation avant l'heure, tu pourras faire une croix sur mon soutien et celui de Perle. Et ne me dis pas que vous pourrez vous passer des chevaux les plus robustes du Continent, ou des cavaliers les plus vifs de l'histoire. Considère ça comme un conseil, le commun des mortels n'est pas encore prêt à entendre ça, mais tu le comprendras bien assez tôt.

Il leva ensuite son majeur, exposant la seconde chose.

-Lorsque le temps viendra, je serai sur la côte. Et que tu aies fait promulguer mon bannissement do royaume ou que tu aies posté des gardes devant ta tour, je te ramènerai un souvenir de l'Ennemi, afin que tu saches à quoi t'attendre. Peut-être comprendras-tu alors que ton pouvoir n'est pas suffisant, Magicienne.

Il avait craché ce dernier mot comme une insulte, sans pour autant hausser le ton. Enfin, il leva l'auriculaire de sa main tout en fixant la jeune femme d'un air toujours aussi inexpressif.

-Lorsque ton monde brûlera par la faute de ces règles que tu t'évertues à défendre. Lorsque le sang aura imbibé les rivières, lorsque les os seront aussi nombreux que les graviers, et que tu te tiendras au sommet de la ruine que tu auras causé, souviens-toi qu'aujourd'hui, tu as refusé de sauver ce monde, mais souviens-toi surtout que pour rebâtir ce monde, tu auras besoin de moi.

Sur ces mots, le magicien de Perle se tourna vers une étagère où il avait repéré une bougie et alla la chercher. Il ne s'attendait pas à ce que la magicienne comprenne ce qu'il faisait, mais au moins espérait-il qu'elle ne croirait pas qu'il s'abaisserait à lui voler des fournitures de bureau. La colère pouvait rendre stupide, mais lorsqu'elle prendrait du recul, elle serait forcée d'admettre bien des choses qui la changeraient, et surtout, elle penserait à lui, souvent, et ce même si elle voulait le chasser de ses pensées. Dans le regard de chaque homme qu'elle enverrait à la mort, elle verrait le palpitement de son cœur, et elle se souviendrait jusqu'au bout des paroles que l'extravagant magicien avait prononcé en ce jour.
Posant la bougie sur le bureau de la jeune magicienne sans la quitter des yeux, Nehriel en pinça le bout de son pouce et de son index. Lorsqu'il écarta les doigts, la bougie s'illuminait d'une faible lueur rose. Retirant les doigts de cette bougie enchantée, posa les mains sur ses hanches et prit à nouveau son air morne.


-N'essaye pas de l'éteindre, tu t'y brûlerais. Elle ne se terminera jamais, car elle se nourrit de l'oxygène qui l'entoure, pas de la bougie elle-même. Et non, je ne pourrai pas t'espionner à travers cette flamme. Si elle s'éteint sans l'aide d'une magie quelconque, tu sauras que je suis mort. Et si tu te concentres dessus, tu sauras où je suis. Ne prend pas ça pour un cadeau, mais pour une preuve. Si tu penses que je suis un lâche qui a besoin des autres pour faire le sale travail, cette flammèche te prouvera le contraire en temps et en heure.

Le mage rose inspira profondément avant de conclure sa tirade finale, celle qui scellerait le destin d'Ilena, et qui marquerait un point à ce prologue qu'il s'était efforcé d'écrire avec toute la minutie du maître, l'audace du prodige, et la folie du génie.

-Tu te haïras pour ce que tu devras faire, mais tu le feras quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   Mer 24 Juin - 15:27


Et il sourit. Bien entendu qu'elle aurait pu se douter de cette réaction, n'avait-il pas réagi pareillement tout au long de leur entretien ? Mais peut lui importa au moment de lui répondre, elle avait assez de colère en elle pour ne pas se prendre la tête pour des détails. Du moins, elle le croyait. Ce sourire ... elle aurait pu l'étrangler de ses mains à cause de ce simple sourire. Il n'était pas foncièrement mauvais aux yeux de quelqu'un qui n'avait pas suivi la scène, il était juste heureux. Et c'est là que la chose était encore plus horripilante, Nehriel était en fait tellement dérangé qu'il prenait réellement plaisir à tout cela. A ses yeux, il avait perdu la tête, ou peut-être même n'avait-il jamais été normal.
Et l'espace d'un instant, elle crut qu'il n'allait pas bouger. Ilena se voyait déjà devoir le pousser de force à l'extérieur pour lui apprendre à la respecter et leur affrontement devenir magique. Mais sur une autre remarque - qu'elle espérait être la dernière - il finit par se lever, mais n'arrêta pas là son discours.
L'hospitalité d'Emeraude oui, il pouvait dire ce qu'il voulait, cette hospitalité était très appréciée par les vrais invités, les invités qui savaient se tenir et respecter leur hôte. Mais comment pouvait-on rester accueillant en faisant affaire à quelqu'un comme lui ? Elle avait été prête à l'inviter à sa table, quelle erreur.
Mais malgré qu'il se soit levé, il était toujours là, toujours là à la chercher, à se moquer ouvertement d'elle. Ilena n'avait qu'une envie : laisser ses mains produire une intense chaleur pour lui envoyer un souffle enflammé en pleine face. Il possédait lui aussi ce pouvoir et avait même des connaissances qu'elle n'avait pas ? Et bien soit, elle n'en avait rien à faire, l'affront devait être puni. Si seulement elle pouvait s'envoyer une bonne grosse vaguement d’apaisement à elle-même, elle aurait retrouvé assez de sang froid pour lui répondre.

Et encore une fois, il savait trouver les mots, c'était détestable au possible, il savait provoquer la crainte en elle et il ne s'en privait pas, mais peut importe tout cela, elle resterait debout et chercherait autant de moyens pour protéger leur continent et aidera chaque homme et chaque femme à en faire de même. Car devant les pires scénarii, un peuple savait s'unir pour mettre fin à l'oppression et il semblait l'oublier. Et elle même s'il changeait de tactique, la jeune femme ne savait pas si elle serait un jour assez courageuse pour lui pardonner et accepter son aide. Ils allaient y arriver, avec ou sans lui, et en cet instant, il n'était pas question qu'il ne soit maître de quoi que soit.

Nehriel allait finir par sortir, mais il lui affichait clairement qu'il ne le faisait que parce qu'il le voulait bien et qu'elle n'avait aucune autorité sur lui. C'est d'ailleurs dans un dernier coup d'éclat qu'il lui montra à quel point il pouvait en avoir sur elle car en un geste, il alluma la mèche d'une bougie de sa magie si particulière et lui expliqua le pouvoir qu'elle pouvait avoir.
Ilena ne réagit pas devant lui, par ce geste, sa haine s'était transformée en grande partie en un simple air désabusé. Il était puissant certes, elle ne savait quoi lui dire aussi, mais Nehriel s'était perdu. A force de se donner trop d'importance il en devenait ... inintéressant. Quelques secondes auparavant, elle l'aurait attaqué pour lui apprendre qu'elle n'était pas du genre à se laisser faire et à l'instant d'après, elle s'imaginait seulement lui ouvrir la porte et pourquoi pas ... lui donner un coup de pied dans le derrière.

Tu ne m'auras pas. dit-elle presque en un murmure.

Il sortit, elle n'avait dit mot, mais d'un revers de la main, elle envoya valser la bougie, avant de se reprendre et de la reposer. Inutile de mettre le feu sous le coup de la colère ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles professionnelles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles professionnelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: RPs d'Enkidiev-
Sauter vers: