Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Le muet et la bavarde [PV:Aldran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le muet et la bavarde [PV:Aldran]   Sam 11 Juil - 9:35

Les rayons du soleil firent cligné des yeux la petite et la tirèrent du sommeil. Elle bailla avant d'enfoncer son visage dans son coussin. Elle soupira, refusant de se lever avant de se souvenirs qu'elle était au château. Cela eut pour effet de la faire se lever d'un coup. Elle n'avait pas encore la tenue des élèves, vu qu'elle n'en était pas encore une, mais elle restait au château pour ne plus se perdre et s'acclimaté à ce nouvel endroit. Ces grands yeux parcoururent la petite chambre et elle se jeta sur son pantalon de toile brune et sa chemise blanche. Elle commença à faire un mouvement vers ses chaussures puis haussa les épaules en se disant qu'elle ne les mettrait pas. Elle fouilla la pièce pour y trouver sa brosse à cheveux et une fois l'objet en main, elle commença à les brosser pour défaire les noeuds.

Esmira finit bientôt par quitter sa chambre pour descendre aux cuisines. Elle y entra et trouva se qu'elle était venu chercher: Amélia. Elle était l'une des cuisinière et le premier soir, alors que l'enfant c'était perdu pour rejoindre sa chambre, elle l'y avait mené. La gamine en avait fait une seconde mère, non avoué, et adorait aller la rejoindre. Quand la dame vit l'enfant arriver, elle lui tendit automatiquement au petit pain et alla lui servir un verre de lait. Amélia étant mère elle même de deux enfant de 23 et 17 ans, elle savait comment traité avec la blondinette. Celle-ci la remercia vivement avant de s'attaquer à la nourriture. L’appétit dont elle fit part fit plaisir à la cuisinière. Quand la demi-elfe eut finit de manger, elle du promettre a Amélia de faire attention et passe par les cuisines le soir même avant d'avoir le droit de filer.

Pied nue sur les paves, la petite courut d'abord vers la cours du château où devait normalement s’entrainer chevalier et écuyer. Personne ? Bizarre. Elle leva le nez pour regarder l'endroit où les élèves prenait leurs leçons et soupirant de ne pouvoir y assister elle même pour le moment. Elle savait. Oui, elle savait se qu'elle allait faire. Courant à présent vers une étendue d'eau, elle joua avec, lui donnant des formes, lui faisant faire de petits trajets. Pendant plus d'une heure cela suffit à la canalisé. Pendant près d'une heure où elle ne pensa pas à autres choses. A sa famille. A Lucinda et Serwan. Soupir à nouveau. son regard s'arrêta sur l'arbre à côté du quel elle se trouvait.

Allait-elle oser ? Un chevalier n'a peur de rien. Elle devait avoir peur de rien. Elle posa la main sur le tronc de l'arbre. Swan d’émeraude, chevalier et reine d’Émeraude, n'avait eu peur de rien. Elle suivrait cet exemple. Elle prit une grande inspiration, comme pour se donner du courage et grimpa sur la première branche. ça ne faisait pas si peur que ça après tout... Le sourire aux lèvres, elle escalada tant bien que mal d'autres branches. La voilà percher environ deux mètres au dessus du sol. Soudain sa tête tourna.

Le vertige. La peur du vide. elle lui prit les tripe, la retournant. La peur lui brouilla le ventre. Elle se sentit aspiré par le sol. La peur fut si grande qu'elle se retrouva paralysée, accroché à sa branche comme on s'accroche au fils qui retient notre vie. Des larmes roulèrent sur ses joues, trempant son visage. elle ouvrit la bouche et se rendit compte qu'elle ne pouvait plus articuler, plus parler, plus crier. Seul une plainte, un gémissement presque grotesque émana de la gamine. Tétanisée, elle ne pouvait plus rien d'autre qu'attendre en pleurant que quelqu'un la remarque et vienne l'aider.

Elle avait voulu ressembler à un chevalier sans peur, elle n'était encore qu'un chaton qui découvrait le monde un peu trop vite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le muet et la bavarde [PV:Aldran]   Mar 21 Juil - 2:09

Mon maîtres était retourné chez elle, a son royaume pour une raison inconnue et je ne trouvais pas mon nouveau maître dans la cours du château, ni dans le château d'ailleur, bizarre de ne pas trouver quelqu'un que l'on devait suivre comme son ombre, sans dire que je l'avais déjà rencontrer, je le jure sur le fait que je ne dirais jamais rien de vive voix de ma vie, elle m'avait figé les jambe dans la glace et nous avions conversé, de ma part pas de vive voix, mais par écrit, j'avais une calligraphie tellement bien soigné pour mon âge, j'écrivais mieux que certains adulte, mais pas aux niveaux des fautes, j'avais beaucoup de mal a ce niveau, mais je restais très doué. Je me pratiquerais donc tout seul a courir de toit en toit comme l'être agile que j'étais et je me pratiquerais sans mes pouvoir, car c'était de la triche selon mon point de vue, il fallait que je force avec mes jambes et me pratique a bien atterrir, pas utiliser des illusions pour m'y amener sans aucun effort. Toujours en courant, et sautant, j'étais a l’affût de tout les détails, pour certains événement ou je pourrais intervenir pour aider quelqu'un dans mon éternel bonté , jamais je ne laisserais quelqu'un dans la misère sans que j'intervienne et si sa risquait de me mètre dans le trouble, alors nous serions deux a l'être, les bonnes âmes fonctionnait comme ça par chez nous, certes les fripouilles de la rue me détestait, mais je m'en foutais d'eux, seul les gens bon m'intéressais.

Lors d'un saut, je vis une petite qui commençais a grimper a un arbre, je savais d’expérience que ça se terminerais bien mal pour elle si elle n'était pas habituée et vue son jeune age, elle ne devait franchement pas l'être. Je la trouvais agile pour son âge, chapeau d'avoir grimper deux mètres sans se casser la figure. Je la vis perché sut une branche d'une hauteur de deux mètres environs, je pouvais l'aider sans risquer la vie et aisément en plus, je couru vers l'arbre, sauta agilement et me balança agilement vers le haut en poussant avec mon pied sur le tronc de l'arbre, je pris la jeune ville sous le regard de quelques paysan, dont un qui savais très bien qui j'étais, il me trouvais casse-cou et je le savais, mais je n'avais jamais prit le temps de lui répondre, car je trouvais ça complètement inutile, mon temps était plus précieux que ça. une foi que j'eu la jeune ville dans mes bras, je fis un clone par terre et m'y téléporta avec la petite, on pouvait voir mon clone percher sur la branche, je ne savais pas si j'avais fait peur a la petite mais je m'en fou un peu, si elle n'était pas contente d'être sur le planché des vache, elle n'aurait qu'a me fuir, je lui avais quand même évité un bobo. Je la posa au sol et lui fit une révérence avec un sourire pour lui dire que j'étais le gentil puis ne me coucha par terre, regardant mon clone se balancé comme un singe au bout de la branche, il me faisait bien rire, car si les gens ne savait pas que c'était moi, ils devaient bien me trouver idiot, encore un avis futile que les autres pouvait avoir de moi, je ne m'occupais pas vraiment de ce que les autres pensais de moi, parfois être sourd aurait été tellement mieux, ne pas entendre les abrutis parler. J'attendis de voir la réaction de la jeune qui avait les larme aux yeux aurais, de la peur ou du contentement? Je ne savais pas du tout ce qu'elle allait penser de moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le muet et la bavarde [PV:Aldran]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seule... mais toujours bavarde !
» Être Muet Ne Signifie Pas Ne Rien Dire
» L'ART MUET
» Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
» Un hurlement muet [PV Yuuryo Fuusho]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: RPs d'Enkidiev-
Sauter vers: