Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 L'orageux Maître Cailean Ogmelt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'orageux Maître Cailean Ogmelt   Ven 21 Aoû - 14:52

Informations personnelles




Nom ~ Ogmelt d'Irianeth, car une famille comme la sienne mérite d'être reconnue
Prénom ~ Cailean
Surnom ~ Maître, pas besoin d'un autre surnom
Âge ~ 38 ans
Sexe ~ Masculin
Race ~ 50% Humanoïde-Arachnéen et 50% Incube



Informations physiologiques et psychologiques



Physique ~ Même s'il est grand et élancé dû à son sang arachnéen, il n'en est pas moins un brin musclé et possède un teint plus humain, un beige léger. Il a des yeux gris orageux et des cheveux bruns foncés. De plus, il possède aussi quatre pattes dans son dos. Fine, couverte d'un léger duvet brun foncé, sembable en tout point à celles d'une araignée, mais plutôt gigantesque, proportielle à la grandeur du corps qui la possède. C'est dire que Cailean est tout de même très grand, même si, à Irianeth, tout le monde est grand, il n'en demeure pas moins dans une bonne moyenne! Vu la proéminence de son sang arachnéen sur son physique, il n'a pas d'ailes de dragons ni de corne sur son corps. Il porte ses cheveux longs et généralement tirés vers l'arrière à l'aide de décoction quelconque. Souvent habillé de longue capes, il cache ainsi très bien ses jolies papattes à la vue de tous, ce qui lui permet de les surprendre assez rapidement quand vient le temps de s'en servir!

Signes particuliers ~ À part les quatre pattes qu'il a dans le dos? Rien de vraiment particuliers. Il porte toujours une large cape par-dessus des vêtements qui sont, eux, plus communs. Pantalon et chemise en toile, des trucs dans le genre.

Caractère ~ Arrogant, hautain, condescendant, rajoutez-en. Quand on le regard, on le voit tout de suite. Cet homme vous prend de haut. Même que parfois, son visage est éclairé d'un étrange rictus que l'on pourrait qualifier de sourire, à la différence que ce sourire est menaçant. Très menaçant. Ses yeux expriment une malice diabolique de façon assez général. En fait, il est plutôt souriant de façon générale, sauf que ce sourire dit « Je suis tellement supérieur à toi que je m'amuse de ta situation grotesque. » ou quelque chose qui s'y rapproche! Car oui, il se croit VRAIMENT supérieur à tout le monde!

Le reste du temps, quand il n'est pas en train d'asseoir votre orgueil sur le votre en vous écrasant de son postérieur immense, il est train de vous juger. Mais pas juger dans le sens où on l'entend, il s'en fiche de votre personnalité et de votre rang, vous ne l'atteindrez jamais dans son estime, ou avec beaucoup de travail. Non, il vous juge à savoir si votre cote de chair est suffisante pour un bon repas. C'estu n grand gourmand ce garçon. Un très grand gourmand et un incorrigible carnivore. Il mange pas mal toutes les viandes, il apprécie aussi les rapaces, le lézard, l'insecte... si vous voyez où je veux en venir. Eh oui, en plus d'être carnivore et de mangez ce que les cuisines lui offrent de fraîchement mort, il se permet parfois un petit snack de prolétaire bien arrosé. Il aime bien le vin, surtout avec les phéryxian, ça ajoute un petit goût amer sur leur chair tendre.

En plus d'être arrogant et gourmand, il y a cet orgueil qui a été abordé précédemment, qui va évidemment avec la grande estime qui a de lui-même, qui fait qu'il est tout aussi hautain. Mais cet orgueil est né par des ruses et des manigances, car cette créature est particulièrement rusée et manipulatrice. Cailean obtient généralement tout ce qu'il veut... ou il vous mange. Ou des fois, c'est ça qu'il voulait. Du coup, vous vous retrouvez rôti sur une broche, ou à coup de décharges électriques. Il a, dans sa tour, un très grand aquarium dans lequel il élève des anguilles électriques. Petit caprice de sorcier. Ou de sadique, c'est au choix.

Malgré tout cela, il peut se montrer très loyal. Particulièrement si la personne a réussi à se montrer plus forte que lui. Ou si elle a atteint son estime d'une façon quelconque. Il n'aime pas particulièrement les enfants, il les trouve bruyant et irritant. Du coup, il se retrouve avec un défi de taille, puisqu'il va devoir éduquer les prochaines générations de l'Empire. Sa patience sera mise à l'épreuve, heureusement il est patient. Il peut aussi se montrer sociable et amical. Mais ça reste à voir, si vous serez suffisant intéressant pour qu'il vous adresse sa si précieuse attention...

Faiblesse(s)/phobie(s) ~ Il n'aime pas l'eau froide. Il veut bien s'asperger de temps en temps, mais ne s'immergera jamais dans de l'eau froide. Il a horreur de la pluie.

Orientation sexuelle ~ Hétérosexuel



Capacités




Talent(s) / Compétence (s) ~ Il ne peut pas voler comme les incubes, ne possédant pas d'ailes. Par contre, ses doigts, comme ses pattes, lui permettent de s'agripper habilement aux parois et surfaces comme la créature de la race en question.

Pouvoir(s) ~ Comme tous les sorciers, il a appris à maîtriser la télépathie, les guérisons mineures, la création de boules électriques et la manipulation de vagues d'énergie qui lui permettent de donner une poussée d'énergie à leurs compagnons.
Il a son pouvoir racial qui est la projection de testostérone, qui lui permet de séduire ceux qui y sont sensibles.
Il a aussi trois autres pouvoirs qui lui sont plus uniques.
Maîtrise des ombres est un pouvoir qui lui permet d'insuffler une sorte de ''vie'' à une ombre, il lui donne une consistence en quelque sorte, et peut lui accorder une forme. Comme s'il maîtrisait la lumière, mais à l'inverse, il peut plonger une pièce dans le noir, projeter des rayons d'ombre sur les gens, entraver leurs mouvements, comme si l'obscurité qui les entourait s'était solidifé. Cela donne un peu l'effet d'une douche froide. L'obscurité se fait toujours devancée par un frisson glacial, vidé de sa lumière, la pièce devient réellement froide, et l'obscurité est palpable, comme de l'eau. On peut la sentir, mais on ne peut pas la saisir. Du coup, lorsqu'elle projeté, elle est aussi douloureuse qu'une giclée d'eau en pleine face, c'est-à-dire pas plus douloureuse mais tout aussi désagréable.
Réflexe est quand à lui un pouvoir d'une tout autre nature. Instinctivement, sans le réaliser immédiatement, son corps a tendance à éviter les projectiles, les coups ou tout autre chose qui pourrait le blesser, tout comme il rattrapera des crayons ou des vases sans avoir à y penser ne serait-ce qu'une fraction de seconde. Ainsi, lorsque la pièce est plongée dans l'obscurité, il n'a pas besoin de voir pour éviter les obstacles, son corps le fait pour lui. Parfois, dans les situations de tous les jours, il aura le réflexe d'éviter une main qui se posera sur son épaule. Bien sûr, il arrive parfois à réprimer ces pulsions, mais c'est quand il ne le voit pas venir qu'il réagit le plus rapidement.
La Toile est un pouvoir plus ou moins racial. Comme la plupart des arachnéens, il peut aussi créer des toiles d'araignées afin de capturer des proies quelconques, mais non seulement il peut créer des toiles à portée de main, mais il peut aussi projeter une substance collante, comme une petite toile, comme si c'était un rayon quelconque. Ce pouvoir s'apparent beaucoup à une particularité raciale à l'exception près qu'il peut projeter ses toiles.



Informations sociales



Royaume d'origine ~ Irianeth
Royaume de résidence ~ Irianeth
Relation/Famille/Clan ~ Personne de pertinent, si ce n'est cette chère impératrice, Améthyste, pour qui il travaille, après tout. Même si, selon lui, il est son propre employeur!



Informations historiques



Histoire ~ Toute cette histoire commença un soir sans lune. Alors que la nuit était à son apogée, des ombres s'agitaient sous son couvert. Quelque part, non loin, un cri retentit mais fut rapidement étouffé dans un gargouilli fort désagréable. Les ombres avançaient rapidement vers le bâtiment qui se profilait dans toute sa splandeur. La neige crissait légèrement sous leur pas, mais ils étaient assez silencieux pour ne pas se faire remarquer par une autre personne que cette domestique inutile. Lorsqu'il atteignirent enfin le bâtiment, ils l'encerclèrent et pénétrèrent à l'intérieur en défonçant les portes. Là, il y eut des bruissements, des orteils qui se cognent et des grognements, puis un lourd silence. Soudain, il y eut un puissant craquement et un hurlement, on venait de défoncer une porte. La fratrie s'éparpilla rapidement mais la plupart furent rapidement rattraper et plonger dans des sacs. Après en avoir compter six, un homme, plus grand que les autres, chercha le septième. Il eut beau basculer les lits, les bureaux, les chaises, il n'était nul part. Rageant et grognant, il ordonna le départ. Ils reviendraient plus tard chercher le bâtard.

Lorsque le jour se leva, Cailean frotta ses paupières lourdes puis s'étira, allongeant ses longues pattes le plus possible, puis se recroquevilla tel l'araigné qu'il était en soupirant. Mais la lumière du jour le fit battre des paupières et il les souleva lourdement, clignant des yeux comme une prépubère prête à se reproduire. Se relevant sur son séant, il jeta un oeil autour de lui, le creux de la racine où il s'était endormi lui avait offert un confort surprenant. Un inconfort le pris soudain au ventre et il grimaça. Il avait faim, il était temps de rentrer chez lui. Dépliant son petit corps de garçon de cinq ans, il sauta par-dessus son abris et s'en alla en trottant gaiement des les bois, vers la maison ancestrale de sa noble famille. Bien qu'il fut issu d'une union brève qui ne dura qu'une nuit, on l'avait acceuillit comme l'un des leurs, car il ne paraissait en rien que son véritable père fut un incube. On le présentait comme un Ogmelt à part entière. De toute façon, à son âge, il ne connaissait pas réellement l'impact qu'aurait pu avoir sa véritable identité. Et avec les bouleversements qui secouaient l'Empire, qu'avait-ils à faire s'il était légitime ou non, les mariages se festoyaient de moins en moins, au contraire des naissances.

Lorsque la maison fut enfin en vue, il remarqua une grande activité, mais différente de d'habitude. Ses frères n'étaient pas en vue dehors, ses parents ne couraient pas après le petit Molton qui s'échappait toujours du bain rituel du matin. Il grimaça. Il ne voulait pas prendre un bain mais sa mère allait l'y obliger, il était tellement sale. Et pour le gronder d'avoir passer une nuit dehors, elle allait certainement l'y donner glacer. Il frissonna. Il avait horreur des bains glacés, il préférait encore être pendu et survivre à la strangulation plutôt que de plonger son corps dans de l'eau froide! Il s'avança tout de même vers la maison, curieux de ce qui s'y passait, et conscient que la punition serait pire encore s'il ne revenait pas. Arrivé non loin de ses parents qui s'agitaient de toutes leur pattes, il ralentit le pas, saisissant quelques mots qu'il ne comprenait pas vraiment. Soudain, quelqu'un l'attrapa par derrière et il fut soulevé de terre à une vitesse vertiginieuse. Il hurla de terreur et on le fit pivoté. Son père le fixait avec colère. Ça y est, il allait mangé la fessée de sa vie! Contre toute attente, sa mère arriva rapidement, ayant vu son mari saisir son fils aîné, et le lui arracha des mains et le serra contre sa poitrine en pleurant, en râlant, en criant, il crut même l'entendre l'insulté, mais dans ce concerts de bruits gargouillants, il ne comprenait pas grand chose.


¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤


Il était fils unique maintenant. On lui avait raconté que tous ses frères avaient été enlevés, parfois, ils recevaient des morceaux qui attendaient dans des boîtes devant la porte, toujours les pattes arrières. C'était terrible de penser que ses frères se faisaient arraché les pattes, une à une. Mais cela lui donnait un drôle de frisson, bien différent de la peur ou de l'horreur. Il s'était souvent plu à faire subir cet horrible sort à de petites araignées qu'il attrapait. Se plaisant à torturer ses petits frères légitimes. Ses frères d'un autre père qui le traitait comme un étranger. Comme une plaie purulente. Ce père qu'il n'aimait pas et qui ne l'aimait pas, lui aussi il l'avait pelé dans son imagination. Mais aujourd'hui, tout était différent. Un rire emplit sa gorge et résonna en lui, puis se fit violence, et il se tordit de rire, n'arrivant plus à s'arrêter. Une domestique fit irruption dans la pièce et avisa le petit Cailean qui riait à en perdre haleine. Allait-il devenir fou? Cet évènement était assez traumatique pour un jeune garçon. Depuis plusieurs semaines, une par semaine, une patte d'araignée, grande comme un bras d'enfant, leur parvenait. Il perdait sûrement la raison, contraint dans la terreur. Elle eut soudain pitié de lui et repartit, le laissant reprendre son souffle en ricanant encore.

S'étant enfin calmé, il se redressa et soupira. Se levant, il sortit de la maison et retourna dans sa cachette dans les bois. Dans le creux des racines d'un vieil arbre se trouvait plein de cadavres dépecés. Sur certain, l'on voyait des traces de dents. De ses dents. Ce petit garçon tout mignon tout plein, car il était d'une rare beauté pour un arachnéen, avait un loisir assez douteux. Il chassait les bestioles pour les manger toute crue. Généralement, il leur tendait des pièges, mais récemment, il avait découvert qu'il pouvait projeter ses toiles en plus de les étaler devant lui pour capturer de petites proies. Pourtant, il était sûr que ce n'était pas commun, mais lui, il le pouvait. Ainsi, parfois, depuis quelques jours seulement, il sortait et essayait de lancer son fil argenté. Cela ne fonctionnait pas toujours, souvent, il finissait par se fâché, et était alors atteint d'un grand froid qui le calmait, l'obscurité le rassurait et il s'endormait.

Un jour qu'il revenait à la maison, en retard pour le repas du soir, il se passa quelque chose de nouveau, d'étrange. Alors qu'il s'apprêtait à se faufiler dans la maison, son beau-père surgit devant lui, le visage convulsé de colère. Ça y est, il allait mangé la fessée! S'apprêtant à rebrousser le chemin, son corps fut soudain propulsé vers l'avant, il fit deux pas mal assuré et put reprendre son équilibre et avancé. Il se retourna et vit son beau-père tenter de lui attraper une de ses pattes dorsales, son corps tourna sur lui-même sans qu'il eut même à y penser et il échappa à la main rageuse qui se referma sur le vide. Esquivant ainsi l'homme en colère, il réussit à se faufiler dans un coin et à pénétrer dans la maison, il s'en alla tout de suite vers où il savait pouvoir trouver sa mère. Elle allait le gronder, mais serait toujours moins pire que lui! Poussant le battant qui claqua violemment contre le mur, il se précipita sur sa mère. Derrière lui, l'homme soufflait sa hargne en le traitant de tous les noms. Alors qu'il était à quelques centimètresde lui mettre la main dessus, Cailean pivota à nouveau, inconsciemment, pour l'éviter, mais cette fois, il lui projeta une toile dans le visage, ce qui provoqua un lourd silence, bientôt interrompu par les médisances de l'homme en colère.


¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤


Après cet évènement, on lui trouva un précepteur sorcier qui entreprit de lui inculquer des notions de magie. Il était évident, avait-il affirmé aux parents, que cet enfant avait le potentiel d'un puissant sorcier. Plus il vieillissait, plus ses facultés devenaient impressionnantes. Non seulement il pouvait projeter ses toiles, mais son habilité incroyable était aussi d'origine magique, de même que cette capacité à attendrir le coeur des femmes. De plus, cette obscurité que le jeune chérissait tant était elle aussi magique. Âgé d'alors dix ans, Cailean était impressionné par tout ce que ses pouvoirs lui permettaient de faire. Ainsi, lorsque ses cours étaient terminés et qu'il était laissé à lui-même, il retournait à son refuge dans les bois et s'adonnait à toutes sortes d'expériences macabres et il s'en délectait drôlement.

Ce fut à l'âge de quinze ans, qu'il mangea son premier homme. Ce fut un enfant plutôt. Un garçon très rondelet qui ne cessait de lui tourner autour pour le rabrouer. Un fiche pheryxian qui le narguait de ses grandes ailes. Il aurait bien voulu avoir des ailes. Un jour, fatigué d'entendre ses moqueries, fatigué et pas autre chose car il n'en avait que faire de l'opinion de ce jeune abruti, il l'avait fait taire en lui plaquant une toile gommante sur la bouche. Enhardi par le pouvoir qu'il avait soudain sur le garçon, il l'avait enroulé dans une toile et traîné dans son refuge. Deux jours plus tard, affaibli mais encore en vie, il ne combattait plus par sa liberté. Enivré de la sensation que lui prodiguait cette sensation de pouvoir, il tua l'oisillon en lui plantant une petite dague sous le menton. Soudain affamé de voir ce sang frais qui s'égoutait, il s'en délecta. À partir de ce jour, le pherixyan devant l'un de ses repas préférés.


¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤


Plusieurs années plus tard, il était un homme, un sorcier très doué, doublé d'un sadique canivore à tendance cannibale. Il n'était pas la fierté de ses parents, mais il n'était pas non plus un échec. Plein d'auto-satisfaction, il visait à améliorer sa situation et à devenir un homme respecté et craint de tous. Lorsque l'Empire subit un échec sur le continent et que l'Ordre des Chevaliers fut dissoute, il sauta sur l'occasion pour se tailler une place. Crowley, qui avait été brièvement son précepteur, fut exécuté. Il pourrait devenir un sorcier impérial et lui prendre sa place! Mais dans l'équation, il y avait un obstacle. Un autre sorcier avait l'avantage sur lui, il avait même une apprentie pour prendre son poste après sa promotion, et cela Cailean ne pouvait pas le laisser faire.

C'est ainsi qu'un jour qu'il rôdait autour du bâtiment impérial où ses cibles étaient logées, l'occasion se présenta à lui. La petite Béatrice sortait, seule, et s'éloignait. Il la suivit donc et, plus loin, à l'abris des regards, il fondit sur elle, la ligotant et l'enroulant dans son fil collant. Avant qu'il ne put l'achever pour s'en délecter, c'était une pherixyane après tout, le sorcier s'interposa. Ce ne fut pas un combat bref, ni un combat qui manqua d'intérêt. Il faillit bien y laisser sa vie, car ce Sylid était bien entraîné, mais il n'était pas assez fort. Plongé dans la noirceur et affrontant un Cailean aux réflexes suraiguisés, il ne put évité le coup fatal. Devant les yeux effarés d'une jeune fille qui ne pouvait bougé, il entreprit de dévorer son rival. Il la traîna plus loin et la mangea deux jours plus tard.

Ayant garder les deux squelettes, il se présenta quelques jours plus tard devant son Impératrice Améthyste, avec les deux crânes. Alors qu'elle était occupée à faire châtier un domestique, il entra dans la salle, interrompant tout de le monde, et marchant droit vers elle. Alors que des gardes s'approchaient pour l'arrêter, il s'inclina, mettant un genou en terre, et déposant les crânes devant lui, bien en vue. « Le sorcier Sylid et son apprenti, Majesté. » fit-il, son visage s'étira dans un sourire qui n'occurrait rien de bon, mais qui était tourné vers le sol, en signe de soumission envers cette reine qu'il ne connaissait que de renom. Il sentit la violence qui secoua le corps de la femme alors qu'elle envoyait quérir les deux victimes, sans doute dans l'espoir que ce ne fut qu'un cannular. « Ils n'étaient pas suffisamment puissants pour vous servir, Ma Reine. » ajouta-t-il en sentant bien qu'elle voulait le faire exécuter.

Cailean fut alors soumit à un interrogatoire. Pourquoi il avait fait cela, pourquoi eux, qu'est-ce qui l'empêcherait de s'attaquer à l'Impératrice ensuite, etc. Relevant la tête et plongeant son regard dans celui de la femme, il déclara qu'il avait eut une fringale alors que Béatrice passait par là, et qu'il avait décidé de la mangé, mais comme Sylid non loin l'avait pris pour cible et attaqué, il s'était défendu. Irrité d'être ainci la proix d'un de ces congénaires, il avait fini par le tué. Haussant les épaules, il ajouta : « Ces êtres n'étaient en rien suffisamment puissant pour être au service de la plus puissante Impératrice. » Il s'inclina, mais les soupçons portant sur la sécurité de la jeune femme persistait, il crut donc bon d'en rajouter : « Je ne vous prendrai pas pour cible, Votre Altesse, car je n'ai aucun désir de prendre votre place et de me retrouver à la tête d'un Empire. Par contre, j'accepterait de prendre un poste à votre service, si l'envie vous en venait de prendre un nouveau sorcier sous votre noble autorité. »

Du coup, il se fit avoir royalement, et c'était vraiment royal. Améthyste n'étant pas une femme dupe, il était un sorcier plutôt puissant et il pourrait l'aider ; elle resta tout de même méfiante envers lui, et lui fit, indirectement, payé son audace en lui prodiguant le rôle d'éduquer son nouvel Ordre Impérial. Il était évident que cet homme n'avait pas pour loisir d'élever des jouvanceaux, mais cela allait devoir changer. Grognant et pestant contre lui-même, il assuma le rôle en s'inclinant bien bas. Il était le sorcier impérial désormais, et il allait en assumer les désavantages car, après tout, il était maintenant l'homme le plus puissant de tout l'Empire (s'il avait été une femme il aurait été en deuxième place, évidemment) !

Fonction ~ Sorcier impérial en charge de l'éducation de ces horribles rejetons.

Informations Hors-Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'orageux Maître Cailean Ogmelt   Dim 30 Aoû - 21:24

J'accepte d'avoir cet homme en ma présence, de le prendre en sorcier impérial, pour montrer la puissance de mon Empire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'orageux Maître Cailean Ogmelt   Dim 30 Aoû - 21:48

Terminé!
Revenir en haut Aller en bas
Khanrell
Magicien(ne) conseiller(ère)
avatar

Messages : 1644
Date d'inscription : 08/02/2015
Localisation : Shola

Feuille de personnage
Âge: 29 (éter.), 32 (fév.)
Race: Humaine (Vampire)
Âme soeur:

MessageSujet: Re: L'orageux Maître Cailean Ogmelt   Mar 1 Sep - 12:32

Tu as mangé ma soeur XD J'adore ça, il faut qu'on se rencontre en RP, pour que je te félicite! Ou que je me venge, après tout, Khanrell aurait bien voulu s'en occuper elle-même... (Quoi qu'elle risque d'être un peu insécure en ta présence, si tu aime autant les Phéryxians...)

En tous les cas... Présentation approuvée!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'orageux Maître Cailean Ogmelt   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'orageux Maître Cailean Ogmelt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation Cieux Orageux [FINI]
» Un temps orageux et un caractère doux. (Eider)
» De joyeuses retrouvailles! (Torn - Ewilane)
» Flash-back: "Soit banni à tout jamais" (Torn - Ewilane)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: Présentations-
Sauter vers: