Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Zahira Kiyoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Zahira Kiyoha   Dim 23 Aoû - 18:08

Informations personnelles

Nom : Kiyoha
Prénom : Zahira
Surnom : Dame Zahira, Zara, Fleur d'ébène, Joyau de Fal, La plus belle femme du monde ect...
Âge : 28 ans
Sexe : Une femme cela ne fait aucun doute.
Race : Humaine avec peu-être un peu de Fée ou d’Elfe mais elle n’est pas sûre...

Informations physiologiques et psychologiques

Physique : Le mot qui décrit le mieux Zahira est sans conteste celui de ''sublime". En effet la jeune Zahira est considérer par beaucoup comme étant la plus belle femme du monde et quiconque la regarde peu bien comprendre pourquoi. Ont dit d'elle qu'elle doit surement avoir une au deux goutes de sang elfe ou fée car ses traits sont si régulier et parfait qu'il rappelle ceux de ses deux races. D'ailleurs elle ne pouvait pas l'affirmer ou l'infirmer elle même car elle n'était pas certaine de son arbre généalogique. Sa peau aussi sombre que de l'ébène semble dotée de sa propre luminosité et elle si douce qu'elle fait envie a toute les femmes. Ses grands yeux verts crées un contrastent dans son visage sombre absolument saisissant et il est d'ailleurs facile de se perdre en eux. Ses cheveux, bien que noirs et crépus, sont toujours bien coiffé et elle a même conservé l’habitude de son ancienne vie de parfois décorer sa tête avec un magnifique foulard. Enfin sa bouche pulpeuse et bien dessiné invite au baiser et ses clients ne se lassent pas de l'embrasser. Elle est aussi très grande, plus grande que la plupart des femmes, et mêmes certains hommes et ses jambes fines et musclé semblent sans fin. Tout son corps est mince et sveltes et même si ses hanches et ses seins sont d'une taille plutôt moyenne ils semblent si bien proportionné que cela n'a aucun importance. Enfin son corps est fait de telle manière que presque n'importe lequel vêtement lui vont remarquablement bien ce qui lui permet de laisser libre cours sans restriction a toute sa fantaisie dans ce domaine.
Signes particuliers : Sa très grande beauté, on ne la surnomme pas la plus belle femme du monde pour rien.
Caractère : Autant le dire tout de suite, Zahira aime son métier. Elle devenue maitresse dans tous les arts de l'amour et de la conversation et elle n'hésite pas a s'en servir. Plutôt manipulatrice elle sait comment pousser les gens a faire absolument tout ce qu'elle veut sans même qu'ils ne s'en rendent compte. Passé maître dans l'art du jeu des nobles elle fait aussi bien les réputations qu'elle les défaits et si vous avez le malheur de lancer une rumeur peu flatteuse sur elle gare a vous car lorsque Zahira détruit une réputation elle est impitoyable. Elle est aussi accroc a la mode et au luxe et elle est donc plutôt superficiel. Elle sait remarquablement bien mentir et elle n’hésite pas a le faire pour servir ses propres intérêts. Elle est aussi très cultivé , très a l’aise en société et évidement très doué avec les arts de la séduction. Elle apprécie aussi beaucoup l’art et elle est la mécène de nombreux jeunes artistes. En fait c'est ce qu'elle veut vous faire croire car tout cela n'est qu'une armure qu'elle s'est construite pour protéger la vrai Zahira cachée au plus profonds d'elle même. Elle est en réalité une jeune femme très sensible qui a été profondément blessée par l'abandon donc elle a été victime enfant. Son caractère superficiel et manipulateur est une arme qu'elle utilise pour empêcher quiconque de trop vouloir se rapprocher d'elle car elle a en réalité énormément peur de s'abandonner a faire confiance a quelqu'un d'autre. Elle a déjà cru qu'elle avait été aimé autrefois et ont l'a cruellement trahi, elle refuse donc que cela se reproduise et évite donc de laisser les autres s'approcher trop près d'elle. Malgré tout quelques rares élus ont réussi a s'approcher suffisamment pour pouvoir devenir son amis et la vrai Zahira qu'ils ont découverts n'avait rien a voire avec celle qu'elle montre en publique. Contrairement a d'autre noble que ne sont généreux avec les pauvres que pour bien paraître au yeux des autres Zahira elle est réellement sincère lorsqu'elle donnes au pauvres et malgré les apparences elle n'a jamais oubliée d’où elle venait et elle ressent donc une compassion sincère envers les plus démunis. Rester nomade dans son cœur elle n'hésite pas a voyager partout sur le continent et elle possède cette faculté qu'ont les nomades d'emmener leurs chez soi partout ou ils vont. Elle n'a donc jamais ressenti le besoin de posséder une maison a elle et lorsqu'elle voyage ou bien elle loge dans de riches auberges ou bien elle réside chez un client. Enfin contrairement aux apparences elle est tout sauf cruelle et bien qu'elle se montre impitoyable pour détruire des réputions elle ne s'attaquent qu'a ceux qui l'ont vraiment mérité. Pour terminer elle est aussi d'une grande intelligence et elle possède le rare don de savoir tirer le maximum de chaque situation dans laquelle elle se retrouve. Par contre mêmes ses rares amis ignorent d’où elle vient, ils croient qu'elle est née d'une mère courtisane qui lui a apprit tout ce qu'elle savait et c'est d'ailleurs la version officielle de son histoire qu'elle présente a tous le monde. Certain se doute peut-être que ce n'est pas vraiment le cas mais elle est une si bonne menteuse que c'est difficile a dire. La vérité est que son passé est trop douloureux pour elle, elle a passer toute sa vie a tenter d'oublié ce qu'elle avait vécu et elle a si bien réussi qu'aujourd'hui la plupart de ses souvenirs d'enfances sont flous dans sa mémoire. Par contre la douleur elle est toujours aussi vive...Enfin elle s'interdit de ne jamais tombée amoureuse de qui que soit ce qui fait qu'aujourd'hui a vingt-huit elle n'a jamais réellement connu l'amour. Seulement l'amitié...
Faiblesse(s)/phobie(s) : Sans aucun doute le lâche abandon dont elle a été victime et qui la hante encore aujourd'hui.
Orientation sexuelle : Bisexuelle

Capacités :

Talent(s) / Compétence (s) : En tant que courtisane les talents de Zahira sont aussi nombreux qu'impressionnants. Grande artiste elle maîtrise très bien la lecture et la calligraphie ainsi que le maniement de nombreux instruments de musiques. Elle maîtrise aussi l'art subtile de la conversation et de l'amour et elle sait comment mener le drôle de jeu que mène de nombreux nobles d'Enkidiev. Enfin elle est aussi une très bonne cavalière même si elle préfèrent voyager en carrosse et elle maîtrise aussi la chasse au faucon afin de pouvoirs accompagné ses clients a la chasse.
Pouvoir(s) : Elle ne possède malheureusement aucun pouvoir magique.

Informations sociales

Royaume d'origine : Probablement Fal mais dans les faits elle plutôt née dans le désert.
Royaume de résidence : Partout, Zahira est une ancienne nomade et elle n'a jamais perdue cette facette de sa personnalité, elle se déplace donc constamment et fait facilement son chez soi n'importe lequel endroit ou elle s'installe que ce soit une luxueuse auberge ou la demeure de l'un de ses nombreux clients.
Relation/Famille/Clan : Il y a bien sa famille qui vit toujours dans le désert mais elle ne les a pas vu depuis des années et elle n’a jamais été tenté d’essayer de les retrouver. Le reste est composé de ses clients ainsi de ses rares amis et les quelques domestiques qu’elle emploie et qu’elle traîne partout avec elle. Par contre étonnamment elle n’a jamais formé d’apprenti même si ont lui en a souvent proposé, peut-être a cause de ce qu’elle a vécu...Pour les enfants qu’elle aurait pu avoir du fait de son métier elle n’a jamais voulu avoir d’enfant et elle a donc toujours tout fait ce qu’il fallait pour ne pas que cela arrive.

Informations historiques

Histoire : Sa mère l'avait levé tôt ce matin la, elle ne savait pas pourquoi. Elle avait 6 ans et elle était l'avant dernière née d'une famille de 14 enfants. Sa famille était une famille de nomade qui élevait des chèvres et des chameaux et ils passaient donc la majeur partie de leurs temps a parcourir les terre sablonneuses et desséchées du désert. Jusqu'à aujourd'hui sa vie avait toujours été d'une grande simplicité et elle était une enfant heureuse et comblée malgré la dureté de la vie de nomade. Elle ne comprendrait donc jamais pourquoi sa mère, qui pourtant disait l'aimer, l'avait réveiller ce jour la et l'avait emmener dans le désert. Elles marchèrent pendant environ une heure, sa mère la tenant par la mains quand elle aperçut au lieu une femme et son fils se reposant sous un auvent. Dès qu'elle les vus la femme se leva et se dirigea vers sa mère. Les deux femmes échangeraient un cour regard puis la femme inconnue sortie une bourse de sa besace qui au bruit qu'elle faisait devait être remplie de pièces d'or qu'elle donna a sa mère. Jamais la petite n'avait vu autant d'argent de toute sa courte vie. La femme et son fils ne ressemblait pas a elle et sa mère ainsi qu'à la plupart des gens qu'elle avait rencontré jusque maintenant. Au lieu d'avoir la peau noir comme la nuit comme elle et d’avoir les cheveux crépus la couleur de leurs peaux rappelait plutôt celle du sable brun mouillé après les rares pluies et ses cheveux noirs étaient lisse et soyeux. C'était pareil pour son fils, elle savait que s'était son fils d'ailleurs car ce dernier ressemblait tant a sa mère qu'il était difficile de ne pas voir leurs liens de parenté. Ce devait être des Falois, bien qu'elle n'en ai jamais vu, elle avait entendu parler d'eux depuis toute petite elle avait donc a peu près une idée de ce a quoi ils ressemblaient. Après avoir accepté la bourse de la femme inconnue sa mère lâcha sa petite main et pris la direction de leurs campement. Naturellement la petite fille voulu suivre sa mère mais le fils de la femme, qui jusque la s'était fait plutôt discret, l'attrapa par derrière et l'empêcha de suivre sa mère. La petite se débattit de toutes ses forces en appelant sa mère a l'aide mais l'homme refusa de la lâcher et sa mère ne fit rien pour la sauver. Quand elle comprit qu'elle était en train de se faire abandonner elle se mit a pleurer et a supplier sa mère de ne pas la laisser la, de la ramener auprès des autres avec elle, que si elle avait été une mauvaise petite fille elle ne serait plus jamais méchante mais rien ne semblait pouvoir atteindre sa mère. La dernière image que la petite eu d'elle fut celle de son dos, disparaissant petit a petit dans le désert, insensible aux supplication de celle qu'elle disait pourtant aimé. Ce n'est que bien plus tard que la fillette comprendrait qu'elle avait été vendue ce jours la et que l'argent que sa famille avait gagné lors de cette transaction était plus important que le sort et le bien être de la petite fille qu'ils venaient honteusement abandonné. Car elle savait bien que sa mère n'aurait jamais pu la vendre ainsi sans avoir d’abord reçu l'approbation du reste de la famille. Les deux inconnus firent donc monter de force la fillette terrorisé sur un chameau et ils se mirent en marche vers une destination inconnue. La petite ne comprenait rien de ce qui se passait, qui était ces gens ? Ou l'emmenaient elles ? Qu'attendaient ils d'elle ? Pourquoi sa mère l’avait vendu a deux parfaits inconnus ? N’avait elle pourtant toujours été une bonne fille aimante et obéissante ? Qu’avait elle donc pu faire pour que sa mère puisse vouloir se débarrasser d’elle ainsi ? Lorsqu’elle aperçut les murailles de la grande ville de Fal elle commença sérieusement a paniqué. Elle avait entendu au cours de ses errances dans le désert avec sa famille des histoires terribles a propos de cette cité, comme entre autre que les bouchers de la ville achetait les petits enfants du désert pour ensuite les tuer, les couper en morceau et vendre leurs viandes aux riches. Était cela qui l’attendait, être dévoré par des riches mangeurs d’enfants ? Lorsqu’on l’obligea a entrer dans un grand panier de pailles elle paniqua et elle se mit a crié et a pleurer jusqu’à les coups de cravache diner par l’homme pour la faire taire la convainquit de rester tranquille et de ne plus dire un mot de peur de se faire encore frapper. Ensuite ses souvenirs étaient plutôt flous, elle se rappelait avoir été trimballé au travers de la ville dans ce panier sans savoir ce qui se passait. Elle se rappelait comment elle avait eu chaud dans ce panier sous l’épaisse chaleur qui caractérisait le royaume de Fal et comment le balancement constant du panier lui avait donner mal au cœur. S’était un miracle qu’elle n’ait pas vomi durant son périple, de toute façon elle n’aurait pas eu grand chose a vomir car elle n’avait pas déjeuner avant de quitter le campement ce matin la et que ses ravisseurs ne lui avait donner ni eau ni nourriture depuis qu’elle était entre leurs mains. Elle avait donc faim, soif et chaud, c’est donc assez débosseler qu’elle finit enfin par sortir du panier après être apparemment arrivé a destination. Il lui fallut quelques instants avant de réaliser que contrairement a ses craintes elle ne se trouvait pas du tout devant l’établissement d’un boucher. Au contraire elle était dans un luxurieux jardin absolument magnifique ornant une grande maison tout aussi magnifique et entouré de haut mur de pierre pour la protéger du fouillis et du bruit des rues de la cité. Jamais elle n’avait quelque chose d’aussi beau et d’aussi luxueux de toute sa vie. Avant qu’elle n’ait pu faire quoi que soit elle se retrouva bientôt assise dans la cuisine devant un bol de bouillie et un grand verre d’eau. Sans se faire prier elle se jeta sur la nourriture et l’engloutit avec autant de voracité que l’aurait fait un ogre. Une fois ce repas terminer elle réalisa que les deux personnes qui l’avait emmener ici était reparti depuis longtemps et qu’une très vieille femme a la peau aussi sombre que la sienne s’était assise a la table auprès d’elle. Cette femme provenait de la même tribu que la petite fille et pour la première fois depuis qu’elle avait été réveiller par sa mère se matin la ont lui expliqua enfin ce qui se passait. Elle avait été vendu par sa mère a cette maison, que la femme appelait bordel, et elle devrait désormais vivre et travailler ici pour rembourser a la maquerelle l’argent qu’elle avait dépensé pour l’acheter. Comme la fillette était déjà malgré son jeune âge d’une très grande beauté la maquerelle avait donc du dépenser beaucoup d’argent pour l’acheter alors il faudrait qu’elle travaille très fort pour rembourser cette somme. Elle commencerait d’abord par être une simple servante et elle serait donc au service de la maquerelles et des prostitués de la maison. Elle recevrait aussi une riche éducation car ont contait de faire d’elle un jour une grande courtisane et que donc pour cela elle devait devenir très cultivé. Ensuite lorsqu’elle serait prête sa virginité serait vendue aux enchères et elle commencerait a travailler comme prostitué. Bien sûr la fillette ne comprit absolument rien de ce que la vieille femme lui racontait, jamais elle n’avait entendu parler de maquerelle, de prostitué et de bordel et elle n’avait donc pas la moindre idée ce dont il s’agissait. Elle ne savait même pas comment les bébés venaient au monde, et elle ne savait pas ce qui se passait lorsque ses parents se retiraient derrière un rideau dans leurs petite hutte et faisaient tous ces petits bruits bizarres. Il lui fallut bien des années pour réaliser enfin dans quel genre d’environnement elle avait été propulsé malgré elle. Comme cela était la coutume pour ce genre d’établissement ont lui donna un nouveau nom et elle apprit qu’elle s’appellerait désormais Zahira, courtisane de Fal. Quand a son vrai prénom elle l’avait lui oubliée depuis très longtemps et de toute façon elle ne voulait pas s’en rappeler, trop de mauvais souvenirs étaient associé a ce prénom... Elle comprit aussi en grandissant qu’elle avait vendu par sa famille comme une esclave et que c’est la raison pour laquelle ont l’avait trimballé en ville dans un panier, l’esclavage était autant illégal a Fal que dans le reste d’Enkidiev et que c’était donc la raison pour laquelle ont l’avait caché car n’importe qui l’aurait vu aurait trouvé très suspect de voir déambuler dans les rues une gamine nomade complètement terrorisé avec deux personnes ne semblant pas avoir le moindre lien de parenté avec elle. Pendant longtemps elle fut en colère contre ce qui lui était arrivé, ont l’avait arraché a sa famille, ont l’avait propulsé dans un univers dont elle ignorait tout et ont l’obligerait bientôt a coucher avec des hommes et des femmes qu’elle n’avait encore jamais vu auparavant. Mais plus l’heure de sa première fois approchait plus elle relativisait quand a sa condition. Après tout si elle était rester dans le désert aurait elle pu avoir accès a une éducation aussi riche que celle que lui avait donné ? Bien sûr que non, elle n’aurait jamais apprit a peindre et a calligraphié, elle n’aurait jamais apprit a jouer de toutes sortes d’instruments de musiques, elle n’aurait jamais apprit que le monde ne se résumait pas a son désert natal et elle n’aurait jamais rien apprit a propos d’Enkidiev et des autres royaumes qui le constituait. Elle n’aurait jamais apprit non plus tous les arts subtils de la conversation et ni comment manipuler les gens autours d’elle sans même qu’ils ne s’en rendent compte. Elle n’aurait jamais aussi apprit tous les arts relatifs a l’amour et elle se rendait compte maintenant qu’elle serait resté bien ignorante a ce sujet, comme le fait qu’elle était bisexuelle et que donc elle appréciait autant la compagnie des hommes que celles des femmes. En plus dans le désert elle aurait sans doute été mariée dès ses premières règles vers l’âge de treize et toute sa vie n’aurait été consacrée qu’a pondre bébé sur bébé. Enfin si elle ne mourrait pas d’une hémorragie en accouchait des dit bébés a cause de son âge trop tendre...Elle découvrit autre chose également qui la surprit agréablement a cette vie. Elle aimait ça. Elle aimait être vénérer et désirer par tous ces gens. Elle prenait du plaisir a partager sa couche avec eux et elle aimait se sentir comme la femme la plus belle et fascinante du monde. Elle se révéla tant doué dans son métier qu’à dix-sept ans, deux ans après sa première fois, elle avait remboursé toute ses dettes ce qui était du jamais vu dans ce milieu. Elle devint si réputé que bientôt elle put se mettre a son compte et devenir totalement indépendante, ce qui était rarissime dans le milieu qui était le sien. Même après avoir acquit sa liberté elle ne quitta pas le métier pour autant et elle continua de vendre ses services a ceux qui pouvait se les offrir. Elle gagnait tant d’argent que bientôt elle put voyager partout a travers Enkidiev et ce dans le luxe le plus indécent. Bientôt elle fut connu comme étant la plus belle femme du monde et même les rois et les reines n’hésitaient pas a donner de leurs poches pour pouvoir profiter de sa compagnie. Elle ne fréquentait que les gens les plus importants et elle était tellement couverte d’éloge et de cadeaux luxueux qu’elle ne savait plus quoi en faire. Elle était devenu une telle sommité en matière de mode que dès que l’ont apprenait qu’elle était invité a un bal ou un autre évènement du genre par un riche client toutes les autres femmes invités guettaient avec impatience son arrivé et vous pouviez être sûr que dans les mois suivants toutes copieraient la tenue qu’elle portait a ce moment la. Il n’était même plus question de sexe lorsqu’on l’engageait, elle possédait une telle culture et elle était tellement raffinée qu’ont l’engageait rien que pour être accompagné d’elle lors d’un évènement important et ce sans la moindre honte. Elle était d’ailleurs désormais plus connu comme étant une dame qu’une courtisane et ce même elle n’avait pas la moindre trace de sang noble en elle. Oh elle couchait encore avec certain de se clients, mais aujourd’hui c’était plus une question de plaisir et désir personnel que de nécessité. Bref tout le monde s’arrachait les services de la plus belle femme du monde et jamais elle n’aurait cru même dans ses rêves les plus fous qu’elle aurait une vie aussi palpitante.  
Fonction : Courtisane


Informations Hors-Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zahira Kiyoha   Dim 23 Aoû - 18:13

Terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zahira Kiyoha   Mar 25 Aoû - 14:58

Rien à redire. Le personnage est à la fois original - par ton choix ethnique - et sur-vu sur le forum pour sa condition x)
Attention à l'orthographe sinon, tu sembles confondre quelques paronymes. ("on" et "ont" principalement)

Bons rps ! Smile
Présentation validée
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zahira Kiyoha   

Revenir en haut Aller en bas
 
Zahira Kiyoha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zahira Kiyoha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: Présentations-
Sauter vers: