Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Phileas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Phileas   Mar 25 Aoû - 21:43

Informations personnelles

Nom : D'Elfe, on ne peut pas faire moins original
Prénom : Phileas
Surnom : Les quelques personnes qui lui sont assez proches pour lui donner un surnom l'appellent Phil.
Âge : 28 ans
Sexe : Homme
Race : Elfe

Informations physiologiques et psychologiques

Physique : Phileas est très petit et mince, comme la plupart des être sylvestres, mais il a une fine musculature, développée toute en souplesse et en finesse. Sans jamais devenir un puissant balourd, il aura la vivacité suffisante pour protéger son derrière, ce qui est tout aussi utile. Il a une longue chevelure foncée, qu'il ne coupe pas comme la majorité des hommes de sa race. Elle est transpercée d'oreilles pointues et longues, dressées fièrement vers le ciel, en parfaite harmonie avec son visage tout aussi triangulaire. Sa peau, trouée de bijoux à quelques endroits, est très hâlée, témoignage de son amour pour la vie à l'extérieur, au grand soleil. Ses yeux marrons sont sombres et souvent baissés, s’apparentant à une timidité mal contrôlée. Mais peut-être n'est-ce qu'une ruse dédiée à paraître inoffensif? En tout les cas, son regard souvent fuyard lui donne un air solitaire, ce que son attitude ne dément pas.
Signes particuliers : Il peint sa peau de tracés noirs et complexes, sans dire à quiconque qu'elle est leur signification. Les rumeurs ne cessent de circuler, les uns affirmant qu'il s'agit de symboles secrets servant à envoyer des messages codés à d'illustres compatriote, d'autres prétendent qu'il exprime artistiquement les douleurs de son passé par des arabesques significatives pour les Elfes. Cela fait sourire Phileas, et il ne confirme aucune de ces théories, ni les autres... Il ne les infirment pas non plus, d'ailleurs...
Caractère : Effectivement très solitaire, on voit rarement Phileas accompagné, outre lorsqu'il en est forcé par ses tâches militaires. Lorsqu'il a l'occasion de s'enquérir d'une mission ne nécessitant qu'un seul Chevalier, il saute toujours sur l'occasion, puis sur sa monture, pour galoper loin de la civilisation. Ce fut un bonheur pour lui d'être dépourvu d'écuyer pendant les six premières années de son appartenance à l'Ordre, et il prie les Dieux Sylvestres de continuer à lui faire grâce de cette solitude. Il n'a que rarement parlé à ses collègues, sauf lorsque nécessité, et regrette parfois de n'avoir pas formé d'avantage de liens avec ceux qui forment désormais une famille, composée de frères et de soeurs d'armes, dont il se sent exclu. Il a parfois tenté de s'introduire au groupe, mais sa timidité prend toujours le dessus, et il se sent si tache entouré de ses humains, qu'il finit toujours par fuir et passer ses nuits seul dans les bois entourant le château.
Faiblesse(s)/phobie(s) : Son éternelle timidité et sa détonante solitude l’amène à être souvent seul devant le danger. En combat, il ne sait pas manier des armes lourdes et ne maîtrise pas bien le combat rapproché.
Orientation sexuelle : Sera déterminé en jeu.

Capacités :

Talent(s) / Compétence (s) : Il a une très bonne mémoire des noms et visages, il n'oublie jamais quelqu'un qu'il a déjà rencontré. En combat, c'est un bon archer et lanceur, mais il n'utilise que des armes légères. Il peut se défendre avec une dague, mais ne trimbale pas inutilement d'épée...
Pouvoir(s) : En magie, les talents de Phileas reposent sur le mental. Il est nul avec les émotions, et se débrouille moyennement avec les dons physiques. Tout ce qui a trait au mental donc, la télépathie et la Clairvoyance, sont bien maîtrisé depuis longtemps. Pour les aptitudes qui relèvent du physique, soi le camouflage et les boules de feu, il a encore un peu de travail à faire, mais n'est pas démuni. Quant à l'empathie et les vagues d'apaisement, des dons émotionnels, ils ne sait pratiquement pas s'en servir, c'est beaucoup pour cela qu'il est si peu sociable, il a du mal avec les émotions des autres et préfère s'occuper seulement des siennes...
(Race) Télépathie : Forte. Il comprend parfaitement tous les messages reçus et n'envoie que des appels clairs et précis.
(Race) Empathie : Faible. Il n'est pas doué avec les émotions des gens et sait à peine reconnaître les sentiments de base comme la Joie, la Peine et la Colère. Pour les variantes complexes ressenties par toutes les formes de vie intelligentes, oubliez-le. En fait, il est doué pour comprendre les émotions des animaux!
(Race) Camouflage : Moyenne. Il est capable de disparaître complètement dans un décor de forêt, car tel est son origine, il se fond donc (visuellement parlant) dans les écorces, les feuillages et les épines. Il arrive aussi plutôt bien à se camoufler devant la pierre, mais ne maîtrise pas le camouflage dans les champs et en villes.
(Chevalier) Boules de feu : Moyen. Il  sait faire apparaître de petites boules de feu dans ses mains. Il ne rate pas souvent sa cible, car il est habile comme lanceur, mais la flamme est beaucoup plus faible que celles des autres, plus petite et moins virulente. Il réussit quand même toujours à la faire apparaître quand il le veut.
(Chevalier) Vagues d'apaisement : Faible. Se résolvent souvent en échec critique, les cibles ne ressentent généralement rien du tout, il vaut mieux aller boire une tisane que faire affaire à lui. Dans le meilleur des cas, lorsqu'il est très proche d'une personne (donc, presque personne) il peut arriver à apaiser les plus grandes tristesses, mais il n'a pas le talent de ses compagnons d'arme.
(Personnel) Clairvoyance : Forte. La Clairvoyance lui permet de repérer des gens ou des choses à des kilomètres à la ronde. Elle se manifeste en vision qui lui montre la personne ou la chose recherchée. La difficulté réside dans le fait de comprend OÙ est localisée la vision, mais ces nouvelles connaissances en géographie l'aide beaucoup. Dans sa jeunesse, il n'arrivait à localiser que des gens qu'il connaissait personnellement, mais maintenant, il s'est exercé et peu repérer une personne si on lui apporte un bien lui appartenant, si l'objet est représentatif de cette personne disparue.
Il peut aussi retrouver un objet perdu, mais c'est plus compliqué parce que s'il ne l'a jamais vu, il ne peut pas le voir. Toutefois, si on lui en apporte une partie (comme la boucle d'oreille jumelle à celle perdue) il la retrouvera. Ces cas sont plus rares, il trouve son talent un peu moins utile, car pour l'instant il ne voit pas comment s'en servir noblement... Après tout, est-ce vraiment le travail d'un Chevalier de repérer le bijou de Madame ?

Informations sociales

Royaume d'origine : Elfe
Royaume de résidence : Émeraude
Relation/Famille/Clan : Kaïn : Neveu
Caitlin : sa fille, elle l'ignore
Keya, soeur aînée (PNJ sera mise en prédéfini)

Informations historiques

Histoire : Phileas naquit et vécu une grande partie de sa vie dans un village du Royaume des Elfes, nommé Farur, en compagnie des membres retreints de son clan. Sans être particulièrement bien nantis, ils ne manquaient de rien. Entouré de frères et de sœurs, de tous les âges, il était sacrément bien entouré et avait tout ce dont il avait besoin pour grandir en bon citoyen elfique.

Il éprouvait plus particulièrement de l'admiration pour sa sœur aînée, Keya, qui détenait un dont pour soigner les gens. Elle était son modèle non seulement pour sa bonté, sa générosité et ses talents, mais aussi parce qu'elle était aimée de tous, et très franchement magnifique. Partout dans ses déplacements, Phileas suivait sa sœur pour assister au travail remarquable qu'elle appliquait. Elle n'était pourtant pas magicienne, c'était uniquement une question de connaissances biologique et botanique qui la rendaient si merveilleuse. Le jeune elfe qu'il était alors aurait bien voulu être aussi doué qu'elle, mais son empathie ne semblait pas cette développée si finement que son aînée, et il n'arrivait pas à assimiler les notions théoriques qu'elle voulait bien lui partager, il se contenta donc de la trouver fantastique, de l'encourager, de la supporter, et de l'aimer passionnément.

Beaucoup trop, d'ailleurs. De l'admiration d'enfant, ses sentiments passèrent à un autre plan lorsqu'il devint adolescent. Si belle et parfaite qu'était sa soeur, il maudit les lois qui interdisait le mariage à l'intérieur d'une même famille, se demandent quel imbécile avait jadis proscrit l'amour fraternel. N'était-il pas, après tout, plus fort que tout? «Aimez votre famille, mais pas trop quand même», c'est ce qu'on exigeait d'eux. Quelle injustice! Pourquoi priver ce jeune garçon, touchant tout juste les douze ans, du bonheur d'être aimé par la personne la plus précieuse en son âme?

Keya, de cinq ans son aînée, était si bonne avec Phileas, appréciant les attentions et l'assistance de ce dernier lors de ses voyages dans les autres clans, où elle prodiguait des soins à tous. Il semblait parfois au petit frère qu'elle ressentait la même peine que lui à l'idée qu'ils ne pourraient jamais vivre leur amour comme il se devait, mais peut-être n'était-ce qu'un rêve d'adolescent?

Lors de l'un des voyages de Keya, où Phileas eut la permission de l'accompagner, la jeune femme, âgée alors de 17 ans, eut à soigner les blessures d'un gamin, attaqué lors du raid d'un groupe d'humain marginaux. Les villageois endeuillés expliquèrent comment ses extrémistes avaient abattu bon nombre d'adultes, puis enlevé des enfants. Celui-ci avait survécu grâce à l'intervention d'un garde qui, malheureusement, n'avait pas survécu jusqu'à l'arrivée de la guérisseuse. Laissant sa soeur travailler, Phileas alla discuter avec les autres. Du haut de ses douze ans à peine faits, il questionna les habitants sur les personnes disparues, et tiqua en reconnaissant un nom. Il avait toujours eu une bonne mémoire d'association des noms aux visages, et il se souvint que l'une des enfants kidnappées avait déjà été soignée par Keya, quelques mois plus tôt, après une chute stupide d'un arbre.

Sans qu'il ne sache comment il y était arrivé ni pourquoi, il eut alors une bref vision de cette jeune fille en question, entourée de bon nombre d'autres petits elfes, sous la surveillance accrue d'une bande d'humains malpropres aux sourires carnassiers jaunis... Il eut juste le temps de voir qu'ils passaient sur un pont de bois traversant la rivière Tikopia par le sud. Ils passèrent près d'un moulin en ruine, et la vision s'arrêta.

-Ils ont presque quitté Diamant. affirma le jeune garçon, ne doutant pas de la véracité de sa vision. Ils sont passé devant un vieux moulin abandonné, après avoir traversé la Tikopia. Ils voyagent avec une charrette pour transporter les enfants, alors quelques cavaliers bien lancés pourraient les rattraper.

Les elfes mirent du temps à sortir de leur hébétude, se demandant par quelle genre de sorcellerie le garçon pouvait savoir pareil détails. Phileas crut même lire le jugement dans leur regard, ils le pensaient fou. Mais l'un d'eux héla un ordre, et une demi-douzaine d'Elfes allèrent récupérer leur monture et foncèrent au galop.

Si tu décrypte cette phrase cachée tu es vraiment trop badass.

Quelques jours après l'incident, longtemps après qu'ils furent rentrés chez eux, un messager vint à Farur pour porter deux lettres. La première, comme à l'habitude, remerciait Keya pour ses soins. La seconde s'adressait à Phileas. C'était la première fois qu'il était personnellement remercié pour une visite en compagnie de la guérisseuse, dont il n'était que l'assistant. Mais ils avaient rattrapé les voyous et récupérés les enfants... grâce à son information. Sa vision!

À la suite de cet événement, le mot se passa dans le Royaume et il était appelé lorsque des disparitions subvenaient. Il était malheureusement inutile lorsqu'il n'avais jamais rencontré la personne, mais repérait plutôt efficacement celles qu'il connaissait. Keya était enchanté qu'il se fut trouvé une vocation également, et l'encourageait de toute la bonté qu'elle possédait, s'enthousiasmait lors de ses réussites, le consolait lors de ses échecs.

C'est après l'une d'entres elles justement, que son amour pour sa sœur se fortifia. La journée avait été rude, les habitants d'un village l'accusant vilement de paresse alors qu'il s'avouait inapte à retrouver le disparu, bien qu'il répétait toujours qu'il devait connaître l'individu pour le repérer, c'était immanquable. Il avait été si ébranlé par la frustration de la famille éplorée qu'il en était revenu lui-même en larmes, des larmes de déni et d'impuissance. Keya le prit fermement dans ses bras et le berça. Un homme ne devrait pas pleurer ainsi, certes, mais il n'était pas encore un homme fait, il n'avait que treize ans tout juste faits, et il était encore fragile et peu confiant envers ses dons.

Bercé par sa soeur, Phileas se calma lentement alors qu'il admirait les dessins sur ses bras. Elle en avait également sur les jambes, dans le cou... Jamais le jeune elfe n'avait songé lui demandé pourquoi elle se peignait le corps ainsi, il pensait que c'était un truc de fille, du simple maquillage, mais maintenant qu'il y pensait, sa soeur était la seule à faire cela. Sans réfléchir, il lui posa la question, alors qu'il suivait du bout des doigts les arabesques sur le corps de Keya, caressait sa peau mate en savourant sa douceur.

La réponse vint après un long moment de silence, et l'étonna. Toutes les personnes que Keya n'avait pas sus sauver, ou pour lesquelles elle n'était pas arrivée à temps, elle leur avait dédicacé une place sur sa peau. Ce pouvait être une lettre ou un dessin, basé sur quelque chose qu'elle a vu ou ressentit alors qu'elle échouait sa guérison. Phileas eut un poids au coeur en pensant aux pertes de sa soeur, et s'excusa de sa propre faiblesse. Elle aussi, elle avait eut son lot de remords...

-Toi au moins, tu n'as pas pleuré comme un enfant. s'excusa-t-il, piteux, en voulant s'éloigner de ses bras. Il n'était plus un gamin, il devait cesser d'agir comme tel.

-Bien sur que oui, qu'est-ce que tu pense? Mais à chaque fois, je me rappelle que j'en ai aussi sauvé, et alors je garde une marque de ceux que j'ai perdu, parce que je ne veux pas oublier mes erreurs. En les ayant toujours sous le nez, je n'oublie jamais les échecs, et je n'en ressors que plus forte lors de mes succès suivants. l'encouragea-t-elle en lui attrapant le poignet pour l'empêcher de partir. Puis, elle l'emmena dans sa chambre, où elle sortit son pot d'encre et un fin pinceau. Sans protester, Phileas se laissa peindre la main, où elle traça une larme symbolique, qui lui rappellerait toujours son échec de ce jour-là. Elle l'entoura de flammes, et l'adolescent l'interrogea du regard.

-Elle va te rappeler ma vigueur, qu'il ne faut pas abandonner, Phil... lui rappela-t-elle en lui caressant doucement le poignet, alors qu'elle soufflait doucement sur sa peau pour faire sécher l'encre. Tu n'as pas échoué, tu as appris, et la prochaine fois, tu seras prêt.

Le coeur battant la chamade, Phileas aperçu alors une lumière éclairer la silhouette magnifique et parfaite de son aînée. Celle-ci le regarda dans les yeux, mais ne sembla pas voir ce que lui voyait. C'est que Keya n'avait pas de vrai don, alors que lui si, et il en était convaincu, cela lui permettait de voir l'aura des âmes soeurs. Sans réfléchir, il embrassa la jeune femme qui, d'abord surprise, se laissa faire. Il le savait au fond, il l'avait toujours sus. Il avait toujours aimé Keya et avait toujours ressentit que cette émotion était réciproque, seulement ils le cachaient pour les autres, parce que c'était interdit.

Mais ici, dans la chambre de sa soeur, il avait l'impression que plus rien n'était interdit. Quelles importaient les limites imposées par le peuple, lorsqu'il était question de l'intimité de ce lieu sacré? À quoi bon songer aux limites? À quoi bon se soucier qu'il était son frère, beaucoup trop jeune pour elle, qu'à 13 ans il n'avait pas l'âge de ce genre de choses, qu'il bravait l'interdit. Ce qu'on ignore ne peut faire de tord à personne...

Dans les mois qui suivirent, Phileas et Keya se réunirent plus d'une fois en secret pour échanger des caresses, s'enflammer de baisers, découvrir l'amour sous l'angle des adultes. Du haut de ses 18 ans, elle était femme faite, et d'une telle beauté que l'adolescent ne se lassait plus de l'admirer, de la toucher et de la posséder, rien que pour lui. Jusqu'au jour qui devait arriver... Celui où ils se firent prendre.

Away lâche pas !

La punition, sévère, de leurs parents s'avéra plus violente qu'aucun d'eux ne pouvaient imaginer. Le père des jeunes récalcitrant exigea que Keya prenne immédiatement époux et quitte la maison, pour préserver l'intégrité de la famille et le secret de leur liaison, qu'importait les sentiments. Ils étaient chanceux que Phileas ne l'ait pas mise enceinte, ils disposaient donc de plus de temps pour lui dénicher un mari convenable. Ce fut finalement un marchand de bonne vie, humain mais brave et bien nanti, qui pris la mains de sa soeur, et l'emmena vivre à Diamant. Bien qu'il avait l'impression de l'y voir heureuse, qu'elle aimait son mari, il lisait toujours l'amour pour lui dans ses yeux, et elle brillait chaque fois plus intensément lorsqu'il avait l'occasion de la voir.

Ces occasions, rares au début, augmentèrent en nombre lors de la naissance de leur premier enfant, Kaïn, deux ans après leur mariage. Keya agissait toujours comme guérisseuse, mais auprès des humains de Diamant, alors que Phileas restait à Elfe, son pouvoir était inutile ailleurs puisqu'il ne connaîtrait personne. Toutefois, il venait aussi souvent que possible chez sa soeur, qu'il pouvait ainsi aimer en cachette, lorsque son mari était sur la route. Jamais, lors de ses visites, elle ne se refusait à son petit frère, de plus en plus beau alors qu'il atteignait les 21 ans.

C'est l'âge qu'il avait lorsque Keya tomba enceinte de son second enfant. Son mari ayant toujours son entreprise, plus fructueuse que jamais, il était souvent absent et ne pouvait aider la jeune femme dans ses tâches de mère. Phileas passa donc tous ces mois en compagnie de sa soeur et de son neveu, qu'il gâtait comme jamais, s'amusant avec lui et lui offrant toutes sortes de présent. Il était un peu l'oncle de rêve de n'importe quel enfant, et il aimait beaucoup Kaïn. Cette situation avait aussi le mérite qu'il voyait plus souvent cette âme-soeur qu'il aimait plus que lui-même, et se sentait concerné par cette grocesse...

Plus concerné que jamais... Dès qu'elle vint au monde, il fut évident pour Phileas et Keya que la fillette n'était pas une hybride. Consternés tous les deux, ils décidèrent de garder secrète leur impression, et de cacher cette vérité au père qui, heureusement, n'y vit que du feu. Il s'amusa même du fait que c'était normal qu'elle ressembla plus à une elfe qu'à une humaine. C'était une fille, elle tenait de sa mère!

Mais elle avait les yeux de son oncle...

Je t'aime Ilena! Mea culpa...

L'année suivante, Phileas la passa loin de sa soeur, pour éviter d'être trop près de Caitlin. Le mari de Keya n'avait pas remarqué la ressemblance, et il valait mieux qu'il n'en ait pas la chance, alors il ne revint pas à Diamant, c'était mieux ainsi, après tout... Le marchand n'était pas un imbécile non plus!

Ce n'est que lorsque Kaïn disparu que Keya l'appela télépathiquement à l'aide. Il ne fallu pas longtemps à Phileas pour repérer son neveu, même à distance, car il était très près de lui psychologiquement. En fait, ils se ressemblaient même beaucoup de caractère, mais ça, il n'y était pour rien, ce n'était vraiment pas son fils! Toujours est-il qu'il rassura rapidement la mère, toujours par télépathie, que son gamin n'était nul autre que dans la grange, dormant contre un chien alors que lui-même était... un loup.

Il ne fallu pas bien longtemps à l'oncle pour rentrer à Diamant, question de rassurer son neveu sur ses pouvoirs. Il avait surtout hâte de voir comment évoluait sa fille, déjà âgée d'un an... La peine au coeur, il regrettait de ne pas la voir grandir, mais il devait se détacher de cette impression grotesque, puisque officiellement et légalement, il n'était pas son père. Juste son oncle. De toute façon, Caitlin n'avait même pas encore conscience de son existence.

Phileas passa quelques semaines à Diamant, mais il dormait à l'auberge pour ne pas passer trop de temps avec sa fille, car cela lui crevait le coeur de la voir si radieuse, alors qu'elle ignorait qui il était. Et il fallait éviter d'éveiller les soupçons de son beau-frère. Il occupa donc plutôt son neveu à pratiquer son don, ou carrément à faire autre chose pour ne plus y penser. Jusqu'à ce qu'ils reçoivent l'information que l'Ordre des Chevaliers d'Émeraude allait renaître de ses cendres. L'elfe accompagna donc Kaïn jusqu'à Émeraude, après des au revoir difficiles, et après un dernier baiser à sa fille, officiellement sa nièce, il parti de Diamant.

Depuis six ans déjà qu'il est Chevalier d'Émeraude, il ne s'est pas particulièrement lié avec ses frères, trop timide et solitaire. Il préférait plutôt prendre toutes les missions proposées par son Chef afin de partir voyager, seul avec son cheval, et penser à sa fille. Six ans passées sans la voir, ni elle ni Keya. Il évitait soigneusement de s'y arrêter même lorsqu'il passait à Diamant, de peur de ne plus arriver à repartir. Il ne voulait pas voir ce qu'il avait manqué, les années passées où elle avait grandit et apprit, sans lui. Il cru bien qu'il passerait sa vie seul, à travailler plus fort que jamais, à se démener comme Chevalier et ne jamais revoir sa famille, sauf Kaïn. Il ne voulait pas d'écuyer, et s'en était bien passé pendant six ans, mais il était plus ouvert à prendre son neveu sous son aile, maintenant qu'il achevait l'étape d'élève et deviendrait écuyer... Au moins, il connaissait bien se gamin et savait qu'il s'entendrait bien avec lui... Qu'il saurait respecter sa solitude.

Son idée de vie vint toutefois se briser lorsque, à l'aube de l'adoubement des Chevaliers et de l'attribution des écuyers, la nouvelle cohorte d'élèves débarqua à Émeraude. Devinez qui en faisait parti? Nulle autre que la petite Caitlin, escortée par sa mère à Émeraude...
Fonction : Chevalier d'Émeraude (Première génération)

Informations Hors-Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Khanrell
Magicien(ne) conseiller(ère)
avatar

Messages : 1644
Date d'inscription : 08/02/2015
Localisation : Shola

Feuille de personnage
Âge: 29 (éter.), 32 (fév.)
Race: Humaine (Vampire)
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Phileas   Jeu 3 Sep - 17:06

Terminée.

J'ai besoin de l'approbation de Kaïn et Caitlin Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Phileas   Jeu 3 Sep - 17:33

J'approuve mon père oncle avec joie Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Phileas   Jeu 3 Sep - 17:53

J'approuve bien évidemment !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Phileas   Sam 5 Sep - 3:41

Tout est ok Smile

Présentation validée
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Phileas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Phileas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ouji-sama and Hime-sama [PV Phileas]
» Un brin de folie n'a jamais fait de mal à personne. [Phileas]
» « La vie est un jeu de carte où le cœur n'est j'amais l'atout. » ∆ PHILEAS K. HAMPTON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: Présentations-
Sauter vers: