Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Mar 16 Fév - 16:06

Sheireen ne savait vraiment plus où les mettre! Depuis le jour de son dix-huitième anniversaire, les cadeaux, les bouquets de fleurs (plus sublimes les uns des autres) et les boîtes de friandises s’accumulaient dans la bibliothèque, tous signés de noms différents. Adolescente, personne ne s’intéressait à la bâtarde Monik, mais maintenant qu’elle était une beauté d’âge acceptable, on oubliait qu’elle n’était pas née d’une alliance propre. De toute façon, son père était riche et l’avait reconnue comme enfant légitime, alors les prétendants (presque tous les hommes de la cours) se l’arrachaient!

Pour la fortune du père autant que pour la beauté de la demoiselle. Maintenant, elle allait devoir inventer un nouveau système de classement pour les «cadeaux de prétendants», et élaborer un calendrier de conservation (savoir quelle gâterie manger avant quelle, pour ne pas en gaspiller), tellement la masse était ridicule.

Les premiers mots d’amours et cadeaux, elle les avait montés à sa chambre, rangés dans son armoire, toute flattée de retenir l’attention. Mais maintenant, elle se retrouvait devant un dur problème. Ça n’entrait plus dans sa chambre, et en plus elle devait choisir! Père prétendait que si elle ne le faisait pas, il allait choisir lui-même… Sheireen n’était pas bête, elle voulait le plus beau, alors elle allait tous les rencontrer pour les évaluer. Oh, c’est qu’elle était tellement méthodique!

Occupée à trier tous ses biens, elle entendit à peine le Prince Mikhael entrer dans la Bibliothèque, elle ne le remarqua que lorsqu’elle quitta la pile de cadeaux pour en ranger un derrière le comptoir. Les joues rougies par le travail physique, les cheveux un peu déplacés, elle souriant de toutes ses dents à son visiteur.

-Votre Altesse, quel plaisir! Vous recherchez de bonnes lectures? disons qu’elle connaissait ses goûts littéraires, comme la plupart des habitants du château, et elle avait justement découvert une petite merveille pour lui. Me laisseriez-vous deux petites minutes pour me désencombrer, et je suis toute à vous! promit-elle en tentant vainement de se recoiffer pour paraître comme la bonne petite Noble qu’elle était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Dim 21 Fév - 0:52

Il arrivait souvent à Lust de venir lire à la bibliothèque. Ce n’était pas la meilleure place pour draguer… mais il pouvait lire et la lecture était une bonne activité. Il trouverait bien une femme plus tard dans la soirée. Ce n’était pas du tout un problème pour lui… il était facile de trouver quelqu’un. Les femmes en général sont tellement naïves qu’elles acceptent. De plus, Mikhael était un prince. Dans la famille royale… c’était toujours plus tentant pour une simple femme. Il avait la noblesse dans le sang et tous ses gestes ramenaient à cette même idéologie : il est un personnage si noble. Il ne sort pas s’il n'est pas soigné et bien propre. Là était toute la subtilité de la beauté.

Non pas qu’il ne désirait pas de femme en ce moment, il souhaitait simplement lire un peu et repartir. Rien de bien… important et qui changeait ses plans prévus. Il fut grandement surpris de voir la femme qui était à la bibliothèque dans cette situation. Il fronça les sourcils en la voyant sortir. Elle semblait avoir fait un très gros effort physique…. S’était-elle bien mise la matinée ? Elle ne semblait pas bien propre et pas bien dans son assiette. Enfin… Lust ne pouvait pas ne pas la remarquer par contre. Une belle femme, dépeignée et légèrement essoufflée suite à un effort. Il ne pouvait pas ne pas le remarquer : elle était bien belle comme ça. Voilà là une façon dont il appréciait les dames.

Elel, il l’avait vu régulièrement et la réflexion sur son sujet était semblable. Une belle femme, juste un peu…. Etrange ? Elle lui demanda s’il était à la recherche de lecture, effectivement. Il ne vient pas à la bibliothèque pour rien, il a bien mieux à faire, sans sa chambre par exemple. Elle demanda à lui laisser deux petites minutes, ce qu’il pouvait bien sûr faire. Ses mots le firent rire, le désencombrer et être toute à lui. Bien sûr…. Lui parler ne signifiait pas être toute à lui, oh non. Enfin… bref. Ses pens.es lui jouent parfois des mauvais tours. C’était bien évident qu’elle ne parlait pas de cela.

« Vous pouvez prendre votre temps, je ne suis pas pressé. »

Il regardait ce qu’elle avait avec elle… et il ne put s’empêcher de penser que tout cela était énorme. Il ne dit rien et il resta droit, à la regarder travailler. Elle était bien étrange, d’avoir tout cela ici. Que se passait-il en fait ? Lorsqu’elle eût fini, il lui demanda, car à vrai dire, il était un peu curieux. « Cela est bien la première fois que je vois cela dans le château… d’où cela vient-il ? » Peut-être que cela voulait dire qu’il devrait passer plus de temps à l’extérieur de ses appartements… peut-être que cela serait utile, finalement ? Il croisa les bras et la regarda, un petit sourire aux lèvres. En effet, il avait toute sa journée et qu’elle prenne son temps pour tout ce qu’elle avait à faire. Il s'amusait bien là.

« Cela est un plaisir de vous voir ici, lady Sheireen, et d'avoir l'occasion de discuté un peu. »

On n’oublie jamais le nom d’une femme. JAMAIS. Il ne l’avait pas vu très souvent, mais comme il aimait bien aller à la bibliothèque et qu'elle s’y trouvait… ils avaient causé plusieurs fois et Lust se rappelait de son nom. Un détail très important. Qui semble donner de l’importance à la femme. Elle le connaissait  et lui aussi. De vu, sans jamais avoir eu de grandes discussions. Mais pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Mar 23 Fév - 20:11

Le Prince Mikhael ne semblait pas ennuyé d’être mis en attente, il n’était définitivement pas comme sa folle de sœur Khanrell, qui aurait égorgé quiconque lui aurait demandé «deux minutes». Sheireen ne bénéficia pas vraiment de ses quelques secondes de répits pour ranger son fouillis, bien au contraire, elle en profita plutôt pour se cacher dans un rayon et épousseter sa belle robe de satin, qui se remis à luire de toute sa richesse, et passa rapidement ses doigts dans ses cheveux pour les recoiffer proprement, ce qui suffisait amplement car elle avait des cheveux de fée, toujours soyeux et brillants.

Elle revint vers le Prince avec plus d’assurance, n’étant plus gênée d’avoir l’air d’une servante devant un membre de la famille royale alors qu’elle était bel et bien de sang noble. Lust se montra curieux devant l’amoncellement de cadeaux et de fleurs, lui demanda d’où cela provenait. Interprétant mal son sourire en coin, Sheireen cru qu’il faisait l’innocent et qu’il était le mandataire de certains des présents à son égard… Elle n’avait pas eu le temps de regarder le nom de tous les expéditeurs. Se sentant flattée, elle rougit lorsqu’il mentionna être heureux de pouvoir discuter avec elle, ce qui lui fit d’avantage croire qu’il était intéressé par sa main.

-Ce sont des cadeaux de mes… admirateurs, on dirait. Nul n’ignore dans se château que la dernière dame de la lignée Monik vient de devenir majeure, j’ai l’impression que le nom de mon père ne mourra pas avec moi, il en sera ravis.

Comment son père réagirait-il à cela, si nul autre que le magnifique Prince Mikhael, conseiller de son Altesse Pride, venait lui demander la main de Sheireen? Il en perdrait probablement la tête. Non pas que le noble homme eut jamais cru que sa fille trouverait un si bon partit, mais élever sa famille auprès de la royauté, c’était quelque chose que peu de gens pouvaient se venter.

-Je suis touchée de l’intérêt que vous me portez… heu que vous portez à mes conversations bredouilla-t-elle, un peu gênée. Mais je ne voudrais pas ennuyer d’avantage mon Prince avec mes histoires de fiançailles prochaines, et puis si vous êtes ici c’est que vous aviez besoin d’un livre, laissez-moi vous servir, je vous en prie se proposa-t-e-elle, toute délicate, désirant lui montrer comme elle serait une bonne épouse serviable et aimante, bien que ne voulant pas faire le premier pas à le courtiser. Ce n’était pas là un devoir de femme, et puis elle n’était pas encore certaine qu’il lui avait bel et bien offert un cadeau, elle n’avait pas encore trouvé son nom dans le fouillis…

Imperceptiblement toutefois, Sheireen s’était rapprochée de Mikhael, sans même y penser elle-même. Elle rejeta ses cheveux vers l’arrière, libérant ses épaules délicates, visibles au travers de la simple dentelle qui recouvrait tout le haut de son buste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Dim 28 Fév - 23:47


La voyait-il comme une noble donc une égale ou bien simplement comme une femme ravissante ? Cela lui ferait un grand plaisir d’apprendre à la connaître mieux que cela. Mieux qu’une simple bibliothécaire qui semblait avoir plusieurs choses à penser. Tout cela dépend, en effet. Il suffisait de rester poli avec cette Dame et le travail se ferait presque tout seul. Enfin, elle semblait être un peu étrange… mais quelque chose de spécial et différent était bien des choses souhaitées. Lust préférait avoir plusieurs amantes et femmes dans sa vie simplement parce qu’il voulait des surprises. Du nouveau. Rester encore et encore avec la même femme ne lui apportait rien. Ooh, bien sûr, il avait ses femmes préférées. Mais encore, elles n’étaient pas les seules présentes. Bref… arrêtons de penser à cela. Il revint à l’instant présent.

Il fut surpris d’entendre que des hommes lui avaient donnés ces cadeaux. Ah oui, ce qui est appelé le romantisme et la courtoisie peut-être ? Il ne comprenait pas tellement d’où venait cet intérêt. Les liens du mariage… penser à cela l’énervait, car il se disait qu’il allait simplement se restreindre pour ça… et là les cadeaux… Gula serait heureuse. N’empêche que le nombre était assez énorme. Ça le surprenait vraiment beaucoup de voir tout cela. Il répondit à ses paroles avec un sourire, surpris tout de même de voir qu'elle était si… populaire. Il l’avait remarqué, mais peut-être que maintenant… elle semblait bien mieux qu’avant. Aucune idée. Peut-être aussi que cela était la seule fois où il eût l’occasion de réellement lui parler.

Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres en entendant son lapsus, qui n'en était pas tellement un. Elle était bien plus intéressante que tout ce qu’elle pouvait bien dire. Comme si ses mots avaient une quelconque signification pour lui. Enfin… si, car il sait écouter. Au-delà de ça, il avait bien plus. Elle en vint à la conclusion qu'elle l’ennuyait. Non, faux. Il appréciait bien ce temps en sa compagnie. Qui elle était était bien mieux que ses paroles, certes. Mais une discussion ne peut pas se faire sur en regardant une personne.

« Mais vous ne m’ennuyez pas du tout. Au contraire, je suis réellement ravi de voir que cela vous rend heureuse. » Il lui fit un léger sourire. Passer du temps avec elle était une chose agréable. Avec ou sans livre… « Vous disiez bien être toute à moi ? Alors si je souhaite discuter, vous le ferez ? Allons dans les allées, cherchez un livre et accompagnez-moi, votre compagnie est fort agréable. »

Effectivement. Un jour, elle allait être réellement toute à lui. Pour le moment, il fallait attendre. Parmi les hommes qui lui avaient envoyés ces cadeaux, elle devait bien avoir un fiancé. Détail complètement inutile en plus. Il la regarda, une femme très belle, dans des vêtements magnifiques. Elle semblait avoir le don de se faire désirer. Vous savez ? Il existe des femmes semblant se faire désirer bien plus que d’autres. C’était son cas. Ça peau lui donnait envie. Mais un peu de retenue, voyons… maintenant qu’elle était plus proche de lui, il prit délicatement sa main et déposa un baiser dessus.

« Vous me guidez, Lady Sheireen ? »

La vision des deux étaient très différentes. Les désirs de chacun et les espérances n’étaient pas dans le même but. Elle espérait que Lust lui demande de devenir son épouse. Et lui, il se disait que jamais il ne ferait ça. Il souhaitait simplement avoir cette femme entièrement à lui. Une femme qui semblait se faire désirer autant… ça pourrait être agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Mar 1 Mar - 17:19

Le sourire que lui fit Mikhael lorsqu’elle parla de ses prétendants confondit Sheireen, à la fois parce qu’elle le trouvait inhumainement beau et que son charme la faisait fondre, mais aussi parce qu’elle eut l’impression qu’il était bien l’émissaire de l’un d’entre-eux, mais qu’il ne voulait pas le lui laisser savoir tout de suite. Qu’il lui dit être ravi de savoir que ces cadeaux la rendaient heureuse fut la confirmation qu’elle avait besoin. Il était vraiment l’un de ses prétendants, c’était certain. Comment la vie pouvait-elle être plus belle que de lui promettre un époux pas seulement noble, mais bien Prince? Jamais son père n’y refuserait sa main, faisant élever la famille Monik au sommet de la hiérarchie sholienne.

Ainsi, Mikhael demanda à Sheireen de l’accompagner pour chercher un livre dans les rayons, parce qu’il ne pouvait plus se passer de sa compagnie. Peut-être désirait-il s’y cacher pour lui faire sa déclaration d’amour officielle, de peur d’être surpris? Était-ce donc un grand romantique? Un Prince désirant garder secrète une relation pour l’honneur d’une Dame jusqu’au mariage? Charmée, la jeune bibliothécaire le suivit les joues rougies de ses flatteries. Elle était d’agréable compagnie pour un Prince!

-Vous me flattez, mon Prince. Je n’osais croire que ma personne puisse être aussi intéressante pour un homme de votre stature…

Lorsqu’elle fit mine de le suivre, il lui vola doucement sa main pour l’embrasser, comme le plus parfait gentleman, en s’effaçant pour se laisser guider. Sheireen ne put retenir un gloussement de plaisir en le devançant, elle se souvenait parfaitement où elle avait rangé ce bouquin, bien qu’elle ne pensait pas que Mikhael en soit tant intéressé plus que par sa propre personne. Maintenant de dos, elle sentait se poser sur sa peau nue un regard qui lui donna des frissons, parce qu’en effet, les coupes de ses robes dénudaient toujours son dos pour laisser passer de fragiles petites ailes légèrement dorées.

Attrapant un mince volume au passage, Sheireen continua son avancée dans le rayon romanesque et s’assied sur le large bord de fenêtre au fond de l’allée autant pour le confort que lui prodiguait la chaleur du soleil dans son dos que parce qu’elle espérait qu’ainsi cachés à la vue de tous, Mikhael lui déclarerait sa flamme et lui demanderait sa main.

-Et sa peau satinée, réfléchissant le soleil timide du matin, lut-elle en prenant une page au hasard dans le petit livre, frissonna sous la caresse des délicats doigts du vent.

Elle chuchotait d’une voix timide, en n’osant prolonger d’avantage sa lecture, parce qu’elle avait déjà lu tout ce bouquin, qui était en fait le journal intime d’un anonyme poète amoureux. La scène qui suivait était, bien que décrite avec finesse et goût, beaucoup plus torride, et Sheireen était encore trop prude pour la lire à haute voix, bien qu’elle avait découvert beaucoup d’intérêt à la lire dans sa tête. Rouge de gêne, elle tendit le livre à Mikhael, lui devant des explications.

-Je sais que vous aimez les histoires d’amour qui sont… heu détaillées? Disons que le Prince n’avait pas l’habitude d’emprunter des livres à l’eau de rose. J’ai pensé que ça pourrait vous plaire, ce poète à une plume magnifique, ses mots me pénètre l’âme et le cœur comme si c’était à moi qu’il les disait.

Avec un sourire coquin, elle laissa son regard errer par la fenêtre, illuminant son visage de soleil, éclairant ses yeux pourtant toujours sombres.

-Toute femme serait charmée devant des mots si doux pour elle. Mais je pense que vous le savez déjà, mon Prince, il n’empêche que les scènes décrites dans ce journal m’ont fait pensé à vous…

Les mots étaient sortis avant qu’elle y eut réfléchit, et elle réalisa stupidement que ces propos pouvaient porter à double interprétation. Allait-elle passer pour une dévergondée? Sheireen se corrigea aussitôt, ne voulant pas salir sa réputation, qu’elle se forçait à travailler depuis des années pour refaire l’honneur des Monik.

-Je ne voulais pas dire ça dans ce sens là, excusez-moi, je pensais plutôt à vos goûts littéraires! Plus rouge qu’elle, on l’aurait prise pour une tomate. Vous n’avez pas pensé que…? Enfin?... J’espère….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Dim 6 Mar - 1:27

En avançant, il ne pouvait s’empêcher de regarder sa belle peau pâle. Ses cheveux et ces ailes. Elle était une femme vraiment belle qui donnait réellement envie d’en profiter. Il fallait juste être patient. Si elle espérait quelque chose de la Luxure, elle allait l'avoir. Il la trouvait intéressante puisqu’elle était une très belle femme, un peu naïve. Certes, des femmes naïves, cela existait un peu partout. Il était évident pour Lust que sa personne ne lui dérangeait pas du tout. Il pouvait bien continuer ainsi pendant longtemps… la regarder, la désirer tandis qu’elle ne s’en doutait même pas.

Ils finirent par s’arrêter dans une allée, où elle avait pris un livre. Ah oui, il était venu pour cela à la base. Il désirait un livre offert par la bibliothécaire et non la bibliothécaire. C’est fou comment des plans peuvent changer en simplement un regard et un désir naissant. Elle lut une page du livre et un beau sourire apparut sur le visage du prince. C’était un livre qui semblait intéressant et qu’il avait réellement envie de lire. Il était prêt à L’emprunter. Même si… au fond, si elle lui faisait la lecture, il aimerait. Cela pouvait faire un spectacle amusant et un jeu qu’il n'avait pas encore testé. Effectivement, cette jeune femme avait vu juste : En effet qu’il aimait les histoires plutôt détaillés. Les histoires d’amour romantique… c’était un peu stupide. Montrer qu’un lac semblait se souvenir d’une femme décédée… ce n’était pas exactement son style. Il n'avait pas du tout l’âme d’un romantique. Alors oui, les livres d’amour de ce style lui correspondaient beaucoup mieux. Et puis, le Prince Mikhael aimait bien lire. C’était un passe-temps comme un autre.

La femme qu’il avait en avant de lui semblait être une romantique. L’auteur ne s’adresse pas à ses lecteurs. Il écrit pour lui simplement. Les lecteurs passent après. Enfin, ce n’était pas facile de faire comprendre cette vision, vision bien personnelle d’ailleurs. Il n'allait pas lui dire et la forcer à avoir cette vision unique. Lust était Lust et il n’était pas possible de le changer, même s’il trouvait l’amour. Ses paroles suivantes le surprirent. Les descriptions lui rappelaient le prince ? Eh bien… qu’il est content de voir la vision qu’on les gens de lui. Les descriptions torrides dans un lien les liaient. Génial. Il posa son regard sur la femme et eut un léger sourire.

« Cela est… bien à apprendre je suppose. » Et voilà qu'elle s’excusait. Que ce n’était pas ce qu'elle voulait dire. Que souhaitait-elle dire alors ? Lui, cette affirmation ne changeait rien car il était simplement parfaitement au courant de ça. Il savait qu’il préférait ce genre de lecture. Sa gêne était magnifique à voir. Elle ne semblait plus parler normalement. Elle disait que le style lui faisait penser à lui et non les descriptions. L’un comme l’autre, ça ne le dérangeait pas. Il allait simplement profiter de cette gêne… puisqu’il adorait voir les rougeurs d’une femme.

« Ne vous inquiétez pas My Lady. » Il approcha d’un pas, toujours un sourire charmeur aux lèvres. « Cela ne me dérange pas, vous ne m’avez pas du tout dérangé. Non même que cela m’a fait sourire. » Il posa sa main sur la sienne, sur celle qui tenait le livre et la maintenait sans force. Il glissa sa seconde main sur son visage encore rouge. L’était-il par ses nouveaux gestes ou bien encore pour son erreur ? Aucune idée. Cela rendait son visage vraiment magnifique. Encore plus qu’avant. Sa main sur sa joue, il releva son visage et la regardait dans les yeux.

« Je vous assure, Lady, que vous êtes vraiment ravissante. Cela est un honneur de pouvoir en profiter, en ce moment même… »

Il était prêt. Très prêt. Il était si heureux de pouvoir enfin toucher sa peau si douce. Même si cela ne serait qu’un bref instant. Comment allait-elle réagir, cette femme qui semblait avoir des attendre si grande ? Il était plus grand d’elle, sa main sur sa joue lui permettait de lui lever le visage. Il attendait une réaction avant de faire quelque chose… ne sait-on jamais ce qu’il peut attendre de cette romantique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Lun 7 Mar - 18:49

Bien que la jeune femme avait bafouillé dans ses propos et s’était mise dans l’embarras, Lust ne semblait pas s’incommoder de cela, il semblait même heureux d’apprendre que Sheireen pensait à lui lorsqu’elle lisait pareil livre. Et même si c’était vrai, elle n’allait pas l’avouer pour rien au monde, elle avait un honneur de Dame à tenir, elle devait avoir l’esprit aussi chaste que le corps. Mikhael, toujours aussi charmeur, lui assura qu’elle n’avait pas à s’inquiéter, lui assurant qu’il n’était pas dérangé par ces propos et même qu’ils lui plaisaient. Visiblement, c’était vrai, parce qu’en s’approchant d’elle, sous sourire charmeur de le quittait plus…

L’elfe-fée fut réellement prise au dépourvu lorsque le Prince lui pris la main qui tenait son livre, mais avec tendresse, alors qu’une autre main aussi galante lui effleurait la joue, qui n’avait cessé de rougir entre temps. Le cœur de Sheireen battait à tout rompre, et elle était certaine maintenant que le château entier pouvait l’entendre! Mikhael lui releva la tête pour accrocher son regard de saphir dans les yeux presque noirs de la jeune Dame.

Elle serait certainement capable de rester ainsi des heures durant, à admirer ce visage parfait à son oeil, ce sourire charmant et cet océan de beauté dans le regard. Il était si attrayant que Sheireen n’aurait su quel adjectif lui attribuer qui lui sied, tous semblant trop fades en comparaison au Prince.

-L’honneur est mien, Mon Prince protesta-t-elle, tellement flattée par le compliment qu’elle se sentit fondre. Heureusement qu’elle était assise, car ses jambes ne l’auraient plus soutenue alors. Aucune Dame, même de mon lignage, ne pourrait rêver recevoir d’amour d’un Prince aussi digne que vous, aussi important pour le Royaume, puissant… Et d’une beauté à couper le souffle…

Même avec tous ces qualificatifs, il semblait toujours à Sheireen qu’elle n’arrivait pas à rechercher au fond de son coeur ce qu’elle voulait dire, comme si les mots étaient au-dessous de tout sentiments. Et pourtant, savante comme elle l’était, l’elfe-fée connaissait beaucoup de mots pour décrire les choses… Mais pas les Hommes comme lui. Incapable de résister à l’envie de toucher la merveille que lui dévoilait ses yeux sous les rayons chaleureux du soleil, la jeune Dame caressait doucement les lèvres de Mikhael du bout de ses doigts tremblants.

- J’aimerais tellement en voir plus de vous…

Le choix de verbe le plus judicieux aurait été «savoir», mais comme la noble avait l’impression de voir les sentiments et l’amour de Mikhael au travers ses yeux, c’était le verbe qu’elle avait prononcé en pensant à «apprendre à le connaître». Dommage que cela pouvait autant prêter à interprétation pour des esprits moins naïfs que le sien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Sam 19 Mar - 23:01

Cette femme semblait être une femme facile. Cela était-il bien ? Cela était-il mal ? Il ne pouvait pas le dire. Tout ce qu’il savait était qu’il appréciait beaucoup la vue qu’il avait d'elle. Au fond, la seule chose qu’il souhaitait était de profiter de son corps, légèrement. Comme lui le souhaitait. Qu’elle ait un fiancé ou autre, à vrai dire, il s’en foutait. S’il devait compter le nombre de fois où il avait couché avec une femme déjà mariée… Comme quoi il n’est pas le seul qui commet le péché : certaines de ces femmes sont peut-être aussi impures que lui. Le premier contact était passé et elle ne semblait pas contre. Apparemment, il avait bien raison de se dire que cette femme était belle et très naïve. Il n’y avait aucun défi avec ces femmes, mais au moins… il peut profiter de leur corps comme il le souhaite sans aucune restriction qu’il n’appréciait guère.

Sa main sur la sienne, main sur sa joue, cela était évident. Il était facile de lire ce que voulait Mikhael dans cette situation. Non, il n'allait pas lui dire qu’il l’aimait. Au contraire même… de l’amour, il n’en avait pas du tout. Cela était évident même… la seule chose qu’il voulait, c’était elle et son corps, sans rien de plus. C’est bien simple, non ? Mikhael se retrouva à écouter ses paroles. Honneur et blabla.. .vraiment rien qui pouvait l’intéresser. Cependant…

Où avait-it parlé d’amour ? L’amour n’est pas nécessaire lorsqu’un homme souhaite faire l’amour à une femme. Jamais il ne comptait lui donner son amour…. Qu’elle était naïve et qu’elle sautait aux conclusions rapidement. Cependant, innocente comme cela, il était presque certain que les compliments qu’on lui faisait étaient vrais. S’il n’était pas beau, avoir une femme dans son lit serait bien plus difficile qu’actuellement. Le fait qu’il soit puissant politiquement parlant aussi lui donnait aussi un charme et une espèce de forme d’interdit que les femmes semblaient bien aimée. Enfin, si pour elle faire l’amour voulait dire ressentir des sentiments pour l’autre… comme elle le souhaitait, ça ne lui dérangeait pas lui. Elle vint caresser les lèvres de la Luxure. Savait-elle exactement quel message elle lui communiquait en cet instant ? Elle lui donnait, d’un sens, le feu vert. Il prenait ce geste comme la possibilité de pouvoir  faire ce qu’il souhaitait. Cela ressemblait bien à une invitation, non ?

De plus, elle venait de dire qu’elle souhaitait en voir plus de lui. Savait-elle ce qu’elle disait ? Aah… peu importe. Une femme, pour être bonne, ne devait pas nécessairement être capable de tout comprendre. À vrai dire, cela ne lui importait pas vraiment. Il la regarda avec un léger sourire, toujours en la regardant dans les yeux. Sa main posée sur sa joue continua quelques caresses.

« J’aimerais bien en voir plus de vous aussi. »

Il prit doucement la main qui touchait ses lèvres entre la sienne et posa un baiser dessus avant de se rapprocher d'elle, glissant sa main sur sa nuque. Une belle femme comme cela qui s’offrait limite à vous, ça ne se refuse pas. Il vint poser ses lèvres sur sa joue, posant un baiser. Il se déplaça vers son oreille, sa main lâchant la sienne pour venir se poser sur le dessus de sa cuisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Dim 20 Mar - 20:56

Ça devait être ça, le coup de foudre. Sheireen sentait que son destin se traçait sous ses yeux, sans qu’elle ne pu l’arrêter ou le comprendre. Mikhael semblait représenter tout ce qu’elle avait toujours rêvé, le Prince charmant des contes qui la faisait frémir depuis l’adolescence s’était incarné et lui faisait la cour. La main sur sa joue rependait dans tout son visage une chaleur qui avait certainement fait rougir ses pommettes, elle était si absorbée par la contemplation de son prétendant que ses yeux devaient briller, illuminant les paillettes mielleuse dans son regard sombre.

La réponse de Mikhael la fit frissonner, elle l’intéressait vraiment, ce n’était pas un rêve. Sa deuxième main ancrée dans la paume du Prince suffisait à lui assurer qu’elle était toujours dans la réalité, sans cela elle aurait bien pu s’envoler. Malgré elle, son visage suivit la main qui quitta sa joue, comme pour refuser son départ, Sheireen avait ainsi rapproché son visage de celui du Prince, qui lui vola sa main curieuse pour l’embrasser doucement, la faisant à nouveau frissonner. Puis rougir. Frissonner et rougir semblaient bien être les seuls choses que son corps savait faire devant un homme…

Le baiser qu’il posa sur sa joue la surpris autant qu’il la ravie, son cœur battait la chamade jusqu’à l’assourdir complètement, elle n’entendait plus la respiration de Mikhael, mais son propre sang qui battait à ses oreilles. Ses oreilles, auxquelles le Prince s’était rapproché, embrassant tendrement sa peau jusqu’à elles. Frisson, rougeur, encore. Les lèvres charnues de Sheireen effleuraient également le bel homme, mais elle ne trouvait pas la force de répondre à ses baisers, la jeune fée ne trouva la force que de chuchoter, caressant du même coup la peau de son prétendant avec ses lèvres.

-Mikhael… je v… *ous aime…* ne réussit-elle à terminer qu’en pensée, toute tendue qu’elle était devenue lorsque la main qu’elle serrait encore dans la sienne l’avait quittée pour caresser sa cuisse, parfaitement à la bonne hauteur puisqu’elle s’était assise sur le bord de la fenêtre.

Heureusement, d’ailleurs, que la fraîcheur du dehors collait au dos de Sheireen et transperçait sa robe délicate, car ses ailes se mirent à papillonner et son corps à s’échauffer brusquement sous ce contact intime. Un instant passa sans qu’elle pu respirer, tout son esprit tourné sur cette main chaude qui faisait naître en elle des sensations qui aurait du la rendre honteuse. Ce n’était pas digne d’une Dame, de se laisser toucher de la sorte, ni de se laisser embrasser d’ailleurs. Son cerveau, affolé pour son honneur, lui dictait de repousser Mikhael et d’exiger de lui qu’il passe par toutes les étapes, soit demander à son père de la fréquenter, et puis lui demander sa main, et enfin…

Mais le cœur de Sheireen, lui, palpitait sous les sensations nouvellement découvertes, et elle frémit lorsque les lèvres de Mikhael embrassèrent son oreille, promesse de tant d’amour à venir… Mais lorsque la main du Prince se fit plus curieuse, remontant sur sa cuisse au-delà de ce que lui permettait la plus élémentaire des décences, la main de la jeune fée s’envola littéralement l’arrêter, elle se mordit d’ailleurs les lèvres en regrettant ce manque de délicatesse de sa part, elle avait carrément empoigné les doigts aventureux de son prétendant entre les siens. Voulant à tout prix se montrer, douce, elle tourna la tête pour ramener son visage face à celui du bel homme, mais resta béate devant leur proximité. Ainsi, leur nez se touchaient, et elle n’aurait eu qu’à tendre légèrement les lèvres pour l’embrasser… Ce dont elle avait envie, d’ailleurs…

-Mon Prince, que faites-vous? chuchota-t-elle en tentant de sourire pour masquer son trac. Il ne faudrait pas continuer ainsi, j’ai bien peur de ne savoir vous retenir une seconde fois, même pour mon honneur. Je ne peux nier toutes les émotions que vous faites naître en moi, mais je dois penser à mon image avant tout, à mon nom, je sais que vous comprenez… Vous ne voudriez pas me déshonorer, n’est-ce pas, mon tendre ami…

Sheireen rougit elle-même devant l’audace de ce surnom, s’étant d’amblée imaginée qu’ils étaient désormais liés par quelque chose de plus important que la physique. N’étant plus à un écart de conduite près, elle poussa le courage jusqu’à goûter à ses lèvres qui lui faisaient tant envie depuis toutes ces longues minutes qui s’étaient écoulées. Les yeux fermés, elle sentit son visage s’empourprer en échangeant son tout premier baiser, qui devait certainement être maladroit et timide, malgré toutes les descriptions que l’elfe-fée avait pu trouver dans les livres d’amour, elle n’était toujours pas certaine comment faire. Lorsqu’elle détacha ses lèvres de Mikhael, elle n’arriva pas à rouvrir les yeux, craignant ce qu’elle lirait dans le regard océan de son tendre ami…

-Je suis désolée de vous avoir laissé faire, c’était indigne de moi… J’ai honte que vous ayez cru que tout cela n’avait pas d’importance pour moi, c’est important que je conserve ma dignité jusqu’au mariage. Je vous assure que vous aurez tout ce que vous espérez lorsque j’aurai la bague au doigt, je veillerai à être à la hauteur de vos attentes…

Ce que Sheireen ne savait pas encore, c’est que Mikhael n’avait jamais eu l’intention de lui demander sa main, mais elle était si naïve et rêveuse, l’elfe-fée était certaine qu’elle vivait l’amour avec un grand A, que le Prince était de l’un de ceux qui lui avait fait parvenir des fleurs, et qu’il l’aimait de tout son cœur. Persuadée qu’il voulait l’épouser comme tous les autres, elle n’ouvrit même pas les yeux pour voir l’étonnement sur le visage de l’homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Mar 29 Mar - 23:11

Lust aimait les femmes faciles. Il pouvait ainsi profiter de leurs corps sans qu’elle comprenne exactement ce qu’il se passait. Enfin… c’était bien ce qui était dit. C’était même une chose qu’il répétait sans aucun problème, appréciant le contact des femmes et la luxure. Cependant, il pouvait bien dire que c’était l’une de ses premières fois qu’il tombait sur une femme aussi facile. Il n'avait jamais prononcé le mot amour devant elle et elle s’imaginait déjà une lune de miel complètement romantique et stupide. Ce n’était pas du tout dans les plans de Mikhael de se marier avec cette femme : il avait bien mieux à faire que de se retrouver la plus grande partie de son temps avec elle. Un jour le mariage serait peut-être obligatoire mais… jamais avec une femme comme elle, il ne préférait pas.

Ne comprenait-elle pas que c’était uniquement son corps qu’il souhaitait ? Cette distance le montrait bien. Il voulait simplement voir si elle acceptait son « amour » et ainsi l’amener plus loin que la bibliothèque pour être loin de certains regards qui se voudraient indiscret. Déjà, car il ne se faisait pas rejeter, il avait la grande impression qu’elle allait le suivre sans aucun problème. Une belle fille, qu’il pouvait regarder dans les yeux tendrement. Enfin, avec une certaine volupté et non tendresse. Pour lui ça ne se faisait pas du tout, limite avec sa famille mais pas avec une femme qu’il considérait comme facile et utile qu’à l’utiliser. Sa vision féminine n’était pas des meilleures, c’est une chose qu’il devait bien avouer. Sauf lorsque ça concernait sa famille ; dans ces cas-là, il pensait autrement.

Sa main souhaitant s’aventurer un peu plus loin, elle fut arrêtée par la femme et il faut dire que ça, c’était vraiment quelque chose qui surprit Lust. Il ne s’attendait pas à un certain rejet. Peut-être était-elle un peu mieux et moins facile qu’il ne le pensait à la base ? Leurs visages se retrouvèrent très proches et vraiment, Lut ne pensait pas du tout à parler. Il l’écouta tout de même lorsqu’elle lui dit qu’elle ne se retiendrait pas une deuxième fois. Son nom, son image et son honneur. N’importe quoi. On pouvait très bien profiter d’une autre personne, surtout lorsque ça ne se saurait pas… certaines femmes sont des cas, il faut bien l’admettre. Il fut surpris de ses paroles et en plus de ce baiser. Auquel il ne s’attendait pas du tout puisqu’il venait de se faire entièrement rejeter. Il garda son regard dans le sien, puisqu’il semblait avoir une femme bien intéressante là.

Ses paroles ne voulaient rien dire, surtout pour une personne ne croyant pas au mariage. Enfin, la pensée normale et chaste de la plupart des gens. Quelque chose qui était évident qu’il n’aimait pas et refusait. Il soupira doucement avant de retirer sa main sur sa cuisse et de la regarder, dans vraiment s’éloigner.

« Une chose qui ne se sait pas ne peut pas être un déshonneur. Je suis certain que vous adoreriez passer du temps en ma compagnie, continuez ce que nous venons de commencer. »

Peut-être que d’un point de vue, ce l’était. Mais vraiment… Lust aurait apprécié continuer. Surtout après ce baiser qui montrait bien l’envie de cette femme. Un baiser, ce n’était pas assez et cela lui donnait juste envie de continuer encore et encore. Aller au bout. « J’aurais bien cru que ce baiser était un accord, je me suis hélas trompé. Vous ne pouvez cependant pas nier que si votre honneur n’était pas "en jeu" vous auriez continué sans hésiter. » C’était le cas. Elle avait clairement montré qu’elle l’aimait. Enfin, qu’elle pensait être futurement mariée avec lui et en ayant dit ses paroles, en plus de ce baiser. Il allait certainement pouvoir la mettre dans son lit un jour, et le plus tôt serait le mieux. Ce serait dommage de perdre une si belle occasion.

« Assurez-vous, Ma Dame, que je n’ai que très rarement des attentes envers les femmes. Elles en ont beaucoup plus envers elles-mêmes que moi j'en ai envers elles. » Si elles pouvaient me divertir et me donner envie, elles remplissaient leurs rôles. Alors après ça, moi je n'avais rien à redire. « Avant ou après le mariage, cela n’a pas de différence. Des mots prononcés et les bagues ne signifient pas le réel lien envers un homme et une femme, mais tout cela n'est qu'une question de point de vue, bien sûr. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Jeu 31 Mar - 21:45

Oh, évidemment qu’elle en crevait d’envie. Déjà, la main curieuse de Mikhael manquait à Sheireen, qui ne pouvait nier apprécier les contacts rapprochés avec le Prince. C’est qu’il lui donnait chaud, et tant de pensées concupiscentes qu’elle avait presque honte de ce que son cerveau lui suggérait. Évidemment, personne n’aurait à savoir qu’elle avait consommé son mariage bien avant la cérémonie, mais même si elle était persuadée que l’homme l’aimait et voudrait l’épouser, malgré qu’elle n’eut aucune preuve qu’il était du nombre de ses prétendants, une petite voix de raison lui rappelait la dure réalité. Elle n’avait pas de preuves, point. Ces certitudes étaient en fait des espoirs, et tant qu’il ne l’aurait pas au moins fiancée, elle ne pouvait que rêver.

Si elle se trompait, naïve comme elle était, elle ne serait alors plus bonne à marier. Qui voudrait d’une dame de son rang qui a stupidement perdu sa virginité en croyant avoir rencontré l’amour? Mais Sheireen voulait tellement croire en cet amour, elle était tellement certaine que Mikhael l’épouserait de toute façon et qu’il n’y aurait aucun mal à ce qu’ils profitent du plaisir charnel un peu en avance, qu’elle s’étonna elle-même lorsqu’elle hocha négativement de la tête. Si son coeur et son corps voulaient l’attirer sur la mauvaise route, sa tête avait (heureusement) pris le dessus. Juste une question d’honneur.

-Ce n’est pas de votre faute, Mikhael voulu-t-elle le rassurer en rouvrant finalement les yeux, lorsqu’il lui dit s’être trompé. Évidemment que c’est une question d’honneur, je serais bien ingrate de mentir en prétendant être indifférente à… l’attention que vous me donnez et à laquelle je n’aurais jamais cru pouvoir mériter. J’espère que vous ne m’en voulez pas de vous demander d’attendre, je ne suis pas la seule dans l’enjeu… Et n’est-ce pas que les petits plaisirs de la vie sont toujours plus savoureux lorsqu’on a su être patient pour les obtenir?

Se faisant presque suppliante, Sheireen espérait vraiment que Mikhael ne lui tiendrait pas rigueur de l’avoir allumé pour rien, bien que c’était tout à fait innocent de sa part. Oh, elle ne voulait pas jouer les agaces, elle ne réalisait même pas toujours à quel point sa féminité et sa délicatesse étaient à eux seuls de vrais attraits pour les hommes. Naïve jusqu’au bout, elle ne se rendait pas compte que par sa douceur elle faisait naître des faux espoirs, elle était simplement gentille comme ça, et tellement fleur bleue…

Se voulait-il rassurant, en lui affirmant qu’il avait moins d’attentes envers les femmes qu’elles ne pouvaient en avoir elles-mêmes? Il y a toujours cette insécurité lorsqu’on est en amour pour la première fois, et bien que Sheireen l’avait plus souvent lu dans les livres qu’il n’était décent de l’avouer, comme pour les baisers, elle ne pouvait être certaine de savoir comment s’y prendre. Elle sourit, en pensant à toute la bonté de Mikhael, qui ne la jugerait pas le jour venu et ne semblait même pas lui en vouloir pour son écart de conduite. Voulant l’embrasser à nouveau, incapable de résister à sa beauté, elle s’interrompit pour le laisser parler, et son opinion du mariage refroidit légèrement l’elfe-fée. Lorsqu’on est fleur bleue comme elle, le mariage relève d’un caractère sacré et d’une importance capitale. Une preuve d’amour, en sommes, qui assure à l’autre qu’on se donne à lui plus avec son âme qu’avec son corps.

-Je suis la dernière Monik, mon Prince… Si je salis mon nom, que restera t’il comme souvenirs de tout ce qu’ont accomplis mes ancêtres dans le passé? Rien que mon déshonneur. Je ne peux pas faire ça à mon père, je l’aime trop, il faut que je fasse un bon mariage pour qu’on se rappelle que mes enfants sont les dignes descendants des Moniks, pas d’une femme de mauvaise vie. Vous ne voudriez pas cela pour moi, n’est-ce pas, mon tendre ami? soupira-t-elle en lui servant le même discours que lui répétait son père, pas parce que c’était sa raison de croire au mariage, mais parce qu’elle avait l’air moins imbécile et naïve avec cette explication là.

Pour s’assurer de ne pas succomber à la tentation, parce que la proximité de Mikhael lui donnait toujours des chaleurs malgré elle, Sheireen repoussa délicatement le prince du bout des doigts, juste pour pouvoir descendre de son siège improvisé qu’était le bord de la fenêtre, afin d’être moins limitée dans ses déplacements. Elle lui remit le livre, cause première de leur escapade au fond du rayonnage, en lui souriant avec la pureté que confère son innocence.

-Je serai une bonne épouse, mon Prince. Juste une bague au doigt, et je serai toute à vous, n’est-ce pas peu demandé pour vivre un amour aussi profond que celui décrit dans ses lignes? demanda-t-elle naïvement, en se demandant une fois de plus pourquoi elle n’arrivait pas à lui dire qu’elle l’aimait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Dim 10 Avr - 23:16

Il était bien heureux de savoir qu’elle avait envie. Mais l’honneur. L’honneur… que c’est n’importe quoi de penser à l’honneur de cette façon, Lust avait de l’honneur tout de même, malgré le fait qu’il ait couché avec de nombreuses femmes avant le mariage. Même avec des femmes mariées ou non-mariées. Sheireen parla de patience. En disant que les petits plaisirs de la vie étaient mieux après avoir attendus pour les avoir… cela était vrai d’un certain sens : Lust appréciait toujours plus le moment avec une femme lorsque celle-ci hésitait et décidait finalement de se laisser tomber dans le vice. Cependant, c’était quand elles disaient oui au final. Elle parlait d’honneur et cette question d’honneur était bien quelque chose qu’il n’appréciait pas particulièrement. Il n'allait pas la forcer, il commençait à comprendre qu'elle ne voulait pas. Malgré qu'elle avait dit qu'elle avait envie. Se laisser aller, cela n’existait pas dans son vocabulaire ? Il voulait seulement profiter de cette beauté un peu, lui faire connaître des choses qu’elle ne connaissait pas encore.

La vision du mariage qu’avait Lust était unique et souvent, différente de celles qu’on les autres. C’était évident que cette petite romantique ne pensait pas comme lui : pour elle le mariage semblait certainement sacré… même si au fond, ce n’était rien. Jurer fidélité devant les Dieux, ça ne voulait rien dire. C’était personnellement qu’on devait faire ses choix : les Dieux n’allaient pas voir si tous les deux le respectaient. Bref, c’était évident que les gens normaux qui ne le connaissaient pas très bien n’acceptent pas du tout cette vision. Une vision assez rare, de ce qu’il savait. Une chance qu’il ne parlait pas de sa vision de l’amour, vision encore plus différente.

Elle aimait trop son père pour le déshonorer ? Je l’aimais mon père aussi et pourtant, je le faisais tout de même. Ses arguments n’avaient aucune logique. Elle est bien trop pure… bien sûr qu’il ne voulait pas ça pour elle, mais faire l’amour une fois ne briserait pas tout. C’est bien ce qu’elle ne comprenait pas et que Lust était tanné d’essayer de lui faire comprendre. Il allait peut-être le comprendre un jour, sinon ce n’était pas grave. Mikhael n'avait qu’à aller voir ailleurs, avec des femmes bien moins… conservatrices ? Son refus était maintenant évident lorsqu’elle le poussa un peu et se leva. Dommage. Elle lui donna le livre, qu’il prit. Au moins, il allait quand même obtenir quelque chose après cette rencontre. Il écouta ses paroles et eut un léger sourire.

« Effectivement, ce n'est pas trop demandé. Vous avez bien le droit de vivre dans un conte de fée. »

Ses mots étaient durs, mais ils étaient vrais. Elle pensait à l’amour et au mariage, sans penser à rien d’autres. Lui, ça ne l’intéressait pas. Il avait son corps qui était intéressant, cette femme… jamais il n’allait pouvoir aimer une femme aussi passive qu’elle. Un jour, il aimerait bien la retrouver sans son lit. Mais ce n’était certainement pas aujourd’hui que ça allait arriver.

« Vous trouverez certainement un homme qui partage ses pensées, qui souhaite vous marier. Vous méritez de l’amour, tout de même. » C’était tellement la chose que Lust ne pouvait pas lui offrir. Il ne ressentait rien pour elle et il ne voulait pas ressentir quelque chose. Il fallait faire avec, c’était la dure réalité. « Hélas, ce n’est pas quelque chose que je suis en mesure de vous donner. Je ne ressens pas du tout d'amour à votre égard. Et sans doute cela n'arrivera jamais, j'en ai bien peur. » Et ainsi, il risquait de briser tout son conte de fée, elle qui se faisait aimer par le prince charmant. Lust n’est pas le prince charmant et il n'allait jamais l’être. Sa place n’était pas dans une histoire mignonne et romantique. Elle devait redescendre sur terre, maintenant qu’il lui avait dit qu’il ne l’aimait pas. D’une façon légèrement plus gentille, tout de même. « Je ne suis certainement pas le prince charmant qu'il semble y avoir dans vos pensées. J'en suis même très loin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Mer 13 Avr - 18:07

Le ton utilisé par Mikhael pour lui dire qu’elle pouvait bien vivre comme dans un conte de fée était presque blessant, aux oreilles de l’elfe-fée. Enfin quoi, Sheireen ÉTAIT une fée, et ne pas croire en l’amour vrai rendrait la vie bien moins douce, bien moins belle. Quel ennui devait vivre au quotidien ces gens qui ne réussissaient pas à s’accrocher à des idéaux en pensant qu’ils étaient stupides et irréalistes. Que la vie devait devenir terne lorsqu’on croyait tout innacessible. Si la demoiselle était un peu trop fleur bleue, au moins ressentait-elle du bonheur dans sa quête de l’amour véritable, quel que soit l’opinion des gens. Elle s’amusait.

-En quoi pouvons-nous croire, si nous ne croyons pas en l’amour, Mikhael? demanda-t-elle simplement, en pensant que si la réponse était «en Parandar, en les cieux», elle pourrait bien lui répondre que Parandar était amour.

Toutefois, Mikhael semblait penser qu’un homme allait peut-être partager son opinion de l’amour, tout en laissant clairement comprendre que ça ne serait pas lui. À la fois flattée qu’il la considéra digne d’amour et blessée qu’il ne la considérait pas digne du sien, Sheireen ne savait pas quelle réaction elle devait avoir. Disons qu’elle ne s’attendait pas à un rejet, elle était persuadé qu’il était l’un de ses prétendants qui se dévoilait et qu’il lui faisait la cour pour l’épouser, et non pour profiter de son corps.

Sheireen pinça les lèvres pour se retenir de réagir, de pleurer, lorsque Mikhael lui dit que non seulement il ne l’aimait pas, mais ne l’aimerait jamais. Triste de s’être à se point trompé, elle du se faire violence pour ne pas éclater en sanglots. Ce ne serait pas digne d’une dame de son accabit, non? Et puis, passer pour une obsédée qui n’espère que lui n’aiderait pas à sa cause, il n’allait pas changer d’avis si elle le suppliait d’amour, c’était évident, surtout considérant la quantité de cadeaux qu’elle avait reçus de différents nobles du château… *Mais aucun de Princes…*Sauf que lui, comme il venait de le préciser, n’était pas un prince charmant.

-C’est méchant ce que vous dites, Mikhael. C’est… c’est très blessant et… Vous vous imaginiez peut-être que j’étais une petite greluche qui écarte les jambes quand on lui demande? voulut-elle tenter de se fâcher bien que sa voix fut entrecoupée de sanglots. Je ne suis pas une catin, Mikhael, et cela mon désole d’un Prince comme vous que vous ayez si peu d’intérêt pour la vertu d’une femme de ma classe. Ce n’est pas très… très princier!

Pour cacher ses larmes qui n’auraient pas été dignes de son nom et de sa personne, la noble quitta l’allée pour retrouver son bureau, d’un pas pressé qui voulait s’éloigner le plus possible de se coureur de jupons. Était-ce vraiment ce qu’il était? Un briseur de vertu sans le moindre scrupule? Il semblait pourtant si bon, si tendre, si gentil… C’était la première fois de sa vie que Sheireen apprenait que les gens qui paraissaient nobles ne l’étaient pas toujours, elle qui croyait si naïvement en la bonté des gens. C’était sa première, et certainement pas sa dernière déception envers l’être humain…

-Et ça non, vous n’êtes certainement par un Prince charmant. Bien des paysans sont plus Prince que vous, Mikhael, je n’aurais jamais cru que ce fut possible qu’une personne comme vous puisse être aussi odieux… Partez maintenant, j’ai du travail à faire, et des prétendants à rencontrer. Chacun d’entre eux mérite certainement plus mon amour que vous, qui n’avez aucun respect pour ma personne

Même si elle se voulait solide, sa voix ne cessait de chevroté au travers des sanglots. Les larmes coulaient librement sur ses joues, alors qu’elle tournait définitivement le dos à ce faux Prince. Aussi honteuse et fâchée qu’attristée, Sheireen fit semblant de travailler comme si elle se désintéressait de Mikhael, bien que ses oreilles dressées attendaient le signal de son départ. Mais peut-être qu’une partie d’elle espérait encore que ce ne fut qu’un malentendu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   Dim 17 Avr - 2:16

Une femme de plus à ajouter aux femmes qu’il a déjà fait pleurer. Les femmes qui espéraient beaucoup en voyant Lust n’étaient pas rares : Sheireen faisait simplement partie de cette catégorie. Le mariage et même l’amour ne voulaient rien dire pour lui. Alors, aussi simplement que cela, il ne pouvait pas leur en donner. Comment donner quelque chose tandis qu’on n’y croit pas ? Ce serait d’autant plus blessant s’il mentait. Ces femmes n’avaient qu’à le comprendre et réaliser que Mikhael n'avait rien du beau prince parfait. Lui-même ne comprenait pas pourquoi des gens continuent de penser cela. Sa réputation était évidente au château, Sheireen devait très bien le savoir elle aussi. Enfin, ce n’était pas comme si la faire pleurer changeait quelque chose pour lui. Une de plus ou de moins…. C’était vraiment insignifiant.

Ce qu’il disait était méchant ? Non. Simplement parfaitement réaliste. Et pourquoi pas, n’est-ce pas ? Bien des femmes étaient prêtes à le faire, sans être payée. Pourquoi pas elle, ce n’était pas une femme si différente que les autres après tout. Elle n’était pas une catin et bien sûr, ça il l’avait bien remarqué. Elle avait tout de même accepté un baiser et sa main avait pu s’aventurer loin avant qu’elle se décide à le rejeter. Enfin, qu’elle se dise n’importe quoi, elle n’est pas que vertu. Bien sûr que ce n’était pas princier ! Et bien sûr qu’il n’était pas vertu. Ses parents l’avaient nommés Lust et cela n’était certainement pas pour rien. Il assumait pleinement ce côté, ne cherchant pas du tout à le rejeter. Il savait juste que là, il venait de perdre une bonne prise. Sheireen aurait été une bonne compagnie, dans son lit. Sauf que non, elle voulait trop son honneur et des trucs qu’il n’arrivait pas à saisir pourquoi ils étaient si importants.

Mikhael n'est pas un prince charmant comme dans les beaux contes de fée ou encore dans toutes les œuvres pleines de romances. Il n’était pas du tout cela et il le savait très bien. Qu'elle le comprenne enfin, elle semblait un peu plus intelligente comme cela. Lui faisait-elle la morale là ? Des paysans étaient plus prince que lui ? Bien sûr… lui l’était pour vrai et assumait pleinement ce côté débauché. Odieux. Les insultes n’étaient pas si petites et continuaient encore à se faire entendre. Un long soupir se fit entendre. Aucun respect pour sa personne… c’était peut-être cela… Il passa à côté d’elle avant de partir (c’est que la porte était par-là, il ne pouvait pas faire autrement)

« Je vous rappelle que vous êtes celle qui a inventé tout cet amour. Je n’ai jamais dit une fois que je souhaitais vous donner le mien. Votre monde d’illusion tombera bien un jour, lorsque vous comprendrez que la majorité de vos prétendants ne souhaitent pas vous avoir vous ; votre corps est bien plus intéressant que ce qu’il se trouve à l’intérieur. »

Sans écouter sa réponse ou ses pleurs qui allaient suivre, la Luxure sortit simplement de la bibliothèque, avec un long soupir. Comme ça lui faisait du bien sortir. Il était bien triste de ne pas avoir été en mesure de mettre cette femme dans son lit… un jour peut-être, si son conte de fée décide de tomber. Mais pour le moment, il avait mieux à faire que rester et se faire insulter.
Rp terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[terminé] Les prétendants de la bibliothécaire [PV Lust]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. First love, it's a hurting truth
» Les Relations d'un Satané Bibliothécaire
» Une après-midi de libre n'est jamais de refus [PV : Mycroft]
» La bibliothécaire arrive! [PV Taylor Hoshiko]
» Aerin Cirth, parcours d'une bibliothécaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: