Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Losly G.
Chef de l'Ordre


Messages : 66
Date d'inscription : 25/02/2016

MessageSujet: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Ven 4 Mar - 17:55

Losly lança la pièce dans les airs et la rattrapa. Recommença le manège. Une fois de plus. Et encore. Ce qu'il s'emmerdaiiiiit! Colombe était partie faire une réunion de famille, il ne pouvait donc pas aller l'emmerder, il avait déjà fait ses rondes cette semaine, ce serait vraiment étranger qu'il les refasse. La pièce tournait dans les airs et retombait dans ses mains. Que pouvait-il faire pour passer le temps? L'absence de la chef lui ouvrait des portes autant qu'elle lui en fermait, mais en plein après-midi, ce n'était pas le moment pour flirter outrageusement au beau milieu de la cour, il devait trouver mieux.

Soudain, il eut un éclair de génie. Évidemment! Que pouvait faire son frère en ce moment? Il pouvait faire pareil! Pile ou face! Soit il allait aider son frère à entraîner son écuyer, soit il allait les embêter et profitait de l'absence de Colombe pour trouver Douhbée. Il lança la pièce, la rattrapa et la posa à plat sur le dos de sa main, inspira, et regarda. Il sourit. Le choix était fait. Il se leva donc de la botte de foin où il était et donna une bonne claque amicale sur l'encolure de la bête à côté de lui qui ne réagit même pas, mangeant sa pitance sans se soucier de celui qui se servait de son déjeuner comme d'un lit.

Se secouant et étirant ses ailes, il enleva le foin qui collait à sa tunique et entreprit de se diriger vers la cours d'entraînement d'un bon pas. À cette heure, Vigie et Lyslo devait certainement s'entraîner à l'épée car, même si ce n'était pas la force de l'écuyer, un chevalier se devait de savoir manier l'épée. C'est ainsi qu'un sous-chef sentant bon -ou pas- le cheval et le foin arriva en vue du duo voulu et leur fit de grands gestes en souriant, tout heureux de les voir. « Hey Losly! Que fais-tu avec mon écuyer! » Il roula des yeux qui se voulait exaspéré et sourit à Vigie. « Il ne t'a pas trop magané au moins celui-là? » Il posa sa main sur son épaule et, toujours en souriant, poursuivit : « Si tu veux prendre une pause, c'est d'accord! » Et il le poussa devant lui pour s'en aller plus loin.

Se retournant, il fit un clin d'oeil à son frère et lui fit signe de la tête de les suivre. Des lèvres, il fit les signes Douh-bée sans laisser sortir un son. Et lui adressa un grand sourire. Il était certain de l'avoir vu faire son jogging non loin en s'en venant les rejoindre et avait l'intention de l'intercepter. En fait, sur le bord de la piste d'entraînement où ils étaient en ce moment, ils devaient être pile sur la trajectoire de la jeune fille! Fier de son coup, il fit un grand sourire.

_________________

Kriesa, son épée.
Il lui manque une tête pour être de la même taille qu'elle.


Dernière édition par Losly G. le Sam 5 Mar - 15:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyslo H.
Chevalier


Messages : 36
Date d'inscription : 27/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Sam 5 Mar - 14:40


Souvent, Lyslo se séparait de son frère pour entraîner son écuyer. Pour lui, c’était quelque chose de très important. Il savait qu’il était devenu plus puissant grâce au maître qu’il avait eu. Donc… bien d’être naturellement bon, il fallait être capable de s’entraîner pour devenir encore meilleur. C’était la clé du succès. Il en demandait peut-être beaucoup à son écuyer… mais c’est la seule façon de réellement entraîner. Bien sûr, il avait bien remarqué avec ces années que Vigie n’était pas le pro de l’épée et que lui, ses compétences étaient ailleurs. Alors… il l’entraînait à l’épée puisqu’il se devait de le savoir. Lys ne mettait juste pas l’emphase sur l’épée mais bien le combat à distance qu’ils emblait bien maîtriser. En gros, Lys adaptait le mieux possible son entraînement à son écuyer. C’était entièrement normal.

Puisque cela faisait un moment qu’ils s’entraînaient, il était presque évident à ce moment-là que c’était bien Lys qui l’entraînaient. Los arriva et il savait bien que cette fois-ci, il n'allait pas réussir à avoir Vigie. Vraiment, cela dépend : aujourd’hui n'avait été qu’un entraînement à l’épée et il n'avait pas été touché. Cela pouvait peut-être lui donner des doutes. Enfin, rentrons dans le jeu de Los, sinon… il fallait bien avouer que cela ne serait pas amusant. Je me faisais prendre pour Los et ça l’amusait déjà beaucoup. Ajouter un peu de mélange…

Pour le moment, Hylias ne savait même pas ce qu’il souhaitait faire. Il entrait simplement dans son jeu avec le plus grand plaisir possible. Il ne faut pas oublier qu’ils sont frères et en plus de ça, ils sont jumeaux : ils se comprennent sans même avoir besoin de communiquer. Car oui, Los aurait très bien pu lui dire par télépathie… mais c’était inutile. « C'est bon, il est encore en un morceau ahah ! » Effectivement. Il avait le droit à une pause. Mais quel genre de pause pour lui… ? Le clin d’œil de Los montra à Hylias qu’il n’avait aucun problème et qu’ils allaient faire vivre l’enfer au pauvre Soren. Il comprit tout de suite lors qu’il vit les lèvres de son frère. Évidemment, pourquoi s’était-il posé la question ! Il fit un si léger signe de tête pour lui montrer qu’il était bien avec cela, un signe que seul Los pouvait réellement comprendre. Il s’occupa de ranger ce qu’il avait à ranger, tandis que Los maltraitait son écuyer. Pauvre petit… Enfin, il était bien content de l’avoir et d’être son maître. Si c’était réciproque ? Sûrement pas…

Il allait les rejoindre finalement, après un moment. Il regardait son frère, « Lys » et s’étira en arrivant. Il devait peut-être se sentir mal pour Vigie. Mais non… lui, il ne devait juste pas être certain de ce qu’il se passait. « Hey Lyslo ? Tu sais que j’ai entraîné ton écuyer à quelque chose que tu fais rarement ? » Meublons le silence le temps que Douhbée arrive. C’était bien ça le but, de ce que son frère avait dit… et ce que Lys a compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier


Messages : 98
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Dim 6 Mar - 15:09

Les entraînements à l’épée… ce n’était pas tellement son fort. Oh, il ne se débrouillait pas mal non plus, mais Soren préférait de loin les attaques à distance. Il possédait une précision jusqu’à maintenant inégalée et excellait donc dans la matière. Il ne pouvait simplement pas en dire autant de l’entraînement à l’épée. « L’épée est l’arme de prédilection des chevaliers » lui avait-on enseigné à de nombreuses reprises… Ouais ouais… et c’était pour cette raison qu’il s’entraînait depuis un moment avec Lyslo, son maître. Parant chacun de ses coups, l’écuyer pivota sur lui-même dans le but de le frapper durement par la droite. Évidemment, Hylias vit le coup venir et encaissa sans broncher. L’entraînement allait de bon train, quand une voix familière brisa la concentration de tous.

D’un air heureux, l’un des jumeaux arriva à leur hauteur, le visage étampé d’un sourire qui n’inspirait rien au jeune pheryxian. Il salua donc « Losly » avec un air exaspéré et demanda à Vigie si ce dernier l’avait un peu épargné à l’entraînement. Mais quoi parlait-il? Il se foutait de sa gueule ou quoi? Il s’entraînait avec Lyslo depuis le début, c’était évident, non? Ou l’était-ce vraiment…? Pourtant, en entraînement, Losly sortait généralement son épée démesurément grande pour épater la galerie… ce qui n’était pas le cas actuellement. Il le prenait réellement pour un con, hein? Haussant un sourcil, Vigie n’était réellement pas convaincu. Et pourtant « Losly » répondit à son frangin tout bonnement, ce qui fit tiquer l’adolescent de 16 ans.

- Non mais arrêtez, vous me prenez pour un crétin, hein? Si je me serais entraîner avec Losly depuis le début, je m’en serais rendu compte.

Ignorant royalement ses propos, le nouveau venu déclara qu’il était l’heure de la pause en portant une main sur son épaule, puis le poussa devant lui, désirant visiblement quitter le cercle d’entraînement. Soren rouspéta. Il n’avait foutrement pas envie de suivre ces demeurés qui allaient très certainement lui en faire baver, comme à leur habitude. Losly… ou Lyslo… déclara à l’autre qu’il avait entraîné son écuyer à quelque chose « qu’il faisait rarement ». C’était vrai que le maître de Vigie se concentrait généralement sur les forces de ce dernier, désirant généralement faire de lui « le meilleur dans son domaine »… Alors, l’entraînement à l’épée était généralement mis de côté. Un doute le prit d’assaut. C’était-il réellement entraîné avec Losly tout ce temps? Non… non ils se foutaient de sa gueule encore… mais…

- Vous plaisantez encore, pas vrai?
demanda-t’il, par réflexe. Ce que vous pouvez m’énerver quand vous faites ça! Et où va-t’on, hein?

Avec un soupir, l’écuyer rangea son épée et continua de marcher devant le duo. Un doute traversa soudainement son esprit. Quand les jumeaux étaient ensemble, c’était souvent signe d’un coup pendable. Sans attendre, il se retourna et se planta sur ses pieds pour leur faire face.

- D’accord, là vous allez me dire ce qui se passe. Je commence à vous connaître et vous préparez un truc pas net.

Il les toisa de son regard couleur blé et tenta de lire la moindre faille sur le visage. Ce qu’ils pouvaient être énervants… Des bruits de pas retentirent sur sa droite. Interloqué, l’adolescent de 16 ans pivota sur lui-même et c’est là qu’il la vit… LES JUMEAUX ÉTAIENT DES DÉMONS!! Ils savaient que Doubhée s’entraînait à cette heure et ils avaient fait exprès, encore! La réaction fut instantanée : Soren devint rouge comme une pivoine et détourna vivement son regard. Raide comme une barre de fer, il se retourna et voulu s’éloigner, mais une poigne solide l’agrippa, le forçant à rester en place. Relevant la tête, il fusilla Losly… ou Lyslo (peu importe) du regard. Ces deux-là ne perdaient rien pour attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)


Messages : 129
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 20 ans (sept)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Lun 7 Mar - 19:46

Au milieu de sa course habituelle, Douhbée colla deux doigts contre sa gorge pour en sentir le pouls. Satisfaite, elle sourit à pleine dents, car même si elle n’avait pas d’instrument pour mesurer le temps, elle pouvait facilement sentir que son rythme cardiaque était de plus en plus lent lors de son entraînement, ce qui signifiait qu’elle s’endurcissait. Tous ses efforts portant leurs fruits, elle poursuivit sa course avec plus de vigueur, une bonne humeur contagieuse et rare illuminant son visage légèrement félin.

Sa journée s’était annoncée belle dès le levée du soleil radieux qui la couvait, et tout avait bien été jusqu’à cette heure précise de la journée, à en croire que la jeune écuyère s’était levée du bon côté du lit, ou qu’une bonne âme veillait sur elle.

Si c’était le cas, elle venait de cesser sa veille, parce que la journée parfaite s’annonçait dès à présent désastreuse. La piste qu’elle choisissait habituellement pour son entraînement était légèrement encombrée en cette heure, alors qu’elle était habituellement seule… Deux Chevaliers (le duo Lyslo et Losly, facilement identifiable car identiques…) ainsi que l’écuyer… heu… son nom déjà? On le surnommait Vigie, elle n’arrivait pas à retenir son prénom, en tous les cas il était l’écuyer d’un des jumeaux en tout cas! Tous les trois semblaient simplement discuter au beau milieu de la piste de l’écuyère, qui pensa immédiatement à retourner à l’intérieur pour se cacher des deux demi-incubes.

Mais Vigie l’aperçu, et bien que le contact visuel ne dura qu’une seconde, elle était maintenant repéré. Ça aurait l’air trop louche de rentrer à sa chambre maintenant, et ça serait encore pire d’essayer des les contourner en marchant dans le sable. Grinçant des dents, Douhbée s’efforça de reprendre son rythme, puisqu’elle avait considérablement ralenti à leur approche. Elle espérait seulement pouvoir passer assez vite pour ne pas qu’ils aient le temps de lui parler, parce qu’elle détestait se retrouver seule avec des hommes, en particulier de cette race. Et là, en plus, ils étaient deux. Trois en comptant Vigie, qui était aussi bientôt un homme!

Vraiment… autant cette journée avait bien commencée, autant elle prit un tournant exemplaire lorsqu’elle passa à côté d’eux et qu’elle entendit une voix dire «Bonjour Douhbée». Angoissée comme pas possible en se sentant obligée de s’arrêter alors que son cerveau lui disait de courir plus vite, elle s’emmêla plutôt les pieds dans sa peur et trébucha…

Sur un des demi-incubes… Lequel, allez savoir? Toujours est-il qu’il l’empêcha de se blesser, mais dès qu’elle fut remise sur pied, Douhbée s’empressa de se libérer des mains qui la touchaient, ce contact lui étant insuportable. Elle s’était mise à trembler, pour ce qu’elle espérait ressembler uniquement à de la timidité, mais elle n’osait regarder personne dans les yeux.

-D..D…D..D..Dé

Elle essayait de s’excuser à celui sur qui elle était tombée, mais n’arrivait qu’à bredouiller, et encore plus embêtée par la stupidité de la situation, elle commença à marcher à reculons pour s’éloigner d’eux. Et le plus tôt serait le mieux!

-Désolée, finit-elle par réussir à prononcer en ne levant qu’un seul œil vers les trois hommes qui lui faisaient face, ce ne fut toutefois pas sur sa victime que se posa son regard, mais sur Vigie, qui semblait aussi gêné qu’elle de se retrouver dans cette position. Et pourtant, c’était elle qui avait l’air ridicule! Pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Losly G.
Chef de l'Ordre


Messages : 66
Date d'inscription : 25/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Lun 7 Mar - 21:59

Il n'y avait rien de plus plaisant que quand son frère embarquait dans son jeu. En fait, si. Quand Vigie se faisait avoir. « Hey Lyslo ? Tu sais que j’ai entraîné ton écuyer à quelque chose que tu fais rarement ? » Losly se retint d'éclater de rire. Quelle drôle de coïncidence! Et ces mots semblaient avoir créé juste assez le doute dans l'esprit de l'écuyer car celui-ci exprima le doute, le vrai. Son frère savait comment s'y prendre avec le petit jeune! Ahah! Ce qu'ils pouvaient être efficaces pour créer la confusion!

Découragé, Vigie rangea son épée et marcha devant eux. Günter se tourna vers son frère et lui fit à nouveau un clin d'oeil, puis s'avança pour barrer la route à l'écuyer qui allait trop loin à son goût, mais celui-ci se retourna et se plante devant eux, ce qui, au fond, l'arrangeait. Il les toisa, les sommant de dire ce qu'ils préparaient. Los haussa un sourcil en lui décochant un regard moqueur mais amusé, sans rien dire. Il leva ensuite les yeux. Douhbée. Elle arrivait! Discrètement, étant côte à côte avec son frère, il lui tapa dans la main derrière son dos. Hehe.

Alors que Soren tentait de s'enfuir, d'un même mouvement, les deux frères réagirent et l'empoignèrent chacun par une épaule. Losly le relâcha et lui fit un clin d'oeil qui ne fut pas remarquer car Lyslo se faisait fusillé du regard. Il le poussa vers l'avant, mais au même moment, Douhbée qui avait ralenti l'allure, voulu les dépasser, il lui dit « Bonjour Douhbée » et elle trébucha sur eux. De la façon qu'elle tomba, le réflexe l'emporta sur toute forme de réflexion, mais les deux jumeaux étaient côte à côte, alors les deux eurent la même réaction et retinrent Douhbée, chacun plaçant ses mains sous son épaule, de sorte qu'elle eut une main sous chaque épaule, comme si elle avait été rattrapée par un seul homme.

Ils la replacèrent sur pied et laissèrent retomber leur bras d'un même mouvement car elle s'écarta rapidement comme s'ils l'avaient brûlé. Losly échangea un regard avec son frère. Cette fille était d'une timidité rare! Elle et Vigie formait un incroyable duo, c'était difficile à croire! D'une voix qui tremblait autant que son corps, elle bredouilla des excuses maladroites en reculant... elle allait foncé droit dans le mur si elle continuait. Les écuyers d'Alombria étaient de drôle de phénomènes!

Vigie les aurait tué sur place, s'il l'aurait pu, mais il était cloué par sa gêne des femmes. Il avait réussi son coup. Mais quand il voyait Douhbée, elle lui semblait moins effrayée que maintenant. Que pouvait-il faire pour alléger l'ambiance? Il échangea à nouveau un regard avec son frère. Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! Il prit donc la parole. « Oh lala, les écuyers d'Alombria sont vraiment une espèce à part, pas vrai Frangin? » Il fit un soupir de découragement, un peu théâtral. « Personne va manger personne là, ok? On est tous dans le même camp et tous alliés! Ça serait beau en plein combat contre l'ennemi si on ne peut même pas se parler! »

_________________

Kriesa, son épée.
Il lui manque une tête pour être de la même taille qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyslo H.
Chevalier


Messages : 36
Date d'inscription : 27/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Jeu 10 Mar - 22:08

Ils sont méchants. Mais cela leur allait. Lyslo était parfaitement bien entré dans le jeu de son frère. Il ne savait peut-être pas ce qu’il souhaitait au début, mais dès qu’il comprit, ça lui plaisait encore plus. Vigie ne semblait peut-être pas convaincu que Losly était celui qui l’avait entraîné. Son doute était parfaitement justifiable, surtout en prenant compte que cela était la pure vérité : C’était bien le plus jeune des deux jumeaux son maître du moment. Il le savait très bien et c’était peut-être cela qui était encore plus drôle. Losly était vraiment un être diabolique. Oh, vrai, lui aussi s’il est son jumeau.

Hylias savait très bien que son écuyer était troublé. Il ne savait pas exactement si ce qu’il pensait était vrai ou non. Que cela est drôle… Si ce n’était pas de la situation actuelle, il rirait de son écuyer volontiers. Pour le moment, un peu de sérieux avant de pouvoir rire de lui. Oops. Rire avec lui bien sûr. Les deux sont très différents, ne l’oublions pas. Soren vit l’écuyère qui approcha et un léger sourire se forma sur ses lèvres. Il n’était pas content ? La réaction fut immédiate et comme d’un seul mouvement, tous les deux retinrent son épaule. Ils étaient jumeaux, ce n’était pas pour rien… Une deuxième preuve de leur était qu’ils rattrapèrent Doubhée qui tomba en même temps.

On est jumeaux ou on ne l’est pas… En plus d’être très semblable physiquement, ils se ressemblaient dans certaines parties de leur attitude. Ils sont très connectés et en plus d’avoir passé beaucoup de temps ensemble… cela veut tout dire, c'est évident. Même s’ils se ressemblaient comme deux gouttes d’eau, s’ils n’avaient pas grandi ensembles, ils auraient été parfaitement reconnaissables. Mais là. Non. Los essaya de calmer l’atmosphère qui était très évidemment tendue. En même temps… Vigie était rouge comme une tomate et Doubhée ne semblait pas très bien non plus… Comme très gênée. Il ne fallait pas s’en faire. Ce qu’il disait était parfaitement vrai. Au lieu de laisser les écuyers traumatisés, il fallait faire en sorte qu’ils soient capables d’être l’un avec l’autre. Sinon, Los venait de le dire, le champ de bataille allait être horrible.

Lys vint poser lentement sa main sur l’épaule de Doubhée et il lui sourit doucement. « Si tu veux, comme Colombe n’est pas là, tu peux t’entraîner avec nous. Tu peux demander à Vigie, mon frère est un bon maître. »

Il se retourna vers Vigie comme pour avoir une confirmation. Son frère enfin… lui-même qui se faisait passer pour son frère. Autant cela pouvait faire vivre l’enfer à Soren que cela pouvait réellement aider. Au fond, peut-être qu’on pouvait dire qu’ils étaient un peu sérieux, qu’ils arrivaient à rendre l’utile à « l’agréable » Enfin… agréable pour les jumeaux et non les pauvres écuyers. Ils seraient si bien ensembles en plus ! Ils se ressemblaient.

« Alors Vigie, t’es prêt toi aussi ? Comme Lys l’a dit, il faut apprendre à se parler. Et à travailler ensembles. Vous ne serez que plus forts ! » Il jeta un coup d’œil à son frère et sourit. Il était effectivement vrai que seuls, ils étaient puissants, mais à deux… encore plus. « Comme nous deux dans le fond ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier


Messages : 98
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Ven 11 Mar - 9:29

S’il avait eu des couteaux à la place des yeux, il aurait probablement transpercé son maître (du moins, celui qu’il croyait être son maître) en pleine poire. Bon sang, ils faisaient TOUJOURS ce genre de choses et CHAQUE FOIS, il se faisait avoir. Quand allait-il enfin comprendre qu’il ne pouvait leur faire confiance? En fait, il leur en voulait (comme à chaque jour de sa vie depuis qu’il était écuyer, ou presque), mais il était davantage fâché contre lui-même de tomber lamentablement dans le panneau à chaque fois. Il était plus intelligent que ça, non? Non?? Hum…

Et voilà que Doubhée s’approchait. Un bref contact visuel se fit entre les deux écuyers. Ce simple regard fit naître une gêne et une honte incroyable au creux de l’estomac du pheryxian. Il aurait voulu s’envoler, s’éloigner, mais la poigne ferme des jumeaux le clouait sur place. La jeune femme sembla tout aussi déconfite que lui et trébucha soudainement sur ses propres pieds. Les jumeaux, d’une vitesse surprenante, la saisirent au passage, lui évitant ce qui aurait pu être une mauvaise chute. Le cœur de Vigie avait également fait un bond et s’il n’avait pas été aussi coincé, il aurait bien aimé être celui qui « sauve la damoiselle d’une chute certaine ». Mais c’était trop lui demander, surtout en ce qui concernait Doubhée… Il était lamentable.

Soudainement curieux, Soren nota la façon dont la pardusse s’était relevée : comme si le simple contact l’avait brûlée. Elle semblait très timide également, mais le volatile perçu autre chose. Une forme de peur. Ou peut-être qu’il hallucinait le tout… mais il ne pouvait s’empêcher de se demander quelle était la source de cette supposée crainte. Il espérait honnêtement ne pas être celui qui l’effrayait tant… Son regard fuyant et apeuré s’était mué en compassion pendant un bref instant alors que la jeune fille tentait de bredouiller une forme d’excuse. Il connaissait ce genre de sentiment. Lui-même s’enchevêtrait tout le temps dans sa propre langue lorsqu’il s’agissait de parler en présence de femme.

C’est alors que l’un des jumeaux prit la parole en déclarant que « les écuyers d’Alombria étaient vraiment une espèce à part ». Non mais, était-il vraiment obligé d’en rajouter? La situation était déjà assez tendue comme ça… Même s’il n’avait pas à 100 % tort. Vigie n’était pas totalement idiot, avec sa gêne extrême des femmes, il savait qu’il n’était pas le meilleur équipier pour les missions en duo. Surtout que beaucoup d’écuyers étaient de sexe féminin. C’est pour ça qu’il s’entraînait généralement en solo ou avec l’un des jumeaux. Quelqu’un lui avait déjà fait part d’une idée de faire de lui un éclaireur pour l’armée d’Alombria et cela lui avait énormément plu. Vigie avait un petit côté solitaire et l’idée de faire de la reconnaissance du côté de Shola le stimulait énormément.

Sortant enfin de sa bulle, Vigie vit « Los » s’approcher de Doubhée et mettre une main sur l’épaule de cette dernier en un geste qui se voulait probablement rassurant. Il lui proposa de s’entraîner avec eux puisque Colombe était absente. Quoi?! Vigie ne voulait pas se battre avec Doubhée! Il n’osait pas la regarder, alors avoir des contacts ne serait-ce que rapproché avec elle…?! NON NON NON NON NON NON NON. Il ne pouvait pas! Juste s’imaginer entrer en contact physiquement avec elle… il sentait déjà ses jambes se ramollir sous lui. Mais de quoi se mêlait-il?! Elle était tranquille, elle faisait son jogging, pourquoi la déranger pour si peu? « Los » lui demanda son avis sur la chose et il prétendit qu’ils seraient tous les deux plus forts s’ils apprenaient à travailler ensemble. Il n’avait pas tort, mais NON. Il ne pouvait pas!

- Je-je-je-je…
bafouilla-t’il toujours rouge comme une pivoine. Je… ne v-veux pas imp-p-poser ça à D-D-Dou… à mademoiselle. Il n’arrivait même pas à prononcer son nom… Ce qu’il pouvait être CRÉTIN. Il avait soudainement une envie folle de se taper le crâne sur les murs.

Toutefois, la dernière phrase prononcée par « Los » le piqua un peu à vif.

- Oh comme si on avait tous envie de ressembler à deux guignols comme vous deux! Personnellement, je m’en passerais… répondit-il du tac-au-tac, oubliant momentanément la présence de la pardusse.

Puis, il leva le regard au ciel, exaspéré, et se raidit à nouveau, se rappelant que la damoiselle était présente. Son visage reprit de nouveau cette teinte délicieusement vermeille et sans dire un mot de plus, il s’éloigna rapidement en direction du terrain d’entraînement. De toute façon, il savait que les jumeaux les forceraient quand même à s’entraîner, alors à quoi bon résister? Il commençait franchement à les connaître et plus il s’opposerait à eux, pire ce serait. Les mains dans les poches, il traîna ses pieds de volatile dans le sable d’entraînement, laissant des marques au sol avec les griffes acérées qui ornaient le bout de ses orteils d’oiseau. Il se retourna ensuite pour faire face au trio et leva les bras en l’air, l’air de dire « Alors, vous venez ou pas?! ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)


Messages : 129
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 20 ans (sept)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Mer 16 Mar - 20:08

Les jumeaux se montrèrent découragés devant l’épouvantable timidité des deux écuyers, bien que Douhbée ne comprenait pas l’origine de celle de Vigie, qui ne s’était pourtant pas péter la gueule devant elle. La seule chose qu’elle comprenait, ou qu’elle voulait comprendre, c’était qu’elle était seule avec trois hommes et que cette situation la dépassait. Pourquoi aurait-elle envie de parler alors que tout sa vie se basait sur la crainte de ce sexe, pire, de cette race incube qu’étaient les jumeaux. L’adolescent cilla légèrement vers celui qui avait prétendu qu’il ne les mangerait pas, puisque venant d’un incube cela lui faisait penser à autres choses qu’à cette insinuation particulière, mais elle reporta bientôt son attention sur le phéryxian, simplement parce que la vue d’un incube la mettait plus mal à l’aise que n’importe quoi d’autre.

*Je n’ai pas envie d’avoir ce genre de personnes pour alliés…* songea-t-elle alors qu’une main se posa sur son épaule, la prenant pas surprise. Ne regardant pas dans cette direction, elle n’avait pas vu celui des jumeaux qui s’était approché d’elle. Elle redevint à nouveau extrêmement tendue, mais réussis à se contenir pour ne pas reculer cette fois, pour ne pas le mettre en colère. Vaguement, elle entendit une voix dans sa tête lui susurrer « Si tu veux un conseil, ne résiste plus, il sera plus doux..». Ne pas résister. Ne pas résister. Ne pas résister…

Raide comme un piquet, Douhbée n’arriva même pas à bouger la tête pour acquiescer ou refuser à l’offre d’entraînement. Bien sur, elle ne voulait rien d’autre que de prendre les jambes à son cou et disparaître dans le dédale des couloirs, mais s’ils la rattrapaient? Il ne faut pas résister…

Vigie, apparemment tout aussi embêté qu’elle et les joues rouges de honte, bafouilla qu’il ne voulait pas imposer cet entraînement à la mademoiselle. Il bégayait tellement qu’il n’avait pas réussit à dire son nom, mais disons qu’elle n’était pas vraiment mieux… Enfin, l’adolescente eut la force de hocher la tête à l’affirmative, pour appuyer les propos du phéryxian, mais il semble que les jumeaux l’aient pris comme si elle acceptait leur offre, et comme elle était trop tendue pour parler… *Enlevez votre main, enlevez votre main, enlevez votre main* pria-t-elle mentalement, sans oser le demander même par télépathie, parce qu’il ne faut pas résister.

Celui qui tenait son épaule, qui était apparemment Losly, demanda à l’écuyer s’il était prêt lui aussi, bien que jamais Douhbée n’avais dis être prête. *Mais tu as hoché la tête, imbécile, ils pensent que tu es d’accord* Travailler ensemble les rendraient plus fort, comme eux, prétendaient-ils. Certes, l’adolescente n’était pas connue pour avoir noué des liens avec sa cohorte d’élèves, ayant peur des garçons et se croyant jugée par les filles. Mais n’était-ce pas normal qu’elle ne parle pas à ses aînés? Elle n’avait même jamais vu Vigie de si près!

Du tac au tac, Vigie répliqua à Losly qu’ils n’avaient pas envie de ressembler à des guignols comme eux, ou en tout cas que lui, s’en passerait. Cette réaction surpris tellement Douhbée, contradictoire vue sa timidité une seconde plus tôt, qu’elle ne put retenir un rire. Très bref, mais quand même, cet écuyer qui rabattait le clapet à son maître (ou était-ce l’autre?), c’était drôle… Et imbécilement courageux… Jamais elle n’aurait osé parler de la sorte à Colombe…

Exaspéré, Vigie s’éloigna rapidement vers le terrain d’entraînement. Avalant sa salive de travers, Douhbée pensa qu’elle n’avait d’autre choix que de l’y suivre, sans résister, et se consola en se disant qu’au moins, elle se libérait d’une main qui la dégoutait sans paraître complètement folle. Le Phéryxian s’impatientait déjà alors qu’elle n’avait pas traversé la moitié de la distance, et qu’elle se planta vis-à-vis lui.

-Je veux pas… chuchota-t-elle dans le vent, si doucement et faiblement qu’elle-même ne s’entendit pas, mais elle était certaine, ou en tout cas elle espérait, que Vigie aurait lu les mots sur ses lèvres. Elle tenta d’ailleurs d’accrocher son regard, pour qu’il y lise sa panique, sa peur.

Il était peut-être sa seule chance de se sauver de ce mauvais pas… Bah ouais, ce n’était pas un incube, ce n’était pas un monstre…

-Je n’ai p-p-pas emmené mon ép-p-pée, Mess-ssi-ssieurs… tenta-t-elle de protester, lorsqu’elle entendit les jumeaux les rejoindre, puisqu’elle n’osait toujours pas les regarder. J-j-je peux aller la ch-ch-chercher dans ma chamb-b-bre, pendant qu-qu-que vous con-continuez avec Vi-vi-vig… votre écuyer…

Oh, ce que c’était intelligent… Avait-elle réussis à dire son nom?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Losly G.
Chef de l'Ordre


Messages : 66
Date d'inscription : 25/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Dim 20 Mar - 12:56

Devant les jumeaux, les écuyers semblaient complètement à plat. Douhbée avait l'air tétanisée, particulièrement quand Lyslo vint poser sa main sur son épaule, et Vigie avait la couleur des tomates prêtes pour la cueillette. Habitués à leurs petits jeux, les jumeaux arrivaient à demeurer stoïque, contrôlant leur hilarité. En fait, pour Vigie. Le cas de l'écuyère de Colombe semblait plutôt triste qu'amusant. Elle n'avait pas une once de courage en elle, comment la chef des chevaliers avait-elle pu se coller cette jeune adolescente? Ah, bah le courage sûrement. Il en fallait. Losly avait presque envie d'agiter les bras pour la faire sortir de sa torpeur. Elle évitait de le regarder, mais c'était amusant en même temps, elle regardait Vigie, et plus elle regardait Vigie, plus celui-ci était gêné. Une belle boucle.

Si Lys n'avait pas parlé pour lui dire de venir s'entraîner, il l'aurait fait. Ils étaient connectés, après tout! La répartie de l'écuyer le fit rire de bon coeur. Il avait toujours aimé sa résistance, il trouvait cela divertissant. Un peu comme avec Colombe en fait, c'était le même principe. La faire fâcher pour la provoquer et écouter ses vannes alors qu'elle l'insultait et même, parfois, l'attaquait. Exaspéré, l'écuyer reprit le chemin du terrain d'entraînement, conscient maintenant d'avoir été la victime d'un coup monté. Los jeta un regard vers Douhbée qui avait marqué sa volonté de participer. « Aller ma jolie, en selle! » Il lui fit un clin d'oeil mais elle sembla l'ignorer et s'avança sans le regarder. Il se renfrogna.

Croisant les bras sur sa poitrine, il se tourna vers son frère et lui dit, en chuchotant : « Ils sont pas croyables, hein? C'est terrible cet entrain, faut vraiment les motiver, t'as une idée pour qu'ils acceptent sans chigner? C'est toi le vrai maître après tout... » Il lui donna une poussée sur l'épaule et s'avança vers les écuyers en écoutant sa réponse.

_________________

Kriesa, son épée.
Il lui manque une tête pour être de la même taille qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyslo H.
Chevalier


Messages : 36
Date d'inscription : 27/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Lun 28 Mar - 19:29

Ça semblait difficile faire en sorte que les deux écuyers acceptent. Vigie allait certainement lui en vouloir par la suite… Mais à vrai dire, ça ne le dérangeait pas vraiment puisqu’il avait l’habitude. Pour la jeune fille, il fallait dire que le cas était un peu plus délicat car elle ne semblait pas vouloir travailler avec lui du tout. D’un certain sens, il pouvait comprendre. Ça ne lui faisait rien… Si en combat réel elle se retrouvait comme ça, c’était certain qu’elle n’allait pas faire long feu. La raison, il l’ignorait. Enfin ce n’était pas comme si ça l’importait.

Un gros sourire se plaqua sur son visage lorsqu’il venait de répliquer à ça. Bien sûr, ne pas ressembler à deux guignols comme eux. En effet, cela, il pouvait très bien le comprendre. Sauf que Lys, à ce moment, il voulait dire qu’ils pourraient devenir aussi forts qu’eux. Personne ne pouvait le nier : ils étaient forts individuellement mais ensembles… ils étaient des monstres. Ils se complétaient tellement bien. Voilà que les deux écuyers partirent et Los parla à son frère. Ouais… ils étaient terribles, il n’avait tellement aucune idée quoi faire pour eux. Ils allaient y arriver très certainement.

« C’est peut-être moi le vrai maître mais tu vivras la même situation toi aussi, autant t’entraîner maintenant, non ? C’est des adolescents… tu te rappelles bien de la tienne… enfin, on était pénibles. »

Ils arrivèrent finalement à la hauteur des écuyers et Douhbée parla de son épée. En effet, cela pourrait être une chose assez intéressante à avoir. Cependant, il savait que s’il la laissa partir, elle n’allait pas revenir. Fallait qu’elle reste ici. Et son épée semblait bien trop lourde pour elle. Misère, que c’était difficile les adolescents. Il vint se mettre à la hauteur de Douhbée et la regarda, sans la toucher mais juste en s’adressant directement à elle.

« Tu n’as pas à être gêné. On semble peut-être étranges, même guignols selon les dires de Vigie, mais nous ne sommes pas méchants du tout. Tu peux rester avec nous et on va faire en sorte que ce petit entraînement avec Vigie. Nous allons faire en sorte que tu y arrives et lui aussi. D’accord pour toi ? »

Ses paroles se voulaient rassurantes sans être une preuve obligatoire. Peut-être que ça, oui, il savait mieux comment parler à un écuyer que son frère. Il sourit doucement avant de se redresser de regarder Vigie.

« On peut faire en sorte que l’entraînement soit utile pour vous deux. Changer de partenaire d’entraînement peut être bien aussi et aider à avancer. Vous êtes tous les deux de la partie j’espère ? »

Il fallait le dire et vraiment, c’était un problème pour tous les deux. Enfin…. Il fallait voir. Cela était à voir selon la réactions des deux. S’ils ne voulaient rien savoir, bah… les forcer ne mènerait à rien. Essayer de les aider un peu, ça semblait mieux fonctionner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier


Messages : 98
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Mer 30 Mar - 9:34

[Je te contrôle un petit peu Douhbée, j’espère que ça t’ira! S’il y a quoi que ce soit, n’hésite pas à me faire signe surtout!]

Les bras toujours en croix, une expression d’exaspération totale au visage, l’écuyer se demanda ce qu’ils attendaient pour venir le rejoindre. Mieux valait faire cet entraînement au plus vite, histoire d’être débarrassé. Non pas que l’idée d’avoir une certaine proximité avec Douhbée le dérangeait… Enfin, si! Maintenant qu’il y réfléchissait mieux, il ne voyait pas comment il ne pourrait pas avoir l’air d’un empoté s’il combattait la pardusse. Jamais il n’oserait lui faire de mal, même en simulation! Prenant maintenant conscience de la situation, sa mâchoire se serra sous l’inquiétude. Il aurait encore l’air d’un empoté! Prenant une grande inspiration, il se battait intérieurement contre son anxiété au fur et à mesure que la jeune femme s’approchait de lui. Ce n’est qu’une fois plantée devant lui que Vigie remarqua toute l’étendue du malaise de l’écuyère. Du bout des lèvres, elle murmura un « Je veux pas » qui surprit le jeune pheryxian. Tout naturellement, son regard couleur d’or se planta dans les iris de l’adolescente et il put y lire toute la peur qu’elle ressentait. Mais pourquoi était-elle si effrayée? Étrangement, cette vision redonna un souffle de courage au gamin qui avait bien l’intention de l’aider. Les jumeaux n’étaient pas méchants, mais il leur en voulait un peu de leur imposer cet entraînement que ni l’un ni l’autre ne désirait.

Un air décidé au visage, Vigie hocha très légèrement la tête en direction de la pardusse pour lui faire comprendre qu’il avait compris le message qu’elle tentait de passer. Quitte à avoir l’air complètement idiot, il allait l’aider! Les deux chevaliers s’approchèrent des écuyers en discutant. À leur approche, Douhbée balbutina une excuse, prétextant qu’elle n’avait pas son épée et qu’elle pourrait se rendre à sa chambre pour la quérir. Belle tentative, mais Soren savait que son maître et son frangin n’étaient pas dupes. Il fallait jouer le jeu avec davantage de finesse, sinon, ils trouveraient le pot-aux-roses beaucoup trop facilement. Son esprit fusait à des milles à l’heure à la recherche d’une échappatoire. Une idée lui vint finalement, même si cette dernière ne serait en rien glorieuse pour le futur éclaireur de l’ordre. Il allait devoir se ridiculiser pour sauver la mise de la jeune écuyère… mais qui sait, peut-être que son acte de « bravoure » allait lui attirer la sympathie de la magnifique adolescente?

** D-D-Douhbée? fit-il en usant le don de télépathie commun à tous les membres de l’ordre. Écoute… je vais t-t’aider. Hum… je sais q-que tu n’es pas à l’aise t-toi non plus, mais f-f-faisons ce qu’ils disent. J-je vais te trouver une p-porte de s-sortie d’accord? Nous allons n-n-nous entraîn-ner au corps à c-c-c-corps. Tu vas me f-f-aire tomber sur le dos et je v-v-vais faire s-semblant de me f-faire mal. Tu n’auras qu’à me r-raccompagner à l’infirmerie et t-t-tu pourras t’en aller ens-s-suite. Je vais résister au d-d-début pour p-plus de réalisme et je te dirai q-q-q-quand me faire t-t-tomber. **

Depuis qu’il connaissait la jeune fille, c’était la première fois qu’il lui parlait autant. Il n’arrêtait pas de bégayer et se sentait complètement idiot. Mais il était fier d’avoir osé lui proposer son aide. L’un des jumeaux s’approcha de Douhbée et tenta de justifier leur proposition d’une manière chaleureuse et rassurante. Ça, c’était Lyslo, il le reconnaissait bien maintenant. Non pas que Losly ne pouvait être rassurant – loin de là –, mais il n’avait encore jamais agit de la sorte devant le pheryxian. Par contre, il savait que Lys pouvait être très gentil quand il le voulait. Devant cette image qu’offrait son maître, Vigie esquissa un sourire. Certes, l’incube lui tombait souvent sur les nerfs, mais néanmoins, Soren l’appréciait beaucoup et était fier d’être son écuyer… même s’il ne lui avait jamais dit, par orgueil.

Pour toute réponse à son maître, Vigie hocha de la tête. Ils allaient s’entraîner puis mettre fin au supplice. Optant pour une position de combat à mains nues, l’écuyer de Lyslo planta son regard déterminé dans les yeux de l’écuyère. Elle n’avait pas d’arme? Alors le combat physique était ce qu’il y avait de tout indiqué. De toute façon, ce serait plus facile pour elle de le mettre « hors d’état de nuire » de cette façon. Le garçon attendit que sa partenaire du moment soit prête, puis il chargea vers elle. Évidemment, malgré le fait que la gamine soit craintive, elle n’était pas dépourvue de talents. Elle était l’écuyère de Courage après tout! Soren s’attendait à ce qu’elle pare chacun de ses coups avec une précision surprenante, vu ses réflexes visiblement félins. Il ne fut pas déçu! Il fallait dire également qu’il y allait plutôt « mollo » et il se demanda si les jumeaux remarqueraient son manque de rigueur. Ils avaient généralement ce talent pour remarquer la moindre de ses failles… il espérait que, pour cette fois, cela passerait inaperçu.

Flanquant un coup de poing de la droite, Vigie s’assura que Douhbée puisse empoigner son bras solidement.

** Maintenant! Bascule-moi par-dessus toi! **

Soren passa par-dessus la gamine et s’arrangea pour atterrir lourdement sur le dos, au sol. Poussant la comédie un peu plus loin, il lâcha un cri de douleur et tira violemment sur son bras pour se libérer. Il se roula ensuite sur le ventre pour opter ensuite pour une position à quatre pattes. Son aile droite pendait sur son flanc alors que la gauche était bien en place, refermée, dans son dos.

- Mon aile! cria-t’il, sachant que cette partie de son corps était plutôt délicate, puisque peu de représentants des pheryxians fréquentaient le palais. Je crois qu’elle est fracturée! AH!

Il leva la tête et ses yeux étaient vitreux. Il avait même réussi à imiter de fausses larmes, bien que ces dernières ne roulaient pas sur ses joues. Il était plutôt fier de son talent de comédien et il jeta un regard bref vers la pardusse. Il fallait maintenant qu’elle lui propose de le raccompagner à l’infirmerie, sinon leur plan tomberait à l’eau!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Losly G.
Chef de l'Ordre


Messages : 66
Date d'inscription : 25/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Ven 1 Avr - 12:38

Les propos de son frère le firent sourire. Certainement qu'il se souvenait de son adolescence. Ils avaient été des écuyers absolument terribles. Losly secoua la tête. Mais là, ce n'était pas pareil. Les deux gamins devant lui était tout simplement plein de mauvaises fois. Ç'en était ridicule. Bon ok, il savait que Vigie allait lui en vouloir et que l'idée de s'entraîner avec Douhbée allait vraiment l'horripiler. C'était le but! Mais il ne s'attendait pas vraiment à ce que l'écuyère soit aussi pleine de... c'était quoi? De la peur? Était-ce vraiment de la peur? Ça y ressemblait mais il avait du mal à concevoir pourquoi l'écuyère de Colombe aurait peur de lui, d'eux. Il savait que la chef des chevaliers et lui avait un passé trouble, mais elle lui avait pseudo pardonné, après tout, ne l'avait-elle pas nommé sous-chef? C'était à n'y rien comprendre!

Douhbée protesta qu'elle n'avait pas son épée et cela fit sourire Günter. Pas d'épée? Pas de soucis! Il regarda autour de lui pour voir avec quoi il pourrait lui en forger une, puisqu'il ne portait pas son armure, ni son épée, il n'avait pas sur lui le métal suffisant pour se servir de son pouvoir à son aise. Ainsi, pendant que son frère défendait leur cause et essayait d'encourager les adolescents, le chevalier fit le tour la place des yeux et repéra une pile d'armes bosselées, sans doute vouées à la reforge. Ben voilà, il allait s'en occuper! Les écuyers semblèrent convaincus car ils se placèrent pour combattre. Après avoir récupérer deux dagues émoussées ainsi qu'un bouclier bosselé, Losly se plaça dos à un mur et observa le combat, et fronça les sourcils.

Vigie les prenait pour un idiot, c'est ça? Sans plus donner d'attention au combat, il grommela un « Idiots d'adolescents mous. » et entreprit de forgés des lames avec son don magique avec de les aiguisé et d'en augmenté considérablement la qualité, il en allongea les lames et en fit des épées légères. Ensuite, il arrondit les côtés tranchants pour en faire des armes inoffensives. Après en avoir vérifier l'équilibre, il s'approcha de Vigie qui se plaignait maintenant de son aile brisée. Sans plus se soucier de sa blessure, il jeta l'épée à côté de sa tête, et lança l'autre aux pieds de Douhbée. « Allons, fini de jouer les enfants. »

Jetant un regard sévère sur Vigie, Losly ne riait plus vraiment. « Vous avez conscience qu'on est un Ordre de chevalerie et qu'actuellement, le royaume est un friction avec son voisin? Que feriez-vous si demain la guerre était déclarée? Et que vous deviez vous défendre côte à côte? » Il roula des yeux exaspérés en s'agenouillant près de Vigie pour tâter son aile. « Faites le vide dans vos têtes de grelot. » Elle n'était pas cassée son aile. Il se releva en lui jetant un regard noir. Il ne prenait pas le bon pour un imbécile s'il voulait jouer la comédie. Levant les bras au ciel, il soupira bruyamment. « Vous êtes pleins de mauvaises fois! On vous demande pas de vous embrasser! »

Il se prit les tempes se la main gauche et soupira. Bon, s'il voulait détendre l'atmosphère c'était raté, mais cette attitude l'exaspérait et il n'appréciait pas qu'on le prenne pour un con. Et Douhbée qui avait embarqué dans le jeu de Vigie, mais c'était difficile de savoir si elle était juste naïve ou si c'était voulu, il ne la connaissait pas. Au fond, elle était probablement juste une greluche blonde que Colombe avait pris sous son aile comme un défi. Elle ne manquait pas de courage cette grande rouquine! « Inspirez profondément. Fermez les yeux et faites abstraction de... » Il eut un sourire amusé et échangea un regard avec son frère. « ... des deux guignols autour, si c'est ça qui vous gêne. Concentrez-vous sur votre vie, et votre respiration. Et entraînez-vous! »

_________________

Kriesa, son épée.
Il lui manque une tête pour être de la même taille qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)


Messages : 129
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 20 ans (sept)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Sam 2 Avr - 22:25

Douhbée ignorait les voix qu’elle entendait légèrement derrière elle, grâce à ses fines oreilles félines. Elle agissait un peu en déni, car elle aurait pu tout entendre, mais elle espérait qu’en niant l’existence des jumeaux, ils allaient disparaître… Ou au moins lui foutre la paix! Malheureusement, ça ne fonctionna pas très bien, car elle fut bientôt rejointe par eux, l’un lui assurant qu’elle n’avait pas à être aussi gênée plutôt que de répondre à son problème d’absence d’arme de combat. Bon, ce n’était surement pas un imbécile, il comprenait qu’elle ne voulait pas récupérer son épée, mais bien s’enfuir. Toujours est-il que personne ne semblait encore n’avoir réalisé qu’elle n’était pas juste gênée, contrairement à Vigie : elle avait vraiment la trouille.

Au même instant, elle entendit une voix dans sa tête, qui la fit sursauter légèrement, ce qui du juste la faire passer encore plus pour une mauviette aux yeux des jumeaux. C’était Vigie. Même pas télépathie, il arrivait à bégayer. Lui, il était gêné, pas elle! Douhbée fut étonnée qu’il lui propose de l’aider, montant un scénario pour qu’elle puisse s’éclipser avec lui en direction de l’infirmerie. Ainsi donc, il ne faisait pas parti du complot des deux incubes pour la mettre au plus mal? L’adolescente frissonna d’angoisse à l’idée de se battre au corps à corps avec un garçon, même si elle savait qu’il n’allait pas volontairement lui faire mal. Même si ce n’était pas un incube… Les contacts… Erk…

***[Vigie]Mais… Pourquoi fais-tu ça pour moi, on ne se connaît même pas? Ce n’est pas ton maître?*** demanda-t-elle quand même, pensant qu’elle n’oserait jamais comploter contre Colombe. ***Je te… merci… je vais essayer, mais je ne sais pas comment je vais y arriver…***

En effet, bien qu’il n’était pas énorme, Vigie était pas mal plus grand qu’elle. En faite, Douhbée n’est pas bien dur à battre, même parmi les demoiselles de son âge, elle est fort petite. Et elle n’est pas forte, loin de là, ses tactiques de combats se basent généralement sur l’agilité et la vitesse que lui confère sa petitesse et sa race. Elle n’allait jamais réussir à faire basculer le phéryxian.

Le Chevalier qui lui avait parlé continua, lui disant qu’ils n’étaient pas méchants, et que si elle restait avec eux, ils feraient en sorte que l’entraînement soit plaisant. Il lui demandait même son accord. Était-ce un piège? Avait-elle vraiment le droit de refuser? Craignant trop les réprimandes, Douhbée n’osait pas lui souligner qu’elle n’avait jamais voulu s’entraîner avec eux et qu’elle se débrouillait très bien avant de les croiser. Il venta que changer de partenaire de combat ne pourrait que leur être bénéfique à tous les deux. En effet, il était important de connaître plusieurs styles de combats, mais l’adolescente aurait préféré que cela se déroule avec Colombe, et non avec deux incubes s’étant imposé ses maîtres pour la journée alors qu’elle n’avait rien demandé! Au moins, avec Courage, elle n’avait pas peur…

Bien vite, Douhbée compris que Vigie ne mettait pas toute la gomme, parce qu’elle bloquait trop facilement ses attaques. Même si elle était une jeune chatte agile, ce qui lui conférait une chance supplémentaire d’éviter les coups, il aurait du être capable de la ramasser solide en considérant son expérience. Il était quand même plus vieux qu’elle, et avant d’être sous la tutelle de Colombe, l’adolescente ne s’était jamais battue. Elle se demandait si c’était parce qu’il avait compris qu’elle n’aimait pas être touchée, ou simplement par délicatesse envers une jeune fille définitivement plus faible que lui. Ouais, en fait, c’était stupide de les faire s’entraîner ensemble, non? Ils n’étaient même pas au même niveau d’apprentissage!

Du coin de l’œil, Douhbée remarqua que l’un des incubes s’était installé, avec des armes brisées pour la reforge, et semblait être en train de les modifier magiquement, probablement pour les armer pour l’entraînement. D’une part, elle était découragée de voir qu’elle n’allait pas s’en sortir de si tôt, et d’autre part, elle s’étonna que quelqu’un posséda le même pouvoir qu’elle, ce qui en fait ne devait pas être si exceptionnel. Mais elle ne se sentait pourtant pas semblable à cet homme qui lui faisait tellement peur…

Bientôt, Vigie avisa Douhbée qu’il était temps de le faire basculer, et lui donna exactement la poigne qui lui fallait pour le faire passer par-dessus elle violement. Se demandant toujours comment elle allait arriver à le supporter, l’adolescente obéi tout de même, et s’étonna de réussir avec une facilité déconcertante. En fait, probablement que son compagnon de combat y était un peu pour quelque chose et s’était jeté au sol lui-même… Toujours est-il qu’il lâcha un cri de douleur si crédible que même la pardusse y cru pendant un instant, craignant qu’il avait mal calculé son atterrissage sensé être une comédie et s’était réellement fracturée l’aile.

-Oh non Vigie, je suis désolée! s’exclama Douhbée en s’agenouillant à ses côtés, réellement troublée. Est-ce que tu penses que tu peux te lever? Appuie-toi sur moi, fait attention à ton aile!

Puis, elle croisa son regard, et compris qu’il était simplement bon acteur. Au moins, sa performance à elle dut paraître très naturelle, puisqu’elle y avait vraiment cru. Douhbée s’étonnait elle-même de lui avoir proposé de l’aide, alors qu’elle détestait les contacts avec les hommes, mais c’est qu’il avait voulu la sauver aussi…

Toutefois, lorsque deux épées nouvellement recréées furent jetées aux pieds des écuyers en pleine comédie, Douhbée compris que les jumeaux n’y croyaient pas. Du moins, pas celui ayant le don de manipuler le métal. Il les traita d’enfants, et regarda si sévèrement Vigie qu’elle-même frissonna et avala sa salive de travers, bien qu’il lui avait même pas jeté un regard. À tout le moins, ces propos s’adressaient aux deux écuyers, voulant les faire sentir coupables de ne pas être sérieux dans leur entraînement. Mais l’adolescente ne se sentait pas coupable. Elle n’avait pas demandé tout ça, et elle n’était pas son apprentie.

-Nous sommes d-des écuyers, pas des Che-chevaliers. Et il y a une di-différence entre se-se ba-battre avec ses a-alliés ou co-contre eux. bafouilla-t-elle en rougissant contre sa propre audace. Vi-vi-vigie doit al-aller à l’infi-firmerie. protesta-t-elle bien que sachant la cause perdue lorsque l’homme tâta l’aile du Phéryxian, qui était évidement intact.

Toute tremblante en craignant l’attitude du Chevalier qu’elle ne connaissait pas, Douhbée tenta de se relever pour reculer légèrement d’eux. Voilà qu’il se fâchait, comme l’avait fait Ulyss, alors qu’est-ce qui l’attendait, maintenant? Il n’était pas son maître, pourquoi se donnait-il donc le droit de la réprimander ainsi? L’homme soupirait, disant qu’ils ne leur avaient pas demandé de s’embrasser, juste de s’entraîner. Il ne pouvait pas savoir que l’un comme l’autre était également terribles dans la tête de la jeune fille.

Disons que Douhbée n’aurait pas dit non à une bonne dose du courage de son Maître, qui lui avait plus d’une fois donné la force de poursuivre lorsqu’elle sentait qu’elle allait abandonner. C’était encore plus nécessaire aujourd’hui, justement parce que Colombe n’était pas là pour la protéger. Juste pour la rassurer de son regard, car jamais Courage n’aurait laissé quoi que ce soit lui arriver. Alors que le Chevalier tentait vraisemblablement de reprendre son calme et leur demandait d’inspirer, d’oublier leur présence et d’essayer de se concentrer sur leur respiration plutôt que sur les adultes qui les gênaient, l’adolescente pensa bon de préciser…

-Mais v-v-vous ne me gê-gênez p-p-pas.

Et pourtant, à l’entendre bégayer autant, que pouvait-on s’imaginer d’autre?

***[Vigie]Ce n’est pas de la gêne, c’est de la peur…*** osa-t-elle confier seulement à Vigie, parce qu’il semblait être le seul à avoir compris. Et qu’il avait voulu l’aider. En fait, c’était la première fois depuis aussi longtemps qu’elle se souvenait que la pardusse pensait pouvoir faire confiance à une personne du sexe masculin…

-Je m’entr-tr-traînais déjà t-tout à l’heure, j-juste pas au com-combat. Je p-p-préférerais continuer m-mon entraînement. Je-je ne me sens t-tout simplement p-pas pour me ba-battre aujourd-d-d’hui. bafouilla-t-elle en regardant l’épée au sol, qui attendait d’être prise pas elle.

*En fait, vous me dérangez…* pensa-t-elle bien qu’elle n’aurait jamais pu le dire. Elle aurait certainement mérité la correction de sa vie, et ce n’était vraiment pas ce que son âme brisée avait besoin pour retrouver confiance envers les hommes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyslo H.
Chevalier


Messages : 36
Date d'inscription : 27/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Dim 10 Avr - 23:08

Ils semblaient avoir acceptés. Lyslo doutait totalement. Il ne savait pas s’il devait croire ou non à ce combat. Si cela pouvait être appelé un combat. Il connaissait Vigie, il passait son temps à l’entraîner. Cela faisait trois ans qu’il était son écuyer, c’est certain qu’il commençait à connaître comment il combattait. Ça, c’est évident que ce n’était pas intéressant. Ce combat était simplement faux, et il le savait pertinemment. Connaître un peu Vigie permettait de le voir… La jeune écuyère, à vrai dire, Lyslo ne la connaissait pas ou à peine. Donc voilà… il se fiait seulement à ce que faisait Soren. Il les regardait, sans croire à ce qu’ils faisaient.

Vigie termina au sol, avec Douhbée qui avait réussi à le mettre au sol. Finalement, elle avait quand même réussi quelque chose, non ? Il semblait avoir mal, mais au fond… vu le combat qu’ils avaient eu, Lyslo n’y croyait pas du tout. Losly non plus apparemment car il arriva avec deux épées parfaites pour eux. Jouer le jeu sur qui était qui ne servait plus là, ils devaient certainement le savoir. En plus, ils avaient un problème bien plus grave en ce moment. Ce n’était pas de l’entraînement mais deux personnes qui semblaient avoir une peur mutuellement entre eux. En combat réel, ça ne serait vraiment pas beau…. Hylias resta à l’écart un peu, écoutant son frère leur parler. Bien sûr, il n’aidait en rien… lui-même ne savait pas comment faire pour les aider un peu. Il écouta ce que la jeune fille avait à dire, après que son frère ait parlé. Il posa sa main sur son épaule et commença.

« Oui peut-être que tu te sens pas prête aujourd’hui. Mais tu penses sincèrement que tu es toujours prêtes dans un combat ? Tu crois toujours que dans un vrai combat, contre de réel ennemi, tu es à l’aise ? »

Il jeta un regard vers Vigie, qui devait pourtant bien le comprendre lui aussi. Il lui avait bien dit et ce, bien plus qu’une fois. Les questions qu’il avait posées à Doubhée ne se voulaient pas être des questions avec des réponses, il voulait simplement mettre ce point au clair, en lui disant. Il remit son attention sur Vigie un instant.

« Oui toi non plus tu es pas à l’aise. Mais encore, tous les deux, vous n’allez pas être à l’aise dans un combat ; un vrai combat n'est pas une partie de plaisir. Si le combat est la première fois où vous sortez de votre zone de confort, vous allez simplement vous faire massacrer. Vous êtes ans le même ordre, vous allez combattre à nos côtés bientôt. Vous ne pouvez pas avoir peur de l’autre ou sentir un malaise. »

Il regarda les épées que venaient d’amener Losly. À vrai dire, c’était une bonne chose que tous les deux soient ensembles… Ça commençait en blague et voilà que maintenant, ça finissait en leçon de vie. Au moins, il fallait qu’ils le prennent en compte. Ce qu’il disait, c’était entièrement vrai.

« Vous comprenez tous les deux ? Maintenant, relevez-vous et faites en sorte, un minimum, qu’on croit à votre combat. » Il eut un petit sourire. En effet, s’ils ne voulaient pas le faire pour vrai, qu’ils fassent en sorte que de leurs yeux expérimentés, ils y croient. Il garda le sourire, montrant que c’était de l’humour quand même et qu’au fond, il ne leur en voulait pas. « Et Douhbée, même si le combat était faux, c’était beau comment tu as mis Vigie au sol. » Là, si ça ne fonctionnait pas, c’est que les deux écuyers n’avaient juste aucune volonté. Lyslo n'allait pas chercher plus loin que ça, c’était évident même. Qu’ils montrent de la volonté, un peu et après, les deux jumeaux allaient prendre ça pour acquis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier


Messages : 98
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Lun 11 Avr - 11:31

Plaquant son regard doré dans les iris de la jeune pardusse, Vigie attendait un signe de sa part. Elle devait lui proposer d’aller à l’infirmerie et ils pourraient ensuite partir chacun de leur côté. Il y eu un très léger temps entre l’impact et la réaction de la jeune fille, mais néanmoins, elle finit par se confondre en excuses. Elle s’agenouilla à ses côtés pour l’aider à se relever et pendant un bref instant, le gamin cru que son plan avait fonctionné. Toutefois, toutes ses belles illusions partirent en fumée au même moment où deux épées nouvellement forgées tombaient devant d’eux avec un bruit métallique. Losly, d’un ton qui n’appelait pas à la plaisanterie, déclara que leur petit jeu était maintenant terminé. Le jumeau d’Alombria n’y croyait visiblement rien et jeta sur Soren un regard dur comme le fer qu’il venait de manipuler. La morale que ce dernier leur servie était dure, mais également teintée d’une vérité que plusieurs avaient tendance à oublier. Sous ces mots, le jeune pheryxian baissa la tête, un peu honteux de sa comédie, à présent. Los leur demanda de faire le vide dans leur tête, puis s’approcha de l’aile de l’écuyer… pour finalement réaliser qu’elle était intacte. Soren reçu le regard noir avec un déglutissement pénible. Il craignait un peu la colère du sous-chef de l’ordre. Non pas que ce dernier était réputé pour être colérique, mais il n’avait justement pas envie de connaître cet aspect de sa personnalité. Douhbée tenta de trouver quelques excuses usant de leur statut d’écuyer afin de justifier la situation, puis termina ses propos en déclarant que Vigie DEVAIT se rendre à l’infirmerie. L’adolescent regarda la pardusse puis secoua doucement de la tête. Non, leur comédie ne fonctionnait pas et ils ne s’en tireraient pas comme ça.

Günter déclara qu’ils étaient de mauvaise foi. Il n’avait pas totalement tort, mais Vigie désirait réellement aider la fille qui hantait ses songes. Ne pouvait-il pas comprendre ça? Mais en même temps… il réalisait bien le ridicule de la situation. L’homme se massa la tempe gauche, puis leur demanda de prendre une grande inspiration et de fermer les yeux. Vigie se redressa à sa pleine grandeur, referma ses ailes et s’exécuta… non sans un sourire à la mention des deux « guignols ». Okay, cette fois l’entraînement était réel pas vrai? Vigie ne manqua pas de noter le malaise grandissant de l’écuyère et lui jeta un regard visiblement désolé. Il avait tenté un truc, ça avait échoué lamentablement… que pouvait-il faire d’autre? Son cœur fit un bond dans poitrine alors qu’elle déclara mentalement avoir peur. De qui? De quoi? Et pourquoi? Ses interrogations resteraient probablement sans réponse alors qu’elle bafouilla quelques propos relativement au fait qu’elle préférerait s’entraîner seule. À ces mots, le jeune archer baissa les yeux au sol. Il n’était pas un bon partenaire de combat, il le comprenait bien. Si les deux chevaliers n’étaient pas présents, est-ce que la situation serait différente? Peut-être que de leur demander de se tenir à l’écart pourrait l’aider…

Lyslo s’avança vers la pardusse et posa une main sur son épaule dans un nouveau signe d’apaisement. Les propos qu’il tint étaient bourrés de vérité. Ils n’allaient pas toujours être prêts au combat et le bon moment ne se présenterait pas toujours. Prenant une grande inspiration, Vigie hocha de la tête lorsque Lyslo leur ordonna de faire en sorte qu’il croit en leur envie de combattre et il sourit lorsque son maître félicita la jeune femme. Bon, il n’avait peut-être pas remarqué que cette mise en échec avait été exécutée en partie grâce à Soren, mais ce n’était pas plus grave. Toutefois, avant d’entamer, l’écuyer devait parler aux jumeaux.

** [Lyslo & Losly] Je vous demande pardon pour la mise en scène, fit-il finalement par télépathie aux deux hommes. Je me dois de vous dire la vérité; un écuyer ne doit jamais mentir à son maître, pas vrai? Douhbée m’a demandé de l’aider, d’où mon attitude. Je ne sais pas pourquoi, mais elle a visiblement peur de vous deux. Je suis prêt à véritablement m’entraîner, mais je vous suggère la chose suivante : éloignez-vous un peu. Votre présence la rend nerveuse et elle serait peut-être plus encline à vouloir coopérer si vous n’êtes pas aussi près d’elle? Simple suggestion. Vous pourrez toujours demander à Colombe ce qui se passe, si vous préférez… Je suis désolé maître, ce genre de chose ne se reproduira plus. **

Glissant son pied aux griffes acérées sous l’arme de fer improvisée, l’écuyer fit un mouvement rapide de sa jambe, faisant virevolter l’épée dans les airs. Il attrapa cette dernière avec agilité, puis ramena son attention vers la pardusse. Il devait être sérieux cette fois et faire preuve de bonne volonté. Il n’avait pas envie de se faire sermonner de nouveau. Optant pour une position de combat sérieuse, Vigie afficha un léger sourire d’encouragement.

** [Douhbée] Allons, soyons un peu plus sérieux et tout se passera bien, d’accord?
fit-il sans bégayer cette fois. Il était maintenant déterminé et avait réussi, par on ne sait quel miracle, à mettre sa timidité de côté, l’espace de quelques instants. Je leur ai demandé de s’éloigner, pour te laisser un peu d’espace. Je suis vraiment désolé pour tout ça. Si on s’entraîne plus sérieusement, ils finiront par nous laisser tranquille. Tu peux faire ça? **

Puis, sans crier gare, il chargea vers l’adolescente. Il pivota agilement sur lui-même pour éviter un coup vivement porté, puis avec une précision surprenante, il arrêta la pointe de sa lame à quelques millimètres de la gorge de Douhbée. Évidemment, le but n’était pas de se blesser réellement, mais si elle avait été une véritable ennemie, sa gorge délicate aurait été embrochée. L’écuyer ouvrit ses ailes toutes grandes, puis en un battement il recula et mit de la distance entre eux. Il referma de nouveau ces dernières dans son dos et se positionna pour la suite du combat. Il lui fait un signe de la main pour l’inciter à charger, un air sérieux au visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Losly G.
Chef de l'Ordre


Messages : 66
Date d'inscription : 25/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Sam 16 Avr - 10:17

Losly haussa un sourcil en entendant la voix bégayante de la pardusse. Il ne la gênait pas? Non en effet, c'était évident. Il évita par contre de lui répondre un commentaire sarcastique. Madame n'était pas prête pour l'entraînement en ce moment. Il roula des yeux. Colombe attendait certainement toujours qu'elle soit prête pour s'entraîner, c'était parfaitement son genre. Quelle drôle d'enfant elle s'était récoltée cette chef. De toute façon, elle était un peu dérangée, fallait pas s'attendre à autre chose de sa part. Au moins, à côté de Douhbée, Vigie semblait avoir compris ses paroles et prenait au sérieux les conseils qu'il lui avait donner.

Avant qu'il lui réponde quoique ce soit à la jeune fille, ce fut Lyslo qui le fit, et il le laissa faire en se croisant les bras et en écoutant ce qu'il avait à dire. De toute façon, il pensait la même chose. Étonnant non? Il remarqua tout de même au passage que Douhbée avait voulu se dégager de la poigne de son frère, elle semblait vraiment être rebuté par eux-deux. Pourquoi? Aucune idée. C'est fou comment une plaisanterie pouvait tourner en leçon de vie. C'était parfaitement vrai, et il ne l'aurait pas dit mieux. Un combat, un vrai combat, on n'y est jamais vraiment préparé. Souvent, il surgit de nul part et nous surprend. On a les tripes qui sert, la certitude que ça vient, mais c'est dur de dire qu'on est vraiment prêt à se battre. Bah, sauf peut-être pour Günter, dans certaines occasions, il se sentait un peu bagarreur et ne disait pas non à une petite baston, c'est qu'il avait pas peur des coupures.

Heureusement, les paroles de son frère jumeau semblèrent avoir de l'effet, car Vigie montrait des signes qu'il devenait sérieux. Quant à Douhbée... il plaignait la chef. C'était à se demander si ça ne serait pas plus simple de simplement la renvoyer et de continuer à trois. Ils n'étaient pas des monstres non plus et n'allaient pas la garder prisonnière non plus. Elle semblait vraiment mal prendre cette petite séance. Est-ce que Colombe allait lui chauffer les fesses? Bah, qu'elle le fasse, ni l'un, ni l'autre n'avait de mauvaises intentions, c'était à elle de comprendre... si Hylias l'expliquait, ça avait des chances de passer en fait, parce que la princesse guerrière ne l'écoutait pas vraiment quand il essayait de s'expliquer, lui. Hum, il avait sans doute un peu couru après...

Soren leur envoya un message télépathique. De la façon qu'il parlait, c'était évident qu'il s'adressait aux deux jumeaux à la fois. Losly haussa les sourcils. Il leur demandait de s'éloigner? Pourquoi avait-elle peur d'eux? Il jeta un regard à son frère et haussa les épaules. Il recula de plusieurs grandes enjambées, laissant ainsi une grande distance entre les écuyers et lui-même, et alla se placer près de son frère. « T'en penses quoi? On les laisse continuer ou on la renvoie faire son petit jogging? » Il soupira et secoua la tête. Puis haussa les épaules. « Pour l'instant, ça semble aller... » Tout un numéro pareil. Il était content de ne pas avoir d'écuyer! Ça semblait vraiment tout un chariot! Il préférait nettement embêté celui de son frère!

_________________

Kriesa, son épée.
Il lui manque une tête pour être de la même taille qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)


Messages : 129
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 20 ans (sept)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Sam 16 Avr - 16:18

[C’est Colombe qui m’a donné le message]

Douhbée se retira rapidement lorsque l’un des jumeaux vint mettre sa main sur elle, n’avait-il donc pas encore compris qu’elle ne voulait pas être touchée? Ce qu’elle aurait aimé être loin, très loin! Si seulement Colombe n’avait pas été dans sa fichue réunion, rien de tout cela ne serait arrivé. Oh, elle n’aurait pas eu de problème, certes une petite crainte, si elle avait été forcée de s’entraîner avec le phéryxian sous l’ordre de Courage, mais d’être entourée d’inconnus, dont deux incubes, c’était flippant pour celle, qui venait à peine de devenir écuyer.

Les vrais combats, être prêts… Que pensait-il donc? Qu’elle faisait un caprice peut-être? Douhbée n’avait rien contre un entraînement, tant qu’il était sous la supervision de son vrai maître! Là, avec le Courage qui veillait sur elle, elle était toujours prête, même à affronter ses plus grandes peurs. Un réel ennemi, sérieusement? Elle venait tout juste d’être attribuée, ne savait pas se battre! Il ne fallait pas s’attendre à ce qu’elle fasse des prouesses maintenant, dans cette situation complètement effrayante pour elle, alors qu’elle apprenait à tenir une épée la semaine dernière!

* Je suis prête à sortir de ma zone de confort, dès que Colombe me le demandera. Mais pas avec eux. * Comment, en effet, se mettre en situation difficile avec des gens qu’elle ne connaissait pas et craignait plus que tout? Une étape à la fois, elle avait des peurs à vaincre et avait besoin de temps. Les six années qui allaient suivre allaient contribuer à cette métamorphose. Inutile de lui parler de massacre, Douhbée savait parfaitement qu’elle ne ferait pas long feu sur un champ de bataille, et c’est pourquoi, si une guerre se déclarait, elle n’y serait pas envoyée par son Maître. Elle n’était pas prête.

L’un des jumeaux ordonna qu’ils reprennent le combat, mais Douhbée n’arriva pas à sourire devant le compliment qui lui fit, sachant que de toute façon, elle n’y était pour rien. Si le maître de Vigie (était-ce lui?) semblait vouloir faire dans l’humour et détendre l’atmosphère, la pardusse ne pouvait se détendre. Bien malgré elle, elle récupéra l’arme improvisée par l’autre jumeau, mais ne voulut pas engager le combat. Vigie avait déjà 3 ans d’expérience, et elle, quelques jours! Elle en était encore à l’étape de savoir comment tenir son épée, alors contrairement au combat au corps-à-corps, elle allait être une véritable plaie… Et non, elle ne voulait pas qu’un des incubes TOUCHE SA MAIN pour la replacer correctement. Non. Juste non!

Vigie était déjà en position de combat, Douhbée avait déjà oubliée la bonne posture, alors elle tenta de l’imiter. Il l’encouragea encore mentalement, lui assurant que tout se passerait bien s’ils étaient sérieux, mais elle n’en avait pas envie, même si, les deux hommes s’étaient éloignés, à la demande du phéryxian. Elle sentait encore leurs yeux braqués sur elle.

Mais le phéryxian avait déjà engagé le combat, chargeant vers elle et portant un coup vers sa gorge, qu’il arrêta juste avant de la toucher. Il se recula alors à nouveau et se remis en garde, l’invitant d’un geste à faire de même.

***[Vigie] Je ne sais même pas encore comment bien tenir mon arme, je l’ai appris la semaine dernière! Je ne crois pas que je peux… ***

Totalement crispée par la peur qu’avait créée la charge de Vigie, Douhbée ne bougeait pas. Les jumeaux semblaient sur le point de s’impatienter, s’ils ne voyaient pas bientôt un vrai combat, ils allaient se mettre en colère. L’un c’était déjà fâché, et l’adolescente n’avait que trop vécu ce que pouvait faire un homme en colère… *Pas encore, pitié pas encore!*

***[Vigie] Et je ne veux pas qu’ils m’apprennent… Colombe fera très bien ce travail.***

Pour éviter la fureur des incubes, Douhbée chargea donc, mais sans grande conviction, et même un enfant aurait pu bloquer son coup. D’ailleurs, il s’en fallut de peu pour qu’elle n’échappe son arme sous l’impact, et elle failli la perdre à plusieurs reprises lors de la joute qu’il s’en suivit. L’arme tomba finalement par terre lorsque la pardusse fut déconcentrée par un message télépathique au moment de l’impact de Vigie.

***La réunion n'était pas pour moi... Que dirais-tu d'une petite balade à cheval? Je dois prendre l'air. Va préparer nos chevaux, si tu veux.***

L’adolescente ne put s’empêcher de sourire, soulagée, et leva les mains pour signifier qu’elle cessait le combat. Le ton de voix de Colombe était un peu inquiétant, elle semblait de mauvaise humeur… elle ne lui avait pas tout dit visiblement, la rencontre avait dut très mal se passer! Pas étonnant, avec son maître…

-Col… Heu not-tre Che-f-f, mon maît-tre. Enfin, elle m’appelle. Je dois… une autr-re fois, au rev-voir. bégaya-t-elle en s’empressant de prendre ses jambes à son cou, sans demander son reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyslo H.
Chevalier


Messages : 36
Date d'inscription : 27/02/2016

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Lun 18 Avr - 21:39

Vigie avait compris. Mais cela ne changeait pas le fait que le chevalier était en colère. Il détestait quand il agissait comme ça. Au moins, même si cela avait fait en sorte qu’il traumatise une gamine, Vigie avait appris quelque chose et Lyslo n’allait pas hésiter à le remettre dans ce genre de situation  pour le faire améliorer. Le seul but qu’il avait, dans le fond, était que son écuyer devienne meilleur, comme cette écuyère. Apparemment, dans son cas, ce n’était pas pour tout de suite. Lys en avait assez, sincèrement.

Il était très content d’entendre la voix de Vigie qui s’excusa. C’était le minimum mais vraiment, ça ne changeait vraiment juste rien. Il sourit à certaines de ces paroles : c’était quand même vrai et il semblait quand même comprendre quelque chose. Vigie était un bon écuyer qui était en mesure de s’assumer. Lui du moins, mais ce n’était vraiment pas le cas de tout le monde… Enfin, Vigie était son écuyer à lui et pas Douhbée. Il saura qu’il n’aura plus à la regarder et peut-être qu’un jour, elle changera… Hylias avait compris qu’elle était gênée et qu’il y avait quelque chose, au moins cela lui permit d’avoir cette confirmation. Peut-être qu’un jour, elle allait se sentir prête ; sinon, dans un ordre de chevalerie, elle aurait beaucoup de difficultés.

Il resta à l’écart, en regardant son frère et soupirant. Il ne savait pas ce qu’il devait faire. Si elle était un peu plus réceptive, ça aurait pu être drôle mais là… il n'avait rien qui ne l’était : C’était juste vraiment lourd. Au fond, il comprenait mais quand même, pour lui, ce n’était pas du tout prévu. Il gardait les bras croisés et regarda, pas impatient du tout mais très calme au contraire. Il voyait bien que ça ne menait juste à rien. Lyslo était peut-être un peu plus délicat que Losly après tout ? Une chose était certaine : la vision d’avait Douhbée était erronée due à sa peur, mais ça… les deux jumeaux ne pouvaient pas savoir ce qu’elle pensait.

Et voilà que Colombe, apparemment, avait décidé de l’appeler à ce moment-là. Lyslo allait lui expliquer plus tard, il ne laisserait pas faire son frère. Mais… plus tard, pour le moment, il était surtout de mauvais poil. Ce n’était pas une colère, c’était bien différent de ça. Peut-être que, oui, ils étaient allés trop loin avec elle… Mais être gêné et mal à l’aise comme ça… c’est assez intense. Pour en faire un chevalier efficace, Colombe allait devoir faire beaucoup… Elle allait sûrement y arriver, il n’en doutait pas. Elle était douée, c'était certain. Il fallait juste apprendre à s'ouvrir un peu.

« Apparemment, tout ça se termine maintenant. Je retourne à ce que je faisais. »

Un peu en colère ? À peine. Il prit le temps de parler à son écuyer par contre. C’était important qu’ils continuent.

***[Vigie] Je te laisse 30 minutes de pause, après tu reviens où on était tout à l’heure. On a un entraînement à reprendre. ***

Repartir d’où ils étaient… bonne idée. Lui faire la morale pour ça ? C’était déjà fait, en espérant maintenant qu’il avait compris ce détail. C’était important et surtout, essentiel. Il partit à son tour, s’étant bien fait comprendre de son écuyer. Il prit le temps de dire quelque chose à son frère, juste à lui et par télépathie.

***[Losly] On en reste là. C’est trop, je ne vais pas lui courir après. Je vais m’occuper de Vigie. Je crois qu’on doit apprendre à mieux choisir nos cibles… Ahah. Vigie est un bien meilleur candidat que ne peut l’être Douhbée. Je parlerai avec Colombe après. Je recommence mon entraînement avec Vigie dans 30 minutes.***

Et Lyslo partit. C’était bien comme fin, au moins, il n’avait plus rien à faire et après, il allait s’occuper de son écuyer. Lui dire deux trois mois et recommencer simplement.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)


Messages : 487
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 29 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Mer 20 Avr - 19:09

[RP TERMINÉ]

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]   Aujourd'hui à 16:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir! [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» La récomprense de Niko Bellic ( Terminé )
» [SORTIE] L'Abîme invitation chez Kanaxai [Terminé]
» La justice de Raphael [Terminé]
» [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: