Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Sam 19 Mar - 14:59





Le chant des oiseaux faisait son chemin au travers de la fenêtre de la chambre de la chevalier. Celle-ci se peignait soigneusement les cheveux, le regard rivé dans le miroir en face d’elle. C’était là un de ses petits plaisirs, soit de faire sa toilette après avoir terminé son entraînement physique et s’être purifiée dans un bain. Elle esquissa un mince sourire quand vint le moment de déposer sa brosse. Elle jeta ensuite un coup d’oeil à l’extérieur : c’était une journée ravissante. Il était encore tôt, mais il ne faisait aucun doute que le soleil brillerait haut dans le ciel toute la journée.

La jeune combattante entreprit ensuite de tresser sa chevelure au teint crémeux. Après coup, elle tira ici et là, tout en tenant le bout de sa tresse, question d’ajouter du volume à son travail. Elle termina sa coiffure en enroulant la tresse en chignon, décorant celui-ci d’un ruban bourgogne. Elle avait choisi cette couleur en particulier puisqu’elle s’agençait à la perfection avec sa tunique à col mandarin, dont le dos était ouvert pour laisser une place à ses ailes.

Son coeur devint lourd à la vue desdites ailes qui ornaient son dos. Elles avaient toujours été une source de fierté pour elle. Après tout, ils indiquaient son appartenance à la race des fées. Ils étaient une extension de son être. Cependant, depuis quelque temps, elle se demandait s’ils n’entravaient pas sa performance au combat. Beaucoup de fées préféraient se les faire couper lorsqu’elles choisissaient la vocation de guerrier. Adelyn avait plutôt choisi de les conserver. Elle n’avait pas souffert atrocement à leur sortie pour se les faire enlever tout de suite après. Sans compter que cela était une partie naturelle de sa croissance. Parallèlement, elle devait toujours leur porter une attention particulière pour éviter de les endommager quand elle se battait. Elle parvenait quand même à avoir une performance exemplaire, mais elle sentait qu’elle pourrait dépasser aisément ses limites si elle n’avait pas ce fardeau sur son dos… Elle secoua la tête pour se remettre les idées en place.

Distraitement, elle prit son bouquin qui traînait sur le coin de son lit, qu’elle enroula dans une couverture rose pâle. Quoi? Elle n’était quand même pas pour sortir en public en n’ayant pas un ensemble coordonné jusqu’au plus infime détail. Bourgogne, rose et or étaient les couleurs de sa palette aujourd’hui, son haut étant décoré d’oiseaux dorés dans la partie inférieure qui tombait à mi-cuisse. La seule exception était ses pantalons beiges, car même ses souliers étaient recouverts de soie de la même couleur qu’un bon vin rouge.

Satisfaite, elle quitta sa chambre. La fée marchait paisiblement dans les corridors du château, saluant ses camarades d’arme qu’elle croisait en chemin… et ce, même si la moitié fronçaient des sourcils puisqu’ils ne se faisaient toujours pas à l’idée que cette minuscule créature ailée était leur égal.

Sa balade fut soudainement interrompue par un canidé au regard doré qui dérapait en sortant en trombe des cuisines, un énorme morceau de viande pendant à sa gueule, avec la cuisinière qui le poursuivait avec son rouleau à pâte. Adelyn se plaqua contre le mur au bon moment, évitant de justesse de se faire renverser par la bête poilue. Elle retint son souffle et, dès que le chemin fut libre, elle s’empressa de vérifier qu’elle n’avait pas eu de jus de viande sur ses habits. Elle soupira de soulagement en voyant qu’elle n’aurait pas à arracher la tête à personne.

La demoiselle secoua la tête en guise de désapprobation et continua son chemin. Ce n’était pas son rôle que de veiller à ce que les cabots restent à l’extérieur de la cuisine. De toute façon, elle avait d’autres plans pour le moment.

Elle se rendit donc dans un coin éloigné des jardins, qui était peu fréquenté, surtout à une heure si matinale. Délicatement, elle déballa son livre puis elle installa la couverture par terre. Elle y plaça son bouquin à un endroit bien précis, puis elle s’allongea sur le bout de tissu. Elle ouvrit le livre et entreprit de se mettre confortable. Elle souleva ses jambes, qu’elle tira doucement jusqu’à ce que ses pieds se déposent devant elle. Lyn était recourbée sur elle-même au point que ses fesses se retrouvaient au-dessus de sa tête. Elle termina en soulevant son torse afin de déposer sa tête dans ses mains, ses coudes étant le point d’appui de son torse. Elle tassa doucement la partie arrière de sa tunique pour que celle-ci n'encombre pas sa vue. (La position)

Cela pouvait paraître atrocement inconfortable, mais la chevalier se plaisait bien ainsi. Cette position, quoique particulière, lui permettait de mieux se focaliser sur le contenu de son livre. D’une certaine manière, devoir porter attention à sa forme et son équilibre faisait en sorte qu’elle avait un meilleur niveau de concentration… et elle avait effectivement besoin de concentration pour sa lecture. En fait, elle se renseignait sur le processus de dépouillement des ailes des fées. Elle voulait savoir si c’était douloureux, quelles étaient les étapes de réhabilitation et ainsi de suite. Elle se détestait de réfléchir à la possibilité de mutiler son corps pour la performance, mais elle avait choisi le noble devoir de protéger la population de son royaume… et si cela passait par le sacrifice de ses ailes afin de s’assurer de remplir ses fonctions de la façon optimale, elle ne pouvait pas se permettre d’écarter une option par attachement émotionnel.

À l’aide de ses orteils, elle tourna la page. Tout à coup, un léger bruissement de feuilles attira son attention. Elle prêta oreille, question d’évaluer le niveau de danger… si danger il y avait. Elle n’hésita pas un instant à activer son pouvoir racial d’empathie. Elle pouvait déterminer si l’inconnu arborait de l’animosité de cette façon. Heureusement pour elle, la personne n’était pas hors de la portée de son pouvoir. Elle n’y nota toutefois pas d’hostilité, mais plutôt un mélange de curiosité et d’excitation. « Ah bon… un curieux… » ricana-t-elle mentalement. Elle devait avouer que sa position était plutôt inhabituelle et ce n’était pas tous les jours qu’on rencontrait quelqu’un capable de contorsion avant comme elle.

Elle décida néanmoins que le spectacle avait suffisamment duré. Elle n’était pas dans un cirque. Poussant un soupir, elle descendit son torse au sol et ramena ses jambes à une position normale. Elle se mit à ramasser ses effets personnels comme si de rien était. « Vous savez qu’il est impoli de dévisager une dame de la sorte, surtout quand on ne se présente pas. » lança Lyn à l’inconnu, sans une once de colère dans la voix. En fait, elle énonçait plus un fait qu’elle faisait un reproche. Elle fit un noeud dans la couverture, dans laquelle se trouvait son bouquin. Elle se releva et tourna sur elle même pour se retrouver face à… torse.

Elle poussa un soupir exaspéré et roula les yeux. Évidemment que son admirateur devait être un géant et elle une naine! C’était un des désavantages d’être aussi petite, tout le monde la dépassait facilement. C’était probablement un facteur qui contribuait au manque de sérieux dont tout le monde faisait preuve à son égard… Elle fit un pas vers l’arrière et releva la tête pour planter son regard verdâtre directement dans celui du géant. Ses yeux marrons… ils avaient un quelque chose de familier qu’elle ne replaçait pas tout à fait. Ne voulant pas perdre la face, ne se souvenant pas de ce garçon, elle lui dit plutôt d’un ton enjôleur : « J’espère que vous avez apprécié le spectacle. D’ailleurs, où est votre chandail? » Elle ajouta un sourire coquin.

_________________


Dernière édition par Adelyn le Mer 1 Juin - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Dim 20 Mar - 17:08

- DEHORS SALE CABOT, hurla la cuisinière en lançant un chaudron en direction du canidé. J’EN AI MARRE DE VOIR TA TÊTE RÔDER PARTOUT PRÈS DE MES PÂTISSERIES!

Wow! Elle était en feu ce matin! D’un mouvement fluide, le lycan évita le projectile, mais fut néanmoins surprit de constater à quel point Rosalya était à cran ce matin. Certes, ils s’affrontaient régulièrement tous les deux, mais jusqu’à présent, aucun coup n’avait réellement été porté à son intention. Mais ce matin, elle lançait tout ce qui lui tombait sous la main. Grâce à son avant-bras, le loup immense encaissa le coup porté à l’aide d’une louche en métal habilement lancée. Bon, il avait peut-être été trop loin ce matin en la faisant sursauter… ce qui avait eu pour résultat de lui faire échapper une salière complète dans le chaudron contenant le potage qui devait être servi ce midi. Elle devait maintenant tout recommencer par sa faute. Malgré le brouhaha incessant émanant de la femme potelée, Yahto repéra un rôti de bœuf qui refroidissait sur le comptoir. C’est qu’il avait faim; c’était d’ailleurs la raison principale de sa venue en ces lieux. Sans demander son reste, il enfonça ses crocs dans le morceau de viande et sortit de la cuisine en courant sur ses quatre pattes. Rosalya, complètement insultée de se faire chaparder son rôti, attrapa son rouleau à pâte et détala à sa suite.

Accélérant le pas, il entendit bien les propos haineux de la femme enragée et remarqua à peine la jeune fée qu’il croisa sur sa route et qu’il faillit heurter de plein fouet. Tout ce qui comptait, pour l’instant, c’était de se trouver un endroit tranquille pour pouvoir avaler son précieux butin. Bon, Aemi ne serait pas fière de lui à l’heure actuelle, car chaparder un rôti au complet, c’était peut-être exagéré… mais il avait vraiment très faim et à voir la force de la haine de Rosalya aujourd’hui, il avait été un peu contraint à prendre ce qui lui tombait sous la dent. Ses pattes glissèrent sur les dalles froides du plancher et ses griffes tiquaient à leur contact. Son regard aux reflets dorés repéra une sortie satisfaisante : la porte grande ouverte menant sur la cour intérieure. Il était certain qu’elle ne le suivrait pas jusque-là, puisque c’était vraisemblablement trop loin des cuisines! Heureusement pour lui, la terrible « bonne-femme » jeta l’éponge bien avant qu’il se rende à la zone tant attendue; d’où il était, il pouvait entendre son souffle rauque qui en pouvait plus de se trémousser pour lui donner une leçon. La pauvre manquait cruellement de cardio, ce qui était une bonne nouvelle pour Yahto en soit!

Une fois à l’extérieur, il ralenti la cadence et se dirigea vers les écuries en trottant. Il avouait trouver cette poursuite quelque peu excitante. Peu de gens avaient le courage de tenter de lui mettre la main au collet, puisque en général, ces derniers étaient trop impressionnés par sa forme lycane pour tenter quoi que ce soit. Rosalya avait du cran, il devait l’admettre… ou agissait sous la force du désespoir. Ce rôti devait vraiment être spécial pour qu’elle mette autant d’énergie à le récupérer. Ou elle en avait réellement marre de ses bêtises? Approchant de l’immense bâtisse en bois, il repéra un petit bosquet qui bordait la paroi externe de l’endroit et alla s’y installer. Portant ses main griffues sur le morceau de viande alléchant (et couvert de bave), il le retira de sa gueule et huma son odeur saline aux arômes de moutarde et d’oignons. Bon, son butin improvisé était un peu froid, mais cela ne l’empêcha guère d’en apprécier la saveur. Wow! Il était parfait! Le centre était encore saignant et tellement tendre! Yahto se délecta de son morceau de bœuf et alors qu’il en avait avalé plus de la moitié, il réalisa qu’il avait peut-être eu les yeux plus gros que le ventre. Mais jeter ce rôti était presqu’un sacrilège…

Un chignement attira son attention. Tournant sa tête aux allures de loup, le lycan constata qu’un petit intrus s’était glissé dans sa cachette improvisée sans qu’il ne s’en rende compte. Là, à côté de lui, se trouvait un petit chien blanc dont la tête et le derrière était couleur caramel et le dos d’un noir cendré**. Ses oreilles pendantes lui donnaient un air adorable sans parler de ces grands yeux brillants! Yahto connaissait bien ces cabots. De race « beagle », ces petits chiens très énergiques accompagnaient les nobles du château dans leur séance de chasse à courre. Ce petit homme avait visiblement déserté sa meute pour le rejoindre, attiré par l’odeur du rôti. Ce qui était surprenant, c’était cette façon dont il le regardait : exempt de peur ou de la moindre opinion négative, et ce, malgré son apparence « de monstre ». Bref, la bouille adorable de cette petite boule de poils attendrit le cœur déjà immense du lycan. Avec ses pattes gigantesques, il effilocha le reste de la viande et la donna en cadeau à son petit compagnon à quatre pattes. Ce dernier, s’extasiant devant ce présent, agita joyeusement la queue et entama son repas improvisé. Yahto adorait les chiens. Il s’était toujours senti plus près d’eux que de l’Homme en général, à l’exception d’Aemi, évidemment. Les cabots étaient fidèles, loyaux et sans jugements. Ils aimaient éperdument, et ce, jusqu’à leur mort. Cet amour sans limite le touchait toujours au plus profond de lui-même puisqu’il ressentait la même chose pour sa maîtresse…

Yahto reprit forme humaine ce qui n’effraya en rien son compagnon canin. Les jambes repliées contre sa poitrine, il observa le beagle avec un air attendri et caressa son pelage à la fois soyeux et un peu rêche. Une délicate ligne noire entourait les yeux bruns de l’animal, lui donnant des airs distingués.

- Je peux te donner un nom?
demanda le garde du corps tout bas. Je sais que tu ne m’appartiens pas, mais j’aimerais bien te surnommer Maestro. Ça t’irait bien je trouve. Évidemment, rien ne te force à l’accepter ou même à rester près de moi…

Le petit chien termina son repas en vitesse puis regarda son interlocuteur en agitant joyeusement de la queue. L’ex esclave eu l’impression que ce dernier comprenait et appréciait ce surnom. C’était probablement de l’anthropomorphisme pur de sa part, mais néanmoins, cela avait quelque chose de rassurant. Se redressant finalement, Yahto remarqua que la voie était libre : aucune Rosalya en vue. Puisque le rôti était plutôt salé, il songea à trouver de l’eau pour son nouvel ami à fourrure. Le soleil plombait en cette matinée particulièrement chaude. Le seul hic, c’était qu’il était nu comme ver puisqu’il ne portait aucuns vêtements lors de sa transformation. Trouver de quoi se mettre était donc sa priorité afin de ne pas recevoir de reproches sur son « inconvenance ». Le hasard faisait si bien les choses puisqu’il nota à l’autre bout de la cour des vêtements fraîchement lavés trônant sur une corde et batifolant avec le vent. Sans davantage se poser de questions, Yahto trotta à découvert jusqu’à la lessive et ignora les ricanements des servantes qui l’observait. Ralentissant le pas, il défila entre les tissus et repéra un pantalon de toile brune. Cela ferait parfaitement l’affaire! Sans plus attendre, il décrocha ce dernier et l’enfila tout en resserrant les cordons qui trônaient à sa taille.


- Oh, Yahto! Fait déguerpir ce cabot de la lessive, il va mettre de la boue et des poils partout! s’écria Rachel – une servante – à son intention.

Tournant la tête, il remarqua que Maestro l’avait suivi avec cet entrain qui lui était propre. Cette remarque de la jeune femme le pinça au fond de sa poitrine. Mais pourquoi tout le monde pensait que les chiens étaient si répugnants?! Ils n’étaient pas plus sales que n’importe qui d’autres! Et Maestro ne touchait même pas à leurs foutus vêtements… Honnêtement, le garde du corps de Temperance prit cette remarque de façon un peu personnelle. N’était-il pas lui-même un « foutu cabot »? Sans ajouter un mot, il prit le petit beagle dans ses bras et s’éloigna en lançant un regard courroucé à la jeune femme qui se demandait clairement quelle mouche l’avait piqué. Une fois qu’il fut suffisamment éloigné, le lycan déposa à nouveau son copain au sol et se dirigea vers les jardins. Il savait que des fontaines s’y trouvaient et que l’animal pourrait y étancher sa soif. Le duo improvisé marcha pendant de longues minutes quand soudain, ils virent les étendus fleuris de l’endroit tant convoité. La fontaine de marbre blanc trônait fièrement au centre même des jardins et Yahto accéléra le pas pour s’y approcher.

Ce n’est qu’à quelques mètres de la source d’eau qu’il s’arrêta soudainement. Là, à gauche, près des arbres et des plates-bandes de dahlias, il y avait la jeune fée qu’il avait failli heurter un peu plus tôt. Mais que faisait-elle? Elle était toute recourbée sur elle-même dans une position peu naturelle et semblait… dévorer un livre? Mais qui lisait dans cette position? Quoi que… Yahto ne pouvait pas vraiment comprendre car il était illettré… Il n’avait jamais eu la chance d’apprendre et était donc dans l’impossibilité de pouvoir lire ou écrire. Et pourtant, il avait régulièrement vu Aemi s’adonner à ce passe-temps qui lui était inaccessible et jamais elle n’optait pour une telle position. Curieux, il s’approcha davantage pour voir de plus près la drôle de demoiselle. Il piqua à travers le feuillage des plates-bandes et remarqua la façon dont elle se déplia lentement, comme une fleur qui s’ouvrait au printemps. Comment s’appelait-elle? Il l’avait déjà vu à quelques reprises, mais n’avait jamais eu la chance de lui adresser la parole. Elle opta donc pour une position plus naturelle et ramassa ses effets personnels tout en lui reprochant – sans une once de frustration dans la voix – sa façon de dévisager les dames sans se présenter. Elle noua ensuite la couverture autour de son bouquin et se retourna… pour se rendre compte qu’elle arrivait seulement à hauteur de la poitrine de Yahto. Il était habitué aux femmes de petites statures, puisque la fée avait à peu près la même grandeur qu’Aemi.

Ainsi face à face, le garde du corps eu le loisir d’observer les traits de son interlocutrice. Son visage en forme de cœur était surmonté de superbes yeux en amandes de couleur émeraude (du moins, pour le moment) et entouré de cheveux aux reflets dorés et soyeux. Elle était menue et sur son dos trônaient de délicates ailes cristallines aux reflets rosés et lilas. Une véritable beauté. Sa tenue, des plus élégantes, lui saillait à merveille, mettant en valeur ses courbes parfaitement féminines. Yahto la trouvait magnifique, il devait bien l’admettre et toute cette beauté fit débattre son cœur comme s’il avait couru plusieurs kilomètres. Elle avait l’air très jeune, bien que plus âgée qu’Aemi. Elle devait d’ailleurs régulièrement se faire taquiner sur le sujet n’est-ce pas? La seule chose que le lycan savait sur elle, c’était qu’elle faisait partie de l’ordre en tant que chevalier, ce qui lui donnait un âge minimum de… 16 ans? Ils avaient presque le même âge, bref. Prenant un air enjôleur, la guerrière lui demanda s’il avait apprécié le spectacle et s’interrogea sur l’endroit où se trouvait le chandail qui, normalement, devait siéger sur ses épaules.

- Je… je n’en porte pas, généralement, répondit-il tout naturellement. J’ai tout le temps chaud, alors je préfère éviter de m’encombrer avec une tunique ou autre vêtement du genre. Cela ne plaît guère à la princesse Aemi, mais je n’y peux rien, je suis comme ça, ajouta-t’il en haussant des épaules. Pardonnez-moi, je ne voulais pas vous déranger, je trouvais seulement votre position des plus… curieuses?

Évidemment, le jeune homme manquait de manières puisque ses origines étaient plutôt modestes. Légèrement embarrassé, il gratta l’arrière de sa tête en ricanant, puis tourna vivement la tête alors que rapides bruissements surgirent non loin d’eux. Maestro pointa alors joyeusement le bout de sa truffe, ses pattes blanches ayant changé de teinte. Le lycan nota plus loin un trou béant parmi les étendus de dahlias et poussa un soupir de découragement. Oui… les chiens adoraient creuser, c’était dans leur nature… Le petit cabot trotta vers la jeune fille et vint la sentir d’un air curieux. Sans ajouter un mot, Yahto s’approcha du dégât causé par le canidé entreprit de masquer le méfait en remblayant le trou avec ses propres mains. Il replaça furtivement les fleurs en piteuse état puis s’approcha de la fontaine pour nettoyer ses mains.

- Maestro, viens ici, fit-il, ponctuant sa phrase d’un sifflement. L’animal s’approcha de lui et le lycan le prit dans ses bras pour ensuite le déposer sur la rambarde de marbre entourant l’étendu d’eau. Pardon, j’espère qu’il n’a pas sali vos vêtements. Il fait partie de la meute destinée à la chasse à courre, il manque donc de bienséance… un peu comme moi. Yahto trempa donc les pattes blanches du beagle et les frotta vigoureusement pour en retirer la terre. Je ne me suis pas présenté : je m’appelle Yahto, je suis le garde du corps de la princesse Aemi Temperance d’Alombria. Ce n’est pas la première fois que je vous vois au château et sur le terrain d’entraînement, mais nous n’avons pas eu la chance de discuter jusqu’à présent. Vous êtes un des chevaliers de l’ordre, pas vrai?

Sur ces mots, Maestro se débattit puis se jeta directement dans la fontaine, faisant éclabousser l’eau sur un périmètre d’environ deux mètres autour de lui. Évidemment, Yahto ne fut pas épargné. Malgré tout, il ne semblait pas offensé par ce geste et gloussa même. Il retira l’animal de sa piscine improvisée et le déposa au sol afin qu’il se secoue. Il jeta finalement un air navré à la jeune fée… persuadé qu’elle trouvait la scène des plus répugnantes.


**Maesto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Jeu 24 Mar - 20:07

La jeune fée était plutôt de bonne humeur présentement. Il faut admettre que tomber face à face avec un désirable géant n’était pas des plus déplaisants. Elle pouvait très bien faire avec un peu de douleur au cou pour détailler les traits du garçon devant elle. Elle ne délaissait pas pour autant la recherche dans tous les recoins de sa mémoire pour essayer de replacer ce regard. Elle l’avait vu récemment… mais où? Ça lui reviendrait bien éventuellement, sans doute à force de lui parler et d’en apprendre davantage sur lui.

La chevalière haussa un sourcil : ah bon, son compagnon du moment se passait habituellement de porter des chemises? Non que c’était pour déplaire à Lyn, qui se régalait de la vue à son tour, mais elle trouvait néanmoins que c’était un comportement inhabituel pour quelqu’un fréquentant le château. Subtilement, l’adolescente se raidit à la mention du nom de la princesse Aemi Temperance d’Alombria. Si ce garçon faisait partie de son entourage, il était d’autant plus important que la guerrière maintienne un comportement exemplaire. Elle ne pouvait se permettre de se créer une mauvaise réputation auprès de la royauté. Quoiqu’elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce que la jeune princesse faisait avec quelqu’un qui se promenait à moitié vêtu la plupart du temps.

Une chose était certaine, ce jeune homme était de nature nonchalante. C’était évident à la façon dont il haussait les épaules en précisant que malgré la désapprobation de la princesse, il continuait à se promener sans chandail, ainsi que sans souliers à ce que remarquait désormais Adelyn.

Elle leva à nouveau ses yeux verts en direction du visage de son interlocuteur, celui-ci tardant à se présenter. Il était peut-être beau à croquer, mais l’adolescente commençait à avoir hâte de pouvoir mettre un nom sur sa tête. Elle n’avait jamais été des plus créatives pour inventer des surnoms aux gens. Elle étouffa ensuite à peine un rire à l’entendre qualifier sa position de « curieuse ». C’était une façon de voir les choses.

- Ah bon? J’en déduis que vous ne rencontrez que rarement des contorsionnistes, donc. Elle ponctua ses paroles d’un clin d’oeil à peine rempli d’allusions.

Elle était sur le point d’ajouter autre chose, quand elle fut soudainement distraite par… un cabot. Bon, cabot était peut-être un peu dur pour la petite bête qui était plutôt mignonne. Du soupir que poussa le garçon, la fée en déduit que ça devait être son animal de compagnie. Du moins, il connaissait ce chiot. Elle se mordit la lèvre inférieure en riant. Le beagle était adorable. «Oh là, tu es allé faire du terrassement, petit vilain! »

Elle laissa legéant s’occuper de remettre la terre dans le trou, préférant ne pas se salir les mains et garder un oeil sur le chien, question qu’il ne fasse pas davantage de dommage. Et puis, qui ne préférerait pas s’amuser avec une boule de poils pleine d’amour à aller jouer avec de la terre pleine d’insectes? La fée se pencha pour gratter l’animal derrière les oreilles. Elle ne s’inquiétait pas trop pour ses vêtements, étant donné que la terre ne semblait pas particulièrement humide, donc il y avait peu de chance qu’il reste des tâches après un bon lavage. Autrement, l’adolescente n’aurait peut-être pas osé être aussi chaleureuse avec son compagnon poilu.

Elle fut quand même déçue quand son « maître » rappela Maestro pour procéder au nettoyage de ses pattes. Elle qui commençait à peine à prendre plaisir au contact légèrement rugueux de la fourrure du canidé. Elle profita du moment où le jeune homme avait le dos tourné pour faire la moue. Ah, si elle n’avait pas dévoué sa vie entière à la protection du royaume, elle aurait bien aimé avoir un animal de compagnie! Malheureusement, ce n’était pas pour aujourd’hui, la retraite!

- Il n’y a guère besoin pour vous de vous inquiéter pour mes vêtements. Je peux m’en charger moi-même. Je suis une grande fille, vous savez! indiqua-t-elle à la rigolade.

Elle s’approcha pour s’asseoir sur la rambarde de la fontaine, et ce, à une distance suffisante pour éviter toute éclaboussure potentielle. Elle ne désirait certainement pas courir le risque d’abîmer son livre. Elle balançait ses jambes en observant la séance de toilettage improvisée de Maestro. Le jeune homme semblait avoir un talent naturel pour manipuler le beagle, ce qui était admirable jusqu’à un certain point. Après tout, ce n’était pas tout le monde qui était à l’aise avec les animaux.

- Donc, ce n’est pas le vôtre… Ça vous arrive souvent de partir avec les chiens destinés à la chasse à courre? en profita-t-elle pour taquiner sa nouvelle connaissance qui remarqua avoir oublié de se présenter. En effet, vous semblez avoir sauté l’étape de l’introduction… Bien que je sois mal placée pour vous faire la morale.

Yahto… « Quel nom particulier… » songea l’adolescente, malgré qu’elle aimait bien la sonorité dudit nom. Le garçon était donc chargé de la protection de la princesse… Lyn avait effectivement entendu parler de cet arrangement, c’est-à-dire que la princesse Aemi avait un lycan pour garde du corps. Un lien se fit dans son esprit : n’était-ce pas le canidé qu’elle avait croisé près des cuisines ce matin, celui qui l’avait presque fait tomber à la renverse? Oui… Oui! C’était bel et bien là qu’elle avait vu ces yeux au reflet doré!

Elle prit un air enjoleur quand Yahto nota qu’il avait déjà vu la guerrière à quelques reprises et qu’il savait donc qu’elle était un membre de l’ordre. C’était étrange, elle n’avait pas vraiment de souvenir à son sujet… N’empêche qu’elle était flattée d’avoir attiré le regard d’un aussi beau spécimen du sexe opposé, même si cela avait été de façon involontaire.

Rapide comme l’éclair, elle capta l’agitation de Maestro et elle se releva à vive allure pour éviter d’être trempée par le jet d’eau sale. De la boue sèche, c’était une chose… mais de l’eau boueuse, ça en était une autre! Elle fut soulagée de constater qu’à peine quelques gouttelettes s’étaient rendues à elle. La chevalière ramena son attention à la scène qui se déroulait près d’elle après avoir entendu l’éclat de rire du lycan. À le voir aussi joyeux, elle essuya son regard navré du revers de la main.

- Ne vous ais-je pas déjà dit de ne pas vous inquiéter pour moi? Et puis, il est encore tout petit… N’est-ce pas Maestro? On ne peut pas t’en vouloir, hein?

Elle adressa un clin d’oeil au cabot, qui le prit comme quoi elle voulait jouer avec lui. Évidemment, elle mordit à l'hameçon. Elle fit apparaître un oiseau grâce à son don d’illusion. Elle le fit virevolter dans les airs, au plus grand plaisir du chien qui s’amusait à pourchasser la créature imaginaire. Le jeu dura un moment… jusqu’à ce que Maestro pose les yeux sur la couverture cachant le livre et décide que cela était bien plus intéressant que cet étrange volatile qu’il n’était pas en mesure de mordre. La réaction de la fée ne se fit pas attendre : « Non, s’il-te-plaît! » ordonna-t-elle en vain. Elle s’élança vers ses possessions personnelles et, voyant qu’elle n’y parviendrait pas à temps, usa de son dernier recours. « ASSIS! » tonna-t-elle d’un ton autoritaire. Maestro freina à l’instant et s’assit suffisamment longtemps pour que l’adolescente reprenne ses biens.

- Je suis désolée, Maestro, mais tu dois apprendre. Tout n’est pas un jouet. Ces choses sont précieuses pour moi. Allez, va! lui dit-elle en lui faisant signe de la main qu’il ne serait pas puni. Retourne jouer.

Elle soupira de soulagement en tenant son livre contre elle. Elle n’avait pas terminé de se renseigner sur la procédure pour enlever les ailes de fées… Donc, par conséquent, elle ne se considérait pas assez informée pour prendre une sage décision. D’ailleurs, elle ne voulait pas risquer de se procurer un nouvel ouvrage sur le sujet afin de ne pas alimenter de rumeurs. Elle déposa ensuite le paquet par terre, loin des yeux de Maestro, puis se tourna en direction de Yahto. Elle s’inclina légèrement.

- Vous m’excuserez pour mon comportement. Je vous ai ignoré pendant quelques instants et j’en suis désolée. Je suis d’autant plus navrée de ne pas avoir pris la peine de me présenter plus tôt. Comme j’allais vous le dire avant l’interruption de Maestro, vous avez misé dans le mile : je suis chevalier de l’ordre. Elle se redressa fièrement, plaçant une mèche blonde derrière son oreille. Mon nom est Adelyn d’Alombria. Je suis enchantée de faire votre connaissance, Yahto, protecteur de notre très chère princesse. Me donnerez-vous l’honneur de discuter un moment? s’enquéra-t-elle en pointant le chemin traversant le jardin. Je présume que les maîtres de Maestro seront à sa recherche. Nous devrions le ramener, qu’en dites-vous?

Elle reprit son baluchon improvisé, le tenant dans son dos, et marcha lentement aux côtés du lycan. Elle n’était pas pressée de quitter les jardins, loin de là. Elle se sentait à l’aise avec lui. Peut-être était-ce lié au fait qu’il ne semblait pas lui mettre de la pression ou imposer des attentes? Il semblait assez décontracté, ce qui faisait du bien à la guerrière. Elle songea qu’elle pouvait bien essayer de ranimer la discussion.

- Alors, comment était ce rôti?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Mer 30 Mar - 12:43

À son grand soulagement, la jeune fée esquiva l’éclaboussure de boue et d’eau créée par le chien un peu trop énervé. Sa tenue était superbe et ça aurait été trop dommage qu’elle soit salie pour si peu. Les propos de sa compagne du moment le firent néanmoins sourire. Certes, elle semblait amplement capable de prendre soin d’elle et malgré tout, elle semblait bien aimer le petit chien, ce qui soutira un sourire d’approbation de la part du guerrier lycan. Elle était l’une des premières qu’il croisait qui ne semblait pas être rebutée par les animaux, mis à part Aemi, évidemment. La jeune guerrière accorda un clin d’œil à la boule de poils canine, puis fit apparaître un petit oiseau grâce à la paume de ses mains. Yahto était complètement fasciné par le volatile qui voltigeait autour de Maestro et observa la scène avec une attention toute particulière. Comment avait-elle fait ça? C’était la première fois qu’il voyait un tel don! Visiblement, c’était également le cas du petit beagle qui courait derrière l’image avec une joie non dissimulée… jusqu’à ce qu’il s’intéresse au bouquin de la fée.

Cette dernière ne sembla pas apprécier ce changement d’intérêt et demanda à l’animal d’arrêter sa nouvelle activité. Par réflexe, Yahto se leva, prêt à intervenir, mais la femme chevalier avait plus de caractère qu’il n’y paraissait! D’une voix forte, elle tonna un « ASSIS! » très autoritaire et Maestro obtempéra… ainsi que Yahto qui reprit place sur la rambarde, surprit. La fée blonde se dit ensuite désolée puis incita le jeune chien à aller jouer plus loin, ce qu’il fit joyeusement.

- Et bien, on peut dire que vous savez vous faire obéir, commenta Yahto avec un sourire amusé.

La guerrière se retourna ensuite vers lui et fit une courbette en sa direction. Elle s’excusa de son comportement et confirma son affiliation à l’ordre d’Alombria. Elle se présenta ensuite en tant que « Adelyn » et affirma être enchantée de faire sa connaissance… ce qui était plus que réciproque. Le lycan était un peu obnubilé par sa beauté. Il avait rarement vu une femme aussi élégante, aussi raffinée et d’une beauté comparable… sauf peut-être Marian, mais son statut de reine imposait ce genre de choses. Tout en Adelyn resplendissait : ses cheveux lustrés couleur de blé, ses yeux verts émeraude, sa tenue finement travaillée et ses ailes délicates et brillant de mille feux… D’ailleurs, les propos de cette dernière sortie le jeune homme de sa rêverie. Ramener Maestro? Oh, il n’en avait pas envie… bien qu’il savait qu’elle avait raison. Yahto hocha donc la tête puis se releva. Alors que la jeune femme reprenait son précieux baluchon, le lycan appela le petit chien et tous les trois se dirigèrent tranquillement vers le chenil.

- Il était plus que délicieux! Rosalya a le caractère d’un bœuf enragé, mais elle est de loin la meilleure cuisinière du royaume, répondit-il à la jeune femme avec un sourire amusé. Il était normal qu’elle l’ait reconnu malgré sa forme lycane, puisqu’il était le seul représentant de sa race au sein du palais.

Le vent se leva et une douce brise souffla dans leurs cheveux. D’où il était, le serviteur d’Aemi pouvait très bien sentir le parfum floral de la jeune femme. Très différente de Temperance, cette odeur n’avait pas moins d’effet sur lui. Son cœur battait vite et il ne cessait de la regarder, bien qu’il tentait de ne pas être inconvenant en la dévisageant. Cela faisait un moment qu’une femme ne lui avait pas fait cet effet. La dernière fois, ce fut la jeune palefrenière qui l’avait royalement repoussé en le traitant de cabot.

- Dites-moi, Adelyn, cet oiseau qui est apparu dans votre main, un peu plus tôt… c’est vous qui l’avez créé? Comment avez-vous fait? C’était stupéfiant! déclara-t’il d’un air enjoué. Jusqu'où peut s’étendre votre don? Si vous le désirez, j’aimerais bien que vous m’en fassiez une démonstration, lorsque le temps sera opportun.

Il était sérieusement curieux de savoir jusqu’où l’art de l’adolescente pouvait s'étendre et il espérait honnêtement qu’elle accepterait de lui faire cette fameuse démonstration. Les minutes s’écoulèrent et déjà, le duo arriva en vue des chenils. À l’extérieur des enclos se trouvait un homme aux cheveux longs roux qui comptait les canidés. Des aboiements fusaient de tout côté en une cacophonie assourdissante. Celui qui semblait être le maître du chenil semblait être franchement embarrassé. Manquait-il une tête à sa meute, par hasard? À la vue de ses compagnons poilus, Maestro accourra en aboyant joyeusement et, sans crier gare, alla se coller contre les grillages en abaissant le devant de son corps. De part cet appel au jeu évidement, Yahto comprenait que son petit copain à quatre pattes était franchement heureux de retrouver ses paires.


- Ah! Le voilà! s’écria enfin le maître canin. Ça faisait un moment que je le cherchais! Merci de me l’avoir ramené.

- Il n’y a pas de quoi, répondit Yahto, les mains dans les poches. Il avait une fringale et est venu me trouver. Visiblement, il apprécie le rôti de bœuf…

Le serviteur roux ne sembla pas comprendre son allusion, mais n’en fit pas de cas. Il était visiblement trop heureux de ne pas avoir perdu l’un des précieux beagles de la noblesse du palais. Il se pencha vers l’animal, le prit dans ses bras, puis ouvrit la grille de l’enclos. Maestro alla donc rejoindre les membres de sa meute et le lycan se promit de revenir le voir dès que possible.


- Voyez-vous, ce petit gredin est en entraînement, expliqua le maître du chenil. C’est aujourd’hui que nous entamons sa formation de chien de chasse. Je commençais à être embêté de voir qu’il manquait une tête à la dernière portée! Vous me sauvez la vie!

Avec beaucoup de gratitude, l’homme serra la main de Yahto ainsi que celle d’Adelyn. Le jeune homme aux cheveux couleur marron ne put s’empêcher de songer à la chance qu’avait le petit chien : sortir des murs du palais pour parcourir la forêt était de loin son activité favorite. Il avait d’ailleurs plusieurs endroits qu’il affectionnait particulièrement et c’était promis un jour de les faire découvrir à Aemi. Tournant les talons en compagnie de la jeune fée, ils marchèrent le long de la rambarde de pierres du palais, sans vraiment avoir de but ou de destination. En fait, Yahto avait envie d’en savoir plus sur elle.

- Parles moi un peu de toi, Adelyn – tu permets que je te tutoie? Je t’ai vu à plusieurs reprises sur le terrain d’entraînement sans vraiment avoir la chance de discuter avec toi et maintenant que j’apprends tranquillement à te découvrir, j’aimerais bien en savoir davantage. D’où viens-tu? Et tu as été l’écuyère de quel chevalier?

Un pas devant l’autre dans une démarche tranquille et peu pressée, les deux jeunes gens apprirent lentement à faire connaissance. Le guerrier royal se surprit à vouloir toujours en savoir davantage. C’est qu’elle était fascinante! Une bourrasque de vent se leva de nouveau et quelques feuilles se détachèrent des arbres situés à proximité. Ces dernières voltigèrent et terminèrent leur course dans les cheveux d’Adelyn. D’une main douce, le lycan les délogèrent et les envoya valser plus loin. Normalement, c’était le genre de geste qu’il réservait à sa protégée… mais il avait envie de le faire également pour la jeune fée. Il écouta chacun de ses propos avec attention, un sourire aux lèvres. Notant une étendue d’herbes au soleil non loin d’eux, il se dirigea vers celle-ci et alla s’y installer, en position assise. Il avait envie de profiter un peu du soleil resplendissant et puis, ce serait plus simple pour discuter tranquillement. Les rayons du soleil étaient chauds et agréables. Bref, rien pour lui déplaire.

- Dis-moi, est-ce qu’on t’a déjà dit que tu étais particulièrement jolie? fit-il sans aucune gêne avec un sourire en coin. Ils se connaissaient très peu et déjà, Adelyn venait d’apprendre que Yahto était quelqu’un de très franc, voir transparent. Ce genre de choses aurait probablement été vu comme inconvenant, mais pour lui, c’était tout naturel. C’est rare que je côtoie des femmes aussi élégantes que toi. Qui a dit que les guerrières devaient manquer de raffinement? J’espère que mon compliment ne te rends pas trop mal à l’aise… j’avais juste envie de t’en faire part.

Puis, baissant le regard, il nota le livre recouvert d’une couverture qu’elle tenait entre les mains.

- J’ai vu que tu lisais un bouquin un peu plus tôt et que tu semblais y tenir avec beaucoup de ferveur, continua-t’il en faisant allusion à la légère altercation entre elle et Maestro. De quoi parle-t’il? Enfin, si ce n’est pas trop personnel.

Ramenant ses bras derrière lui (toujours en position assise), il prit appui sur ses mains et allongea ses jambes devant lui, un air intéressé au visage. Il était directe et ce genre de franchise ne plaisait pas à tous. Il espérait que cela n'importunait pas la jeune femme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Ven 15 Avr - 18:08

La jeune chevalière prodige inspira profondément, humant l’odeur des fleurs qui les entouraient, elle et son nouveau compagnon. Il lui arrivait si rarement de passer du temps avec quelqu’un pour le simple plaisir de le faire. Elle n’avait aucune attente envers lui, et ce, malgré qu’il fut bien séduisant, tout comme il ne demandait rien d’elle. Ils étaient là, tout simplement, à profiter des petits bonheurs de la vie. Ils marchaient ensemble d’un pas lent avec un Maestro qui trottait joyeusement derrière eux.

La fée à la chevelure dorée passa toutefois à un doigt de s’étouffer avec sa salive… ce qui n’était pas particulièrement charmant, même mélangé à un rire… quand ce cher garde du corps compara la cuisinière à un bœuf enragé.

- C’est une façon élégante de dire les choses… commenta-t-elle, sachant que le lycan comprendrait son humour.

D’un autre côté, elle devait admettre que cette Rosalya n’était pas la plus sympathique femme à avoir croisé son chemin. Lyn ne lui avait jamais manqué de respect, mais elle trouvait que la cuisinière n’était pas des plus aimables. Elle avait toujours l’impression de s’en tirer indemne simplement parce qu’elle faisait partie de l’ordre… et encore là, c’était probablement dû davantage au fait qu’elle n’était jamais tombée sur Rosalya lors d’une mauvaise journée.

Yahto tira finalement la guerrière de ses pensées en ramenant le sujet de l’illusion de l’oiseau sur la table, ce qui amena un sourire sur les lèvres de la demoiselle. Elle n’était pas surprise de la question. Elle sentait depuis un moment une certaine fascination chez le garçon, sans mentionner des nombreux regards qu’il jetait en sa direction. C’était flatteur… Ô et combien aimait-elle la flatterie. Elle le laisserait languir un peu plus longtemps, question de faire durer le plaisir. Elle n’avait l’intention de lui en donner que suffisamment pour le garder sur sa faim et s’assurer plus d’intérêt de sa part.

- Oh, vous savez… Tout chevalier a son lot de talents cachés. Nous sommes recrutés dans l’ordre pour une raison, mon cœur… et cet oiseau, c’est ma raison d’être ici. Vous découvrirez mes secrets en temps opportun, comme vous le dites si bien. Elle le regarda du coin de l’œil, un air légèrement espiègle au visage, laissant transparaître son plaisir qui n’était peut-être pas entièrement innocent, finalement. Elle n’était pas dupe... Oh, non. Elle savait que sous cette curiosité se cachait une attirance partagée. Sans compter que l’adolescente était perspicace : les nombreux regards, les pupilles dilatées, le timbre de la voix, la proximité, la lenteur de leurs pas… Tout pointait vers une seule réponse : ils se plaisaient mutuellement. La chasse était ouverte et il n’était pas question du petit Maestro.

D’ailleurs, le chenil apparut devant les jeunes gens bien trop tôt au goût d’Adelyn. Proposer de ramener le chiot à ses propriétaires n’avait peut-être pas été la meilleure idée finalement. Elle n’aurait pas été contre le fait d’étirer cette marche en si délicieuse compagnie. Malheureusement, ce n’était pas le moment de s’apitoyer sur son sort. Le maître du chenil venait d’apercevoir le jeune chien égaré, visiblement soulagé que Maestro soit rentré à bon port. La blonde demoiselle adressa un sourire poli à l’homme, inclinant la tête lorsqu’il remercia les deux compagnons d’avoir ramené le cabot chez lui. Elle posa une main sur le bras du lycan en riant à la mention du rôti, détail insignifiant pour l’homme devant eux. Alors donc, Maestro avait eu un goûter privé de la cuisine de Rosalya?

Ce fut néanmoins avec plaisir qu’elle serra la main du rouquin avant de partir, lui assurant qu’ils étaient heureux d’avoir pu lui rendre service. Après tout, en tant que représentante de l’ordre, elle se devait de venir en aide quand elle le pouvait… quoique bon, retrouver des chiots égarés ne faisait pas exactement partie de la description de job d’un chevalier. Elle n’était pas pour s’en plaindre. Ce Maestro mignon comme tout avait permis un certain rapprochement entre elle et le garde du corps de la cadette de la famille royale, ce qui somme toute n’était pas si mal.

Soupirant de soulagement, elle reprit sa marche tranquille avec Yahto à ses côtés. Elle était heureuse d’avoir la possibilité de continuer à profiter de sa présence malgré l’absence de la petite boule de poils. La situation offrait son lot d’avantages, notamment plus d’intimité et une moins grande chance de se faire déranger au mauvais moment par un beagle trop excité s’intéressant aux mauvaises choses…

La demoiselle ralentit quelque peu le pas en se faisant tutoyer. Oh, là, quelqu’un était rapidement devenu familier avec elle. Ce n’était pas pour lui déplaire, mais elle comprenait de plus en plus que le lycan n’était pas du type à garder ses pensées pour lui. Il était un peu comme un livre ouvert, un livre qui n’était pas rempli de flafla inutile et dans lequel on ne se gênait pas pour dire les choses comme elles étaient. C’était rafraîchissant.

- Honnêtement… tant que le respect est là, peu m’importe que je sois vouvoyée ou tutoyée. Nous sommes des pairs au service de la famille royale, voués à leur protection... bien que mon mandat s’étend également au reste de la population d’Alombria.

Le brunet continua de l’assaillir de questions. Lyn le rattrapa gaiement, trimballant toujours son baluchon derrière son dos. Ainsi, il voulait connaître à peu près tous les détails de son existence. Elle ne manqua pas de noter qu’il admit l’avoir vue à de nombreuses reprises durant ses entraînements. C’était bon signe s’il l’avait déjà remarquée par le passé, très encourageant, même.

- Oula… Devrais-je aller chercher mon pedigri, inspecteur? Quelqu’un est avide d’avoir des réponses aujourd’hui… le taquina-t-elle, lui donnant un délicat coup d’épaule. Elle multipliait les contacts physiques innocents dans l’espoir qu’il comprenne assez rapidement qu’elle le trouvait charmant. Bon, totalement craquant était plus près de la description exacte dans sa tête, mais ce n’est qu’un infime détail parmi tant d’autres. Si tu tiens à le savoir, dit-elle en haussant les sourcils dans la direction de son compagnon, je suis née et j’ai grandi dans un domaine non loin de la capitale. D’ailleurs, j’espère que tu sais que je vais m’attendre à recevoir une quantité équivalente d’information à ton sujet, mon cher… Juste pour que tu saches. Pour ce qui est des maîtres… disons que la liste est un peu longue. Vois-tu, il est impossible de maîtriser toutes ces armes que nous avons sous le mentorat d’une seule personne…

Elle n’avait pas formulé sa phrase ainsi dans le but de se vanter. Simplement, elle n’avait aucunement envie de se mettre à détailler tous les chevaliers avec qui elle avait passé sa période en tant qu’écuyère, en plus des raisons pour lesquelles elle avait été jumelée avec chacun d’eux. Même pour un combattant comme Yahto, cela aurait été d’un ennui mortel. Ce n’était pas comme s’il ne connaissait absolument rien aux armes et à leur maniement. Il était sans doute en mesure de comprendre le besoin de choisir un maître en fonction de ses capacités, de façon à en soutirer le plus d’enseignement possible.

La fée ramena son baluchon devant elle, puis ajouta doucement : « Ais-je rempli mon quota pour savoir comment un lycan de ton… calibre, dit-elle en admirant le torse nu de Yahto sans se soucier de se faire voir, en est arrivé ici? » termina-t-elle en plantant son regard de jade dans les pupilles marrons de son camarade. « Je présume qu’il ne doit pas être évident d’obtenir le rôle de protecteur de notre princesse Aemi… encore moins de le garder. Il faut quand même un certain talent pour la tenir loin du danger. » Faisant la moue, elle admit : « Je dois toutefois avouer que je n’en connais pas autant sur toi que tu sembles en savoir à mon sujet, ce qui est décevant… J’espère que tu sauras remédier à cette situation. »

Elle lui fit un clin d’œil avant de se concentrer à nouveau sur le chemin devant eux. Ce n’était pas le moment pour elle de trébucher sur un caillou et planter face première par terre ou, encore, foncer dans la rambarde de pierres et perdre pied… quoique cela lui permettrait possiblement de se faire rattraper par… Non, non, non, c’était trop typique.

Trop absorbée par ses idées farfelues de romance, Lyn ne remarqua aucunement que des feuilles étaient venues faire leur nid dans ses cheveux après avoir été portées par le vent. C’est pourquoi elle sursauta légèrement au contact du guerrier royal et se retourna vivement pour voir ce qu’il venait d’enlever de sa chevelure. Elle tenta de faire comme si ce n’était rien de spécial, un moment banal, quoi. Cependant, à l’intérieur, elle avait l’impression que sa poitrine allait exploser tellement son cœur battait fortement. Elle était elle-même surprise de sa réaction. Avait-elle sous-estimé son attirance pour le beau jeune homme? Si tel était le cas, elle ne pouvait pas le laisser paraître. Elle n’avait pas l’habitude de ne pas mener dans le jeu de la séduction.

Elle détestait se l’admettre, mais c’était effrayant de mettre ses émotions à nu de la sorte, surtout quand on ne connait pas énormément l’autre personne. Sans mentionner que c’était normalement elle qui pouvait sentir les émotions des autres et diriger la situation en conséquence… et non l’inverse. À vrai dire, elle ne s’était jamais retrouvée dans une situation où un garçon lui avait sérieusement plu et Yahto semblait franchir cette barrière. Il avait ce je-ne-sais-quoi qui la détendait et la mettait en confiance, en plus de la faire sourire sans arrêt. Elle avait l’impression de toujours l’avoir connu, et ce, malgré qu’elle en sache encore très peu à son sujet. C’était sérieusement déroutant comme sensation.

La fée aux ailes rosées profita de la bifurcation de son compagnon pour prendre une bonne inspiration. Elle devait absolument se resaisir! Elle était la plus jeune chevalier de l’ordre d’Alombria, bon sang! Ce n’était pas le moment d’agir comme une gamine! Elle était une femme adulte, qui faisait simplement connaissance avec quelqu’un qu’elle avait rencontré dans les jardins, voilà tout. Elle reprit son air noble et se dirigea vers le lycan. Elle s’accroupit à ses côtés, déposant son baluchon sur ses cuisses. Elle déposa son bouquin par terre un instant, en attendant qu’elle installe sa couverture sur le sol. Contrairement à son camarade, elle n’avait pas l’intention de s’asseoir sur de l’herbe alors qu’elle portait des pantalons pâles. Elle tenait à les garder sans taches quelque temps encore.

Elle prit enfin place confortablement. Elle était en train de placer une mèche derrière son oreille quand Yahto la complimenta sur son apparence. Il savait vraiment comment se rendre tout droit à son cœur! Elle éclata de rire devant cette franchise. Il ne tournait pas autour du pot, en tout cas. Au moins, cela évitait de fausses attentes et confirmait ce qu’elle pensait déjà.

- Le moindre qu’on puisse dire, c’est que tu es honnête! Mais oui, on me l’a déjà dit. Elle soupira. Ce n’est pas toujours évident, surtout avec un horaire chargé comme le nôtre au sein de l’ordre… Toutefois, ce n’est pas impossible. Il suffit de vouloir mettre le temps et l’effort pour bien paraître et découvrir ce qui est pratique. Je ne vois pas pourquoi une femme devrait se satisfaire de se laisser aller simplement parce qu’elle est occupée, expliqua-t-elle du tac au tac. Vous pouvez vous compter chanceux, vous, les hommes! On ne s’attend à rien spécial de votre part. Votre vie est tellement plus simple à ce niveau.

La rigolade cessa quand il fut mention du livre qu’elle conservait dans ses mains. Il était vrai qu’elle y tenait particulièrement. L’adolescente le regarda et un voile de tristesse vint couvrir ses yeux. Elle serra le bouquin un peu plus fortement avec ses doigts, réfléchissant quant à la réponse qu’elle donnerait. Elle n’était pas certaine d’être prête à en parler; or, d’un autre côté, elle ne pouvait s’empêcher de penser que discuter avec quelqu’un qui n’avait pas d’idées préconçues à son sujet serait peut-être une chose positive. Après tout, le lycan était dans une position parfaite pour lui donner un point de vue somme toute neutre. Elle se doutait qu’il lui donnerait une opinion honnête, qui plus est. Elle se mordit la lèvre inférieure pendant quelques secondes.

- Je… Enfin, c’est… Je n’en ai jamais parlé à personne, donc tu es le premier à le savoir et j’apprécierais vraiment que ça reste entre nous. Je ne veux pas lancer des rumeurs. Elle observa son camarade afin qu’il l’assure que ce qui allait suivre demeurerait confidentiel. Il devait comprendre que c’était quelque chose de très sérieux pour elle. Il s’agit d’un manuel expliquant la procédure pour… couper les ailes d’une fée. Elle constata de la surprise et une once de consternation chez son interlocuteur grâce à son pouvoir d’empathie. C’est juste que… J’ai l’impression que mes ailes entravent non seulement mes mouvements jusqu’à un certain point, mais elles sont également une cible facile. Ces ailes, elles sont fragiles. Tu es un guerrier… Tu sais ce que c’est que de se retrouver au combat et l’importance d’avoir une mobilité maximale. Si son altesse Aemi se retrouvait en danger mortel, tu ferais tout en ton pouvoir pour la protéger, n’est-ce pas? Et si une partie de toi t’empêchait de le faire à pleine capacité, une partie dont tu peux facilement te débrouiller sans, hésiterais-tu à t’en départir? Je veux dire… historiquement, les fées de l’ordre avaient tendance à toujours se faire couper les ailes dès qu’elles poussaient à l’adolescence afin de ne pas les encombrer pendant une bataille. Ce n’est que depuis tout récemment qu’il est permit de les conserver. Je me renseigne donc sur le sujet, car je crains de laisser mon attachement émotionnel m’empêcher d’accomplir mon devoir de chevalier pleinement. Je ne vis pas pour moi-même, mais pour la protection du royaume… et je sais que sans ces ailes, je pourrais être encore plus efficace sur le champ de bataille.

Adelyn jouait avec le coin des pages, désormais nerveuse. Elle n’aimait pas afficher ses faiblesses, préférant de loin montrer tout ce en quoi elle excellait et à quel point elle pouvait être belle. Sans compter qu’elle regrettait avoir abordé un sujet aussi lourd lors d’une première rencontre. C’était un faux pas en matière de coeur. Elle ne serait pas surprise de voir le lycan déguerpir à grandes enjambées. Cependant, elle n’était pas prête à baisser les bras aussi facilement. Il lui restait une dernière carte à jouer afin d’essayer de capter son attention d’une façon plus légère, voire aguichante. Elle espérait lui faire oublier sa bourde pour que l’atmosphère entre eux retourne à quelque chose d’agréable. Dans le pire des cas, elle souhaitait pouvoir au moins le quitter en bons termes. Elle déposa son livre à côté de ses cuisses puis tapa ses mains ensemble. Elle se tourna vers Yahto, radieuse à nouveau.

- Ah, oui! Je te dois une démonstration, si ça te dit toujours!

Elle se sentie soulagée de le voir répondre à son sourire. Clairement, il était encore curieux de voir quel étrange don elle pouvait avoir. À penser qu’un petit oiseau était parvenu à le captiver à ce point… Le destin faisait drôlement les choses.

- Donne-moi ta main, le somma-t-elle. Quand il obtempéra, elle pris sa main entre les siennes, puis lui murmura, ferme les yeux un instant…

La fée se concentra de tout son être sur l’illusion qu’elle voulait amener à la vie. Elle créa une réplique de la terre de ses ancêtres, selon ce qui était transmis de génération en génération dans sa famille, ainsi que ses nombreuses lectures à ce sujet.

- Maintenant, regarde ta main…

Elle était fébrile de le voir ouvrir les yeux, apercevant un papillon dont les ailes étaient parsemées de bleu, de mauve et de noir. L’insecte s’envola et le garde du corps pu découvrir une forêt transparente, au travers de laquelle se trouvaient des fleurs extraordinaires. Celles-ci étaient plus grandes que tout ce qu’on pouvait trouver dans le royaume d’Alombria. Et que dire des couleurs… celles-ci étaient vibrantes, contrastant vivement avec le reste de la végétation qui semblait être faite de cristal. Rien n’avait été laissé au hasard, puisqu’on pouvait y entendre le bruit d’oiseaux exotiques à une distance quelconque, ainsi que la musique de certains insectes.

La pièce de résistance, cependant, ne se trouvait pas dans cette étendue de verdure inhabituelle. Le jeune homme pu le découvrir lorsqu’il voulut partager un commentaire à sa compagne… seulement pour se retrouver face à une inconnue. À vrai dire, la chevalière avait usé de son pouvoir de métamorphose pour prendre l’apparence d’une femme aux traits fins. Loin était cette demoiselle se faisant confondre avec un enfant. Elle avait maintenant des yeux bleus comme le ciel et des cils à en faire rêver n’importe quelle fille. Des écailles noires avec un reflet doré ornaient son front et ses pommettes. Ses cheveux se transformaient en nageoires noires, virevoltant dans le vent. Elle avait jumelé son don pour les illusions afin de remplacer ses vêtements par un tissu imitant sa chevelure fantastique. À la regarder, on aurait facilement pu croire qu’elle flottait dans une eau transparente, tant le mouvement de son accoutrement vaguait de façon magique. (Le look.)

Elle profita du choc du lycan pour lui caresser le visage, s’approchant dangereusement de lui. Elle blottit faiblement sa poitrine contre son torse musclé, détaillant son visage comme si elle découvrait une toute nouvelle créature merveilleuse. Elle était entièrement plongée dans son rôle se rapprochant de celui d’une sirène… Seulement, elle n’avait pas à chanter pour capturer toute l’attention de l’homme en face d’elle. Elle continua d’avancer, fermant lentement les yeux, et ce, jusqu’à ce que ses lèvres frôlent celles de son camarade.

Soudain, comme par chance, une bourrasque de vent semblable à celle de tout à l’heure se leva. La chevalière en profita pour se reculer brusquement, comme si la créature qu’elle était devenue avait été effrayée par le changement soudain de la température. Le paysage autour du couple se brisa en millions de morceaux et s’envola comme une poudre de diamants. Lyn appliqua le même effet à sa personne, remplaçant la poudre par des pétales noires et or, à l’image des écailles qu’elle avait sur son visage. Au bout de quelques secondes, tout était de retour à la normale. Yahto et elle se trouvaient à nouveau installés sur l’herbe dans l’enceinte du château qui leur servait de résidence.

Une fatigue de lisait toutefois dans les yeux de l’adolescente. Elle avait utilisé beaucoup d’énergie pour tout maintenir en place pour en mettre plein la vue à son nouvel ami. Elle fit mine de rien et replaça à son tour les cheveux du guerrier royal.

- Mon pouvoir… si tu ne l’avais toujours pas deviné, est celui de l’illusion.

Elle s’étira, puis imita la position de son compagnon, c’est-à-dire assise avec les mains derrière elle. La seule différence était qu’elle croisa les jambes, de quoi être un peu plus féminine. Elle observait les rares nuages qui défilaient dans le ciel.

- Cela me fait penser… tu dois bien avoir un petit quelque chose de spécial toi aussi, non? Nous avons assez parlé de moi… Raconte-moi ton histoire, comme je t’ai raconté la mienne, termina-t-elle en approchant légèrement sa main de celle du lycan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Lun 18 Avr - 13:27

Les jambes toujours allongées devant lui, Yahto regarda la jeune fée avec un air intéressé. Il l’observa de la tête aux pieds, se délectant visuellement de chaque détail qui ornait sa personne. Tout était parfait chez elle. Il avait rarement vu une fille aussi belle et c’était peut-être la première fois qu’il ressentait quelque chose d’aussi fort au premier coup d’œil. De l’amour? Peut-être pas. Ils ne se connaissaient pas, donc il ne pouvait pas dire que ce genre de sentiment était réellement présent. Mais une grande attirance physique… oh ça oui. Était-ce ça le coup de foudre? Il ne pouvait le dire clairement, puisqu’il ne l’avait jamais ressenti auparavant.

Aux propos de la jeune femme, Yahto fronça des sourcils. Qui avait-il donc de si secret pour qu’elle ne veuille parler de son livre à personne? D’un air à nouveau intéressé, le guerrier lycan replia ses jambes et opta pour une position « en indien », puis il hocha la tête afin de lui confirmer qu’il garderait cette discussion pour lui-même. Elle pouvait lui faire confiance, jamais il ne répéterait ces informations si importantes pour elle. Les propos d’Adelyn qui s’en suivirent le surprirent au plus haut point. Retirer ses ailes? Mais pourquoi? Ces délicates membranes cristallines au teint de fleurs de printemps étaient une véritable œuvre d’art en soi. Pourquoi vouloir retirer ce qui faisait d’elle une fière représentante de sa race? Elle expliqua la raison pour laquelle elle songeait à les faire extraire, et ce, non sans une pointe de gêne évidente, voir-même de regret. Hochant de la tête, le lycan écouta chaque propos avec attention. Bien sûr, il comprenait pourquoi elle désirait le faire. Comme elle l’avait si bien mentionné, il était lui-même guerrier et il devait ne démontrer aucune faiblesse en combat, sous peine de voir celle-ci se faire exploiter. La comparaison qu’elle fit avec une situation potentiellement dangereuse pour Aemi le toucha particulièrement. Oui… s’il devait se couper un bras pour sauver la princesse, il le ferait sans la moindre hésitation. Mais ici, ce n’était pas la même chose. Son bras lui était utile… Il ne s’en départirait pour aucune raison SAUF si la situation l’imposait. C’était la même chose pour elle. Néanmoins, il garda l’esprit ouvert et l’écouta jusqu’au bout, sans ne poser le moindre jugement.

Un silence envahit les environs pendant un bref instant et Adelyn joua nerveusement avec les pages de son livre. Avait-elle peur qu’il ne la trouve plus aussi belle? Avait-elle peur de le rebuter? En fait, c’était tout à fait le contraire. Yahto admirait la force avec laquelle elle était prête à se débarrasser de quelque chose qui lui était aussi cher, et ce, dans le but évident de simplement servir sa patrie. Mais étant un homme honnête, il avait envie de lui partager ses pensées.

- Je peux être honnête? demanda-t’il. Je ne vois pas la nécessiter de se débarrasser de tes ailes. Ne te méprends pas, je comprends la raison pour laquelle tu hésites à le faire. Mais tu sais, si tu apprends à bien exploiter tes faiblesses, tu seras invincible. Et si tu voyais tes ailes comme une force plutôt que comme une cible à détruire? Tu peux voler grâce à elle. Oui, elles sont délicates – et sublimes, soit dit en passant. Mais elles font partie de toi. Elles sont, en quelque sorte, ton identité et ton appartenance à ta race. Si je ne pouvais plus me métamorphoser en bête, je deviendrais fou. Ne crois-tu pas que cela pourrait être similaire pour toi? Et si tu apprenais à les utiliser en combat? En modifiant ta façon de te défendre et en exploitant l’immense chance que tu as d’avoir des ailes, tu deviendrais rapidement plus que redoutable et la peur te quitterait rapidement. À moins que tu ne réalises à quel point elles te diminuent, je te dirais de les garder. Sans elles, tu seras peut-être plus agile… mais tu passeras à côté d’une belle façon de pouvoir considérablement t’améliorer. C’est simplement une opinion, tu en fais ce que tu veux.

Un sourire de compassion trônait sur ses lèvres. Il était évident qu’elle avait du mal à se décider et il comprenait pourquoi. Mais peu importe l’issu de son dilemme, il savait qu’elle prendrait la meilleure décision pour elle-même. Baissant la tête vers le sol, il retira un long brin d’herbe et le fit rouler entre ses doigts. Il espérait ne pas l’avoir offensée, mais il était comme ça : il avait besoin d’être transparent et de dévoiler le fond de sa pensée… même si, dans bien des cas, il avait subi les remontrances de la famille royale pour l’avoir fait. Un claquement de main le sortit de ses pensées. Adelyn avait maintenant un air radieux, ce qui fit sourire le lycan à nouveau. Elle lui demanda s’il était encore partant pour une démonstration de son pouvoir d’illusion et pour toute réponse, il hocha de la tête en gloussant. C’était que son air joyeux de gamine lui plaisait particulièrement.

Elle lui demanda de tendre une main et il s’exécuta sans la moindre hésitation. La chevalière prit donc sa main droite dans les siennes et le contact de leur peau lui soutira un nouveau sourire. D’une voix douce, elle lui demanda de fermer les yeux. Il obtempéra, un doux frisson lui parcourant l’échine. Bon sang, ça faisait un bail maintenant qu’une fille ne lui avait pas fait autant d’effet. Certes, il avait eu quelques aventures avec des servantes dont le charme ne le laissa pas indifférent, mais à ce point? Dès qu’Adelyn lui fit signe, Yahto ouvrit les yeux et fut surpris de voir un immense papillon bleu aux reflets irisés au creux de sa main maîtresse. Étant expressif de nature, le guerrier ne put cacher l’étendue de sa fascination. Il leva doucement la main pour essayer de voir l’insecte de plus près, quand ce dernier s’envola dans un mouvement fluide et d’un réalisme sans pareil. Ce n’est qu’au moment où il suivit du regard le lépidoptère qui virevoltait dans les airs qu’il constata que le décor tout autour avait complètement changé. Disparu la cour intérieure du château! À la place se trouvait une forêt enchanteresse aux immenses fleurs de cristal. Tous ces reflets! Toutes ces couleurs chatoyantes et vibrantes de vie! Était-ce la fameuse forêt originelle des fées? Il en avait entendu parler dans les livres d’histoires qu’Aemi lui lisait par moment!

Le souffle coupé, le lycan se releva doucement et tourna lentement sur lui-même, désirant tout voir, tout connaître. Son cœur battait si fort devant tant de beauté! Il ne savait plus quoi dire, quoi penser. Il voulait réellement voir cet endroit! Sentir l’odeur de cette forêt, découvrir le moindre racoin. Alors qu’il pivotait toujours sur lui-même, il se retourna pour faire face à sa compagne féérique et sursauta en constatant qu’elle n’était plus là. Il détaillait de son regard marron aux couleurs dorées une créature qui lui était totalement inconnue. Ses traits étaient fins et ses yeux d’un bleu azur, surmontés de cils longs et fournis. Ses cheveux étaient en fait des nageoires couleur ébène et son visage était orné de fines paillettes d’or et d’obsidienne. Ses vêtements semblaient être en fait le prolongement de sa chevelure fantastique et voguaient doucement tout autour d’elle. La créature flottait dans un étang transparent et omniprésent. Yahto l’observa avec un air plus que fasciné. Il avait du mal à décrire ce qu’il ressentait tant c’était puissant. La bouche ouverte, il voulut dire quelque chose, mais aucun son ne jaillit se bouche.

Dans un mouvement fluide, elle s’approcha de lui et lui caressa la joue. Le garde du corps d’Aemi était totalement sous le charme et ferma les yeux un instant, grisé par ce simple contact. La créature vint se blottir contre son torse et sans même pouvoir se contrôler, il passa tout naturellement un bras autour de sa taille. Elle semblait détailler chaque trait de son visage et Yahto luttait pour ne pas l’embrasser sur le champ. Doucement, elle approcha ses lèvres des siennes jusqu’à ce qu’un frôlement à peine perceptible se fit ressentir. Alors qu’il s’avança à son tour afin de pouvoir réellement l’embrasser, une bourrasque de vent retentit, incitant la damoiselle à se reculer d’un coup et rompant tout contact par le fait même. La drôle de jeune femme sembla être soudainement effrayée, ce qui perturba le jeune homme. Puis tout se rompit en un million d’éclats effervescents. La créature s’effrita en une myriade de pétales d’or et d’onyx et le tout fut emporté par le vent, laissant maintenant Yahto debout, dans la cour interne du palais. Ce dernier dut cligner des yeux à plusieurs reprises afin de reprendre contact avec la réalité et ce n’est qu’alors qu’il remarqua de nouveau la présence de la fée qui semblait exténuée et satisfaite à la fois. Dans un mouvement lent, il reprit place au sol devant elle et laissa voguer cette image fantastique dans son esprit l’espace de quelques instants. Il opta à nouveau pour sa position initiale, soit les jambes allongées devant lui et appuyé sur ses mains derrière lui.

Adelyn s’approcha ensuite de lui et replaça quelques mèches de cheveux dans un mouvement délicat, précisant que son don était donc celui de l’illusion et elle vint s’installer près de lui, dans une position très similaire.

- C’est… époustouflant, fit-il en un souffle. Je… je ne sais quoi dire de plus. Cet endroit que tu m’as montré? Est-ce que c’est la forêt de tes ancêtres? Et… et cette créature, qu’est-ce que c’était?

Un léger silence retomba ensuite alors que la fée observait le ciel. Elle lui demanda ensuite de parler de lui, désirant visiblement en savoir davantage, elle-même. Le rythme cardiaque du guerrier redescendit enfin à une vitesse plus normale et il sourit à son tour. Oh il n’y avait pas grand-chose à dire.

- Mon histoire est un peu particulière, commença-t’il en regardant le ciel à son tour. Je suis né esclave. En fait, j’ai été créé dans un élevage, au nord de Shola. L’Élevage des Terres du Nord, plus précisément. Une magicienne du nom de Laïssa y produit des lycans servant de gardes du corps, de guerriers et de chiens de garde. Ma mère y est une reproductrice. Je n’ai d’ailleurs jamais connu mon père et je n’ai aucune idée si j’ai des frères et sœurs plus vieux ou plus jeune puisque Laïssa lui retire systématiquement chacun de ses enfants dès qu’ils ont l’âge minimal pour se débrouiller. C’est horrible n’est-ce pas? Puis il poussa un soupir. Yahto ne parlait jamais de son passé. Même pas à Aemi. Il avait toujours l’air joyeux et amusé, mais parler de sa mère le rendait morose et assombrissait son humeur. Toutefois, allez savoir pourquoi, il avait envie d’en parler à Adelyn. Donc, le jour où Aemi est née, Laïssa m’a séparé de ma mère. J’avais 6 ans. Elle m’a emmené au palais dans le but d’offrir ses hommages au roi Virtuas – qui était prince à l’époque – et m’a offert en cadeau pour la princesse. J’étais destiné à être son garde du corps. Je me rappelle encore de la scène comme si c’était hier. J’avais cette chaîne autour du cou et elle tirait si fort pour que je lui obéisse. Ce genre d’objet servait à la strangulation pour forcer l’esclave à faire ce qu’on lui demandait, précisa-t’il. Virtuas m’a accepté au sein de son palais. Il a tout de suite demandé à ce qu’on me retire ce collier et m’a effectivement assigné à la tâche de garder Temperance. La famille royale… ils m’ont tous traité en ami, pas en esclave. Je leur dois beaucoup. Depuis ce jour, je ne quitte plus – ou presque – les côtés de la princesse. Je suis techniquement un homme libre, mais mon cœur me dicte de lui être loyal. C’est inné chez moi.

Tournant son regard vers elle, il esquissa un sourire, puis opta à nouveau pour une position « en indien » qui était, somme toute, plus confortable pour lui. Du bout des doigts, il effleura la main de la jeune femme, appréciant le doux contact de sa peau. Il ne se demanda même pas si elle aimerait cette forme de proximité; il agissait purement par instinct. Après tout, étant très sensible aux énergies que dégageaient les gens (comme tout bon canidé), il ressentait bien que son attirance était réciproque. Prolongeant son contact, il glissa le bout de ses doigts sur l’avant-bras de la fée et avait en tête une envie de se rapprocher d’elle. Toutefois, il ne put agir selon son gré, car des servantes passèrent près d’eux en gloussant comme deux petites poules excitées. Elles saluèrent vivement Yahto et s’éloignèrent en lui jetant des regards rapides. Le lycan prit la peine de leur sourire – pour la forme – puis réalisa à quel point ils étaient à découvert. Une idée lui traversa alors l’esprit. Se saisissant de la main de la jeune femme, il se releva et l’incita à l’imiter. La journée était bien entamée et il avait envie de lui montrer un endroit qu’il prisait particulièrement.

- Tu as envie que je te montre quelque chose? lui demanda-t’il. Juste à l’extérieur des murs du palais, il y a un endroit que j’aime par-dessus tout. J’y vais quelquefois pour faire le vide. Si tu acceptes, je t’y conduis? Ce n’est pas aussi sublime que cette forêt de cristal que tu m’as montré, mais ça possède un certain charme malgré tout!

Il ponctua ses propos d’un clin d’œil et fut ravi de constater qu’Adelyn acceptait. Ledit lieu se trouvait certes à l’extérieur des murs du palais, mais ce n’était pas très loin.

- Toutefois, je te préviens, l’intérêt de l’endroit est d’y aller au crépuscule. Je te rassure, nous ne serons pas très loin du palais, donc s’il y a quoi que ce soit, nous pourrons très aisément revenir sur nos pas. Je te suggère donc la chose suivante : rejoins-moi aux grandes portes d’ici une heure. Ça te va?

Sur ce, le guerrier se pencha puis apposa un rapide baiser sur la joue de la fée. Il tourna ensuite les talons et s’avança vers le palais, les mains dans les poches. C’était, en quelque sorte, un rancart!

*******************************************

Yahto profita de son heure de liberté pour prendre un bain et revêtir un truc plus convenable. Il enfila donc un pantalon de cuir marron, une tunique marine et boucla le tout à sa taille avec une ceinture foncée. Pendant un bref instant, il se demanda s’il était obligé d’enfiler des bottes… il détestait sentir pieds coincés dans ces vêtements qui, selon lui, n’étaient en rien nécessaire. Mais il se remémora les « remontrances » que Temperance lui avait faites alors qu’il s’était déjà pointé nus pieds à un rendez-vous important. Non sans une mine boudeuse, le garçon les enfila donc et replaça très sommairement ses cheveux en bataille… Bon… sa chevelure restait récalcitrante, mais il n’y pouvait rien. Sortant de sa chambre, il tomba nez à nez avec une servante qui lui tendait un panier en osier rempli de bonne chose. Rachel avait eu la gentillesse de passer sa commande pour lui, puisqu’il n’avait pas envie d’affronter Rosalya. Il remercia la jeune femme puis il se mit en route.

Une fois aux grandes portes, il attendit quelques minutes et sa mine s’éclaira en voyant Adelyn s’approcher de lui. Elle était magnifique… comme toujours, il semblerait.

- Je suis ravi que tu sois là, fit-il. Une servante nous a préparé un encas, au cas où on aurait faim, ajouta-t’il en désignant le panier-repas.

Puis le duo se mit en route. Ils marchèrent sur un sentier de terre battue pendant quelques minutes, jusqu’au moment où Yahto s’arrêta. Notant du regard un immense chêne tordu sur sa droite, il invita la fée à le suivre dans sa marche hors sentier. Poussant les branches de sa main, il s’assura que la chevalière puisse le suivre avec aisance parmi les fourrés. Leur progression perdura de courtes minutes, puis il s’arrêta enfin… devant un immense étang. Ce dernier était à ciel ouvert et la multitude de couleurs du soleil couchant se reflétaient sur ce dernier comme un miroir. Une légère brise flottait dans l’air, jouant furtivement dans leurs cheveux. Yahto posa le panier au sol et se retourna vers Adelyn avec un sourire. Cet endroit, il l’adorait. Il s’était d’ailleurs promis, un jour, de le faire découvrir à Aemi. L’eau de l’étang reflétait des couleurs chatoyantes, passant du bleu, au violet, à l’orangé et au rose tendre.

- C’est mon endroit préféré, expliqua-t’il doucement. C’est si tranquille. Mais attends, ce n’est pas terminé.

La forêt était très sombre maintenant. Le lycan s’avança plus près de l’étendue d’eau et glissa doucement son bras sur les herbes hautes. Des milliers de petites lumières blanches s’allumèrent simultanément. Les lucioles s’envolèrent doucement, voguant dans l’air et imitant à la perfection une nuée d’étoiles terrestres. Lentement, Yahto revint auprès d’Adelyn avec un sourire aux lèvres.

- Alors, fit-il d’une voix un peu plus basse. C’est pas mal, n’est-ce pas? Comme je l’ai dit un peu plus tôt, l’endroit est sublime une fois au crépuscule et possède beaucoup de charme… à l’instar de la fée qui se trouve devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Mer 27 Avr - 17:14

La chaleur du soleil lui faisait du bien, elle qui était fatiguée après avoir utilisé autant de magie simultanément. C’était, toutefois, une bonne fatigue. Un sourire trônait sur son visage; son illusion avait causé encore plus d’émerveillement qu’elle ne l’avait pensé initialement. Elle ressassait les dernières minutes dans son esprit, revenant toujours au moment où Yahto l’avait prise par la taille. Elle avait senti son corps entier prendre vie à ce délicat contact, ce qui était entièrement nouveau pour elle. Ça n’avait rien à voir avec les flirts occasionnels auxquels elle s’était adonnée par le passé.

- Ce l’était… selon la façon dont je me l’imagine.

La fée esquiva aisément la question sur ladite créature à laquelle le lycan faisait référence en levant ses yeux vers le ciel. Elle voulait conserver ce moment dans sa mémoire tel qu’elle l’avait vécu. Peut-être qu’une partie d’elle craignait-elle que son compagnon change son opinion s’il savait que ce n’avait pas été le fruit d’une illusion, seulement une adolescente désirant goûter au fruit défendu. De toute façon, un peu de mystère ne faisait pas de mal à personne, n’est-ce pas?

La béatitude s’envola du visage de la chevalière une fois que le guerrier royal entama son récit. Elle posa des yeux emplis de compassion sur le jeune homme à ses côtés; elle ne se doutait pas qu’il ait commencé sa vie avec une chaîne autour du cou. Elle devait se battre contre l’envie de le prendre dans ses bras. Elle trouvait admirable qu’il ait pu devenir une personne aussi courageuse, loyale et authentique malgré ses premières années difficiles.

- Très horrible… lui répondit-elle dans un murmure.

Elle laissa Yahto terminer son histoire, qui reprenait une note d’espoir vers la fin. Elle admirait le lien unissant le guerrier royal et sa protégée. Il ne faisait aucun doute qu’il avait un bon coeur. Parallèlement, la chevalière n’était que plus fière encore de servir son royaume en apprenant la façon dont le monarque Virtuas avait refusé qu’on laissa la chaîne au cou à ce jeune louveteau. C’était le genre d’histoire qui lui confirmait qu’elle avait choisi le bon chemin et qu’elle ne protégeait pas ce royaume en vain.

Soudain, un frisson parcouru le corps d’Adelyn. La sensation électrifiante avait fait son chemin à partir de ses doigts. Elle mordit sa lèvre inférieure, sachant qu’il s’agissait de cajoleries provenant de son compagnon. Elle savoura l’excitation qui montait en même temps que le contact de sa main. Ils faisaient du progrès…

… Jusqu’à ce que des servantes viennent ruiner le moment. Le sourire de l’adolescente se crispa légèrement à la vue de ces dames dont elle se serait bien passé.

- Semblerait-il que tu as des admiratrices, mon cher…

À cet instant, le lycan l’invita à se lever en lui prenant la main. Oh, elle n’allait certainement pas se faire prier. Elle était enchantée à l’idée de découvrir cet endroit qu’affectionnait particulièrement le jeune homme. On pouvait voir l’enthousiasme briller dans ses yeux. Sans mentionner que son coeur s’emballait à l’idée d’être seule avec lui dans ce lieu spécial. Heureusement que les émotions du garde du corps résonnait en elle; ainsi, elle n’avait pas à craindre qu’il l’amène dans un recoin bidon en croyant qu’elle était une fille facile. Et que dire de ce clin d’oeil? Son coeur avait clairement sauté un battement.

- Ce serait un honneur de t’y accompagner, donna-t-elle en guise de réponse, rayonnante. Elle trépidait déjà intérieurement à l’idée de son premier rancart avec le guerrier. C’était, du moins, la façon dont elle voyait les choses.

Elle fronçât des sourcils lorsqu’il tenta de la mettre à l’aise en précisant que l’endroit secret à proximité du château. Était-elle sensée être effrayée de se promener hors de l’enceinte du palais au coucher du soleil? Yahto devait avoir oublié à qui il s’adressait.

- Je te rappelle que je suis chevalier, mon chou. Ce n’est pas une petite marche au crépuscule qui va m’intimider… Elle lui lança un sourire amusé. C’était quand même mignon qu’il essaie de la rassurer que c’était sans grand danger. Donc, les grandes portes dans une heure; c’est noté!

Elle voulut lui rendre son clin d’oeil, mais il fut plus rapide qu’elle à déposer un baiser sur sa joue. Elle se figea un instant et sentit le rouge lui monter aux joues. Et voilà qu’il la laissait là après ça? Elle cligna des yeux quelques fois pour reprendre contenance. Il savait définitivement ce qu’il faisait, ce bourreau des coeurs. Oh, il n’y avait pas un instant à perdre! Elle devait aller se préparer. Elle avait l’intention de lui en mettre plein la vue, et ce, sans avoir recours à ses pouvoirs.

Elle s’envola en direction de l’aile des chevaliers, question de gagner du temps. Il s’agissait là, d’ailleurs, un des avantages de toujours avoir ses ailes. Son camarade avait raison, ce n’était pas entièrement négatif.
- - - - - - - - - -

À la hâte, Lyn parcourait les différentes tenues suspendues dans sa garde-robe. Elle n’avait pas une minute à perdre si elle désirait être fin prête pour sa rencontre avec son «prince charmant». Elle savait exactement quel ensemble elle désirait porter pour paraître d’autant plus sublime à la tombée du jour. Elle avait fait confectionner une courte robe de coton blanche, par-dessus laquelle était cousue une épaisseur de dentelle. Les manches étaient longues et la dentelle dépassait jusqu’à la moitié de ses mains, ainsi qu’un peu au niveau de la jupe. Si on l’avait regardée étrangement à demander quelque chose d’aussi court, l’adolescente en avait fait fi. Elle était une combattante et voulait un vêtement d’allure noble qui irait facilement de paire avec des pantalons. Ce fut d’ailleurs son plan de conserver les pantalons beiges qu’elle avait enfilé après son entraînement.

Elle cria de plaisir à mettre la main sur la robe convoitée. Elle s’empressa de changer sa tunique pour ce vêtement de couleur immaculée. Elle troqua également ses chaussures pour des bottes en cuir. Elle ne savait pas exactement où elle irait; or, elle ne voulait prendre aucune chance. Elle agrippa une fine chaîne en or au passage en guise de ceinture délicate.

Sur sa vanité, elle prit une framboise entre ses doigts pour l’écraser et utiliser le liquide sucré afin de colorer ses lèvres. Après tout, cette soirée ne méritait-elle pas une petite touche spéciale? Et, qui sait, peut-être aurait-elle le plaisir de partager le goût sucré avec son beau lycan?

La fée porta inconsciemment une main à sa joue, n’ayant aucun contrôle sur son sourire. Elle sentait encore des papillons dans son estomac quand elle repensait au baiser rapide de Yahto avant qu’il ne parte de son propre côté. Un rire cristallin se fit entendre dans la pièce, la chevalière se sentant comme une gamine à l’intérieur. Elle tourna un peu sur place, tenant l’ourlet de sa robe, avant de se remettre à sa toilette. Doucement, elle défit le ruban qui tenait son chignon en place. Ses longs cheveux dorés cascadèrent en de somptueuses boucles volumineuses dans son dos. Elle y passa un coup de peigne, faisant attention de ne pas trop tirer. La dernière touche à son ensemble fut une cape d’un bleu saphir légèrement plus courte que sa robe, ayant quelques détails dorés, dont son attache en forme de feuille. Le morceau de tissu avait deux fentes à l’arrière pour ses ailes.

Trépidant d’impatience intérieurement, la jeune femme pris la route vers le point de rencontre. Elle afficha une mine surprise et ravie à la vue du lycan habillé de la tête aux pieds, cette fois. Elle donna quelques coups d’ailes en sautillant pour franchir la petite distance qui les séparait encore. Elle répondit au sourire de son compagnon, étant visiblement aussi charmée que lui.

- Tout le plaisir est le mien. affirma-t-elle, puis elle jeta un coup d’oeil à la tunique et aux bottes. C’est tout un honneur. Je tiens à t’informer que je compte profiter pleinement de cette rare occasion de te voir affublé de bottes! C’est une vue bien plaisante, dois-je admettre, d’ailleurs… Et merci pour le casse-croûte, c’est gentil d’y avoir pensé. Allez, montre-moi le chemin, homme!

À savoir pourquoi, elle aimait bien le taquiner. Elle savait qu’elle n’avait pas à être sérieuse en tout temps en sa compagnie et qu’elle ne serait pas jugée négativement à cause de cela. De plus, étant plutôt d’humeur cajoleuse, elle passa son bras autour du sien le temps qu’ils faisaient leur bout de chemin sur la terre battue. Ni un, ni l’autre ne semblait ressentir le besoin de parler en cet instant. Lyn ne rompit le contact que lorsqu’il l’invita à le suivre dans la forêt.

- Est-ce là que je dois commencer à m’inquiéter à propos de tes intentions et à penser à mes chances de survie? Elle haussa les sourcils alors qu’elle emboîtait le pas à son camarade.

La chevalière n’avait rien contre l’idée de quitter le sentier, mais elle trouvait inhabituel de se faire guider au travers de la broussailles pour un premier rendez-vous. C’était un choix particulier et elle se demandait bien sur quoi ils déboucheraient. Elle apprécia toutefois la galanterie du lycan, qui faisait bien attention de lui faciliter la marche autant que possible. Elle aimait bien qu’on s’occupe un peu d’elle.

Adelyn eut le souffle coupé lorsqu’elle put enfin poser le regard sur l’étendue d’eau qui reflétait toutes les couleurs du soleil couchant. Elle s’immobilisa où elle se tenait pour absorber toute la beauté de la vue qui s’offrait à elle. C’était tout aussi sublime, si ce n’était plus encore, que n’importe quelle illusion qu’elle pouvait créer.

- L’endroit est magique, Yahto…

Elle comprenait aisément pourquoi ce dernier affectionnait particulièrement ce lieu. Il y avait peu de bruit et la brise caressait leurs visages en jouant avec leurs chevelures. On avait l’impression que rien d’autre n’existait au monde. Elle était reconnaissante que le garçon ait décidé de partager cet endroit avec elle. Elle le suivit avidement des yeux quand il mentionna qu’il avait davantage de choses à lui montrer. Elle fut émue à la vue du nombre infini de lucioles qui s’envolèrent au toucher du guerrier. Elle ne savait même plus comment répondre au compliment qu’il lui fit. Elle n’aurait jamais pensé qu’il existait un site captivant à ce point si près du château et qu’elle n’y était jamais allée. La fée voulait engraver tous les moindres détails dans sa mémoire afin de les reproduire plus tard. Il lui fallut un moment avant de rompre le silence.

- Je suis sans mots… C’est d’une splendeur époustouflante!

La jeune femme s’approcha du lycan et lui prit la main afin de l’attirer doucement vers elle. Elle plaça son autre main sur sa taille puis, après lui avoir jeté un bref regard rayonnant, se mit à le guider dans une valse envoûtante dans les hautes herbes. Les lucioles s’envolaient sur leur passage et tourbillonnaient autour d’eux. Leurs pas étaient lents au départ mais, graduellement, Adelyn augmenta la vitesse au fur et à mesure que son partenaire prenait de l’assurance dans ses mouvements. Elle se doutait qu’il ne devait pas souvent avoir l’opportunité de danser de la sorte à la cour, et ce, même s’il était le garde du corps attitré de la plus jeune princesse. Elle se laissa éventuellement porter par ses mouvements; il n’avait pas tardé à comprendre le principe. Elle savourait leur proximité l’un de l’autre et se permit de fermer les yeux un moment, la tête déposée sur le torse du guerrier royal.

Puis, il la fit tourner sur elle-même. La fée ne s’y opposa en rien, voire qu’elle riait sans retenue. Elle s’abandonnait entièrement au moment. Elle utilisa le mouvement de retour pour soudainement se lancer dans les bras de Yahto, usant de ses ailes pour arriver la tête à la hauteur de la sienne. Elle plongea son regard dans le sien et passa les bras autour de son cou. Elle admirait le reflet du crépuscule et des lucioles dans les yeux marrons du lycan. Elle pourrait s’y perdre longtemps. Elle éloigna des mèches du visage de son compagnon et laissa sa main glisser dans sa chevelue d’ébène. Comment leurs chemins avaient-ils pu ne pas se croiser avant maintenant? Lentement, elle se pencha jusqu’à déposer ses lèvres contre les siennes. Elle resserra sa poigne dans les cheveux au niveau de la nuque de son partenaire, puis enroula ses jambes autour de sa taille pour l’aider à mieux la soutenir. Elle se perdit dans ce baiser. Elle mordilla la lèvre inférieure de Yahto, lui intimant d’ouvrir la bouche pour que sa langue y glisse à l’intérieur.

Elle se noya dans cette volupté charnelle. Il répondait à chacune de ses avances avec la même passion qu’elle lui montrait. Elle peinait à s’arrêter pour reprendre son souffle, mais ne tardait jamais à retrouver ces lèvres si chaleureuses que lui offrait volontiers le guerrier. Adelyn croyait perdre la raison tant son toucher électrifiait chacun de ses sens. Elle serra ses jambes encore plus fort autour de lui, se foutant bien de lui ébouriffer les cheveux également. Par la suite, elle se mit à le couvrir de baisers sur le menton, le long de sa mâchoire puis descendit jusque dans son cou.

- Il n’y a pas que cet endroit au crépuscule qui est plein de charme... fit-elle en murmurant à ses oreilles. Enfin, elle déposa son front contre celui de Yahto, les yeux clos, essayant tant bien que mal de ne pas l’embrasser de nouveau.


Say you’ll remember me
Standing in a nice dress, staring at the sunset, babe
Red lips and rosy cheeks
Say you’ll see me again
Even if it’s just in your wildest dreams


Wildest Dreams - Taylor Swift


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Ven 29 Avr - 21:15

Un sourire trônait sur ses lèvres fines. Il était plus qu’heureux d’avoir pu impressionner la jeune fée de par cet endroit qu’il affectionnait particulièrement. Évidemment, ça n’avait rien à voir avec la végétation cristalline qu’elle lui avait montré quelques heures auparavant, mais ce n’était pas si mal en soit. Doucement, Adelyn se saisit de sa main et l’attira vers elle. Le lycan se laissa mener sans la moindre hésitation suivant les pas de danse qu’elle tentait de lui enseigner. En fait, la valse était l’une des rares danses qu’il connaissait. En fait, en tant que princesse bien élevée, Aemi se devait de connaître la valse pour les moments où elle se rendrait dans des festivités de la haute société. Ainsi, Yahto avait dû jouer les partenaires à plusieurs reprises. Néanmoins, un petit rafraîchissement de la mémoire ne lui ferait pas de tort. Il mit un instant à se remémorer les pas, puis lentement, prit de l’assurance. Après quelques minutes, il décida de reprendre les rennes et de mener lui-même la cadence, comme le voulait la valse traditionnelle. Combien de fois s’était-il fait dire « Non Yahto! Lors de la valse, c’est l’homme qui doit guider, pas le contraire! » tout simplement parce qu’il manquait d’assurance? Maintenant, il assumait totalement son rôle et la guida dans des pas gracieux. Sur leur passage, une myriade de lucioles prirent leur envol, donnant des airs magiques à la scène.

Dans un mouvement circulaire, il fit pivoter sa partenaire sur elle-même et, heureusement, celle dernière s’obtempéra en riant aux éclats. Puis, elle profita du mouvement de retour pour battre des ailes et se jeter directement dans ses bras. Yahto la cueilli sans peine – elle était légère comme une plume –, savourant leur proximité soudaine. Elle en profita pour passer ses bras gracieux autour de son cou et pendant un bref instant, Yahto se perdit dans ce regard pétillant de joie de vivre. Elle était magnifique… ni plus ni moins. Il savoura la caresse de ses doigts dans sa chevelure d’ébène et il en profita pour humer son parfum de lavande si invitant. Chacun de ses sens était stimulé, éveillé, voire en ébullition. Certes, il avait déjà eu quelques liaisons par le passé, mais aucune n’avait été aussi forte que celle qu’il s’apprêtait à vivre. Surtout en si peu de temps. Afin de mieux la supporter, il glissa ses mains sous les fesses de la jeune femme et accueilli ses lèvres au goût de framboise sans se faire prier. Tout ça était si grisant et il savoura chaque instant. Les jambes d’Adelyn vinrent se nouer autour de sa taille et Yahto pencha volontairement la tête vers l’arrière, suivant le mouvement que voulait lui donner la jeune femme en tirant doucement sur ses cheveux. Il ferma les yeux un instant, ouvrant la bouche pour accueillir la langue de son amante avec un délice non dissimulé. Leur baiser fut passionné, leur langue mutuelle valsant l’une contre l’autre avec un plaisir bien assumé.

Soutenant la fée avec sa main gauche, il caressa son dos de l’autre, puis sa taille et ses hanches. Il n’avait aucun mal à sentir les courbes féminines ainsi que la chaleur de cette dernière à travers le tissu luxueux en dentelle. Plus leur contact charnel se prolongeait, plus la passion augmentait. Yahto avait cette nette impression qu’il était en train de perdre le contrôle de lui-même tant l’excitation le gagnait. Il pouvait clairement dire, sans aucun doute, qu’aucune femme ne l’avait allumé de la sorte avec si peu. Chaque touché, chaque contact était comme une décharge d’énergie. La fée lui embrassa le menton, puis la ligne de sa mâchoire et s’attarda sur son cou, ce qui l’alluma au plus haut point. Son souffle était court et suivait le même rythme que celui de sa partenaire. Puis, elle se redressa de nouveau et colla son front au sien en murmurant quelques paroles qui le fit sourire.

- J’ai du mal à croire que nous n’avons pas fait connaissance avant aujourd’hui, souffla-t-il. Comment aies-je pu passer à côté de toi si souvent sans prendre la peine de t’aborder? Je me rends compte aujourd’hui que c’était une grossière erreur.

Sur ses paroles, il captura à nouveau ces lèvres délicieuses sur les siennes, glissant sa langue auprès de celle d’Adelyne. Sa main libre alla se nicher sur la nuque délicate de la fée afin de l’attirer davantage vers lui. Sous le bout de ses doigts, il pouvait clairement sentir les frissons qui la parcouraient, la faisaient vibrer au même rythme que lui. Les jambes toujours nouées autour de sa taille, Yahto songea au fait qu’elle devait clairement sentir toute l’étendue de son désir pour elle. Au moins, ça avait le mérite d’être clair! Doucement, Yahto opta pour une position assise au sol incitant la jeune femme à s’installer sur lui, face à lui et les jambes toujours enroulées autour de sa taille. Ainsi installé, il avait maintenant les deux mains libres.

Sa bouche quitta enfin les lèvres alléchantes de sa partenaire pour s’aventurer sur sa gorge. De ses mains habiles, il s’attaqua doucement aux attaches qui retenaient cette robe immaculée tout en s’assurant de ne pas abimer le délicat tissu. Les mouvements d’Adelyn l’encouragèrent à poursuivre sa démarche, car visiblement, elle était tout aussi grisée que lui. Une fois qu’il eut raison des fines cordelettes qui retenaient le tout, il détacha sa bouche de sa peau délicate et fit glisser cette courte robe sur ses épaules frêles. Le morceau de vêtement quitta enfin son buste, puis glissa à sa taille, dévoilant ses courbes tant convoitées. Yahto prit quelques instants pour admirer son amante du moment, puis un sourire quasi amoureux naquit sur ses lèvres. Il caressa cette taille fine du bout des doigts, puis embrassa de nouveau les lèvres douces de la fée. Le garde du corps sentit ensuite les mains d’Adelyn se saisir de sa propre tunique et dans un mouvement continu, il attrapa également le tissu visiblement de trop et leva les bras pour le retirer.

Il glissa ensuite ses mains dans le dos de la fée et l’attira contre lui. Le contact de sa peau douce contre son torse nue était tout simplement exquis. Lentement, le lycan baissa sa tête et posa quelques baisers sur l’épaule droite nue de la chevalière. Ses mains caressaient toujours son dos du bout des doigts et il put facilement ressentir les nombreux frissons qui lui parcouraient l’échine. À cette sensation, il esquissa un sourire de satisfaction.

- Tu es si belle, sussurra-t-il tout bas. Si parfaite… tout en toi me fait vibrer. Un seul regard et j’étais déjà sous ton charme. C’est à la fois effrayant et… excitant.

Puis il se recula pour pouvoir mieux la regarder. Il glissa ses mains sur sa mâchoire délicate et scruta ses traits d’une finesse incroyable. Elle était comme une œuvre d’art, une peinture parfaitement réalisée. Il l’attira de nouveau contre lui et embrassa ces lèvres en forme de cœur. Il laissa ensuite sa main droite se balader sur son corps si délicieusement féminin, caressant certaines courbes qu’il convoitait tant. Il était complètement accroc à sa peau chaude et à son contact.

Il espérait que ce moment ne se termine jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Sam 30 Avr - 14:11

Le soleil continuait lentement sa descente, changeant sa palette de couleurs flamboyantes à chaque minute et en faisant tranquillement place aux teintes de la nuit. Les derniers faisceaux de lumière alimentaient l’ambiance pour les deux amants qui s’enlaçaient avec une passion à peine refoulée. La chevalière reposait son front sur celui de son partenaire à la suite d’une série de baisers fougueux.

Elle sourit face au commentaire du lycan. Effectivement, il était dommage qu’ils n’aient pas fait connaissance plus tôt. Lyn n’aurait certainement pas été contre le fait de partager davantage de moments comme celui qu’ils vivaient présentement.

- Visiblement… lui répondit-elle, haletante. Il nous faudra rattraper le temps perdu, ne crois-tu pas?

Elle accueillit avec grand plaisir sa langue contre la sienne. Elle sentit la chair de poule se former au contact de la main du guerrier sur sa nuque. Son corps résonnait visiblement avec le sien. Elle jeta sa cape de côté pour être moins encombrée. De plus, la fée ne se fit pas prier pour reprendre sa position sur le garde du corps royal maintenant assis au sol. Sentir sa masculinité d’encore plus près était loin de lui déplaire, voire qu’elle ne cherchait qu’à resserrer son étreinte autour de sa taille avec ses jambes.

- Yahto… gémit-elle naturellement à se faire embrasser dans le cou.

Sa peau était devenue incroyablement sensible à toute forme de toucher. Elle enfonçait instinctivement ses doigt dans le dos de son amant et redressa son dos pour lui faciliter la tâche qu’était l’enlèvement de sa robe. Au diable, la belle tenue! Adelyn devenait impatiente; elle voulait se débarrasser de tout morceau de tissu le plus expéditivement possible. Elle mordit sa lèvre inférieure en jaugeant la réaction du lycan face à sa figure élégante. Son teint laiteux avait pris les teintes ardentes du ciel et les ombres ne faisaient que rehausser ses formes bien féminines. Ce que le regard fiévreux du guerrier était ensorcelant. Elle aimait se faire admirer en temps normal mais, présentement, son bas-ventre et sa poitrine s’échauffaient au point où son cerveau s’apprêtait à abandonner le contrôle à ses instincts charnels.

Le sourire de Yahto finit de l’émoustiller follement. Il se concentrait peut-être sur ses lèvres et sa taille, mais ses mains à elle s’affairait à lui arracher sa tunique et sa ceinture. Elle accueillit de bon coeur son aide, mordillant une fois de plus sa lèvre inférieure à la vue de ce torse ciselé. Il était un combattant et son corps le montrait bien, ce qui plaisait énormément à la guerrière. Elle se blottit contre lui et mordit ses oreilles pendant qu’il savourait son épaule. Elle humait l’odeur de la forêt et l’étendue d’eau près d’eux, en plus de sa sueur, celle-ci ayant un effet aphrodisiaque lui faisant perdre la tête. Il lui semblait qu’elle ne faisait que frémir depuis une éternité, mais que pouvait-elle faire d’autre face à ces doigts dansant si habilement sur son dos?

La chevalière ferma les yeux et se laissa caresser le visage. Ce contact pourtant si simple avait une façon de faire naître une telle myriade de sensations chez elle. Elle comprenait entièrement comment se sentait son compagnon, car elle vivait les mêmes sensations fortes.

- Si tu savais ce que je ressens à l’intérieur…

Contenu explicite:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Lun 2 Mai - 22:45

Spoiler:
 

Il étira ensuite son bras et enlaça la jeune femme. Il l’attira contre lui et la couvrit de baisers. Elle était vraiment très belle, encore plus en cet instant.

- J’espère que je ne t’ai pas fait trop mal, fit-il avec un air légèrement inquiet. J’ai essayé d’être le plus doux possible…

Il scruta le vert émeraude des yeux de la jeune femme puis s’étira pour l’embrasser. Il leva ensuite une main et caressa sa chevelure d’un blond doré. Il avait encore du mal à croire qu’ils n’avaient pas fait connaissance un peu plus tôt. Ils restèrent en silence comme ça, quelques minutes, à se contempler. Yahto se releva finalement et se dirigea vers l’eau pour se nettoyer. D’où il était, il sentait le regard de la fée peser sur lui. Le lycan lui jeta un regard et lui sourit tendrement. Il revint ensuite sur ses pas et s’installa juste à côté d’elle. Il laissa ses doigts caresser son épaule, puis son flanc, puis sa hanche… des frissons parcouraient sa peau et cette vision le fit sourire. Il tendit le bras vers le panier pique-nique – se rappelant soudainement qu’ils avaient prévus manger ensemble – puis le ramena près de sa copine.

- Alors, après cette danse effrénée, tu dois avoir faim, pas vrai? Fit-il avec un sourire tout en décochant un clin d’œil. Il ouvrit le panier et gloussa en voyant une bouteille de vin trôner au milieu de la place avec deux coupes en métal brossé. Je t’assure que ce n’est pas moi qui est préparer ce panier repas… mais visiblement, cette personne voulait nous donner un petit coup de pouce, ajouta-t-il en sortant la bouteille de vin rouge et les deux coupes. Si tu as envie de grignoter, nous avons des fruits, du pain, quelques galettes d’avoine, de la terrine de lièvre et du fromage. Un véritable festin quoi!

Admirant à nouveau son amante, il lui tendit finalement une coupe et lui offrit de lui servir du vin. Il remplit donc leurs deux verres et trinqua à cette magnifique nuit étoilée. C’était étrange de constater à quel point le fil d’une journée pouvait être influencé par les rencontres que l’on faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Mar 3 Mai - 21:51

Contenu explicite:
 


Après avoir fait l’amour avec Yahto, la fée se laissa enlacer et couvrir de baisers. Non seulement se sentait-elle femme, mais quelque chose venait de naître à l’intérieur d’elle… un sentiment très fort envers le garde du corps royal. En partageant son intimité avec celui-ci, elle lui avait donné une parcelle d’elle-même. Il sera toujours son premier amant et une partie importante de sa vie, peu importe ce que leur réservait l’avenir. À cette pensée, elle lui caressa affectueusement le torse. D’ailleurs, c’était sympathique de sa part de la questionner sur son niveau d’inconfort durant leur relation.

- Je n’aurais pu demander un partenaire plus attentionné et louable… Tu as rendu ce moment splendide, Yahto, et ce, à toutes les étapes. Tu étais parfait. J’espère simplement avoir été à la hauteur de tes attentes.

Elle accepta une nouvelle embrassade et lui communiqua toute son affection de ses yeux verts, souriant tendrement à ses caresses. Elle les lui rendit en inscrivant de petits cercles dans son dos avec son pouce ou, encore, en passant l’envers d’une main sur sa joue. Elle admira ensuite son corps musclé tandis qu’il se rendit à l’étang pour se nettoyer. L’adolescente se roula le ventre sur l’herbe, les jambes croisées derrière elle. À vrai dire, elle était encore sur son petit nuage. Elle avait autant envie de lui qu’avant qu’ils ne se laissent aller à leurs ébats, voire possiblement plus. Elle souhaita sincèrement que ce ne serait pas leur unique rencontre de cette nature.

Quand il revint près d’elle, la chevalière lui tendit les bras. Elle frissonna sous le contact de ses doigts et mordit sa lèvre inférieure pour ne pas recommencer à soupirer d’extase. Il serait si facile pour elle de retomber dans cet état de volupté qu’elle peinait à quitter. Elle pouffa néanmoins de rire à la vue du panier de pique-nique. Disons que ça l’avait été le dernier de ses soucis, pour ne pas dire qu’elle l’avait carrément oublié...

- Je ne sais pas… disons que je suis plutôt rassasiée… Quoique… Elle dévora une fois de plus le corps de Yahto du regard. Bon sang, qu’il était affriolant! Rappelle-moi de remercier cette personne, même si nous n’avons pas vraiment eu besoin de son aide, au final.

Elle lui sourit mesquinement, sachant qu’il la comprendrait sur toute la ligne. Par la suite, elle accepta volontiers la coupe de vin et trinqua à cette soirée inoubliable. Elle prit une gorgée savoureuse avant de se lover dans les bras de son amant. Pourquoi retournerait-elle chercher ses vêtements plus loin quand elle pouvait aisément se réchauffer auprès du corps sculpté comme du marbre de son homme? Elle déposa sa tête sur son épaule, passant le bout de son index sur les muscles de son bras. Elle sirotait son vin, profitant du moment. Subséquemment, elle tartina de la terrine de lièvre sur un bout de pain, dont elle fit prendre une bouchée à Yahto avant d’en manger elle-même. Elle rit légèrement avant de l’embrasser sur la joue, lichant un peu de terrine qui salissait le côté de sa bouche. Oh, elle se retint de justesse pour ne pas lancer une nouvelle valse avec la langue de son valeureux compagnon.

- Quelqu’un t’a-t-il déjà dit à quel point tu es fichtrement séduisant? Je vais avoir de la misère à te laisser filer tout à l’heure! lui lança-t-elle entre deux bouchées de fruits et de fromage. Elle s’amusait à reprendre l’expression du garçon quand il lui disait qu’elle était belle. Elle prit une grande inspiration avant de continuer avec un ton plus sérieux, voire vulnérable. Je voulais te dire… J’espère que nous aurons la chance de revivre des moments comme ce soir… que ça implique de la bonne chair ou non. Avec toi… Je me sens moi-même. Je n’ai pas peur d’être jugée et j’apprécie également que tu ne te gênes pas pour partager ton opinion. Tu es quelqu’un de bien et ça paraît tout de suite quand on te regarde. Je ne sais pas où ça va aller, ni ce que je ressens précisément, mais je veux continuer de te côtoyer. Désirant briser la tension, question de ne pas laisser le temps à son empathie de lui révéler les pensées de Yahto avant qu’il ne les énonce lui-même de vive voix, elle se lança dans une toute autre direction. D’ailleurs… l’eau de l’étang était-elle bien? Un petite baignade de minuit ne me ferait pas de tort, je crois bien… Une fois que j’aurai digéré ce buffet monstre! Comment peut-on entrer autant de nourriture dans un si petit panier?

Elle prit une grappe de raisins et en mangea un tout en soutenant le regard de son compagnon, souriant du coin de ses lèvres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Lun 9 Mai - 10:18

Il prit une gorgée du liquide rougeâtre et eu un sourire en regardant son amante. C’était qu’elle était particulièrement belle. Il ne pouvait détacher son regard de ce corps aux courbes si attrayantes. La fée se redressa puis vint se lover dans ses bras, chose que le lycan accepta volontiers. Il était encore gorgé d’amour et plus la proximité entre eux était réduite, mieux il se portait. Un moment de silence survint alors qu’elle lui caressait le bras du bout des doigts. Pas un silence malaisant. Bien au contraire! Un silence confortable où on ne sentait pas nécessairement le besoin de parler pour combler un vide. Yahto embrassa la tête d’Adelyn alors qu’elle se servait un morceau de pain tartiné de terrine de lièvre et ouvrit la bouche avec joie pour en croquer un bout. Un nouveau sourire orna ses lèvres alors que sa copine gloussa pour ensuite lécher la tartinade qui se trouvait sur sa joue. Ce petit manège était un peu affriolant quand même, mais il devait calmer ses ardeurs.

Étirant le bras, le garde du corps d’Aemi se saisit de quelques fruits et bouts de fromage, puis enfila le tout dans sa bouche, se délectant de la moindre saveur. Il écouta les propos de la chevalière et eu un nouveau sourire. Le laisser partir? Mais pourquoi? Peut-être était-il le seul à penser ainsi, mais il avait bien l’intention de la revoir. Ils ne se sépareraient jamais très longtemps, hormis les moments où ils seraient en mission. Un air davantage sérieux au visage, il écouta les propos suivants prononcés par la fée. Ses paroles le touchaient au plus haut point et vinrent confirmer le fond de sa pensée : ils allaient bel et bien vivre d’autres moments similaires. Ils en avaient envie tous les deux, ce qui le rassura au plus haut point. Tournant son regard marron aux reflets dorés, le jeune homme regarda ensuite l’étang indiqué par sa copine. L’idée n’était pas mauvaise en soi! Elle était même excellente! Un air coquin au visage, la jeune femme de 16 ans mordit à pleines dents dans une grappe de raisin.

- Je te rassure immédiatement, Adelyn, fit-il en croquant un bout de pain surmonté de terrine. J’ai bel et bien l’intention de te revoir. Après cette soirée, il me sera impossible de ne plus te chercher ou regarder dans ta direction chaque fois que je te croiserai. Comment le pourrais-je? J’aurais toujours cette soirée en tête, à chaque fois. J’ai envie de te connaître davantage, de comprendre qui tu es. Tout en toi me fascine et me donne envie d’aller plus loin. Ton sourire, ta façon de rire, tes yeux brillants, ton intelligence aiguisée… tout me plaît, je l’admets. Oh et ton corps également, je dois bien être honnête et ce serait un mensonge que de le nier… sur ces paroles ponctuées d’un sourire, il caressa la jambe de son amante du bout des doigts.

Il grignota encore un peu, puis termina sa coupe de vin dans une rasade et attendit que la belle fée fasse de même. Il se saisit ensuite de la main délicate de son amie et l’attira à sa suite vers l’étendue d’eau qui n’attendait qu’eux. Il s’enfonça tranquillement dans le liquide frais et attira son amante vers lui. Les bras ouverts, il l’attrapa et la serra langoureusement contre son corps, appréciant chaque courbe, chaque centimètre de douce peau. Sa main droite se glissa dans cette chevelure dorée et ses lèvres caressèrent la fine ligne de sa mâchoire. Son étreinte se voulait davantage amoureuse que langoureuse. Il voulait simplement sentir son odeur, sa peau, sa chaleur… Un mélange à la fois agréable et réconfortant. Ses lèvres trouvèrent enfin celle de son amie, échangeant avec elle un baiser doux et tendre. Sa main gauche se glissa au creux de ses reins, l’incitant à se lover contre lui. Le lycan ferma les yeux un instant, profitant du moment présent pour faire le plein d’amour et d’affection. Alors qu’il reculait lentement pour s’enfoncer un peu plus dans l’eau, il sursauta soudainement et fit une grimace monumentale!

- ARK!! S’écria-t-il. Je crois que je viens de marcher sur une grenouille!! La texture visqueuse du batracien le répugna au plus haut point et il sautilla sur une jambe, afin de secouer son pied atteint. C’était de loin le pire désavantage des étangs! Ah ça t’amuse, pas vrai? Continua-t-il avec un sourire de défi aux lèvres alors qu’il voyait sa copine un peu trop hilare à son goût. D’accord… je vois… je ne t’en veux pas de te foutre de ma gueule aussi ouvertement, oh que non…

Il se pencha ensuite et enfonça son bras dans l’eau. Sa main atteignit enfin le fond de l’étendue d’eau et y délogea une grosse poignée de terre glaiseuse. Dans un mouvement rapide, il écrasa l’argile sur le bras de la fée, laissant derrière son passage une traînée couleur grisâtre. Un sourire plus qu’amusé éclaira alors son visage.

- Bah quoi? Tu savais que l’argile était excellente pour la peau? Plusieurs bourgeoises de la haute société se tartinent de ce produit « divin » simplement pour garder un teint jeune et souple!

Il éclata de rire alors qu’une bataille de glaise survint. Les deux jeunes gens pigeaient allègrement dans le sol sous leurs pieds afin de se balancer la terre grisâtre par la tête. Heureusement, il ne suffisait que d’humecter le tout et de frotter un peu pour que ça disparaisse sans laisser de traces. Dans un mouvement rapide, le garde du corps se saisit du bras de son amie et la fit pivoter sur elle-même pour venir ensuite écraser une poignée d’argile directement sur sa poitrine, juste au-dessus de ses seins. Il riait aux éclats en remarquant son air dégoûté. Mais la jeune fée était d’une agilité sans limites! Il avait du mal à l’attraper tant elle se pliait dans tous les sens et était rapide! Ainsi, elle lui rendit son « offense » au centuple! Il était recouvert de glaise de la tête aux pieds! Il se contenta de s’enfoncer pleinement dans l’eau pour retirer la majorité de la terre visqueuse et ressortit en gloussant.

- Je sens que j’aurai la peau la plus radieuse de tout le royaume demain matin, blagua-t-il en faisant allusion à sa propre référence sur la santé de l’épiderme en relation avec la matière visqueuse et grisâtre. Une véritable princesse! Tu n’auras jamais vu ça.

Le jeune homme se saisit ensuite de la main de sa copine et la fit tournoyer sur elle-même avant de l’attraper dans ses bras. Le dos de la jeune femme était maintenant appuyé contre son torse et il l’enlaça tendrement par-derrière. Il posa un million de baisers sur sa nuque frêle, lui soutirant visiblement une panoplie de frissons. Une nouvelle vague de désir le prit soudain d’assaut alors que ses mains se faisaient de nouveau baladeuses sur ce corps délicat, s’attardant aux endroits les plus sensibles de la jeune femme. Il semblait avoir de nouveau envie d’elle quand soudain, un bruissement monta à ses oreilles. Ce dernier était si léger, que visiblement la chevalière ne put le percevoir. Le lycan se raidit soudainement, fixant un point devant lui dans la forêt. Ses ardeurs s’étaient très soudainement calmées. Ils n’étaient plus seuls. Tout naturellement, il renifla l’air et perçu des effluves étrangers et cette nouvelle perception vint confirmer ses doutes. Instinctivement, un grondement remonta du fond de sa gorge alors qu’il ne cessait de fixer le point devant lui.

- Adelyn, rhabille-toi, ordonna-t-il tout bas. Nous ne sommes plus seuls.

Il laissa la jeune femme s’éloigner de lui et il la suivit lentement, fixant toujours un certain point dans la forêt. Une fois qu’ils furent sur la berge, Yahto changea d’idées. Non… non il n’allait pas quitter les lieux comme si rien n’était! Il se retourna rapidement, planta ses mains dans le sol et entama sa transformation. Il était visiblement furieux de s’être fait déranger de la sorte et allait faire payer ces impertinents personnages! Son corps prit de l’expansion, ses os se déplacèrent et sa musculature devint davantage saillante. Une épaisse fourrure noire et brune recouvrit le tout, lui donnant maintenant l’apparence d’un immense loup. Il se tint sur ses deux pattes arrière, humant l’air à nouveau, puis reposa ses bras au sol et détala vers la forêt. Chaque mouvement était d’une rapidité incroyable et était totalement calculé. De par l’odeur, il savait où se situaient les gens qu’il recherchait et il s’arrangea pour les contourner rapidement par l’arrière. Il allait les forcer à s’exhiber au grand jour, permettant ainsi à Adelyn de lui refiler un coup de main s’ils devaient s’occuper d’eux.

Furtivement, il fit un arc de cercle autour des intrus et approcha de ceux-ci par l’arrière. Au bout de quelques minutes, il put voir deux hommes et une femme tapis dans l’ombre. Qui étaient-ce? Il ne les reconnaissait pas. Des brigands? Des voyous? Ou tout simplement des petits pervers venus se rincer l’œil? Au final, il n’avait rien à foutre de la raison de leur présence! Ils étaient là et c’est ce qui l’importunait le plus! Retroussant les babines, il poussa un grognement assourdissant et aboya comme un fou, faisant virevolter quelques postillons de bave épaisse. Les trois individus hurlèrent de terreur et détalèrent vers l’étang, s’exposant par le fait même à la jeune fée qui devait les attendre. Yahto les poursuivait sans la moindre hésitation et s’arrêta lorsqu’il remarqua la chevalière qui se tenait bien droite devant eux. Il trotta jusqu’à elle, puis la contourna par l’arrière avant de glisser son énorme tête sous sa main délicate.

Elle n’avait qu’un mot à prononcer et il les transformerait en bouillie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Lun 16 Mai - 10:12

Le sourire amusé de la fée se dissipa lentement face à l’air solennel de son compagnon. Avait-elle commis un faux pas en lui partageant ses impressions de lui avant de proposer une saucette dans l’étang? Elle sentit son coeur se serrer dans sa poitrine, ce qui lui fit étrange… Elle n’était pas aussi anxieuse d’ordinaire. Par chance, cela ne dura qu’un court moment. Yahto ne tarda à lui confier qu’il avait dans l’idée de la revoir. Il se mérita d’ailleurs un furtif baiser sur la joue, ses caresses et ses mots étant plus qu’appréciés chez son amante.

Cette dernière prit quelques bouchées supplémentaires et imita son prétendant qui termina sa coupe de vin d’un seul jet. L’euphorie la gagnait à nouveau; elle qui ne pouvait plus attendre d’aller s’amuser dans l’eau. Elle se laissa mener jusqu’à l’étang, s’esclaffant du moment où elle se leva à celui où ils arrivèrent à l’étang. Adelyn se précipita gaiement dans les bras du lycan, lui bécotant les oreilles et le cou. Visiblement, elle avait le garde du corps dans la peau. Comment ne pas se complaire dans sa tendre étreinte? Elle ferma les yeux alors qu’il caressait sa chevelure, puis ils s’embrassèrent affectueusement. La chevalier éprouvait à nouveau une perte de contrôle, son désir se faisant de plus en plus irrépréssible. Cet homme lui faisait un effet monumental pour qu’elle ait envie de se donner à lui à peine un instant après qu’ils aient déjà fait l’amour.

Seulement, la jeune femme n’eut pas l’opportunité d’explorer cet ardeur plus en profondeur puisque son tourtereau glapit bruyamment. La commotion secoua suffisamment Lyn pour briser toute la magie qui l’avait habitée à peine quelques secondes plus tôt. Elle sauta au sol, sentant l’eau recouvrir ses pieds. Elle eut suffisamment de recul pour voir la mine déconcertée mais, surtout, écoeurée de son camarade. Lorsqu’il lui annonça avoir mit le pied sur un crapaud, elle pouffa de rire au point de se plier en deux.

- Charmant! souffla-t-elle entre deux rire.

Elle s’esclaffa de plus belle en pensant que Yahto ne serait certainement pas un prince charmant s’il était aussi dégoûté par les batraciens. La fée était incapable de s’arrêter; elle remercia les dieux que son ami le prenne aussi bien… Du moins, c’était jusqu’à ce qu’elle sente le projectile visqueux atterrir sur son bras. Immédiatement, une mine de dégoût déforma son visage pourtant si fin. Elle retint un haut le coeur, se rappelant que ce n’était que de l’argile, mais elle jeta un regard à la fois agacé et amusé au lycan.

- Tu as osé… Son ton trahissait son envie de vengeance qui, en réalité, relevait davantage d’un désir enfantin de s’amuser. Bien sûr que les dames de la cour faisaient tout pour avoir la peau la plus satinée du royaume! Tu sembles bien t’y connaître, mon loup… lança-t-elle sur un ton railleur, arquant les sourcils. Tu vas payer pour ça!

Vive comme l’éclair, elle prit sa propre poignée d’argile qu’elle propulsa en direction de son adversaire. Elle inspira profondément puis écarquilla les yeux quand Yahto la fit prisonnière et posa de la glaise en plein sur sa poitrine. Ce n’était pas la texture qu’elle préférait ressentir sur sa peau, et ce, même si les effets sur celle-ci étaient incontestables.

- C’est la guerre!

Le coeur léger, mais tout de même en proie à un peu de compétition, l’adolescente entreprit de sacrer une défaite cuisante au garde du corps. Oh, il ne laissait pas sa place, au contraire… mais la fée avait quelques avantages sur lui, notamment sa souplesse extraordinaire. Elle n’était pas aussi facile à prendre au piège qu’au départ. Elle reçu néanmoins sa part d’argile durant leur combat amical.

- Oh, princesse Yahto, vous me verriez honorée si vous pouviez me tendre votre mouchoir demain lorsque votre humble Chevalier s’approchera de votre balcon! demanda-t-elle de façon théâtrale.

Ladite guerrière s’esclaffa tandis que sa «princesse» la faisait tourner sur elle-même. Elle s’agita ensuite sous les mille et un baisers de son amoureux, puis elle mordit sa lèvre inférieure quand il se fit plus entreprenant de sa main. Elle tenta de lover davantage son dos contre le corps de son partenaire, caressant le bras qui l’entourait encore. Elle tourna la tête, espérant que les lèvres du lycan viennent à la rencontre des siennes; or, ce dernier se raidit plutôt. Elle le sonda et découvrit qu’il était dépourvu de désir pour elle. Inquiète, elle l’analysa davantage avec son empathie et constata qu’il était sur le qui-vive. Quelqu’un, ou quelque chose, avait définitivement attiré son attention. Lyn s’inquiéta à l’entendre gronder. Visiblement, une menace pesait sur eux.

Reprenant son sérieux, elle ne s’opposa pas à l’ordre de son compagnon. Elle se rinça rapidement et s’empressa de retourner à ses vêtements. Elle fouilla la forêt qui les entourait de son esprit à la recherche d’émotions et elle nota une certaine hostilité non loin. Le guerrier royal avait donc raison, ils avaient de la compagnie.

**Ils sont trois.** déclara-t-elle simplement à Yahto.

Elle soupira de soulagement à constater que son amant n’avait pas entièrement défait le laçage de sa robe, l’ayant seulement desserré suffisamment pour avoir accès à sa poitrine. Cela lui facilitait maintenant la tâche de se rhabiller. Toutefois, elle ne manqua pas un instant de la transformation du lycan. Non seulement était-elle fascinée par le processus, ceci étant la première fois qu’elle assistait à une telle scène, mais il était extrêmement utile pour elle de graver tous les détails dans sa mémoire en vue d’une utilisation future via son pouvoir d’illusion. Dès que le guerrier eut terminé sa transformation, la fée se hâta à remettre le reste de ses vêtements. Elle laissa cependant tomber les bottes et la cape. Ce n’était pas nécessaire vu le terrain où elle se trouvait.

**Hurle si tu as besoin de moi, Yahto. Autrement, je t’attends ici.**

Elle croisa les bras sur sa poitrine et planta fermement ses pieds dans le sol. Elle tendait l’oreille autant que possible, se concentrant sur ce sens et ses facultés magiques plus que sur sa vision. La nuit était tombée, après tout. La chevalière se raidit sur place en entendant le jappement de sa tendre moitié, si on pouvait dire, craignait qu’il n’ait soudainement besoin qu’elle lui vienne en aide. Un balayage rapide des trois inconnus et de son compagnon lui fit comprendre qu’il maîtrisait la situation et ne faisait que les diriger vers elle. À la vue des fauteurs de trouble, elle haussa légèrement le menton et les toisa d’un regard imposant. On voyait aisément, même dans la pénombre, qu’elle n’entendait pas rire.

La confusion se peint sur les visages des étrangers. Comment une gamine pouvait-elle avoir une si horrible bête à son service? De quelle façon s’était-elle prise pour amadouer un tel animal? Prenant son temps, question de les faire languir, Adelyn caressa la tête de Yahto.

- Je suis le Chevalier Adelyn d’Alombria. déclara-t-elle de façon si autoritaire qu’aucun des trois étranges personnages n’osa prononcer la moindre parole. Nommez-vous et indiquez quelle est la raison de votre présence en forêt à cette heure, d’autant plus que vous essayiez de ne pas vous faire remarquer.

Ce fut la femme du groupe qui réagit en premier, fondant en larme et s’empressa de tomber à genou près de la fée.


- Je vous en prie, Chevalier, venez-moi en aide! Ces hommes m’ont amenée de force jusqu’ici afin de profiter de moi… et je crois que sans l’intervention de votre bête, ils y seraient arrivés… Je…

- C’est assez! tonna-t-elle durement. Incroyable… Vous osez mentir à un membre du fier Ordre d’Alombria!? Croyiez-vous que votre manège de femme apeurée allait me berner aussi facilement? Vous n’êtes pas éméchée le moindrement; vos vêtements sont toujours intacts; vous n’avez aucune blessure démontrant que vous vous soyez débattue; et, enfin, vous n’êtes visiblement ni inconsciente, ni sous l’effet de la moindre drogue. Par ailleurs, vous ne ressentez aucune crainte, seulement du malice, femme! Voire que vos compagnons sont satisfaits et espèrent que votre scène parviendra à nous faire baisser notre garde. Eh bien, détrompez-vous! Je réitère ma requête : je veux des noms et la raison pour laquelle vous êtes devant moi. Je n’ai pas de temps à perdre avec vos fausses petites histoires.

Pour toute réponse, l’inconnue se contenta de cracher au visage d’Adelyn, ce qu’évita de justesse cette dernière. Cependant, le mal était fait. D’épais nuages noirs se formèrent rapidement au-dessus d’eux alors que le trio faisait volte-face pour prendre la fuite. Le tonnerre se mit à gronder de façon assourdissante et un puissant éclair s’écrasa au loin dans la forêt, ce qui fit sursauter les scélérats.

**[Yahto] Sois avisé que ce que tu t’apprêtes à voir ne sont que des illusions, mon coeur.**

Sur ce, la guerrière magique fit apparaître des silhouettes noires qui sortirent de la forêt, les yeux luisants. Il y en avait une quinzaine. Ces individus à la démarche menaçante se recourbèrent brusquement au sol, un à un, puis entreprirent leur transformation en loup de la même taille que Yahto. Ils avaient, toutefois, une variété de couleurs différentes dans leur fourrure, mais leurs dents étaient tout aussi dangereuses. Ils se lancèrent de façon coordonnée et encerclèrent les inconnus malhonnêtes. Ces derniers crièrent de peur et implorèrent la pitié de la chevalière.

- Je vous ai donné une chance, ce que je ne ferai pas une deuxième fois. À genou, les mains derrière la tête!

Elle donna l’ordre avec un ton si autoritaire que le trio n’osa aller contre ses voeux. Elle s’approcha d’eux et entreprit de les fouiller, les sentant se raidir sous le contact de ses mains. La fée repéra un bosse sous le veston d’un des hommes et en fouillant dans la poche intérieure, elle y découvrit un sac d’opium.

- Tiens, tiens… que voilà. Vous étiez donc ici pour faire de la contrebande? Pour tenter de nous indisposer afin de mieux voler nos biens?

**[Yahto] Tu me vois désolée de la tournure des événements… J’ose croire que notre magnifique soirée tire à sa fin… Seras-tu en mesure de m’aider à les ramener aux cachots?**

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Lun 30 Mai - 10:55

Son regard doré était planté sur les inconnus. La main de sa douce fée lui grattait le crâne, juste entre les oreilles alors qu’il s’était patiemment assis près d’elle. Yahto adorait ce contact. Son petit côté canidé avait cette tendance à ressortir lorsqu’il était sous cette forme et se faire gratter la tête (et surtout le ventre) était quelque chose qu’il affectionnait particulièrement. L’effet qu’ils donnaient devait être des plus impressionnants à en voir la tronche de leurs opposants. Adelyn déclina son identité avec une autorité surprenante et les somma de se nommer et d’identifier la raison de leur venue en ces lieux. Les trois individus gardèrent le silence un instant, puis la femme fondit en larmes pour ensuite se jeter aux pieds de la chevalière. Elle blaguait ou quoi? Sa comédie était plus qu’évidente et Yahto savait pertinemment qu’elle mentait. L’étrangère déclara qu’elle s’était faite enlever et précisa que ses compagnons désiraient abuser d’elle… Elle les prenait réellement pour des crétins… Pour toute réponse à ses propos, le lycan poussa un soupir et jeta un regard à la fée qui, aux yeux de tous, semblait être sa maîtresse.

Adelyn mit rapidement fin aux balbutiements de la femme éplorée et lui fit rapidement comprendre que la supercherie ne fonctionnait pas avec elle. Elle exposa au visage de l’inconnue toutes les raisons pour lesquelles son histoire ne tenait pas la route. À voir la vivacité d’esprit de sa compagne, Yahto sourit intérieurement. Il allait prendre note de ne jamais lui mentir, autrement, cela se revirerait très certainement contre lui! Levant le museau, il donna quelques coups de langue sur les doigts de la guerrière d’Alombria, signe distinct de son approbation. Visiblement insultée, l’impertinente cracha au visage de la fée. Bien que cette dernière put aisément éviter le projectile biologique, le lycan, lui, n’accepta en rien cet affront. Rapidement, il retroussa les babines, puis poussa un grognement sourd, prêt à bondir et à déchirer la femme arrogante en mille morceaux. Visiblement, sa vue était plus qu’impressionnante, car elle recula rapidement pour retrouver ses congénères. C’est alors que le ciel s’assombrit soudainement et le tonnerre se mit à gronder. Tiens, le ciel étoilé était très dégagé, un peu plus tôt! Il n’avait pas vu venir cette tempête soudaine. Un éclair jaillit soudainement et vint s’abattre sur un arbre non loin d’eux. Rapidement, la bête se redressa sur ses pattes arrières pour mieux voir et voulut attraper la fée pour déguerpir d’ici, quand un message télépathique résonna dans son esprit. La douce voix d’Adelyn lui expliqua qu’il ne s’agissait en fait que d’illusions, ce qui l’aida à se détendre de nouveau.

C’est alors que des silhouettes se dégagèrent des arbres. Des hommes et des femmes, tous plus différents les uns que les autres. Posant leurs mains au sol, ils se transformèrent en bêtes féroces aux pelages variés et, tels une même faction, fondirent vers les impertinents personnages pour les encercler en un clin d’œil. Tout naturellement, Yahto se joignit à eux et gronda à son tour. Adelyn n’avait aucune idée de l’impact que pouvait avoir cette illusion sur le garde du corps d’Aemi. Il réalisa à ce moment précis qu’il n’avait jamais côtoyé d’autres lycans. La vision de ce groupe factice lui fit comprendre qu’il ne possédait, en réalité, aucune meute. Il aurait aimé connaître le sentiment d’appartenir à un clan de la même espèce que lui, côtoyer d’autres lycans, connaître leur mode de vie et la sensation d’avoir une réelle famille. Cette illusion lui donna, l’espace d’un instant, le sentiment d’appartenance qu’il n’avait jamais vécu. Malheureusement pour lui, ce rêve se termina rapidement.

D’une voix puissante, Adelyn ordonna aux intrus de s’agenouiller et de mettre les mains derrière leur tête. Ceux-ci s’exécutèrent rapidement et la fée entreprit de les fouiller. C’est alors qu’elle fit une découverte intéressante : elle mit la main sur un sac d’opium particulièrement impressionnant. Des dealers de drogue, visiblement. Un nouveau message télépathique résonna dans l’esprit du guerrier lycan, le sortant davantage de la torpeur créée par l’illusion. Il devait revenir à la réalité. Il n’avait aucune meute. Il était le seul représentant de son espèce au sein du château et avait été vendu à la famille royale comme esclave. Bien sûr, Aemi ne l’avait jamais traité comme tel, mais un certain manque (un vide) prit naissance au fond de lui. Tournant son immense tête vers sa compagne, il hocha cette dernière en guise de compréhension. Il jeta un regard furtif autour d’eux, puis se saisit de sa propre tunique qu’il déchira en lambeaux aisément, grâce à ses impressionnantes griffes. Utilisant ces lanières de tissu, il agrippa les mains du premier individu et les abaissa dans son dos afin de les ligoter. Malgré l’immensité de ses pattes, Yahto possédait quand même une dextérité fine surprenante. Il répéta l’opération avec les deux autres individus et ignora leurs supplications de peur. Afin de rajouter un peu à leur crainte, le garde du corps de la princesse d’Alombria s’amusa à faire claquer sa mâchoire près de leur tête. Il voulait qu’ils comprennent bien la situation : il pouvait ne faire qu’une seule bouchée d’eux s’ils ne tentaient quoi que ce soit. De son immense main griffue, il se saisit de leurs épaules et les força à se relever, puis à marcher devant eux en direction du château. Il jeta un nouveau regard en direction la fée, puis son ossature se déforma à nouveau alors qu’il reprenait tranquillement forme humaine.

Maintenant à nouveau nu comme un ver, Yahto revint vers le reste de ses vêtements et se contenta d’enfiler son pantalon et d’agripper le panier pique pour ramener le tout au palais. Les trois idiots marchaient lentement et le jeune homme se contenta de les suivre, constatant qu’Adelyn avait la situation bien en main.

- C’est effectivement dommage que notre soirée s’arrête si abruptement, fit-il en regardant avec envie sa compagne. Tout ça, c’est votre faute, bande de crétins! Puis, il asséna une claque derrière la tête de l’un des deux hommes. Tu vas les guider jusqu’aux cachots, pas vrai? Et vu l’heure tardive, j’imagine que tu iras te coucher directement… Pour ma part, je vais peut-être rester debout encore un peu, je n’ai pas sommeil… pas après un si beau moment passé avec toi…

Le petit groupe progressa lentement vers les grandes portes qui donnaient accès à la cour intérieure du palais. Des soldats alombriens accoururent à leur rencontre et proposèrent à la fée de terminer le boulot à sa place en accompagnant ces malotrus vers les geôles. Ils écoutèrent attentivement ses recommandations puis s’exécutèrent sans piper mots. Un sourire aux lèvres, le lycan observa à nouveau la fée, détaillant du regard chaque parcelle de son corps. Chaque détail des vêtements, chaque centimètre de son visage étaient imprimés dans sa mémoire; doux souvenir qu’il chérirait jusqu’à leur prochaine rencontre. Yahto tendit son bras vers Adelyn puis marcha avec sa compagne jusqu’à l’aile des chevaliers dans le but évident de la raccompagner jusqu’à ses quartiers. Leur petite marche se fit dans le silence, appréciant simplement chaque instant passé ensemble. Finalement, le couple s’arrêta devant une porte en bois et Yahto déposa le panier au sol. Doucement, il entoura la taille de la jeune femme de ses bras puis l’attira à lui. Il posa un doux baiser sur son front, puis sur ses lèvres sucrées. Ce simple contact l’enivra totalement. Il se languissait déjà de leur prochain rendez-vous.

- Tu as été impressionnante ce soir… avec ces truands, je veux dire! Lança-t-il avec un sourire amusé. Tu as l’air si douce, si belle, si parfaite… Tu as fait preuve d’une autorité sans limites et tu m’as très bien prouvé que tu pouvais te défendre toute seule! Si ça se trouve, en cas de difficulté, tu seras celle qui me sauvera les fesses, pas le contraire. Je m’incline donc bien bas devant vos pouvoirs, mademoiselle Adelyn!

Gloussant de nouveau, le guerrier serra sa compagne dans ses bras et posa une multitude de baisers dans son cou et sur son épaule.

- Dis-moi, quand allons-nous nous revoir? Demanda-t-il du bout des lèvres, près de son oreille. Je suis conscient que tu as probablement des missions à accomplir pour l’ordre, mais je me languis déjà de me retrouver à tes côtés à nouveau. M’en voudras-tu si je m’immisce dans ton lit, près de toi, au beau milieu de la nuit?

Puis, il se saisit à nouveau de ses lèvres et fit valser sa langue près de la sienne. Des soldats effectuant leur ronde nocturne passèrent près d’eux en gloussant et Yahto s’éloigna enfin de son amante. Il tint néanmoins sa main dans la sienne un instant.

- Bonne nuit, Adelyn, conclu-t-il à regret. Merci pour cette magnifique soirée.

Puis il porta sa main à ses lèvres et y déposa un baiser. Il lui lança un dernier regard et un dernier sourire, puis tourna les talons en direction des cuisines, là où il irait rendre le panier pique-nique. Les mains dans les poches, il ressassa dans sa tête tous les événements qu’il avait vécus, se délectant à nouveau mentalement du doux souvenir de leur danse charnelle…


[FIN DU RP DE YAHTO]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   Mer 1 Juin - 16:21

Malheureusement, le devoir prenait le dessus sur les affaires de coeur. La chevalière soupira, mécontente de la tournure des événements… Non qu’elle n’était pas soulagée d’avoir arrêté trois trafiquants d’opium en proximité de la capitale alombrienne, mais ce n’était pas exactement la façon dont elle avait imaginé la fin de sa soirée en la délicieuse compagnie de Yahto. Disons qu’elle avait espéré davantage de caresses et de baisers en se lovant au creux des bras musclés du guerrier royal…

Secouant la tête, elle recula d’un pas afin de laisser son nouvel amoureux procéder à la tâche d’attacher la main de leurs captifs. Elle l’observa attentivement puisqu’elle était fascinée par la dextérité dont il faisait preuve malgré sa forme animale. Elle esquissa un mince sourire en coin en voyant son partenaire effrayer les criminels. La fée ne découragea pas cette initiative, car cela garantissait une plus grande docilité de la part des fautifs.

Une fois la besogne terminée, Adelyn se posta derrière le trio et les intimèrent d’avancer sans se plaindre. Elle fit toutefois attention de guider ses illusions pour que les faux lycans retournent disparaître dans la forêt dont ils étaient arrivés et éclaircit lentement le ciel. Après tout, elle ne voulait pas perdre l’avantage qu’elle avait sur les prisonniers, qui se croyaient encore surveillés discrètement par une meute de loups mutants. Elle jeta un regard reconnaissant en direction de son compagnon, qui venait de la rejoindre après s’être vêtu et repris la nourriture. Elle lui prit tendrement la main pendant qu’ils marchaient en direction du château.

- C’est effectivement dans les cachots qu’ils vont terminer leur route. répondit-elle sans faire preuve de tact. Ces vauriens avaient mérité leur sort. Quant à savoir si je vais arriver à fermer l’oeil… ça reste à voir. termina-t-elle avec un air coquin au visage. Oh, elle allait certainement repenser aux moments intimes partagés avec Yahto… et cela la garderait réveillée un bon moment.

Quelle déception qu’ils ne se soient pas plus éloignés du château pour leur escampette lascive. Le retour avait été bien trop rapide au goût de la fée. Se détachant à contrecoeur de son compagnon, elle avisa la garde de la situation des prisonniers. Ces derniers devaient être enfermés et chargés de port et possible contrebande de substances illicites, en plus de s’en être pris à un chevalier s’était clairement identifié. Adelyn termina en recommandant une peine sévère, non pas pour montrer l’exemple aux autres, mais pour décourager les trafiqueurs de recommencer leurs activités à leur sortie.

Par la suite, la jeune femme prit volontiers le bras de son compagnon et poussa l’audace jusqu’à déposer sa tête sur son épaule tandis qu’ils marchaient tranquillement en direction de sa chambre. Elle ne savait que dire à la suite de tout ce qui s’était passé, donc elle jugea préférable de garder le silence et savourer cette proximité avec le lycan. Ce fut avec regret que l’adolescente ailée cessa de marcher une fois arrivée devant ses quartiers. Elle se laissa enlacer et embrasser avec plaisir, se délectant toujours plus des contacts procurés par son amant. Elle rit de bon coeur au commentaire de son compagnon.

- Je suis une chevalière, tout de même… mais tu n’as pas laissé ta place, mon… coeur!

Elle termina sa phrase avec plus de surprise que prévu, ne s’étant pas attendue à une attaque de baisers dans le cou. Sans compter qu’elle devait admettre particulièrement aimer sentir les lèvres du garde du corps à cet endroit. Elle riait aux éclats, peu soucieuse de déranger ses frères d’arme en pleine nuit.

- Mmm… Très bientôt, ça ne fait aucun doute. répondit-elle dans un murmure. Tu es le bienvenu quand tu veux, mon loup. termina-t-elle en frottant son nez contre l’oreille de son amoureux.

Par chance, Yahto ne tarda pas à prendre possession de sa bouche par la suite et sa compagne lui retourna son affection au centuple. Elle sentait déjà la passion l’enivrer de nouveau. Elle était sur le point de glisser une main sur la nuque du jeune homme quand celui-ci mit fin à leur baiser. Dommage…

- Merci à toi, Yahto. Je n’oublierai jamais cette nuit. fit-elle faiblement, tout en caressant la main de son compagnon.

Elle resta plantée là un instant, le regardant s’éloigner. Elle admirait les muscles de son dos, sa démarche à la fois assurée et calme… Elle regretta ne pas l’avoir invité à gagner sa chambre, car ses étreintes n’auraient pas été de refus. Elle s’était sentie si bien dans ses bras, comme si sa place était là. Elle sourit en se disant qu’ils ne tarderaient à se retrouver, elle s’en assurerait. Enfin, elle pénétra dans sa chambre en ressassant sa magnifique soirée.



[FIN DU RP POUR ADELYN]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I've got a blank space and I'll write your name [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» {cassie} blank space (#2309)
» Tachibana Yui ▬ I got a blank space
» Nouveau FAQ de GW sur Space marine
» Space wolves VS tyranides
» Space Marines à vendre (pleins d'affaires)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: