Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Sibylle Baüdwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sibylle Baüdwin   Jeu 19 Fév - 22:56

Informations personnelles

Nom : Baüdwin de Fée, il s'agit là du nom de son mari. Les Baüdwin sont une famille très ancienne et très noble issue du Royaume de Fée. Issue elle-même d'une autre famille noble, elle a perdu son nom en se mariant, prenant celui de son époux.
Prénom : Sibylle Amaury Agnès, mais elle est plutôt connue sous le nom de Sibylle.
Surnom : Elle n'a pas vraiment de surnom, mais les gens ont tendance à l'appeler Milady ou Milady de Baüdwin.
Âge : 55 printemps, ou peut-être saisons des pluies. À moins que vous ne préfériez solstices?
Sexe : Féminin, nécessairement, à moins que vous soyez trop sot pour le remarquer.
Race : Moitié-humaine et moitié-Fée (Et oui, son père a osé gâcher son sang avec une humaine)

Informations physiologiques et psychologiques

Physique : Sibylle est, il faut l’avouer, une femme très intrigante, autant physiquement que psychologiquement. Elle est un peu plus petite que la normale, à cause de son sang de fée. Sa chevelure détonne par sa couleur rousse, héritage de sa mère. Elle adore les boucler et les coiffer de manière extravagante, que ce soit vers le haut ou tout simplement les laisser libres, mais avec quelques ajouts de son cru. Sa coiffure est souvent agrémentée d’accessoires telles que des boucles, ou bien des pinces représentant divers objets, et souvent serties de pierres précieuses. Il lui arrive souvent de colorer la racine de ses cheveux, par souci de fantaisie et parce qu’elle trouve cela simplement joli. Elle n’aime pas ressembler aux autres femmes et elle s’applique énormément pour y arriver. Ses pupilles ont la couleur du bronze, qui s’harmonie grandement avec la couleur de sa tignasse. Cette couleur donne de la force à son regard, mais lui permet également d’adopter tous les rôles qu’elle désire incarner, puisqu’elle est assez sombre pour sembler ténébreuse, mais aussi assez claire pour paraître douce et clémente. Son regard pourrait percer jusqu’à votre âme tellement l’intensité y règne. Sa peau est très pâle, comme toutes dames qui prennent soin de leur corps, et elle colore ses joues à l’aide d’un fard composé d’ingrédients provenant de la nature. Elle utilise le même procédé pour colorer ses lèvres selon son humeur, allant dans différentes teintes de rose et de rouge.

Sibylle adore se vêtir des plus belles robes du continent. Jamais de sa vie, elle ne portera le pantalon. Fière de sa féminité, elle tient à la montrer de toutes les manières possibles. Détenant une petite fortune, elle peut s’offrir toutes les soieries, tous les tissus qu’elle désire le plus. Plus le tissu est dispendieux, plus elle sera portée à l’acheter. Elle porte plus souvent de longues robes aux couleurs voyantes, ornées de dentelles, de rubans et de tous les accessoires possibles. Sa poitrine est toujours minutieusement mise en valeur par des corsets. Sont assortis à ses vêtements de nombreux accessoires tels que colliers, bracelets et bagues.

Signes particuliers : Sibylle possède un grain de beauté sur la joue gauche qu’elle considère comme faisant extrêmement partie de son charme. Sa prestance en soi la distingue des autres femmes, puisqu’elle affiche en permanence un air supérieur et confiant.

Elle a tendance à passer son l'annuaire de sa main droite sur son auriculaire, de manière à les croiser. Ce n'est pas un tic nerveux, c'est simplement une façon d'occuper ses mains.

Caractère :Sibylle est une femme extrêmement compliquée. Cela vient du fait qu’elle ne montre jamais sa vraie nature. Il est impossible pour quiconque de savoir si elle dit la vérité car elle ne la dit que très rarement, préférant les mensonges. Elle a un double visage. Celui de noble qu’elle utilise à la cour d’Émeraude et celui d’assassin qu’elle utilise pour les missions moins avouables des gens importants. Prête à tous pour arriver à ses fins, elle n’a aucun scrupule. Rien ne l’ébranle et rien ne parvient à perturber son air impassible. Elle adore utiliser des doubles sens afin de semer le doute dans l’esprit de ses interlocuteurs. Les jeux de l’esprit l’amusent beaucoup parce qu’elle se considère de beaucoup supérieure à la gente commune. Elle aime apprendre de nouvelles choses, mais par elle-même puisqu’elle ne fait confiance à personne.

Sibylle est très hautaine, n’adresse la parole qu’aux gens qui ont attiré son attention ou qui l’ont méritée. Riche, elle ne peut s’empêcher d’étaler sa richesse et de le montrer à tout le monde. Cependant la générosité n’est pas une de ses qualités. Elle déteste partager son avoir et elle en est très possessive. Les pauvres ne méritent pas son attention et encore moins sa pitié.  Elle n’a, par contre, aucun problème à acheter le silence de ceux qui en auraient peut-être trop vu et qui pourraient lui être utiles. Raison pourquoi ils sont sans doute encore en vie. . De par ses richesses, elle est aussi très habituée à une vie luxueuse et elle adore bien manger. Elle est raffinée dans toutes les facettes de sa vie. Elle adore se cultiver, lire des romans et des contes, tout comme des traités plus scientifiques.

Ses charmes sont sans doute ce qu’elle utilise le plus souvent. Elle ne les vend pas, mais n’hésite pas à les utiliser pour s’attirer les faveurs de certains clients ou pour tromper la vigilance de certaines cibles. Elle prend soin de son corps et elle en est très fière puisque ses charmes la tirent souvent de situations plus délicates. Son corps lui est très utile pour manipuler également. La manipulation est son passe-temps préféré, elle adore mettre des gens sous sa main par ses talents d’actrice et par sa beauté. Certaines de ses cibles l’ont considérée comme étant diabolique puisque rien ne peut l’empêcher d’accomplir sa mission. Séductrice hors paire, elle voit la manipulation comme un jeu et plus cela est difficile, plus elle aime ça.

Sibylle est cruelle. Elle aime la torture, elle aime tuer. Mais l’ambiguïté de son caractère réside dans le fait qu’elle aime la vie, elle aime vivre et avoir du plaisir.  Elle n’est pas totalement entourée par la mort. Elle est rancunière et orgueilleuse. Il est hautement déconseillé de la mettre en colère, puisqu’elle fera tout pour le faire payer.


Faiblesse(s)/phobie(s) : Son orgueil est sa plus grande faiblesse. Elle se croit invincible puisqu'elle n'a encore jamais échoué lors d'une mission, ce qui peut parfois l'amener être trop sur d'elle et prendre moins de précautions.  De plus, elle veut constamment attirer le regard et son goût pour le luxe peut parfois lui attirer quelques ennuis. Elle est totalement dépendante de sa fortune. Si elle venait à la perdre, elle serait définitivement sans ressources.

Comme elle n'a jamais connu l'amour, il est évident qu'elle sera très vulnérable lorsqu'elle rencontrera quelqu'un qui fera réellement battre son coeur. Sibylle est habitée de sentiments noirs, s'adonne à la luxure et aux autres vices. Si elle venait à ressentir de bons sentiments, elle serait définitivement plus vulnérable.

Orientation sexuelle : Elle préfère les hommes, mais aime bien le défi que représente la séduction d'autres femmes.

Capacités :

Talent(s) / Compétence (s) : L’imagination est-ce un talent? Parce que cette femme n’en manque pas du tout. Elle est passée maître dans l’art d’inventer des scénarios, des mensonges, des excuses, des tragédies, des aventures, mais surtout des alibis. Il est impossible de savoir si ce qu’elle vous dit est véridique puisqu’elle ne dit jamais la vérité. Ne lui demandez pas sa couleur préférée, elle ne vous répondra même pas la vérité. Le mensonge se trouve également à être l’un de ses talents, tout comme la manipulation qu’elle utilise souvent avec son talent d’actrice incroyable. Cela lui a pris énormément de temps et de pratique avant d’être capable de reproduire toutes les émotions humaines sans même les ressentir. Elle y a mis beaucoup d’énergie et de volonté et cela a finalement porté fruit et lui a permis de se libérer du joug masculin et de devenir complètement indépendante.  

Au fil du temps et de son expertise dans sa profession, elle a appris à maîtriser parfaitement les petites armes. Cela se limite alors aux dagues, aux poignards et aux couteaux, puisqu’elle déteste s’embarrasser de longues armes lourdes et voyantes. Elle considère cela extrêmement encombrant et incommode. De plus, les dagues sont facilement dissimulables sous ses longues robes et tellement plus subtiles. Un coup bien placé dans un angle précis et dissimulé de la bonne façon et la victime ne l’aura jamais vu venir. Dans sa penderie, sous une latte de bois truquée se trouve un merveilleux arsenal comprenant dagues, poignards, couteaux et de têtes de flèches de toutes les tailles (ne dépassant pas trente centimètres tout de même).

Pouvoir(s) : N’étant qu’à moitié fée (honte à son père qui a osé souiller son sang pur avec une humaine et la priver ainsi de deux pouvoirs que lui procurait sa race) elle n’a que le pouvoir d’illusion, qu’elle a appris à contrôler grâce à son père (c’était bien la moindre des choses qu’il puisse faire pour rattraper son affront). Toutefois, elle ne le maîtrise pas totalement puisqu’elle ne l’utilise pas à tous les jours. Elle s’efforce de l’améliorer puisqu’il peut s’avérer très pratiques lors de ses « activités en dehors de la noblesse ». Grâce à ce pouvoir, elle peut abuser les cinq sens, par exemple créer l’illusion d’un peu pour faire paniquer quelqu’un, mais jamais ce feu ne blessera la personne en question. ]

Informations sociales

Royaume d'origine : Elle est originaire du royaume de Fée
Royaume de résidence : Elle habite depuis une trentaine d’année au royaume d’Émeraude puisqu’il s’agit du royaume le plus important et imposant du continent. Les offres d’emplois y sont très nombreuses.
Relation/Famille/Clan :  Son mari a tragiquement perdu la vie il y a de cela une dizaine d’années, emporté par une très vilaine fièvre. Ses parents résident toujours au royaume de Fée, mais elle n’entretient plus aucun lien avec eux depuis son mariage.


Informations historiques

Histoire : Sibylle est née au royaume de Fée d’un père Fée et d’une mère humaine. Son père était un noble du royaume qui avait fait fortune dans le commerce. À partir des fleurs si particulières qui poussaient au royaume de Fée, il avait créé diverses sortes de boissons alcoolisées qui, au fil des années, étaient devenues de plus en plus populaires et recherchées. Pour le commerce, il voyagea donc partout sur le continent, préférant se faires des connaissances, des fournisseurs et surtout des acheteurs potentiels qui seraient prêts à tout pour vendre et obtenir ses produits de luxe. C’est au royaume de Jade qu’il rencontra Agnès, une jeune courtisane de la cour du roi. Une nuit, alors qu’il résidait au château de Jade, il abusa un peu trop de sa marchandise et succomba aux charmes d’Agnès qui avait tout fait pour attirer son attention. De cette nuit remplie de luxure, d’alcool et de vices fut conçue Sibylle. En se rendant à Jade, Malik n’avait jamais songé en repartir avec une fiancée. Cependant la jeune courtisane exerçait sur lui une emprise qu’il n’avait jamais compris. Était-ce de l’amour ou bien simplement une attirance physique plus que puissante? Il ne le sut jamais, mais ce pouvoir qu’elle avait sur lui fit en sorte qu’il la demanda en mariage et qu’il la ramena au royaume de Fée. De par son mariage, Agnès acquit des lettres de noblesse et une très grande fortune. Elle tenait Malik sous son charme et faisait en sorte qu’il répondait à tous ses caprices, et elle en avait.

Neuf mois plus tard, pendant la saison chaude, naquit Sibylle. L’enfant fut une déception pour ses deux parents. Malik désirait ardemment avoir un héritier mâle pour continuer à faire fleurir son commerce et Agnès n’avait jamais voulu d’enfant. Pendant sa grossesse, elle avait tout tenté pour essayer de faire une fausse couche. Mais l’enfant s’était solidement accroché et elle vint au monde en parfaite santé.  N’ayant donc aucune fibre maternelle, Agnès engagea une gouvernante et lui confia l’éducation de sa fille. Sibylle eut donc pour mère une femme très stricte, mais aussi très jeune et très belle, Amaury. Sa gouvernante n’était jamais satisfaite et exigeait toujours d’elle la perfection. Jamais elle ne montra de signe d’affection, mais au fond Sibylle savait que cette femme était attachée à elle. Amaury lui apprit à lire, à chevaucher, à coudre, à prendre soin de son corps. Elle lui enseigna les règles de la bienséance, mais aussi de la courtoisie et plus tard de la séduction.

Vers l’âge de douze ans, alors qu’elle devait  s’entretenir avec son père de son avenir, elle fut témoin d’un évènement qui changera le cours de sa vie. En arrivant à la chambre de son père, elle vit que la porte était entrouverte. Curieuse de nature, elle s’approcha silencieusement. C’est là qu’elle vit son père, au lit avec Amaury. Jamais elle n’avait pensé que sa gouvernante entretenait une telle relation avec sa gouvernante, lui qui était toujours si froid avec elle et très sérieux. Sous le choc, la jeune adolescente retourna dans sa chambre afin de se remettre de ses émotions. Un long moment après, Amaury entra dans la chambre de la demi-fée. Cette dernière, incapable de mentir, lui raconta ce qu’elle avait vu. Sa gouvernante lui expliqua donc que, dans la vie, rien n’était gratuit et que si l’on désirait quelque chose, il fallait soi-même se débrouiller pour l’obtenir. Elle lui avoua aussi que, pour une femme, le meilleur moyen d’arriver à ses fins était la séduction et l’usage des charmes. Sibylle était encore trop jeune pour savoir ce que cela signifiait exactement, mais ce moment lui resta toujours en mémoire.

Environ deux semaines après cet évènement, Agnès fut assassinée. Personne ne savait qui avait commis le meurtre, mais Sibylle savait au fond d’elle que c’était Amaury qui avait tout fait pour parvenir à ses fins. Peu de temps après, elle devint la nouvelle épouse de son père et donc sa belle-mère. La jeune fille ne fut jamais vraiment fâchée de voir sa mère mourir puisqu’elle ne l’avait point aimé. Sans doute parce qu’elle était sa copie conforme. Après que le temps de deuil fut passé, et que le mariage entre son père et sa gouvernante eut lieu, cette dernière prit très au sérieux l’éducation de la demi-fée. « Je ne veux pas que tu finisses comme ta mère », lui répétait-elle sans cesse. C’est à ce moment que la vraie éducation de Sibylle commença. Amaury lui appris comment séduire les garçons, comment utiliser son corps pour que ceux-ci succombent. La petite n’avait que treize ans, et déjà elle en savait plus sur la sexualité que des femmes ayant le double de son âge. Après les charmes du corps, venait les charmes de l’esprit. Elle apprit comment séduire avec les mots, tout en restant de glace intérieurement.

L’adolescente adorait apprendre tout ce que lui enseignait celle qu’elle désignait comme sa mère. Le contrôle des autres l’enivrait et elle avait hâte de tester ses connaissances dans le vrai monde. Lorsque sa mère la jugea prête, elle l’envoya dans le monde. « Trouve-toi un homme riche, séduis-le et accroche-le ». Telle était sa mission pour ses premiers travaux pratiques. Sibylle voyait grand, et c’est pourquoi elle jeta son dévolu sur Jaromir Baüdwin, le célibataire le plus riche, le plus beau et le plus inaccessible du royaume de Fée. Il était âgé de vingt-deux années, alors que Sibylle n’en avait que quinze. Le meilleur parti du royaume. L’adolescente ne mit pas beaucoup de temps à l’avoir sous son contrôle. Le mystère, les charmes et l’astuce dont elle faisait preuve fit en sorte que six mois après, il demandait sa main à son père, qui ne put refuser tellement l’offre était alléchante. Jaromir ne demandait pas de dot, seulement Sibylle pour lui tout seul. Ils furent mariés quelques mois après.

Elle réussit à le convaincre de déménager, de partir dans un autre royaume. La jeune mariée désirait s’affranchir d’Amaury maintenant qu’elle en avait les moyens. Certes, elle considérait cette femme comme sa mère et l’aimait beaucoup, mais elle savait que si elle venait à devenir plus menaçante qu’elle, elle serait éliminée tout comme Agnès. Elle tenait à la vie et voulait être en mesure d’affronter Amaury lorsque le jour viendrait. L’heureux couple établit donc sa résidence au royaume Turquoise, là où les plus fantastiques marchands de tissus et de joyaux aimaient s’installer. Jaromir était l’un des hommes les plus riches du continent, il pouvait donc vivre sans travailler. Cependant Sibylle le convainquit de prendre la relève de Malik afin de continuer à faire fluctuer l’entreprise. Ne pouvant rien lui refuser, il entreprit donc de continuer le travail que son beau-père avait accompli. Ils passèrent quinze ans au royaume de Turquoise, Jaromir ne se doutant jamais que sa femme voyait d’autres hommes dans son dos, tellement il était aveuglé par elle.

À l’âge de vingt-cinq ans, Sibylle avait rencontré Owen, le nouveau chef de la garde du roi de Turquoise. Elle l’avait séduit pour des raisons bien précises : elle voulait apprendre le maniement des armes, des poignards et des dagues en particulier, et le garde en était expert. Ils se voyaient donc lorsque Jaromir se rendait à l’extérieur du royaume pour affaires. Leurs entretiens étaient mêlés d’armes, de sexe et d’alcool. Ce qu’elle aimait avec Owen, c’est qu’il ne posait jamais de questions. Il était très silencieux, habitué à obéir aux ordres. Cela prit cinq ans à la demi-fée à bien maîtriser les armes qu’elle voulait manier. Cependant, Owen commençait à être de plus en plus pressant : Il voulait qu’elle quitte son mari pour l’épouser lui. Le roi avait déjà accepté qu’il quitte le royaume pour aller offrir ses services ailleurs. Tous deux étaient maintenant en mesure de se protéger contre n’importe quelle attaque.

Ne voulant pas renoncer à la fortune que lui procurait son mariage avec Jaromir, elle imagina un stratagème. La voix d’Amaury lui revenait sans cesse en tête. « Lorsqu’un homme ne t’es plus utile, débarrasse-t-en. » Après quinze ans à vivre dans un royaume, Sibylle avait infiltré des endroits plus ou moins recommandables. Elle avait noué des liens avec un apothicaire (elle lui apportait souvent des cobayes pour ses nouveaux mélanges) qui lui vendit un poison indétectable qui ferait en sorte que son mari mourrait d’une fièvre. Jamais on ne soupçonnerait qu’il puisse être assassiné. En arrivant chez elle, elle fit semblant de vouloir préparer une surprise à son mari. Elle déboucha l’un des meilleurs nectars des réserves de Jaromir, s’habilla très légèrement afin de lui donner l’impression qu’ils auraient une nuit de rêve. Elle remplit deux coupes en or et versa le contenu de la fiole dans le verre de son époux. Lorsqu’il arriva à leur demeure, celui-ci se laissa prendre et bu la liqueur que lui offrait sa femme. Le poison ne fit pas effet tout de suite, Sibylle eut le loisir de jouir d’une dernière nuit de frivolités avant qu’il rende l’âme.

Parce qu’elle était mariée, la fortune de son mari lui revint de droit et c’est pour cette raison qu’elle ne l’avait tout simplement pas quitté. Affranchie de son mariage, elle ne voulut cependant point s’engager dans une autre union légale. Elle voulait devenir indépendante, subvenir à ses propres besoins et faire ce que bon lui semblait (encore plus qu’elle ne le faisait déjà). De plus, son premier meurtre lui avait procuré un sentiment qu’elle n’aurait pas songé ressentir : du plaisir, de l’excitation et surtout le désir de recommencer. Elle aimait la sensation d’avoir la vie de quelqu’un entre ses mains, d’avoir le pouvoir de décidé s’il vivait ou mourrait. Ce sont ces sensations qui lui firent planifier son deuxième meurtre. Non, elle ne s’enchaînerait pas à un deuxième homme. Elle prépara donc ses bagages et annonça à Owen qu’elle voulait vivre au royaume d’Émeraude. Celui-ci n’y vit pas d’objection et fit le nécessaire pour leur déménagement. Il partit donc à Émeraude afin d’offrir ses services au roi du royaume, celui-ci les accepta. Il leur trouva aussi une très riche propriété tout près du château. Lorsqu’il revint à Turquoise, Sibylle était prête à partir. Ils se mirent donc en route le lendemain. Le trajet durerait une semaine, puisqu’ils coucheraient dans différentes auberges.

À mi-chemin, Sibylle demanda au cocher de s’arrêter. Owen lui demanda pourquoi elle désirait s’arrêter et elle lui répondit qu’elle le désirait, tout de suite et maintenant. Le garde était habitué aux appétits sexuels féroces de sa future épouse alors il n’en fut aucunement surpris. Elle le conduit dehors et commença à l’embrasser ardemment. Owen, dont l’appétit était aussi féroce que celui de la demi-fée, l’agrippa et la plaqua contre un arbre près d’un précipice. Il entreprit alors de déshabiller son amante lorsque celle-ci dégaina un poignard de sous sa robe et le planta dans la poitrine de son amant. Ses yeux s’agrandirent de surprise et il dévisagea Sibylle. Sans aucune émotion, elle le repoussa violement avec son pied et il tomba au fond du précipice, mort. Elle retourna au carrosse et demanda au cocher-qui était son complice depuis le début- de continuer sa route.

Une fois arrivée à Émeraude, elle s’installa, seule, dans son nouveau domaine et entreprit de se faire de nouveaux contacts. Après plusieurs années auprès de la noblesse émerienne, elle réussit à se faire une réputation de dame distinguée, riche et très difficile à satisfaire. Sa couverture lui convenait agréablement. Cependant très peu connaissaient sa véritable nature, celle d’un assassin sans scrupule. Ses principaux  clients étaient des nobles, marchands riches qui désiraient éliminer de la concurrence, ou bien il s’agissait simplement de vices, de guerre de pouvoirs ou de rancune. Aux yeux de toute la noblesse, elle était la comtesse de Braüwin, mais aux yeux de ses clients, elle était Milady. Ce nom était bien redouté au royaume d’Émeraude et cela ne faisait qu’augmenter son désir de tuer.



Fonction : Noble, officiellement
Informations Hors-Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Colombe

avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 08/02/2015

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Humaine
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Sibylle Baüdwin   Sam 28 Fév - 11:42

As-tu terminé ta présentation? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sibylle Baüdwin   Ven 6 Mar - 23:44

[Sibylle on] Oui elle est terminée!
Revenir en haut Aller en bas
Colombe

avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 08/02/2015

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Humaine
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Sibylle Baüdwin   Sam 7 Mar - 10:25

Présentation approuvée

Bon RP (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sibylle Baüdwin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sibylle Baüdwin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sibylle Patricia Trelawney
» Nathan et Syb' (Avant l'enlèvement de Sybille)
» Règlement du cours de divination
» Sibylle Trelawney
» L'Oeil de la sibylle - chapitre 1 (sujet fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du premier forum :: Présentations-
Sauter vers: