Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 When a girl fall on Lust [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: When a girl fall on Lust [Terminé]   Ven 8 Avr - 19:46

Aaah! Humm! Comme cela sentait bon! Je fermai les yeux pour laisser l'odeur pénétrer mes sens sans l'influence ma vue, puis soupirai d'aise. C'était absolument merveilleux ce léger parfum de cannelle et de pommes! J'avais participé à la confection de ces délicieuses friandises qui étaient offertes par la boutique en cette belle journée. C'était bien malgré moi que maintenant ma robe embaumait les brioches à plein nez. Malheureusement, il était bien trop tard pour me changer, je voulais absolument participer à la livraison qui allait avoir lieu au château! Cela faisait deux semaines que j'étais à mon poste ici maintenant et je n'avais pas encore eu l'occasion d'aller au château, pourtant la livraison se faisait de façon régulière! Il y en avait une quotidienne et une hebdomadaire. Je m'étais jurée de participer à la livraison hebdomadaire, et cela commençait dès maintenant!

Je lavai mes mains dans le bol placé à cet effet puis vérifiai une dernière fois que tout était prêt pour le départ. J'était toute excitée et cela amusait grandement les employés qui travaillaient là depuis un moment. J'aurais cru que ma présence serait un signe d'autorité difficilement accueilli, mais en fait je m'étais rapidement taillé une place. Dès le début, j'avais démontré que j'avais l'intention de participer, de me salir les mains, que je savais ce que je faisais et que je voulais apprendre à tous les connaître. Il y avait quelques réticences, mais rien de bien impressionnant et je laissais le temps se charger du reste. Je savais que mon sourire faisait fondre les coeurs et que mon regard touchait l'âme des gens. C'était peut-être un peu mesquin de l'utiliser, mais c'était moi.

Je n'avais, évidemment, pas l'intention de séduire mes employés. Je ne voudrais pas créer de tension, j'allais garder mes activités le plus secret possible, jusqu'à maintenant je n'avais pas eu beaucoup le temps de sortir et mon corps me créait un alanguissement terrible. Depuis mon retour à Shola, il y avait eu cette fille que j'avais revu à quelques reprises, mais cela faisait déjà près de cinq jours que je ne l'avais pas vu. Pour moi, c'était long. Surtout qu'entre chaque fois, l'espacement était immense. Je devais impérativement me trouver du temps pour partir à la pêche, car je ne pourrais pas endurer cela longtemps.

C'est dans cet état d'esprit que j'aidai à embarquer la dernière caisse de victuailles, et que je montai devant la carriole avec mon brave Oliver qui menait les chevaux vers le château, afin de livrer de la nourriture fraîche. Je fis attention de ne point salir ma robe en m'installant, mais le siège était propre. Je plissai le nez sous l'odeur, mais au fond, ce n'était pas si désagréable. Je ne risquais de croiser que des femmes de cuisine, ou dans le mieux, Philomena. Alors je n'avais pas à m'inquiéter de n'avoir pu me changer! De toute façon, ce n'étais pas si désagréable. La robe était magnifique, la couleur était d'un beau rosé foncé qui mettait valeur mes yeux gris-bleu. Le décolleté était léger et ne laissait entrevoir que la naissance de mes seins. La petite ceinture dorée et les longues manches mettaient en valeur la délicatesse de mon corps. (Voir la robe ici) J'étais plutôt à l'aise!

Lorsque nous arrivâmes au pied des marches du château, Oliver m'aida galamment à mettre pied à terre et je lui souris. Deux adolescents, Perh et Izho, commencèrent à décharger la dizaine de caisse, et tant qu'à moi, je filer aux cuisines pour faire le premier contact avec les cuisinières. Elles étaient, après tout, mes clientes les plus importantes! Je pénétrai donc dans le hall du château. Je n'y avais pas mis les pieds depuis terriblement longtemps! Humm... les cuisines c'était... par là! Je tournai à gauche, montai des marches, tournai à droite, montai deux petites marches, allai tout droit un moment, tournai à nouveau... puis... il fallait aller... euh... je m'arrêtai un instant en regardant autour de moi. Les choses avaient changer en huit ans. Je ne reconnaissais plus du tout ce qui m'entourait. Je soupirai, agacée.

Je ne pouvais tout de même pas m'être perdue! Bon, et puis tant pis! Je décidai de revenir sur mes pas. Soudain, je m'arrêtai devant une statuette représentant une divinité. Je ne l'avais pas vu tout à l'air. D'ailleurs, j'étais dans un coude en ce moment, pourtant, je n'en avais pas longé précédemment... Oh... Zut... C'était définitif, j'étais perdue. Comment pouvait-on ne pas croiser âme qui vive d'ailleurs, dans le château? Bon, on était en début d'après-midi, c'était l'heure de la sieste peut-être? Je devais être dans un corridor peu fréquenter... Je soupirai et tournai le coin en accélérant le pas, espérant sortir d'ici bientôt. Ce n'était sans doute pas la meilleure idée, car je me cognai durement la tête sur l'épaule de quelqu'un. Je grimaçai et portai la main à mon front tout en basculant vers l'arrière. Je reculai mon pied pour me ré-équilibrer, mais mon « obstacle » me soutint. Je levai un bras, par réflexe, pour me rattraper au sien. « Merci... et désolée... » murmurai-je dans un souffle, sans lever les yeux, trop occupée que j'étais à compresser mon front, et ma honte.


Dernière édition par Méira le Ven 30 Sep - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Dim 17 Avr - 2:25


Cette journée avançait comme les autres : rien de particulièrement intéressant à noter. À vrai dire, il était même légèrement irrité. Il était impossible de se sentir toujours bien et ce jour-ci, Lust ne se sentait pas très bien. Il avait hâte de rencontrer quelque chose qui allait être nouveau dans sa journée. Non pas que ces habitudes ne lui plaisaient plus, mais pour lui, il avait envie de faire quelque chose. Lire son livre n’était pas très passionnant, bien que cette histoire soit intéressante. Sheireen avait vu juste malgré tout. Il soupira avant de poser le livre à côté et de se lever. Il était dans ses appartements, sur un fauteuil et cette fois-ci, personne n’était entré comme cela à l’improvise. Il ne savait juste pas ce qu’il devait faire : pour lui, c’était trop ennuyant comme journée et il avait seulement envie que la journée passe, pour qu’elle ait ainsi une chance de devenir intéressante.

Lust se prépara, prenant le temps avant de sortir. Il n'avait pas l’intention de croiser une personne aujourd’hui, du moins… tout dépendait du hasard. Il jugerait au moment où cela arrivera, si cela arrivait un jour. Malgré que les plans de Mikhael n’étaient pas très compliqués, il ne sortait pas si son apparence était… contraire à ce qu’il souhaitait montrer et ce qu’il était. Son apparence n’était pas très importante – il se savait beau n’importe comment – mais il devait tout de même faire en sorte de garder une certaine bienséance. L’important était ce qu’il dégageait en tant que personne, et non seulement ce à quoi il ressemblait. Ses cheveux étaient noués en une queue de cheval, comme il avait l’habitude de faire. Il sortit finalement et, de ses appartements à la bibliothèque, il y avait plusieurs chemins possibles. Pour cette fois-ci, il changea sa routine et passant dans un autre corridor, très peu passant.

Était-ce le destin qui l’avait fait choisir ce chemin ? Il ne croyait pas du tout au destin mais dans ce cas-ci, sa routine fut changée. C’était mal ou bien, ça, Mikhael ne le savait pas vraiment. Il marchait calmement, lentement. Il n'avait rien de précis à faire, il marchait simplement dans le but de se rendre à un endroit précis. Mais… Apparemment, ce n’était pas le cas de tous. En marchant, une femme lui fonça dedans au tourna. Il semblait s’être bien pris le coup et Lust la rattrapa, faisant ainsi en sorte qu’elle ne tombe pas au sol. Cette magnifique femme s’excusa et le remercie, tirant un sourire à la Luxure. Il n'avait pas été méchant, la rattrapant pour qu’elle ne tombe pas sur le sol aussi lamentablement.

« Ne vous en faites pas, l’important, c’est bien que nous ne soyez pas tombée sur le sol. »

Le regard de Mikhael restait sur elle, étant tout de même satisfait de trouver quelque chose de nouveau dans cette journée ordinaire. Ses pensées n’étaient pas dirigées vers l’idée de se rendre dans un lit, mais bien plus sur la beauté de cette femme. Elle était magnifique, en plus de porter un vêtement vraiment parfait sur son corps. D’un premier point de vue, il pouvait ressembler à un gentleman : il aidait une femme et s’assurait qu’elle n’était pas blessée. Ses mots étaient aussi vers cette pensée. Cependant, une personne connaissant sa réputation pourrait rapidement comprendre que cela n’était pas le cas. Cette réputation le suivait encore et encore. Il avait déjà vu cette femme, il le savait. Pour le moment, il n’était juste pas capable de replacer son visage à un moment ; il était tout de même certain qu’il savait qui elle était.

« Que faisiez-vous dans ce couloir ? C’est bien rare d’y voir des personnes. Vous sembliez aussi bien perdue pour ne pas avoir regardé devant vous et réaliser qu’une personne venait en sens inverse. » Il sourit légèrement ; ça ne le dérangeait pas du tout. Elle n’était pas tombée sur quelqu’un de très susceptible. Une chance qu’elle n’était pas tombée sur Khanrell… « Êtes-vous blessée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Jeu 21 Avr - 22:27

L'homme que j'avais heurté avait une voix agréable. Il me dit de ne pas m'en faire, que ce qui était important était que je ne me sois pas écroulée au sol. J'eus un petit sourire, mal à l'aise, plutôt dans mon orgueil qu'ailleurs. Tant pis s'il me prenait pour une fille timide. Je reculai d'un pas pour prendre une distance raisonnable, car je dois avouer que la proximité de ce corps qui me semblait plutôt bien constituer dans de si beaux vêtements ne me laissait pas froide. Je levai un regard incertain vers lui, alors que ma main compressait toujours mon front dans un léger massage. Ce visage... en fait non. Pas le visage, mais plutôt les cheveux. Je pourrais les reconnaître n'importe où! Ils m'avaient marqués depuis mon enfance. Cette couleur si particulière, j'en avais vu d'autres, bien sûr, mais ici, au château... ce ne pouvait être que lui.

Il me demanda ce que je faisais dans le couloir, et remarqua comme j'avais l'air perdue. Je fis une moue ennuyée. Déjà que j'étais touchée dans ma fierté de l'avoir heurté de plein fouet, je devait en plus me faire remarquer que je m'étais égarée dans ce dédales de pierres. Je détournai les yeux et observai le mur. Allons Méira, ce n'est que de la frustration. Et je savais très bien à quoi cela était du, bien que la dernière fois n'était pas si éloignée. Je ne pouvais tout de même pas être aussi égotique au point de me sentir ennuyée à ce point pour une broutille de la sorte. Je soupirai. Au moins, le prince de Shola, car c'était bien lui, je l'avais reconnu, ne semblait pas ennuyé.

Il me demanda si j'étais blessée, je ramenai mon regard gris-bleu vers lui, et le plongeai dans ses pupilles violettes. « Je... non. Je ne suis pas blessée, merci. » Je réalisai que ma main massait toujours mon front et la portai plutôt contre mon corps, ne sachant où la mettre, je croisai les bras devant moi. « Je... » J'inspirai, puis soupirai. Je devais l'admettre oui, j'étais perdue. J'accentuai ma moue ennuyée en tournant les yeux vers le mur. « Je... je suis perdue en effet... » Je croisai mes bras un peu plus serré contre moi. Ça ne me plaisait visiblement pas de l'admettre. Autour de moi flottait cette odeur de brioche pomme et cannelle. J'avais penché légèrement la tête et l'odeur m'avait frappé à nouveau. Je plissai le nez. S'il la sentait... je me sentais soudainement envahie par la honte.

De toutes les personnes que je pouvais croiser, il avait fallut que je tombes sur le prince Mikhael Lust de Shola. J'avais entendu quelques rumeurs... la curiosité l'emporta et je posai un oeil sur sa poitrine puis remontai vers son visage à nouveau. Il était vraiment bel homme... Je rougis légèrement en croisant son regard et baissai les yeux en tournant la tête, forçant ainsi mes cheveux à masquer mon visage. Quelle sotte j'étais! Bravo la subtilité! Me voilà prise en flagrant délis de voyeurisme comme une adolescente! J'allais devoir mettre les choses au clair avant qu'il se fasse une fausse idée de moi... Mais pour l'instant, je me sentais terriblement mal à l'aise. C'était cet orgueil. Ce cher orgueil. J'allais devoir le dompter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Dim 1 Mai - 19:11

Une belle jeune fille qu’il avait là. Il savait l’avoir vu de nombreuses fois au château, mais c’était bien la première fois où ils se retrouvaient ensemble et où ils discutaient. Elle était l’amie de sa sœur, il arrivait maintenant à la replacer. Il était cependant beaucoup plus difficile de comprendre ce qu’elle faisait dans ce couloir silencieux. Bien peu de gens passait ici, là était la raison du désir de Lust de s’y retrouver. S’il avait su qu’une si jolie demoiselle s’y trouvait, il aurait encore moins hésité avant d’y aller. Un léger sourire vint sur ses lèvres lorsqu’elle fit la moue. Elle n’était que plus attirante ainsi. Une femme insatisfaite d’une situation, il n’y a rien de plus attirant. Cela donne envie à la Luxure d’y remédier maintenant.

Il regardait son visage, en attendant simplement, un simple sourire poli aux lèvres. C’était bien assez pour lui. La mettre mal à l’aise pendant ce moment où ils se trouvaient seul dans un couloir éloigné n’aiderait en rien. Il attendit simplement, se disant que cette femme était bien plus intéressante que tout ce qu’il aurait pu faire à ce moment. Il la regarda dans les yeux attendant ses mots qui finirent par venir. Pas blessée ? Super, c’était l’important : Lust aurait été déçu de l’avoir rattrapé mais de la voir blessée en même temps. C’était un avantage pour le prince. De plus, il ne souhaitait pas de mal à cette femme, encore moins qu’elle soit aux prises avec de la douleur…

Son semblant de gêne était agréable à voir. Et surtout la difficulté qu’elle eût à dire qu'elle était perdue. Ce château est sa maison : Lust le connait depuis toujours. Il serait bien difficile pour lui de s’y perdre. Aider cette femme ne pouvait que se montrer encore plus agréable. Mikhael était bien d’accord pour l’aider à se repérer si le besoin est.

« Ne vous en faites pas. Je connais bien le château et je vous aiderai à vous retrouver. »

Quitter une telle opportunité si rapidement ? Ça serait triste… cette femme était perdue, elle n’allait pas rejetée froidement son aide. Du moins, si sa compagnie n’était pas agréable, cela pouvait être possible. Hors, ce n’était pas le cas et sa compagnie était d’une grande perfection. Il fut soudain interpellé par un détail : elle ne le regardait plus dans les yeux. Une chose bien dommage puisque ses yeux étaient si magnifiques. Un sourire légèrement charmeur se forma sur ses lèvres : il était bien amusé par cette situation. Leurs regards se recroisèrent et il nota les rougeurs sur ses joues. Est-ce que cela dérangeait Mikhael ? Non du tout. Ça faisait que lui dire que lui aussi pouvait le faire sans trop de remords. Même si jamais il n’aurait des remords pour cela.

Le prince Mikhael Lust avança d’un léger pas afin de se rapprocher d’elle. Son première geste fut de replacer une mèche derrière son oreille, délicatement, dans un geste très délicat. C’est bien dommage de cacher un si beau visage… Le prince souhaitait le regarder l’admirer encore plus. Il s’occupa simplement d’un côté pour voir ses yeux, ses yeux qu’il adorait. Il avait l’habitude de regarder les yeux des femmes, pour lui, plus ils étaient jolis et plus cela était un symbole de beauté chez la femme. Elles pouvaient être jolies sans yeux sortant de l’ordinaire… mais dans le cas de cette jeune femme, cela voulait tout dire. Si jolie, avec des yeux d’une beauté rare. Sa main vint alors se glisser sous son menton et le releva un peu.

« C’est dommage de cacher un si beau visage. Je vous gêne peut-être ? »

Une femme qui allait lui donner raison, continuer à le regarder encore et encore. Cela lui plaisait bien, c’était un aspect chez la femme qu’il ne détestait pas. Il profita de ce moment pour la regarder dans les yeux, son magnifique regard. Il savait très bien qu’il la gênait. Du moins, il l’avait bien compris lorsqu’elle avait rougi en regardant ailleurs. Ce n’était pas bien difficile à comprendre, et cela plaisait à Lust. Bien sûr qu’il profitait de cette situation. Sa main se retira de sous son menton, caressa doucement sa joue avant de se retirer complètement. Ce geste rapide montrait là toutes les pensées de Mikhael.

« Vous ne semblez pas en pleine possession de vos moyens, je me trompe ? Nous allons sortir d’ici, vous allez sûrement vous sentir mieux. »

Il lui présenta son bras. Il allait simplement faire demi-tour : ils sortiraient non loin de ses propres appartements. Peut-être qu’ainsi, elle se retrouverait ? Il pouvait aller à la bibliothèque aussi, mais cela lui plaisait bien moins comme possibilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Lun 2 Mai - 17:34

Avoir Mikhael Lust comme guide afin de retrouver mon chemin était le dernier de mes désirs en ce moment. Ou plutôt justement, puisqu'il se situait parmi mes désirs, il figurait parmi les moins envisageable! Je le vis s'avancer d'un pas sous l'épais brouillard de mes cheveux de jais et il dégagea mon visage en repoussant mes cheveux derrière mes oreilles, ne m'aidant absolument pas à reprendre mon calme, alors que sa proximité me rappelait à quel point ma chasteté me pesait lourdement. Je me sermonnai intérieurement. De toute façon, les sept jours ne s'étaient pas écoulés.

Je fixai un point au sol. Je ne pouvais pas soutenir son regard, les pensées concupiscentes qui m'habitaient risquaient de me faire rougir de honte. Allons donc, c'était ridicule, me voilà qui agissait comme une vulgaire pucelle. Sa main glissa délicatement sous mon menton et le releva, forçant mon regard à se poser à nouveau sur lui. Je ne résistai pas, de toute façon, j'en avais envie. « C’est dommage de cacher un si beau visage. Je vous gêne peut-être ? » Ses paroles, je ne m'y attendais pas du tout. Je laissai échapper un « Oh! » de surprise et m'empourprai violemment. Ce n'était pas de la gêne, c'était de l'orgueil! « Je... absolument pas! » fis-je, clairement pas convaincante.

Dans mes yeux brillèrent une lueur provocante, mon orgueil combattait sauvagement, ne m'aidant absolument pas à reprendre contenance, encore moins que cette caresse fugace sur mon visage. Humf, c'était injuste. D'habitude, c'était moi, celle qui jouait ce rôle! Et voilà que je tombais dans le panneau, tout bonnement, comme ça! Mais non, je n’étais pas séduite, mais il devait penser. Il ne devait pas le penser. Il ne le fallait pas. Je n’étais pas comme ça! Je… Je reculai d’un pas et secouai la tête pour chasser le rouge de mes joues et éclaircir mes pensées.

« Vous ne semblez pas en pleine possession de vos moyens, je me trompe ? Nous allons sortir d’ici, vous allez sûrement vous sentir mieux. » Oh le rustre! Je m'empourprai de nouveau. Comment pouvais-je seulement faire mine de me reprendre s’il passait des commentaires de la sorte? Je fermai les yeux, pour les soustraire à son sourire qui me donnait envie d’en faire de même, malgré mon orgueil qui me soufflait de claque des talons de virer de bord rageusement. De toute façon, j’étais perdue, où pourrais-je aller? J’ouvris les yeux, il me présentait son bras, j’hésitai et me mordit la lèvre inférieure en attrapant mon bras gauche, juste au-dessus du coude, de ma droite. Avais-je envie de le suivre?

En fait… avais-je le choix? Je plongeai à nouveau mes yeux dans les siens, puis, avec une moue hésitante, finit par lui dire : « Je veux bien vous suivre... si vous cessez vos commentaires... » Je détournai les yeux, les joues toujours aussi rosées. Ce teint m'était familier, mais ce n'était certainement pas la première image que j'avais prévu de lui offrir. Car oui, j'avais prévu de le rencontrer, mais pas là, pas aujourd'hui, pas comme ça. Là, je ne menais rien du tout. C'était injuste, il fallait que je reprennes la situation en main, je ne pouvais pas laisser cela comme ça! Je pris une grande inspiration et relevai le menton, plus provocante cette fois, tentant de reprendre le dessus sur mon trouble qui, malgré les apparences, était plus basé sur mon orgueil biaisé qu'autre chose.

« Je veux bien accepter votre aide afin de retrouver mon chemin, mais je saurai me retrouver, ne vous sentez pas obliger, je suis déjà venue ici, ce n'est pas ma première fois. » Je lui offris un de mes plus beaux sourires et lui fit une révérence digne d'une princesse et inclinai gracieusement la tête. « Je suis Méira Méthil, pardonnez-moi de ne m'être présentée plus tôt, on ne tombe pas sur un prince tous les jours... » Je relevai légèrement la tête et le regardai à travers mes cils, l'oeil espiègle, lui signifiant clairement que je l'avais reconnu. De toute façon, il ne m'avait sûrement pas reconnu. La dernière fois que nous nous étions vu remontait à plus de huit ans! J'avais grandement changer depuis.

Et puis, depuis mon retour, aucune personne de la royauté n'avait envoyer d'hommage à ma famille, aussi importante et riche fut-elle. Il faut dire que la mort de leur père avait dû bouleverser légèrement leurs quotidiens. Je me redressai et considérai ce magnifique prince qui se tenait devant moi, l'oeil curieux, le sourire poli. Lui aussi, il avait changé. Je n'étais pas surprise qu'il soit aussi populaire auprès de la gente féminine. Il était aux femmes ce que j'étais aux hommes. Devant moi ce tenait sans doute le plus gros défi qu'il m'eut été donné de croiser : Faire en sorte que ce séducteur me reconnaisse au-delà de la masse. Mon sourire s'agrandit, j'étais ravie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Dim 8 Mai - 1:49

Toutes les réactions de cette femme faisaient en sorte que Lust garde son sourire. Il avait toujours trouvé ça joli une femme qui essayait de cacher ce qu’elle faisait. Il était clair que cette jeune fille pensait autre chose que ce qu’elle démontrait. Et ce fait tirait un beau sourire à Lust, qui s’amusait de ces mots et de sa réaction. Rougir, détourner le regard et même poser son regard sur lui… il n’y avait rien de mieux que ce genre de petitetes réactions. Un regard voulait tout dire et il semblait voir clair dans son jeu. Il se trompait peut-être mais comme elle réagissait à chaque petit geste et mouvement, cela lui exposait clairement ces intentions. Mikhael était évidemment clair avec ce qu’il souhaitait. Une belle femme semblait le désirer au moins un peu était là, devant lui… Que devait-il faire autre que de l’encourager dans cette direction ?

Elle se recula. Dommage, mais il semblait avoir compris cette femme. Il faut bien dire qu’elles ne sont pas difficiles à comprendre, du tout. Il sourit doucement, on lui faisait remarquer que ce qu’elle semblait montrer ne passait pas, car il le voyait. Il ne lui demandait pas si elle allait bien mais plutôt si elle était en possession de ces moyens : façon de lui dire clairement qu’il savait que quelque chose la tracassait. Cela eut son effet car elle rougit vivement. Comment ne pas sourire ou encore ne pas la trouver séduisante dans cette situation ? Il était impossible d’imaginer autre chose…

Satisfait de la sentir près, il ne faisait que garder son sourire. Là, ils semblaient juste être un homme et une femme ensembles, se tenant comme il le fallait. Il ne fut pas surpris qu’elle accepta. Elle allait le suivre seulement s’il arrêtait ses commentaires. Son sourire s’élargit. Il souhaitait vraiment continuer à passer son temps avec cette femme, elle l’intéressait. Le fait qu’elle lui demande de ne plus passer de commentaires confirma ce qu’il pensait : ça la gênait. Et pour cela, il faut dire que ça ne dérange pas la Luxure du tout. Elle ne disait rien contre, alors… c’était parfait. « Je le ferai si vous le souhaitez. » Et comment cela voulait absolument dire qu’elle n’appréciait pas cela et que ça lui faisait de l’effet. Il eut un léger rire quand elle lui dit de ne pas se sentir obligé. Se sentir obligé d’être avec une jolie femme qui lui offrait une vue magnifique ? Jamais…

Méira Méthil. Il pouvait à présent mettre un nom sur son visage. D’ailleurs, ce nom lui disait grandement  quelque chose, il devait l'avoir déjà connu. Enfin… ce n’était pas tellement l’important. Pour sa part, elle l’avait reconnu. Ça aurait été vraiment étrange si elle ne l’avait pas su. Il était un Prince et assez connu dans le royaume.

« Je présume que me présenter n’est pas nécessaire dans ce cas, si vous avez déjà conscience de qui je suis. Je suis le Prince Mikhael Lust de Shola, ravi de faire votre connaissance, Lady Méira Methil. »

La politesse, l’accent sur son nom… Méira. Il était vraiment content de ce moment, il fallait donc y aller en toute subtilité. Il commença à avancer, toujours avec le bras de Méira autour du sien. Ça lui faisait grandement plaisir, et lui donnait envie d’un peu plus. Il continua alors, après les marques de politesse.

« Cela me fait même plaisir de me retrouver en votre compagnie. À vrai dire, vous apportez quelque chose dans ma journée. Il est toujours plus agréable de passer du bon temps en compagnie d’une Dame telle que vous qu’avec un livre qui ne raconte rien de réel. »

Il jeta un regard à la femme se trouvant avec lui. Si par miracle… elle ne savait pas quoi faire ou n'avait rien de prévu, selon devenait plus intéressant. Il suivait ce qu’elle lui avait demandé, il ne disait plus aucun commentaire sur son état. Non, il le constatait simplement, se contentant de sourire à chaque fois où quelque chose lui plaisait chez cette femme. Elle était une femme qui semblait bien agréable… Il ne la connaissait pas… et alors ?

« Que souhaitez-vous faire avant de vous perdre ? Vous ne semblez pas si pressée, dois-je donc en juger que cela n’était pas bien important et que vous avez le choix de faire ce que vous souhaitez ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Lun 9 Mai - 22:06

Après m'être présentée, je pris le bras qu'il me présentait si galamment, posant ma main gauche sous le pli de son coude. La chaleur de son bras était plutôt agréable, je me faisais plutôt petite près de lui, mais pas autant que près d'autres gens. Ma tête dépassait son épaule de peu. Je levai un oeil vers lui, son sourire était contagieux, je souriai moi aussi. Il était terriblement séduisant. J'inspirai profondément, silencieusement. Au moins, il m'avait dit qu'il allait cesser ses commentaires, c'était déjà cela. Je ne sais pas ce que j'aurais fait s'il avait continuer plus longtemps, mon orgueil ne l'aurait pas supporter, et comme j'avais un nouvel objectif, je ne voulais pas le voir compromis.

Il me déclara qu'il était ravi de faire ma connaissance, je lui jetai un regard amusé. Il s'était présenté, bien inutilement, sans doute pour confirmer ce que je savais déjà. C'était plutôt galant d'une certaine façon, il me confirmait ainsi que je ne m'étais pas trompée sur lui. Mais comment l'aurais-je pu! Il n'y a pas beaucoup d'homme avec cette prestance et cette allure dans les parages, et encore moins au château. Et puis je dois admettre que j'avais l'avantage de l'avoir connu il y a huit ans de cela, lorsque j'étais amie avec Philomena. J'avais bien hâte de revoir la princesse d'ailleurs, sans doute allais-je bientôt la croiser elle aussi. « Enchantée, Messire. » dis-je avec un hochement de tête gracieux digne de ma noble caste.

Il fit un pas, et je le suivis. Nous primes donc la direction d'où il venait et je n'osai demander tout de suite vers où nous allions, prenant parti de lui faire confiance. J'allais lui demander ce qu'il allait de prévu pour y renoncer si facilement afin de me raccompagner lorsqu'il prit la parole d'abord. Tant pis, j'allais le faire après. En fait, il y répondit. Un livre apparemment, une fantaisie, ou je ne sais quoi. Je lui lançai un regard amusé. Je l'imaginais mal lire un roman fantaisiste, quel genre littéraire pouvait bien lire le prince de Shola? D'ailleurs, je ne saurais dire si sa façon de me désigner était un compliment à ma beauté ou à ma noblesse, mais je souris doucement à l'énonciation, nullement impressionnée par ces petits mots gratuits. Je les entendais si souvent, il pouvait sûrement faire mieux.

Il me demanda ce que je voulais faire avant de me perdre, je fis légèrement la moue, ennuyée qu'il me rappelle que je m'étais perdue. Quel manque de délicatesse! Il souligna comme je ne semblais pas presser et énonça des hypothèses. Je souris et lui jetai un regard espiègle. « Ma vie vous intéresse, Sir Mikhael? » Je reportai mon regard devant moi. « Hum, en fait j'aurais pu ne pas être présente aujourd'hui, cela n'aurait rien changer aux activités du commerce, mais je tenais à être présente. » Je soupirai bruyamment. « Mais aux vues de mon retard, je crois que je reporterai cette visite à une autre fois, cela fera plutôt mauvais comme impression, sinon. »

Je le regardai de biais, et ramenai mon regard devant, observant au passage les décorations du corridor. Je ne me repérais absolument pas... c'était dur d'admettre, même si je l'avais déjà admis, que j'étais complètement perdue. « Et vous, Sir, n'aviez-vous rien de mieux de prévu qu'un pauvre livre? » Soudain, je visualisai le moment qui se libérait de nos deux parts devant nous et je sentis comme un frisson à la base de ma nuque, bien que je ne frissonnai pas. C'était plus comme une sensation de chatouillis que j'avais parfois et que je ressentais quand j'avais envie... de quelque chose de particuliers. Et à côté de moi ce tenait ce quelque chose. Je souris en baissant la tête et détournant le regard pour lui masquer mes yeux. Je n'allais certes pas lui donner cette satisfaction aujourd'hui, mais je voulais bien lui faire comprendre que je ne le refuserais pas une autre fois...

Oh mais quelles pensées, Méira! Me sermonnais-je intérieurement. Au bras d'un prince qui plus est. Mais un prince avec une bien jolie réputation d'ailleurs. Si je n'avais pas été aussi discrète dans mes activités, j'aurais probablement la même aujourd'hui. Un sourire espiègle étira mes lèvres et je levai une main pour repousser ma longue chevelure d'ébène derrière mes épaules. En fait, on se faisait probablement de la compétition, puisque j'envahirais éventuellement son territoire féminin... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Mar 24 Mai - 0:09

Ce n’était pas tous les jours qu’on avait l’occasion de tomber sur une femme comme elle dans le château, sans que rien ne soit désiré. Bien sûr, il voulait avoir son intérêt et faire bien plus. La discussion peut être intéressante parfois, mais il était clair que ce n’était que très rarement les pensées de Mikhael. Discuter lui plaisait, mais tant que la discussion menait quelque part de plus intéressant que cela. Sa vie lui intéressait ? Non, pas du tout. Cependant, ce genre de réplique ne se disait pas à une dame. Il fallait qu’il donne un minimum l’impression qu’il s’intéressait à elle, et non seulement à ce qu’elle ressemblait. C’était assez important, donc il se retient de répondre ce qu’il aurait répondu. Il faut savoir parler et savoir ce qu’il faut dire ou ne pas dire. Il écouta ce qu’elle avait à dire. Et déjà ça lui faisait plaisir. Comme elle s’était perdue, il était trop tard pour ce qu’elle voulait faire. Cela pouvait donc attendre à une prochaine fois. En effet, cela ne lui dérangeait pas du tout… Elle confirmait qu’elle pouvait passer du temps avec lui.

Enfin, jamais Méira ne l’avait dit clairement, mais montrer qu’elle n’avait rien à faire après, ça voulait tout dire. C’était clair et agréable, ainsi… il avait beaucoup plus de chance qu’elle le suive maintenant… déjà, c’était mieux si elle devait choisir entre rester perdue et le suivre et après, en passant du temps avec elle, il saurait s’il peut l’amener dans sa chambre. Elle serait ravie d’autant d’affection, comme lui serait ravi d’en donner… Enfin, une certaine forme d’affection et non celle-ci. Celle que tout le monde pensait à la première vue. Mikhael avait du mal à le donner de cette façon. Elle lui demanda alors si lui, il avait autre chose à faire. Un sourire apparut sur son visage, et il attendit.

« Malheureusement non. Je n’avais rien de prévu. Ce n’est pas comme vous qui a eu un problème et donc, vous ne pouvez plus aller normalement à ce que vous aviez prévu. »

En effet, lui, il savait qu’il n’avait rien à faire avant. Disons que lui, c’était le contraire d’elle. Il avait quelque chose à faire maintenant qu’elle était là tandis que elle, c’était qu’elle n'avait plus rien à faire maintenant qu’elle avait manqué sa chance pour ce qu’elle souhaitait. Au fond, être ensemble arrangerait très bien ces deux personnes, non ?

« Je suis certain que vous allez finir par vous retrouver, mais avec mon aide, vous risquez de sortir plus rapidement. De plus, nous aurons tous les deux quelque chose à faire. »

Mikhael lui tendit la main, dans le but qu’elle la prenne. Il souhaitait vraiment passer du temps avec elle, et faire ce qu’il souhaitait faire. Mais peut-être que… il devrait revenir à ce qu’elle disait plus tôt, elle semblait assez gênée face à lui, ou du moins pas heureuse de sa situation actuelle.

« À vrai dire, pour revenir à ce que vous m’avez dit, effectivement je vous trouve intéressante. Vous êtes une Dame que je ne connais pas et cela me ferait un plaisir de vous connaître d’avantage. Cela pourrait être bénéfique autant à moi qu’à vous. M’accompagniez-vous ? » Il la regarda dans les yeux, le même sourire qui restait aux lèvres depuis tout à l’heure. Il évitait ses commentaires, comme elle l’avait demandé. D’ailleurs, elle n'avait rien dit pour ses gestes. Il allait attendre d’avoir sa main dans la sienne avant de poser un baiser dessus. Un baise-main est une chose bien romantique que les femmes de bonnes familles aimaient habituellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Jeu 26 Mai - 10:38

Il me confirma qu'il n'avait rien de prévu, en remettant l'emphase sur le fait que je m'étais perdue. Je me retins de rouler des yeux. C'est bon là, je le savais, je l'avais compris. Un problème... ça oui, mais bon. Je m'étais cru assez familière avec le château pour ne pas m'égarer, je m'étais plantée. Je soupirai. Bien sûr que j'allais me retrouver avec lui près de moi... Je secouai doucement la tête et repoussai les mèches qui s'étaient faufilées au-devant de mes épaules. Je relevai les yeux pour voir qu'il me tendait la main. Ah bon? Je regardai sa main, puis son visage. Oh, voilà qu'il me disait me trouver intéressante! Je fis un léger sourire, comme un peu timide, mais en fait, j'étais flattée qu'il le pense. Le pensait-il vraiment, en fait? Peu importe, il me l'avait dit, moi ça me suffisait, pour l'instant.

Une Dame qu'il ne connaissait pas? En fait si, ils se connaissaient, mais dans une autre vie. Elle était plus prude jadis qu'aujourd'hui. La petite demoiselle de bonne famille n'était plus qu'une surface maintenant, elle avait bien des penchants... quoi qu'avant, grignoter dans ses classes n'étaient pas si bien. Cela ne l'avait pas empêcher de le faire avec Philomena Gula! Bref, il me demandait de l'accompagner... pour faire connaissance? Je levai la main, hésitai un instant, puis la déposai dans la sienne, en rougissant légèrement sous ce regard qui me regardait si intensément. Ses prunelles violettes étaient vraiment intéressantes. J'aimais son regard.

Je posai donc ma main dans la sienne. Son sourire me faisait sourire en retour. Il se pencha et me fit délicatement un baise-main. Comme c'était galant! Hum, me faisait-il des avances? Il était plutôt discret dans ses méthodes, il faut dire qu'à la campagne, j'avais connu bien des audacieux! Alors c'est sûr que l'attitude de Mikhael allait, pour moi, être toute en subtilité. « Comme vous êtes galant, Sir! » fis-je, sur un ton impressionnée, parfaitement mis en scène par mes talents particuliers. « Hum, je veux bien vous accompagner, Messire. » Dans mes yeux, une lueur espiègle s'alluma. Où allait-il m'amener?

« Mais d'abord, je tiens à préciser que nous nous connaissons déjà. D'il y a fort longtemps. C'est bien dommage que vous ne vous rappeliez pas de moi, mais je n'ai jamais été une personne bien remarquable... » Je le pensais pas, évidemment. J'étais plutôt remarquable en général. Les gens se retournaient sur mon passage depuis toujours. J'haussai les épaules avec un léger sourire. « Je vous suis, Sir Mikhael, de toute façon je serais bien inapte à me retrouver toute seule, nous le savons tous les deux. » Je soupirai. « Heureusement que vous passiez par là. » Nous reprîmes donc notre chemin dans les couloirs, et je ne savais absolument pas où il m'amenait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Sam 28 Mai - 2:44

La seule chose qu’il souhaitait, c’était cette femme. Elle était belle et cela semblait être d’une personnalité intéressante. Peut-être qu’elle allait avoir un plus que les autres n’allaient pas avoir. Il était bien curieux de voir cela, car pour le moment, elle semblait bien partie pour le suivre. Acceptant de prendre sa main, ils avaient déjà faits un pas dans la direction qu’il souhaitait aller. Est-ce qu’il comptait passer une belle journée à présent ? Certainement, en compagnie de cette gentille femme. Le baiser posé sur sa main avait seulement comme but de la faire accepter ses avances, avances qui semblaient bien claires depuis un moment. Aucune femme ne déteste l’attention qu’on leur donne : c’est dans leur nature. Elle le fit remarquer en lui rappelant à quel point il était galant. Si seulement elle entendait ses pensées, elle retirerait ses paroles très rapidement.

Comme toutes, elle était naïve. Mais si son désir et le sien était le même, pourquoi pas ? Cela lui ferait plaisir et passerait le temps. Une belle expérience avec cette femme. Elle souhaitait bien l’accompagner, alors, ils commencèrent à marcher vers le lieu où il souhaitait l’amener. Il écouta ses paroles et en ayant un petit rire et un léger sourire. Elle venait de lui ouvrir une porte… et cela lui plaisait particulièrement. Comment se sentent les femmes en face d’un homme qui se rappellent d’eux ? Elles adorent, toutes ces petites attentions futiles qu’il avait appris à connaître avec le temps et l’expérience. Son aveu de son inaptitude était bien. Et donc, elle la suivait vers le chemin de ses appartements. Serait-elle contre ou même un peu surprise de cela ? Il ne savait pas trop prévoir ces mouvements.

« Je suis navré de vous dire que vous faites erreur. Je me souviens de vous, même si cela fait de nombreuses années. Dès que je vous ai vu, je savais que vous me disiez quelque chose. Vous avez tant changé, et qu’en bien je peux vous l’assurer. »

Ça oui. Elle était une très belle femme, certainement désirée de beaucoup d’hommes de la région. Pour le moment, il était très heureux d’être tombé sur une femme perdue, qui n’hésiterait pas à le suivre. Avait-elle compris ? Peut-être que oui ou peut-être que non, cela n’important pas réellement. Ils marchèrent un moment, ne se situant pas loin de ses appartements et donc, de son lieu de prédilection. Ce ne fut pas une bien longue marche, simplement le temps qu’il fallait. Il ne savait pas trop ce que elle pensait mais beaucoup d’aspect semblaient clairement être le même que beaucoup de femmes qu’il connaissait. Au fond, elles sont très semblables. « Ce château est très grand, mais nous arrivons toujours à se trouver un point de repère. » Le trajet ne fut pas bien long et ils arrivèrent finalement où que Lust souhaitait se rendre. Il n’aurait quand même pas pris le risque de lui dire en se promenant normalement. Il pensait cela bien mieux lorsqu’elle décide de lui suivre à la porte.

« Nous y sommes, j’espère que la petite marche ne vous a pas trop épuisée. »

Mikhael la regarda dans les yeux, fit un sourire charmant et il ouvrit la porte, en bon gentleman qu’il était… Enfin, qu’il donnait l’impression d’être. Très peu de femmes suivraient un homme qui ne montrerait aucun respect au premier égard. Il invita donc Méira à entrer dans son salon, l’entrée de ses appartements. Il ne savait pas s’il avait déjà compris où elle était, mais cela importait peu. « Je vous ai amenée à mes appartements, faites comme chez vous et sentez-vous à l'aise. » Mikahel attendit qu’elle rentre pour entrer après elle et fermer la porte derrière lui. Cet endroit serait mieux pour... discuter. Ce n'était clairement pas ce qu'il souhaitait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Lun 30 Mai - 11:53

Je l'entendis rire, et levai mes yeux vers lui. Il me déclara que j'étais dans l'erreur, et qu'il se souvenait de moi. Ah bon? J'étais surprise. N'avait-il pas dit que j'étais une Dame qui ne connaissait pas? Peut-être parlait-il dans le sens connaître en profondeur? J'eus un léger sourire en baissant la tête. En profondeur, je voulais dire la personnalité. Euhm, mais peut-être pour lui c'était autre chose. Ses intentions étaient évidentes, je me faisais courtiser si souvent que c'était presque rendu familier. Non, pas presque, en fait. Ça l'était. Hum, ce serait bien intéressant de voir sa pauvre tête déçue lorsque je feindrais de ne pas pouvoir finalement! Car je ne pouvais pas, après quatre d'abstinence, je ne pouvais pas. Je me devais de respecter mon principe de base.

Il me dit que le château était grand, pendant que nous marchions, mais qu'il était aisé de se trouver un point un point de repère. J’acquiesçai de la tête, bien peu intéressée de parler des dimensions du château. Évidemment, qu'il était grand! Il s'arrêtèrent finalement devant une porte après une courte marche. « J’espère que la petite marche ne vous a pas trop épuisée. » Je souris, roulant des yeux intérieurement. « Ne me sous-estimez pas, je suis plus forte que j'en ai l'air. » Il me souriait, charmeur. Je n'y étais pas insensible. Je passerais probablement de très agréables moments avec lui... mais pas aujourd'hui. Je l'avais décidé dès le début, et ce pauvre homme allait se prendre au jeu, comme bien d'autres. Les hommes sont si naïfs quand il s'agit des jeux sensuels de l'amour! C'est comme s'ils devenaient soudainement instinctif, incapable de raisonner.

Il m'ouvrit la porte et m'invita à entrer, je fis un pas et hésita un instant en avisant le petit salon. Direct dans sa chambre? Il ne passait pas par quatre chemins ce prince! Il me confirma que nous étions dans ses appartements, m'encourageant à faire comme chez moi et à me mettre à l'aise. Je lui offris un sourire intimidée et fit quelques pas supplémentaires pour pénétrer dans la pièce. Il referma derrière moi. Mon garde du corps pour ce genre de situation n'étais pas avec moi, mais je ne penses pas qu'il ait besoin d'y être. Si Mikhael était un prince désagréable et dangereux, il n'aurait pas une aussi agréable réputation. Je ne me sentais pas particulièrement anxieuse, il me rendait un tantinet nerveuse, mais je mettais cela sur le fait qu'il était un prince. Mon premier prince! Je me sentais choyée, même si au fond, je savais qu'il en était rien. N'importe quelle fille sans doute aurait fait l'affaire. S'il pensait me tromper, il se trompait lui-même, car celle qui menait le jeu ici, c'était moi!

Je tournai un visage gêné vers lui, comme si je tentais de ne pas me laisser intimider. Je rougissais un peu, mais pas pour ce qu'il pensait. En fait, sa vue suscitait en moi des images que je n'oserais lui partager. Pas aujourd'hui, du moins...! « Ce... ce sont de beaux appartements, digne de votre titre, Sir Mikhael. » Je m'installai sur le sofa le plus proche, faisant exprès de prendre involontairement celui qui avait deux places. Allait-il m'offrir à boire? En hôte digne de ce nom, il le ferait sûrement. Je voulais bien faire comme chez moi, mais je me voyais mal me servir ma propre boisson dans ses appartements. Un petit verre ne serait pas de refus. Assise au bord du coussin moelleux, j'avais les jambes serrées, et les mains posées chaque côté, sur le rebord du tissu. J'avais un peu l'air prêt à fuir, j'étais légèrement tendue, mais sûrement pas pour ce qu'il pensait. J'avais envie de devenir entreprenante... mais pas tout de suite! Il me fallait attendre. Je voulais jauger sa méthode d'abord, je me laissais donc faire.

Il me proposa à boire, je lui souris, lui lançant un regard à travers mes cils, sachant l'effet que cela provoquait souvent chez les hommes. Je fis mine de réfléchir en me mordant le rebord de la lèvre inférieur, puis hochai légèrement la tête. « Volontiers. » fis-je en lui souriant plus librement. Je pris ce qu'il m'offrait et jetai un regard sur ce qui m'entourait. Un bien joli petit salon pour échauffer ses victimes, sûrement. Je buvai distraitement une gorgée du liquide offert et commentai : « C'est délicieux, vous avez bon goût, Sir. » Je le regardai s'installer dans un siège, prenant la place à côté de moi. Pour animer la conversation, je voulais voir jusqu'où pourrait aller le badinage... je lançai, sur un ton léger. « Vous avez plutôt bonne mémoire, cela fait près de huit ans que je suis partie. » Je me reculai légèrement sur ma place, mais ne m'adossant pas pour autant. J'étais un peu trop troublée par sa présence si près de moi. Je pouvais presque sentir sa chaleur... Ah, cette idée de le suivre quand j'en mourrais d'envie. Allais-je pouvoir tenir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Jeu 16 Juin - 2:26

Voyait-elle les doubles sens ? Certainement pas, c’était quelque chose qui venait de faire sourire Mikhael, sans qu’elle ne s’en rende compte. Cette Méira était une personne bien intéressante. Elle était forte, ou du moins, elle croyait l’être. Il ne pouvait pas la juger sans avoir passé du temps de qualités avec elle. Pour le moment… ils avaient simplement marché ensemble dans les corridors et ils étaient arrivés à ses appartements. Il s’était dit qu’y aller ne serait pas un trop gros problème compte tenu qu’elle n'avait plus rien à faire maintenant qu’elle était en retard. C’était plaisait… et Lust était certain qu’elle aussi allait être capable de prendre son partie là-dedans.

Toutes ses petites réactions étaient intéressantes. Ses petits rougissements, ses paroles… tout ce qu’elle faisait. Il ne pouvait pas nier qu’elle était très belle et que ce serait très certaine une bonne amante. Lust souhaitait l’apprendre directement ce soir-là. Pas plus, pas moins. Est-ce qu’elle serait d’accord ? Peut-être bien, très peu de femmes refusent. Et même certaines qui sont déjà mariés… Alors, pourquoi cette femme, qui n'avait rien à gagner de plus, refuserait de passer une très belle journée en compagnie d’un prince connu dans le royaume entier ? Bien sûr, il ne la connaissait pas et par ce qu’elle disait, il ne la connaissait pas vraiment plus. La connaître n’était pas dans ses plans, sauf sur le point physique. Elle ne valait pas plus que les autres, le corps était amusant à découvrir… mais ce qui avait dans la tête ne l’intéressait que très peu. Tant que ce qu’elle avait dans la tête lui permette de passer une belle journée agréable… il n'avait rien de plus à dire que cela.

Il la remercia d’un signe de tête sur les compliments de ses appartements. Bien sûr qu’ils étaient beaux ! C’était agréable vivre dans ce luxe. De plus, si cela aidait à charmer, pourquoi pas ? Lui-même appréciait et il avait parfaitement conscience que certaines conquêtes pouvaient apprécier aussi. Lust lui tourna le dos quelques secondes le temps de sortir deux coupes et du vin. Discuter autour de verre de vin, qu’est-ce qui avait de mieux ? Rien. « Je vous sers ? » Elle dit oui et il revint vers elle pour la servir et lui donner sa coupe. Un sourire charmant, bien sûr que ce vin était bon ! Pourquoi il ne le serait pas ? Il n'avait aucune excuse… Et il vint finalement prendre la place près d’elle, prenant une gorgée à son tour. Est-ce qu’une coupe de vin lui faisait de l’effet ? Non, pas vraiment. C’était naturel de boire du vin, c’était donc… la normalité. La conversation reprenait finalement. Ennuyante, mais si ça lui faisait plaisir… pourquoi pas.

« J’ai bonne mémoire et j’ai souvenir de vous avoir vu de loin aussi. Je ne peux malheureusement pas dire que je vous connais réellement, vu le temps que cela m’a pris à vous replacer. »

Lust sourit légèrement et glissa doucement sa main sous son menton pour le relever un peu, avec un sourire, propre à lui. La forcer à quoi que ce soit ? Non. Jamais. Son geste n’était pas violent et si elle l’avait désiré, elle aurait pu se retirer. Il la regarda dans ses yeux, de magnifiques iris qu’il admirait quelques secondes. Ses yeux étaient magnifiques, tout comme elle. Il était vraiment rare de voir de si belles femmes. Peut-être qu’elle n’était pas la plus belle femme, mais Mikhael y trouvait un charme que certaines ne possédaient pas.

« Il aurait été stupide de vous oublier : on manquerait quelque chose. » Il retira sa main en une petite caresse pour revenir chercher sa coupe et prendre une gorgée, lui jetant toujours un petit regard. « Ne soyez pas modestes et acceptez. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Lun 20 Juin - 22:20

Me connaître? Ah! Qui était-il pour pouvoir me connaître? La petite fille innocente que j'étais jadis n'est plus. Je n'en ai conservé que l'enveloppe. Désormais, je suis une femme libérée de l'ombre de mon nom et des tabous qui l'encercle. Son sourire était agréable, je lui souris en retour, alors qu'il prenait mon menton pour le relever vers lui. Cette proximité aiguisait mes sens. Si je savais être langoureuse, il savait être sensuel. Je me laissai faire, et plongeai mon regard clair dans ses pupilles violettes. De si beaux yeux, uniques! Il me lança un compliment, avec une légère caresse alors qu'il retira sa main.

Je rougis légèrement en souriant d'un air timide et secouai la tête, mais il ne me laissa pas le temps de protester. Je souris plus franchement. « En effet, vous auriez manquer quelque chose... mais peut-être est-ce mieux ainsi. » Je lui lançai un regard légèrement différent, plus espiègle, moins timide. Je bus une autre gorgée et soupirai d'aise. J'étais habituée au luxe, ma famille était l'une des plus riches de tout Shola. Mais je dois admettre que le luxe princier était un brin différent... Que ce devait être beau la vie de château! Je m'étais tellement ennuyée de la capitale. Je souris, heureuse de ce que j'avais accomplie depuis mon retour.

Posant une main sur le sofa, entre lui et moi, mon verre dans l'autre, je tournai la tête vers lui. Une lueur espiègle dans le regard, je continuai. « Je me souviens par contre très clairement du prince que vous êtes. Vous avez un visage particulièrement remarquable, et dans des teintes uniques... » J'aimais ce qui sortait de l'ordinaire, cela avait toujours été, et sera toujours! Je me mordis le coin de la lèvre, puis soupirai en me redressant. Un peu plus et je m'étirais pour l'embrasser! Il y avait une certaine tension, je n'étais pas dupe, je connaissais ses intentions... et moi qui avait celle de lui couper l'herbe sous le pied!

Oh, mon pauvre Mikhael, si vous saviez comme je ne suis pas aussi innocente que j'en ai l'air... et bien pire que ce qu'il pourrait croire. Je relâchai ma lèvre que je mordillais et regardai les siennes, puis levai les yeux dans les siens à nouveau. Je lui souris, encore, les pommettes un tantinet rosées. « Vous avez un regard pénétrant Sire, c'est que vous m'intimidez presque... » Mon sourire s'agrandit. « Presque... » Je lui lançai un regard espiègle, un brin coquet. Je bus une autre gorgée de ma coupe. Je ne pouvais pas m'attarder trop longtemps ici, au risque de me laisser prendre à son petit jeu. J'étais bien décidée à ne pas céder. Du moins, pas jusqu'au bout...

Il y avait des chances, de toute façon, pour que mon majordome, et garde du corps, parte bientôt à ma recherche. C'était ses ordres, de toute façon. Je me sentirais plutôt mal de lui ordonner de toujours s'assurer de ma protection, et de partir avec le premier inconnu que je croise! À quoi bon lui donner des ordres si c'est pour l'empêcher de les respecter. Ce serait bien qu'on ait la décence de les interrompre, cela me permettrait de ne pas trop dévoiler mes cartes... et lui me jouait le grand jeu, avec ses compliments, un ton un peu autoritaire, croyant dominer la situation, comme si on pouvait me dominer, moi!

« Vous étiez invité au bal de mon anniversaire d'ailleurs, qu'à donner mon père. Mais je comprends votre absence. Mes condoléances pour le vôtre. Votre frère, notre roi, semble avoir la situation bien en main. J'admire la famille royale pour son sang-froid! »
Je baissai les yeux sur ma coupe, avec un sourire un peu triste. « Il me tarde de revoir Philomena afin de renouer. » Je relevai mon regard vers le sien, de nouveau espiègle, avec un peu d'espoir. « Peut-être pourriez-vous m'indiquer comment aller la trouver? Pas aujourd'hui, je ne suis pas habillée pour cela, mais prochainement, j'aimerais bien la revoir! »

Nous échangeâmes un brin sur sa soeur, comment elle était étant plus jeune, puis je me tus, lui aussi. Il n'y avait plus rien à dire, et le badinage n'était pas mon plus bel atout. Il me semblait même percevoir que lui-même se lassait de parler de sa soeur. J'eus un sourire en coin. Il espérait autre chose, évidemment. Mon verre était vide. Devais-je lui permettre de me resservir ou non? Je sentais la langueur de l'alcool envahir mon corps, mais si ce n'était que léger. Le vin avait aussi tendance à agir comme un aphrodisiaque sur mes sens, je ne saurais dire pour quoi. Il serait sans doute mieux de laisser cela de côté, pour l'instant.

Je déposai la coupe sur la table basse, non loin. Puis je croisai les jambes et tournai mon regard vers le sien, en me mordillant à nouveau la lèvre inférieure. Je devais me l'avouer, je mourrais d'envie qu'il m'embrasse, mais n'oserait pas faire le premier pas! Afin de l'inciter à le faire, je baissai légèrement les cils, puis lui jetai un regard plus sensuel, posant une main chaque côté de moi, près de mon bassin, le dos bien droit. Cela mettait en valeur ma poitrine, bien que peu volumineuse. En voyait la belle courbure de ceux-ci. La position était langoureuse, mais cela pouvait sembler innocent, avec mon apparence générale, de jeune fille inconsciente. Et pourtant, s'il y avait quelqu'un en ce monde qui avait conscience de ses charmes... c'était bien moi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Mer 6 Juil - 2:12

Au fond de lui, Mikhael avait vraiment l’impression qu’elle n’était pas si naïve que pouvait l’être Sheireen par exemple. Peut-être l’attitude, la personne qu’elle montrait l’impression d’être. Il ne le savait pas trop. Est-ce qu’elle connaissait sa réputation ? Rares sont les personnes qui ne la connaissent pas. Sheireen était seulement une jeune femme naïve qui ne voyait rien… et qui se faisait des scénarios stupides. Elle, cette Méira, n’était pas encore tombée dans ses bras… elle gardait une certaine distance même. Lust n’arrivait pas à dire si elle connaissait ou ignorait sa réputation. Intelligente comme elle le semblait, il avait l’impression qu'elle la connaissait, comme bien d’autres. Certaines femmes souhaitaient vivre cette histoire avec lui… enfin, il n’allait jamais comprendre les femmes malgré les efforts qu’il pouvait y mettre. Il en mettait que très peu certes… mais enfin. Il était rare d’avoir une femme qui attirait vraiment son attention, qui lui donnait envie d’avoir celle-ci. Habituellement, il ne recherche que le plaisir de la chair. Bien sûr, cette fois encore ce n'est pas tellement différent, seulement qu’il souhaite se la faire elle en particulier, pas une autre.

Se faire dire qu’il était intimidant lui donnait un léger goût supplémentaire. Il appréciait bien donner cet effet. Il ne le montra que par un sourire, sans pour autant modifier son regard ou son intention. Intimider presque. Cela donnait un grand plaisir à Lust, sincèrement. Il n’aurait jamais cru s’amuser autant en compagnie d’une personne, sans même avoir une relation avec elle. Là, il s’imaginait juste ce que ça pourrait donner. Malgré tout, il devait quand même garder un certain contrôle de lui-même… sinon le jeu auquel il souhaitait jouer ne marcherait pas. Il allait continuer cette conversation, pas très intéressante, mais pas très longtemps. Il en avait assez d’attendre.

« Je vous remercie pour ces souhaits. Je suis navré de ne pas y avoir été. Je présume que cette occasion viendra à nouveau, un anniversaire revient à tous les ans, heureusement. »

Puis elle parla de son amie, qui était ma sœur. Comme quoi elle souhaitait la revoir, parce que ça faisait un long moment. Peut-être que sa petite sœur allait avoir besoin d’un soutien d’une amie aussi, donc cela était bien. Philo était sa petite sœur et il avouait être protecteur envers elle… un peu trop. Au moins, il savait que le sentiment de sa sœur était partagé. L’un tenait beaucoup à l’autre… Vraiment et c’était même agréable se retrouver en sa compagnie. Lust adorait sa petite sœur… parler d’elle était une chose bien souhaitée… mais pas en ce moment. Disons qu’il a plein d’autres choses qu’il souhaiterait faire… autre que de parler de sa petite en compagnie d’une proie. Si on peut dire cela comme ça… ce serait simplement sympathique de discuter d’autres choses. Voyait-elle ce désir ? La luxure ne pouvait pas le dire… vraiment pas. Sa coupe fut déposée sur la table, mais pour le moment, c’était elle qu’il regardait. Il reste un fond dans son verre, qu’il déposa sur la table à son tour.

« Méira. Saviez-vous que nous avons de la chance de vous connaître, vous qui êtes une si belle femme, intéressante même. » Il pensa mentalement que cela était assez rare chez les personnes comme elle… mais cette pensée ne fut pas montrée et resta dans sa tête. Cela arrivait souvent qu’il pense des choses comme celle-ci, mais qu’il ne dise simplement rien à propos de cela. « Ce fut réellement un plaisir discuter avec vous, avec une coupe d’un bon vin. » Sauf que les choses sérieuses devaient commencer. Là, ça devenait lassant, autant pour lui que pour elle. Il présumait pour elle. Pour lui, dès le début de la conversation était moins intéressant que ce qu’il souhaitait faire.

Il vint poser sa main sur celle se trouvant le plus près de lui et se retourna pour la regarder entièrement. Elle était vraiment belle. Une jolie femme, avec les courbes à la bonne place et qui donnaient vraiment envie. Des yeux magnifiques et que dire de ces cheveux ? Il avait eu tout le temps qu’il voulait pour l’admirer. Maintenant… c’était plus qu’il voulait. Sa main sur la sienne, l sourit de façon charmante. « Si vous me permettez maintenant… je crois bien que nous avons assez discuté. » Il vint finalement l’embrasser, sur les lèvres très tentantes depuis le tout début. Il n'avait qu’une seule envie à présent : la faire sienne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Jeu 7 Juil - 12:26

Mikhael suivit le mouvement et déposa aussi sa coupe sur la table. Je sentis en moi une vague d'excitation me parcourir en me disant qu'il allait peut-être passé aux choses sérieuses. D'un autre côté, je devais garder en tête que je ne pouvais pas conclure avec lui aujourd'hui. Peu importe à quel point j'en avais envie. C'était contre mes principes. Il me complimenta, je baissa légèrement la teinte, mon teint rosissant. J'adorais les compliments, et les siens me plaisaient d'autant plus. Mais je devais garder en tête que sa tirade, il avait dû la servir à bien d'autres avant moi. Qu'y avait-il de mal à y prendre part? Il ne devait prendre des femmes que pour qui il le pensait, de toute façon, non? Du moins moi, j'étais toujours, en partie, honnête dans mes relations. Le plus amusant c'était tous ces hommes qui pensaient être le premier... ah! Je le leur laissais croire. Mais ils étaient bien idiots de penser qu'une vierge se laisserait séduire de la sorte.

En fait, tous les hommes étaient des ignares en séduction. Une femme qui savait s'y prendre prendrait toujours le dessus sur les opérations. Mais là, c'était un peu différent. Je sentais chez mon interlocuteur la même appétit que chez moi, de par sa réputation. Cette fois, j'avais affaire à un égal, et il était fort plaisant à l'idée de l'appâter, de contrôler une situation qu'il avait sans doute l'habitude de conserver. Il ne me connaissait pas, pas encore du moins, peut-être qu'un jour ce serait le cas, mais tant que ce n'était pas le cas, j'allais profiter de mon avantage : Moi je savais à quoi m'en tenir avec lui, pas le contraire. Ses paroles semblaient clore la discussion d'ailleurs. Je devinais que les choses allaient se passer différemment. Il posa sa main sur la mienne, et je levai mon regard vert brumeux vers lui. Les plantant des ses prunelles d'un violet hypnotisant. Quel regard magnifique et pénétrant!

Je frissonnai légèrement lorsqu'il me sourit, un sourire à faire fondre n'importe quelle barrière. Je devais résister. Si je lui permettais? Nous avions assez discuter? Mon coeur commençait à battre la chamade. Allons, me voilà qui anticipait comme une gamine! Était-ce le défi? Le fait que nous soyions sur un pied d'égalité? Pourquoi mon corps réagissait-il ainsi? Il se pencha vers moi, j'avais tout le mal du monde à ne pas rester accrocher à ses si beaux yeux, à résister... j'avais décidé de ne pas le laisser m'embrasser, même si j'en mourrais d'envie. Mais maintenant que la situation s'imposait... mes lèvres s'entrouvraient d'elles-mêmes et mon corps refusait de coopérer. Je n'avais qu'une envie : faire cesser cette tension qui emparait mon corps et me soumettre à ses lèvres qui semblaient si caressantes. Mais je ne devais pas, non, il ne le fallait pas, pas tout de suite, c'était trop tôt, et puis je perdrais mon défi avant même de l'avoir commencer... je savais comme j'étais dure à arrêter quand je m'enflammais, encore moins pour m'arrêter moi-même.

Mais je ne sus pas me détourner, ni l'arrêter. Ses lèvres rencontrèrent les miennes et je sentis comme une décharge électrique vibrée dans mon corps en entier. Une vague de chaleur envahi mon bas ventre, ma respiration se coupa et mon corps partit dans une folle course. Ma main libre se leva d'elle-même et se posa sur l'angle de sa mâchoire, tandis qu'un baiser qui se voulait peut-être plutôt doux, se fit rapidement passionné et exigeant. Tous les deux, nous en voulions plus. Son deuxième bras vint rapidement entouré ma taille, je me sentais partir en dérive dans mes envies et mes désirs. Il embrassait terriblement bien, par Parandar! Je n'avais pas souvenir d'un homme qui ne m'eus aussi bien captivé par un simple baiser. J'étais prisonnière de ses lèvres. Ma main glissa vers l'arrière de sa nuque, toucha ses cheveux si particuliers, si attirants. Je sentais la sienne qui pressait mon dos.

Il y eut un bruit de verre brisé dans le couloir, puis des éclats de voix. J'ouvris subitement les yeux que j'avais fermé et repoussai rapidement le prince afin de me levai d'un bond. Je dus reculer un pied, car je perdais l'équilibre, étourdie par les sensations qu'il avait fait naître en moi. Si c'était comme ça avec toutes ses conquêtes, je comprenais son succès! Ma respiration était rapide, mon corps se débattait encore follement dans ma poitrine suite à ce baiser passionné. J'en voulais plus, beaucoup plus, mais je ne le pouvais pas. Alors que je lissais ma robe et replaçais ma coiffure, je lui dis, sur un ton à bout de souffle, les joues et les oreilles bien rouges. « Je... je dois y aller. Je... mes domestiques m'attendent sûrement. Ils ne partiront pas sans moi... je... je n'ai prévenu personne alors... ils vont me chercher... » J'avais l'air de refuser ses avances, je ne devais pas le laisser sur une faim qu'il ne penserait pas pouvoir combler. Je devais lui faire comprendre qu'une autre fois y serait plus propice...

J'inspirai profondément et plongeai mes yeux dans les siens qui étaient, oh Parandar aidez-moi!, terriblement attirants. Je me sentais attiré vers lui par une force incroyable. Je fis un pas en arrière. « Je... » J'eus un petit rire gêné. « Je reviens la semaine prochaine... peut-être aurais-je plus de temps... » Je me mordis la lèvre et pivotai brusquement pour me sauver en ouvrant rapidement la porte et la laissant entrouverte derrière moi. Dans le couloir, les deux domestiques qui s'obstinaient pour le vase décoratif brisé s'arrêtèrent pour me regarder partir au pas de course, l'air ébahis. Heureusement pour moi, je croisai quelqu'un d'autre plus loin, alors que mon pas s'était ralenti, et je lui demandai le chemin de la sortie. Essoufflée et rougissante, on ne saurait dire ce qui se passait, mais être perdue pouvait être une excuse convenable, c'était gênant après tout... je retrouvai rapidement la sortie, me secouai, et arrivai en souriant auprès de mes employés, prête à rentrer. J'expliquai que je m'étais perdue et que je me reprendrais une autre fois. Mon coeur battait toujours la chamade, mais cela, je le gardai pour moi. Je jetai un denier regard vers le château alors que le carrosse s'avançait en cahotant.


~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~


Depuis ma dernière visite au château, je ne cessais de repenser à sa main qui caressait mon dos, l'autre sur ma main, sa bouche contre la mienne, ses cheveux sous ma main... sa mâchoire... C'était insupportable. Mon but avait été de le laisser sur sa faim, pour sortir du lot, et que je ne sois pas une parmi tant d'autres, pour m'illustrer auprès de ce grand séducteur. Et au final, je payais chèrement ce petit jeu en n'en pouvant plus d'attendre moi-même. Il avait éveillé en moi une passion, un tel désir, qui ne demandait qu'à être apaisé. J'avais sous-estimer ses capacités, je crois! Ou était-ce moi-même qui avait eu cet effet sur lui? Avait-il senti, tout cela? Comme si mes sens s'étaient soudainement développés et avait eu pleinement conscience de et être contre moi... L'avait-il senti? Je ne saurais le dire. Chaque fois que je fermais les yeux et que j'y repensais, je me sentais à nouveau transporter par son baiser. Je ne saurais tenir longtemps.

La semaine suivant cela, je revins au château, après avoir passer une semaine enrhumée, je l'avais découvert en éternuant. L'horreur! Il y avait quelque chose de vert et de visqueux dans le fond de mon mouchoir. Dégoûtant! Heureusement, je fus remise à temps pour la visite. Je ne le croisai malheureusement pas. Je discutai avec les cuisinières, comme j'avais eu l'intention de le faire la dernière fois, et cherchai à prendre contact avec Philomena. Mes retrouvailles avec mon amie de longue date furent plutôt plaisantes, et nous nous promîment de se revoir. Je quittai le château, et, à la sortie, je le vis, un peu plus loin. Comme s'il avait senti que je l'observais, il tourna la tête vers moi. Je rougis violemment, et me sermonnai intérieurement de cette attitude puéril, et montai sur la carriole en détournant le regard. Je rentrais chez moi. Mais mes visites étaient hebdomadaires, j'allais revenir. Le savait-il? Je lui avais dit que j'allais revenir, mais il n'était pas là... du moins, nous nous étions manqué. De retour chez moi, je contactai quelqu'un et m'en donnai à coeur joie, m'imaginant, à ma grande honte, ce que cela serait avec le beau prince.

La semaine suivant, mes septs jours d'abstinence me faisaient terriblement souffrir. Quelle idée d'avoir instauré ce principe...! J'anticipais une nouvelle rencontre avec un plaisir à peine dévoilé. Mes employés trouvaient amusants de me voir aussi agitée pour une visite à laquelle ils étaient tous habitués depuis toujours. Moi, ce ne serait que ma troisième. Mais ils n'avaient aucune idée à quel point ce n'étais pas le travail qui m'excitait à ce point à l'idée d'y retourner. Ce jour-là, je leur dis de ne pas m'attendre, que j'avais des rencontres à faire. J'allai donc voir les cuisinières, pour continuer de faire connaissance, alors que mes petits gars déchargeaient la livraison. Puis je quittai, envoya un signe à la carriole qui s'éloignait. J'étais assez grande pour revenir à pied. Mon garde du corps allait venir me chercher juste avant l'heure du repas du soir. Je lui ai dit de m'attendre à l'entrée, et de en pas s'inquiéter si j'étais en retard. Il n'était pas dupe, c'était la seule personne au monde qui savait tout de mes activités. Je ne lui avais pas caché mes intentions.

Comme c'était impure de planifier ainsi une rencontre! Mais je n'avais pas l'habitude de me donner à la légère, et encore moins sans assurance que ça ne finisse pas contre moi. Étonnamment, j'avais confiance en Mikhael. Sans doute son statut de prince, et le fait que sa réputation fut flatteuse. Il n'allait pas me violenter, j'en étais sûre. Alors mon cher ami devait m'attendre plus loin que la porte. N'était-ce pas cruel de ne le faire écouter, toujours, sans jamais rien lui donner? Il ne montrait pas beaucoup ses émotions, c'était dur de dire s'il y était sensible ou non. Ce n'était pas si terrible, comme prix à payer pour sa liberté. Il ne se plaignait jamais, était toujours fidèle au poste!

J'errai un moment avant d'aboutir dans les jardins. Quel endroit magnifique! Je me souvenais que j'adorais y venir, étant gamine. Je m'agenouillai élégamment, le postérieur sur les cuisses, ma robe bleu foncée formant une jolie auréole autour de moi, devant un superbe rosier aux fleurs rouges vermeilles. Je portai délicatement mes doigts près du bouton de fleur, afin de ne pas me faire piquer, et la tirai légèrement vers moi pour en respirer l'odeur, en fermant les yeux. Quel délicieux arôme! Je soupirai d'aise et relâchai la fleur qui reprit sa position dans le buisson épineux. Je caressais doucement le pétale d'une autre, lorsque je me sentis observée. Quittant ma contemplation, je relevai la tête et parcourut le jardin du regard, mais ne vit rien. Me levant, j'époussetai ma robe et me retournai.

M'arrêtant net, je rosi légèrement en réalisant que derrière moi, un peu plus loin, se tenait le sujet de mes nouveaux fantasmes. Je lui offrit un sourire un peu timide, mon coeur s'accélérant d'anticipation. « Bonjour Sir Mikhael. » lui dis-je. Ayant diner avec les cuisinières, j'avais tout l'après-midi devant moi. Et je comptais bien en profiter, s'il le voulait toujours. Je me sentais comme une adolescente. Je joignis mes mains devant moi et me tripotai les doigts, signe évident de l'agitation qui m'habitait. Peut-être prendrait-il cela pour une geste puéril de petite timide, mais moi je savais que c'était simplement de l'anticipation sur les intentions qui m'habitaient. Je me sentais figée sur place, par son beau regard. Très intense. Était-il toujours si intense? Tout à coup, cela m'intimida et je baissai les yeux, le rouge aux joues. C'était comme la première fois que je l'ai vu, au début baffouillante et rougissante. Je devais reprendre le contrôle!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Jeu 14 Juil - 23:52

Lust appréciait comment elle lui répondait, comment elle était qu’à lui à ce moment précis. Il appréciait très particulièrement ce baiser qui semblait passionné, aucunement surpris de son acceptation. Il profita du contact de sa douce main contre sa peau, puis le parcourt qu’elle entreprenait. La luxure en souhaitait d’avantage, tout comme elle. Il lui en donnerait autant qu’elle le désirait, ayant la magnifique sensation d’en recevoir autant qu’il pouvait lui en donner. Avoir une femme comme cela, il ne fallait pas s’en passer. Profiter au maximum de ce qu’elle pouvait donner : la perdre serait bien tragique, du moins pour cette soirée. Sa main s’était glissée dans son dos et il la rapprocha de lui le plus possible pour rester confortable, mais infiniment proche. Cet échange était agréable, vraiment.

Il prit malheureusement fin avec la stupidité de certains serviteurs. Elle repoussa Mikhael et se leva, maintenant ainsi fin à toutes ses avancées. Un bruit de verre, et puis quoi encore ? Ça arrivait et ce n’était pas une raison de fuir ou de faire n’importe quoi. Elle était prise, la luxure savait très bien qu’elle en avait envie… Il la regarda toujours assis, puis choisit de se lever pour retourner vers elle. Lui dire que ce n’était rien et de le suivre dans sa chambre pour ne pas se faire déranger une nouvelle fois. Et son départ, il ne comprenait pas. Du tout. Mais… au moins, il savait très bien qu’il l’avait comblée et qu'elle avait perdu ses moyens. Et elle revenait la semaine prochaine… lui avait-elle dit exactement pour cela ? Apparemment. Là, Mikhael était totalement frustré, mais il savait qu’il allait l'avoir. Il la voulait elle, c’était comme un désir et une nécessité. Il allait la revoir et il voulait terminer ce qu’il avait commencé. Il savait trèèèès bien qu'elle le souhaitait.

• • •

Mikhael n'avait pas du tout aimé ça au final. Il avait passé des soirées chaudes avec plusieurs autres femmes, bien sûr. Ce n’était pas difficile pour lui… et lorsqu’il voulait, il avait. Mais avec elle. Il repensait à cette femme attentivement, en se disant qu’il voudrait bien la retrouver sur son lit, entièrement à sa merci. Qu’elle ne parte pas lorsque la rencontre commençait à être amusante et intéressante. Il allait l’avoir, et il le savait très bien… si seulement il arrêtait de penser à elle. Il ressentait le même plaisir, mais c’était bien elle qu’il voulait. Il avait rencontré quelques femmes qui refusaient de se livrer à lui pour toutes sortes de raison… Mais elle. Elle. Ça l’énerva. Il n’allait pas courir après, mais si elle était disponible, il allait bien certainement prendre l’occasion.

Lorsqu,elle revint, il était malheureusement indisponible. Il la vit cependant dans la cours du château et lui lança un regard. Un sourire charmeur à son habitude, mais aucun mot ne fut échangé. Sa réaction qu’il lui donnait seulement envie de remettre ce qu’ils avaient arrêté. Mais tous les deux n’étaient pas disponibles. Il en fit presque un défi personnel. Il avait envie de finir ce qu’il avait commencé, et non terminer frustré comme la dernière fois. Non, ça n’allait pas recommencer… et comme ses intentions lui étaient parfaitement claires, il savait que ce serait consentant. Elle ne partirait pas et dès qu’il le pourrait… il ne serait pas déçu de la revoir. Ce fut le cas deux semaines après le début de la première rencontre. Les jardins, où il n’y avait personne. Il vit cette femme à nouveau, et restant adossé à un mur quelques secondes en l’observant, son sourire restait. Cela lui prit un moment avant de se lever et la voir rougir le fit simplement encore plus sourire. Il s’approcha finalement d’elle. Cela faisait un moment… Elle le salua en agissant de manière totalement gênée. Hum. Il posa alors sa main sur son menton et le releva un peu pour fixer ses yeux. Il l’avait fait de nombreuses fois cela, il n'allait pas arrêter simplement parce qu’elle devenait aussi rouge qu’une tomate. Même que ces réactions l’amusaient très particulièrement.

« Alors, encore perdue ? »

Il se doutait bien qu’elle attendait et qu’elle n’était pas perdue. Les jardins avaient un accès presque direct à la cours du château… Il relâcha son menton et recula d’un pas, la regardant quand même dans les yeux. Il n’allait tout de même pas changer.

« Bonjour, Lady Méira. Cela fait un moment, n'est-ce pas ? Cela fait plaisir de voir que vous ne me fuyez pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Mar 19 Juil - 10:53

Des doigts se posèrent sur mon menton après qu'il se fut approcher, et il me le souleva pour plonger ses pupilles violettes dans les miennes. Oh, comme j'aimais ce regard! Il me demanda si j'étais encore perdue. J'eus un léger sourire en coin. Et si c'était le cas? Allait-il me guider à nouveau vers sa chambre? Il me relâcha et recula, je ne quittai pas son regard qui me communiquait des informations que sa voix ne transmettait pas. Du moins, pas directement.

« Je vous ai manquez, Sir Mikhael? Deux semaines, ce n'est pas si long... » un sourire espiègle naquit sur mes lèvres, consciente que cela contrastait un peu avec ma timidité apparente. Puis je fis légèrement la moue, mi-amusée. « Je ne vous fuirais pour rien au monde, Sir. J'ai certaines responsabilités, seulement, que j'ai faillit négliger... » J'haussai les épaules. « Savez-vous ce que je fais, dans la vie? » Je lui adressai un sourire moqueur. Probablement pas. Il était plutôt le genre de personne qui s'en ficherait. J'allais quand même le lui dire. Peut-être s'en souviendrait-il et viendrait-il me voir à la boutique?

« Je dirige le commerce qui nourrit ce château. » Mon sourire se mua en légère esquisse triomphante, car j'étais très fière de mon métier. Je levai la main droite et posai deux doigts sur son avant-bras gauche, que je regardai en les faisant marcher jusqu'au coude, puis retombai, ramenant mon regard sur lui. « Je passe donc toutes les semaines au château. » laissais-je tomber, innocemment. « Si je désirais vous fuir, je pourrais simplement laisser mes employés effectués la visite, et ne pas y participez... » À nouveau mon sourire espiègle pointa le jour sur mon visage. « ... mais vous en seriez déçu, n'est-ce pas? »

À nouveau, j'avais joint mes mains devant moi, mais je ne me les tripotais pas cette fois, et soutenait bravement son regard pénétrant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Mar 26 Juil - 2:43

Était-il bien triste de ne pas l'avoir vu pendant un long deux semaines ? Si ça avait été une autre, il l’aurait oublié et il aurait profité de ses autres expériences. Elle, elle le rattachait. Déjà qu’il avait été laissé sur sa fin, c’était bien trop pour lui. En plus, il savait très bien que c’était elle qu’il voulait. Finir seulement ce qu’il avait commencé, était-ce quelque chose de mal ? Pas tellement… Non, loin de là. Encore mieux si cette femme se livrait à lui cette fois-ci. Lui faire croire qu’il n’avait pas aimé ne marcherait pas : il avait un peu d’expériences dans le domaine… Savoir si une personne le souhaite ou non, c’est facile à voir.

Lui avait-elle manqué ? Certes. Mais peut-être pas au point où elle était la seule dans son esprit. Une femme avec les mêmes cheveux qu’elle lui rappelait un bon moment… mais bien sûr, en deux semaines, il a bien plus qu’une seule femme qui passe dans son lit. Ce serait seulement très sympathique de l’obtenir elle. Oui oui, obtenir. Bien sûr qu’elle n’allait pas le fuir. Il ne la laisserait pas faire, même si pour cela… un peu de force pourrait être de mise. C’était clair dans son esprit qu’elle était entièrement consentante. Pourquoi penser encore à cela dans ce cas ? Un sourire naquit sur ses lèvres à nouveau, en la regardant et avec ces pensées qui restaient dans son esprit, pour le moment. « J’espère bien. » Qu’elle n’allait pas le fuir..

La suite le fit perdre son sourire. Ce qu’elle faisait ? Elle venait au château… était amie avec Philomena… Lust réfléchit pendant un moment, en voyant très bien son expression. Se moquait-elle de lui ? Était-ce si intéressant de savoir ce qu’une femme faisait ? Au fond lui… ça ne lui apportait vraiment rien.. .donc pourquoi aurait-il eu à chercher ? La fournisseuse du château, s’il comprenait bien. Pas si surprenant qu’elle soit bien proche de sa petite sœur. « Bien sûr, c’est évident… » Puis… voici que c’était elle qui essayait de l’allumer. Son sourire revint bien assez vite, et il la regarda dans les yeux, cherchant à voir ce qu'elle souhaitait faire. Une allumeuse… Passer toutes les semaines au château. Il le savait bien et ce n’était pas pour lui déplaire. Elle montra clairement qu’elle ne souhaitait pas le fuir, et même qu’elle souhaitait être avec lui. Plaisant cela. Cette fois-ci était la bonne, il le sentait.

« …vous en seriez déçu, n'est-ce pas? » Déçu ? Était-ce si facile lire en lui ? Apparemment. Il secoua la tête, négativement puis il la regarda dans les yeux. Déçu certes, mais cela ne serait pas un si gros problème pour lui. Il savait à cet instant qu’ils allaient vraiment finir ce qu’ils avaient commencé la dernière fois. Et... c’était assez plaisant. « Ai-je réellement besoin de confirmer vos mots ? » Non, bien sûr que non. C’était si évident.. cependant, il n’aimait pas comment elle prenait part à cette discussion. Était-il le seul dans cette situation ? Non. « Cependant, je crois bien que vous seriez déçue si je refusais de vous mener une seconde fois à mes appartements. Vous êtes bien venue vers moi cette fois-ci et votre départ de la dernière fois semblait être à contre-cœur. Même si vous ne l’avouez pas, je sais bien que vous êtes déçue. Bien plus que moi. » Son sourire qui termina très bien ce qu’il disait. Qu'il ne dise pas qu'il avait attendu et regretté tant son départ. Elle n'avait pas à le savoir.. À son tour, il plaça sa main sur son épaule et glissa le long de son bras. Un peu d’impatience qu’il était capable de garder en lui. De toute façon, il savait qu’il allait avoir l’objet de son désir…

« Dois-je vous ordonner de me suivre ou vous allez le faire par vous-même ? »

Techniquement, il était en droit de lui donner des ordres… sauf qu’il savait qu’il n'avait pas besoin de cela pour qu’elle lui suive. Il lui tendit simplement la main, avec son léger sourire habituel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Lun 1 Aoû - 11:43

J'appréciai sa réaction. Il secouait la tête, mais je savais bien que ce n'était pas une négation. Il semblait si sûr de lui! Cela me donnait des frissons! Il n'y avait rien de plus séduisant qu'un homme conscient de sa valeur. Après tout, les femmes n'aimaient-elles pas être protégée et chérie? Quoi de mieux qu'un homme plein d'assurance! S'il était hésitant et peu sûr de lui, cela ferait un parti bien moins attrayant. J'appréciais beaucoup qu'il soit comme cela! Mon sourire amusé s'agrandit. Non, il n'avait pas besoin de le confirmer, je le savais déjà. Il serait déçu, terriblement déçu. Et moi je serais triomphante, car j'obtenais une réaction de sa part, qui me débarquais du lot. Mais j'avais envie... si envie... Je ne pensais pas pouvoir résister, alors mieux valait que cela vienne de moi, qu'il ne se lance pas toutes les fleurs!

J'haussai les sourcils, amusée. Moi, je serais déçue? Sans doute... mais je n'étais pas venue vers lui. J'étais dans les jardins, et c'est LUI qui était venu à moi. Cette petite précision était importante pour moi. Je n'étais pas allée vers lui, il était venu vers moi. IL avait céder. Du moins, je me plaisais à le penser. Je lui souris tout de de même, le sien étant contagieux. Sa main se posa sur mon épaule et je le regardai à travers mes cils. Il ne pouvait pas s'empêcher de toucher, n'est-ce pas? Bah, j'avais fait le premier geste de ce côté alors... J'eus un petit rire. M'ordonner? Je secouai la tête, amusée, et passai mon bras sous le sien. « Vous n'avez pas à me donner d'ordre, Sir Mikhael. Je sais ce que je veux, et ce que je ne veux pas. Vous n'y changerez pas grand chose. » Je lui fis un clin d'oeil.

Je le suivais, car je le voulais bien, et je lui faisais comprendre par le fait même que je n'étais pas envoûtée, ni sous son charme. Que je prenais mes propres décisions en conscience de cause. « Vous êtes venu vers moi... » le repris-je discrètement « ... alors je ne peux tout de même pas vous décevoir en vous plantant dans ce jardin. » Je lui lançai un regard espiègle. « Quoique... » je ralentis le pas, et appréciai de sentir de la résistance dans son bras qui entourait le mien. Je ris, en reprenant de l'avant. C'était toujours agréable de se savoir désirée.

Tout autant que d'être avec un égal. Généralement, je devais pousser ma nature sous un tapis pour capturer mes proies, leur faire croire ce qu'ils voulaient, qu'ils étaient irrésistibles, alors que je savais fort bien que c'était moi, qui l'était. Mais avec Mikhael Lust de Shola, je me sentais plus naturel. Mon rire était vrai, mon sourire était sincère, mes regards tout autant. Je ne me sentais pas le besoin de m'enfouir sous une couche de politesse. Nous savions tous les deux ce que nous voulions. N'était-ce pas beau? Je devais simplement m'assurer que même s'il obtenait ce qu'il voulait, il demeure sur sa faim. Je voulais être une parmi toutes. Qu'il me remarque, car il était le plus beau défi pour ma nature séductrice. J'adorais marquer ceux à qui j'offrais mon corps. Il ne pouvait pas y faire exception.

Je le suivis donc dans le dédale du château, en sachant très bien où j'allais. Je me demandais, quelle sorte d'introduction allais-je faire. Allais-je le laisser prendre les premiers pas? Me faire désirer? Lui sauter dessus? Faire l'allumeuse et le faire languir? Que pouvais-je faire qui saurait me démarquer? Il devait être habitué de faire les premiers pas. Peut-être pouvais-je me montrer entreprenante. Mais avec la cours qu'il avait à ses pieds, il y en avait certainement des entreprenantes. Hum, mais je devais être la seule qui était certaine de pouvoir lui tourner le dos et revenir à la charge -du moins le pensais-je. Le mieux serait peut-être d'entreprendre les choses, de le laisser languir, puis de la satisfaire, tout en s'assurant d'une promesse en l'air pour plus... Cette tactique me semblait la meilleure, et terriblement excitante!

Dans ma poitrine, je sentais mon coeur qui battait rapidement, anticipant la suite des événements. Il m'ouvrit galamment la porte et je pénétrai dans son antre. Je jetai un regard sur le décor, en souriant. « Il y a sans doute de nombreuses femmes qui ont eu le droit à ce superbe salon comme entrée... » Je me tournai vers lui, amusée. « Évidemment, elles étaient sans doute toutes de jolies brebis... » et il était le loup. Je marchai dans la pièce, de ma démarche langoureuse, tout en lui jetant des regards enflammés. Je me postai derrière un sofa, le séparant de moi, pour le simple plaisir de le voir venir à moi. Je caressai le tissu distraitement. Je n'avais pas l'intention de parler d'elles. Lui non plus. Je contournai le soda, et m'assied sur le bras de celui-ci, posant mes mains chaque côté de mon fessier, et allongeant les jambes, croisant mes chevilles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Dim 7 Aoû - 1:25

Bien sûr qu’il savait qu’Il n’avait pas à lui donner d’ordre. C’était plus pour confirmer ce qu’il pensait. Au lieu de réellement la menacer comme il le pouvait. Elle savait clairement ce qu’elle souhaitait… et lui-même n’allait tout simplement rien changer. Déjà, si elle avait envie de cette chose, c’était bien parce que lui-même lui avait changé quelque chose. Enfin, pas besoin de penser à cela pendant des heures. Bien sûr qu’il était venu vers elle, comme elle souhaitait qu’il vienne vraiment vers lui. C’était donnant-donnant. Au final, pour lui, l’important était qu’il obtienne ce qu’il voulait, la raison ou autre chose ne l’intéressait que très peu.

Même si elle décidait de ralentir et le faire forcer un peu, ce ne fut pas bien long avant qu’ils repartent à marcher. Bien sûr. Il n'allait pas se faire planter dans son jardin. Aucunement… il avait bien prévu se rendre dans sa chambre… et bien sûr, il allait l’avoir avec lui. C’était important cela… il savait très bien qu’elle le voulait, donc cela n’était pas du tout un problème. Il n'allait pas être en dehors de ces valeurs, même s’il forçait la main un peu cette fois. Pour être franc, ce n’était pas un problème et il doutait vraiment que ça allait arriver.

Ils avançaient ensembles, enfin content d’avoir ce qu’il souhaitait. Pour lui, c’était évident qu’il allait l’obtenir un jour. Cela lui plaisait souvent aussi. Il ne réfléchissait pas au comment du pourquoi : il avait simplement envie de se la faire, avoir une personne avec lui ce soir. Et bien sûr, si c’était elle, c’était encore une meilleure chose. Il le souhaitait simplement, dans plus ni moins. Il la désirait elle… peut-être simplement parce qu’il avait bien accroché à elle et qu’il voulait bien en profiter. Il détestait vraiment être laissé sur sa fin : Et c’était exactement ce qu’elle venait de faire. Alors… cette fois-ci. Pour lui, elle n’était qu’une femme parmi tant d’autres, bien sûr… éventuellement, il penserait à elle autrement. S’ils n’avaient pas eu d’autres fois que la première, peut-être l’aurait-il oublié. Sincèrement, il ne pouvait même pas dire le nom de chacune de ces proies.

Elle entra finalement et il referma attentivement la porte. Ce serait bien dommage que quelqu’un rentre… Bien sûr que plusieurs femmes avaient connues ce salon. Bien évidemment. Ces petites brebis comme elle le dit si bien. « Êtes-vous jalouse, Méira ? » Peut-être bien… peut-être que pas. Ça ne lui dérangeait pas du tout de toute façon.. plusieurs l’avaient été. « Si c’est bien de la jalousie, je trouve cela parfaitement adorable. » Adorable ? Non… Mais si en même temps. C’était bien étrange. Mais comme ils étaient à la bonne place. Il se permit de la regarder se poser, un léger sourire en coin. L’invitait-elle ou le provoquait-elle ? Cela ne changeait pas beaucoup dans un cas ou l’autre… Il s’approcha d’elle et posait sa main sur sa cuisse, en la regardant dans les yeux.

« Je n’aime pas qu’on m’arrête ainsi. Repartons d’où nous étions rendus, veux-tu ? »

Il revint prendre ses lèvres, glissant sa seconde main dans l’une des siennes. Il ne souhaitait pas attendre plus que cela, surtout que ce n’était pas la première rencontre… même bien loin de cela.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Ven 19 Aoû - 14:38

Moi? Jalouse? Je souris, amusée par cette perspective. Pour rien au monde ne je serais jalouse de ces filles faciles, sans valeurs ni honneur. J'étais différente, je le savais, et j'allais le lui montrer. Adorable? J'en riai de bon coeur. C'était la première fois qu'on me sortait ce qualificatif bien singulier. J'étais tout sauf adorable! Désirable, attirante, limite, à croquer! Mais certainement pas adorable! Je posai mes yeux aguicheurs sur lui, ce qui eut l'effet escompté, il vint vers moi, posant une main sur ma cuisse et son regard dans le mien. Comme j'aimais ses prunelles violettes! Son commentaire me fit sourire de plus belles, espiègle. Je n'eus pas le temps de lui répondre qu'il m'embrassait, exigeant, et j'y répondis volontiers.

Je sentis sa main glisser dans la mienne, et levai la seconde pour la poser derrière sa nuque, approfondissant notre baiser. Sa main sur ma cuisse remonta sur mes hanches et vint se poser dans le creux de mes reins, me rapprochant de lui. Comme j'aimais ses lèvres! Il embrassait divinement bien! Et je n'avais, pour ma part, rien à m'inquiéter. Je me levai, lâchant sa main pour poser la mienne sur son épaule et m'extirpai de ses bras, avec un sourire amusé. « Comme vous voilà empressez! » lançais-je sur un ton taquin. J'en avais autant envie que lui, et nous le savions tous deux. Mais à quoi bon précipiter tout cela? je n'étais pas une fille si facile.

Je posai un index sur son bicep et descendit lentement jusqu'au pognet, en le suivant des yeux. « Allons, Sir Mikhael, prenez au moins la peine de me séduire... » ajoutai-je, langoureuse. C'était déjà fait, mais ne pouvais-je pas tirer plaisir de cette situation? Je savais que je ne pouvais pas le flatter, si cela augmenterait son égo, cela ne m'ouvrirait pas de portes. Pour me distinguer des autres filles, je devais m'assurer qu'il n'ait pas la donne facile, du moins, je me plaisais à penser que tous les autres étaient faciles. N'étais-je pas unique? Si je me donnais à lui, c'était parce que je l'avais voulu, mais je voulais qu'il me cherche, qu'il ne se fit pas qu'à sa seule prestance - et réputation!

Je me levai sur la pointe des pieds et attrapai son visage entre mes mains, et l'embrassai, avec envie, sentant mon corps s'enflammer. Je reculai ensuite d'un pas, et lui sourit. Je lui tournai le dos et fit quelques pas. J'étais une aguicheuse, cela ne faisait aucun doute. Je promenai mes doigts sur le doux tissu des meubles de son petit salon, en une caresse sensuelle. Je soupirai, d'un soupir langoureux, soufflant une certaine impatience, et un certain ennui. C'était si facile de l'obtenir, j'étais un peu déçue. Je me retournai vers lui, mon sourire espiègle toujours accroché aux lèvres. « Hum, c'est donc la toute la splendeur du luxueux prince Lust? » fis-je, mi-provocatrice, mi-amusée. Honnêtement, je voulais qu'il me saute dessus et ne me laisse même pas douter... pour que je lui montre à mon tour que j'avais beaucoup mieux à offrir.

Je jetai un oeil à la porte entrebaillée de sa chambre, je passai donc à côté de lui, en évitant un contact, cette fois, même si sa main s'était tendue, je l'éviai, et me dirigeai dans cette pièce qui m'intriguait. Toute curieuse que je suis. Je découvris ainsi l'antre du loup. Une bien jolie tanière, avec un lit qui avait toute l'emphase. Un peu comme ma chambre... cette similitude entre deux deux personnalités m'amusait. Cela me permettait aussi de constater, sans aucun doute, que ce lit allait prochainement nous accueillir... Après avoir tourner sur moi-même et fait le tour de la pièce du regard, je revins sur lui, qui semblait apprécier la vue qu'offrait mon corps, sous tous ses angles. Espérais-je du moins que ce fut cela! Je lui lançai un regard provocant­. Qu'il vienne me chercher, si c'est ce qu'il voulait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Dim 11 Sep - 22:14


La jalousie était un sentiment bien difficile à définir. Il trouvait cela stupide, mais il appréciait ce sentiment. Parfois briser la jalousie, vivre la jalousie des hommes qui se faisaient prendre leurs femmes. Plusieurs façons différentes de vivre la jalousie, c'est si vrai. Mikhael aimait bien cela, entendre quelque chose de sa bouche qui semblait sonner comme si elle n’appréciait pas le faire… enfin, Mikhael avait bien apprécié cela, bien que cela ne semblait même pas être la réalité. Voilà seulement qu’elle disait qu’il était empressé. Bien sûr. Le désir était évident et depuis la dernière fois, il avait été laissé sur sa faim. Il rattrapait seulement le temps perdu, sachant très bien qu’elle avait autant envie que lui. Aller plus lentement, peut-être. Seulement, prendre trop de temps quand les envies respectives étaient au maximum n’était pas une chose qu’il appréciait faire.

Ses prochains mots le firent hausser les sourcils, puis sourire à la suite. Prendre la peine de la séduire ? Cela n’était-il pas déjà fait ? C’était bien bizarre de devoir séduire une personne qui l’était déjà. Mikhael n’aimait pas prendre du temps pour quelque chose d’inutile, qui ne lui plaisait pas. Il préférait garder ses efforts pour des choses logiques et intéressantes. Là, ça aurait été une perte de temps essayer… « Pourquoi devrais-je perdre du temps sur quelque chose qui est déjà fait ? » Il parlait bien sûr de la séduction. Lust répondit à son baiser, collant son corps au sien. Il n'avait plus envie d’attendre, c’était déjà bien trop pour ce qu’il souhaitait réellement.

Sa façon de parler n’était pas si… agréable. Peut-être qu’elle le provoquait, elle semblait bien plus passive la dernière fois. Enfin, cela n’était pas un réellement problème qu'elle ait plus de caractère, mais jamais il n’aurait pensé qu’on lui dise quelque chose comme cela. De plus, en entrant dans la chambre, elle ignora complètement sa main. Bien sûr, peut-être était-elle indépendante. La seule chose qui était certain, c’est qu’il souhaitait se rendre au bout aujourd’hui, j’allais entièrement pour lui. Pouvoir la posséder. Il observa sa proie dans la pièce, jetant des regards aux endroits intéressants. Puis elle revint vers lui au final. Un léger sourire aux lèvres. « Je crois bien que je peux bien faire cela. » Il ferma la porte et mit le verrou, expliquant qu’il n'avait plus de retour en arrière.

Lust s’approcha d’elle et enroula sa main autour de sa hanche, venant rechercher ses lèvres et l’amener directement vers le lit. Cela faisait à présent deux semaines qu’il attendait ce moment, il ne pouvait pas simplement attendre et la séduire, comme elle semblait tant le vouloir. Une fois que ces jambes arrivèrent contre le lit, il releva la tête et la regarda dans les yeux. Il n'avait plus envie d’attendre encore, pour lui, c’était simplement assez… Il ne voulait plus, c’était bien trop pour lui… et il savait au fond qu’elle le souhaitait aussi.« Je crois que nous n’avons plus aucun mot à nous dire, non ? » Effectivement, il n'avait plus envie de dire aucun mot aussi. Il n'avait pas à attendre son affirmation qu’il continua ses légères caresses. Attendre ? Pourquoi ? Il savait qu’elle voulait, il n'avait pas à l’entendre une nouvelle fois… Ses caresses qui avaient comme but de retirer ses vêtements sur le haut. Voir ce qui l’intéressait et avancer encore plus… ne voulait-elle pas que les choses avancent plus vites ? Alors, bien sûr, pour cela il voulait en voir plus que ce qu’il voyait actuellement. Voir ses formes au naturel, pas sous une couche de tissu complètement inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Sam 17 Sep - 13:48

Je le regardai mettre le verrou. Était-ce qu'il avait l'habitude d'être interrompu, ou craignait-il que je m'en fusse à nouveau? Je le regardai. C'était comme essayer de séduire un cheval. Il savait ce qu'il voulait et peu importe ce que je dirais, son idée était faite. Il ne me restait qu'à tenter d'influencer son opinion... lui donner ce qu'il voulait, au centuple, et me démarquer de tout ce qu'il aurait connu. J'étais sûr de mes capacités, et jamais je n'oserais mettre en doute les siennes. Peut-être qu'ensemble nous pourrions atteindre des sommets jamais inégalés? Qui sait? Cette idée était fort excitante.

Tout comme lui qui me saisissait par les hanches et prenait mes lèvres sans me laisser le temps de protester. Je répondis allègrement à son baiser, passant mes bras autour de son cou, et me laissant mener vers son objectif. Mes jambes heurtèrent bientôt le matelas et je me retins à lui, il ne chercha pas à me pousser sur le lit, ce que j'appréciai. J'aimais bien un peu de brusquerie, mais il fallait y aller étape par étape, et nous n'en étions pas là! Peut-être une prochaine fois... qui sait!

Son regard violet plongea dans le mien, je le soutins. J'adorais ses yeux. Ils exprimaient le désir qui l'habitait et les miens répondaient sur la même mesure. Je souris de son commentaire et secoua doucement négativement la tête. « Plus aucun. » fis-je, tout près de ses lèvres, avant de l'embrasser à nouveau, alors que ses mains parcouraient sensuellement mon corps. Il dégrafait ma robe, et ses doigts habiles semblaient connaître le mouvement par coeur. Je sentis une petite boule dans ma poitrine, que je chassai. Je ne vois pas pourquoi le fait ait connu d'autres femmes pourraient m'irriter. J'en avais sans doute connu autant que lui! Bon, peut-être pas. Mais pas loin!

J'entrepris de déboutonner sa chemise. Lorsque ma robe fut complètement délacée, il écarta doucement mes manches et le corset tomba au sol, rapidement suivit par le bruissement léger de ma robe. Je passai mes mains sur ses épaules pour lui retirer la chemise, et il tira sur mon jupon pour le faire rejoindre mes vêtements. Il ne me restait plus que mon sous-vêtement et mes bas-jarretières. Et lui, son pantalon. Il ne mit pas longtemps avant d'habilement défaire les jarretières et de faire suivre le sous-vêtements au reste, et moi entre-temps j'avais tout aussi habilement défait son pantalon et l'avait fait glissé au sol. Il fut nu avant moi, mais il ne me restait que mes bas.

Spoiler:
 

Épuisée, je me laissai tomber à côté de lui, sur le dos, qui était tout autant sur le dos. Son bras passait sous ma nuque, et outre le dos de ma main qui reposait près de sa hanche, c'était le seul contact que nous avions. En sueur, essoufflés, épuisés, nous reprenions lentement contact avec la réalité. Au bout d'un court moment, je me tournai sur le côté, lui faisant face. Ma main gauche reposait toujours près de sa hanche, ma droite vint se poser sur son biceps, tout près de mon visage. Je souris en l'observant de profil. Comme il était beau. J'étais comblée, je ne pourrais le dire autrement, et j'espérais qu'il en fut tout autant pour lui.

Je me mordis la lèvre inférieure. Je n'osais pas prendre la parole, et j'espérais qu'il ne me jette pas dehors. Je n'avais pas l'intention de rester, mais je ne voulait pas être rejeter, qui sait, j'allais sûrement revenir. Je me mis à faire de petits cercles sur son bras, en regardant mes doigts. Quand je sentis son regard, je plongeai mes prunelles gris-verts dans les siennes. Mon visage était serein, sans sourire vraiment, il exprimait tout de même un grand contentement. J'étais bien, sur l'instant. Allais-je rester? Je devais quitter pour l'heure repas du soir, alors sûrement. Il devait être tard, il s'était écoulé bien plus d'une heure. Mais bon, j'allais m'en préoccuper dans quelques secondes, pas tout de suite. Je cherchai plutôt dans ses yeux ce qui me dirait que je pourrais revenir. Parce que c'était un bon amant, évidemment. Pour rien d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhael
Conseiller(ère) royal(e)
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 23/02/2015
Localisation : Là où tu ne veux pas venir me chercher.

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Race: Humain
Âme soeur:

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Mar 27 Sep - 22:21


La discussion était terminée ; Mikhael voulait passer à autre chose. Discuter, c’était bien… mais dans cette situation, il fallait se l’avouer, ce n’était plus du tout ce à quoi il pensait. Il avait un désir et il voulait le vivre pleinement. La discussion était un moyen très facile de continuer à reporter ce que les deux parties souhaitaient. D’ailleurs, avec elle, il pouvait même dire qu’il avait discuté plus longtemps. Habituellement, ce n’était pas le cas. Peut-être bien parce que Méira l’intéressait bien plus que certaines femmes qu’il avait rencontrées ? Il ne pouvait le dire pour le moment. La seule chose qu’il souhaitait, c’était passé ce moment ensemble tant attendu. Il pensait aussi à elle, sachant très bien que son désir semblait aussi grand que le sien. Mikhael découvrait à présent de nouvelles choses, et un nouveau désir peut-être ?

Ses vêtements tombèrent lentement, sous les mouvements experts de Mikhael. De même que les siens tombèrent dans des mouvements semblables. Ils se retrouvèrent à nu semblablement au même moment. Pour lui, c’était amplement suffisant et agréable. Ça ne lui dérangeait pas du tout, si cela peut lui faire plaisir. Ses mains restèrent sur son corps agréablement doux. Il retira le pantalon de ses chevilles et le repoussa un peu plus loin. Ce bout de tissu était d’une inutilité impressionnant pour ce qu’ils allaient faire. Pour ce qu’ils souhaitaient faire.

Mettre un spoiler pour le principe de mettre un spoiler:
 

Seule une main touchait l’autre. Le retour à la réalité arrivait lentement mais sûrement. Lorsqu’elle se tourna, Mikhael la regarda avec un léger sourire. Il ne pouvait pas dire qu’il n'avait pas été comblé entièrement pas cette femme. Ce serait un gros mensonge. Il allait se rappeler de cette femme, sans aucun doute. La ramener dans son lit, pourquoi pas ? Il la regarda faire son petit manège, avec ses doigts. Il les regarda et la regarda à nouveau, dans les yeux. Son visage n’exprimait pas sa joie si visiblement, mais il était clair qu’à ce moment précis il était bien. Ce moment dura un moment, il n’avait pas envie de bouger, il avait simplement envie de la coller à lui encore, profiter de cet instant un moment de plus. Cette fois-ci, ce fut entièrement différent avec elle. C’était nouveau.

Son bras s’étira un peu, en se plaçant sur le côté. Son bras vint entourer son corps et il la rapprocha de lui, sans rien faire d’autre pour l'instant. Un moment encore comme cela. Ce n’était pas vraiment une preuve d’affection, non. C’était surtout une façon de montrer qu’il souhaiterait la revoir. Il resta ainsi un moment avant de se redresser en se passant une main dans les cheveux.

« Toute ta journée m’était réservée à ce que je vois ?  »

Ça ne lui dérangeait pas du tout. Il trouvait seulement ça drôle de voir qu'il était ainsi avec lui, en pleine journée. Recommencer cela, ça ne le rendrait certainement pas triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méira
Marchand(e)
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race: Humain
Âme soeur: Mikhael

MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   Ven 30 Sep - 11:59

[Rp Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: When a girl fall on Lust [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
When a girl fall on Lust [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eve Quinn-I'm just a girl like others girls (Terminé)
» Uptown Girl | Reboot de Monaco | Terminée~
» Never trust a pretty girl with an ugly secret... [terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: