Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 A night you won't forget [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: A night you won't forget [TERMINÉ]   Dim 1 Mai - 9:54

La panique, la confusion, l’horreur, le désespoir... Tant de mots pour décrire la situation. Et pourtant, aucun d’entre eux ne pouvaient exprimer clairement ce qu’il ressentait. Ses mains étaient plaquées sur une plaie particulièrement béante qui trônait sur son flanc droit. Son corps délicat était mutilé, ni plus ni moins. Cette simple vision de désolation avait eu le même effet qu’un coup de masse en pleine tête. Tout lui était revenu à la mémoire. Sa vie d’avant, ses compagnons, son frère, ses parents, ses activités, ses amis d’enfance… elle…

- Tiens bon SeaSea! cria-t’il, les larmes roulant librement sur ses joues. Je t’interdis de lâcher prise!! Ne me fait pas ça!

Une lumière blanche jaillissait de ses mains tremblantes, tentant de refermer les plaies trop nombreuses et trop profondes qui striaient ce corps qu’il avait éperdument aimé. Elle était de plus en plus faible et jetait sur lui un regard chargé de regret. Il devait se l’avouer : elle avait perdu trop de sang. Même s’il s’épuisait complètement en rafistolant Saoirse, il ne pourrait lui redonner ce précieux liquide vital. Il ne pouvait se résoudre à la laisser partir. C’était au-delà de ses forces. Doucement, elle leva une main vers son visage, touchant la joue du guerrier pour une dernière fois, y laissant au passage une tache couleur vermeille.

- Non! Non ne fait pas ça, garde tes forces! s’écria-t’il en lui abaissant le poignet. Il s’essuya ensuite les yeux du revers de son avant-bras, les larmes embrouillant sa vision. Okay, repose-toi, je m’occupe du reste d’accord! Reste avec moi!

C’est alors qu’il remarqua quelque chose. Elle tentait d’articuler certains mots, mais son souffle était si faible qu’il avait du mal à percevoir la moindre parole. Il se pencha donc pour entendre ce qu’elle avait à dire et son cœur ne fit qu’un bond dans sa poitrine. Dans ses paroles mourantes, elle lui révéla tout son amour pour lui… et lui dévoila son secret le plus profond : elle avait été enceinte de lui, mais avait perdu l’enfant au moment où elle avait tenté de récupérer le pendentif qu’il lui avait volé. Cette révélation choc eut l’effet d’un coup de poignard dans son cœur déjà meurtri. Il avait eu… un enfant? L’espace de quelques jours? Tout ça était sa faute. « Oh Saoirse… ». Un doux sourire aux lèvres, elle sembla sereine. Puis, elle poussa son dernier souffle.

- Non… non Saoirse, regarde-moi. Regarde-moi! Ne me fait pas ça!! Je te l’interdis!! SAOIRSE!!! Non non non non non… Il glissa ses bras autour de ce corps frêle et encore chaud, puis le serra contre lui, laissant libre cours à sa tristesse. Ne m’abandonne pas…

*************************************************

« I look inside myself and see my heart is black
I see my red door, I must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black »


Paint it Black – The Rolling Stones

*************************************************

Deux yeux couleur bronze s’ouvrirent sur une pièce tamisée. Un faible rayon de lumière envahit l’espace, s’immisçant dans la pièce par la minuscule fente séparant les volets de la fenêtre. Une autre journée s’entamait. L’une parmi tant d’autres. Des toussotements retentirent. Il n’était pas seul dans cette pièce. Une scène beaucoup trop fréquente ces derniers temps. Tournant lentement sa tête, il repéra une pipe à opium gisant au sol. Des herbes et une fine poudre brunâtre étaient éparpillées au sol à la suite d’une soirée particulièrement mouvementée. Pâle copie de beaucoup trop de soirées depuis quelques temps. Lentement, il se redressa sur un lit complètement défait. D’autres corps gisaient dans la pièce, tous endormis et flambant nus. Plus précisément, une fée dormait à ses côtés, un homme à la peau foncée était affalé à même le sol enserrant dans ses bras une jeune femme visiblement humaine. Ils s’étaient bien amusés, Zack devait l’admettre. Fini les bonnes résolutions. Les jours de sevrage étaient loin derrière lui.

Claquant sa langue, il réalisa que sa bouche était pâteuse et un léger mal de bloc lui martelait le crâne, signe distinct des abus de la veille. Plusieurs bouteilles d’alcool étaient empilées dans un coin de la pièce… trop pour qu’il puisse les compter, de si bon matin. Il se rappelait les remontrances que lui faisait Uriel lors de soirée similaires : « Zack, arrête de faire le con! Les mélanges que tu fais avec l’alcool et les drogues te coûteront la vie un jour! Et si ça se produit, j’irai moi-même ouvrir ta tombe pour te tuer de nouveau! ». Uriel s’en faisait toujours pour rien. Il avait un don de régénération, pas vrai? Il fallait que ça serve. Lentement, il attrapa son caleçon et l’enfila sans faire le moindre bruit. Il ne connaissait pas ces gens, alors qu’il n’allait pas rester là gentiment le temps qu’ils se réveillent! Et puis, il avait faim, donc… Zack se rhabilla en silence, attrapa la pipe à opium, puis quitta la chambre d’auberge qu’il avait louée. Une fois dans le couloir, il s’éloigna, les mains dans les poches, puis descendit l’escalier lentement. Il se dirigea ensuite vers le comptoir puis commanda de quoi boire et manger, histoire de sustenter.

Le fils du duc de Shola était arrivé à Alombria depuis quelques jours seulement. Il n’avait jamais mis les pieds dans ce pays par le passé, mais déjà, ce qu’il y découvrait lui plaisait beaucoup. Malgré la vertueuse famille royale, l’endroit regorgeait de malfrats, si on savait où chercher. À la suite de la mort de Saoirse, le semi-elfe avait pris la décision de s’exiler dans le désert du sud, histoire de disparaître aux yeux du monde pendant quelque temps. Il était recherché par la garde de Shola et il était à parier que les Lames Pourpres devaient le chercher partout puisqu’ils avaient très certainement eu vent de son état « bien vivant ». Il s’était alors arrêté dans une petite cité chaleureuse et regorgeant de plaisirs plus exotiques les uns que les autres. C’était d’ailleurs à ce moment de sa vie qu’il avait renoué avec son ancienne amante : l’opium. Le but? Tout oublier. Ne plus rien ressentir, ne penser à rien. Il détestait les moments de solitudes justement parce que ça lui donnait trop souvent l’occasion de réfléchir. Et se remémorer était trop douloureux pour lui. Il ne pouvait affronter son propre désespoir, alors fuir était la clé. De plus, ce qui était sympa avec l’alcool et la drogue, c’était leur côté rassembleur. Beaucoup de gens vivaient des situations similaires à la sienne, ainsi, c’était facile de trouver des partenaires pour la nuit. Un peu comme aujourd’hui…

Zack avait donc passé ces trois dernières années tout au sud, dans l’aridité du désert. Il s’y était particulièrement plu, mais avait dû changer ses plans lorsqu’il avait croisé des membres des Lames Pourpres. Heureusement, ces derniers ne l’avaient pas reconnu. Il fallait dire que le guerrier s’était évertué à altérer son apparence et à changer d’identité. Ainsi, sa peau était maintenant bronzée par tant d’exposition au soleil et il avait également coupé ses cheveux beaucoup plus courts. Ayant rencontré une gentille dame qui avait accepté de l’héberger, il avait demandé à cette dernière de changer la couleur de sa chevelure. Elle avait donc utilisé un mélange d’herbes et de terre très foncée pour teindre sa tignasse blonde en brun. Malheureusement, la couleur ne tenait pas bien et il devait renouveler le traitement sur une base régulière. Puisque ça faisait plusieurs semaines qu’il avait quitté le foyer de Raya (la gentille dame), sa couleur naturelle tendait à ressortir; le fond était toujours brun, mais les mèches blondes étaient maintenant bien perceptibles. C’était une question de jours avant que le naturel ne se pointe complètement le bout du nez. Meh… Heureusement, il ne connaissait personne en Alombria!

- Remy? fit une femme qui s’approcha de lui avec un plat chaud entre les mains. C’est vous qui avez commandé ce plat?

Hochant de la tête, le jeune homme remit quelques pièces de bronze à la délicieuse employée et entama son succulent repas composé d’œufs, de viandes diverses, de légumes racines et d’haricots. Un gros morceau de pain trônait au milieu de l’assiette, telle une cerise sur un sundae. Il avala goulûment le tout sans un mot. Il crevait toujours la dalle le lendemain de soirée mouvementée. Il but également quelques gorgées du thé qui lui avait été servi, appréciant ce moment de pure délectation. Oh il était peut-être débauché, mais il avait par principe de pas avaler d’alcool ou autre cochonnerie du genre si tôt le matin. Habitude qu’Uriel avait encrée en lui en le forçant à rester à jeun jusqu’à midi. Enfin… un principe qu’il avait enfreint à quelques reprises jusqu’à maintenant, il devait l’admettre… Terminant son repas, il hocha de la tête en direction du tenancier puis sortit de l’établissement. Il avait besoin de fric s’il voulait continuer sa journée au même rythme. Heureusement, la capitale d’Alombria regorgeait de bourgeois plus riches les uns que les autres. C’était le grand avantage d’avoir une ville prospère! Ainsi, il ne lui suffisait que de faire les poches de cette catégorie d’« élites » et il aurait ce dont il avait besoin!

À l’extérieur, le soleil brillait, mais quelques nuages sombres venaient entacher le paysage. Le genre de température où la pluie pouvait arriver à tout moment… ou pas. Il avait repéré un quartier plutôt intéressant un peu plus tôt et décida donc de s’y rendre sans plus tarder. Une fois sur les lieux, il esquissa un sourire en constatant que l’endroit était bondé de gens plus pédants les uns que les autres. Ces derniers reluquaient des objets insipides tels des vases venus du désert ou de riches tapis en fourrure d’ours des montagnes. Le genre de trucs inutiles qui servaient uniquement à faire chier les moins nantis… Le genre de trucs que son père se targuait d’avoir dans son manoir, quoi! Quoique le tapis en ours POUVAIT être marrant… M’enfin! D’un air nonchalant, le jeune homme de 26 ans marchait donc à travers les citoyens, remarquant au passage les sublimes boucles d’oreilles d’une dame, puis la bague somptueuse d’un gentilhomme. Il n’allait pas s’en prendre si ouvertement aux bijoux les plus scintillants… du moins pas cette fois. En plein jour, comme ça, cela passerait difficilement inaperçu. Il allait se contenter des bourses, puisque celles-ci pendaient généralement à la taille des hommes de nobles lignées. Un minuscule poignard (facilement dissimulable dans une paume) dans la main droite, il passa près d’un gras bourgeois qui était penché vers l’avant, reluquant les bijoux d’or et d’argent qui s’étalaient devant lui. * Celui-là a fait un truc qui n’a pas plus à Madame et doit visiblement se racheter * songea le sous-chef des Lames Pourpres. D’un mouvement vif et silencieux, il coupa net la cordelette qui retenait l’objet de sa convoitise et il rattrapa la bourse de sa main gauche. Le bougre ne se rendit compte de rien, vu le brouhaha de la foule. Zack rangea son butin dans ses poches, puis continua sa route.

Plus loin, au bout de l’allée, il vit une dame d’un certain âge avec une tenue plutôt suggestive, dévoilant ainsi son décolleté franchement impressionnant et mettant en valeur la rivière de saphirs qui lui servait de collier. À voir son attitude, le semi-elfe comprit qu’il s’agissait probablement là d’une croqueuse d’hommes qui se sentait un peu trop seule. Une proie facile, bref. Il rangea donc son minuscule poignard à sa taille, puis accéléra le pas jusqu’aux pas de course. Feignant de regarder ailleurs, il buta dans la dame puis s’affala par terre. Une expression désolée s’afficha sur son visage alors qu’il aidait cette dernière à se redresser.

- Pardon ma Dame! s’écria-t’il. Mille pardons, je ne regardais pas où j’allais! J’espère que vous n’avez rien! Zack nota avec satisfaction la façon dont cette dernière le reluqua et déclara en ricanant qu’il n’y avait aucune faute. Permettez-moi de vous aider à vous asseoir sur ce banc.

Il prit donc délicatement la main de la femme puis la guida jusqu’au siège. Ses doigts glissèrent subtilement sur les bagues impressionnantes de cette dernière et les retira de leurs doigts d’origine. Il planta son regard bronze dans les yeux de la dame, baisa sa main en guise d’excuse et lui offrit son sourire le plus charmeur. Cette dernière n’y vit que du feu, visiblement « hypnotisée » par son apparence agréable, et il s’éloigna sans demander son reste.

Le reste de la journée se déroula de façon similaire et Zack put amasser un butin impressionnant. Décidément, il était toujours aussi doué! Sur le chemin du retour, il apprécia la quiétude des rues puis laissa vagabonder son esprit. C’est là que les mauvaises pensées refirent surface. Ses vieilles ennemies qui ressurgissaient constamment là où il les désirait le moins. Des images désagréables qu’il supportait à peine. Du sang partout. Un visage pâle qu’il connaissait trop bien. Ces magnifiques yeux vitreux d’un vert émeraude. Cette bouche en forme de cœur qui ne sourirait plus jamais. Un sentiment de culpabilité insurmontable. Cette scène, il la revoyait constamment. Parfois en rêve, auquel cas la réalité était déformée et horrifiante. Il n’avait gardé qu’un seul souvenir de Saoirse : son collier de jade. Ce dernier était enfermé sous clé dans une petite boîte noire qu’il conservait tout au fond de son sac. Ce contenant, il ne l’avait jamais rouvert depuis ce jour funeste. Son cœur se débattait maintenant comme un cheval sauvage. Il devait se changer les idées et vite!

Le souffle court et sans plus attendre, il entra dans la taverne la plus près et s’installa au comptoir. Il commanda prestement un verre de whisky dans le but évident d’engourdir ses démons intérieurs… et plus tard, il prendrait surement une chambre et retournerait dans les bras de son amante favorite, sa très chère « opium »…

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]


Dernière édition par Zackeriel le Mar 27 Sep - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan
Magicien(ne) Négociateur(trice)
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans (22 vamp)
Race: Humain
Âme soeur: Renata

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Mar 24 Mai - 10:26




A night you wont forget

Dylan & Zackeriel




La plupart des gens diraient que les problèmes avaient commencé avec la mort des Rois. Oui, la mort de son père avait causé de grands émois, de même que celle de son oncle. Ça avait été des heures noires et ce n’était pas encore fini… Mais pour lui, les problèmes avaient commencé il y a treize ans de cela, quand Saéline avait été obligée de décrocher chacun de ses petits doigts enflammés de la grande porte du château. Celui de Shola.

Il se souvenait comme si c’était hier du désespoir qui l’avait envahi à ce moment-là. Il se souvenait des yeux de Theodore dans lequel son regard était fixé alors qu’il ne voulait pas partir. Alors que Saéline l’emmenait en volant loin de la moitié de sa famille. Pour toujours.

Ensuite tout avait été de mal en pis. Les fugues, les désirs de fuite, le vide au cœur… Et la voix. L’impression que quelqu’un chuchote dans le creux de son oreille. La sensation de ne pas être seul dans sa tête. Les moments étranges s’étaient accumulés au fil des ans. Des petits moments où il avait l’impression de ne pas être en contrôle total sur ses actions. Puis son père était mort et il avait encore plus eu envie de fuir loin de tout. Il voyait là, la dernière chance de voir la famille réunie anéantie. Quelque part en lui, une barrière tomba.

C’est ce qui a mené à « l’accident ». Il ne savait pas pourquoi on s’entêtait à nommer l’évènement comme ça. Ce n’était pas un accident. C’était une tentative de meurtre délibéré sur sa personne. Les gens pensaient qu’il allait bien maintenant, un peu plus parano et pointilleux, mais bien… ils ne pouvaient pas avoir plus faux.

Les premières semaines qui ont suivi le coup de poignard, Dylan lutta. Il combattit avec force et bravoure dans sa tête. De l’extérieur, il avait l’air complètement dingue. Il hurlait seul dans sa chambre, marmonnait dans des coins sombres du château. Il avait des réactions parfois violentes, parfois apathiques. Le feu brûlait en permanence autour de lui. Il déclencha de nombreux incendies. Puis un jour tout cessa. Il devient calme, mortellement calme. Dylan était mort, il avait perdu le combat. Faith avait pris le dessus. Faith qui lui assurait qu’il était le mieux pour les protéger. Parce que Dylan était trop naïf, trop doux, trop gentil. Faith était rusé, il ne dit jamais clairement qu’il avait pris la place. Il se contenta juste d’exister.

Le prince d’Alombria fut bientôt connu pour ses sautes d’humeur. Pour son caractère violent, emporter et parfois même cruel. Il était froid, distant et pointilleux. Il n’y avait bien qu’avec sa jumelle, son frère ainé et sa mentore qu’il devenait plus calme et doux. Des relents profonds d’affection que même Faith ne pouvait effacer. Il apprit à se battre. Plus jamais, il ne se permettrait d’être vulnérable. Ironiquement, c’est avec les dagues qu’il avait une affinité particulière. Il finit par en faire une de ses nombreuses obsessions. Apprenant à les manier pour que chaque coup soit mortel sous l’enseignement de Saéline.

La deuxième année, Faith avait pris ses marques. Il avait moins de sautes d’humeur. Il restait la plupart du temps froid et agressif. L’entrainement avec les dagues portait fruit et il avait fini par instaurer un régime de terreur parmi les gardes. Il apparaissait derrière eux à n’importe quelle heure pour surveiller leur travail. Il s’immisçait dans les rondes, dans les plans d’action. Il quantifiait tout. Il ne pardonnait pas la moindre erreur dans la sécurité. Les laxistes en payèrent les frais. Sur les heures de garde, il ne tolérait aucun manquement à la discipline, aucune baisse de vigilance.

Les horaires furent modifiés. Un garde épuisé était un garde qui ne servait à rien! Plus d’heure de repos pour couper les heures de gardes. Des couvre-feux pour ceux qui travaillaient le lendemain. Hors de question qu’ils passent la nuit à boire dans les bordels pour bayer aux corneilles pendant leurs gardes! Au début, il eut des plaintes. Puis des odeurs de brûler. Puis… plus rien. La routine s’installa et finalement, ce fut pour le mieux. La sécurité fut effectivement meilleure et les gardes plus réactifs. Ceux qui étaient réticents ou dubitatifs au début se déclarèrent satisfaits. Et Faith était heureux.  

La troisième année, il apprit à encore mieux contrôler ses humeurs, mais gagna en paranoïa. Il se mit à suspecter tout le monde. Sauf sa famille. Les contrôles de sécurité sur ses employés se multiplièrent et il se mit à enquêter sur tous et chacun. Il mit en lumière un ou deux espions, quelques gens plutôt malhonnêtes et une flopée de tire au flan. Il se mit aussi à douter de la nouvelle fréquentation de sa sœur ainée, un homme louche soit dit en passant. Quoi qu’il en soit, il se mit à participer activement aux opérations de patrouille. Faith ne supportait plus de rester enfermé. Et rien de mieux que d’être sur le terrain pour évaluer les compétences de tous. Étrangement, sous la crainte qu’il inspirait par son côté réactionnaire flambant, ses hommes développèrent du respect. Après tout, tout Prince qu’il était, il faisait le boulot avec eux. Il n’avait pas peur de se salir les mains et bien qu’il soit plus qu’exigent, Faith les traitait bien… Allant même s’informer de leurs familles ou de leur santé.

Et Dylan, tout au fond de lui, était satisfait. Jamais, il n’aurait osé penser pouvoir un jour avoir la moitié du respect et de la prestance que Faith lui avait fait acquérir. Sa deuxième personnalité était tellement plus frondeuse et plus sure d’elle! C’est pourquoi il la laissait faire. Il ne luttait plus, il avait compris que c’était mieux ainsi. Et puis, au fils des ans, Faith acceptait parfois de prendre un peu plus de ses traits. Gagnant ainsi un peu d’humanité. Mais Faith lui promettait une chose : un jour, il les vengerait. Chade allait mourir entre ses doigts. Et il allait le faire en souffrant.

Le jeune prince sortit de ses pensées devant la taverne. C’était devenu une routine. Quand il sortait de la capitale, son retour était toujours ponctué d’une escale à la taverne qui bordait les limites de la ville. L’endroit était propre et l’alcool convenable. Il y buvait un peu puis rentrerait au château écrire un rapport qu’il conserverait avec les autres. Au début, le propriétaire de l’endroit avait un peu paniqué par son entrée. Mais maintenant, ils s’y étaient faits. Il était devenu dans un sens un habitué, qui revenait une fois par mois minimum.

Il entra dans l’établissement et se dirigea directement vers le comptoir. Les dorures de son manteau noir accrochaient la lumière des chandelles et ses bottes claquaient sur le sol pendant qu’il observait les gens présents. Que des habitués qu’il reconnaissait sans mal pour les avoir observés plusieurs fois… sauf un. L’homme au comptoir ne lui disait rien du tout et ce n’était pas vraiment pour lui plaire. Impassible, il s’installa quand même à un tabouret même si ses sens restaient en alerte, dans une constante vigilance.  

Le tavernier qui l’avait reconnu de suite, lui apporta sa chop habituelle. Ils avaient rapidement compris qu’il n’était pas un croque-mitaine, du moment qu’on se montrait poli, mais pas obséquieux avec lui. Il détestait ceux qui faisaient des ronds de jambe. Et surtout, il adorait entendre les histoires sur les dernières rumeurs. C’était d’ailleurs le but premier de son escale dans cet endroit!   Oui, il faisait un peu tache dans le décor avec ses habits de haute facture, mais il appréciait quand même d’y être. Et puis… après une journée à cheval, il n’y avait rien de mieux qu’une bonne bière. Bière qu’il se mit à savourer dès qu’il eut rangé sa bourse après avoir payé le tavernier, ainsi qu’un supplément pour lui délier la langue sur tout et n’importe quoi. Faith avait compris assez rapidement comme les choses fonctionnaient en dehors des murs rassurants du château… et étrangement, il s’y était fait de manière surprenante!

_________________

What makes heroic strife, to whet the assassin's knife
Or hunt a parent's life with bloody war.
- Ye Jacobite by Name, scotland traditional song
Thème couleur : #a30001 et musique : Bring me to life


Dernière édition par Dylan le Mer 15 Juin - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Ven 3 Juin - 9:10

Il était au comptoir et son regard vague était planté sur son verre de whisky. Ses démons étaient de retour et le torturaient à nouveau. Il détestait cette vulnérabilité plus que tout. Il avait beau tenter de les combattre, il n’arrivait toujours pas à faire disparaître son passé de sa tête. Les seules choses qui l’aidaient réellement, c’était l’alcool et la drogue. Avec ça, il ne pensait plus à rien et ça lui donnait tout un répit. Avec un mouvement circulaire de la main, le brigand regarda le liquide ambré tournoyer dans son socle de verre. Il cessa son manège après quelques instants, puis le porta à sa bouche pour en boire une lampée.

La porte de l’établissement s’ouvrit à nouveau. Un homme – plutôt jeune – y entra. Sa prestance jurait avec les roturiers de l’endroit et attira immédiatement l’attention de Zackeriel. Son manteau noir orné de filagrammes dorés luisait sous la lumière des chandelles et ses bottes, de grande qualité, claquaient au sol au rythme de ses pas plus qu’assurés. Les habitués de l’endroit hochèrent de la tête en sa direction et immédiatement, le fils du Duc de Shola vit le tenancier bomber le torse de fierté. Ce nouveau venu était donc un invité d’honneur, à ce qu’il pouvait constater. Zack était probablement le seul homme de l’endroit à lui porter une réelle attention, étant nouveau dans le royaume d’Alombria.

En fin observateur qu’il était, le semi-elfe remarqua également l’attention que lui portait le nouveau venu. Un mélange de curiosité et de méfiance. Holà, on ne pouvait plus boire sans se faire soupçonner de quelconque larcin? Zack décida donc de changer de stratégie et opta pour l’ignorance. C’était mieux comme ça. De toute façon, il n’avait jamais vu cet homme et comme il n’avait jamais œuvré en Alombria, il était peu probable qu’on le reconnaisse. Le tavernier, toujours fier comme un paon, s’approcha du noble jeune homme et lui tendit une bière sans même qu’il ne l’ait commandé. Ainsi, il était un réel habitué de l’établissement. Bon… Le guerrier avait effectivement décidé de l’ignorer, mais c’était difficile de ne pas le regarder, avec cet accoutrement plutôt voyant malgré la teinte sombre.

Le nouveau venu paya généreusement le propriétaire des lieux puis rangea sa bourse. C’est alors que le tenancier se mit à parler. Racontant les derniers ragots de la région. Pour un natif de l’endroit, ses propos devaient être des plus intéressants; toutefois, pour un sholien comme Zackeriel, il n’y avait là rien de vraiment croustillant. Sauf une info qui lui mit la puce à l’oreille : le tavernier parlait au jeune homme d’un trafic d’opium à même la capitale. Oh le semi-elfe originellement blond n’en était pas à l’origine, mais il était consommateur et avait un énorme sachet dans la poche droite de son pantalon. Disons seulement qu’il encourageait le commerce local plus qu’à son tour? Si le tenancier prenait la peine de parler de contrebande à ce jeune homme, c’était pour une raison bien particulière : il devait occuper un statut élevé dans la milice d’Alombria. Voilà qui n’était pas une bonne nouvelle en soi. L’ex-sous-chef des Lames Pourpres était toujours un hors-la-loi et œuvrait constamment en ce sens. Il devait rester détendu. S’il s’agitait, il attirerait l’attention vers lui. Il termina son whisky en une rasade, puis en commanda un deuxième. Le tavernier le servit sans jamais arrêter son récit. Voilà qui était une bonne chose puisqu’il gardait l’homme d’origine noble occupé. Peut-être pourrait-il finalement se la couler douce…

Il n’aurait jamais pu avoir moins raison. Des gens étaient installés derrière lui, à quelques tables plus loin. Ils étaient bruyants depuis le début, mais pas complètement dérangeants. Toutefois, leurs éclats de voix hilares s’étaient mués en exclamation de colère. Visiblement, ils jouaient à l’argent. Probablement aux dés. L’un d’entre eux semblait avoir perdu une somme faramineuse et l’alcool étant ce qu’elle était, il avait perdu tout contrôle sur son inhibition. Il traita ses compagnons de jeu de tous les noms possibles, puis la dispute escalada davantage. Trois hommes se levèrent et se mirent à se bousculer. Ils étaient décidés à régler leur différend par les poings plutôt que par la discussion. Le tavernier leur beugla d’arrêter leurs conneries et les somma de sortir de son établissement. Évidemment, les récalcitrants firent mine de ne rien entendre et c’est à ce moment que la rixe éclata.

- Et merde, plus moyen de boire tranquille, grogna le brigand en se relevant. Il termina son verre de whisky en une rasade quand un bruit fracassant attira son attention.

L’un des hommes venait de briser une chaise pour utiliser un éclat comme arme. Bientôt d’autres l’imitèrent et des morceaux de bois fusèrent dans tous les sens. L’un des hommes balaya l’un de ses ennemis de ce qui semblait être une décharge électrique. Ah, ils avaient des dons en plus? Ça, c’était le bouquet! Par réflexe, Zackeriel renversa sur le côté la table vide la plus près de lui et se planqua derrière la paroi de bois. Quelle ne fut pas sa surprise de constater que le riche homme l’avait imité avec la table juste à côté de lui. Tout naturellement, le semi-elfe planta son regard couleur bronze dans les yeux de l’inconnu, puis se releva en position accroupie. Il allait tenter d’arrêter ces crétins d’ivrognes en furie!

- Ça arrive souvent ce genre de merdier dans cet établissement?! Demanda-t-il à l’homme riche vêtu de noir. On ne peut plus être tranquille nulle part visiblement!

Des bouteilles de verre éclatèrent contre la table qui servait de rempart à Zack, ce qui le poussa à jurer davantage. Le tavernier s’était planqué derrière son comptoir et plusieurs civils, ne cherchant visiblement pas la bagarre, fuirent l’endroit. L’un des ivrognes passa près de la planque du brigand. Sans plus attendre, le toxicomane se releva et l’agrippa avec force. Zack balança le soulon au sol et lui ramena les bras dans le dos. Il appuya son genou dans le creux de ses reins et le tint solidement en place.

- Dis à tes copains d’arrêter immédiatement leurs conneries, cria-t-il pour enterrer le brouhaha environnant. Merde, ils vont tout casser s’ils continuent!!

Pour toute réponse, son captif se contenta de vomir lamentablement tout son alcool sous le regard écœuré du semi-elfe. D’instinct, il leva la tête vers l’homme noble, une expression d’incrédulité et de dégoût au visage. Ça, c’était la cerise sur le sundae! Frustré face au peu de manières de son captif, il lui flanqua un coup de pied dans les côtes, puis poussa un cri de surprise alors qu’une décharge électrique lui frôla le visage. Probablement un coup perdu. Sans plus attendre, il retourna se planquer derrière sa palissade improvisée.

Ivrognes de merde, taverne de merde, soirée de merde! Au moins, il en oubliait ses propres problèmes pendant ce temps-là.

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan
Magicien(ne) Négociateur(trice)
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans (22 vamp)
Race: Humain
Âme soeur: Renata

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Mer 15 Juin - 16:12




A night you wont forget

Dylan & Zackeriel




Le tabouret de la taverne n’était peut-être pas la chose la plus confortable au monde, mais il avait le mérite d’être stable. Après une journée à parcourir les chemins sur un cheval, c’était le Nirvana. C’est comme la bière du tavernier. Ce n’était peut-être pas la meilleure et loin d’être au niveau de celle servie au château, mais elle était fraiche. Fraiche et goûteuse. En plus d’être servie dans un calme relatif qui le détendait.

Le Prince écoutait d’une oreille le récit de l’homme. C’était toujours les mêmes problèmes, mais il était de son devoir d’y prendre garde. Tout en l’écoutant, il laissait trainer son autre oreille dans la salle pour entendre d’autre forme de ragot. Oh ! Il n’était pas assez idiot pour penser que les gens de la place allaient raconter leurs petits trafics avec lui dans la pièce, mais il pouvait prendre le pouls. L’hostilité ou l’amabilité des gens du peuple envers sa personne était une bonne base pour connaitre l’opinion publique du moment.

Son attention revient rapidement sur le tavernier alors que ce dernier lui parlait d’un trafic d’opium. Contrairement aux petits problèmes habituels, celui-là pouvait dégénérer rapidement et devenir complètement incontrôlable. C’était absolument hors de question. Faith remercia le tavernier pour ce tuyau plus qu’intéressant tout en réfléchissant. Il devait mettre quelqu’un sur le coup. L’orc peut-être ? Hmm. Mauvaise idée. Il allait tout casser sur son passage, beugler, être de la subtilité d’un incube dans un bordel… C’était un de ses meilleurs soldats, mais certainement pas le plus adapté. Landon était probablement trop con pour trouver un dealer même s’il lui proposait de lui vendre de l’opium… Ah ! Peut-être que… ses pensées furent brusquement interrompues par une rixe qui débuta derrière lui.  

Il n’y avait là rien de surprenant, une dispute d’ivrogne dans une taverne. Un classique quoi. Par contre, jamais des soulons n’avaient encore osé en faire une devant lui. Il resta un moment surpris, la chope à la main, fixant le groupe qui dégénérait rapidement en bataille. Par contre, à ce moment, il se bougea ! Hors de question qu’il finisse embrocher par des restants de chaise en bois ! Faith se dépêcha d’attraper la première table derrière lui et de la renverser pour se faire une muraille le temps qu’un plan d’action se mette en place dans sa tête. Les bases de la stratégie en combat que Saéline lui avait inculquée étaient performantes.  

« Nata va me tuer… » Souffla-t-il avec découragement. Oh oui… sa sœur allait l’achever dès qu’elle saurait qu’il était dans une taverne sans escorte et au milieu d’une bataille au reliant d’alcool de basse qualité.

Il croisa le regard bronze de l’inconnu qui pestait allégrement. Ouais bon, il le comprenait très bien, lui non plus n’appréciait pas d’être dérangé de la sorte ! Mais il avait une trop bonne éducation pour se mettre à jurer comme un charretier. Sa mère –paix à son âme- ne le lui pardonnerait pas du tout ! Pas qu’elle pardonnerait ses tout nouveaux hobbit consistant à envoyer du feu sur des gens, mais il lui restait un minimum d’éducation !  Par contre, là maintenant, son éducation était bien le cadet de ses soucis. Des éclats de verre volèrent en même temps que des gouttes d’un alcool plus ou moins identifiable quand des bouteilles explosèrent sur leur rempart. « Aucune idée. Ils ont toujours eu la présence d’esprit d’éviter ce genre de débordement en ma présence ! » Gronda dangereusement Faith en plissant le nez.

Il n’était vraiment, mais alors vraiment pas content de la tournure des évènements. Tout comme le tavernier s’il en jugeait à son regard mortifier/désespérer/horrifier qu’il lança de derrière son comptoir. Il s’y était planqué, probablement pour sauver ses meilleures bouteilles. L’homme devait être en train de prier Parandar pour la survie de son établissement. Et avec raison. Tous savaient que le premier réflexe du Prince était de faire brûler ce qui ne faisait pas son affaire… et des mécréants dans une taverne en bois… Il ne fallait pas être un génie pour savoir qu’il y avait au moins mille façons de mal se terminer !

Par chance, et aussi parce qu’il avait beau aimer le feu, il préférait ne pas faire cramer la ville par inadvertance, Faith décida de ne pas sortir ses boules de feu directement. Par contre, une solution rapidement serait appréciée. Le combat dégénérait de seconde en seconde et maintenant la magie était à l’œuvre ! Des éclats d’électricité grésillaient à gauche et à droite, lancés par un ivrogne un peu trop enthousiaste. Les décharges électriques lui rappelèrent un instant son cousin. Il n’avait pas vraiment le temps de s’attendrir dans ses souvenirs c’est pourquoi il ne fit même pas le petit sourire habituel quand il croisait quelqu’un maniant l’électricité. Par contre, son nez se fronça de dégout alors qu’un des ivrognes vomissait à grand jet au pied de l’inconnu. « Ah ben, manquait plus que ça ! Comme si le sol de cet endroit avait besoin d’un peu plus … » Malgré la situation, le jeune prince trouvait toujours le moyen de faire un brin d’ironie. Et puis… le regard d’incrédulité était beaucoup trop drôle pour ne rien dire.

Par contre, ce qui n’était pas une situation à rire fut la décharge qui passa tout près de lui après avoir frôlé l’inconnu. Là, il était temps d’agir. La plupart des civils avaient fui. Le tavernier se planquait derrière son comptoir et l’inconnu était retourné à sa barricade. Des quatre imbéciles, trois était encore en jeu… celui qui venait de vomir avait perdu conscience – ou c’était endormi allez savoir ! – juste à côté de son dégât. Charmant. Au moins, celui-là ne causerait plus de problème. Par contre, les trois autres… deux se tapait allégrement dessus à coup de poing et à coup de tout ce qui leur passait sous la main incluant : chaises, tables, vaisselles, bouteilles ou même les murs qui tremblaient à chaque assaut pendant que le troisième compère balançait des décharges électriques à tout va n’ayant plus vraiment de sens pour la visée sous la quantité phénoménale d’alcool qui lui coulait dans les veines.  

Profitant que ce dernier passe près de lui, il tenta la même approche que l’inconnu. À la sauce Faith. Sa main, rendu brulante par le feu qui courrait à la limite de sa peau se referma sur la gorge de l’homme. Celui-ci glapit de douleur et de surprise et vint pour relancer une décharge. Ni une ni deux, il fut bloqué par le Prince qui lui pointa sa dague dans le dos tout en le maintenant coller contre lui. « Si j’étais toi… je n’attaquerais et m’écraserait. Tu bouges et t’es mort. » La voix susurrante de miel empoisonné, Faith laissait libre court à sa personnalité vindicative. « Sans compter que je pourrais te mettre au fer pour avoir mis ma vie en danger… si je décide de ne pas te brûler vif dans les secondes qui viennent… » Continua-t-il sur sa lancée. Probablement que l’homme était moins aviné que le précédent, car au lieu de vomir ses tripes,  il se mit à trembler contre lui. Parfait. Il venait de capter la situation. Il asséna son coup final. « Tu ne voudrais pas que ta vie s’achève, brulé vif dans une taverne n’est-ce pas ? Ni devoir répondre de tes actes devant ma famille non ? »

Si Faith n’avait pas été en train de le menacer allégrement au milieu d’une bataille… on aurait presque pu croire qu’il récitait le menu. Il termina donc avec une voix soudainement aussi froide que sa main empoignant la gorge de l’homme était brûlante. « Tu vas me faire le plaisir d’interpeller tes deux copains au plus vite. Je n’apprécie pas être dérangé pendant mes moments de détente. » Sa victime couina pathétiquement avant de s’empresser d’obéir. Croyait-il que le Prince allait le libérer ? Pauvre idiot. Faith le tenait et ne le lâcherait pas avant d’en avoir fini avec cette misérable bande de trouble-fêtes.

_________________

What makes heroic strife, to whet the assassin's knife
Or hunt a parent's life with bloody war.
- Ye Jacobite by Name, scotland traditional song
Thème couleur : #a30001 et musique : Bring me to life


Dernière édition par Dylan le Ven 8 Juil - 15:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Lun 27 Juin - 21:05

Planqué derrière sa barricade improvisée, Zack jurait intérieurement. Des éclairs grésillant fusaient à gauche et à droite pour le plus grand déplaisir du semi-elfe. Non, mais! Il fallait clairement être taré pour agir de la sorte dans un endroit publique! Deux des trois crétins restants se tapaient joyeusement sur la tronche à coup de tout ce qui tombait sous leurs mains et le troisième lançait des éclairs comme un abruti dont la seule neurone encore fonctionnelle était complètement grillée par son pouvoir de merde. Jetant un regard en coin au jeune homme riche, le brigand remarqua que le crétin électrifié passait près de lui. Vif comme l’éclair, l’homme vêtu de noir se leva dans un bond, puis agrippa le mécréant par la gorge. Pendant un quart de seconde, Zack cru voir une étrange teinte dans la paume de sa main : un orangé très vif. L’ivrogne poussa un glapissement et n’eut pas le temps de réagir, car une dague s’appuya contre son dos. Et bien, il n’y allait pas de main morte, celui-là!

Peut-être hallucinait-il, mais le semi-elfe sentait une légère odeur de chauffé. Presque de brûlé. Était-ce cet inconnu qui en était la cause? Visiblement, il avait vu juste et le jumeau de Shola avait rapidement deviné que son « compagnon » possédait également un don redoutable. Un don qui lui rappelait un peu trop son ancienne amante. Ainsi, il sussurra des paroles vindicatives à son captif que l’homme blond de 26 ans put percevoir faiblement. Visiblement, il avait un de ses caractères! Mais vu ses propos, Zackeriel nota qu’il valait mieux ne pas se frotter à lui. Il était un haut placé de la garde royale, c’était maintenant plus qu’évident. Non en fait, il n’avait pas vu totalement juste puisque les paroles suivantes témoignèrent plutôt d’une ascendance royale. Comment en avait-il déduit la chose? Personne d’autre que la royauté ne pouvaient être à la fois de rang élevé ET faire trembler de peur un homme de la sorte. Bon après, il n’avait encore aucune idée de la personne à qui il avait réellement à faire… mais c’était un début. L’individu de sang royal somma donc son captif d’interpeller ses potes avec un ton aussi tranchant qu’une lame de dague des plus affûtées.

Le misérable s’empressa de héler ses compagnons et continuait de trembler comme une feuille. Zack continua d’observer la scène d’où il était et songea au bougre qui était retenu prisonnier par l’homme habillé en noir. Croyait-il vraiment pouvoir s’en tirer? Le brigand elfique avait un talent inné pour décoder les gens et était un observateur né. Il savait que le noble guerrier ne laisserait pas l’ivrogne s’en sortir. En fait, de par le ton qu’il utilisait, il était plus probable que le connard meurt dans les prochaines minutes… brûlé vif, de par les propos prononcés un peu plus tôt. Oh… il n’avait pas envie d’assister à ça ni même envie de se frotter à cet homme. Sans plus attendre, le fils du duc de Shola se releva puis contourna les deux hommes.

- Je vous laisse régler ça entre vous. Vous semblez bien en maîtrise de la situation. Je vous souhaite une excellente soirée, messieurs, fit-il d’un air nonchalant et en s’éloignant, les mains dans les poches.

Il se dirigea vers la porte de sortie quand il remarqua que l’homme jadis inconscient (et s’ayant préalablement vomit dessus) se relevait derrière l’homme royal vindicatif. L’ivrogne réveillé tituba un instant, puis sortit une dague de sa botte. Et merde… Pourquoi était-il témoin de cette scène? Cela impliquait qu’il devait agir, sinon, il pourrait se faire accuser de complicité… lui qui avait déjà des démêlées avec la justice sholienne, ce n’était pas le temps de partir du mauvais pied dans un autre pays! Le semi-elfe poussa un soupir d’exaspération, puis pivota sur lui-même. Il courut en direction du traître qui allait frapper l’homme riche dans le dos, puis lui agrippa le bras, l’empêchant par le fait-même d’abattre son arme. Dans un mouvement vif, Zack lui ramena le poignet dans le dos, puis d’un coup bref, lui disloqua le coude. L’ivrogne hurla de douleur et échappa sa dague. Le semi-elfe glissa ensuite son pied sous l’arme traînant au sol puis dans un mouvement vers le haut, fit valser cette dernière dans les airs. De sa main libre, il agrippa la dague puis la plaqua sur la gorge du traître, le tenant ainsi en joug.

- Vous devriez surveiller vos arrières, sir, fit-il avec un sourire en coin à l’intention de l’homme riche. Vous alliez vous faire lâchement embrocher par ce salopard. Vous savez, de nos jours, il faut vraiment avoir des yeux tout le tour de la tête… Enfin, je dis ça, je dis rien.

Visiblement, ce n’était pas le type d’homme à aimer plaisanter. Du moins, pas en ce moment. L’odeur de brûlé monta encore davantage au nez du semi-elfe qui voyait bien le captif du riche homme couiner de douleur. Était-ce vraiment nécessaire?

- Je dis ça comme ça, mais est-ce que le faire souffrir au maximum est réellement nécessaire? Un séjour en tôle ne suffirait-il pas? Oh… pas que je connaisse votre boulot mieux que vous – je n’oserais jamais insinuer une telle chose, surtout à voire votre propension à vouloir rôtir les individus à la broche – mais je me disais que massacrer un ivrogne, c’était trop d’énergie dépensée pour ce qu’il vaut réellement… Non? Ah bah, faites comme si j’avais rien dit!

Oh non, il n’allait pas commencer à s’obstiner avec un homme de sa trempe. Il avait bien d’autres choses à faire! Et puis, n’avait-il pas décidé de ne pas se frotter à lui? Des plans qu’il découvre le sac d’opium qui trônait dans la poche droite de son pantalon…

- Une dernière chose… Je veux bien tenir ce mec en joug le temps que vous terminiez de faire mumuse avec ce connard de première, mais que comptez-vous en faire? Parce que, voyez-vous, j’aurais autre chose à faire que d’attendre…

Quelque chose lui disait qu’il parlait un peu trop, voire même qu’il était aux limites de l’arrogance. C’était plus fort que lui lorsqu’il se retrouvait dans une situation où il n’était pas en contrôle. Il avait la réplique facile et ce n’était généralement pas apprécié des gens qu’il côtoyait. Regardant autour de lui, le semi-elfe cherchait une échappatoire sans toutefois laisser aller l’ivrogne qui avait osé attenter à la vie de l’homme riche, dans son dos. Le mieux était de le ligoter… Mais aucune corde ne traînait dans les environs… Ah bah merde, pourquoi faire dans la dentelle quand on pouvait y aller de la manière forte? Usant de la dague qu’il avait en main, Zack fracassa la tempe de son captif et fut satisfait de le voir s’écrouler, à nouveau inconscient. Il rangea la dague à sa ceinture (ce serait toujours pratique plus tard) puis s’approcha des rideaux de la taverne. Il arracha ces derniers de leur support, puis les utilisa pour ligoter le mécréant inconscient aux pieds et aux mains. Ainsi, son très riche compagnon pourrait en faire ce qu’il lui plairait le moment venu!

- Bon et bien, comme je me sens de trop, je pense que je vais vous laisser faire votre travail, pas vrai? Heureux d’avoir pu aider d’une quelconque façon!

Il était temps pour lui de s’éclipser. Enfin… si la chance le lui permettait!

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan
Magicien(ne) Négociateur(trice)
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans (22 vamp)
Race: Humain
Âme soeur: Renata

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Ven 8 Juil - 15:59




A night you wont forget

Dylan & Zackeriel




L’attention entièrement tournée vers son captif, Faith en oublia le reste. Il avait depuis qu’il était enfant, cette mauvaise tendance d’oublier ce qui l’entourait quand il était question de flamme ou quoi que ce soit aillant rapport au feu… Mais depuis qu’il était devenu plus vindicatif dirons-nous, cette tendance s’était étendue aux objets de torture.  Le Prince aux cheveux noirs appréciait avoir un tel pouvoir sur un autre être vivant et s’en délectait. On le disait fou, dangereux. Sa réputation commençait à s’étendre en dehors du cercle fermé de la garde et de la capitale. La preuve étant les tremblotements de l’idiot entre ses mains.

Par contre, il semblait que certaines autres personnes n’avaient pas encore eu l’information. Comme l’aviné qui était censé être hors service. Il avait vaguement entendu l’autre homme parler de quitter l’endroit, mais il n’en avait pas fait de cas. Après tout, là il avait d’autres chats à fouetter et il ne semblait pas si louche que ça, nonobstant son statut d’étranger à l’endroit. Par contre, la Foi fut particulièrement heureuse qu’il ne soit pas réellement quitté ! Il avait failli finir en brochette. Encore. Pour le coup, les émotions du Prince se détraquèrent. Dylan, tout au fond de son esprit fut pris d’une terreur panique. L’enfant hurlait dans ses oreilles, pleurait, geignait. Faith se raidissait sous l’afflux de mauvais sentiment. Il avait réussi à tout contenir pendant trois ans, ce n’était pas pour laisser éclater maintenant ! Le Fanatique ravala la bile et la peur qui montait de ses entrailles.  « Le monde n’est plus ce qu’il était… le respect se perd ! Merci. » Il n’était pas très loquace, mais c’était le mieux qu’il pouvait faire tout en avalant sa propre peur.

Il ne s’était même pas rendu compte que sa chaleur corporelle avait augmenté en flèche, répondant instinctivement à une attaque, avant que l’inconnu lui en fasse part dans un mélange d’ironie et de sarcasme à la limite de l’arrogance. Il était en train de brûler son captif alors que son intention était juste de lui faire peur… ce qui semblait avoir fonctionné s’il en croyait le clapotis humide sous ses bottes. Faith eu une grimace écœurer et plissa le nez tout en relâchant la chaleur. « Par Parandar… c’est dégoutant ! Il manquait vraiment plus que ça ! » Il soupira tout en se tournant vers l’homme. « Eh bien, attachez-le ! » Non, mais, c’était logique après tout. S’il ne voulait pas le tenir en laisse… Au moins, le blond se mit rapidement à l’œuvre, de manière assez directe d’ailleurs pendant que Faith installait son captif mort de peur sur une chaise. Il ne tenta même pas de fuir, un peu pathétique sur les bords.

Bientôt, les quatre débiles furent neutralisés et attachés. Le propriétaire de l’établissement pleurait les pertes devant le désastre. Se tournant vers la porte, le Prince remarqua quelques personnes essayant de remettre un peu d’ordre en bougonnant. « Allez me chercher la garde. Qu’ils viennent avec une charrette, je ramène ceux-là au château. » En général, une simple bagarre de taverne ne nécessitait pas de passer devant l’Inquisiteur… mais là, un d’eux avait essayé de le poignarder… Faith résista tant bien que mal contre le frisson qui lui remontait l’échine pendant qu’il regardait un homme filer dehors en obéissant prestement. Dylan n’était toujours pas calmé et ça le rendait nerveux, suspicieux et prompt à la colère.  

C’est pour ça qu’en voyant son aide inespéré essayer de filer ni vu ni connu, il fronça les sourcils. Pourquoi un homme essayerait-il de fuir au lieu de bien se faire voir auprès d’un Prince ? Il pouvait ignorer sans rang précis, mais il ne pouvait ignorer qu’il était haut placé. C’était absolument illogique de le voir agir de la sorte.  « Hep ! Une minute vous. Ne désirez-vous donc pas une récompense pour avoir sauvé le Prince d’un attentat ? Pourrais-je au moins connaître le nom de celui qui m’a évité un sort peu enviable ? » Les yeux fixés sur l’homme, il le dévisageait précisément, essayant de le mettre à nu. De deviner ses sombres desseins. « Vous ne semblez pas de la région… » Il ne l’avait jamais vu avant, mais ce n’était pas assez pour le conclure… par contre qu’il soit seul dans cette taverne et que le propriétaire le sert sans la chaleur de ses compatriotes… c’était assez pour éveiller un doute. Était-il un de ses nombreux voyageurs, qui parcourait le pays de long en large en quête de savoir… où un espion envoyer par ses cousins de Shola ?

_________________

What makes heroic strife, to whet the assassin's knife
Or hunt a parent's life with bloody war.
- Ye Jacobite by Name, scotland traditional song
Thème couleur : #a30001 et musique : Bring me to life


Dernière édition par Dylan le Ven 22 Juil - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Ven 8 Juil - 22:39

Les mains dans les poches, Zack tenta de s’éclipser en douce parmi les quelques employés qui ramassaient les dégâts en bougonnant. Il faillit glisser sur une flaque de bière quand il entendit une voix le héler derrière lui. Et merde : l’homme riche avait visiblement décidé que c’était trop tôt pour laisser partir le brigand. Le semi-elfe se retourna lentement, un air interrogateur au visage, écouta les propos de son interlocuteur, puis jura intérieurement. Il devait lui donner un nom. Il allait donc user de son surnom d’emprunt, puisqu’il semblait être le genre de mec à bien connaître la réputation de « Zackeriel des Lames Pourpres ». Okay… il était un fin menteur, il pourrait se sortir de ce merdier. Il fallait juste garder son calme et se la jouer « cool ». Il pouvait avoir une récompense… ce qui était bien en soit. Il détailla l’homme devant lui et songea, bien malgré lui, qu’il était plutôt mignon. Zackeriel avait déjà eu des aventures avec des hommes par le passé et ne s’était jamais plaint de ses expériences. Les hommes… c’était à des années lumières des femmes, au niveau de la couche. Plus brute. Plus directe. Sans flafla ni discussions emmerdantes à la fin. Bon… Il avait une préférence pour la gente féminine, mais parfois, faire affaire avec un semblable lui plaisait. Or, le jeune homme devant lui possédait un charme indéniable. Certes, il avait l’air un peu extrême, mais personne n’était parfait pas vrai? Le fils du duc de Shola hocha de la tête puis revint vers l’homme à la tenue couleur onyx.

- Et bien, je m’appelle Rémy, fit-il en serrant la main de l’homme. Je ne suis effectivement pas de la capitale. En fait, j’habitais Mystral, tout au sud du pays. Mais comme la pauvreté y sévit et que je n’ai pas pu m’y trouver du travail, alors j’ai décidé de rouler ma bosse. Heureusement, la petite municipalité existait réellement et était réputée pour l’incendie qui avait ravagé ses merveilleux jardins de fleurs et ses vignobles par le passé [voir le rp avec Philomena pour plus détails sur la ville, au besoin], ce qui faisait de ses propos des semi vérités plutôt que entièrement des mensonges. Mais je confirme, c’est la première fois que je fréquentais cet endroit, et probablement la dernière fois, je dois l’admettre.

Puis, il nota la façon dont l’homme le fixait. Quoi? Qu’avait-il? Et merde… il avait l’air suspicieux… Il fallait trouver autre chose pour détendre l’atmosphère. Et s’il tentait le coup du « flirt »? Si le mec était attiré par les hommes, il répondrait – en quelque sorte – à ses avances, sinon, il les ignorerait ou aurait un air dégoûté. Dans tous les cas, il risquait de s’en sortir plutôt bien. Il esquissa un sourire charmeur puis replaça ses cheveux mi-longs qui tombaient sur son visage, exhibant accidentellement ses oreilles pointues [*TOUSSE!!*].

- Écoutez, vous m’offrez une récompense pour vous avoir aidé et j’apprécie grandement l’offre, fit-il. Si vous payez mes consommations pour la soirée, alors on sera quitte. Qu’en dites-vous? Beaucoup de gens vous demanderait du fric, mais comme je suis un vagabond, je risque de me faire piller pendant mes déplacements si j’ai une bourse trop pleine sur moi…

Il s’approcha donc de l’extrémité du comptoir (le plus près de la sortie… au cas où la fuite était nécessairement) qui était juste à côté de lui puis jeta un regard surprit au tavernier. Ce dernier avait déjà terminé de ranger l’arrière de son comptoir et était prêt à les servir! Et bien! C’était foutrement rapide! Il fallait dire qu’il aurait besoin de fric pour réparer les dégâts. Installé côte à côte avec sa nouvelle connaissance, Zack commanda donc deux whiskys et sourit au jeune homme qui l’accompagnait.

- Pardonnez-moi, mais puis-je vous demander votre nom, sir? Ajouta-t-il d’un air curieux. Enfin, je dois admettre que votre apparence me dit vaguement quelque chose puisque j’ai déjà entendu parler certains ivrognes d’une personne ayant votre descriptif physique… mais le nom m’échappe, c’est bête…

Le tenancier déposa un verre devant Zack, puis l’autre devant son partenaire. Le semi-elfe prit le verre de sa main droite et en avala le contenu en une rasade avant de faire à nouveau signe au tavernier. Il avait besoin de contenance. Et puis, ce n’était pas rare de voir des mecs dans son genre boire le premier verre d’un coup comme ça, non? Du coin de l’œil, le semi-elfe détailla son partenaire avec un sourire en coin. C’est alors que des éclats de voix retentirent de l’extérieur. Encore une bagarre? Le brigand leva la tête, surprit, quand le tavernier sortit en jurant, traînant ses employés avec lui. Il était visiblement hors de question qu’il laisse entrer d’autres ivrognes ce soir. Zack était maintenant seul avec l’homme riche.

- Visiblement, c’est très mouvementé comme endroit. Vous traînez souvent ici?

C’est alors qu’il vit l’homme lui tourner le dos, puis se pencher vers l’avant pour ramasser un tabouret (probablement dans le but de s’y asseoir) tout près qui s’était renversé. C’était peut-être les premiers effets de la boisson forte ou le fait qu’il avait foutrement envie de s’amuser, mais le semi-elfe profita du fait que ce dernier ne regardait pas pour se retourner et lui mâter le derrière. Dans un mouvement silencieux, il fit semblant de lui foutre une claque sur l’arrière train avec un sourire en coin, quand soudain, on le poussa fortement vers l’avant, ce qui eut pour effet que le pelvis de Zack heurta solidement le derrière de l’homme noble dans un mouvement accidentellement éloquent. OH. PUTAIN. C’était le tavernier qui était entré en trombe en poussant son propre employé à moitié ivre d’un air mauvais et qui l’avait heurté accidentellement!! MEEERDE!! Il était mort!! Il ne pouvait pas croire qu’il avait accidentellement fait ça?!! Les dieux voulaient sa mort ou quoi?! Ce n’était certainement pas tous les hommes qui appréciaient ce genre de mascarade! Comme si « se faire mettre » était une joie universellement masculine! De plus, sous la force de l’impact, Zack tituba. Le bout de son pied heurta le talon de l’homme qu’il avait sauvé un peu plus tôt et il s’étala dans la pile de tabourets renversés qui se trouvaient tout près.

Son genou s’était pris un solide coup, ce qui le fit grimacer. Il se retourna tant bien que mal, tentant de se déprendre de ces tabourets « diaboliques » quand il put au moins se retourner pour faire face aux autres gens.

- Non, mais, ça va pas la tête?! Beugla-t-il en direction de l’employé ivre qui l’avait bousculé. Vous avez vu ce que vous avez fait, merde?!

Rejeter totalement le blâme sur quelqu’un d’autre : c’était la clé!! Après tout, il ne tenait pas particulièrement à mourir ce soir! Il n’avait pas survécu aux pires scénarios pour finalement mourir en Alombria, aux mains d’un pyromane cinglé à cause d’un coup de bassin UN PEU propulsé dans le derrière dudit pyromane! Non mais!

- Ça va? S’empressa-t-il néanmoins de demander à son compagnon. Ce connard m’a poussé! Trop saoul pour avoir un peu de tonus et regarder où il va!!

L’employé se confondit en excuses, visiblement confus devant les accusations et le regard mauvais du tavernier qui, somme toute, l’avait poussé.

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan
Magicien(ne) Négociateur(trice)
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans (22 vamp)
Race: Humain
Âme soeur: Renata

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Ven 22 Juil - 21:42




A night you wont forget

Dylan & Zackeriel




La plupart des gens n’aimaient pas être fixés du regard. Peu importe qu’ils aient ou non quelque chose à cacher. En général, toute personne étant fixée du regard pendant un certain temps commençait à s’agiter.  C’était normal. Mais ce que les gens ne savaient pas, c’est que ceux ayant véritablement quelque chose à cacher resteraient pratiquement calmes. Bien sûr, ce n’était pas parfaitement visible et facile à voir… mais avec un peu d’expérience il devenait de plus en plus simple de voir. Faith n’était pas un expert, mais il était quand même celui qui envoyait les espions dans l’autre pays. Il avait donc un minimum de connaissance. Assez pour se rendre compte que ‘Remy’ mentait.  Au moins sur son nom. Il dégageait une attitude nerveuse, mais se forçant au calme. Sans compter sa promptitude à vouloir quitter les lieux. Peut-être venait-il vraiment du village aux jardins, mais Faith ne lui trouvait pas vraiment l’allure d’un jardinier. Quoique… il y avait quand même d’autres métiers là-bas ! Peut-être même était-ce une des raisons pour être parti en premier lieu. Tellement dommage, ce qui était arrivé à l’endroit jadis magnifique. Ne pouvant retirer plus d’information uniquement par la fixette, il se résigna à chercher autrement. En aucun cas, il n’abandonnait la chasse à l’info ! C’est qu’il n’avait pas une réputation de parano pour rien !

« Eh bien, ont peu dire que votre première visite fut mouvement, mon brave. »Rit-il, dans l’espoir d’endormir la méfiance de son vis-à-vis pour mieux lui soutirer ses informations. Hors de question, de laisser un potentiel danger en liberté dans les rues ! Il n’était pas vraiment attaché à son pays, mais à au peuple, là par contre il y tenait ! Surtout à leur sécurité d’ailleurs. Il se détourna  à demi pour surveiller les trouble-fête, commençant à s’impatienter. Il était bien long à venir ce garde ! Avait-il donc fallut allez le chercher à Shola ?  Pendant ce temps, du coin de l’œil, il observait Remy. Les oreilles pointues de ce dernier le narguaient. Voyez-vous, il avait un petit faible pour la chose. C’était en quelque sorte, son talon d’Achille…  Il adorait ce genre d’organe auditif, ne pouvait s’empêcher de vouloir y passer la langue. Sans compter que chez les elfes, la chose était passablement sensible… presque comme un bouton de plaisirs pointus. Ah. Qu’est-ce qu’il aurait donné pour en avoir ! L’homme n’était pas mal, pas nécessairement son type premier, mais il était quand même séduisant. Par contre maintenant qu’il avait laissé paraitre les deux objets de tentation… il était plus qu’attirant !

On aurait pu croire que l’épisode Chade allait lui enlever le goût des hommes inconnu à jamais, mais ce ne fut pas le cas. Bien sûr, il mit des mois avant de n’avoir ne serait-ce qu’une petite pulsion sexuelle sans que Dylan ne se mette à hurler de terreur dans le fond de son esprit. Puis, peu à peu, il avait guéri. Maintenant, il était un jeune Prince de 19 ans avec des hormones très démandantes et un appétit de la chose quasi insatiable. Pour ainsi dire, quand il ne pensait pas à brûler des gens ou à renforcir la sécurité… il ne pensait qu’à ça. Il se força tout de même au calme, ce n’était ni l’endroit ni le moment. Le vagabond refusa la récompense en monnaie sonnante et trébuchante, préférant se faire offrir à boire. Pourquoi pas. En plus, s’il l’enivrait assez, il pourrait le cuisiner un peu. « Comme c’est une bonne idée ! Je pourrais ainsi faire plus ample connaissance avec vous ! » Répondit-il, presque charmeur. Il était sournois quand il le voulait. Et rien de mieux que de paraitre plus joviale ou naïf que prévu pour attirer un peu la confiance. Alors qu’il allait se présenter, il fut interrompu, par un tintamarre venant de l’extérieur suivit de l’ouverture rapide de la porte. « AH ! Vous voilà enfin vous ! » Injectiva Faith aux gardes qui venait enfin de passer la porte. Bien sûr… il s’agissait de Landon qui était de service dans cette partie de la ville ce soir avec un bleu. Joie. Cet idiot avait dû oublier comment conduire une charrette, voilà pourquoi il avait été si long ! Avant même que son subordonné ouvre la bouche, il le fit taire d’un geste. « Non, je ne veux pas savoir. Embarquer moi ça au château…  Le Prince Caius devrait être ravi du cadeau… » Les deux hommes embarquèrent prestement les ivrognes non sans quelques faux pas qui firent soupirer le Prince avant de filer dans la nuit. « Parandar, faites qu’ils ne se perdent pas en route ! Manquerait plus que ça… »

La Foi se pinça l’arête du nez, fatigué avant de se retourner vers le blond. Il lui semblait avoir l’air noble d’ailleurs. Où était-ce dû à ses traits elfiques ? Un noble avec des traits elfiques… hm y’avait-il seulement une famille qui pourrait correspondre ? Laissant ses méninges tournées, il sourit. Après tout, l’évènement terminé, il pouvait se reposer un peu. « C’est plutôt bête en effet de ne pas se rappeler de la description d’un de ses Princes. Surtout que nous sommes que deux de ce côté-ci de la rivière. » Faith adorait l’ironie. Et le sarcasme. Il n’en usait que peu avec sa famille, tous n’étaient pas aussi sensibles à l’humour tordu.  Mais avec un homme du peuple, il pouvait bien se le permettre. « Enfin, passons. Je suis le Prince Faith, Mage conseillé d’Alombria. » Et probablement futur traître à la couronne… mais ça, il ne le rajouta pas. Il n’était quand même pas idiot. Son désir de retourner à Shola n’était pas un secret, mais personne ne savait ce qu’il en était réellement dans son désir. Sauf peut-être Renata et Caius.

Évitant les tâches écœurantes et collantes du sol,  il s’approcha du comptoir où son partenaire était déjà en train de vider un verre d’un trait. Eh bien, eh bien ! S’il ne roulait pas bientôt sous le comptoir, il voulait bien être brûlé vif… Quoique, ça n’aurait aucune incidence sur lui ! Il prit une gorgée du verre qui lui était destiné. Après un tel bordel, rien de mieux qu’une bonne rasade ! Par contre, il aimerait bien assoir son postérieur quelque part. « Je ne viens ici, que lorsque j’ai affaire à l’extérieur de la ville. C’est sur la route du retour. » Tout en répondant, il chercha du regard un tabouret. Il en trouva justement un tout près, tombé malencontreusement sur le côté. Une fois son verre sur le comptoir, il se pencha pour le ramasser.

Et là, il arriva une nouvelle chose inattendue. Un bassin entra presque violemment en contact avec son arrière-train. En général, ce genre de chose arrivait quand il était nu. Et dans un endroit un peu moins peuplé ! Il n’eut même pas le temps de s’appesantir le dessus qu’il bascula, entrainé par un vagabond chuteur !  Le magicien cligna des yeux surpris.  L’autre gueulait déjà à tout va, mais il lui semblait bien s’être éloigné un peu pour aller chercher le tabouret. Même bousculer, Remy n’aurait jamais dû lui tomber dessus. Hm. Louche. Mais pas dans un sens trop néfaste cette fois. Et puis, la pression n’avait rien eu de désagréable, si on omettait la chute !

Il préféra  faire des sous-entendus graveleux que de partir une vendetta… C’est que le tavernier et son employé commençaient à en trembler dans leurs bottes ! Mais non, il n’avait pas l’intention de foutre le feu en représailles ! Qu’est-ce qu’ils allaient imaginer là. « Eh bien, mon cher, auriez-vous d’autres intentions que la boisson en cette nuit de tourmente ? » Accompagné d’un sourire en coin joueur, il se releva et tendis sa main à son compagnon d’infortune pour l’aider à le remettre debout alors que les deux spectateurs s’empressaient de fuir plus loin. Derrière le comptoir de préférence. Le tout sous les chuchotements furieux du tavernier qui invectivait son sous-fifre. « Par contre, il est injuste, mon frère en serait d’accord que vous vous en sortiriez sans rien en contrepartie… Je vais donc me permettre ceci ! » Et avec un clin d’œil moqueur, Faith lui pinça une fesse en représailles.  

_________________

What makes heroic strife, to whet the assassin's knife
Or hunt a parent's life with bloody war.
- Ye Jacobite by Name, scotland traditional song
Thème couleur : #a30001 et musique : Bring me to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Mar 9 Aoû - 16:01

L’ancien brigand poussa les tabourets qui l’empêchaient de se relever, puis tourna instinctivement la tête vers son compagnon d’infortune qui le regardait avec une drôle d’expression joueuse… voir presque enjôleuse. Et bien! Finalement, il ne s’en sortirait peut-être pas si mal? L’homme richement vêtu (qui était en fait nul autre que le prince Faith d’Alombria, selon ses propos) s’approcha et lui tendit la main dans le but évident de l’aider à se relever. Zack ne se fit pas prier et saisit sa main avec force, optant maintenant pour une position latérale non sans grimacer de douleur. Il s’était prit un barreau de tabouret dans les dos en tentant de se relever, un peu plus tôt. Il porta donc instinctivement une main dans le creux de ses reins, puis poussa un soupir, chassant la douleur dans un coin de son esprit.

- Je vous assure que ce n’était qu’un vulgaire accident, fit-il finalement en réponse aux allégations de Faith, bien qu’un sourire en coin trônait néanmoins sur ses lèvres.

Non mais, il n’allait surement pas lui faire part des simagrées grivoises qu’il avait fait dans son dos un peu plus tôt! Il avait plus d’orgueil que ça, quand même! Zack se rapprocha du comptoir de la taverne et s’y appuya un instant en jetant un coup d’œil derrière. Le tavernier et son apprenti chuchotaient avec véhémence, puis lui jetèrent un regard effrayé. La voix du prince monta alors aux oreilles du guerrier et il sursauta en sentant un pincement sur l’une de ses fesses. D’instinct, il tourna la tête vers son interlocuteur qui le gratifia d’un clin d’œil moqueur. Pendant un bref instant, le semi-elfe put sentir une sorte d’électricité entre eux deux. D’accord… le beau prince aimait ce genre de choses, visiblement. Et il n’était pas insensible à ses charmes. Un très bon point lui. Tournant le dos au bar, le jeune homme blond fit face à son comparse et se détendit, un sourire enjôleur aux lèvres.

- Oh je crois que nous sommes quittes, effectivement. Alors, sir, je peux vous payer un verre? Accepterez-vous de partager un peu de whisky en mon humble compagnie?

Son regard bronze était planté dans les iris de son comparses en une expression charmeuse. Il avait envie de s’amuser ce soir. Bien évidemment, il allait garder en tête le fait que l’homme pouvait lui passer les menottes n’importe quand et l’emmener en tôle s’il venait à découvrir l’opium qu’il avait dans les poches… Mais Zack aimait vivre dangereusement. Et puis, il lui suffisait de trouver une quelconque façon de planquer sa drogue sans se faire remarquer et le tour serait joué. Se retournant à nouveau pour faire face au comptoir, le sous-chef des Lames Pourpres se pencha à nouveau pour commander deux verres, mais le tavernier et son apprenti ne semblaient pas enclin à vouloir se mêler davantage à eux. Ils se contentèrent, en fait, de se lever et de déguerpir de l’établissement… les laissant complètement seuls. Wow. Faith avait si mauvaise réputation? Il allait lors devoir être très prudent tout au long de son « petit jeu ». Zack sentait le regard du jeune homme peser dans son dos et haussa finalement les épaules. Il se contenta de contourner le bar, puis repéra rapidement les verres. Il s’en saisit de deux, puis déposa ces derniers sur le comptoir, entre lui et le beau prince. Il se retourna ensuite pour regarder les bouteilles, puis nota finalement l’alcool tant désiré. Il s’empara de la bouteille de whisky et revint vers les verres où il déversa le précieux liquide. Il déposa ensuite le tout sur le comptoir et sortit quelques écus afin de payer sa consommation (il n’avait pas envie de se faire traiter de voleur… enfin, ce ne serait pas la première fois, mine de rien).

Zack se saisit de son verre, puis se pencha vers l’avant pour s’appuyer contre le comptoir de bois massif. Il prit ensuite une gorgée de l’alcool très fort tout en détaillant Faith du regard, un sourire en coin collés aux lèvres.

- Dites-moi, sir, vous faites souvent cet effet aux gens? Demanda-t-il tout bonnement d’un air nonchalant. Et là, je parle du tavernier qui a déguerpi.

Le jeune homme écouta les propos de son comparse, puis esquissa un nouveau sourire. Il contourna finalement à nouveau le comptoir et se saisit d’un tabouret qu’il installa près de Faith. Les deux hommes s’installèrent donc, remplissant leurs verres au fur et à mesure de discussions diverses. Zack détaillait mentalement son interlocuteur : il dégageait un drôle de magnétisme. Cet homme était très charismatique malgré la peur qu’il inspirait à certaines personnes. Il était plutôt séduisant même. Il devait plaire à plusieurs hommes (ou femmes, tout dépendant s’il aimait les deux partis ou non). C’était étrange d’être seuls dans une taverne sans personne pour les interrompre. Enfin, c’est ce que croyait Zack qui, visiblement, baissait sa garde à cause de l’alcool et de son envie de vouloir flirter. Il tentait de rester vigilent, mais c’était que le liquide tapait plutôt fort! Lentement, les deux tabourets s’étaient rapprochés l’un de l’autre, au point que leurs bras se frôlaient à présents à chaque mouvement. Le brigand avait cet intuition qui lui faisait comprendre qu’il plaisait à Faith. Les regards, les sourires, la position du corps… tout ça ne mentait pas! Ou alors, le beau prince était un menteur hors pair.

- … Et c’est alors que j’ai dû déguerpir comme un con parce que la fille du bourgeois avait lâché les chiens contre moi! S’esclaffa-t-il en terminant l’anecdote qu’il racontait au prince. Elle n’avait visiblement pas trouvé de meilleure façon de me signaler son plus grand désintérêt!

Il riait de bon cœur, puis tout naturellement, glissa une main sur la cuisse de Faith alors que leurs regards se rencontraient à nouveau. Ses yeux se posèrent sur les lèvres de son compagnon et il réalisa qu’il avait envie de pousser la chose plus loin. Il approcha tranquillement son visage du sien. Il pouvait sentir le souffle du beau prince sur lui…

...c’est alors qu’un ivrogne entra dans la pièce, faisant sursauter le brigand qui se recula d’un coup. Sa main se retira rapidement également et il se contenta de se resservir en ronchonnant. Pas moyen d’avoir la paix, quelques heures! Il toisa le nouveau venu du regard et ce dernier sembla chercher le tavernier d’un air confus.


- Mais où sont tout le monde? Demanda l’homme ivre d’un air complètement idiot.

- Parti, répondit Zack d’un ton monocorde. Ils ont décidé que la taverne d’à côté était beaucoup plus intéressante. Même le tavernier est allé les rejoindre. Je t’invite à faire de même…

Les gens étaient parfois si énervants!

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   Mar 27 Sep - 11:54

[RP TERMINÉ]

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A night you won't forget [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A night you won't forget [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Wednesday Night Raw # 60
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: