Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Avoir les deux pieds dans le même sabot [PV Caius] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Idris
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 04/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Norrois
Âme soeur:

MessageSujet: Avoir les deux pieds dans le même sabot [PV Caius] [Terminé]   Sam 7 Mai - 20:44




Nom d’un chien… C’était qu’elle se tapait un sacré mal de tête! Semi consciente, l’adolescente poussa un grognement, qui ne lui récolta qu’un bon coup dans le dos. Mais que ce passait-il, putain… Sa migraine était telle qu’elle avait la nausée et n’osait pas tant ouvrir les yeux. Cependant, Idris pouvait sentir qu’elle était trimballée avec peu de délicatesse par au moins deux personnes. Elle était incapable de se rappeler dans quel pétrin elle s’était foutue encore. Elle se doutait néanmoins que ça devait être plutôt sérieux puisqu’elle se sentait ankylosée à la grandeur de son corps.

Sans crier gare, on lui asséna un nouveau coup dans les côtes… ce qui la poussa à vomir le maigre contenu de son estomac sur le sol. Elle entendit des cris d’hommes écoeurés par la scène. À quoi s’étaient-ils attendus de sa part? S’étant soulagée un brin, elle entrouvrit les yeux. Bordel, la lumière lui faisait mal aux yeux. Elle prit un instant avant de percevoir clairement, l’environnement étant flou dans un premier temps. Les sourcils froncés, elle constata qu’on la transportait dans un étrange bâtiment de pierre.

La cadette de la famille Drakkhen sentit son sang froid glisser rapidement entre ses doigts. Elle ne reconnaissait en rien l’endroit. Un rapide coup d’oeil à ses côtés lui confirma qu’elle était entre les mains d’inconnus. Merde… Elle constata également que ses vêtements étaient sales. Elle aperçut quelques taches de sang et espéra qu’il ne s’agissait pas que du sien.

- Let me go, you damn buggers!

Et voilà, c’était parti! Idris se mit à se débattre férocement. Peu lui importait d’être désorientée, blessée et d’être en proie à des haut-le-coeur débiles, elle n’allait certainement pas se laisser faire! Mine de rien, elle ne laissait pas sa place en matière de furie déchaînée. Les gardes qui l’escortaient durent se reprendre en main rapidement, car elle leur donnait du fil à retordre. Elle luttait si sauvagement qu’ils avaient de la difficulté à la maîtriser. En plus de résister, elle criait tout un charabia que personne ne comprenait, étant donné qu’elle n’avait pas réellement de connaissance du langage commun.

**[Ansgar] Ansgar! ANSGAR! Je ne comprends pas ce qui… Je ne sais pas où je suis! C’est un gros bâtiment de pierre… Ansgar! On me traîne de force je-ne-sais-où… J’ai un fichu mal de tête et ne me souviens de rien… Ansgar…** Le Renard mordit l’intérieur de ses joues pour empêcher des larmes de couler; il n’était pas question de montrer sa faiblesse à l’ennemi. Un partie d’elle avait honte de ne pas accepter la défaite et de demander de l’aide à son frère, mais il était là pour ça, non? Et puis, dans le pire des cas, peut-être pourrait-il l’éclairer sur ce qui s’était passé avant qu’elle ne perde connaissance et ne se réveille dans cet enfer.

Penser à sa famille et au déshonneur qu’elle pouvait leur amener si elle était à périr dans ce royaume étranger en tant que prisonnière lui redonna du courage. Elle se démena de plus belle, passant près de se libérer à un moment donné. On dut demander du renfort pour reprendre le contrôle de la situation et l’amener jusqu’à une pièce où elle recevrait jugement.

- Let go of me! aboya-t-elle tandis qu’on la forçait à s’agenouiller.


- La ferme, barbare, et attends! lui ordonna un des gardes.

La Norroise lui cracha au visage et essaya néanmoins de se défaire de ses menottes, ainsi que de se relever. On la réprimanda d’une bonne claque en plein visage. Elle se maudit intérieurement d’être aussi faible. Si ce n’était de ce maudit mal de tête, voire son mauvais état en général, sans doute aurait-elle pu utiliser ses pouvoirs pour se sauver d’ici. Elle était, malheureusement, trop faible pour y avoir recours. Elle ferma les yeux un instant et adressa une prière silencieuse à son totem protecteur. Elle ne désirait rien de plus qu’avoir le courage de se battre jusqu’à ce que la mort ne la prenne dans ses bras. Elle ne voulait pas perdre la vie comme une lâche, ainsi contrainte dans sa liberté et à la merci de ses ravisseurs.

Soudain, elle entendit la porte s’ouvrir derrière eux. Elle se mit à inspirer profondément par les narines, suivant le bruit des pas qui les contournait. Elle jeta un regard mauvais à cet grand homme blond qui allait prendre place derrière un bureau. Peu importe qui il était, même une barbare comme elle comprenait qu’il était quelqu’un d’important. Ainsi, son destin était entre ses mains. Leurs regards se croisèrent un instant, et Idris n’hésita pas à lui tenir tête fièrement. Elle était, après tout, la prisonnière de cet inconnu. Elle était agenouillée devant lui et en position de faiblesse. Ce n’était pas sa définition de dignité.


- Votre Honneur, Justice, nous vous amenons cette captive puisqu’elle fait partie du groupe de barbares qui assaillent nos villages dernièrement. Nous l’avons vue à l’oeuvre et avons raison de croire qu’il s’agit d’une sorcière. Visiblement, le guerrier ne considérait pas que l’adolescente à la chevelure de feu méritait le titre de magicienne. Plusieurs de mes hommes affirment l’avoir aperçue prendre la forme d’un renard quand elle tenta de prendre la fuite. On me l’a d’ailleurs amenée sous cette forme; je peux donc vous confirmer qu’ils disent vrai. Comme vous pouvez le constater, elle est redevenue une femme. Je tiens également à vous aviser qu’elle ne semble pas parler le commun. Elle ne fait que vociférer un charabia qui ne fait aucun sens. Personne ne la comprend…

- D’ailleurs, leur groupe semble avoir des intentions clairement belligérantes. Ils pillent tout ce qu’ils peuvent, surtout des pierres précieuses, et brûlent tout sur leur passage. Bon nombre de villageois ont déjà perdu la vie à leurs mains. ajouta son compagnon. Elle est plus dangereuse qu’elle n’en a l’air. Nous lui avons retiré plusieurs armes. Elle a également tenté de fuir alors que nous l’amenions ici, sire, et elle a réussit à blesser quelques gardes.

- Nous vous demandons donc de la châtier proportionnellement à ses crimes, une fois que vous aurez réussi à lui soutirer de l’information. termina le premier homme.


Dernière édition par Idris le Dim 25 Sep - 17:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caius
Magicien(ne) Inquisiteur(rice)
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 24/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 Ans (Fév)
Race: Humain
Âme soeur: Aïcha

MessageSujet: Re: Avoir les deux pieds dans le même sabot [PV Caius] [Terminé]   Mar 12 Juil - 21:35

Caius était assis à son bureau. Des piles de documents s'amassaient sur le bureau. Des rapports de gardes, des mises en accusations de prisonniers et bien des notes en provenance des terres soumises au fléau de la guerre. Faire respecter la justice n'était pas une mince affaire en temps de paix. Il y avait déjà son lot de problème quotidien : Coupe-Jarret, vols, homicides, complots, feu volontaire… Les petits conflits des fermiers étaient reposant comparé à ceux de la capitale. Vols de bétail, conflits d'honneurs… Maintenant avec la guerre, les problèmes de la ville s'étendaient au-delà de ses murs.

C'est pour cela qu'il travaillait en étroite collaboration avec son frère Dylan. Celui-ci courrait après les coupable et lui les jugeaient pour leurs crimes. Ses ressources n'étaient pas aussi diversifiés que le responsable de la sécurité. Les siennes se résumaient à ce qui se trouvait dans cette pièce. Des murs remplis de livres de lois, de documents de jugement rendus par le passé. Tout cela entremêlé de livres de magie, de grimoires, d'études et de traités sur la vie et coutumes des différentes races du continent. Un bon juge se devait de prendre en considération toutes les lois, les raisons possibles de crime et surtout pouvoir distinguer le vrai du faux en tout temps et toute circonstance.

Il soupira longuement en regardant un énième cas de vol de pain. Un paysan ruiné en exil qui tentait de nourrir sa famille. Désolant… Voir cette misère lui coupait l'appétit. Pourtant, un couvercle digne d'un festin royal prenait place devant lui. Il n'osait pas relever la couverte pour sentir l'odeur s'échappant. Une perdrix rôtie, avec quelques petites pommes de terre et des petits pois fraîchement cueillit par les aides cuisinières. Le tout était accompagné de vin et d'un large morceau de pain. Chaque fois qu'il levait les yeux, il pensait à cette famille et son appétit s'envolait.

La porte s'entrouvrit. Deux gardes passèrent le pas de la porte accompagné d'une adolescente menottes aus mains, qui venait de passer un sale quart d'heure. À première vue, la jeune femme à la chevelure de feu avait reçu un bon coup sur la tête et au visage. Il y avait encore des traces de sang dans ses cheveux et sur elle. Son visage était rougi d'un côté. Sa position à genou semblait la faire souffrir même si elle tentait de ne rien laisser paraître. Son corps était légèrement penché sur le côté. Coup dans le flan peut-être ? Elle le fixait du regard. Malgré son état, elle semblait fier, sans peur et faisant fi des sévices reçus.

L'inquisiteur écouta avec bien de l'exaspération intérieure leur rapport. Ce qui était barbare ici, c'était leur éducation, leur niveau d'intelligence et la façon de traiter et d'interroger une prisonnière. On dit magicienne métamorphe et PAS sorcière ! Ce n'est pas parce qu'il n'y a personne qui comprend ses paroles qu'elles n'ont aucun sens. Par Parandar, ne vous attendiez pas qu'elle allait vous suivre doucement sans violence avec le sourire si elle pille des villages. Il s'attendait peut-être à recevoir des biscuits avec ça ? Il hocha la tête à la demande des gardes. Tranquillement, l'inquisiteur se leva et approcha des deux gardes. Il était vêtu d'une grande toge pourpre et doré d'excellente qualité. À sa taille, une épée dans son fourreau était attachée par une large ceinture noire en cuir.

‘‘Faite entrer les deux gardes à ma porte et présentez-vous tous les deux auprès de mon frère Dylan pour faire votre rapport complet. Je n'ai plus besoin de vous. Disposer soldat.'' Il regarda les deux hommes sortirent. La relève entra et prit place de part et d'autre de la porte qu'ils refermèrent. **[Dylan] Dylan. Je t'envoie deux gardes dont cet idiot de Landon. Coupable de coup, blessure sur une adolescente. Rend moi un service et montre leur ce qui en coûte de bafouiller les lois ! **

Il fit demi-tour et s'accota contre son bureau. Elle ne l'avait pas quitté des yeux. Malgré la douleur, elle lui tenait tête. Y'avait pas à redire, elle avait du cran ! C'était nécessaire avec les accusations qui lui étaient portées. Landon n'avait pas menti sur tout. Une bonne partie de ses dires étaient vrai. Il l'aurait senti le cas contraire. Comprenait-elle notre langue ou évitait-elle seulement le dialogue ? Justice devait s'en assurer. Comment juger une personne qui ne peut pas donner sa version des faits ? De plus, se défendre même si l'acte reproché pouvait être monstrueux ? Cela n'aurait pas été juste. ‘'Je m'appelle Caius Justice d'Alombria. '' Dit-il posant sa main sur son torse. Il tendit la main vers le couvercle sur son bureau et l'ouvrit. Un estomac vide et un corps affaiblit ne fait pas d'interlocuteurs loquaces de nature. Il se tassa de son bureau pour approcher une chaise. ‘'Tu as faim ? Vient prendre place et mange. '' Il observait attentivement sa réaction. ‘'Je suis un furet et je chasse des papillons.'' dit-il d'une voix sévère, accusateur et la pointant du doigt avant de pointer la chaise. Cela n'avait aucun sens ce qui venait de dire et faire. Les gardes se regardaient tentant de comprendre son action. Tout était une question à savoir comment réagisserait-elle ? En fonction de ses mots ou de ses actions ? Cela ferait toute une différence pour la suite des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idris
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 04/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Norrois
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Avoir les deux pieds dans le même sabot [PV Caius] [Terminé]   Lun 25 Juil - 16:25

Ce n’était pas aussi simple qu’il n’y paraissait pour la Norroise de se tenir droite, de façon à rendre les Drakkhen fiers de ses derniers instants. Elle savait pertinemment qu’elle ne bougeait pas; or, elle avait plutôt l’impression que la pièce entière tanguait d’un côté, puis de l’autre, pire que si elle se trouvait sur un bateau en pleine tempête. Ça lui donnait vachement envie de vomir, bien qu’il ne devait lui rester que de la bile dans l’estomac. Ce n’était cependant pas le moment de s’attarder à son malaise puisque son geôlier s’approchait d’elle et des deux idiots qui la retenaient en place. Si seulement elle pouvait user de sa magie… elle n’en ferait qu’une bouchée de ce bougre habillé luxueusement… D’ailleurs, elle lui choperait bien sa cape. Les couleurs de celle-ci iraient superbement bien avec ses cheveux enflammés et ses yeux turquoise.

L’adolescente était à échafauder un plan pour se plaquer la tête en plein estomac de gringalet blond quand ce dernier donna des ordres aux bougres qui la retenaient. Les deux hommes quittèrent, non sans lui lancer une dernière grimace, puis deux autres imbéciles vinrent les remplacer. Ceux-ci ne vinrent pas lui agripper les bras comme ce fut le cas avec leurs prédécesseurs. Immédiatement, la rouquine se mit davantage sur la défensive. Ce devait être une ruse pour tenter de gagner sa confiance. Elle ne se laisserait pas berner aussi facilement; elle ne s’appelait pas Ansgar! (Parce que bon, il est trop facile à leurrer dès qu’on mentionne cette poufiasse d’Adelyndalombria, allez savoir pourquoi.)

Elle suivit donc l’important personnage devant elle des yeux. Elle ne voulait manquer aucun de ses mouvements. Elle cherchait la moindre brèche à exploiter afin de retrouver sa liberté. Ce ne serait pas facile, surtout que l’inconnu semblait lui accorder toute son attention.

Elle en déduit qu’il essayait de se présenter par la gestuelle qu’il utilisa, en plus de reconnaître « d’Alombria ». C’était étrange qu’il partage une partie de son nom avec la coquerelle chérie de son grand frère. Était-ce une coïncidence? Idris avait étrangement envie de poser la question, mais elle ne savait pas si c’était raisonnable de sa part. Après tout, elle n’avait pas la moindre idée de quel était le rang du minuscule bout de femme dans la société des terres du sud. L’adolescente voulu continuer à dévisager son geôlier, mais son corps était davantage intéressé par la soudaine odeur de nourriture qui se dégageait du plat maintenant à découvert. Une partie d’elle eut envie de vomir, la nausée étant encore présente… tandis que l’autre ne voulait faire qu’une bouchée de ce qui semblait être une perdrix.

Un grondement provenant de son estomac retentit dans la salle, si fortement qu’Idris ne put faire autrement que fermer les yeux et jurer dans sa langue native. Si ce n’était pas un coup d’épée dans la tête, ce serait la honte qui l’achèverait! Voulant faire oublier la gêne accompagnant sa faim, le Renard se releva… avant de chanceler légèrement. Oula! Elle avait oublié les étourdissements pendant un moment, elle là. Elle se ressaisit en prenant une grande inspiration, prête à risquer un rapprochement avec l’homme blond… jusqu’à ce que celui-ci lui parle d’un ton accusateur en pointant la chaise. C’était quoi cette histoire de merde!? Elle était persuadée qu’il l’invitait à manger il n’y avait même pas cinq secondes de ça! Et maintenant, il semblait dire que cette chaise signerait son arrêt de mort.

Idris fronçât les sourcils, sentant soudainement la colère monter en elle. Elle ne comprenait en rien le jeu auquel jouait cet étranger, mais elle n’allait pas se laisser faire. Sans crier gare, elle sacra un coup de pied sur la chaise. Elle eut tout juste le temps de se jeter sur le personnage important avant que les gardes ne décident d’intervenir. Elle se mit à gronder, prête à se métamorphoser, car c’était le pouvoir le plus facile à utiliser et le seul qu’elle croyait être en mesure d’employer dans son état minable. Toutefois, l’horreur se peint rapidement sur son visage, alors qu’on la tirait vers l’arrière. Elle n’avait pas été capable… Son totem, elle n’avait pu lui faire appel. Les Grands esprits l’avaient-ils abandonnés?

À cet instant, elle ne fit même plus l’effort de se tenir elle-même sur ses jambes. Les pauvres gardes faillirent la laisser tomber sous l’effet de la surprise, car elle se laissait pendre mollement. La jeune femme n’arrivait pas à y croire… Comment était-ce possible qu’on lui enlève le pouvoir qui lui était le plus cher? C’était si profondément ancré en elle qu’elle ne savait pas comment continuer d’exister sans la capacité de prendre une forme animale. Des larmes se mirent à couler sur sa joue… Ça y était, elle était fichue. Elle n’osait même pas contacter Ansgar pour lui faire part de sa panique. S’il devait apprendre qu’elle ne méritait plus le titre d’apprentie oracle, il aurait tôt fait de la renier.

- How… How could you do this!? hurla-t-elle à plein poumons.

Elle se remit à se débattre férocement, bien décidée à se libérer ou à mourir en essayant. Maintenant qu’on lui avait enlevé ses pouvoirs, qu’elle était incapable de retrouver les siens, qu’elle raison avait-elle de vivre? Elle alla jusqu’à mordre la main d’un des gardes, recrachant son pouce par la même occasion. Le sang dégoulinant autour de sa bouche, elle regarde l’homme blond directement dans les yeux.

- I may not have my powers anymore, but you will not get rid of me so easily, fool!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idris
Magicien(ne) errant(e)
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 04/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Norrois
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Avoir les deux pieds dans le même sabot [PV Caius] [Terminé]   Dim 25 Sep - 17:41

[RP TERMINÉ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Avoir les deux pieds dans le même sabot [PV Caius] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Avoir les deux pieds dans le même sabot [PV Caius] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allons tremper nos pieds dans l'eau...
» Les pieds dans l'eau
» Les pieds dans l'eau
» Les pieds dans le sable chaud. [PV : Anna]
» LES PIEDS DANS LE PLAT. Est-il normal que?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: