Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Rubis - Justicière Sholienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rubis
Justicier(ère)
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 31/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 30
Race: Semi-succube
Âme soeur:

MessageSujet: Rubis - Justicière Sholienne   Mar 31 Mai - 18:21

INFORMATIONS PERSONNELLES

Nom : Elly Rosenbaum
Prénom : Elly
Surnom : Rubis, c’est le surnom dont elle s’est affublée à la suite d’une nuit tragique qui changea à jamais le cours de sa vie.
Âge : 24 ans
Sexe : Féminin
Race : Mi humaine, mi succube

INFORMATIONS SOCIALES

Royaume d'origine : Shola
Royaume de résidence : Shola
Liens : Plus personne. Sa mère, une succube, a quitté son père alors qu’elle n’était encore qu’un poupon et Elly ne l’a jamais revu. Son père, homme d’affaires prospère au sein de la capitale, est mort lâchement assassiné et elle ne possède – à sa connaissance du moins – aucune fratrie. Elle a toutefois donné naissance à un magnifique petit garçon… mais ce dernier lui fut brutalement arraché après seulement quelques minutes d’existence. Si elle avait pu, elle l’aurait nommé Elrick. Bien qu’elle n’ait jamais eu l’occasion d’assumer son rôle de mère, Elly est hantée par le souvenir de son bambin et il est la raison même pourquoi elle respire toujours. Elle s’est promis, en cette soirée funeste, qu’un jour elle le retrouverait et qu’elle ferait payer aux salopards qui se sont emparé de son rejeton d’avoir croisé sa route! Seule Myra, sa sage-femme âgée, est restée à ses côtés. Les deux dames vivent d’ailleurs ensemble dans le manoir familial Rosenbaum. Vu de l’extérieur, le bâtiment semble d’ailleurs déserté et dépourvu de toute vie, ce qui arrange bien Rubis, en fin de compte…

AUTRES INFORMATIONS

Pouvoirs : Depuis toute petite, Elly possède un talent particulier. En fait, elle a la faculté de bouger les choses par la simple force de sa pensée.

Évidemment, il y a une limite aux capacités de Rubis : si elle peut manier avec aisance des petits objets à sa guise, elle ne peut toutefois pas s’en prendre à des cibles de trop grand gabarit. Par exemple, il lui serait impossible de soulever une caravane à elle seule! Elle pourrait toutefois soulever une caisse de bonne taille remplie de farine, mais cela lui demanderait toute sa concentration et elle mettrait un certain temps à s’exécuter à la tâche.

Avec beaucoup de pratique, elle a réussi également à se soulever elle-même du sol, donnant ainsi l’impression qu’elle lévite. Cette forme d’utilisation de son don est toutefois très demandant et elle ne peut le faire sur une trop grande distance ou un laps de temps trop élevé. De plus, elle peut « léviter » de cette façon que sur quelques mètres de hauteur, tout au plus. Elle agit de la sorte surtout pour amortir ses chutes. Elle s’entraîne également à soulever une personne par la pensée. Elle maîtrise très mal cet aspect de son don, puisqu’en général, les gens ne se laissent pas faire… Et puis, la taille de la personne importe beaucoup également : elle n’aurait pas trop de mal à soulever un enfant ou même une femme de petit gabarit… mais un orc, oubliez ça!! Elle a déjà tenté le coup… lamentablement.

Rubis possède également un petit don racial. En fait, elle peut dégager des phéromones pour l’aider à séduire la personne désirée. Étant une hybride, elle ne possède pas les ailes typiques aux succubes, ce qui l’empêche donc de planer. Il est à noter que, contrairement aux succubes pures, Elly contrôle mal son don de « phéromones » et donc, n’arrive pas à séduire à tout coup.

Traits particuliers : Physiquement, la jeune femme ressemble en tout point à une humaine normale. Elle ne conserve que très peu de traits de sa mère, hormis sa chevelure vive et son éblouissante beauté. Elle ne possède ni ailes, ni cornes. Elly est de taille moyenne et possède des courbes bien assumées. Sa taille est fine et ses jambes sont longues et puissantes. Ses yeux, d’un vert émeraude, brillent d’intelligence. Elle n’a, disons, rien à envier aux plus belles bourgeoises du quartier! Depuis qu’on lui a arraché son fils, elle s’est elle-même confiée une tâche monumentale : retrouver son bambin et protéger les plus faibles contre ceux qui tentent d’abuser d’eux. Ainsi, elle est incapable de tourner le dos à une personne en détresse, tempérament découlant d’un profond syndrome du « sauveur ». Elle donnerait tout ce qu’elle a en sa possession pour sauver un tierce individu dans le besoin. D’ailleurs, elle a dilapidé au moins la moitié de son héritage en dons aux plus démunis…

INFORMATIONS HISTORIQUES

Histoire : Des hurlements de douleur déchirèrent l'obscurité paisible qui régnait sur le manoir Rosenbaum. La fille aînée du riche bourgeois Rosenbaum était en train de mettre bas. Ses cris déchirants fendaient l'air depuis plusieurs minutes et augmentaient à chaque fois en intensité. À son chevet se tenait Myra, une sage femme réputée pour sa patience, sa douceur et son talent. M. Rosenbaum l'avait engagé personnellement, car comme tout paternel, il ne voulait que ce qu'il y a de mieux pour sa fille chérie. L'arrivée de sa future descendance avait calmé les choses entre lui et son héritière : M. Rosenbaum avait eu beaucoup de mal à accepter le fait que le géniteur du bambin à naître n'était rien d'autres qu’un vagabond venu du désert qu’elle avait rencontré. Elle en était tombée amoureuse, selon ses propos. Tssss… Au moins, sa fille avait eu la décence d'esprit de laisser tomber ce bon à rien après avoir vu quel type d'hommes il était... Maintenant, tout ce qu'il avait à faire, c'était d'attendre dans ce couloir que le petit miracle se pointe le bout du nez.

Assise dans sa couche, au deuxième étage, Elly hurlait à plein poumons. Une autre vague de douleur l'envahissait et elle avait l'impression que son corps entier était pour rompre en deux. La douleur était insupportable et chaque poussée était une véritable torture. Myra se tenait près d'elle. Sa main parsemée de tâches de vieillesse enserrait la sienne et elle épongeait doucement le front en sueur de la jeune femme. Elle lui murmurait de douces paroles à l'oreille avec une infinie tendresse. Dès que cette dernière l'eut ordonné, Elly puisa dans sa maigre réserve d'énergie pour pousser de toutes ses forces, hurlement compris. Elles étaient seules dans cette chambre. Myra avait fait sortir tout le monde pour éviter que leur présence ne stresse davantage sa patiente. Elly, étant de nature fière et légèrement bornée, lui en était terriblement reconnaissante. Elle savait que les accouchements étaient difficiles, mais elle n'aimait pas l'idée de se montrer aussi vulnérable devant un public.

Une autre épouvantable vague de douleur la prit d'assaut et la jeune femme poussa de toutes ses forces alors que Myra tassait doucement les mèches rousses qui lui collaient sur le front. Puis, la vieille dame se leva, contourna sa patiente et alla s'installer près du siège. Sous les encouragements de la sage femme, Elly utilisa ses dernières forces pour mettre au monde l'être qui serait dorénavant l'amour se vie. Un pleur puissant envahit l'air et pour la nouvelle maman, c'était de loin le plus beau bruit qu'elle ait jamais entendu. La sage femme lui adressa un superbe sourire et coupa le cordon ombilical pour ensuite nettoyer l'enfant qui s'avérait être un garçon. Le cœur d'Elly se gonfla de fierté et d'amour alors que la vieille dame déposait le petit trésor emmitouflé sur sa poitrine. Émue, la jeune femme essuya les larmes qui ruisselaient au coin de ses yeux et fit glisser le bout de ses doigts sur la peau humide de son rejeton.

- Bonsoir mon cœur, souffla-t'elle, tout sourire et laissant couler ses larmes de soulagement et de joie. Tu es si beau... Si tu savais à quel point je suis contente de pouvoir enfin te voir. Oh, comme je t'aime mon petit...

Myra était tout sourire et vint apposer un baiser sur le front de sa patiente tout en la félicitant chaleureusement. Son fils était un bébé vigoureux. Il serait en merveilleuse santé et ferait, plus tard, un petit garçon fort et endurant. Toutefois, quelque chose attira l'attention de la vieille dame. Mais pourquoi n'entendait-elle aucuns bruits hormis la nouvelle mère et son poupon? Elle se dirigea vers la porte avec l'intention de demander aux autres d'entrer dans la pièce, quand soudain, la poignée de porte dorée tourna sur elle-même. La paroi de bois travaillée s'ouvrit lentement, laissant apparaître un homme à la chevelure de jais et à la peau basanée.

Le cœur d'Elly faillit arrêter tant elle était surprise. Kheldyr?! Que faisait-il là? Certes, il était le père du bébé, mais qui avait osé le mettre au courant? Le regard du jeune homme était sombre et d'un froid glacial. Ce dernier fit quelques pas dans la pièce et Elly vit d'autres individus dans son sillage. Leur peau était tout aussi foncée et ils arboraient, pour la plupart, un sourire carnassier. D’autres hommes du désert?! Des assassins peut-être?! Que voulaient-ils?! Myra, alarmé se plaça entre les inconnus et sa patiente, les sommant de quitter immédiatement. L'un des hommes masqués émit un rire méprisant et poussa la vieille dame avec une aisance effarante. Lentement, les hommes du désert entourèrent le lit d'Ellya, Kheldyr se plaçant tout au bout.

Les dents serrées, la jeune femme serra le poupon contre elle. Ce dernier, ressentant bien le danger, éclata en sanglots et se tortilla légèrement. Du coin de l'œil, la jeune femme repéra son épée qui trônait sur le meuble en bois, à l'autre bout de la pièce... elle n'avait aucune arme à portée de main. Elle se contenta donc de toiser son ancien amant d'un regard noir.

- Que fais-tu ici? demanda-t'elle d'un ton grave et menaçant. Et qui sont ces hommes?!


- Tu m'as laissé tombé, Elly... fit-il d'un ton cinglant. Tu m'as caché que tu étais enceinte ET tu as décidé de m'écarter de la vie du bébé. Ce bébé est le mien et je peux en faire ce que je veux!

- C'est l'enfant dont tu parlais? demanda un homme plus près de lui avec un rictus effrayant.

Kheldyr se contenta d'hocher la tête.

La femme masquée qui se trouvait sur la droite d'Elly tendit les bras rapidement et agrippa l'enfant. La jeune femme rousse retint son bambin de toutes ses forces et tenta de se débattre. Son adversaire se contenta de lui asséner un solide crochet du droit en plein visage, la déstabilisant momentanément. Son fils hurlait à pleins poumons et l’étrangère rigola comme s'il s'agissait du truc le plus hilarant du monde. Elly voyait flou et porta tout naturellement une main à son visage.

- Non.. non... s'il-vous-plaît, tout mais pas ça... fit-elle d'une voix étranglée. Pas mon bébé, je vous en prie. Père! PÈRE!!


- Tu perds ton temps, souffla le géniteur de l'enfant. Ils sont tous morts. Tu es seule maintenant.


À son souvenir, c'était la première fois qu'elle suppliait quelqu'un. Elle était trop faible pour pouvoir réagir ou même combattre. Myra tenta de les arrêter, mais elle fut repoussée telle une vulgaire poupée de chiffon. Les macabres individus contournèrent le lit en riant et sortirent de la pièce, suivi de près par Kheldyr, laissant les deux femmes dans la pièce devenue oppressante.

- Non... non... NOOOON!!!!!

Elly tenta de se lever mais s'écroula par terre, étant trop faible pour pouvoir se porter elle-même. Myra accouru à son chevet et l'enserra de ses bras, pleurant à chaudes larmes. Elly Rosenbaum hurla à pleins poumons, appelant Kheldyr et suppliant comme jamais elle ne l'avait fait auparavant. Elle hurlait sa douleur, sa tristesse, sa solitude. Elle pleurait la mort de ses proches, mais surtout la disparition de l'être qui lui était le plus cher au monde. Son cœur n'était que poussière, que douleur, que noirceur...

Un silence de mort régnait sur le manoir Rosenbaum. Seuls les lamentations déchirantes d'une mère meurtrie par un profond chagrin perduraient...

*********************************

Elle courait à vive allure, se fondant dans la noirceur tel une ombre. Ses longs cheveux flamboyants étaient remontés sur sa tête en un chignon serré alors qu’un masque couleur écarlate couvrait le bas de son visage. La jeune femme poursuivait deux truands qui venaient d’abuser d’une pauvre paysage. La pauvre adolescente avait été violée au beau milieu d’une ruelle et la justicière ne pouvait tolérer que cet acte barbare reste impuni. Pourquoi s’en étaient-ils prit à elle? Qu’avait-elle fait de si mauvais pour mériter un tel sort?! Des truands du genre, n’avaient pas leur place dans les rues du petit village.

Elle les poursuivait par une rue parallèle à la leur. Elle savait parfaitement par où passer pour leur barrer le passage, sachant pertinemment que le chemin qu’ils avaient choisi tournerait irrémédiablement en sa direction. Ils n’avaient qu’une issue et c’était la sienne. Leur petite poursuite improvisée perdura de longues minutes avant que la jeune femme ne vienne se camper au milieu de leur route. Les sourcils froncés, les deux hommes dégainèrent leurs armes, prêt à lui faire mordre la poussière.

- Alors quoi? Vous pensiez pouvoir vous en tirer si facilement? Fit-elle, son regard émeraude irradiant d’une furie presque palpable. Vous profitez d’une jeune femme et vous espérez pouvoir foutre le camp ni vu ni connu? Pauvres couillons, je vais vous le faire payer!

Les deux hommes se mirent à rire grassement. Visiblement, ils ne la prenaient pas au sérieux.


- Tu en veux peut-être? Fit l’un des deux individus. Tu sais, tu n’as qu’à le demander, si tu veux te faire mettre!

Alors là, c’était le bouquet! Quels crétins! Son humour était écœurant. Néanmoins, Rubis esquissa un sourire sous son masque. Alors là, ils allaient bien s’amuser. Sans plus attendre, la rouquine chargea les deux individus. Elle évita un premier coup de lame avec aisance, puis flanqua un coup de pied au visage du premier gaillard. Elle pivota sur elle-même, puis de son autre jambe, fracassa le genou du deuxième. Leurs jurons montèrent à ses oreilles et la semi-succube s’en amusa énormément. Elle n’allait pas les épargner, au contraire. Un poignard siffla près de sa tête et la justicière para le coup avec son brassard métallique qui ornait son bras droit. Avec son pouvoir télékinésique, elle leva une main et repoussa l’un des deux hommes contre le mur de pierres devant elle. Profitant de l’immobilité de son adversaire, elle projeta une dague en direction du deuxième homme. L’arme se jucha directement dans sa gorge, le forçant à s’effondrer dans un gargouillis immonde.

Le bras toujours tendu vers le dernier homme, elle s’avança lentement vers lui en roulant des hanches. Elle s’arrêta à quelques centimètres de lui, puis baissa son masque, laissant découvrir son visage.

- Écoute moi, sale porc. Ton sort, tu l’as mérité, autant que ton copain. Tu as voulu abuser d’une pauvre fille sans défense? Alors tu dois en payer le prix. Tu as ruiné sa vie, immonde larve! Tu l’as détruite, ni plus ni moins. Alors, tu devras être détruit à ton tour. Et, malheureusement pour toi, je n’ai que très peu de pitié pour les individus dans ton genre… c’est bête, n’est-ce pas?

Sortant une lanière de cuir de sa poche, la jeune femme attira le connard vers elle, puis vive comme l’éclair, elle pivota sur elle-même pour se retrouver dans son dos. Elle entoura la gorge du truand avec la bande de cuir, puis serra de toutes ses forces. L’homme se débattait comme il le pouvait, mais n’arrivait pas à reprendre le dessus sur la situation. Le combat de force dura de longues secondes avant que l’adversaire de Rubis ne lâche enfin prise. Le visage rougit, il laissa pendre ses bras chaque côté de son corps et s’effondra au sol, les yeux révulsés.

Elle n’avait réellement aucune pitié. C’était des types du genre qui lui avait pris son Elrick. Plus jamais elle ne laisserait un salopard s’en sortir indemne. Elle s’en était fait la promesse. Ça faisait maintenant cinq ans que son petit trésor manquait à l’appel. Elle n’avait jamais cessé de le chercher. Ses fouilles lui avait permis de découvrir que d’autres femmes étaient dans sa situation; elles aussi avaient vu leurs bambins dérobés sous leurs yeux. La femme rousse avait fait le serment de les retrouver et elle comptait bien respecter sa parole. Peut-être s’agissait-il d’un trafique d’enfants? Qu’était devenu Elrick? Comment s’appelait-il réellement? Était-il heureux? Lui ressemblait-il? Avait-il la moindre idée à quelle point son absence pouvait causer un vide infini en elle? Elle pensait à lui à chaque instant et c’était son souvenir qui l’aidait à avancer et à faire le bien autour d’elle. C’était un peu sa façon de faire taire ses voix intérieures et de cesser de culpabiliser pour avoir échouer dans son rôle de mère. Elle aurait dû le protéger…

Levant à nouveau une main devant elle, elle retira sa dague du corps refroidissant de sa victime par télékinésie puis attrapa le manche de l’arme sans problème. Elle essuya finalement celle-ci sur les vêtements de l’homme étranglé puis s’éloigna en trottant, désirant disparaître avant la venue des gardes…

Allégeance actuelle : Shola. Plus particulièrement, toute personne ayant besoin d’elle. Les opprimés et les rejetés de la société. Ayant un profond syndrôme du « sauveur », Elly s’est jurée de défendre la veuve et l’orphelin devant les oppresseurs, et ce, peu importe la provenance de ceux-ci.
Fonction: Justicière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khanrell
Magicien(ne) conseiller(ère)
avatar

Messages : 1644
Date d'inscription : 08/02/2015
Localisation : Shola

Feuille de personnage
Âge: 29 (éter.), 32 (fév.)
Race: Humaine (Vampire)
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Rubis - Justicière Sholienne   Mer 1 Juin - 21:47

Présentation approuvée, bienvenue en jeu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rubis - Justicière Sholienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rubis, caniche naine abricot, 10 ans -cani seniors
» Rouge comme les rubis.
» Rubis Aphrodite
» LE RUBIS
» [À LOCK][DON] Code démo pokemon rubis oméga saphir alpha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Recensement :: Recensement :: Shola-
Sauter vers: