Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Jeu 9 Juin - 11:49

Cela faisait si longtemps qu'elle n'était pas sortie du château... Aemi s'était grandement refermée sur elle-même, ne jouant presque plus de musique, depuis que sa mère, après les avoir quitter, était morte de chagrin, deux ans après l'enterrement de son père. Comment une adolescente pouvait-elle gérer toutes ces émotions? Marian était une bonne reine, mais elle n'était pas sa mère. Jamais elle ne pourrait combler ce manque, peu importe à quel point elle lui disait qu'elle n'était pas seule, et qu'elle était là pour elle. Personne dans sa famille ne pourrait l'aider. C'était son deuil, et elle était loin de l'avoir fini... à peine surmontait-elle la mort de Virtuas, que c'était le tour de sa mère... Impardonnable. Elle l'avait abandonné. Comme son père. Comme toute la famille, les cousins, qui maintenant leur faisait la guerre.

Temperance sera les dents et ses jointures blanchirent sur les rênes, sous ses gants. Elle regarda droit devant elle et talonna son cheval qui allait déjà bien vite. Elle entendit la voix de Yahto, mais n'écouta pas ce qu'il disait. Il avait réussi à la convaincre de sortir du château. Une cape sur l'épaule, elle filait dans la saison froide, en direction d'un village de grande taille, sans être la capitale, où les paysans festoyaient le solstice d'hiver. Un festival... jadis elle aurait été heureuse comme une petite fille... elle s'était laissé convaincre par son ami, mais ne se sentait pas d'humeur pour ce genre d'événements. Sans doute que c'était la chevauchée rapide qui les empêchait de discuter et qui la laissait plonger dans ses pensées sombres...

Son garde du corps la rattrapa bien vite et coupa son cheval, l'obligeant à ralentir. Elle roula des yeux exaspérés. « Je ne suis plus une petite fille, Yahto. Je sais très bien monter à cheval, je ne me blesserai pas. » Elle soupira bruyamment, expirant une petite vapeur, et jeta un oeil au souffle de son cheval. Hum, peut-être devrait-elle ralentir en effet, pas pour elle mais pour la bête... Elle détestait qu'on lui soumette des arguments qui la contredisait en beauté et qu'elle ne pouvait nier. Elle afficha un air renfrogné, contourna le lycan et continua au pas. « Satisfait? » fit-elle, caustique.

Elle afficha un air boudeur pour le reste du trajet, qui ne fut, somme toute, pas bien long. Ils arrivèrent bientôt en vue du festival. L'ambiance était festive, le village était magnifiquement décoré, lui coupant le souffle temporairement. Ce que c'était beau! À l'orée de la petite cité, elle descendit de cheval, s'abstenant de tout commentaire à voix haute. Yahto savait très bien qu'elle aimerait ce genre d'événement, mais elle n'avait pas envie d'être de bonne humeur, même si elle sentait son coeur s'alléger légèrement devant l'ambiance et les splendeurs qui s'offrait à ses yeux. Elle fit la moue, consciente que son ami la connaissait trop bien. Même si, depuis un an, elle était d'humeur changeante et instable, elle était toujours, au fond d'elle, la petite princesse innocente qui s'émerveillait devant les belles choses.
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Ven 17 Juin - 11:57

Il courait dans les chemins enneigés aux côtés d’une Aemi au regard dur. Ses bottes foulaient la neige à une vitesse surprenante et il tentait tant bien que mal de suivre la cadence effrénée d’une monture qui commençait à avoir de la difficulté à maintenir le rythme. Il le voyait par sa respiration saccadée et l’écume qui se formait sur les racoins de sa gueule d’herbivore. La princesse y allait trop durement avec son destrier! Dire que cette journée se voulait une activité amusante pour lui changer les idées… Visiblement, ça commençait du mauvais pied.

- Aemi, ralenti! Cria-t-il, tentant d’attirer son attention. Ta monture a du mal! Diminue ta cadence!

Rien à faire. La princesse n’était plus la même depuis quelques temps. Certes, la mort de ses parents l’avait terriblement affectée et il le comprenait totalement. Mais elle était passée d’une douce jeune fille un peu triste à une adolescente presque vindicative qui ravalait toutes ses mauvaises pensées afin de mieux les cuver lors de ses moments de solitudes. Elle était plus renfermée que jamais et ne s’ouvrait presque plus à lui. Cela l’attristait au plus haut point, mais que pouvait-il faire de plus? La forcer à lui dire ce qu’elle avait sur le cœur? Non, ce n’était pas son style. Par contre, il pouvait tenter de lui changer les idées! D’où l’idée de visiter le festival du solstice d’hiver avec elle. Normalement, Aemi adorait ce genre de rassemblement et s’en donnait à cœur joie. Mais aujourd’hui… elle était d’une humeur massacrante, il fallait bien l’admettre. C’était probablement pour cette raison qu’elle talonnait autant sa bête : elle désirait arriver le plus vite possible pour se débarrasser de cette « activité à la con ».

Décidé de la forcer à ralentir le pas coûte que coûte, Yahto poussa ses muscles au maximum et sprinta pour dépasser la bête équestre. Puis, dans un mouvement rapide, il se retourna et se planta sur la route de la princesse, les bras en croix. Aemi dû arrêter son destrier d’urgence afin d’éviter qu’il ne piétine son ami dans sa foulée. Son visage démontrait une exaspération presque palpable et elle déclara tout bonnement qu’elle n’était plus une gamine et savait très bien chevaucher seule. Elle n’avait pas tort, mais sa tête de mule causait du tort à l’animal et Yahto n’appréciait pas particulièrement cette vision. L’adolescente poussa un soupir exagéré puis jeta un regard à la bête. À voir son expression, le guerrier comprit qu’elle venait de réaliser la situation dans laquelle elle se trouvait.

- Totalement, se contenta-t-il de répondre, essoufflé, à la réplique acerbe de la jeune fille, et ce, avec un sourire amusé au visage.

Quel orgueil! La princesse continua sa progression au pas et afficha un air boudeur et renfrogné tout le reste du voyage. Oh Yahto n’en fit pas de cas. S’il devait lui donner plus d’attention alors qu’elle agissait en gamine, c’était comme s’il venait renforcir cette attitude déplaisante. Or, il n’en était pas question! Le garde du corps adorait sa protégée. Toujours. Mais son comportement d’adolescente était parfois irritant. Par moment, il jouait la carte de l’honnêteté avec elle et lui faisait remarquer l’attitude qu’elle arborait. D’autres fois, il se taisait, ne désirant pas jeter d’huile sur le feu. Aujourd’hui, c’était l’un de ces jours. Il allait la laisser faire, histoire de ne pas pourrir davantage cette journée qui semblait prometteuse.

Après de longues minutes de marche en silence, le duo arriva enfin en bordure du village. Des lanternes étaient suspendues un peu partout et une musique joyeuse monta à leurs oreilles. L’endroit semblait magique. Visiblement, l’ambiance était à la fête, pour le plus grand bonheur du lycan! Jetant un regard en coin à sa protégée, le jeune homme fut satisfait de constater que son regard brillait bien malgré elle. Elle ne voulait pas qu’il le remarque, mais elle était ravie devant un tel spectacle. Il la connaissait comme le fond de sa poche et ce genre de festivités étaient exactement ce qu’il lui fallait pour lui faire oublier ses tracas. De plus, pour couronner le tout, de gros flocons de neige se mirent à tomber du ciel, rajoutant un aspect féérique à ce festival d’hiver. Ils observèrent les lieux quelques instants, puis Aemi descendit de sa monture. Yahto fit son « gentleman » et se saisit des rennes de l’animal dans le but évident de libérer les mains de la princesse. De son bras libre, il entoura les épaules de cette dernière et la rapprocha de lui dans une accolade amicale.

- Alors, ce n’est pas si mal, pas vrai? Demanda-t-il doucement. Tu crois qu’on pourrait s’amuser, l’espace de quelques heures? Fais un tout petit effort, c’est tout ce que je te demande, Aemi.

Il posa ensuite un baiser sur la tête de la jeune fille, mouvement qu’il avait fait régulièrement par le passé. Elle était comme sa petite sœur et agissait avec elle comme tel. Sachant qu’elle allait probablement protester, le guerrier lui prit la main et l’attira à sa suite alors qu’il s’approchait d’une écurie pour y laisser la monture. Par la suite, ils se mêlèrent à la foule qui s’amusait follement. Des enfants couraient et riaient tout autour d’eux et certains couples effectuaient une danse rapide au rythme des violons. Yahto souriait à pleines dents. L’ambiance était géniale! Et qui sait, peut-être que ça donnerait envie à Aemi de ressortir son instrument? Notant un marchand du coin de l’œil, il demanda à son amie de l’attendre puis sortit sa bourse. Il se dirigea vers le commerçant et acheta deux verres de cidre chaud ainsi que deux biscuits aux épices et aux noix. Il revint ensuite vers sa protégée et lui tendit sa part du petit festin avec un clin d’œil. Yahto leva ensuite son verre et la regarda avec un sourire.

- À cette journée prometteuse, fit-il dans le but de trinquer avec son amie.

Il cogna doucement son verre avec le sien, puis prit une gorgée du liquide légèrement acidulé, mais tout de même sucré. Il mordit ensuite à belles dents dans la collation épicée. C’était franchement délicieux. Aemi devrait bien l’admettre! Et puis, il y avait tant d’activités à faire dans cet endroit : danse, jeux d’agilité, balades en calèche en forêt, construction de structures en neige, glissade sur luge à flanc de collines, etc. Elle trouverait bien chaussure à son pied!

- Alors, dis-moi. Qu’as-tu envie de faire en premier? S’enquit-il, un sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Lun 27 Juin - 11:10

Yahto prit les rênes de la monture d'Aemi. Elle leva les yeux vers le ciel qui leur envoyait des flocons de neige, l'invitant à se détendre et à profiter du moment. Ce que c'était beau! Son ami passa un bras autour des épaules et la rapproche dans une étreinte qui fit raidir la jeune fille. Mais pas pour les raisons qu'il croyait. Parce que cela lui fit un effet électrique et son corps d'adolescente fut envahi par une bouffée de chaleur. « Alors, ce n’est pas si mal, pas vrai? » Elle se contenta de lui répondre un « Hum. » renfrogné. Elle était bien dans ses bras... Elle le sentit déposé un baiser sur sa tête, elle rougit un peu plus, sentant la chaleur lui monter aux joues.

Depuis quand les contacts de son ami lui faisait de l'effet comme ça? Quelques mois. Elle soupira. « D'accord. » répondit-elle à sa demande d'efforts. Et puis, de toute façon, elle en avait envie. Mais jamais elle ne l'admettrait à voix haute. Avant qu'elle ne puisse ajouter quoique ce soit, il lui attrapa la main et la tira derrière lui. Elle se laissa faire, regardant leur main jointe. Sa paume était chaude et agréable dans l'air frisquet. Elle soupira à nouveau. Elle préférait quand il faisait chaud, il ne portait alors généralement pas de chemise et, pour une raison quelconque, elle aimait bien le regarder ainsi depuis quelques temps. Portant ses mains sur sa poitrine, son ventre, son dos et la musculature de ses bras quand elle le pouvait, comme naturellement envers un ami, mais en fait c'est qu'elle se sentait toute drôle à son contact, et recherchait cette émotion. Un léger tournis, une sensation comme d'ivresse, un peu engourdi... Elle n'en avait parler à personne encore, mais avait l'intention d'en parler à sa mentor, Nata. Sa grande soeur saurait la guider dans ce périple adolescent.

Dans la foule, elle ne pouvait pas garder le même état d'esprit, se sentant rapidement contaminer par l'ambiance. Elle en vint à afficher un léger sourire, sans plus. Les violons la rendaient légèrement nostalgique. Sans doute que si elle jouait plus, elle ne sentirait mieux. Mais elle n'avait pas envie d'aller mieux. Elle était fâchée, et c'était sa façon de protester, de se rebeller, contre sa situation familiale, contre sa mère, qui l'avait abandonner. Marian et Colombe étaient particulièrement occupées avec la guerre. De toute sa famille, c'était les jumeaux dont elle était le plus proche désormais. Particulièrement Dylan, chez qui elle allait se reposer parfois, quand elle ne voulait pas qu'on la dérange au matin. Son frère brûlait les pieds de ceux qui osaient le déranger, elle profitait un peu de son état d'esprit, mais elle l'aimait aussi beaucoup. Elle se sentait bien avec ce frère qui partageait son état d'esprit.

La princesse ressortit subitement de ses pensées alors que Yahto s'arrêtait. Elle lui fonça tout bonnement dedans et se cogna le nez sur son bras. Elle hoqueta de surprise et leva son regard vers lui. Il souriait, radieux, et lui demanda d'attendre ici, ce qu'elle fit. Elle relâcha sa main à contre-coeur. Elle le suivit des yeux, jusqu'à un marchand, puis tourna la tête. Elle portait des habits plutôt modestes, de toute façon, elle n'avait jamais penché dans l'excès de richesse et ne cherchait pas à se démarquer. Elle se fondait donc plutôt bien dans la foule. La cadette de la famille royale pouvait passer relativement inaperçu, pour ceux qui ne connaissait pas son visage du moins! Ses cheveux bleutés et ses yeux sombres et glacés étaient un bon indice, mais elle n'était pas la seule à être ainsi.

Elle parcourut la foule du regard, avec ce même regard aux couleurs de l'hiver glacial. Une certaine nostalgie dans le regard. Elle avait envie de s'amuser comme eux, mais à quelque part, elle se sentait le poids du monde du ses épaules, incapable de négocier avec ses cousins, d'avoir l'attention de sa famille... elle se sentait abandonnée dans un monde qui tournait trop vite pour elle, auquel elle avait du mal à s'accrocher. Tout allait si vite, et elle avait l'impression de rester seule derrière. De courir, de se fatiguer, en essayant de suivre tout le monde. Comme son père et sa mère, tout le monde l'abandonnait, ou finirait par le faire...

Une main apparut dans son champs de vision et la sortit de ses sombres pensées. Temperance leva un regard surpris sur Yahto, qui lui tendait un verre et un biscuit, avec un clin d'oeil. Son esprit se réchauffa aussitôt, comme sa main avec le verre qu'elle prit, ainsi que le biscuit. Il voulut trinquer, ce qu'elle fit, avec un sourire, car oui, il avait réussit à la faire sourire. Elle prit une gorgée du doux liquide et apprécia sa chaleur dans sa gorge. Elle but tranquillement de sa boisson, en mordant dans le biscuit. Il connaissait ses goûts, et elle apprécia la saveur de sa collation. C'était irritant et plaisant à la fois, qu'il la connaisse autant. Il reprit la parole, lui demandant ce qu'elle voulait faire en premier. Elle hésita un instant. Elle pouvait bien lui faire plaisir et se laisser aller... refusant d'admettre que c'était aussi se faire plaisir à elle-même.

Elle haussa les épaules. « N'importe quoi fera l'affaire... commençons par visiter les kiosques? Je te laisse choisir, je te suis. » Une belle façon de se départir de la responsabilité de choisir, elle ne savait pas que faire, probablement tout! Mais trancher et choisir celui qu'elle voulait le plus serait montrer un surplus d'enthousiasme auquel elle ne se sentait pas encore prête. Il y avait beaucoup de petits kiosques, avec des broderies, des foulards et des capes, des mitaines et des tuques. Quelques bijoux en forme de flocon. Elle s'arrêta devant l'un d'eux, son bleu rappelant celui de ses yeux, elle passa sa main dessus, appréciant le joli travail qui avait été fait, c'était un bijou très délicat.

Le vendeur s'adressa à elle, attestant que c'était un très bon choix, un beau bijou de qualité, et décrétant une somme astronomique. Elle fronça les sourcils. Ce n'est pas parce qu'elle avait des vêtements de qualité qu'elle méritait de se faire arnaquer de la sorte, elle n'était pas complètement dupe non plus. Elle considéra l'homme froidement. « Si vous pensez que je paierai cette somme pour une breloque, vous abusez. Je suis prête à la payer à son juste prix, mais pas au-delà. » L'homme recula d'un pas sous le ton et l'attitude refroidit de l'adolescente. Ce n'était finalement pas un poisson de qui il pouvait se jouer comme il voulait. Il reprit contenance et déclara que c'était son vrai prix. Elle haussa les épaules. « Dans ce cas je ferai part à ma soeur la Reine que vous abusez des petites gens et vous ferez jeter en prison. Hum. Que préférez-vous, les fers ou la mer? »

Comprenant subitement à qui il avait à faire, il se fondit en excuse. Quelques gens autour chuchotèrent, mais elle s'en fichait royalement. Il voulut lui donner le bijou mais elle balaya l'offre du revers de la main et jeta quelques pièces (de tout de même bonne valeur) sur l'étal et s'éloigna avec le bijou. Elle leva les yeux sur son garde du corps. « Et bien quoi? À chacun sa façon de négocier, il hésitera avant de vouloir profiter des gens bien nés à l'avenir. Ce n'est pas comme si ses breloques valaient autant que les bijoux qu'on vend à la capitale! » Elle caressa le flocon entre ses doigts. Ce ne devait même pas être celui qui sculptait d'aussi beaux dessins, avec ses gros doigts maladroits. Il profitait sans doute de quelqu'un pour les faire. Elle soupira. « Il y a des traîneaux de chien non? J'aimerais voir. » fit-elle simplement, pour ne pas s'attarder sur le sujet du bijou.
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Jeu 30 Juin - 10:06

Le goût épicé du biscuit envahissait sa bouche au plus grand plaisir du guerrier. C’était si délicieux qu’il avait envie d’en avaler un autre! D’un regard en coin, il put noter mentalement – et avec satisfaction – la façon dont Aemi avait souri au moment où ils avaient trinqué. Voilà qui lui plaisait énormément! Enfin un léger signe de bonne humeur de sa part. Un simple sourire, c’était tout de même un début. Le lycan prit une nouvelle gorgée de son cidre chaud et écouta la réponse de sa meilleure amie qui déclarait vouloir voir les kiosques marchands. Une excellente idée. La petite Aemi de jadis aimait bien regarder les étalages qu’avaient à offrir les détaillants du pays. Certes, elle n’était pas du genre à dépenser à tous vents ou même à porter des vêtements ou accessoires trop luxueux. Néanmoins, étant une représentante de la gente féminine, ce genre de petites activités lui plaisaient bien autrefois. Pendant un bref instant, il crut revoir un fragment de la jeune fille qu’il aimait tant et ça lui fit le plus grand des plaisirs.

Yahto hocha donc de la tête en guise d’approbation et entama le pas vers la petite place marchande qui se trouvait tout près. Le duo voguait donc d’un kiosque à l’autre, leur regard se posant sur les différentes marchandises offertes : des broderies, des foulards, des mitaines, des manteaux, des parfums, des bijoux… C’était franchement superbe, tout ça! Le lycan termina son breuvage et se saisit également du gobelet vide de la princesse au moment où cette dernière s’arrêta devant un étalage de bijoux délicats aux couleurs hivernales. « Je vais ramener ça là où on les a pris, je reviens Aemi » fit-il à son intention, la laissant ainsi discuter avec le propriétaire légitime des joyaux qu’elle convoitait. Le garde du corps se détourna alors un instant puis revint sur ses pas pour rejoindre le vendeur de boissons. Il lui remit les gobelets vides puis lui adressa un sourire de remerciement avant de revenir auprès de son amie. Après tout, il ne pouvait pas trop s’éloigner d’elle! Non pas qu’elle ne pouvait pas se débrouiller seule parmi ces quelques civils, mais des gens mal intentionnés pouvaient si vite arriver…

Il se fraya donc un chemin parmi les festivaliers et repéra avec satisfaction la princesse qui était restée sagement là où il l’avait laissé. Enfin… sagement était un bien grand mot. Alors qu’il s’approchait d’elle, le lycan put percevoir ses propos alors qu’elle menaçait le marchand de faire part à la reine Marian d’une certaine escroquerie et insinua même qu’elle pourrait le faire jeter en tôle. Quoi?! Les citoyens autour la regardaient d’un drôle d’air, expression qui fut partagée un instant par le garde du corps qui était toujours surpris par les propos qu’il venait d’entendre. Jamais la Aemi d’avant n’aurait parlé de la sorte. Enfin, si escroquerie il y avait réellement, elle aurait fait savoir le fond de sa pensée avec beaucoup plus de tact. Yahto était pris au dépourvu. Il avait du mal à la reconnaître ces derniers temps. Si lui-même avait déjà été adolescent, il avait pourtant la nette impression qu’il n’avait jamais été d’humeur aussi variable. Visiblement, ses changements hormonaux s’étaient effectués beaucoup plus doucement qu’elle. Le marchand écartilla les yeux sous ses propos et se fondit en excuses. Il prit le collier orné d’un flocon délicat que convoitait Aemi et lui offrit gratuitement afin de se faire pardonner. L’adolescente ne releva pas et se contenta de jeter quelques écus sur le comptoir avant de se saisir du collier. Yahto avait l’impression de regarder une inconnue tant il était surpris.

Son amie revint vers lui puis déclara qu’elle s’était tout simplement contentée de négocier et que le bijou ne valait en rien ceux vendus dans la capitale. Il ne savait pas quoi répondre à ça. Il ne connaissait pas vraiment la valeur de ce genre de breloque, pour être honnête et ne s’y intéressait guère (sauf pour en offrir en cadeau soit à la princesse, soit à sa petite amie, Adelyn). Puis, Aemi changea drastiquement de sujet, désirant voir les traîneaux à chiens qui avaient été affichés à l’entrée du petit village.

- Je ne doute guère du fait que cet homme voulait t’escroquer, fit-il prudemment alors qu’il marchait à ses côtés vers l’est du petit bourg, mais tu as manqué un peu de doigté dans ta négociation, Aemi. Je t’ai connu beaucoup plus diplomate que ça…

Puis, à voir le regard qu’elle lui lançait, il comprit qu’il devait arrêter cette discussion immédiatement avant de risquer une prise de bec entre eux deux. Il se racla donc la gorge pour reprendre contenance, puis décida de changer d’attitude. Ce n’était pas ce petit accroc qui allait gâcher leur journée, si? « D’accord, n’en parlons plus » déclara-t-il tout simplement en souriant. Il prit alors le bijou des mains de la jeune fille et l’admira un instant. Il défie l’attache puis fit mine de vouloir glisser ce dernier autour du cou d’Aemi. Il attendit son autorisation puis s’exécuta. Le fin flocon de neige trônait à merveille près de sa gorge délicate.

- Il vous va à merveille, princesse, dit-il avec une courte révérence amusée. Vous êtes tout simplement magnifique.

Il lui fit un clin d’œil, puis reprit sa marche en sa compagnie, tentant visiblement d’alléger l’atmosphère. Leur progression dura quelques minutes quand ils arrivèrent enfin en vue des traîneaux à chiens. Les magnifiques bêtes aux allures presque lupines aboyaient joyeusement alors que leur propriétaire inspectait leur attelage surmonté de grelots afin de s’assurer que le tout était optimal. Au total, trois traîneaux étaient disponibles, mais la foule qui s’y amassait laissait sous-entendre que l’attente serait longue avant de pouvoir profiter de l’activité. Les tintements des grelots donnaient des allures féériques à l’endroit et Yahto était un peu déçu de constater qu’il y avait autant de gens. Aemi aurait aimé ce genre de balade… Bon… il pouvait toujours s’adonner à une autre activité en attendant! Tournant la tête, il remarqua qu’ils se tenaient au bas d’une colline assez impressionnante et enneigée. Un sourire amusé trôna alors sur ses lèvres. Il nota au loin un homme qui prêtait des luges de bois à ceux qui désiraient profiter de la pente. Le lycan prit la main de son amie et l’attira à sa suite.

- Il n’est pas dit que nous attendions comme des crétins que notre tour arrive alors que nous pouvons nous amuser autrement! Nous sommes ici pour profiter du festival, pas pour attendre des heures! Déclara-t-il joyeusement. Allez, viens!

Il héla l’homme qu’il avait remarqué un peu plus tôt, puis s’empara de la luge que ce dernier lui tendit. Le garde du corps grimpa la pente avec son amie, s’assurant que cette dernière le suivait bien et ne perdait pas pied, puis s’arrête tout en haut. Il déposa la luge au sol puis vint s’installer sur cette dernière. D’où il était, il pouvait voir à quel point la descente était impressionnante. Mais c’était ça qui était amusant, pas vrai? Il regarda la princesse, puis tapota la paroi bois où il siégeait, entre ses jambes repliées, afin que l’adolescente vienne y prendre place.

- Quoi, ne me dit pas que tu as peur, fit-il avec un léger ton ironique. Allez, ça sera marrant! Et puis, rien ne peut t’arriver quand je suis là, n’est-ce pas?

Devant l’air récalcitrant de sa protégée, Yahto opta pour une autre stratégie : les yeux de chiots! Généralement ça fonctionnait! Il tira doucement sur la main de cette dernière afin qu’elle vienne s’installer devant lui puis laissa échapper une petite expression de victoire alors qu’elle obtempéra enfin. Le lycan attendit patiemment que son amie soit à son aise et passa ses jambes de part et d'autre d’elle. Il passa ensuite ses bras de chaque côté de son amie et agrippa la corde rêche qui pendait sur la partie recourbée de la luge. [Comme celle-ci, plus précisément, la deuxième image = ici] Il lui demanda si elle était prête, puis dans un mouvement de bassin, donna une poussée à leur embarcation de bois. La luge s’engagea dans la pente de neige folle et fila à toute allure! Yahto poussa un cri de joie alors qu’il contrôlait le petit traîneau de bois dans sa descente rapide. La neige poudreuse virevoltait de part et d’autre d’eux et le lycan riait à gorge déployée. Le vent sur leur visage, la vitesse de la descente, la présence de sa meilleure amie… autant de facteurs qui pouvaient le rendre franchement heureux en ce moment même. Oublié l’événement du collier! Oublié l’air maussade d’Aemi. Il ne vivait que pour le moment présent. Malheureusement pour eux, la descente se termina rapidement et la luge acheva sa trajectoire dans la neige molle au bas de la colline. Yahto se laissa renverser sur le dos puis regarda la princesse.

- Pas si mal hein? Dit-il avec un clin d’œil. Puis, il nota les responsables des attelages de chiens du coin de l’œil. Une idée germait dans son esprit. Tout près se trouvait un traîneau inutilisé – probablement de rechange au cas où un bris surviendrait. Voilà qui était intéressant. Il se redressa alors en position assise et regarda à nouveau la princesse. Quelque chose se tramait dans sa tête de guignol et Aemi le savait. Tu sais… si tu as vraiment envie de faire du traîneau à travers les boisés… pourquoi attendre que la place soit disponible? Il suffit de prendre ce traîneau-là et tu as à ta disposition ton propre chien de traction, tu sais, ajouta-t-il en désignant l’objet de bois du menton. Il suffit que je change de forme et je m’assurerai que nous profitions d’une promenade en forêt. Toi et moi savons que je suis beaucoup plus fort que ces cabots… Ah moins que tu préfèrerais que nous glissions à nouveau sur cette colline?

Un sourire malicieux était apparu sur ses lèvres. Les deux activités lui plaisaient énormément. Et puis, pour le sport attelé… il lui suffisait de s’éloigner un peu, de se dévêtir, de prendre forme bestiale et de revenir auprès de son amie avec ses vêtements qu’elle pourrait garder avec elle. Il fallait simplement lui passer du cordage autour des épaules et il jouerait les chiens de traîneau sans problème!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Sam 2 Juil - 11:01

Les reproches de Yahto lui firent faire la moue. C'était un bijou bon marché, Aemi n'allait tout de même pas le payer aussi cher! Mais en y repensant, il parlait probablement plus de la méthode que de l'acte en tant que tel. Elle soupira, consciente encore une fois du juste de ses paroles, mais refusant d'admettre ses torts. Elle pouvait faire ce qu'elle voulait, elle était princesse, et n'avait même pas de parents. Il n'était pas son père, alors il n'avait pas à s'en mêler. Elle ne reconnaissait que l'autorité de ses aînés. Et encore là... les jumeaux représentaient une forme d'autorité mais elle se gardait bien de choisir si elle obéissait ou non.

Lançant un regard noir à son ami, elle lui fit comprendre que son commentaire ne lui plaisait pas. Le message passa. Il avait perdu son air perturbé et retrouvait le sourire, elle en était contente. Avec Douhbée, il était la personne la plus proche d'elle, et le décevoir la dérangeait toujours un peu, même si elle enfouissait tout cela sous une couche de glace. Lui prenant le bijou, Temperance le lui laissa et sourit un peu, gênée malgré elle qu'il s'intéresse d'aussi près à son choix. Ça avait été plus fort qu'elle, elle le trouvait fort joli. Le voyant défaire l'attache, elle hocha la tête pour lui signifier que c'était bon et releva sa longue chevelure pour la ramener sur un seul côté afin de lui permettre de lui mettre le collier.

Elle ferma les yeux en sentant ses doigts frôlés sa peau et réprima un frisson. Rougissant un peu devant l'effet que ce simple geste lui procurait, elle regarda au sol lorsqu'il eut finit et regarda l'effet du collier sur sa gorge. Son compliment la fit rougir un peu plus et elle sourit. « Je vous remercie, Monsieur. » répondit-elle sur le même ton faussement officiel. Ils reprirent leur marche et la princesse lui prit le bras, non seulement pour que leur pas se rythme sur le même, mais aussi parce que... et bien... c'était le bras de Yahto... elle aimait bien poser sa main à plat autour de son biceps, comme si de rien était. Va savoir pourquoi! Elle se sentait bien comme cela, sa force sous la main, consciente d'être en sécurité auprès de lui.

Elle entendit les chiens avant qu'elle ne les vit, et son regard s'éclaira. Comme ils étaient beaux! Elle en voulait des comme ça! Elle laissa même percer un sourire, à l'idée que c'était des minis-Yahto. Leur allure ressemblait tant à celle d'un loup que cela les rapprochait de la forme lycane de son ami. Il y avait une belle foule, et elle soupira, en lâchant le bras de son garde du corps. Une partie d'elle voulait clamer son appartenance royale et outrepasser l'attente, l'autre désirait rester relativement anonyme et ne pas courir après les soucis. Ils étaient en temps de guerre, il y avait des espions partout. Elle soupira.

Se faisant enlever la main et tirer, Temperance leva un regard surpris sur son ami et le suivit. Les traîneaux étaient de l'autre côté, non? Attendre comme des crétins... cela la fit sourire. C'était comme sous-entendre que tous les gens là-bas étaient des crétins. Il l'encouragea à suivre, ce qu'elle fit, cherchant où il voulait en venir et tentant de ne pas s'étaler de tout son long. Même si le chemin était tapé dans la neige, il y avait par endroit des zones plutôt glissantes. Elle l'entendit hélé un homme et comprit où il voulait en venir, alors qu'il prenait la luge, elle considéra l'objet avec un certain recul. Elle regarda les traîneaux, puis la luge. Ce n'était pas exactement ce qu'elle voulait. Mais pas le temps d'y penser, le lycan l'entraînait dans la pente, et elle se laissa faire, apprécier d'avoir sa main dans celle du jeune homme. Leur pensée sur le sujet devait être totalement différente, mais elle ne s'en formalisait pas. Elle ne recherchait pas réellement l'intérêt de l'homme, seulement son contact. Du moins, pour l'instant.

Aemi le regarda s'installa sur la luge, et eut à nouveau une hésitation. Pas particulièrement concernant la luge, mais plutôt la position... L'idée d'être complètement entourée par lui la faisait rougir. Elle plaça ses mains sur ses joues pour cacher la couleur, faisant mine de se réchauffer le visage. Il lui faudrait se procurer un foulard, elle avait laisser le sien au château. Tapotant le bois devant lui, Yahto l'invitait à le rejoindre, mais elle hésitait encore. Elle fronça les sourcils quand il mentionna qu'elle avait peur. Bien sûr que non, ce n'était qu'une luge... elle regarda la pente et fit un peu la moue. Il est vrai que le trajet était plutôt impressionnant. « Et puis, rien ne peut t’arriver quand je suis là, n’est-ce pas? » Il était vrai qu'elle n'aurait pas pu avoir meilleur garde du corps... « Je n'ai pas peur. » fit-elle, d'un ton bourru. Mais voilà qu'il lui sortait son air suppliant. C'était difficile de résister à ça... elle serra les lèvres, pour s'empêcher de sourire devant la tentative... et se laissa finalement convaincre alors qu'il tirait sur sa main.

Elle lui tourna le dos pour sourire, sincèrement amusée par son attitude. Les hommes n'étaient-ils pas d'éternels adolescents? C'était sûrement Nata qui lui avait dit cela. Sentant son ami l'entourer de part et d'autres, elle rougit. « Oui, je suis prête. » Le mouvement qu'il fit ne l'aida pas à ne pas rougir et il termina de se coller à elle alors que leur embarcation prenait son élan dans la neige. L'exclamation joyeuse de son ami la fit sourire, et elle se laissa aller à l'ivresse de la descente, sans toutefois tombé dans l'excès. Elle ne cria pas, mais ria tout autant. Arrivés au bas, ils furent tout deux frappé par la rapidité de la descente. Elle sentit, avec une certaine tristesse, Yahto se décoller de son dos, elle se tourna vers lui, toujours assise, lui faisant désormais face, techniquement, puisqu'il était au sol.

« Pas si mal... »
répondit-elle, avec un petit sourire. Elle suivit son regard vers les traîneaux à chien, puis la luge. Puis il se releva et lui lança un regard... ça y est, il avait quelque chose en tête. Elle haussa les sourcils, l'invitant à prendre la parole. Il lui proposait de servir de chien de traîneau! Elle le regarda, surprise. Hum, ce n'était pas pareil qu'une joyeuse bande de chien jappant et fendant la neige... l'idée était intéressante, mais l'ambiance n'était pas la même. Il lui proposait aussi un nouveau tour de luge. L'une comme l'autre, ces idées étaient pertinentes à considérer, mais ne revêtaient pas ce dont elle avait vraiment envie : les traîneaux à chien. Elle fit la moue, hésitant entre les options.

Un cri leur parvint plus haut, ils devaient libérer la piste. Ce qu'ils firent en allant un peu plus loin. En se retournant pour lui faire face, elle lui mit involontairement le pied sur le sien alors qu'il le soulevait dans son élan... ce qui eut pour effet de la faire tomber vers l'arrière, les fesses dans la neige. L'air abasourdi ne resta pas longtemps, elle se renfrogna, la mine boudeuse, et eut une idée. « Ah ben, bravo! » lui lança-t-elle... avant de lui envoyer une balle neige fait sommairement en pleine tronche. Elle lui offrit un grand sourire, satisfaite. Mais il n'allait certainement pas en rester là! Elle poussa un « Oh ! » en sentant de la neige coulé dans son cou et fronça les sourcils en le regardant - les yeux toujours amusés. « Tu as osé! » Elle attrapa une bonne poignée de neige qu'elle lui lança sur le torse et se sauva aussitôt fait plus loin avant de recevoir un rappel!

Après s'être échangé quelques boules de neige, se cachant derrière des arbres, il finit par l'attraper par les hanches et la soulever dans les airs pour la faire cesser son attaque. Elle gloussa encore un peu et baissa les yeux sur lui. Tout à coup, elle avait envie de courber l'échine et de l'embrasser... Elle lui sourit alors qu'il lui signifiait qu'elle était prise au piège. « C'est probablement le piège le plus sécuritaire qui existe. » Ce qui n'était pas entièrement faux. Les mains à plat sur les épaules du lycan alors qu'il la tenait par la taille, un peu plus haut que sa hauteur... ce n'était pas inconfortable, elle était bien, là! Mais cela ne dura pas et il la reposa au sol. Elle s'adossa à un arbre, reprenant son souffle de leur petit jeu. Elle s'était un peu laissé aller à de vieilles habitudes... mais elle refoula son besoin de se rebeller contre les habitudes. Ils passaient un bon moment, pourquoi ne pas ajouter un événement heureux à son tableau? Il y en avait si peu depuis la mort de son père.

Aemi soupira d'aise, puis leva les yeux sur lui. Un doux sourire sur les lèvres. « Ce n'est pas que tu ne fais pas un bon prototype de chien de traîneau, Yahto, mais... j'aimerais bien que ce soit un attelage, avec les grelots, et les aboiements. Je ne sais pas... pour l'ambiance? » Levant les yeux vers le haut, il y avait toujours foule, les tours de traîneaux étaient tout de même long, alors entre chaque tours, pas plus de trois à la fois, l'attente était longue. Elle pourrait faire un tour de calèche, mais étant princesse, cela faisait presque parti de son quotidien. Hum, en même temps, elle avait envie d'une activité qui remettrait son ami en proximité. Son corps d'adolescente réclamait cette proximité qui lui était si agréable. En même temps, elle repensa aux jeux d'agilité, ce n'était pas désagréable à l'idée de le voir y participer... « Oh, et si tu allais faire des jeux d'agilité? » Elle tapa dans ses mains, l'idée la gardant de bonne humeur. « Je t'encouragerai! »
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Lun 4 Juil - 11:11

Il regardait son amie, un sourire trônant sur ses lèvres fines. Alors? Qu’allait-elle décider? Elle devait bien admettre que les deux options étaient aussi charmantes l’une que l’autre. Aemi sembla hésiter, quand soudain, un cri derrière eux leur fit comprendre qu’il devait dégager la piste. Yahto se redressa rapidement, attrapa la luge et la traîna à sa suite alors qu’il s’éloignait aux côtés de la princesse. Il remit le traîneau au responsable de celui-ci, puis s’approcha de quelques arbres. Aemi voulut se retourner pour lui faire face, mais trébucha son pied en mouvement. Résultat : la négociatrice perdit l’équilibre et s’écrasa en position assise dans un banc de neige. L’air abasourdi qu’elle afficha fit éclater de rire le garde du corps. Son expression valait au moins 100 écus! Évidemment, elle se renfrogna rapidement, puis plongea sa main dans la neige. Elle forma une balle de neige sommaire et la lança sur son meilleur ami. La princesse fit mouche, car la boule glacée alla s’écraser directement au visage du lycan! Ce dernier toussota bruyamment puis passa le revers de sa manche pour retirer les traces de neige. Ah, elle voulait jouer à ça? Yahto lui rendit son air malicieux et s’empara lui-même d’une balle de neige. Toutefois, au lieu de la lancer à Aemi comme il aurait dû le faire, il se contenta de s’approcher d’elle, de tirer sur le derrière de sa tunique et d’envoyer le petit amoncellement glacé dans son dos.

Son amie émit un immense frisson et le lycan éclata de rire. Une nouvelle boule de neige le heurta en plein torse et une bataille s’en suivit. Les projectiles fusèrent d’un côté et de l’autre alors que la princesse se cachait derrière des arbres pour se protéger. Le guerrier royal, pour sa part, se contenta d’éviter les attaques incessantes, tout en laissant quelques coups le toucher au passage (bah quoi? Il fallait bien être juste!). Il courut ensuite rapidement en direction de sa meilleure amie et alla la cueillir alors qu’elle se tapissait toujours derrière le tronc d’un sapin. Il entoura ses hanches de ses bras, puis la souleva de terre en la faisant tournoyer autour de lui. Le rire de Temperance était le son qu’il préférait sur terre et il espérait honnêtement qu’ils auraient bon nombre de moments comme celui-ci dans le futur. Levant la tête, il planta son regard dans celui de l’adolescente, un sourire toujours aux lèvres.

- Tu es prise au piège! Fit-il enfin. Ce qui fait de moi le gagnant de notre terrible bataille!

Elle déclara se sentir en sécurité, ainsi coincée, et Yahto gloussa. Ils restèrent comme ça un instant avant qu’il ne la repose au sol. En fait, le lycan n’avait aucune idée de l’effet qu’il faisait à l’adolescente, voyant encore celle-ci comme la gamine qu’elle n’était plus. Une sorte de petite sœur. Bien qu’il adorait toujours autant sa compagnie et s’ennuyait lorsqu’elle était absente trop longtemps, il considérait toujours celle-ci comme sa meilleure amie, ne se doutant absolument pas de ce qui était tranquillement en train de naître en lui…

Aemi était maintenant adossée à un arbre et reprenait son souffle. Elle leva ensuite son regard sur lui et déclara que l’idée des traîneaux était davantage alléchante pour son ambiance que pour les bêtes en tant que telles. Ainsi, elle déclina gentiment son offre et le guerrier se contenta de hocher de la tête en guise de compréhension. Et puis, à voir la file d’attente qui ne diminuait que très peu, il était probable qu’ils ne puissent avoir accès à l’activité convoitée avant un bon moment. Aemi suggéra donc de jouer aux jeux d’adresse et Yahto eut un sourire. D’accord, elle avait envie de le voir gagner un truc. Il n’était pas contre! Le lycan hocha donc la tête de nouveau, puis tendit son bras à son amie afin de reprendre la marche ensemble. Ils s’éloignèrent donc de la colline et s’aventurèrent de nouveau au niveau des kiosques marchands. C’était à cet endroit où se trouvaient les jeux souvent tant convoités. Le regard de Yahto se promena sur les étalages et s’arrêta à un jeu de force plutôt sympa. Un forain lui fit signe de s’approcher et lui expliqua la façon dont le tout fonctionnait. C’était plutôt simple : il remettait une masse à Yahto et ce dernier devait frapper de toutes ses forces sur une petite plateforme de métal. Cette dernière propulsait une languette de métal attachée à un long socle de bois et allait heurter la cloche toute en haut, advenant le cas où il frapperait assez fort. S’il réussissait à faire tinter la cloche, un cadeau lui serait remis. Le lycan jeta un regard à son amie avec un sourire en coin, puis sortit un écu qu’il remit au forain. Il prit le manche de la masse entre ses mains puis la balança sur son épaule droite alors qu’il s’approchait de la cible dessinée au sol. Il campa solidement ses jambes au sol sur le dessin puis ramena à nouveau ses deux mains sur le manche de bois. Il se donna ensuite un élan et frappa la plaque de métal de toutes ses forces. La languette se propulsa rapidement dans les airs et alla frapper la cloche de plein fouet. Un sourire glorieux aux lèvres, il regarda l’adolescente et lui adressa un clin d’œil. Le forain le félicita, puis lui remit un petit bracelet de cordelettes satinées bleues surmonté d’un médaillon cuivré où un flocon de neige était gravé, sigle du festival hivernal. Le guerrier revint ensuite vers son amie et lui tendit le petit bijou. Oh c’était du toc, mais c’était le geste qui comptait, pas vrai?

- Ça ira avec ton collier, fit-il tout simplement, bien qu’il ne soit pas aussi joli.

Il repéra ensuite un jeu d’agilité où il fallait lancer des dards dans une cible. S’il réussissait son coup, il gagnerait une sucrerie. Yahto étant un ventre de nature ne se fit pas prier. Il désigna donc le kiosque du doigt puis s’en approcha, les mains dans les poches. Il sortit un écu et le donna au nouveau forain. Ce dernier lui remit cinq dards métalliques surmontés de plumes rouges. Trois cibles de différentes grosseurs étaient dessinées sur un muret de bois. Il devait toucher chacune des cibles afin de pouvoir remporter le prix. La première cible était plutôt grosse et il l’atteignit du premier coup. La deuxième de taille moyenne lui demanda une concentration plus élevée, mais il réussit néanmoins à l’atteindre sans trop de problèmes. La troisième cible, elle, était beaucoup plus petite et trônait dans le coin supérieur droit du panneau. Il lui restait trois dards et il rata son premier essai. Il se concentra à nouveau, puis rata une deuxième fois, mais de peu cette fois. Il ne lui restait qu’une seule tentative. Il tenta de se concentrer quand il entendit Aemi discuter avec quelqu’un derrière lui.
« Serait-ce possible que l’une des déesses du panthéon ait enfin décidé de descendre sur terre pour me gracier de sa beauté? » fit ce qui visiblement était un garçon de l’âge d’Aemi. Mais c’était quoi cette phrase de drague à la con? Il se la pétait, ce gamin! Tournant rapidement la tête, Yahto vit donc un adolescent à peine plus vieux que la princesse se tenir à ses côtés, ses cheveux bruns en bataille et ses yeux bleus lui donnant des airs de beaux gosses que le lycan n’appréciait pas particulièrement. Ce dernier prit la main de la princesse et y posa un baiser. Ce roturier croyait vraiment gagner le cœur de la princesse avec de belles paroles merdiques et un peu de galanterie? Le garde du corps n’allait pas laisser les choses se passer de la sorte. Il ramena son attention sur la cible, puis lança le dard qui s’y jucha en plein centre. Le forain lui remit alors une pâtisserie torsadée recouverte d’un sirop sucré et fourrée à la confiture de groseilles. Yahto le remercia puis revint lentement vers le duo, analysant la situation avant d’agir.

Il ne pouvait se présenter comme étant le garde du corps d’Aemi, puisqu’ils avaient convenu qu’ils passeraient incognito. Autrement, leur couverture serait percée à jour et Aemi ne semblait pas avoir envie de trop attirer l’attention. De plus, les deux amis n’avaient pas grand-chose – physiquement – en commun, ce qui écartait également l’idée du grand frère protecteur. Bah, il allait improviser. De toute façon, Aemi ne semblait pas trop savoir sur quel pied danser avec ce gamin. Il marcha donc jusqu’aux deux adolescents, puis se posta près de Temperance. Il déchira la torsade en deux, puis en tendit une moitié à cette dernière.

- Excuses moi, je peux t’aider? Fit-il en plantant son regard marrons aux reflets dorés sur l’adolescent de 17 ans (tout au plus). Il mordit ensuite à belles dents dans sa pâtisserie et haussa un sourcil alors que le « don Juan » semblait chercher ses mots. Sasha, est-ce qu’il t’importune? Continua-t-il en regardant son amie. Certes, c’était un nom factice, mais le nom d’Aemi était connu de biens des gens, il ne pouvait donc pas se permettre de l’appeler ouvertement par son prénom, au cas où des gens malintentionnés les surveillaient.

- Pardonnez-moi, mademoiselle, fit le gamin d’un air bredouille. Je ne pensais pas que vous aviez déjà un petit ami! Heu… Elle est très belle, monsieur! Je voulais simplement la complimenter… heu… d’accord, j’y vais…

Le jeune homme s’éloigna, se grattant l’arrière de la tête avec un air embarrassé. Yahto, pour sa part, jeta un regard à la princesse.

- Quoi? Fit-il. Mais je n’ai rien fait, je voulais simplement m’assurer que tout allait bien! Il a supposé des trucs tout seul, ce n’était pas mon but de le faire fuir! Bon… il mentait un peu et son sourire en coin voulait tout dire. Mais il se contenta de terminer son dessert avec une expression de satisfaction. Et puis, c’est quoi cette phrase de drague boiteuse qu’il t’a servie? Y a mieux pour flirter avec les filles… Dis-moi, tu te fais souvent aborder par des jeunes hommes comme ça? Je veux dire… c’est de ton âge maintenant! Tu me le dirais si tu avais un soupirant, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Jeu 7 Juil - 21:12

Aemi fut satisfaite, et absolument pas surprise, que son ami accepte l'idée. Il lui tendit le bras, et elle le prit avec enthousiasme, posant sa main à plat sur son biceps, comme elle le faisait toujours maintenant, aimant sentir son muscle saillir selon ses mouvements. Elle laissa Yahto choisir, et celui-ci se dirigea vers un endroit où se trouvait un drôle de poteau orné d'une cloche. Il fallait frapper sur la plaquette et faire sonner la cloche. Ça n'avait pas l'air si difficile. Mais quand elle vit le gros objet qu'il devait soulever pour y parvenir, elle retint son souffle. Le voir soulever cela... elle aurait préféré que cela se fit torse nu, comme quand il s'entraînait. C'était un délice pour les yeux. Des yeux chastes, bien entendu.

La cloche tinta, elle tapa dans ses mains pour le féliciter. Yahto reçut son prix et le lui offrit. Elle tendit le poignet pour qu'il le lui mette lui-même. Il remonta donc légèrement sa manche et attacha le bijou. Elle sourit en sentant ses doigts sur sa peau. Il était si fort et délicat à la fois! Elle soupira d'aise. Toujours tout sourire, elle le suivi vers le prochain jeu qui attira son attention. Comme il avait besoin d'espace pour se concentrer, elle se tint à quelques pas, très attentive. Mais alors qu'il restait un dard au lycan, quelqu'un attira son attention, et lui adressa un compliment qui la fit rougir. En fait, difficile de dire si c'était son sourire ou sa phrase qui la fit le plus rougir. Elle n'était pas insensible à son charme.

Peu habitué aux dragues publiques, elle ne connaissait pas les phrases toutes faites, et ne se doutait pas qu'il avait du la répéter des centaines de fois. C'est qu'elle était plutôt naïve sur ce point. Étant la cadette de la famille, on la voyait encore comme une jeune fille innocente, malgré les pensées qui lui traversaient désormais l'esprit. Un peu d'éducation ne lui ferait sans doute pas de tort sur ce domaine! Elle se fit faire un baisemain qui la fit glousser légèrement. Elle était habituée, mais pas à l'extérieur du château. Le fait de se faire abordé de la sorte, alors qu'elle n'était, ici, pas une princesse, lui donnait chaud au coeur.

Il lui demanda ensuite si elle était libre. Libre de quoi? Elle pencha la tête sur le côté, incertaine. Elle n'était pas un esclave, mais elle doutait que ce fut là sa question. Il lui demandait si elle était occupée, peut-être? Voyant qu'elle hésitait à répondre, il renchérit en lui disant qu'une si jolie demoiselle ne passait pas inaperçue, et n'eut pas le temps de poursuivre sa tirade, car Yahto arriva, se postant près d'elle et lui tendant un morceau de sa sucrerie. Elle leva un regard interrogateur sur lui, alors qu'il s'adressait de façon plutôt cavalière à son interlocuteur. Yahto lui demanda si il l'importunait. Au mot « Sasha » elle haussa les sourcils. Sasha? Et puis quoi encore! C'était le nom d'une de ses petites copines, peut-être? Il aurait pu lui sortir de quoi de beaucoup plus joli. Ce nom n'avait aucune classe. Elle soupira en secouant la tête négativement.

Le garçon s'excusa et fila, avant même d'avoir pu se présenter. Elle ne connaissait même pas son nom! « Eh, att... » le reste se perdit dans le vide, il était déjà loin. Elle soupira et se tourna vers son ami. Aussitôt, il se défendit... avec un sourire. C'était évident qu'il n'était pas honnête, et ne cherchait même pas à être crédible. Une petite part en elle lui soufflait qu'il la voulait pour lui tout seul. Même si ce n'était certainement pas vrai, cela lui fit monter le rose au joue et l'incita à lui pardonner. Elle jeta un oeil à sa collation, que lui avait déjà enfourné. Cela lui dégoulinait sur les doigts... il aurait pu prendre des mouchoirs.

Elle soupira en entendant ses questions. Des soupirants? Non, mais elle aimerait bien! Ce n'était pas la première fois qu'on l'abordait, mais la première hors du château. Quoique... il avait cette fois... elle rosit un peu plus, et tendit le bras pour enfourner la confiserie dans la bouche de Yahto, avant qu'il en rajoute. « Tu l'as gagné, moi je n'en veux pas, mais merci. » Elle lui fit un sourire amusé alors qu'il se débattait avec la grosse bouchée. Il n'avait qu'à l'ouvrir moins grande quand il parlait! Son « Hein? » s'était drôlement terminé avec cette pâtisserie.

Elle lécha le surplus qui lui avait coulé sur les doigts et termina par mettre les doigts un à un dans sa bouche, en toute innocence, puis elle s'essuya sur son mouchoir qu'elle sortir de sa poche. « Maintenant je suis toute poisseuse... » Elle soupira et releva la tête vers lui, dans un mouvement qui rejeta sa longue chevelure bleutée, attachée par deux couette chaque côté de sa tête comme elle le faisait souvent, derrière ses épaules. « Je dirais pas souvent, mais ça m'arrive oui. » Elle releva le menton, en signe de défi. Il ne croyait tout de même pas qu'elle était si laide que cela! Il ne la trouvait pas joli? Cette idée la fit se renfrogner. « Je vois pas pourquoi je te le dirais. Tu ne me l'as pas dit, toi, avant de t'engager avec cette... Adula... Adopha... ou peu importe. »

Elle lui tourna le dos. « Je ne suis pas aussi terrible que tu sembles le croire. On m'aborde BEAUCOUP, tu sauras! » Tss, et puis quoi encore, elle essayait de le rendre jaloux, peut-être? Comme si ça pouvait fonctionner! Elle croisa les bras sur sa poitrine et fit la moue. Elle n'était pas aussi jolie et voluptueuse que sa Adomachin, mais elle avait le mérite d'avoir de la classe et une grâce princière, elle. Sans attendre une réponse supplémentaire, elle avança droit devant elle, à grands pas, les poings serrés. Une gamine, quoi. Mais faudrait pas lui dire. Elle n'alla pas bien loin avant que Yahto la rattrape, mais il n'eut pas le temps de lui mettre la main sur l'épaule qu'elle se sentit happée par le côté.

Elle grimaça. « Vous me faites mal au bras... » et s'interrompit en regardant qui était la personne en question. Il y a des choses à quoi on s'attend quand on est une princesse et qu'on fait une sortie incognito, mais si elle devait s'attendre à ça, elle ne l'aurait pas cru. D'un autre côté, c'est vrai que quelqu'un de bien avisé était parfaitement capable de la reconnaître. La princesse avait quelques traits à elle, et cette chevelure ainsi que ses yeux d'un bleu sombre. Alors que ce soit ennemi, ou ami, si quelqu'un était équipé pour la retrouver, il en avait les moyens. Comme la personne qui se plantait devant elle en ce moment.

Elle se fit serrée dans ses bras, et répondit à son étreinte. Si ce n'était pas Thomas! Elle recula après l'accolade, histoire de demeurer dans la bienséance, et sourit au jeune homme. C'est sur cela que déboula Yahto.

[HJ: Tu peux le manipuler si tu veux, c'est un gars qui fait la cours à Aemi au château, un noble bien placé, bien né, et plutôt beau garçon, bien qu'un peu maigrichon (surtout comparé au beau corps de Yahto, roaw.]

Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Lun 11 Juil - 11:45

Un sourire s’esquissa sur ses lèvres alors qu’il constata que sa jeune protégée avait les joues rougies à la suite de ses questions. Oh? Avait-il frappé dans le mille? Elle avait réellement des soupirants et avait omis de lui en faire part officiellement? Ouvrant la bouche pour ajouter quelques propos, Yahto fut surpris lors qu’Aemi lui enfourna sa part de la pâtisserie directement dans la bouche en déclarant qu’elle n’en voulait guère. Bon, ce n’était pas pour lui déplaire, mais la bouchée était franchement très grosse! Il la mastiqua avec difficulté pendant qu’Aemi se léchait les doigts en toute innocence pour finalement s’essuyer sur son mouchoir de poche. Rapidement, le lycan plaqua une main sur sa propre bouche (toujours pleine) alors qu’un gloussement se faisait entendre en voyant la mine déconfite de Temperance qui avait les mains collantes à cause du sirop de la pâtisserie. Avoir la bouche ouverte alors qu’elle était remplie de nourriture, c’était foutrement dégoûtant, donc il s’arrangeait pour éviter de montrer ce spectacle à tous vents.

Le guerrier avala finalement sa bouchée – non sans difficulté – puis sourcilla alors que la jeune femme de 15 ans s’emporta pour une raison inconnue. Pourquoi arborait-elle cet air renfrogné alors qu’elle riait un peu plus tôt? Qu’avait-il fait d’inconvenant cette fois? Et voilà qu’elle lui reprochait de ne pas l’avoir mise au courant au moment où il avait décidé de former un couple avec la chevalière.

- Adelyn, la corrigea-t-il d’une voix perplexe alors qu’elle déformait allègrement le nom de la fée. Mais je ne suis pas princier moi. Je ne suis qu’un serviteur et mon choix de partenaire n’influence en rien les affaires du pays…

Elle balaya visiblement sa réplique du revers de la main, car elle lui tourna le dos d’un air boudeur, les bras croisés sur sa poitrine. Elle lui fit de nouvelles remontrances et déclara qu’on l’abordait énormément. « Mais je n’en doute pas Aemi… et je n’ai jamais dit que… » Il n’eut jamais le temps de terminer sa phrase, car la princesse marchait maintenant droit devant elle d’un air furieux. Mais quelle mouche l’avait-elle piquée?! Et puis, il ne pouvait pas la laisser s’éloigner seule dans cet état! Il fallait régler le tir et vite! « Aemi, attends! » Il courut à sa suite, zigzaguant parmi les villageois pour rattraper la princesse. Il tendit la main pour se saisir de son épaule, quand soudain, la jeune femme fut brusquement tirée sur le côté. Le cœur du garde du corps ne fit qu’un bond et il tourna vivement la tête pour voir un homme traîner l’adolescente à sa suite. Instinctivement, un grognement retentit du fond de sa gorge alors qu’il s’élançait à leur suite. Ce connard allait payer pour avoir osé poser la main sur Aemi! Son regard ne faisait le focus que sur l’agresseur et la princesse, ne voyant rien autour d’autre autour de lui. Le lycan partait en chasse. Heureusement pour lui, la poursuite fut de très courte durée et il freina rapidement sa course alors qu’il tomba sur une scène à laquelle il ne s’attendait guère : Aemi était blottie dans les bras d’un garçon plutôt grand, quoiqu’un peu maigre, à l’écart de la foule. Cette dernière recula lentement et regarda son interlocuteur, un sourire aux lèvres. Pour sa part, Yahto bouillonnait de colère. Il avait réellement eu peur, l’espace de quelques instants. Tout ce qu’il avait envie, c’était d’éclater la gueule à cet impertinent jeune homme qui avait osé traîner Aemi à sa suite comme s’il ne s’agissait que d’une vulgaire poupée de chiffon.

- Vous ne manquez pas de culot! Tonna-t-il d’un air furieux en marchant vers lui. Vous osez porter la main sur elle et la traîner de force, comme si ce n’était qu’une vulgaire roturière. Puis, il agrippa l’encolure de l’homme et l’éloigna sans ménagement de la princesse avec une fureur incommensurable. Je vais vous faire regretter votre ges…

Et il réalisa alors à qui il s’adressait au moment où il reconnut cet homme qu’il traînait sans ménagement. Un bellâtre blond d’environ 18 ans, aux yeux argentés et avec des vêtements d’une qualité exceptionnelle. Une gueule de demi-dieu qui plaisait énormément aux femmes. C’était Thomas Delmar, fils du conte Delmar. Il résidait au château depuis quelques semaines pour faire affaire avec la Reine et le lycan l’avait vu faire la cour à Aemi à quelques reprises au palais. Un sang bleu… souillé par les mains d’un vulgaire serviteur. À côté de lui, le garde du corps n’était qu’un rustre qui ne méritait que peu d’attention. Yahto se figea et ouvrit la bouche pour se confondre en excuses, mais rien ne sortit. Il relâcha rapidement sa poigne sous le regard courroucé de Thomas puis recula lentement, visiblement embarrassé. Le noble jeune homme replaça sa tenue et revint se poster près de la princesse.

- Pardon je… je croyais que vous étiez… enfin… bredouilla le guerrier lycan qui, en ce moment, aurait préféré s’enfoncer dans le sol plutôt que de rester là comme un imbécile fini devant un homme qui valait beaucoup plus que lui. Je n’aurais pas dû…


- Non, vous n’auriez pas dû, siffla Thomas d’un air vindicatif. Si cet incident venait à faire échos aux oreilles de mon père, vous seriez très sévèrement puni. Vous avez beau être le garde du corps de Lady Aemi, ça ne vous donne aucun droit sur ma personne. Alors, disparaissez de ma vue pendant que je m’entretiens avec sa majestée!


La réplique cinglante frappa le lycan de plein fouet qui resta bouchebé devant cet ordre plutôt clair. En avait-il seulement le droit? Yahto jeta un regard à la volée à Aemi au moment où le bellâtre lui prit la main pour y déposer un baiser et la couvrir de compliments tous plus flatteurs les uns que les autres. Le mec était un fin parleur… Ce n’était pas pour rien qu’il avait autant la cote auprès des filles. Les bras ballants, le jeune homme aux cheveux marron regarda le « couple » s’éloigner alors que Thomas attirait doucement Aemi à sa suite, en direction des festivités. Yahto avait la gorge serrée en les regardant s’éloigner, ce qui devait lui donner des airs de chien battu. Les mains dans les poches, il marcha à leur suite en s’efforçant de garder bonne distance entre eux sans toutefois les perdre de vue. Il voulait respecter la volonté du conte, mais il était tout de même hors de question qu’il quitte le village et laisse Aemi sans la moindre protection. Dans sa tête, il ressassa sa journée passée avec l’adolescente et il chercha mentalement le moment où il « avait échoué ». C’était pourtant une super journée, non? Ils s’étaient bien amusés et sa protégée avait affiché des airs empreints de bonheur… Alors où avait-il foiré?

Comble de l’irritation, il vit le couple s’approcher des traîneaux à chiens où une foule s’y amassait toujours. Visiblement, Sir Thomas usa de son titre pour passer devant tout le monde, car les gens se tassèrent pour leur faire place. Et merde! S’ils quittaient avec l’attelage de chiens, il les perdrait de vue pendant un bon moment! Il ne pouvait pas se permettre une telle chose. Yahto se rua dans le boisé tout près et s’empressa de se dévêtir. Vite vite! Avant qu’ils ne soient bien installés! Malgré sa nature lycane, le jeune homme n’était pas totalement insensible au froid, du moins, pas sous forme humaine! Il frissonna donc en sentant ses pieds nus s’enfoncer dans la neige… surtout lorsque… enfin… lorsqu’il se débarrassa de son pantalon. Et merde! C’était froid!! Il étala sa cape au sol, y rassembla ses vêtements et referma le tout pour en faire un baluchon. Il prit ensuite sa forme lycane et de ses grosses pattes tout de même agiles, noua le paquetage autour de sa taille. Il était fin prêt.

Il enfonça donc ses quatre pattes au sol et s’élança au moment où le traîneau détala sur les sentiers, devant lui. Évidemment, il garda ses distances afin de ne pas se faire voir… Mais pourquoi était-il si méfiant? Pourquoi avait-il envie, malgré tout, de foutre une raclée à ce beau gosse…? C’était pourtant un bon parti pour Aemi… Que de sentiments contradictoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Lun 18 Juil - 12:15

L'arrivée de Yahto la fit tressaillir. Il était fâché. Aemi comprit en le voyant arrivé qu'il devait prendre Thomas pour quelqu'un qui avait voulu la courtiser à l'écart -c'était un peu ça en fait- ou pour quelqu'un qui l'aurait enlever. Elle était partagée. Autant elle fut impressionnée par la façon dont son garde du corps tança le coupable, -il prenait sa défense avec une énergie toute virile!- autant elle trouvait qu'il allait un peu loin en empoignant l'homme de la sorte pour un geste aussi futile. Puis il y eut un moment de flottement, elle se mordit la lèvre inférieure, un peu inquiète en voyant comment le noble était de mauvaise humeur face à cette agression. Elle ne voulait pas qu'il punisse le lycan.

À la façon dont il revint vers elle, la princesse se demanda d'où lui venait cette possessivité. En parlant de Thomas, bien entendu. Cette façon de se replacer, droit, à ses côtés, comme si elle était sienne, rejetant Yahto, qui avait pâli, comme s'il n'était pas à sa hauteur... elle ne se souvenait pas de la dernière fois qu'elle l'avait entendu bredouillé de la sorte et elle sentit son coeur se gonfler pour cet ami en mauvaise posture. Elle fit un mouvement mais le ton cinglant du noble coupa son geste. Si Thomas repartait dans cet état d'esprit, il s'assurerait sûrement que Yahto reçoive un mauvais traitement.

Temperance se sentit stupide d'avoir mis son ami dans l'ennui, mais si ce n'était pas réellement sa faute, il avait agit un peu trop sur le vif, comme à son habitude. Et Thomas, digne de sa caste, installait une supériorité toute superficielle au-dessus du lycan. Selon elle, c'était tout aussi déplacé que cette façon dont il s'était fait agressé. Devait-elle prendre le bord de Yahto et risque de froisser le noble, ou pencher vers le blondinet en laissant son ami à son apitoiement? Hésitante, elle baissa le regard sur le baise-main qu'elle recevait, ne voyant pas le regard que lui jetait le garde du corps. Elle rougit sous le poids des compliments.

Quand il lui tendit le bras, en prenant même sa main pour l'y posé devant son hésitation, Aemi se dit que ce ne serait pas plus mal de le suivre, afin que Yahto ne subisse pas le châtiment de la mauvaise humeur que provoquerait un refus. Et puis, elle n'était pas insensible à son charme, même si dans son idée, cette journée était au lycan, et elle ne voulait pas la partager avec d'autres... cette certitude la fit soupirer. Thomas interpréta mal ce soupir et lui demanda si « le lycan » était toujours aussi pénible. Elle secoua la tête négativement en tournant la tête vers l'arrière, pour jeter un oeil à celui-ci qui suivait, un air renfrogné au visage.

Elle haussa les épaules. « Il ne l'est pas. Il faut dire que me tirer dans la foule en sachant que je suis protéger, ce n'était peut-être pas judicieux de votre part, il lui était aisé de se méprendre. Nous sommes en temps de guerre, il ne faut pas l'oublier. » Le noble tiqua sous la remontrance, mais inclina la tête, reconnaissant ses torts, et il lui demanda pardon. Mais elle savait que le geste de son ami ne serait pas oublié pour autant. Au fond d'elle, l'avoir contraint à reconnaître ses torts était une petite victoire. Elle acceptait de faire une activité avec lui, seulement pour mieux le quitter ensuite, pas question qu'elle le suive toute la journée!

Même si elle n'était pas indifférente à la présence de ce beau jeune homme, elle se sentait coupable de laisser Yahto de la sorte. Pourquoi? Une question qui impliquait trop de réponses ambiguës qu'elle ne voulait pas considérer. Thomas lui demanda si elle avait essayer les traîneaux à chien, un peu pensive, elle lui dit que non, sans réaliser que c'était qu'il l'y amenait. Surprise, et excitée par cette activité qui la tentait depuis le début, elle ne réagit pas et le laissa passer devant, ce qu'elle avait voulu éviter, mais il ne la fit pas remarquer, se déclarant simplement comme fils du duc. Elle lui fut reconnaissante de conserver son anonymat.

Un homme s'installa au-devant du petit traîneau pour conduire les chiens, et Thomas l'invita à s'asseoir à ses côtés avant de passer un bras sur ses épaules. Elle trouva cela un peu déplacé, mais n'y fit pas trop attention quand l'attelage avança. Après quelques minutes, elle se dit que ça n'avait pas du tout l'effet qu'elle s'imaginait, et elle se mit à regretter que ce ne fut pas son ami plutôt que le noble.

Soudain, son compagnon se tourna vers elle. Elle avait déjà senti sa main glissé dans son cou et sur son épaule, ce qui la rendait plutôt mal à l'aise, mais là, il était réellement inconvenant, elle voyait bien ses intentions. Elle repoussa sa main derrière son épaule et poussa l'autre qui s'était aventuré sur son bras. « Vous êtes inconvenant, Thomas. » Ce qui le fit hésiter. Était-ce de la résistance de pur forme? Prenant le parti d'un refus protocolaire, il insista. Elle soupira bruyamment et croisa les bras sur sa poitrine. Il était trop près, et terriblement envahissant. Comment cela aurait pu être agréable avec le torse musclé et confortable de Yahto! Ses bras puissants et sécurisants!

« J'en ai assez, je veux descendre. » Interdit, le noble la regarda, sans comprendre. Le guide, qui ne regardait pas, mais entendait -de toute façon tous les couples se badinaient à l'arrière- marqua aussi son incertitude. La neige n'était pas tapée, et ils étaient dans les bois, ce n'était pas la place pour débarquer. Passant un doigt sous son menton, il voulu la forcer à le regarder, mais elle se leva d'un bond, déséquilibrant le petit traîneau qui bascula légèrement avant de reprendre l'équilibre. Elle tomba dans la neige.

Le guide arrêta le traîneau un peu plus loin. Rouge de honte et fâchée de l'attitude peu noble du blondinet, elle pointa un doigt en avant. « Fichez le camp, je suis suffisamment capable de rentrer seule. » Évidemment, s'il avait su que c'était la princesse Aemi, le guide aurait plutôt laissé le noble sur place que celle-ci, mais vu son air, sa volonté inflexible, -et puis le village n'était pas si loin, un autre traîneau allait passé et pourrait la prendre en chemin, le guide insista fortement, Thomas aussi, mais aucun ne put la convaincre de remonter à bord.

Assise dans la neige, elle croisa les bras sur sa poitrine, bornée dans sa décision. « N'attendez pas que je me fâche plus encore, Thomas, sinon vous vous souviendrez longtemps de ce jour! Mais je vous promets de ne pas lancer de représailles si vous partez, maintenant! » Le dernier mot fut prononcé avec une emphase certaine. Avec un haussement d'épaule, le noble se retourna. Quelle caractère! Courtiser une princesse n'était pas facile, apparemment. Le guide hésita encore, mais puisque le jeune noble insistait, parlant même de son père... -c'est qu'il ne savait pas faire mieux, ce garçon- il donna l'ordre, certain qu'elle monterait dans le prochain traîneau.

Quand le traîneau eut disparu, elle soupira. « Je sais que tu n'es pas loin, Yahto. » dit-elle, ayant parfaitement conscience que son garde du corps ne l'aurait pas laisser s'éloigner de la sorte. « Et je ne veux pas en parler. » Elle se renfrogna et grelotta un peu, elle avait peur de caler jusqu'à la taille si elle se levait. Elle se demanda soudainement si il était blessé, qu'elle soit partie. Elle tint nécessaire de s'excuser. « Je suis désolée, je voulais seulement qu'il ne parte pas fâché contre toi... » Elle se frotta les bras et le chercha des yeux. D'un ton bourru, elle ajouta : « Mais il semblerait que loin des regards, Thomas n'ait plus de manières. »

Se retournant précautionneusement à quatre pattes, son bras coula jusqu'au coude après un pas. « Oh! » fit-elle, ayant passer proche de se retrouver tête première dans la neige. Elle se redressa et posa ses fesses sur ses jambes. Valait mieux ne pas bouger. Elle n'avait qu'une envie : se jeter dans ses bras et se blottir dans sa chaleur réconfortante.

Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Mer 20 Juil - 10:13

Ses pattes heurtaient la neige à une vitesse surprenante. Il zigzaguait à travers les arbres, se contentant de progresser à l’extérieur de la piste empruntée par le traîneau, désireux de passer inaperçu. C’est alors qu’il put enfin repérer l’embarcation de bois glissant dans le boisé devant lui. Il les suivit pendant un moment, quand soudain, il put percevoir – grâce à sa vue perçante – que l’homme qui accompagnait Aemi avait osé poser son doigt sous son menton pour la forcer à le regarder. Que comptait-il RÉELLEMENT faire, ce salopard?! Personne ne forçait sa protégée à faire quoi que ce soit! La réaction de la princesse fut d’ailleurs immédiate. Elle se releva dans un bond, faisant ainsi basculer l’embarcation et tomba assise dans la neige. Yahto freina immédiatement sa course et resta en retrait, à l’affût. Si ce noble connard osait relancer sa meilleure amie, alors là, il allait réellement regretter d’être venu au monde.

Figé sur place, il observa la scène, la queue dressée et le pelage de son encolure bien hérissée. Normalement, ça n’augurait rien de bon pour la personne envers qui sa colère était destinée. Aemi leur cria de foutre le camp, qu’elle allait rentrer seule sans l’aide de personne. Les deux hommes siégeant dans l’embarcation insistaient afin qu’elle vienne les rejoindre, mais la princesse était bornée et refusa catégoriquement de bouger de son siège improvisé. Les bras croisés sur la poitrine, elle lança une menace bien évidente au noble afin de le pousser à foutre le camp et ce dernier décida d’obtempérer en un haussement d’épaules. Le guide sembla hésiter à nouveau, mais le jeune homme le força à obéir, parlant de la noblesse de son géniteur. Non, mais quel fils à papa! Cette attitude répugnait le garde du corps.

Une fois le traîneau disparu, Aemi poussa un soupir et déclara tout haut qu’elle était au courant de sa présence. Était-elle sérieuse ou avait-elle simplement supposé qu’il la suivrait? Elle ajouta qu’elle n’avait pas envie de discuter de la situation actuelle et s’excusa au passage. Ainsi, elle avait accepté de le suivre uniquement pour éviter que des représailles ne tombent sur la tête du lycan? Cette déclaration le réconforta et sans trop s’en apercevoir, le canidé agita de la queue. Finalement, elle déclara que Sir Thomas n’avait que très peu de manières, une fois loin des regards, et ces propos piquèrent Yahto qui avait envie de foutre une raclée à ce petit connard de merde. Mais bon, il devait se retenir, afin d’éviter à Aemi de devoir se coltiner sa présence à nouveau. Elle tenta ensuite de se relever, mais s’enfonça dans la neige jusqu’au coude, ce qui amusa intérieurement l’immense loup. Bon, elle semblait grelotter la pauvre, il était donc plus que temps de venir à son aide.

Dans un mouvement lent et calculé, le lycan se présenta dans le sentier battu puis s’avança vers sa protégée. Il se redressa ensuite sur ses pattes arrières, puis de ses mains immenses et griffues, l’agrippa à la taille afin de la soulever. Il la déposa ensuite en position debout sur le sentier tapé puis planta son regard doré dans le sien. Ses oreilles étaient aplaties sur son crâne et il espérait honnêtement qu’elle ne lui en voulait pas pour son attitude un peu plus tôt, à l’égard de Sir Thomas. Il fallait dire qu’ils auraient pu avoir de gros ennuis si ce dernier avait mené ses menaces à exécution. Il étira son énorme tête vers l’adolescente et donna quelques coups de nez sur son bras, quêtant ainsi un peu d’affection et espérant se racheter. Lorsqu’il sentit les bras de son amie lui caresser la tête près des oreilles, il grogna un tantinet, de satisfaction. Il ne savait pas pourquoi, mais sous forme bestiale, il adorait se faire gratter le crâne.

Une fois les marques d’affection terminées, il tendit ses bras et serra son amie contre son corps bestial, sachant que sa chaleur allait probablement la réchauffer, quelques instants. Il baissa ensuite sa tête vers elle, lui donna quelques coups de langue sur la joue rosie par le froid puis s’accroupit au sol afin de l’inciter à monter sur son dos. Il allait la ramener près du village avant de reprendre sa forme normale. Il aida la princesse à grimper sur son dos puis attendit qu’elle se tienne fermement à lui avant de s’élancer dans la neige. Le vent froid fouettait leurs visages alors qu’ils filaient à une vitesse surprenante. Sous l’effort, le souffle de Yahto était rapide et de la buée sortait en grande quantité de ses nasaux et de sa gueule semi-ouverte. Il fallait dire que la neige poudreuse agissait comme une résistance sous ses pas. Il espérait honnêtement qu’Aemi n’était pas trop frigorifiée! Pour sa part, tout allait bien, vu son épaisse fourrure…

La course dura de longues minutes avant d’approcher enfin des maisonnettes du petit bourg où ils étaient un peu plus tôt. Yahto déposa Aemi à l’orée du bois, puis lui fit signe de l’attendre quelques instants, puisqu’il désirait reprendre forme humaine. Il s’éloigna donc au trot dans la forêt et essaya de garder une distance raisonnable qui lui permettrait de revenir rapidement si un problème survenait. Bon… le boisé était exempt de végétation vu la période de l’année et il espérait être suffisamment loin d’Aemi pour éviter d’être inconvenant en reprenant une apparence flambant nue devant elle! De ses pattes agiles, il détacha la cape qui servait de sac autour de sa taille. Il la déposa au sol, puis reprit une apparence humaine. Des frissons parcoururent son dos nu alors qu’il redevenait sensible à l’air glacial. Il déroula son paquetage, puis se saisit de son pantalon qu’il enfila tant bien que mal, passant près de tomber assit dans la neige (par Parandar, il fallait éviter à tout prix!). Il attacha sa ceinture, enfila ses bottes de cuir puis glissa sa tunique de lin blanche sur ses épaules. Il revêtit ensuite son manteau doublé de laine de mouton, ses gants noirs puis sa cape.

Le jeune homme revint en marchant vers sa compagne, ajustant son manteau par le fait même, puis s’arrêta à sa hauteur.

- Ça va? Demanda-t-il, visiblement soucieux. Était-elle ébranlée par l’attitude de Sir Thomas? Évidemment, il allait éviter d’en parler davantage, puisqu’elle lui avait fait comprendre qu’elle n’en avait pas envie. Tu as l’air frigorifiée. Remédions à ça, veux-tu?

Un sourire trônait sur ses lèvres. Puisque le ciel s’assombrissait (les moments de clarté étant beaucoup plus courts pendant l’hiver), les villageois avaient allumé des feux un peu partout entourés de plusieurs billots de bois en guise de sièges. Yahto prit donc la main de son amie dans la sienne et l’attira à sa suite. Ils se dirigèrent donc près de l’un des immenses feux et Yahto s’arrêta près de l’un d’eux. Bon, ils étaient seuls en ce moment, mais il était à parier que d’autres villageois se joindraient à eux bientôt. Des chants montaient à leurs oreilles ponctués d’une musique joyeuse. Visiblement, ils s’amusaient tous énormément. Le lycan s’installa sur l’un des billots de bois puis se saisit de son immense cape épaisse. Il fit signe à Aemi de venir s’asseoir près de lui, puis entoura ses épaules de son bras et du tissu réconfortant, ayant visiblement en tête de la réchauffer rapidement. Ainsi lovés l’un contre l’autre, ils gardèrent le silence un instant. La princesse avait appuyé sa tête contre le corps du jeune homme et ce dernier posa sa mâchoire contre le dessus du crâne de son amie. Était-elle soucieuse? Elle n’avait qu’un mot à prononcer et il ferait sa fête à ce crétin qui l’avait mise dans tous ses états.

- Tu sais, je serai toujours là, Aemi, fit-il doucement. Tu pourras toujours compter sur moi, en cas de problème. Je ne laisserai jamais personne t’imposer quoi que ce soit. Je te le promets.

Et il était plus que sincère. Il tenait à elle à ce point. Évidemment, il ignora la façon dont son propre cœur battait plus fort que la normale alors qu’il était tout collé contre Temperance. Il mettait ça sur le compte de sa frustration contre Sir Thomas. Mais s’il s’agissait d’autre chose de dissimulé…?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   Dim 24 Juil - 9:58

Quand il apparut enfin devant ses yeux, Aemi poussa un gros soupir de soulagement. Un peu plus et elle aurait cru s'être trompé, ce qui aurait en fait valut une belle crise au lycan. C'était son devoir de ne jamais être bien loin, non? Au moins assez prêt pour l'entendre crier, mais pas assez pour la voir? Bref. Il se plaça devant elle et la souleva de terre. Elle posa ses petites mains sur les grosses pattes, sur ses hanches, alors qu'il la déplaçait en sentier battu, où elle risquait moins de s'enfoncer. Étant battu par des pattes de chien, il était suffisamment solide pour soutenir sous poids.

Les yeux dans ceux de la bête, elle fit une moue attendrie. Il avait une tête de petit chien! Il la bouscula de sa grosse tête et elle gloussa légèrement avant de s'étirer pour le gratter derrière l'oreille. Il grogna et elle éclata de rire. Pourquoi tous les canidés adoraient ça? Mystère! Lorsque Temperance abaissa finalement son bras, il l'attira contre lui et elle se blottit contre sa fourrure chaude et douce, en fermant les yeux. Elle gloussa sous le chatouillis de son affection sur sa joue et se frotta la joue contre son épaule pour retirer l'humidité. Elle aurait bien aimé que ce fut de vrais baisers, de l'homme en lui, et pas de la bête...

Il s'accroupit et elle comprit rapidement ce qu'il voulait. N'étant pas très grande, elle essaya tant bien que mal de se hisser dessus, et il l'aida. Contrairement aux précédentes fois où elle avait fait cela, celle-ci la fit rougir, et elle enfoui sa tête dans ses poils. S'agrippant solidement, elle grimaça quand il s'élança. Ce n'était pas ce qu'il y avait de plus confortable, mais, c'était Yahto. Elle se resserra un peu plus contre lui, comme elle le pouvait. Le vent était glacial et lui fouettait la peau violemment. Elle essaya donc de se protéger en collant sa joue contre lui.

Après quelques interminables minutes, il ralentit et elle leva la tête pour voir qu'ils étaient revenus près de village. Il s'arrêta finalement et l'aida à descendre. Encore une fois, elle rougit, mais il dû prendre ses joues roses pour le froid, parce que... parce que c'était Yahto. Il lui fit signe et elle hocha la tête avant de se prendre les bras dans les mains après qu'il eut tourné le dos. Elle se souffla dans les mains, même gantées, et se reprit les bras à nouveau, en le regardant s'éloigner. Il s'était bien caché, mais elle put voir un bras qui s'étirait parfois au-delà le tronc. Elle rougit encore, réalisant qu'elle aurait bien aimé collé sa peau contre la sienne pour se réchauffer. Elle se détourna, avant que tout son sang ne se retrouver dans son visage. Elle avait besoin d'activer sa circulation ailleurs, aussi! Elle se frotta vigoureusement les bras et observa les alentours.

La princesse entendit son ami approcher, mais ne se retourna pas tout de suite. Quand il s'arrêta près d'elle, elle pivota, puis hocha la tête, à sa première question, puis à la deuxième. « Certainement. » répondit-elle en frissonnant. C'était surtout le visage, qu'elle avait froid. Et les mains. Un peu les pieds aussi. Ah, et les cuisses! Mais sinon, ça allait. Il souriait, elle lui jeta un regard interrogateur. Quelle idée avait-il en tête? au fond d'elle, elle espéra qu'il allait la serrer à nouveau contre lui. De toute façon, elle avait déjà le visage complètement rosi, ça n'y changerait pas grand chose!

Le garde du corps saisit sa main et l'entraîna derrière lui. Elle était un peu déçue, elle s'attendait à se blottir contre lui. Quand elle réalisa que c'était pour aller près d'un des feux, elle sourit. Voilà une idée fort chaleureuse! Il n'y avait personne d'autres, le feu avait été allumé puis ils étaient partis allumés les autres. Sans doute qu'on finirait par les rejoindre, mais pour l'instant, ils étaient comme seul au monde, dans le silence de l'hiver, avec pour seul fond le craquement du feu de bois. Et de lointains chants comme musique d'ambiance. Mais elle les entendait à peine.

Yahto s'installa et lui fit signe de venir tout près. Aemi ne se le fit pas dire deux fois. Elle alla près de lui et il l'entoura de son bras et de sa cape, elle se blottie contre son épaule en fermant les yeux. Voilà qui faisait parfaitement son affaire. Elle était si bien! C'est comme si son épaule était faite pour recevoir sa tête et son bras pour entouré ses épaules. Elle resterait comme cela toute sa vie. Comme c'était terrible de ne pouvoir immortalisé ce moment! Elle espérait que sa mémoire ne dégraderait jamais ce merveilleux souvenir. Elle bougea légèrement pour se blottir plus encore contre lui et soupira d'aise.

Il prit la parole, mais ses mots ne brisaient nullement l'instant, le renforçant plutôt dans l'esprit de la jeune fille. Elle sourit doucement. « Je sais. » répondit-elle simplement. Oui, elle le savait. Elle lui vouait une confiance aveugle et était absolument incapable de lui en vouloir longtemps. Quoiqu'il fasse, ce n'était jamais avec de mauvaises intentions. Ils se connaissaient depuis toujours! Il était un peu maladroit, mais elle ne laissait pas sa place dernièrement.

Ses mots lui faisaient le plus grand bien. Depuis ces dernières années, elle avait l'impression que tout le monde allait l'abandonner, que son monde s'écroulait, que plus rien n'allait. C'est comme si tout était pris dans de puissante vague et amenait tout loin d'elle, par pulsation sporadique qui l'effrayait de plus en plus à chaque vague, incapable de faire un mouvement pour rattraper quoique ce soit. Elle n'osait plus s'accrocher aux gens qui passent, de peur de se noyer. Sauf Yahto, il était comme une bouée de sauvetage dans cet océan de peur. À peine formulait-elle la pensée de tout lâcher qu'il la relevait sans même le réaliser. Il était toujours là au bon moment, et, souvent, il ne voyait même pas dans quel état de profonde protrastion elle était. Ou peut-être le voyait-il, mais ne disait rien, alors elle pensait que ça ne se voyait pas. Comment dire? Elle était toujours si froide en apparence. Ça n'avait pas changé de toujours, si ce n'est l'expression de ses yeux ou de son visage, que seul quelqu'un la connaissait vraiment pouvait remarquer... comme le lycan.

Elle sentie un vieux chagrin lui remonter dans la gorge et glissa son bras dans le dos de Yahto, l'autre devant, et se blottit étroitement contre lui, enfouissant son bras dans son épaule en reniflant. Incapable de rejoindre ses deux mains, elle s'accrocha tout simplement à son manteau pour les maintenir où elles étaient. « Si tu me laisses un jour, ce sera les fers ou la mer, Yahto. » fit-elle, à voix basse. Elle bougea la tête, de frottant contre lui un peu, et le serra fort pendant quelques secondes avant de relâcher en détendant ses muscles. Elle sourit, amusée. C'était une menace en l'air, ils le savaient tous deux. Quoique... Elle gloussa.

Des voix se rapprochèrent, mais elle ne lâcha pas sa prise sur son ami. Elle était trop bien. Ses longs cheveux bleus débordaient de sa cape et masquaient son visage toujours aussi rouge. Elle était trop bien, terriblement bien. C'était ici sa place, elle en était certaine. Devant ce feu, avec son ami. Elle soupira d'aise. Malheureusement, cela ne dura plus longtemps, il y avait des gens qui s'étaient pointés et qui s'éparpillaient autour du feu, une famille entre autres. Elle ouvrit les yeux en entendant les piaillements de l'enfant et sourit en entendant sa mère le gronder pour ne pas s'approcher des flammes, puis elle observa le tableau, attendrie. Elle voulait des enfants elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Solstice d'hiver [pv Yahto] [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les royaumes de Borée
» Yule, solstice d'hiver
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: