Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   Mer 29 Juin - 11:04

Il déambulait à travers les couloirs du bordel. Il avait terminé sa tâche de nettoyer la cuisine et cherchait du regard quelle autre besogne il pouvait accomplir pour le bon fonctionnement de la maison close. Axel était un garçon travaillant. Il n’avait pas peur de se salir les mains dans le but d’aider ses compagnes dans leur travail. Souvent, on lui donnait également des petits travaux connexes moins difficiles : comme par exemple, apporter une nouvelle bouteille de vin et deux coupes pour l’une des employées, refaire le lit de l’une des chambres, étendre la lingerie propre sur la corde à linges… Bref, il n’effectuait pas que des travaux manuels. Aïcha lui avait d’ailleurs confié récemment qu’elle songeait l’inclure davantage dans sa « business ». Il devait s’éduquer, car plus tard, il gravirait certains échelons, selon elle. Mais pour l’instant, il restait simplement le garçon à tout faire de 11 ans.

Passant près de la chambre numéro trois, le petit pardusse vit la porte s’ouvrir et Khaya – une elfe prostituée – se tenait dans l’embrasure. Elle lui fit signe de s’approcher et se retourna pour lui demander d’attacher convenablement son corset. Elle attendait visiblement un client important, car le vêtement satiné surmonté de dentelle noire était généralement utilisé à cet effet, puisqu’il dévoilait juste l’essentiel tout en étant d’une beauté surprenante. Axel admirait les fins filagrammes argentés qui ceignaient la taille de la damoiselle puis il agrippa les cordons noirs satinés. Il effectua un lacé habile du haut du dos vers le bas, puis commença à serrer avec force, histoire de s’assurer que la taille de la blonde damoiselle serait bien dessinée. Une fois sa tâche terminée, Khaya se retourna, le remercia chaleureusement et lui donna un baisé sur la joue. Selon elle, il était son « sauveur » et elle lui donna deux écus en guise de compensation pour son temps.

Le chaton des rues fut tout sourire en mettant les sous dans ses poches puis salua l’elfe avant de continuer de déambuler. Il en profita également pour replacer un vase précieux qui passait près de tomber puis s’arrêta devant la fenêtre tout au fond du couloir. Dehors, l’hiver battait son plein. Un tapis de neige épais trônait sur le sol et de gros flocons tombaient du ciel. Il adorait cette saison, mais n’avait que très peu de temps pour en profiter. Alors qu’il était perdu dans ses pensées, le gamin entendit une femme le héler. Il tourna la tête et vit une autre servante lui tendre deux chaudières remplies d’eau chaude. Chlomidea avait terminé son bain avant son prochain rendez-vous et la domestique avait besoin d’aide pour le vider. Axel hocha de la tête, prit les deux contenants plein à craquer puis descendit à l’étage inférieur. Il marchait doucement, de peur d’en renverser partout. Il se rendit dans les cuisines avec la ferme intention de sortir par l’arrière du bâtiment et une fois sur place, l’une des cuisinières lui ouvrit la porte pour lui permettre de passer. Le gamin l’a gratifia d’un sourire puis alla vider les contenants un peu plus loin.

Malgré la saison hivernale, la température était plutôt douce. Ainsi, vêtu de sa tunique bleutée surmontée d’un veston en laine de mouton, de son pantalon épais de couleur marron et de ses bottes en cuir, il n’avait pas très froid. Levant la tête, le jeune pardusse ouvrit la bouche et tendit sa langue pour attraper un flocon en plein vol. À entendre le vrombissement à l’extérieur des murets de pierres entourant le bordel, le gamin comprit qu’une foule s’était attroupée au marché tout près. Étant d’un naturel curieux, il déposa les contenants vides au sol, puis sortit ses griffes. Il grimpa habilement sur l’arbre sans feuille le plus près et vint s’installer sur le dessus de la rambarde de pierres pour mieux voir. Parfois, les commerçants proposaient des produits très intéressants et il aimait bien en acheter pour les offrir en cadeaux aux femmes de la maison close. Assit en indien, il observa de loin les étalages et s’étira le cou pour mieux voir alors qu’un couple passait tout près. C’est alors qu’il la remarqua. Une petite fille aux cheveux très pâles et aux oreilles de lynx. Était-ce Miya? Elle déambulait parmi les commerçants et Axel esquissa un énorme sourire. Oui, c’était elle! Ça faisait un moment, maintenant, qu’ils ne s’étaient pas croisés. Plusieurs mois, même. Il fallait dire que l’horaire du garçon était plus chargé…

Le chaton de ruelle tendit la main à côté de lui et se saisit d’une grosse poignée de neige qui trônait sur le dessus du mur. Il façonna le tout afin de former une boule compact puis se releva en position debout. Il marcha jusqu’à l’extrémité de la rambarde en direction des marchands, puis attendit que la gamine se détache davantage des passants. Les oreilles bien pointées vers l’avant, la queue battant légèrement l’air, il avait tout du chaton qui désirait s’amuser. Maintenant! C’était le moment! Il élança son bras et lança la balle de neige en direction de son amie. Le projectile vint l’atteindre en plein dos, tout près de sa nuque et Axel éclata de rire. Évidemment, l’élève d’Alombria se retourna à la vitesse de l’éclair et chercha du regard qui était l’auteur de cette attaque « sournoise » avec une expression irritée.

- Tiens donc, les chatons du palais se mêlent maintenant à la foule de roturiers des bas quartiers? La nargua-t-il, les mains dans les poches. Les ruelles ne sont pas les endroits les plus sûrs pour une damoiselle de votre qualité!

Il s’accroupit ensuite et lui envoya la main pour la saluer. Axel n’avait que 11 ans, mais il maniait les mots comme un adulte, Aïcha s’étant afférée à lui donner la meilleure éducation possible en prévision du futur. Ainsi, l’enfant était très mature pour son âge et connaissait déjà l’étiquette ainsi que la façon d’être le meilleur hôte possible. Évidemment, il savait que Miya réagirait en se faisant appeler « damoiselle de qualité ». L’enfant était un peu « garçon manqué » et aimait bien prouver qu’elle était meilleure que les garçons dans bien des domaines. Bref, Miya était une future guerrière, pas une dame de la cour. Ainsi, il ne fut pas surprit de la voir accourir en sa direction avec probablement l’intention de se venger. Il éclata de rire et détala sur son muret avec la ferme idée de jouer un peu avec son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   Mar 5 Juil - 20:51

Ce qu’il faisait froid, non d’un chien! Les autres pouvaient bien dire ce qu’ils voulaient, mais Miya était frigorifiée. On tentait de la convaincre qu’en tant que pardusse de type lynx, elle était plutôt bien adaptée au froid… or, la gamine ne voulait rien entendre. Elle était née dans le Désert et était faite pour des températures chaudes, point à la ligne. Trois ans n’avaient pas suffis à l’acclimater au climat alombrien et elle avait tendance à toujours revêtir une couche de plus que la population locale. Dans ce cas-ci, c’était plus deux. Elle avait une tunique chaude que lui avait achetée Douhbée, un petit veston à fourrure sans manches, ainsi qu’un immense foulard de laine. Celui-ci devait bien être aussi grand qu’elle une fois déroulé!

C’était donc ainsi qu’elle avait décidé de s’aventurer au village durant ce premier congé hivernal. Cela faisait plusieurs jours qu’elle s’était mise en tête d’explorer les environs seule plutôt qu’avec Ishobel ou, encore, avec sa sœur. Elle était dans une phase indépendante, quoi! Elle avait toutefois regretté amèrement son choix sur la route puisqu’elle s’ennuyait toute seule, mais elle retrouva sa bonne humeur une fois arrivée au marché. Elle s’était faite au bourdonnement de la populace depuis son arrivée au château; elle était donc moins encline aux crises de panique quand elle se retrouvait entouré d’un nombre incalculable de personnes.

Elle était plutôt excitée par la vue de toutes les marchandises offertes. Elle se souvenait encore de la fois où elle avait rencontré Ethan, ce rouquin lui ayant offert un bouquet de pensées pour lui dire qu’elle était jolie. Une petite partie d’elle se demandait si elle allait le revoir, car il n’était pas venu la visiter depuis leur rencontre. Elle trouvait qu’il faisait un bien piètre ami…

Elle était à le chercher parmi la foule quand elle sentit brusquement une sensation de froid intense la frapper dans le dos. Elle pouvait jurer que de la neige venait d’entrer par le col de sa tunique. Il va de soi qu’elle fut parcourue d’un violent frisson de la tête au pied. Voilà qui venait d’attirer son attention. Elle allait le faire payer à l’idiot qui avait osé se servir de son dos comme cible!

Les oreilles aplaties sur son crâne et les yeux plissés, elle se retourna. Son regard doré parcourait tout le paysage afin de trouver de qui se venger. Elle grondait instinctivement, mais on l’entendait à peine parmi le brouhaha environnant. Elle se mordit la lèvre inférieure en apercevant son ami de longue date. Ce chat de gouttière, et c’était dit avec affection, avait eu le culot de lui lancer une balle de neige?

- Tu parles d’une façon de saluer une amie après ne pas s’être vus depuis des mois!

Elle releva fièrement le menton face au commentaire de son camarade. Elle essayait fortement de ne pas se laisser gagner par les piques qu’il lui lançait. Elle était capable de faire preuve de patience, pas vrai? Si? Non, en fait, se faire qualifier de « damoiselle de qualité » avait fini d’acheter le peu de retenue dont avait fait preuve la pardusse. Elle n’était pas faite pour se rouler dans de la dentelle et se pavaner comme une pie devant la cour! Ah, ça, non! Elle était une fière représentante du Clan des lynx du désert, l’une des dernières, et elle était en voie de devenir chevalier. Axel méritait qu’elle lui montre de quel bois elle chauffait!

- Je vais t’en montrer une demoiselle de qualité, moi! Tu vas voir!

Oubliant momentanément le froid, l’élève se lança à quatre pattes en direction de la rambarde sur laquelle était juché le villageois. Elle passa près de déraper dans la neige, mais se rattrapa quand vint le temps de grimper grâce à ses griffes. Ses fidèles amies lui permirent de poursuivre son camarade habilement sur le muret. Elle n’avait pas l’intention de le laisser gagner. Il se pensait peut-être mieux qu’elle parce qu’il habitait dans le coin, mais elle bénéficiait de l’enseignement de Sifu Nata!

Elle le talonnait de près quand il décida de bondir au sol et de courir dans les ruelles pour la semer. Un ronronnement trouva le moyen de naître au courant de cette course folle, car la fillette aux cheveux de la couleur du sable s’amusait comme un larron en foire. Il était temps de réellement passer à l’action, pensa la gamine. Elle redoubla alors d’ardeur et bondit directement sur le dos du pardusse chat. Ils roulèrent ensemble dans la neige, riant aux éclats. Miya prit rapidement le dessus et sourit, montrant ses canines au coin de sa bouche.

- Que dis-tu de ç… Et voilà qu’elle se faisait renverser!

Elle se débattit joyeusement, réussissant à se défaire de l’emprise de son ami. C’était maintenant à son tour de détaler dans les rues moins fréquentées durant la journée. Elle tourna un coin et se dépêcha de préparer une boule de neige, qu’elle lança en pleine figure d’Axel quand celui-ci pointa le bout de son nez. Elle s’esclaffa et se laissa plaquer au sol, n’ayant pas été assez rapide pour parer le coup. Ils roulèrent ensemble une fois de plus, évitant de justesse une paysanne qui faillit leur marcher dessus. Par chance, Miya avait tiré sur le collet du garçon, qui s’était écrasé sur elle.

Par réflexe, elle se mit à licher la neige sur les oreilles de son ami en riant. Elle était pire qu’un enfant, même à son vénérable âge de neuf ans. Tout lui passait par la bouche. Elle ne se rendit même pas compte de ses agissements, son instinct félin ayant temporairement pris le dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   Lun 11 Juil - 9:19

Un sourire fendu jusqu’aux oreilles, le chaton s’élança sur le muret en éclatant de rire. Il savait que Miya répondrait à sa petite provocation! Elle était à la fois prévisible et tellement marrante. Entre le travail, l’éducation et son apprentissage au sein du bordel, le garçon n’avait que très peu de temps pour lui-même… et souvent, ce temps était consacré à dormir, puisqu’il était généralement épuisé de ses journées. Or, ce petit moment de répit de la vie adulte qu’il s’offrait était presque une bénédiction. Un gamin dans un monde d’adultes, voilà ce qu’il était. Il n’avait que très peu d’amis, alors de voir que Miya décidait d’embarquer dans son jeu lui faisait le plus grand bien.

Songeant au fait que les pierres du muret étaient un peu trop glissantes à son goût, Axel se jeta au sol, effectua une roulade dans la neige, puis se remit à courir à quatre pattes dans la ruelle adjacente en riant. Au moment où il croyait qu’il distançait sa compagne, le gamin fut surprit de se faire renverser par cette dernière. Les deux félins roulèrent dans la neige et Axel se fit rapidement dominer par son amie. Elle était beaucoup plus forte qu’elle n’y paraissait! Elle souriait à pleines dents, fière de son coup. Alors qu’elle était sur le point de le narguer, le chat de gouttière la poussa fortement sur le côté, renversant la vapeur de leur bataille amicale. Miya sembla surprise de ce retournement de situation, puis se débattit suffisamment pour pouvoir s’éclipser à son tour.

Axel éclata de rire en la voyant détaler comme si le diable était à ses trousses et se lança à sa suite. « Tu vas voir! » cria-t-il joyeusement lorsqu’il la vit tourner le coin d’un bâtiment. Il bifurqua également vers la droite, quand une balle de neige molle lui heurta le visage de plein fouet, le prenait par surprise. Sous l’effet du froid, les cheveux à l’arrière de sa tête se hérissèrent au même rythme que le pelage d’onyx de ses oreilles et de sa queue. OH QUE C’ÉTAIT FROID. Il usa le revers de sa manche pour retirer la substance glacée qui lui pendait au nez, puis bondit sur son amie qui riait maintenant aux éclats. Leur roulade précédente reprit de plus belle au point où ils faillirent entrer en collision avec les jambes d’une paysanne mécontente. Heureusement, Miya eut pour réflexe de lui agripper le collet, histoire d’éviter qu’il ne se heurte le crâne aux pieds de la dame qui s’éloignait en jurant, puis Axel fut satisfait de réaliser qu’il était enfin sur le dessus! Il la dominait pleinement, maintenant.

Les deux gamins étaient visiblement amusés de la situation et le chat de gouttière pencha la tête naturellement sur le côté alors que son amie s’affairait à nettoyer la neige qui recouvrait ses oreilles félines. Tout ronronnant, le garçon des bordels laissant l’instinct félin prendre dessus et ne bougea pas d’un poil le temps que son amie ait terminée son travail de nettoyage. Puis au moment où il croyait que tout était en ordre, il voulut se redresser, mais la gamine se tenait fermement à lui.

- Ça va, Miya! Il n’y a plus de neige, fit-il en gloussant.

Puis, voyant qu’elle était déterminée à laver ses foutues oreilles, il décida de changer de tactique. Il chatouilla la jeune fille qui se mit à se tortiller et couiner de joie sous lui. Cette nouvelle petite altercation dura quelques instants, quand Axel décida enfin de lâcher prise, voyant son amie à bout de souffle. Il roula ensuite sur le dos à côté d’elle et regarda le ciel, en silence, l’espace d’un instant. De gros flocons tombaient du ciel et le gamin ouvrit la bouche pour tendre la langue dans le but d’en happer quelques-uns, bientôt imité par son amie. C’est à ce moment précis (et totalement inoffensif) qu’Axel réalisa quelque chose : ses amies lui manquaient terriblement. Ils se voyaient trop peu, puisqu’il travaillait définitivement trop. Le gamin se redressa en position assise, puis regarda Miya avec un sourire aux lèvres.

- Tu m’as manqué, Mimi, fit-il enfin. Des moments comme ça, j’en vis trop peu et je réalise à quel point j’ai envie d’en vivre plus souvent. Il plia ses jambes et les ramena à sa poitrine à l’aide ses bras. Entre le travail et l’éducation que me fait ma mère, j’ai à peine le temps de sortir de la maison. Mais elle dit que c’est pour mon bien.

Puis, il se releva, épousseta ses vêtements pour y retirer la neige et aida son amie à se relever. Il marcha avec elle, main dans la main dans la ruelle, n’ayant pas vraiment de but ou de destination particulière. Il avait juste envie de passer du temps avec elle. Aïcha ne lui en voudrait pas pour ça, pas vrai?

- Dis-moi, comment ça va, toi? Avec l’ordre, les cours et les autres élèves… Tu t’amuses bien? Tu apprends des trucs chouettes? Ça fait un moment que je ne suis pas venu vous visiter parce que je suis trop fatigué le soir. Mais je promets d’essayer de venir vous voir très bientôt.

Il écouta ensuite les propos de son amie avec un sourire aux lèvres et il hocha de la tête pour lui signifier qu’il suivait toujours la conversation.

- Comment va Isho? Demanda-t-il ensuite. Elle s’adapte bien et tient le coup?

Dans leur déambulement, les deux chatons débouchèrent sur un petit parc au centre duquel trônait un petit lac complètement gelé. Une fois que Mimi termina son récit, Axel la regarda avec un sourire amusé, puis couru vers la marre gelée. Dès que ses pieds touchèrent sa surface glacée, il se tint solidement sur ses jambes, plia légèrement des genoux et glissa en position debout avec une facilité incroyable. Il fallait dire que les pardusses possédaient naturellement un équilibre difficilement ébranlable. Il jeta ensuite un regard à son amie.

- Tu as envie d’essayer? À moins que tu n’aies trop peur?

Un sourire de défi trônait sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   Ven 22 Juil - 16:04

L’avantage de se retrouver entre pardusses, c’était de ne pas se faire juger pour certains comportements que d’autres auraient qualifié d’étranges. Axel, contrairement à n’importe qui d’autre, se contentait de se laisser faire docilement pendant que son amie de l’Ordre des chevaliers d’Alombria s’affairait à lécher ses oreillers. Il n’avait pas crié de dégoût, ni avait-il essayé de se dérober à ce nettoyage improvisé en plein milieu du chemin. Il fallait admettre que les années avaient permis aux enfants de se rapprocher suffisamment pour que la petite lynx apprécie son camarade au point de considérer tout naturel de faire sa toilette… Quoiqu’elle était parfois un peu trop insistante, tel que c’était le cas présentement. Il lui arrivait de se perdre dans ce qu’elle faisait et ne pas se rendre compte qu’elle pouvait arrêter.

Ce pourquoi le jeune chat se vit obligé de passer à une tactique plus directe pour faire comprendre à son amie qu’elle n’avait plus besoin de continuer, car elle n’écoutait visiblement pas ce qu’il avait à dire. Ainsi, il la chatouilla, ce qui déclencha une réaction immédiate chez Miya. Celle-ci sursauta et interrompit son ronronnement. Elle garda la langue sortie un instant, à l’image du félin qu’elle représentait. Ses réflexes se mirent en branle et elle contre-attaqua, joueuse. Ses petites mains griffues essayaient de trouver un point sensible, mais son adversaire ne lui laissait pas la chance de reprendre le dessus. Il semblait mieux connaître les zones chatouilleuses.

- Arrête, Axel, ha, ha!

Évidemment, un rire accompagnait cette capitulation qui, à vrai dire, n’était jamais facile pour l’élève. Celle-ci faisait toujours son possible et n’abandonnait qu’en dernier recours. Elle s’était donc rendue à l’évidence : elle ne gagnerait pas cette partie. Ce n’était pas plus grave, elle trouverait bien le moyen de se venger de ce chat un jour. Elle ne pouvait que se contenter de reprendre son souffle pour l’instant.

Quand elle vit son copain tirer la langue afin de manger des flocons qui tombaient, les yeux de l’enfant du Désert s’illuminèrent. C’est qu’elle aussi voulait manger des flocons! S’il le faisait, ça voulait définitivement dire qu’elle avait le droit de le faire aussi. Elle s’empressa donc d’ouvrir grand la bouche et de s’étirer le cou dans une direction, puis dans une autre, plutôt que d’attendre que les flocons ne viennent à elle. La patience n’était certainement pas son point fort… La sensation froide sur sa langue ne manquait pas de la faire frissonner par moment et, immanquablement, de glousser telle la gamine qu’elle était. Jamais elle n’aurait pu vivre une telle expérience si elle était demeurée dans son royaume natal.

Elle avait la langue sortie, un début de morve au nez, les yeux exorbités parce qu’elle essayait de voir ce qui était physiquement impossible pour elle de voir, quand Axel s’assit pour la regarder. Ce qu’elle devait offrir une vue charmante, à ce moment! Ce n’était certainement pas maintenant qu’un garçon inconnu viendrait lui donner un bouquet de fleur. Elle s’éclaircit la gorge et se dépêcha pour se relever à son tour. Elle croisa les jambes et essuya son nez à la hâte du bout de sa manche. Elle fit la moue face à ses propos qu’elle trouvait tristes. Elle avait souvent tenté d’imaginer sa vie sans ses sœurs ou sans Ishobel, et elle devait admettre que le résultat était toujours des plus ennuyants. Elle imaginait alors avec misère ce que devait vivre son compagnon, mais elle savait qu’il devait être triste de ne pas avoir autant de temps qu’elle et Ishobel pour jouer librement.

- Bientôt – enfin, dans quelques années, Isho et moi serons écuyères. Nous aurons plus de chances de passer au village avec nos maîtres et seront plus libres lors de nos congés. Ça devrait être plus facile. En tout cas, moi, je vais essayer de venir te voir plus souvent! Parole de lynx! fit-elle en allant porter son poing sur son cœur. Mais, tu sais, les cours de Sifu Nata ne sont pas toujours excitants, non plus… Il faut faire confiance aux plus vieux parce qu’ils en savent plus que nous.

Par la suite, Miya accepta la main du pardusse pour se remettre sur pattes. Ils déambulèrent ensemble un bon moment, insouciants de leur destination et du temps qu’ils prenaient. La fillette au regard doré était déterminée à profiter de la présence de son ami au maximum, car elle ne savait pas quand serait la prochaine fois qu’ils se verrait. Comme il venait de le mentionner, il était très occupé avec son travail au bordel et elle, de son côté, l’était tout autant avec son éducation afin de devenir chevalier.

- Oh, ça va, ça va… Sifu Nata a enfin pris la relève de Maître Song… D’ailleurs, elle tient à ce qu’on l’appelle Sifu Nata au lieu de Maître Nata. C’est étrange, hein? Mais bon, elle dit que c’est un signe de respect. Par contre, elle nous laisse aller s’entraîner dehors! Sur ce, le visage de la lynx devint un peu plus rayonnant qu’il ne l’était déjà. On voit plein de trucs de combats, pas juste de la magie! C’est super chouette! Je crois que je vais pouvoir utiliser les mouvements qu’elle nous montre avec mon pouvoir du vent! … Il me reste juste à trouver comment, mais je crois que ça pourrait faire du dommage!

L’expression de la pardusse perdit légèrement de son éclat à la mention de sa meilleure-amie-pour-la-vie. Oh, elle n’avait pas eu de malentendu avec elle ou quoi que ce soit… Simplement, elle ne savait pas toujours comment venir en aide à la demi-lycan et elle n’aimait pas se sentir impuissante.

- Elle va bien… Enfin, je crois. La plupart du temps, je crois qu’elle aime ça autant que moi… Peut-être un peu moins pour les trucs physiques, mais elle ne laisse quand même pas sa place. C’est juste que… elle a encore de la difficulté avec sa transformation, tu vois? Il y avait ce lycan, Yahto, que nous avons rencontré, qui avait accepté de l’aider… mais elle a encore trop peur. Des fois, je me sens mal de ne pas trouver les bons mots à dire pour la réconforter… Tu devais être meilleur que moi pour ça!

Les enfants échangèrent un sourire; tous deux connaissaient la demi-lycan et le combat intérieur qu’elle menait avec sa forme de louve. Heureusement, ils ne tombèrent pas dans la nostalgie puisque le gamin eut une excellente idée en apercevant le parc. Il fallut quelques secondes pour que Miya comprenne qu’il se dirigeait à vive allure vers l’étendue d’eau gelée. Elle s’approcha en trottinant, observant son copain aller sur la glace. Elle n’avait pas la même aise que lui avec tout ce qui touche à l’hiver, mais elle devait admettre que ça semblait amusant. Cependant, il venait de la piquer à vif en insinuant qu’elle serait peut-être trop froussarde pour se lancer à son tour.

- Quoi? Tu ne crois pas que je vais venir?

La fillette mordait à l’hameçon à chaque fois. Sans réfléchir, elle recula de plusieurs pas et se lança à la course sur le lac gelé. Ça ne pouvait pas être si compliqué que ça, quand même! Du moins, c’est ce qu’elle crut jusqu’à ce qu’elle s’aperçoive que c’était plus glissant qu’elle ne l’avait estimé. Elle laissa échapper un petit couinement effrayé, balayant ses bras dans tous les sens, pour finir par tomber et rouler. Elle fit plusieurs tentatives pour se relever, mais tomba un bon trois fois avant d’être capable de se remettre debout. Elle fusilla Axel du regard, ce dernier s’amusant bien de la voir tomber.

- Plutôt que de rire de moi, tu devrais me montrer comment bien glisser! se plaignit-elle.

Elle s’approcha tant bien que mal de son compagnon, une jambe glissant parfois dans une direction qu’elle ne devait pas. Ce serait un miracle si elle ne se cassait pas un membre d’ici la fin de la journée. Dès qu’elle eut le pardusse à proximité, elle s’agrippa à lui comme si sa vie en dépendait.

- Je ne sais pas comment tu fais pour être aussi à l’aaaIIISE!

Elle n’eut pas la chance de terminer correctement ce qu’elle voulait dire qu’elle tomba fesses premières sur la glace, entraînant le félin avec elle. « Aïe! » se lamenta-t-elle. Elle se mit à quatre pattes pendant qu’Axel se relevait, puis accepta son aide en faisant la moue. Elle tint férocement ses mains, refusant de tomber à nouveau aussi rapidement. Heureusement que son ami était de bonne humeur, car il entreprit de lui donner un tas de conseils pour qu’elle maîtrise l’art de patiner. Il dut faire preuve de patience car, même si elle avait un équilibre incroyable, elle prit de nombreuses minutes avant d’être à l’aise. Au bout d’un moment, le villageois la poussa dans le dos et elle se sentit glisser vers l’avant. Son cœur sauta un battement… puis elle se rendit compte qu’elle glissait gracieusement sur l’eau gelée.

- Regarde, Axel! Je patine toute seule! Il n’en fallut pas plus pour qu’elle éclate de rire. Il faudrait inviter Isho à venir la prochaine fois, t’en dis quoi? Oh! Sinon, je pourrais inviter Ethan!

À la mine perplexe de son copain, elle comprit qu’elle ne devait pas lui avoir parlé du rouquin qu’elle avait rencontré en compagnie de Douhbée, il y avait déjà plusieurs mois de cela. Eh bien, il était vraiment temps qu’ils se retrouvent tous les deux, dis-donc, s’il n’avait pas encore entendu cette histoire! Miya s’approcha de son ami et sorti ses griffes pour ralentir. Elle se tint après les bras d’Axel pour éviter de dériver plus loin.

- Ethan, c’est un rouquin du village. Douhbée et moi cherchions des vêtements à acheter, quand il est venu me donner un bouquet de fleurs… Mais Doubhée ne voulait pas que je mange les fleurs… Bref, il voulait être mon ami, mais au lieu de rester et me parler, il s’est sauvé! J’ai dû courir après lui. Et il était vraiment étrange : il m’a donné un bisou sur la joue! Elle grimaça, plus dans le but de faire rire son camarade que parce qu’elle avait trouvé la chose dégoûtante. C’est une façon étrange de se faire des amis, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   Ven 5 Aoû - 9:02

Un sourire amusé trônait sur les lèvres fines du chaton. Oh oui, il s’amusait follement! Et visiblement, sa simple petite pique lancée en l’air avait atteint son objectif initial : soit pincer l’orgueil de son amie. Chaque fois qu’il agissait de la sorte, elle embarquait dans son jeu tête première. C’était plutôt marrant! « Prouve-moi que j’ai tort? » se contenta-t-il de répondre à la question de Miya. Dans un mouvement de détermination, l’élève d’Alombria se recula de plusieurs pas, puis courut jusqu’à l’étendue glacée dans le but évident de glisser, ses jambes solidement campées au sol. Le seul hic était qu’elle devait fléchir les genoux pour plus de stabilité, sinon, la moindre imperfection de la glace la ferait chuter. Visiblement, elle s’en rendit compte elle-même puisque ses bras s’agitèrent de tous bords tous côtés alors qu’elle poussait un couinement effrayé. Évidemment, la gravité eut bientôt raison d’elle et la pauvre enfant chuta au sol puis roula. Axel, pour sa part, patina autour d’elle sans vergogne, les mains dans le dos et sa longue queue féline au pelage d’onyx lui servant de ballant.

Miya tenta de se relever à bon nombre de reprises avant de finalement se retrouver en position latérale. Évidemment, Axel ne manqua pas de remarquer la façon dont elle le fusillait du regard, ce qui lui soutira un gloussement amusé. Bon… après tout, ils étaient amis! Il se devait d’être gentil avec elle. Ainsi, le chat de gouttière arrêta ses simagrées et attendit patiemment que Miya s’approche de lui. Une jambe partait d’un côté, l’autre dans un autre sens… si elle continuait comme ça, elle allait réellement se faire mal! Une fois que la pardusse lynx fut suffisamment près, le jeune garçon tendit les bras et l’agrippa afin d’éviter qu’elle ne s’étale à nouveau. Elle déclara qu’elle ne comprenait pas comment il faisait pour être aussi à « l’aaaIIIse », puis tombe à la renverse, tirant sur les manches du gamin dans sa chute. Si Miya s’écrasa en position assise, Axel lui, s’étala à plat ventre de tout son long. Son souffle fut coupé l’espace d’un instant, mais il reprit rapidement contenance et ne lui en tint surtout pas rigueur.

L’élève d’Alombria poussa un gémissement de douleur alors que le gamin du bordel se relevait lentement. En fait, il planta ses griffes acérées dans la glace afin de s’en faire un point d’encrage alors qu’il ramenait ses jambes en position stable. Il se redressa ensuite, puis aida son amie à faire de même. Cette dernière s’agrippa solidement à ses mains et Axel éclata de rire en voyant son air semi-effrayé. Il lui donna plusieurs conseils pour améliorer son expérience : garder les genoux légèrement fléchis afin de maintenir son équilibre, commencer par faire de petits pas pour s’habituer, utiliser sa queue comme ballant pour plus de stabilité, etc. Finalement, après de longues minutes de théorie, il décida de la pousser doucement dans le dos afin de lui donner un élan. La gamine, au début, ne sembla pas apprécier, puis se mit à rire en voyant qu’elle y arrivait finalement toute seule. L’idée d’inviter Isho la prochaine fois était excellente, mais Ethan? C’était qui?

- Isho est la meilleure patineuse que je connaisse! Déclara-t-il avec un sourire. Elle s’est tellement entraînée pour le plaisir que plus rien n’est à son épreuve. Tu devrais la voir aller… Il réalisa alors à quel point sa sœur lui manquait. Il devait trouver du temps pour aller la voir dans les dortoirs. Et dis-moi, c’est qui Ethan?

Il était réellement curieux. Miya nota son expression, puis se rapprocha de lui afin de s’agripper et d’éviter probablement de chuter. Elle lui parla donc du gamin roux qu’elle avait croisé alors qu’elle était avec Douhbée (qui? Ah oui, sa sœur retrouvée!) et qu’il lui avait donné un bouquet de fleurs. Mais c’était quoi l’idée de vouloir les manger d’ailleurs? Visiblement, son amie avait encore beaucoup à apprendre. Et il fut ravi de voir qu’elle attirait déjà le regard des garçons. Non pas qu’il voulait absolument qu’elle vive certaines choses maintenant, mais il savait d’emblée que les garçons aimaient les filles – et vice versa – et qu’un jour, elle en rencontrerait un avec qui elle aurait des bébés. C’était l’ordre des choses qu’on lui avait dit. Mais au fond, si lui était un garçon et Miya une fille, est-ce que ça voulait dire qu’un jour ils allaient se marier et avoir des bébés? Après tout, ils étaient de la même race… Il voyait Miya comme une amie incroyablement précieuse… est-ce que c’était ça l’amour? Ne l’ayant jamais vraiment vécu, il ne savait pas ce qu’il en retournait. Et puis, il ne pouvait pas partager la même chose avec Isho, c’était sa sœur! Franchement. Axel gloussa aux propos de la jeune lynx et hocha de la tête avec compréhension.

- Bin, je crois que tu lui plais, en fait, fit-il finalement du tac-au-tac. Enfin, Dame Aïcha m’a dit un jour que les garçons qui aimaient les filles leur emmenaient des fleurs en guise de déclaration. J’en ai vu plein au bordel. Alors peut-être qu’il voulait se marier avec toi et avoir des bébés un jour? C’est ce que les garçons et les filles font, pas vrai?

Bon… se marier, c’était précoce, mais il ne faisait pas réellement la distinction encore. Il ne connaissait pas vraiment et entièrement le jeu subtil de la séduction. D’accord, il avait vu plus de choses qu’aucun gamin de son âge avait probablement vu jusqu’à présent et c’était surprit à ressentir un chatouillis dans son ventre alors qu’il observait les femmes du bordel en plein jeu de séduction. Elles étaient belles, il devait l’admettre! Peut-être qu’un jour il en marierait une, lui aussi?

- Tu te vois, toi, un jour marier quelqu’un et avoir plein de bébés? Demanda-t-il tout bonnement, curieux, en plantant son regard saphir dans l’or fondu des yeux de Miya. Moi je ne déteste pas l’idée. Je devrai surement trouver une gamine des rues, comme moi, puisque je suis un « roturier » comme on me l’a dit si souvent. Ce n’est pas grave. Le but c’est d’être heureux non?

À l’âge de 11 ans, Axel tentait de comprendre et démystifier tout ça. Mais certaines notions lui échappaient. Il allait peut-être en apprendre davantage en vieillissant. Ou alors, il poserait des questions à Dame Aïcha. Constatant finalement que sa compagne grelotait, Axel lui prit la main.

- Viens, je vais te servir un lait chaud, à la maison où j’habite. Ça te réchauffera. On a un foyer qui fonctionne en permanence, on pourra en profiter un peu.

Axel gratifia son amie d’un clin d’œil et le duo patina jusqu’aux rebords de l’étendue glacial. Le chat de gouttière attira ensuite son amie à sa suite à travers les rues et contourna un immense bâtiment drôlement luxueux. C’était le bordel en question. Il poussa l’énorme porte de bois massif et entra dans l’établissement, demandant à son amie de le suivre. Des éclats de rire montaient à leurs oreilles et des femmes très peu vêtues passèrent près d’eux en compagnie de clients. Axel ne sembla pas faire de cas de cette vue plutôt « ordinaire » pour lui. Il se contenta de retirer ses bottes enneigées ainsi que ses gants et son manteau. L’une des courtisanes le salua gentiment et posa une main sur sa tête en guise d’affection.

- Oh tu as emmené une amie avec toi? Fit-elle surprise. Elle est mignonne! Je m’appelle Jade!

La courtisane tendit la main à l’enfant, puis les salua avant de monter à l’étage. Axel entraîna son amie à sa suite jusqu’aux cuisines, ignorant certaines femmes à la poitrine dévêtue au passage. Une fois dans le lieu tant privilégié, il demanda à son amie de s’asseoir et prit une petite casserole. Il y versa du lait et mit le tout au feu. Les femmes des cuisines étaient en pause, à cette heure. Alors ils avaient la cuisine à eux deux. La chaleur du feu les réchauffait et Axel songea à préparer un casse-croûte. C’est alors qu’il nota une fournée de brioches à l’odeur alléchante de cannelle. Oh ce serait excellent! Il fit signe à son amie de l’attendre gentiment puis déguerpit dans un petit salon adjacent, réservé aux employés. Il demanda gentiment à la cuisinière s’il pouvait prendre deux brioches et cette dernière lui en donna l’autorisation avec un sourire attendrit. Il revint ensuite sur ses pas, puis prit deux assiettes dans lesquelles il déposa chacune une pâtisserie. Finalement, il sortit deux gobelets, prit un tissu pour se saisir de la poignée de la casserole en fonte maintenant brûlante et transvida le lait chaud. Il déposa la casserole dans la neige juste à l’extérieur du bâtiment, puis revint vers son amie en déposant leurs casse-croûtes devant elle. Il prit une gorgée de son lait chaud et enfourna un morceau de brioche délicieusement sucrée dans sa bouche.

- C’est la première fois que je te montre l’endroit où je vis, pas vrai? Demanda-t-il. J’avais sept ans quand Dame Aïcha m’a prise sous son aile. C’est comme ma maman, tu comprends? Je suis un orphelin. Ni plus, ni moins. Et sans elle… je ne serais probablement pas ici en ce moment. Si tu veux, un jour, je et la présenterai. Je travaille pour elle, en échange, elle me permet de manger ce que je veux, de dormir dans mon propre lit et elle me protège contre les méchants de la rue. C’est parfait, quoi. OH, si tu veux, je te montrerai ma chambre tout à l’heure! Je vis dans le pignon de l’établissement, tout en haut. La vue est vraiment magnifique.

Puis, constatant qu’il parlait peut-être un peu trop de lui, il déglutit en prenant une autre bouchée de brioche.

- Alors. Vous êtes-vous faites d’autres copains, toi et Isho? Vous côtoyez toujours les mêmes gens? OH et faites-vous des missions méga chouettes? J’aimerais faire ça un jour… partir à l’aventure. Tu crois que je pourrais venir avec vous, un de ces quatre?
Revenir en haut Aller en bas
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   Mar 16 Aoû - 16:45

La pardusse était enchantée que son anecdote avec Ethan fasse rire son ami Axel. Elle peinait encore à croire qu’elle ne lui avait toujours pas raconté cette folle histoire! Elle se souvenait de la confusion qu’elle avait ressentie face à la disparition soudaine du rouquin, après qu’il lui ait offert des pensées. Cela avait mené à une longue discussion plutôt abstraite avec sa sœur, mais la fillette en avait gardé d’excellents souvenirs. Elle demeura néanmoins perplexe quand son copain lui appris qu’Ethan lui avait offert des fleurs probablement plus dans l’optique qu’il était intéressé par plus qu’une amitié, que parce qu’il voulait simplement une amie dans l’ordre.

- Mais il est encore plus idiot que je pensais s’il voulait avoir des bébés! Il ne s’était même pas présenté. Il a fallu que je le chasse dans le village avec Douh. Tu ne peux pas te marier si tu te sauves, non?

Elle faisait mine d’être offusquée par le manque de logique du rouquin tandis qu’en réalité, elle se remémorait le discours de son aînée. Elle avait parlé de plaire et de trucs comme ça… Miya se rappelait que l’écuyère avait hésité avant de finalement lui expliquer que le garçon désirait être son ami. Était-il possible qu’elle n’ait pas osé faire preuve de la même franchise que le chat de gouttière qui se tenait devant elle? Dur à dire… Ce dernier lui demanda ensuite son opinion sur le mariage et tout le tralala qui venait avec. L’enfant du Désert n’y avait jamais songé bien longtemps, à vrai dire.

- Bah, je sais pas… Probablement… Oui, oui, je crois bien. fit-elle, plus déterminée cette fois. Elle hocha de la tête à quelques reprises en écoutant la vision de son copain. J’espère qu’elle va être jolie, même si elle est de la rue. C’était tout naturel, selon la petite, que la future épouse d’Axel soit du même niveau de beauté que lui. Et comme elle ne relevait pas encore toutes les différences subtiles entre les classes, elle ne comprenait pas qu’un roturier se situait sous elle sur l’échelle sociale. Moi, je veux un guerrier qui va être grand et fort! Comme Yahto, le garde du corps de la princesse. Il faut que mon futur mari soit un bon guerrier, pour continuer la lignée du Clan des lynx, tu vois? Douh va marier un chevalier, elle.

Évidemment qu’elle devait amener sa sœur dans l’équation. C’était la personne avec laquelle elle comparait tous les aspects de sa vie. Elle ne voyait pas Regina suffisamment souvent pour l’admirer de la même façon, non pas qu’elle n’appréciait pas l’aînée de la famille. C’était d’une façon différente, tout simplement. Et puis, de toute façon, ça crevait les yeux que Miya ressemblerait physiquement à Douhbée au fur et à mesure qu’elle gagnerait en âge.

- Mais ouais, il faut être heureux, sinon à quoi bon?

L’élève était d’avis que le bonheur était capital dans l’existence. Ce serait moche partager sa vie avec quelqu’un qui nous rend malheureux. Il n’y aurait aucune motivation pour les gens de se marier sinon… Du moins, le croyait-elle du haut de ses neuf ans. Il faut admettre qu’elle ne considérait que l’appréciation des deux personnes concernées et la joie qui en découlait, non pas le facteur monétaire ou la classe sociale.

Elle délaissa le bras de son camarade pour se frotter. Elle avait peut-être du sang commun avec le lynx, n’empêche qu’elle était inactive depuis un moment et elle se sentait grelotter faiblement. Elle n’eut pas à trembler de froid bien longtemps, car le pardusse était quelqu’un d’attentionné et il ne tarda pas à remarquer son état. Il l’invita donc au bordel pour savourer un lait chaud. Miya se lécha les babines à cette idée. Oh, il savait comment lui parler…

- D’accord! Allons-y pour le lait chaud!

Elle était franchement excitée. Elle patina en gardant en tête tous les conseils que lui avait offert son ami, à l’exception peut-être d’utiliser sa queue car, soyons francs… à la longueur de celle-ci, ça ne l’aiderait pas vraiment à garder son équilibre. N’empêche qu’elle se faufilât assez rapidement jusqu’au bord de l’étendue gelée, de quoi flatter son égo. Elle ne cessa de parler de son amélioration au patin tout au long du chemin jusqu’à la résidence d’Axel. La fillette aux cheveux de sable laissa échapper un : « Oooooh. » admiratif devant la porte en bois massif de l’établissement. Elle se sentait si petite, tout à coup! Elle n’avait pas imaginé que le bordel de Dame Aïcha serait aussi luxueux! Son copain devait mener la belle vie, ici. Elle en oublia même le froid pendant un instant. Il fallut que le chaton noir l’intime d’entrer avant qu’elle ne se rappelle pourquoi elle était là à admirer de grosses portes.

- Mais t’as vu la porte… murmura-t-elle béatement, la tête toujours tournée vers l’arrière.

Puis, la quantité d’éléments nouveaux devint elle que l’élève ne savait plus où donner de la tête. Elle regardait la clientèle variée de l’établissement mais, surtout, les drôles de tenues des femmes. Ces dernières n’étaient clairement pas allées à l’extérieur récemment pour être si peu vêtues!

- Oh! E-enchantée! Miya. répondit l’enfant en sursaut, n’ayant pas remarqué qu’une dame était venu à la rencontre du duo félin. Elle serra la main de Jade, avant de se pencher vers Axel et lui demander : C’est qui, elle?

C’était étrange comme endroit, mais tellement fascinant! La petite lynx espérait avoir la possibilité d’explorer toutes les pièces avec son camarade; du moins, dans la mesure du possible puisque des femmes travaillaient, quand même. Elle trépignait d’impatience sur sa chaise. Elle avait hâte de parler davantage avec son ami, surtout avec une bonne collation sucrée dans le bec! Elle se frotta les mains ensemble près du feu tandis qu’Axel s’affairait à leur préparer du lait chaud. Elle ferma les yeux quelques secondes pour mieux apprécier la chaleur des flammes.

- Oh, miam! s’exclama-t-elle devant la brioche à la cannelle. Elle en prit une grosse bouchée, avant de caler plusieurs gorgées de lait. Au diable, les bonnes manières! Ça faisait tellement de bien à son estomac, sans parler que ça l’aider à se réchauffer encore plus. Elle se lécha ensuite les babines pour se débarrasser du lait autour de sa bouche. Moui, ché la première fouah. Bon, parler avec la bouche pleine n’était certes pas la meilleure idée du siècle. Elle se tapa sur la poitrine trois fois pour aider à faire passer sa bouchée. C’est drôle que ta maman adoptive et celle d’Isho travaillent au même endroit. Faudrait définitivement que je lui dise merci parce que la vie serait moche sans toi. Après tout, la pardusse appréciait énormément son copain. Il manquerait un petit quelque chose à sa vie s’il devait ne plus en faire partie, voire qu’elle ne voulait pas vraiment imaginer comment ça serait s’ils ne s’étaient pas croisés lors de la cérémonie d’adoubement il y a trois ans. Puis, elle sautilla sur place à l’idée de monter dans le pignon. Oui! Je veux voir ta chambre! Tu viens toujours au dortoir, mais je ne suis jamais allée dans ton lit! … Ouais, elle ne connaissait pas le sous-entendu que ses propos pouvaient avoir dans un bordel. Par chance, il n’y avait qu’elle et Axel dans la cuisine, donc pas d’adulte pour rire de ses commentaires un peu idiots. Peut-être que je pourrais dormir ici, un de ces quatre!

L’enfant aux yeux dorés entreprit de terminer sa brioche et caler le restant de son lait chaud, avant de se lancer dans une manucure maison. À vrai dire, elle léchait ses doigts et grugeait ses griffes rétractables pour enlever le plus de collant possible. Elle écoutait néanmoins les propos de son camarade, qui s’intéressait à la vie de château de sa sœur adoptive et son amie.

- Ouais, bah… on voit surtout Sifu Nata, Ailis et Athelstan, quoi! Je vais parfois me balader avec Isho, mais on nous interdit plein d’endroits. C’est pas facile se faire des amis à l’extérieur du château… Sauf Ethan, mais il est étrange… quoique quand même gentil. Mais on a vu Yahto! Le pauvre Axel, il devait déjà connaître par cœur l’histoire de la fugue nocturne des meilleures amies et à quel point Miya bavait devant le lycan. Si Douhbée était son idéal féminin, Yahto devait être l’homme de ses rêves… jusqu’à maintenant, du moins. On n’a pas encore fait de mission, par contre. À cela, la pardusse se renfrogna. Elle aussi, elle aurait aimé parcourir le royaume. La liberté qu’elle avait avant de se faire adopter par l’ordre lui manquait parfois. On ne pourra pas partir à l’aventure avant d’être écuyers… C’est assez ordinaire. Je veux me battre, comme un vrai chevalier! Et aller partout! Et je suis certaine que quand on sera chevaliers, Isho et moi, on pourra t’amener en douce avec nous. Pi si nos supérieurs ne veulent pas, on ne leur dira juste pas!

Bravo pour l’obéissance… mais bon, la fillette brisait déjà certaines règles. Elle vivait sa jeunesse, comme on dit. Ce sera tout un défi pour son futur maître de la faire obéir et la forcer à réfléchir avant de se jeter dans la mêlée. Ceci étant dit, Miya jeta un regard en direction d’une femme qui passa en douce dans la cuisine pour se prendre une collation qu’elle amena sur un plateau. Elle avait un sourire coquin au visage, mais l’élève de l’ordre ne comprenait pas ce qui se cachait derrière une telle expression. Elle ne voyait la chose que comme un sourire espiègle, comme quelqu’un qui ne devait pas se faire prendre. Cela lui rappela que la dame, à l’image de plusieurs autres, avait la poitrine entièrement dénudée. Baissant le regard sur son torse, l’enfant se dit qu’elle devrait peut-être suivre les coutumes de la place pour ne pas paraître impolie. C’est donc ainsi qu’elle enleva son foulard, puis se mit à soulever son chandail par-dessus sa tête.

Elle faillit tomber à la renverse quand elle sentit quelqu’un lui agripper les mains avant qu’elle ne finisse sa besogne. Ladite personne, qu’elle devina être Axel au timbre de sa voix, était carrément sauté sur la table pour l’empêcher de se dénuder.

- Mais… Mais lâche-moi! beugla-t-elle, ne cessant toujours pas de gigoter. Les autres ne gardent pas leur chandail, ça ne serait pas poli de garder le mien! Mais pourquoi je ne dois pas l’enlever, moi?

L’inévitable arriva : le duo se retrouva par terre, membres emmêlés, avec une Miya qui grognait et jurait. Dès qu’Axel se fut relevé, elle rabaissa sa tunique en lui jetant un regard courroucé. Elle n’avait voulu que faire comme tout le monde, ce n’était pas nécessaire de lui sauter sauvagement dessus! Elle pinça les lèvres et prit une grande inspiration par le nez. Elle ne voulait pas rester en colère contre lui; ils se voyaient si peu souvent.

- D’accord, je n’enlèverai plus mes vêtements… On fait la paix? demanda-t-elle, lui tendant la main par le fait-même. Une fois la chose faite, elle lui adressa un sourire en coin. Alors, si tu me montrais ta chambre après qu’on ait lavés nos assiettes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   Mer 24 Aoû - 16:27

Axel mordit à belles dents dans sa brioche fraîchement faite, puis tendit sa main toute gommante vers son verre de lait. Il avala quelques gorgées tout en écoutant les propos de son amie qui déclarait avoir quelques compagnons de sa classe. Selon ses propos, plusieurs secteurs de la capitale lui étaient interdits, ce qui compliquait les choses en matière d’amis… Mais elle avait tout de même pu rencontrer ce « Ethan ». Puis, elle parla du fameux Yahto qu’Axel ne connaissait pas en réalité, mais dont le nom lui avait été évoqué à de nombreuses reprises. Il buvait ses paroles comme s’il avait été présent. Il aurait tellement voulu connaître cette existence! Les paroles suivantes le firent sourire. Il n’avait aucun mal à imaginer la petite pardusse en grande chevalière, elle qui avait soif d’aventures et d’actions! « À nous trois, on pourra explorer les moindres racoins du pays! » s’exclama-t-il alors qu’il était enchanté à l’idée d’accompagner sa sœur et sa meilleure amie dans leurs voyages futurs. Ça lui ferait changement de ses activités quotidiennes… genre récurer les planchers.

Terminant son goûter, Axel se lécha les doigts minutieusement, puis se leva pour aller nettoyer ses mains dans une cuve d’eau fraîche. Au même moment, Liliana (l’une des employées du bordel) passa près de lui afin de venir quérir un encas. Évidemment, cette dernière était à moitié nue puisqu’elle était en plein travail avec un client. En fait, il ne serait pas étonnant de sa part qu’elle vienne chercher cette nourriture justement pour l’homme qui l’avait embauchée. Elle effectua un clin d’œil amusé en direction d’Axel qui la salua gentiment, puis disparut de la pièce. Le jeune pardusse – qui n’en faisait visiblement pas de cas – s’approcha de la table dans le but de desservir quand son attention fut portée sur Miya qui regardait sa tunique d’un drôle d’air. Qu’avait-elle? Puis, sans crier gare, elle retira son foulard et releva son chandail par-dessus sa tête avec la ferme intention de le retirer. Mais elle faisait quoi là?!! Les enfants ne pouvaient pas se balader à moitié nus dans la maison close!! C’était contre le règlement! Aïcha avait expliqué la chose au gamin en déclarant que cela évitait la clientèle indésirable, soit les profiteurs d’enfants. Sans plus attendre, le chaton des rues sauta sur la table pour arrêter son amie et agrippa le morceau de vêtement qu’il s’efforça de redescendre, comme si un « prédateur » pouvait apparaître d’une minute à l’autre simplement parce qu’une gamine avait retiré son chandail… Vous savez… la viande fraîche pouvait bien attirer ces monstres, hein?!

- Non, mais arrête, qu’est-ce que tu fais?! S’écria-t-il en s’efforçant de ne pas lâcher prise. Elle devait rabaisser cette tunique et vite!

Évidemment, Miya ne comprenait pas pourquoi cette interdiction lui était destinée et beuglait à tout vent, visiblement furieuse de se faire arrêter dans son élan. Elle croyait sincèrement que les invités dans son genre devaient imiter les filles du bordel? Dans quel monde vivait-elle (comme si c’était l’évidence même)!?! La joute se poursuivit de longues minutes jusqu’à ce que les deux enfants tombent à la renverse et s’entremêlent les jambes et les bras! De par les grognements qu’elle avait poussés, Axel comprit qu’elle était furieuse contre lui. Pour sa part, il se contenta de la toiser du regard. Il était hors de question qu’il accepte qu’elle se balade de la sorte! Le règlement était le règlement, bon! Les deux gamins se fixèrent pendant un instant alors que Miya replaçait sa tunique, puis cette dernière soupira en lui tendant la main. Ouais, d’accord, il voulait bien faire la paix. Il serra donc la main de cette dernière puis l’aida à se relever. Ils prirent leurs vaisselles sales et se dirigèrent vers les bacs destinés au nettoyage de celles-ci. Axel s’installa avec une brosse à récurer alors que Miya attrapa un linge consacré au séchage.

- Se promener torse nu, c’est réservé aux filles de la maison close, expliqua-t-il à son amie. Dame Aïcha m’a dit que c’était pour éviter d’attirer de mauvaises personnes dans notre maison. Des hommes méchants qui enlèvent les enfants et les forcent à faire des travaux dégoûtants, il paraît. Je ne sais pas encore ce en quoi ça consiste, mais je ne tiens pas nécessairement à le découvrir non plus, continua-t-il en frottant son assiette. Alors si tu enlèves ton chandail, je serai forcé de repousser ces méchants, et je n’en ai pas envie. Je viens tout juste de laver les planchers, tu vois…

Tournant son regard vers son amie, il vit avec satisfaction qu’elle hochait la tête, comprenant visiblement l’urgence de la situation. Il lui adressa un sourire puis frotta les gobelets qu’ils avaient utilisés.

- Et puis bon, je ne veux pas qu’ils t’enlèvent moi. Je serais trop triste, tu comprends. Toi et Isho, vous êtes mes deux seules amies. Les deux meilleures. Ça me ferait trop mal de savoir que tu es disparue, tu comprends? Alors, excuse-moi si je t’ai bousculé.

Il sentait le regard de la petite pardusse qu’il devinait attendrie par ses propos. Il termina sa besogne et rangea la vaisselle propre avant de serrer son amie contre lui. Il était honnête! Miya était trop précieuse pour risquer de la voir se faire enlever. Ensuite, il prit sa main dans la sienne et l’attira à sa suite dans le couloir du riche édifice. Il gravit l’escalier en bois massif puis, une fois à l’étage, emprunta un autre couloir où des hommes et des femmes flirtaient librement. Il s’arrêta tout au fond du vestibule, puis se donna un élan. Il sauta haut dans les airs et agrippa une corde qui pendait du plafond. Une trappe s’ouvrit alors, laissant glisser une échelle sur son passage. Axel l’attrapa afin d’éviter qu’elle ne frappe le sol trop durement, puis jeta un regard entendu à son amie. C’était sa cachette secrète! Personne ne venait le déranger là-haut. Oh sa mère adoptive avait bien voulu lui donner une chambre à l’étage, mais il avait préféré aménagé le grenier, là où il serait tranquille.

- C’est chouette, hein? Fit-il en grimpant dans l’échelle. Là-haut, je suis tranquille et personne ne me dérange!

Une fois dans le grenier, il attendit que son amie le suive, puis tira sur l’échelle qui se replia sur elle-même. Il referma la trappe, puis laissa le loisir à l’élève d’Alombria d’observer les lieux. L’endroit était tout de même bien aménagé! Un grand lit trônait près du mur du fond et de nombreuses étagères remplies de livres ornaient les murs. Un pupitre finement travaillé se trouvait près de la trappe sur lequel reposaient de nombreuses chandelles, un pot d’encre, du parchemin et plusieurs plumes. Une patère siégeait aux côtés du pupitre, là où il déposait ses capes et ses manteaux. Les murs étaient exempts de papier peint et étaient simplement en bois brut. La cheminée en pierres de l’établissement passait tout au fond de sa chambre, ce qui lui permettait d’avoir de la chaleur en plein hiver. Un tapis vert trônait sur le sol et au-dessus de son lit se trouvait une immense fenêtre octogonale. C’était humble, mais c’était à lui!

- Attends, je te montre un truc trop génial!

Il courut dans sa chambre, bondit sur son lit en position à genoux, puis fit signe à la petite pardusse de le suivre. Il lui montra la vue à travers sa fenêtre. D’où ils étaient, ils pouvaient voir une bonne partie de la capitale enneigée. Une si sublime vision pour un si petit garçon.

- Les couchers de soleil sont trop beaux vu d’ici! Oh et puis, regarde! Il ouvrit le loquet de sa fenêtre et poussa la vitre. Une brise fraîche envahit les lieux. Du bout de son doigt, il désigna une corniche assez large. Par là, je peux sortir de ma chambre et aller m’installer sur le toit. J’y mange, parfois, au lieu de rester en cuisine! Tu sais, si tu as envie de dormir avec moi ici, n’hésites jamais à m’en faire part. Personne ne nous embêtera.

Puis, il se recula pour refermer la vitre avant que la neige tombant du ciel ne s’y engouffre trop. Il opta ensuite pour une position assise en indien, sur son lit et regarda son amie avec un grand sourire.

- T’en penses quoi? Pas si mal, hein? Tu auras surement une chance beaucoup plus grande quand tu seras chevalier. Tu me monteras aussi, promis?
Revenir en haut Aller en bas
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   Sam 3 Sep - 1:13

La petite pardusse était plutôt fière de la façon dont elle avait géré son altercation avec son ami de longue date. Plutôt que de rester en colère et continuer sur sa lancée, elle avait offert de cesser toute hostilité. Elle avait même proposé d’aller voir sa chambre, question de ramener la conversation sur quelque chose qui risquait moins de semer la bisbille entre eux. Bon, ils se lancèrent plutôt dans la vaisselle, mais l’important était qu’ils avaient fait la paix. Miya essuyait donc consciencieusement chaque morceau : son honneur était sur la ligne, tout de même! Pas question qu’elle se colle une réputation de mauvaise sécheuse d’assiettes!

Elle écoutait distraitement les propos de son copain. Son histoire lui semblait un peu compliqué à prime abord, mais elle finit par en comprendre les grandes lignes. La maîtresse de la maison close voulait éviter que des mauvaises personnes s’en prennent aux enfants… En quoi un enfant au torse dénudé pouvait mener à cette éventualité, l’élève n’en avait pas la moindre idée. Elle était trop jeune encore. La fillette trouva presque plus logique de ne pas attirer les méchants afin d’éviter de souiller le plancher que par principe que le dénudement pouvait mener à un enlèvement. C’était vrai que ça devait être chiant laver un plancher imbibé de sang et de fourrure parce que quelqu’un s’était battu dessus. Elle hocha alors de la tête, bien que ce ne fut pas pour la raison que le pensait Axel…

- Mais Isho, c’est ta sœur, pas ton amie… non?

Pour l’enfant du Désert, la distinction était nette. Régina et Douhbée étaient ses sœurs, elles passaient avant tout le reste. Personne ne pourrait arriver à leur cheville en matière d’affection – du moins, le croyait-elle du haut de ses neufs ans, n’ayant encore jamais été amoureuse et étant encore dans une phase juvénile de son amitié avec Ishobel et Axel. Ça ne voulait pas dire qu’elle n’appréciait pas son compagnon ou qu’elle ne le tenait pas en haute estime; simplement, il était dans une catégorie à part de sa famille. Le clan d’abord, le reste du monde ensuite. C’est un peu pourquoi elle se voyait mal être sur un pied d’égalité avec Ishobel aux yeux du pardusse. Elle ne pouvait possiblement pas avoir la même importance.

Toujours est-il qu’elle était touché par les propos de son camarade. Elle aussi serait triste de le voir disparaître, c’était certain. Maintenant qu’elle le connaissait mieux, elle voyait qu’il était un bon garçon et que ça valait la peine de le garder dans les parages. Il n’était pas qu’un chat de gouttière à ses yeux, mais bien une personne avec le cœur à la bonne place.

- Ça va, c’est du passé! On a fait la paix, tu te rappelles? Pas de rancune! répondit-elle joyeusement, donnant un petit coup de poing sur le bras d’Axel.

Elle accueillit ensuite son câlin, qui déclencha évidemment une série de ronronnements chez la jeune fille. Elle lécha même la joue de son copain, avant de le suivre docilement, main dans la main. Bon, elle s’étira le cou à plusieurs reprises pour essayer de voir ce qui se passait dans les différentes pièces, étant d’un naturel curieux. Elle se demandait si son ami lui ferait une visite complète un de ces quatre. Ça lui aiderait sans doute à comprendre la signification derrière l’expression « maison close ».

- Oooooooooh! s’exclama la petite lynx, toute émerveillée par la corde ouvrant magiquement une trappe secrète. Pourquoi on n’a pas ça au château!?

Elle était entièrement sincère : elle voulait une trappe secrète elle aussi! Ce serait tellement plus génial que de devoir pousser une porte de bois ordinaire et de partager une chambre avec elle ne sait combien d’autres fillettes qui chialent toujours quand on parle la nuit. Elle était une créature nocturne, ce n’était pas de sa faute! Plus particulièrement, à l’aurore et au crépuscule… comme un vraie lynx, quoi!

- Doublement chouette, je dis!

Elle ne se fit pas prier pour grimper dans l’échelle en faisant comme si elle était chez elle. Une fois la chambre de son amie en vue, Miya poussa plusieurs exclamations tirant de l’émerveillement. Elle aimait particulièrement la simplicité de l’endroit. Nul besoin de décorer les murs avec une tonne de peinture ou de mettre cinquante tonnes de babioles supposément précieuses et anciennes partout. C’était un style de décoration qui lui plaisait vraiment. Ce ne fut donc pas une surprise qu’elle saute sur place en tapant des mains lorsque son compagnon lui annonça qu’il avait un « truc trop génial » à lui montrer.

Alors, elle imita le chaton et se retrouva rapidement à ses côtés, à genou sur son lit. Elle leva le menton afin de mieux voir au travers de la fenêtre et elle ne fut pas déçue! C’était fou la quantité de bâtiments qu’on pouvait voir à partir d’ici! Autant qu’elle aimait le sable et les paysages d’été, elle devait admettre que cette neige partout donnait un air féérique à la capitale alombrienne.

- Wouah! Et tu vois ça tout le temps? Puis, elle étira le cou afin d’humer l’air frais à l’extérieur une fois que le pardusse ait ouvert le loquet de la fenêtre octogonale. Oui, c’est sûr que je vais revenir! Ta chambre est tellement mieux que le dortoir! C’est Isho et moi qui devrions venir te visiter, ça serait bien plus chouette!

L’élève fit la moue lorsque la fenêtre fut refermée; elle aurait bien continuer à sentir l’hiver et toutes les odeurs qui provenait des activités extérieures de la ville. C’était, d’ailleurs, plus intéressant que de s’imaginer une chambre aux murs de pierre identique à toutes les autres de son aile.

- Je ne sais pas… La chambre de Douhbée est correcte… mais c’est un peu ennuyeux. Ça manque de… de texture organique… Tu vois ce que je veux dire? Toi, tu as du bois… Ce n’est pas juste un tas de roches… Mais ouais, c’est certain que je vais te montrer! Et ça sera plus facile de te cacher, si jamais des gardes décident de passer, hi hi!

Bah ouais, elle s’imaginait encore qu’on épierait ses moindres faits et gestes la nuit une fois qu’elle serait adoubée. Elle n’envisageait pas encore toute la liberté d’action qu’elle aurait une fois consacrée chevalière… et c’était probablement mieux qu’elle ne le sache pas tout de suite!

Désireuse d’aller explorer la corniche que lui avait montré Axel, elle rouvrit le loquet et se glissa à l’extérieur. « Est-ce que tu viens? » demanda-t-elle; invitation que refusa son ami. L’enfant du Désert haussa les épaules et se rendit plus loin sur la toiture. Elle n’eut pas trop de difficulté à y aller… Du moins, jusqu’à ce qu’elle ne décide de rebrousser chemin et que son pied glisse sur une plaque de glace, celle-ci étant dissimulée sous une couche de neige. Elle se sentit glisser, ce qui la poussa à sortir les griffes pour les ancrer dans la toiture. Son cœur battait à vive allure, l’adrénaline montant en flèche dans ses veines. Malheureusement, ses efforts ne suffirent pas pour lui permettre de remonter la pente. Elle culbuta plutôt jusqu’au rebord, avant de chuter directement au sol… atterrissant lourdement sur une épaule et une jambe pliée. Le craquement sourd provenant de sa jambe droite n’augurait rien de bon… voire que la douleur aiguë qui en découla confirma que les os s’étaient cassés sous la force de l’impact.

Elle se mordit la lèvre inférieure pour retenir ses pleurs; elle avait si mal! Elle n’écouta pas Axel qui cria son nom, ni qui lui promettait de venir la rejoindre en bas. C’est à peine si elle porta attention au passant qui s’était approché pour lui venir en aide. Sans réfléchir, elle demanda à l’inconnu de replacer rapidement son membre avant que son auto-guérison ne ressoude les morceaux ensemble de la mauvaise façon.

Il va sans dire que sa visite au bordel de Dame Aïcha se termina assez rapidement avec cet incident… Le jeune chat de gouttière fut assez aimable pour la raccompagner chez elle, l’aidant à marcher sur sa jambe blessée – qu’elle n’avait pu guérir entièrement, ne maîtrisant pas suffisamment son pouvoir pour se faire.

- Je suis désolée Axel… J’aurais dû t’écouter. Je le ferai la prochaine fois, promis!

Puis, elle le serra fortement dans ses bras avant de le laisser retourner chez lui.

[RP TERMINÉ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let's play! [PV MIYA][TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Icare Apollonius - Play with life ( Terminée )
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: