Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 De la naïveté et des livres [Sheireen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Mar 5 Juil - 11:36

Khassy salua le garde à l'entrée d'un signe de tête avec un de ses sourires légers et agréables. Il la salua avec un signe en retour et elle entra dans le palais. Elle venait souvent consulté la bibliothèque après le coucher du soleil, on s'était habitué à sa présence. Au début, elle devait fournir son identité et ses intentions à chaque fois, maintenant, elle passait librement. On l'avait déjà suivi, sans doute en pensant qu'elle ne le réaliserait pas, et faute avait bien été de constater qu'elle n'allait réellement qu'à la bibliothèque pour lire pendant des heures. C'était comme ça depuis des dizaines et des dizaines d'années. Jamais les même gardes, elle était presque une légende pour ceux qui gardaient l'entrée. Elle venait en modifiant son apparence légèrement, afin de demeurer naturel, mais qu'on ne la reconnaisse pas. Après tout, son signalement était partout... mais les gardes étaient si habitués à elle qu'ils ne faisaient plus attention. Il serait terrible le jour où un nouveau réaliserait qu'elle est recherchée.

La femme lunaire marcha droit -avec les détours nécessaires- vers la bibliothèque du château. Il était plutôt tard, les enfants étaient couchés, les couloirs étaient tranquilles, les adultes se réchauffaient ou prenaient le thé, discutaient ou lisaient un livre dans leurs appartements. Quand à elle, elle entra dans la pièce peu éclairé. Elle venait souvent si tard qu'elle n'avait, jusqu'à présent, jamais rencontré la nouvelle bibliothécaire, probablement une question de timing, pas nécessairement qu'elle en restait pas tard. Même si elle était là depuis près de cinq ans. Khassy ne venait pas SI souvent que cela. Juste qu'elle était une habituée, si on peut le dire ainsi. Elle venait avec une seconde identité, un visage légèrement différent -maquillage et perruque naturelle- depuis le début -puisqu'elle est vampire depuis ses 19 ans et qu'elle en avait une centaine maintenant.

Allumant une bougie, la demi-fée s'orienta entre les rayons et se dirigea vers la section historique, une bonne érudite se devait d'être toujours à jour dans l'histoire du royaume! Et elle en avait manqué un petit bout. Posant sa lumière sur une table non loin, elle se saisit d'un livre, qu'elle feuilleta debout, puis s'installa à la table, satisfaite. Elle commença sa lecture là où elle avait dû l'interrompre la dernière fois, à cause de l'aube qui arrivait. Elle ne peut pas rester ici sous le soleil... Un bruit attira son attention et elle leva la tête. Il y avait un moment qu'on ne la faisait plus suivre. Son maquillage pour foncer son teint et sa perruque de brunette était plutôt efficace d'habitude, l'avait-on reconnu? Elle demeura aux aguets, se sachant particulièrement rapide. Qui que ce soit, cette personne n'avait aucune chance contre elle, seule à seule.


Revenir en haut Aller en bas
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Ven 8 Juil - 11:48

(Sorry pour le défi XD Je t'aime!)

Sheireen avait beaucoup de travail à la bibliothèque, légèrement délaissée puisqu’elle devait s’occuper de sa fille, qui lui prenait beaucoup de temps. Ce soir-là, elle avait obligé son mari à s’en occuper, paresse ou pas (de toute façon, il ne restait plus qu’à la mettre au lit), puisque la classe d’élèves de l’Ordre était passée à la bibliothèque et avait tout chamboulé le bel ordre qu’elle peinait à entretenir. Elle devrait probablement y passer la nuit, tant elle avait du retard, mais au moins elle y serait tranquille. Ou presque…

En mettant le pied dans son antre, la jeune noble ne manqua pas de remarquer qu’une jolie brunette plongée dans une lecture apparemment captivante. Sheireen se gratta la tête en se demandant qui pouvait bien être encore ici à cette heure, puisqu’elle ne la reconnaissait pas, puis se souvint qu’on lui avait parlé d’une jeune femme qui pouvait parfois passer la nuit dans la bibliothèque, à lire tranquillement dans importuner personne. Déjà cinq ans que l’elfe-fée y travaillait, sans jamais l’avoir vue, à croire qu’il s’agissait d’une légende. Hors, certains gardes juraient de l’avoir rencontrée, et à écouter toutes les histoires sur elle, c’était à se demander si elle n’était pas âgée d’une bonne dizaine de siècles, comme si elle était toujours venue au château depuis sa création! Mais à la regarder attentivement, la bibliothécaire doutait qu’elle soit plus âgée qu’elle-même.

L’étrangère leva la tête à l’approche de Sheireen, qui s’arrêta sèchement dans la crainte de déranger. C’est qu’elle détestait aussi qu’on la perturbe lorsqu’elle avait le nez dans une lecture intéressante.

-Je suis désolée, je ne voulais pas vous déranger, chuchota la jeune femme avec une sourire. Je suis Sheireen, c’est moi qui s’occupe de la bibliothèque… et j’ai beaucoup de rangement à faire ce soir. Je vais essayer de ne pas faire de bruit

L’elfe-fée sourit en constatant que la brunette consultait l’histoire d’Enkidiev, une brique impressionnante qu’elle-même avait dévoré plusieurs années plus tôt. C’était important pour une noble d’être cultivée! Incapable de résister, Sheireen pris une chaise juste à côté de la mystérieuse lectrice, qui n’adoptait de toute façon pas une attitude ennuyée d’avoir été dérangée. Les grands esprits se rencontrent, parfois, et si elle était aussi cultivée qu’elle, ça lui ferait enfin une bonne compagnie. Qu’on se le tienne pour dit, ceux qui pensent que la jeune noble est stupide se trompent! Elle est intelligente. Naïve, mais intelligente!

Sheireen regarda plus attentivement la brunette, maintenant qu’elle s’était rapprochée, et ne pu que constater sa beauté et la générosité de son… corps. Elle semblait pourtant plus jeune qu’elle, mais quand l’elfe-fée baissa les yeux sur sa poitrine, elle ne put que constater que, malgré l’enfantement, elle était encore plus petite que celle de sa vis-à-vis. Jolie, mais petite. Se demandant soudainement s’il y avait un truc pour paraître plus… impressionnante, et si la jeune femme avait des faux, elle posa les mains dessus et les retira vivement, surprise de constater qu’il n’y avait rien «d’ajouté».

-Oh! Ils sont vrais? Milles pardons… Ils sont trop magnifiques, je me demandais si vous aviez un truc…

Sheireen, stupide? NON!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Ven 8 Juil - 21:01

Khassy dirigea son regard vers l’intrus et aperçu une jeune femme à qui elle sourit doucement. Celle-ci s'excusa de la déranger et expliqua qu'elle était la bibliothécaire. C'était donc elle la petite nouvelle! Elle ne semblait pas bien vieille. C'était un métier sûrement fascinant, si elle ne craignait pas le soleil et n'était pas pourchassée, elle aurait bien pris le poste! « Oh, faites! Vous ne me dérangerez pas. » lui dit-elle avant de ramener son attention sur sa lecture. Elle sentit la bibliothécaire se rapprocher et s'intéresser à sa lecture, ce qui fit naître un petit sourire sur ses lèvres, alors qu'elle poursuivait lentement à voguer sur les lignes devant ses yeux.

La vampire sentait sur elle les yeux pénétrant de la jeune femme, et se demandait sérieusement ce qui pouvait autant attirer son attention. Il serait plutôt surprenant qu'elle la reconnaisse. Tentant de faire comme si elle ne remarquait pas ce surplus d'attention, force lui fut de réagir lorsque cette gamine plongea les mains en avant et empoigna sa poitrine à pleine main! Bondissant en arrière, Khassy renversa sa chaise et regarda Sheireen avec des yeux écarquillés. Non et puis quoi encore! « Ils sont vrais »...? Hein? Elle était vraiment en train de complimenter... ses seins? Les femmes de la dernière génération étaient vraiment différentes de la sienne! Comment on leur apprenait l'étiquette à celles-ci!

Les sourcils froncés et le regard perturbé, la femme lunaire saisit le livre et le plaqua, ouvert sur sa page, contre sa poitrine. « Je ne vois pas comment, ni pourquoi, je manipulerais la forme de ma... poitrine. Quel genre de choses vous apprend-t-on ici?! » Elle soupira bruyamment. « Je vous invite à retourner à vos tâches et à ne plus m'importuner de la sorte, je n'apprécie pas vos libertés. » Qui sait, peut-être allait-elle lui attraper autre chose la prochaine fois! Plus troublée que fâchée, Khassy déposa le livre sur la table. « En fait, je reviendrai une autre fois, ce sera sans doute mieux. » et elle se dirigea vers la sortie, inquiète de subir une autre agression.


[Avec ton post, je peux difficilement faire autrement... xD Si Shei est pas du genre à me rattraper, t'as qu'à sauter quelques jours et à me recroiser avec le même livre! ]
Revenir en haut Aller en bas
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Sam 9 Juil - 14:06

Qu’est-ce qui venait de se passer, exactement? Venait-elle vraiment de faire ça? Sheireen posa une mère surprise sur sa poitrine légèrement gonflée par une grossesse qui tardait encore légèrement à paraître, puis sur son ventre encore plat où un soupçon de vie avait déjà élu domicile. Oh, il y avait un moment qu’elle avait réalisé qu’elle portait son deuxième enfant, mais ce n’est que maintenant qu’elle comprit vraiment qu’il était en train de la faire tourner en bourrique. Sa première grossesse n’avait pas été difficile, hors, depuis quelques jours, il lui prenait des envies de manger de l’oignon cru trempé dans le yaourt pour déjeuner, ou autres mélanges douteux, qu’elle trouvait toujours étonnement savoureux. Non seulement était-elle constamment habitée par des idées stupides proposées pas sa hausse d’hormones, mais en plus elle les concrétisait! Tiffany ne lui avait pas fait tant de misère! C’était sûrement un garçon, le calvaire ne faisait que commencer.

-Attendez s’il-vous-plait! s’exclama Sheireen avant que la jeune femme, outrée par son comportement, n’ait le temps de disparaître complètement de la bibliothèque.

Ne connaissant pas cette femme, elle ne pouvait pas risquer qu’elle ait tout raconté à la première venue, et que son attitude étrange soit connue de tout le château. Son père l’étriperait! En bonne petite noble bien éduquée, son comportement était innacceptable, et elle en était pleinement consciente. Elle s’était d’ailleurs empourprée jusqu’à la pointe de ses fines oreilles sylvestres, prenant probablement la teinte d’une tomate bien mûre. Ce qu’elle pouvait se sentir stupide! Elle devait absolument se rattraper.

-Ne partez pas, je suis navée, je ne sais pas ce qui ma pris! Sheireen n’osait s’approcher de l’étrangère, de peur de la faire fuir, et s’éloigna donc plutôt vers son bureau, montrant qu’elle ne l’importunerais pas. Je suis vraiment, vraiment, vraiiimennt désolée, asseyez-vous, lisez et faites comme si je n’étais pas là. Je ne vais pas vous parler, pas vous regarder et encore moins vous toucher.

L’elfe-fée soupira en se laissant tomber sur sa chaise, elle se sentait déjà toute courbaturée par la fatigue en plus des gênée à mort. Les larmes commencèrent à poindre dans ses yeux, lui brûlant ses paupières closes qu’elle couvrit de ses mains, comme pour chasser un mal de tête.

-Je suis tellement navrée… cet enfant me rend déjà folle, et il n’est même pas encore sorti de là. soupira-t-elle les yeux toujours fermés, ne sachant même pas si elle parlait toute seule ou non. Les hormones, vous savez? Celui-là sera particulièrement coriace…

Ah non… elle ne devait pas savoir, justement. Elle lui semblait beaucoup trop jeune et n’avait donc probablement aucune idée du débalancement hormonale, émotif et physique d’une grossesse. *Celui là, c’est Noah qui va le garder!* se jura-t-elle mentalement, les dents serrées, en posant sa main à nouveau sur son ventre qui ne pouvait même pas encore lui servir de preuve pour justifier sa folie passagère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Dim 10 Juil - 11:12

La bibliothécaire l’interpella, lui demandant d'atteindre. Khassy se retourna, incertaine. Elle semblait visiblement empourprée et sincèrement mal à l'aise. Elle s'excusa, lui demandant de ne pas partir. Et elle s'excusa à nouveau. Elle lui demanda de retourner à ses occupations, comme si elle n'était pas là, qu'elle ne la regarderait même pas. Cela amusa légèrement la vampire. Quelle drôle de femme! Elle la suivit des yeux et constata ceux humides de son interlocutrice avant qu'elle ne les couvre de ses mains. Elle semblait sincère, même avec une force surprenante. La curiosité l'emportant sur son indignation, elle se rapprocha silencieusement.

Oh, un enfant? Encore plus intéressée, Khassy en oublia complètement la mésaventure. Comme elle aimerait être maman! Elle ne pouvait concevoir et ce fruit défendu l'attristait beaucoup. De toute façon, sa malédiction ne pouvait se propager davantage, elle se le refusait, alors même si la possibilité de concevoir s'était offert à elle, elle aurait dû refuser, peu importe à quel point le désir se serait fait important. « Vous êtes enceinte? » demanda-t-elle, même si la réponse était évidente vu les propos de la jeune femme. À une distance raisonnable du bureau, s'approcher silencieusement risquerait de la faire sursauter si elle était trop près lorsqu'elle retirerait ses mains.

« Oh, bien sûr que vous l'êtes... » se reprit-elle, même si la question avait été plutôt rhétorique. « J'accepte vos excuses, si vous me promettez que cela ne se reproduira pas... » Elle toussota en mettant la main devant sa bouche, pour cacher son sourire amusé qui avait pris place bien malgré elle. Elle se souvenait, dans un passé lointain, comment ses amies et elle parlait de ce moment majestueux où elles porteraient la progéniture de leurs maris. D'ailleurs, parlant de mari, cette femme n'était-elle pas l'épouse de l'un des princes?

Elle lui sourit amicalement. « Votre mari est un homme chanceux, vu comme vous prenez soin de cette bibliothèque, vous accordez sûrement le même soin à votre famille. » Elle hocha la tête d'un geste approbateur en poursuivant : « Bien que nous ne nous soyons jamais croisées, je viens souvent ici et je trouves cet endroit merveilleusement bien entretenu, cela n'a pas toujours été le cas. » Elle sourit, car en effet, cela n'avait pas toujours été le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Jeu 14 Juil - 19:15

Que ce fut une question de compassion féminine ou par simple curiosité, la jeune femme ne quitta finalement pas la bibliothèque, s’étant même lentement et silencieusement rapprochée de l’hybride en pleurs, ce que celle-ci ne perçut qu’à la proximité de sa voix étonnée lorsqu’elle lui demanda si elle était enceinte. Juste avant de se reprendre, évidemment, puisque Sheireen l’avait clairement énoncé. La bibliothécaire soupira de soulagement en baissant enfin ses mains de son visage, bien que toujours rouge de gêne et de larmes, et leva les yeux vers le ciel comme pour remercier le panthéon de veiller sur elle et la protéger des commérages.

-Merci! Bien sûr, promis. Désolée, s’excusa une nouvelle fois l’elfe-fée, promettant ainsi non seulement à l’étrangère mais aussi à elle-même de ne plus jamais tripoter les poitrines d’autrui, spécialement de celles qu’elle ne connaissait pas. Je le jure, sur la tête de ma fille, et puis sur celle de son frère à naître.

Parce qu’il ne lui faisait plus aucun doute, maintenant, qu’elle attendait un garçon, peut-être une question d’instinct féminin? Ou parce qu’une petite princesse en devenir ne pouvait tout simplement pas être aussi problématique? Sheireen baissa son regard honteux vers la lectrice nocturne, le jour toujours ancré aux joues alors que la jeune femme tentait de cacher un sourire amusé qui n’échappa toutefois pas à la bibliothécaire, qui y répondit, de toute façon. Allez, ça allait faire un drôle d’anecdote à raconter à ses petits enfants dans quelques années, non? Toujours voir le côté positif de chaque chose.

-C’est plutôt moi qui me considère choyée de l’avoir… répondit Sheireen à la question de sa vis-à-vis avec un sourire rêveur. Bien des hommes ne voudraient pas que je continue à travailler enceinte, ni s’occuper de la petite pour me permettre de le faire. J’ai beaucoup de chance d’avoir un mari aussi merveilleux, vous aussi vous trouverez bien, ne vous en faites pas! Vous êtes une jolie femme, et noble et digne et les hommes aiment ça. Je crois.

S’empourprant à nouveau, autant pour les compliments que de ses propres propos, qu’elle craignait que la lectrice nocturne ne prenne de travers considérant leur mauvaise présentation, Sheireen se releva en vitesse, voulant s’assurer de tout refaire correctement. Cette rencontre n’avait pas été digne d’elle et de son nom, et indigne aussi de sa vis-à-vis. En plus, quelle classe épouvantable elle avait, ainsi écrasée dans sa chaise, laissée allé comme une paysanne qui aurait travaillé toute la journée au soleil?

-Je vous remercie de cette reconnaissance, mon travail me tient beaucoup à cœur, ça me touche de savoir qu’il compte pour les autres.

Comme la bonne petite future duchesse qu’on l’avait préparée à être, Sheireen se pencha bien bas, soulevant sa jupe pour ne pas s’y mêler les pieds, dans une révérence gracieuse. Elle prit le temps d’épousseter ses vêtements et de remettre de l’ordre dans sa coiffure pour être plus présentable, avant de sortir de derrière son bureau.

-Vous permettez qu’on reprenne tout depuis le début? Je suis terriblement mal à l’aise et j’aimerais bien oublier tout ça. Je suis donc… Sheireen Lucia Monik, fille du Duc Darius Monik, et bien heureuse épouse du Prince et magicien Noah Sloth. Puis-je savoir qui vous êtes et ce qui vous emmène à la bibliothèque? Avec un peu de chance, je pourrais vous aider dans une recherche, je connais l’endroit comme ma poche, et puis ça me permettrait de me reprendre pour le coup du… hum… Il valait peut-être mieux ne plus en parler?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Mer 20 Juil - 10:50

Khassy sourit devant le soulagement apparant de la bibliothécaire. La promesse faite, elle hocha la tête en signe d'approbation. Tout était excusable, pour une femme enceinte, non? Et puis, puisqu'elle jurait sur la tête de ses enfants, elle n'avait aucun soucis à se faire. Elle n'avait pas l'air du genre de personne dont le sort de ses enfants lui importait peu. D'ailleurs, la façon dont elle parlait de son mari montrait comme elle était une épouse aimante et affectueuse. Et dire qu'elle aurait dû être dans ce genre de situation elle aussi! Une jeune noble innocente et naïve, bien élevée, au destin promettant pleins de richesses et de joie! Cette Sheireen lui rappelait ce qu'elle avait été, et ce qu'elle aurait pu être. Une pointe de nostalgie pointa dans son regard, mais elle décida de la chasser.

Les compliments qu'elle lui envoya firent rosir la vampire, car oui, elle pouvait rosir. Si elle pouvait saigné lors d'une blessure, elle pouvait faire cela! Malheureusement, sa situation était délicate et différente. Jamais elle ne trouverait un homme pour vivre une vie tranquille et normale. Sinon, il lui faudrait un homme doux et patient, qui comprendrait et tolérerait sa malédiction, fort et rapide, pour l'empêcher de l'attaquer si la faim et l'insatisfaction la tenaillait. Ou un autre vampire. Mais l'idée de se lié avec quelqu'un souffrait du même mal la rendait mal à l'aise. Elle ne voulait pas d'un tueur, peut-être s'il évitait de faire des carnages, comme elle, elle pourrait accepter de se lié à lui...

Elle soupira. Réalisant qu'elle avait soupiré tout haut, elle se redressa et se ressaisit. Elle sourit doucement à son interlocutrice. Empressée à se lever et à la remercier, elle n'avait peut-être même pas remarquer ce soupir. Il ne fallait pas non plus qu'elle l'interprète mal, mais venant après les compliments, il exprimait assez bien le scepticisme de la femme lunaire. Khassy inclina la tête. « C'est moi qui vous remercie de votre excellent travail. » Sheireen s'inclina ensuite bien bas, se replaça et vint se présenter à elle, déballant son nom complet.

La vampire hésita, devait-elle décliné sa véritable identité? Cela pourrait être dangereux. Mais avec son déguisement, son prénom de risquait pas de la mettre dans le trouble. À sa connaissance, la famille Monik était très respectable. Elle s'inclina donc profondément à son tour. Elle sourit, amusée, la tête courbée, devant l'hésitation de la bibliothécaire à l'idée de se reprendre. Reprenant son sérieux, elle se redressa à son tour. « Je suis Khassy... » Elle chercha rapidement le nom d'une famille noble autre que la sienne à qui elle pourrait appartenir. « ...Methil, fille du Duc... » Zut, comment il s’appelait déjà?La famille était grande et puissante, possédant de nombreuses terres et fournissant le royaume en nourriture. Il ne fallait pas qu'elle se trompe.

Le nom lui apparut soudainement comme une évidence. « ... Cléomire Methil. » termina-t-elle, fière d'avoir su trouvé une identité. Même si la famille était réputée, le duc avait de nombreux enfants, il était facile de s'y perdre. Avec de la chance, elle ne connaîtrait pas tous les enfants de celui-ci, sinon elle pourrait prétendre à la tutelle. « Je parcours la bibliothèque afin d'affermir mes connaissances. » répondit-elle à la question concernant sa présence en ces lieux. « Voyez-vous, je me passionne pour l'histoire, la faune et la flore, l'astronomie et la science, ainsi que tout ce qui peut me permettre de mieux comprendre l'univers qui nous entoure et ses nombreux peuples. » Ce qui était parfaitement exactes. Elle était une érudite, et ne cesserait jamais d'acquérir de nouvelles connaissances dans un monde qui évoluait rapidement!

« Pour l'instant, je parcourais l'histoire entourant la famille royale, afin de parfaire mes connaissances de celle-ci. » Une idée germa dans son esprit et Khassy sourit, ravie, en regardant la jeune femme. « Et si vous m'aidiez par vos connaissances personnelles? Vous qui êtes membre de la famille royale, peut-être pourriez-vous me conter son histoire de votre propre version? » Réalisant qu'elle pourrait passer pour une espionne, elle lui fit un clin d'oeil. « Cela restera entre nous, ne vous en faites pas, je viens ici depuis trop longtemps pour être considéré comme un danger! » Ce qui était d'ailleurs exact aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Mar 26 Juil - 9:55

Sheireen l’avait déjà deviné, aussi ne fut-elle pas surprise que Khassy se présente également comme étant une noble. Son port, sa façon de parler, sa dignité exemplaire, tout respirait le haut rang chez cette jeune femme. La bibliothécaire adorait rencontrer des gens du même rang qu’elle, non pas qu’elle trouvait les gens du peuple ennuyants (au contraire, elle y avait eu sa meilleure amie d’enfance), mais elle sentait souvent qu’ils étaient intimidés par elle et parfois elle ignorait comment les rassurer qu’elle n’était, finalement, qu’une personne comme une autre. Avec des gens de la noblesse au moins, elle n’avait pas de mal à rester naturelle sans craindre de paraître supérieure ou inatteignable. Bon, tâter la poitrine d’une inconnue n’était peut-être pas la meilleure version «naturelle» de l’elfe-fée… Mais au moins semblait-elle réellement pardonnée pour cet… incident?

-Oh, Methil vous dites? Cela me dit quelque chose… oh oui oui, je crois bien que mon père est ami du vôtre, n’est-il pas l’heureux propriétaire de ce commerce d’alimentation extraordinaire dont profite justement le château?

Sans avoir la chance de réfléchir d’avantage à la famille Methil pour rappeler à son souvenir qu’aucun de ses enfants ne s’appelait «Khassy», Sheireen se laissa facilement entraîner dans la passion de la jeune femme pour toutes les sciences les plus complexes de l’univers. Fascinée de rencontrer quelqu’un d’aussi érudite qu’elle (on ne s’en doute pas en la regardant comme ça, mais la jeune noble est une vraie génie… juste idiote), la jeune femme se laissa embarquer par la recherche de mademoiselle Methil sur la famille royale, ne se souciant guère de laisser passer des informations qui pourraient nuire au royaume, toujours naïve comme elle était. Ça ne serait pas la première fois qu’elle parlerait trop, même en connaissant fort peu son vis-à-vis, elle avait vraiment la confiance trop facile : comment un ennemi pouvait-il être entré dans la capitale, ou pire, dans le château?

-Oh mais bien sûr que non, comment une digne dame comme vous pourrait représenter un danger? Je n’aurais jamais pensé une telle chose.

Tout en parlant, Sheireen s’était dirigée vers la porte derrière son bureau qui semblait mener vers un banal placard à balais, mais qui comprenait en réalité une immense salle contenant les archives de la royauté depuis les derniers siècles. L’elfe-fée jeta un regard interrogateur à l’érudite pendant qu’elle déverrouillait la porte, se demandant si on lui avait déjà montré la seconde partie de la bibliothèque.

-Mon prédécesseur vous avait-il fait visiter les archives? Quoi que, si vous visitiez toujours de nuit, il n’était pas tellement du genre à veiller aussi tard… En effet, le vieillard était plutôt du genre à dormir après le souper. Tout le monde à le droit de les consulter, tant que vous faites attention puisque ce sont des documents plutôt précieux, mais si vous voulez en apprendre sur la famille royale, c’est le meilleur endroit pour le faire! Il faut évidemment que je sois présente, parce qu’on verrouille toujours à clef, question de sécurité.

Lorsqu’on lui avait parlé de la raison pour laquelle il fallait verrouiller la porte en tout temps, Sheireen avait soupiré. Bien sûr, des ennemis, des intrusions, une possibilité d’espionnage dans les documents royaux à des fins d’attaques? N’importe quoi! Qui oserait s’en prendre à eux, c’était insensé, tout comme cette guerre idiote avec Alombria. Mais elle continuait quand même de suivre la consigne, ne serait-ce que pour s’assurer que les enfants, qui commençaient à arpenter dans les couloirs du château, ne viendraient pas mettre le désordre dans cette paperasse précieuse, ou choisir un vieux procès-verbal d’une réunion extraordinaire du conseil royal comme feuille pour dessiner.

-Je pourrais bien vous parler de ce que je sais moi-même, mais ce n’est pas nécessairement ce que j’ai appris en mariant Noah. On parle rarement de sa famille. J’en ai appris davantage avant mon mariage qu’après, j’ai toujours été fascinée par les archives. Vous savez, il se trouve là-dedans de la correspondance entre l’ex-ex-ex-Reine et l’un de ses amants, dit-elle en incitant d’un geste de la main à la suivre dans la salle des archives, qui vous feraient rougir rien qu’à les survoler du regard! Ils pourront bien prétendre tant qu’ils voudront que tous les enfants de cette reine fussent légitimes, j’aurais du mal à y croire. Mais bon, que voulez-vous, elle était reine, elle pouvait bien se permettre tout ce qu’elle voulait, tant que l’aîné, lui, était bel et bien né du mariage, qu’est-ce que je m’en fiche! N’empêche que c’est plutôt intéressant de redescendre le fil de tous ses enfants et voir lesquelles des familles nobles en sont issues et ne sont peut-être que des bâtards! Heureusement, je n’ai trouvé aucun lien entre ces enfants et les Monik. ajouta-t-elle fièrement en fouinant dans les volumineux ouvrages royaux.

Sur une tablette, elle ressortie la boîte de lettres dont elle venait de parler, ayant toujours été passionnée par ce genre d’intrigues (et surtout intéressée au contenu salace qui émerveillait ses sens féminins) mais elle sorti également le registre des familles royales depuis les derniers siècles, rédigé de la main des Rois en personne et retraçant toute leur descendance. Un peu moins enivrant comme lecture, mais oh combien enrichissante, car chaque nom était suivi d’une courte (ou longue) biographie.

-Histoire ou ragots? proposa-t-elle en posant le volumineux bouquin à côté de la boîte à secrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Jeu 4 Aoû - 13:56

Khassy hocha la tête. La famille Methil détenait effectivement le commerce de l'alimentation. Les Plenyum, comme elle, était loin de s'être anobli dans ce genre de commerce, c'était plutôt dans le marchandage. Du moins, à sa souvenance. Le travail de son père était tellement le dernier de ses soucis à l'époque, et jamais elle n'avait cherché à en savoir davantage. À quoi bon s'arrêter à son passé, alors qu'il était mort? Rien de tout ce qu'elle pourrait apprendre sur sa famille ne l'aiderait sur le présent. Mieux valait se contenter d'en apprendre plus, toujours plus sur le royaume. Peut-être qu'un jour, elle pourrait travailler ici? Quand on aurait oublier son nom et son visage. Elle n'allait quand même pas être recherchée pour les prochains millénaires, si?

La vampire sourit. Cette naïveté lui rappelait une part d'elle-même. Une digne dame comme elle était sans doute ce que cette bibliothécaire devrait le plus redouter à cet instant. Mais c'était seulement sous l'ironie, qu'elle esquissa un doux sourire. Loin d'elle était l'idée d'en faire un repas. Elle la regarda se diriger vers une porte derrière son bureau, intriguée. Les archives? Elle secoua négativement la tête. Aucun de ces prédécesseurs -car évidemment elle avait vu plus qu'un vieil homme en plus d'un siècle - ne lui avait montré cette pièce. Elle avait déjà tenté d'ouvrir la pièce, mais étant verrouillé, elle avait conclut que c'était quelques précieux documents... mais pas que c'était carrément des archives! La dizaine de documents qu'elle s'était imaginé entassé là, relié d'or à la calligraphie royale, s'avérait soudain être une multiples d'étagères de parchemins et de bouquin un brin poussiéreux.

Elle était impressionnée, cela va de soi! Tant de savoir hors de sa portée! Il lui fallait absoluement revenir ici alors que cette dame était présente, histoire de déverrouiller la porte. Quel ne serait pas son bonheur d'avoir un double de la clé... peut-être pourrait-elle la lui voler, en fait un double et la lui ramener. La pauvre craindrait de l'avoir perdu, mais elle la retrouverait dans le fond d'un tiroir et le tout passerait inaperçu... Ses intentions étaient nobles, elle voulait seulement apprendre, s'érudire. Mais elle préférait généralement le faire seule, qu'en compagnie. Question de sécurité. C'était moins tentant. Si elle devait se couper? Ça serait la fin d'une amitié qui commençait si bien, car oui, Khassy voyait en cette Sheireen la lumière d'une potentielle précieuse amie. « Non, on ne me l'a jamais montré... » murmura-t-elle pour lui répondre, en jetant un oeil dans la pièce.

Elle lui parla ensuite d'une histoire de reine, de lettre et d'enfant légitime ou non. Un secret royal? Comme c'était excitant! Elle revint vers la femme lunaire en tenant une boîte et un livre impressionnant par sa taille. Le dilemme la fit se mordre la lèvre. Hum, quel choix! La vampire hésita visiblement. Elle avait toute la vie devant elle pour lire tout cela, alors pourquoi ne pas commencer par quelques faits croustillants? Elle pointa la boîte. « Allons-y pour les ragots! Il y a longtemps que je n'ai pas mordu dans une bonne histoire secrète! N'y a-t-il rien de plus excitant que les secrets d'une dame? » Elle lui fit un clin d'oeil.

Prenant toutes les deux places, elle lui laissa le soin d'ouvrir la boîte et d'en sortit les parchemins. Ses doigts étaient d'une douceur incroyable sur la fragilité du papier, et Khassy fit preuve de la même délicatesse en prenant la lettre et en la dépliant doucement et soigneusement. Rapidement, ses yeux experts parcoururent les mots qui jonchaient la page. Un certain passage l'a fit rougir violemment. C'était... d'une crudité! Elle se racla la gorge. « Cette femme n'avait pas la langue dans sa poche! » commenta-t-elle. Elle leva les yeux sur son interlocutrice. « Est-ce que toutes ses lettres ont de... de tels contenus? » Elle avait du mal à s'imaginer une reine en train d'entretenir de tels propos à voix haute. De toute évidence, elle vivait une passion éreintante avec son amant.

Comme elle aurait aimer d'une vie mondaine, elle aussi! Peut-être pas de tromper son mari, mais même cela, un époux, elle ne pourrait jamais l'obtenir. « Oh, au faite chéri, ça se peut que je te vide de ton sang un matin, je ne peux pas avoir d'enfant et je vis la nuit! » c'était plutôt compliqué comme situation... déjà, le peu de petits copains qu'elle avait eu au courant de sa vie, ça n'avait pas très bien fonctionné. Elle avait faillit tuer le premier, et les autres avaient rapidement compris qu'elle était trop étrange et terriblement louche. Puis les méthodes de recherche avaient changé et elle avait commencé à voir son visage sur les murs... La femme lunaire. Le teint blanc, les cheveux blancs, et n’apparaissant que sous l'éclat de la lune. Elle allait devenir un mythe, elle aussi, et pas que la malédiction dont elle souffrait! Un peu plus, et elle était un fantôme!

Déposant le précieux document, elle en attrapa un autre. À nouveau, elle se sentit toute chose. Ramenant son regard sur la bibliothécaire, elle poursuivit : « Vous les avez toutes lues? Plus d'une fois, je présume? » Une lueur amusée et complice s'alluma dans son regard. Elle savait comme la vie des jeunes nobles pouvaient parfois être ennuyantes et comment les ragots étaient leur seules lumières entre l'inactivité de leurs maris et les propos ennuyants de leur famille. C'était pour cela qu'il existait des bals, et des soirées de femmes! Jusqu'à ce que les enfants viennent ou monde. Oh, comme elle aurait aimé connaître cette joie!

Elle sourit. « Avez-vous pris le temps de rechercher son mari dans ce livre? » Elle pointa le recueil de biographie. « Sûrement que si, bien évidemment, vous me semblez bien allumée pour une bibliothécaire. » N'avait-elle pas pris le temps de vérifier si la légitimité des enfants s'étendaient jusqu'à sa famille? Elle posa ses mains croisées sur le papier devant elle. « Dites-moi, si ce n'est pas trop indiscret, pourquoi avez-vous choisi de faire ce travail? Vous n'êtes pas obligé de travailler, votre époux est un prince, et vous détenez en vous sa progéniture. » Elle savait, pour l'avoir entendu plus tôt, que cela lui tenait à coeur, mais pourquoi? Soudainement, elle voulait en apprendre plus sur Sheireen.

Revenir en haut Aller en bas
Sheireen
Documentaliste
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 (Fév.)
Race: Elfe-fée
Âme soeur: Noah

MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Mar 23 Aoû - 19:50

L’orgueil n’étant définitivement pas l’un des qualificatifs seyant le mieux à Sheirenn, la noble ne se gonfla nullement la tête de l’air impressionné de Khassy lorsqu’elle mis le pied dans les archives, alors qu’elle lui avait pourtant démontré une grande retenue dans ses émotions jusqu’à présent. L’elfe-fée n’en retirait rien de plus que le bonheur de faire plaisir à son prochain, sans aucune vanité, heureuse de sentir qu’elle avait fait quelque chose qu’on appréciait. Pas qu’elle parcourait l’éternelle quête de la reconnaissance, mais plutôt celle de la bonne générosité. Elle voulait des amis pour ce que cela signifiait d’être appréciée, pas pour bien paraître, et c’était en plein ce que cette jeune femme lui donnait le sentiment d’être, présentement, une amie avec qui elle pourrait s’exciter des ragots d’une époque révolue et presque oubliée.

La bibliothécaire ne se fit pas prier pour s’asseoir à la table de travail avec Khassy pour ouvrir cette boîte de Pandore, où s’extirperaient secrets féminins et plaisirs coupables, pour les contaminer toutes les deux. Sheireen sourit à la question de sa vis-à-vis, y avait-il quoi que ce soit de plus excitant que les secrets d’une dame… ? Si, mais ça ne se disait pas devant une inconnue, et puis les lettres en contenaient aussi, de toute façon… De ses mains habitués aux plus grandes délicatesses, l’elfe-fée déroula le parchemin friable sans lui causer de tord, sachant comment s’y prendre pour qu’il ne s’effrite pas davantage. Repérant la lettre contenant tout les épanchements passionnés de feu l’ancienne souveraine envers son amant secret, la jeune femme la tendit à sa comparse, attendant avec plaisir de voir la réaction de celle-ci lorsqu’elle lirait…

Oh, mais elle lisait vite! La rougeur qui monta aux joues de Khassy en disait long sur ce qu’elle avait sous les yeux, juste avant qu’elle ne commente la langue particulièrement osée de cette ancienne Reine et s’interroge sur les autres lettres.

-Oh, ce n’est pas la seule dans son genre, bien que je dois avouer, ma chère, que je n’y suis pas allé de main morte pour votre première lecture. C’est en effet l’une des plus… heu… érotique, disons-le ainsi, mais d’autres ne laissent pas leur place également.

Sur cette affirmation, la bibliothécaire poussa vers sa lectrice nocturne une autre lettre, plus romantique et moins crue, mais néanmoins suffisamment bien détaillée pour qu’on puisse s’imaginer une scène à laquelle on ne devrait pas assister. Sheireen gloussa lorsque Khassy lui demanda si elle avait lu l’intégralité de cette boîte, et l’elfe-fée ne put s’empêcher de rougir en répondant.

-He bien, il faut que je connaisse ma… collection, non? Les gens ont tous le droit de consulter ces documents, s’ils le demandent et le font avec précaution. Alors évidement, si on me demande quelque chose, je dois savoir où le trouver. C’est pourquoi j’ai à peu près tout lu, parfois en diagonal pour me faire une idée, et parfois… plus attentivement parce que ça m’intéresse… Elle laissa volontairement sa phrase en suspend, laissant Khassy deviner laquelle des deux situations s’appliquait. Il n’y avait qu’un seul homme correspondant à sa description, puisqu’elle s’est évidemment abstenue d’utiliser son nom complet, ne l’appelant dans ses lettres que par un surnom, mais oui, en effet, je l’ai trouvé, même si ce n’était pas vraiment ce que je voulais savoir. Il était donc quand même dans la noblesse, quoi que de bien piètre importance pour avoir fini dans la couche de la Reine, mais allez savoir? À l’horizontal, on est tous égaux, n’est-ce pas? gloussa-t-elle en se disant qu’au final, c’était ce qu’il faisait au lit qui importait, et non qui il était.

Bien que de loin la jeune femme la moins orgueilleuse du royaume, Sheireen ne put s’empêcher d’être touchée par le presque compliment de Khassy, et se promit de faire une croix sur son calendrier pour ne pas oublier cette journée. Ne venait-elle pas de dire qu’elle était intelligente? Bien entendu, elle le savait, et les gens avaient tendances, allez savoir pourquoi, à la sousestimer à ce niveau, mais c’était toujours plaisant à entendre, considérant les années qu’elle avait passées à enrichir son esprit pour être aussi «allumée», justement. L,elfe-fée soupira à la question suivante, non pas que ça l’embêtait de lui répondre, mais parce que… justement, elle avait du travail à faire, et bien que cette petite aventure nocturne commençait à être des plus palpitantes, elle se demandait parfois si c’était judicieux de laisser aussi longtemps sa fille seule avec son fainéant de mari. Et s’il ne se réveillait pas alors qu’elle faisait un cauchemar? Elle devait finir ses tâches au plus vite pour s’assurer que tout allait bien.

-Parce que je n’avais pas envie d’être une simple noble qui se laisse vivre par son mari, et parce que mon père était fier de me voir aimer la lecture, ne serait-ce que pour briser les ragots disant que je suis stupide. J’ai appris à lire jeune, et à aimer cela très jeune également. Et dès le début de l’adolescence, je me suis découvert une certaine passion pour les romances… Alors, quand mon prédecesseur m’a montré les archives, je suis littéralement tombée en amour – des papiers, pas de lui – et il m’a inculqué son métier. Ce n’était pas vraiment pour prendre la relève, juste parce que je prenais plaisir à passer mes journées ici. Enfin, il est mort, et on m’a proposé le poste. Tant qu’à y être déjà de façon constante, je pouvais bien être payée pour y être en plus. J’aime bien, justement depuis que je suis mère, de montrer que ce n’est pas parce qu’on a déjà tout dans la vie et qu’on pourrait végéter toute la journée que c’est une raison pour le faire. Il faut au moins se trouver une passion, et ça je voudrais le transmettre à ma fille. Distraite, elle glissa une main sur son ventre toujours plat. Et à mon fils.

Prestement, elle se releva, abandonnant sur la table la lourde clé ancienne qui permettait d’accéder à cette pièce riche en trésors historiques, adressant un clin d’œil à Khassy. Elle ne s’inquiétait pas vraiment, à voir les précautions que prenaient la jeune femme pour manipuler les documents, elle savait qu’ils étaient entre de bonnes mains et qu’elle n’aurait pas besoin de la surveiller. Elle n’avait pas vraiment envie de mettre fin si tôt à leur recherches pour le moins savoureuse, mais le rangement ne se ferait pas tout seul.

-Je vous laisse rester aussi tard que vous le désirez à condition que vous juriez de bien cacher la clé dans le fond du deuxième tiroir de mon bureau, lorsque vous aurez terminé et que vous aurez verrouillé derrière vous. J’aimerais bien continuer car votre compagnie me plait beaucoup, mais comme vous me l’avez rappelée, j’ai du travail. J’aimerais beaucoup reprendre, toutefois, lorsque la charge sera moins lourde, et si vous avez toujours envie de ma compagnie, d’accord? Bonne lecture, Mademoiselle Méthil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   Jeu 1 Sep - 19:11

Les commentaires de Sheireen la faisait sourire, doucement. Elle était amusée par la simplicité et la fraîcheur de cette femme. Elle lui rappellait un peu ses amies de l'époque, lorsqu'elle avait son âge et qu'elle rêvait d'épouser un prince, d'avoir les plus belles robes et de danser du soleil levant au couchant, avec pour seule mission de leur procurer autant d'héritiers qu'ils en voudraient. À l'époque, jamais une jeune femme n'aurait osé parler de métiers, mais ce renouveau lui plaisait bien. Les temps changeaient. Elle aurait sans doute aimé ce métier, elle aussi. Malheureusement, sa vie, pour le peu qu'elle pouvait affirmer avoir, ne se résumait qu'à s'enrichir, à parcourir le monde, et à craindre pour son espérance de vie, qui était excessivement longue, si on oubliait les chasseurs, les mercenaires, et tous ceux qui voulaient sa peau.

Le soupir que la bibliothécaire fit à sa question lui fit remarquer que la situation semblait plus particulière qu'il n'y paraissait, elle fut surprise par les termes « simple noble » qui n'est pas une pensée qui l'eut jamais frôlé, et qui n'aurait jamais frôlé l'esprit des dames, un siècle plus tôt. Puis, elle pensa, avec amusement, qu'elle était peut-être elle-même répertoriée dans ces archives, elle et sa famille déchue. Un éclair de tristesse traversa son regard, qu'elle ramena sur le papier qu'elle tenait délicatement entre ses mains. Elle appréciait sa façon de voir les choses. En effet, ce n'est pas parce qu'on avait tout d'acquis qu'on devait se laisser vivre. Il n'y avait là, rien de palpitant!

La vampire sourit tristement à la mention des enfants. Comme elle aurait aimé pouvoir avoir cette joie... mais c'était impossible. On ne guérissait pas du vampirisme. La dame se leva, laissant la clé des archives avec un clin d'oeil. Khassy sourit, comprenant ce que cela impliquait, et posa doucement une main dessus, montrant qu'elle la chérirait. « Je vous jure qu'elle sera bien cachée et que tout sera verrouillé. Je comprends que vous ayez du travail, et sachez que j'ai adoré votre compagnie. Il me fera plaisir de discuter avec vous de nouveau, Dame Sheireen! Ce fut un bel éclat dans cette sombre nuit, et je vous en remercie. »

Elle hocha solennellement la tête et lui sourit. Elles se séparèrent, et la femme lunaire se plongea dans une lecture aussi intéressante qu'enrichissante. Elle avait maintenant une opportunité d'étaler ses connaissances aux archives, et rien ne saurait l'en empêcher. Elle allait très certainement revenir, et partager ses découvertes avec cette charmante demoiselle. Elles avaient tant en commun!



TERMINÉ!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De la naïveté et des livres [Sheireen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
De la naïveté et des livres [Sheireen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les livres Star Wars
» Livres ou Films???
» Adaptation des livres au cinéma ???
» Mes livres albums souvenirs...
» Sorties - Livres épiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: