Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Us [PV ADELYN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ansgar
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 29/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Norrois
Âme soeur:

MessageSujet: Us [PV ADELYN]   Mar 5 Juil - 21:42


Les mois s’étaient défilés depuis l’attaque des caravanes par les norrois. L’automne avait passé, puis l’hiver et le printemps. L’été battait donc son plein, au plus grand désarroi du clan nordique qui détestait la chaleur. Sans compter les insectes envahissants et l’humidité. Ils s’adaptaient tranquillement sans pour autant aimer les températures arides. Étant donné la canicule qui plombait ces derniers temps, le clan Drakkhen s’était tenu plutôt tranquille : aucune attaque, aucun raid, aucune altercation. Ils n’en avaient pas nécessairement la force et craignaient un coup de chaleur, ce qui aurait tôt fait de venir à bout de n’importe quel norrois. Cela faisait maintenant quatre jours que la chaleur était à son maximum [Genre environ 35°C et plus, avec humidex] et la mauvaise humeur était presque palpable au campement. Certains membres étaient partis vers la mer pour jeter un coup d’œil sur les bateaux, mais aussi pour profiter de l’océan. Ansgar, pour sa part, profita d’un moment de solitude pour s’éloigner dans la forêt.

Il connaissait un point d’eau particulièrement agréable qu’il avait d’abord visité avec ses hommes à son arrivée dans les terres du sud. Ceux avec qui il aimait traîner en cet endroit (ses amis les plus proches ainsi que ses frères et sœurs) ne l’avaient pas accompagné, pour son plus grand plaisir. En fait, le Grand Ours avait très peu l’occasion d’être seul et un peu de silence lui ferait le plus grand bien. D’autant plus qu’il était également d’humeur irritable. Sa balade en forêt pour se rendre à l’endroit de son désir n’arrangea en rien son mécontentement : l’humidité y était d’une intensité incroyable! Ses cheveux lui collaient à la peau et que dire de sa tunique en lin beige, de son pantalon marron et de ses bottes de cuir! Il se sentait coincé et trempé. Bleh.

Sortant une lanière de cuir de ses poches, le grand guerrier noua sa tignasse épaisse de cheveux marrons en une queue de cheval basse, puis continua sa progression. Seul son glaive tapait sa hanche aux côtés d’une gourde, l’homme ayant décidé de voyager léger, puisqu’il n’avait aucune intention de s’en prendre à qui que ce soit. Sa marche dura presque une heure… au point où il en avait presque finit sa réserve d’eau personnel. Heureusement, là où il se rendait, l’eau était potable et il pourrait alors faire le plein. Levant le nez vers le ciel, il porta une main en visière au-dessus de ses yeux afin de se protéger du soleil qui pointait entre deux arbres. L’astre brûlant était au zénith, signe qu’il était actuellement à son plus fort. Il ferait bien de se dépêcher avant de sentir une lassitude anormale typique aux coups de chaleur.

Finalement, après quelques minutes, il entendit le bruissement de l’eau. Il était tout près! Il accéléra la cadence et arriva enfin aux limites d’un bassin cristallin. Ce dernier était le réceptacle d’une chute d’eau de taille moyenne et s’écoulait dans une rivière, un peu plus bas. Exactement ce dont il avait besoin! Ans s’approcha donc du liquide clair, puis y planta ses mains. Il porta l’eau fraîche à ses lèvres et se désaltéra avec joie. Il en profita d’ailleurs pour remplir sa gourde. N’y tenant plus, il retira rapidement ses bottes, son pantalon et sa tunique. Il déposa sa ceinture où se trouvaient son glaive et sa gourde, soit tout près de ses effets personnels. Nu comme un ver, le norrois s’élança vers le bassin cristallin et plongea afin de se submerger entièrement dans l’eau fraîche. Ça faisait un BIEN FOU! Il avait l’impression que toute sa frustration et ses tensions accumulées par la chaleur venaient de le quitter d’un seul coup. Il nagea de longues minutes, appréciant chaque instant de tranquillité auquel il avait enfin droit.

Puis, il se roula sur le dos et se laissa flotter quelques instants en fermant les yeux. Le bruit des oiseaux montaient à ses oreilles, le tout ponctué par le bruit de la chute d’eau. D’ailleurs, il avait envie de grimper là-haut. La première fois où ils avaient découvert cet endroit, ses guerriers et lui s’étaient amusés à se jeter en bas de la chute à plusieurs reprises. Idris avait d’ailleurs performé un vertigineux plongeon avant d’atterrir dans le bassin. Même Bryaan semblait s’être bien amusé. Un sourire naquit alors sur les lèvres de l’homme ours. Quelques sauts pourraient effectivement être amusants! Il nagea donc jusqu’à la berge, puis entama son ascension en s’agrippant sur les branches et les rochers devant lui. Une fois tout en haut, il vit la rivière qui s’étendait devant lui. Cette dernière, légèrement asséchée par la canicule, avait un débit amoindrie. Ainsi, Ans avait de l’eau seulement à la hauteur des genoux, ce qui lui permit de se mouvoir avec aisance. Le ciel était d’un bleu éclatant et quelques nuages paresseux voguaient ici et là. Le soleil brillait de mille feux et des oiseaux gazouillaient tout autour de lui. Décidément, il adorait cet endroit. C’était paisible et tellement beau. Baissant le regard, il remarqua que certains poissons nageaient paresseusement à ses pieds et glissaient entre ses jambes. Son instinct d’ursidé lui donna envie de les attraper, mais il s’abstint, puisqu’un bruit suspect se fit entendre sur sa droite.

Tournant lentement la tête vers la rive, il sursauta en remarquant une présence, là, parmi la dense végétation. Non pas que sa nudité lui causait quelconque problème – le norrois ne connaissait pas vraiment la pudeur – mais s’il s’agissait d’un ennemi, il se trouvait dans une situation qui n’était pas à son avantage. Une silhouette fine se tenait donc devant lui, mais il avait du mal à bien la distinguer, puisqu’il avait les rayons du soleil en plein visage. Il leva donc à nouveau sa main en visière pour protéger ses yeux, quand sa vision s’ajusta enfin. Ses traits ne masquèrent pas sa surprise au moment où il reconnut Adelyndalombria. Mais que faisait-elle ici?! Baissant ses yeux couleurs acier, il ne tarda pas à remarquer l’épée qu’elle tenait en main… Merde!! Dire qu’il était simplement venu pour relaxer!!

Il jeta un regard autour de lui, cherchant visiblement d’autres soldats ennemis, mais n’en vit aucun. Elle semblait seule, à première vue. Il recula de quelques pas au même moment où la vit s’approcher de lui. Oh que non! Il n’allait pas se laisser abattre si facilement. Son glaive était tout en bas… près de ses effets… Il devait trouver une façon de pouvoir l’atteindre, et vite! Son regard glissa vers l’horizon, là où se trouvait la chute, puis vers Adelyn. Elle prononça quelques paroles qu’il ignora (certains mots lui étaient toutefois connus, puisqu’en plusieurs mois, il avait énormément progressé en langage « commun » à force d’observations et d’analyses) et Ans se contenta tout simplement de cracher en direction du sol, signe qu’il n’allait absolument pas se rendre. Puis, sans attendre une minute de plus, il détala dans la rivière aux pas de course, en direction de la cascade d’eau. En quelques secondes à peine, il arriva à destination, puis se jeta dans le vide, sans hésitation, en performant un habile salto avant. Sa chute fut assez rapide et il s’enfonça dans l’eau cristalline du bassin, tout en bas. Ses pieds touchèrent le fond rocailleux de l’étendue d’eau, puis il se donna une poussée pour s’élancer plus rapidement vers les berges. Sa tête sortit de l’eau et il nagea vers le rivage avec la vitesse typique d’un homme habitué à la mer.

Une fois sur la rive, il s’empressa de mettre la main sur le manche de son glaive, quand un pied se posa sur la lame, l’empêchant de pouvoir la dégainer. La pointe d’une épée se posa sous son menton et Ansgar fut forcé de lever la tête. Adelyndalombria se tenait devant lui et le surplombait de toute sa hauteur… qui somme toute, n’était pas si intimidante que ça. Lentement, le guerrier relâcha le manche de son arme, puis leva les mains.

Il n’avait clairement pas dit son dernier mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Jeu 14 Juil - 13:12

La fée poussa un long soupir alors qu’elle éloignait une branche dont la destinée était de s’emmêler avec ses cheveux blonds. Un peu plus et elle sortait son épée pour régler le compte à cet infâme bout de végétation. Elle n’allait certainement pas perdre sa journée de congé à se battre avec un bout de bois. Pour une fois qu’elle pouvait se permettre de respirer durant cette mission de patrouille, celle-ci visant à ce qu’il n’y ait pas eu d’intrusion sholienne dans cette région, elle ne voulait en rien gaspiller ce temps précieux. La chevalière continua alors son chemin dans la forêt, en refaisant sommairement sa queue de cheval. Peu lui importait qu’elle soit seule au monde : il n’était pas question qu’elle se balade la tête ébouriffée! Sinon, elle ne s’appelait pas Adelyn d’Alombria! D’ailleurs, fidèle à elle-même, ses vêtements étaient coordonnés à la perfection. Elle portait une légère tunique en coton blanc, des motifs lilas étant brodés à l’encolure et au bout des manches. Sa ceinture en cuir brun était impeccablement agencée à ses bottes, dont les lacets rappelaient la décoration de son haut. Ses pantalons, quant à eux, étaient violets.

La jeune femme sorti un mouchoir de sa poche afin de s’éponger le visage. La chaleur des derniers temps était accablante! Il n’était pas toujours évident de trouver de la fraîcheur lorsque le soleil trônait haut dans le ciel. Par chance, elle connaissait l’endroit parfait pour se relaxer et se rafraîchir. Il y avait cette magnifique chute qui se déversait dans une rivière et c’était exactement là qu’elle se dirigeait. Elle pourrait y patauger à cœur joie et oublier momentanément tous ses soucis. Elle eut une pensée pour Yahto, avec qui elle avait rompu récemment. Il aurait adoré cet endroit! Elle se promit de le lui faire découvrir s’ils venaient à être dans le coin en même temps car, même s’ils ne formaient plus un couple, ils étaient encore d’excellents amis. Leur séparation s’était fait en bons termes, à vrai dire. Ils n’avaient simplement pas assez de temps à se consacrer l’un à l’autre, puis ils étaient tous deux conscients de ne pas vivre le grand amour. N’empêche que la fée ne regrettait en rien le temps passer avec lui et gardait de précieux souvenirs de leur temps ensemble.

Tout à coup, elle fut assaillie par une allégresse qui n’était pas sienne. Elle s’arrêta donc net et tendit l’oreille. Un bruit de clapotis lui parvenait; elle en déduit qu’il se trouvait quelqu’un là où elle désirait se rendre. Jamais trop prudente, la chevalière dégaina son arme et s’approcha silencieusement. Ses pas feutrés lui permirent de s’arrêter suffisamment près de l’eau afin d’y voir ce qui s’y passait, sans pour autant se faire repérer. Accroupie, elle examina l’homme qui se tenait dans l’eau. Si sa bouche avait pu tomber par terre quand elle reconnut le chef des Norrois, elle l’aurait fait. Lyn ne pouvait y croire : Imansgar se trouvait seul devant elle en tenue d’Adam. Le reste de son clan ne semblait pas l’avoir accompagné. La guerrière trouvait cela étrange en soit, mais n’en fit pas de cas. Elle profita plutôt de la couverture de la végétation pour l’examiner plus en détail. Elle pencha même la tête sur le côté dans le but de mieux l’admirer. C’était qu’il n’était pas trop dur sur les yeux, le grand gaillard! Et puis, à ce qu’elle pouvait constater, il n’y avait pas que sa taille qui était plus grande que la moyenne (Hé, hé), c’était tout le paquet. Tiens, tiens, pourquoi ne pas lui rendre une petite visite!

La fée se releva et se dirigea vers l’eau sans faire attention au bruit qu’elle causait. Le but était précisément de se faire remarquer par son ancien geôlier. Maintenant qu’elle avait retrouvé la forme, ainsi que fait la paix avec les événements de ces quelques jours en captivité, elle était prête à percer le mystère qu’était cet homme pouvant se transformer en ours kodiak. Après tout, au cours de la brève période où elle l’avait côtoyée, elle avait remarqué que c’était quelqu’un avide de savoir… Or, la trop grande quantité de gens autour de lui l’empêchait parfois d’assouvir sa curiosité. Peut-être aurait-elle la chance d’en apprendre davantage sur son étrange peuple en retour? C’était également la meilleure façon de trouver une solution au problème de pillage, bien que son groupe eût été plutôt calme récemment. Ah! Puis la tronche qu’il fit en comprenant qui se tenait devant lui! Ça n’avait pas de prix. Au moins, il se souvenait d’elle : c’était un début.

- Comme on se retrouve, Imansgar!

Malgré un certain enthousiasme à avoir une deuxième chance de causer avec lui, Adelyn ne baissa pas sa garde. Elle ne pouvait prédire de quelle façon il réagirait ou s’il lui tenait toujours rancune d’avoir permis à Pérégrine de s’être sauvée après avoir tué un de ses hommes. C’est pourquoi elle pointait sa lame en sa direction et le toisait du regard… Et ce fut une bonne chose, se dit-elle, en le voyant regarder tout autour.

- On peut faire gentiment, comme on peut se rendre la vie dure. C’est ton choix, mon joli.

Elle fit quelques pas vers l’avant, question de ne pas l’effrayer inutilement, mais il semble que ce fut en vain puisque le brigand cracha à ses pieds. Une mine de dégoût au visage, la fée lança un regard offensé à son interlocuteur. Elle roula les yeux en constatant qu’il se ruait vers la chute : typique. Il aurait eu un meilleur effet de surprise s’il n’avait pas repéré sa voie de sortie quelques instants plus tôt. La chevalière soupira avant de s’envoler à sa poursuite. Ce fut un jeu d’enfant de le devancer et de l’empêcher de prendre possession de son glaive. Le pied sur ladite lame, elle lui envoya un sourire envoûtant et quelque peu moqueur.

- Tsk, tsk, tsk… Vilain garçon. Moi qui espérait de douces retrouvailles! Tu me déçois, tu sais? le taquina-t-elle, tout en soulevant son menton du bout de sa lame.

On pouvait facilement lire dans le regard du Norrois qu’il était prêt à se battre de toutes ses forces, et ce, même s’il levait théoriquement les mains en signe de capitulation. Il savait désormais à qui il avait affaire et comptait bien y donner tout ce qu’il avait. C’était un trait de caractère qu’appréciait particulièrement la chevalière. Où serait le plaisir s’il abandonnait avant même que la partie ne soit commencée? Elle était toutefois prête à lui donner une dernière chance de s’assagir avant de se mettre aux choses sérieuses. Elle reprit donc un stratagème similaire à celui de la dernière fois. Elle pointa sa poitrine, où se trouverait normalement l’insigne d’Alombria.

- Je ne suis pas venue ici pour te capturer, Imansgar. Je suis ici en civil, non en chevalier d’Alombria.

Tel qu’elle s’y attendait, ce dernier ne releva pas ses propos et passa plutôt à l’action. Il agrippa le pied de la jeune femme aux pupilles de jade et tira énergiquement pour lui faire perdre l’équilibre. Elle n’eut aucune chance d’esquiver le coup, mais put remercier ses réflexes forgés au cours des ans pour éviter de se cogner durement la tête. Elle encaissa le coup avec un grognement, mais se reprit rapidement en envoyant valser la glaive au loin. Ayant perdu son épée lors de sa chute, elle tenait à s’assurer que son adversaire ne puisse pas récupérer sa propre arme. Par après, elle lui asséna un coup de pied dans le ventre afin de le renvoyer dans l’eau. Fébrile, elle se jeta sur le dos du Norrois et s’agrippa vigoureusement à son corps musclé. Elle ria dans ses oreilles tandis qu’il se relevait et essayait de la faire débarquer. Elle ne comprenait rien à son charabia, mais elle se doutait bien qu’il devait jurer comme un charretier. Malheureusement pour lui, elle n’avait aucune intention de lâcher son emprise de sitôt… et elle était coriace quand elle s’y mettait!

- Nous n’avons jamais terminé notre partie dans la tente… lui susurra-t-elle mielleusement dans une oreille, la lui léchant brièvement.

Le grand homme tatoué chercha à la déloger comme on le ferait avec un moustique dérangeant; or, rien n’y faisait. Elle se tenait à lui telle une sangsue. Il y eut un moment où elle porta moins attention, car elle était occupée à recracher une mèche de cheveux bruns de sa bouche… ce qui n’était pas très évident à faire quand on ne pouvait se servir de ses mains. Quand elle jeta un nouveau coup d’œil devant elle, Lyn remarqua que son hôte se dirigeait tout droit vers la chute. C’était un peu extrême comme moyen d’extraction de parasite ailé, non? Sans y réfléchir plus longtemps, elle lui banda les yeux de ses mains. Ce fut suffisant pour le faire tituber, ce après quoi elle appuya les pieds sur le bas de son dos afin de se propulser vers l’arrière, ainsi que le faire tomber à genou vers l’avant. Elle se posa dans l’eau quelques mètres plus loin.

Ensuite, la chevalière replaça lascivement son soutien-gorge en dentelle, qui était devenu visible au travers de ses vêtements trempés, lorsqu’elle remarqua le regard soutenu d’Imansgar. Celui-ci la détaillait en entier, mais se renfrogna quand il constata que son ancienne captive se payait sa tête. Elle n’était pas sans être consciente de ses charmes, quand même.

- Que penserait votre femme, si elle vous voyait aller? demanda-t-elle moqueusement.

Elle tapota son index là où se trouverait le collier d’oursons, si elle en aurait eu un, souriant du coin de ses lèvres. Elle ne savait pas si le brigand avait appris des bribes de la langue commun depuis leurs dernière rencontre, mais elle ne perdait rien à essayer de le faire réagir, n’est-ce pas? Puis elle passa une main sensuelle sur sa tête pour renvoyer les cheveux qui s’étaient libérés de sa couette vers l’arrière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ansgar
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 29/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Norrois
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Jeu 14 Juil - 16:04

Il se redressa lentement, les mains en l’air, opta pour une position à genoux et esquissa une expression de détermination au visage. Il était hors de question qu’il se laisse capturer sans n’opposer la moindre résistance. Car oui, il croyait sincèrement qu’elle l’avait retrouvé pour cette raison. Un sourire trônait sur les traits de la jeune femme et lentement, elle porta une main sur sa poitrine, là où trônait – la dernière fois – un insigne propre à son clan. Ansgar n’était pas certain de comprendre ce qu’elle tentait de lui dire. Mais il croyait bien que, selon les paroles qu’il avait cru comprendre, qu’elle n’était pas venue pour s’emparer de lui. Malgré ces belles paroles, il était résolu à ne pas lui faire confiance. Il se contenta donc de la regarder, à la recherche de la moindre faille exploitable. Il devait la prendre par surprise, c’était la seule façon pour la désarçonner sans risque de se faire poignarder lâchement. Ainsi, vif comme l’éclair, il tendit la main, se saisit de son pied puis tira un bon coup vers lui, histoire de la faire chuter vers l’arrière. La jeune femme fut assez rapidement pour encaisser l’impact avec son bras, épargnant ainsi sa tête, puis pour faire valser les deux armes plus loin, hors de portée du norrois. Par réflexe, Ans tendit la main vers le glaive qui virevoltait plus loin, puis poussa une plainte sourde au moment où un pied le heurtait de plein fouet dans l’abdomen. Sous la force du coup, il recula et tomba directement à l’eau.

Le chef norrois fut toutefois rapidement sur pieds et il ne lui fallut qu’un instant d’inattention pour recevoir une jeune femme ailée directement dans son dos. Adelyndalombria s’agrippa farouchement à lui et le fils aîné du clan Drakkhen se secoua vigoureusement pour lui faire lâcher prise. Malheureusement pour lui, ce ne fut pas suffisant. Non, mais il rêvait ou… elle riait? Elle s’amusait à ses dépens? Il était hors de question qu’il soit victime des quolibets de son ancienne esclave! Le Grand Ours du Nord glissa un bras dans son dos et tenta d’attraper la jambe de la jeune femme dans le but de la déloger, mais cette dernière se tortillait trop! Il tenta de défaire sa poigne au niveau de ses épaules et de sa taille, rien n’y faisait. Elle était coriace!

- Fuck!! Just let me go already! S’écria-t-il à son intention, même si, visiblement, elle ne comprenait que dalle.

Il jura bruyamment, quand soudain, il sentit le souffle de la jeune femme sur son oreille. Elle lui sussurra quelques paroles, parlant de la tente qu’ils avaient temporairement partagée, puis lui lécha l’oreille sans retenue. Cette situation était à la fois énervante… mais aussi un peu affriolante. Un frisson avait parcouru le corps du guerrier sous le contact tout de même un peu intime de la jeune femme. Il fallait dire que ça faisait un sacré bout de temps qu’il n’avait pas eu de rapprochement avec qui que ce soit. Et merde… Il devait se débarrasser d’elle et vite avant que… bin… avant qu’elle ne lui fasse un peu trop d’effets? Il fallait dire qu’avec sa tenue d’Adam, son « malaise » paraîtrait rapidement. Heureusement, l’eau était froide… Il devait donc se changer les idées avant de subir un embarras plus qu’évident! Ans tenta à nouveau de se débattre et soupira alors qu’il dut bien admettre que son parasite ailé était plus que têtu. Il jeta un regard autour de lui et nota finalement la chute d’eau qui coulait plus loin. Tiens tiens tiens… Voilà qui aiderait peut-être sa cause! D’un pas décidé, il marcha en direction de la cascade tant convoitée quand soudain, il sentit les mains de son ancienne esclave glisser de ses épaules pour se saisir de sa tête. Non seulement il n’y voyait rien, mais en plus sa tête penchait drôlement vers l’arrière à cause de la poigne de son parasite, ce qui eut pour résultat de le faire tituber. Adelyndalombria posa ensuite ses pieds dans le creux de ses reins, puis se propulsa vers l’arrière, ce qui poussa Ans vers l’avant. Le norrois tomba à genoux dans le petit lagon à la base de la chute, puis se releva et se retourna vivement pour regarder celle qu’il prenait pour une Oracle.

Dans un mouvement presque suave, elle replaça son soutien-gorge délicat et lui jeta un regard triomphant. Évidemment… l’homme tatoué ne put s’empêcher de lorgner la « marchandise » qui s’offrait à ses yeux. La tunique de la jeune femme était maintenant devenue diaphane et laissait bien transparaître ses courbes. Ans pouvait même constater à quel point elle était athlétique malgré sa petite stature. Quelle vue elle offrait! Mais rapidement, le jeune homme se renfrogna en constatant que la femme chevalier se foutait bien de sa gueule. Elle était une vile tentatrice! Rien de plus! Idris avait raison au fond! Elle prononça d’autres paroles que le guerrier put comprendre cette fois et tapota sa poitrine, au même endroit où le collier de bois d’Ansgar trônait. Sa femme? Il n’en avait rien à foutre de cette garce. En fait… il s’abstenait seulement pour éviter qu’elle ne mette ses menaces à exécutions et ne soulève son peuple contre le clan Drakkhen qui était déjà passablement affaibli par le manque de ressources. Son regard se voulait dur, mais il avait un peu de mal à garder sa contenance alors qu’elle balançait sensuellement ses cheveux dorés vers l’arrière. Elle était magnifique… et c’était peu dire. *Don’t you dare succomb to her charms!* songea-t-il en secouant la tête.

- Femme loin Nord. My wife is in the North. Plus, she don’t care about what happen to me, se contenta-t-il de répondre un peu maladroitement. Il espérait pouvoir se faire comprendre par le peu de langage commun qu’il possédait. Moi pas apprécier Tilda, anyway.

Bon, première étape, tenter de ne pas trop mélanger les deux langues, s’il désirait se faire comprendre! Néanmoins, l’expression au visage de la jeune femme valait son pesant d’or! Tiens, elle était surprise de voir qu’il s’était amélioré? Au moins un truc auquel elle ne s’attendait pas.

- So, what are you doing here? Lui demanda-t-il… puis il se ravisa. Adelyndalombria quoi faire ici? Pas venue chercher moi? Quoi vouloir?

Ce sourire qui trônait sur ces lèvres roses... Elle prenait son pied, pas vrai? Il devait sonner comme un gamin de 3 ans qui tentait de se faire comprendre de ses parents. Que c’était chiant à la fin! Il écouta ses propos d’une oreille attentive, quand soudain, une gros insecte vrombissant sortit des fourrés et tournoya autour de la jeune femme [lire ici : une guêpe de bonne taille]. Cette dernière était visiblement prise au dépourvu et sembla vouloir faire partir l’impertinent visiteur en agitant les mains. C’était le meilleur moment pour saisir sa chance! Ans accourut vers elle et l’attrapa par la taille. Il la souleva sans difficulté et la balança sur son épaule musclée, à l’instar d’un sac de patates. La damoiselle blonde se débattait comme un lynx en furie, mais le norrois se contenta de sourire. C’était à son tour maintenant de contrôler le jeu! Il gloussa alors qu’il percevait ce qui semblait être des jurons. C’est vrai que c’était plutôt amusant de faire rager quelqu’un de la sorte! Un regard malicieux au visage, il marcha vers la chute d’eau contourna la zone la plus creuse pour éviter de devoir nager. Il s’approcha du jet d’eau et s’y glissa en dessous avec son colis plutôt grouillant. Sous la force de la cascade, Ans dut baisser la tête et ses longs cheveux marron ondulèrent au contact du courant. Il relâcha ensuite sa poigne sur la jeune femme qui s’enfonça dans la partie creuse du lagon avant de finalement remonter à la surface.

Ans éclata de rire en voyant son air surpris et ses cheveux blonds plaqués contre son visage. Visiblement, sa queue de cheval n’avait pas tenu le coup! Son chemisier eut beaucoup de mal également puisque quelques boutons du haut avaient rompu à un moment où un autre de leur altercation. Lui-même s’avança pour sortir de la chute d’eau et passa une main sur son visage pour dégager sa chevelure. Finalement, peut-être était-elle sincère lorsqu’elle disait qu’elle n’était pas là pour lui? Peut-être désirait-elle simplement profiter de l’endroit, tout comme lui. Le regard couleur acier du chef des Guerriers du Kodiak rencontra le vert émeraude des iris d’Adelyndalombria. Les cheveux défaits, ses vêtements collants à sa peau et son chemisier à moitié défait laissant entrevoir les courbes de sa poitrine… bon sang qu’elle était attirante! Il s’imaginait déjà… NOPE! Okay! Stop! Il devait se calmer LÀ MAINTENANT. Il se racla donc la gorge puis se détourna pour regard le haut de la chute. En fait, il tentait à tout prix de garder son focus sur autre chose que son ancienne esclave qui lui ferait très certainement beaucoup trop d’effet s’il l’observait un brin trop longtemps. C’était franchement étrange… comme si des dizaines de plumes d’oiseau lui chatouillaient l’estomac. Il n’avait jamais ressenti une telle sensation par le passé. Il devait s’occuper à autre chose! Mais pourquoi avait-il ce besoin de rechercher son contact? Quel merdier…

Il tourna finalement son visage en sa direction, puis se détourna à nouveau pour grimper sur les rochers et qui le mèneraient tout en haut. Son ascension lui prit quelques instants, puis une fois tout en haut, il s’approcha du rebord de la chute. Il s’élança à la course puis fit un vertigineux salto arrière avant de s’enfoncer dans l’eau du lagon, tout en bas. Il adorait ça! Toujours sous l’eau et en remontant vers la surface, il remarqua les jambes d’Adelyndalombria au-dessus de lui qui, visiblement, nageait tranquillement. Il fonça vers elle, puis poussa fortement sur ses jambes avec ses bras musclés afin de la faire bondir hors de l’eau et la faire atterrir plus loin dans le lagon. Elle était légère, si facile à manipuler physiquement! Devant son regard surpris qui jaillissait de l’eau, Ans esquissa un nouveau sourire. Il se releva à nouveau, ses cheveux foncés ruisselant sur ses épaules comme une rivière d’encre. Puis, finalement, il s’éloigna vers la rive et alla s’asseoir sur le sol sablonneux, ses jambes étant légèrement repliées ce qui lui conférait une pose plutôt relaxe. Il tendit la main vers sa gourde et avala quelques gorgées avant de ramener son attention vers la jeune femme. Au loin, on entendait le chant de la cigale, signe que la chaleur perdurerait encore un bon moment.

- So… why are you alone? Demanda-t-il entre deux gorgées. Pourquoi toi seule? Toi perdue?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Jeu 28 Juil - 19:36

La chevalière était beaucoup plus émoustillée par les circonstances qu’elle ne voudrait se l’admettre, préférant mettre son excitation sur le plaisir tiré à jouer avec les hormones du géant à qui elle faisait face. Elle s’était mise un nouveau défi en tête : le faire flancher devant ses charmes féminins. Le visage impassible du guerrier n’était pas particulièrement crédible. Il n’était pas insensible à ses attraits; c’était plus qu’évident. Sans compter qu’elle pouvait bien profiter de son jour de congé comme bon lui semblait, n’est-ce pas?

Elle mordit la moitié de sa lèvre inférieure, relevant discrètement le menton. Les paupières mi-closes, elle nota mentalement les informations qu’Imansgar était en mesure de lui partager. Ainsi, elle n’avait pas eu tort d’assumer qu’il était marié s’il était père de deux enfants. Elle plissa légèrement les sourcils en essayant de deviner avec précision ce à quoi il pouvait faire référence en disant que sa femme se trouvait au « Nord ». Elle fit rapidement une liste des villages nordiques d’Alombria, croyant trouver là une piste pouvant mener à la région d’origine des brigands. Quoi qu’il en soit, Adelyn étouffa un rire à entendre son interlocuteur lui faire savoir qu’il n’affectionnait pas vraiment son épouse. Cette Tilda devait être quelque chose… Surtout, comment ne pas apprécier une belle pièce d’homme tel qu’Imansgar? C’était presque un sacrilège, si on demandait l’avis de la fée.

D’un autre côté, elle avait inconsciemment agrandi les yeux face à l’amélioration du chef de brigands au cours des derniers mois. Sa maîtrise de la langue commune était peut-être rudimentaire, mais cela ne l’empêchait pas de se faire comprendre. Elle lui adressa un sourire sincère; il était franchement mignon à faire son possible pour communiquer avec elle.

- Adelyn… Adelyn, c’est suffisant. Ce n’est pas nécessaire de toujours m’appeler par mon nom complet, Imansgar. Quant à ce que je suis venue faire ici… Elle ouvrit grand les bras, comme pour englober tout le paysage autour d’eux. Je suis venue profiter de la fraîcheur de l’eau. Pas toi? ajouta-t-elle avec un air coquin au visage, lui adressant un clin d’œil aguichant.

Elle voulut ajouter une couche de plus à sa technique de séduction, mais fut distraite par une guêpe balèze qui s’approchait trop de son visage à son goût. Grognant, elle fit aller sa main d’un mouvement brusque. Mais cette bestiole ne voulait pas lui ficher la paix, ou quoi!? La jeune femme décida d’y aller à deux mains, oubliant momentanément son compagnon. Ce fut une erreur tactique monumentale. Il n’hésita pas pour rappliquer et lui faire regretter son comportement railleur un peu plus tôt.

Ainsi, la chevalière se retrouva soulevée comme un vulgaire sac de patates. Elle laissa échapper un cri de surprise. Elle avait été trop confiante; voilà ce qui avait été son erreur. Il aurait été préférable qu’elle ne baisse pas sa garde. Maintenant, peu importe à quel point elle se démenait pour se libérer, elle était incapable de se défaire de la poigne de fer du voleur. Il n’avait clairement pas l’intention de la relâcher. Elle lui ordonna de la déposer par terre, en plus de le traiter de plusieurs noms peu flatteurs. La pauvre Lyn sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine en prenant conscience qu’il l’amenait à la chute à nouveau. Il était déterminé, elle devait lui donner ça!

- Eh merde!

Elle ferma fortement les yeux tout juste avant qu’ils ne s’enfoncent sous la chute. Elle espéra brièvement que le liquide l’aiderait à se déprendre… mais elle n’entretint pas cette fantaisie très longtemps. Elle hurla, par pur réflexe, quand elle fut projetée profondément dans l’eau sous le contact intense du courant qui coulait sur le duo insolite. Elle retint son souffle et s’empressa de regagner la surface. Dès qu’elle parvint à sortir la tête de l’eau, elle prit une grande inspiration comme si c’était la première qu’elle prenait de toute sa vie. Elle cligna vivement des yeux, puis débarrassa son visage de la masse de cheveux blonds qui s’était amassée là, pêle-mêle.

La fée nagea sur place un moment pour se donner une chance de reprendre entièrement son souffle et se remettre des émotions fortes qu’elle venait de vivre. Aussi effrayant la chose avait-elle été l’espace de quelques secondes, elle devait avouer s’être bien amusée. Elle s’éloigna paisiblement de la chute jusqu’à ce qu’elle puisse se tenir debout. Éventuellement, son regard croisa celui d’Imansgar. Elle s’esclaffa, puis pinça les lèvres pour éviter de rire davantage. C’était si simple de s’amuser lorsqu’ils n’étaient qu’eux deux, sans avoir à se soucier d’un conflit quelconque entre eux. De plus, elle rayonnait à le voir la dévorer du regard. Elle n’avait pas senti le regard avide d’un homme sur elle de cette façon depuis sa rupture avec Yahto, ayant été trop occupée pour les jeux de la chair avec la guerre et les raids au Nord du royaume.

Elle replaça sommairement sa tunique abimée tandis que le brigand observait la chute. Elle garda toutefois un œil sur lui, question d’éviter de se faire prendre au piège encore une fois. Elle le dévisagea lorsqu’il lui jeta un coup d’œil rapide et s’élança en direction des rochers. Elle comprit toutefois assez vite ce qu’il cherchait à faire : se lancer dans l’eau à partir du haut de la chute. Ce n’était pas une mauvaise idée en soit. Quant à elle, elle préféra se laisser flotter sur le dos et l’admirer pendant son ascension. Après tout, il offrait tout un spectacle. Il était plutôt habile, avec tout ça.

Adelyn eut néanmoins la présence d’esprit de se retourner sur son ventre et de s’éloigner tranquillement à la nage lorsque le guerrier fit son plongeon. Elle sentit la vague qu’il provoqua lorsqu’il arriva en bas, ce qui la propulsa un peu plus vers l’avant. Ce à quoi elle ne s’attendait pas, cependant, c’était de se faire catapulter par le biais de ses pieds. Elle se raidit juste à temps pour lui permettre d’être lancée encore plus loin. Nul besoin de ses ailes pour voler dans ce cas-ci, en tout cas!

Elle secoua la tête dès qu’elle ressortit de l’eau. Ses cheveux seraient propres, c’était le moins qu’on puisse dire! Elle nota mentalement qu’elle devrait le surveiller de plus près à l’avenir. Elle gloussa de plaisir par après, l’embuscade d’Imansgar étant plutôt appréciée cette fois-ci. Elle lui rendit son sourire. Elle se mordit la lèvre inférieure, sentant son bas-ventre s’enflammer devant le portrait ruisselant qui s’offrait à elle. Elle devait admettre qu’elle adorait le voir trempé de la tête aux pieds, avec les cheveux sombres qui lui collaient au corps. Avait-elle un petit penchant pour les mauvais garçons? C’était possible… Comment ne pas avoir un faible pour ces fesses bien ciselées? Elle remercia Parandar pour le manque de pudeur du Grand ours kodiak. Elle repartirait d’ici avec de délicieux souvenirs. Elle devrait aller le rejoindre, se dit-elle. Maintenant qu’il semblait plus relaxe, c’était le moment parfait pour se remettre à sa partie de chasse charnelle. Bon, elle devrait se limiter par respect pour son statut d’homme marié… mais c’était si amusant de le voir ravaler péniblement le désir qu’il avait pour elle.

Elle était à sortir de l’eau quand elle stoppa net. Ce balèze venait-il d’insinuer qu’elle était incapable de se retrouver dans une forêt parce qu’elle était un minuscule bout de femme? La croyait-il incapable de se débrouiller seule? D’accord, elle avait été vaincue lors de leur dernière rencontre, mais c’était uniquement parce que son groupe était en désavantage numérique… et une bande d’incompétents. Sans quoi, il n’aurait jamais été capable de la capturer! Elle s’empourpra.

- Je ne suis PAS perdue. Je suis venue ici parce que c’est précisément là où je voulais être, je te ferai savoir. siffla-t-elle entre les dents. Je te l’ai déjà dit : je voulais profiter de la chute à cause de la chaleur. Et toi, pourquoi n’es-tu pas avec tes hommes?

Elle détourna le regard, légèrement offusquée. Elle se changea les idées en se tordant les cheveux sur le côté, puis envoya la masse blonde derrière elle. Par la suite, elle enleva ses bottes sans accorder la moindre attention à son compagnon. Elle se mit dos à lui et enleva ses pantalons. Ça ne lui servait plus à grand-chose de les conserver maintenant qu’ils étaient tout trempés. Elle en profita également pour envoyer valser sa tunique au sol. Ainsi, elle leur donnerait une chance de sécher avant qu’elle n’entreprenne le chemin du retour au village. Puis, une idée lui traversa l’esprit. Un sourire mesquin caché, elle passa les pouces sous le rebord de ses petites culottes pour les replacer convenablement sur ses fesses galbées. Un coup d’œil par-dessus son épaule lui confirma qu’Imansgar n’avait rien manqué de ce geste lent et calculé.

Elle s’approcha de lui avec un déhanchement à la fois lascif et décontracté. Elle prit place à sa gauche, l’effleurant faiblement au passage. Elle pencha ensuite la tête sur le côté, laissant ses yeux glisser sur le torse du guerrier. Elle releva à peine la tête lorsqu’elle tendit le bras pour toucher un de ses tatouages.

- Que signifie-t-il? Elle continua sa caresse jusqu’à ce qu’elle en atteigne un autre. Puis celui-là?

Elle avait approché son visage du chef de voleurs jusqu’à ce qu’il puisse sentir son souffle chaud sur son épaule. Elle continua son manège, mais il l’interrompit avant qu’elle ne se rende à un troisième tatouage en lui agrippant le poignet. Elle leva un regard innocent vers lui, à l’instar de quelqu’un qui ne comprend pas ce qu’il a pu faire de mal.

- Oh? Ais-je fait quelque chose qu’il ne fallait pas? Je tentais seulement de mieux te comprendre, mon beau. s’excusa-t-elle d’une voix mielleuse.

Elle cligna des yeux quelques fois avant de regarder son poignet, afin de lui demander silencieusement de la relâcher… ce qu’il fit un peu sèchement. Elle fit mine de prendre ses distances, bien qu’elle ne fit que se replacer de façon à prendre appui sur ses mains derrière son dos. La raison était simple : cela lui permettait de bomber le torse, mettant alors sa poitrine en valeur. Elle replia une jambe seulement. Subséquemment, elle secoua la tête pour que ses cheveux tombent librement, en plus de diriger le regard du géant à ses côtés à une autre partie de son corps. Elle reprit la parole après une pause, faisant vibrer ses ailes.

- Je suis une fée, d’où les ailes. Elle pencha la tête sur le côté d’Imansgar et lui envoya un sourire sincère. Une baisse de tension sensuelle ferait du bien au pauvre homme. Je viens d’une famille noble… mais on a choisi la vie guerrière pour moi. Je suis enfant unique, donc pas de frère ni de sœur. Ma couleur favorite est le bourgogne… car ça complimente mes yeux et mon teint. Elle fit des yeux de biche à son interlocuteur pour accentuer son point. Je ne suis pas mariée… Je n’ai même plus de copain. termina-t-elle d’un ton espiègle. C’était de la petite conversation, elle le savait, mais elle espérait détendre le combattant et l’inciter à en révéler plus sur lui. Ça doit être difficile de laisser sa famille derrière, dans le Nord. Elle ne put toutefois résister à l’envie de glisser un doigt sur le bras d’Imansgar, avant de soupirer à voir sa réaction et lever les yeux vers le ciel. Ta femme doit vraiment être chiante… ne put-elle s’empêcher de dire. Allez, retournons jouer dans l’eau! Elle se leva brusquement et attira Imansgar en le prenant par les mains. Elle le traîna jusqu’au bord de l’eau, qu’elle pointa gaiement. Lance-moi à nouveau! s’enthousiasma-t-elle, gesticulant en direction de ses pieds pour qu’il comprenne sa demande.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ansgar
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 29/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Norrois
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Jeu 11 Aoû - 16:14

Un air curieux au visage, le norrois observa la jeune femme s’approcher de lui, puis stopper net sa progression alors qu’elle entendit sa question maladroitement posée. Son attitude changea soudainement du tout au tout et elle siffla quelques paroles furibondes d’un air mauvais. Les propos avaient été articulés trop vite pour qu’il puisse bien les saisir, mais il comprit qu’elle désirait savoir ce que LUI faisait là, seul… et qu’il avait probablement dit un truc déplaisant, à en voir le pourpre qui teintait ses joues.

- Je avoir besoin seul parfois, prononça-t-il malhabilement en prenant une nouvelle gorgée d’eau. Norrois parfois épuisants. You have no idea how they really are. Taking a break is sometime essential for the good sake of my mental sanity!

Un sourire en coin ponctuait ses lèvres fines, et ce, malgré l’air boudeur qu’affichait maintenant Adelyndalombria. Dans un mouvement sec, elle se retourna, ce qui – pendant un bref instant – lui fit penser à Idris. Le même genre d’attitude un peu hautaine ou, du moins, qui démontrait clairement qu’elles n’étaient en rien impressionner par lui. La jeune femme tordit sa longue chevelure dorée, puis retira ses bottes et son pantalon sous le regard attentif du guerrier norrois. Ce dernier ne pouvait détacher les yeux de la scène, appréciant chaque courbe exhibée par la damoiselle. Elle retira ensuite sa tunique qu’elle lança au sol, puis, avec un coup d’œil coquin, replaça sensuelle sa culotte sur son arrière-train bien mis en évidence. Le pouls du jeune homme s’accéléra momentanément alors qu’une multitude de pensées grivoises lui traversaient l’esprit. Elle faisait exprès! Elle avait envie de le faire réagir, c’était plus qu’évident maintenant. Et bien, si elle continuait son petit manège, elle viendrait à bout de lui! Il avait beau se contrôler, mais bientôt, son désir serait plus qu’évident.

La guerrière marcha en sa direction, roulant ses hanches de façon suave à chacun de ses pas. Elle vint s’installer près de lui non sans l’effleurer au passage et Ansgar évita de la regarder. Il devait se concentrer pour éviter de perdre toute contenance. En fait, il n’aurait qu’à s’habiller et partir… et pourtant, une voix au fond de lui le sommait de rester en ces lieux. L’instinct peut-être. Il ne put néanmoins s’empêcher de la regarder du coin de l’œil, notant la façon dont elle le détaillait et remarquant par le fait même la courbe de ses seins qui, malgré une proéminence un peu moindre, semblaient parfaits. Typique des femmes n’ayant jamais enfanté. Le cœur d’Ans battit encore plus vite quand elle posa une main sur son pectoral gauche. Elle caressait le tatouage en forme de patte d’ours du bout des doigts et cela déclencha une multitude de frissons chez le Grand Ours. Ça faisait si longtemps qu’on ne l’avait pas touché de la sorte. En fait, il ne se rappelait pas la dernière fois où une femme lui avait fait autant d’effets. Tout son corps le suppliait de s’abandonner. Son cœur, quant à lui, lui suggérait de mettre sa crainte de côté et de se lancer, pour une fois. Seules sa tête et son implacable logique résistaient toujours.

- It’s the Great Kodiak Bear mark. It’s mean I’ve been blessed by the Great Kodiak Bear when I became a real man. The Spirit protects me and guides me. Puis, il chercha une façon d’exprimer ces propos dans le langage commun. Ours Kodiak. Moi… heu… choisi? Béni? Par Esprit Ours Kodiak.

Il regarda les doigts de la jeune femme qui glissa sur la marque qui était juste à côté : trois barres verticales, comme une griffure. La marque du guerrier. Ce contact tout simple était totalement délicieux, il était forcé de l’admettre. Il releva ensuite son regard acier vers l’Oracle et son souffle s’accéléra alors qu’il voyait ces superbes lèvres s’approcher. Pendant un bref instant, l’idée de pousser la chose plus loin lui traversa l’esprit. Mais il devait se ressaisir! C’était une ennemie! Implacable logique… Si les partisans de Tilda venaient à apprendre qu’il flirtait avec une autre femme (du parti adverse de surcroît), son pauvre père serait foutu! Sortant de sa torpeur de séduction, Ans leva rapidement sa main droite pour se saisir du poignet de la jeune femme et éloigner sa main de lui. Vile tentatrice! Évidemment, Adelyndalombria fit mine de ne rien comprendre et lança quelques excuses bidon d’une voix mielleuse. Elle lui demanda silencieusement de la relâcher, chose à laquelle il obtempéra beaucoup plus sèchement que voulu. Mais visiblement, cela ne la découragea pas pour autant.

L’ancienne esclave reprit position près de lui, s’appuyant sur ses mains, cabrant le dos et ramenant son épaisse chevelure derrière elle. Dans cette position qui se voulait des plus banales, elle mettait en évidence ses attributs féminins, choses que le guerrier remarqua bien malgré lui. Puis, elle fit vibrer ses ailes dans son dos et lui expliqua qu’elle était en fait une « fée ». Race qu’il ne connaissait pas, mais qui l’intriguait vivement. Voyant le sourire sincère qu’elle lui adressait, Ansgar se détendit et écouta les propos qu’elle prononça par la suite, ne comprenant pas leur entièreté, mais saisissant l’essentiel du message. Elle parlait visiblement d’elle dans le but de détendre l’atmosphère ou de l’inciter à faire de même. D’accord, il allait être bon joueur cette fois.

- Moi Norrois. Ansgar Drakkhen. Clan Drakkhen. Avoir 5 frères et sœurs. Moi premier fils. Moi être ours kodiak. Avoir deux enfants, ajouta-t-il en désignant les oursons suspendus à son pendentif de bois… et femme détestée. Venu ici sud pour heu… ressources? Peuple mourir faim…

Puis il réalisa qu’il en disait trop. Il se referma ensuite comme une huître, jugeant qu’elle en savait bien assez. Malgré tout, elle glissa doucement sa main contre son bras, détaillant probablement sa musculature proéminente. Sous l’air renfrogné qu’il arborait, elle laissa aller un commentaire qui, contre toute attente, le fit sourire. « Oh you have no idea how much she is » répliqua-t-il concernant sa femme. Puis, Adelyndalombria se leva en lui prenant la main et l’attira à sa suite en direction de la rivière. Vu les mouvements qu’elle effectuait avec tant d’enthousiasme, il comprit rapidement qu’elle avait envie de se faire propulser dans les airs à nouveau. D’ailleurs, cette idée l’amusa énormément. Elle avait des airs de gamine en ce moment. Bon d’accord, il voulait bien obtempérer pour lui faire plaisir. Il marcha donc dans l’eau à sa suite, mais arrêta de se submerger à la mi-cuisse. Il joignit ses mains ensemble devant lui et d’un mouvement de tête, fit signe à la fée de déposer son pied. « Just push into my hand with your leg and I’ll do the rest ». La jeune femme sembla saisir le but de sa demande et s’exécuta. Lorsque son pied nu toucha les paumes du guerrier, les deux jeunes gens s’échangèrent un regard. Dans un mouvement commun et parfaitement synchronisé, ils firent virevolter la jeune guerrière très haut dans les airs et elle termina son parcours plus loin dans le lagon. Il n’avait suffi que d’une propulsion de la part d’Ansgar et d’une poussée de la part d’Adelyndalombria pour y arriver. Et puis… elle pesait aussi lourd qu’une plume…

Visiblement, ce petit manège plut à la jeune femme qui émergea bientôt, tout sourire. Ils recommencèrent ce petit manège à quelques reprises et Ans éclata de rire en voyant la jeune femme atterrir à plat ventre sur l’eau, émettant un « clac » sonore dans les environs. Oh que ça semblait douloureux! Elle avait visiblement voulu faire un salto arrière et avait échoué. Tels deux gamins, le duo continua de s’amuser, commençant ensuite à effectuer différents sauts depuis le haut de la cascade. Des saltos arrière (réussis cette fois) et avants, des plongeons vertigineux, des « bombes », etc. Ansgar venait de s’enfoncer sous l’eau, bras devant, après avoir effectué un plongeon. Il remonta son torse afin d’opter pour une position latérale dans le but de remonter à la surface quand une silhouette se dessina devant lui, parmi le mur de bulles qui l’entourait. L’eau se clarifia enfin et il vit Adelyndalombria s’approcher, toujours submergée, en sa direction. Elle affichait un sourire coquin aux lèvres, chose à laquelle Ansgar ne put s’empêcher de répondre. C’est à ce moment-là qu’il eut un déclic, comme une révélation. C’était peut-être le côté bon vivant et très vif d’esprit de la jeune femme ou encore la soudaine clarté éblouissante – probablement due par le soleil frappant l’étendue d’eau – qui auréolait doucement la damoiselle… mais Ansgar comprit à ce moment précis qu’elle était différente de toutes les filles qu’il avait croisées jusqu’à présent. Par le passé, bon nombre de femmes avaient tenté de l’attirer dans leurs couches, désireuses de posséder le beau chef d’escadron comme amant, mais aucune d’entre elles n’avaient pu attirer son attention au point de lui faire perdre ses moyens. Elles avaient toutes un truc qui clochait. Mais pas elle. Dès le premier moment où il avait posé son regard sur elle, il avait ressenti une attirance surprenante bien malgré lui. Mais là, c’était plus qu’évident pour lui : cette fille n’était pas comme les autres et il ne pouvait se détourner d’elle maintenant que leurs chemins s’étaient croisés de nouveau. Était-ce un signe des grands Esprits?

Tendant une main vers elle, il caressa instinctivement la joue de la jeune femme dont les cheveux blonds dorés flottant autour d’elle brillaient sous les rayons du soleil telle une coiffe luminescente. Puis, ils réalisèrent enfin qu’ils manqueraient sous peu d’air s’ils décidaient de rester là et ils entamèrent leur ascension. Une fois la tête sortie de l’eau, Ans prit de grandes respirations et tourna la tête vers la fée, la voyant soudainement d’un nouvel œil. Sans plus tarder, il glissa une main derrière la nuque de l’Oracle guerrière et la rapprocha de lui pour se saisir de ses lèvres si alléchantes. Un baiser à la fois passionné et tendre. Un baiser comme il en avait que très peu échangé dans sa vie. Tout naturellement, il passa ses bras autour d’elle et la lova contre lui dans une étreinte presque langoureuse. Il ne savait pas si elle partageait son envie de rapprochement, mais à voir la façon dont elle répondait (et surtout, qu’elle ne le repoussait pas), il avait compris que son flirt de tout à l’heure n’était pas que factice. Du moins, il l’espérait. Ainsi collé l’un contre l’autre, Ansgar se régalait de ce contact peau à peau qu’il n’avait que trop peu expérimenté ces dernières années (pour ne pas dire : pas du tout). C’était comme si toutes ces années de solitude refaisaient surface en un seul coup. Au diable Tilda et tout le clan! En ce moment précis, il n’y avait qu’elle qui comptait. Glissant sa main droite sur le corps de la damoiselle, Ansgar caressa sa taille, puis son flanc et ensuite son dos, remontant jusqu’aux omoplates entre les ailes. Sa peau était si douce… Ses lèvres quittèrent celles de la jeune femme, puis s’aventurèrent le long de sa gorge puis sur sa clavicule. Elle sentait bon… tout était un pur plaisir.

Finalement, Ansgar releva la tête et planta son regard acier dans les iris aux teintes changeantes de la jeune femme. Les yeux si confiants et autoritaires du chef de garnison dégageaient maintenant du désir… mais également de l’incertitude. C’était un jeu risqué… Personne ne devait le savoir. Il était encore temps pour lui de partir, mais il savait au fond de lui que c’était désormais trop tard. Il ne pourrait plus faire marche arrière. Plus maintenant qu’il comprenait qu’elle était trop spéciale pour la laisser partir sans rien faire. Il réalisait maintenant qu’elle était le genre de femme pour laquelle il fallait se battre. Mais était-il raisonnable de mettre tout un clan en péril, même pour un diamant brut?

- No one can know, souffla-t-il du bout des lèvres en scrutant le visage si sublime de la fée. It’s too dangerous. Puis, il leva les yeux au ciel, maudissant la barrière du langage qui les divisait. Personne savoir. Dangereux. Tilda… Vouloir diviser clan Drakkhen. Si savoir… Elle venger contre moi. Il n’était pas sûr si elle saisissait bien le message. Moi détester Tilda. I hate her… In fact, you have no idea how much I despise her. Puis, il montra son annulaire gauche où trônait une bague rudimentaire, lui faisant ainsi comprendre qu’il parlait de sa femme. Portant d’ailleurs un regard à son anneau, il grimaça de dégoût, puis le retira pour l’enfiler à un autre doigt, par simple principe. Il attrapa ensuite le visage de la jeune femme entre ses mains, puis plaqua à nouveau ses lèvres contre les siennes avec envie .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Sam 20 Aoû - 19:17

Les manigances de la jeune femme avaient porté fruit : le grand gaillard s’était progressivement ouvert et baissé sa garde. Il ne voyait plus tant Adelyn comme une menace, mais plutôt en tant que personne avec qui il était possible de passer du bon temps. Il en était grand temps, d’ailleurs! La chevalière commençait à croire qu’il ne se décoincerait jamais! Ressentir l’égaiement en lui tandis qu’il comprenait qu’elle voulait se faire propulser dans l’eau la rassura. Sans pour autant oublier son but ultime, qui consistait à le faire flancher devant ses charmes féminins puisqu’elle s’était mise au défi de le faire, elle souhaitait profiter de ce moment inespéré de solitude pour apprendre à mieux le connaître. Ils n’avaient pas eu, après tout, l’opportunité d’interagir en tant qu’égaux ou en l’absence d’enjeux plus grands qu’eux deux. Son attirance autant pour son physique que pour sa mentalité si différente de la sienne était non feinte.

Elle mordit sa lèvre inférieure, tout en souriant gaiement, lorsqu’il sembla consentir à sa demande. Elle sautilla sur place avant de gambader dans l’eau. Elle expira longuement dans le but de se calmer, ainsi que pour se préparer à s’envoyer en l’air… littéralement. Bien qu’elle ne serait pas entièrement contre d’y aller figurativement parlant. Elle prit appui sur les épaules délicieusement musclées du Norrois afin de hisser plus facilement le pied dans ses mains. Ils n’eurent aucunement besoin d’échanger des paroles, seulement un regard qui voulait tout dire, avant de s’exécuter avec brio. La fée effectua un parfait salto arrière… Du moins, la première fois fut un salto arrière réussi avec élégance, ce qui l’avait enchantée au plus haut point. Tomber à plat ventre quand elle fit une erreur de calcul dans sa trajectoire quelques essais plus tard ne fut pas aussi plaisant, toutefois. Il fut impossible de masquer sa grimace de douleur au géant qui n’avait d’yeux que pour elle. Elle ne manqua pas de le fusiller du regard malgré qu’elle se recroquevilla sur elle-même l’espace de quelques secondes. Tout de même, cela ne l’empêcha pas de se lancer à nouveau dans l’eau. Ansgar et elle s’amusaient comme de vrais gamins! Il n’y a à peu près rien en matière d’acrobatie nautique qu’ils n’essayèrent pas au moins une fois. La demoiselle aux pupilles de jade n’avait pas la moindre idée du temps qu’ils passèrent à batifoler dans l’eau et, pour être honnête, elle n’en avait cure!

Fébrile, l’ancienne esclave contempla son compagnon se jeter à l’eau et décida d’aller le surprendre dans sa cachette aquatique. Elle se dirigea vers lui avec un air espiègle au visage. Toutes ces bulles ne l’empêcheraient pas de le rejoindre! Elle sentit étrangement son battre cœur de façon spasmodique quand il lui renvoya son sourire. Elle nagea sur place une fois qu’elle fut à sa hauteur. Le chef de clan était d’une beauté époustouflante avec ses cheveux qui se laissaient bercer par les vagues, résultat direct de ses mouvements. Son visage légèrement anguleux l’appelait à lui. Ses muscles étaient un parfait canevas pour tous ces tatouages, ceux-ci étant si exotiques en soi. Et que dire de ses yeux métalliques? Instinctivement, la fée ferma les yeux et pencha son visage en direction de la main qui caressait sa joue. Ce mouvement lui semblait si naturel… comme si Ansgar l’avait fait des centaines de fois auparavant et, pourtant, c’était la toute première fois qu’il osait un contact aussi tendre. Elle reconnaissait cette sensation : c’était de l’amour, pur et simple. Elle pouvait faire la femme fière autant qu’elle le voulait, elle ne pouvait nier les profonds sentiments qu’elle éprouvait, et ce, malgré que tout indiquait qu’une relation entre eux était une mauvaise idée. Il venait de se créer un lien entre eux qui ne se briserait pas si facilement.

… Puis elle maudit leur besoin de respirer. L’idée de se transformer en créature avec branchies lui traversa l’esprit; or, malheureusement, le Grand ours kodiak ne pourrait l’imiter. C’est pourquoi elle remonta à la surface avec lui, inspirant profondément dès qu’elle en eut l’occasion. Impulsivement, elle se rapprocha, comme si elle savait qu’il était pour l’embrasser aussitôt qu’ils fussent hors de l’eau. Oh, et comment elle savoura ce baiser! Elle avait l’impression qu’une série de chocs électriques se propageaient sur toute la surface de sa peau. Lyn passa spontanément ses bras autour du cou de son beau, se pressant davantage contre son torse bien charpenté. C’était fou à quel point son mince soutien-gorge en dentelle lui paraissait soudainement être trop épais et dans le chemin. Il entravait un contact peau contre peau qu’elle désirait… non, dont elle avait besoin.

La chevalière poussa un gémissement passionné lorsque le bandit passa la main entre ses ailes. Ces dernières frétillèrent d’elles-mêmes. Bon sang, il lui faisait perdre la tête sur un sacré temps! De son côté, elle empoignait ses cheveux et lui embrassa la joue avant de mordiller son oreille. Elle pencha ensuite la tête vers l’arrière pour donner à son amant un accès plus facile à son cou. Elle enroula les jambes autour de sa taille pour se donner plus de stabilité – même si, à vrai dire, elle avait les jambes un peu molles.

Oh? Pourquoi s’arrêtait-il quand les choses devenaient enfin intéressantes? Une expression mi-offusquée, mi-fiévreuse au visage, la jeune femme planta son regard directement dans celui du Norrois. Ça ne se faisait pas de tout stopper net! S’il la trouvait cruelle de le tenter plus tôt, elle ne lui arrivait même plus à la cheville, là. Elle plissa les yeux quand il prononça des paroles inintelligibles.

- Nous allons devoir faire quelque chose avec tes capacités linguistiques, mon cœur… énonça-t-elle aussi doucement que possible, mais l’irritation pointait dans sa voix. Elle se redressa et s’éclaircit la gorge alors que son partenaire expliquait la raison derrière son hésitation à continuer. D’accord, si c’était pour s’assurer que cette aventure ne se rende pas aux oreilles de sa femme, elle pouvait accepter une interruption temporaire de leur échange langoureux. Il ne devait cependant pas trop s’attarder, car elle n’était pas des plus patientes quand elle avait envie d’un homme. Ne t’inquiète pas, mon chou, ce qui se passe ici… restera entre nous.

Adelyn avait tout à gagner à enterrer cette affaire, d’ailleurs. Après tout, quelle image donnerait-elle sinon : représentante de l’ordre pousse guerrier honorable à commettre l’adultère? Ce n’était pas un tableau très luisant. Sa conscience aurait dû lui dire de reprendre le contrôle d’elle-même; or, un simple coup d’œil aux yeux couleur acier du Norrois et ces bons principes moraux tombèrent brusquement aux oubliettes. Elle accepta volontiers ce nouvel élan de désir. Elle envoya ses mains se balader sur son torse quand elle décida que ses vêtements entravaient beaucoup trop ses mouvements. Ils la démangeaient tout à coup. Elle recula sa tête uniquement le temps d’envoyer son fichu soutien-gorge valser plus loin. Par après, elle positionna ses pieds sur les hanches de son prétendant et lui fit signe de la tête de lui retirer sa culotte. Cela ne sembla pas le déranger le moins du monde. Dès qu’il se fut débarrassé du bout de tissu, la jeune femme s’enroula à nouveau autour de sa taille.

- Que dirais-tu qu’on se rapproche de la terre ferme? susurra-t-elle à son oreille, qu’elle lécha au passage.

Contenu explicite:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ansgar
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 29/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Norrois
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Lun 22 Aoû - 22:31

Ils échangèrent un baiser langoureux voir même passionné. Toutes les fibres du corps d’Ansgar vibraient avec tellement d’intensité… Ça faisait longtemps qu’il n’avait rien vécu de tel! Ses bras musclés enlacèrent la fée, la rapprochant de son corps en ébullition. Il voulait la sentir contre lui, sentir ses doigts délicats parcourir sa peau. Il était en manque de contacts physiques féminins, soudainement. Ni plus, ni moins. Sa conscience lui criait de tout arrêter, de penser à son clan, de ne pas commettre l’irréparable, mais le norrois décida volontairement de l’ignorer. Il s’était oublié depuis trop longtemps maintenant et, pour une fois dans sa vie, il décida de mettre ses propres besoins avant ceux de sa nation. Égoïste? Totalement, mais pour le moment, il n’en avait rien à faire. Chaque contact était si délicieux… comment pouvait-il s’arrêter maintenant? C’était impossible! Et puis, sa virilité le trahissait totalement maintenant. Jamais Adelyn ne le croirait s’il tentait de lui faire croire qu’il n’en avait plus envie.

La passion monta encore d’un cran alors que les mains délicates de la guerrière caressaient allègrement le torse et les muscles proéminents du Grand Ours. Chaque centimètre de peau frissonnait à son contact. Puis, elle se recula un instant simplement pour mieux se débarrasser de son soutien-gorge et Ansgar ne se fit pas prier pour l’aider à retirer sa culotte dès qu’elle lui en fit la demande. Une fois le morceau de vêtement gênant retiré et lancé sur la berge, le grand guerrier esquissa un sourire en coin alors qu’il sentait les jambes effilées de la damoiselle se nouer autour de sa taille. Son désir était si près du sien… Il n’avait qu’un mouvement à faire afin de goûter au plaisir absolu… Mais il s’en abstint, écoutant la proposition de son amante qui en profitait pour lui lécher l’oreille. Il frissonna de nouveau et se contenta d’hocher de la tête. Il relâcha son étreinte à contrecœur puis suivit la fée alors qu’elle lui faisait des signes avec un air coquin. Le couple du moment sortit alors du lagon et une fois près des rochers dont était composée la chute, Ans fut surprit par la force de l’Oracle qui le poussa à s’adosser contre la paroi de pierres. Une main bien posée au milieu de son torse, elle lui intimait silencieusement de ne pas bouger, ayant visiblement une idée derrière la tête.

Spoiler:
 

Les yeux fermés, il ne bougea pas pendant quelques instants, acceptant volontiers cette douce sérénité qui l’envahissait. Il ne pouvait pas croire qu’il s’était privé de ça pendant si longtemps… Lentement, il ouvrit ses yeux argentés pour voir le regard pétillant de sa compagne, tout aussi en sueur que lui. Il fallait dire que leur séance torride doublée de la température ambiante n’aidait pas à leur cause. Ansgar relâcha enfin sa poigne et laissa Adelyn se retirer, à son grand regret. La fée s’allongea sur son torse et le norrois leva sa main pour glisser ses doigts dans sa chevelure dorée. Il se foutait des conséquences politiques qu’engendrait leur relation actuelle. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il était complètement obnubilé par elle.

- You’re so beautiful, souffla-t-il doucement, admirant les traits fins de son visage.

Il enserra son corps frêle dans ses bras puis embrassa tendrement le dessus de sa tête. Il aurait tout donné pour que ce moment ne cesse jamais, pour qu’il n’ait pas à revenir auprès du clan. Oh, certes, il les adorait et ferait tout pour eux… mais maintenant qu’il avait « découvert » Adelyn, il avait l’impression que plus rien n’avait autant d’importance. Il était d’ailleurs d’autant plus décidé à apprendre la langue commune, désirant communiquer avec elle plus que jamais. Il voulait tout d’apprendre de la guerrière. Il en profiterait également pour lui faire connaître la langue norroise, de sorte que, si un jour elle rencontrait d’autres membres de son clan (ou de d’autres clans, qui sait), elle s’aurait se débrouiller.

- Will we meet again? Demanda-t-il en observant le ciel bleu au-dessus d’eux. Hum… Nous revoir? Un jour?

Il savait dès lors qu’il lui serait impossible de ne plus penser à elle. Et puis, cet endroit était parfait pour les visites improvisées, pas vrai? Il n’avait aucune idée si elle ressentait la même chose que lui ou, si au contraire, elle n’avait envie que d’une partie de jambes en l’air. Dans tous les cas, il se contenterait de ce qu’elle voudrait bien lui donner. Il emmerdait d’autant plus Tilda et ses manières de pinbèches. Le seul truc positif qu’elle lui avait apporté était ses enfants… À cette pensée, il porta une main à son amulette en bois représentant deux oursons. Il hésita un instant, puis le retira de son cou pour le glisser à celui d’Adelyn.

- Keep it. Then, maybe you’ll think of me while you are away. Garder. Toi penser à moi quand regarder collier.

Il était sérieux, il voulait qu’elle le garde avec elle. Il n’avait pas besoin de ce collier pour garder ses enfants près de son cœur. Ils faisaient parties intégrantes de lui. C’était suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Dim 28 Aoû - 16:45

Spoiler:
 

Elle s’était activée jusqu’à en perdre d’haleine, mais le jeu en avait valu la chandelle. La chaleur qu’elle ressentait, outre celle de la température ambiante, était tout simplement apaisante. Elle se sentait femme, soit si bien dans sa peau que cela devrait être un crime. Elle caressait inconsciemment le bas ventre d’Ansgar, le regard plongé dans celui acier du grand chef, jusqu’à ce qu’elle comprenne par son non-verbal qu’elle pouvait se retrancher sans ses bras… ou, plus précisément, se coucher directement par-dessus lui. Sa petitesse était définitivement un avantage, car cela lui permettait de rester là sans être un dérangement pour son partenaire. Elle ferma les yeux tandis qu’elle embrassait chacun des tatouages qui ornaient son torse. De plus, nul besoin de comprendre la langue nordique afin de deviner le compliment que lui payait le brigand.

- Toi de même, mon beau… répondit-elle tout bonnement.

Elle sourit en sentant le baiser du Norrois sur sa tête. C’était si romantique comme geste qu’elle se permit de rêver qu’il ressentait peut-être la même chose pour elle… soit plus que de l’attirance physique. La fée trouva soudainement plus que dommage qu’il soit marié. Plutôt que de sentir du remords face à ce qui venait de se passer, elle était jalouse de cette Tilda qu’elle ne connaissait pas. Si Ansgar avait été son homme, il n’aurait pas été aussi amère face à leur mariage. Elle aurait fait de lui un homme comblé et, elle en était persuadée, l’inverse aurait été tout aussi vrai. Mais bon, ce n’était que de la folie qu’elle se permettait d’imaginer parce qu’elle était encore sur son nuage érotique. Comment pouvait-elle faire autrement, d’ailleurs, quand un torse ciselé se trouvait sous la pointe de ses doigts?

Elle ne releva la tête que lorsqu’elle entendit la question du guerrier. Elle le dévisagea un instant. Son cœur battait la chamade et elle devait fournir un effort surhumain pour ne pas sourire d’une oreille à l’autre. L’idée de le revoir l’emballait.

- Oui! Oui, bien sûr que nous nous reverrons! s’empressa-t-elle de lui répondre, avant de prendre son visage dans ses mains et de l’embrasser, telle la femme la plus heureuse du royaume.

Les détails seraient à déterminer plus tard, mais jamais ne pourrait-elle refuser de croiser à nouveau le chemin du Grand ours kodiak. C’était d’autant mieux si elle pouvait profiter de son corps lors de ces rencontres. Elle savait d’instinct qu’il lui serait impossible de se lasser de lui. Elle voulut le complimenter sur ses prouesses sexuelles, mais le moment prit une tournure franchement plus romanesque lorsqu’il lui offrit le collier symbolique qu’il portait autour du cou. Naturellement, la chevalière se redressa et le fixa droit dans les yeux, estomaquée.

- Ansgar, je… je ne peux pas. Je n’ai rien à t’offrir en retour.

Elle fit tournoyer les oursons de bois entre ses doigts fins, touchée de recevoir un tel cadeau. Elle clignota des yeux pour refouler des larmes qui menaçaient de couler. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était si émotive, alors qu’elle était habituée de manipuler les gens pour avoir ce qu’elle voulait. C’était pourtant différent cette fois-ci. Le lien qu’elle était en train de créer avec le Norrois était profond, solide et… intime. Elle savait ce que le pendentif représentait pour lui; ce n’était pas qu’une babiole qu’il lui donnait dans le simple but de lui faire plaisir. Elle le voyait comme une façon de lui donner son cœur, et ce, sans qu’elle en ait fait la demande. Si tel était le cas, elle ne pouvait définitivement pas le refuser.

- Quels sont leurs noms? demanda-t-elle, la voix enrouée, serrant les oursons dans une main. Je me souviens de… de Kha… Khana? Est-ce bien ça?

Son compagnon s’était relevé sur ses coudes pour mieux la voir, puis elle l’écouta parler de ses progénitures. Il sembla ravi qu’elle se soit souvenue du nom d’un de ses enfants. C’était touchant de voir l’amour qu’il leur portant tandis qu’il essayait tant bien que mal de les décrire. Il devait être un père formidable quand il était dans les parages. Sereine, Adelyn se mis à caresser la mâchoire de son amant. Elle dessinait les lignes de ses pommettes avec son pouce.

- Que dirais-tu que je t’apprenne quelques mots en langage commun? Moi t’apprendre mots, d’accord? Puis tu m’en apprendras à ton tour… proposa-t-elle en souriant. Yeux… dit-elle en embrassant les paupières du chef de bande. Nez… continua-t-elle en frottant le sien à celui du Norrois. Bouche… murmura-t-elle en frôlant celles de son partenaire, avant d’ajouter un : Langue… laissant ensuite ladite partie du corps valser avec son équivalent masculin, tout en ayant ses deux mains chaque côté du visage de l’homme nordique. Elle ne se pressa pas de passer à la partie suivante, préférant se délecter de cet échange buccal langoureux. Lorsqu’elle brisa le contact, elle se recula un peu pour permettre à Ansgar de s’assoir plus convenablement. Elle prit ses mains qu’elle fit glisser sur la pointe de ses seins. Poitrine… énonça-t-elle coquinement. Hanches… fit-elle en faisant glisser les mains du guerrier à l’endroit mentionné. Toutefois, lorsqu’il s’enligna pour son bas-ventre, elle se contenta de l’arrêter et de secouer la tête. Tsk, tsk, tsk, pas tout de suite, mon beau. dit-elle avant de s’esclaffer.

Par après, elle profita du fait que son camarade avait replié les jambes pour s’y laisser choir. Cela lui faisait un dossier plutôt agréable. Et comme il avait repris appui sur ses coudes, elle fit grimper ses pieds de ses hanches jusqu’à ses épaules, offrant une vue imprenable sur ses courbes féminines par la même occasion. Elle plaça ensuite les mains sous sa propre nuque, question de mettre sa poitrine encore plus en valeur. Elle lança un sourire sensuel au Grand ours kodiak. La situation était gagante-gagnante, non? Elle était hyper confortable et lui, il pouvait voir tout ce dont il rêvait sans avoir à faire le moindre effort.

- Dis-moi, Ansgar, êtes-vous tous aussi grands? Les Norrois? La fée gesticula des mains pour illustrer sa question du mieux qu’elle le pouvait. Il y a peu de gens de votre taille par ici… C’est… impressionnant. Bah oui, elle était petite et elle le savait! Je n’ai jamais vu de Norrois avant de te croiser… mais je dois dire que vous n’êtes pas très dur sur les yeux… À voir sa mine, elle sut qu’il n’avait pas compris ce à quoi elle faisait référence. Ce que c’était mignon! Toi, séduisant. Moi aimer faire amour à toi. dit-elle comme une femme primitive, mais l’important était qu’il comprenne… et le sourire de son amoureux secret en disait long sur le bonheur qu’il ressentait face à ces propos.

Puis, parce qu’elle avait envie de rire, elle lui chatouilla les oreilles du bout de ses orteils. Elle fut sur ses pieds en deux temps, trois mouvements lorsqu’il tenta de l’attraper par les pieds pour avoir osé faire une telle chose. Elle se rua de nouveau à l’eau en riant, puis en l’éclaboussant quand il tentait de s’approcher. La guerre des eaux était à nouveau ouverte!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ansgar
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 29/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Norrois
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Jeu 1 Sep - 9:58

Un sourire ponctua ses lèvres alors qu’il vit l’expression teintée d’émotion de son amante. Visiblement, elle comprenait ce que ce collier représentait pour lui et était en mesure de peser toute l’ampleur de ce geste. La jeune femme laissa pendre le collier entre ses doigts, laissant pivoter lentement les oursons de bois sous ses yeux émus. Elle lui demanda ensuite – d’une voix enrouée – quel était le nom de ses enfants et Ansgar ne put s’empêcher de sourire et de hocher de la tête lorsqu’elle prononça le prénom de sa fille aînée. « Hélicie, Avo », articula-t-il en réponse à sa question. Il se redressa doucement sur les coudes, puis jeta un regard complètement attendri à sa compagne du moment.

- My children are up to the North, with my despicable wife, commença-t-il lentement pour donner une chance à Adelyn de suivre ses propos. They are – as far as I know – the best things that happen to me in my whole life. I would like to bring them with me, down to the south, but it’s too dangerous for them to live here… Puis, il jeta un regard à la jeune femme, réalisant que, par inadvertance, il insultait un peu les forces de son royaume. Heureusement, elle ne comprenait pas encore tout ce qu’il disait. Mais il devait admettre que, malgré tout, il aimait particulièrement ces terres verdoyantes… même si les Territoires Gelés lui manquaient parfois. Une fois qu’ils seraient plus solidement ancrés dans ce royaume, il retirerait ses enfants des griffes de Tilda et ils vivraient tous ici-bas… Belle utopie.

Dans un mouvement affectueux, la fée leva la main et vint caresser la ligne de la mâchoire du guerrier, ce dernier scrutant ses moindres traits avec tellement de tendresse. Adelyn lui proposa de lui apprendre quelques mots de commun en un langage plutôt rustique, ce qui le fit sourire. Il était plus que d’accord, désireux de pouvoir communiquer mieux avec elle. Par le fait même, il lui apprendrait le norrois, de sorte que, si un jour elle en croisait d’autres sur sa route pendant son absence, elle pourrait se débrouiller. « Eyes » fit-il alors qu’elle embrassait ses paupières en prononçant l’équivalence commune. « Nose » ajouta-t-il un sourire aux lèvres alors qu’elle frottait son nez contre le sien. « Mouth » souffla-t-il en sentant ses lèvres frôler les siennes. « Tongue ». Il ouvrit la bouche afin d’accueillir la langue de son amante avec joie, la faisant valser avec la sienne langoureusement. Leur échange buccal dura de longues minutes, les bras du guerrier se resserrant autour du corps frêle de la fée. Son pouls accélérait de nouveau. Il avait encore envie d’elle. En fait, il ne l’en lasserait probablement jamais. Finalement, Adelyn rompit le contact et se redressa afin de lui permettre d’opter pour une position assise. Elle prit ses mains dans les siennes et incita le norrois à caresser la pointe de ses seins avec un air coquin. « Breast » prononça-t-il avec un sourire charmeur. Puis, ses mains glissèrent le long de sa taille pour finalement s’arrêter sur ces hanches si invitantes. « Hips ». Son sourire s’accentua alors que ses doigts baladeurs se dirigeaient vers la féminité de la chevalière. Sa bouche s’approcha de la sienne et il allait prononcer l’équivalence norroise de cette partie de son anatomie quand elle l’arrêta. Une légère moue se dessina sur ses traits, ce qui soutira un éclat de rire de la part d’Adelyn.

Ansgar replia les jambes dans une position confortable, laissant son ancienne esclave se choir contre lui. Elle se coucha ensuite sur le dos, mains derrière la tête, et laissa reposer ses pieds contre ses épaules dans un air presque coquin. C’est qu’il avait une superbe vue! Elle s’amusait de son envie, pas vrai? Elle lui posa ensuite une question, faisant clairement référence à sa grandeur. Que pouvait-il dire à ça? Certes, ils n’étaient pas tous aussi grands que lui, mais visiblement, le plus petit des norrois qu’il avait vu (son frère en l’occurrence) paraissait effectivement très grand à côté d’elle. « Norrois tous grands. Doit être fort et grand pour vivre nord. Toi avoir jamais vu norrois… car moi et hommes premiers au sud. In fact, there are many clans like ours in the Frozen Lands. But the Drakkhen family is, by far, the greatest of all. » Un sourire peignit ses lèvres alors qu’il s’enorgueillit du statut de son clan parmi tous les peuples du nord. Puis, la suite des propos qu’elle articula le laissa interrogateur. En fait, il n’avait pas compris ce qu’elle voulait dire. Lorsqu’elle prononça ses paroles de façons basiques – tout comme lui – Ansgar éclata de rire. Ah bah! Voilà qui était rassurant. Elle aimait coucher avec lui! « You know, I feel the same about you. I crave to make love to you again… what about… now? » Pour toute réponse, Adelyn étira sa jambe et vint chatouiller ses oreilles du bout de ses orteils. Une mine faussement offensée apparue sur les traits du guerrier qui tenta de l’attraper. La fée fut, toutefois, plus rapide et bondit sur ses pieds pour s’élancer vers le lagon à nouveau.

Oh, elle croyait pouvoir s’en sortir si facilement? Un sourire de défi aux lèvres, le guerrier bondit également sur ses pieds et s’élança à sa suite. Adelyn flanqua un coup de pied dans l’eau et le jet lui heurta directement le visage. Ans toussota un peu, ayant avalé du liquide par inadvertance sous le regard hilare de son amante, puis s’élança en direction de la guerrière. Malheureusement pour lui, il ne fut pas suffisamment rapide pour l’agripper, car la damoiselle décida de prendre son envol… Ça, ce n’était pas du jeu! Le pire, c’est qu’elle voltigeait au-dessus de lui juste assez haut pour que le bout de son doigt lui frôle le talon. Une mine boudeuse traversa le visage du grand guerrier et ce dernier fit semblant de se désintéresser d’elle en grimpant à nouveau les rochers pour monter tout en haut de la cascade. Il avait visiblement l’intention de plonger une nouvelle fois. C’est alors qu’une idée lui traversa l’esprit : elle avait voulu l’éclabousser, un peu plus tôt? Ce petit jeu se jouait à deux!

Ansgar se recula de plusieurs mètres, histoire de se donner de l’élan, puis se mit à courir en direction de la chute. Toutefois, au fil de ses pas, son corps se métamorphosa, prenant l’apparence d’un immense ours kodiak. La bête poussa un grondement amusé puis se jeta en bas de la chute, ramenant ses pattes contre elle dans le but de faire une « bombe ». Le jet d’eau fut tel qu’il éclaboussa Adelyn qui était toujours en vol et inonda littéralement les rives du lagon. L’ursidé sortit sa tête de l’eau et tenta de retrouver Adelyn. Il ne la voyait nulle part. D’instinct, il renifla l’air de ses immenses nasaux et sursauta alors qu’elle émergeait de l’eau à ses côtés, le jet l’ayant visiblement entraînée vers le bas. Sans plus attendre, le norrois reprit sa forme originelle et gloussa alors que sa compagne martelait sa poitrine de ses poings. Elle avait visiblement eu la frousse! Finalement, il l’emprisonna de ses bras costauds, couvrant sa gorge de baisers, puis sa mâchoire, puis ses oreilles… Il la rapprocha de lui, sentant sa poitrine se plaquer contre son corps qui en demandait déjà davantage…

Le reste de l’après-midi se déroula à merveille. Le duo riait, jouait, se découvrait. Ils apprirent les subtilités de la langue adverse, autant figurativement que littéralement. Ils firent l’amour à plusieurs reprises, en découvrant un peu plus à chaque fois sur les préférences de l’autre et apprenant tranquillement par cœur le corps de l’autre du bout des doigts. Ansgar ne se rappelait pas quand était la dernière fois où il s’était senti aussi bien. Il était complètement fasciné par Adelyn, admirant à chaque instant sa longue chevelure dorée brillant de mille feux au soleil et lui donnant l’impression, à chaque fois, qu’elle portait une couronne lumineuse. Elle était parfaite. Ni plus, ni moins. Puis, le ciel commença à se teinter d’orange, signe flagrant de la fin de la journée. Ansgar devait rejoindre les siens, sinon, ils se demanderaient où il pouvait bien être passé et entameraient les recherches. Mieux valait éviter.

Assis sur un énorme rocher, Ansgar terminait de lacer l’une de ses bottes, dernier morceau de vêtement qu’il avait enfilé. Sa tunique en lin beige collait encore un peu à son corps, signe de l’humidité encore présente sur sa peau suite à une énième baignade. Reprenant sa lanière de cuir, il noua à nouveau sa chevelure trempée à sa nuque puis planta son regard acier sur sa compagne qui terminait d’attacher sa ceinture. Bien qu’il fût trop orgueilleux pour l’admettre, il ressentit un pincement au cœur alors qu’il savait qu’il devait se séparer d’elle. Il aurait aimé que leur journée perdure éternellement… Il se redressa, puis s’approcha dans son dos. Il enlaça tendrement sa taille et posa quelques baisers légers sur sa nuque dégagée, ses longs cheveux brillants coulant comme une rivière d’or sur son épaule droite.

- I don’t want to go, souffla-t-il à son oreille. Moi vouloir rester toujours ici. Avec toi.

Doucement, elle se retourna pour lui faire face et Ans étira le cou pour l’embrasser tendrement. Il la serra contre lui avec amour, comme s’il aurait voulu ne jamais la laisser partir. Malheureusement, à sa grande déception, ils se séparèrent pour s’afférer accrocher leur arme respective à leur taille, dernier préparatif avant le départ. Le couple entama donc sa marche à travers les arbres, main dans la main, espérant étirer leur contact le plus possible. Ils savaient tous deux que, d’ici quelques mètres, ils devraient se séparer pour de bon. Ansgar repoussa doucement un grand buisson qui se trouvait sur sa route afin de dégager le passage, quand soudain, il se figea.

Un énorme colosse se tenait devant lui, ses babines retroussées un rictus mauvais. Sa peau était d’un vert olive peu ragoûtant et des crocs montaient de sa mâchoire du bas vers le haut, lui donnant des allures de monstre. Ses cheveux noirs rêches étaient attachés en une natte sommaire et ses yeux d’un noir profond le toisaient. Et cette odeur… pourquoi ne l’avait-il pas sentie plus tôt? La créature était plus grande que lui (ça se pouvait?!) et ses muscles proéminents où ressortaient quelques veines démontraient bien ses années d’expérience de combat. Ansgar fit donc, pour la première fois, la rencontre d’un orc.

- What the…?!

Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’une immense masse rudimentaire le heurta de plein fouet, le faisant virevolter vers l’arrière. Son corps heurta un grand chêne de plein fouet et il tomba en position assise au sol, complètement sonné. Sa tête tournait, son regard était flou et ses oreilles bourdonnaient. Il ne pouvait pas se relever, pas maintenant. Ses yeux brumeux purent constater que le monstre s’en prenait maintenant à Adelyn, lui agrippant le bras sans aucun ménagement. Il balança la jeune femme dans les airs comme un chien qui s’amuse avec un jouet puis la fracassa à son tour sur un arbre avant de s’éloigner avec elle. Ansgar jurait intérieurement, mais ses sens, encore trop sonnés, l’empêchèrent d’agir.

Allez, debout!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Sam 17 Sep - 10:47

Il n’y avait pas de mot pour décrire le bonheur qu’elle ressentait face à cette sublime journée… Il n’y avait pas de mission à accomplir, personne pour la brimer dans ses actions, aucune limite de temps – ne serait-ce que de retourner au campement avant la tombée de la nuit – et pas d’attentes forcées sur elle. Ce relâchement temporaire de toutes ses responsabilités habituelles lui faisait le plus grand bien. Elle pouvait enfin être elle-même et se laisser aller. Rien ne l’empêchait de jouer dans l’eau comme une gamine; elle adorait ça! Elle taquinait le séduisant Norrois qui lui tenait compagnie, et il se vengea des manèges aériens de la fée en usant de sa forme bestiale pour faire une bombe dans l’eau.

Adelyn, qui avait fait l’erreur de se rapprocher de lui afin de le titiller davantage quand il s’était éloigné, regretta rapidement d’avoir baissé sa garde. Le jet d’eau avait été tel qu’il lui avait été impossible de demeurer dans les airs. Elle n’avait donc eu d’autre choix que de se laisser projeter dans le lagon, puis nager jusqu’à la surface. Elle inspira une grande bouffée d’air lorsqu’elle se retrouva enfin la tête hors de l’eau. Elle tourna la tête d’un côté, puis de l’autre, cherchant le responsable de son « accident » et ne manqua pas de se diriger vers l’ours en toute vitesse. Qu’il reprenne sa forme humanoïde n’empêcha en rien la chevalière à lui donner des coups de poings sur le torse… bien que, pour être honnête, elle n’y mettait pas énormément de force. Sans compter que son sourire trahissait son amusement face à la façon dont elle s’était fait prendre.

D’ailleurs, elle fut des plus ravies de se retrouver couverte de baisers par son nouvel amant. Il n’avait pas idée à quel point elle le désirait de tout son être… mais elle avait bien l’intention de le lui faire savoir. Elle en eut maintes fois l’occasion au cours des heures qui suivirent car, en-dehors de leurs jeux près de la chute et de leurs conversations plus qu’instructives, ils se laissèrent aller aux plaisirs de la chair à nombreuses reprises. Chaque partie de jambes en l’air était plus délicieuse que la précédente, les amoureux découvrant les préférences de l’autre au fil et à mesure qu’ils s’enlaçaient langoureusement. La jeune femme était définitivement comblée en matière d’amour et de passion, c’était indéniable. Déjà, elle se languissait de la prochaine fois où ils pourraient s’amuser charnellement. Ça ne serait jamais trop tôt à son goût!

Malheureusement, toute bonne chose a une fin. Ainsi, il vint un moment où les amants durent faire face à la réalité : ils devaient partir chacun de leur côté. Ce fut donc à regret qu’Adelyn remit ses vêtements à moitié secs. Elle glissait de temps à autre des coups d’œil au Norrois, cherchant à graver chacun de ses traits dans sa mémoire. Après tout, elle ne savait pas combien de temps s’écoulerait d’ici leur prochaine rencontre. Il lui fallait bien quelque chose pour animer son imagination la nuit en attendant qu’ils puissent se retrouver, n’est-ce pas?

La fée ferma doucement les yeux alors que le Grand ours kodiak l’enlaça par derrière. Elle savoura chaque baiser sur sa nuque et, surtout, la sensation de ses bras musclés autour de sa taille. « Je n’ai aucunement envie de partir, moi non plus… » murmura-t-elle, puis elle lança un regard désolé à son compagnon, son cœur s’étant serré davantage en l’entendant dire tout haut ce qu’elle pensait tout bas. Elle non plus, elle ne voulait pas se séparer de lui. Leur journée ensemble avait été bien trop courte. La chevalière entreprit ensuite de faire face à Ansgar, question de profiter d’un dernier baiser avant d’enfiler ses armes. « Nous nous reverrons plus tôt que tard, je te le promets. » lui susurra-t-elle avant de se détacher de son étreinte.

Tout son être lui criait de retourner là où elle se trouvait à peine quelques secondes plus tôt, d’oublier Alombria et tous ses devoirs, de continuer à profiter de l’homme qu’elle s’était surprise à aimer… Or, sa tête ne le lui permettait pas. Fuir sa vie aurait été lâche; elle était suffisamment brillante pour trouver une façon de faire concorder sa vie occupée à celle du chef de clan, pas vrai? Elle devait y croire…

Toutefois, rien ne lui empêchait d’entrelacer ses doigts entre ceux de son amoureux, tandis qu’ils quittaient le lieu idyllique de la chute d’eau. Elle caressait la main du guerrier de son pouce même si, en surface, elle feignait d’être indifférente à la séparation inévitable qui se rapprochait de plus en plus. La réalité était pourtant qu’elle ne se concentrait uniquement sur le contact entre eux. Elle avançait sans réfléchir à autre chose que les moments partagés avec le Norrois… jusqu’à ce qu’ils se retrouvent face à face avec un orc. Lyn serra la mâchoire : c’était bien sa chance de tomber sur un fichu monstre gigantesque dans un tel moment!

Elle s’en voulut à s’en mordre la lèvre au sang quand l’ennemi les prit une fois de plus par surprise et qu’il balança Ansgar comme s’il n’était qu’une mouche dans son chemin. Si elle avait porté le moindrement attention à son environnement, plutôt que de rêver comme une connasse d’adolescente pré-pubère, son don d’empathie aurait pu leur faire éviter toute cette histoire! Ou, dans le pire des cas, le duo aurait au moins été prêt à faire face à cet orc. Elle fit un pas vers l’arrière afin de prendre une position de combat, car il ne faisait aucun doute que le monstre ne tarderait pas à s’en prendre à elle. Elle leva le bras afin de lui trancher un bras, mais il la déjoua en l’agrippant violemment et la soulevant dans les airs.

- Merde! cria-t-elle sur le coup.

Elle n’avait aucune chance de reprendre le contrôle de sa trajectoire, l’orc l’ayant propulsé bien trop fort. Elle en eut un haut-le-cœur et faillit être malade, ce qui aurait été atroce pour toutes les personnes présentes. Elle fit néanmoins un effort pour agiter ses ailes, mais ce fut en vain : son corps se percuta à son tour à un arbre et le coup fut assez fort pour qu’elle perde connaissance. Heureusement, elle revint à elle-même quelques secondes plus tard. Elle pouvait encore voir Ansgar au sol, immobile. Comment avait-elle pu laisser une telle chose arriver!? Elle plissa les lèvres. Elle devait voir le positif : l’orc ne semblait plus accorder la moindre attention à son amant, ce qui signifiait qu’il était en sécurité. Il ne manquait plus qu’elle trouve une solution pour se déprendre. Elle déduit que sa forme actuelle ne suffirait jamais à la libérer, car elle n’avait ni la force pour se faire, ni accès à son épée pour faire un peu de dommage à la créature qui la trimballait comme un sac à patates. Elle se concentra, jusqu’à ce qu’elle sente un vrombissement parcourir toutes les fibres de son corps. De longues griffes acérées poussèrent au bout de ses doigts, puis une douleur aiguë lui transperça le dos tandis que ses ailes disparaissaient. La fée préférait, après tout, ne pas risquer de les endommager de façon permanente dans le combat à venir.

Par après, sans crier gare, elle enfonça ses griffes dans le dos de l’orc. Elle ne put faire difficile sur l’emplacement de son attaque; elle lacérait tout ce qui était à portée de main. Son ravisseur ne manqua pas de vouloir se venger. Or, sa victime n’avait plus l’intention de se laisser faire. Elle se tortilla assez vite pour éviter de se faire agripper et projeter plus loin. Tout ce mouvement lui fit perdre équilibre, ce qui eut pour résultat de la faire culbuter au sol. Elle était, bien malgré elle, encore trop sonnée pour atterrir sur ses pattes comme un chat. Mais bon, l’important était qu’elle ne se faisait plus trimballer, n’est-ce pas? Elle saisit, d’ailleurs, cette chance de détaler comme un lapin afin d’éloigner autant que possible l’orc de son bien-aimé. Elle ne voulait pas le ramener dans ce merdier, il ne le méritait pas.

Son poursuivant ne tarda pas à couvrir la distance qui le séparait de la chevalière, mais sa vitesse ne fut pas suffisante pour qu’il puisse mettre le grappin sur sa proie. Il fut, toutefois, assez près d’elle pour l’envoyer faire des roulades après qu’elle ait sauté par-dessus une souche d’arbre. Disons que la jeune femme déboula la colline parsemée d’arbres de façon plutôt saccadée… et douloureuse. Elle tenta de se relever, en vain. Son bras ne supportait pas le poids de son corps. Sans doute avait-elle heurté un rocher ou une branche, car elle avait une vilaine entaille, qui saignait abondamment. Ce n’était rien qu’un bon guérisseur ne pourrait pas régler, mais elle se retrouvait dans un pétrin. Sa situation était soudainement devenue beaucoup plus problématique qu’elle ne l’était… car l’ennemi n’avait pas eu sa malchance et il s’approchait à grand pas, un rictus mauvais affiché au visage. Adelyn ne voulait même pas se risquer à imaginer ce qu’il avait l’intention de faire avec elle s’il devait parvenir à la capturer. Les femmes avaient rarement un bel avenir dans ce genre d’enlèvement…

Parandar décida cependant que ce serait un autre scénario qui se déroulerait car, tout à coup, le Grand ours kodiak, sous sa forme bestiale, fit un retour glorieux en bondissant directement sur le dos de l’orc. La guerrière soupira de soulagement, mais ne perdit pas un instant de plus avant de profiter de cette distraction inattendue – mais bienvenue – pour envoyer une illusion de choc électrique insoutenable à l’ennemi, ce qui donnait un avantage à son partenaire. Puis, la chevalière trouva un moyen de se remettre sur pieds, grâce à l’appui d’un arbre tout près. Elle se rapprocha ensuite tant bien que mal des combattants et, pendant qu’Ansgar maintenait l’ennemi au sol, elle saisit son épée de son bras valide et l’enfonça dans la gorge de ce fichu orc. Celui-ci ne se laissa pas abattre aussi facilement, tirant sur la cheville de la jeune femme et la faisant tomber durement au sol. Visiblement, c’était la journée pour se faire malmener! Néanmoins, le chef des guerriers du kodiak était là pour l’achever une bonne fois pour toute, vengeant ainsi son amoureuse et lui-même.

La fée ferma les yeux le temps de reprendre son souffle et, quand elle les rouvrit, elle constata que son amant avait repris une forme humanoïde. Elle lui lança un sourire triste et, dès qu’il s’approcha, elle sauta dans ses bras. Elle s’enroula autour de lui tandis qu’il passait une main sous ses fesses. Elle le serra ensuite de toutes ses forces, puis elle l’embrassa plusieurs fois sur la joue, pour terminer sur sa bouche. Leur baiser fut langoureux et dura un bon moment. Éventuellement, la chevalière recula sa tête et laissa Ansgar coller son front au sien. Il semblait exprimer beaucoup de son affection de cette manière, ce qu’elle trouvait particulièrement mignon.

- Merci… pour tout… souffla-t-elle tout bas.

Elle profita des derniers instants dans les bras de son amoureux pour étendre ses sens, dans le but de repérer la moindre menace à proximité. Il n’était pas question qu’elle se fasse avoir de la sorte une deuxième fois! Elle ne ressentit aucune mauvaise intention… mais ils n’étaient pas seuls. Plus loin, à une certaine distance, se trouvait un groupe à la fois déterminé et inquiet. Elle indiqua donc au Norrois qu’elle voulait retourner par terre. Ce fut une bonne décision, car elle entendit des voix l’appeler au loin. C’est alors qu’elle comprit que le « Lady Adelyn? Lady Adelyn! » provenait de ses soldats. Ils venait vraisemblablement la chercher puisqu’elle s’était absentée plus longtemps que prévu. Elle se tourna donc vers le guerrier nordique. « Reprends ta forme animale, Ansgar… et pars, vite! Tu dois fuir avant qu’ils ne te voient et se mettent à poser des questions. Je leur dirai que j’ai affronté l’orc seule et que toutes ses marques viennent d’une de mes métamorphoses. Allez, va! » Elle l’urgea de fuir une fois de plus, le cœur lourd, puis l’observa tristement s’éloigner à grands pas.

**[Ansgar] Prend soin de toi… Nous nous reverrons, Ansgar. Je te le jure.**

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   Dim 18 Sep - 9:10

[RP TERMINÉ]

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Us [PV ADELYN]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Us [PV ADELYN]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: