Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caius
Inquisiteur(rice) royal(e)


Messages : 16
Date d'inscription : 24/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 Ans
Race: Humain
Âme soeur: Aïcha

MessageSujet: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Lun 11 Juil - 21:51

Caius passa le pied de la porte. Cette même porte qu'il passa maintes et maintes fois depuis près de trois ans. Il était presque régulier comme une horloge. Certaines fois, des situations hasardeuses dû au travail ou à la guerre réduisait les espaces de ses visites.  Un besoin de décompresser, d'évacuer le stress ou même un besoin de chaleur humaine. Dylan, c'était bien, mais Aïcha c'était mieux dépendant des besoins. Il salua Clomi comme à son habitude. Par contre, il déclina la coupe de vin avant même que la charmante fille ouvre la bouteille. Aujourd'hui, il n'était pas là pour ça.

L'inquisiteur l'a regarda de loin. Magnifique, splendide, sûre d'elle et en pleine possession de ses moyens devant la plèbe qui se massait accompagné par le bras de ses filles et garçons. Un point avait changé cependant. Non, deux points pour être plus précis ! Une visite imprévue de sa part au conseil du château présenté comme la sœur de son futur Roi ! Pas un mot, pas une remarque ou un indice avait été laissé pour qu'il apprenne la nouvelle.  En fait, le pauvre juge se mentait à lui-même. L'information avait circulé, mais dans les dernières réunions du conseil dont il n'avait PAS assisté. Trop accaparé par son travail. La nouvelle le frappa de plein fouet tout comme le deuxième point. Caius avait l'habitude de la voir dans son royaume. Avec ses robes et tout ce qui définissait l'endroit. Cette fois-ci, elle se présenta en dehors de sa zone de confort. Il était tout aussi belle et habillée somptueusement, mais la situation l'intimidait quelques peu. Cela laissait place à une dame ‘'sans protection''. C'est à ce moment qu'il la vue. Dylan lui en avait parlé plusieurs fois de cette fameuse lumière avec Nata. Jamais n'aurait-il pensé la voir. Surtout avec celle qu'il passe ses nuits torrides depuis trois ans. Combien de personnes avait-elle rencontré lui proclamant haut et fort d'avoir vu cette lumière uniquement pour avoir une nuit et les suivantes avec ?  Jamais elle ne le croirait.

Il avait tranquillement vers l’estrade de miss. Peu de gens firent mention de sa présence. Après trois ans en tant que régulier, les chuchotements avaient presque tous disparu. Il y avait toujours les trois mêmes filles qui affinaient leurs atouts. L’espoir faisait vivre…

‘’Bonsoir Aïcha.  Je… woooo.’’ Un mauvais pas ! Un seul en trois ans et c’était maintenant que cela arrivait. Son pied percuta la marche de l’Estrade. Il se mit à tituber, accélérant sa course vers l’avant pour reprendre son équilibre. Trop peu trop tard. Son approche fut spectaculaire et précise ! Tellement que son visage atterrit dans l’entre-jambe de la reine de ses lieux. Les ‘’OH !’’ et les petits rires cachés apparurent assez rapidement. Tranquillement, il se retira prenant soin de ne pas prendre une grande respiration trop près d’elle. ‘’Je crois que j’ai la tête ailleurs…est-ce que vous allez bien ?’’dit-il avec le sourire. Il ne prit pas le fauteuil à côté d’elle comme à son habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïcha
Directrice d'orphelinat


Messages : 22
Date d'inscription : 08/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 33 ans
Race: Insecte
Âme soeur: Caius

MessageSujet: Re: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Mar 26 Juil - 14:46

Comme à son habitude, Aïcha siégeait sur sa cour des miracles. L’estrade sur lequel était posé son fauteuil, officiant de trône, lui donnait la meilleure vue possible de l’endroit. Ses protégés bourdonnaient dans la salle principale, affichant atouts et sourire. Les couleurs, les soieries… tout cela était particulièrement magnifique à regarder. Il faisait chaud dans le bordel, un peu humide même. Une atmosphère feutrée, mystérieuse semblait flotter sur les occupants de l’établissement. Probablement dû aux bâtons d’encens qui brûlait doucement, libérant leurs douces fragrances en même temps qu’une légère fumée. Elle se sentait tellement mieux ici qu’au château ! Son frère, l’amour de sa vie et propriétaire de son cœur l’avait fait venir au conseil royal pour y être présentée. Elle allait devenir Princesse quand son frère épouserait la Reine. Toute cette situation la rendait légèrement nauséeuse. Parandar avait été bien cruel de lui arracher son frère et de la forcer à parader devant les membres de la royauté comme si elle était une véritable dame!

Gareth avait peut-être fini par oublier qui il était, mais elle… La tenancière se souvenait des bas-fonds, de la maladie, de la mort. Elle se rappelait avoir maudit plus d’une fois la royauté, qui les laissaient à mourir de faim dans les champs reculer de leurs pays alors qu’ils s’empiffraient dans leur château. Et maintenant voilà que Gareth devenait Roi. Mais elle ? Elle n’était pas faite pour bien paraitre à la cour. Elle était faite pour être Reine aussi… reine des bordels. Pourtant, elle s’était quand même présentée avec un sourire devant la future famille de son jumeau. Dans une délicate robe de mousseline verte lacée, aux manches si longues qu’elles en couvraient même ses mains, elle avait souri devant leurs regards scrutateurs. Elle avait pris le temps de se préparer, ses cheveux à moitié cachés par la capuche de la robe avaient pris des heures à être tressés et attachés. Une véritable torture qu’elle avait leur avait infligé, eux qui étaient toujours aussi libres que l’air. Mais pour paraitre devant le conseil royal, un certain luxe prévalait. Comme elle c’était senti diminuée ! Timide, réservée. Elle qui siégeait ici avec prestance et fermeté avait tout eu de la donzelle timorée. Ce n’était pas son domaine, elle ne s’y sentait pas capable de s’imposer. Là-bas, elle était une jeune fleur délicate, jumelle du futur Roi. Mais ici, dans ce lieu chéri, Reine elle était. Son port altier ne trahissait aucune faiblesse.

La porte de son établissement s’ouvrit sur le Prince Justice et elle sourit. Elle s’était attendue à le voir rappliquer en vitesse. Trois ans, qu’il venait ici. Pas une fois il n’avait payé. Elle s’offrait avec plaisirs au Prince. Il fallait dire que Caius était aussi agréable à regarder que bon dans les draps. C’était un petit plaisir coupable, qu’elle se délectait de prendre et reprendre. Jamais, il n’avait su sa filiation avec l’espion et amant de sa sœur. Ce n’était pas important à l’époque. Puisqu’elle ne croyait pas du tout que Gareth finirait par asseoir ses fesses sur le trône ! Mais maintenant… la machine à scandale pouvait à tout moment déferler. Le futur Roi était copropriétaire d’un bordel après tout. Bordel tenu par sa propre sœur. Aïcha avait presque hâte de voir ce que ça allait donner. Après tout, rien de mieux pour enterrer le possible scandale de sa relation incestueuse qu’un scandale sur le titre de propriété ! Quoi qu’il en soit, le prince blond allait vouloir avoir plus d’information, elle s’en doutait. Elle qui avait parfaitement évité le sujet de sa vie depuis plus de trois ans ! Bien sûr, il connaissait ses opinions politiques, des détails de ses goûts et plein d’information plus ou moins personnelle… mais en aucun cas, il ne connaissait son Histoire. Il refusa le vin que Chlomi allait lui servir et elle soupira intérieurement. Elle avait raison, il venait demander des comptes. Au moins, ne semblait-il pas en colère. Peut-être un peu troublé, mais pas en colère. Le choc avait dû l’assommer quand il l’avait vu là-bas ! Elle, elle s’avait parfaitement qui serait présent… mais lui… elle rit mentalement, finalement la situation n’était peut-être pas si catastrophique !

Elle le regarda avancer vers elle. Ses yeux, moqueur et ironique brillait de plaisirs en le voyant traverser l’endroit comme s’il en était le Roi. Tous ici étaient habitués à le voir traverser la pièce pour venir s’installer à ses côtés et discuter avant de monter. Plus personne ne sourcillait ou ne chuchotait. Le peuple s’inclinait avec grâce, sa cour des miracles bruissait sous les froufrous des révérences alors qu’il venait la rejoindre.

Elle le fixait dans les yeux sa coupe à la main alors qu’il approchait. Si là-bas était son domaine, sa cour à lui… ici c’était elle qui commandait. Il était dans son royaume. Ses lèvres pleines dans un sourire factrice… mais il pourrait voir au-delà, le véritable sourire qu’elle lui accordait. Au fil des années elle avait fini par l’apprécier plus qu’elle n’aurait imaginé et elle se languissait de leurs discussions. Mais ce qui lui plaisait surtout, c’était de pouvoir laisser son humour trainer sur l’homme sans qu’il ne s’en offusque. Pratiquement puceau la première fois qu’il avait partagé ses draps, il avait fait beaucoup de chemin depuis. Il la salua, sa voix lui envoya quelques frissons d’anticipation au moment où tout bascula. Au sens propre. Le Prince s’emmêla les pieds et chuta vers l’avant dans une scène grotesque, digne d’une parodie, dans une course contre l’équilibre, il termina la tête enfouit sur sa féminité à genoux devant son fauteuil. Les petits rires fusèrent un peu partout alors qu’elle. « Allons mon cher ! Ne soyez pas si empressé, nous avons tout notre temps… » Gloussa-t-elle. L’insecte se permit même de lui replacer une mèche de cheveux quand il releva la tête. «Je vais parfaitement bien et votre tête peu bien restée ailleurs… Je dois avouer que j’aime bien le spectacle… Délicieux spectacle.» Ajoute-t-elle en le regardant, toujours à ses pieds. Aïcha fit glisser une griffe sur la nuque du Prince puis lui offrit sa main pour l’aider à se relever.

Contrairement à son habitude, il ne prit pas le fauteuil, mais resta debout à ses côtés. Elle lui sourit doucement, termina sa coupe de vin et la déposa sur la table. « Je crois… que nous serions plus à même de discuter loin des oreilles baladeuses… » Annonça la tenancière en se levant de son assise avec grâce. « Allons dans mon petit salon… » Elle lui tendit sa main, comme elle avait l’habitude de le faire. Après tout, il sied à un homme de son rang de se déplacer avec la femme à son bras plutôt que vulgairement devant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parandar



Messages : 293
Date d'inscription : 08/02/2015

MessageSujet: Re: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Lun 29 Aoû - 19:53

Bonsoir

Avec le saut qui approche, l'administration nettoie un peu les sous-forums. En l'absence de réponses dans ce topic depuis un mois, nous voudrions savoir si nous pouvons l'archiver, ou si Caius a l'intention de le poursuivre?

Merci!

L'administration

_________________
Notre Parandar, qui est aux plaines de lumière, que ton Rp soit relancé. Que tes joueurs reviennent de vacances. Que ta motivation soit forte, sur l'animation comme dans les rps persos. Donne-nous aujourd'hui notre inspiration quotidienne, et pardonne-nous nos absences, comme nous pardonnons aussi à ceux qui jouent aux Sims. Et ne nous sommets pas à Facebook, mais délivres nous des distractions. Amen.

Je vous salut Admins, plein de pouvoirs. Vous êtes choisis entre tous les joueurs, et les autres rôlistes, nés de votre inspiration, écrivent pour vous.
Saints Admins, créateurs de forum, motivez-nous, pauvres joueurs, maintenant et même pendant les vacances, Amen!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraude.skyforum.net
Caius
Inquisiteur(rice) royal(e)


Messages : 16
Date d'inscription : 24/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 Ans
Race: Humain
Âme soeur: Aïcha

MessageSujet: Re: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Mer 31 Aoû - 22:24

Cette entrée de front semblait divertir la principale visée. En fait, il aurait été étonné qu’elle soit gênée par la situation. Combien de personnes ont pu se vanter d’avoir mis à genou un prince à leur pied ? Qui plus est sans effort ! Une tête dans son entre-jambe ? Elle avait vu surement pire. Sa réaction l’amusa. En plus d’être attentionné, cela avait éveillé ses sens. Il frissonna légèrement sous la griffe, un sourire se dessina sur ses lèvres avant de se relever.

En trois ans, ils avaient appris à se connaître. Les goûts, les réactions, les idées et même les habitudes. Un quart de seconde, voire moins suffit à la dame aux milles beautés pour comprendre que sa visite serait différente qu’à la coutume. Sa proposition était plus que bienvenue. Il ne répondit rien, mais son être acquiesçait volontiers ainsi que son visage qui s’illumina de ne pas discuter devant le jury hétéroclite de la salle.

Caius prit la ravissante femme à son bras pour rejoindre son petit salon. En trois ans, il n'y avait jamais mis les pieds. Pourquoi aurait-il exploré d'autres régions de son royaume ? La chambre royale lui suffisait amplement. Au-delà d'une simple chambre, elle était devenue une aire de repos. Un refuge hors de sa juridiction et de ses obligations. En théorie, ce n'était pas le cas. Il était toujours dans le royaume d'Alombria. Un crime surviendrait au pied du lit et le pauvre se devrait de quitter la chaleur et l'intimité des draps. Par contre, il ne le voyait pas comme ça. En passant le pas de la porte, la Justice déposait son fardeau un instant. Oui un terrible fardeau !

Très peu de personnes semblaient se rendre compte du poids de la conscience de l'inquisiteur. La reine à un royaume à gouverner. Elle décrète des lois, mais elle ne se salirait pas les mains à les faire appliquer. Sa sœur Marian avait la partie facile de l'histoire. Caius avait la partie compliquée. Il l'avait toujours eu. Justice rimait avec jugement. Jugement avec sentence et aussi  avec exécution de sentence. Rendre Justice face à des crimes horribles le forçait à chaque fois à faire un examen de conscience. Comment rendre Justice aux victimes ? De vrais regrets mériterait-il sa clémence ou une sentence exemplaire ? Les Lois sont-elles la VRAIE justice ?

Avec les tourments de la guerre, tout était pire.  Certaines nuits, dans sa chambre, l'inquisiteur repensait à des visages de condamnés. Le père exécuté qui vengea le viol et meurtre de sa fille par un soldat Sholien ou bien le fermier manchot qui vola du pain pour nourrir sa famille qui avait tout perdu…  Il perdait le sommeil ces nuits-là, mais pas avec Aïcha. En passant le pas de la porte, la Justice déposait son fardeau parce qu'elle lui redonnait la force de le reprendre sans s'écrouler.

Ils avançaient dans le petit salon et il lui souriait. L'endroit était vraiment magnifique. Caius jeta un coup d'œil rapide et apprécia ce qu'il vu.  Les moulures et les boiseries ornementaient le tour de la pièce. Un imposant chandelier trônait au centre de la pièce avec une table ronde pour le thé et deux confortables fauteuils pour les accueillir.   Caius tira un des fauteuils pour l'offrir à Aïcha avant de prendre place dans l'autre fauteuil. Il lui sourit doucement, avant de se lancer.

‘'Je voulais te parler de ton passage au conseil royal. Ta venue m'a beaucoup surprit. Mais pas à un tel point que tu pourrais l'imaginer. '' Comment allait-elle réagir ? Parandar, faites qu'elle me croit… Il se gratta un peu le nez. ‘'Je connais surement la réponse, mais je vais poser la question quand même. Combien d'hommes-t-on déjà dit qu'il avait vu la lumière en te voyant ?'' Il l'a regarda. Observant sa réaction. Fou rire ou une gifle ? Ça, il ne le s'avait pas. Trois années sont passées depuis leur première rencontre et une chose n'avait pas changé depuis. Il ne lui avait jamais menti sur rien avec elle. Même sur ses performances douteuses au début ! ''Et bien, c'est vraiment arrivé cette fois. Elle était là. Tout autour de toi. '' dit-il après un cours instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïcha
Directrice d'orphelinat


Messages : 22
Date d'inscription : 08/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 33 ans
Race: Insecte
Âme soeur: Caius

MessageSujet: Re: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Jeu 1 Sep - 22:23

Aïcha ne perdit pas de temps en palabre avec sa cour éparpillé dans la grande salle. Elle se dirigea directement vers les escaliers, le Prince à son bras. En général, elle leur accordait quelques faveurs, sourires ou mots avant de disparaitre à l’étage, laissant son trône à Chlomi. Mais pas cette fois. Caius semblait vraiment nerveux et la discussion prochaine n’avait pas l’air de pouvoir attendre que les futilités soient passées.

La maison close était une grande bâtisse à plusieurs étages. Le sous-sol comportait le cellier, le garde-manger  et le débarras. Le rez de chaussé était composé de la grande salle qui prenait presque toute la superficie. Derrière, il y avait la cuisine, un bureau, une pièce à vivre plus conviviale pour les employés et la chambre du mercenaire. Puis venaient les étages. Au nombre de trois si on comptait le grenier.  Ce dernier était divisé en petite chambre ou dortoir et c’était là que les employés dormaient. Pour ce qui est des deux étages, très simples. Le premier était les chambres agencées pour le travail et donc pour les clients. Et au deuxième, il y avait les chambres d’Axel et de Chlomi qui avait un statut plus élevé dans l’entreprise ainsi que les appartements d’Aïcha. C’est là qu’elle emmenait Caius. Ses appartements étaient constitués de trois pièces. La première était celle qui donnait sur la porte du couloir. Une espèce de vestibule joliment décoré, mais impersonnel avec quelques fauteuil et table pour accueillir les visiteurs. De là, deux portes. La première, la chambre. C’était là qu’elle emmenait les quelques heureux élus. Puis l’autre porte, son salon personnel. Son petit coin de paradis à elle.

L’endroit était très intime et reflétait la personnalité d’Aïcha. Elle n’y emmenait personne en général, sauf Gareth une fois ou deux. Personne d’autre. Et pourtant, c’est cette porte qu’elle poussa avec Caius, le laissant ainsi pénétrer dans son intimité. Elle lui sourit alors que tel le gentleman qu’il était, il lui tirait un fauteuil pour s’assoir. Brave garçon. C’est qu’il était plutôt mignon le Prince. Aïcha devait le reconnaitre, depuis trois ans, elle se faisait un plaisir de l’admirer. Il avait une plastique assez impressionnante et la plupart du royaume pouvait en convenir. Sauf que c’était dans son lit à elle qu’il venait se relaxer. Devait-elle le prendre comme un compliment ? Après tout, comme il ne payait pas… elle n’était pas vraiment sa putain. Mais dans un autre sens, c’était bel et bien ce qu’elle était. La putain officielle du Prince Caius… et ÇA c’était quand même quelque chose. Parce que la moitié du royaume rêvait de mettre l’animal dans leurs draps !

Ce n’était peut-être pas glorieux, mais elle était bien avec ça. Son rôle, son métier ne la couvrait plus de honte depuis bien longtemps. Elle avait fait le choix de prendre ce travail. Elle y avait vu les avantages. Et quels avantages ! Elle était passée de souillons sans nom mourant de faim dans les plus sombres rebuts de Shola à Jumelle de Roi vivant dans le luxe et la reconnaissance. Elle pouvait même être fière de ce qu’elle avait accompli et bâti sur son propre corps. Et puis, elle ne pouvait pas dire qu’elle n’aimait pas… elle trouvait les plaisirs de la chair particulièrement attirants d’ailleurs. Mais au vu de la nervosité de Caius, ça n’allait pas être de sitôt qu’il allait changer de pièce ! Il semblait sur le point de rendre son déjeuner sous le stress… Elle l’encouragea donc d’un sourire et d’un geste de la main lui indiquant qu’ils étaient seuls.

Il commença par lui parler de sa visite au conseil. Par Parandar qu’elle avait été nerveuse ! Mais Caius lui avait été très surpris… elle l’avait remarqué. En fait, elle n’avait que peu donné d’attention aux autres puisqu’il était le seul avec Gareth à avoir un vrai lien les reliant. Elle l’avait vu ne pas la reconnaitre… et avait remarqué à quel moment la lumière s’était faite dans sa tête ! Il s’était même étouffé ! Ce qui l’avait fait rire tout doucement.  Par contre, la tenancière se doutait bien que ce n’était pas ce qui stressait le Prince. Il aurait pu en parler en pas de ça. Et ça ne manqua pas. Dès les premiers mots, Aïcha avait froncé les sourcils. Mais qu’est-ce qu’il lui chantait celui-là !

Au cours des années, cette satanée lumière était revenue souvent dans les discussions. Bien sûr, il y avait Gareth qui était parti avec Marian pour cause d’âme-soeurisme. Mais il y avait aussi les dizaines d’hommes, au fil des années qui lui avait tous affirmé voir la lumière autour d’elle dans l’espoir qu’elle accepterait de coucher avec eux sans paiement.  Elle n’avait aucun pouvoir magique, elle ne pouvait donc pas la voir. Et ils s’en servaient. Pourtant elle le savait, aucun d’eux n’avait dit la vérité. Après tout, après quelques essais, ils abandonnaient tous. Mais là… Caius ? Pourquoi lui disait-il une stupidité pareille ! Franchement, il ne payait même pas ! Elle ne comprenait pas l’idée.  Probablement une blague. Elle se mit à rire. De son rire clair et chantant, celui qu’elle n’utilisait jamais avec les clients, mais qu’elle laissait entendre au Prince. « Qu’allez-vous inventer là mon cher ! Ce petit truc ne fonctionne pas, bien d’autres ont essayé avant vous. » rit-elle. Sa voix chantonnante résonnait dans le petit salon. Sauf qu’il n’avait pas l’air de blaguer du tout. « Caius ? Franchement … vous ne croyez quand même pas ça ? » Soudainement plus sérieuse, elle refronça les sourcils. « Trésor, vous avez dû être très surpris. Et imaginez la chose. Ce n’est rien, vous pouvez respirer à nouveau ! » Voilà. Une petite hallucination due à un brusque changement. Il a été ébloui et a confondu. Il n’y avait aucun problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caius
Inquisiteur(rice) royal(e)


Messages : 16
Date d'inscription : 24/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 Ans
Race: Humain
Âme soeur: Aïcha

MessageSujet: Re: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Ven 9 Sep - 8:58

Elle était vraiment bonne avec lui. Était-ce par devoir de son travail ou de son propre chef, mais elle avait le don de le mettre à l’aise. Caius ne devait pas être le premier à stresser devant Aïcha pour une multitude de raisons. L’expérience de la ravissante femme fit naturellement son œuvre. De par son sourire ou bien d’un simple geste de la main, cela suffit pour lui permettre de lui dire ce qu’il avait vu.

La Justice avait presque réussi à anticiper sa réaction. Ce fut le fou rire. Au fond de lui, sa joue fut bien soulagée. Il imaginait le coup ainsi que les marques de griffes que cela aurait laissé. Les questions venant de ses frères et sœurs auraient fusés de toute part ! Conflit, Travail, guerre ou péchés non avoués ? Il secoua la tête et oublia ceci rapidement.

Elle rejeta cette lumière de revers de la main comme si aucune force qu’elle qui soit ne pouvait exister. Elle ne pouvait pas nier la magie. Elle était omniprésente dans leur univers ! Du petit brin d’herbe au égos démesurés et mégalomanes des Rois et Reines de ce monde. Le prince était au courant qu’elle n’avait aucun pouvoir magique, mais jamais il ne rencontra une personne qui remit en question la lumière ! Il se mit un instant dans sa peau. Une dame de compagnie, très belle ! Non, LA plus belle que cette Terre est portée. Elle pratique son métier depuis bien longtemps et pas un jour quelqu’un ne passe pour avoir une nuit avec. Il fit un calcul TRÈS conservateur : Un client sur deux tente de passer plus de nuit avec arrive avec l’histoire de la lumière. Combien de fois a-t-elle entendu l’histoire ? Résultat : Imaginer le nombre lui aurait surement donné un mal de tête tellement horrible que même les bons soins de miss n’auraient pas suffi. Apparemment, il venait de trouver la première personne à remettre l’existence de la lumière AVEC raison valable.

Il l’observa attentivement, et calmement. Elle était très sérieuse et elle prenait une certaine distance dans ses paroles. Ils étaient devenus beaucoup plus proche avec le temps. Le vouvoiement très commun au début avait laissé sa place à l’intimité du tutoiement, aux petits noms doux et plus intimes. Une façon de se protéger peut-être ? Caius sourit doucement à son plaidoyer. Elle se défendait très bien. Tout comme cette petite lumière défendait très bien son existence. Pour chaque argument contre celle-ci, elle illuminait un petit peu plus avant de se calmer. C’était très intéressant ! Voir très drôle aussi car on pouvait se demander si elle avait sa propre volonté et si elle n’était pas en train de narguer celle qui la portait. Il enfouit au plus profond de lui le désir d’éclater de rire. En fait, cela lui permit de chasser un peu son stress et sa nervosité. L’inquisiteur ne voulait absolument pas manquer de respect pour Aïcha. Il doutait qu’elle le prenne bien. Déjà qu’elle ne le croyait pas…

Il s’approcha tranquillement. ‘’Je veux bien te croire. J’ai été très surpris sur le coup, mais le fait est qu’elle continu à briller… en ce moment même.’’ dit-il ton très calme, rassurant et les yeux dans les yeux. ‘’ Je n’ai aucune raison de te mentir. D’ailleurs, je me demande si j’ai déjà menti en fait ? Qu’importe. Je ne te dis pas ça pour soutirer quoi que ce soit de vous. Je crois bien que j’en saurais incapable d’ailleurs et mon intention n’est pas de te blesser d’ailleurs.’’

Pourquoi cela la choquait-elle tellement ? De quoi avait-elle peur ? N'aurait-elle pas le droit d'être heureuse ? N'étaient-ils pas heureux ensembles depuis trois ans. Peut-être s'était-il imaginé quelque chose qui n'était pas réciproque. En son fort intérieur, elle lui aurait demandé tout ce qu'elle aurait voulu, il pensait bien qu'il aurait fait selon ses désirs. Était-ce l'amour qu'il éprouvait pour elle ? Comment le décrire autrement ? Pendant un instant, l’image du client qui tombe amoureux d’une tenancière passa dans son esprit comme un classique vu maintes et maintes fois. SAUF qu’il y avait léger détail qui ne collait pas dans l’histoire. Une formalité tout à fait insignifiante. Jamais il ne sorti la moindre pièce d’or pour son droit de visite en trois ans ! Elle semblait bien avec lui. L'aimait-elle ? Difficile à dire. L'apprécier ? Surement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïcha
Directrice d'orphelinat


Messages : 22
Date d'inscription : 08/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 33 ans
Race: Insecte
Âme soeur: Caius

MessageSujet: Re: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Mer 14 Sep - 21:35

Aïcha aurait pourtant cru que Caius allait éclater de rire face à sa mauvaise blague. Ou du moins, convenir qu’il plaisantait. Après tout, il est vrai qu’il n’avait aucune raison d’inventer un truc pareil outre pour la plaisanterie… Il n’avait jamais payé pour ses services. Pourquoi le ferait-elle payer, alors qu’elle trouve parfois que ça devrait être elle qui paie pour avoir un tel homme dans ses draps !

Caius n’était pas seulement un bon amant… ce qui il fallait quand même le préciser était un excellent point ! Il apprenait vite et bien, il fallait le reconnaitre. Il était maintenant, au bout de trois ans, capable de la faire grimper dans les rideaux en quelques minutes… il n’y avait bien que Gareth pour réussir un tel tour de force ! Aïcha au fil des années avait fini par trouver le sexe répétitif. Routinier. Pourtant, avec Caius c’était toujours une joie. Ensuite, il y avait cette impression. Celle de ne pas être qu’une simple putain. Elle osait penser qu’ils étaient amis. Il venait la voir quand il n’en pouvait plus, discutant de tout ce qui lui passait pas la tête. Elle était son vide esprit plus qu’un vide couille… et elle appréciait énormément. Elle était souvent restée vague sur sa vie, mais il connaissait les grandes lignes. Il connaissait son cheminement jusqu’ici et la douleur qui avait accompagné ses jeunes années. S’il lui parlait de ses troubles, elle en faisait de même… bien qu’elle n’en avait pas autant ! Sa vie depuis quelques années était après tout idyllique.

Contre toute attente, non seulement, il n’éclata pas de rire, mais en plus il se rapprocha d’elle avec un air sérieux. Que mijotait-il encore ? Et là, il lui assurait qu’elle continuait de briller. Misère. Était-ce réellement une blague ou avait-il vraiment cette stupide impression ? Le Prince n’était pas vraiment connu pour ses tours moqueurs… et il n’était certainement pas connu pour mentir. Mais qu’avait-il donc ingurgité pour avoir une telle idée saugrenue ? Aïcha soupira doucement en le regardant. « Mon bel ange, la fatigue te monte à la tête. Tes yeux voient n’importe quoi… dors-tu assez ? » demanda-t-elle inquiète. Elle l’aimait bien, Caius. En était-elle amoureuse ? Non. Le cœur d’Aïcha n’appartenait qu’à Gareth n’est-ce pas ? La pensée que lui, l’amour de sa vie, avait pourtant trouvé une âme sœur ailleurs lui sera la poitrine. Elle avait toujours été persuadée qu’ils étaient des âmes sœurs… et pourtant. Pourtant il était parti avec la sœur ainée de Caius justement. Quel destin cruel.

Aïcha fit un petit sourire triste, ses yeux mélancoliques. Elle laissa tomber son masque. SES masques devrait-elle dire. Exit la dame de compagnie, exit la femme forte. Ne restait plus qu’Aïcha l’abandonnée… pour la première fois en trois ans, elle permit à Caius de la voir complètement. Tapotant la place tout près d’elle, elle décida de lui raconter. « Viens mon doux Prince, approche, je vais te raconter une histoire… » souffla-t-elle doucement.

Elle attendit qu’il soit installé avant de prendre une bonne respiration. « Tu sais déjà d’où je viens. Mais tu ne sais pas que là-bas, je n’y étais pas seule. Mon cœur, ma vie, appartient à un homme. Un homme, parfois dur. Mais d’une tendresse inégalée. Il n’y a d’ailleurs que toi, mon bel ange, qui puisses rivaliser avec lui. » Elle sourit tendrement au jeune Prince avant de continuer. « Depuis aussi loin que je me rappelle, je l’ai toujours aimé. Il est le premier que j’ai choisi. J’ai appris avec lui. Nous, nous sommes aimés, profondément. Intensément. À la folie. Je lui ai tout donné. Mon corps, mon cœur, mon âme.  Et il fit de même. » L’amour teintait ses paroles… mais aussi la mélancolie et la tristesse. « Vois-tu, nous étions persuadés d’être des âmes sœurs. Nous étions si bien accordés… Il ne pouvait y avoir meilleur choix sur terre. Mais les dieux nous ont joué un tour bien cruel. » Aïcha souffla, triste.  « Il y a quelques années, la lumière lui est apparue. Comme ça. Sans préavis. La lumière brillait fort, puissante… et il est parti. Alors que nous nous étions juré d’être ensemble… il a brisé mon cœur, me tuant dans l’heure. Il aime son appariée… mais lui-même le dit. Il m’aime aussi. » Aïcha tremblota un instant, mise à nu. « Tu vois Caius ? Les histoires de lumière… ne sont pas des contes de fées merveilleux. Qu’étais-je, malgré l’amour qu’il me portait comparé à une femme nimbée de lumière qu’il ne connaissait même pas ? Rien. Pourtant… des années durant, il me jura sur tous les tons que nous étions faits pour être ensemble. Que nous étions appariés. »

Son sourire était doux, triste. Elle lui caressa le visage doucement. Elle ne pouvait croire en son histoire de lumière… car son cœur avait déjà été brisé. Elle le savait, au plus profond d’elle-même, qu’elle ne survivrait pas à une deuxième déception du genre. Elle ne lui avait laissé aucun indice sur l’homme de sa vie, rien ne pouvait relier son aimé à Gareth. Mais elle avait assez parlé pour que Caius puisse voir toute l’ampleur de son drame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caius
Inquisiteur(rice) royal(e)


Messages : 16
Date d'inscription : 24/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 27 Ans
Race: Humain
Âme soeur: Aïcha

MessageSujet: Re: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Lun 19 Sep - 21:12

Caius avait eu beau être le plus sincère du monde. La douce Aïcha ne le croyait toujours pas et/ou continuait de nier cette vérité. Sa remarque sur le sommeil l’amusa faisait relever son sourcil ainsi que le coin de ses lèvres. Si on prenait en compte qu’il passait un GROS minimum une à deux fois semaines ses nuits avec dans les premiers temps et que cette fréquence augmentait plus les années avançaient… Elle était très bien au courant qu’il dormait comme un bébé les jours passés dans ses draps.

Mais en un instant, ses yeux devenaient mélancoliques. Il s’approcha d’elle sur le siège qu’elle tapota. Son être tout entier se tourna vers Aïcha avec toute l’attention du monde. Il ne l’avait jamais vu dans cet état Elle paraissait désemparé, fragile et voir vulnérable ! Il l’écouta ce qui semblait être aussi lourd qu’une confession d’un meurtrier en série devant ses pairs qui implorait le pardon. Caius avala sa salive. Son cœur était déjà pris. Était-il surprit ? Pas tant que ça. Après tout, c’était tout à fait probable. Qu’il rivalise avec, l’inquisiteur fut surprit ! Il comprit qu’il comptait beaucoup plus pour sa douce muse qu’il ne se serait attendu. Il lui rendit son sourire. Elle semblait en avoir tellement besoin. Son histoire d’amour venait le chercher de par sa voix qui exprimait tout ce qui avait de plus pur dans ce sentiment. Mais il y avait un bémol ! Sinon, pourquoi être si affecté par ce qui semblait être le conte de fée parfait ? C’est à ce moment qu’il comprit tout ! Sa réaction avec la lumière était plus que justifié. Il était secoué par le dénouement de l’histoire prenant un léger recul. La pauvre en avait trembloté tellement revenir sur ces faits était douloureux. Une plaie à vif qui ne s’était jamais refermé !

Pendant un instant, il espérait que tout ceci ne soit pas vrai. Que sa nuque lui fasse un signe ! Rien. Absolument rien. Même dans les confessions les plus profondes, les gens ne disent pas tous et cache des détails en les modifiants pour moins souffrir. Pas elle. Cette magnifique fleur sauvage du désert s’ouvrit à lui comme un livre ouvert. Une deuxième révélation venait à lui :

- On ouvre son jardin personnel uniquement aux personnes qui compte le plus pour soi et en qui nous avons pleinement confiance !

Elle n’avait pas fait mention de l’identité de l’homme en question. Ni son nom. Où était-il en ce moment ? Se voyait-il encore ? La vraie question était plutôt : Voulait-il vraiment savoir tout ceci ? Un jour peut-être, il le saurait. Pour l’instant, fait une requête pour creuser la question risquerait de plus la blesser selon lui. Alors, Requête rejeté !

Son visage se berça dans la douce caresse. Quel justice ou plutôt châtiment divin à t’elle reçut pour mériter un sort aussi cruelle ? Les dieux ont eu des dessins qu’Aïcha ne pouvait comprendre. Du moins, plus maintenant.

Il sourit doucement. Il prit sa main et la calla au fond de la sienne. ‘’Je crois que je comprends mieux ta réaction. Personne ne mérite de souffrir de la sorte. ‘’ Il fit une pause. Il regarda les mains douces de la dame de ses nuits et l’a regarda de nouveau avec les yeux brillants. ‘’ Je ne compte pas vouloir remplacer l’amour de ta vie. Je veux être Caius. L’homme sincère qui est devant toi, avec ses tous mes petits défauts qui te font rire et sourire à chaque fois ! Je demande qu’à être près de toi et me tenir à tes côtés aussi longtemps que tu me le permettras ou que je le pourrai.’’ Il esquiva un sourire en coin. ‘’Malheureusement, j’ai une date d’expiration. Parandar est généreux, mais il n’acceptera pas que je vive aussi longtemps que 1000 ans.’’

Il se leva gardant sa main dans la sienne et ne la quittant pas du regard.’’ Je suis prêt à te prouver à quel point de je suis sincère avec toi et que je tiens à toi. J’ai attendu longtemps avant de te trouver. Je suis prêt à attendre encore aussi longtemps s’il le faut pour que tu vois. ‘’ Il l’invita à se lever. Sans crier gare, il l’a pris sur son épaule tenant son dos et un peu son postérieur et de l’autre main ses cuisses. S’il y a une chose que je ne supporte pas, c’est de te voir avec cette mine. Il devait agir ! ‘’Fait-moi confiance. je ne te lâcherai pas !’’ dit-il d'une voix rassurante. Ça c’était sûr, il n’allait pas lâcher l’affaire ! Oh ! Et ne pas échapper la reine de ses lieux sur le plancher aussi. Elle risquerait de lui en vouloir un tout petit peu. ’’ Je paris que tu n’as jamais fait le tour de ton domaine, ni de ta chambre de ce point de vu ! ‘’ Dit-il tout sourire. Peut-être allait-il se mettre dans de beaux draps avec cette prise spontanée de la douce et fragile Aïcha, mais qui ne risque rien n’a rien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)   Aujourd'hui à 16:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Objection votre Honneur ! Je n'étais pas prêt ! (PV Aïcha)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Trahison] Brennus (23/08/59) [relaxé]
» Je suis innocente, votre honneur ! | PV Genki.
» René Préval fait objection officiellement à la loi sur le salaire minimum
» Le droit d'objection du Président de la République
» Renom et honneur du marine Walter C Drake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Alombria :: Capitale-
Sauter vers: