Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Sam 23 Juil - 22:38

[À noter que ce rp se déroule un an avant le prochain saut, Zéphir a donc 26 ans]

Déjà deux ans que les Irianiens avaient mis pieds sur le désert d’Enkidiev, chassant et anéantissant les sauvages rebelles qui ne voulaient pas se soumettre à leur joug, s’alliant avec les plus intelligents d’entre-eux qui décidèrent de les aider pour prendre le nord d’Enkidiev, terre riche et tant convoitées par ce peuple en famine. Le désert étant une superficie remarquablement grande, ils n’avaient pas encore terminé d’ancrer leurs griffes de dragons sur son sol et d’y asseoir leur pouvoir. Quelques clans sauvages continuaient encore à leur résister ou à leur fuir, mais cela n’allait plus durer bien longtemps. Plus de la moitié du territoire était conquis, et ils n’avançaient que plus vite à chaque nouvelle réussite. Encore quelques mois, et ils pourraient affronter les frontières sholienne et alombrienne au nord sans craintes d’une mutinerie venant du sud.

Zéphir et son sous-chef, Syrian, avaient abandonné leur dragon quelques mètres plus au sud, lorsqu’ils avaient obtenus l’information, d’un allié sauvage en qui ils avaient confiance, qu’un individu de race phéryxian qui n’appartenait d’évidence pas au désert arpentaient leur territoire. L’informateur précisait que sa peau était trop claire pour qu’il soit un sauvage, et que ses plumes étaient celles d’une harfang-des-neiges, un type d’homme-oiseau qu’on ne voit que dans le nord. Comme il semblait bien armé, les seccyeths espéraient avoir enfin mis la main sur un Chevalier de ces fameux ordres magiques installés à Enkidiev. Ils préféraient donc ne pas dévoiler la présence de leurs dragons, par précaution, avant d'avoir le coeur net sur l'étranger en question. De toute façon, ce n'est pas comme si les seccyeths étaient complètement incapables sans leurs compagnons volants, non?

Quelle que fut la raison de sa présence, les deux irianiens n’avaient aucune inquiétude quant aux succès de la capture. Il était seul, et ils étaient quatre en comptant les dragons. *(S) CINQ!* rouspéta une voix dans la tête de Zéphir. Ok, en comptant Saphyra…

-Tu penses qu’il fait quoi ici? questionna-t-il son sous-chef sans en être vraiment inquiet. Je croyais que ces enkievs étaient trop occupés par leur guerre interne pour apprendre notre existence. Ça m’étonnerait qu’ils aient envoyé un seul jeunot s’ils ont appris notre invasion.

Mais quand même, que faisait-il là? Enfin, si ces nordiques étaient aussi doués qu’eux en magie, il valait mieux être patient pour obtenir réponse à ses questions… Au cas où il serait télépathe et appellerait des copains. Il était toujours préférable de le capturer avant, cogner fort, et interroger plus tard. *(S) Là je te reconnais, chéri!*. Encore fallait-il le trouver avant qu'il ne les trouve...

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syrian
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/06/2016

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Mar 26 Juil - 22:31

Le désert. Cela me faisait assez plaisir de me se trouver dans ce gros désert. De plus en plus qu’on avançait et de plus en plus qu’il nous appartenait. Si nous continuons sur cette lancée, nous allons être capables de conquérir ces deux royaumes sans difficulté. Je disais ça, je ne disais rien hein… Je ne connaissais pas tellement ce continent, la seule chose que je connaissais était le désert. Des clans sauvages dans le désert, mais nous savions qu’il avait plus d’organisations plus au Nord. Avais-je envie d’y aller un jour ? Peut-être, peut-être pas…

J’étais en mission dans le désert en compagnie de ma chef, Zéphir. Je confirme, c’était bien Zéphir en ce moment. Ça aurait pu changer, mais pour le moment, je l’appelais ainsi. Au moins, les deux étaient reconnaissables, sinon, je dois dire que je savais que j’allais me tromper plusieurs fois. J’étais ici avec lui car une personne avait été vue et que de toute évidence, il n’était pas un sauvage du désert. Oiseau inconnu dans le Sud, puis une couleur de peau très différente de ce qu’il avait en général dans le désert. C’était assez pour aller vérifier, et c’est exactement ce qu’on faisait. Nous étions seulement tous les deux, nos écuyers étant restés à Irianeth et nos deux dragons étant plusieurs mètres derrière nous. Je savais très bien que Tharja allait me faire une crise par la suite… mais c’était plus sécuritaire si nous les laissions derrière.

Zéphir me demanda ce qu’il pouvait bien faire ici. Je ne le sais vraiment pas. J’haussai seulement les épaules. Puis, quelque chose de logique sortit et je hochai la tête. Une personne seulement… ça serait complétement stupide s’ils avaient appris l’invasion. Puis, en plus de la petite guerre qui faisait rage, j’étais presque certain que ce n’était pas parce qu’ils l’avaient appris.

« Peut-être… mais comme tu dis, je doute vraiment qu’ils aient la cervelle pour simplement penser à autre chose qu’à leur petite guerre. Ce désert leur est pas si important.. il y a des sauvages. » Je soupirai en croisant les main en arrière de ma tête. Je ne m’inquiétais pas plus que ça… fallait seulement qu’on sache ce qu’il faisait là et qu’on le capture. C’est bien simple. Je doute qu’on subisse un échec. « Et à moins qu’ils soient encore plus stupides que je ne le pensais, ils n’enverraient pas une seulement personne pour une invasion. Sauf si c’est un éclaireur ou quelque chose comme ça. » Sur ce point, j’étais certain que Zéphir pensait comme moi. On tapait et puis, on apprenait. Ça serait bien plus simple…

Je venais de penser à quelque chose. Il pensait rencontrer des sauvages, non ? Normalement, c’est ce qu’il a dans ce désert… rien d’autres. Nous voir aussi différents n’aiderait peut-être pas notre cause… tout comme voir nos dragons. Par contre… s’il nous prenait pour des sauvages, cela pouvait être bien, non ? Un foulard autour du visage… et hop le tour est joué.

« Dis-moi que tu penses comme moi. On sait pas ce qu’il vient faire ici et à vrai dire… on s’en fout un peu. Qu’on endorme sa possible méfiance en faisant en sorte qu’il croit qu’on est de ces sauvages du désert… Et même si ça s’avère être inutile, au moins c’est quelque chose. »

Au fond, on était assez certains de nous-mêmes. Qu’il soit un peu n’importe quoi, ça ne changerait vraiment rien à nos plans. Et dans mes plans, on allait le savoir après que ce fameux plan ait été mis à exécution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Lun 8 Aoû - 15:52

Il était perché sur un énorme plateau montagneux escarpé. Son regard doré perçait l’horizon et distinguait des silhouettes mouvantes tout au loin. La distance qui séparait son poste d’observation des clans convoités était telle qu’il avait du mal à voir s’il s’agissait vraiment des individus qu’il recherchait, et ce, malgré la vision accentuée de sa race. Il semblait y avoir un groupe assez important de sauvages, là, au loin. Était-ce les tribus alliées à Shola? La rumeur courait en Alombria, que le pays ennemi avait recruté bon nombre de nomades désertiques afin d’aider les troupes à traverser ces territoires désolés dans le but de mener une attaque par le sud. Or, on avait mandaté Vigie d’aller explorer les lieux afin de définir si la menace était réelle ou non. D’un mouvement lent et calculé, il mena sa main vers le capuchon qui recouvrait sa tête et tira davantage le tissu afin de créer de l’ombre sur ses yeux. Il avait du mal à voir. Le soleil était trop éclatant et des ondes de chaleur miroitaient au loin. D’ailleurs, ses cheveux de neige étaient plaqués sur son crâne et une goutte de sueur glissa le long de l’arête de son nez. Il ne pouvait pas se débarrasser de sa cape comme il le souhaitait, de peur de brûler au soleil. Certes, la princesse Nata lui avait remis un baume protecteur pour sa peau diaphane, mais il doutait que ce soit suffisant.

Décidément, il devait se rapprocher s’il voulait voir de façon plus claire et précise. Ces hommes des sables, au loin, semblaient être des nomades, mais il n’en était pas totalement certain. De nombreux rochers entouraient le campement sauvage et il pourrait toujours utiliser ces derniers afin de se camoufler à la vue d’autrui. Un air décidé au visage, le chevalier déploya ses ailes blanches quasi immaculées et se jeta dans le vide. Le vent chaud lui fouettait le visage et il dût se frotter les yeux à quelques reprises afin de retirer le sable qui le faisait larmoyer. Bon sang qu’il détestait ce désert. L’endroit ne lui évoquait rien de bon, compte tenu de la dernière mission qu’il avait effectuée en ces lieux. Silencieux comme une ombre, il se glissa vers les rochers en question et se posa derrière eux. Il replaça à nouveau son capuchon, puis jeta un coup d’œil au clan qui s’étalait devant lui.

Visiblement, il s’agissait d’hommes lézards. Ces derniers parlaient un dialecte inconnu et semblaient plutôt primitifs. Il n’y avait pas la moindre distinction pouvant trahir la présence de forces ennemies : pas le moindre étendard, pas le moindre objet ressortant du lot, aucune présence humanoïde autre que les reptiliens… Il s’était visiblement trompé. Dans un mouvement fluide, Vigie se recula derrière sa cachette improvisée puis déposa son maigre paquetage au sol. Il ouvrit son sac de toile puis sortit un parchemin. Il s’agissait d’une cartographie incomplète du désert qu’il s’était évertué à tracer tout au long de ses voyages dans ce territoire aride. Certes, c’était rudimentaire, puisqu’il n’était pas expert en la matière… mais c’était plutôt pratiquement pour s’aider à se repérer. Il sortit ensuite un crayon de charbon, puis traça un minuscule « X » sur la carte, afin de se rappeler que le but de sa quête ne se retrouvait pas dans ce coin du désert.

Son regard doré glissa sur la surface de l’esquisse de carte qu’il tenait entre les mains. Plus au sud, il y avait des vestiges d’une civilisation inconnue et visiblement perdue. Ce pourrait être un endroit super pour élaborer un campement pour des inhabitués des étendues désertiques. Ça valait la peine d’y jeter un coup d’œil. Il roula le parchemin, l’enfonça à nouveau dans sa besace et repositionna le tout dans son dos, entre ses ailes. Il mit quelques instants pour repérer ses points cardinaux, puis fonça vers le sud dans un battement d’ailes.

Il fendit l’air pendant de nombreuses minutes, voire même une heure entière. Finalement, il repéra ce qui semblait être un village en pierres rustiques abandonné surmonté d’un temple primitif usé par le vent et le sable. Vu de loin, l’endroit semblait inhabité, mais s’il venait y jeter un coup d’œil de plus près, il y trouverait peut-être des indices de présence sholienne! Il se posa dans le sable chaud et marcha lentement parmi les maisonnettes vides et défraîchies. Son regard était alerte et il était prêt à réagir à la moindre présence hostile. Le soleil était de plomb et rendait l’ambiance plutôt lourde. Encore une fois, des ondes de chaleur ondulaient autour de lui et Vigie sentait la sueur lui couler entre les omoplates. Il avait l’impression que sa poitrine était compressée et que son souffle s’était accentué, à la recherche d’air. D’accord, il devait se reposer à l’ombre, quelques instants. Il bifurqua alors sur la gauche et poussa une paroi de bois qui servait autrefois de porte et qui tenait à peine debout pour ensuite pénétrer dans une petite chaumière. Le chevalier rabaissa son capuchon et retira la cape de ses épaules, espérant ainsi se rafraîchir davantage. L’ombre lui faisait le plus grand bien! Il porta une main à sa taille et sortit une gourde en peau de mouton. Il porta le goulot à ses lèvres, avala de longues lampées et se permit même de verser un peu de liquide frais sur son visage.

C’est alors que des bruits de pas s’avancèrent, à l’extérieur. Il pouvait très bien les entendre puisque la maisonnette où il était tapi comportait des fenêtres sans verre. D’instinct, l’alombrien s’agenouilla et se plaqua contre le mur de son repaire improvisé. Étaient-ils nombreux? Des nomades ou des sholiens? Merde, il avait été imprudent! Dans quel bourbier s’était-il fourré…?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Mar 23 Aoû - 20:21

L’indifférence de Syrian n’était pas irritante, elle était même plutôt rassurante, puisque ça signifiait à Zéphir qu’il n’était pas plus inquiet que cela, et ne ressentait pas de danger. Donc, que lui-même n’était pas fou d’être complètement détendu également, puisque ce vaurien d’oiseau pâle ne semblait pas représenter un danger, seulement un risque que leur invasion fut découverte. En tout les cas, son sous-chef avait raison, il devait s’agir d’un éclaireur, mais certainement pas pour vérifier ce qui se passait dans le sud. Les sauvages affirmaient que Shola et Alombria se fichaient bien du désert, remplis d’une population aborigène qu’ils exécraient. L’étranger était peut-être là pour une toute autre raison, mais il valait mieux en avoir le cœur net quand même.

Alors qu’ils se rapprochaient des ruines de ce qui avait été autrefois un village des rares sudistes sédentaires, Syrian proposa qu’ils se déguisent en sauvage, ne serait-ce que pour ne pas avoir l’air des soldats qu’ils étaient réellement et éviter d’éveiller les soupçons de leur cible. Zéphir fronça les sourcils en le dévisageant, ce demandant qu’elle utilité cela pouvait bien avoir. *(S) À quoi bon se costumer ? Il n’aura même pas le temps de se demander qui nous sommes avant que vous ayez le temps de l’assommer, alors qu’il voit que nous sommes des guerriers n’y changeraient rien. Et puis, ce n’est pas comme s’il pouvait comprendre, d’un seul coup d’œil, que nous sommes en réalité des dompteurs de dragons!* Le Chef se contenta d’hausser les épaules, montrant qu’il s’en fichait un peu, mais jouer la carte de la prudence ne leur coûterait pas grand-chose.

-C’est vrai qu’il pourrait nous voir de loin si c’est un éclaireur et s’enfuir, même s’il ne volerait pas bien longtemps avant qu’on le rattrape, ce serait bien sympathique si on n’avait pas à s’épuiser pour rien.

Comme ils passaient de toute façon devant les décombres d’une ancienne habitation, le grand phéryxian noir y pénétra et ramassa quelques vestiges de la civilisation qui l’avait habitée auparavant, soit des guenilles qui sentaient la pourriture, mais qui leur donneraient l’air moins riches, propres et puissants, ce qui était l’objectif. Tendant les vêtements à son bras droit, ils s’en servirent pour couvrir leurs armures de qualité, ainsi que leurs armes métalliques peu typiques des sauvages.

Et soudain, ils le repérèrent. Toujours à l’abris de leur maison en ruine, ils étaient invisible de l’angle où le phéryxian blanc arrivait. Toutefois, éclatant dans le ciel par ses ailes imaculée, l’homme du nord était plutôt difficile à manquer. Ravi, Zéphir fit signe à Syrian qu’il était prêt, et ils se dirigèrent, non sans essayer de masquer leur présence, vers l’abri de l’étranger. Il s’était coincé tout seul, de toute façon, alors il n’allait pas leur échapper. Peut-être qu’ils allaient apprendre que ces idiots de sholiens et d’alombriens ne savaient rien des intentions d’Irianeth et que sa présence en leur territoire n’était que pure formalités, bien que ça ne les empêcherait pas de le capturer, ne serait-ce que pour avoir des informations sur ce que ces chevaliers du nord ont dans le ventre…

- Z'yjyec bnéji dybulran yjyhd ad bynman ahcieda, syec c'em ca sad ce nybetasahd à hudna bundéa... Téluijnuhc t'ypunt xie l'acd, ad ahcieda uh ma nysèhany à Eneyhadr, chuchota-t-il en s’approchant de l’abri  de l’oiseau du nord, avant de scander plus fort, dans un enkiev approximatif. Quoi faire vous chez sauvages nous, oiseau blanc? Qui vous être, ici Désert, pas maison à Nord.

Bon, deux ans auprès des sauvages ne lui avait pas vraiment permis de formuler correctement son enkiev, mais au moins il en connaissait quelques mots. Et puis, sachant à quel point les Alombriens et Sholiens considérait les habitants du désert comme des brutes mal éduquées, peut-être que celui-ci n’allait pas s’étonner de son dialecte décousu?

Spoiler:
 

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syrian
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/06/2016

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Sam 3 Sep - 23:37

C’était donc ce qu’on allait faire. Ça ne me tentait pas tellement de me faire passer pour un sauvage, surtout que je ne parlais pas bien la langue… pour ne pas dire pas du tout. Je parlais très mal l’Enkiev et je ne le comprenais vraiment pas. Je n’avais jamais fait l’effort de l’apprendre aussi… Enfin, je croyais que sembler moins riches, ou du moins de ne pas sembler être dans un ordre organisé pouvait nous aider. S’il voyait cela et qu’il était assez logique, ça pourrait finir mal pour nous. Car oui, nos uniformes montraient quand même cela et comme mon chef l’avait très certainement compris, ce n’était pas une bonne idée de sembler si différent de ces gens dans le désert. Il fallait au minimum leur ressembler… ou n’importe quoi tant qu’on ne soit pas si différent.

Dans la tête de ces Enkievs, il n’y avait que des sauvages ici. Vrai, comme nous ne sommes pas sur le même continent. Voilà, il ne faudrait pas tomber sur quelqu’un comme ça qui était un minimum intelligent, j’avoue que ça ne nous aiderait pas tellement. Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais l’impression que c’était le cas. En marchant avec ma chef, nous tombâmes sur une maison abandonnée. Où il y avait des linges qui allaient nous permettre d’être moins voyant et qui allaient nous aider de ce côté. Ce n’était pas propre, ça ne sentait pas bon… mais je m’en foutais un peu, comme cela était entièrement nécessaire. Une fois cela fait, nous avions une certaine forme de chance car nous venions de le repérer. Peu importe, je crois que le mieux était de l’amener avec nous… sans le laisser partir.

Zéphir préférait parler comme il était carrément venu à nous. « Uiyec, uh baid vyena çy za lnuec. Za da myecca ad za ha tec neah, za sa tépnuiemma yvvnaicasahd byc tyhc ladda myhkia... » Dis-je le plus doux possible, de la même force que lui. Tapocher après alors ? J’allais rester ici pour cela, et je pouvais l’empêcher de fuir avec mon pouvoir. Nous allions voir ce qu’il disait bien que ça allait plus difficile parler avec lui. Niveau discussion, je ne comprenais pas. Lui, il le pouvait un peu plus comme le montrèrent les mots qu’il venait de dire à l’intention de notre invité spécial. Très certainement, j'aurais trouvé cela plus efficace de taper et de le questionner plus tard… mais bon.

J'étais à ses côtés, l’oiseau à l’ombre et moi directement au soleil. J’étais un peu en retrait et je m’assurais seulement qu’il ne parte pas. Du temps où il était proche de nous, il était fait. Nous avions encore plus d’un tour dans notre sac. Nos deux dragons arriveraient si on les appelait, celui de Zéphir en premier… mais le mien en assistance. On avait encore un certain temps, et nous deux allions être assez. Niveau attaque et magie, je m’en sortais bien. Savoir si lui le pouvait aussi… Hum. Mon chef et moi-même s’étaient placés en fonction à ce qu’il ne puisse pas se lever et partir. Nos corps faisaient obstacle. Je savais bien que s’il faisait un mouvement que nous n’aimions pas, il allait rencontrer l’inconscience certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Ven 9 Sep - 11:18

Il était plaqué contre le mur sous la fenêtre. Son cœur battait la chamade alors que les bruits de pas se rapprochaient. Visiblement, il était repéré. Rapidement, il balaya les lieux de son regard, cherchant une issue de secours. Là, tout au fond de la maisonnette, il y avait des fissures dans la paroi de pierres. Il lui suffirait probablement de forcer un peu la chose afin que le tout s’effrite et lui permette de sortir par l’arrière. La voix puissante d’un homme retentit à ses oreilles. Son langage enkiev était plutôt basique, signe qu’il devait parler couramment l’un des nombreux dialectes du désert. C’était bon signe sur un point : ce n’était visiblement pas un sholien. Évidemment, il ne devait pas sous-estimer les clans désertiques, mais au moins, il ne tomberait pas aux mains de l’ennemi aujourd’hui. Bon… l’homme attendait une réponse de sa part, c’était plus qu’évident. Le volatile décida d’éviter d’aborder le sujet de « Shola » avec ces sauvages, au cas où ces derniers auraient été engagés par l’ennemi.

- Je suis venu chercher refuge dans ces ruines, s’écria-t-il sans se relever. Du moins, le temps que le soleil descende à l’horizon. Je suis navré si j’ai enfreint une limite que je n’aurais pas dû. Je quitterai les lieux dès le crépuscule.

Il avait un mauvais pressentiment. Quelque chose lui disait que ces hommes n’étaient pas que de vulgaires nomades. De simples habitants du désert auraient simplement passé leur chemin ou auraient rappliqué en grand nombre. Or, Vigie n’avait entendu que deux hommes chuchoter dans un dialecte inconnu (c’était l’avantage d’être un pheryxian à l’ouïe fine). Pourquoi n’étaient-ils que deux? Soit on lui tendait une embuscade, soit ils étaient des éclaireurs, comme lui. Ou étaient-ils des fugitifs? Ou la chaleur le tapait plus qu’il ne le croyait et il devenait paranoïaque… ça aussi ce n’était pas à négliger. Il devait voir où ils étaient situés, précisément. Il devait se faire une idée de la situation réelle dans laquelle il se trouvait.

Toujours en position accroupie, le chevalier s’étira lentement le cou vers la fenêtre et jeta son regard d’or fondu vers l’extérieur. Par réflexe, il plissa les yeux, étant légèrement aveuglé par la luminosité du soleil et nota deux individus de sexe masculin. Si Vigie prit la peine de détailler le rouquin, son attention fut davantage portée sur son congénère qui se tenait fièrement à ses côtés. Pourquoi? Simplement à cause de sa race. Soren croyait fermement que la plupart des pheryxians venaient des montagnes acérées du nord et avait très sincèrement cru que le désert était peu propice aux représentants de sa race, vu l’aridité des lieux et le manque de « perchoirs » escarpés. Visiblement, il s’était trompé. Ainsi, l’autre volatile était à la fois si similaire et totalement différent de lui : des ailes d’encre, plus grand et plus bâti que lui, ses pieds semblaient tout à fait normaux, contrairement à ceux de Vigie qui imitaient les pattes noires d'un rapace.

Après quelques instants à les détailler, le pheryxian immaculé se rabaissa à nouveau et se plaqua contre la maisonnette. Il devait décider maintenant de ce qu’il allait entreprendre par la suite : sortir tranquillement par la porte d’entrée pour aller à leur rencontre ou tenter de filer en douce. La première option était comme se jeter dans la gueule du loup. Son instinct lui criait de se méfier de ces deux inconnus alors que sa tête doutait. De plus, le fait que l’un des deux individus était également de race « aérienne » compliquait la fuite; il pourrait le rattraper, contrairement aux autres espèces enkievs. Son regard doré se porta à nouveau contre le mur du fond. Sa décision était prise : il ne risquerait pas sa vie ni le but de sa mission simplement pour se taper une conversation avec des inconnus. Optant donc pour une position à quatre pattes, il marcha sur le sol de pierres recouvert de sable vers l’arrière de la minuscule maisonnée. Il tira un vieux meuble de bois en décrépitude derrière lui dans le but de s’assurer qu’il ne serait pas vu par l’entrebâillement de la porte qui tenait à peine en place.

Vigie se roula sur le dos, appuya ses pieds griffus contre les fissures dans le mur et donna plusieurs coups répétés. Évidemment, il songea au fait que la mention entière pourrait s’écrouler, mais il n’avait pas vraiment le choix. À son grand bonheur, le mur s’effrita en partie, laissant un trou assez grand pour qu’il puisse passer. Sans tarder, Vigie se glissa par l’ouverture et fut rapidement à l’extérieur. Bon, il ne pourrait filer en passant inaperçu, mais au moins, il n’était plus coincé entre quatre murs! Les voix des inconnus résonnèrent à nouveau à ses oreilles et Vigie décida volontairement de les ignorer. Il s’approcha lentement du coin de la maisonnette et voulut jeter un coup d’oeil en leur direction, quand des bruits de pas sur le toit de tuiles de terre cuite le firent sursauter. Ils avaient décidé d’opter pour une approche plus directe, c’est ça?! Ils étaient peut-être réellement à la solde de Shola, finalement… Sans plus attendre, Soren agrippa un morceau de pierre qui s’était effrité du mur. Il se recula du bâtiment aux pas de course jusqu’à ce qu’il puisse voir la tronche de l’un des deux hommes et lança son projectile directement sur sa tronche, usant de son don de précision qui lui permettait d’atteindre sa cible à chaque tir.

Soren ouvrit ensuite ses ailes immaculées toutes grandes et dans un battement, gagna de l’altitude. Il se doutait bien que l’autre pheryxian rappliquerait rapidement et il l’attendait de pied ferme!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Sam 17 Sep - 20:43

Zéphir avait toujours aimé ce sous-chef, toujours prêt à réagir au moindre instant, ne s’opposant pas à ses ordres inutilement. À moins de trouver son idée complètement débile – et en bon stratège, cela arrivait rarement au Chef d’avoir des idées stupides – Syrian n’était pas du genre à rouspéter les ordres, mais il se trouvait toujours un bon conseiller lors des doutes et un guerrier hors pair sur qui il pouvait compter. Oh, oui, il aurait certainement confié sa vie à ce frère d’arme, plus sûrement qu’à n’importe quel autre membre de son Ordre. Le demi-incube laissa donc le phéryxian prendre les devants en interrogeant l’enkiev, restant à l’écart pour réagir en cas de besoin, assurant qu’il ne se débrouillait pas suffisamment dans la langue de l’ennemi pour oser ouvrir la bouche devant lui, sans quoi il les trahirait tous les deux.

L’individu immaculé n’était probablement pas ravi de retrouver des «sauvages» sur sa route, et pourtant, bien que certainement sur la défensive, l’homme leur répondit. Bon… Zéphir n’y comprit pas grands choses, à son grand damn, puisque le phéryxian blanc avait utilisé des mots plutôt compliqué pour son niveau de connaissance d’enkiev. Et il l’avait sûrement fait exprès, en plus, alors qu’il était clair dans son personnage d’indigène ne maîtrisait pas la langue. Le seccyeth crut comprendre qu’il était là pour se protéger du soleil, ou quelque chose du genre, et qu’il en était navré, mais son expression faciale était plutôt éloquente : il n’avait pas capté la moitié de la réponse et regardait son interlocuteur avec les sourcils froncés.

- Z’ye byc jnyesahd lusbnec… soupira-t-il en jetant un regard exaspéré à Syrian. Dyhd bec, naduin yi bmyh ehedeym : uh dyba, uh ma dnespyma à Eneyhadr ad uh ma xiacdeuhhany mà-pyc. Cuic my dundina, em veheny peah byn huic aqbmexian cesbmasahd, ui peah huic vyena ih bidyeh ta tacceh.

Il ne se souciait pas vraiment de communiquer par télépathie avec son partenaire, au risque d’être entendu, puisqu’il était persuadé que l’enkiev ne comprenait pas son langage et que, de toute façon, ils allaient lui péter la gueule avant qu’il n’ait le temps de poser des questions et analyser ce qui se passait. Zéphir appelait déjà télépathiquement sa dragonne au moment où il aperçu leur futur prisonnier les dévisager par la fenêtre, probablement pour évaluer ses chances de se sauver. *(S) Mais qu’est-ce que vous attendez pour arrêter de réfléchir! Il va se sauver, pardi!* lui gronda une voix intérieur.

Les deux Seccyeths s’empressèrent donc de se diriger vers la maison, entendant des bruits louches et étouffés à l’intérieur. Le premier réflexe de Zéphir fut de pousser la porte, mais elle était bloquée par un quelconque objet lourd. À deux, les hommes eurent tôt fait de la défoncer, pour constater que le blanbec n’était plus à l’intérieur et qu’un mur avait été détruit. À l’intérieur de lui-même, la voix narquoise de Saphyra lui maugréa qu’elle «leur avait bien dit», avant qu’il ne la fasse taire d’un juron.

-Mais ou toi être, oiseau blanc? Nous vouloir parler toi, pourquoi cacher? tenta Zéphir, plus pour déconcentrer leur visiteur que par réelle tentative de le convaincre.

Soudainement, une lourde pierre vint s’écraser en plein dans la gueule du Chef des Seccyeths, le faisant hurler de rage plus que de douleur, tant il se sentait imbécile de ne pas l’avoir vu venir. En passant devant l’ouverture, il avait été attaqué par ce fichu volatile du nord, décidément fort vorace et rapide. La douleur l’aveuglant momentanément, Zéphir ne pouvait se diriger tête baissée vers son ennemi, alors il se poussa sur le côté pour éviter d’être touché par la prochaine cible, et espéra que Syrian s’occupe de régler son compte à cet imbécile. Heureusement, il entendait déjà le battement d’ailes de Shenya, qui venait à sa rescousse. Tharja n’était probablement pas bien loin derrière…

- Yddyxia Shenya! Yddyxia la cydyhé uecayi pmyhl! hurla-t-il, se fichant bien d’être entendu désormais. Bientôt, la dragonne de vent survola la scène à toute vitesse, propulsant à son passage des courants d’air si puissants qu’ils firent soulever une tempête de sable autour de l’enkiev, destiné à l’aveugler. La gueule en sang, Zéphir souriait tout de même.

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syrian
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/06/2016

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Dim 2 Oct - 17:57


Je n’appréciais pas tant cette situation. Si cet oiseau blanc était stupide, c’était bien de parler. Cependant… ce n’était pas toujours la meilleure idée. On tape et on questionne par la suite. C’est toujours cela qui a fonctionné, rien de plus et rien de moins. Enfin… si Zéphir était capable d’obtenir des réponses en espérant qu’il était stupide et qu’il allait se laisser faire, c’était bien. Ça ne me dérangeait pas. Je me donnais comme mission d’essayer d’apprendre la langue prochainement car ce n’était pas du tout agréable de devoir avoir une traduction pour comprendre. Et encore… en ce moment, il avait parlé et moi, je n’avais rien compris. Je ne pouvais même pas donner une approximation sur ce qu’il avait dit.

En plus, sur le coup, Zéphir ne semblait pas avoir bien compris, ce qu’il me confirma. On revenait au plan initial, qui était de taper puis de parler après. C’était beaucoup mieux, je suis entièrement d’accord pour cela. Je confirmais ce plan. Je lui en fis même part assez rapidement, et en peu de mots pour qu’il sache ce que je pensais à ce moment. « Ce di cyjyec à xiam buehd çy sa vyed bmyecen da m'ahdahtna tena. » je préférais ça. Tout le monde pouvait confirmer que je suis une personne bien plus efficace en action qu’en parole. Sauf que quand je devais diriger ou donner des ordres, je le faisais bien. J’étais bien content d’être avec Zéphir et de voir qu’on se comprenait bien. Disons que nos idées allaient souvent dans le même sens.

J'avais bien L’impression que notre cible voulait s’enfuir. On avait bien entendu ce qu’il s’était passés et on a défoncés la porte pour voir qu’il était parti. Merde ! À ce moment, j’appelai Tharja. Je me fis répondre bien rapidement… Elle me dit qu’elle était déjà partie avec Shenya, à sa suite. Cela était légèrement rassurant et je soupirai, sachant que Tharja ne faisait qu’à sa tête tout le temps… Mais bon, au moins, ils étaient en route et dès qu’ils allaient arriver, ce petit oiseau n'allait avoir aucune chance. Je n'avais pas vu la pierre avant qu’elle tombe directement sur le visage de mon chef. Outch, je me disais que ça, ça avait vraiment du faire mal… « Za s'ah ulliba. » Shenya arrivait, Tharja qui était plus lente n’allait pas tarder… mais le temps que mon dragon arrive, il avait le second qui allait m’aider et moi-même, j’étais en mesure d’aller le rejoindre. Le sable survolant autour de l’enkiev était assez efficace, sachant que Tharja pouvait arriver et amplifier cela. Pour ma part, je me donnai un bon élan pour sauter jusqu’à la hauteur de cet oiseau blanc.

Surpris peut-être ? Il pensait voir Zéphir le rejoindre… mais malheureusement, j’étais en mesure de me trouver aussi haut que lui et descendre très doucement. Shenya l’empêchait de s’enfuir pendant que je lui dis quelque chose qu’il ne pouvait pas comprendre du tout. Un sourire aux lèvres, le vêtement autour de mon visage pour me protéger du sable. « Di cyec jnyesahd xia di d'ac sec tyhc iha cediydeuh jnyesahd tevvelema. Çy huic vany cesbmasahd bmyecen ta da nadahen... » Tharja tardait un peu à arriver, mais je l’entendis finalement se poser au sol. Shenya était bien plus rapide, c’était l’évidence même. Elle amplifia l’espèce de tornade de sable par son propre pouvoir. L’oiseau du Nord devait bien avoir un peu peur de voir des dragons… et il faut dire que déjà Shenya faisait peur vu que c’était un dragon, mais Tharja était plus grosse que lui. « Di yc yiliha lryhla vyla y Tharja ad Shenya, di tajnyec ypyhtuhhan. » Puis, j’accélérai l’effet de la gravité sur moi pour me retrouver sur le dos de mon dragon. Et bien oui, ils nous appartenaient.

**{Zéphir} Pucc, za lnuec peah xia Shenya ad Tharja uhd peah syednecé... Za m'yccussa ad uh teclida bmic dynt, y suehc xia di yeac iha saemmaina etéa. My, em ha buinny landyehasahd byc bynden, Shenya m'ah asbalra lmyenasahd.*

C’était techniquement ce qui était à faire. Mais même s’il ne pouvait pas s’enfuir, je doutais que ce soit très facile l’assommer. Au moins, on savait qu’il était pris et qu’il ne partirait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Mar 4 Oct - 9:10

Alors qu’il gagnait de l’altitude en un battement d’ailes, Vigie sortit l’une de ses dagues qu’il balança en direction du pheryxian qu’il avait atteint – un peu plus tôt – en pleine gueule avec une pierre. Toutefois, son adversaire avait prévu une seconde attaque et se jeta sur le côté juste à temps pour éviter la lame qui fusait en sa direction. Portant une main dans son dos dans le but évident de dégainer son arc, Vigie entendit un rugissement assourdissant lui vriller les tympans, ce qui le força à porter ses mains à ses oreilles. Mais c’était quoi cette merde?! Pivotant sur lui-même, le chevalier immaculé vit un énorme lézard volant fondre en sa direction. QUOI?!!! Il n’avait jamais vu ce genre de monstre par le passé!!! Son adversaire à la gueule ensanglanté, tout en bas, hurla des propos incompréhensibles et le monstre se mit à tournoyer autour de Soren qui dût lever ses avant-bras pour se protéger le visage de plusieurs projectiles terreux propulsés par le vent. Des bourrasques incroyables l’entouraient et une tempête de sable s’en suivit. Il ne voyait rien! D’instinct, il tira sur le haut de sa tunique et la remonta sur son nez et sa bouche afin de pouvoir respirer sans avaler de sable. Le vent était si intense qu’il se retrouvait tiré d’un côté et de l’autre par des rafales, ses ailes forçant pour le garder en altitude. Il devait se poser!! Ce monstre allait lui arracher une aile vu la puissance des bourrasques qu’il lui balançait! Un bref coup d’œil vers la bête le laissa pantois. Était-ce… un dragon?! C’était absurde! Les dragons n’étaient que des animaux de légende, rien de plus!

Pivotant à nouveau sur lui-même – bien malgré lui en fait – Soren hoqueta de stupeur en voyant l’humain voltiger à sa hauteur. Lui qui croyait voir le pheryxian fut surpris de constater que son acolyte avait plus d’un tour dans son sac. Le visage recouvert d’un morceau de tissu, ce dernier prononça des paroles incompréhensibles. Instinctivement, Vigie porta une main à son épée, prêt à se défendre contre ce nouvel adversaire. Toutefois, les rafales s’accentuèrent encore et le chevalier se fit tirer vers l’arrière par un courant d’air. Il poussa un cri alors qu’il se faisait propulser dans tous les sens. Il s’efforça à retrouver un semblant de stabilité quand une autre vision d’horreur s’offrit à lui : l’humain était allé se percher sur un deuxième dragon encore plus GROS que le précédent!! Soren avait l’impression que le monstre colossal esquissait un rictus en l’observant. Ce bref moment d’inattention lui valut de perdre à nouveau le peu de contrôle qu’il conservait sur son état actuel. Ainsi, il se fit à nouveau engouffré dans la bourrasque de vent et se fit catapulté à gauche, puis à droite, dans un mouvement circulaire étourdissant. Après de longues minutes à perdre le nord, Vigie fut expulsé de la tornade improvisée comme un vulgaire débris. Il virevolta au loin et ouvrit ses ailes juste à temps pour ralentir sa chute, ce qui ne l’empêcha pas de s’écraser lamentablement dans une dune de sable et de rouler sur lui-même.

Il toussota bruyamment et tenta de se redresser avec difficulté. Tout tournait autour de lui et il perdit pied à quelques reprises. Toutefois, son cœur ne fit qu’un bond dans sa poitrine en voyant le pheryxian à la gueule ensanglantée foncer vers lui, les dragons l’imitant assez rapidement. OH MERDE!! Sans plus attendre, Soren profita de son élan d’adrénaline pour ouvrir à nouveau ses ailes et partir en vol. Il était dans de beaux draps!! Zigzaguant entre les maisonnettes de pierres, il se faisait bousculer par des bourrasques de vents. Il contourna en vol un autre bâtiment et poussa un cri de stupeur en tombant né à né avec l’humain et son immense dragon couleur de terre. Un vif mouvement sur la gauche l’incita à vriller sur lui-même et lui permit d’éviter de justesse la gueule du monstre, passant tout près de son cavalier qui faillit l’atteindre avec son arme. Il commençait franchement à douter qu’il puisse s’en sortir. Il était foutu, c’était plus qu’évident! Comment pourrait-il combattre deux guerriers et deux dragons à lui seul?! Il devait alerter quelqu’un. L’image de Douhbée apparut systématiquement dans sa tête.

**[Douhbée] Mon amour!! Ma mission ne se déroule pas comme prévu! Averti les autres, il y a des ennemis inconnus dans le désert!! Bon sang, je doute de pouvoir m’en sortir! Douh, j’ai besoin que vous rappliquiez dans le désert et vite, c’est urgent! Ils ont des dr…**

Une nouvelle bourrasque incroyable le heurta de plein fouet, l’empêchant de se concentrer suffisamment pour terminer son message. Il reçut les propos flous de Douhbée qui se questionnait visiblement, mais la force des rafales requérait toute son attention. Il fut propulsé vers l’arrière et un immense rocher (absent, quelques instants plus tôt) fusa dans le sens opposé. Soren fut happé de plein fouet par le projectile de pierre et s’écroula au sol.

Ce fut la noirceur totale…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Sam 15 Oct - 20:49

Zéphir pris le temps de déchirer un bout de sa tunique pour contenir le sang qui affluait de son nez pendant quelques instants, la pression faisant le travail assez efficacement pour cesser l’hémorragie. Il n’avait pas à s’inquiéter pour l’Oiseau Blanc, Shenya le rattraperait dans le temps de le dire s’il tentait de s’enfuir, et de toute façon, Syrian était sorti pour l’empêcher même d’essayer. Les sables se levaient déjà grâce à la vitesse foudroyante de la dragonne d’air, ce qui facilitait le travail du sous-chef, puisque leur cible n’était pas préparée à cette attaque du ciel, contrairement à lui, qui avait l’habitude de travailler avec son Chef. Bientôt, le phéryxian noir entendit distinctement le battement d’ailes puissants de Tharja, signalant son arrivée à elle aussi, et peu de temps après, il reçu un message télépathique lui confirmant que le blondinet était coincé, et qu’il ne resterait plu qu’à l’assommer. Satisfait, l’homme inspecta son visage, soulagé de ne plus sentir le sang s’écouler librement, puis sortit pour constater le travail de son bras droit, juste à temps pour voir l’harfang des neiges être expédié de la tornade draconienne.

Dégaînant son épée, Zéphir accouru vers sa victime, voulant s’assurer qu’il ne réussirait pas à s’enfuir. Il semblait toutefois assez bien étourdi par la balade offerte par Shenya, alors même s’l s’envola aussitôt après avoir apperçu ses adversaires, le corbeau n’eut qu’à faire de même et le rattraper, suivi de sa dragonne qui ne pouvait pas se laisser semer par qui que ce soit. Celle-ci s’amusait d’ailleurs à relancer des bourrasques dans tous les sens pour freiner l’Oiseau Blanc, le plaisir avait assez duré, non? Les deux duos Seccyeths et dragons se séparèrent pour prendre chacun leur côté, faisant en sorte qu’en fuyant l’un, la cible se dirigeait vers l’autre, et bientôt, ils le cernèrent. Une dernière bourrasque de la dragonne d’air acheva de lui faire perdre le contrôle, et l’harfang des neiges tomba contre un énorme rocher et sombra dans l’inconscience. Le Chef des Seccyeths sourit en rengainant son arme… ça avait été presque trop facile… quoi qu’un peu douloureux… Tâtant son visage avec une grimace, l’homme pria qu’une guérisseur compétant (donc magique) serait présent au prochain campement militaire qu’ils allaient croiser en route vers Irianeth… Sinon il garderait des séquelles, et Georgina n’allait certainement pas trouver ça mignon…

- Acd-la xia Tharja yllabdany ta ma bnahtna yjal due? Za juec sym lussahd Shenya buinnyed ma dnyîhan zicxi'à Irianeth, l'acd dnub mueh, marmonna-t-il en extirpant des cordes du maigre bagage que transportait la dragonne. Ce n’était pas beaucoup, mais ils allaient certainement trouver des chaînes en route, sur un campement, où on gardait toujours de quoi retenir les sauvages récalcitrant… En espérant qu’ils y arriveraient avant l’éveil de l’Oiseau Blanc!

---

Au final, le voyage se déroula plutôt bien, sans aucune anicroche, leur victime restant inconsciente suffisamment longtemps pour qu’il ne réalise pas avoir même été déplacé, jusqu’à ce qu’ils survolent l’océan… Là, évidement, l’Oiseau Blanc avait un peu paniqué, mais… bien enchaîné et surveillé par Syrian, il était rapidement redevenu K.O., au bon plaisir de Tharja qui n’appréciait pas vraiment qu’on s’agite sur son dos, bien sûr (comme n’importe quel dragon digne de ce nom).

Quelques jours plus tard, ils étaient à la Capitale, et il était temps de s’amuser réellement. Bien sûr, ils pouvaient tout simplement l’envoyer travailler au mines (et c’est ce qu’ils allaient faire) mais en attendant… ils avaient besoin d’informations. Ils bifurquèrent donc par le château, enchaînant le moineau dans un cachot, et attendirent patiemment qu’il se réveille…

- Di jaiq xi'uh byndyka, Syrian? Za xiacdeuhha, di vnybbac? Byc xia za h'ye byc ahjea ta vnybban, syec em ha lusbnahtnyed byc dac xiacdeuhc.

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syrian
Sous-Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/06/2016

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Ven 11 Nov - 23:36

C’était pas mal. Un peu de combat, Tharja qui semblait s’amuser comme elle ne s’était pas amusé depuis très longtemps. Elle ne me parlait pas, elle faisait simplement continuer ce qu’elle savait faire. Je la dirigeais bien sûr, mais elle était assez à ses affaires. Je n’avais pas nécessairement besoin de m’en occuper pour qu’elle sache ce qu’elle devait faire. Elle m’écoutait quand il le fallait.. et tous les quatre, nous savions très bien que cet oiseau n’allait pas être capable de partir. Il était encore en vie parce que nous souhaitions le garder en vie. Mais sinon, Tharja aurait eu du plaisir, tout de même. Moi-même j’appréciais le fait qu’il n’était pas capable de partir Cela était assez amusant. Enfin un combat, enfin quelque chose. Ensembles, Zéphir et moi, on formait une bonne team. Pas nécessairement besoin de discuter pendant des heures pour se faire des plans. On aimait ça, nous.

Je le respectais très bien en tant que chef. Et il me respectait aussi. Nous formions simplement une belle équipe. Nous lui tendions une embuscade et il tomba dedans...et finalement, grâce aux deux dragons, il fut envoyé sur un rocher, fait par Tharja et il tomba dans les pommes. Une bonne chose de fait. Il était encore en état de survivre... bien que le coup avait été difficile. Maintenant, il fallait organiser le travail et comment on allait rentré, hors de question que je reste encore trop longtemps ici. Zéphir me demanda si Tharja pouvait s’occuper de transporter l’oiseau blanc. Bien sûr, c’était normal. Tharja grogna mais mon regard lui dit que ce n’était pas un choix. Shenya aurait plus de difficulté. Puis, une fois attaché et installé, on partit. Bien installé sur ma selle... ce serait un peu triste s’il finissait par tomber, on l’aurait gardé en vie pour rien.

Tharja grogna dans ma tête à chaque fois qu’il bougeait et je m’assurais que tout soit bien en ce moment... et on volait, un long moment. On s’arrangeait pour que le voyage soit bien et faisable. On arriva au château et je laissai Tharja faire comme elle voulait, elle le méritait. Maintenant, on s’amuserait pour vrai. Me proposer de taper m’allait, de toute façon... il l’avait dit, je ne savais pas du tout lui parler. En attendant qu’il se réveille, on le regardait. Puis il semblait sortir de l’inconscience. Je m’accroupis et je le regardai dans les yeux. Puis, en m’adressant à Zéphir, je commençai. « Di lnuec xi'Em jy huic éluidan, Zéphir ? Za da myecca lussahlan, sue, za ha baiq sêsa byc lussahlan. » Je restais à cette même hauteur. Taper ne me dérangeai pas, surtout s’il commençait à faire son peureux... Il devait absolument rester calme. Mais je serais quand même triste s’il restait calme. Je serais assez triste... mais c’est un détail. Comme je savais qu’il ne comprenait rien à ce que je disais, je continuais à parler à Zéphir. « Za canyec dnecda c'em téletyed ta luubénan... vyec ah cunda xi'em lusbnahha xi'em h'acd byc duid bansec. Em acd bnecuhhean, xiyht sasa, l'acd byc neah. Ad xi'em ca vycca dyban ih bai, çy canyed cosby. » Et Zéphir savait qu’il pouvait me le dire, et je pouvais juger moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Mer 16 Nov - 10:01

Il n’avait conscience de rien. L’impact qu’il avait reçu en pleine poire l’avait sonné pour de bon et il ne réalisa même pas qu’on le ligotait. Rapidement, on l’installa sur l’une des montures, puis la minuscule procession prit son envol en direction du repaire des dragonniers. Si la majorité du voyage s’était déroulé dans le calme le plus plat, il en fut tout autre une fois au-dessus de l’océan. Vigie grogna. Son corps entier lui faisait mal et sa tête bourdonnait. Il ouvrit mollement les yeux et se demanda franchement où il était. Qu’est-ce qui se passait? Une présence se faisait sentir à ses côtés. Douhbée? Il appela faiblement sa fiancée quand soudain, tous ses souvenirs lui revinrent en tête comme le torrent furieux d’une rivière. Le pheryxian se raidit et vit l’homme roux qui était à ses côtés. Ça ne lui prit que quelques instants pour réaliser qu’il reposait sur le dos de l’un de ces immondes dragons!

Le chevalier immaculé se mit à s’agiter, se tortillant pour essayer de défaire ses liens. Il n’eut pas vraiment le temps de se débattre davantage, car un nouveau coup le heurta violemment sur la tête, le replongeant à nouveau dans l’inconscience. Vigie ne se réveilla que beaucoup plus tard. Un nouveau mal de bloc résonnait dans son crâne (après tout, n’avait-il pas reçu plusieurs coups à la tête?) et il toussota. Sa bouche était pâteuse. Il avait soif. Lentement, il ouvrit ses yeux dorés. Où était-il encore? Cette fois, il savait bel et bien qu’il n’était pas avec Douhbée et mit moins de temps que précédemment pour retrouver ses sens. Soren réalisa rapidement qu’il était assis sur une chaise, les mains ligotées au-dessus de sa tête et maintenues par une chaîne qui pendait du plafond et les pieds liés aux pattes de son siège. Finalement, on avait solidement attaché ses deux ailes ensemble et c’était probablement l’aspect de sa captivité qui l’effrayait le plus. Ses épaules étaient douloureuses et, alors qu’il reprenait ses sens, il en profita pour relever la tête et balayer la pièce du regard. Un cachot?

L’homme roux qui avait participé à sa capture s’avança vers lui et posa un genou au sol pour être à sa hauteur. Malgré son mal de crâne, Vigie le fusilla du regard sans toutefois piper mots. Les deux inconnus discutèrent dans un dialecte grossier puis portèrent leur attention sur lui. Oh, ils voulaient probablement lui soutirer des informations, du moins, c’est ce qu’il en déduisit vu la situation actuelle. L’autre pheryxian s’approcha de lui avec un sourire mauvais au visage et se pencha à son tour, comme s’il désirait s’adresser à un enfant. C’était quoi ces conneries? Il parlait un enkiev sommaire et même un peu difficile de compréhension. Néanmoins, le chevalier alombrien comprit l’essentiel : il désirait savoir qui il était et d’où il venait. Pour toute réponse, Soren baissa la tête vers l’avant et esquissa un sourire arrogant. S’il croyait qu’il allait trahir les siens, il pouvait se foutre un doigt profondément dans son cul. Relevant le visage, Vigie se rapprocha de l’autre pheryxian, du moins, autant que ses chaînes pouvaient le lui permettre.

- Va te faire foutre, souffla-t-il à son intention avant de lui cracher au visage.

La réponse se fit rapidement ressentir. Un coup fulgurant le heurta en pleine mâchoire, puis un autre à l’abdomen, lui coupant le souffle. Sans compter l’autre impact qui vint l’atteindre directement sur l’œil droit, fendant son sourcil au passage et bleuissant la peau entourant le globe oculaire. Vigie toussota un instant, tentant de reprendre son souffle sous le regard amusé de ses geôliers. Bon… il ne savait pas où il se trouvait, mais vu qu’il avait été fait prisonnier, c’était primordial qu’il contacte ses compagnons d’armes pour qu’il leur fasse part de sa situation. Pendant qu’il reprenait son souffle et qu’on lui donnait une miette de répit, Soren tenta de se concentrer sur sa fiancée pour la contacter de nouveau... et se buta contre un mur de silence. Quoi?! Voilà qui était étrange… Il retenta le coup, mais en direction de Lyslo cette fois et commença à ressentir une angoisse naissante au creux de son ventre. Il passa chacun de ses proches au peigne fin : Losly, Colombe, Isil, Adelyn et même la princesse Nata! Il tenta de contacter ses autres amis dans l’ordre, rien n’y faisait! C’était comme s’il était complètement coupé du reste du monde. Comment était-ce possible?! Du plus loin qu’il se souvînt, il avait toujours été connecté à sa famille d’armes et cette sensation de vide était vraiment angoissante. Visiblement, son désarroi transparu sur ses traits sans qu’il ne s’en rende compte, car l’un des deux hommes lui agrippa sa chevelure blanche et balança sa tête vers l’arrière non sans lui lancer un sourire satisfait.

- Écoutez-moi bien, siffla-t-il de colère en fusillant ses geôliers du regard. Il n’y aura pas un moment où je ne vous ferai pas la vie dure. Pas un moment où je ne tenterai pas l’impossible pour sortir d’ici. Vous n’aurez rien de moi. J’en fais le serment.

Son regard était déterminé et intraitable. Le regard d’un homme prêt à combattre coûte que coûte, et ce, malgré la deuxième ruade de coups dont on le gratifia à l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   Mar 29 Nov - 15:23

(Comme on l'a dit sur la CB, j'ai fermé assez vite, si vous voulez que je change la fin faites moi signe)

Syrian avait l’air bien satisfait de la proposition de partage de Zéphir, lui demandant toutefois de commencer d’abord, parce que c’est quand même plus intelligent de frapper quelqu’un quand il sait pourquoi, ha, ouais, pas bête. Le corbeau rigola sans se cacher lorsque son comparse lui avoua qu’il espérait que leur prisonnier ne coopère pas, que le plaisir durerait plus longtemps ainsi. Justement, l’oiseau blanc s’éveillait, et le sous-chef l’examinait, accroupis devant lui, attendant tout simplement le «Go» du Chef pour commencer le jeu.

- T'yllunt, syec yccinac-due ta mie myeccan yccaw ta sunlayi xiyht sêsa, l'acd jnye xia l'acd ysicyhd ta zuian yjal mac bnecuhheanc, cyiv xia huic acbènuhc yi suehc xi'em huic canjeny à xiamxia lruca tyhc mac sehac, raeh? Uh yiny byc vyed duid la dnyjyem buin neah, répondit-il, plus amusé que le laissait supposer ses propos moralisateur.

C’était la petite partie «Saphyra» en lui qui se manifestait un peu, celle-ci se plaisant toujours à la souffrance d’autrui. Sauf qu’il ne pouvait pas lui laisser prendre la place, il voulait garder cette «clé de secours» là pour plus tard. Zéphir imita donc son compagnon, s’approchant de leur prisonnier pour se mettre à son niveau, dans une intimité niaise de confidence. Il évita de regarder Syrian pour ne pas échanger de regard complice, et se concentra uniquement sur l’oiseau blanc.

-Quoi être nom, Oiseau blanc? Quoi être maison? Qui tu être dans nord? Quoi fait dans sud? commença-t-il au hasard, ayant déjà remarqué les regards assassins que lui lançaient son prisonnier, il ne se faisait pas trop d’illusion.

Il ne s’était pas attendu à cela, toutefois. S’il n’était pas certain de ce qu’avait réellement dit son prisonnier, faute de connaître assez bien le vocabulaire enkiev, le ton et l’attitude du blondinet signifiait assez clairement qu’il ne voulait pas répondre, et qu’il l’avait probablement insulté. Hors, si cela ne lui avait pas suffit, se faire cracher dans le visage était un bien plus précis indice de sa non participation. Si clair, que Syrian, bien que ne comprenant pas un mot du langage du nord, avait quand même répondu à la résistance de l’Oiseau blanc en le frappant en retour. Dégoûté, Zéphir s’essuya le visage du revers de la manche, l’air plus embêté que frustré. Il n’était pas homme qu’on mettait facilement hors de ses gonds, contrairement à Saphyra.

- Huic tuiduhc xia cuh hus cued néammasahd «va te faire foutre», Syrian. Huic yjuhc lussa m'esbnacceuh xi'em ca velra ih bai ta huic. Di baiq vnybban bmic vund, lran vnèna.

Ce n’était pas un ordre que Syrian allait relever, bien au contraire, il semblait plutôt amusé, celui-là. Se tenant à distance plus sécuritaire du lama, Zéphir prit un air contrit, comme s’il était désolé de devoir en venir à la force, et répéta tout simplement ses questions. Mais l’Oiseau blanc n’écoutait même pas, il semblait être perdu dans ses pensées, et apparemment un peu paniqué. Tant mieux s’il était effrayé, c’était qu’il était assez intelligent pour comprendre qu’il était dans la merde et que la meilleure solution était encore de coopérer.

-Tu égares, ami, toi pas oublier où tu être et avec qui. Répondre aux questions! ordonna-t-il sèchement au prisonnier pour qu’il reporte son attention sur lui, avec succès.

Un succès de bien trop courte durée, car l’oiseau blanc leur fit clairement comprendre, malgré la complexité de son vocabulaire, qu’il ne piperait mot, et qu’il leur ferait regretter de l’avoir capturer. Zéphir soupira en lançant un regard équivoque à son sous-chef.

- Tussyka, uh yinyed bi c'ahdahtna bmic cesbmasahd. Huic yicce, uh jy da vyena my jea tina, Rynvyhk tac Haekac, marmonna-t-il en intimant d’un geste à son compagnon de continuer de le malmener, jusqu’à ce qu’il parle ou ne perde à nouveau conscience. Affaibli par son voyage et sa maltraitance, ce fut plutôt la deuxième option qui l’emporta de vitesse, et même s’ils n’avaient pas abandonné l’idée de le questionner, Zéphir et Syrian le firent transporter dans les mines où travaillaient les esclaves. Un peu de redressement psychologique ne ferait pas de mal à cette vermine. Il allait finir par craquer un jour où l’autre.

[RP TERMINÉ POUR ZÉPHIR]

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oiseau du nord, que fais-tu dans le sud? [Mission Zéphir - Syrian - Vigie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que fais tu dans mon rêve ? [PV Solembum][FINI]
» L'Île des Sirènes~ Le chant des Sirènes
» {FLASHBACK}Methi'&Dani ❧ "Tu sais quoi, t'a fais comme dans l'histoire. Peter Pan a voulu rester un enfant et il s'est barré. Ben toi aussi."
» 3*Sheamus revient au top de sa forme et est dans une émission
» [Xia] Dans la fourmilière...[Mission: Confirmation]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: