Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]   Mar 2 Aoû - 20:59

Les dragons atterrirent sans douceurs au milieu du camp militaire instauré dans le désert d’Enkidiev par les Iriniens. Malgré la petite taille de Shenya, les sauvages coururent dans tous les sens à son approche, fuyant son impressionnante présence tout autant que Svana, qui l’accompagnait. Mais était-ce réellement les montures qu’on craignait, où ceux qu’on savait les chevaucher? Saphyra sourit devant la peur qu’elle inspirait, chef de cette Ordre maudit qui avait envahi les terres au sud d’Enkidiev et avait soumis un peuple autrefois libre. Elle aimait qu’on la reconnaisse, elle ou Zéphir, et que personne n’oublie qui ils étaient. La phéryxian jubilait du pouvoir que ça lui octroyait, mais jubilait surtout d’avoir quitté Irianeth, satisfaite de mettre le plus de distance possible entre la magicienne Georgina et sa moitié masculine. SA moitié!

Saphyra chassa cette pensé de son esprit en entendant ladite moitié gronder de mécontentement dans le fond de sa tête. Puis elle hocha de la tête vers son écuyère en lui souriant, l’incitant à descendre de sa monture en même temps qu’elle, plus pour l’impression de puissance que donnait ce synchronisme exagéré que par réel besoin de sécurité de se tenir toujours près l’une de l’autre. La sécurité n’était plus de mise, enfin pas sur ce campement, où ils étaient définitivement craints. Ailleurs dans le désert, oui, il y avait encore des territoires à conquérir et des sauvages libres à abattre ou à soumettre, mais ici, elles étaient en sécurité.

-Pas trop fâchée d’être libérée de l’étouffant château d’Irianeth, Gwendoline? demanda le maître à son apprentie en l’entraînant vers les tentes qui leur étaient réservées, une main amicale dans son dos. Elle aimait bien cette gamine! Sa principale qualité étant de ne pas intéresser Zéphir, bien entendu. Bon, nous aurions préféré t’emmener dans un endroit plus coquet que ce campement miteux, mais c’est quand même bien mieux que la dernière fois que Zéphir et moi sommes venus. On commence à prendre notre place, ma chère, et il ne faut pas voir trop petit, Tous ensemble, on va conquérir le nord, et nous comptons bien t’avoir à nos côtés ce jour-là.

Alors que les deux femmes se dirigeaient vers une immense tente de stratégie militaire, qui constituerait également leur logement pour le temps de leur passage sur Enkidiev, les dragonnes, derrière elles, s’étaient tout bonnement allongées au sol, se faisant langoureusement griller les écailles au soleil, plongeant rapidement dans le sommeil. Avec un dernier regard attendri vers Shenya, qu’elle trouvait parfois beaucoup trop minette pour être un reptile, Saphyra entra dans sa tente avec Gwendoline, et entreprit d’y entasser ses bagages. Elle n’avait pas l’intention de les défaire tout de suite, elle ne voulait récupérer quelques petits couteaux, qu’elle attacha à sa ceinture, et une arbalète, qui trouva sa place dans son dos.

-On n’est jamais trop prudents, quand même, hein? Et puis demain, on part en expédition dans le nord, il y a encore des résistants à quelques kilomètres de notre base et nous ne voudrions pas qu’ils nous égorgent pendant notre sommeil, alors on va le faire avant qu’ils y pensent. Alors ce soir, toi et nous, on s’entraîne, il ne faudra pas que notre petit congé des derniers jours, fut-il pour l’excellente raison de devoir se déplacer, ne t’aie rouillé, pas vrai? C’est juste pour s’assurer que tu es bien prête à ce que nous t’emmenions, rien de formel hein! Tu as tout ton équipement là, c’est bon?

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]   Ven 12 Aoû - 16:49

Le regard de l’apprentie seccyeth arpentait la vaste étendue de sable qui s’étendait jusqu’à perte de vue. Elle cherchait la moindre trace de danger à proximité du camp militaire où elle et son maître se dirigeaient à l’instant. Ce serait insatisfaisant de se faire prendre par surprise par un groupe de rebelle, s’il y en avait. Cette attention à l’environnement ne l’empêcha en aucun cas de caresser l’encolure de Svana. Après tout, sa fidèle dragonne était sa meilleure alliée.

Un rapide coup d’œil en direction de Saphyra lui confirma que la descente au sol était imminente et le duo de seccyeth procéda agilement à l’atterrissage. Il ne fallut pas plus d’un petit signe de tête de la part de la pheryxian pour que son apprentie comprenne ce qu’il y avait à faire. Inutile pour les deux femmes d’échanger des paroles : Gwen avait l’habitude d’agir avec un synchronisme ahurissant avec son frère; c’était donc une partie d’enfant d’ajuster ses gestes à ceux de son maître pour qu’elles mettent pied à terre au même moment.

- C’est un plaisir de prendre un peu d’air libre, maître. répondit la sirène, se laissant guider par la chef de l’ordre jusqu’à la tente où elles logeraient. J’attends avec impatience le jour où je pourrai me tenir à vos côtés lorsque nous serons devenus maître du nord.

Son ton était plutôt impassible, mais elle pensait réellement les paroles qui sortaient de sa bouche. Leur peuple avait faim, il était donc de son devoir de s’assurer qu’il puisse se procurer ce dont il avait besoin pour survivre. « Aux grands maux, les grands moyens. » se disait-elle à la vue des sauvages soumis à la volonté des O’Hell. La vie était dure pour tout le monde.

Elle imita la guerrière à ses côtés et se glissa à l’intérieur de la tente, pour ensuite ranger ses effets personnels dans son espace attitré. Elle prit la peine de s’armer à son tour. Elle saisit que le temps était à la discrétion au niveau des armes. Elle choisit donc de glisser des dagues dans ses bottes, dans une poche discrète à cet effet, tout en ayant un cimeterre à sa taille. Elle termina sa préparation avec un arc à son dos, n’ayant pas encore acquis l’expérience nécessaire avec une arbalète.

Puis, Saphyra entama un résumé de ce qui les attendaient au cours des prochains jours. Gwendoline hocha de la tête à cela. Elle n’avait rien à redire au sujet de leur horaire.

- Si possible, j’aimerais que vous me montriez le maniement de l’arbalète, en plus de notre entraînement habituel. Outre cela, je suis prête à vous suivre.

De toute évidence, on observait le duo dominateur à leur passage. La sirène activa son pouvoir par pure précaution. Comme l’avait si bien dit son maître tout à l’heure, on est jamais trop prudent. Ce conseil sembla porter fruit au bout de quelques minutes de marche, car l’apprentie remarqua une présence douteuse derrière une tente. Il y avait une forme accroupie de façon à laisser présager une attaque. L’adolescente pouvait aisément constater que cette figure attendait le signal d’un pardusse qui, lui, était placé juste au bon endroit pour garder un œil sur les seccyeths. Il semblait d’ailleurs s’attarder particulièrement sur O’Hell.

Silencieusement, et sans crier gare, Gwen décrocha gracieusement une flèche en direction de la menace derrière la tente. Un faible bruit de gargouillis parvint jusqu’à ses oreilles, sa flèche s’étant logée dans la gorge de sa victime. La sirène marcha nonchalamment jusqu’au cadavre, qu’elle traîna jusqu’aux pieds de Saphyra. Bien qu’elle préférait faire dans la discrétion, elle savait que les sauvages avaient besoin d’un rappel quant à qui était leurs maîtres désormais.

- Ce pardusse lion vous épiait avec l’aide de cette humaine, fit-elle en donnant un coup de menton en direction de la complice. Lui aussi avait un faible pour l’arbalète, semble-t-il. Elle retira sa flèche sans plus de cérémonie, essuyant la pointe contre les vêtements du défunt. Elle continuait de surveiller la foule qui s’approchait de plus en plus de la scène, et ce, malgré sa nonchalance apparente. Puis, elle eut envie de se payer leur tête un peu. Que faisons-nous de lui? Quel dommage qu’il soit si mince, il n’y a pas de quoi de faire un repas de luxe.

Les Iriniens n’étaient pas cannibales, peu importe à quel point la faim les tenaillaient, mais ces idiots du désert ne le savaient pas. Si cette blague pouvait faire en sorte qu’ils se tiennent plus tranquilles et fasse croître la peur qu’ils ressentaient vis-à-vis l’envahisseur, mieux ce serait! Et puis, le ton calme de l’adolescente avait de quoi être alarmant, car il était impossible pour des inconnus de savoir si elle était sérieuse ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]   Mer 24 Aoû - 21:12

L’adolescente ne manquait définitivement pas d’ambition, et ce n’était pas pour déplaire à Saphyra, qui voyait tout aussi grand. «Maîtres du nord» hein? Rien de moins! Les peuples qu’ils soumettaient à leur main, de toute façon, ne valaient pas la peine de considérations, n’est-ce pas? Ces ignobles individus aborigènes la dégoûtait plus que nécessaire, elle qui ne s’était jamais privée de vivre dans le luxe que lui octroyait son poste dans l’Ordre, même si elle n’avait pas pu profiter de celui de son sang O’Hell. Disons qu’elle se croyait gratuitement supérieure aux autres, et n’avait pas peur de prendre la place qui était la sienne. Irianeth était un royaume puissant avec son armée de dragons et dragonniers, il était plus que temps que le peuple se lève pour asseoir son autorité sur les continents voisins. La famine n’était qu’une bonne excuse, ils étaient assez fort pour mériter le pouvoir absolu, du nord, de l’est et de l’ouest, partout où les reptiles volants pouvaient les porter. Maître du monde, ne serait-ce pas encore mieux? (Z)*Une chose à la fois, Saphy, Enkidiev n’est pas encore sous notre main…* la rabroua silencieusement sa moitié masculine, pour que ses pensées cesse de voguer et retourne à la situation présente : entraîner son apprentie.

L’autre chose qu’elle adorait de Gwendoline, c’était qu’elle relevait rarement – voir jamais – les décisions de son Chef et Maître, et ne manquait pas de motivation pour doubler son ambition. Aussi se préparait-elle à la suivre, en lui demandant en même temps s’il était possible de s’entraîner à l’arbalète, cette arme lourde et précise que Saphyra affectionnait particulièrement, mais qu’elle n’avait pas encore pris le temps de lui montré dans sa première année, puisqu’elle demandait une bonne pratique de visée. Peut-être l’adolescente était-elle prête?

-Hum, peut-être tout à l’heure, tu sais, l’arbalète n’est pas facile à manipuler, tu dois avoir une précision exemplaire car on ne peut pas se permettre autant d’erreurs qu’avec l’arc, c’est beaucoup plus long à char… oh…

Saphyra s’interrompit lorsqu’elle apperçu son apprentie, arc bandé, décocher une flèche trop rapidement pour qu’elle ait le temps de lui demander pourquoi. Habituée au pouvoir de sirène de Gwendoline, la Chef ne s’étonna pas de cet exploit, bien qu’elle était toujours ravie des progrès de l’adolescente.

-Joli… Tu es peut-être prête, finalement! gloussa-t-elle lorsque l’écuyère lui rapporta sa prise, lui annonçant que le lion travaillait de paire avec une humaine.

Cette dernière, bien que toujours invisible de l’angle où se trouvait la Chef des Seccyeths, fut vite maîtrisée par quelques irianiens qui avaient surpris la scène et l’avaient repérée. Saphyra ne pu s’empêcher de glousser à la suite du commentaire de son écuyère, ayant visiblement pour but de ficher la frousse à un éventuel espion, puisqu’il n’était pas exclu que ces deux idiots travaillaient pour quelqu’un d’autre, à l’interne. Toutefois, si Gwendoline avait voulu faire une blague noire – plutôt efficace, puisque le sauvage commençait à empester la pisse et brailler dans le dialect enkiev que la phéryxian ne comprenait que par bribes – son ordre à elle, destiné, aux gardes qui étaient intervenus, ne laissait pas place à l’interprétation.

-Bah, nous n’avions pas faim pour du chaton, de toute façon, nous avons toujours horreur de leur fourrure. Son ironie en fit sourire plus d’un, puisque l’oiseau était habituellement plus souvent la proie que le chasseur. Mais son tibia fera de bons cure-dents pour Svana et Shenya, non? laissa-t-elle glisser en attrapant l’arme de leur prisonnier, avant de l’abandonner à son sort entre les mains des gardes, sans lui donner plus d’attention que s’il eut été une pierre.

Les deux femmes s’éloignèrent vers le terrain d’entraînement, ignorant superbement les regards curieux qui les suivaient du regard. Les gens allaient bientôt cesser de les regarder, il y avait quelque chose de plus intéressant à observer présentement… Comme un chaton et sa maîtresse remis aux dragons. Pendant ce temps, Saphyra inspectait l’arbalète rudimentaire qu’elle avait prise au pardusse. Elle n’était pas aussi puissante et précise que la sienne, mais ça ferait toujours l’affaire en attendant de retourner sur Irianeth pour procurer une arme plus convenable à Gwendoline.

-Cadeau, lui lança-t-elle en lui tendant son arme. Tu l’as gagné, en quelque sorte, c’est un peu comme un trophée de guerre. Ce n’est pas une perle, mais tu auras ton entraînement à l’arbalète. C’est définitivement une journée radieuse aujourd’hui, tu ne trouves pas?

Des cibles étaient déjà installées sur les mannequins de pailles, qui servaient à divertir les soldats en manque d’activité, lorsque les sauvages se faisaient trop froussards (ou sages?) pour se tenir loin du campement. Maintenant qu’une officier, aka Saphyra, était de retour sur le campement, les choses allaient commencer à bouger, puisqu’elle avait l’intention de mettre en marche la progression vers le nord le plus rapidement possible. Y avait des gens qui crevaient encore de faim, sur Irianeth, il fallait pas l’oublier!

-Ça ne se manipule vraiment pas comme un arc, et la façon de viser est différente, mais quand tu l’auras compris, ce n’est pas si terrible. Le pire, c’est de préparer l’arme, mais quand c’est fait, ça devient une arme redoutable, bien plus qu’un arc, qui demande aussi une grande dose de force. Rapidement, la Seccyeth lui montra comment engrener la flèche, puis lui pointa la cible. Attention au recul, quand tu tire c’est assez impressionnant la force que ça dégage, ça peut te faire tomber si tu n’es pas bien ancrée sur tes deux pieds.

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]   Lun 5 Sep - 18:27

La sirène secouait faiblement la tête; quelle honte était-ce de se souiller devant ses pairs pour une toute petite blague faite par une adolescente de quinze ans! Si elle avait eu besoin d’une confirmation supplémentaire de la suprématie des Iriniens sur les peuples du Désert, elle l’avait à ses pieds. Ils n’étaient même pas fichus de regarder la mort droit dans les yeux. La dignité ne devait pas couler dans leurs veines… D’autant plus que le pardusse suppliait les seccyeths d’être clémentes et de le laisser vivre.

- Bydradexia. (Pathétique.)

La sirène n’accorda même pas un dernier regard au traître qui avait osé attenter à la vie du chef de son ordre; il ne le méritait pas. Elle passa directement par-dessus lui, comme s’il n’était qu’une bûche au sol qu’elle devait enjamber pour continuer son chemin. De toute façon, il était mieux d’éliminer la menace de rébellion avant que l’idée ne s’engrène chez le reste des sauvages. Il servirait d’exemple qu’il était mieux de ne pas se mettre les Iriniens à dos. Son exécution publique devrait aider la population locale à se remettre les idées en place.

Toujours soucieuse de son environnement, Gwendoline porta peu attention à Saphyra, qui étudiait l’arbalète saisie au rebelle. L’adolescente cherchait ainsi à s’assurer qu’il n’y avait pas un autre idiot avec la même idée qui se terrait tout près. La sécurité de son maître primait sur tout le reste, car leur nation avait besoin de l’aîné des O’Hell pour les sortir de la misère qui pesait sur eux. Heureusement, aucune menace n’était tapie sous une tente et le duo put faire son chemin jusqu’au terrain d’entraînement sans embûche supplémentaire.

L’apprentie seccyeth haussa légèrement les sourcils en recevant l’arbalète du – fort probablement – défunt pardusse. « Merci, maître. » souffla-t-elle, s’inclinant par le fait-même en guise de respect. Elle acquiesça ensuite au commentaire de Saphyra sur la température. Il était vrai que le temps se prêtait bien à un entraînement d’arme à distance. Elle écouta donc attentivement les conseils de la guerrière quant au maniement de l’arbalète et observa de près la façon de se préparer au tir. Elle sentit un pincement de nervosité lorsqu’elle prit l’arme en main et visa une cible. Et si elle manquait totalement son coup? Elle prit une grande inspiration : si elle avait appris une chose, c’était de ne pas baisser les bras après un échec. Si elle ratait son tir, c’est qu’il y aurait forcément une leçon à en tirer.

Elle déclencha donc le mécanisme de tir, envoyant sa flèche se planter dans l’épaule d’un des mannequins de paille. De son côté, elle dut faire un pas vers l’arrière pour éviter de tomber au sol. Elle comprenait maintenant ce qu’avait voulu dire son maître il y a un instant. « Impressionnant… » commenta-t-elle à propos du recul. « Permettez-moi d’essayer à nouveau. » Alors, elle baissa l’arbalète avant de tirer sur les câbles afin d’accrocher ceux-ci à la poulie. Elle sursauta lorsqu’elle relâcha les câbles un peu trop rapidement et qu’il y eut un claquement lorsque la tension diminua. Par chance, elle n’était pas du type à jurer de vive voix… Elle se contenta plutôt de réessayer et elle parvint à engrener correctement sa flèche. Toutefois, plutôt que de tirer à nouveau, elle plissa les sourcils, ce qui poussa son maître à lui demander ce qui se passait.

- J’ai l’impression que quelque chose cloche dans ma posture, maître. répondit-elle honnêtement.

Il était inutile de mentir, d’autant plus que les leçons de la chef des seccyeths étaient toujours pratiques. Celle-ci lui indiqua d’ailleurs, après un bref examen visuel, qu’elle devait relever un peu les bras afin que son arme soit plus droite, permettant ainsi un meilleur tir. Gwendoline hocha de la tête, concentrée sur sa cible, puis s’ancra dans le sable pour éviter d’être bousculée vers l’arrière une fois de plus. Résultat : elle parvint à loger sa flèche dans le cou de sa cible, ce qui était déjà une amélioration.

Les deux femmes continuèrent ainsi de s’entraîner, tirant chacune à leur tour. L’adolescente avait du potentiel avec cette arme; il suffisait qu’elle y mette suffisamment de temps et d’efforts, puis elle deviendrait une puissante tireuse. Lorsqu’elles manquèrent de flèches, l’apprentie se proposa pour aller les récupérer sur les mannequins. À son retour, elle posa son regard dans celui de Saphyra.

- Maître, en vue de l’expédition de demain, y a-t-il autre chose que nous devrions pratiquer qui soit plus essentiel que l’arbalète?

Elle était pratico-pratique, c’était dans sa nature. Elle était reconnaissante d’avoir eu un cours sur l’arbalète, mais elle savait qu’ils avaient un but à atteindre le lendemain et que ladite arbalète n’avait pas initialement fait partie des plans d’entraînement.
Revenir en haut Aller en bas
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]   Mer 14 Sep - 12:46

Bien joué, la gamine. Le poids et la complexité de l’arbalète transformait souvent le plus habile des archers en grosse patate maladroite, mais pas Gwendoline. Bon, son mannequin n’était pas officiellement «mort», mais elle l’avait touché, et l’écuyère n’était pas tombée sur le derrière après-coup, ce qui était déjà important à souligner. Seulement un an en la compagnie du Chef de l’Ordre, et elle promettait déjà d’être une future Seccyeth redoutable. Elle apprenait vite, et écoutait bien, c’était deux grandes qualités pour les dompteurs de dragons. Ou pour supporter son maître.

Après avoir réarmé son arbalète, Gwendoline se plaça en position de tir, mais s’abstint de relâcher la gâchette à nouveau, demandant plutôt à son maître si sa position était convenable. Saphyra sourit, heureuse de constater que son écuyère reconnaissait seule ses lacunes et savait demander de l’aide. L’orgueil mal placé n’aide personne, même la Chef des Seccyeths, et si celle-ci en fait parfois un contre-exemple, elle sait toujours quand s’arrêter et laisser sa place à meilleur qu’elle dans les situations qu’elle ne contrôle pas. Heureusement pour son égo, c’est souvent Zéphir qui la complète le mieux, et il est moins difficile de lui demander à lui.

-Ton bras est trop bas, sert un peu les muscles de tes biceps aussi, parce que le recul de l’arme t’a fait bouger avant que la flèche ne soit totalement sortie, alors même si ton visé était adéquat, il a immédiatement été corrompu par la force de l’arme. Obéissante, Gwendoline lâche son second tir… qui «tua» sa cible. Pas mal, se contenta de répondre la Seccyeth, feignant un détachement qu’elle n’éprouvait pas du tout, et son ton de voix la trahissait. Elle était plutôt fière de sa sirène, et cela se lisait dans ses yeux.

L’entraînement se poursuivit jusqu’à manque de projectiles, maître et apprenti s'alternant avec leurs arbalètes respectives pour achever cette pauvre cible qui n’avait strictement rien fait pour mériter pareil carnage. Chaque flèche faisait mouche, et le mannequin était on-ne-peut-plus-mort lorsque Gwendoline alla les récupérer, mettant fin à leur pratique.

-Si on a de la chance et qu’ils ne prévoient pas notre escapade, notre plan ne nécessite rien de plus que des archers - ou arbalétrier, choisis l’arme avec laquelle tu te sens la plus confortable. Par contre, rien n’est sûr, si on attaque aussi rapidement, c’est parce qu’on pense qu’ils veulent faire la même chose, alors il y a toujours un risque qu’ils soient déjà prêts pour un assaut, et là on risque de se retrouver au front. Dans le meilleur des mondes, je voudrais que Svana vienne immédiatement te chercher, si ça devait arriver, et que tu utilise les hauteurs pour nous couvrir avec ton arc, sans te mettre en danger. Malheureusement, ce n’est pas toujours possible, alors si la situation ne le permet pas, tu devras te battre au corps à corps. Avec lequel de nous deux préférerais-tu t’entraîner ?

La question se posait, parce que les deux maîtres de ce corps avaient un style de combat complètement différent. Zéphir était le plus fort des deux, plutôt puissant pour un phéryxian, il s’entraînait aux armes lourdes et utilisait la force et l'endurance pure plutôt que les esquives et la ruse, comme la tricheuse de Saphyra, qui cachait souvent de petites armes un peu partout dans ses vêtements, prenant ainsi ses ennemis au dépourvu lorsqu’ils la croyaient désarmée. Tout dépendait donc du choix d’arme qu'apporterait Gwendoline avec elle lors de l’expédition.

-Quand ça sera terminé, nous irons en vol faire le tour du secteur.

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]   Sam 24 Sep - 18:09

Tenant son arbalète déposée au sol d’une main, la sirène usa de son autre main pour enlever de la poussière sur son épaule gauche. Elle sentait déjà que cet entraînement laisserait des marques le lendemain. Elle était toutefois sans se plaindre, car elle avait une certaine habitude avec des armes de longue distance. Il ne lui restait donc plus qu’à attendre l’avis de Saphyra sur ce qui serait davantage bénéfique pour leur mission à venir.

Gwendoline saisit que le point principal de ladite expédition était de frapper avant qu’on ait la chance de s’en prendre aux troupes iriniennes. De plus, bien qu’elle n’était pas d’accord avec l’idée de prendre la fuite pour couvrir des airs si jamais les choses devaient tourner au vinaigre, elle comprenait pourquoi son maître lui demandait une telle chose. C’était d’ailleurs très logique d’un point de vue stratégique. Sans compter qu’il était de la responsabilité à son chef de la protéger; elle était, après tout, son apprentie et la relève de l’ordre des seccyeths.

- C’est noté, maître. Pour ce qui est de la suite de l’entraînement, je préfèrerais continuer avec Saphyra, si cela vous convient. Riposter à une force supérieure à la mienne fait régulièrement partie de mon apprentissage. D’autre part, je doute que l’ennemi combatte de façon loyale. Je crois donc qu’il serait préférable pour moi de tester mes réflexes en situation de combat plutôt que ma musculation.

L’apprentie savait qu’elle voyagerait léger pour cette mission, un arc étant déjà suffisamment encombrant sans savoir à trainer une épée et un bouclier. Ça ne ferait que la ralentir si elle devait retourner à Svana à la hâte, de toute façon. Elle s’armerait de dagues et des shuriken empoisonnés, soit pour distraire ou blesser plus sur le long temps. À cet instant, elle communiqua avec sa dragonne afin de l’informer des plans pour le lendemain. Il était primordial qu’elles soient à la même page pour fonctionner de façon optimum.

Par la suite, elle prit son arc, ainsi que son arbalète, pour aller les déposer hors du chemin. Elle en fit de même avec celles de la pheryxian. Elle prit subséquemment une position défensive et lança un : « Je suis prête. » plutôt plat à son maître. Il ne fallait pas vraiment s’attendre à un enthousiasme débordant avec elle… Bref, elle s’ancra dans le sol et attendit que son adversaire du moment fonce sur elle. L’adolescente parvint à esquiver le premier coup, mais ne vit pas venir le bras de Saphyra, qui asséna un coup derrière le genou de son apprentie. Cette dernière tomba au sol, mais d’admis pas défaite encore. Elle roula plutôt sur le côté et utilisa ses jambes pour que le chef de l’ordre des seccyeths vienne la rejoindre au sol. Elle profita de ces quelques secondes pour se remettre sur pieds et s’éloigner de quelques pas. Elle observa la femme devant elle attentivement, étant à l’affut de tout signe pouvant lui permettre de parer la prochaine attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]   Mer 28 Sep - 20:31

Ainsi, l’adolescente choisis plutôt d’exercer son agilité, un bon choix considérant qu’elles partiraient dans une expédition qui laisserait difficilement place à un grand inventaire d’armes lourdes, et comme Saphyra lui exigeait d’apporter une arme de tir, ça réduisait déjà la capacité de chargement pour le reste de son équipement. Toutefois, la Chef n’était pas certaine d’aller en son sens concernant la loyauté des Sauvages en combats. Certes, ils ne les portaient pas dans leur cœur et feraient tout pour leur nuire, mais de là à combattre en traître? Bon, franchement… la phéryxianne doutait surtout qu’ils aient l’intellect nécessaire pour penser à de telles stratégies, contrairement à elle! Ces brutes non civilisées, allaient certainement plutôt se jeter tête basse dans la baston et taper le plus fort possible, comme des animaux. *(Z) Heho…* ou comme de magnifiques et puissants Seccyeths…

La dompteuse de dragon pris le temps de nouer sommairement ses cheveux, précaution qu’elle n’avait pas prise sur le campement puisqu’elle n’y avait pas prévu se battre, et elle adorait sentir le vent dans sa tignasse lorsque Shenya fendait le ciel à tout allure. Puis, elle attendit que Gwendoline termine de ranger leurs armes, toujours aussi efficace, en bonne écuyère qu’elle était, sans que jamais son maître n’ait à exiger quoi que ce soit d’elle. L’adolescente se mis aussitôt sur la défensive, laissant à la Seccyeth le plaisir de commencer l’entraînement, ce qu’elle fit avec une lenteur exagérée, prenant son temps à bien se positionner comme une amateur, plus pour la satisfaction de la faire languir. Non pas que la sirène était particulièrement impatiente, mais la phéryxianne aimait bien ce type de torture mentale, ne laissant jamais deviner quand elle allait vraiment se lancer.

Entraînement ou pas, il n’était jamais question de changer son style de combat, Saphyra n’avait jamais été «fair play», et ce n’était pas aujourd’hui qu’elle allait commencer. La première esquive (et non le premier coup, qui n’était qu’une parade) envoya son apprentie à terre. Le truc, quand on se bat souvent avec les mêmes personnes, c’est que celles-ci commencent à découvrir vos faiblesse, aussi la Seccyeth rejoignit-elle l’adolescente au sol peu de temps après, mais ne fut pas longue à se remettre debout. La Phéryxian savait pertinemment que son écuyère était armée, bien qu’elle se battait présentement à mains nues, pour l’avoir vue s’équiper plus tôt, aussi prétendit-elle y aller dans la même direction pendant les escarmouches qui suivirent, jusqu’au moment où une larme apparue de nulle part entre ses mains pour se poser au dessus de la clavicule de l’apprentie dragonnière, le plat contre sa peau, sans la moindre pression.

-Touché, compta banalement Saphyra sur le ton de la conversation, avant de poursuivre l’entraînement, toutes deux parfois armées, parfois mains nues, jusqu’à épuisement.

Lorsque les deux femmes rengainèrent leurs armes, Saphyra passa un bras fier autour des épaules de Gwendoline, lui embrassa la tête comme si elle était encore une enfant, avant de la pousser vers le campement et leur tente. Le ciel avait commencé à se teinter d’orangés à l’horizon, et elles devraient partir aux petites heures du matin, voire en pleine nuit, alors il n’y avait plus à traîner avant d’aller se coucher.

-Tu peux passer voir Svana, mais après file au lit. On ne dormira pas beaucoup cette nuit, nous pouvons te l’assurer, l’encouragea-t-elle avant de la laisser en plan pour partir à la recherche des autres soldats qui les accompagneraient dans cette expédition. Nous te rejoindrons sous peu! lança-t-elle tout de même sans se retourner.

Les derniers détails de la mission furent approuvés par les participants, rien de nouveau par rapport à ce que Saphyra savait déjà, sauf la validation de l’heure, qu’ils avaient tous décidé de taire jusqu’au moment où la Chef des dragonniers donnerait le signal, afin d’éviter que le départ ne soit ébruité jusqu’à des oreilles malignes. La Chef des Seccyeths retourna à sa tente en bifurquant par l’air ouverte où les dragonnes s’étaient endormis plus tôt, caressa Shenya, adressa un clin d’œil à Svana, puis s’éclipsa dans le crépuscule pour aller dormir, ou du moins essayer. À son arrivée, Gwendoline était silencieuse et ne lui posa donc pas de questions, bien que la phéryxian doutait qu’elle dorme véritablement…

---

-Gwendoline.

Un simple murmure, c’était suffisant pour s’assurer qu’elle avait l’attention de son écuyère. Par le pan de la tente entrouverte, on pouvait encore constater qu’il faisait nuit noire, mais difficile d’évaluer l’heure exacte.

-On part, se contenta d’expliquer Saphyra en se levant, lorsqu’elle fut certaine que Gwendoline était bien réveillée.

Silencieuses comme des chattes, les membres de l’Ordre rejoignirent le point de ralliement prévu par Saphyra, qui s’empressa d’imiter le croassement gras d’un corbeau, afin d’appeler les soldats qui les accompagneraient vers elle. Puis, elle porta enfin son attention vers Gwendoline, le temps que leurs alliés rappliquent.

-Pas trop nerveuse? chuchota-t-elle de façon rhétorique, puisqu’elle ne lui laissa pas l’occasion de répondre. Nous oui, on est vraiment sur les nerfs, et tu serais peu équilibrée mentalement de ne pas l’être, rigola-t-elle doucement dans la nuit.

Il était vrai qu’ils, Zéphir comme Saphyra, ressentaient toujours une certaine hausse de tension avant une mission, mais c’était surtout la nervosité positive de quelqu’un qui se réjouit à l’avance d’aller arracher des têtes. De l’excitation presque.

-À notre première mission, et on te parle de vrai mission avec de vrais ennemis comme maintenant, Zéphir a pissé dans nos culottes. Alors t’en fait pas, c’est normal d’avoir le trac.

* (Z) Hey! T’es certaine que c’était pas toi?*

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ils sont encore sauvages, quand même! [Gwendoline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (avery) tout les moyens sont bons quand ils sont efficaces.
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand mes yeux se sont posés sur toi - Pv Zahya
» Grim ▬ Quand les brebis enragent, elles sont pires que les loups. (end)
» Quand mes amis AP GREYEN DAN moi JE PLEURE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: