Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Lun 22 Aoû - 14:12

Samelson avait vécu de drôles d'événements ces dernières années. Non seulement il avait rencontré Yahto, un lycan de la même origine que lui plutôt particuliers, mais il s'en était en plus fait un ami, contre toute attente. Dès que le navire accostait, Sam s'empressait de descendre pour pénétrer dans les terres d'Alombria afin de retrouver son ami, qu'il rencontrait généralement dans les villages à mi-chemin. Pour une raison qui lui importait peu, il admirait Yahto. Il le voyait comme une sorte de modèle, de but. Il le jalousait aussi. Il avait tant de chances! Contrairement à lui. Dillawn s'inquiétait un peu de cette habitude à s'éloigner, à s'absenter. Peut-être craignait-elle qu'il quitte le navire? Ou même, elle? En ayant un ami, il n'aurait plus besoin d'elle, si? Pourtant, il pensait toujours à elle.

Et plus il fréquentait le garde du corps, plus il réalisait qu'il était indigne de côtoyer la jeune femme, qu'il l'avait plongé dans la décadence, et que, sans lui, elle serait sans doute une jeune femme bien élevée qui aidait sa mère à la maison. Il était tiraillé, constamment. Triple S s'adoucissait, et pourtant, refusait de perdre ses mauvaises manières. Seulement, il adaptait son attitude selon l'endroit et les personnes avec qui il était. Tout en omettant, parfois, de mentir à ses conquêtes, pour alléger une conscience qui se faisait connaître petit à petit et qui, drôlement, partageait la voix de Dillawn et de Yahto.

Oh, et il avait fait d'autres rencontres aussi! Un jour, son nouvel ami lui avait présenté la princesse, Aemi. Sam en avait été profondément troublé. Elle lui rappelait Dillawn, avant qu'il... bref. Elle était douce, calme, agréable et gentille. Elle parlait très bien et avait des manières royales –gneh, on se demande pourquoi. Elle ne s’offensait pas de ces commentaires déplacés et en riait même! Il en vint à apprécier sa compagnie, probablement tout autant que celle de son garde du corps. Tous les deux devinrent ses amis, assez rapidement, et avec une aisance surprenante. Le plus stupéfiant était sans doute qu’ils lui faisaient confiance! Du moins, en avait-il l’impression. C’était toujours un plaisir, lorsqu’il touchait terre, de venir prendre une dose de civilité en leur compagnie.

D’ailleurs, un jour qu’il était venu les rejoindre dans un village à quelques kilomètres des côtes, et à plusieurs du château, nommé Lomadin, il eut la plus belle preuve de confiance qu’il n’eut pu obtenir. Ils étaient au petit marché lorsque du grabuge se fit sentir plus loin. Samy, haussa les épaules, se sentant bien peu concerné, mais voyait bien que cela chicotait Yahto, qui avait une âme bonne et qui voulait généralement aidé. Aemi prit la parole, lui disant d’aller voir, elle saurait survivre quelques minutes sans lui, et puis, elle avait Sam! Ce discours ému légèrement le lycan blond et il détourna le regard pour que cela ne paraisse pas. Ça oui, il la protégerait, et il se surprit même à penser qu’il n’aurait pas honte de donner sa vie pour elle. Comme c’était ridicule!

Yahto partit donc, leur demandant de ne pas bouger. Le corsaire sourit. « De toute façon, où que j’aille, tu m’retrouv’ras, alors j’suis aussi ben de rester sage! » Il lui fit un clin d’œil. Il avait remarqué cette possessivité du guerrier face à la princesse, et s’en amusait en le taquinant. Elle n’avait même pas l’air de s’en rendre compte, de toute façon. Elle se contenta de rire de la remarque et ils regardèrent l’homme disparaître. « Me voilà donc seul avec la plus belle créature d’Enkidiev… qu’aies-je fait pour mériter cela! » fit-il mi-moqueur, mi-sérieux, en ramenant son regard dans les yeux d’Aemi. Elle avait toujours cet air froid, mais noble, qui n’était en fait qu’une façade, accentuée par la couleur naturelle de ses cheveux et de ses yeux. Elle était en fait fort chaleureuse, et se montrait parfois un peu entreprenante, sous la caresse de ses compliments.


« Humm, tu t’es lié d’amitié avec les mauvaises personnes, apparemment. » Il soupira, faussement découragé. « Il semblerait ben… Ah… » Il soupira à nouveau, puis lui fit un clin d’œil. « Et si on s’promenait? » Une lueur amusée éclaira le regard de glacier et elle lui sourit en hochant la tête. C’était une petite rebelle, au fond! Elle avait dix-sept ans, et avait déjà tout d’une femme splendide. Il louait le chanceux qui pourrait l’obtenir, sachant pertinemment qu’il avait ses accès avec elle. Jamais il n’oserait. Il savait très bien que Yahto ne le lui pardonnerait jamais! Et elle, elle était vraiment aveugle. Il faut dire que Sam avait démontré ouvertement son intérêt pour elle, et qu’elle y avait été sensible. Peut-être que si le garde du corps se bougeait le derrière, verrait-elle son intérêt pour elle.

Le duo n’eut le temps que de faire quelques pas, au détour d’une maison on se jeta sur eux. Surpris, mais étant un habile combattant, Samelson réagir promptement et tira Aemi vers l’arrière, lui évitant ainsi de se faire attraper. Il n’eut besoin que d’un rapide coup d’œil pour réaliser que l’attention était portée sur elle. Un enlèvement? C’était bien le moment! Et il était où ce Yahto quand on en avait besoin?! Il pesta. Ce qu’il ignorait, c’est qu’ils avaient affaire à des professionnels et éloigner le garde du corps était une partie du plan, pour l’occuper plus loin. Il devait probablement se défendre en ce moment. Ce qui n’était pas prévu, c’est qu’il y en ait un deuxième… ils avaient sous-estimé Samy, qui était, après tout, un corsaire d’Alombria.

Ni une, ni deux, il s’empressa d’attraper Aemi par le poignet de s’éloigner avant d’être entouré. Elle ne protesta pas, consciente de ce qu’il se passait. Peut-être en avait-elle l’habitude? Cette pensée attrista le lycan. Ce n’était sûrement pas facile d’être une princesse en temps difficile. Même généralement, en fait… elle se promenait généralement anonymement, mais était facile à repérer pour des gens bien informés. Il courut dans les ruelles, trainant la jeune femme plus qu’autre chose. À tout instant, il devait bifurquer. Ils étaient combien, bon sang?! Oh, attends, ne le dirigeaient-ils pas vers la forêt? Il serra les dents. Alors soit! S’ils voulaient le sous-estimer, allons-y jusqu’au bout! Il se transforma, déchirant sa chemises, perçant ses bottes – zut, elles étaient neuves… - mais son pantalon tint le coup. Eh oui, sur le navire, il avait pas infini de pantalon, alors il portait constamment des pantalons amples munis d’une ceinture qui s’allongeait facilement. Il n’eut qu’à détacher celle-ci et à grandir, afin de garder celui-ci. Magique, non?

Sous forme lycane, il était sans doute plus menaçant, moins noble et plus sauvage, que Yahto. Son regard vert luminescent brillant de colère contenu. Il replaça sa ceinture tant bien que mal, et fit signe à la princesse, qui somme toute semblait drôlement habituée. Il n’avait pas le temps à penser à l’étrangeté de cette attitude, car les hommes se rapprochaient, d’abord surpris par la transformation. Eh! Dans les dents bande de débiles! Il grogna en leur direction et fila à toute vitesse, du moins, le mieux qu’il pouvait, il n’avait jamais eu personne sur le dos, mais il avait déjà entendu Aemi, ou Yahto, mentionné que c’était déjà arrivé. Apparemment, plus souvent qu’ils n’avaient bien voulu le dire.  Mais elle se tenait bien, la petite princesse! Il ne prit pas de temps qu’il sema leurs poursuivants. Avaient-ils des montures? Il l’ignorait, il courut donc longuement, conscient que s’il perdait la princesse, il perdrait son amitié avec Yahto.

Puis soudain, une voix, celle d’Aemi, résonna.
« C’est bon, ils sont loin, tu peux arrêter. » Il réalisa alors qu’il était parfaitement épuisé, et que le soleil disparaissait à l’horizon. Il s’était enfoncé dans les bois sans réfléchir. Il pesta, intérieurement, et grogna, extérieurement. Il s’arrêta et la laissa glisser au sol. Elle le regardait drôlement. Puis elle sourit. « Tu devrais montrer ce truc à Yahto… » Il pencha la tête, interrogatif, puis avisa qu’elle indiquait ses pantalons. Il ricana intérieurement, ses yeux affichant son hilarité. Puis il pensa soudainement. L’avait-elle vu nu? Sans doute. Mais elle ne rougissait pas. Pour l’avoir vu déjà rougir sous ses compliments, il se dit que, si cela avait été le cas, elle aurait rougit en lui disant cela. Le lycan aux cheveux marrons avait sans doute développé des trucs pour se masquer les parties. Il reprit sa forme en lui indiquant de se tourner. Elle le fit avec un sourire amusé.

Revenant sous sa forme humaine, il tomba à genou, épuisé, et se releva avec peine pour replacer son pantalon qui lui était tombé aux chevilles. Il n’était pas pudique, mais Sam préférait que la princesse ne le voit pas ainsi, il craignait les répercussions, encore là, sur sa relation amicale avec le garde du corps. Il frissonna sous la brise d’automne. Elle aussi. Ils n’étaient pas habillés, ni l’un, ni l’autre, pour une sortie dehors la nuit par cette température. S’adossant contre un tronc d’arbre, il se laissa choir. Elle semblait attendre quelque chose. « Et bien quoi? J’irai pas plus loin ce soir. » Elle fit la moue.
« Je ne vais quand même pas dormir dehors… » Il lui jeta un regard incrédule. « Si, tu vas dormir dehors, et sans avoir manger en plus! » Elle lui jeta un de ces regards… ce fut plus fort que lui, et il éclata de rire. « Malgré tout, j'suis sérieux, y’a pas une habitation à la ronde, la nuit tombe, c’est ben assez pour moi, restons ici pour la nuit. »

Aemi soupira bruyamment et se laissa tomber près de lui. Il haussa les sourcils, mais la laissa se blottir dans ses bras. « Hum, je suis pas comme Yahto, t’sais. » Elle sourit.
« Je sais. » Il hocha la tête, mais ne bougea pas. Il faisait froid, et cette chaleur leur faisait du bien. Il passa un bras autour de ses épaules, se sentant protecteur. Elle se blottit un peu plus contre lui, et il inspira profondément. Elle était très désirable… l’image de Dillawn s’imposa à lui. Jeune, belle, alors qu’elle le soignait sans le juger… et qu’il n’avait pas du résister. Il soupira. Aemi était pure et allait le rester, ce n’est pas lui qui la toucherait. Il ne mit pas grand temps avant de commencer à s’assoupir. Aux aguets, il se réveillait fréquemment. Elle remua, il baissa la tête vers elle. Elle le regardait.

Samelson soupira. Il voyait clairement ce qu’il y avait dans ses yeux. « Aemi… » Elle secoua la tête, puis posa une main sur sa joue.
« Embrasse-moi, Samelson. » Il la regarda dans les yeux, sérieux, et secoua la tête. « Je ne peux pas. » Il lut l’irritation. « Pourquoi?! » Il détourna les yeux et appuya sa tête contre le tronc de l’arbre. « Parce que, tu mérites mieux que moi. » Il sentait profondément que ce refus était mal reçu. « Tu es quelqu’un de bien, Sam, je vois pas pourquoi tu ne… » Il l’interrompit en lui jetant un regard dur. « Tu me connais pas, Aemi. Je suis gentil avec toi, tu es une princesse, et une amie de Yahto. » Il se radoucit un peu. « Et mon amie. » Il secoua la tête en relevant le regard et en appuyant à nouveau la tête contre son dossier improvisé. « Mais je brises tout ce que je touche. Tu finirais comme elle… » termina-t-il dans un souffle.

Un silence s’installa.
« Tu as quelqu’un dans ta vie? » Il haussa les épaules. « Oui, non, c’est compliqué. Je… nous… » Il soupira. « C’est vraiment compliqué. » et il se tut. Le silence s’installa de nouveau, uniquement ponctué de la vie nocturne. Il sombra à nouveau dans un sommeil léger, se réveillant à tout instant. Aemi avait fini par s’assoupir, ce qu’il apprécia. Il la serra dans ses bras, lui prodiguant sa chaleur, et heureux qu’elle n’aie pas insisté. De toute façon, ce n’était pas le moment pour une romance, bien que le moment eut été oppurtun pour des aveux. Yahto aurait-il avoué son attachement pour elle, s’il avait été à sa place? Il se secoua intérieurement. Pourquoi toujours revenir à lui? Il se sentait comme un vulgaire bêta en quête d’un exemple à suivre, et cela l’irritait, lorsqu’il était seul et qu’il y pensait. Comment pouvait-il autant apprécier et détester quelqu’un? Ce n’était pas de la haine, seulement de la jalousie. Il aurait bien aimé être un chiot serein et bien élevé qui pouvait se permettre de flirter avec une jolie princesse. Mais il était plutôt un animal errant, brisé par son passé, s’accrocher à la moindre bouée et voguant sur la mer, pillant les pilleurs, et saccageant les ennemis de la couronne.

Quand il s’éveilla, avec le soleil, de sa dure nuit, Samelson s’étira comme il put, en tentant de ne pas déranger le petit poids qui trainait sur son torse. Il la contempla en silence, un instant. Elle était vraiment belle. Et si douce. Comme un baume sur son esprit tourmenté. Comme une autre personne… Il soupira, ce qui eut pour effet de la réveiller. Elle se redressa lentement en baillant grossièrement et en s’étirant voluptueusement, mettant en valeur des courbes qui ne pouvait qu’attirer son œil. « Attention, tu vas avaler une araignée. » Elle ferma promptement sa bouche et il ricana, se méritant une bonne claque sur le torse. Mais elle sourit tout de même. « Pas trop mal c’matin? » Elle secoua la tête.
« Horrible, mais bon… » Il hocha la tête. Ils devaient sortir de ce bois, sans se faire rattraper par leurs poursuivants. Où étaient-ils rendus?

Puisqu’elle s’était redressée, tout de même assise, Sam se leva et lui tendit la main. Elle l’attrapa et il l’aida à reprendre pied. Il ne s’attarda pas, à la plus grande déception de la jeune fille, et se mit à marcher. Elle se plaignait de la faim et de la soif. Il hocha la tête. Lui aussi. Il ignorait vers où il se dirigeait, mais il sentait l’odeur d’une rivière, un mélange de fraîcheur et d’eau douce. Plus il avançait, plus cela s’intensifiait. Après un instant, ils découvrirent, à leur plus grande joie, la fameuse rivière, et s’y abreuvèrent goulument. Elle réclama un feu, il secoua la tête. Il n’était pas un fervent de survie dans les bois, sa vie à lui, c’était sur la mer. « Tu ne préférerais pas en manger cru? » Elle le regarda, horrifié. Il haussa les épaules et remonta ses pantalons jusqu’à mi-cuisse pour patauger dans l’eau. Il s’arrêta, attendit. Il dut s’y prendre à quatre reprises avant d’attraper un poisson, qu’il assomma sur une pierre, avant de mordre dedans. Le regard qu’elle lui jeta le fit ricaner. « T’es certaine? » Elle hocha frénétiquement la tête de haut en bas. Il ricana à nouveau. « Tant pis. » Et il termina rapidement sa prise, avant de retenter le coup.

Il en mangea trois, et en sorti un autre qu’il assomma et lança sur le bord de l’eau, où elle était assise à le regarder. « Attrape. » Elle s’éloigna plutôt, surprise, en lui jetant un regard qui disait tout. Il éclata de rire, avant d’en attraper un deuxième, après quelques essais infructueux, et de revenir sur la berge. « Je veux bien essayer de te faire un feu, mais cela ne fait pas partie de mes atouts, je te préviens! » Elle haussa les épaules. Surveillant ses proies assommées du coin de l’œil, et les ayant éloigné de la rive, il entreprit de recueillir du petit bois et de prendre deux pierres pour les cogner ensemble. Il mit un bon vingt minutes avant de faire des étincelles qui mirent le feu aux feuilles mortes. Le petit brasier monta rapidement et, sans attendre, il piqua les poissons sur de petits bâtons qu’il plaça au-dessus du petit feu de fortune.
« Tu ne devrais avoir une épée, non? » Il la regarda, surpris. « J’en ai pas besoin! Yahto aussi n’a pas d’épée! » Elle fronça les sourcils. « Il en a une, mais il ne la porte pas. » Il sourit et haussa les épaules. « On n’en a pas d’besoin. » Elle soupira, le faisant sourire de plus belle.

Après un instant, il lui tendit les poissons. « Votre repas est servi, Majesté. » Aemi lui envoya une grimace comique et souffla délicatement sur le met. Il la regarda, redevenu sérieux, conscient que des gens cherchaient à lui faire du mal. Il ne pouvait définitivement pas se le permettre, ils ne toucheraient pas un seul de ses cheveux! Cheveux qui avaient grandement poussé, ces dernières années. Les avait-elle seulement déjà coupés? Ils lui arrivaient presqu’aux chevilles! Ne se marchait-elle jamais dessus? Il chassa cette pensée ridicule. « Dépêche-toi. » fit-il en se relevant. Elle lui jeta un regard interrogateur, mais comprit rapidement. Ils devaient y aller. Elle s’empressa donc d’engouffrer son déjeuner de fortune, somme toute pas si mauvais, et de se mettre sur ses pieds. Elle déclara être prête, il hocha la tête. Cette pause était nécessaire, qui sait combien de temps ils mettraient à sortir de cette forêt et si cela irait bien pour éviter leurs poursuivants…

Ils reprirent la route, longeant la petite rivière. Peut-être trouveraient-ils un village, ou des pêcheurs, qui les aiderait à repartir! Triple S espérait intérieurement avoir eu raison, et que Yahto retrouverait leur trace. Croyait-il qu’il était de mèche? Sam-le-pas-fiable aurait bien pu enlever la princesse, n’avait-il aucun scrupule et aucune conscience? Il se sentit anxieux. Jusqu’où allait leur amitié? Est-ce que dans cette situation, le garde du corps ne penserait-il pas qu’il avait planifié son éloignement pour se saisir d’elle? Il se secoua. Tout ce qui comptait, en ce moment, c’était de la ramener saine et sauve chez elle. Voilà. Il hocha la tête. Le mouvement lui attira un regard interrogatif, mais il l’ignora.

Après un moment à marcher, la journée devait entouré les 9h, il perçut un bruit et un mouvement plus loin, et plaça sa main devant la princesse. Se tournant vers elle, il lui fit signe de se taire en mettant un doigt devant sa bouche. Elle comprit. Il y avait quelqu’un. Le duo avança furtivement, jusqu’à voir un homme qui pêchait. Il les repéra dans le silence de la nature et se tourna vers eux. Une lueur indéchiffrable passa dans son regard et il leur sourit.
« Que voilà un joli couple en bien piètre état! » Aemi prit aussitôt la parole avant que Sam puisse intervenir. « Nous nous sommes perdus, peut-être pourriez-vous nous aider à nous retrouver? » Il hocha la tête. « Laissez-moi simplement retirer ma ligne et je suis tout à vous! » Samy fronça les sourcils. C’était trop facile. Il se reçut un coup de coude dans les côtes. Elle lui faisait de gros yeux. Il retint un soupir. « Merci, ça s’rait ben gentil. » fit-il à l’intention de l’homme qui se contenta de sourire.

Alors qu’ils marchaient derrière lui, elle lui chuchota
« Tu es trop méfiant, Sam. Détends-toi donc un peu. » Il se contenta d’un léger grondement. N’avait-elle donc aucune conscience de sa situation? Ils arrivèrent bientôt à une petite cabane, légèrement à l’écart d’un village qu’on apercevait plus loin. Le pêcheur les fit entrer dans sa demeure et les invita à se détendre et à se restaurer, qu’il allait voir s’il pouvait leur dégotter des chevaux. Sam ne démordait pas, alors qu’Aemi s’exclamait avec joie de cette nouvelle. Après un moment, il mit le nez dehors, et vit l’homme discuter avec d’autres gens… il plissa le nez. Ouais, cette odeur… « Viens, Aemi, on s’en va! » Il lui attrapa le bras et l’entraîna à sa suite à l’extérieur. « Hein? Mais pourquoi?! » Il lui jeta un regard noir. Alors qu’il s’éloignait, on les hua, on entendit des cris. « Eh merde! » Il pesta bruyamment. Ils étaient repérés. Quel meilleur moyen de retrouver des gens perdus que dans un petit village paumé, c’était évident qu’ils allaient les chercher près de la civilisation!

Il décolla au pas de course, faisant monter Aemi sur son dos, même humain. On leur tirait des flèches, il se pencha pour que rien ne la touche, mais il sentit une douleur fulgurante dans sa cheville gauche et s’écroula, roulant au sol dans sa chute. Il jeta un œil vers son pied et grimaça. Brisant la tige de bois, il retira la flèche. L’os n’était pas touché, mais elle avait planté dans la chaire. Sans prendre le temps de bander cela, il se transforma, comme plus tôt, et, rattachant prestement sa ceinture avec des doigts maladroits –Aemi vint même l’aider, mais il se garderait bien de le dire à Yahto! – il la fit monter sur elle et entreprit de décoller, ils les avaient presque rattraper, et il était blesser…

Les arbres! C’était pas pire que des cordages sur le navire! Il prit son élan et sauta. Il sentit un étau de serrer autour de son cou et il gémit, lâchant une patte pour la portée à sa gorge. Sous la surprise de son geste, Aemi avait resserré son étreinte et l’étranglait. Heureusement, elle comprit rapidement et, s’élançant, il attrapa une branche de sa deuxième main, et entreprit de se balancer entre les arbres à une vitesse surprenante. Il faut dire qu’il en avait l’habitude. S’aidant parfois de son pied libre, il parvint à prendre une certaine distance, mais ça ne serait jamais assez! Soudain, une branche cassa et il perdit main, pour ne pas écraser Aemi, plutôt que de rouler, et se rattrapa sur ses pieds, sa cheville lui fit un mal fou et il tomba sur ses genoux en poussant un gémissement. La princesse s’empressa de débarquer et de lui attraper un bras, nettement massif entre ses petites mains – elle n’était pas vraiment plus grande que l’ex-copine de Yahto! – en le tirant. Il grogna et se remit sur ses pieds. Mais, ne supportant pas le poids, il flancha à nouveau.

Le grand loup gris grogna à nouveau et posa ses yeux verts luminescents sur la jeune fille en la poussant, lui indiquant de prendre ses jambes à son cou. Elle hésita, il insista, se remettant sur ses pieds, mais mettant son poids sur un seul, se tenant sur un arbre pour garder son équilibre. Il ne pouvait pas courir, mais il pouvait encore se battre! Il la poussa derrière lui, et lui indiqua à nouveau de s’enfuir. Elle finit par le faire, les yeux larmoyants. Il porta son attention sur les assaillants qui approchaient. Seul, il n’avait aucune chance. Ils étaient au moins huit, dont deux armés d’arcs. Il inspira profondément, Aemi s’était nettement éloignée derrière lui, il n’avait qu’à les empêcher de passer et elle saurait s’enfuir. Il espérait seulement que l’expérience plus tôt serait suffisante pour qu’elle soit moins confiante envers le prochain étranger qu’elle croiserait…


Dernière édition par Samelson le Ven 21 Oct - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Lun 22 Aoû - 14:14

Courant à en perdre haleine, Aemi pleurait allègrement. Elle appréciait beaucoup Samelson et trouvait vraiment horrible qu’il fit cela pour elle, mais si elle restait, son geste serait vint… Elle ne mit pas deux minutes à s’enfuir qu’elle heurta un corps mou. On l’attrapa, et aussitôt elle se mit à se débattre violemment en hurlant. « Lâchez-moi! Non, je veux pas! Fichez-moi la paix! Lâchez-moi! » La voix qui s’adressait à elle était douce, mais elle n’entendait rien. On ne l’aurait pas! On n’allait pas l’enlever! Elle planta son pied sur celui de son agresseur et réussit à se libérer pour rebrousser chemin, avant de réaliser qu’elle ne le pouvait. Puis soudain, elle réalisa. Cette voix… elle se retourna. C’était Yahto! Ivre de larmes, elle se jeta dans ses bras en pleurant abondamment. Puis elle repensa à Sam.

« Ya-Yahto-to. Il f-faut aller aider-der S-Sam! Il est b-blessé! » Elle se dégagea vivement de son étreinte. « Vite, vite! Sinon i-il va mourir! » Elle lui attrapa la main et rebroussa prestement le chemin. Il n’était pas question de laisser le lycan mourir! Il était son ami! Et bien, qu’elle ressentait quelques sentiments contradictoires, elle croyait l’aimer, malgré son refus. Ne lui prodiguait-il pas compliments et taquineries? Il lui faisait indirectement la cour, elle en était sûre. Alors pourquoi se refuser à elle? Qui était cette fille qui occupait ses pensées? Elle voulait le savoir! Elle ne voulait pas qu’il meure, à cause d’elle! Elle ne se le pardonnerait pas. « Je ne me le pardonnerais jamais… » fit-elle à voix haute, imperceptible – pour un humain.
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Mar 23 Aoû - 14:25

Les deux dernières années s’étaient déroulées à une vitesse folle. Yahto, maintenant âgée de 23 ans, avait vu Aemi changer tranquillement sous sa vigilance presque constante. Il ne restait maintenant plus vraiment de traces de la « petite sœur » qu’il affectionnait tant; la princesse avait grandi et s’était développée afin de devenir une magnifique jeune femme. Ses courbes s’étaient davantage dessinées, perdant leur apparence androgyne attribuable à l’enfance pour laisser place à la féminité d’une adulte. Yahto l’avait remarqué. Un peu trop à son goût même. Pour ne pas dire qu’il ne percevait plus du tout son amie comme avant. Tout son univers fut chamboulé au moment où il réalisa l’inévitable : son cœur battait plus vite qu’à l'accoutumée quand elle se rapprochait, ses yeux avaient du mal à se détacher de ses formes dès que ses vêtements étaient un peu trop ajustés et il avait eu, à plusieurs reprises, cet envie irrésistible de l’embrasser dès que leur proximité le permettait. Oh et ces rêves la nuit… ces rêves… Et merde, ils ne mentaient pas non plus.

Il avait beau tenter de se convaincre que ce n’était qu’une « phase », mais malheureusement pour lui, ça ne semblait pas le quitter d’une semelle. Lui et Adelyn s’étaient séparés un peu plus d’un an plus tôt. Leur horaire étant entièrement incohérent, ils ne se voyaient presque plus, ce qui avait créé une distance entre eux. Oh il appréciait encore la chevalière et il ne pourrait jamais totalement l’oublier. Or, il chérissait encore son amitié, heureux qu’ils se soient laissés en de si bons termes. De plus, lors de leur dernière conversation, la guerrière lui avait confié qu’elle avait ressenti son attirance pour Temperance, ce qui, somme toute, avait pesé également dans la balance. Ils n’étaient pas faits pour être ensemble, ce qui était de plus en plus évident. Il était étonnant d’ailleurs que Sam n’ait pas tenté sa chance auprès de la sublime contorsionniste… Du moins, pas à la connaissance de Yahto.

Le corsaire et lui s’étaient d’ailleurs énormément rapprochés. Dès qu’il mettait pied à terre, le lycan blond venait le rejoindre et ils passaient de bons moments ensemble, souvent à boire dans leur taverne fétiche de la capitale. Malgré les airs rustres et grossiers du jeune marin, le garde du corps s’était surpris à tisser des liens serrés avec ce dernier. Ainsi, sa première véritable cuite fut prise en sa compagnie, alors que Yahto était particulièrement déprimé de sa situation avec Aemi. Après tout, il en pinçait beaucoup trop pour elle… mais n’était pas digne de la princesse puisqu’il n’était qu’un simple soldat, ex-esclave de surcroît. Non… Temperance méritait un homme de son rang qui la rendrait fière. Certes, Sam ne comprenait pas ce genre de mentalité qui catégorisait les gens de la sorte, mais il ne lui en demandait pas tant non plus. Tout ce qu’il désirait, c’est qu’il boive en sa compagnie. Ses souvenirs de sa soirée étaient franchement flous, mais il se rappelait tout de même s’être confié à lui, tout en restant trop vague pour désigner la princesse comme étant l’élue de son cœur. En fait, le lycan blond était un peu… comme un frère? Il l’énervait terriblement et l’adorait à la fois. Il lui tapait royalement sur les nerfs lorsqu’il osait émettre des commentaires déplacés à Aemi, flirtant ouvertement avec elle malgré le fait qu’il se doutait des sentiments de Yahto à son égard. En fait, le garde du corps l’enviait, le jalousait même. Il aurait aimé posséder le même genre d’insouciance et ne pas faire preuve d’autant de retenue. Mais il était comme ça… il n’y pouvait rien.

Malgré toutes les tensions du monde, les trois jeunes gens étaient plutôt du genre « inséparables ». C’était d’ailleurs le cas de cette magnifique journée où Aemi avait demandé à se rendre à Lomadin pour y rejoindre Samy et en profiter pour acquérir quelques produits locaux. Yahto était mitigé quant à cette journée, enjoué à l’idée de retrouver son compagnon et réticent, car il se doutait bien que le marin faisait un certain effet à la princesse… ce qui lui puait au nez sans qu’il le veuille. Malgré tout, Yahto accueillit le marin comme il se devait, lui enserrant l’avant-bras et en lui flanquant une claque amicale au dos. Le trio discuta un moment puis se mit en marche à travers les étalages de marchandises. Les deux hommes conversaient pendant qu’Aemi regardait les produits, quand soudain, des éclats de voix éclatèrent au loin. Là, entre deux maisonnettes, deux hommes se faisaient malmener par une bande de cinq truands qui se moquaient ouvertement d’eux. Ce genre de choses irritait profondément Yahto qui combattait son sens de l’honneur pour éviter d’intervenir. Il n’était pas ici pour faire régner l’ordre, mais pour voir un de ses potes et pour protéger Aemi. Voyant qu’il était déchiré entre rester à ses côtés et son envie d’intervenir, la princesse lui donna finalement le feu vert, déclarant qu’elle resterait derrière avec Samy. Bon… cette pensée fit naître un pincement au cœur du garde du corps, sachant qu’elle cherchait probablement un prétexte pour être seule avec le marin. Néanmoins, il opina de la tête puis s’élança en direction du grabuge, sommant aux deux individus de ne pas bouger de leur emplacement. Évidemment, Sam ne put s’empêcher de lui lancer une réplique à la volée, ce qui incita le lycan marron à lever les yeux vers le ciel.

Il courut en direction des deux pauvres hommes qui se faisaient tabasser, puis ralentit le pas en arrivant à la hauteur des individus. « Hey!! Laissez les tranquilles! ». Son ton était autoritaire et ne laissait pas de place à la discussion. Les deux maltraités lui jetèrent des regards suppliants et les truands, eux, affichèrent des expressions amusées. Du coin de l’œil, Yahto vit Samy et Aemi s’éclipser en douce, des sourires entendus trônant sur leurs lèvres. Et merde… pas moyen qu’ils écoutent ses consignes pour une fois?! Mais il n’avait pas le temps d’intervenir. Il les rejoindrait dès qu’il en aurait l’occasion. Dire qu’il n’y a pas si longtemps, Aemi avait tout donné pour rester et ainsi s’assurer de sa sécurité… Les temps changeaient. À cette pensée, le lycan ne put s’empêcher de pousser un soupir. Il ramena son attention sur les hommes et il opta pour une position défensive, prêt à toute éventualité. L’un des hommes chargea en sa direction et Yahto pivota agilement sur lui-même afin d’éviter la lame qu’il tenait en main. Alors qu’il tournait, il agrippa le bras de son adversaire d’une main, puis de l’autre vint frapper son coude, le rompant net. Le brigand hurla de douleur et le lycan en profita pour s’emparer de son arme. « Fichez le camp! » cria-t-il aux deux hommes martyrisés afin qu’ils déguerpissent. Ces derniers ne s’éternisèrent pas, détalant comme des lapins.

Il ramena son attention sur les autres guerriers et leva son épée, songeant par le fait même que ça faisait des lustres qu’il ne s’était pas battu avec une arme à la main. Il s’attendait à les voir bondir dans sa direction quand soudain, ils changèrent de tactique. Un sourire mesquin trôna sur leurs lèvres et ils détalèrent à leur tour, le laissant seul au milieu de la place, complètement décontenancé. C’était tout? Pas plus de résistance? Yahto balaya l’endroit du regard, puis jeta l’épée au sol, n’en ayant visiblement plus besoin. Il revint sur ses pas, puis bifurqua sur la gauche, là où ses deux amis s’étaient dirigés. Il ratissa les environs pendant de longues minutes, outré de constater qu’ils avaient disparu sans même l’en avoir attendu. « Aemi! Samy! Vous êtes où, merde?! » s’écria-t-il visiblement courroucé. Les gens le regardaient d’un drôle d’air, lui faisant ainsi comprendre qu’ils ne comprenaient pas de qui il parlait. Un nouveau pincement le saisit au cœur alors qu’il se rappelait le sourire complice que les deux jeunes gens avaient échangé… Se pouvait-il que…? Ça viendrait expliquer pourquoi Aemi avait si hâte de retrouver Samelson… Son cœur battait à tout rompre simplement en imaginant sa meilleure amie dans les bras du corsaire, profitant de la vie comme la jeune femme qu’elle était. Il avait l’impression de manquer d’air et une boule d’émotions le saisit à la gorge. Non… non il ne pouvait pas laisser ça comme ça. Il devait les retrouver. Elle ne pouvait pas… pouvait pas se laisser aller dans les bras de ce salopard (parce que c’était ce qu’il était, avec les femmes du moins). Il devait l’informer qu’il allait abuser d’elle pour ne plus la revoir ensuite. Yahto se secoua puis interrogea les passants, donnant un descriptif assez détaillé de ses compagnons. Ils lui indiquèrent la route qu’ils avaient empruntée et le jeune homme s’élança à leur suite.

Sa poursuite dura quelques instants et il s’arrêta, à l’orée d’une forêt. Tout naturellement, il baissa le regard au sol, à la recherche d’empreintes et fut surprit de remarquer que la terre était particulièrement retournée à cet endroit. Doucement, il se pencha vers le sol et fit courir ses doigts sur les marques qui s’étalaient devant lui. Des traces de lutte. Les empreintes s’étalaient plus loin, en direction des arbres. Des marques de lycan entourées d’une multitude de traces de pas humanoïdes. Une attaque? Le cœur de Yahto fit un nouveau bond et il comprit à ce moment précis que ses compagnons avaient pris la fuite, probablement poursuivis par des assaillants. Oh non… Oh non!! Aemi!!!

Rapidement et ignorant complètement la possibilité qu’on puisse le voir, le lycan retira ses vêtements puis enroula le tout sommairement dans sa cape. Il se métamorphosa puis noua son paquetage autour de sa taille. Sans plus attendre, l’énorme bête couleur marron s’élança à travers les arbres, rongée par l’inquiétude et la peur. Il y avait trop d’odeurs. Trop de gens étaient passés par là, il avait du mal à repérer la trace de la princesse (et par le fait même, celle de Sam). Ils étaient si nombreux… Le lycan bifurqua à gauche, puis à droite et s’arrêta un montant pour renifler le sol, à la recherche d’indices. Il jura intérieurement alors qu’il réalisa qu’il ne percevait plus rien, hormis l’odeur de la terre humide. Il était allé trop loin!! Il revint sur ses pas, tentant de retrouver la piste perdue et réalisa alors qu’il avait du mal à voir les traces de pas qui jonchaient le sol auparavant. Merde, le soleil se couchait! Il ne pouvait pas croire qu’Aemi allait passer la nuit dans ces bois. Ou pire encore, qu’elle était prisonnière de quelconques membres de la pègre. Il ne pouvait pas s’arrêter. Il devait la retrouver! La sauver des griffes de ces salopards qui avaient osé porter la main sur elle. Et Sam? Était-il encore en vie? Avait-il pu la protéger ou s’était-il vu écarté de la même façon? L’idée de lever le nez en l’air pour hurler et ainsi transmettre sa position à son compatriote lycan lui traversa l’esprit. Ainsi, il pourrait savoir où il se localisait… mais, le cas échéant, il avertirait leurs poursuivants de sa présence et Sam se trahirait lui-même, advenant qu’il soit toujours libre. Mauvaise idée. Mieux valait tout faire pour retrouver la piste perdue.

Ses recherches se poursuivirent presque toute la nuit, reniflant à gauche et à droite pour suivre convenablement les pistes qu’il avait réussies à récolter. La peur le tenaillait et même s’il croulait de fatigue, il refusait de s’arrêter. Enfin… il finit par se permettre une petite heure de sommeil… qui n’en fut pas vraiment une. Il était hanté par des cauchemars épouvantables, signes ultimes de son agitation. Au final, s’il avait réussi à dormir 30 minutes, c’était beau… Il la voyait, morte et gisante dans une mare de sang qui n’en finissait plus de grossir et son monde cessait alors de tourner. Non… non il ne devait pas penser à ça! Rien n’était perdu! Pas encore! Sans plus attendre, il se remit sur pieds et repartit à la course, le soleil n’étant pas encore sur le point d’apparaître à l’horizon. Il passa le reste de la nuit à chercher et chercher, ratissant le moindre racoin qui s’étendait devant lui. À l’aube, il n’avait encore rien trouvé, ce qui augmenta son angoisse d’un cran. Pourquoi ne possédait-il pas le pouvoir d’Adelyn lui permettant de parler par la pensée?! Cela lui aurait permis au moins de pouvoir rassurer la princesse quant à sa rescousse imminente… La vie était foutrement mal faite. Il était si fatigué… Il ne s’arrêta que pour boire un peu d’eau, étant incapable d’avaler quoi que ce soit. Au fur et à mesure que la matinée progressait, Yahto put percevoir des pistes plus fraîches, plus constantes. Ils n’étaient pas loin, il aurait pu en mettre sa main au feu! Accélérant le pas, le garde du corps sentit une force nouvelle le prendre d’assaut alors qu’il fonçait de plus belle, droit devant lui. Au loin, il perçut des voix, lui indiquant qu’il approchait probablement d’un village ou d’une habitation. Mieux valait reprendre sa forme humaine, sous peine d’effrayer les villageois qui pourraient lui être fort utiles.

Sans plus attendre, il dénoua son paquetage de sa taille, puis reprit forme humaine. Il enfila ses vêtements puis se remit en marche en direction des bruits qu’il entendait un peu mieux à chaque mètre parcouru. Ce n’était pas un village qu’il avait entendu, mais des cris de fureur. Des hommes, plus précisément. Les poursuivants de Sam et Aemi?! Le garde du corps se remit à courir, ses bottes heurtant le sol dans un rythme régulier et d’une rapidité surprenante. Il fondit à travers les arbres et les fourrés quand une plainte canine lointaine monta à ses oreilles. SAMY!! Et merde, et merde, et merde!!! Arrivait-il trop tard?! Son estomac se noua à cette simple idée et il garda le focus sur le chemin qui s’étalait devant lui. L’adrénaline envahissait tout son corps et il n’avait qu’une idée en tête, rejoindre son compagnon. Il contourna un énorme chêne quand soudain, quelque chose le heurta de plein fouet, le faisant tituber sous l’impact. Par réflexe, il tendit la main pour saisir la chose qui avait osé l’arrêter dans sa course, puis sursauta en entendant les cris de protestation… AEMI?! Hoquetant de stupeur, il tourna la tête pour voir la princesse qui se débattait comme un diable dans l’eau bénite, le visage ruisselant de larmes. « Aemi, calme toi, c’est moi. Je suis là. » Il tentait d’opter pour sa voix la plus douce afin de la rassurer, mais la princesse était si affolée qu’elle ignora ses propos. Elle alla même jusqu’à lui écraser le pied, ce qui soutira une plainte de douleur de la part du garde du corps. Elle se libéra rapidement, puis détala avant de s’arrêter soudainement, comme frappée par une réalisation inattendue. Elle se retourna d’un coup et son regard désespéré s’illumina soudainement à la vue de son meilleur ami, crevé et cerné comme jamais. Ouvrant instinctivement les bras, Yahto attrapa la princesse et la serra si fortement contre son cœur… Sa gorge était nouée par l’émotion et il était si soulagé de la voir sainte et sauve!

- Je suis navré Aemi, commença-t-il, la voix légèrement enrouée. J’aurais dû être là, je n’aurais jamais dû m’éloigner! Est-ce que ça va? Ils ne t’ont pas fait mal au moins?!

Omettant de répondre à ses questions, Temperance recula d’un bond, parlant soudainement de Samy. Elle hoqueta entre ses larmes et Yahto comprit que c’était sérieux. D’accord… il en voulait à son compagnon d’avoir attiré Aemi à sa suite malgré sa recommandation, mais il ne supportait très certainement pas l’idée qu’il se fasse abattre comme un chien! Malgré sa fatigue générale, il rassembla ses forces et laissa l’adrénaline reprendre le dessus, de nouveau. Il s’élança donc à la suite de la princesse sans poser la moindre question. Les paroles qu’elle souffla du bout des lèvres montèrent à ses oreilles et sans trop savoir pourquoi, Yahto ressentit un nouveau pincement. Que voulait-elle dire par là? Qu’avait-elle fait qui pourrait faire en sorte qu’elle ressente ainsi du regret? Il avait envie de la questionner, mais il savait que ce n’était pas le temps. Des bruits lointains gagnèrent ses oreilles et il comprit que les ennemis étaient nombreux. Il devait faire vite. Mais avant, il devait s’assurer qu’Aemi soit en sécurité. Dans un mouvement rapide, il saisit la main de la princesse et la força à s’arrêter.

- Tu ne peux pas venir, Aemi, fit-il d’une voix assurée malgré les remontrances de Temperance. C’est dangereux et il est hors de question que je mette ta vie en danger! Si tu as pu fuir, c’est très certainement grâce à Samy. Si tu devais revenir sur les lieux, tu rendrais son sacrifice inutile.

Le garde du corps regarda l’horizon, puis Aemi. Il nota le saule pleureur qui le surplombait. Visiblement, les ennemis étaient tous aux prises avec Sam, les chances qu’elle passe inaperçue étaient donc augmentées.

- Grimpe là-haut et ne bouge pas. Aemi, je n’ai pas le temps de me quereller, grimpe dans cet arbre et, cette fois, restes y! Fit-il d’un ton qui ne laissait aucunement place à la discussion. En fait, il avait prononcé ses paroles plus sèchement qu’il ne l’aurait voulu, initialement. Il est hors de question que je te perde à nouveau. Fais-moi confiance, je te ramènerai Samy!

Il ne savait pas pourquoi il avait prononcé ces mots exacts. Comme s’il était primordial que son ami rejoigne la princesse… comme s’il y avait un truc entre eux. M’enfin. D’un regard insistant, il lui intima de s’exécuter. Il n’attendit pas une minute de plus et s’élança à travers les arbres, rejoignant rapidement la scène qui, à ses yeux, ressemblait beaucoup trop à une exécution. Sam était appuyé contre un arbre, tous crocs sortis et prêt à bondir alors qu’une bande se tenait devant lui, riant visiblement de la bête blessée. Deux d’entre eux possédaient des arcs et lentement, ils levèrent leurs armes dans le but d’abattre la terrible créature. Il était hors de question qu’il cautionne un tel geste! Sans plus attendre, Yahto, les dents serrées, chargea à toute vitesse les archers qui étaient situés juste devant lui. Dans un bond, il fondit sur le premier qui tituba de surprise, heurtant son compatriote par le fait même. Les flèches tirées évitèrent le marin, au grand soulagement du garde du corps royal. D’une main vive comme l’éclair, il saisit la dague qui battait la hanche de l’archer qu’il avait assailli et lui planta la lame directement dans l’œil droit. Sa victime s’écroula au sol au moment où il retira l’arme de son crâne. Il pivota ensuite sur lui-même et la balança directement dans la poitrine d’un autre truand.

- Va-t’en, Samy!!! Cria-t’il à son frère de race.

Le lycan royal se jeta volontairement sur le dos pour éviter une épée qui tentait de le faucher à l’horizontale. Il porta ensuite ses mains au sol, derrière lui, et dans une propulsion, bondit à nouveau sur ses pieds. Il dévia ensuite une autre lame qui fondait droit sur lui du revers de la main puis fracassa le genou de son adversaire d’un coup de pied bien placé. Il agrippa ensuite la tête du truand entre ses deux mains et tourna celle-ci sèchement afin de lui rompre le cou. Yahto pivota sur lui-même et fut décontenancé de voir à quel point ils étaient plus nombreux qu’il ne le croyait initialement. Il jeta un coup d’œil rapide vers le marin qui tentait de se déplacer avec difficulté puis jura intérieurement. Il ne pourrait jamais se battre dans cette condition…

- Non, dégage!! S’écria-t-il à son intention. Retrouve là et partez! Je vous couvre! Fais-moi confiance, merde!

Il savait que le corsaire pourrait retrouver facilement la princesse grâce à son odorat surdéveloppé. Ce ne serait pas un problème pour lui. Une douleur vive le prit soudainement d’assaut au niveau de son bras gauche, ce qui lui soutira un grognement d’insatisfaction. Tournant son regard aux reflets dorés, il vit qu’un poignard s’était juché dans son biceps. Il retira ce dernier sans ménagement puis la lança à un autre adversaire. Le jeu était terminé. Il allait employer la manière forte. Dans un mouvement furieux, il enfonça ses mains dans le sol devant lui et son corps se métamorphosa, sa peau se recouvrant d’une épaisse fourrure marron au même rythme que son corps prenait de l’expansion. Ses vêtements éclatèrent en lambeaux et il vit ses adversaires reculer avec satisfaction. Il aboya à plusieurs reprises d’un air menaçant et montra ses crocs desquels dégoulinait un filet de bave important. Sa fourrure était hérissée et ses griffes prêtes à déchirer les imbéciles qui se mettraient sur sa route. Il allait les mettre en charpies. Ni plus, ni moins.

Il griffa et mordit tout ce qui se trouvait sur son passage, perdant le compte à quelques reprises. Des grognements furieux montaient de sa gorge et il était sans pitié. Il était conscient que ces hommes n’étaient en fait probablement qu’un fragment des ennemis qu’il aurait à affronter, mais il préférait focuser sur le présent plutôt que sur un futur potentiel. Il espérait également que son compagnon avait fini par obtempérer et était parti rejoindre Aemi… le moins longtemps elle serait seule, le mieux ce serait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Ven 2 Sep - 18:33

Les brigands voulurent s'élancer derrière la princesse, et Samelson s'interposa de toute sa taille, menaçant. Il n'hésiterait pas à déchiqueter le premier qui passerait. Bah, au fond, qu'était-ce de tuer ce loup, la jeune fille n'irait, après tout, pas bien loin. Il entendit leur commentaire et gronda plus encore. Ça n'allait pas être si facile. Il était habitué de se battre avec un handicap, il ne s'inquiétait pas de ses performances, il ne pouvait pas s'enfuir, voilà tout. Il se pencha vers l'avant et montra les crocs. Les archers bandèrent leurs arcs et deux hommes s'avancèrent vers lui. S'ils croyaient qu'il se laisserait faire si facilement. On forma rapidement un demi-cercle devant lui. Il était prêt à se battre. Ne pouvant les provoquer verbalement comme il aimait le faire, il se contenta de gronder, ignorant les commentaires le comparant à un chien.

Le premier homme se jeta sur lui, il le balaya d'un puissant coup de patte qui le faucha en plein vol et le propulsa contre un arbre plus loin. Il n'eut pas le temps de voir s'il allait se relever que le deuxième fonçait, esquivant le coup de patte et se jetant, dague en avant, vers son torse. Étant limité dans ses mouvements, Samy opta pour planter ses griffes dans l'arbre dans son dos et se tirer rapidement sur le côté, la lame se planta dans le tronc, et il la brisa d'un coup de patte sur le manche. Il saisit l'homme à la gorge de son autre main, et enfonça ses puissantes griffes dans son cou. Il se ravi de le voir s'étouffer, mais du rapidement le lâcher pour éviter une flèche qui manqua de peu son oeil droit. Il gronda vers l'archer, qui était trop loin pour qu'il puisse l'atteindre.

L'homme qu'il avait assommé plus tôt s'était relevé et était retourné parmi les autres. On la somma de reprendre forme humaine et de leur livrer la princesse. Il leur jeta un regard noir. Comme s'il ferait une telle chose. Les archers bandèrent leurs arcs au maximum. Il y eut un décompte. Trois, deux, un... il ferma les yeux. Si c'était ainsi que cela devait se produire, alors soit. Il n'avait aucune chance d'éviter les deux projectiles, mais au moins, Aemi aurait eu le temps de se rendre loin, et il espérait qu'elle tomberait rapidement sur Yahto. Il regrettait seulement de ne pas avoir pu serrer Dillawn dans ses bras une dernière fois...

Un bruit de corps qui tombe le saisit, particulièrement que ce ne fut pas le sien. Il ouvrit les yeux, et constata avec surprise que Yahto avait plongé sur les archers, sous forme humaine, et les avait déjà neutralisé. Le corsaire se redressa sur ses pattes, prêt à lui donner main forte, mais le soldat le somma de partir. Il le regarda, incrédule. Pour qui le prenait-il?! Il n'allait quand même pas le laisser là, se battre seul contre ce groupe de mercenaire en surnombre. Même si un lycan valait au moins trois hommes, ils étaient huit! Dont déjà plusieurs hors d'état de nuire. Malheureusement, des bruits lointains laissaient suggérer des renforts.

Prenant toutes ses forces à bras le corps, Sam fit quelques pas vers Yahto, mais fut rapidement interrompu. Retrouvé Aemi et partir? Il gronda. Il ne pouvait décemment pas le laisser là, et puisqu'il semblait qu'il ait croiser la princesse, n'était-elle pas déjà en sécurité? Il cligna des yeux et observa les alentours. Il n'avait pas amener de renfort... il avait du foncer, tête baissée, sans se soucier des conséquences. Exactement comme il l'aurait fait lui-même. Quel mauvais plan! Ne pouvant crier pour avertir son ami, il n'eut que le temps de pousser une plainte que celui-ci reçut le coup en plein dans le bras. Il vit rouge. Dans ce monde, il y avait peu de gens pour qui il serait prêt à tout donner, mais ce lycan en faisait parti, juste après Dillawn, ce qui était une place de choix.

La transformation de son compère fut rapide et impressionnante, entre-temps, d'autres s'en était pris à lui, et il se défendit sans trop de peine, ayant surtout du mal à conserver son équilibre. Il se plaça donc sur ses quatre pattes, oubliant la position verticale. Soit, il serait une bête. Ayant ainsi un meilleur équilibre, il mordit dans la cuisse d'un homme devant lui, et le secoua rudement, sectionnant la jambe et le faisant hurler. Il se joignit à la folie meurtrière du garde du corps, constatant, avec épouvante, que des renforts les avaient rejoins, mais du mauvais côté. Les deux lycans, stimulés par le désir de protéger des êtres chers, étaient de terribles adversaires.

Sam vit les archers s'accroupir plus loin pour bander des arcs dans leurs directions. Il fonça, sur son ami, qu'il saisit à bras le corps pour le pousser au sol, lui évitant ainsi d'être transpercer par les projectiles. Il voulait lui dire de prendre Aemi, et de partir. Mais ses mots n'atteindraient pas ses lèvres sous cette forme, il se contenta de lui jeter un regard insistant. Malheureusement, il n'avait pas le temps d'une conversation par signaux. Il lui grogna après avant de le pousser, puis de se tourner vers les archers et de filer comme l'animal qu'il était, en faisant quelques zigzagues aléatoires afin d'éviter d'être une cible facile. Des épées s'interposèrent. Ça n'en finirait jamais, il devait y avoir dix hommes de plus. Il reçut un coup dans l'épaule qui le fit hurler de douleur. La plainte résonna dans la forêt et les assaillants ricanèrent.

Reculant, il extirpa lui-même, vivement, la lame de son corps. Ce faisant, il mit son poids sur son mauvais pied et geignit à nouveau, puis gronda. Aucune blessure ne saurait l'arrêter. Il était en feu, habité par la colère. Ils allaient tous payer, et regretter d'avoir effrayer Aemi, et de les avoir blesser, Yahto et lui. Il se releva, faisant fi de la douleur, et se battit avec tout ce qu'il avait. Que la cause semblait perdu lui importait peu. Pour la première fois de sa vie, il avait l'impression d'agir convenablement et de faire ce qu'il fallait. Même si, au fond, c'était plutôt pure folie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Ven 2 Sep - 18:59

Aemi fut heureuse de constater que Yahto ne l'empêchait pas de continuer. Elle savait, de toute façon, qu'il ne laisserait pas Samy en une mauvaise situation. Bientôt, ils entendirent des ricanements et des bruits de lutte, son petit coeur se serra. Au moins, il était encore vivant. Elle accéléra le pas, mais fut arrêtée nette par Yahto qui lui saisit le bras. Elle leva un regard interrogateur sur lui, puis comprit rapidement. Elle tira sur sa main pour se dégager, ce qui fut inutile, et vociféra : « T'es qu'un sale égoïste imbécile, Yahto. Je ne peux tout simplement pas rester à rien faire! » Dangereux, dangereux... « Pour toi aussi, c'est dangereux! » Elle pleura à nouveau. Son sacrifice. Non, elle ne voulait pas. « Personne n'a à se sacrifier pour moi! » cria-t-elle, désespérée.

Son meilleur ami lui ordonna ensuite de grimper dans un arbre. Elle tapa du pied. « Pas questions! » Son ton à tout cassé la blessait, mais elle n'allait pas céder. Elle eut une moment d'hésitation. Qu'il la perde à nouveau? Elle réalisa soudainement qu'il avait dû être fou d'inquiétude. Il déclara qu'il allait lui ramener Samy, elle secoua la tête. « Mais tu dois revenir, toi aussi! » Il lui lança un regard insistant et elle recula vers l'arbre en question, ce qui parut le rassurer, il tourna les talons et détala, la laissant seule avec elle-même. Les larmes coulèrent sur ses joues de plus belle et elle se laissa tomber au sol. « T'ES QU'UN IMBÉCILE! » cria-t-elle, dans son dos.

Et s'il mourrait? Et si... et si Samy et Yahto ne revenait jamais? Qu'elle resterait là, seule, pour toujours? Oh certes, elle trouverait bien un moyen de rentrer, en se méfiant des inconnus, cette fois. Mais... est-ce que la vaudrait la peine? « Ne m'abandonnez pas... » murmura-t-elle entre deux sanglots. Sa vie n'était qu'une suite de perte. Même si elle était restée droite quand son frère, Dylan, lui avait annoncé qu'il quittait, deux ans plus tôt, elle avait été déchirée par cette nouvelle. Lui aussi... Plus que jamais, elle se sentait seule, et délaissée. Elle n'avait plus joué ou chanté depuis. Si elle perdait ses deux amis, elle se sentirait terriblement mal. Était-ce sa faute? Que faisait-elle de mal? Apportait-elle le malheur?

Sa poitrine la serrait comme un étau, la princesse sentit comme si on l'étouffait et se pencha par en avant pour chercher son air, grimaçant sous la douleur qu'elle ressentait sous son torse. Sa respiration se fit laborieuse et elle réalisa soudainement qu'elle faisait une crise d'angoisse. Elle se força à prendre de grande inspiration. Ce n'était pas elle, ce comportement. Elle valait mieux que cela. Après de longues minutes, elle arriva à respirer normalement de nouveau, et se secoua. Les hommes qui les poursuivaient étaient nombreux, ses amis n'avait aucune chance, elle devait réagir, et les aider. Elle n'était pas complètement dépourvue. Sa décision prise, elle se dirigea vers les bruits de lutte.

Soudain, des plaintes retentirent et la firent frissonner, réalisant que ce ne pouvait être que les lycans. Elle accéléra le pas, trottant tant bien que mal, étant courbaturée par sa nuit en forêt, c'était assez dur pour son corps frêle et fragile. Elle arriva bientôt en vue d'une scène qui la fit frissonner d'horreur. Les deux lycans se démenaient, encerclés de toute part. Ni une, ni deux, elle inspira profondément et ferma les yeux. Laissant la vague montée en elle, elle ouvrit la bouche et se mit à chanter. Sa voix, d'abord tremblante et hésitante, s'affirma rapidement. Mettant toute sa force dans cette chanson, une mélodie triste, sans parole, elle ne tarda pas à calmer les ardeurs de tout le monde, les laissant drôlement, et ironiquement, apaisés.

Yahto était habitué, jadis du moins, à ce chant, et elle avait confiance qu'il n'allait pas rester amorphe et sans doute sortir Samy de là, pendant que leurs ennemis baissaient lentement leurs armes, se sentant en paix et apaisé par la chanson. Au bout de cinq minutes, le silence planait sur le terrain de bataille, seulement percé par la voix délicate et envoûtante de Temperance qui chantait sa peine et son désespoir. Au fond d'elle, elle se sentit elle aussi s'apaiser, s'affirmant encore plus dans sa voix, incitant tout le monde à baisser sa garde. Elle ouvrit les yeux et constata le regard hagard de Samy posé sur elle. Il ne l'avait jamais entendu chanté avant, elle n'était même pas sûre d'avoir jouer de son violon ne serait-ce qu'une fois en sa présence.

Vivement que le garde du corps réagisse, car elle ne pourrait pas chanter indéfiniment, elle manquait de pratique...
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Jeu 15 Sep - 16:44

Il frappait là où il pouvait. Il mordait là où ça faisait mal. Il était déchaîné, un véritable démon. Il avait la colère dans l’âme, la haine dans le cœur. Il voulait voir disparaître ces salopards qui avaient osé lever la main sur son ami, les mêmes qui voulaient du mal à Aemi. Il était dans une colère noire, raisonnant à peine. Il agissait par instinct, comme un animal sauvage et ayant très peu conscience des coups qu’il pouvait recevoir. Un jet de sang virevolta près de lui et la bête réalisa à peine qu’il s’agissait de Sam qui venait d’arracher une jambe à son adversaire. L’immense gueule dégoulinante de bave du lycan marron se ferma sur un poignet. D’instinct, il porta une main sur le corps de sa victime et sectionna net le membre, ne portant que très peu d’attention aux hurlements de douleurs qu’il venait de provoquer. Le monstre secoua la tête comme un chien enragé et lança le bras déchiqueté plus loin.

Il se retourna pour s’élancer contre d’autres ennemis quand soudain, il sentit une force monumentale le pousser sur le côté. Sous l’impact, il roula dans l’herbe avec son sauveur qui n’était nul autre que le corsaire bestial. Il n’était pas parti? Yahto lui jeta un regard surpris, puis ne broncha pas d’un poil alors que l’autre lycan le poussa en grognant. Non, ce n’était pas comme ça que ça fonctionnait. Il avait beau l’avoir sauvé des projectiles des archers (chose pour laquelle il était reconnaissant), Sam n’était pas en position de pouvoir décider quoi que ce soit. Il était blessé et devait trouver refuge. Étant plus fort – de par sa forme physique, puisque Sam était plutôt amoché –, Yahto devait être celui qui allait combattre. Tournant la tête, le lycan marron vit d’autres hommes arriver et chargea en leur direction pendant que Sam s’occupait tant bien que mal des archers. Le garde du corps de la princesse Aemi fondit de tout son poids sur ses adversaires, les désarmant sur le coup. Il griffa le thorax d’un homme, puis rompit le cou d’un autre. Deux plaintes consécutives attirèrent son attention. Sam était de nouveau blessé! Cette fois, il DEVAIT partir! Yahto ne lui en laisserait pas le choix.

Le grand lycan marron mit ses deux adversaires hors d’état de nuire puis, dans un bond, rejoignit son compagnon pour l’aider dans sa bataille. Malgré la fatigue qui le prenait de nouveau d’assaut, Yahto s’interposa devant son ami et planta son regard doré dans le sien. La fourrure de son encolure se gonfla et sa queue se redressa, signe de dominance. Son instinct parla pour lui et il claqua la mâchoire près de la gueule de l’autre loup, laissant échapper par le fait même un grognement. Ce petit coup de dents n’avait rien d’offensif et n’était en rien destiné à blesser Sam. C’était simplement un avertissement. Yahto lui demandait très clairement de partir. Non… il lui ordonnait, nuance. Il n’y avait aucune place à la discussion, le corsaire devait obéir sous peine de recevoir des remontrances typiques aux représentants de leur race. Toutefois, avant que l’une ou l’autre des bêtes puisse réagir, une voix enchanteresse envahit l’espace. Interloqué, le soldat royal tourna la tête en direction de la mélodie et vit Aemi, les yeux fermés, qui chantait une sublime ritournelle démontrant toute la tristesse qui l’envahissait. Rapidement, il se sentit aux prises avec une sérénité hors du commun et ses bras tombèrent de chaque côté de son corps alors qu’il prenait une profonde respiration. Tous l’imitèrent rapidement, certains allant même jusqu’à s’asseoir au sol afin de mieux écouter la chanson de la princesse. Heureusement, Yahto était habitué d’entendre sa protégée et il put se ressaisir rapidement. Il se sentait encore calme et serein, mais beaucoup moins amorphe que Sam qui était toujours à ses côtés. Les effets du chant avaient également raison de son côté bestial, lui permettant ainsi de réfléchir davantage comme un humain.

Sans plus attendre, il agrippa le bras valide de Sam et l’incita à entourer ses épaules afin qu’il puisse l’aider à ses déplacer. Voyant que le corsaire réagissait très peu – probablement obnubilé par Aemi –, le garde du corps mordit doucement son encolure de fourrure pour tirer un peu en sa direction, lui intimant de le suivre, comme le fond régulièrement les chiens de ruelle. Le duo s’éloigna à une distance sécuritaire de la bande et d’où ils étaient, ils pouvaient entendre Aemi qui chantait toujours. Ils devaient faire vite! Yahto se ressaisit et fit signe à son compagnon de l’attendre. Il revint ensuite vers la cadette de la famille royale d’Alombria et l’incita à monter sur son dos, comme ils avaient l’habitude de le faire, autrefois. Ils allaient trouver un endroit où se cacher le temps qu’ils se reposent et que le temps passe. De toute façon, quand Aemi se tairait, leurs adversaires prendraient certainement quelques minutes avant de se ressaisir.

Le lycan s’assura que sa protégée se tenait fermement à lui, puis détala dans la forêt pour aller à la rencontre de Sam. Une fois à la hauteur de son compagnon, il lui demanda, à travers son regard, de le suivre. Il savait que le corsaire était blessé à la jambe et sa boiterie ralentirait sa cadence, mais ils devaient mettre le plus de distance possible entre eux et leurs adversaires. Le trio s’élança donc à travers la forêt, parfois aux pas de course, parfois plus lentement pour permettre à Sam de suivre le rythme. Yahto l’aidait, par moment, en supportant partiellement son poids. Le bras du marin autour de ses épaules, le garde du corps progressait avec prudence afin d’éviter que la princesse ne chute de son dos ou que son ami ne se blesse davantage. Pour être honnête, il était totalement crevé. L’adrénaline quittait de plus en plus son corps, ses muscles l’élançaient et il prenait de plus en plus conscience des blessures qui striaient sa personne. Bien que mineures, ces dernières n’en étaient pas moins douloureuses et éreintantes.

Ça faisait un bon moment maintenant qu’ils se déplaçaient et il n’y avait aucune trace de leurs ennemis. Peut-être prendraient-ils la peine de récupérer leurs blessés et de faire un décompte de leurs morts? Voilà qui était à espérer. Entre-temps, Yahto était au bout du rouleau. Il suivait la rivière, remontant le courant et constatant que le cours d’eau s’élargissait à cette hauteur. Là, devant eux : une cabine en bois. L’abri semblait être inhabité, ce qui ferait un excellent endroit pour se reposer. Mais il devait d’abord s’assurer qu’il n’y avait aucun danger. Il déposa Aemi au sol puis aida Sam à s’asseoir. Il intima à ses compagnons de ne pas bouger cette fois, puis trotta jusqu’à la maisonnette de bois. Le nez au sol, le lycan renifla le périmètre et constata qu’il ne semblait y avoir eu personne en ces lieux depuis un bon moment. Son museau se dirigea tout naturellement vers le pas de la porte et il fut satisfait de ne percevoir aucune trace fraîche d’êtres vivants. L’endroit était visiblement inhabité pour le moment. Son regard se rapprocha de la fenêtre et il plaqua ses énormes mains griffues contre la vitre afin de lui permettre de voir à l’intérieur. Personne. La cabane ne comptait qu’une seule pièce. Un foyer trônait tout au fond et des rondins de bois se trouvaient à l’extérieur. Un lit était appuyé sur le mur de droite, une table et des chaises trônaient au milieu de la pièce et une chaise berçante était située devant le foyer. Des cannes à pêche rustiques étaient accrochées à l’un des murs. Une cabane de pêcheurs! Ce serait parfait.

Le lycan revint sur ses pas et fit signe à ses compagnons de le suivre. Il passa à nouveau le bras de Sam autour de ses épaules et l’aida à marcher jusque sur le porche d’entrée. Le bois craqua sous leur poids, mais Yahto n’en fit pas de cas. Aemi tourna la poignée et la porte s’ouvrit sans plus de chichi. Visiblement, le propriétaire de l’endroit ne s’était pas encombré d’y poser un verrou. Le garde du corps laissa le corsaire s’appuyer contre le mur de bois pour lui permettre de reprendre forme humaine et il l’imita rapidement. Si normalement il tentait de cacher sa nudité aux yeux d’Aemi, cette fois, il n’en avait visiblement rien à faire. Il y avait plus urgent que de se soucier de sa tenue d’Adam!

- Tiens bon, Sam, fit-il en lui permettant de s’appuyer à nouveau contre lui.

Il l’aida donc à rentrer à l’intérieur de la cabane de pêcheurs et laissa Aemi fermer la porte derrière eux. Il se dirigea ensuite vers le lit et laissa Sam s’y choir. Son regard marron se porta ensuite sur la jambe blessée de son compagnon. Il devait faire quelque chose pour ça. Un pansement et attelle étaient toute appropriés. « Aemi, bloque la porte avec l’une des chaises, puis traîne en une près de moi, s’il-te plaît. » Il attendit qu’elle s’exécute, puis la remercia alors qu’il prenait la chaise qu’elle lui avait apportée entre ses mains. Il s’éloigna de ses compagnons et fracassa cette dernière au sol afin de récupérer les morceaux de bois de taille appropriée. Il se saisit ensuite de l’un des draps du lit, le tira pour le dégager et déchira un coin grâce à ses dents. En l’espace de quelques instants, il créa de nombreuses lanières de tissu qu’il utiliserait à la fois comme liens, mais également comme pansements. Il releva la jambe de Sam, puis banda la plaie. Malheureusement, il n’avait rien à portée de main pour désinfecter… il allait donc prier mentalement les dieux afin que la gangrène ne se pointe pas le bout du nez. Les pansements étaient très serrés, créant probablement un inconfort pour Sam. « Je n’ai pas le choix, il faut arrêter ce saignement, mon vieux » fit-il d’un air désolé. Il plaça ensuite deux morceaux de bois de chaque côté du membre blessé et fixa le tout en place grâce aux autres lambeaux de tissu. Ce n’était pas l’idéal, mais ça ferait l’affaire.

Finalement, Yahto releva la tête en soupirant. Il se sentait si las tout à coup. Il tourna ensuite la tête vers Aemi, la scrutant de la tête aux pieds.

- Ça va, toi? Demanda-t-il doucement. Tu n’es pas blessée? Assieds-toi, Aemi. Garde un œil sur lui, je vais chercher de l’eau… on en a tous bien besoin avant de se taper une déshydratation.

Il nota une chaudière de bois dans un coin de la pièce et s’en saisit rapidement. Il scruta l’intérieur de celle-ci et fut satisfait de ne constater aucune odeur étrange et qu’aucune moisissure ne s’y trouvait. Il se redressa, tassa la chaise de bois, puis sortit à l’extérieur non sans jeter un regard suspicieux aux environs. Personne. Il s’approcha de la rivière, trempa le récipient et déposa ce dernier près de lui. Yahto se regarda dans le reflet de l’eau et grimaça en voyant l’image que le liquide lui renvoyait. Il avait une mine affreuse. Des cernes creusaient ses yeux et il était taché de sang de la tête aux pieds. L’hémoglobine de ses adversaires ses mêlaient au sien et il ressentit soudainement un besoin urgent de se nettoyer. Sans plus attendre, il plongea sa main dans l’eau froide et s’aspergea les bras non sans grimacer une fois à la hauteur de sa blessure au biceps. Il frotta la peau de son thorax pour dégager le sang séché puis nettoya sommairement ses cheveux rougis. Il en profita également pour se désaltérer. Bon… ce n’était pas l’idéal, mais c’était déjà mieux.

Il s’ébroua, revint vers la maisonnette, entra, puis replaça la chaise derrière lui. Il tendit ensuite la chaudière vers Aemi afin de lui permettre de se désaltérer un peu, puis donna le reste à Sam. Yahto était comme ça : il prenait soin de tout le monde et mettait le bien-être des autres en priorité sur le sien. Finalement, il se laissa choir sur la chaise berçante avec un soupir.

- Merci Aemi, fit-il avec un sourire. Pour ton aide de tout à l’heure. Je dois admettre… je ne sais pas si on aurait pu s’en sortir sans toi. Tu as été… merveilleuse. Puis, il tourna la tête vers Sam. Et toi. Tu te bas comme un diable. Merci d’avoir pris soin d’elle. Il ne doutait pas que ces deux-là vivaient peut-être réellement une relation quelconque, mais la sérénité imposée par Aemi ne l’avait pas encore totalement quitté et tant que cette dernière était en vie et bien portante, il était heureux.

Maintenant… combien de temps allaient-ils rester ici? Il n’en avait pas la moindre idée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Mer 21 Sep - 20:08

Yahto s'interposa devant lui, Samy gronda. À voir l'attitude qu'adopta son ami pourtant, il recula d'un pas. Sa gueule passa si proche de la sienne qu'il déglutit. Mais il ne pouvait pas partir, tout aussi convaincant que serait le lycan, il ne pouvait pas le laisser seul ici... mais il n'eut pas le temps de prendre une décision, car une voix magnifique s'imposa à ses oreilles, qu'il dressa. La mélodie envahit rapidement son esprit et il chuta lentement et doucement au sol, hypnotisé par le chant qui l'amenait à un état végétatif. Les genoux au sol, toujours sous forme lycane, il écoutait en se laissant bercer par la musique.

Il ne réalisa pas réellement que Yahto saisissait son bras pour l'inciter à se déplacer. La morsure, bien que légère, le fit tressaillir, il resserra son bras mais sans plus, toujours amorphe. Il se déplaça, il ne saurait pas se rappeler comment, et fut déposer. Il n'aurait même pas penser à se déplacer, même si l'autre lycan ne l'avait pas demandé. Soudain, le silence se fit, et il resta un moment à chercher ce qui s'était passé, étrangement apaisé. Le garde du corps revint et l'incita à le suivre, ce qu'il fit sur ses quatre membres, bien difficilement, étant blessé dans le cheville gauche, ayant sans doute quelque chose dans les pieds ou les jambes de fracturer à cause de sa chute de l'arbre et ayant reçu un coup d'épée dans l'épaule droite.

Ils coururent et marchèrent longuement, le jour coula rapidement. Malgré qu'Aemi s'était tut, le lycan blond restait dans une sorte d'état second. Dépourvu d'adrénaline il était complètement sous l'endorphine sécrétée par la douleur, ce qui le rendait lent et endormi. Après ce qui lui parut une éternité, ils s'arrêtèrent. Il ne bougea pas, et n'aurait sans doute pas réussi à bouger. En jetant un oeil à Aemi, il constata qu'elle allait bien, mais elle semblait aussi amorphe que lui. Que s'était-il passé?

Triple S avait toute la peine du monde à demeurer en équilibre. Le support de son ami n'était absolument pas de refus. Debout, près de la porte, appuyé au mur, il comprit que c'était le moment de revenir à lui. Il reprit forme humaine et geignit en grimaçant, ses blessures se transformant tout autant. Son pantalon tomba au sol, mais il ne s'en occupa, il s'en souciait sérieusement bien peu. Le commentaire du soldat le fit battre des cils et il entrevit vaguement qu'on l'amenait dans un bâtiment. Il voulait dormir, seulement dormir.

Il sentit qu'on le lâchait et qu'une certaine souplesse l'accueillit. Il comprit vaguement qu'il était sur un lit. Il entendit vaguement les indications et plaça les mains de chaque côté de lui pour tenir en place. Le bruit de la chaise qu'on fracassa le fit sursauter et il battit des paupières pour observer Yahto s'approcher de lui et déchira un drap. Les yeux de Samy s'embrouillèrent, se remémorant avec une précision cuisante les nombreuses fois où Dillawn le soignait. Il ferma les yeux pour masquer son trouble et laissa faire le lycan. Il poussa un bruit étouffé en sentant le tissu enserré sa peau. Il ne répondit pas, sachant que sa voix tremblerait. Il se rappelait Dillawn. « Allons, couille molle! T'as vu pire, tu vas survivre à ça. » des mots qui le faisait sourire.

Il entendit Yahto parlé, quitté la place, et le poids léger d'Aemi s'installer non loin de lui. Il ouvrit les yeux et les posa sur elle. Elle semblait somnoler sur place. Il voulut lever le bras pour le passer autour de ses épaules mais grimaça. Elle était à sa droite, du côté de son épaule blessée. Il laissa retomber sa main. « Ç... Ça va? Aemi? » Elle le regarda de son regard brumeux et hocha lentement la tête. Dans un bâillement, elle répondit qu'elle était seulement épuisée. Il hocha lentement la tête et regarda l'attelle sur sa jambe. Ce n'était pas la première fois qu'il en avait une. Il sourit tristement.

Ce fut un Yahto légèrement plus propre qui entra - mais toujours aussi nu, ce qui ne gênait nullement le lycan - et lui offrit de l'eau, après en avoir offert à la princesse. Il entendit son nom, se tourna vers lui. Se battre? Ah oui, il s'était bien battu, et avait pris soin d'elle. Il hocha à nouveau lentement la tête. Dans un soupir, il se laissa tomber sur le dos. Aemi poussa une exclamation qui le fit ouvrir les yeux qu'il avait fermé. Quoi, son épaule? Ah, oui. Ce fut à son tour de lui faire un pansement, et il garda les yeux baissés, plus troublé qu'il n'aurait voulu l'admettre par le fait que c'était elle, et non Yahto. Ça lui rappelait encore plus Dillawn, mais dans les premières fois... Il inspira profondément et expira lentement. Son commentaire le fit tressaillir.

Le corsaire poussa une sorte d'assentiment-grognement, et se glissa sous les couvertures, jusqu'à l'extrémité du lit, pour laisser de la place à la jeune fille. Il tira celle du dessus et la lui jeta. Ils ne pouvaient pas partager des couvertes alors qu'il était nu... il eut une pensée pour ses pantalons, mais sombra rapidement dans le sommeil. Aemi chantonnait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Mer 21 Sep - 21:18

Son garde du corps réagit enfin et agrippa Samy pour le tirer plus loin. Aemi reste sur place, consciente qu'il le mettait à l'abris et qu'il avait besoin de sa diversion. Elle manquait de pratique, et se sentait rapidement s'épuiser. C'était trop fort, pour trop de gens. Yahto revint bientôt vers elle et lui fit signe de monter sur son dos. Elle se tut et hocha la tête, s'exécutant rapidement. Heureusement, vu la puissance de son chant, il ferait effet encore quelques minutes. S'agrippant le plus fortement possible à la fourrure ensanglantée de son ami, elle déglutit et tint le coup. Elle se sentait défaillir, mais ne pouvait se le permettre. Comme elle était fatiguée!

Ils rejoignirent rapidement le corsaire qui était affalé plus loin, et se hâtèrent de quitter les lieux. N'aurait-elle pas dû courir, et Sam se tenir sur Yahto? Cela lui semblait plus logique, mais elle dit rien, trop épuisée et consciente qu'elle n'irait pas loin. De toute façon, son ami aurait fortement refusé. Elle tenta tant bien que mal de tenir, somnolant parfois, se raccrochant solidement. Parfois elle se sentait tangué, quand ils couraient à trois... comme ils devaient avoir l'air d'une bande d'idiots.

Resserrant sa poigne autour de l'encolure de son ami, la princesse laissa les larmes montées, soulagée qu'ils soient tous les deux saufs, même s'ils n'étaient pas très sains. Elle avait tant craint d'être à nouveau abandonné! Elle laissa des larmes silencieuses parcourir ses joues, et tomber mollement dans la fourrure du lycan. Elle sentait Yahto qui avait de plus en plus de mal à se déplacer, voulu descendre, mais il l'en empêcha, retenant ses jambes de ses pattes. Elle soupira, mais demeura sur son dos. Il est vrai que son poids n'était pas si élevé pour lui, mais elle se sentait vraiment comme un boulet.

Cette pensée suscita de nouvelles larmes, qu'elle ravala. Allons, elle ne devait pas s’apitoyer sur son sort. Ces deux hommes venaient de risque leurs vies pour s'assurer que la sienne reste libre. Comme elle les aimait, tous les deux! Amicalement parlant, bien que son coeur était drôlement incertain par occasion. Elle pleura encore doucement, silencieusement dans l'encolure de son meilleur ami, remerciant les dieux de les avoir épargné.

Après un long moment, Temperance s'était remise à somnoler. Elle sentit le ralentissement du lycan et se força à soulever ses paupières lourdes. Une cabane. Il la déposa enfin, et elle s'installa au sol, tout comme Samy. Les yeux dans le vide, elle attendit un signal lui indiquant qu'elle devrait se relever. Elle observa la bête tourné autour de l'édifice, reniflant, cherchant. Il sembla être satisfait de son exploration, car il revint vers eux en leur faisant signe. Elle aurait voulu l'aider à soulever le lycan blond, mais n'en avait pas le force. Elle abaissa donc les bras qu'elle avait levé et suivit à pas lourds.

Le ralentissement de Yahto lui signifia qu'il y a avait ici besoin d'un humain. Aemi passa devant et ouvrir la porte. Elle fit quelques pas à l'intérieur. C'était rustique, mais mieux que rien. La vue du lit la remplit d'allégresse. En entendant ses amis entrer, elle se tourna, mais virevolta brusquement sur elle-même, le teint pivoine. Ils... ils... étaient... nus... Elle se tint à la table et inspira profondément. Quels bande de lycans idiots, impudents, mal-élevés, grotesques, ridicules. Argh!

En évitant soigneusement de poser les yeux sur ses camarades, elle alla refermer la porte. Elle sentait son visage lui brûlé, et savait pertinemment pourquoi. Elle jeta un oeil et vit que ni l'un ni l'autre ne s'était couvert. Elle prit soin de regarder en l'air, un oeil surveillant les obstacles, et se tint à bonne distance. Les mains sur le dossier d'une chaise, elle s'arrêta. Comme elle était épuisée! Yahto lui lança des directives. Elle soupira et s'exécuta. Pour le bien de Sam qui était blessé, elle le ferait. Elle traîna lourdement une chaise jusqu'à la porte, qu'elle bloqua, puis fit de même vers les lycans.

Elle l'observa du coin de l'oeil - pas directement, quelle indécence! - s'éloigner, sans comprendre, puis sursauta violemment. Elle comprit rapidement ce qu'il faisait lorsqu'il revint vers l'autre et déchira un drap. Elle ne put par contre soutenir ce spectacle du regard, car il mettait en valeur la nudité des deux hommes. Elle ferma les yeux, se tenant cette fois à la table, et inspira profondément. La princesse savait pertinemment que ses oreilles étaient tout aussi rouge que son visage. Et ce n'était pas de la fatigue.

Elle écouta leur échange d'une oreille distraite, commençant à somnoler debout. Sentant que le garde du corps s'adressait à elle, elle rouvrit les yeux pour regarder le centre de la table. « Non, je ne le suis pas. Je vais bien. » Elle hocha la tête à sa demande et recula vers le lit après qu'il se fut éloigné. Elle regardait ses mains, assise sur le matelas, si confortable... et pourtant si horrible comparé au sien. Sam lui parla, et elle releva la tête sur lui, endormie. Elle hocha la tête à sa question, puis bâilla bruyamment. « Oui, ça va. Je suis épuisée, voilà tout. » Elle le vit sourire tristement, mais ne suivit pas son regard, et ne posa pas de questions, intimidée par sa nudité. Elle revint sur ses mains.

Yahto revint bientôt, et replacer la chaise devant la porte avant de venir lui porter une chaudière. Elle évita soigneusement de le regarder, mais bu goulûment. « Merci. » murmura-t-elle à mi-voix alors qu'il servait le second lycan. Après un moment, quelques bruits, la voix du soldat résonna à nouveau. Elle lui jeta un regard interrogateur, mais le détourna rapidement. Non, mais quel indécent! Il n'était toujours pas vêtu?! Elle hocha la tête. « M... merci. » fit-elle platement. C'était à elle de les remercier. Elle baissa les yeux sur ses mains, qu'elle serra sur ses cuisses.

Le mouvement de Sam attira son attention et elle écarquilla les yeux. « Samy, ton épaule! » Il se releva, et elle s'empressa de prendre quelques lanières restantes de plus tôt, au sol - en rougissant et regardant résolument ailleurs sur vers les jambes des hommes - afin de bander l'épaule du jeune homme. Vu comme il réagissait à ses mouvements. Elle soupira. « T'es vraiment qu'une chochotte, Samelson. Aie du coeur au ventre, un peu. » Sa réponse ne fut pas ce à quoi elle s'attendait. Elle pensait qu'il s'en serait plutôt amusé, mais il semblait plutôt perturbé.

Il se poussa et elle haussa les épaules. En entendant le bruissement des couvertures, elle lui jeta un oeil. Il s'était ENFIN dissimulé! Elle soupira de soulagement. Elle détestait les lycans. Vraiment. Tous des impudents. Il lui jeta une couverture, qu'elle observa. Dormir lui ferait le plus grand bien. Elle s'installa en tailleur aux côtés de Sam et l'observa un moment. Il semblait perturbé par quelque chose. Elle s'adoucit et sourit, et chantonna doucement. Il sombra dans un sommeil profond, son visage devint serein.

Temperance attendit encore quelques secondes avant de soupirer et cessant la mélodie. Elle tombait de sommeil. Elle s'étendit donc aux côtés du blondinet, et jeta un oeil à Yahto à travers ses cils qui menaçaient de lui couper la vue. « Viens dormir, toi aussi, Yahto... » Elle tendit la main vers lui et ferma les yeux. Rapidement, elle s'endormit, la couverture sur les genoux - étant assise précédemment et ne l'ayant pas remontée. Il y avait de la place près d'elle, pour son ami. Mais il ne vint pas.

Elle s'éveilla en entendant un craquement. Elle ouvrit péniblement ses paupières lourdes. Yahto se berçait un peu. N'avait-il pas dormi? Combien de temps avait-elle dormi? Il faisait nuit noir dehors. Elle remarqua que la couverture était relevée sous son menton. Elle s'agita un peu, et releva qu'un bras était passé à travers ses hanches. Elle tourna la tête vers Samy. Son visage endormi était vraiment séduisant. Il semblait presque un bon petit garçon comme ça. Elle sourit, attendrie. Elle avait vu les nombreuses cicatrices striant son corps. Il avait été torturé. Allègrement. C'était évident. Quels cauchemars avait-il vécu? Lui en parlerait-il un jour?

Elle revint vers son meilleur ami et nota qu'il la regardait. « Pourquoi tu ne viens pas te reposer? » chuchota-t-elle, encore endormie. Elle bâilla bruyamment, et cligna des paupières. Ses yeux étaient brûlants, elle voulait dormir encore... mais, et son ami? Elle les força à s'ouvrir à nouveau. Dans la pénombre, son air était indéchiffrable. « Ne t'en va pas, surtout... » souffla-t-elle avant de tendre à nouveau la main et de s'endormir. Son sommeil fut agité cette fois.

Aemi rêvait qu'elle était avec Yahto, à un festival d'hiver. Il y avait un traineau à chiens. Elle embarqua, mais il la laissa partir seule. Elle se retourna, et l'appela -dans le rêve seulement- mais il secoua la tête et pointa la main devant. Elle se retourna et vit Samy, sous forme lycane, qui tirait le traîneau. Le paysage prit des allures cauchemardesques, les arbres étaient morts, la terre était un marécage. Sam s'enfonça et disparu. Elle voulut l'aider, mais elle ne le pouvait pas. Elle se sentait enfoncée aussi. Elle appela à l'aide - dans le rêve aussi - et vit ses parents, qui tendaient la main. Elle l'attrapa. Mais ceci faisant, ils échangèrent de place avec elle. Horrifiée, elle les regarda coulé, et se mit à pleurer. Elle tomba à genou. Puis ce fut une escalade. Dylan et Nata voulurent la tirer plus loin et se retrouvèrent dans le marécage. Yahto arriva soudainement, elle tendit les bras pour qu'il la serre, mais il refusa en secouant doucement la tête.

Le visage d'Aemi se déforma et elle pleura de plus belle. Ses autres frères et soeurs la regardait aussi en secouant la tête, et partirent. « C'est de ta faute. » lui dit-on dans une voix de chorale. « Tu attires le malheur. » Elle voulut parler, se défendre, mais elle n'y arrivait pas. « Tu ne mérites pas ta voix apaisante. » et, paniquant, elle se débattit dans ses couvertures - pour vrai. Elle se releva finalement soudainement sur son séant. « NON! » Son propre cri la fit sursauté. Elle avait le visage en larme. Elle cligna des yeux et regarda autour d'elle. Sam lui tournait le dos, encore endormi, profondément, les sourcils froncés. Elle tourna la tête de l'autre côté. Où étais Yahto? Une faible clarté filtrait à travers la fenêtre, le jour se levait doucement. Des larmes silencieuses coulaient sur ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Jeu 22 Sep - 11:50

Assis sur sa chaise berçante, Yahto regarda ses deux compagnons. Il se sentait tellement las. Mais il devait être fort, pour lui, pour Sam et surtout pour Aemi. Ce n’était que de la fatigue, rien de plus! Et puis, il aurait tout son temps pour dormir une fois de retour au château. Il devait rester éveillé! Sam était trop blessé, avait besoin de repos et Aemi s’était complètement éreintée à la tâche lorsqu’elle les avait sortis de leur merdier. L’exclamation de surprise de son amie le fit sursauter malgré lui. Elle attira l’attention du corsaire sur son épaule et ce dernier réagit à peine, se contentant de baisser le regard vers le sol. Était-ce… un trouble qu’il lut sur le visage de son ami? La princesse l’atteignait plus qu’il ne voulait l’admettre, Yahto aurait pu en mettre sa main au feu. Et puis, la petite boutade qu’elle lui lançait alors qu’elle bandait la plaie trahissait un fond d’affection qu’elle avait pour lui. Un pincement survint au fond de la poitrine du guerrier et il poussa un soupir. Une fois la besogne terminée, Sam se tassa non sans un grognement, s’enroula dans une couverture et donna l’autre à Aemi. Cette dernière s’installa près de lui et chantonna doucement, un sourire aux lèvres, afin de permettre à leur compagnon de sombrer dans un sommeil réparateur.

Yahto regardait la princesse. Elle était… si belle. Ses traits délicats avaient perdu leur rondeur d’enfance et laissaient place à une jeune femme raffinée et tellement élégante. Son expression de douceur pour Sam fit monter une boule d’émotions à l’intérieur du lycan marron qui détourna la tête pour reprendre contenance. Il n’était pas une chochotte, lui. Il était hors de question qu’il montre quelque signe de faiblesse. Il entendit le craquement du lit, signe que Temperance venait de s’étendre. Encore une fois, il tourna ses yeux marron aux reflets dorés sur sa meilleure amie qui tendait la main vers lui, lui demandant de venir se coucher également.

- Non Aemi, fit-il doucement. Quelqu’un doit monter la garde. Dors, ne te soucie de rien.

Elle n’eut même pas le temps d’entendre la fin de sa phrase qu’elle sombrait dans l’inconscience du sommeil. Il était maintenant seul avec lui-même, dans cette pièce ombragée par le couvert des arbres et majoritairement silencieuse. Seules les respirations profondes de ses compagnons montaient à ses oreilles. Yahto déglutit. Ses émotions étaient encore à fleur de peau et il ressassa les dernières vingt-quatre heures dans sa tête. Il était évident pour lui que ses deux compagnons avaient des sentiments l’un pour l’autre et ça le mettait complètement à l’envers. Comment est-ce que Aemi pouvait en pincer pour un mec comme Sam?! Il était toujours en train de se mettre les pieds dans les plats, attirant la foudre de beaucoup trop de gens par son attitude arrogante et désobligeante. Le mec avait développé une résistance naturelle aux injures et aux coups de poing sur la gueule! C’était un bon signe de son attitude de merde, non?! Et lui, à côté, il était droit, solide, respectueux et avait toujours été là pour elle. Et pourtant… malgré tout, c’était le salopard qui raflait la mise; comme si être complètement crétin attirait les femmes comme des papillons de nuit charmés par le feu. En même temps… Yahto ne cessait de dire qu’Aemi méritait mieux, qu’elle devait épouser un homme de son rang. Ce qui était vrai en soi! Et merde, il se faisait du tort. Et puis… Sam n’était pas un mauvais bougre au fond, il l’avait prouvé à de nombreuses reprises, surtout depuis hier, en protégeant la princesse au péril de sa vie. Bon et bien, il n’était pas plus avancé! La culpabilité prenait le dessus maintenant. Pourquoi est-ce que Sam ne mériterait pas l’attention de la jeune femme? N’avait-il pas assez souffert dans sa vie? AH! C’était chiant! Il se sentait aussi émotif qu’une femme engrossée! La fatigue avait réellement des répercussions désastreuses sur sa stabilité mentale. Il ne se rappelait pas la dernière fois où fut aussi à vif. Sans trop s’en rendre compte, Yahto se balança de l’avant vers l’arrière sur sa chaise berçante, probablement dans le but de se calmer.

Il avait l’impression de ne plus être si seul soudainement. D’instinct, il tourna la tête et vit Aemi qui observait Sam. Quelle heure était-il? Le lycan marron fut surpris de constater qu’il faisait nuit noire maintenant. Bon sang, il avait réellement été coincé dans ses pensées plus longtemps qu’il ne le croyait! Ou encore, il avait tourné de l’œil sans s’en rendre compte. La princesse, après avoir jeté un regard attendri au corsaire, ramena son attention vers lui. Il baissa les yeux vers le sol, un instant, en entendant son commentaire. Il ne pouvait pas dormir. Il en relevait de la sécurité de tout le monde. Il resta donc silencieux et observa la jeune femme qui se rendormit rapidement, sourcillant à son dernier commentaire. Partir? Pour aller où? Il était hors de question qu’il quitte les côtés de sa maîtresse, il en était physiquement incapable. Il se calla à nouveau sur sa chaise quand il sentit un élancement sur son biceps gauche. Si ses cicatrices au thorax et au dos semblaient se fermer tranquillement, sa plaie majeure, elle, suintait toujours. Et merde, il l’avait complètement oublié, ce qui eut pour résultat d’avoir un bras souillé de sang, à nouveau. Sans faire de bruit, il se releva, marcha vers le lit et ramassa les deux bandages restants. C’était les moins réussis, les retailles qu’on avait laissées de côté pour privilégier les bouts de tissu plus fonctionnels. Bah, il avait déjà réussi à s’arranger avec moins. Ça ferait l’affaire! Il revint s’assoir, noua les deux bouts de tissu ensemble afin d’obtenir un seul long bandage et enroula le tout autour de sa plaie non sans grimacer. Une fois la besogne terminée, il retomba dans ses pensées en se berçant.

Le temps passa et il commençait à trouver son tour de garde plutôt difficile. Sa tête dodelinait d’un côté et de l’autre alors qu’il se sentait empreint d’une sérénité typique au sommeil. Il tenta de se secouer et se tortilla sur sa chaise. Non non non… Il devait rester éveillé! Il était plus fort que ça! Ses yeux terriblement cernés lui piquaient et tout son corps réclamait qu’il s’allonge quelques minutes. Il tenta de combattre du mieux qu’il put et tourna de l’œil. Ce sommeil précaire ne dura que quelques minutes, une heure tout au plus. Le croassement beaucoup trop matinal d’un corbeau le fit sursauter et il bondit sur ses pieds, prêt à combattre un potentiel ennemi… inexistant. Il devenait paranoïaque. À travers les fenêtres, il vit que le ciel – encore sombre – se teintait tranquillement de rose. Le soleil allait bientôt être levé. Il avait besoin d’air, sinon il sombrerait de nouveau! Il jeta un regard vers ses deux compatriotes, puis se dirigea vers la porte. Son pied heurta la chaise avec maladresse et il grimaça, les paupières fermées avant de n’ouvrir qu’un seul œil. Ouf, il n’avait réveillé personne. Il tassa le meuble, ouvrit la porte et, juste avant de sortir, se saisit d’une canne à pêche qui trônait sur le mur : tant qu’à être dehors, autant essayer de pêcher le repas. Il referma la porte derrière lui, puis nota le pantalon de Sam, au sol. Sans trop réfléchir, Yahto l’attrapa, l’enfila et fut satisfait de voir que lui et le corsaire portaient la même grandeur de vêtements. Ils se ressemblaient plus qu’il ne le croyait…

L’air frais du matin le secoua. Bien qu’il ne fût en rien frileux, il se douta que la température ferait surement frissonner Aemi. Heureusement qu’il y avait des couvertures à l’intérieur. Ses pieds quittèrent le porche et il faillit trébucher sur une racine. Meeeerde… la fatigue le rendait maladroit! Il s’approcha du cours d’eau, creusa rapidement un trou dans le sol, sortit un ver et l’empala sur l’hameçon. Dans un mouvement moins vif qu’il ne l’aurait voulu, il balança la ligne à l’eau et attendit, assis en indien au sol. Son regard était hypnotisé par la surface de l’eau. Il devait avoir l’air d’un mort vivant, en fait. Il avait si peu de motivation qu’il ne remarqua même pas les coups tirés sur son outil de pêche alors qu’un poisson se démenait pour détacher l’appât. Ce n’est qu’au moment où ses oreilles fines perçurent le « NON! » crié par Aemi qu’il sursauta, sortant prestement de sa bulle. Il jeta un regard interloqué à sa ligne, réalisant enfin qu’il avait une prise, mais décida de laisser tomber le tout, il avait plus urgent à régler. Sans plus attendre, il se releva, tourna les talons et courut vers la cabane. Il entra en trombe dans cette dernière, le cœur battant la chamade, et balaya la pièce de son regard à la recherche d’un potentiel ennemi. Aemi était assise sur le lit, le visage en larmes. Dès qu’elle le vit, elle se mit à sangloter plus fort et tendit les bras vers lui, comme une enfant ayant besoin de réconfort. Elle avait fait un mauvais rêve. Yahto soupira de soulagement, referma la porte et s’avança vers elle.

- Holà, holà, qu’est-ce qui se passe? Demanda-t-il doucement une fois à sa hauteur.

Il jeta un bref coup d’œil vers Sam et réalisa qu’il dormait toujours profondément. Aemi hoquetait entre deux sanglots et son souffle semblait saccadé. Était-elle… en train de faire une crise de panique? Depuis quand Aemi était-elle aux prises avec des crises d’angoisse?! Il n’avait rien vu?! Instinctivement, il serra la jeune femme contre lui, puis lui caressa les cheveux doucement. Elle tremblait, la pauvre. « Ça va aller, Aemi, je suis là… » Sans trop réfléchir, il glissa ses bras sous elle, la souleva de son lit et se dirigea vers la chaise berçante. Il reprit place dans son siège et installa Aemi par-dessus lui, lové contre son corps. Les jambes de la damoiselle reposaient sur le bras de la chaise et lentement, Yahto la berça. Il avait déjà fait quelque chose du genre peu de temps après la mort de son père et ça l’avait calmé. Il espérait sincèrement que ça fonctionne encore cette fois. Par contre, à la différence de la dernière fois, il sentait un élan d’affection très différent le prendre d’assaut. Une vague de chaleur et de papillons. Elle avait du mal à se calmer. Un sourire en coin se glissa sur ses lèvres. Il allait utiliser la même technique qu’elle employait. Une petite chanson qu’ils avaient souvent entendue dans leur jeunesse lui monta en tête et il inversa les rôles, chantonnant pour elle. Il n’avait pas choisi cette mélodie pour une raison particulière autre que c’était la seule qu’il connaissait par cœur et lui venait en tête.

« Il est frêle le roseau
La tête à moitié dans l’eau
Et le chêne droit debout
Semble être au-dessus de tout
Le roseau plie les genoux
Et s’effondre à tous les coups
Car c’est sa fatalité, toujours retomber

Tomber, tomber pour se relever
Re-tomber
Tomber pour se relever
« Même si le chêne est géant
Il fendra dans l’ouragan
Moi roseau par mauvais temps
Je danse avec le vent »


Le chêne est un grand sage
Qui ne craint pas les orages
Il sait que l’ouragan
Ne se pointe pas souvent
Et il regarde de haut
Son pauvre ami le roseau
Qui se bat d’arrache-pied
Pour se relever

Toujours se relever pour tomber
Comme toujours se relever
Pour tomber
« Le roseau dans la tourmente
Est baladé par le vent
Moi chêne par mauvais temps
Je n’expose qu’un flanc »


Il n’y a pas de morale
A cette histoire banale
Que des individus
Et différents points de vue
Pour se consoler un brin
On rabaisse le voisin
Il faut bien se relever
Avant de tomber

Tomber, tomber et nous relever
Re-tomber, tomber et nous relever
Chacun dans sa solitude
Cultive ses certitudes
Qui par instinct de survie
Confortent nos vies. »


[Chanson ici]

Il avait chanté tout bas, juste pour elle et pour éviter de réveiller Sam. Bien qu’elle tremblait toujours, elle semblait davantage calmée. Un élan d’amour incroyable se prit de Yahto. Sa lassitude y était probablement pour beaucoup et il n’avait plus vraiment autant d’inhibition en ce moment. Ils étaient lovés, l’un contre l’autre, profitant de la chaleur qu’ils se partageaient. Sans trop comprendre ce qu’il faisait ou ce qu’il lui prenait, Yahto glissa ses doigts le long de la mâchoire d’Aemi puis sous son menton afin de lui faire lever la tête et posa ses lèvres sur les siennes. Un sentiment de bien-être incroyable le prit d’assaut alors qu’il échangeait ce tout premier baiser avec sa meilleure amie de toujours. Le tout perdura quelques secondes… avant qu’il ne réalise enfin ce qui se passait et retombe sur terre à vitesse grand V. Il rompit le contact et scruta les yeux de la jeune fille, un air incrédule au visage. Venait-il réellement de… de… oh bordel! Quel idiot!! Triple crétin!!

- Je… je… je suis navré Aemi, fit-il en éloignant sa tête de la sienne pour se raidir comme une barre. Il se racla la gorge pour reprendre contenance. Je suis épuisé, je ne sais pas ce qui me prend… C’était terriblement inconvenant de ma part! Oh bon sang, pardon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Jeu 22 Sep - 16:52

Il... il n'était pas là. Yahto n'était pas là. Aemi hoqueta. Il n'était pas là. Il était parti. Où était-il? Elle renifla bruyamment et gémit en enfouissant sa tête dans ses bras. Il l'avait abandonné. Comme dans son rêve. Il était parti. Elle sentit un étaux lui enserrer la poitrine. La bruit de la porte qui alla cogner dans le mur sous l'impact d'un lycan entrant en trombe la fit sursauter violemment. Et Sam qui dormait toujours...

La princesse leva les yeux sur son ami, et se sentit soulagé de le voir. Aussitôt, elle tendit les bras vers lui, comme lorsqu'elle était enfant, sanglotant de plus belle, avec une plainte « Yahtoooo ». Après qu'il eut fermé la porte, il vint vers elle. Elle voulu lui répondre, mais elle n'y arrivait, pleurant de plus belle, hoquetant, reniflant, ayant du mal à respirer. Elle avait peur, si peur! Elle ne voulait pas être seule. Elle ne voulait pas qu'on la laisse tomber. Surtout lui. Il était son ancre, le seul qui n'avait jamais faillit, qui était toujours là. Il était son repère dans le noir.

La chaleur de ses bras autour d'elle lui fit le plus grand bien et elle s'accrocha à lui, entourant son cou de ses bras minces. Son mouvement sur ses cheveux lui fit du bien. Lorsqu'il lui dit qu'il était là, elle resserra son étreinte. Elle ne voulait pas qu'il parte. Elle avait besoin de lui. Il devait rester. Elle sentit ses bras se glisser sous elle et elle se laissa aller contre sa poitrine rassurante. Pressée contre lui, elle apprécia le balancement de la chaise et se blottit encore un peu plus, enfouissant sa tête dans son cou. Le mouvement lui rappelait un peu ce que sa mère faisait pour la calmer lorsqu'elle était toute petite, ajoutant à son désespoir actuel.

Lorsqu'il se mit à chanter, elle commença à tendre l'oreille, cherchant à écouter entre deux hoquets. Elle connaissait cette chanson. Elle se sentait comme le roseau en fait... Tomber pour se relever... Elle renifla et se serra encore un peu plus contre lui, se laissant bercer par sa voix et le mouvement bancal. Lentement, son rythme cardiaque se calma, sa respiration devint plus régulière et elle commença à réaliser où elle était et ce qui se passait. Ce qui ne l'empêcha pas de profiter de la situation et de cette sensation de confort extrême qu'elle ressentait, même dans cette drôle de position.

Temperance sentit les doigts de son ami se glisser sur son visage. Elle retint son souffle. Elle leva la tête et les yeux vers lui et... il... il... l'embrassa? Il l'embrassait là? Le cerveau dans le vague, elle ne put que fermer les yeux et profiter de cette douceur qu'elle n'avait jamais connu. On l'avait déjà embrassé, mais... pas comme cela? Soudain, le contact se rompit et elle ouvrit ses yeux bleus, un peu perdu, pour regardé les siens. Il avait l'air aussi surpris qu'elle. Il s'excusa, se raidissant, ce qui le rendit beaucoup moins confortable. Elle fronça ses sourcils sans comprendre, appuyant ses coudes sur ses épaules pour se redresser un peu et le regarder mieux.

Ah. La fatigue. Elle le scruta un moment, puis haussa les épaules et soupira, se laissant retomber lourdement sur lui, provoquant une expiration involontaire sous son poids qui heurtait la poitrine du jeune homme. Elle plaça sa tête dans son cou et ferma les yeux. « Si ce n'est que ça... » elle soupira. Pourquoi se serait-elle attendu à autre chose? Il était épuisé, c'était son meilleur ami. Peut-être qu'en chiot inconvenant qu'il était, il n'avait pas vu d'autre moyen de lui montrer son soutien. N'avait-elle pas chercher à embrasser Samy pour avoir du réconfort? Pourquoi ce serait différent avec Yahto?

« Détends-toi, Yahto. Je ne t'en veux pas, moi aussi je t'aime; tu es mon meilleur ami. » À lire : Déclaration d'amitié. C'était évident qu'elle ne pensait pas à autre chose, surtout sur le ton fatigué mais affectueux qu'elle avait employé. C'était doux et calme. Bref. Blottie contre lui, elle ouvrit les yeux, regardant ses genoux reposant sur le barreau de la chaise. « Dit, Yahto. » elle attendit une réponse pour poursuivre. « Tu ne me quitteras jamais, n'est-ce pas? » Elle leva des yeux inquiets vers lui. Son front était à hauteur de sa bouche. « Tu ne m'abandonneras pas? Tu ne partiras pas? » Il était évident que cela lui tenait particulièrement à coeur. Il faut dire qu'elle n'avait jamais vraiment parlé à son ami de cette soudaine peur de l'abandon qui l'étreignait. Elle se mit à se tripoter les mains et baissa les yeux dessus, sentant les larmes remontées doucement à l'idée d'un refus.
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Lun 26 Sep - 13:40

Il avait arrêté de la bercer, trop occupé à se traiter mentalement de tous les noms. Mais quel triple idiot ponctué d’un abruti fini il était!! Pourquoi avait-il fait une chose pareille?! Aemi était beaucoup trop bien pour lui et n’avait surement rien à faire d’un cabot comme lui. Oh certes, ils étaient amis, ça c’était sûr, mais de là à le voir autrement qu’en pote… Et puis, elle devait s’unir à un homme de sang bleu, pas à un cul terreux comme lui. La jeune femme soupira quelques paroles qui eurent pour effet de le détendre un peu. Elle prenait le tout à la légère, signe que ce n’était pas si dramatique que ça. Elle se laissa aller contre lui lourdement, ce qui eut pour effet de le faire extirper son air plus fortement que prévu. Okay… okay il pouvait se calmer, maintenant. Il resserra son étreinte, tentant également de faire taire les papillons qui frétillaient dans son estomac lorsqu’il sentait le visage de la négociatrice royale se lover contre son cou.

Toutefois, les propos qu’elle tint par la suite l’affectèrent plus qu’il ne voulait bien l’admettre. Il n’était que son meilleur ami. Joie et bonheur éternel. Non mais, qu’aurait-il pu demander de mieux? [HRP : insérer ici un SOUPÇON de sarcasme] Les papillons disparurent d’un coup, laissant place à la plus parfaite des déconfitures. Visiblement, son visage afficha une légère moue, car elle lui jeta un coup d’œil curieux. « Oh rien, mon bras m’élance un peu » se contenta-t-il de répondre afin de trouver une excuse convenable à son changement d’attitude. Ça venait simplement de confirmer ce qu’il croyait : son béguin pour elle était à sens unique, il devait se faire une raison. Il poussa donc un soupir puis fixa le mur de bois devant lui. Il recommença à se bercer, le craquement de la chaise étant le seul bruit dans la pièce trop silencieuse.

La voix de la princesse vint briser la monotonie du bruit causé par le mouvement de balancier. Surpris par sa question, Yahto lui jeta un regard et esquissa un léger sourire en coin. Elle était inquiète, visiblement. Il n’y avait pas de quoi. Elle baissa instinctivement la tête vers ses mains et il sentit une vague de tristesse la prendre d’assaut. Oh non… il ne fallait pas. « Je t’ai voué allégeance dès le premier jour où je t’ai vu, alors que tu n’étais qu’un minuscule bébé dans ton berceau. Du haut de mes six ans, je me suis juré de toujours te protéger et d’être à tes côtés, peu importe ce qui se passerait. Je n’ai pas l’intention de revenir sur ma parole. Je tiens toujours mes promesses, tu le sais bien. » Une fois de plus, il fit glisser ses doigts sur son menton et quand elle leva la tête, il colla son front contre le sien en un signe affectueux. Sous leur nouvelle proximité, il ferma les yeux, décidé à simplement apprécier le moment présent. « Je n’irai nulle part sans toi, crois-moi. » Et ce, même si son cœur devait souffrir en silence de ne pas être aimé comme il l’aurait voulu. Reculant lentement sa tête, il vit des larmes rouler sur les joues de la princesse et les essuya du revers de son pouce. Un sourire ponctuait ses lèvres. Bon sang qu’il aimait sa protégée.

- Allez, ne pleure plus. Tout va bien maintenant. Je te promets de te ramener au château très bientôt où nous serons tous en sécurité.

D’ailleurs, il tourna la tête en direction de Sam à savoir si tout allait bien de ce côté-là également. Le corsaire semblait être encore profondément endormi et avait simplement bougé dans son sommeil. Yahto ramena son attention sur Aemi, puis se calla un peu plus dans son siège, s’appuyant légèrement sur elle. Ils étaient tout lovés l’un contre l’autre et la chaleur qu’elle lui procurait l’engourdissait légèrement. Portant une main à sa bouche, il bâilla à s’en décrocher la mâchoire et s’excusa auprès de son amie. Ses yeux piquaient. Il appuya sa tête contre le dossier la chaise et continua de bercer la jeune femme, le souffle de cette dernière sur son cou l’apaisant encore plus.

- Si tu savais à quel point j’ai eu peur de te perdre lorsque vous avez disparu, toi et Sam, fit-il enfin, revenant sur l’événement qui les avait poussés à s’éloigner de la sorte. Je vous ai cherché sans arrêt. J’avais l’impression… qu’on m’avait arraché un bout de moi-même. Il n’y a pas de mots assez forts pour exprimer toute l’inquiétude que j’ai ressentie, Aemi. Je suis désolé de t’avoir laissé derrière pour aller aider Sam. Je ne voulais surtout pas t’écarter, seulement… je venais à peine de te retrouver, il m’était insupportable de songer, ne serait-ce qu’un instant, que j’aurais pu te perdre à nouveau pour de bon. Déjà que ces salopards ont failli m’enlever Sam… Oui, ces mots étaient bien calculés. Le corsaire, bien qu’énervant à ses heures, était cher aux yeux du garde du corps. Il est un peu… comme le frère que je n’ai jamais eu, tu comprends? Continua-t-il en regardant Temperance dans les yeux. Je ne sais pas ce que j’aurais fait si les choses s’étaient déroulées autrement… J’aurais dû être là depuis le début, j’aurais dû laisser tomber l’affaire au village et laisser ces gens se débrouiller seuls…

Il parlait à cœur ouvert à sa protégée, comme il l’avait fait si souvent. La fatigue le rendait plus à vif dans ses émotions à un point tel qu’il sentit sa gorge se serrer un peu et avait arrêté net son discours. Il poussa finalement un soupir pour reprendre contenance et recommença à regarder le mur devant lui. Il sentit les doigts fins de la princesse lui jouer dans les cheveux et ce simple geste l’apaisa davantage. Le mouvement de balancier de la chaise, la proximité chaude d’Aemi, la fatigue qui le pesait lourdement… C’était difficile de ne pas se laisser aller. Lentement, il pencha la tête sur le côté afin de l’appuyer contre celle d’Aemi. Il bougea un peu plus pour trouver une position confortable et se blottit davantage contre la jeune femme, pour ensuite écouter d’une oreille distraite les paroles qu’elle prononça.

Finalement, après quelques minutes de « combat » acharné, la chaise berçante cessa de bouger. La respiration profonde et lente de Yahto se fit entendre alors qu’il sombrait dans le sommeil bien malgré lui.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Mar 27 Sep - 18:25

Les paroles que son ami prononça la réchauffèrent jusqu'au fond de son âme. Soulagée, les larmes se mirent à couleur silencieusement sur le visage d'Aemi. Elle sentit ses doigts se glisser sous son menton qui la forcèrent gentiment à lever les yeux sur lui. Il colla son front au sien et elle ferma ses yeux humides. Puis il lui dit qu'il n'irait nul part sans elle, elle eut un hoquet de sanglot et laissa libre cour à son chagrin accumulé qui s'écoula sur ses jours. Il essuya ses larmes et elle ouvrit ses yeux noyés sur les siens. « M-Merci-i Yah-ah-to » et elle renifla.

Son sourire lui faisais chaud au coeur. Comme elle aimait ce sourire qui lui donnait tant de réconfort! Les paroles qu'il prononça ensuite suscitèrent des sentiments mélangés en elle. La perspective d'être en sécurité était fort alléchante - ne l'était pas ici avec lui? - mais le château était si froid et... vide. Elle ne s'y sentait plus chez elle. En fait, là maintenant, dans les bras de Yahto, dans cette cabane perdue dans le bois au bord d'une petite rivière, elle se sentait plus chez elle que nul part ailleurs, plus qu'elle ne l'avait jamais été.

Se blottissant davantage contre son garde du corps, Temperance ne répondit pas. Il bâilla et s'excusa, elle sourit. Pas besoin de s'excuser. Ses pleures s'étaient calmés et elle s'était appuyée contre son épaule, apaisée. Il reprit la parole, et elle écouta calmement, émue de le sentir si émotif à propos des derniers événements. Elle hocha légèrement la tête. Elle comprenait. Yahto et Sam étaient un peu comme des frères pour elle aussi -un peu, sans plus- maintenant qu'il ne lui restait plus que Caius à la maison, de qui elle n'était d'ailleurs pas si proche.

« C,était un piège, selon Sam. Tu ne devais pas pouvoir me protéger, et lui non plus. Ce n'est pas de ta faute. » fit-elle, la voix douce, voulant l'apaiser. C'était de sa faute à elle. Pas à lui. Elle se mit à jouer dans les cheveux du lycan, qu'elle trouvait doux. Elle le fit instinctivement, sans vraiment y réfléchir, car ils étaient à porter de ses doigts. Il s'appuya contre elle et elle soupira d'aise. Elle se sentait s'assoupir à nouveau, ainsi placée, et avait l'impression qu'il en était de même pour lui. « Tu sais, j'ai toujours peur... depuis que Mère est... partie... que tout le monde se soit éloigné... et là Dylan qui est parti là-bas, Nata est moins présente... et... » elle parlait doucement, d'une petite voix et... la chaise ne berçait plus. Elle sourit et resserra son étreinte sur le cou de son garde du corps. « Dors bien, Yahto. » chuchota-t-elle. IL avait besoin de sommeil, sans aucun doute. Après quelques instants, elle s'assoupir aussi et le silence revint dans la cabane.

Beaucoup plus tard, la princesse s'éveilla et réalisa où elle se trouvait. Elle tenta de bouger, mais Yahto réagit dans son sommeil et elle s'immobilisa. Il devait se reposer, elle pouvait bien se montrer patiente. Le soleil avait bien entamé sa remontée depuis son dernier réveil et filtrait à travers la fenêtre. Elle tourna la tête lentement vers le lit, et vit que Samy la regardait, et semblait amusé. Elle rougit, réalisant l'indécence de sa situation. Elle ouvrit la bouche pour protester, mais il mit un doigt devant la sienne, avec un signe de tête vers le lycan endormi. Elle recolla donc ses lèvres en se mordant celle du bas, gênée, et fit la moue. Elle devait se tordre le coup pour le regarder, mais ne le quittait pas des yeux, cherchant que faire ou dire sans réveiller son ami.

Il finit par sourire davantage en chuchotant qu'elle pouvait continuer de le regarder, mais qu'il allait se lever. Elle fronça les sourcils. Où voulait-il en venir? Il pouvait bien faire ce qu'il voulait. Il sembla encore plus amusé, et ajouta, toujours tout bas, que c'était Yahto qui avait ses pantalons. Suite à quoi il remua. Elle tourna la tête, peut-être un peu trop vivement, le teint rouge pivoine, accompagné du rire du blondinet. Aaaah ces lycans! Elle entendit ses pas derrière elle et sentit sa main lui ébouriffé les cheveux. Elle pinça les lèvres, se retenant de lui lancer une réplique, et surtout de se retourner pour lui jeter un regard noir. Il sortit. Elle soupira. Bon... elle faisait quoi, maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Mer 28 Sep - 19:33

Il était si paisible. Son souffle régulier, lent et profond témoignait de toute la sérénité évoquée par ce sommeil sans rêve. Il était si bien… Il avait envie que ce sentiment dure toujours. Toutefois, comme toute bonne chose à une fin, il ouvrit les yeux alors que quelque chose bougeait contre lui. Les yeux encore lourds et la bouche pâteuse, il leva un regard hagard en direction d’Aemi qui se mordait la lèvre inférieure, visiblement gênée de l’avoir réveillé. Yahto bâilla à s’en décrocher la mâchoire et n’entendit presque pas les propos de sa compagne. Il se redressa lentement puis laissa échapper une plainte de douleur en portant une main à son dos. Oh bon sang! Il était courbaturé!! Dormir penché sur le côté sur une chaise était loin d’être une bonne idée au final. La princesse descendit enfin de son perchoir improvisé – un peu à la grande déception de Yahto – et le lycan se leva alors qu’elle tirait sur sa main pour le guider jusqu’au lit. Ouais… il serait plus confortable, elle avait raison.

Une fois devant la couche moelleuse, le jeune homme réalisa que quelque chose manquait à l’appel. « Sam, il est où? » Demanda-t-il mollement à son amie qui déclara que le corsaire était sorti à l’extérieur. D’ailleurs, elle lui fit remarquer, non sans un sourire, qu’il portait toujours le pantalon de son compagnon. « Oh… c’est vrai. Je ne devrais pas porter ça… » Encore à moitié endormi, Yahto détacha le bouton à l’avant sans se soucier du regard d’Aemi, défit l’attache du pantalon et le descendit à ses chevilles dans le but de le rendre à son propriétaire légitime. Sans plus de pudeur, il s’étendit sur le lit et tira la couverture par-dessus lui, jusqu’à sa taille. Et il sombra à nouveau…

Il se réveilla plusieurs heures plus tard, après un rêve… particulièrement agréable. Couché à plat ventre sur le lit, les bras dissimulés par l’oreiller sur lequel reposait sa tête et la couverture descendue dans le creux de ses reins, Yahto ouvrit les yeux sur le mur de bois de la cabane. Quel rêve… de quoi en faire rougir même Adelyn. Ça faisait combien de temps qu’il dormait maintenant? Le lycan bâilla puis se passa une main dans les cheveux avant de retourner sa tête de l’autre côté pour voir le reste de la résidence. Sam était installé près d’un feu crépitant aux côtés d’Aemi. Du poisson grillé se trouvait sur la table et Yahto remarqua – lorsqu’il posa son regard sur la fenêtre – que le soleil se couchait à l’horizon.

- Vous auriez dû me réveiller, fit-il doucement d’une voix un peu rauque.

Sam lui lança un sourire et l’invita plutôt à se lever pour venir manger un peu et s’installer près d’eux. Le lycan marron voulut s’exécuter, mais à peine se redressait-il sur ses bras qu’il se laissa retomber immédiatement sur la couche à plat ventre. Oh merde… Non. Non il ne se lèverait pas tout de suite. Il prenait maintenant conscience du tiraillement de son bas-ventre à la suite de son rêve et il était hors de question qu’il exhibe ça devant Aemi. Il y avait une limite à un manque de pudeur tout de même! Aemi lui jeta un regard curieux et Sam… semblait se foutre de sa gueule. Il avait compris assez rapidement, le bougre. En fait, Yahto se demanda même s’il n’avait pas heu… fait des bruits dans son sommeil. Bon sang, il espérait que non! La honte!

- Je… heu… suis bien là. Je vais rester étendu encore un peu si… heu… si ça ne vous dérange pas. Non non, je vais bien Sam, je te remercie de t’en soucier, je suis juste encore fatigué…

Mais l’odeur du poisson bien grillé était terriblement alléchante… et il était affamé… Il allait devoir alors prendre son mal en patience et attendre quelques minutes que sa « passion » du réveil se taise un peu.

- Vous allez bien tous les deux? S’enquit-il alors, histoire de changer de sujet puisqu’il n’était réellement pas à l’aise dans le moment présent. Sam, tes blessures…?

Il écouta ses deux amis lui faire un topo de leur état général, puis Yahto sentit son tiraillement indécent se calmer enfin. Voilà qui était mieux. Il se redressa finalement, s’étira langoureusement et se leva en tenant son drap d’une main dans le but de cacher sa masculinité. Il entoura d’ailleurs le morceau de tissu autour de sa taille et le noua afin de s’assurer qu’il tienne bien en place. Après tout, il n’avait pas la chance d’avoir un pantalon extensible, lui. Il s’approcha ensuite de la table et s’installa. À voir les restes délaissés sur des énormes morceaux d’écorce (en guise d’assiettes), il en déduit que ses amis avait déjà mangé et que le poisson restant était pour lui. Il entama donc son repas et poussa un soupir de satisfaction. Okay, il était sérieusement AFFAMÉ. Il jeta un regard remplit de gratitude à Sam, se doutant bien qu’il était l’auteur de cette prise.

- Demain, nous devrons nous remettre en route, fit-il entre deux bouchées. Ta famille doit être morte d’inquiétude Aemi et plus vite nous serons revenus, plus vite tu seras en sécurité. Vous sentez-vous suffisamment en forme pour pouvoir voyager?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Lun 3 Oct - 15:52

Dans son rêve, Aemi sanglotait beaucoup. Elle n'arrêtait pas... et elle allait se noyer dans ses larmes! Samelson fronça les sourcils, son navire n'avançait pas, il n'arrivait pas à la rejoindre. Quoiqu'il dise ou fasse, il ne bougeait tout simplement pas, et elle continuait de sangloter. Puis il y eut un moment flottement, où Yahto apparut, parlant de choses et d'autres... il ne comprenait pas vraiment ses paroles, mais il tournait autour de la princesse et elle semblait fasciné par lui. Les sanglots reprirent encore. Il se demandait pourquoi elle pleurait, il ne comprenait pas, il était trop loin pour entendre. C'était comme si une brume épaisse taisait les sons, et pourtant, ils étaient juste à côté... il entendait leurs voix, mais pas leurs paroles. C'était comme si tout cela était vide de sens.

Puis soudain, il était dans la cabane, et les voix étaient des sons étouffés provenant de derrière lui. Il fronça à nouveau les sourcils et tendit la main vers Aemi pour la faire taire. Il rencontra le vide, et s'éveilla. Un coup d'oeil rapide la repéra... dans les bras de Yahto. Il ferma les yeux et fit semblait de dormir avant qu'on le remarque. Ça expliquait pourquoi ses rêves étaient aussi étranges, il devait avoir mélanger ce qu'il entendait dans son esprit brumeux. Il écouta d'une oreille attentive la suite, en soignant sa respiration pour avoir l'air endormi. « ...ces salopards ont failli m’enlever Sam… » Les paroles de son ami l'émurent a un point qu'il ne saurait pas avouer. Jamais, au grand jamais, personne n'avait pensé cela pour lui. Bon, peut-être Dillawn, mais leur relation était... spéciale.

Là, c'était de l'amitié à son état pur. Il se retourna dos à eux et serra son poing sur son coeur. Il aimerait bien lui dire qu'il le lui rendait, mais les mots ne franchiraient jamais ses lèvres, il le savait bien. De toute façon, le lycan devait s'en douter. Bien que Sam ne parlait pas beaucoup, il était très expressif. Il entendit les peurs de la jeune fille et se sentit envahi d'une compréhension qu'il ne se connaissait pas. Ça lui rappelait lorsqu'il n'était qu'un jeune chiot, et qu'il avait réalisé que ses parents ne le soutenaient plus, que plus personne ne le soutenait, qu'il allait être voué à ce destin et qu'on ne l'aiderait pas. Il s'était senti si seul, si abandonné... comme ce sentiment chez Aemi qui semblait soudainement faire échos dans le silence.

Puis ce fut le néant, plus un son, plus rien. Il tourna la tête, et vit qu'ils dormaient enlacés sur la chaise. Il haussa un sourcil. Voilà qui semblait fort inconfortable. Il haussa les épaules, sourit, et occupa généreusement la totalité du lit. Aaah, ce qu'il était bien! Il s'endormit de bonne humeur, son sommeil occupé par des visions un peu trop utopiques de son amitié avec ses deux compagnons et Dillawn qui était redevenues comme avant, avant qu'il ne la pourrisse.

Lorsqu'il se réveilla, il s'étira généreusement et sourit de béatitude à un point que ses joues lui tiraient. Ah! Ce qu'il était bien! Il se sentait apaisé! Bon d'accord, le mouvement lui attira un juron à mi-voix et il réalisa qu'il était blessé. Mais sinon... tout était beau! Il roula sur le ventre et observa les deux tourtereaux toujours endormi. Peut-être avait-elle sentie son regard, car la jeune princesse s'éveilla, remua, s'immobilisa et se tordit le cou pour le voir. Il lui sourit, amusé de la situation. Elle était prise au piège, si elle bougeait Yahto allait se réveiller. Quel dilemme!

Elle rougit, et il mit un doigt devant sa bouche avant qu'elle ne proteste en indiquant le grand brun. Fallait pas le réveiller! Il se doutait qu'il avait du faire le guet toute la nuit. Comme elle ne le quittait pas des yeux, le sourire du corsaire s'agrandit. Il devait sortir du lit... et il était nu. « Tu peux continuer de regarder si tu veux, Aemi, mais je vais me lever. » lui chuchota-t-il. Elle ne sembla pas comprendre, et il dut se faire force pour se retenir de rire. « C'est ton matelas qui a mon pantalon. Tu sais, le lycan endormi sous toi. » Elle semblait comprendre où il voulait en venir, car dès qu'il fit mine de se lever, elle se retourna. Il ricana distraitement, incapable de complètement se retenir.

Il grimaça en posant les pieds au sol. Sa jambe était inutilisable avec cette atèle... Triple S soupira. Bon, il allait devoir faire avec! Il se leva, ébouriffa les cheveux de la princesse au passage en s'amusant de son manque de réaction, sachant pertinemment qu'elle se retenait. Il sortit du bâtiment en claudiquant et en se servant des meubles comme appui. L'air de l'extérieur lui fit du bien et il ferma les yeux, appréciant la chaleur du soleil sur sa peau. En observant les environs, il nota une ligne à pêche abandonnée plus loin. Il s'y rendit et tira dessus, puis grimaça. Le poisson avait avalé le vers, et presque digéré. Il allait devoir tout arracher pour sortir la ligne et l'hameçon de son corps.

Il eut une pensée pour Aemi, coincée à l'intérieur, et ricana à nouveau, tout en mettant le poisson de côté pour chercher d'autres vers, et remettre la ligne à l'eau. Quand on vivait sur la mer, on apprenait à devenir bon pêcheur! Heureusement pour lui, la rivière semblait bien vivante, et il put, au bout de deux ou trois heures, récupéré un véritable festin. Entre temps, la princesse vint le rejoindre, en tendant les pantalons devant elle, le teint complètement rouge, et les yeux fermés. Elle avançait à tâtons et faillit se planter plusieurs fois. Il ne bougea pas, préférant se moquer d'elle, elle le lui reprocha d'ailleurs. « Ce ne serait pas amusant si je devais venir à ta rencontre! » Elle finit par les lui lancer et il ricana en les enfilant.

Comme elle semblait soulagée! « Tu sais, la plupart des femmes apprécient cette vue, c'est pas pour me vanter, mais... » et elle l'interrompit, affirmer que commencer une phrase de cette façon, cela signifiait automatiquement qu'il allait s'en vanter. Il éclata de rire. Elle avait terriblement raison! Ils discutèrent un moment de gastronomie, d'usage de la cour - ce qu'il trouva particulièrement amusant - et finalement, des derniers événements. « Quand bien même nous perdrions une journée ici, je crois que nous sommes en sécurité, dès l'aube nous pourrons rentrer, et tu n'auras plus à t'inquiéter de notre sort. » Cela ne sembla pas pour autant la rassurer, et elle piocha dans un de ses trous de vers avec un bâton.

Samy tourna son regard vers l'eau devant lui, hésita, et décida de prendre la parole, racontant, sommairement, l'abandon de sa famille, puis les situations difficiles qu'il avait du traversé, avec cette sensation que personne ne l'aimerait jamais, qu'il serait toujours seul, et qu'il le méritait. Que tous ceux à qui il s'attacherait allait, un jour, l'abandonner. « Maintenant, c'est différent... je saurais pas comment l'expliquer, mais j'ai la sensation que Yahto et toi serez toujours mes amis, et que rien ne le changera. Et je réalise, que toutes ces années, Dillawn ne m'a jamais quitté non plus... » Il plissa le nez et secoua la tête. « Si tu comptes ça à qui que ce soit, je fais circuler le mot au château que t'as passé la nuit dans mon lit alors que j'étais complètement nu! »

Elle protesta, puis réalisa que... ben c'était vrai. Bon. Elle se tut, puis sourit doucement. Elle avoua n'avoir jamais pensé que quelqu'un puisse comprendre... il encercla ses épaules de son bras. « Je suis sûr que Yahto comprendrait, si tu le lui expliquais clairement. Il comprend pas les demi-mots, tu sais. » Il obtint un rire, et la serra un peu contre son bras - non blessé - puis la relâcha pour revenir à sa ligne, ça mordait. Elle mentionna que la récolte devait être bonne. Il hocha la tête, récupéra les chaudières, car oui, Aemi avait généreusement fait le trajet pour récupérer celles-ci et y mettre les poissons, et, avec son aide, il retourna près de leur abris, sur une sorte de table-plateforme extérieure.

Avisant la princesse des outils qu'il désirait, il attendit qu'elle revienne, la remercia, et s'amusa de la voir réagir en s'inclinant en déclarant que ses désirs étaient des ordres. « Tu sais, Aemi, tu ne devrais pas dire ça à un homme à moitié nu... » ce qui eut pour réaction de la faire rougir violemment et de se recevoir un petite tape sur l'épaule - et de ne le faire grimacer - et elle de s'excuser... et de vérifier son pansement et sa plaie. Il sourit. Il ne lui connaissait pas cette maladresse, c'était à croquer! Après avoir apprêté les poissons, ils rentrèrent, allumèrent un feu, et commencèrent la cuisson en communiquant à mi-voix.

Ils avaient déjà bien mangé lorsque Yahto s'éveilla. Samy tourna le regard vers lui. « Tu avais besoin de repos, toi aussi. Tu sers à rien si t'es épuisé! » Il haussa son épaule valide et ajouta : « Viens manger, y'a une place pour toi. » et il tapota, avec un sourire amusé, la chaise à côté de lui, donc à l'opposer d'Aemi - il ne pouvait s'empêcher de le taquiner, même si la princesse ne saisirait jamais le sous-entendu. En voyant le regard de Yahto changer, il comprit rapidement ce qu'il se passait et son sourire s'agrandit. « T'es sûr que ça va? » fit-il, amusé. « Comment ça, juste fatigué? Je suis sûr que tu as du bien dormir et faire des rêves merveilleux! » et il mit volontairement l'accent sur le dernier mot.

Bah, il laissa Aemi répondra à la question du lycan, affirmant qu'elle allait bien, que ce n'était que de la fatigue, elle n'était pas blessée. « Moi aussi, ça va. Disons que je n'avancerai pas bien vite, mais je m'en sortirai! J'ai vu pire. » Ce qui était parfaitement vrai. Avec toutes les tortures qu'il avait vécu... d'ailleurs, sans chandail ainsi, ses cicatrices luisaient sur sa peau, nombreuses, et profondes. Il y avait longtemps qu'elles ne le gênaient plus. « Tu fais bien. » ajouta-t-il en voyant le garde du corps saisir le drap pour s'en couvrir en se levant. Il était visiblement amusé, surtout que la princesse était à nouveau cramoisie. Et pourtant, ils étaient tous deux couverts cette fois... mais il y avait sûrement des images qui étaient dures à faire partir!

Malgré lui, il ricana et elle l'envoya balader, ajoutant à son hilarité, sous les yeux interrogateurs de Yahto. Celui-ci dévora la part plus que généreuse qu'il lui avait laissé, et ils le regardèrent tous deux mangé en silence. « Pas de soucis, je suivrai. » fit-il en réponse à sa question. Il savait qu'il les ralentirait, mais il savait aussi qu'il était inutile de demander à rester derrière. Alors bon, qu'il en soit ainsi. Valait mieux ne pas voyager de nuit. « Ne veilles pas toute la nuit, cette fois. Je prendrai mon tour. » Il secoua la tête en regardant Aemi. « Pas toi, toi tu dors. » Elle se renfrogna et il sourit. « Laisses faire les hommes! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Lun 3 Oct - 16:16

Aemi avait finit par se rendormir, mais cela ne dura pas. Bientôt, elle se réveilla, et réalisa qu'elle était, certes, patiente, mais qu'elle avait aussi ses limites! Elle commençait à avoir mal au dos. Elle bougea donc, avec toute la lenteur et la douceur dont elle était capable. Malgré tout, il se réveilla et elle se mordit la lèvre inférieure. Zut! « Désolée, je ne voulais pas te réveiller. » fit-elle alors qu'il baillait outrageusement. Elle descendit tout de même et tendit la main pour saisir la sienne et le traîner sur le lit. Elle avait vu son geste et se doutait qu'il devait souffrir de courbatures, comme elle.

« Tu y seras mieux, reposes-toi encore. » fit-elle en le poussant gentiment sur le lit. « Sam est sorti, et puis... » elle sourit, un peu gênée. « ... tu portes son pantalon alors... bon... » mais elle ne s'attendait pas à ce... que... il le retire devant elle. « Oh! » poussa-t-elle, choquée, en se retournant vivement, couleur tomate. Il sentit qu'il lui tendait le pantalon sur la main et se retourna avec le bruit de couverture qu'on tire. Il dormait déjà... Elle sourit, attendrie malgré elle devant son attitude soudain insouciante. Lui qui ne pouvait même pas fermer l'oeil précédemment... ce qu'il devait être confiant envers Sam!

Elle sortit, pour rendre le pantalon à son propriétaire. Arrivée dehors, la princesse réalisa que Sam était nu. « Viens chercher ton pantalon, s'il te plait. » fit-elle en détournant les yeux et en tendant la main. Malheureusement... il trouvait apparemment plus amusant de la faire venir à lui. Elle maugréa des insultes envers l'impudence des lycans et finit par le lui lancer, non sans avoir faillit mourir plusieurs fois. Elle coupa court à ses paroles. « Commencer une phrase en disant cela, et en poursuivant avec un mais, indique que tu justement te vanter. » fit-elle sèchement. Il ne s'en formalisa pas et éclata de rire. Elle soupira.

Ils discutèrent, de tout et de rien, de ce qu'il s'était passé, et il lui confia même certaines choses qui la firent réfléchir. Sous sa menace, elle ouvrit grand les yeux. « Tu ne peux pas faire cela! Ce serait pure calomnie et mensonges et je n'ai jamais... » puis elle réalisa. Si. Elle l'avait fait. Elle s'empourpra, secoua la tête, et sourit, revenant sur le sujet précédent. « Jamais je n'aurais cru que quelqu'un puisse comprendre mon sentiment... » fit-elle d'une petite voix. Elle hocha la tête. Oui, peut-être que Yahto comprendrait... si elle parlait clairement. Mais en même temps... fallait l'avoir vécu pour le comprendre. Elle ne pensait que son ami ait vécu son... acquisition par la famille royale comme un abandon familial.

Le duo alla ensuite préparer le repas, elle était affamée! Ce fut donc ravie qu'elle s'exécuta pour satisfaire les demandes de Sam, elle revint ainsi avec ce qu'il avait demandé et fit une révérence. « Vos désirs son des ordres, messire! » son commentaire lui fit écarquillé les yeux, et elle lui donna une claque sur l'épaule... avant de réaliser la maladresse de son geste. « Oh! Je suis désolée Sam! » et de vérifier le pansement. Ils rentrèrent ensuite, firent cuire le repas, et mangèrent avec une satisfaction non feinte. S'en suivit le réveil de Yahto, et un passage qu'elle ne comprit pas. Elle ne voyait que sa tête, le reste étant caché par la table... Elle haussa les épaules.

Les lycans étaient définitivement des créatures étranges... « Oui, je vais bien. J'étais seulement épuisée, je n'ai pas de blessures » répondit-elle à sa question, puis elle laissa Sam répondre, et observa son ami dévorer son repas. Il devait avoir très faim, lui aussi! Une chance que le corsaire avait été prévoyant et avait fait une grande quantité de nourriture! Elle hocha la tête. « Je serais même prête à partir tout de suite... » ce qui ne sembla pas être une bonne idée selon les deux autres. Ils parlèrent du tour de garde. « Et moi? » ce à quoi Samy lui répondit que c'était une affaire d'homme... elle fit la moue et leur tourna le dos en virant sa chaise face au feu. Tant pis, qu'ils restent entre hommes, alors.

¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤

Le lendemain matin, après un petit déjeuner matinal généreusement offert par Samy, ils purent reprendre la route. Après avoir arranger une jupe sommaire à Yahto, sous l'hilarité dérangeante du lycan blond, Aemi se déclara satisfaite. Pas question de voyager avec un homme nu. « Et il faudra probablement essayer de te procurer un pantalon avant de rentrer, sinon il y aura un scandale et je n'en ai vraiment pas envie! » Elle préférait se tenir loin de toutes complications ou toutes choses risquant d'éclabousser sa réputation - que ce soit négatif, ou positif. Elle préférait les choses simples, le calme, et le moins de complications.
Revenir en haut Aller en bas
Yahto
Soldat(e)
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 15/02/2016
Localisation : Pourquoi? Vous me cherchez?

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Race: Lycan
Âme soeur: Aemi, en quelque sorte

MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Jeu 6 Oct - 16:00

- Tu plaisantes, pas vrai? Demanda-t-il d’un air incertain en voyant Aemi confectionner une jupe sommaire qu’il allait devoir porter.

Ça faisait une heure, tout au plus qu’il venait de se lever – en même temps que la princesse – Sam ayant pris le deuxième tour de « garde ». Elle avait refusé catégoriquement de voyager avec eux si le lycan brun ne portait pas une tenue plus décente. Ce n’était pas sa faute si son pantalon n’avait pas survécu à sa transformation! Il avait suggéré, d’ailleurs, de prendre sa forme bestiale afin de régler le problème, mais Temperance avait rétorqué que c’était une mauvaise idée, advenant qu’ils croisent un village. Elle n’avait pas tort. Ce n’était pas tout le monde qui appréciait de voir un énorme loup débarquer sur la place publique. Sous le regard hilare de Sam, le garde du corps essaya le morceau de vêtement avec une moue boudeuse et Aemi se déclara satisfaite. C’était basique, mais ça ferait le travail! Yahto hocha de la tête à ses propos, lorsqu’elle déclara qu’ils devaient lui trouver un pantalon. Non seulement ça ferait scandale une fois arrivé au château, mais en plus il aurait l’air d’un parfait imbécile devant la garde entière! Non merci!

- Oh, toi la ferme, rétorqua-t-il d’un ton boudeur alors qu’il voyait clairement Sam se moquer de lui.

Ils terminèrent donc de se préparer, rassemblant tout ce qui pourrait leur servir, et jetèrent les restes de poisson dans un trou qu’ils avaient creusé dans le sol avant de remblayer le tout. Ils se mirent finalement en route, longeant la rivière dans le but évident d’atteindre la première route qui s’offrirait à eux pour ensuite tenter de se repérer grâce aux villages avoisinants. Leur marche allait de bon train malgré la jambe blessée de Sam qui le faisait souffrir et claudiquer. Lorsque la pente devenait plus escarpée et que le groupe devait grimper, Yahto utilisait son propre corps pour soutenir le corsaire afin de l’aider. Heureusement, les rochers n’étaient pas difficiles à surmonter et les dénivellations n’étaient pas si abruptes non plus. Ils s’arrêtèrent à quelques reprises pour se reposer et boire un peu d’eau. Il fallait dire que, malgré tout, ce genre de promenade devait être éreintant pour une personne blessée comme Sam. M’enfin… même s’il était trop orgueilleux pour l’admettre ouvertement. Heureusement pour eux, ils ne virent aucun signe des salopards qui avaient tenté de kidnapper Aemi, ce qui était une bonne nouvelle en soi.

Ils arrivèrent enfin en vue d’une petite bourgade vers l’heure du midi. De loin, ils pouvaient observer l’agglomération de chaumières ainsi que quelques commerces qui entouraient une unique auberge plutôt coquette. À l’entrée du village, une affiche annonçait aux visiteurs qu’ils mettaient les pieds sur le territoire de « Pamolée ». Les sourcils froncés, Yahto tenta de se rappeler ce que ce nom lui évoquait. Une lumière s’alluma immédiatement dans son esprit quand l’association entre le village et un certain noble de la cour se fit.

- Ce n’est pas la seigneurie de Sir Augustin De Valerius? Demanda-t-il à Aemi d’un air interrogateur.

L’homme était un membre de la cour royal. Allié reconnu d’Alombria, il avait prouvé à plusieurs reprises son soutien autant monétairement que par de précieuses ressources alimentaires. Un humain plutôt banal à première vue, mais qui possédait un charme incroyable. Il récoltait les dames de la cour comme une gamine cueillait les marguerites en plein été. C’était toujours surprenant de voir à quel point un individu si… ordinaire pouvait s’attirer les faveurs d’à peu près n’importe qui… D’autant plus qu’il cultivait un goût bien assumé de la gent masculine. Tout un personnage. Généreux de son argent, de ses ressources… et ses charmes.

Le trio commença à se mettre en marche sur les pavés de la bourgade quand soudain, Aemi s’arrêta net et pivota sur elle-même pour lui faire face. Elle tendit la main et la posa sur son torse, lui faisant ainsi signe de ne pas les suivre. Quoi?! Croyait-elle réellement qu’il allait rester derrière comme un con et se séparer d’eux à nouveau? On voyait ce que ça avait donné la dernière fois… Les sourcils froncés, le lycan ne sembla pas vouloir coopérer. Il n’en avait rien à foutre des apparences et des aspects pointilleux de la bienséance. Son mandat était de protéger la princesse, pas d’empêcher les gens de le pointer du doigt. Donc, vu les événements des deux jours précédents, il était très peu enclin de se séparer d’elle à nouveau. Il rétorqua avec ferveur alors qu’elle tentait de le convaincre jusqu’à ce qu’elle lui ordonne – un peu sèchement quand même – de rester là où il était. Et merde. Il était dans l’obligation d’obéir maintenant. Il la regarda avec la bouche ouverte, puis se détourna en pestant pour se diriger vers un arbre, à l’écart du village. Il s’y adossa, les bras croisés sur sa poitrine, et regarda ses deux amis s’éloigner sans un autre regard en sa direction.

Les minutes passèrent lentement. Trop lentement à son goût. Il n’avait pas envie de faire la potiche de service en tutu à les attendre à l’entrée du village simplement pour une question de prestance. Toutefois, il ne pouvait pas non plus désobéir aux ordres de sa maîtresse… Il poussa un soupir irrité, puis se laissa glisser le long du tronc de l’arbre avant de s’accroupir à sa base. D’autres minutes interminables s’écoulèrent quand soudain, des bruits de sabots attirèrent son attention. Tournant la tête vers sa gauche, son cœur ne fit qu’un bond… en voyant nul autre que Sir Augustin De Valerius arriver à sa rencontre en compagnie de deux soldats. Yahto se releva vif comme l’éclair et voulut se jeter derrière un buisson pour éviter de se faire voir, mais ce fut trop tard. Le seigneur le héla et le lycan se sentit devenir livide.


- Jeune homme? Vous allez bien? Fit le noble en s’approchant de lui. Yahto? Yahto d’Alombria?

Ah bah oui! Parce qu’en plus ils s’étaient croisés à de nombreuses reprises puisque l’homme avait eu souvent affaire aux talents de négociatrice de la princesse. D’un air embarrassé, le garde du corps se redressa et tenta de retrouver le peu de fierté qui lui restait en se tenant droit et en chassant tout signe de faiblesse de son visage. Il s’inclina légèrement devant le seigneur comme le voulait la politesse. À voir les dépouilles de lièvres qui étaient accrochées à la selle de sa monture, le lycan marron comprit rapidement que le noble revenait de la chasse.

- Quel bon vent vous amène? Ajouta-t-il avec un sourire en descendant de son destrier. Yahto avait vu ce regard lubrique qu’il lui avait lancé sans trop de retenue. Bon sang, si Aemi pouvait se dépêcher! Je ne pensais pas vous voir ici… surtout dans cet accoutrement. Vous êtes seuls?

- Je ne suis que de passage, Sir De Valerius, fit-il d’un air courtois. Pardonnez mon manque de… erh… manières? Je suis venu en compagnie de la princesse Aemi Temperance d’Alombria. Que ma tenue ne vous guide pas dans l’erreur. Nous avons été assaillis par des brigands. En voyant l’expression horrifiée de l’homme, il s’empressa de continuer. Ne vous inquiétez pas, elle va bien. Seulement, dans mon intervention… j’en ai ruiné mes vêtements… Si pour une personne inconnue ce discours pouvait paraître étrange, le seigneur Augustin n’était pas sans savoir – comme toute la cour royale – que le guerrier était un lycan. Ainsi, il ne posa aucune question supplémentaire, comprenant vite les allusions du jeune homme de 23 ans. Je suis resté derrière, le temps qu’elle aille me quérir quelque chose de plus adéquat que ce bout de tissus rapiécés.

Yahto n’aimait pas la façon dont le seigneur l’observait. Toutefois, il ressentit un immense soulagement en voyant ses deux amis arriver. Évidemment, il ne put s’empêcher de noter l’air catastrophé d’Aemi et les sourcils froncés de Sam. Le garde royal leva la main pour faire signe à la princesse de le laisser parler et de ne pas paniquer.

- C’est bon, Aemi. Il est au courant de notre infortune, se contenta-t-il de dire, histoire de lui faire comprendre que sa réputation était sauve. Après tout, l’homme était un grand allié de la famille royale.

Ce dernier donna les brides de sa monture à l’un de ses soldats et s’avança vers la princesse.


- Je suis horrifié d’apprendre que l’on vous a assaillie, princesse Temperance, fit-il en prenant sa main pour en baiser les doigts. Dites-moi, vous n’avez rien de cassé? Qui a bien pu vouloir vous faire du mal?! Je me ferai un plaisir de mettre les ressources nécessaires afin de pourfendre ces mécréants! Mais dites-moi… qui est ce jeune homme qui vous accompagne?

Il détailla la présence de Sam. Ce dernier n’était probablement pas au courant de la réputation de « charmeur » du seigneur et Yahto eut du mal à ravaler son sourire moqueur.

- Peu importe, je vous offre le gîte dans mon humble demeure et j’enverrai dès aujourd’hui un page pour aller vous quérir une carriole et une escorte de soldats au château. Non non, il n’y a pas de mais qui tienne! J’insiste, j’insiste!

Il mit une main dans le dos de la princesse et l’incita à avancer… Ainsi, Yahto enfila le pantalon qu’elle lui avait rapidement remis avant de se débarrasser de ce jupon affreux et marcha à leur suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Ven 21 Oct - 14:08

Ainsi, Samelson s'occupa du deuxième tour de garde, et se fit un honneur de servir le déjeuner à ses compagnons. Il avait l'habitude d'être matinal, et préférait nettement dormir en soirée, alors cet arrangement lui plaisait très bien. Au petit matin, observer la joute verbale entre ses deux amis avaient été un véritable plaisir. Comme il s'y attendait, ce fut la princesse qui trancha. Elle avait un sacré tempérament pour une jeune fille si calme! C'était comme une force tranquille, un orage sans pluie, le calme avant la tempête. On savait que ça allait être terrible, on s'attendait à de la pluie battante, du vent dans la voile, mais c'était le calme plat et inquiétant, ce qui ne la rendait qu'encore plus impressionnante. Une puissance froide et cinglante. Cela faisait différent de Dillawn, qui était emportée et bruyante. Il préférait presque recevoir des coups de poings qu'un regard mécontent de la princesse. En fait, pas presque, c'était réellement le cas.

Sans doute que c'était pareil pour son compère, car Yahto accepta de se faire coudre une jupe à sa taille, dans un magnifique drap blanc. Il avait l'impression d'assister aux préparatifs d'une mariée, et il lui était fort difficile de se contenir. Malgré les quelques regards que lui avait lancé la princesse, il était évident qu'elle-même saisissait l'humour de la situation et, bien qu'elle sut ne pas l'étaler comme il le faisait, elle ne pouvait que s'en amusé elle aussi. Bien qu'il se fasse rabroué par son ami, il n'en cessa pas pour autant d'afficher ouvertement son hilarité. De toute façon, après les derniers événements, cela leur était bénéfique à tous.

Probablement que Samy n'aurait pas autant éclater de rire si Yahto s'était abstenu de le lui reprocher clairement. Ce fut plus fort que lui et il dut se plier en deux sous les contractions de son diaphragme. Il prit quelques minutes pour se calmer sous le regard mi-reproche, mi-amusé de la princesse et celui exaspéré du lycan brun. Les préparatifs reprirent et ils purent enfin se déclarer prêt à partir. Son attelle le démangeait, mais on refusa qu'il la retire, le faisant grommeler. Il avait vécu pire et ce bout de bois était plus dérangeant qu'autres choses.

Le long du trajet, il ne se plaignit pas une seule fois. Triple S était ce qu'il était, les souffrances étaient son lot quotidien. Bien que cela fut visible, boitant de plus en plus que la route s'étalait. Il suait plus qu'il ne voudrait l'admettre et se sentait un peu vertigineux sous la douleur croissante. Grâce au soutien de Yahto, il put tenir le coup. Il ne le demanda, il n'y eut pas de mots échangés, ils se comprenaient. Jamais Sam ne demanderait de l'aide, mais Yahto n'allait pas non plus le laisser se démener sans aide. Son amitié lui apparaissait alors comme il n'avait jamais pris le temps de la considérer. Il avait changé, énormément, et serait prêt à mourir pour le lycan, et à souffrir. Il préférait endurer la torture que de la trahir. Il s'était attaché à lui comme à personne d'autre. Certes oui, ses sentiments pour Dillawn étaient forts, mais c'était différent. Avec elle c'était plus un espèce de jeu de chat et la souris basé sur une sexualité décadente.

Avec Yahto c'était l'amitié dans son état le plus pur, comme il ne l'avait jamais connu de sa vie. Comment pouvait-il autant aimé, admiré quelqu'un de qui il était profondément jaloux? Jamais ses sentiments négatifs n'empiétaient sur le reste, si ce n'est qu'il prenait un malin plaisir à le taquiner. Toute occasion était bonne! Et en parti ce qui concernait son affection évidente pour Aemi. Par contre, quand ils arrivèrent dans un village, et qu'elle l'écarta, il se sentit un peu mal pour son ami. Mais quand il voulu placé deux mots pour le soutenir, il reçu de ce regard qu'il ne veut jamais avoir et eu un frisson glacé qui lui secoua la colonne. Bon, il allait regarder ailleurs en attendant, dans ce cas.

Il se retint de jeter un regard désolé à Yahto lorsque la princesse lui fit signe d'avancer. Il aurait du prêter son pantalon à son camarade et attendre. Mais il n'aurait pas mis la jupe. Aemi aurait été réellement en colère, alors du coup... il pouvait bien endurer son mal et la suivre encore un peu. Il avait assez d'énergie pour foutre une raclée au premier qui oserait se mêler de ce qui ne le regardait pas. Malheureusement pour lui, la boutique de linge la plus proche était... assez éloignée. Il lui parut y avoir une éternité entre le moment où il avait atteint le village et celui où il avait atteint la boutique, et cette éternité fut doublée pour revenir auprès de Yahto.

Il y avait des gens avec le lycan, il empressa le pas, inquiet que ce fut quelqu'un qui les avait retracé. Bien qu'Aemi sembla se détendre, il resta sur ses gardes en détaillant l'homme qui baisa la main de sa jeune amie. Celui-ci sembla... apprécié ce regard évaluateur et lui envoya le même. Il voulait se battre, c'est ça? Il ouvrit la bouche pour décliné son identité, mais fut interrompu et serra les dents. Demande pas si tu vas le savoir espèce de... mais il n'alla pas jusqu'au bout de sa pensée, car Aemi lui donna une poussée avec un regard équivoque alors qu'elle suivait l'homme avec des formules de politesse barbantes. Pouah! Il détestait les dignitaires!

Il lança un regard à son ami qui semblait plus ou moins se moquer de lui. Il faut dire que Sam n'avait pas vu le regard gourmand que venait de lui lancer le fameux Sire. Ils n'allèrent pas loin quand on constata que le corsaire claudiquait sérieusement. L'air catastrophé et les grands manières du noble l'irritèrent. Se faire prêter sa monture comme s'il était une demoiselle en difficulté. Il lui rétorqua par un regard dédaigneux. « Non merci, je vais marcher comme tout le monde. » Ce qui ne sembla pas démonter son interlocuteur qui insista. Aemi lui lança à nouveau un de ces regards. Elle était pas sérieuse là! Et bien si. Il grinça des dents. Tout le monde le regardait.

Les yeux bleus glacés l'intimaient sérieusement à grimper sur la damnée monture. Il y lisait une quantité insoupçonnée de menace. Son hésitation fut troublée par une poussée de son ami qui l'encouragea à monter sur le cheval. Il lui lança un regard noir. Il se vengeait de sa jupe, c'était certain! Il allait avoir besoin d'aide pour grimper... Il refusa ce qu'on lui proposait, agrippa le pommeau et se donna un élan de sa jambe libre pour se hisser à l'aide de la force de ses bras. Il se mit pas les étriers et serra les dents en regardant au-dessus des autres, conscient qu'il affichait son orgueil ouvertement et qu'il amusait la cour. Mais il n'avait jamais eu l'habitude de se cacher de ses pensées, alors il resta obstinément silencieux pendant le trajet jusqu'à la propriété, ce qui prit un peu plus d'une heure, pendant laquelle la princesse relata brièvement leur périple, faisant abstraction des moments qui pourraient compromettre son honneur.

Dès que la jeune fille fut en sécurité, il demanda au noble s'il pouvait obtenir une monture pour rentrer au navire, car il était corsaire. Celui-ci lui proposa plutôt de rester pour la nuit et... et... Ils furent interrompus au beau moment, il était SÛR que celui-ci allait lui mettre la main au... bref, il ne le saurait jamais. Il demanda son congé auprès d'Aemi et insista, celle-ci, n'était-elle pas négociatrice? Lui obtint un billet de retour pour la mer et il s'empressa de partir de cet environnement qui lui donnait la nausée. De toute façon, Dillawn se ferait un plaisir de le soigner... et il était rassuré quand à la situation de ses deux amis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   Ven 21 Oct - 14:43

La route fut longue et pénible. Aemi n'était pas habituée à ce genre d'exercice et à ne manger que du poisson, mais le pire, c'était de voir que son ami avait mal et de ne rien pouvoir faire pour lui. Même si le garde du corps fut d'un soutien mémorable, elle aurait aimé pouvoir le guérir ou lui fournir un quelconque réconfort. Elle se sentait inutile. D'autant plus que tout était sa faute. Elle avait du mal à empêcher la culpabilité de la saisir par la gorge et de lui couper le souffle. Elle s'abstint de le montrer. Elle n'avait pas à jouer les victimes quand ses amis souffraient physiquement de leur aventure. Ses petits déboires psychologiques ne feraient que les dérange inutilement. Ils avaient mieux à faire.

Quand ils atteignirent enfin un brin de civilisation, elle soupira de soulagement. Enfin! « En effet, c'est son domaine. » répondit-elle, de meilleure humeur. Elle s'arrêta avant d'avancer plus loin et posa une main sur le torse de son meilleur ami. Comme il protestait, elle s'empourpra d'irritation. « Tu vas rester ici Yahto! Il n'est pas question que je sois vu en ta compagnie ainsi vêtu! Certes c'est mieux que nu, mais j'ai une réputation à tenir! » Elle s'emporta un peu plus. « MOI, je ne m'en fiche pas et c'est d'une importance ca-pi-ta-le. Tu vas rester ici et attendre. »

S'en suivit d'une joute verbale, entrecoupée d'un regard violent vers Samy qui allait s'interposer. Elle ne cria pas, mais le ton monta, et elle se fit glaciale. « Je te l'ordonne Yahto, tu vas m'attendre ici. Ce n'est pas discutable. » L'argument sembla lui couper les genoux et il la regarda comme si elle venait de lui donner une gifle. Elle releva le menton. Ignorant volontairement son mauvais langage, elle se détourna et pénétra dans le village, marmonnant intérieurement contre l'indécence virulente de ces fichus lycans. Déjà que Sam était torse nu, si en plus elle devait se coltiner un deuxième spécimen, torse nu, et visiblement sans caleçon sous sa jupe immaculée... Elle n'avait pas l'intention de revenir au château avec une réputation de demeurée ou de traînée!

Elle trouva enfin une boutique et Temperance tapota son petit sac qui tenait toujours le coup dans ses jupons. Parfait, elle avait de l'argent. Elle fit donc essayé une chemise au lycan et en acheta deux, puis s'enquérit d'un pantalon. Ceci fait, elle paya et reprit le chemin avec un garde du corps plus décent, et boitillant, pour rejoindre celui qu'elle avait abandonné plus loin. Au fond d'elle, elle se sentait mal au vue de la mine dépité de son ami. Mais la bienséance était une chose qu'elle ne pouvait jamais oublié vu la nature de sa naissance, ce qu'il avait tendance à omettre dans ses raisonnements.

Qu'elle ne fut pas sa surprise de surprendre celui-ci en si bonne compagnie! Sire Augustin De Valerius! Oh non! Et dans de tels accoutrements! Elle avait si honte! C'était d'une indécence flagrante! Quand bien même il était au courant de leur infortune... Ce n'était pas une façon de se montrer à lui, bien qu'il se montra fort compréhensif devant leur malheur. « Je vous remercie grandement de votre sollicitude, Sire. Heureusement, et grâce à ces deux braves gens, je me portes bien. » Elle n'eut pas le temps de présenté Samy qu'il reprit son discours. Elle avisa le blondinet de se tenir tranquille. Suite aux paroles du noble, elle ouvrit la bouche pour protester contre tant de générosité, mais il balaya celles-ci rapidement. Au fond, ça l'arrangeait. « Je vous remercie grandement de tant de générosités. Nous vous en sommes tous immensément reconnaissants et ne saurions démontrer jusqu'où s'étend notre gratitude. »

Elle lança les vêtements au lycan au passage et suivit la main du noble qui la guidait. Mais il s'immobilisa rapidement et avisa la condition du corsaire. Elle fronça les sourcils. Quelle idée de se montrer aussi grossier devant Sire Augustin! « Je vous prie d'excuser son attitude, il n'a pas... » Elle fut interrompue. L'homme insistait. Elle jeta un regard à Sam. Qu'il accepte, au nom des dieux! Si elle n'avait pas été en publique, elle aurait tordu ses petites oreilles de lycans baveux et lui aurait fait regretter cet affront envers ses valeurs. Ne voyait-il pas qu'il l'humiliait par son attitude? Heureusement pour elle, Yahto eu la décence de provoquer Sam, assez doucement pour que cela paraisse bien aux yeux de la petite cour assemblée. Augustin et Yahto lui proposèrent de l'aide, mais il refusa et monta seul. Elle haussa les épaules. Au moins c'était fait.

Ignorant l'air frustré de bel imbécile, elle reprit la marche aux côtés de l'allié de la cour et entama un récit sur ses aventures, le ton sur un ton posé, et, évidemment, démontrant encore une fois son parfait self-control. Elle fut heureuse d'atteindre une terrain beaucoup plus dans sa nature, le manoir de l'homme, tout de même impressionnant et semblable à un château - en fait, pour ses compatriotes c'était un château, à ses yeux de princesse, c'était un manoir. Quand elle entendit, après avoir eu la gracieuse opportunité de se rafraîchir, que Sam s'était confronté à leur hôte, elle alla le retrouver, et fut soulagé de constater qu'il voulait simplement partir. Il était sans doute mal à l'aise ici, habitué à sa petite cale de navire.

Temperance pouvait faire ça pour son ami! Il lui assurait qu'il avait quelqu'un pour le soigner et de ne pas s'inquiéter. Puisqu'elle était visiblement en sécurité, il partait l'esprit tranquille. Elle céda et entreprit de discuter avec Sire Augustin pour permettre à Sam de retourner sur son navire. Frais et dispo, elle et Yahto passèrent la nuit dans la demeure et quittèrent après le petit-déjeuner pour rentrer au château. Aemi se montra silencieuse, se sentant encore coupable des derniers événements. Peut-être, qu'avec le temps, elle comprendrait qu'elle n'y était pour rien, et finirait par croire le soldat... mais ce n'était pas prêt d'arriver.


[Rp Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wasn't supposed to happen [Sam-Aemi-Yahto] TERMINÉ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anything could happen ▬ PV SONY (terminé)
» « How could this happen to me ? » •• feat Zadig (ROUE DE L'ECRITURE)
» Cassia ♠ I found love where it wasn't supposed to be.
» Yahto, chien de garde royal
» Lè yo touye ti kochon kreyòl yo, yo fini ak klass peyizan yo.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: