Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 23 ans (Fév)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Mer 31 Aoû - 19:10

Contrairement à ce qu’elle avait cru, Douhbée était très calme, debout sur la scène, à attendre son tour. Oh, elle était bien excitée, mais pas nerveuse du tout, puisqu’elle sentait le regard de Vigie ( heureusement saint et sauf de sa mission qui avait tournée au vinaigre) posé sur elle, fier d’elle. Colombe aussi l’était, ça n’échappait pas à la jeune femme, mais ce n’était encore pas là ce qui lui donnait tout son courage. C’était plutôt l’alliance qu’elle portait à son annulaire gauche, promesse d’une union prochaine, plus près que jamais alors qu’elle allait maintenant être sacrée Chevalier et serait libre d’épouser celui qui faisait battre son cœur. Non, elle n’avait pas peur des regards posés sur elle, malgré son habituelle réticence à être le centre d’attraction. Elle ne pensait plus qu’à prononcer ces vœux, ceux qui lui permettraient d’en prononcer encore d’autres, plus tard, dans une cérémonie tout aussi splendide, en étant encore le centre d’attraction, mais pour l’homme qu’elle aimait…

-Je prends l’engagement de suivre avec honnêteté les règles du code de chevalerie et de travailler avec toute l’ardeur et le courage dont un Chevalier doit faire preuve à servir la paix et la justice sur tout le continent. Je m’engage aussi à maîtriser ma colère, ma peur et ma hâte en toutes circonstances et à faire appel à mon instinct lorsque je dois prendre des décisions ou aider mon prochain.

La pardusse soupira, soulagée, lorsque son Chef et ancien maître la sacra Chevalier, et se mit en retrait pour regarder les autres membres de sa génération rejoindre officiellement l’Ordre de Chevalerie d’Alombria. Lorsqu’il fut temps de l’attribution des écuyers, Douhbée fut invitée à rester sur la scène, où la rejoignit bientôt Vigie, à son grand plaisir. Même si avoir un écuyer signifiait généralement manquer d’intimité, la jeune femme n’était pas déçue, puisqu’elle savait qu’après leur mariage, ils auraient une chambre à eux, séparée de leurs écuyers, et pourraient toujours y retrouver leur nid d’amour. D’ailleurs, elle savait que le phéryxian voulait un apprenti, puisqu’il n’en avait pas eu au cours des trois dernières années, et qu’il devait en être heureux.

La jeune femme lui fit un clin d’œil, glissant non subtilement ses doigts entre les siens le temps du discours de la magicienne enseignante et de la chef de l’Ordre, qui fut suivit par le début de l’attribution. Douhbée relâcha, bien qu’à regret, la main de Vigie lorsque le nom de Miya fut prononcé, s’attendant à être appelée à son tour pour attacher la ceinture d’écuyer sur la taille de sa sœur, mais ce fut plutôt à son amoureux qu’on demanda d’approcher, à la grande surprise de la pardusse. Celle-ci lança un regard intriguée à Colombe, qui ne la regardait toutefois pas, puisqu’elle était certaine de devenir le maître de sa cadette… Elle ravala vite sa déception, pour ne pas faire de peine à Soren, et adressa un clin d’œil complice à l’adolescente, pour la rassurer. Au fond, peut-être qu’elle lui était réservé pour la seconde et dernière partie de son entraînement? Quand même un peu attristée, Douhbée dut se faire violence pour se coller un sourire au visage, lorsqu’on lui tendit la ceinture qu’elle attacha à la taille d’une jolie rouquine de l’âge de sa sœur. Elle n’allait quand même pas lui gâcher cette superbe journée par sa mauvaise humeur, non? Ce n’était quand même pas sa faute, pauvre petite Ailis, et la pardusse ne voulait surtout pas qu’elle croit être la cause de sa déception.

-Félicitation Ailis, te voilà écuyer. J’ai hâte de commencé à travailler avec toi, lui chuchota Douhbée en la poussant doucement vers Miya et Vigie, souriant pour qu’elle sente sa sincérité. Après tout, elle avait un écuyer, c’est le principal…

Quelques minutes plus tard, les duos Chevaliers-écuyers quittèrent la scène pour laisser place aux nouveaux élèves, et Douhbée fit signe à son amoureux de la suivre, entraînant son écuyère d’une main protectrice sur l’épaule, pour s’éloigner du brouhaha de la foule.

Ailis, je te présente Soren, et bien que celle-ci se passe de présentations puisque tu la connais déjà, Miya est ma petite sœur. Vous devez savoir, toutes les deux, que vous aller passer beaucoup de temps à travailler ensemble, j’espère que ça vous fait plaisir?

Elle avait attendu d’être assez loin pour ne pas déranger la cérémonie, avant d’échanger un regard complice avec son fiancé. Leurs bagues respectives en disaient long sur la relation qu’ils entretenaient, mais des petites spécifications n’étaient jamais de trop. Douhbée attendit la réponse des adolescentes avant de poursuivre, voulant s’assurer que les deux jeunes filles étaient également des amies et s’entendaient plutôt bien, le contraire aurait été étonnant, mais sait-on jamais?

-Il faut que vous sachiez, toutes les deux, que vous n’aller pas vivre exactement la même chose que vos confrères. Contrairement à ce qu’on vous a surement expliqué, vous ne dormirez pas dans nos chambres, mais plutôt tous les deux ensembles, c’est pourquoi il est important que vous vous entendiez bien. On va d’ailleurs s’entraîner plutôt souvent à quatre. Enfin, à partir de… très bientôt, n’est-ce pas? sous-entendit-elle en laissant à Vigie le plaisir de spécifier pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Mar 6 Sep - 15:57

La pardusse ne tenait simplement pas en place! Elle s’était levée avec le soleil et, depuis, courait de tous bords, tous côtés, clamant à qui voulait bien l’entendre que c’était le jour des adoubements. En fait… qu’on veuille l’entendre ou pas, elle l’affirmait haut et fort quand même. Heureusement que sa meilleure-amie-pour-la-vie avait été là pour la ramener sur terre, sans quoi elle n’aurait jamais été prête à temps… et ce, malgré son lever aux aurores. Elle trépignait sur sa chaise tandis que la semi-lycan essayait de lui faire des tresses qui avaient de l’allure. C’était tout un défi quand la principale concernée ne cessait de grouiller.

- Je n’en reviens pas! On y est enfin, Isho! On va pouvoir aller sur le terrain avec les chevaliers, participer à l’action!

Elle serra fortement la demi-lycan dans ses bras, puis le duo fit son chemin jusqu’à l’estrade en se tenant par la main. Ce n’est qu’une fois sur le point de monter sur la scène que Miya montra le moindre signe de nervosité. Elle contracta sa main, puis se tourna vers son amie, toute émue. « On ne sera plus toujours ensemble… » dit-elle tout bas, sa voix lui faisant un peu défaut vers la fin. Elle n’avait pas pensé jusqu’à maintenant qu’elle serait séparée d’Ishobel. Un long câlin s’en suivit, jusqu’à ce que les élèves soient obligées d’aller rejoindre leurs pairs afin de participer à la cérémonie.

** [Ishobel] Je serai toujours ta meilleure amie! On s’enverra des messages à tous les jours, d’accord, Isho? Je vais continuer d’être là pour toi.**

Ensuite, le regard de la jeune lynx se posa sur Douhbée, qui se tenait plus loin avec les autres chevaliers. Il n’y avait pas de mot pour décrire la fierté qu’elle ressentait à l’idée de se tenir sur la même scène que sa grande sœur. Plus le temps avançait, plus leur ressemblance s’accentuait et Miya n’en était que plus enorgueillie. Elle s’était fait pousser les cheveux au cours des trois dernières années, de façon à imiter le style de l’écuyère désormais chevalière. Elle admirait la personnalité de son aînée et cherchait à suivre son exemple.

Voilà qu’on venait de nommer l’adolescente. Dire que d’ici quelques secondes, elle serait l’écuyer de… Soren?

La déconfiture était claire et nette sur son visage. Comment se faisait-il qu’on ne l’attribuait pas à sa sœur? Elle avait passé les six premières années de sa formation à s’imaginer ce moment, celui où elle rejoindrait sa sœur pour qu’elle puisse enfin lui transmettre ses connaissances à temps plein… Mais rien de cela ne se réaliserait? Elle pinça les lèvres en croisant le regard de Douhbée; elle ne lui ferait pas honte devant tout le monde… Elle prit sur elle d’avancer vers le pheryxian, une drôle d’expression sur son visage.

Toutefois, avant qu’il ne lui attache la ceinture à la taille, elle leva la main pour lui intimer d’arrêter son geste. « Avant que je ne devienne officiellement votre apprentie, je dois vous dire ceci : Douhbée est ce qu’il y a de plus précieux pour moi. Si je devais apprendre que vous lui avez brisé le cœur… je vous souhaite de courir vite. » Elle avait murmuré son avertissement tout bas, de façon à ne pas déranger la cérémonie pour les autres. Le pauvre chevalier ne s’y était pas attendu! Ah, mais la petite avait du caractère et il ne fallait pas faire de peine à ses êtres chers! Par la suite, cependant, elle n’offrit plus la moindre résistance et afficha même un sourire en coin. « Je suis honorée d’être sous votre tutelle, maître. » C’était une demi-vérité, ne connaissant pas vraiment Vigie, mais elle n’avait entendu que de bons commentaires à ce sujet. Et puis, elle se devait d’être polie maintenant qu’elle était écuyère. Elle se consola de son sort en se disant qu’elle pourrait quand même voir sa sœur souvent puisque celle-ci fréquentait son nouveau maître.

Le silence qui régnait entre le duo rendait presque mal à l’aise, d’où le plaisir qu’ils ressentirent à enfin pouvoir quitter l’estrade. La pardusse suivait le chevalier de près, le dos droit et le menton relevé. Elle dut se faire violence pour ne pas se jeter dans les bras de Douhbée quand ils la rejoignirent enfin. Ce n’était pas l’envie qui manquait! Elle se contenta plutôt de serrer la main à Ailis, même si elle la connaissait déjà.

- Salut, Ailis! Tu es vachement bien tombée! Tu vas voir, Douhbée, c’est la meilleure!

L’adolescente aux cheveux couleur sable pensait ce qu’elle disait et ça se voyait dans son enthousiasme quand elle parlait de son aînée. Elle ne fut que d’autant plus ravie à savoir qu’elle partagerait une chambre avec la collègue de sa génération. Ça leur donnerait plus de liberté pour discuter jusqu’aux petites heures du matin… ou pour sortir en douce en plein milieu de la nuit… Parce que bon, elles étaient deux gamines qui raffolaient de l’extérieur et qui avaient de l’énergie à revendre. D’ailleurs, un seul regard en direction de la rouquine lui confirma qu’elle pensait sensiblement à la même chose.

N’empêche que la pardusse plissa des yeux au sous-entendu de sa sœur. Le fait de s’entraîner à quatre aurait passé comme dans du beurre, soit sans qu’elle ne se pose la moindre question là-dessus, si ça n’avait pas été du suspens à la fin de sa phrase. D’un coup sec, son attention fut tournée vers Soren, qu’elle regardait avec suspicion. C’était visiblement à lui de terminer cette annonce… Elle ne grognait pas en attendant son explication, mais c’était tout comme.

La nouvelle du mariage entre les deux chevaliers poussa Miya à avoir la mâchoire qui tombe. Elle en avait parlé, jadis, avec sa soeurette… il y a peut-être trois ans, en fait. Douhbée lui avait confiée que son petit ami avait laissé sous-entendre qu’ils uniraient leurs vies un jour… mais avec la disparition de Vigie, la peine de son aînée et tout le train-train de la vie, l’écuyère avait simplement cessé d’y penser. Elle voulait être heureuse pour sa sœur, mais elle ne pouvait empêcher une partie d’elle-même d’en vouloir au pheryxian d’avoir brisé le cœur de Douhbée. Ce n’était pas de sa faute, évidemment, mais n’empêche que c’était Miya qui avait été là pour supporter la pardusse durant cette période pénible… C’était elle qui l’avait consolée, prise dans ses bras et qui la poussait à se confier.

Enfin, l’adolescente secoua la tête. Elle devait se faire à l’idée et, dans le pire des cas, elle pourrait garder un œil de près sur son maître et, ainsi, s’assurer qu’il ne faisait aucun mal à sa sœur. Elle accrocha à nouveau un sourire sur son visage, puis se lança sur Douhbée pour l’enlacer. Elle se retourna par après en direction de Vigie, à qui elle tendit la main.

- Félicitations à vous deux. Je peux être bouquetti…

Elle n’eut pas la chance de terminer que, déjà, sa grande sœur disait qu’ils en discuteraient, car il ne fallait pas manger les fleurs. À cela, la jeune lynx se renfrogna. Pourquoi ne lui faisait-on jamais confiance avec les trucs comestibles? Parce que oui, elle considérait les fleurs comme comestibles. Elle se rangea alors à côté d’Ailis, question de laisser une chance aux adultes de leur expliquer ce qu’ils avaient de planifié pour leur grand jour… et le reste de la journée actuelle, à vrai dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailis
Écuyer
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 31/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans (fev)
Race: Humaine
Âme soeur: Athelstan

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Mar 6 Sep - 20:21

Aujourd’hui, c’était un jour important. Un des plus importants de la vie d’Ailis. Depuis six ans, elle en rêvait. C’était le jour des assignations. Elle allait enfin devenir  Écuyère. L’adolescente était fébrile, ne tenait plus en place. Elle avait très peu dormi la nuit dernière… la toute dernière qu’elle aurait à passer dans le dortoir. Après, elle devrait passer six ans avec un maître. Celui ou celle qui allaient tout lui apprendre sur la vie d’un Chevalier. La petite rousse avait tellement hâte de savoir QUI allait être son maître. Elle l’aimait déjà. Ailis était le genre de personne au grand cœur à aimer de tout son être, au risque de se blesser. C’est en rêvassant qu’elle se prépara. Pour cette journée, la future écuyère avait décider de laisser ses cheveux lâche. Ils lui tombaient aux chevilles... son intention était de demander à son futur maître de les coupés très court avant de commencer les entraînements. Elle était prête longtemps avant le début des cérémonies. Mais ce n’était pas grave, elle voulait profiter de chaque seconde !

Quelques heures après son lever, elle était debout avec les autres écuyers. La fébrilité était devenue de l’angoisse positive, elle avait tellement hâte ! La main dans celle d’Athelstan, elle attendait. Ils s’étaient étreints juste avant le début, sachant que les années à toujours être un avec l’autre étaient probablement révolues. Mais que cela ne tienne ! Ils s’aimaient trop pour se perdre de vue ! Les nouveaux chevaliers avaient prêté serment, il était l’heure de nommer les nouveaux écuyer.

Les enfants étaient appelés un à un.  Athelstan fut appelé à rejoindre le Chevalier Lyslo et c’est avec une nervosité accrue qu’elle sépara sa main de la sienne après l’avoir serré. Ça y était, une nouvelle vie leur ouvrait les bras. Miya fut appelé pour le Chevalier Soren. Elle capta le regard ébranlé de la Chevalier Douhbée alors que son propre nom était annoncé. Elle s’avança doucement, presque timidement vers la jolie blonde qui serait son Maitre. C’était visible, qu’elle aurait préféré avoir quelqu’un d’autre qu’elle… Miya en l’occurrence. Ailis lui fit un petit sourire incertain, un peu désolée, alors que son Chevalier se collait un sourire forcé au visage.

Le petit cœur d’enfant d’Ailis se serra, elle aurait aimé être voulue. Que son Chevalier soit heureuse de l’avoir… Elle sentait bien que Douhbée était sincère dans ses paroles, qu’elle ne la rejetait pas… mais, elle n’était pas vraiment ce qu’elle avait espéré. Essayant de tout cœur de faire bonne figure, elle ravala sa peine sous un magnifique sourire. « Merci Maitre Douhbée. Je suis heureuse d’apprendre avec vous ! »Sa voix n’était pas très assurée, mais sans la connaître, aucune chance que ça paraisse. Elle était heureuse d’être avec Douhbée. Elle était heureuse d’être Écuyère… mais une petite tâche assombrissait son moral. Rapidement, son Maitre la poussa vers Miya et son Chevalier. Elle jeta un dernier regard vers Athelstan et son maître, un peu triste.

« Coucou Miya ! Je suis sûr que Chevalier Soren aussi est très bon ! »

Douhbée expliqua que contrairement aux autres, ils allaient s’entrainer à quatre… et que Miya et elle auraient à partager une chambre. Elle ne comprenait pas vraiment le pourquoi, mais Vigie à qui la tâche d’expliquer semblait avoir été donné apporta une réponse. Le Chevalier allait épouser son Maitre. Elle aimait beaucoup Miya, qu’elle trouvait drôle et avec qui elle avait quelques points communs…  et partager une chambre avec elle lui aurait paru des plus excitant en général, mais pour le moment, elle avait un peu l’impression d’être une pièce rapportée. Miya était la soeur de Douhbée, Soren le futur mari... une jolie petite famille, dans laquelle ont avait catapultée Ailis. Et Athel qui n'était plus à ses côtés pour la rassurer, lui rappeler que peut-importe, quelqu'un l'aimait inconditionnellement. La petite pardusse était bien trop excitée pour se rendre compte du malaise inhérent d’Ailis et pour éviter de plomber l’ambiance, elle se contenta de lui relancer le même type de regard. Après tout, elles allaient surement avoir bien du plaisir à faire le mur ou à discuter jusqu’à plus d’heures !

Son sourire lui revient doucement, elle n’allait pas laisser son coup de gueule gâcher une aussi belle annonce. « Félicitation ! Les mariages, c’est toujours bien ! » rit-elle, amusée quand même, par le commentaire comme quoi les fleurs, ça ne se mangeait pas. Miya était quand même vachement drôle.



Dernière édition par Ailis le Dim 16 Oct - 20:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Mar 13 Sep - 16:32

Il était debout, dans la foule de chevaliers déjà adoubés et regarda la scène qui se déroulait devant lui, un sourire aux lèvres. C’était le moment tant attendu : Douhbée allait enfin être promue au titre de chevalier. Vigie assistait à la scène avec fierté, sachant que sa petite amie avait travaillée si fort pour se rendre où elle était maintenant. Elle avait tant changé depuis leur première rencontre! Elle était une femme plus sûre d’elle, plus fière et plus fonceuse. Certes, elle gardait toujours une certaine retenue fidèle à elle-même, mais ça la rendait d’autant plus charmante. Soren tripota son anneau qui trônait à son annulaire gauche tout en observant Douhbée qui s’avançait pour prononcer son serment d’allégeance. Bientôt, ils uniraient leur vie afin de former une famille officielle. Son cœur, gonflé par tout l’amour qu’il ressentait pour elle, battait la chamade. Jamais il ne l’avait aimé autant que depuis qu’elle était venue le secourir – en compagnie de Losly et d’Adelyn – des griffes d’Irianeth. Le pheryxian se faisait violence pour oublier cette période de profonde noirceur de sa vie, mais malheureusement, ses souvenirs lui refaisaient régulièrement surface… souvent lorsqu’il était seul… ou encore au milieu de la nuit. Depuis ce séjour infernal, Vigie avait terriblement changé : il était plus anxieux, moins souriant, moins joyeux qu’avant. Mais une chose était restée intacte : sa relation avec Douhbée. Il faisait d’ailleurs son possible pour lui masquer son trouble, laissant croire que tout allait bien et que tout était comme avant. Il s’en faisait un point d’honneur afin de ne pas troubler la quiétude de sa belle. Elle méritait ce qu’il y a de mieux. Elle méritait une vie incroyable avec un mari sûr de lui et bien dans sa tête : pas d’un homme brisé qui doutait de tout.

Soren déglutit péniblement alors que ses sombres pensées refaisaient surface. Non! Il devait les chasser! Il devait éviter que ces dernières ruinent ce moment si important. Heureusement, il put recouvrer son attention au moment où la pardusse prononça son allégeance et il applaudit avec force, au même rythme que ses frères et sœurs d’armes. Tous furent invités à monter sur scène pour l’attribution des écuyers et Vigie n’en fit pas exception. Il gravit les marches de bois de l’estrade puis vint s’installer aux côtés de Douh, lui envoyant un regard plein d’affection par le fait même. Il ramena ensuite son attention vers la foule puis prit une grande inspiration. Il était un peu nerveux à l’idée de se faire attribuer un écuyer. Non pas qu’un apprenti lui avait été imposé – bien au contraire, il s’était lui-même porté volontaire pour prendre un gamin sous son aile – mais il n’avait aucune idée qui serait l’adolescent(e) avec qui il serait jumelé pour les 6 prochaines années. Allaient-ils bien s’entendre? Allait-il être un bon maître? Tant d’incertitude… Un sourire naquit néanmoins sur ses lèvres alors qu’il sentait les doigts graciles de Douhbée se glisser dans les siens.

Et voilà que les attributions d’écuyers commençaient. La première à être nommée n’était nulle autre que Miya, la sœur cadette de sa petite amie. Soren n’avait jamais réellement rencontré la jeune fille, par manque de circonstances, mais il l’avait déjà vu de loin à quelques reprises. La jeune pardusse s’avança et il fut frappé par sa ressemble avec sa fiancée. Il n’y avait aucun doute sur leur lien de parenté! Le pheryxian esquissa un sourire en direction de sa petite amie, sachant pertinemment qu’elle désirait plus que tout être jumelée avec sa cadette. Toutefois, qu’elle ne fut pas la surprise générale que d’entendre… le nom de Soren attribué à la jeune fille!! Ce fut plus fort que lui, il lança un regard interrogateur en direction de Colombe qui l’ignora superbement, puisqu’elle avait visiblement d’autres écuyers à attribuer. Vigie tourna la tête vers son écuyère et ne put s’empêcher de noter la déception presque palpable sur ses traits. Et merde, ça commençait bien, tout ça. Sans plus attendre, le chevalier s’avança pour glisser la ceinture autour de sa taille quand il vit la jeune fille lui intimer d’arrêter son geste d’un mouvement de la main. Un air intrigué au visage, il écouta la jeune femme et fut estomaqué par ses propos. Avait-il bien entendu?! C’était lui ou une pseudo menace planait dans sa voix? Pour toute réponse, Soren se contenta de soupirer puis attacha la ceinture autour de la taille de l’adolescente hochant de la tête à ses propos. « De même, Miya » fit-il sans trop savoir s’il était sincère ou pas. En fait, ce n’était pas qu’il ne voulait pas avoir sa belle-sœur comme écuyère – bien au contraire – mais il voyait bien que cet « arrangement » ne convenait à personne. Douhbée était déçue (il la connaissait littéralement du bout des doigts, il pouvait donc reconnaître ce regard qu’elle tentait de camoufler) et Miya n’était pas plus heureuse. Du coin de l’œil, il vit sa petite amie entourer la taille de la petite écuyère rousse (Ailis selon les propos de Colombe) avec la ceinture d’écuyer et Vigie songea au fait qu’il aurait probablement été mieux qu’il soit le tuteur de cette adolescente, ainsi, tout le monde aurait été heureux. Ouep, il avait changé depuis son « séjour » dans Irianeth. Il s’extasiait moins et n’était plus du genre à « ne pas se laisser abattre » devant le moindre obstacle.

Le reste de la cérémonie se déroula en silence entre lui et son écuyère. Il sentait un léger malaise s’installer et il osa espérer que le tout se dissiperait rapidement. Il devait se ressaisir; ce simple petit moment ne voulait rien dire, pas vrai? Ils allaient apprendre à se connaître, à s’apprivoiser et ils feraient une merveilleuse équipe. Dès que le long discours fut terminé, Vigie poussa un soupir de soulagement puis descendit de l’estrade, son écuyère sur les talons. Il vit alors Douhbée s’avancer vers lui avec la petite rouquine et le pheryxian ne put s’empêcher de lui jeter un bref regard désolé. Non pas pour Ailis (bien au contraire, elle avait l’air d’une chouette fille), mais pour le fait qu’elle n’était pas jumelée avec sa sœur. Soren esquissa un sourire lorsque sa douce moitié lui présenta la petite écuyère rousse. Il inclina de la tête en sa direction « Enchanté de faire ta connaissance, Ailis. Félicitations pour ton titre d’écuyère. Oh et à toi aussi Miya. Toutes mes félicitations pour ton nouveau titre. Je ferai tout pour te donner la meilleure formation possible. » Puis, il écouta les autres propos de Douhbée. Certes, elles allaient s’entraîner souvent ensemble, mais il avait quelques réserves : elles allaient également s’entraîner séparément à de nombreuses reprises… vu le poste de Vigie au sein de l’ordre. Il était appelé à partir souvent en mission de reconnaissance, ce qui allait faire en sorte que Miya serait régulièrement séparée d’Ailis. Bon, certes, ces derniers mois avaient été plus tranquille niveau « activité » puisqu’on tentait visiblement de le ménager, mais il avait hâte de reprendre du service. Il avait besoin de se tenir occupé.

Les deux adolescentes se serrèrent la main et semblaient, d’ores et déjà, s’entendre à merveille, ce qui était une chance en soi. C’était de cette façon, d’ailleurs, qu’il s’était rapproché d’Isil à l’époque, étant l’écuyère de Losly et lui de Lyslo. Mais bon, ce sujet était sensible et tabou et il jugea bon de ne pas en glisser mot. Soren sourcilla légèrement aux propos de Miya quant au fait que Douh « était la meilleure », mais se ravisa rapidement. Elle n’avait pas tort la petite. Personne n’arrivait à la cheville de sa petite amie à ses yeux non plus. Douhbée continua ses propos, déclarant que les deux filles dormiraient ensemble, de leur côté, étant donné le lien qui unissait la pardusse à Vigie. Le jeune homme lui jeta un regard affectueux, mais fut tout de même pris au dépourvu par ses propos. Ah? Elle voulait qu’il l’annonce là, maintenant, à brûle-pourpoint? Ah bon, heu. D’accord. N’empêche, Soren ne put s’empêcher de noter le regard limite courroucé que lui lançait sa nouvelle écuyère. Mais pourquoi agissait-elle de cette façon? Douhbée était assez grande pour faire ce qu’elle désirait, non?

- Et bien… la raison de ce changement de routine par rapport aux autres écuyers est simplement parce que Douhbée et moi allons nous marier très bientôt, fit-il doucement en décochant un sourire en direction de sa fiancée. Instinctivement, il glissa ses doigts dans les siens.

Le visage surpris de Miya ne passa pas inaperçu et Vigie se demanda si Douhbée en avait même parlé à sa cadette. Peut-être pas finalement. Ailis avait également tiré une drôle de tronche, mais rapidement, les deux adolescentes changèrent d’attitude, les félicitant ouvertement, ce à quoi, Soren les remercia. Il serra la main de Miya et fut surpris de l’intervention de l’aînée des deux pardusses. Manger les fleurs? Mais d’où venait cette idée saugrenue? « De toute façon, nous avons encore des choses à prévoir pour le mariage. Nous en reparlerons lorsque nous serons plus tranquilles » ajouta-t-il pour abonder dans le sens de Douhbée. Miya alla s’installer près d’Ailis et Soren ouvrit la bouche pour ajouter un truc quand soudain, des serviteurs annoncèrent que le banquet était ouvert. L’ordre avait concocté un grand repas pour tout le monde en guise de félicitations pour les adoubements et ils étaient tous cordialement invités à y participer. Après, peut-être pourraient-ils sortir se balader pour faire plus amplement connaissance tous les quatre? Les trois filles passèrent devant en papotant, Ailis désirant visiblement faire plus ample connaissance avec son maître et Miya vouant une admiration sans bornes pour sa grande sœur. Soren, pour sa part, resta un peu en retrait.

- Miya, viens ici, fit-il à voix haute à l’intention de son écuyère. Il la vit qui le dévisagea un instant, tenant toujours le bras de sa grande sœur. Elle sembla hésiter un instant. Viens ici, je te dis.

** [Douhbée] On vous suit, ne t’inquiète pas mon amour, fit-il mentalement à sa fiancée. Je veux juste discuter un peu avec ta sœur. Je veux faire connaissance avec elle et je sens une forme de ressentiment à mon égard de sa part. Je sais qu’elle aurait tellement aimé être jumelée avec toi et je ne lui en veux pas pour ça. Seulement, tu me permets de te l’emprunter un peu? **

La petite pardusse décida enfin de le rejoindre, la tête haute de fierté, ce qui, malgré tout, soutira un sourire de la part de Vigie. Les mains dans les poches, il attendit qu’elle soit près de lui avant de marcher lentement en direction du banquet, laissant de la distance entre eux et les deux autres filles.

- Je pense que nous devons discuter tous les deux, tu ne crois pas? Fit-il gentiment à son égard. Je ne suis pas dupe. Tu aurais préféré être jumelée avec elle et je comprends. Ta sœur est une femme extraordinaire, nous sommes d’accord sur ce point. Mais si tu me laisses une chance, peut-être aurais-je la chance de te prouver ma valeur, également? Puis, il planta son regard doré dans le sien. Bon sang, elle ressemblait tellement à sa sœur aînée! D’ailleurs, il nota la façon dont la gamine s’était peignée, imitant à merveille la coiffure de Douhbée. Tu lui ressembles beaucoup, d’ailleurs, ajouta-t-il avec un sourire en coin. Alors, à ce que j’ai entendu dire, tu serais une jeune femme plutôt active qui aime que les choses bougent, est-ce que je me trompe? Ça tombe bien, car être mon écuyère ne sera pas nécessairement de tout repos. D’ailleurs, j’en profite pour t’annoncer que nous partons en mission dans deux semaines, toi et moi. Il nota avec un sourire en coin le ravissement qui se peignait au visage de la petite pardusse. Tu savais que j’étais éclaireur pour l’ordre? Ça implique que nous serons souvent sur la route. Où je vais, tu iras. Pour notre mission, Colombe et Losly attendent de nous que nous nous dirigions vers les montagnes du nord afin d’enquêter sur une affaire de sauvages qui pénétreraient sur notre territoire par on ne sait quel moyen. Ce genre de mission demande de la rapidité, de la subtilité et beaucoup de courage. Or, je suis persuadé que tu seras la partenaire idéale pour m’accompagner.

Vigie posa une main sur l’épaule de la pardusse, songeant au fait qu’il venait peut-être de marquer quelques points à son égard. La gamine avait l’air du genre à aimer l’action et à vouloir aller au-devant des ennemis.

- Par contre, ta sœur n’est pas encore au courant de notre assignation. J’aimerais que tu me laisses l’occasion de lui en parler, d’accord? C’était en fait la première mission que Vigie s’était vu attribuer depuis son retour d’Irianeth. Il savait pertinemment que Douhbée serait du genre à s’inquiéter, d’où le fait qu’il préférait lui en faire part lui-même. Pour ce qui est de notre relation… J’aimerais que ça se fasse dans le respect mutuel. Si officiellement je suis ton tuteur et ton supérieur, sache que je n’ai aucunement l’intention de te donner des ordres à tous vents. En fait, je compte davantage sur ta collaboration. Plus tu coopères avec moi, plus je vais te faire confiance et plus tu auras de liberté de ma part. C’est du donnant donnant. Te garder en laisse près de moi n’est absolument pas mon but. Par contre, j’attends de toi au moins que tu me fasses part de tes intentions lorsque tu as besoin de quitter mes côtés, d’accord? Ça te va? On peut former une équipe, toi et moi? Il esquissa un nouveau sourire en coin. Pour la forme, en public, tu peux m’appeler Maître. Par contre, lorsque nous serons entre nous, n’hésite pas à m’appeler Vigie et à me tutoyer. Bon allez, on a faim, pas vrai? Et puis, Douh et Ailis doivent nous attendre.

Ils accélérèrent donc le pas et entrèrent dans le grand hall des chevaliers où une ambiance festive trônait. Un grand buffet se trouvait tout au fond et des musiciens jouaient de joyeuses mélodies. Eh bien, ils avaient du budget cette année! Le pheryxian nota la présence de sa fiancée assise à une table avec Ailis et lui fit signe.

- Ça l’air délicieux tout ça. Ça ouvre franchement l’appétit, fit-il à l’intention de son écuyère en désignant la nourriture. Sinon, quels sont tes dons? As-tu des armes de prédilection? Oh et plus tard, si le cœur t’en dit, je pourrai te guider jusqu’aux écuries pour te présenter ta monture.

Une fois à la hauteur de leurs compagnes, Vigie se pencha pour apposer un baiser sur les lèvres de Douhbée. Il s’installa ensuite à ses côtés et regarda Ailis. « Alors, excitée de commencer ta formation de chevalier? Tu vas voir, tu ne regretteras en rien d’être jumelée avec Lady Douhbée. » Il fit un clin d’œil à sa douce moitié, en guise de complicité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 23 ans (Fév)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Jeu 22 Sep - 20:46

Disons que Douhbée s’était plus que mis les pieds dans les plats dès les premières secondes qui suivirent sa parole de Chevalier, et ils devaient donner toute une scène à ceux qui les regardaient, chacun des quatres arborant des expressions qui n’étaient nis le bonheur, ni la fierté, outre de façon un peu fabriquée. La pardusse avait bien honte de son attitude et se jura de se rattraper auprès d’Ailis dès qu’elle en aurait l’occasion, elle ne voulait surtout pas commencer leur relation ainsi alors que l’adolescente n’avait rien faire de mal pour mériter cette attitude. Et pour ce qui était de Miya… Son coeur d’aînée se pinça en remarquant comment elle s’était coiffée pour lui ressembler, et comme le résultat était frappant. D’ailleurs, elle semblait avoir dit quelque chose qui avait déplu à Vigie, car il n’était pas radieux lui non plus, mais son amoureux s’abstint de lui transmettre le message. En tous les cas, la nouvelle chevalier avait une bien vague idée de ce que ça pouvait être… Sa petite soeur étant déterminée à la protéger comme si c’était son rôle, et non l’inverse, elle l’avait probablement mis en garde. À plus d’une reprise, Miya lui avait promis qu’elle botterait les fesses de quiconque lui ferait du mal, hors, c’était dans ses bras qu’elle était allée pleurer lorsque Soren avait disparu. *J’aurais du me confier à Aemi… ou à Colombe* Mais toutes les deux en avaient suffisamment sur les épaules, non? Enfin, sa soeur tenait-elle vraiment rigueur à l’amoureux de sa soeur d’avoir disparu, alors que ce n’était pas de sa faute?

Au moins, Miya et Ailis semblaient s’apprécier, c'était la partie de l’histoire qui avait le plus inquiété Douhbée, à savoir s’ils auraient constamment à régler des querelles d’écuyers puisqu’ils ne respectaient pas tout à fait la procédure habituelle entre maître et apprenti. La jeune femme ne sut trop comment réagir au commentaire de sa petite soeur, alors qu’elle assurait son amie qu’elle avait la meilleure maître de l’Ordre. Devait-elle la punir d’insinuer une ombre d’insulte à Vigie, ou être flattée pour ce qu’elle espérait n’être que de la naïveté toute enfantine? Heureusement, elle n’eut pas à y répondre, la rouquine s’assurant de flatter le phéryxian à son tour pour éviter les désagréments, et la pardusse s’empressa de sourire à son apprentie pour la remercier d’avoir désamorcé ce qui aurait pu être toute une dynamite.

La réaction à propos de leur mariage ne se fit pas attendre, et si les jeunes filles ne semblaient pas embêtée d’être jumelées, Ailis marqua un moment d’hésitation à s’enthousiasmer pour eux, et Douhbée doutait qu’elle avait l’impression d’être rejetée, alors que tous les deux, même trois avec Miya, formeraient une famille où elle n’était pas inclus.

-Seulement si tu promets de ne pas les manger, Miya, interrompit doucement Douhbée, avec une pointe d’humour dans la voix, lorsque sa petite soeur demanda si elle pouvait s’occuper des fleurs. Mais évidemment que je veux que tu aie une place importante dans notre union. Toi aussi bien sûr, Ailis, ne crois pas que je vais t’oublier.

Sa petite soeur s’était précipitée pour l’enlacer, et alors qu’elle voulait se détacher d’elle pour aller serrer la main de Vigie, Douhbée la retint un peu contre elle, seulement quelques secondes de plus, rien que les deux autres ne pouvaient remarquer. Juste le temps qu’il lui fallait pour lui souffler un message télépathique sans que quiconque ne puisse voir la réaction de Miya.

***[Miya] Je sais que tu veux prendre soin de moi, ma chérie, et ça me touche, mais n’oublie jamais que c’est moi ta grande soeur. Je t’aime d’avoir pris soin de moi, et maintenant je te prie de prendre soin de ton nouveau maître. Je l’aime, ne soit pas trop dur avec lui, je t’en prie.***

-C’est joli comment tu as coiffé tes cheveux, ma soeur, est-ce Ishobel qui t’a aidé? ajouta-t-elle de façon anodine en lui embrassant la joue, avant de pousser sa cadette vers Soren.

On venait de les avertir que le buffet était servis et que tous, incluant familles et amis, étaient conviés à y participer. Douhbée s’était attendue à voir leur véritable aînée, Regina, apparaître à tout moment pour le partager avec eux puisqu’elle en avait la permission pour des raisons familiales, mais elle se faisait plutôt invisible depuis les derniers mois, prétextant que les missions que lui octroyait le Roi -hein, pas une petite assassin leur soeurette- lui prenait tout son temps. Ainsi, la nouvelle Chevalier ne partagerait ce moment qu’avec les membres de l’Ordre, mais oh combien précieux tout de même. Alors que la pardusse retournait au château entourée des deux adolescentes qui s’extasiaent pour les préparatifs à venir, Vigie appela Miya derrière elles, et ce ne fut qu’à cet instant qu’elle remarqua qu’il ne les avait pas suivit. La jeune femme lui adressa un clin d’oeil bien avant qu’il ne s’explique télépathiquement, elle n’avait d’ailleurs par réellement besoin de cela pour comprendre, et disons que ça lui tombait plutôt bien.

***[Soren]Ça va, je voulais parler avec Ailis de toute façon. Je regrette que vous n’ayez pas eu le temps de vous fréquenter un peu avant, j’ai toujours cherché à lui donner une bonne image de toi, mais Miya est très protectrice envers moi et a toujours peur que quelqu’un me fasse du mal. J’ai essayé de lui éclairer sa lanterne tout à l’heure, mais tu le feras certainement mieux que moi. Sois pas trop dur avec elle quand même, d’accord? Je sais qu’elle peut être rude, mais c’est sa façon de m’aimer…***

Même si Soren et Douhbée se fréquentaient officiellement depuis plus de trois ans, la pardusse n’avait jamais vraiment réussi à passer du temps à la fois avec Miya et son amoureux tout à la fois pour qu’ils s’adoptent, Vigie étant très utilisé par l’Ordre en missions, et elle-même devant suivre son Maître, Colombe, à de nombreuses occasions. En plus, avec la dernière mission qui avait tournée au vinaigre, cela avait repoussé de plusieurs mois la possibilité qu’ils se parlent… Alors, la seule chose que sa cadette avait retenu de Soren, outre l’amour profond que ressentait pour lui la Chevalier, c’était que cette dernière avait pleuré tout son saoul lorsqu’elle avait cru l’avoir perdu.

-Prenez votre temps on vous garde des places!

Douhbée poussa donc Ailis devant elle, son bras sur les épaules de l’adolescente rousse, laissant sa soeur derrière pour qu’elle règle sa relation avec Vigie le plus tôt possible. Et voilà qu’elle avait enfin l’occasion de se rattraper pour sa bévue!

-Je suis désolée pour ma réaction de tout à l’heure, Ailis, chuchuota-t-elle en rejoignant la foule qui s’agglutinait pour entrer dans la grande salle à manger. Je me souviens de ma propre attribution comme si c’était hier, j’étais tellement fière, et oh seigneur intimidée, d’avoir été attribuée à la Chef, que si j’avais vu la même expression de déception sur son visage, j’aurais fondu en larmes.

Douhbée s’arrêta pour se planter devant son écuyer et se pencher très légèrement pour être à son niveau, ce qui n’était pas difficile puisqu’elle était elle-même une femme très courte. ELle lui sourit franchement cette fois-ci, malgré l’humidité dans ses yeux qui les rendaient encore plus brillants, reflétant sa honte de sa propre attitude.

-Je comprends que j’ai gâché ton moment, et je te promets de me rattraper. Après le repas, ce sera juste toi et moi, pas de Soren ni de Miya, je veux apprendre à te connaître. Je suis certaine que tu me rendras très fière de toi dans les prochaines années, je suis déjà très fière d’être ton Maître et je tâcherai d’être aussi brillante que ma soeur m’a décrit. Tu acceptes de ma pardonner?

La Chevalier l’enlaça et lui embrassa la joue avec une tendresse toute maternelle avant de l’entraîner vers les tables, mettant sa propre épée de travers sur deux chaises à côté d’elle pour éviter que d’autres personnes ne vint s’asseoir près d’eux. Lorsqu’Ailis s’assied, Douhbée remarqua que ses cheveux touchaient le sol, et constatait juste à cet instant qu’ils lui allaient aux chevilles lorsqu’elle était debout, ce qui lui avait échappé l’instant d’avant.

-Il va falloir qu’on trouve une solution pour ça, je crains que les tresses comme je me fais ne suffiront pas pour que tes cheveux ne te nuisent pas en entraînement, et c’est la seule chose que je sais faire! Mais j’ai une amie qui pourra nous aider à t’attacher cela, tu savais que j’étais amie avec la Princesse Aemi? Elle a toute une cohorte de servante qui adorent jouer dans les longs cheveux comme les tiens, c’est elles qui m’ont appris à me tresser les cheveux, d’ailleurs, s’amusa Douhbée en examinant de plus près la longue chevelure de feu ondulée. Et sinon, quels sont tes pouvoirs exactement? Que je commence à me préparer mentalement!

Quelques instants plus tard, Miya et Soren les rejoignaient, lui en l’embrassant au passage avant de prendre la place directement à côté d’elle, ce qui empêcha Douhbée de voir l’expression de visage de sa petite soeur et donc de savoir si tout s’était bien passé. La jeune femme tendit les lèvres pour essayer de prolonger leur baiser, attirant quelques sifflements de la part de leurs voisins de table qui ne la firent même pas rougir. Elle avait appris à passer outre cela…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Jeu 29 Sep - 15:45

Miya n’était pas entièrement certaine de pouvoir accommoder sa grande sœur, qui lui demandait de ne pas être trop protectrice envers elle. C’était difficile pour l’adolescente d’aller contre sa nature et Douhbée était extrêmement précieuse à ses yeux. Cependant, elle était prête à faire un effort pour apprendre à connaître son fiancé… ne serait-ce que parce qu’elle était dans une position parfaite pour le garder à l’œil à toutes les heures du jour et de la nuit. Elle acquiesça distraitement à la question de son aînée, Ishobel étant bel et bien celle à lui avoir tressé les cheveux.

Elle fit mine de bouder les deux adultes et passa ses bras autour d’Ailis. Elle lui murmura aux oreilles qu’une salade de fleurs, c’était très bon… Douhbée ne savait juste pas de quoi elle parlait. Tout à coup, son oreille touffue se redressa brusquement sur sa tête : avait-elle entendu le mot buffet? Elle ne se souvenait pas de ça lors de son arrivée au château il y a six ans… quoiqu’elle était probablement trop effarouchée pour s’y intéresser. Cette fois-ci, cependant, elle était plus que prête à bondir dans le buffet! Oh, que oui! « J’ai hâte de voir ce qu’ils vont nous servir! Et on va pouvoir manger tout ce qu’on veut, pas vrai? » Elle entraîna la rouquine à sa suite, puis agrippa le bras de l’écuyère, avant de se diriger vers la salle à manger. Elle ne put aller bien loin avant de se faire interpeler par Vigie. Elle tourna la tête en sa direction, peu encline à délaisser sa sœur. Ils se rendaient tous à la même place, alors où était le problème?

La pardusse n’eut cependant d’autre choix que de revenir en arrière pour rejoindre son maître, qui insistait à ce qu’elle vienne à lui. Elle traîna des pieds en maugréant dans sa barbe, mais elle obéit… les oreilles plates sur son crâne, signe qu’elle était irritée par la situation, mais elle avait la tête haute malgré tout. Elle représentait le Clan des Lynx du Désert, après tout! « Oui, maître? » dit-elle plus acerbement qu’elle ne l’ait voulu initialement, mais il était trop tard pour ravaler ses paroles. Elle soutint bravement son regard doré, ne voulant pas reculer devant sa présence imposante de chevalier d’expérience. S’il voulait lui prouver sa valeur, ce ne serait pas l’adolescente qui s’y opposerait. Il devait être fort et intelligent pour mériter Douhbée, il n’y avait aucun doute là-dessus.

Par contre, il devint difficile pour l’écuyère de demeurer de mauvaise humeur. C’est que le moineau la flattait dans le sens du poil en la comparant à sa grande sœur! C’était exactement le type de commentaire qui attirait immédiatement la faveur de Miya. Ainsi, elle hocha vivement de la tête lorsque Soren mentionna qu’elle était du type à aimer l’action, car c’était la vérité. L’adolescente aux cheveux de sable adorait que les choses bougent. Elle n’avait pas froid aux yeux et rêvait de partir à l’aventure. « Je suis prête à relever le défi. » déclara-t-elle fièrement, à la suite du commentaire comme quoi ce ne serait pas facile d’être l’apprentie du pheryxian. Elle n’était pas le moindrement intimidée.

… Et sa mâchoire tomba par terre : ils partaient déjà en mission? La stupeur laissa rapidement place à l’excitation et un visage éclaira enfin le visage de Miya. Un peu plus et elle sautait sur place tant elle était enthousiaste à l’idée de voir du pays.

- Oui, maître! Nous trouverons comment les… Sauvages… Il avait utilisé le mot sauvage… L’adolescente se rappela comment on l’avait appelée ainsi à ses premiers temps dans la capitale. Elle sentit son cœur se serrer, mais elle secoua la tête pour se changer les idées. Nous ne décevrons pas Dame Colombe et Sire Losly!

Elle accepta volontiers la main posée sur son épaule et eut même envie de prendre Vigie dans ses bras. Elle pencha la tête sur le côté concernant le fait d’informer sa grande sœur de leur mission. Elle cligna des yeux quelques fois et haussa les épaules : si ça pouvait lui faire plaisir. N’étant pas particulièrement peureuse, l’écuyère ne comprenait pas que ce genre de mission pouvait provoquer de l’inquiétude chez les autres.

La conversation prit alors un tournant plus sérieux, le chevalier énonçant les bases du respect que maître et apprentie devaient se vouer. La pardusse se renfrogna légèrement, reconnaissant l’animosité dans son comportement de tout à l’heure. Elle aurait besoin de s’habituer à recevoir des ordres et d’obéir sans trop poser de question… mais elle y parviendrait, avec bien de la détermination.

- Respect, collaboration et discussion… C’est noté, maître.

Elle lui serra la main pour bonne mesure. Par la suite, elle le suivit docilement jusqu’à la salle à manger. Elle avait un plus grand respect pour lui, malgré les quelques réticences qu’elle ressentait encore au fond de son cœur, mais elle était déjà plus ouverte qu’elle ne l’était lors de l’adoubement. De toute évidence, elle se mit à saliver en apercevant la quantité phénoménale de nourriture. L’entraînement et les cours quotidiens valaient la peine ne serait-ce que pour un seul repas de cette envergure! Oh, qu’elle avait hâte de plonger là-dedans!

- Ouvrir l’appétit? Je meurs de faim! En fait, elle mangeait déjà avec ses yeux. Elle trépignait sur place, ce qu’elle avait envie de ce rôti qui trônait en plein centre du buffet. Je contrôle le vent et possède le pouvoir de guérison… répondit-elle distraitement à son compagnon. Elle ne ramena son attention sur lui que lorsqu’il fut question de monture. On ne courra pas partout? Je vais avoir un cheval, un vrai?

C’était à la fois une merveilleuse nouvelle, ainsi que quelque chose de triste pour la pardusse. Elle adorait courir… mais bon, une monture était quand même très pratique pour parcourir de longues distances. Bah, de toute façon, c’était l’heure du repas… Elle aurait amplement le temps de s’exciter à l’idée de se rendre aux écuries après s’être remplie la panse. Il ne fallut pas plus qu’une main sur l’épaule pour que Miya accoure jusqu’à la table où Douhbée et Ailis s’étaient assises. Sans réfléchir, elle prit place aux côtés de son maître, s’affairant déjà à mettre des petits pains dans son assiette. Au diable les sifflements, elle n’était préoccupée que par les entrées sur la table. Elle piqua quelques morceaux de fromage avec ses griffes, faisant attention à en déposer également dans l’assiette de Soren… Au point où, au bout d’une minute, leurs deux assiettes ressemblaient plus à une montagne de nourriture qu’à une entrée pour le festin qui attendait au fond de la pièce.

- MMMmmm… Ailish… Ché bon, l’pains! L’adolescente pouvait sentir le regard réprobateur de sa sœur, cette dernière n’appréciant pas qu’elle parle la bouche pleine. L’écuyère au regard doré avala donc difficilement sa bouchée avant de souffler un : Désolée, Douh. Elle se donna quelques coups sur la poitrine, mais réussit à faire évacuer le surplus d’air sans trop faire de bruit… Heureusement qu’il y avait foule pour couvrir le son. Maître, vous devez essayer le pain avec le creton de porc! Comme de fait, elle avait déjà préparé une bouchée, qu’elle enfonça dans la bouche du principal intéressé. Une chance qu’il avait de bons réflexes, sinon il se serait retrouvé avec tout un dégât en pleine tronche. Elle se pencha sur la table pour regarder ses compagnes, qu’elle trouvait un peu loin à son goût. Bon appétit! annonça-t-elle, légèrement en retard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailis
Écuyer
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 31/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans (fev)
Race: Humaine
Âme soeur: Athelstan

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Dim 16 Oct - 20:34

La frustration d’Ailis disparue rapidement, surtout en sentant les bras de Miya autour d’elle. Le chaton boudeur était tellement adorable ! Comment pourrait-elle être jalouse d’elle ? C’était un non-sens en soi. Par contre, elle sourcilla tout de même un peu… une salade de fleurs, vraiment ? Bon, en même temps, elle n’avait jamais goûté ! C’était peut-être  génial en fait… «Ah ? J’essaierai alors… » chuchota-t-elle à sa camarade de chambrée, aux creux de ses mignonnes oreilles touffues.

Puis le mot magique fut prononcé ! Buffet. Ailis A-DO-RAIT les buffets. Parce que ça voulait dire fête. Et fête, c’était merveilleux. C’était agité, bruyant et jovial ! C’était Ailis en sommes ! Excitée comme une puce à l’idée de la nourriture, elle se laissa entrainer par Miya vers la salle… Avant qu’elles soient stoppées par Vigie. Doucement son tempérament hyperactif revenait et elle avait envie de bouger. Heureusement, son maître ne la fit pas patienter plus longtemps, et la poussa vers l’avant un bras autour de ses épaules.

C’était agréable d’ailleurs. Ailis était une jeune fille terriblement tactile –comment pouvait-il en être autrement avec sa génération d’élève ! – et par conséquent, appréciait le contact léger de Douhbée sur elle. Maître et écuyère s’éloignèrent un peu de l’autre duo et brusquement, l’incertitude d’Ailis revint. Maintenant qu’elle était seule avec la Pardusse… comment allait-elle réagir ? Bien qu’elle s’attende au pire, la rouquine fut agréablement surprise de voir que son instructrice s’excusait ! Les paroles la touchèrent profondément, pour elle, Douhbée n’avait rien fait de mal, certes elle avait été triste de se voir un peu rejeter, mais elle comprenait qu’elle aurait préféré avoir sa sœur. C’était… normal. Dans le fond, elles étaient juste parties du mauvais pied… et ce petit moment leur permettait de redresser la situation.  

Un grand sourire lumineux éclaira les traits de la rouquine. « Je suis très fière d’être votre écuyère et je ferais tout pour que dans quelques années vous puissiez dire avec fierté que c’est vous qui m’avez formé. Je suis sûr que vous êtes aussi géniale que Miya la dit. » affirma-t-elle avec toute la dévotion qu’elle ressentait pour cette femme, qui serait appelée à lui apprendre le métier de Chevalier. Les bras d’Ailis se refermèrent autour de Douhbée, l’adolescente déjà pratiquement aussi grande que l’adulte tant elle était grande pour son âge. L’étreinte maternelle était douce et acheva de réchauffer le cœur de la jeune fille. « Il n’y a rien à pardonner, Maître. » De fait, c’était même déjà oublier.  

Rapidement, l’excitation revint et c’est toute pimpante d’énergie qu’elle gambada presque vers les tables aux côtés de sa Chevalier. Elle avait une faim d’Orc ! Ailis se laissa tomber à sa place avec un soupir d’extase, avant de lâcher un petit cri. Ses cheveux c’étaient coincés en dessous de ses fesses ! Il fallut se débattre un brin avec tout ça avant d’être confortable. Saleté de poils roux ! Habituellement, ils étaient noués en de longues tresses pour éviter ça… Mais comme c’était probablement leurs dernières journées… elle les avait laissés libres. « En fait, Maître, j’avais espéré que vous pourriez les couper. C’est une tradition d’où je viens. Quand on débute une nouvelle étape dans un entrainement guerrier, on les coupe sous le menton. C’est ma mère qui les avait coupés la dernière fois… avant de venir ici. J’aimerais beaucoup que ça soit vous qui le fasse… » L’hyperactive avait déboulé ses mots à toute vitesse, visiblement excitée à l’idée de perdre toute la masse rousse… et surtout sur ce que ça signifiait. Mais elle s’aperçue rapidement que sa demande était peut-être incongrue. Et puis, Douhbée était une guerrière, pas une coiffeuse ! Elle n’avait probablement pas le temps de s’occuper de sa montagne capillaire… « … sinon, je pourrais toujours demander à une servante… » s’empressa-t-elle de rajouter.

Préférant ne pas s’attarder là-dessus, elle s’empressa de passer à la question des pouvoirs, plus neutre pour une première discussion. « Je peux passer au travers des murs ou de quoique se soit de solide. Sifu Nata a dit que c’était un pouvoir de passe-muraille. Et je peux aussi faire de la lumière avec mes mains. J’arrive à forcer les gens à détourner le regard pour l’instant… c’est plus une torche portable qu’une arme pour le moment… mais ça viendra, il parait. »

C’est à ce moment que Miya et Vigie revinrent. Et il faut dire que la petite Pardusse savait mettre de l’ambiance !  La blondinette s’affairait à remplir son assiette et celle de son maitre à une vitesse effarante. Bon. Ce n’est pas comme si Ailis ne l’avait jamais vu lors des repas, mais c’était quelque chose quand même ! Et rapidement, elle se mit à dévorer le contenu de l’Everest gustatif qui siégeait devant elle… avec moult bruit et son d’appréciation. Riant joyeusement, Ailis attrapa un pain. « Ah, mais tu sais,  le pain est le même que ce matin ! » Il n’empêche qu’il était effectivement très bon ! Les manières à table de Miya laissaient peut-être à désirer, mais la rouquine s’en fichait éperdument, trouvant même que ça rendait les repas plus épiques encore ! « Han ! Miyaaa ! Ne mange pas tout le creton ! »s’exclama l’excitée rousse de bonne humeur.

Alors qu’elle essayait d’attraper le plat de creton, Miya fourra un pain cretonné dans la bouche de Vigie… qui réussit à ouvrir à temps, mais pas totalement. Miya était déjà passé à autre chose, mais une trace du délit était bien visible sur le visage du Chevalier… que sa propre Maître s’empressa de… lécher sous le regard rond d’Ailis. Eh bah. Les deux sœurs avaient beaucoup en commun ! Ça fit rire l’écuyère qui répondit avec entrain à Miya « Bon appétit ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Mer 19 Oct - 11:42

Un sourire trônait sur ses lèvres lorsqu’il regardait Douhbée qui avait clairement tenté de prolonger son baiser. Malheureusement pour elle, les réactions des chevaliers de la table d’à côté avait mis un frein à son élan romanesque. Vigie attendit que l’écuyère rousse réagisse à son commentaire quand soudain, il réalisa que Miya remplissait frénétiquement deux assiettes devant elle avec la fougue d’une gamine n’ayant jamais rien avalé de sa vie. Elle allait bouffer tout ça à elle seule? « Du calme, Miya, ça ne vas pas s’envoler… » Mais l’adolescente n’avait rien à faire de ses commentaires, visiblement trop absorbée par les délicieuses choses qui s’étalaient devant elle. Sans plus de cérémonie, elle déposa l’une des deux immenses assiettes devant lui et garda l’autre pour elle. Oh… elle avait pris la peine de lui faire une portion titanesque, ce qui était plutôt gentil de sa part. Mais… comment diable allait-il pouvoir avaler tout ça? Il la remercia néanmoins, un air incertain au visage.

Vigie ne put s’empêcher d’esquisser un sourire en coin en voyant avec quel enthousiasme son écuyère avalait la nourriture devant elle. La bouche pleine, elle recommanda chaudement le pain à l’adolescente rousse et se coltina un regard réprobateur de la part de sa sœur aînée. Ailis déclara avec un rire non dissimulé que le pain était le même que ce matin, et elle n’avait pas tort. Soren observa les deux jeunes femmes en devenir et ne put s’empêcher de s’imaginer le duo futur qu’elles formeraient. Miya l’imprévisible et Ailis l’énergique! D’ailleurs, l’écuyère de Douhbée attrapa le plat de creton d’un air excité et le tira vers elle.

- Doucement les filles, y en a pour tou… commença-t-il avant de se faire interrompre par une bouchée impromptue de pain et de creton qui se dirigea directement vers lui.

Heureusement qu’il eut le réflexe d’ouvrir la bouche à temps, sinon il aurait vu la nourriture s’écraser directement sur son visage; déjà qu’une partie du creton s’était étalé sur la commissure de ses lèvres… Il toussota bruyamment, s’étant fait surprendre, puis frappa sa poitrine de son poing. Miya souhaita un « bon appétit » à tout le monde, et Vigie fit un signe de la main afin d’abonder dans le même sens, faute de pouvoir parler. Il avala difficilement sa bouchée de pain quand soudain, Douhbée s’avança vers lui. Qu’est-ce qu’elle faisait? La chevalière nouvellement adoubée se pencha vers l’avant… et lécha la commissure de ses lèvres dans un mouvement tout naturel. OH. BON. SANG. Elle avait réellement fait ça?! Devant tout le monde?! La tablée à côté d’eux se mit à siffler bruyamment, probablement amusée par la scène qui se déroulait tout près. Pour sa part, Soren devint rouge comme une pivoine et se figea sur place le temps que sa fiancée décide enfin que son visage était suffisamment propre à son goût. Il fixait son assiette devant lui et n’osait piper mot… comme si, soudainement, il avait fait un bond en arrière et avait retrouvé ses 16 ans.

Non pas que la proximité de sa future femme l’importunait vraiment – bien au contraire – mais ce genre d’attention (qui faisait naître des pensées peu recommandables en lui, il devait l’admettre) en plein public et devant leurs écuyers le mettait dans tous ses états. « Hein? O-o-oui, je v-v-vais bien. Ça l’air ap-p-pétissant tout ç-ç-ça. » Il ne savait pas qui lui avait posé la question, il était trop concentré sur les idées « malsaines » qui lui traversaient l’esprit. Sans plus attendre, il s’avança sur son siège et agrippa sa fourchette pour entamer son repas, imitant un peu Miya en enfonçant trop de nourriture à la fois dans sa cavité buccale. Ne plus parler avant de retrouver ses moyens, c’était la clé! Autrement, il aurait encore l’air d’un parfait idiot! Il écouta d’une oreille distraite ses trois compagnes qui discutaient entre elles, puis avala une nouvelle bouchée non sans grimacer. Okay, il devait y aller moins vite, la nourriture descendait difficilement dans son œsophage! Il toussota ensuite puis prit une gorgée d’eau pour faire passer le tout. Retrouvant un peu de contenance, il pouvait alors participer un peu plus à la conversation actuelle.

- Dites-moi, les filles, je suis curieux : lorsque vous étiez élèves, quelles étaient vos plus grandes forces et vos faiblesses? Demanda-t-il en déposant sa fourchette, visiblement soucieux d’en apprendre davantage sur elles. Puis, il tourna son attention vers la petite pardusse. Et dis-moi, Miya, quels sont tes dons? J’aurais besoin de savoir histoire d’élaborer un entraînement qui t’aidera à les développer au maximum de leurs capacités.

Il écouta attentivement la réponse des deux jeunes femmes, puis esquissa un sourire. C’était peut-être le fait qu’ils étaient, lui et Douh, sur le point de se marier et qu’ils étaient installés avec deux jeunes filles à leurs charges… mais il eut un drôle de sentiment. Celui d’une famille attablée pour le repas et discutant de leur journée. C’était loin d’être désagréable! D’instinct, il jeta un regard vers sa fiancée et tendit la main pour que ses doigts rencontrent les siens. Envolés ses soucis, la peur et les souvenirs d’horreur! Il vivait le moment présent et se réjouissait du futur qui s’étalait devant eux. Il adorait déjà leurs écuyères et prendrait son rôle très au sérieux afin de leurs assurer le meilleur avenir qui soit.

** [Douhbée] Ta sœur est charmante. Bien que manquant de finesse, mais nous pourrons régler ça avec un peu de patience. Et Ailis a l’air vraiment charmante. Elles feront un beau duo, toutes les deux. Je t’aime ma chérie. **

Ce petit moment de tendresse entre eux deux fut rapidement interrompu par un raisin fugueur qui lui heurta la joue de plein fouet. Sursautant, le pheryxian tourna vivement son regard vers les deux adolescentes qui, soudainement, s’étaient terriblement calmées. Qui était l’auteure de ce méfait? Son regard doré et perçant glissa d’une écuyère à l’autre et nota le sourire que les deux arboraient.

- Miya, c’est toi qui lances la nourriture? Demanda-t-il avec un air un peu sévère. Mais le sourire plus grand d’Ailis lui confirma qu’il s’était trompé de cible. Il n’en fit pas de cas… pour le moment. Tu sais que c'est impoli ce que tu viens de faire? Non seulement c'est un manque de respect, mais en plus, c'est du gaspillage. Donc…

Son air sévère se mua soudainement avec une expression amusée, signe qu’il n’était pas totalement sérieux. Sans plus attendre, il attrapa une fraise et la lança sur la gamine rousse pour l’atteindre directement dans le front, entre les deux yeux. C’était pratique d’avoir un don de précision! Il éclata de rire en voyant sa mine surprise et leva les mains en guise de paix en voyant qu’il allait subir une solide réplique de la part des deux écuyères. Une pluie de morceaux de pains, de fromage à pâte ferme et de fruits lui tomba dessus et il tenta de se protéger du mieux qu’il put en riant.

- Douh, aide-moi! Elles sont sans pitié! Supplia-t-il d’un air amusé. Non, mais j’étais sérieux sur un point! C’est du gaspillage! AH NON, pas le creton!! Miya, dépose le beurre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douhbée
Apprenti(e) magicien(ne)
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 09/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 23 ans (Fév)
Race: Pardusse (lynx)
Âme soeur: Lachëln (DCD)

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Mer 19 Oct - 14:55

La nouvelle Chevalier fut soulagé qu’Ailis ne lui tienne pas rigueur de son comportement, et l’étreinte qu’elles échangèrent lui fit chaud au cœur. Cette grande rouquine était surprenante, semblait posséder un grand cœur et une facilité déconcertante à passer à autres choses. C’était peut-être quelque chose que Douhbée pourrait apprendre d’elle, parce que l’apprentissage d’un écuyer, ça se travaille dans les deux sens! Cette innocence de jeunesse, la pardusse ne l’avait jamais eu, ce contact avec l’adolescente ne pouvait que lui être bénéfique en la matière.

D’où la jeune fille venait, il y avait une tradition voulant que les futurs guerriers qui entreprenaient une nouvelle étape de formation devaient se couper les cheveux courts, avant de les laisser repousser, comme Ailis l’avait fait avant de se rendre au château pour devenir élève. Douhbée haussa des sourcils surpris en réalisant donc qu’elle ne les avait pas coupé, même pas un iota, depuis six ans! Et son expression de surprise s’accentua lorsque l’adolescente lui demanda si elle pouvait les lui ramener sous le menton, pour poursuivre la tradition.

-Mais ils ne vont pas te manquer? Ils sont si beaux tes cheveux, Ailis! s’étonna-t-elle en replaçant une longue mèche derrière l’oreille de l’écuyère. Non non, bien sûr, c’est moi qui vais le faire, voyons, c’est trop important. Tout à l’heure, même, c’est aujourd’hui le recommencement, non? s’empressa-t-elle de spécifier, puisque son écuyère avait dû croire qu’elle n’en avait pas envie. Si pour elle, c’était important, alors ça l’était également pour Douhbée!

La Chevalier nota mentalement avec intérêt les pouvoirs complètement différents des siens que possédait Ailis. Heuruesement que Nata leur avait donné des pistes à explorer pour le développement de leurs dons, puisque Douhbée n’aurait su vers où diriger l’entraînement magique, sans cela. ne sachant entraîner que les siens. Ainsi, elle veillerait à découvrir comment se servir de la lumière comme arme, et contrôler le passe-muraille même sous la panique la plus intense, puisque c’était dans ces situations que l’adolescente devrait avoir besoin de ce sauver.

-Moi j’ai des prémonitions pour voir le futur, et je te rassures, même adoubée, il est normale que tu ne contrôle pas tes pouvoirs, je n’ai encore jamais réussis à obtenir des visions sur demande, mais j’y travaille, tout comme je travaillerai avec toi pour les tiens, expliqua-t-elle en sentant qu’elle se devait aussi de lui parler de ses pouvoirs, comme si c’était la formule d’usage lors de présentations dans l’Ordre, au même titre qu’on s’enquiert généralement de la couleur préférée des gens. Et je manipule le métal, sans en faire apparaître, nous avons donc des pouvoirs très différents, ce sera intéressant pour moi de découvrir tes aspects de la magie, s’encouragea-t-elle, plus pour elle-même.

Les deux autres les avaient rejoints avec des assiettes pleines à craquer et Douhbée soupira en jetant un regard réprobateur à Miya, se penchant vers l’avant pour la voir de l’autre côté de Soren, alors qu’elle était en train de s’empiffrer comme si elle n’avait pas mangé depuis un mois. Bon, ce n’était pas tant ça qui la dérangeait, un si grand appétit était plutôt amusant à voir, mais parler la bouche pleine? Combien de fois devrait-elle le lui répéter? Heureusement, elle n’eut pas à le faire, l’adolescente se corrigeant instantanément et s’excusa, ayant croisé ses yeux dorés identiques aux siens. Ailis s’amusa du fait que la jeune pardusse semblait s’extasier pour ce qui n’était, au final, que le même pain qu’on leur servait quotidiennement, et la femme Chevalier dû étouffer un rire lorsque sa petite sœur essaya d’enfourner du creton dans la bouche de Vigie et failli le manquer, laissant une trace de nourriture sur le coin de ses lèvres, du côté de Douhbée.

-Miya! Fait attention, tu gaspilles, et c’est mal de gaspiller, gloussa-t-elle sournoisement en s’approchant de Soren et lui prenant la tête à deux mains pour l’empêcher de s’enfuir. Pas question qu’il s’essuie d’une serviette et gâche ce délicieux creton, elle s’occupa elle-même de le nettoyer, sous les rires et les sifflements de leurs voisins de table, lui faisant immédiatement monter le rouge aux joues.

Bon, elle voulait être drôle, mais ne s’attendait pas à attirer autant l’attention, redevenant aussitôt tranquille après cet écart de conduite (plutôt délicieux, il fallait l’avouer), mais le mal était fait. Soren était encore plus empourpré qu’elle, si cela était possible, si bien que Douhbée se remit aussitôt à rire lorsqu’un collègue Chevalier lui demanda s’il allait survivre, et que Vigie se remit à bégayer tel l’adolescent timide qu’elle avait connu plus de six ans auparavant. Il entreprit aussitôt de se goinfrer pour arrêter d’avoir à parler ou porter attention aux regards d’autrui, ce que la pardusse s’empressa de faire également, quoi qu’avec un peu plus de calme et sans risquer de s’étouffer, jusqu’à ce que la conversation prenne une autre tournure, soit les capacités des deux adolescentes.

-La plus grande force de Miya, c’est qu’elle peut manger comme une ogresse, et donc avoir des réserves pendant plusieurs jours, sympa non? rigola Douhbée, avant d’écouter ce qu’Ailis avait à dire sur elle-même, pour pouvoir travailler à mettre en valeur ses forces et pallier ses faiblesses lors des entraînements à venir.

La pardusse croisa le regard passionné de Soren, lorsqu’il parla de leur écuyère respective, et le ronronnement de Douhbée valait toutes les réponses du monde à sa dernière déclaration. La jeune femme sourit tendrement, plongée dans les yeux dorés de son fiancé, lorsque celui-ci reçu un raisin dans la gueule, interrompant ce moment romantique. Il accusa aussitôt Miya, mais à voir l’air amusé des deux adolescentes, il était difficile de définir qui était la coupable. D’abord surprise, la Chevalier ne put s’empêcher de rire suite au discours faussement sérieux du phéryxian, juste avant de jeter une fraise à Ailis, qu’il avait finalement décider d’accuser à la place. La suite pris rapidement des proportions innatendues, les deux adolescentes se mettant en équipe pour faire croûler l’homme sous la nourriture, et même leurs voisins de table s’y étaient mis.

-Désolée, tu es en minorité, les femmes gagnent sur ce coup, Soren! gloussa-t-elle, trouvant la situation cocasse jusqu’au moment où quelque chose d’humide et collant lui fut lancé derrière la tête, dont elle préféra éviter de vérifier l’origine. Heho! Mais qui a fait ça? La solidarité féminine, Miya, tu ne connais pas? gronda-t-elle sévèrement alors que Vigie se plaignait encore de gaspillage. Ailis pose ce creton! gloussa-t-elle en le lui arrachant des mains pour le lui étamper sur la joue.

Il fut plutôt difficile de discerner ce qui se déroula par la suite, puisque toute leur tablée s’y était mise. Lorsque tous furent crottés et disputés par les cuisiniers, les quatre fautifs ayant lancé la guerre de nourriture s’éclipsèrent de la grande salle à manger, s’assurant de se remplir les poches de dessert d’abord, afin de rallier les bains.

-Pauvre Ailis, on va mettre des heures à dégraisser tes cheveux! Mais est-ce que c’est du beurre, ça? Pouah, ne me dites pas ce que j’ai dans la tête, je ne veux même pas l’imaginer. Soren, je te décrasse ton apprentie, puis te l’a renverrai, je veux passer du temps seule avec la mienne. Douhbée se leva sur la pointe des pieds pour lui embrasser rapidement la joue, pressée de se décrotter, ils passèrent tous chercher de quoi se changer et la Chevalier rejoignit ses écuyères dans les bains des femmes. Viens là, Ailis, j’ai ramassé mon couteau en passant. Ce serait trop stupide d’essayer de nettoyer tout ça, sachant qu’on avait l’intention de les couper de toute façon, non? On règle ça tout de suite?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miya
Écuyer
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 21/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Race: Pardusse - Lynx
Âme soeur: Ishobel

MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   Dim 23 Oct - 14:20

Les paroles de son maître nouvellement attitré n’empêcha en rien la jeune lynx de lui enfourner un morceau de pain recouvert d’une épaisse couche de crouton en pleine gueule. L’adolescente était à se lécher les doigts en guise de préparation à s’empiffrer elle-même quand, tout à coup, elle remarqua la manière dont sa grande sœur choisi de nettoyer le visage de son fiancé. Il va sans dire que Miya figea sur place, un doigt toujours dans la bouche, mal à l’aise et ne sachant pas si elle devait crier aux « spectateurs » d’arrêter de siffler. Il faut dire que cette réaction de la part de son aînée la prenait au dépourvu. C’était si hors de caractère pour elle!

L’écuyère ramena vivement son attention sur son assiette et fit mine de continuer à manger comme une ogresse, ce qui ne fut pas tant difficile considérant qu’elle était goinfre de nature. Elle retint péniblement un rire à entendre son beau-frère bégayer; elle ne connaissait pas ce côté de lui. Une chance qu’elle y parvint, sans quoi elle se serait étouffée et ça aurait ruiné son assiette. Parler de son opinion sur chacun des plats qu’Elle goûtait l’aidât à garder un semblant de sérieux, ainsi qu’à faire de la petite jasette à Ailis.

**[Ailis] Nous devrions jouer un tour à Vigie… Dans l’état qu’il est, c’est le moment parfait!**

Elle jeta un coup d’œil en coin à sa comparse, cherchant à voir si elle était d’accord pour se payer la tête du pheryxian. Quelle ne fut pas son plaisir de constater que la rouquine était d’accord. À deux, elles parviendrait certainement à faire quelque chose tout en pouvant mettre le blâme sur une autre personne. Elles furent toutefois retardées dans leur plan par la question de Soren, celui-ci les questionnant sur leurs pouvoirs. Plutôt que de répondre, la jeune fille aux yeux dorés croisa les bras et rabattit ses oreilles sur sa tête. Comment se faisait-il que son beau-frère ne sache pas quels étaient ses pouvoirs? Sa bien-aimée et lui ne parlaient-ils jamais d’elle ou quoi?

- Vous devriez déjà avoir une idée, maître. fit-elle sèchement, bien que son expression et son ton s’adoucirent au commentaire de Douhbée. Ce dernier amena d’ailleurs un sourire en coin sur les lèvres pulpeuses de l’écuyère. Ça, c’est vrai! Il n’y en a pas deux qui mangent comme moi! déclara-t-elle en bombant le torse. Et j’ai un estomac d’acier! C’était vrai et sa grande sœur pouvait en attester : à la quantité de choses peu recommandables que la petite avait ingéré, c’était encore un miracle qu’elle n’eut jamais d’intoxication alimentaire à ce jour. Si ça se trouvait, elle était magicienne et c’était son troisième pouvoir, sans que personne ne le sache. Néanmoins, devant la mine sérieuse du chevalier, elle décida de se reprendre. Je contrôle le vent et possède un don de guérison, fit-elle simplement. Sifu Nata me disait toujours que je devais réfléchir avant de foncer, mais que mon énergie et ma motivation étaient mes grandes forces.

**[Ailis] Psst, Ailis, je crois que c’est le temps! Dès que tu auras terminé de répondre, on passera à l’action. J’ai une belle montagne de beurre par ici!** Avant qu’il n’ait la moindre chance de comprendre ce qui se passait, Soren recevait un raisin de la part d’Ailis en plein visage. **Ouah, bien joué, l’amie!** la félicita-t-elle mentalement.

Par la suite, Miya haussa des sourcils face aux accusations du chevalier. Non qu’elle était entièrement innocente… ayant proposé le mauvais coup pour commencer… mais elle n’avait même pas eu la chance de prendre une olive du plat devant elle pour le lancer dans les cheveux de son maître. « Non! Ce n’est pas moi! Et pourquoi ça le serait, d’ailleurs? » répondit-elle sur une fausse attitude défensive. C’était totalement son genre et elle comprenait parfaitement pourquoi on pensait à elle avant n’importe qui d’autre. Cependant, elle n’était pas sans se délecter du fait qu’elle avait une partenaire de crime pour lui donner un coup de main. D’ailleurs, l’écuyère à la chevelure enflammée ne tarda pas à être victime d’accusations à son tour. Les choses devenaient enfin intéressantes…

Aucune des deux adolescentes ne prirent le sermon de Vigie au sérieux, l’expression de celui-ci montrant à quel point il avait envie de s’amuser lui aussi. Même le commentaire de Douhbée ne récolta rien d’autre qu’un rire de la part de sa cadette. Par contre, il était hors de question que Miya laisse son alliée se faire attaquer; elle décida alors de lui prêter main forte. À elle les olives volantes et le beurre aérien! Le chevalier se retrouva avec un doigt bien beurré directement dans les oreilles, puis Douhbée reçu le reste dans ses cheveux. Il y eut également quelques pelletées de patates pilées qui virevoltèrent en direction de l’homme ailé, car il était la principale cible des écuyères.

Les cuisiniers ne furent pas particulièrement contents des proportions que cette guerre de nourriture prit, car ce ne fut pas seulement le groupe des lynx et compagnie qui s’y était mis. Ce fut d’ailleurs avec une allure remarquable et de toute beauté que le quatuor finit par quitter la salle à manger… sous le regard perçant des serviteurs. L’adolescente aux cheveux couleur sable fut surveillée de près, car elle avait les poches pleines de pâtisseries et elle se léchait tout un bras en marchant vers la sortie. Elle n’était quand même pas pour gaspiller, les deux chevaliers lui avaient justement dit de ne pas le faire.

- C’est juste un peu de beurre, Douh, ça va fondre comme rien dans le bain! Crois-moi, je sais de quoi je… Non, tu ne veux pas savoir? D’accord… Par habitude, la jeune lynx voulut imiter sa sœur, donc elle se leva sur la pointe des pieds à côté de son maître… pour finalement froncer les sourcils, dire « Non. » en secouant la tête et en gesticulant des mains. Elle n’était pas rendue au point de faire la bise au fiancé de sa sœur. Je reviendrai plus tard, maître.

Sur ce, elle suivit les autres membres féminins de l’ordre jusqu’aux bains, où elle nagea avec l’aisance d’un canard dans l’eau. Elle laissa ses comparses discuter de la coupe de cheveux à venir, ne mentionnant seulement à quel point elle trouvait pratique d’avoir les cheveux courts… car elle les avait gardés ainsi longtemps. Par la suite, elle se lava énergiquement et frotta chaque parcelle de peau. Elle était aussi propre qu’un drap blanc sur une corde à linge. « Je vais aller rejoindre Soren! On se revoit plus tard! Tu viendras me montrer ta coupe, Ailis! » fit-elle avant de se frotter la joue sur le dessus de la tête de l’autre écuyère, puis d’enlacer sa sœur. Elle mit ses vêtements propres et quitta les bains.

**[Vigie] Maître, je suis en route vers votre chambre.**

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tous ensemble [Vigie/Miya/Ailis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Tous ensemble seuls 2 - Demain c'est aujourd'hui" (Everybody's alone 2 - Tomorrow is now)
» Faisons des trucages tous ensemble
» Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub.
» Jouer tous ensemble sur ps3,xbox,wii,ds,ps vita
» "Tous ensemble seuls 4 - Ils sont même pas foutus de tuer une chèvre" by Shinichi Shépatroki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: