Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nova
Seccyeth
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Triton
Âme soeur:

MessageSujet: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Jeu 1 Sep - 15:18

Le vent soufflait dans ses longs cheveux d’ébène et ses écailles bleutées ornant ses tempes miroitaient au soleil. Il était installé sur la grève qui bordait une péninsule désertique, à l’extrême est du pays aride, ayant profité de sa journée personnelle pour prendre congé de son exigeant maître. Il était venu par la mer, des heures plus tôt, quittant le campement d’Irianeth en quête de solitude et de tranquillité. Évidemment, il en avait informé sa sœur jumelle, cette dernière détestant qu’il parte de son côté sans l’informer de sa destination. Il avait nagé pendant des heures en présence de Shalar qui, maintenant chassait dans les tréfonds de l’océan en quête d’une quantité suffisante de nourriture pour le sustenter. Malgré la proximité de la mer, le paysage qui entourait ce havre de paix était aride et désertique. Le sable rouillé et les rochers s’étendaient à perte de vue et, parfois, un chanceux pouvait voir quelques touffes d’herbes ici et là, ponctuées d’amoncellement de cactus réputés pour leur jus très désaltérant. Ici, seuls les bruits de la mer et des goélands envahissaient l’air. Nova avait clairement besoin de réfléchir, remettant parfois en question son entraînement auprès de Syrian. Oh il savait que son maître était terriblement exigeant pour son bien, mais parfois, il avait clairement envie de l’étouffer dans son sommeil. C’est que Donovann était du type émotif, contrairement à sa sœur aînée qui était d’un calme plat. Pourquoi n’avait-il pas hérité de Zéphir comme maître? Tout aurait été tellement plus simple…

** Parce que son alter ego féminin t’aurait tout autant énervé, fit la voix caverneuse et narquoise de Shalar qui hantait son esprit. Tu devrais plutôt travailler sur ta tolérance, ça ne te ferait pas de tort, tu sais! **

** Dis le dragon qui a tellement de mal à s’adapter aux changements, répondit l’aveugle d’un ton sarcastique. **

Le rire amusé du reptile titanesque résonna dans son esprit, ce qui soutira un sourire en coin au seccyeth. La présence de son compagnon à écailles dans sa tête était toujours rassurante, comme si rien ne pouvait jamais lui arriver. Le regard d’un bleu délavé du triton fixait l’horizon sans pouvoir voir quoi que ce soit, mais il n’avait aucun mal à s’imaginer le décor. En fait, il savait pertinemment ce que le paysage lui offrait puisqu’il avait touché un caillou qui ornait la rive depuis des années. L’objet inanimé lui avait fait voir une multitude d’images dans son esprit – certes, ennuyantes – mais qui lui permettaient de visualiser la péninsule sur laquelle il se trouvait. Son don si particulier – bien qu’incontrôlé – pouvait être pratique et lui permettait de « voir les choses » en quelque sorte.

Déposant le caillou au sol, il remit son gant coupé en place, histoire de recouvrer ses paumes qui étaient, en quelque sorte, le point d’origine de son pouvoir. Il avait besoin de porter ces morceaux de tissu en permanence sinon, chaque surface qu’il touchait avec ses paumes lui renvoyait une panoplie d’images mentales partant de maintenant jusqu’au moment de sa création. C’était à en devenir complètement fou! Le jeune homme de 18 ans plia les jambes et enserra celles-ci de ses bras tout en poussant un soupir de plénitude. Il pourrait rester ici indéfiniment, loin des soucis, loin du brouhaha de la cité irianienne. Le triton songea au fait qu’il allait très certainement revenir en ces lieux en compagnie de sa jumelle, faute de pouvoir nager jusque sur l’Île d’Irianeth pour pouvoir rendre visite au paternel. Doucement, il pencha la tête vers l’avant, posant son menton sur ses genoux.

C’est alors que ses oreilles plus fines que la moyenne (palliant à sa vue inexistante) perçurent des voix au loin. Un homme et une femme visiblement. Il n’arrivait pas à bien saisir leurs propos : d’abord parce qu’ils étaient trop loin, mais aussi parce qu’ils parlaient le langage commun. Certes, Nova comprenait ce dialecte qui était maintenant enseigné aux jeunes seccyeths, mais certains propos lui étaient encore incompréhensibles, puisque son vocabulaire n’était pas encore terriblement diversifié. Sans plus attendre, l’écuyer de Syrian laissa son écholocalisation s’étendre tout autour, comme il le faisait chaque fois qu’il devait se déplacer dans l’espace environnant. En une fraction de seconde, il repéra deux êtres vivants beaucoup plus loin qui se dirigeaient tranquillement en sa direction. Une fraction de seconde plus tard, il était sur pieds et ramassait sa besace qu’il balança sur son épaule. Il compta sur le fait qu’on ne l’avait pas encore repéré pour détaler sur la grève et pour se cacher dans un creux entre deux rochers. Son cœur battait à tout rompre et, d’instinct, il porta une main à l’une des épées qui battaient ses hanches. Son éducation en tant que guerrier seccyeth était loin d’être terminée, mais il savait d’emblée qu’il se débrouillait plutôt bien. Si les inconnus avaient un niveau inférieur ou similaire au sien en combat, il pourrait s’en sortir.


** Que se passe-t-il Nova?! S’écria Shalar qui avait immédiatement ressenti l’angoisse qui prenait le dragonnier d’assaut. **

** Des intrus, sur la grève. Je ne connais pas leurs intentions ni leurs origines, mais je ne prends aucune chance. Ne t’inquiète pas pour le moment. **

Le grognement de frustration de la bête résonna dans son esprit et Nova savait d’emblée que la créature hésiterait avant d’intervenir, déchirée entre son appétit vorace et l’inquiétude éprouvée pour ce petit homme qui complétait sa vie. De toute façon, il n’avait encore aucune réelle idée de leurs intentions. C’était trop tôt pour déclarer qu’ils s’agissaient d’ennemis ou non. Les voix s’approchèrent lentement et Nova comprit que le duo s’était arrêté non loin de lui. Les deux individus discutèrent un instant quand ce fut soudain le calme plat. Le triton comprit immédiatement que quelque chose clochait. Ses sens étaient en alertes et il perçut rapidement des bruits de pas sur la rocaille de la grève qui étaient juste à sa hauteur. Ça y est, on l’avait débusqué!! Sans plus attendre, la créature marine feula en montant ses crocs légèrement proéminents puis grogna alors qu’on l’empoignait pour le forcer à sortir de sa cachette. Donovann refusait de se laisser faire sans rien dire et poussa avec force l’intrus qui avait osé mettre la main sur lui afin de le renverser. De par sa voix aigüe, il comprit qu’il s’agissait de la femme.

L’apprenti seccyeth n’attendit pas un instant de plus et détala sur la rocaille entre les immenses rochers, son écholocalisation agissant sans arrêt et lui renvoyant constamment des informations sur ce qui l’entourait. Puis, une matière solide et gluante lui enroula les jambes, le forçant à se choir lourdement au sol. Son souffle fut coupé l’espace d’un instant, mais il ne se laissa pas abattre. Il leva son épée et frappa ce qui semblait être un filament visqueux, le rompant net. Malheureusement pour lui, la créature qui l’assaillait fut plus rapide et envoya de plus en plus de fils collants, finissant par le ligoter complètement.

- Mâlraw sue!! Za juic zina, za juic vanye naknaddan la kacda! [Lâchez-moi!! Je vous jure, je vous ferai regretter ce geste!] Bleugla instinctivement le jeune homme de 18 ans – dans sa langue natale – qui se débattait comme un diable dans l’eau bénite.

Un rire masculin monta à ses oreilles effilées, ce qui l’incita à se débattre encore davantage. C’est alors qu’il comprit que ses assaillants parlaient le commun. Ils ne comprenaient surement rien à son charabia!

- Laissez-moi partir! Vous allez regretter!

** Nova?!! Ne me dis pas que tout va bien cette fois!! Tiens bon, je me mets en route! **

Il ressentait la panique de Shalar. L’énorme dragon d’eau était en chemin, mais combien de temps cela lui prendrait-il avant d’arriver à sa hauteur, lui qui était si loin dans l’océan?


Dernière édition par Nova le Lun 28 Nov - 11:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Jeu 15 Sep - 18:12

Ces dernières années, Cailean avait secrètement entraîné Philomena, lui montrant les recoins sombres de son pouvoir, les capacités à jouer sur les sens des autres, et à les torturer mentalement, il lui apprit même à simuler la douleur par les illusions. Isolée, mise en cage par sa famille, elle était le petit oiseau parfait. Elle s'éloignait de ces gens qui, par peur de sa rébellion, ne l'entravait que plus encore. Ce qui servait pleinement les desseins du mage. Lorsqu'on lui demanda, étant le meilleur traqueur de tous, de retrouver le traître et déserteur, Chade, il accepta. Il le mangerait, cela ferait du bien joli à sa collection et gratifierait ses pouvoir d'un mage du feu. Cette idée l'excita à un point qu'il ne s'imaginait même pas. Il était tellement passif ici, et la traque se faisait rare. L'idée de partir en chasse le mettait en appétit.

Lorsqu'il annonça à son apprentie qu'il partait pour un temps indéterminé, elle fut intraitable. L'arachnéen ne s'attendait certes pas à cette réaction. Il voyait bien qu'elle démontrait un intérêt attachant et dégoûtant envers lui, mais jamais il n'aurait cru qu'elle le suivrait ainsi n'importe où. Il prit le temps d'y penser. Si personne ne savait comment, ni avec qui elle partait... pourquoi pas? Il pourrait lui montrer à se servir de ses illusions dans un contexte de chasse, ce pourrait être amusant. Alors soit! Il lui donna son accord, et un point de rendez-vous éloigné de la capitale, à mi-chemin entre le désert et le château. Selon leurs sources, il aurait été aperçu sur la frontière, c'est donc là qu'ils commenceraient.

Ils se retrouvèrent sans problème au point de rendez-vous, et entreprirent la route ensemble. Cailean aimait bien dormir en forêt, et il l'imposa à la princesse, d'autant pour profiter de cette torture, que par égoïsme. Il lui déclara même, un jour, qu'elle pouvait aller se louer une chambre, si elle le désirait, mais qu'il ne l'attendrait pas. De toute façon, les étoiles communiquaient des messages à ceux qui savaient les lire, et la forêt regorgeait de nourriture et d'opportunités. D'ailleurs, il n'y eut pas un jour sans un feu et une bonne proie à déguster. Il était, somme toute, réellement un bon chasseur, et un pisteur hors pair.

Les villages frontaliers ne lui apprirent pas grand chose. Il demandait à son apprentie de se faire discrète, il ne voulait pas qu'on la reconnaisse. Leur enquête les menait dans le désert. La zone étant immense, et les proies rire, il prit la décision de longer la côte, d'abord. Peu d'abris, mais la brise de la mer allégerait la température bouillante des lieux et l'eau salée leur offrait bonne quantité de nourriture. C'est ainsi que Philomena goûta ses premiers sushis, faute de pouvoir faire un feu quand ils ne trouvaient pas de bois.

Ce midi-là, leurs montures étaient épuisées, ils n'avaient pas trouvé d'oasis depuis un moment et, bien qu'ils eut de grandes réserves d'eau, ils ne pouvaient tout bonnement pas donner cela aux chevaux. Mais il n'était pas question d'explorer à pied. Si les bêtes ne tenaient pas plus, ils auraient du cheval cru à déguster...! En fait, le soleil était à son zénith. Heureusement, la brise les rafraîchissait agréablement. Discutant avec son apprentie, il détermina que c'était le moment de s'arrêter, et lui demanda si elle désirait se sustenter. Il lui offrit ensuite de chercher un peu d'ombre pour se soustraire à cette lumière pesante.

Tous deux étaient habillés comme des sauvages, afin de sauver leurs peau délicates de sholien. Par contre, Cailean lui, avait toujours sa grosse cape et n'était pas enroulé comme il l'aurait du. En fait, il gardait de place pour ses camarades dorsales, que Gula n'avait encore jamais vu. Il usait peu de ses pouvoirs devant elle et, bien qu'elle eut déjà vu la Toile, elle ne savait pas que cela venait de ses pattes arachnéennes. Se taisant, il avisa des rochers plus loin. Il sentait... quelque chose. Il fit signe à la princesse d'aller jeter un oeil. Peut-être allait-ce être leur repas? Soudain, une créature fusa, humanoïde, un triton, il en avait rarement vu. Il se demanda aussitôt quel goût cela avait...

En bonne fille, elle se saisit de la créature, mais il arriva à se libéré. Sans plus attendre, la cape du mage s'écarta légèrement et deux jets fusèrent de chaque côté de lui. La Toile se précipita sur les jambes du fuyard, ce qui le jeta au sol. Le triton se démena et se libéra, mais Cailean lui en envoya à nouveau, sans plus attendre, des quatre pattes. Les bras collés le long du corps, les jambes liées l'une à l'autre, il ne pouvait plus bouger. Satisfait, le sorcier sourit, de son sourire de prédateur, car il venait d'attraper une proie intéressante. En fait, ce qui fut encore plus intéressant, ce fut ses paroles. Il ne comprit pas ce qu'il disait. Une langue inconnue? Mais la plainte sonnait pareille dans toutes les langues, il semblait rageur. Éclatant de rire, le demi-incube secoua la tête. « Vous voyez, Philomena, comme il est facile de capturer quelqu'un. Vous auriez même pu lui bloquer le passage en faisant apparaître des rochers devant lui. » ignorant que le garçon était aveugle.

Avançant vers lui, il eut la surprise de l'entendre répéter, en Enkiev, ce qui le fit rire de plus belle. « Je ne te crains pas, petite chose. J'en ai croquer de bien plus coriaces. » Il s'accroupit à ses côtés, examinant la chose. Il avait déjà vu des tritons, mais jamais de bien prêt, ceux-ci vivant peu dans les capitales, plus à l'aise près des grandes étendues d'eau. « Venez voir, Princesse. Avez-vous déjà pu examiner un triton de prêt? Saviez-vous que la meilleure façon de berner un ennemi, est de le connaître? » Sur ces mots, il retourna la bête sur le dos, car il était sur son ventre, et l'examina. Fait intéressant, la couleur de ses yeux. « Voyez-vous la couleur de ses yeux? » il passa la main devant, il voyait bien qu'il captait le mouvement, sans le voir. « C'est ce que je pensais, il est aveugle. » Il ignorait totalement la créature qui fulminait. Un adolescent, sans doute, aux vues de sa carrure, ou était-ce racial?.

Se relevant, il jeta un oeil aux alentours. « As-tu des alliés non loin, petite chose? » demanda-t-il à l'intention du triton. « Comment t'appelles-tu et que fais-tu ici? N'as-tu pas peur de te désséché au soleil? » le ton était sarcastique, et il était évident qu'il le narguait. Il jeta un oeil à Philomena. « Il faudrait s'assurer qu'il est seul, si nous ne voulons pas nous faire prendre par derrière, je reviens dans quelques instants, restez près de lui. » Sur quoi il la salua de la tête et alla faire le tour des rochers. Au bout de cinq-six minutes, il revint. Ils étaient là où il les avait laisser. « A-t-il parlé? Installons-nous à l'ombre, juste là, et laissons-le sécher, il parlera bien. » Il pointa un rocher plus gros qui faisait de l'ombre, non loin, laissant la vue sur la triton, et alla chercher les chevaux pour les placer non loin, à l’abri du soleil qui se faisait de plus en plus brulant. Il avait chaud sous sa lourde cape, mais il y était habitué. Ses attributs ne sauraient être révélé à n'importe qui, même Philo ne les avait jamais vu. Il s'accroupit et s'adossa au rocher, assez chaud, en allongeant ses jambes devant lui. Il se servit une généreuse goulée d'eau. « N'oubliez pas de vous hydrater, Philomena. »
Revenir en haut Aller en bas
Philomena
Époux(se) de Roi(Reine)
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 05/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race:
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Ven 16 Sep - 21:01

Les trois dernières années avaient été plus que révélatrices pour Philomena. Qui aurait su qu’en approchant Cailean, elle se transformerait à ce point? Personne sans doute. Ce qui avait d’abord été un acte de rébellion de la princesse sholienne s’était avéré être finalement le moment le plus libérateur de sa vie, mais également le moment où elle avait le plus souffert physiquement et psychologiquement. En acceptant que le mage la forme, elle n’avait d’abord eu aucune idée de ses sombres desseins. Il ne lui montrait pas simplement à améliorer son pouvoir d’illusion, il lui montrait à s’en servir pour faire du mal aux gens, pour les rendre complètement fous, pour qu’ils la supplient d’arrêter. Il avait complètement altéré sa conception du bien et du mal, faisant en sorte que la jeune femme n’était plus en mesure de différencier les deux notions, ce qui la rendait de plus en plus dangereuse. La personnalité de Gula avait énormément changé durant les trois dernières années. Comprendre et maîtriser son pouvoir avait fait en sorte que la cadette royale avait pris confiance en elle. Elle s’assumait beaucoup plus qu’avant et n’avait aucun filtre. Elle disait presque tout ce qui lui passait par la tête, sans se soucier des conséquences de ses paroles sur les gens. Elle avait aussi développé un goût du risque, la notion de péril était devenue floue dans son esprit. Pour ces raisons, la rouquine s’était fait plus d’une fois punir par son maître à qui elle devait une obéissance absolue. En effet, au début, elle avait été sage, silencieuse et obéissante. Mais plus le mage jouait avec les différentes conceptions de la vie qu’on lui avait implanté, plus elle s’indisciplinait. Oh elle n’était pas du genre à fuguer ou à le défier ouvertement. C’était plus dans ses commentaires ou dans les regards qu’il lui arrivait de lui lancer. Philomena avait ainsi découvert la vraie souffrance physique alors que son maître se plaisait à la torturer pour la punir.

Ainsi, la jeune princesse s’était retrouvée pendue au plafond par les pieds pendant de nombreuses heures, avait été enfermée dans un cocon pendant plusieurs jours jusqu’à ce son maître vienne la délivrer avant qu’elle ne meurt de faim et de soif, l’avait plongée dans le noir l’empêchant de bouger pendant de nombreuses heures et bien d’autres. Toutes ces tortures physiques avaient largement contribué à altérer sa santé mentale. Ces heures dans le noir, enfermée ou bien pendue par les pieds complètement seule avec elle-même avait grandement favorisé le développement de la part d’ombre qui sommeillait au fond d’elle. Cailean l’avait fait surgir en lui montrant à utiliser ses pouvoirs pour faire mal aux gens, mais tous ces moments de torture n’avaient fait que l’accentuer. Toutefois, elle ne laissait libre cours à sa folie que lorsqu’elle était en compagnie du mage. La plus grande réussite de leur plan était qu’ils avaient réussi à se rencontrer et à accroître son pouvoir sous le nez des aînés de la princesse. Par conséquent, Philomena s’était alors forgé une sorte de double personnalité, une rationnelle, qu’elle affichait à tous les gens du royaume, et l’autre, complètement détraquée, qu’elle affichait avec Cailean et les proies qu’ils traquaient. Car, il fallait bien qu’elle s’entraîne sur des cobayes, et il était hors de question que son maître serve de cobaye.

Si sa formation la transformait à ce point, pourquoi n’était-elle pas partie? Parce que, bien que Gula n’avait pas voulu se l’admettre au départ, elle appréciait grandement cette liberté que lui accordait cette vie sans principes moraux. Plus elle basculait dans l’ombre, plus elle se rendait compte que toute sa vie on l’avait empêchée d’embrasser sa vraie nature. Elle n’était pas faite pour une vie de protocole, pour une vie de négociatrice pragmatique et rationnelle. On l’avait forgé ainsi, mais on n’avait jamais écouté ses désirs. Elle-même les avait repoussés au plus profond de son âme. Cependant, Cailean et sa formation les avaient fait ressurgir à la surface. La seconde raison, et c’était sans doute la plus importante, Philomena était complètement obsédée par son maître. Elle lui obéissait aveuglément (ou presque, il lui arrivait de passer quelques commentaires désobligeants qui lui avaient valu les punitions déjà énumérées) parce qu’elle voulait rester avec lui le plus longtemps possible. Elle le désirait vivement et se réservait pour lui. Pendant leurs rencontres, la jeune princesse avait tout fait pour aguicher son maître, portant des tenues de plus en plus indécentes, mais jamais il n’avait porté la main sur elle, à sa grande tristesse.

Lorsqu’il lui annonçait qu’il devait partir, la rouquine avait piqué une crise pratiquement infernale. Comment pouvait-il partir sans elle? Elle lui était complètement dévouée, d’une loyauté sans faille et exécutait le moindre de ses désirs. Il avait finalement accepté de l’amener avec lui. Après de nombreuses précautions, ils se rejoignirent dans un endroit situé entre Shola et le Désert et commencèrent leur traque. Bien sûr, toute sa famille ignorait qu’elle était partie avec Cailean sans quoi on aurait envoyé la garde à leurs trousses. Elle avait inventé une excuse très longuement travaillée et ses aînés y crurent. Ils devaient traquer le chevalier Chade, qui avait choisi de déserter la chevalerie sholienne. Ainsi, ils voyagèrent, s’arrêtant dans les villages frontaliers. Les nouvelles expériences se succédaient sans cesse pour la jeune princesse : poisson cru, soleil intense, longue route à cheval – elle qui avait l’habitude de voyager en carrosse – et surtout la chaleur.

Le soleil les narguait de ses chauds rayons alors qu’ils avançaient dans le Désert. Cela faisait un moment qu’ils ne s’étaient pas arrêter et Philomena ne pouvait plus supporter cette chaleur. Bien qu’ils portaient des vêtements de nomades qui protégeaient leur peau fragile, la haute température incommodait grandement la jeune femme. À son grand bonheur, son maître lui proposa de s’arrêter, ce qu’elle accepta avec plaisir. Puis, Cailean lui fit signe de ne pas parler davantage, ressentant sans doute la présence d’un individu non loin d’eux. Habituée de lui obéir au doigt et à l’oeil, la princesse se tut aussitôt et attendit les ordres de son maître. D’un simple mouvement de la main, il lui signifia que c’était à elle d’aller voir de quoi il s’agissait. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle vit surgir cette... chose? Qu’était-ce? D’une certaine façon, cela ressemblait à un elfe, tout en n’en étant pas un. S’approchant de lui, Gula parvint à s’en saisir, mais il frétillait comme un poisson, de sorte qu’il parvint à se libérer de son emprise. Le mage prit aussitôt la relève, emprisonnant le jeune homme aux cheveux noirs dans ce qu’il appelait la Toile, l’un de ses pouvoirs. Voyant ainsi l’humanoïde pris au piège, la rouquine ne put s’empêcher d’émettre un rire de gamine qui voyait quelque chose de particulièrement amusant. Comme il était drôle, maintenant qu’il était tout ficelé!

La chose s’exprima dans une langue qui lui était complètement inconnue. Les gens ne parlaient donc pas la langue commune dans ce coin de pays? La voix de Cailean retentit, lui faisant la leçon sur le fait qu’elle n’avait pas réussi à capturer l’étranger. Elle se composa une mine piteuse « Vous avez raison maître. J’aurais dû y penser. Il est clair que j’ai encore beaucoup à apprendre de vous. » Un sourire provocateur s’était dessiné sur ses lèvres, alors qu’elle le regardait par-dessous ses cils. Restant à l’arrière alors que le mage s’approchait de sa proie, elle se contenta de fixer l’intrus – bien que techniquement parlant, c’était eux les intrus – jusqu’à ce que son maître lui demande d’approcher. Oh ainsi, ça s’appelait un triton, voilà pourquoi il frétillait à ce point! Lorsque le triton fut retourné sur le dos, Philomena remarqua en même temps que son mentor que le jeune homme était aveugle. Tout de suite, elle songea qu’elle ne pourrait pas utiliser son pouvoir sur lui pour altérer sa vue, ce qui faisait de lui une proie beaucoup plus difficile. La vue était normalement le sens le plus facile à fausser avec son don.

Cailean narguait le triton afin de le faire parler, technique qui ne s’avéra pas très efficace, puisqu’il resta muet. La princesse fut donc assignée à la tâche de garder le jeune homme alors que son maître allait faire un tour des environs. Elle dévisagea un moment la créature aveugle. « Quel dommage que tu ne puisses pas voir. Tu manques quelque chose, je t’assure. » Encore une fois, elle éclata de rire. « Comme tes autres sens doivent être exacerbés. » Très proche de lui, elle s’accroupit et passa ses doigts sur sa tunique. « Ça te dit une expérience sensorielle unique? » Elle s’approcha de son oreille. « Nous pourrions avoir beaucoup de plaisir toi et moi. » Alors qu’elle s’apprêtait à le torturer quelque peu à l’aide de son pouvoir, le mage revint de son enquête des environs, lui demanda s’il avait parlé. « Pas encore, maître. » Un sourire sadique se dessina sur ses lèvres. « Mais j’imagine que ça viendra tôt ou tard. » Sur l’invitation de son maître, elle prit place près d’un rocher et but une longue gorgée à sa gourde lorsqu’il lui intima de le faire. « Si je puis me permettre, peut-être pourrais-je accélérer le processus? » Comme son maître lui fit acquiesça d’un signe de tête, elle se releva et s’approcha de l’étranger. « Alors, petit poisson, prêt à parler? » Elle exécuta un battement de cils lui donnant l’impression d’être inoffensive. Après tout, que pouvait faire une jeune femme contre lui, même s’il était attaché? Se concentrant sur son pouvoir et sur son cobaye, elle imagina un bruit assourdissant, comme un sifflement beaucoup trop aigu et le projeta vers le jeune homme. D’abord très peu fort, puis elle augmenta le volume graduellement, de façon à ce que le son devienne de plus en plus fort. L’étranger voulait poser les mains sur ses oreilles, mais il ne pouvait pas puisqu’il était ligoté.  Il se mit alors à crier. Une fois de plus, Philomena laissa échapper un rire de jeune fille. Voir le jeune homme souffrir ainsi lui provoquait un certain plaisir. Mais ce qui lui provoquait encore plus de plaisir, c’était de savoir que Cailean appréciait sans doute son travail et qu’il se délectait peut-être de la voir utiliser ainsi son pouvoir.

Alors qu'elle s'apprêtait à le torturer à l'aide d'un autre de ses sens - le toucher sans doute, elle aimerait bien lui donner l'impression que le soleil lui calcine la peau - le jeune homme émit un son différent de celui d'un cri. Alors était-il prêt à parler? « Quoi? Qu'est-ce que tu dis petit poisson? » Elle s'accroupit une fois de plus devant lui, faisant marcher ses doigts sur le pantalon du triton. « Tu sais, si tu en veux plus, tu n'as qu'à le demander gentiment. » Voyant qu'il s'apprêtait sans doute à parler, elle se recula et revint près de Cailean. Comme il était son maître, c'était lui qui avait priorité sur les informations. « Après vous, maître. » Elle lui adressa un sourire semi-séducteur et semi-triomphal. Elle espérait seulement que le jeune homme ne balance pas des insultes au mage. Sans quoi, il pourrait sans doute se mettre très en colère. Contre elle ou contre lui. Cela pouvait souvent changer. Toutefois, si le jeune homme coopérait, elle aurait sans doute droit à une récompense. Faire plaisir à Cailean était, pour la rouquine, tout ce qui lui importait.

_________________
« My freakness is on the loose
And running, all over you
Please take me to places, that nobody, nobody knows
You got me hooked up on the feeling
You got me hanging from the ceiling
Got me up so high I'm barely breathing
So don't let me, don't let me, don’t let me, don't let me go. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova
Seccyeth
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Triton
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Lun 19 Sep - 16:44

Il était complètement ligoté! Il se sentait si vulnérable et il détestait ça. Il entendait presque, dans sa tête, la voix narquoise de son maître qui s’amusait à lui remettre au visage à quel point il était faible. Non! Il n’était pas faible! Certes, il était aveugle, mais il était néanmoins un membre à part entière de l’ordre des Seccyeths! La mâchoire serrée, il tentait de contenir sa colère grandissante. L’homme qui l’avait fait captif (du moins, il le supposait) s’approcha de lui et le nargua allègrement, déclarant qu’il ne le craignait en rien. En plus, ses effets personnels trônaient plus loin sur la plage… certes, il avait ses épées qui battaient ses hanches – dont l’une gisait dans le sable après qu’il l’ait échappé – mais il était encore plus à l’aise avec un harpon… or ce dernier n’était pas à portée de main. Pour le moment, il ne pouvait rien faire de toute façon… sauf garder le silence.

L’homme étrange somma à une certaine princesse de s’approcher afin de l’observer de plus près. Bah quoi?! Ils n’avaient jamais vu de tritons auparavant? Bande de tarés! Complètement frustré de se faire prendre pour un animal de foire, Nova se tortilla sur place, tentant de se défaire de ses liens collants, sans le moindre succès. Une poigne solide le saisit et le retourna sur le dos sans ménagement. Il comprenait l’essentiel de la conversation, même si certains mots lui étaient toujours inconnus. Son geôlier attira l’attention de ladite princesse sur son visage et agita quelque chose sous son nez avant de déclarer que Donovann était aveugle. Bravo pour la perspicacité! C’était surement plus qu’évident, vu la façon dont ses yeux couleur de glace fixaient le vide sans arrêt. Il entendit ensuite l’homme lui poser des questions auxquelles il se fit un plaisir de ne pas répondre. La mâchoire toujours serrée, il se contentait de fulminer sur place, désireux de ne donner aucune information qui pourrait leur être utile. Qui étaient ces étrangers, d’ailleurs? Pourquoi s’en prenaient-ils à lui? Ils faisaient très certainement partie de la faction adverse… Shola ou Alombria? Il ne saurait le dire, mais leur vocabulaire semblait être beaucoup trop élaboré pour n’être que de vulgaire sauvage.

L’homme déclara ensuite qu’il allait faire une ronde afin de s’assurer qu’il n’y avait personne d’autre dans les environs et laissa Nova seul avec la « princesse ». Peut-être pourrait-il raisonner avec elle? Toutefois, avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit, cette dernière le nargua à son tour. Bon et bien, il fallait oublier l’idée de s’en faire une potentielle alliée… Elle émit un commentaire sur ses autres sens qu’il ne comprit pas vraiment et sentit qu’elle s’approchait encore davantage de lui. Qu’allait-elle faire?! À entendre la façon dont elle riait, il commençait à se demander si elle n’était pas plus mesquine que son comparse masculin. Il sentit des doigts se glisser sur sa tunique et, d’instinct, le triton se débattit encore dans une nouvelle vaine tentative de se libérer. Le souffle de l’écuyer s’accéléra alors qu’il entendit son interlocutrice lui susurrer quelques mots à l’oreille, lui faisant ainsi comprendre qu’il n’aimerait surement pas la suite des événements. Heureusement (ou malheureusement) pour lui, l’homme revint rapidement de sa ronde et questionna la « princesse » à son sujet. En constatant que le triton n’avait pas pipé mot, l’inconnu somma à sa compagne de le laisser sécher sous le soleil ardent pendant que, eux-mêmes, profiterait de la clémence de l’ombre.

Et merde! Déjà qu’il avait chaud, il savait qu’il ne pourrait tolérer indéfiniment les rayons cuisants de l’astre céleste. Il espérait de tout cœur que Shalar allait faire vite… Quoique… Une pensée traversa son esprit. S’ils faisaient partie des ennemis… rien ne lui empêchait d’en savoir plus lui-même. Son pouvoir était particulièrement utile pour soutirer toutes les informations requises d’une personne avec qui il entrait en contact. C’était un moment rêvé pour en apprendre plus sur ses adversaires. Il pourrait peut-être fournir de précieuses informations à leur sujet auprès de son maître ou de Zéphir? Voilà qui redorerait surement son image auprès de son maître… C’était une idée soudainement terriblement alléchante.

** Tiens bon, Nova, j’arrive! Tonna la voix de Shalar dans son esprit. **

** [Shalar] Non, attends! S’écria-t-il soudainement. Je veux en savoir plus sur eux. Ils semblent porter un drôle d’intérêt à mon égard, je ne crois pas qu’ils me tueront. Du moins, pas tout de suite. Rapproche-toi le plus possible et tiens-toi près. Je te ferai signe quand tu pourras nous rejoindre. **

Il entendit les protestations du dragon dans son esprit, mais l’écuyer y mit rapidement fin. L’inconnu déclara de nouveaux propos à l’intention de la princesse et Nova réalisa à ce moment à quel point il avait soif. Dire qu’il était tout près de la mer… il lui suffirait simplement de tremper un peu dans l’eau salée et il changerait automatiquement d’apparence, ce qui lui permettrait de s’évader avec aisance. Malheureusement, la marée était basse et les vagues étaient beaucoup trop loin. Ils en avaient encore pour quelques heures avant que leur torrent ne les atteigne. Des bruits de pas se rapprochaient… Il pouvait les entendre avec aisance. D’instinct, il laissa aller son écholocalisation qui lui confirma que la femme s’approchait alors que l’homme était installé plus loin, avec deux bêtes. Que lui voulait-elle? Cela n’augurait rien de bon… C’est alors qu’il l’entendit : un son strident d’abord très faible, puis beaucoup plus fort. L’intensité augmentait rapidement au point où ses tympans – déjà très sensibles – devinrent très douloureux. Ah!! C’était assourdissant! C’était quoi cette merde?! Son écholocalisation se faisait aller en fou cherchant la source de ce bruit infernal, mais sans grand succès. Il n’en pouvait plus! Bien malgré lui, il se mit à crier de douleur.

- Yccaw!! [Assez!!] Cria-t-il afin de faire cesser cette mascarade.

C’est alors que le son strident s’arrêta soudainement, le laissant haletant au sol. C’était comme si ne s’était rien produit : ses oreilles n’étaient plus douloureuses et aucun son résiduel n’envahissait ses tympans. Rien. La « princesse » lui demanda de répéter. « Assez… » fit-il cette fois en enkiev, tout bas. La jeune femme s’agenouilla près de lui et fit parcourir ses doigts sur son pantalon, au niveau de sa cuisse, ce qui l’incommoda. Que faisait-elle, bon sang! M’enfin, il allait coopérer… pour donner le moins d’information possible alors qu’il tenterait peut-être d’en savoir plus sur eux à son tour.

- Je m’appelle Nova, fit-il d’un ton las. Je suis seul. Que me voulez-vous, ehluhhic [inconnus]? Je… je ne faisais que me reposer. Vous m’avez dérangé, pas contraire! Laissez-moi en paix…

Constatant qu’ils étaient peu enclins à obtempérer, Nova soupira. Le grondement de Shalar résonnait en lui et il se força à le faire taire. La bête était dans les profondeurs de l’océan, pas très loin de la rive. Elle nageait de long en large, impatiente de refermer sa puissante mâchoire sur ces impertinents personnages. Un seul mot de sa part et Shalar bondirait telle une vipère prête à attaquer. ** Patience, Shalar, patience… ** songea-t-il à l’intention de son compagnon de vie. Puis, il toussota. Sa gorge était sèche et il commençait à ne pas se sentir bien. Il avait chaud, beaucoup trop chaud.

- Za ha sa cahc byc peah... [Je ne me sent pas bien…] marmonna-t-il. Trop chaud. Il se débattit encore un peu jusqu’à ce qu’il sente une poigne solide ponctuée d’un rire se saisir de ses liens et le tirer plus loin sur la plage.

La chaleur baissa alors d’un cran, signe qu’on l’avait traîné à l’ombre. S’il pouvait, il déferait les lacets qui retenaient le haut de sa tunique, histoire de pouvoir ventiler un peu, mais ses liens l’en empêchaient. Mais merde, il avait réellement soif! Étendant à nouveau ses sens, il repéra un objet au sol que l’homme avait déposé un peu plus tôt. Une gourde, il en était certain. « Votre gourde, à droite. S’il vous plaît…? J’ai très soif… » Visiblement, son sens du discernement les avait un peu surpris puisqu’il était censé être aveugle. Un léger sourire s’esquissa naturellement sur ses lèvres alors qu’on l’interrogeait visiblement sur sa capacité à s’orienter seul.

- Nous, tritons, avons un autre sens que vous humains n’avez pas, fit-il tout simplement en haussant les épaules, supposant que ces derniers soient humains. C’était peut-être à cause de sa mention d’un « sixième sens », mais il eut soudainement l’impression de susciter l’attention de la « princesse ». En quoi est-ce que ça l’intéressait réellement? Je n’ai pas besoin des yeux pour voir. Vous ne pas savoir ce que élrumulymecydeuh être, pas vrai? Non? Pas étonnant…

Puis, son air devint plus calme, plus mystérieux.

- Si vous me laissez partir, aucun mal ne sera fait, fit-il très sérieusement. Je veux simplement être en paix. Tédylraw-sue[Détachez-moi…] fit-il en se tortillant pour montrer ses liens. Je ne vous sers à rien de toute façon.

Il espérait pouvoir les convaincre à l’amiable, mais visiblement, à entendre leurs rires, il comprit qu’ils n’avaient pas l’intention d’obtempérer.

- Qui êtes-vous? Pourquoi vous êtes ici? Vous devez voir raison, pas vrai? Qui cherchez-vous? Je peux peut-être aider?

Il lui suffisait de dégager sa main, d’abaisser le tissu qui recouvrait ses paumes et de toucher ne serait-ce qu’un petit bout de l’un d’entre eux et il saurait tout ce qu’il voulait savoir. Si simple et si compliqué en même temps!


Dernière édition par Nova le Mer 21 Sep - 20:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Mer 21 Sep - 16:15

En bonne apprentie, Philomena s'exécuta et il approuva de la tête. Si elle ne s'hydratait pas, elle aurait des étourdissements, et il n'avait aucune envie de gérer cela. Cailean la considéra pensivement. Si leur mascarade venait à se faire connaître, l'accuserait-on de kidnapping? Il ne l'avait pas enlevé, elle l'avait suivi de plein gré, c'était même elle qui avait insisté. Valait mieux que ça ne se sache pas. Quand il serait près du but, il pourrait toujours la renvoyer - et faire taire ses protestations - pour la rejoindre peu de temps après. Ce serait plus discret. Il ne lui avait pas demander ce qu'elle avait dit pour justifier son absence, mais il espérait que ce soit convaincant. Ils en auraient peut-être pour des mois...!

D'un signe de tête, il permit à la jeune femme de faire ce qu'elle souhaitait, et il observa. Il ne vit, mais entendit les geignements du triton. Elle devait usé de ses sens. Lui faisait-elle percevoir de la douleur ou du son? Difficile à définir, mais la Toile était solide. Elle tiendrait le coup. Il devait sûrement surveiller, car le soleil l'asséchait un peu, et comme il était particulièrement puissant, d'ici une heure ou deux, elle pourrait venir à fendre. Il en rajouterait, tout simplement. Il eut un sourire carnassier, en saisissant que la créature souffrait suffisamment pour s'ouvrir à eux. Il se leva lentement et approcha, alors que son apprentie lui laissait la place.

Nova, ce qui était apparemment son nom, déclina qu'il était seul, en repos. L'Arachnéen fit une moue sceptique. Cela manquait de précision. Avait-il un clan? Une tribu? Une nation? D'où venait-il? Pourquoi se reposer ici? Le mage secoua la tête. « Ce n'est pas suffisant, Triton. Il m'en faut plus que ça... » Il se pencha près de lui. Le captif se plaignait de la chaleur. Il faisait effectivement chaud. En le voyant se débattre, il sourit, de ce sourire qu'on ne voulait pas voir, et attrapa la Toile qui reliait ses chevilles, puis se leva pour le traîner dans le sable, jusqu'à un point d'ombre. « N'en profites pas trop, si tu n'es pas plus bavard, tu retrouveras une place de choix au soleil. »

Il eut plutôt l'audace de réclamer sa gourde. Il haussa un sourcil. « Comment un aveugle peut-il repérer des détails aussi précis de son environnement? Que tu coures entre les rochers, je devine que tu aurais pu connaître le coin. Mais là, tu nous fait part de quelque chose d'intéressant. » Un sens que les humains non pas? Le sorcier réfléchit à ce qu'il connaissait de la race triton. Le terme qu'il utilisa le laissa perplexe, mais pourtant, il avait soudainement l'impression de savoir de quoi il parlait. Mais si, il l'avait vu, en étudiant les forces et faiblesses des autres races - des ennemis potentiels. Ça lui reviendrait, tôt ou tard.

Puis, il ricana. « Tu peux encore servir, et pas qu'un peu, Triton. » Pourquoi l'appeler par son nom et lui montrer un respect qui ne lui était pas du? « Tu n'as pas à savoir qui nous sommes. J'ai déjà parcouru ces terres, je connais des gens originaires d'ici, et jamais on ne m'a parlé de ton dialecte. Alors, je ne me répéterai pas. D'où viens-tu, qui es-tu vraiment, et que faisais-tu vraiment ici? Je pourrais consentir à te laisser à l'ombre, et peut-être même à t'abreuver, si tu réponds. Sinon, attends toi à retrouver la douceur du soleil. Je suis patient. » Il lui parlerait de sa raison d'être ici, éventuellement. Il marqua un temps d'arrêt et l'observa. Il pouvait bien lui en donner un peu, il en saurait peut-être un peu plus sur lui, par après. « Nous traquons un déserteur, c'est tout ce que tu sauras pour l'instant. Si tu es bien coopératif, peut-être t'en dirais-je plus sur notre présence ici. »

Accentuant les ombres présentent, il s'adossa à la paroi la plus près et profita de la caresse de ses ombres froides. Qu'il ne garda, évidemment, que pour lui. C'était bien l'une des rares fois où il utilisait la solidification de ses ombres pour lui-même. Pouvait-il sentir ces ombres mouvantes, ce petit poisson? Elles étaient tout de même solidifiées, et mouvantes. Mais étant des ombres, dans l'ombre, elles étaient relativement invisible, Philomena ne pouvait pas les voir. Il faudrait qu'elle soit près de lui pour sentir les caresses froides, semblable à de l'eau fraîche, de son pouvoir qui se manifestait. Il devait bien se l'admettre, Cailean adorait qu'on ne puisse pas l'étiqueter sur ses pouvoirs et demeurer un tel mystère. Il pouvait alors faire tellement plus de mal... !
Revenir en haut Aller en bas
Nova
Seccyeth
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Triton
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Mer 21 Sep - 20:44

Il poussa un soupir. Ils ne le prenaient pas au sérieux, c’était évident. Par contre, son don d’écholocalisation suscita visiblement l’intérêt général. Il ne pourrait pas expliquer comment ça fonctionnait et puis, même s’il en avait la capacité, il refuserait de le faire. Autant montrer toutes les cartes de son jeu, tant qu’à y être! Lorsque l’homme déclara qu’il pouvait encore servir, Nova afficha un air surprit. Quelle idée avait-il en tête? Ses intentions étaient bien mystérieuses… Et que dire sa compagne qui tenait souvent des propos plutôt… particuliers? Ils devaient bien être venus en ces lieux pour une raison précise! D’une oreille attentive, il écouta la suite des propos de son geôlier et, bien qu’il ne puisse saisir la totalité de ses propos, il put en comprendre la grande majorité. À entendre le ton emprunté, Donovann comprit qu’il n’avait pas tellement le choix de parler puisque le bougre ne semblait pas être du type à mentir quant à l’exécution de ses menaces.

Le triton poussa un nouveau soupir. Il ne mentait pas vraiment! Il était réellement venu passer sa journée de congé ici, loin de tout le monde, simplement pour avoir un peu de tranquillité! Pourquoi croyaient-ils qu’il avait une autre motivation que celle-là?! Si compliqué quand en fait, la vérité était toute simple. L’inconnu en profita pour le gratifier de quelques réponses plutôt courtes, mais c’était un début. Ainsi, ils erraient dans le coin dans le but de traquer quelqu’un. Il ne connaissait pas tout à fait la signification du mot « déserteur », mais il supposa qu’il s’agissait d’une sorte de traître à leur nation. Voilà qui était rassurant puisqu’ils n’étaient pas venus dans le but unique de s’en prendre à un Irianien. Maintenant qu’il avait récolté cette bride d’information, ils attendaient visiblement qu’il se mette à parler, à son tour.

- Je vous dis que je suis venu me reposer, insista-t-il, agacé. Pourquoi croire que j’ai d’autres motivations? Et puis, vous dites que vous ne connaissez pas mon dialecte, pourtant, vous ne semblez pas connaître énormément ma race. Comment pouvez-vous prétendre tout savoir dans ce cas, vous qui ne connaissez même pas la race aquatique? J’ai toujours parlé ce langage avec ma sœur et mon père… Vos sources ne connaissent pas tous les secrets de la terre, visiblement.

Un brin trop arrogant? Probablement! Il sentit une poigne saisir ses liens et le tirer à nouveau, ponctué d’un rire féminin. Instinctivement, il étendit son écholocalisation et sentit que l’homme n’avait pas bougé d’un poil, toujours adossé à un mur de pierre, plus loin. C’était donc la « princesse » cette fois, qui le ramenait au soleil. Ah tiens? Qu’est-ce qui entourait son geôlier? C’était comme si… il y avait un environnement intangible qui l’entourait. Comme de… l’eau? Malheureusement, il ne put point s’attarder davantage sur lui, car il sentit une chaleur cuisante le prendre d’assaut, du moins, la partie inférieure de son corps. Bientôt, il serait complètement submergé par le soleil! Il se sentait déjà déshydraté, il ne pouvait donc pas se permettre de rester trop longtemps à découvert!

- Vyec lrean... [Fais chier…] marmonna-t-il. D’accord, arrêtez, santa[merde…] Je proviens d’au-delà de l’océan, se reprit-il. Pour toute réponse, il reçut un coup de poing dans l’estomac… probablement en vengeance vu son manque de collaboration d’un peu plus tôt. Mouais… c’était presque mérité. Nova se cambra vers l’avant sous l’impact et toussota avant de reprendre son souffle. Vous n’êtes pas seuls. Il n’y a pas qu’un seul continent, qu’un seul peuple, qu’une seule civilisation. Huic cussac payiluib bmic huspnaiq xia juic ma lnuoaw [Nous sommes beaucoup plus nombreux que vous le croyez]. Le monde est surprenant quand on prend la peine de voyager. Si vous preniez la peine de voir plus loin que l’horizon, vous découvriez une nation plus grande que nature. Un sourire cynique trônait sur ses lèvres. Un empire, même. Mais sachez que je suis sérieux lorsque je disais être venu pour me reposer!

C’était peut-être le fait qu’il se tortillait depuis tout à l’heure ou encore la chaleur du soleil brûlant qui le frappait incessamment depuis de nombreuses minutes, mais il sentait que ses liens étaient de moins en moins serrés. S’il forçait un peu, peut-être que… Bandant ses muscles pendant que l’homme et la femme discutaient, Nova sursauta en sentant la corde jadis gluante se rompre comme une liane. C’était le moment où jamais!! Il devait se rendre à la mer et, le cas échéant, il pourrait s’échapper en un clin d’œil! Sans plus attendre il posa ses mains au sol au-dessus de ses épaules (alors qu’il était toujours couché sur le dos) et se propulsa. Dans un bond, il fut sur ses pieds, prêt à détaler. Il s’élança, mais sa course fut stoppée nette par… quoi au juste? Son bras gauche et sa jambe du même côté étaient retenus par une force incroyable que même son écholocalisation avait du mal à détecter. Encore cette énergie étrange semblable à de l’eau! Une onde glaciale grimpa dans ses membres captifs, soutirant une grimace de stupeur de la part du triton.

- Santa! [Merde!] S’écria-t-il en se débattant en vain. C’était quoi ce foutoir?! Ils étaient des putains de démons ou quoi?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philomena
Époux(se) de Roi(Reine)
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 05/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race:
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Dim 25 Sep - 17:42

Lorsque le petit poisson se mit à parler, cela remplit Philomena d’une certaine fierté. Elle savait bien que son maître ne la féliciterait pas ouvertement – ni indirectement d’ailleurs – toutefois, elle se plaisait à penser qu’il était satisfait de la progression de sa jeune apprentie. Ainsi, alors qu’elle cédait la place à Cailean, elle écouta les propos de celui qui déclarait s’appeler Nova, tout en tortillant une mèche de ses cheveux autour de son index. Il se débattait et il lui faisait penser à un poisson, pris au piège dans un filet de pêche. En fait, c’était exactement ce qu’il était. La réflexion arracha un sourire à la princesse. Le triton se mit alors à se plaindre de la chaleur, ce qui était légitime, puisque même la jeune femme avait l’impression d’être une poterie qu’on cuisait. Le mage tira le jeune homme à l’ombre avec un éclat de rire. Elle s’adossa à un rocher, regardant la scène. Serait-il plus enclin à parler maintenant qu’il était à l’ombre? Elle devait se l’avouer, elle était très impatiente de réitérer l’expérience de son pouvoir sur ce jeune guerrier à la vue manquante. Elle ne pouvait qu’imaginer à quel point ses autres sens étaient exacerbés. Une proie de choix pour qui pouvait les influencer. Cette pensée lui procura des frissons d’impatience. Son maître la laisserait-il jouer encore un peu avec leur captif?

La demande de Nova la tira de ses pensées. Comment pouvait-il savoir qu’une gourde se situait à cet endroit précis? Avait-il un pouvoir qui lui permettait de palier à sa vue? Il dut comprendre l’incompréhension qu’il suscita puisqu’il expliqua que les tritons possédaient un sens que les humains ne possédaient pas. Gula décolla son dos de la paroi rocheuse. Mais c’était extrêmement intéressant en fait. Quel était ce sens? Comment cela fonctionnait-il? Si elle pouvait en comprendre son fonctionnement, serait-elle en mesure de l’influencer comme elle pouvait influencer les sens humains. « Mais c’est que tu deviens de plus en plus intéressant, petit poisson. » La jeune princesse leva les yeux vers son maître, espérant qu’il sache ce qu’était le terme qu’employait leur captif, mais il ne croisa pas son regard, à son grand regret.

Lorsque le jeune inconnu fit un signe pour qu’on lui délie les mains, Philomena éclata de son rire caractéristique. Il était bien naïf s’il croyait que Cailean le libérerait. Elle savait que son maître aimait bien faire souffrir ses otages et leur soutirer le plus d’informations possible. Bien qu’elle n’ait jamais été sa captive, elle savait à quel point il se plaisait à causer des souffrances physiques et psychologiques. C’était peut-être pour cette raison qu’il la fascinait autant. À sa grande surprise, le mage consentit à donner quelques informations à leur prisonnier, tout en prenant bien soin de le menacer de retourner au soleil. En retour, le triton se mit à parler, répétant sensiblement ce qu’il leur avait déjà dit. N’avait-il que ces paroles en bouche? Toutefois, lorsqu’il parla avec un peu trop d’arrogance à Cailean, la jeune femme sut qu’il avait dépassé les bornes. Après tout, c’était lui le prisonnier, il n’avait aucun droit de répondre sur ce ton à son maître qui lui était en tout point supérieur. Déterminée à le punir pour une telle impolitesse, elle s’empara des liens qui le retenaient à la cheville et le tira au soleil. « Tu sais, l’impolitesse ce n’est pas bien. Il va falloir être plus poli à l’avenir, sinon je serai bien forcée de te punir. Et crois-moi, j’y prendrai beaucoup plus de plaisir que toi. » Elle éclata de rire. Qu’adviendrait-il s’il restait trop longtemps au soleil? La cadette royale n’était pas aussi patiente que son maître, elle détestait attendre, préférant que tout se passe rapidement. Ainsi, elle se concentra sur les jambes du petit poisson et altéra son sens du toucher. Il aurait désormais l’impression que le soleil plombait encore plus fortement que nature, que sa peau s’assécherait, qu’il brûlerait même, sous les rayons ardents du soleil. Cela sembla fonctionner puisqu’une fois de plus, la langue de leur invité ligoté se délia et il se mit à être beaucoup plus volubile, et surtout sur un ton beaucoup plus approprié. Enfin, c’est ce qu’elle crut.

Philomena mit alors fin à son pouvoir pour écouter ses propos. Il disait provenir de l’océan, mais ce qui suivit, qui avait surtout des airs de menaces, s’avéra intéressant. Une nation plus grande que nature? Un empire? Était-il sérieux? La princesse se retourna vers son maître. « Cela se peut-il maître? » Elle s’avança vers lui. « Un empire peut-il s’être réellement bâti sans que nous le sachions? » Alors qu’il lui répondait, elle se rapprochait de lui. Elle voulait se montrer docile, intéressée même pour qu’il la désire. Un bruit derrière elle retentit et elle vit Nova se défaire de ses liens et se mettre à courir. Alors qu’elle se concentrait pour l’assourdir une fois de plus, Cailean fut plus rapide qu’elle puisque le jeune homme se figea, comme si une partie de son corps était prise au piège, et jura dans son dialecte. Oh, mais il était téméraire, elle devait lui accorder. Un instant plus tard, il se retrouvait encore ligoté comme un saucisson. Ne comprenait-il pas qu'il n'avait aucune chance? Elle se retourna vers le mage, un sourire coquin aux lèvres. « Maître, accordez-moi la permission de lui donner une leçon. » D’un bref signe de tête, il lui accorda ce qu’elle demanda et la princesse gambada presque jusqu’au triton tout en tortillant une mèche autour de son doigt. Le jeune homme se tenait encore debout, bien que maintenu par la Toile de son maître. D'une légère pression, elle le fit basculer afin qu'il tombe sur le dos. Enjambant son corps, elle s’installa à califourchon sur son ventre, en position assise. « Tu sais, mon mignon, je t’avais prévenu que je serais forcée de te punir. Tu ne m’as pas écoutée. »

La jeune femme avait imaginé la parfaite manière de le torturer. Altérant une fois de plus le sens du toucher du jeune homme, elle visualisa dans son esprit un poignard. Puis, elle passa son doigt dans le visage du jeune homme, d’abord sur son front, puis sur ses joues. Ensuite, il descendit sur son cou, sur son torse, avant de se diriger sur chacun de ses bras. Cependant, le captif ne ressentait pas la douce caresse d’un doigt. Grâce au pouvoir de la rouquine, il ressentait plutôt la lame d’une dague qu’on plantait et promenait sur sa chair et la sensation de coupure que cela provoquait. Il y eut bientôt des cris de douleur, ce qui provoqua des éclats de rire chez la princesse. Elle s’amusa ainsi pendant de nombreuses minutes, jusqu’à ce que le jeune homme menace de s’effondrer. Lorsqu’elle mit fin au supplice, elle se pencha pour atteindre l’oreille de sa victime. « Allez, fais-moi plaisir. Dis-moi que tu ne recommenceras pas. » Philomena se releva et revint vers son maître qui n’était pas loin d’eux. Un sourire charmeur aux lèvres, elle s’arrêta devant lui et planta son regard dans le sien. « Puis-je faire autre chose pour vous satisfaire? » Toute cette torture lui avait donnée des idées très indécentes. Cela lui avait rappelé ses heures dans le noir où elle s’imaginait des scènes plutôt érotiques de torture et de sensualité avec le mage. Pourtant, ils semblaient bien loin de ces fantasmes, Cailean demeurant toujours froid et impassible avec elle. De plus, il ne fallait pas oublier la présence du triton.

_________________
« My freakness is on the loose
And running, all over you
Please take me to places, that nobody, nobody knows
You got me hooked up on the feeling
You got me hanging from the ceiling
Got me up so high I'm barely breathing
So don't let me, don't let me, don’t let me, don't let me go. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Mer 28 Sep - 15:55

Cailean fronça les sourcils. Comment cet impertinent de microbe osait lui parler de cette façon? Il y avait des tritons par ici, mais pas un seul qui parle cette langue. Était-il idiot au point de croire qu'il était le seul représentant triton? Il savait ce qu'il avait à savoir, et si cette petite chose avait quelque chose à ajouter, ce n'allait certainement pas être ce genre d'insultes. Il regarda Philo et lui fit un signe de tête vers le poisson, mais elle était déjà en mouvement, anticipant l'ordre et ramenant la créature au soleil, tout en le tançant ouvertement pour son impolitesse. Il observa attentivement son manège.

Quoiqu'elle fit, elle le fit bien, car Nova se remit à parler. Il haussa un sourcil suite aux informations recueillies. Un empire outre mer? Voilà qui était intéressant! Et pourquoi s'intéresser au continent Enkiev? Voilà qui était fort intéressant. Si un Empire envahissait le territoire, il ne voulait pas être de ceux qui défendent. Shola ne méritait pas autant d'attention de sa part. Jusqu'où en était cet envahisseur dans son trajet? Il avait apparemment déjà suffisamment pris possession du désert pour que ses membres viennent s'y reposer. Comment pouvait-il traverser si aisément la mer pour venir seul se reposer? N'y avait-il pas plusieurs jours de bateaux? Que de question sans réponse!

« Oui, bien sûr que c'est possible. Il y en a sans doute des milliers de civilisations de par le monde, mais si celle-ci s'est érigée comme un grand Empire... » il voulait être de la partie et de ne pas rester derrière. Il jeta un regard noir à la jeune femme. « Pensez-vous vraiment que le monde se limite à la portée de vos yeux? Il y a, comme cette chose l'a dit, une multitudes de choses à découvrir en dehors de ce continent. Des terres inexplorées, des terres convoitées. » Il lui jeta un regard dédaigneux.

Quand il vit le mouvement du triton, il réagit vivement, projetant les ombres pour le rattraper. Dans sa fuite, il avait passé à l'ombre d'un rocher, ce qui rendit la fluidité des ombres beaucoup plus efficaces. Il se leva pour avancer vers l'impertinent. « Je n'ai jamais dit que nous en avions terminé, Triton. » Il fit signe à Philo d'avancer vers lui et projeta sa Toile pour le ligoté. Lui donner une leçon? Il acquiesça. Qu'elle le fasse, toutes les occasions étaient bonnes pour pourrir cette âme assombrie. Elle poussa la proie sur le dos et s'installa dessus.

Cette fois, elle semblait avoir imaginer une torture fort douloureuse, car leur prisonnier se mit à hurler. Non loin, la mer sembla s'agité. Il fronça les sourcils et s'avança vers celle-ci. Plus la torture avançait, plus le remous devenait intense. Lorsque les crient cessèrent, l'eau ne cessa pas son manège pour autant. C'était comme si... quelque... s'y trouvait, et s'agitait. Il revint vers le duo et fit face à son apprentie, qui affichait à nouveau cet air d'adolescente en chaleur. Il lui jeta un regard froid. « Il faut y aller. » il se tourna vers leurs montures et s'avança.

En fait, le prisonnier allait venir avec eux. Le sorcier se retourna, leur prisonnier ne semblait pas assez inquiet à son goût. Fronçant les sourcils, il revint vers celui-ci. L'attrapant par le collet, visiblement agacé, il le souleva et le traîna. « Peu importe ce que tu manigances, ça ne se passera pas comme tu le souhaites. » pas comme il le souhaitait lui non plus, il désirait se rendre sur cet île, et c'est lui qui allait les y aider, mais les choses se compliquaient. C'est cette damnée apprentie qui en avait sans doute trop fait. Peut-être avait-il appelé des renforts? Il le souleva et le plaqua contre le roc. « Que peux-tu faire d'autres à part te localiser? Réponds. » fit-il, menaçant.

Ça y est, quelque chose allait surgir de la mer. Il tira puis poussa violemment le prisonnier contre la pierre pour lui donner un bon coup dans le dos, et le relâcha dédaigneusement. Se tournant vers Philomena, il lui jeta un regard sombre. « Vous auriez du le cuisiner en douceur, il a appelé du renfort, j'en suis sûr » et il la gifla violemment. « Cette manie de toujours vouloir aller plus vite... » Il se retourna vers Nova, l'attrapa de nouveau et le traîna vers les chevaux. Il le poussa au sol près des bêtes, insouciant qu'il se fasse piétiné, et se retourna vers la princesse. « C'est le temps, de vous dépêcher, maintenant! »
Revenir en haut Aller en bas
Nova
Seccyeth
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Triton
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Jeu 29 Sep - 15:46

Une force glaciale et terrifiante le tenait fermement en place par le bras et la jambe. Mais c’était quoi ce bordel!! Il déglutit péniblement. Des liens collants jaillirent de nouveau, le ficelant comme un saucisson chez le boucher. Il grogna de frustration et recommença à se débattre, mais rapidement, une poigne assurée le tira vers l’arrière. Déstabilisé, Nova chuta et tomba lourdement au sol, sur le dos. Il en eut le souffle coupé, l’espace d’un instant. Il sentait qu’on l’enjambait et quelqu’un vint prendre place sur son abdomen, assit à califourchon. Vu le poids léger qui en découlait, il supposa rapidement qu’il s’agissait de la « princesse ». D’ailleurs, les propos qu’elle lui susurra lui confirmèrent son identité et une expression de peur se glissa sur ses traits. Qu’allait-elle faire?! Elle gloussa, ce qui n’augurait rien de bon pour le triton.

C’est alors que ça commença… Tout d’abord, elle débuta par son front : une douleur lancinante, comme si on coupait sa peau avec un objet très pointu, une dague peut-être. Le mouvement lent, mais régulier, descendit le long de sa tempe et sur sa joue. Il avait la réelle impression qu’une immonde plaie ouverte se traçait sur son passage d’où il pouvait presque sentir son sang couler. Ce fut plus fort que lui, il se mit à hurler. Mais elle était complètement folle ou quoi?!!! Son souffle était saccadé et hyper rapide sous la douleur engendrée par la « princesse ». Surtout au moment où elle entailla a gorge, lui laissant par le fait même la terriblement sensation qu’on venait de lui trancher net la jugulaire. Il s’étouffa sous l’impact avant de recommencer à hurler.

** SHALAR!!!! **


** J’arrive Nova!!! SALES VERMISSEAUX, ILS TÂTERONT DE MES CROCS!! **

Des larmes de douleur incontrôlables coulèrent aux coins de ses yeux alors qu’il avait l’impression que la « princesse » ciselait sa peau comme on entaille un morceau de tissu pour se faire un vêtement. Le torse y passa ainsi que les bras et Nova était empreint d’un sentiment d’effroi indescriptible alors qu’une image mentale de ses blessures envahissait son esprit. Il avait l’impression que sa peau diaphane n’était que lambeaux de chair sanguinolentes. Les vagues de l’océan commencèrent à se déchaîner, quelque chose arrivait et troublerait bientôt la « quiétude » des tortionnaires.

- YNNÊDAW!! [ARRÊTEZ!!] Hurla-t-il en ne prenant même pas la peine de traduire. Son cerveau était incapable de le faire de toute façon, trop à vif à cause de tous ces signaux de douleur qui n’arrêtaient plus.

Après ce qui semblait être une éternité, la jeune femme décida enfin d’arrêter son manège. Elle se pencha sur un Nova haletant et terrifié alors qu’elle lui soufflait des paroles menaçantes à l’oreille. La douleur avait cessé et c’était comme si rien ne s’était passé. Toutefois, les remous terribles de l’océan ne cessèrent pas, comme si la mer elle-même était gorgée d’une fureur incontrôlable. L’homme déclara qu’il était temps de partir d’un ton glacial et se détourna pour aller vers ce que Nova croyait être des montures (surtout vu leur renâclements nerveux découlant des hurlements du triton). Prenant de grandes bouffées d’air, l’écuyer de Syrian tenta de retrouver une respiration normale et essayait des calmer les tremblements qui le prenaient d’assaut. De toute façon, Shalar allait être là d’un instant à l’autre et ce cauchemar serait enfin terminé. Toutefois, alors qu’il tentait de retrouver un semblant de tranquillité d’esprit, il sentit une poigne solide l’agripper par le collet et le soulever du sol. La voix vindicative, mais terriblement calme de l’homme résonna à ses oreilles et le triton décida de garder le silence. Les mots ne comptaient plus, désormais. Ils n’empêcheraient en rien la fureur de Shalar.

L’homme le souleva de nouveau puis le plaqua violemment contre le roc, soutirant un grognement de la part de Donovann. Mais aucun autre son ne sortit de sa gorge, puisque l’écuyer était décidé à rester muet comme une tombe. Shalar était tout prêt et il était furieux, Nova le sentait. Le « démon » le tira à nouveau, puis le frappa une fois de plus avec violence contre la pierre afin de le blesser au dos et le triton lâcha une plainte de douleur. Merde! Il serait courbaturé après cette aventure! Son geôlier relâcha enfin sa poigne et le jeune De Vere tomba à la renverse, faute de pouvoir se retenir (satanés liens). Visiblement, l’homme perdait une goutte de son sang-froid vu la façon dont il fit ses réprimandes envers la « princesse » juste avant de la gifler avec force. Il y avait des soucis entre eux deux? Voilà qui était intéressant. La poigne solide de l’inconnu saisit ses liens à nouveau et le tira vers les montures qui piaffaient nerveusement. Il croyait réellement que Nova irait avec lui? Il somma la princesse de se dépêcher, qu’ils devaient partir…

Mais il était trop tard…

Un jet d’eau surprenant jaillit de la mer et un rugissement s’en suivit, résonnant sur les rochers environnants. Un immense dragon bleu jaillit avec une vitesse surprenante en un seul bond et atterrit lourdement au sol. D’une hauteur de six mètres, la bête toisait les humanoïdes de son regard glacial luminescent aux pupilles verticales. Ses ailes étaient gracieusement repliées dans son dos et ses écailles acérées dans les différentes teintes de bleus brillaient au soleil comme l’eau d’une rivière en mouvement. Sa longueur était au moins l’équivalent de deux fois sa hauteur et sa puissante queue était surmontée d’une nageoire en pointes. De la vapeur d’eau émanait de ses nasaux alors qu’il renâcla en regardant les deux individus incrédules qui l’observait. Les chevaux prirent peur. L’un d’entre eux détala, le deuxième fut moins chanceux. Shalar frappa à la vitesse d’un cobra, prenant une croquée considérable du destrier. Il tira la pauvre bête hennissante vers la mer puis la lacéra de ses griffes imposantes. Il relâcha ce qui, à première vue, ressemblait à une proie, puis porta une nouvelle attention sur les deux geôliers de son dragonnier. Baissant la tête, il marcha lentement en direction de la femme, comme un serpent traquant une proie. Dans un mouvement vif, il claqua son impressionnante dentition couverte de sang à quelques centimètres de la « princesse » qui fut obligée de s’éloigner. Il s’avança ensuite vers l’homme au teint blafard et sembla lui porter une attention toute particulière. Ce dernier recula tranquillement, s’éloignant de l’écuyer qui n’avait pipé mots, mais qui avait recommencé à se débattre en fou pour se défaire de ses liens. Les mouvements saccadés et furieux du triton attirèrent d’ailleurs l’attention du dragon qui s’avança vers lui.

Une fois à la hauteur du jeune homme de 18 ans, le dragon abaissa sa gueule vers lui et glissa délicatement ses dents entre ses liens et son corps. En un claquement de mâchoire, les filaments se rompirent, libérant l’écuyer.


** Ça va, tu n’as rien, fit la voix caverneuse de Shalar dans son esprit. Tu semblais pourtant en douleur, petit homme… **

Pour s’assurer que son compagnon disait la vérité, Nova tâta sa peau frénétiquement, découvrant que celle-ci était aussi intacte que le jour où il était né. C’est alors qu’il comprit : la « princesse » pouvait manipuler les sens. Or, comme il n’avait pas de vision, elle s’acharnait sur son toucher… Brillant.

- Sanle, m'yse [Merci, l’ami], fit-il en se levant et en replaçant ses vêtements. Il caressa le museau de Shalar qui se laissa faire docilement, puis, il se retourna vers les deux intrus. Tsss… Vous vous croyez tout permis, pas vrai? Shalar… Tue-les.

Son ton était froid et autoritaire. Le dragon ouvrit la gueule en ce qui semblait être un rictus mauvais. Les écailles de son encolure se relevèrent légèrement ce qui donnait l’impression qu’il était plus imposant et il poussa un terriblement rugissement. Dans un battement d’ailes, il gagna les airs et planta son regard vers l’homme.

- Amusons-nous maintenant, petit asticot, fit Nova à l’attention du « démon », étant visiblement le porte-parole de la bête.

Le dragon gonfla son impressionnante poitrine et cracha un immense geyser d’eau bouillonnante en direction de l’homme qui esquiva l’attaque. Il chargea ensuite en sa direction, prêt à cracher de nouveau. Nova, pour sa part, se jeta sur le côté pour éviter le terriblement souffle de la bête. Il roula dans le sable plus loin et repéra son paquetage sur la plage. Il se saisit de ce dernier, puis revint en direction de Shalar qui combattait farouchement le « démon ». Il se plaqua contre un énorme rocher et étendit son écholocalisation. C’est alors qu’il repéra la « princesse », à découvert, qui cherchait peut-être une façon de s’en prendre au reptile. Oh que non! Nova arriva aux pas de course dans son dos, descendit le tissu qui recouvrait sa paume, sortit un poignard et agrippa la jeune femme. Il plaqua sa main libre sur la bouche de cette dernière pour l’empêcher de crier et plaqua le tranchant de la lame sur sa gorge, entaillant très légèrement sa peau. Il tira cette dernière vers l’arrière et la traîna derrière un rocher avant de se plaquer contre la pierre, tenant fermement la femme contre lui (dos à lui).

- Je vous conseille fortement de vous tenir tranquille, sinon je vous assure que je vous égorge sur le champ, souffla-t-il, sa bouche n’étant qu’à quelques centimètres de son oreille. Déjà, un torrent de visions l’envahissait, toutes en liens avec la jeune femme. Ne me défiez pas, car je vous jure que je n’hésiterai pas un seul instant à sectionner votre jugulaire, princesse Philomena.

Il savait son nom, sa race, de quoi elle avait l’air physiquement, son âge approximatif et voyait maintenant tous les souvenirs de ces dernières en ordre décroissant, comme s’il remontait le temps. Rapidement, il tomba sur un sujet vif et terriblement sombre. La pauvre avait été victime d’horreurs indescriptibles! À travers ses souvenirs, il vit un homme nommé Cailean et par le lien qui les unissait, il supposa que c’était l’individu qui l’accompagnait. Nova en eut le souffle coupé devant toutes ces scènes de violences et de tortures, comme s’il les voyait au moment où ils se déroulaient.

- Vous avez été torturée, chuchota-t-il. Séquestrée, mutilée… par cet homme, ce Cailean. Nova resserra sa poigne alors qu’il la sentait se débattre, la lame mordant un peu plus la chair de sa gorge délicate. Vous étiez différente avant. Vous avez été bernée à plusieurs reprises, pas vrai?

Un nouveau rugissement de dragon attira l’attention de Nova et il rompit le contact alors que sa vision lui montrait une Philomena qui quittait le palais royal avec sa horde de gardes du corps pour se rendre dans un marché où elle irait rencontrer un certain « Adam ». Il tira férocement la princesse avec lui, sortant de sa cachette. Une nouvelle idée lui venait en tête. Les deux individus pourraient être utiles. Ils semblaient tous deux bien placés au sein de leur nation et les informations qu’ils fourniraient pourraient être des plus intéressantes à recueillir. Il était fort probablement que Syrian soit fier de lui et peut-être même Zéphir… De sa main libre, il ramena les bras de Philomena dans son dos pour l’empêcher de bouger.

** Shalar, arrête tout! **

- STOP!! Cria-t-il à l’intention du magicien. Sir Cailean… c’est comme ça qu’on vous appelle, pas vrai? Ajouta-t-il avec un sourire en coin alors que le dragon revenait vers lui. Rendez-vous, sinon j’égorge la princesse Philomena et je me ferai un plaisir de jeter son cadavre aux requins. Changement de plan. Non seulement je n’irai pas avec vous, mais vous viendrez plutôt avec moi. Si vous tentez quoi que ce soit, tous les deux, Shalar vous dévorera le plus lentement possible. Je suis certain que vous feriez un encas très délicat.

Pour toute réponse, le dragon claqua de la mâchoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philomena
Époux(se) de Roi(Reine)
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 05/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race:
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Ven 14 Oct - 20:59

Philomena ne remarqua pas tout de suite que les eaux s’étaient dangereusement mises en mouvement alors qu’elle s’amusait à torturer le petit poisson qui frétillait et se tordait de douleur sous son corps. Trop occupée à se soucier d’attirer l’attention de Cailean par quelque façon que ce soit, jamais son regard ne se porta sur l’étendue bleue qui leur servait de paysage. Ainsi, elle s’était attardée sur Nova, qui criait sous l’illusion sensorielle qu’elle lui faisait vivre. Plus elle utilisait son pouvoir pour faire souffrir les gens, plus son esprit sombrait dans la folie. Le mage guerrier s’était infiltré si profondément dans son âme que les dommages causés restaient sans le moindre doute totalement irréparables. Toutefois, alors que la princesse revenait vers son maître, le regard qui lui lança n’en fut pas un d’approbation, à son grand regret. Elle pouvait y lire la froideur qu’elle y voyait trop souvent. Ainsi, elle n’avait pas réussi à l’impressionner. Ce n’est que lorsqu’il mentionna qu’il fallait y aller que la rouquine posa son regard sur la mer. L’eau d’abord calme remuait beaucoup plus dangereusement, parsemée de remous plutôt inquiétant. Le triton avait-il le pouvoir de contrôler l’eau et toute cette douleur l’avait forcé à provoquer ce déchaînement? Son maître sembla plutôt opter pour une autre hypothèque puisqu’il se dirigeait déjà vers les chevaux.

La cadette royale s’apprêtait à mettre un pied dans un étrier lorsqu’elle vit que Cailean décidait de traîner le prisonnier avec eux. Son maître, fidèle à lui-même, ne manqua pas de menacer leur invité forcé afin de lui montrer qu’il ne craignait pas le danger qui semblait de plus en plus imminent. La jeune femme s’éloigna un peu de sa monture lorsqu’elle vit que l’humanoïde se faisait violemment plaquer contre une paroi rocheuse. Oh non, elle n’éprouvait pas de pitié pour lui, en fait, elle l’enviait presque. Jamais son maître ne s’était autant acharné sur elle, avec autant de violence. Ses tortures, qui lui servaient souvent de leçon pour son impolitesse ou pour ce que le mage considérait comme de l’impertinence, avaient toujours été beaucoup plus impersonnelles, puisqu’il s’amusait à la laisser seule, suspendue par les pieds ou bien enfermée dans le noir. Ce Nova avait le droit à une proximité physique. Qu’avait-il fait pour mériter cela, elle qui, pendant plus de trois ans, avait travaillé d’arrache-pied pour avoir ne serait-ce que la moitié de la considération qu’il obtenait à cet instant précis. Lorsqu’elle émergea de sa réflexion, son maître se trouvait maintenant devant elle. Qu’avait-elle manqué? Son regard était encore plus froid que celui qu’il lui avait jeté auparavant. Elle allait se faire punir, elle le sentait. Sans doute pas tout de suite, puisque la situation exigeait qu’ils partent rapidement, mais plus tard sans doute. Il la réprimanda, lui disant qu’elle aurait dû cuisiner le prisonnier en douceur. Avant même qu’elle puisse baisser les yeux en signe de contrition, il la gifla violemment. Philomena baissa la tête, mais soutint tout de même son regard et encaissa le reste de la réprimande sans rien dire. Intérieurement, elle jubilait presque. Jamais Cailean n’avait osé lever la main sur elle de quelque façon que ce soit. Ce signe physique impliquait nécessairement un engagement émotionnel de quelque sorte envers elle. Même si ce n’était que de la haine, cela valait mieux qu’un désintéressement total. Et puis, les relations haineuses pouvaient se développer en quelque chose de plus... intime.

Le magicien mit une fois de plus fin à ses pensées lors qu’il l’intima de se dépêcher. Elle venait à nouveau d’atteindre sa monture lorsque survint de la mer un bruit assourdissant accompagné d’un puissant jet d’eau. De celle-ci jaillit alors un... dragon? Le triton possédait un dragon à lui seul? Pourquoi diable n’en avait-elle pas un? Après tout, elle était princesse. Son péché qualificatif refit aussitôt surface alors qu’elle jalousait Nova pour une raison totalement différente. Elle désirait un dragon elle aussi. Ici et maintenant! La bête était énorme, très impressionnante et surtout assez effrayante. Après avoir happé l’un des chevaux, le géant reptile s’approcha d’elle et claqua la mâchoire à quelques centimètres d’elle. La rouquine n’eut d’autre choix que de reculer. « Maître ? » appela-t-elle, incertaine. Que pouvaient deux êtres humains contre un dragon de cette taille? La bête se détourna d’eux pour se diriger vers le triton qui semblait être son maître, ou du moins son compagnon. Il le délivra d’un coup de dents. La princesse fut tentée d’utiliser son pouvoir sur le dragon, mais il était bien trop loin. Avec cette taille, pour altérer ses sens, elle devrait être plus près. L’humanoïde ordonna alors au reptile de les tuer. Était-ce ainsi que sa vie allait se terminer? Dans le ventre d’un énorme dragon bleu? Elle n’allait certainement pas se laisser faire. Si le dragon pouvait s’approcher d’elle suffisamment, elle pourrait se servir de son pouvoir au dernier instant et profiter de cette diversion pour s’enfuir. Une fois de plus, la cadette se retourna vers Cailean. Le dragon semblait décidé à en finir avec lui en premier. Probablement parce qu’il était le plus dangereux et surtout celui qui pouvait lui offrir une plus grande résistance.

Comme la bête concentrait toute son attention sur son maître, Philomena sut que c’était sa seule chance d’agir. En s’approchant par derrière, elle pourrait aveugler la bête en altérant son sens de la vue et Cailean et elle pourraient s’enfuir, ou s’attaquer de nouveau à Nova, ce qui stopperait sans doute la bête. Ainsi, ils pourraient peut-être marchander leur vie. Cela semblait être la seule solution, car aussi puissant que son maître était, pouvait-il vraiment rivaliser avec un dragon? Lentement, la jeune femme s’approcha du dragon. En fait, ce danger lui procurait une sensation de plaisir extrême. Quoi de mieux que de jouer avec le feu... ou l’eau très chaude dans ce cas. Elle pouvait altérer deux sens chez un humain, serait-elle capable chez un dragon. Le sourire aux lèvres, elle était presque à la parfaite distance pour que son pouvoir fasse effet lorsqu’une main se posa sur sa bouche, tandis qu’une lame s’appuyait contre sa gorge. Oh petit poisson, tu veux jouer? Son sourire ne disparut pas sous la main du triton, alors qu’il la forçait à se diriger vers une paroi rocheuse sur laquelle il s’accota. Il lui intima de se tenir tranquille sans quoi il l’égorgerait instantanément. Vraiment? Irait-il vraiment jusqu’au bout? Avait-il ce qu’il fallait pour tuer?

La jeune femme resta calme pendant un instant. Que comptait-il faire d’elle? Elle envisagea, bien sûr, de lui donner l’impression d’une décharge électrique qui lui traverserait le corps, mais elle ne tenait pas à se faire égorger vivante. Puis soudain, il reprit la parole, lui évoquant une partie de son passé. Ainsi, il pouvait lire dans ses pensées, ou du moins dans ses souvenirs. Pourquoi ne l’avait-il pas fait avant? La réponse lui vint tout de suite. Le contact physique. Sa peau devait toucher la sienne. Gula n’avait nullement honte des expériences qu’elle avait vécues. Cailean lui répétait sans cesse que c’était nécessaire pour la maîtrise de son pouvoir et elle le croyait sur parole. Toutefois, cette pitié qu’elle sentait chez le triton la dégoûtait. Elle était plus forte maintenant. Rien ne l’atteignait. Elle tenta de se dégager, mais il ne fit qu’enfoncer la lame un peu plus profondément dans sa chair. La douleur ne lui faisait rien, elle avait déjà souffert plus abondamment. La souffrance du corps n’était rien en comparaison à la souffrance de l’esprit.

Un rugissement sembla ramener le triton à la réalité puisqu’il se mit en mouvement, entraînant de ce fait la princesse avec lui. Ce faisant, il lui libéra la bouche. Elle ne put résister. « Tu sais, mon mignon, si tu voulais un contact intime avec moi, tu n’avais pas besoin de t’infiltrer dans ma tête. » Avec son pouvoir, elle lui donna une sensation de frisson de plaisir. « Si tu voulais qu’on s’amuse tous les deux, tu n’avais qu’à le demander. » Elle éclata de rire, puis enchaîna avec une moue boudeuse. « Je déteste quand on s’amuse sans moi. » Après quoi elle se remit à rire, comme si on venait de lui raconter la plus amusante des plaisanteries. Comme pour la faire taire, il ramena ses deux bras derrière son dos. « Oh tu n’aimes pas quand je te parle de plaisir, c’est ça? » Elle tentait de le distraire par la parole, cela semblait être sa seule ressource depuis qu’il avait libéré sa bouche. « Dis-moi, petit poisson, suis-je la première fille que tu fréquentes d’aussi près? » Elle essaya de tourner sa tête et de croiser son regard alors qu’ils marchaient. « Cette proximité entre nous deux, je recommencerais n’importe quand. C’était si... intense. » Un autre sourire, coquin celui-là, se dessina sur ses lèvres. Sans doute voulait-il qu’elle se taise, mais elle se plaisait à le provoquer ainsi. Il pourrait sans doute en finir avec elle, mais il semblait avoir une autre idée en tête.

Nova s’adressa à Cailean, l’intima d’arrêter de combattre le dragon. Ainsi son maître était encore vivant. Philomena retint un soupir de soulagement. Elle ne voulait pas que l’humanoïde sache à quel point elle tenait à lui. Il menaça ensuite le mage, lui jurant qu’il l’égorgerait elle, s’il n’arrêtait pas. Une fois de plus, la jeune femme éclata de rire. Même si au fond d’elle, elle espérait que cette menace ait un quelconque impact sur son maître, elle savait que cela ne fonctionnerait pas. Il ne se souciait pas d’elle, elle le savait très bien, même si aurait bien voulu que ce soit le contraire. « Oh, petit poisson, ta naïveté est presque adorable. » La suite de ses paroles s’avéra très intéressante. Ainsi, il voulait les amener avec lui. Où exactement? La princesse se tint prête à réagir. Selon la décision de son maître, elle agirait en conséquence. S’il décidait de continuer le combat contre le dragon, elle tenterait de se dégager du triton avec son pouvoir magique. Elle avait une dague dans l’une de ses bottes, si elle pouvait seulement l’atteindre, elle pourrait sérieusement blesser celui qui la prenait en otage. Elle réfléchissait à une façon de lui faire lâcher cette dague qui léchait presque agréablement son cou. Peut-être avait-il compris la capacité de son pouvoir en réalisant qu’il n’avait aucune séquelle physique après sa torture? Elle espérait que non. Peut-être pourrait-elle lui donner la sensation qu’il a perdu l’usage de sa main. Ainsi, elle pourrait gagner du temps. Quoi qu’il en soit, il faudrait qu’elle agisse subtilement, puisque trop de brusquerie lui vaudrait une jugulaire tranchée. « Et où exactement nous conduirais-tu? Chez ta maman la sirène? » Une fois de plus, elle éclata de rire. Il fallait le dire, elle se trouvait particulièrement amusante.

_________________
« My freakness is on the loose
And running, all over you
Please take me to places, that nobody, nobody knows
You got me hooked up on the feeling
You got me hanging from the ceiling
Got me up so high I'm barely breathing
So don't let me, don't let me, don’t let me, don't let me go. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Dim 23 Oct - 20:27

Cailean pesta lorsqu'un jet d'eau fendit l'espace et qu'un immense dragon en surgit. Il blêmit un peu, d'ailleurs, ce qu'il n'avouerait jamais. Un dragon! Il aurait préféré une armée! La bête faisait près de trois dois sa hauteur, probablement même quatre, et rugissait de façon menaçante. Il se tint sur ses gardes. Une de leur monture avait fuit et... la deuxième n'eut pas un traitement fort agréable. Il jura entre ses dents. Quel merdier, quel merdier! Il ressentait une violente envie de passer son mécontentement sur son apprentie, mais ce n'était pas le moment. Il fallait d'abord sortir vivant de cette impasse.

Le sorcier fit un mouvement pour pousser Philomena, mais ne fut pas assez rapide. Fort heureusement, la bête ne cherchait qu'à l'intimider. Serrer les dents, il reprit rapidement son sang froid. Si la princesse mourrait, il aurait perdu ses trois dernières années dans un gâchis incroyable. Il ne doutait pas de ses capacités de survie personnelles, mais bien de celles de la jeune femme. Et oui, même face à la bête impressionnante. Soit il était stupide, soit il était conscient de son potentiel. Seul, il s'en sortirait dans les ténèbres sans difficulté. De toute façon, la créature se dirigeait actuellement vers le triton. Il voulut lancer un ordre à la rouquine, mais il réalisa qu'elle n'avait pas d'issu. Les chevaux étaient maintenant hors d'atteinte, le désert ne leur offrait aucun abris et l'eau semblait être le territoire de l'animal.

Peut-être pourrait-il négocier leur survie et se déplacer vers le continent? Demeurant sur ses gardes, il baissa ses bras pour quitter sa position défensive et observa les deux créatures qui semblaient fort proche. Ainsi, cet être était lié à un dragon. Était-ce coutume dans leur empire? Voilà qui lui apparaissait fort intéressant. Les tuer? À qui croyait-il qu'il s'adressait? L'arachnéen releva un menton dédaigneux en regardant son adversaire. « Je ne te crains pas, petite chose, je le répète. » Évidemment, il ne parlait pas du dragon. Même s'il éprouvait une certaine réticence, il ne le craignait pas non plus. Peut-être était-il fou, mais il était fort certainement sûr de lui.

« Humf. Nous verrons bien qui fera office d'asticot... » Pourquoi ne pas se servir un steak de dragon ce soir? Il fut particulièrement aisé pour Cailean d'éviter le jet bouillonnant d'un bond vers l'arrière. S'il devait se battre, qu'il en soit ainsi. Ce reptile avait forcément une faiblesse, et il s'engageait à la découvrir. Il vit le triton s'éloigner et envoya une toile pour interrompre son action, mais la bête rattrapa le coup en s'interposant et en recevant le tissu gluant sur la patte, qui fut secoué frénétiquement. L'homme sourit, se son sourire de carnivore. « Tu ne t'en libéreras pas si facilement. » S'il ne pouvait pas lié ses membres entre eux - il était visiblement trop fort, la Toile céderait - il pouvait toujours en entraver les mouvements.

Évitant la charge de la bête d'une roulade qu'il ne contrôlait pas vraiment, il envoya instinctivement plusieurs jets de la Toile en sautant pour éviter un nouveau jet brûlant. Shalar, car tel était son nom, n'appréciait visiblement pas la sensation, mais ne se laissa pas démonter. Lui en envoyant une belle rasade en pleine gueule, la bête rugit en ouvrant la gueule pour s'en défaire, et il en profita pour lui envoyer dans le fond de la gorge, ce qui suscita un mouvement de balancier de la part de la bête. Encore plus en colère, la prochaine charge fut rapide, mais le sorcier était beaucoup plus petit et agile. Il dégaina son épée et abaissa sa lame sur le long cou de la créature. La lame rebondit dans un mouvement qui se répercuta jusque dans son épaule. Il grimaça et recula d'un bon.

Il devait forcément y avoir des écailles plus petites... mais il avait du mal à le scruter des yeux, la bête s'agitait beaucoup. Encombré par sa lourde de cape, il se retrouvait handicapé. Devait-il se dévoilé? Est-ce que six bras allaient l'aider dans sa quête? Il sentait dans son dos l’étui des quatre autres lames, et contre ses hanches battaient une deuxième épée. Comme les coups de griffes, les claquements de dents et les jets d'eau se faisaient plus actifs - il était habile pour sa taille le bestiau! - il n'avait plus réellement le choix. Ainsi, dans une énième bond vers l'arrière, tout en se penchant, il évita un coup de croc rapidement suivi d'un coup de dent et il se redressa rapidement. Quand faut y aller...! Il retira sa cape et la jeta plus loin.

Ainsi, devant le dragon se tenait désormais un homme, à la beauté modérée, typique d'un croisé incube, qui... étirait quatre pattes au duvet rugueux et à l'aspect peu séduisant. L'extrémité se terminait par une articulation courte, sans doigts ni main, à l'aspect purement bestial. Il utilisait cette dernière articulation pour enrouler sa patte dans la gaine d'une épée spécialement conçue, l'aspect collant de ses courts poils permettait une prise imprenable sur l'arme (Quelque chose comme ça). L'arachnéen s'accroupit légèrement et bondit au prochain mouvement. Empoignant ses cinq autres lames, il plongea sur la bête sur laquelle il avait réussit à grimper en bondissant sur ses membres tendus. Il s'acharna à plonger les six lames sur tous les aspects qui lui paraissaient plus tendre de la nuque de la bête qui se débattait violemment. À l'aide de sa Toile, il se tint en place et monta vers la tête. Il avait forcément un point faible! Malheureusement, il fut déstabilisé et virevolta dans les airs avant d'atterrir lourdement dans le sable plus loin. Il grimaça, mais se releva rapidement pour sauter sur ses pieds. Sa tête semblait aussi dure que le roc. Il avait forcément manquer quelque chose.

Inopportunément, le sorcier n'avait pas le temps de réfléchir. Le rugissement de la créature semblait avoir attirer l'attention de son comparse qui surgit, entraînant son incapable d'apprentie. Il n'y prêta pas attention jusqu'à ce que la voix du triton le somme d'arrêter. En fait, ce fut la soudaine docilité de la bête qui lui fit baisser ses -six- bras. Tout autant que l'interpellation de son nom. Il ne se souvenait pas qu'il fut fait mention de celui-ci précédemment. Comment le connaissait-il...? La mage jeta un regard furieux à la princesse. Ne pouvait-elle pas se tenir deux minutes? Il inspira profondément et leva le menton en jetant un regard dédaigneux à Nova. « C'est Maître Cailean. » fit-il, le ton arrogant. Il évita tout de même de bouger. Si elle se faisait égorger, il aurait définitivement gaspillé ses dernières années de préparation, et perdait l'occasion de terminer son oeuvre en beauté.

Par contre, il était intéressant de constater qu'il avait l'opportunité d'aller justement là où il voulait aller. La menace ne l'intéressait absolument pas. C'était le reste qui raviva l'intérêt de Cailean. « Taisez-vous! » cracha-t-il à la gamine qu'il entraînait depuis déjà trop longtemps. « Vous ne faites que nuire, Philomena. Je ne suis pas fier de vous. » ceci dit sans même un regard pour elle. Il savait ô combien elle aimait sentir son regard sur elle, il n'était pas dupe. Il n'avait jamais eut honte d'utiliser cela à son avantage. Il rengaina donc les lames. Affichant à nouveau ses pattes velues - qui n'avaient plus été visibles quand il les avait baisser, afin de mettre les armes dans leurs fourreaux. « Si j'accepte de te suivre, qu'est-ce qui me garanti que je ne serai pas exécuté? » Il aurait bien voulu le sommer de lui dévoiler comment il avait obtenu son nom, mais il s'en garderait bien, jugeant automatiquement Gula comme coupable et grande gueule.

« N'y aurait-il pas d'autres informations pertinentes que cette gamine inutile ne t'aurait donné? » lança-t-il, en guise de ruse pour obtenir une réponse à son questionnement. Même désarmé et les bras allongés le long de son corps, à l'allure détendue, il réagirait rapidement si un geste devait être commis, de par son don de naissance à avoir de somptueux réflexes. Il fit un pas vers le triton, mais un mouvement du dragon l'incita à rester immobile. Il n'affichait aucune crainte, car il n'en ressentait aucune, même s'il réalisait qu'il ne viendrait jamais au bout de la bête écaillée à laquelle il n'avait pas trouvé de faiblesse - ne serait-ce que pour l'instant. Se rendre... si cela pouvait lui permettre d'obtenir ce qu'il voulait, alors soit. « Que dois-je faire? Jeter mes armes au sol? Prenez au moins la peine de fouiller votre précieux fardeau, elle a des griffes que vous ne soupçonnez même pas. » ajouta-t-il, moqueur.

« Un soldat qui prend un otage devrait s'assurer de la nature de celui-ci, votre formation est à craindre. » lança-t-il, insultant. Son poids sur une jambe, l'autre détendue, il croisa ses bras sur sa poitrine en défiant visuellement Nova de fouiller Philomena. « Allez-y, elle ne résistera pas. » Puis il la regarda, enfin, dans les yeux. « N'est-ce pas? » le ton était menaçant, elle ne devait visiblement pas se débattre. Il se sentait d'envie à lui plonger la tête dans l'eau salée jusqu'à ce qu'elle étouffe, si jamais elle résistait. Et du sel dans les poumons, cela n'avait rien d'attrayant. Il porta la main à sa ceinture. « Doucement. » fit-il, en levant une main. « Je ne fais que libérer mes armes, pour les mettre au sol. » Il détacha lentement la boucle de sa ceinture, puis défit une autre attache sous sa chemise sombre, à hauteur des épaules, à gauche, puis à droite. Les six fourreaux tombèrent au sol, pèle mêle, autour de lui. Son pantalon marron tenait bien sur ses hanches, de toute façon, la ceinture n'était passée dans aucune ganse.

Écartant les bras de chaque côté de son corps, il toisa le jeune homme. « Et maintenant? » Il crut bon d'avertir son idiote d'alliée quant à ses plans, sinon il était persuadé qu'elle ferait une bêtise.

**[Philomena] Nous allons nous rendre sur cette île, alors soyez sage, Philomena. Si tout se passe bien, je pourrez vous montrer beaucoup de reconnaissance. ** Il fit la promesse sans la regarder. Il savait fort bien que ce serait suffisant pour celle qui était devenue comme une sorte d'esclave volontaire pour lui.

Oh certes, il mettrait ses paroles à exécution. Il l'avait toujours fait. « Je suis un homme de parole, Nova. » Il daigna enfin l'appeler par son nom. « Je n'intenterai rien de plus, si je puis m'assurer de ma sécurité et de la sienne. » Il fit un mouvement de menton vers l'interpellée. Par contre, il ne voyait pas comment ils pourraient chevaucher tous trois l'impressionnante bête ailée sans selle. Il pouvait certes tenir en place grâce à ses capacités arachnéennes, mais il doutait que ce fut efficace sur une créature en mouvement. Et pour ce qu'il en était de la princesse, cela n'en serait que d'autant plus difficile. Quel était le plan de cette petite chose?

Revenir en haut Aller en bas
Nova
Seccyeth
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Triton
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Mar 25 Oct - 11:15

Sa poigne était solide sur les bras de la jeune femme et, afin de montrer qu’il était sérieux dans sa menace, Nova resserra la morsure de sa lame sur la gorge délicate de la princesse, faisant couler un très léger filet de sang. Les paroles qu’elle avait prononcées à son égard un peu plus tôt l’avaient troublé plus qu’il ne l’aurait voulu. En fait, lorsqu’elle avait parlé de « contact intime » – visiblement pour le narguer – un étrange frisson lui avait parcouru le corps. Le genre de sensation qu’il n’aurait pas dû ressentir dans un endroit pareil. Le genre à en faire rougir les plus puritains. Pouvait-elle vraiment…? C’était si tordu!! Pendant un bref instant, il avait affiché un air des plus surpris, se demandant clairement ce qui se passait avec lui, mais heureusement, la jeune femme n’avait pu le voir puisqu’il était dans son dos. Évidemment, elle avait continué de déblatérer, alternant propos provocateurs et rires un peu déments. Elle avait toutefois touché une corde légèrement sensible : effectivement, il n’avait jamais eu de fille dans sa vie, ni dans sa couche. En fait, sa formation de Seccyeth auprès de Syrian était tellement prenante qu’il n’avait pas souvent de congé et ça l’empêchait donc de nouer de véritables liens avec qui que ce soit. Ainsi, au vu de sa réplique amusée, Nova s’était tout simplement renfrogné. « La ferme… » avait-il maugréé, les dents serrées. Puis, elle tenta de le provoquer à nouveau, visiblement amusée à l’idée de se faire kidnapper par lui et minimisant la dangerosité de la situation.

- Chez ma maman la sirène? Répéta-t-il à son tour alors que Shalar tournait autour d’eux. Quelle bonne idée. Vous savez que vous êtes géniales, princesse Philomena? Ainsi, je pourrais vous emmener tout au fond de l’océan et me bidonner en vous observant vous noyer. Il paraît que l’eau qui entre dans les poumons est la pire sensation du monde. Ça pourrait être intéressant de tester ça, maintenant. Vous ne croyez pas?

Resserrant sa poigne sur les bras de la jeune femme, Nova décida qu’il allait mettre sa menace à exécution. Il commença à la traîner vers la mer quand la puissante voix de « Maître Cailean » retentit, sommant à Philomena de se taire. Visiblement, il était furieux contre elle et il sentit la jeune femme se crisper entre ses mains. Ce fut plus fort que lui, il esquissa un sourire satisfait. Y avait-il des tensions entre eux deux? Même Shalar derrière lui poussa un renâclement similaire à un rire. Ainsi, il voulait avoir une garantie qu’il ne serait pas exécuté s’il l’accompagnait? Oh, mais c’est qu’il n’avait pas vraiment le choix de toute façon. Mais Nova était bon joueur. En fait, pour être totalement honnête, il n’avait aucune idée s’il allait être tué ou non, mais son interlocuteur n’en savait rien, lui. « Vous ne serez pas exécuté. En fait, vous risquez davantage de susciter l’intérêt, vu vos talents extraordinaires. De ce que j'ai compris, vous possédez des pouvoirs… fascinants. » En fait, cette information, il l’avait vu dans les souvenirs de Philomena. Il avait comprit que l'homme possédait des pouvoirs plutôt mystérieux (puisqu'il en avait fait les frais), mais n'avait aucune idée de comment ça fonctionnait. Mais visiblement, le fait qu’il sache des informations sur lui l’énervait royalement, pour le plus grand amusement du triton. « Oh si vous saviez, Cailean. Elle est bavarde la coquine! » C’était complètement faux, elle n’avait rien dit, mais visiblement, le maître la croyait responsable… alors, pourquoi ne pas user de cette situation à son avantage. « Chuuut, princesse Philomena! Votre maître vous a dit de vous taire! Il faut respecter ses supérieurs, vous savez… » Une tension sur la droite l’interloqua. Shalar avait effectué un mouvement vers l’avant, sifflant furieusement contre le « maître des ombres ». Il avait tenté de faire un mouvement vers lui, visiblement.

- C’est une excellente idée que vous avez là. Jetez tout ça au sol. N’oubliez pas : si je n’arrive pas à vous voir, mon dragon, lui, vous a à l’œil.

Puis, il haussa un sourcil alors que l’homme tentait visiblement de le provoquer. Pour insulter les gens, il fallait d’abord savoir de quoi on parlait. Ainsi, le triton se contenta de glousser, peu désireux de révéler quoi que ce soit sur son talent particulier. Il avait bien saisi la menace de Cailean alors qu’il l’invitait à fouiller Philomena. Elle n’avait pas intérêt à bouger, visiblement.

**[Philomena] C’est charmant de constater à quel point il tient à vous. J’en suis renversé! En fait, ce qui m’étonne le plus, c’est probablement cette façon que vous avez de vouloir lui plaire absolument alors qu’il vous a traité comme un tas de merde tout ce temps. Il faut vraiment avoir besoin désespérément de reconnaissance pour avoir si peu de fierté. Je vous plains. **

Qui provoquait qui maintenant? Nova relâcha les bras de la jeune femme, mais garda sa lame bien en place. Il lui somma de ne pas bouger et la fouilla, tâtant les poches qu’il trouvait et tapotant ses jambes à la recherche d’arme cachée. Quel ne fut pas son plaisir de découvrir une dague savamment cachée dans l’une de ses bottes! Il la retira rapidement et la jeta à la mer, plus loin. De ce qu’il avait entendu, Cailean en avait fait de même en se délestant de plusieurs épées qui étaient tombées au sol dans un bruit métallique. Et maintenant? Ils se dirigeaient vers Irianeth. Tout simplement. Le maître des ombres déclara qu’il était un homme de parole et le triton sourcilla alors qu’il l’entendit l’appeler par son nom. Tiens, c’était nouveau ça. Il déclara ensuite qu’il n’intenterait rien de plus en échange d’un gage de leur sécurité. Voilà qui était intéressant. Parfait, c’était un marché.

- Marché conclut, Cailean. De toute façon, je vous déconseille de tenter quoi que ce soit, ce ne serait pas à votre avantage, croyez-moi. Il n’était pas complètement crétin, il n’allait pas les guider jusque sur l’Île en pleine possession de leurs moyens. Première des choses, ayez l’amabilité de ligoter la princesse ici présente grâce à vos filaments gluants.

Nova relâcha complètement sa poigne sur la jeune femme et attendit que l’homme s’exécute. Une fois la besogne accomplie, il tâta sommairement le corps de Philomena pour s’assurer que le tout tiendrait, puis la poussa sans ménagement contre l’immense dragon bleu qui siffla de mécontentement. Plongeant une main dans sa besace, il s’approcha ensuite de l’homme et esquissa un sourire en coin. « Je vous ai assuré votre sécurité et je tiendrai également parole. Mais ne me croyez pas assez stupide pour vous laisser votre liberté de mouvement. » En quelques minutes, il ligota le sorcier et s’assura que ses liens étaient assez serrés pour l’empêcher de se déprendre. Par le fait même, il avait senti de drôles de mandibules dans son dos… un peu rêches, comme un insecte. C’était quoi ça?! Son hésitation s’était probablement fait sentir, mais le captif ne pipa mots sur le sujet. Le triton agrippa ensuite Cailean par les liens et le poussa avec la même force en direction du dragon.

- Huic ymmuhc mac kmeccan tyhc dy bulra jahdnyma, Shalar. Yehce, cuic m'ayi, emc h'yinuhd yilihac ecciac ad ha buinnuhd neah dahdan cuic baeha ta ca huoan [Nous allons les glisser dans ta poche ventrale, Shalar. Ainsi, sous l'eau, ils n'auront aucune issue et ne pourront rien tenter sous peine de se noyer.] Déclara-t-il à son dragon, l’air de rien. La bête renâcla par les nasaux, signe qu’elle n’appréciait pas tellement l’idée, mais sans plus.

Le triton s’approcha du lézard colossal et, avec une petite tape sur son flanc, l’intima de se relever sur ses pattes arrière. Shalar s’exécuta et laissa son abdomen à découvert. Doucement, Nova caressa la peau tendre du ventre, puis enfonça sa main entre deux immenses écailles. Il tira de toute ses forces sur la peau et celle-ci se tendit au point de s’ouvrir, laissa découvrir une cavité assez spacieuse pour deux personnes. Ainsi étiré, l’épiderme devenait transparent, permettant aux « visiteurs » de pouvoir observer les environs. Donovann tendit ensuite la main vers la princesse et la tira avec force près de lui avant de l’enfoncer dans l’abdomen de Shalar. Il fit de même avec Cailean et referma la poche ventrale sur eux, s’assurant qu’il n’y aurait aucune infiltration d’eau, par le fait même.

- Alors voilà comment ça fonctionnera, fit-il d’une voix assez forte pour qu’ils puissent l’entendre. Comme vous pouvez le constater, vous êtes dans la poche de mon dragon. Vous pourrez y respirer comme vous voudrez et, au cas où vous ne vous en rendiez pas compte, vous aurez suffisamment de chaleur pour ne pas souffrir de… heu… Robudransea [Hypothermie?]? Bref, vous n’aurez pas froid. Je vous déconseille fortement de faire quoi que ce soit, autrement, ce sera une mort assurée pour vous. Croyez-moi sur parole, vous n’aurez aucune issue.

Nova s’éloigna du duo et retira ses bottes. Sans la moindre pudeur, il détacha sa ceinture et retira ensuite son pantalon qu’il plia sommairement. Sa tunique eut le même traitement jusqu’au moment où il se retrouva flambant nu, laissant découvrir une myriade d’écailles bleutées et brillantes sur sa colonne vertébrale jusqu’à sa nuque. Il enfourna le tout dans sa besace (qui était en fait imperméable) et balança celle-ci sur son épaule. Il resserra ensuite les sangles pour s’assurer que le tout ne partirait pas à la dérive. Tendant la main vers le sol, il agrippa son harpon puis s’avança vers la mer tranquillement.

- Uh o jy, Shalar. [On y va, Shalar.]

L’écuyer s’avança encore plus vers la mer, puis, plongea afin de se submerger. Une lumière bleutée l’envahit, signe de sa transformation imminente. Ses jambes se fusionnèrent en une longue queue de poisson aux écailles d’argents et de saphirs surmontée d’une nageoire impressionnante et puissante. Une membrane fine vint joindre ses doigts et derrière ses oreilles, on pouvait voir ses branchies s’activer. Le dragon s’avança ensuite et se submergea à son tour, rejoignant son dragonnier dans l’immensité de l’océan. Shalar ondulait au fond de l’eau et nageait à une vitesse surprenante. Nova, pour sa part, se tenait près de son abdomen, usant de son écholocalisation pour se diriger. Il devait aviser les siens de leur venue imminente.

**[Zéphir, Syrian] Seigneur Zéphir, Maître, je reviens vers l’île avec deux prisonniers que j’ai rencontrés sur les berges du continent. Une princesse du pays de Shola et un homme qui possède de puissants talents de sorciers. Ils pourront très certainement nous donner des informations sur nos ennemis! Tenez-vous prêts! **

Puis, il en profita pour rejoindre sa précieuse jumelle.

**[Gwendoline] Gwen, je reviens vers l’île. J’ai des prisonniers… particuliers. Je ne te sens pas très loin, ma sœur, rejoins moi dès que tu le peux. L’un d’eux est particulièrement dangereux et ta présence ajoutera un élément… dissuasif? **

Avec deux tritons et deux dragons, il était fort probable qu’il se tienne tranquille! Et puis, Svanna, la dragonne de sa sœur, travaillait particulièrement bien avec Shalar, ayant grandi ensemble. Se mouvant dans l’eau avec une aisance surprenante, le dragon et l’écuyer passèrent près d’un récif de corail et Nova se glissa sans aucune difficulté entre deux rochers escarpés avant de rejoindre Shalar, tout près de sa cavité ventrale. La faune aquatique à cette hauteur était impressionnante. Des raies longeaient les rochers, une multitude de poissons colorés grouillaient près des coraux et d’immenses requins blancs passèrent près triton qui n’en faisait aucun cas. Puis soudain, il entendit la voix narquoise de la princesse qui résonnait dans la poche abdominale de Shalar. Elle venait encore de se foutre de sa gueule. La mâchoire serrée, le triton décida qu’il en avait assez et qu’il était grand temps de lui donner une leçon. Levant la tête en direction du duo captif, il esquissa un sourire pour montrer ses crocs proéminents. Dans un mouvement vif comme l’éclair, il enfonça sa main dans la poche de Shalar et agrippa le pied de Philomena. D’un coup sec, il la tira hors de son refuge et la membrane se referma directement derrière, laissant entrer un peu d’eau dans l’orifice (mais pas assez pour que ce soit menaçant pour Cailean).

**[Cailean] Ne bougez pas d’un poil! Sinon, je vous jure que je la laisse se noyer et que je vous réserverai le même sort! Fit-il d’un ton abrupte, signe qu’il n’avait pas l’intention de la tuer, mais simplement de lui donner une leçon.**

Nova agrippa les liens de la rouquine et resta immobile alors qu’elle se tortillait dans tous les sens. Un requin passa près de sa chevelure flamboyante, visiblement stimulé par la coupure qu’elle avait au cou. Tiens donc… elle riait moins? Lorsqu’il comprit qu’elle commençait à manquer d’air, Nova l’attira à lui et plaqua sa bouche sur la sienne. Non, ce n’était pas un baiser, loin de là. En fait, il souffla de l’oxygène dans ses poumons pour lui permettre de ne pas suffoquer. Il se recula ensuite et esquissa un sourire alors qu’il sentait que les requins qui commençaient à tournoyer de plus en plus.

**[Philomena] Vous savez, les naxiehc [requins] sont carnivores et terriblement attirés par le sang. Or, vous avez une coupure au cou. Vous représentez donc un met de choix pour eux. Ils sont voraces et très dangereux. Alors, croyez mes paroles, princesse. Si vous vous foutez encore de ma gueule, je vous entaille de part en part et vous laisserez en pâture à ceux-ci. **

Il plaqua à nouveau sa bouche contre la sienne pour souffler de l’air, puis, voyant que les prédateurs se faisaient de plus en plus insistants, il enfonça à nouveau la princesse dans la poche ventrale du dragon, aux côtés de Cailean. L’un des grands poissons affamés fonça sur Nova et dans un mouvement rapide, il pivota sur lui-même afin de lui enfoncer son harpon de part en part du corps. Le requin se tortilla et un flot rouge plana autour de lui. En quelques secondes à peine, les autres squales fondirent sur leur comparse blessé et le dévorèrent farouchement.

Le message devait très certainement être saisi, pas vrai?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philomena
Époux(se) de Roi(Reine)
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 05/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Race:
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Mer 2 Nov - 19:30

La lame de Nova léchait délicieusement le cou de Philomena alors qu’il parlementait avec Cailean. La princesse voyait désormais son maître sous un tout nouvel angle, puisqu’il se découvrait maintenant à elle avec quatre pattes dorsales, telle une araignée. Tant de mystères des trois dernières années s’expliquaient dorénavant! La longue cape qu’il portait en permanence et la Toile qui n’était pas l’un de ses pouvoirs de magicien, mais manifestement l’un de ses pouvoirs raciaux. Sous cet angle, son maître lui semblait soudainement beaucoup moins attirant, voire presque répugnant. Cette aura mystérieuse qui entourait le mage, ce danger qui l’accompagnait sans cesse devenaient soudainement beaucoup moins séduisants. Toutefois, la jeune femme ne pouvait pas ignorer ce qui lui avait permis de survivre à toutes les souffrances infligées pendant les trois dernières années. Ce n’était certes pas une fascination, mais bien une obsession complètement inexplicable. Et même si Cailean se révélait à elle sous un tout autre jour, elle ne pouvait oublier ces jours entiers passés dans la noirceur la plus totale à rêver que son maître serait enfin fier d’elle et qu’il la verrait sous un autre jour que celui d’apprentie. Ses pensées devenaient de plus en plus confuses alors qu’elle essayer d’analyser ce qu’elle ressentait face à cette découverte. Puis, ne désirant plus penser à cela, mais plutôt se concentrer sur ce qui se passait présentement, elle chassa cette réflexion de ses pensées. Le mage-guerrier venait de lui ordonner de se taire d’un ton assez sec, ce qui n’augurait rien de bon. S’ils s’en sortaient vivants, il allait la punir, cela en était certain à présent, elle aurait bien le temps de ressasser des pensées contradictoires.

La rouquine semblait avoir touché une corde sensible puisqu’il la menaça de l’amener au fond de l’océan et de la laisser se noyer. La princesse tâcha de rester fière et impassible, mais celui qui la prenait en otage faisait maintenant un pas vers l’étendue d’eau. Elle était habituée aux menaces de souffrances et surtout à leur exécution. Le mage n’avait pas l’habitude de faire des menaces en l’air, il honorait toujours ses promesses de douleur. « Tu crois que c’est la première fois qu’on me menace? Ou qu’on me fait souffrir? Je parie que tu ne sais même pas ce que souffrir veut dire, petit poisson. Crois-moi, tout à l’heure, ce n’était rien. » Elle tentait tant bien que mal de ne pas laisser paraître l’angoisse qui montait en elle, puisque jamais son maître ne l’avait torturée avec de l’eau dans les poumons. Son corps se raidit sous l’ordre et surtout sur la remontrance de celui qu’elle tentait tant bien que mal d’impressionner depuis le début de cette aventure. Instantanément, ses lèvres se clouèrent et elle cessa aussitôt de provoquer le jeune triton qui la gardait toujours en otage. Visiblement, Cailean avait un plan puisque jamais il ne se serait rendu, même en présence d’un dragon. De plus, il cherchait maintenant à savoir s’il serait exécuté s’il le suivait. Avait-il vraiment l’intention de suivre ce jeune garçon? Leur mission n’était-elle pas de trouver un déserteur et de le ramener face à la justice sholienne? Lorsqu’il l’accusa injustement d’avoir donné volontairement des informations à ce Nova, Philomena voulut lui crier qu’elle n’avait rien fait. De plus, le triton se plaisait à la présenter comme coupable. Ce qu’elle avait envie de se venger. Si seulement son maître pouvait lui donner la permission d’agir. Les souffrances qu’il avait ressenties auparavant, ne seraient rien. Cependant, l’arachnéen lui avait ordonné de se taire et elle ne pouvait se permettre de le défier. Le qualificatif de « gamine inutile » lui fit l’effet d’un pieu lui transperçant le coeur. Ne voyait-il pas qu’elle s’acharnait à lui plaire de toutes les façons possibles? Ne pouvait-il pas être reconnaissant envers elle? Et voilà qu’il sommait désormais à celui qui la retenait en otage de la fouiller! Mais que complotait-il ? De plus, il l’intimait elle de ne pas se débattre. Lorsqu’il voulut une confirmation qu’elle resterait immobile, Gula lui répondit par une moue boudeuse. Toujours menacée d’une dague sur sa gorge, elle laissa donc le jeune poisson la fouiller jusqu’à ce qu’il découvre sa dague dans sa botte droite. La voix de Nova résonna dans sa tête, la provoquant. Elle serra les dents pour s’intimer de ne pas répondre, mais elle se fit un plaisir de l’envoyer balader dans sa propre tête.

Elle était d’ailleurs trop occupée à pester intérieurement pour suivre ce qui se passait devant elle. Ce fut la voix de Cailean qui retentit dans sa tête qui la fit revenir à la réalité. Ainsi, ils devaient suivre ce poisson impertinent. Être sage? N’était-ce pas ce qu’elle faisait depuis quelques instants? Après tout, c’est elle qu’on menaçait depuis plusieurs minutes d’une dague sur la gorge. Toutefois, la promesse d’une récompense acheva de la convaincre. Jamais il ne lui avait fait pareille promesse. La rouquine ravala alors toute sa colère et prit une profonde respiration. Puis, Nova ordonna que son maître la ligote avec la Toile. Enfin quelque chose de familier. Après tout, ce n’était pas la première fois. Elle avait déjà été suspendue pendant des heures dans le noir le plus total, sans pouvoir bouger un seul membre. La princesse se fit un devoir de planter son regard dans celui du Triton alors que le mage la ligotait. Peut-être se sentait-il victorieux et supérieur de la voir se faire attacher de cette façon, mais elle n’allait pas lui donner ce plaisir. Elle esquissa donc un sourire enjôleur tout en le regardant avec des yeux rieurs. Pourquoi se plaisait-on tant à la ligoter de la sorte?

Une fois qu’il eut bien vérifié qu’elle ne pourrait se dégager des liens collants de la Toile, il la poussa sans ménagement contre le dragon, à qui elle adressa un joli sourire et qui lui répondit par un inquiétant sifflement. Cailean se retrouva aussi ligoté puis tous les deux furent enfermés dans ce qui semblait être une poche ventrale du dragon. Dé-goût-tant. Philomena grimaça plus d’une fois lorsqu’elle fut à l’intérieur. Et puis quoi encore? Le triton leur fit quelques dernières menaces, tout en les rassurant. Ils pourraient respirer et ils ne mourraient pas de froid. Cette poche abominable avait au moins quelques avantages. La princesse ferma les yeux lorsque la bête se mit en mouvement, réprimant un haut-le-cœur. Elle avait déjà voyagé à cheval, en bateau, dans les bras d’un phéryxian, mais jamais dans une poche de dragon et cela ne la réussissait pas. Ce n’est que quelques instants plus tard, alors que son estomac avait cessé de lui jouer des tours, qu’elle daigna ouvrir les yeux. Le spectacle s’avéra magnifique, mais elle ne pouvait s’autoriser une telle pensée. Son regard se porta vers le triton qui avait dorénavant une queue lui permettant de se mouvoir avec aisance dans l’eau. « Ainsi transformé, il ressemble plus à une femelle qu’à un mâle. Est-on vraiment sûr qu’il est un mâle? » Amusée par sa propre réflexion, elle éclata de rire.

La jeune femme ne comprit pas très bien ce qui se passa ensuite, tellement ce fut rapide. Elle sentit simplement qu’on lui attrapait un pied et qu’on la tirait vers l’extérieur de la poche abdominale. Elle ne put réprimer un cri de frayeur qui s’échappa de sa bouche malgré elle. Heureusement pour elle, elle eut le réflexe de cesser de crier alors que sa tête entrait en contact avec l’eau. Qu’allait-il faire d’elle? Elle tenta de se libérer tant bien que mal en se tortillant comme elle pouvait, mais ses liens étaient trop résistants. L’apprentie jeta un regard de panique à son maître qui ne daigna même pas bouger. Quelque chose passa près de sa tête, elle se retourna vivement. Un requin! Non! Elle continua de se débattre, mais l’oxygène commençait à lui manquer. Elle se sentait de plus en plus engourdie, jusqu’à ce qu’elle sente des lèves sur les siennes. Sursautant, elle réalisa que Nova lui insufflait de l’oxygène par la bouche. Ne songeant qu’à sa propre survie, elle appuya fermement ses lèvres sur celle du triton, tentant d’aspirer le plus d’air possible. Il se recula et elle retint son souffle une fois de plus. Les requins étaient désormais plus nombreux et tournaient autour d’elle. La voix de Nova retentit dans son esprit. Des menaces. Toujours des menaces. Toutefois, comme son maître, il semblait décidé à les mettre à exécution. Elle ne voulait certainement terminée déchiquetée par des requins.

Résignée, Philomena hocha de la tête, signifiant qu’elle prenait la menace au sérieux. Les lèvres de l’humanoïde rencontrèrent une fois de plus les siennes lui offrant cet air qui semblait si rare. Puis, se séparant d’elle, il la replaça dans la poche ventrale du dragon. Le contact avec tant d’oxygène fut brusque et elle s’étouffa pendant de longues minutes. Les larmes lui montèrent aux yeux. Elle avait bien failli y rester! La rouquine n’osait pas regarder son maître. Elle savait bien trop qu’elle serait réprimandée. Lorsque sa toux s’arrêta enfin, elle prit de grandes inspirations, faisant entrer le plus d’air possible dans ses poumons. Son regard se posa sur le triton qui nageait près du dragon. Pourquoi s’acharnait-on à la faire souffrir? Était-elle un cobaye si attrayant pour les expériences douloureuses? Il semblait bien que oui. Toutefois, elle voyait désormais le petit poisson d’un autre oeil. Ainsi, il n’était pas si inoffensif qu’elle l’aurait cru. À cette pensée, elle un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle aimait bien les hommes dangereux.

En parlant d’homme dangereux, Cailean se trouvait toujours à ses côtés et n’avait étonnamment pas dit un mot depuis son expérience sous l’eau. Une telle proximité était pratiquement insoutenable. Elle ignorait ce qu’elle ressentait. La vraie nature de son maître l’effrayait un peu. Allait-il la punir pour son impertinence? Allait-il revenir sur sa parole et lui retirer sa récompense promise? Après tout, elle était restée immobile, calme, mais elle avait toujours eu de la difficulté à tenir sa langue. Après tout, c’était la principale raison de toutes ses punitions. Elle détestait plus que tout cette situation. Elle n’osait pas parler, de peur que le triton pense qu’elle se moquait encore de lui, mais elle détestait les moments de silence. Toutefois, Nova lui accordait de l’attention lorsqu’il se mettait en colère. Cailean était d’une indifférence, même lorsqu’il la punissait. La rouquine secoua la tête. Combien de temps allait durer cette balade? Elle n’en pouvait d’être ainsi immobile et attachée.

Puis n’en pouvant plus de cette inactivité, elle éclata de rire. « Il manque définitivement quelques coussins pour que ce soit confortable. » Elle ne pouvait s’empêcher de trouver la situation amusante. Ces trois dernières années passées auprès du mage avait altéré son jugement, ses notions du danger, du bien et du mal. Ainsi, elle n’avait pu enrayer ce besoin de rire et de provoquer qui lui attirait tant d’ennuis! Advienne que pourra, après tout, elle ferait un très bon repas pour les requins ou toute autre créature marine.

_________________
« My freakness is on the loose
And running, all over you
Please take me to places, that nobody, nobody knows
You got me hooked up on the feeling
You got me hanging from the ceiling
Got me up so high I'm barely breathing
So don't let me, don't let me, don’t let me, don't let me go. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Jeu 24 Nov - 18:05

Cette situation était un brin ridicule, mais Cailean devait visiblement passer par là pour obtenir ce qu'il désirait. Tant pis pour le déserteur, d'autres allaient s'occuper de son cas. Il ne tenait pas particulièrement à cette mission, toutes les raisons étaient bonnes pour se tenir loin de l'étouffante royauté sholienne. Ainsi, Philomena fut fouillée, et le triton accepta sa demande. Ses menaces, ou ses conseils, n'avaient pas d'impact sur l'aruachnéen qui, de toute façon, demeurait désormais impassible. Sa décision était prise, heureusement la princesse semblait déterminée à cesser de se montrer irritante. Ce fut avec un air tout aussi neutre qu'il haussa les épaules pour s'avancer vers la princesse et ligoter fermement celle-ci. Ce n'était pas la première fois, ni la dernière. Il attendit que Nova ait fini son inspection et qu'il sorte quelque chose pour apparemment lui livrer le même sort. Il ne répondit pas au commentaire provoquant, se contentant d'un sourire en coin. Pensait-il réellement l'intimider? Il lui serait facile de se débarrasser des liens, s'il le voulait.

Lorsqu'il fut solidement attaché à son tour, le sorcier ne releva pas l'hésitation du geôlier, se retenant de préciser qu'il avait six bras, en fait. Comme celui-ci ne réagit pas, Cailean en conclut qu'il n'avait pas perçu le reste et se laissa pousser vers le dragon, se demandant comment la traversée allait se passer. IL ne comprit pas trop l'échange entre le jeune homme et la bête, mais devina qu'ils en étaient le sujet. Le dragon était vraiment impressionnant lorsqu'il se releva, et le mage guerrier constata qu'il préférait de loin ne pas l'affronter. Mais la découverte de cette partie sensible sur l'abdomen était intéressante, en cas de soucis futurs. Le triton entreprit de pousser Gula sans ménagement dans la poche abdominale et l'intima ensuite de suivre. Étonnamment docile, l'arachnéen se laissa faire et s'installa paisiblement dans cet endroit clos. Ainsi placé, un peu recroquevillé sur lui-même et à l'étroit, il voyait à l'extérieur très clairement. Il se sentait un peu comme un foetus et la pensée l'amusa. Il n'était pas indifférent à la proximité de la jeune femme, particulièrement que leur voyage était long et qu'il n'avait pas pris le temps de satisfaire ses besoins primaires, et il ne sagissait pas de manger.

Encore des menaces. Était-ce que le jeune homme pensait vraiment que cela faisait effet? S'il avait pu voir son visage subtilement amusé, particulièrement impassible, il comprendrait que Cailean n'était nullement intimidé ou inquiété. La seule raison de sa quiétude résidait dans son objectif. Il ne tenterait rien, pas par peur, mais parce qu'il désirait atteindre cette île. Quoiqu'il en soit, la créature aquatique se dénuda devant leurs yeux et se dirigea vers la mer, tout autant que le dragon. Le mouvement était désagréable, mais gérable. Philomena semblait en penser tout autrement, et le mage lui jeta un regard dégoûté. Voilà qui était peu attirant, elle retenait visiblement ses nausées. Si elle était malade, il se jurait de la lui faire nettoyer et de le lui faire payer sévèrement.

Insensible à la beauté de la vue, Cailean commença à mettre en place son plan et ses objectisf. Il voulait une entrevue avec l'empereur de cet endroit, et proposer ses services. Le commentaire de la jeune femme le tira de ses sombres desseins et il lui jeta un regard noir. Ne pouvait-elle pas tenir sa langue? Mais le triton fut plus rapide. Agrippant la princesse, il la tira hors de la cavité. Le jet d'eau froide qu'il reçut fit frissonner et grimacer l'arachnéen qui sentit une bouffée de rage montée en lui. Il avait horreur de l'eau froide. Une solide horreur. Inspirant profondément, il ferma les yeux et s'intima au calme. La menace de Nova ne fit que l'irriter. Comme s'il avait l'intention de réagir. Elle méritait son sort de toute façon. Même qu'il préférait qu'elle reste dehors, pour ne pas ajouter de cette eau glaciale dans son cocon de chaleur. La sensation d'humidité le taraudait et l'empêchait de conserver son calme. De toutes les saloperies, fallait que ce soit dans l'eau. DANS L'EAU FROIDE! Il y avait bien d'autres façons de faire les choses. Inspirant à nouveau profondément, il ne donnait aucune attention à ce qu'il se passait à côté de lui. Contenir sa colère, voilà qui était sa priorité.

Quelques temps après, la jeune femme réapparut brusquement à ses côtés. Trempées, et froides. Il aurait bien envie de la tuer, là maintenant. Il n'avait plus aucune envie érotique, même tout le contraire. Elle ne pouvait être plus repoussante qu'ainsi couverte d'humidité glaciale. Elle ne sembla pas par contre souffrir de ce froid, sans doute habituée à cause de la sensation de froide humidité de son pouvoir d'ombre. Pour sa part, il faisait fort bien la différence entre la sensation procurée par son pouvoir et celle bien réelle de l'eau qui l'entourait désormais d'une aura désagréable. Fermé, impassible, cachant son irritation au fond de lui-même, il resta terriblement silencieux et ne lui accorda même pas un regard. Elle ne méritait pas un brin de son attention. Mais peut-être qu'elle en recherchait, car elle ne put s'empêcher de passer un nouveau commentaire. Le ton sec et froid, il répondit d'une basse : « Si je n'étais pas ligoté, je vous giflerais. Le prochain mot que vous prononcez, je vous étouffe en plaquant la Toile contre cette bouche irritante, et croyez-moi que je ne prendrai la peine de vous permettre de respirer à nouveau. »

Il ne la regarda même pas en prononçant ces mots, le regard fixé sur le paysage magnifique - mais qui ne lui procurait aucun émerveillement - qui passait à grande vitesse sous eux. Vivement que ce voyage se termine. Il lui paraissait maintenant interminable. Il restait à souhaiter qu'elle tombe en hypothermie, tiens. Ça lui apprendra. Au moins, la chaleur diffuse par l'abdomen de la bête parvenant lentement à les réchauffer. Au fur et à mesure que le froid disparaissait, il se sentait moins irrité, même si, visuellement, son air neutre n'avait pas changé. Combien de temps restèrent-ils sous l'eau? 5-6h? Plus? Sûrement. Toujours est-il qu'il avait faim, très faim, alors cela devait faire vraiment longtemps, et son apprentie avait compris le message, car elle s'était enfin tue. Il faut dire qu'il conservait une de ses pattes dorsales dirigées vers elle, prêt à l'asperger dès que l'occasion se présenterait.

La remontée vers la surface lui insuffla une sensation de vertige, comme s'il tombait vers l'arrière, et il fronça les sourcils en se concentrant pour ne pas laisser paraître davantage son malaise. Il était terriblement soulagé de retoucher terre, les voyages sous l'eau n'étaient pas faits pour lui. Par contre, il était tellement affamé que Nova, et même Gula, lui paraissait terriblement appétissant. Il lui fallait trouver de quoi se nourrir avant de céder à ses pulsions... il avait tendance à laisser aller son instinct, mais là ce n'était définitivement pas le moment. Il attendit donc patiemment qu'on les sorte de cet endroit demeuré humide. Il n'avait que son pantalon et sa chemise. Ça lui ferait étrange de se dévoiler à nu, sans sa cape.
Revenir en haut Aller en bas
Nova
Seccyeth
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: Triton
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   Lun 28 Nov - 11:11

Le sang du requin se répandait autour de lui comme un nuage couleur vermeil. Dans un mouvement sec, il retira son harpon de la chair du poisson agonisant alors que les autres représentants de la même espèce s’affairaient à le dévorer vivant. Il donna une indication mentale à Shalar de reprendre la route et le triton se remit à nager, laissant le massacre loin derrière lui. Ondulant dans l’eau en étendant son écholocalisation, Nova se concentra sur le chemin qu’ils devaient parcourir. Remontant un tantinet dans l’étendue immense de l’océan, le dragon et l’écuyer vinrent se glisser dans un puissant courant marin qui menait directement vers l’île d’Irianeth. Se faisant, ils allaient épargner de précieux efforts et économiser beaucoup de temps. Un bruit vint à nouveau à ses oreilles en provenance de la poche ventrale du dragon et Nova sentit une pointe d’irritation le gagner une seconde fois. N’avait-elle pas compris le message? Se moquait-elle encore de lui?! L’envie de la sortir à nouveau de son cocon pour la laisser se noyer se fit sentir, mais une vague d’écholocalisation le prit d’assaut. Il savait d’où ça venait et répondit de la même façon. Shalar ralentit la cadence et Nova se tassa vers la droite pour aller à la rencontre d’une sirène qui arrivait à sa hauteur.

La nouvelle venue lui ressemblait terriblement, hormis que ses traits étaient beaucoup plus délicats et harmonieux et que son tronc présentait une poitrine bien présente. De plus, son regard bleu marin scrutant tout autour témoignait bien du fait qu’elle n’était pas affublée de cécité, contrairement à son comparse masculin. Svanna, la dragonne de Gwendoline, passa sous Shalar, puis vint s’engouffra dans le courant marin à son tour, ondulant devant le grand lézard bleu. La jumelle aînée de Nova passa son frangin au peigne fin, comme si elle avait craint que quelconque blessure ne lui soit attribuée, ce qui lui soutira un bref sourire en coin. Gwen l’avait toujours couvé; chose qui était encore plus vraie depuis l’incident avec la méduse crinière de lion. Sous les indications évidentes de l’écuyer de Syrian, la jeune femme nagea jusqu’à la poche ventrale de Shalar et observa les deux captifs de son éternel air indéchiffrable et neutre. Néanmoins, une légère pointe de mépris pouvait être perçue dans ses iris sombres avant qu’elle ne s’éloigne d’un mouvement vif, tirée vers l’arrière par son frère cadet.

** [Gwendoline] Reste loin, ils sont dangereux, crois-moi. **

La fratrie se remit donc en route, propulsée par le courant marin à une vitesse incroyable. Néanmoins, le chemin dura de nombreuses heures, voire près d’une journée entière. La côte arrivait rapidement et la jumelle alla rejoindre sa dragonne. Nova, pour sa part, porta une main sur les écailles solides de Shalar et s’y agrippa avec force. La remontée vers la surface se fait rapidement ressentir, mais Nova resta indifférent à la sensation de vertige qui suivait normalement ce changement de pression. Il fallait dire qu’il y était habitué, de par sa race et son titre. Après de longues minutes d’ascension, le dragon jaillit de l’eau dans un puissant battement d’ailes. Une lumière bleutée entoura à nouveau Donovann et sa queue de poisson laissa place à ses jambes. Il escalada les écailles de son compagnon dragon, passant près de la poche ventrale avant de remonter sur les flancs. Shalar prit rapidement de l’altitude, car, dans cette portion de l’île, la côte débutait avec d’immenses falaises escarpées. Les rochers acérés défilaient sous les yeux des passagers, ce qui devait très certainement contribuer à leur malaise. Nova alla s’installer sur la selle entre les omoplates de la bête, puis laissa le vent souffler dans ses longs cheveux noirs qui virevoltaient maintenant librement autour de lui. Sa jumelle volait sur Svanna non loin de lui et les dragons bleus survolèrent les pics tranchants des montagnes environnantes. Se dirigeant vers une plaine aride surmontée d’immenses rochers couleur rouille, les deux lézards se posèrent finalement sur le sol craquelé dans un mouvement lourd.

Syrian et Zéphir devaient les rejoindre ici avec d’autres Seccyeths… Il ne restait plus qu’à les attendre. Nova descendit de sa monture et se jeta au sol dans un mouvement souple. Son escapade dans le ciel l’avait complètement séché et il prit le temps d’ouvrir sa besace imperméable et de se revêtir convenablement – imité par Gwendoline – avant de se rapprocher de la poche ventrale de Shalar. Il tapota les flancs de la bête qui se redressa pour exposer son abdomen et l’apprenti Seccyeth ne se fit pas prier pour enfoncer sa main sous l’épiderme tendre de son compagnon. Dans un mouvement sec, il délogea Philomena et Cailean de leur chaud cocon et les jeta au sol sans ménagement. Dans une rafale de vent, Shalar reprit de l’altitude en compagnie de Svanna et les deux dragons bleus tournoyaient au-dessus de la plaine aride. Gwendoline s’approcha et son expression d’abord impassible laissa exposer une once de colère en direction de son frangin. Elle le poussa avec une pointe d’amertume.

- Dêda ta sûma! Di yinyec bi da vyena dian! Dy lineucedé da sèha duizuinc dnub mueh! [Tête de mûle! Tu aurais pu te faire tuer! Ta curiosité te mène toujours trop loin!] fit-elle d’un ton désapprobateur. Ad buinxiue mac yjuen nysahé?[Et pourquoi les avoir ramené?]

- Ur ynnêda! Za h'ye neah, di juec peah! Ad biec, emc uhd tac ehvunsydeuhc xie buinnyeahd êdna jnyesahd bandehahdac buin hudna cuijanyeh! [ Oh arrête! Je n'ai rien, tu vois bien! Et puis, ils ont des informations qui pourraient être vraiment pertinentes pour notre souverain!] Tournant vivement sur lui-même, Nova glissa la pointe de son harpon sur la gorge de la princesse qui avait osé faire un mouvement en sa direction. Visiblement, les liens au niveau de ses jambes s’étaient dissous après tout ce temps (et surtout dû au fait qu’ils avaient préalablement été trempés). Ne bougez pas, Philomena. Je vous jure que je vous transpercerai. Nous restons ici et nous attendons. Gwen, nalima. [Recule.].

La jeune sirène haussa un sourcil, puis obtempéra en poussant un soupir d’irritation. Elle n’était pas une enfant et avait encore moins besoin d’être couvée. Nova se contenta de garder son attention sur la princesse et fut néanmoins satisfait de voir qu'elle se retenait de passer le moindre commentaire.

Gwendoline le héla dans leur langue natale, déclarant que les renforts arrivaient. Au loin, on pouvait voir les silhouettes d’environ cinq dragons de couleurs diverses voler dans leur direction. Shalar, du haut des airs, poussa un rugissement destiné à les accueillir et fut rapidement imité par sa comparse de sexe féminin. Les immenses lézards se posèrent au sol et un grand pheryxian aux ailes de corbeau descendit d’un dragon aux teintes verdâtres pour ensuite venir à leur rencontre. Un autre homme aux cheveux roux sauta en bas de son immense dragon brun et vint se poster aux côtés de son comparse. Sans plus attendre, les jumeaux De Vere posèrent un genou en terre afin de s’incliner.

- Bnehla Zephir, syîdna Syrian, dam xia luhjahi, za juic assèha taiq bnecuhheanc crumeahc. Z'acbèna xi'emc buinnuhd juic byndykan tac ehvunsydeuhc ehdénaccyhdac cin main hydeuh. Camuh la xia z'ye ybbnec, my vassa acd iha bnehlacca ad amma ca hussa Philomena. M'yidna ca hussa Cailean ad caspma buccétan tac buijuenc socdéneaiq à ha byc hékmekan. Em caspma tyhkanaiq. Vyedac yddahdeuh. [Prince Zephir, maître Syrian, tel que convenu, je vous emmène deux prisonniers sholiens. J'espère qu'ils pourront vous partager des informations intéressantes sur leur nation. Selon ce que j'ai appris, la femme est une princesse et elle se nomme Philomena. L'autre se nomme Cailean et semble posséder des pouvoirs mystérieux à ne pas négliger. Il semble dangereux. Faites attention.] Fit le triton.

Le chef de l’ordre le remercia sommairement, puis, dans un mouvement de main, fit signe aux jumeaux de se relever. Dans son mouvement, Gwen agrippa la tunique son jumeau cadet afin de l’inciter à faire de même. Les deux dirigeants de l’ordre des Seccyeths discutèrent entre eux dans leur langage d’origine et Nova esquissa un sourire en coin alors que ses deux supérieurs se demandaient s’ils allaient devoir torturer ces bougres comme ils l’avaient fait avec l’oiseau blanc du nord.

- Vous êtes en présence de mes supérieurs, fit Nova à l’intention de ses captifs sous un regard chargé d’intérêt de la part de Zephir et Syrian. Il fallait dire qu’ils étaient peu nombreux à si bien parler le enkiev. C’est eux qui décideront de la suite des événements. Je vous suggère fortement de vous tenir tranquille… les impolis, on les jette dans l’antre des tnykuhc [dragons].

Les deux chefs jaugèrent Cailean et Philomena, puis vinrent à la conclusion que les deux captifs étaient suffisamment importants pour en aviser immédiatement le roi Jayson. Zephir agrippa l’homme par ses liens et l’attira à sa suite vers les dragons qui l’accompagnaient un peu plus tôt alors que Syrian s’occupa de la princesse, non sans flanquer une claque dans le dos de son apprenti. Ce simple contact était suffisant pour faire comprendre au triton qu’il avait l’approbation de son maître. Nova était tant habitué aux remontrances de ce connard qu’il ne put s’empêcher d’esquisser un air surprit. Les rares félicitations qu’il recevait de Syrian lui faisaient toujours cet effet, bien qu’elles étaient vraiment appréciées à chaque fois. Les jumeaux avaient comme consigne de retourner dans les quartiers des Seccyeths pendant que les dirigeants de l’ordre s’occupaient des captifs. Ainsi, les deux énormes dragons bleus se posèrent au sol et les deux jeunes siréniens en profitèrent pour grimper en selle. Nova eut un moment d’hésitation… puis fit signe à Shalar de gagner de l’altitude avant de disparaître des plaines arides…


[FIN DU RP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Spiders, crazy ladies and fishies... Wait what? [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: