Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Mer 7 Sep - 14:16

Il était assis au fond de sa cellule. Son regard terne glissa sur la pierre sale dans laquelle était constituée sa geôle. Ça faisait combien de temps qu’il était ici? Il lui semblait que ça faisait une éternité qui était aux prises avec ces… monstres. Le chevalier Alombrien n’était plus que l’ombre de lui-même. Ses vêtements étaient sales et son corps était amaigri par les portions de nourriture très limitées qu’on lui offrait. Ses ailes étaient solidement attachées l’une à l’autre depuis des lustres, de sorte qu’il se demandait même s’il pourrait voler à nouveau un jour. Les traitements qu’il avait subis étaient effroyables. D’abord, on avait semblé vouloir profiter du fait qu’il était en excellente forme physique (du moins, à l’époque) pour le faire travailler dans les mines alors qu’il semblait être sous haute surveillance… Puis, à la suite de nombreuses tentatives de fuite, ses ennemis découvrirent son don de génération d’électricité. C’est alors qu’on le retira de sa besogne éreintante pour l’emmener dans cet endroit putride. Soren avait tout fait pour leur rendre la tâche difficile : il s’était débattu comme un diable, avait lancé de puissantes décharges à quiconque le touchait et avait même mordu le bras d’un soldat. Malheureusement pour lui, ça n’avait pas eu les effets escomptés et s’était retrouvé emprisonné, d’une façon ou d’une autre. On l’avait rué de coups à plusieurs reprises dans le but probable de le faire plier. Il avait gardé la tête haute malgré tout. Jusqu’à un jour funeste…

On était venu le voir dans sa geôle. Par chance, il avait pu entrer en communication avec l’homme qui se tenait devant lui. Ce dernier parlait un langage commun plutôt basique, mais la discussion était tout de même possible. On lui expliqua que, en tant qu’esclave, ses dons devaient servir à la nation. Étant donné le caractère très offensif de ses capacités, il allait être dans l’obligation de torturer des ennemis d’Irianeth dans le but évident de soutirer des informations cruciales pour la nation. Il plaisantait là… Vigie haussa un sourcil et se contenta de cracher au visage de l’impertinent personnage. Jamais il ne ferait une chose pareille, d’autant plus que lesdits ennemis étaient probablement des natifs d’Alombria ou de Shola. Soren devait être patient. Résister le plus longtemps possible était la clé, puisqu’il était persuadé qu’une équipe partirait à sa rescousse tôt ou tard. Toutefois, l’homme qui se tenait devant lui, solide comme le roc, semblait s’attendre à une réaction similaire de sa part. Il s’essuya donc le visage comme si de rien n'était, puis fit venir les geôliers devant lui. Le trio parla leur langue monstrueuse et Vigie ne put capter que quelques bribes, puisqu’il commençait à comprendre quelques mots ici et là.

Les jours suivants furent infernaux. Non seulement on le laissa à lui-même, mais on refusait même de le nourrir et de lui donner de quoi se désaltérer. Le soir venu, alors qu’il était sur le point de s’endormir, des hommes venaient frapper sur les barreaux de sa cellule comme des forcenés dans le but évident de le garder éveillé. Ils voulaient soit le faire mourir de faim et de soif, soit le faire flancher. Privé de ses besoins les plus élémentaires, Vigie résista plusieurs jours… mais se vit dans l’obligation de fléchir l’échine. Il était si fatigué… sans parler de la famine et de cette soif tellement intense qu’une douleur effroyable lui vrillait les tympans. Il n’en pouvait plus. Il était devenu tellement stressé que le moindre bruit le mettait sur le qui-vive. Il doutait de tout : de ses valeurs, de ses compatriotes alombriens, de Douhbée (bien malgré lui) et même de lui-même. Ça faisait combien de temps qu’il était coincé dans ce pays infernal? Surement plusieurs mois. Il ne savait même pas où il était! Visiblement, il devait être beaucoup trop loin de son pays puisqu’il n’arrivait pas à entrer en communication avec les autres chevaliers. Jamais il ne s’était senti aussi seul et désespéré. Que se passait-il avec sa fiancée? Le cherchait-elle seulement? Ou avait-elle refait sa vie? Croyaient-ils tous qu’il était mort? Si tel était le cas, personne ne viendrait… Il ressentit un profond vide à cette pensée. Il allait périr ici, dans cette geôle crasseuse, d’une mort épouvantable. Il aurait cru qu’il partirait de façon plus glorieuse…

Un beau matin, on se présenta devant lui à nouveau. Vigie, les traits tirés et le visage éteint, observa l’homme qui lui avait parlé de son implication dans la torture d’éléments des factions adverses. Il réitéra son offre en échange de sommeil, de nourriture et d’eau. Soren qui, jusque-là, avait résisté avec force se contenta de baisser la tête. Il avait perdu toute volonté. L’inconnu claqua des doigts et on apporta un cruchon d’eau et de la nourriture que Vigie s’empressa d’avaler. Les guerriers adversaires ouvrirent ensuite la cellule, puis se saisirent de lui. Le jeune pheryxian se faisait pousser sans retenue en direction d’une salle tout au fond du couloir. Au milieu de celle-ci se trouvait une table ou reposait un humain visiblement apeuré. Le chevalier reconnut immédiatement l’insigne de Shola sur ses vêtements. Les deux Enkievs se fixaient, comprenant mutuellement la situation actuelle. Il allait devoir… le torturer? Le jeune homme de 22 ans déglutit péniblement. L’homme qui parlait un commun plutôt basique posa quelques questions au sholien et dès que la réponse ne lui semblait pas satisfaisante, il faisait signe à Vigie d’envoyer la décharge. Ce dernier tout d’abord refusa d’obtempérer, puis se vit forcer à céder, étant d’abord rué de coups pour ensuite être victime de menaces quant à la perpétuation des mauvais traitements dont il serait la cible. Le pauvre humain hurla de douleur alors qu’il sentait la décharge lui traverser le corps. Il couina et supplia de cesser cette torture et Vigie, impuissant, le regarda se tortiller, les larmes aux yeux.

C’est ainsi que se déroulèrent ses journées. D’ailleurs, il en perdit le fil à de nombreuses reprises. Plusieurs de ses victimes moururent sur la table de bois, leur cœur lâchant sous les décharges répétées par le chevalier. De plus, on le nourrissait au minimum, mais au moins, on lui donnait à boire et on le laissait dormir. Le pheryxian s’était même surpris à prier Parandar de le laisser mourir et de préserver sa douce et tendre Douhbée d’un sort comme le sien. Tant qu’elle était loin, elle se porterait bien. La nuit, il rêvait d’elle et de ses bras réconfortants. Elle était son paradis, la pensée qui le réconfortait dans les moments trop durs. Il pensa même à Lyslo et Losly, songeant au fait que leurs blagues stupides lui manquaient cruellement. Il aurait également aimé revoir Philomena, son amie sholienne qu’il aurait tant voulu présenter à Douhbée… Elles se seraient bien entendues, il en était certain.

Ainsi donc, alors qu’il était toujours assis sur le sol de sa cellule, son dos appuyé contre le mur froid du fond, il regarda la pierre devant lui en triturant son tatouage à l’effigie d’Alombria qui trônait sur son avant-bras droit. Des hommes se présentèrent devant lui, comme à chaque jour depuis sa venue en ces lieux. Le pheryxian leva la tête en leur direction et une ombre se glissa dans son regard doré. Il devait encore torturer des gens, pas vrai? Avec un soupir las, il se releva, puis s’avança vers les barreaux. Les hommes glissèrent des liens à ses poignets, comme à leur habitude. Toutefois, au lieu de tourner vers la droite en direction de la salle de torture, on le poussa vers la gauche. Ah? Où allaient-ils? Un air curieux au visage, Vigie marcha docilement et gravit un escalier. Une fois en haut, on le tira dans une salle à sa droite complètement en pierre. Deux serviteurs s’y trouvaient, des chaudières, des chiffons et des serviettes trônant près d’eux. Qu’est-ce… On le força à marcher jusqu’au milieu de la pièce quand l’un de ses geôliers (un colossal homme lézard) agrippa ses liens et l’obligea à lever les bras au-dessus de sa tête. Sans plus de préambule ou de retenue, on déchira ses vêtements grâce à une lame et Soren se retrouva rapidement flambant nu. Évidemment, on ignora ses protestations et les serviteurs se contentèrent de lui lancer des chaudières d’eau froide sur le corps, l’éclaboussant de la tête aux pieds. Sous l’impact, le chevalier poussa un cri de stupéfaction : le liquide était glacé! Les deux nouveaux venus s’affairèrent donc à astiquer son corps avec des chiffons en discutant dans leur dialecte rustique. Vigie comprit alors qu’ils avaient pour mission de… de le laver?! Pourquoi? Pourquoi prendre la peine de nettoyer un vulgaire esclave doublé d’un prisonnier?

Leur manège dura de longues minutes et on lui nettoya les cheveux sommairement avant de le rincer abondamment à l’eau froide. Ils prirent ensuite des serviettes et le séchèrent sans grande application avant de le forcer à enfiler un simple pantalon de lin beige. Il n’avait pas le droit à une tunique? Il allait être frigorifié, en cellule sans rien pour se couvrir… Il jeta un regard interrogateur aux deux hommes qui l’ignorèrent superbement et s’affairèrent plutôt à nettoyer le plancher avec leurs serpillères. Sans plus attendre, les soldats le tirèrent sans ménagement à l’extérieur de la pièce et Vigie faillit trébucher au passage. On le trimbala dans ce qui semblait être un dédale de couloirs quand enfin, on le relâcha dans une autre pièce vide, toujours ligoté. Les murs étaient recouverts d’une tapisserie plus fine et le plancher était en bois très lustré. Une fenêtre verrouillée trônait tout au fond, laissant glisser la lumière du jour. Curieux, le pheryxian marcha en direction de cette dernière et se risqua un œil à l’extérieur. Le soleil était bien haut, signe que la journée commençait à peine. La porte s’ouvrit à nouveau dans son dos, le faisant sursauter. Une femme entra en roulant des hanches. Elle était en compagnie de plusieurs soldats. Qui était-elle? C’était la première fois qu’il la voyait.

- Qui êtes-vous? Se risqua-t-il d’un air incertain. Parlez-vous la même langue que moi? Qu’est-ce que je fais ici? C’est vous qui avez ordonné qu’on me nettoie avant de me traîner jusqu’ici?

Elle marchait d’un pas assuré et d’instinct, Vigie recula lentement. Il ne voulait pas qu’elle s’approche, elle était surement dangereuse. Il tenta de s’esquiver pendant quelques instants, quand son dos buta contre le mur du fond, près de la fenêtre.

- Laissez-moi retourner à ma cellule, fit-il du bout des lèvres, préférant finalement la solitude à la présence imposante de cette femme. Que me voulez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Jeu 15 Sep - 15:08

Toujours aussi aguicheuse, Saphyra aimait se faire belle pour toutes sortes d’occasions, même lorsque les principaux intéressés ne méritaient pas cette attention délicate de sa part. Rien ne lui plaisait davantage que de se savoir désirée, n’étant définitivement pas la femme la plus prude d’Irianeth, elle s’en délectait plus que nécessaire. Sa robe noire moulait ses courbes de façon plutôt osée, elle avait même poussé l’audace jusqu’à faire raccourcir la jupe un peu au dessous de ses genoux, ce qui lui avait attiré un regard épouvanté de la couturière, qui s’était toutefois effectuée sans le moindre mot. Elle savait ce que les gens pensaient en la voyant arpenter les couloirs du château ainsi vêtue, mais personne n’oserait prononcer ce mot à voix haute… c’était quand même la Chef des Seccyeths, et elle n’était pas réputée pour sa tendresse. Pour compléter sa tenue qui lui donnait des airs de prostituée, Saphyra avait enduit sa peau d’huile parfumée, la faisant luire sous l’éclat des flammes, et sa chevelure bleue était savamment nattée dans son dos, coulant jusqu’au milieu de ses omoplates. Des fards lui peignaient les paupières et les lèvres pour faire ressortir ses traits agréables. La tentation même avait pris forme dans ce corps bien entraîné.

Aujourd’hui, elle était déterminée à faire craquer leur prisonnier, avec des moyens on ne peut moins louables. Les géôliers avaient déjà commencé à briser son esprit, en le privant de ses besoins élémentaires pendant quelques jours, puisqu’il refusait de coopérer en mettant ses services à leur utilité. Sachant qu’il possédait des capacités pouvant servir Irianeth, le Chef des Seccyeths avait décider de ne pas le torturer pour lui soutirer des informations sur son royaume, ne voulant pas risquer que son coeur lâche sous la souffrance et perdre ce précieux esclaves. Ils avaient donc préféré de briser son psychologique, lui apprendre qu’il n’était rien de plus qu’une larve devant les servir, lui enlever toute sa volonté, jusqu’à ce qu’il devienne un bon petit serviteur… Depuis quelques temps, il ne se débattait même plus lorsqu’on l’emmenait en salle de torture pour s’en prendre à des gens de son propre continent grâce à ses pouvoirs, alors le traitement semblait fonctionner.

Il était temps de lui administrer le coup de grâce : ajouter à son calvaire un peu de confort et de tendresse, sans pour autant lui retirer son statut d’esclave. Non seulement tu n’es plus un homme à part entière et ne dispose d’aucun droits, mais on va également te forcer à apprécier tes geôliers avec quelques tendresses qui ne peuvent te laisser indifférent si tu es physiquement de constitution normale. On aurait pu engager n’importe qu’elle prostitué, mais l’esprit dévergondé de Saphyra n’avait pas pu s’empêcher de sauter sur cette occasion. Elle avait la luxure dans le sang, et adorerait de voir cette petite chose soumise entre ses serres, qui lui obéirait au doigt et à l’oeil comme il avait été montré.

Ça faisait déjà deux ans qu’Irianeth avait commencé son invasion du désert, alors les soldats ayant passé le plus de temps sur Enkidiev avaient appris quelques bribes de leur langues grâce aux sauvages qu’ils côtoyaient, c’était le cas de Saphyra, mais elle avait pris soin que ce ne soit pas celui des gardes qui s’étaient occupés du phéryxians de neige, afin qu’il se sente encore plus perdu et isolé. Donc, même si son accent était complètement différent de celui des enkievs avec qui Saphyra avait l’habitude de parler, elle comprit l’essentiel de ses propos, sans toutefois y répondre. Elle s’avança plutôt vers lui, silencieuse et sensuelle, pour examiner le nettoyage intempestif dont il avait fait l’objet. Elle était peut-être une «sale» perverse, mais l’adjectif était supposé être utilisé au sens figuré, et non au sens propre (ou mal propre?).

-Puhzuin Rynvyhk susurra-t-elle sans s’énerver de l’évidente réticence du phéryxian blond à la laisser s’approcher. Il était peut-être un peu plus obéissant, mais toujours craintif, le petit oisillon…

«Rynvyhk» était le surnom que lui avaient attribué les gardes qui avaient sa surveillance, mais le principal intéressé ne savait probablement pas encore ce que ça voulait dire, au contraire de «Puhzuin», qu’il avait peut-être appris par la force, signifiant simplement «Bonjour». Son surnom, même Saphyra n’aurait pas pu lui expliquer, car elle ignorait comment dire cette sorte d’oiseau dans la langue des enkievs, mais c’était tout simplement leur version du «harfang» des neiges.

-Tu savoir quoi être «Rynvyhk»? gloussa-t-elle en faisant exprès de ne pas répondre immédiatement aux questions de son prisonnier, pour lui rappeler qu’il n’était pas celui qui devait poser les questions… Être oiseau dans la neige, comme tu être. Jamais en voir Irianeth ou Désert, avant toi, nous trouver ça pour nommer oiseau-blanc, car tu pas donner un nom, expliqua-t-elle dans son enkiev approximatif, mais compréhensible, en posant une main sur la joue de son nouveau jouet et lui tourner la tête pour s’assurer que ses oreilles avaient bien été nettoyées.

Accolé au mur, il ne pouvait plus lui fuir, même si l’envie ne lui manquait certainement pas. Pleine de tendresse pour le rassurer, Saphyra lui pris le bras et l’entraîna à sa suite, lui montrant le canapé avec des geste explicites pour qu’il s’y installe confortablement, ne connaissant pas les mots pour lui donner l’ordre de le faire. Elle donna donc aussitôt l’exemple en s’affalant sur l’autre moitié du meuble qu’elle lui avait désigné, lui forçant une proximité plus que malaisante pour lui, sachant qu’elle prenait bien ses aises à laisser ses jambes nues se balancer plus que nécessaire.

-Moi Saphyra, dit-elle avec un geste évident vers sa chevelure, origine de son nom. Dragon aussi, comme Zéphir. Toi souvenir de Zéphir?.

À défaut de pouvoir expliquer ce qu’était un dompteur de dragons, cette explication en valait une autre, même si le pauvre allait certainement croire qu’elle délirait. C’était sa moitié masculine qui avait capturé l’oisillon, en compagnie de Syrian, elle avait donc assister à toute la mission et le retour vers Irianeth, aux confins de l’esprit de Zéphir. Elle s’était volontairement abstenue d’intervenir, servant de clé de secours au besoin… Il valait mieux que leur prisonnier ignore que son enleveur et elle-même ne formaient qu’une seule personne.

-Tu être ici pour ami moi, lryhlaiq, toi pas content pas prison? Di yc sénedé iha nélusbahca buin duh upéeccyhla. Rynvyhk écoute gardes, Rynvyhk être ami. Ok?

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Mer 21 Sep - 11:00

Son regard malaisé était posé sur elle. Qui était-elle? Il ne l’avait jamais vu. Sa tenue provocante et son déhanchement n’étaient pas bon signe pour lui. Elle avait l’air d’une matrone, d’une femme qui mène les autres avec ou sans leur consentement. Elle avait l’air également… d’une fille de joie? Il se sentait las, fatigué et… vide. Comment pourrait-il lui tenir tête? Elle le salua (du moins c’est ce qu’il comprit) et usa du surnom qu’on lui avait attribué. « Rynvyhk »… Ça faisait si longtemps maintenant qu’on l’appelait comme ça sans qu’il n’ait jamais daigné décliner sa véritable identité. Enfin, il avait l’impression que ça faisait des lustres, faute d’avoir pu suivre le fil du temps. Il n’avait jamais su ce que ça voulait dire, il s’était simplement contenté de l’accepter comme étant son nom temporaire. Lorsqu’elle lui demanda s’il connaissait la signification de ce mot, il se contenta de secouer la tête négativement. Elle lui répondit dans un enkiev basique (mais tout de même plus poussé que les gardes dont il avait l’habitude) qu’il s’agissait, en quelque sorte, d’un oiseau de neige. Probablement un harfang des neiges, l’oiseau emblématique qui le représentait. « Un harfang des neiges… » répondit-il tout naturellement alors qu’elle glissait une main sur sa joue. Il la sentit effectuer une pression afin de l’inciter à tourner la tête et il obtempéra sans trop de résistance.

Même s’il était docile, il n’avait pas moins envie de s’éloigner d’elle. Toutefois, le mur derrière lui l’empêchait d’aller où que ce soit. Les gardes à l’entrée lui jetaient un coup d’œil sévère dans le but évident de le dissuader de commettre tout acte qu’il pourrait regretter. La jeune femme lui saisit doucement le bras et l’attira à sa suite, lui demandant explicitement par son non verbal de s’asseoir sur le canapé finement travaillé. Le pheryxian s’exécuta non sans une once d’hésitation puis regarda la jeune femme s’installer près de lui, réduisant davantage la proximité entre eux. Vigie ne se sentait pas confortable du tout et était raide comme une barre. Bien qu’il ait considérablement évolué depuis le début de sa relation avec Douhbée, la présence d’une femme aussi près de lui l’intimidait royalement. Il fallait dire aussi qu’il n’avait que Douhbée en tête et refusait tout contact physique (ne serait-ce qu’un peu intime) avec d’autres femmes.

La terrifiante damoiselle se passa une main dans ses cheveux océaniques et déclara s’appeler Saphyra. Il avait déjà entendu ce nom auparavant, bien qu’il n’avait rien saisi à la conversion qui entourait cette appellation. Lorsqu’elle déclara qu’elle était également un « dragon » tout comme Zéphir, Soren frissonna. S’il se rappelait du grand gaillard pheryxian? Évidemment! Les choses avaient drôlement tourné au vinaigre après qu’il lui ait balancé un caillou sur la gueule, l’irianien lui ayant fait amèrement regretter son geste. Sans compter la rencontre avec les deux dragons… Pour toute réponse, le pheryxian immaculé hocha de la tête. Il s’en souvenait même trop bien… Et si au début il croyait qu’elle délirait lorsqu’elle déclarait être un « dragon » il comprit rapidement qu’elle devait être une dompteuse, tout comme ce fameux Zéphir et son compagnon de l’autre jour. Saphyra lui demanda s’il désirait être son ami (du moins, c’est ce qu’il comprit). Bien sûr qu’il était heureux de ne pas pourrir en tôle… quoi que, sa cellule lui semblait maintenant plus sécuritaire que ces lieux. La suite des propos, il ne les comprit guère, sauf peut-être un mot ou deux.

- Qu’est-ce que ça implique, d’être votre ami? Fit-il d’un air incertain. Mis à part vous tenir compagnie. Vous avez une prison remplie de détenus, pourquoi me choisir moi?

Après tout, il n’avait rien de particulier. Sauf peut-être qu’il avait… le talent de faire parler les gens. Juste d’y penser, il avait la nausée. Combien de gens étaient morts par sa faute, leur cœur n’ayant pu supporter les chocs répétés qu’il leur avait causés sous les ordres des irianiens? Il ne préférait pas y penser, sous peine de sombrer dans la folie. Il ferma les yeux très fort pendant un instant et focalisa sur ses proches pour faire passer le mauvais moment intérieur qu’il vivait. Il se concentrait sur Douhbée, puis sur ses compatriotes Losly, Lyslo, Adelyn, Isil, Colombe et bien d’autres. Il eut même une pensée pour son amie Philomena de Shola! Tout ça lui permettait de se recentrer et de ne pas sombrer dans la folie. Ce petit moment ne dura qu’une fraction de seconde, mais cela fut suffisant pour attirer l’attention de Saphyra qui posa une main sur son bras, probablement dans un geste de « compassion ». Quelque chose lui disait qu’elle voulait le manipuler, l’utiliser… c’était peut-être sa méfiance accrue ou sa paranoïa bien établie, mais quand même. Néanmoins, il se contenta de tourner la tête en sa direction et de porter ses yeux dorés dans les siens. D’instinct, il ramena son attention vers la bague qui ornait son annulaire gauche et jura intérieurement, désespéré que sa fiancée ne soit pas à ses côtés.

- Non ça va, répondit-il naturellement aux propos de Saphyra qui le questionnait. Visiblement désireuse de détendre l’ambiance, elle lui posa quelques questions sur lui et son passé. Avait-il rêvé où elle s’était encore rapprochée davantage? Il avait l’impression que tout son corps frôlait son bras… Il n’était pas dupe, il n’allait pas lui donner l’entièreté de sa réalité en Alombria. Vous pouvez continuer de m’appeler Rynvyhk si vous le désirez, se contenta-t-il de répondre afin d’éviter la question sur sa véritable identité.

Immédiatement, un soldat se détacha de l’entrée et vint le frapper derrière la tête. « Myto Saphyra avoir posé question! » cria ce dernier, insulté de voir qu’il refusait de répondre à ce qui semblait être sa maîtresse. « Rynvyhk répondre ou sinon huic ymmuhc da vuidna my nylméa ta dy jea! » Il semblait réellement furieux! Vigie lui jeta un regard courroucé et se massa l’arrière de la tête. Il n’avait que très peu compris les propos prononcés dans le dialecte des lieux, mais le ton étant sans équivoque.

- D’accord, d’accord, pas de quoi s’énerver… maugréa-t-il en ramenant son attention vers la principale intéressée. Je m’appelle Adam, mentit-il naturellement en usant du même pseudonyme qu’il avait utilisé auprès de Philomena lorsqu’il était à Shola. Je viens des montagnes du nord de Shola. Tout mon peuple vit perché dans les hauts sommets, je ne croyais pas que c’était possible que d’autres pheryxians vivent dans le désert avant de… combattre Zéphir, avoua-t-il, ce qui était véridique en soi, sauf pour le pays d’origine. J’ai été enrôlé dans l’armée sholienne alors que j’étais enfant, vu mes capacités magiques… Il espérait que Saphyra ne connaisse pas l’emblème d’Alombria puisque ce dernier était tatoué sur son avant-bras droit. Avec un peu de chance, elle ne comprendrait pas qu’il mentait sur sa véritable allégeance. Quoiqu’elle s’en foutait peut-être un peu. Puis, elle désigna sa bague. Tout naturellement, il glissa son pouce sur son anneau à l’intérieur de sa main. Elle se questionnait quant à la signification de ce mémento. Un cadeau de ma fiancée, fit-il envahit par un sentiment nostalgique. Elle m’attend, là-bas. Une fille du peuple que j’ai rencontrée . Il n’allait surement pas révéler l’identité de Douhbée! N’avez-vous personne qui compte autant à vos yeux, Saphyra?

Elle s’était encore rapprochée ou son nom n’était pas Soren! Son malaise était presque palpable et en se raclant la gorge, il se tassa légèrement vers la droite pour briser la proximité beaucoup trop dérangeante qui se créait. Il sentit la main de la jeune femme – toujours sur son avant-bras – remonter sur son biceps et il poussa un soupir malaisé. Allait-elle arrêter son petit manège?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Lun 26 Sep - 20:15

-Har…fan…dnè…ges… susurra Saphyra en testant comment les sons rivalisaient avec son accent, déformant les mots que son prisonnier venait de lui traduire. Harf… Harfang. Harfaaannng des nég… nèèèè… neiges, s’amusa-t-elle à marmonner à basse voix. C’était un joli nom, mieux que Rynvyhk.

Probablement un peu timide (ou carrément effrayé, difficile à dire!) le phéryxian blanc se contenta d’hocher la tête avec somme toute un peu de réserve lorsque Saphyra lui demanda s’il se souvenait de Zéphir. *(Z) J’ai peur qu’il ne garde pas un bon souvenir de moi, malheureusement…* ricana le principal intéressé dans sa tête, ce qui fit sourire sa moitié féminine. Elle avait bien l’intention de laisser à se pauvre Brisé une meilleure impression que son alter ego n’avait fait… question de briser davantage ses résistances pour mieux se l’approprier. Ce qu’elle s’attardait à faire en se languissant sur le canapé, frôlant par si par là son invité de façon faussement accidentelle.

La Chef des Seccyeths gloussa de façon coquine lorsque son nouvel «ami» lui demanda ce que signifiait, au juste, cette nouvelle position et pourquoi l’avoir choisit lui plutôt que n’importe quel captif. Ce qui était triste, dans cette histoire, c’était que la meileure raison qu’elle pouvait lui donner était beaucoup trop complexe pour son enkiev approximatif, et que ça serait épuisant juste d’essayer de trouver des mots correspondant à la réalité. Et la vérité… valait mieux oublier ça!

-Harfaaan des neiges plus mignons que autres prisons? gloussa-t-elle en faisant tomber sa tête par en arrière pour dévoiler sa gorge nue et décolletée. Moi pas aimer perdre temps, et autres gens prisons mourir un jour, merci toi! lui souligna-t-elle dans un clin d’œil. Alors pourquoi ami? Si toi tuer eux. Mais nous pas tuer toi, car gentil et magie qui aider nous.

En effet, à quoi bon s’amuser avec des ordures qu’elle enverrait de toute façon à l’abattoir, ou plutôt à la salle des tortures, où son ami ici présent s’assurerait de faire battre si fort leur cœur qu’ils finissaient tous par parler ou expier. Mais l’Harfang des Neiges ne pouvait pas subir le même traitement, il était trop précieux pour être gaspillé, alors ils le feraient parler autrement, en brisant sa psychologie. Ce qu’ils avaient déjà commencé. Visiblement, il n’aimait pas entendre parler de ce qu’on le forcait à faire, puisque son regard s’assombrit pendant une seconde, ouvrant une faille que Saphyra s’empressa d’exploiter, posant sa main sur son bras dans un geste réconfortant, approchant imperceptiblement son corps du sien pour croiser ses yeux d’or avec le sien, qu’elle voulait attendrit.

-Pas douleur ici, juste ami. Juste plaisir, content? voulut-elle le rassurer avant qu’il ne réponde à sa question.

Lorsque Rynvyhk décida qu’il ne voulait pas donner son prénom, assurant qu’elle pouvait continuer à l’appeler de son surnom irianien, un des gardes s’énerva et le menaça de supplices s’il ne répondait pas aux questions de la Lady, ce que le prisonnier s’empressa de faire, lui sortant un banal nom, Adam. Évidemment, Saphyra ne pouvait valider la chose, mais c’était déjà mieux que rien… quoi que c’était plutôt moche comme nom, elle préférait encore l’appeler «Harfang», ce qui roulait drôlement dans sa bouche et sonnait bien plus exotique.

Ainsi, l’oiseau venait du nord de Shola et travaillait pour l’armée. C’était tout ce que Saphyra avait pu comprendre, puisque le prisonnier parlait beaucoup trop vite pour elle et avec des mots trop élaborés pour son vocabulaire basique. Elle fit tout de même mine d’être intéressée, ne découvrant sommes toute rien de particulier, puisqu’ils savaient déjà qu’il était Enkiev, et avaient même leur idée sur le fait qu’il était aussi Chevalier dans son Royaume, ce qu’il avait voulu taire, évidemment… Mais ils avaient leurs sources dans le Désert d’Enkidiev, celui qui les avait mis sur sa piste avait parler d’un guerrier magique qui était membre de leur Ordre-sans-dragons.

Saphyra explora la main nerveuse qui triturait une alliance, qu’ils ne leur avait pas confisqué à son arrivé simplement parce qu’ils se fichaient de sa valeur, les terres et les grottes d’Irianeth ne manquaient pas de mines… juste de nourriture. Adam expliqua alors qu’il s’agissait d’un cadeau de Fiancée, et la jeune femme se demanda s’il s’agissait la du nom d’une amoureuse? Quoi qu’il avait dit «ma». C’était un peu macho comme façon de parler d’une demoiselle, en se l’appropriant…

-Zéphir! scanda-t-elle, tout sourire, lorsqu’elle crut avoir compris sa question. Zéphir compter. Tu vouloir dire important dans cœur? Alors Zéphir. Fiancée dans cœur Harfang des neiges? Trop mignon. lui susurra-t-elle comme si ses révélations amoureuses la laissait de glace (ce qui était le cas) puisqu’elle se blotti d’avantage contre lui, glissant ses doigts sur sa peau arborant un drôle de tatouage.

* (Z) J’aimerais bien savoir ce que ça veut dire… Il me semble avoir déjà vu des symboles pareils, en capturant des enkievs, mais je n’ai jamais sus s’il s’agissait vraiment d’armoiries, et si oui, de quel Royaume… En tous les cas, ignore ce que je viens de dire, même s’il nous ment en pleine gueule tu peux poursuivre ton manège, c’est moi qui vais jouer le méchant plus tard, si nécessaire. Pour une fois.* Saphyra gloussa en entendant Adam soupirer, malencontreusement pas de la façon sensuelle d’un homme sachant qu’il serait comblé. Elle abandonna la caresse de son avant-bras pour lui toucher la joue et approcher son visage vers le sien, mais il eut un mouvement de recul, comme un réflexe.

-Di ucac nabuiccan my bnehlacca ad Lrav tac Seccyeths? Uh d'y tézà tec t'upéen! L'édyed dy tanheèna lryhla, untinac... cria soudainement le Garde qui était intervenu plus tôt et qui s’apprêtait à nouveau à mettre une claque à son petit jouet. Aussitôt, Saphyra se leva pour faire un mur entre le prisonnier et son propre sbire. Elle n’en avait pas fini avec lui! Il était complètement idiot pour ne pas avoir encore compris ce qu’elle essayait de faire…

- Ly vyed taiq vuec xia di s'ehdannusbd, Wylganeam! My bnulryeha vuec za da vanye vuiaddan. Syec velraw-huic tuhl my byeq, duic yidyhd xia juic êdac, juic ha juoaw byc xia z'accyea ta dnyjyemman? UICD! gronda Saphyra en chassant son garde des appartements, avant de retourner se blottir, toute radoucie, contre son prisonnier. Non pas à ses côtés, cette fois-ci, mais carrément assise sur lui. Pas peur, Harfang des neiges, gardes partis. Saphyra ami, non? Tu dire être combat, oui? Combat avec Magie? Beaucoup de combat magie dans Shola? chuchota-t-elle à son oreille, frottant malicieusement ses atouts contre le torse d’Adam. Toi mal où Wylganeam frapper avant? Plus personne frapper toi, chuchutt. souffla-t-elle en lui embrassant le côté de la tête, s’assurant que sa poitrine s’écrasait contre son visage par le fait même.

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Mer 28 Sep - 13:24

La façon dont elle scanda le nom de l’homme qui l’avait capturé le rendit perplexe un instant. Elle était donc si liée à ce salopard? Et que dire de son compatriote avec l’immense dragon de terre? Tsss deux racailles. Vigie regarda la main de Saphyra qui lui caressait le bras et tâta son tatouage du bout des doigts. Il était raide comme une barre de fer, autant à cause du fait qu’elle l’intimidait que par crainte qu’elle ne reconnaisse le symbole d’Alombria. La main gracile de la damoiselle grimpa ensuite le long de son bras, longeant son biceps et glissant sur son épaule. Elle termina son parcours sur sa joue, ce qui l’incita à la regarder dans les yeux. Elle avança son visage près du sien, dans le but évident de l’embrasser, et Vigie recula rapidement, ne désirant pas partager ce contact intime avec elle.

Ni une, ni deux, le soldat de tout à l’heure beugla des propos majoritairement incompréhensibles et s’avança, d’un air menaçant en sa direction. Vigie n’eut pas le temps de réagir que Saphyra sauta sur ses pieds pour faire un barrage entre lui et le soldat. La jeune femme s’engagea dans une joute verbale cinglante avec son sbire et lui somma de déguerpir, pour peu que Soren ait compris. Pourquoi prenait-elle sa défense de la sorte? Il n’avait pas bien compris ses propos, ayant encore beaucoup de mal avec la langue irianienne. Son hôtesse chassa les gardes avec férocité, puis revint en sa direction en roulant des hanches. Sans plus de manière, elle grimpa à califourchon par-dessus lui et se lova contre son torse, à la grande surprise du pheryxian. L’éclaireur d’Alombria avait les bras écartés du corps, ne sachant trop comment réagir dans la présente situation. Il sentait la jeune femme frotter son impressionnant décolleté contre son torse alors qu’elle lui chuchotait quelques paroles à l’oreille.

- Heu… heu… oui… je combats pour Shola, fit-il, le rouge le prenant aux joues. Je ne suis pas le seul effectivement et heu… d’autres sont dotés de pouvoirs… heu… un peu comme ici, au fond… Puis, elle lui demanda en un souffle s’il avait mal là où l’autre idiot l’avait frappé. Oh c’était honnêtement le moindre de ses soucis dans l’immédiat. Non, ça va… J’ai connu pire. répondit-il instinctivement.

Il sentit les lèvres de la damoiselle lui embrasser le côté de la tête et, bien malgré lui, il se retrouva avec le visage directement planté dans la poitrine de celle-ci. Il sentait le bassin de Saphyra frotter contre le sien et il déglutit péniblement. Ça faisait une éternité qu’il n’avait pas été touché de la sorte… Quoi que… ça faisait également des lustres qu’il n’avait pas été touché point, en dehors des ruades de coups auxquels ont l’habituait malheureusement. Ainsi, son corps réagit à ce contact sans qu’il puisse en avoir le moindre contrôle. La dompteuse de dragons prit les mains de Vigie et l’incita à nouer ses bras autour d’elle. Le corps de la pheryxian blottie contre le sien était chaud et presque agréable même. Son charme naturel opérait, prenant le chevalier alombrien au dépourvu. Il leva la tête après que la geôlière l’ait incité à le faire, ferma les yeux, puis accueilli le baiser de celle-ci, acceptant par le fait même que sa langue valse contre la sienne un instant.

Puis, un déclic se fit en lui. Une image bien précise hanta son esprit. Une jeune pardusse du désert qui le regardait avec un air si joyeux. Une expression de pur bonheur alors qu’elle posait ses yeux d’or fondu sur lui. Une vision si réaliste qu’il en eut mal à l’intérieur de lui. Son cœur meurtri s’était serré si fort qu’il crut, pendant un bref instant, qu’il allait arrêter. Elle lui manquait tellement… Beaucoup trop, ça en était presque insupportable. Il ouvrit les yeux soudainement, réalisant ce qu’il était en train de faire. Il ne pouvait pas! C’était insensé, elle n’était pas Douhbée! Sans plus de cérémonie, il défit son étreinte, posa ses mains sur les bras de Saphyra et la repoussa vivement.

- NON!! S’écria-t-il avec force. Arrêtez, je ne peux pas!!

Il la repoussa de nouveau au point où elle tomba à la renverse. Il ramena ses jambes sous lui afin d’opter pour une position accroupie sur le divan, puis posa une main sur le dossier pour ensuite sauter par-dessus. Il était HORS DE QUESTION qu’il trompe Douhbée! Elle était la seule chose qui lui permettait de conserver le peu de santé mentale qui lui restait et franchir ce pas le détruirait complètement, il en était sûr. Il recula ensuite lentement vers le mur, jetant un regard horrifié à la jeune femme, réalisant alors qu’il y aurait surement des répercussions à son geste. Son cœur se débattait en fou et il s’élança vers la porte qu’il ouvrit à la volée. De l’autre côté se trouvaient les gardes de tout à l’heure. L’un d’eux se retourna vivement et lui assena un solide crochet du droit en pleine gueule. La peau de la lèvre du pheryxian immaculée fendit sous l’impact alors qu’un filet de sang s’en dégageait. Vigie tituba vers l’arrière avant de se prendre les pieds dans le tapis et de tomber à la renverse. Instinctivement, il s’essuya la lèvre inférieure du revers de la main puis releva son regard doré vers la femme rapace qui affichait un air indescriptible.

Voyant qu’elle s’enlignait pour le rejoindre, Vigie – toujours au sol – se recula au même rythme jusqu’à ce qu’il soit acculé dans le coin de la pièce.

- Ne me touchez pas, siffla-t-il entre ses dents.

C’était un avertissement plutôt évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Sam 8 Oct - 19:55

«Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué», Saphyra connaissait bien cette expression, et pourtant elle avait bien envie de crier «Hourra!» devant le peu de résistances dont faisait preuve Adam, lui faisant croire qu’elle arriverait à abattre ses dernières barrières psychologiques et se l’approprier entièrement, peut-être même en faire un membre de leur communauté. Bien qu’il ne répondait à aucune des caresses de la femme-corbeau, l’harfang des neiges ne la repoussa pas, du moins les premières minutes. Au contraire, elle put même faire ce qu’elle voulait de lui, passant ses bras, encore vigoureux malgré le manque d’entraînement, autour de sa taille, sans qu’il n’essaie de se rétracter.

Certes, il était terriblement tendu, mais cela pouvait s’expliquer simplement dans le fabuleux doute : veut-elle vraiment me faire plaisir ou me torturer? Un peu des deux, honnêtement… Malgré cela, Saphyra sentait distinctement son anatomie viril durcir sous ses vêtements élimés, facilement perceptible puisque le bassin de la jeune femme était bien blotti contre celui de l’oiseau blanc, bougeant doucement pour lui faire bien sentir sa présence (et pour sentir la sienne). Une partie d’elle (soit Zéphir) enregistrait les informations que lui avait dévoilées Adam, bien que ce n’était rien de nouveau en soi, simplement une confirmation, pendant que l’autre (aka Saphyra) continuait de caresser ce corps craintif. Un peu comme un petit chiot qui a été trop maltraité par son maître et qu’on avait besoin de resocialiser… Ce qui était à peu près le cas!

Saphyra releva la tête de son prisonnier sans qu’il n’oppose la moindre résistance, et rencontra la même obéissance lorsqu’elle l’embrassa, y trouvant même une certaine forme de participation, un pas de plus vers l’objectif de la femme corbeau. Elle découvrait avec plaisir comme l’harfang des neiges savait bien embrasser, quoi que peut-être encore trop timide, mais c’était plutôt prometteur pour le reste. Son objectif était déjà d’abuser de son corps, mais c’était encore plus satisfaisant de savoir qu’elle pouvait aussi y trouver son plaisir. Hors, tous ces faux espoirs, cette progression incroyable que le captif avait faite s’envola en fumée, probablement rattrapé par sa conscience.

-Non Harfang, chuccch, être OK Harfang des neiges! soupira Saphyra, plus ennuyée que fâchée (quoi que légèrement frustrée sexuellement et dans son orgueil) lorsqu’Adam la repoussa.

Encore peu à l’aise avec la langue Enkiev, la femme-corbeau n’était pas certaine si le prisonnier avait utilisé le verbe pouvoir ou vouloir, dont la nuance était assez importante. Certes, sa bague impliquait qu’il était probablement marié, donc qu’il ne pouvait pas tromper Fiancée. Mais ne réalisait-il pas… qu’il n’allait jamais la revoir? Alors à quoi bon les remords? Quand à vouloir… eh bien… évidement, son but, à Saphyra, était qu’il décide par lui-même de la vouloir… et que c’était plutôt agaçant de constater que ce n’était pas encore le cas!

Adam avait essayé de s’enfuir, sautant par-dessus le canapé pour rejoindre la porte, qu’il ouvrit à la volée pour se retrouver nez à nez avec le garde que Saphyra venait de sortir de la pièce, et qui lui envoya un coup de poing dans la poire. Bon, ça l’apprendra à cet idiot de vouloir jouer au plus fin avec elle! En même temps, ça lui permettait de ne pas avoir à le punir elle-même et continuer à être la gentille, ce qui était parfait ainsi! Un peu triste, quand même, qu’il soit si amoché, mais ça donnait à la Chef de l’Ordre une occasion de montrer sa fausse bonne volonté, fouinant dans ses tiroirs pour trouver une vieille tunique démodée. Elle n’avait pas spécialement envie de faire venir un guérisseur, d’abord parce qu’elle voulait s’occuper elle-même de son prisonnier pour gagner sa confiance, puis parce qu’elle aimait bien savoir qu’il allait avoir mal, un peu… comme son orgueil!

Compatissante, la Chef des Seccyeths revint vers lui en faignant la déception, même un peu de tristesse, mais l’oiseau blanc, écrasé au sol pour avoir trébuché dans le tapis, lui lança un regard menaçant et son ton de voix l’était tout autant, permettant à Saphyra de deviner sa phrase plus que de la comprendre.

-Juste vouloir aider Harfang des neiges. Pourquoi peur? Je dire être amie, oui? souffla-t-elle en tentant doucement d’approcher sa main du visage d’Adam pour éponger le sang avec le morceau de vêtement qu’elle venait de déchirer… Ça n’allait pas être joli tout à l’heure… Harfang des neiges pas content de… «compter»? Ça être le mot que toi dire pour «dans le cœur», oui? Fiancée dans le cœur, Zéphir aussi, mais Oiseau blanc peut être dans cœur aussi, toi comprendre? voulut-elle le convaincre, bien maladroitement, en s’accroupissant prudemment à ses côtés, non parce qu’elle le craignait, mais pour lui faire croire qu’elle n’allait pas le forcer. Toi ici, maintenant, et moi capable protéger Harfang des neiges contre méchants. Eux font mal à toi, non? Mal cessé ici, juste ami, compter. Vie à toi être ici, pour toujours Irianeth, et aider nous toujours, et nous content tu aider. Toi devenir content aussi, un jour, à Irianeth. Avec Saphyra. Oui?

Si seulement elle pouvait lui faire réaliser... qu'il ne sortirait jamais d'ici... Pas vivant en tout cas. Peut-être comprendrait-il que sa seule chance de ne plus être battu était de s'abandonner à cette femme qui lui offrait confort et ... désir?

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Mer 12 Oct - 14:28

Il la toisait de son regard doré. Il sentait un crépitement familier lui parcourir le bras. Le membre était chargé d’électricité et il était prêt à relâcher cette énergie sur Saphyra si elle osait mettre la main sur lui. Ainsi accroupi au coin du mur, il avait l’air d’un animal désespéré. Sa fidélité envers Douhbée… c’était la seule chose qui lui restait. Même sa santé mentale commençait à en prendre un sérieux coup! Sa geôlière le regardait avec un air de compassion, voire même de désolation. Était-elle sérieuse ou mentait-elle, comme tout le monde dans ce bas monde? Elle décida de s’accroupir non loin de lui et approcha doucement sa main de son visage, déclarant qu’elle voulait simplement l’aider, être son amie… Un morceau de tissu trônait dans sa main et elle épongea doucement la lèvre du chevalier immaculé. Le poing de Soren était serré et il se retenait pour ne pas plaquer sa main contre elle et l’assommer grâce à l’électricité crépitante qui était condensée dans son bras. Néanmoins, il soupira et laissa Saphyra procéder au nettoyage sommaire de sa babine fendue. Son bras se détendit et l’énergie disparue d’elle-même. Même s’il la prenait d’assaut avec un choc, où irait-il ensuite? Combien de fois avait-il tenté de s’évader, sans succès? Une extrême lassitude le prit d’assaut et ses épaules s’affaissèrent, signe d’un laisser-aller de sa part.

Saphyra était accroupie tout près de lui et il hocha de la tête à ses propos. Oui, il comprenait. Elle essayait d’insinuer qu’il était cher à son cœur. Mais pourquoi? Ils ne se connaissaient même pas. C’était en fait la première fois qu’ils s’adressaient la parole et Vigie n’était même pas sûr de l’avoir déjà croisée par le passé. Elle disait vouloir le protéger contre les « méchants », puisque ces derniers semblaient lui avoir fait du mal. Or, une question germa dans l’esprit du pheryxian des neiges : qui était-elle par rapport à eux? N’était-elle pas de leur côté? C’était étrange cette façon dont elle voulait absolument prendre soin de lui alors que tous les autres ne faisaient qu’abuser de sa personne. Il baissa le regard vers le sol. Elle déclarait qu’il devait se résigner, qu’il vivrait avec eux pour toujours. Ces propos confirmaient son sentiment de désespoir qui l’envahissait. Malgré toutes ses tentatives pour s’évader, il n’avait jamais pu aller plus loin que la cour extérieure du château. Ils étaient trop nombreux. Et depuis tout ce temps, pourquoi personne n’était venu le chercher? Il avait tenté de rejoindre mentalement son ordre un nombre incalculable de fois, au point où il avait cru que son don ne fonctionnait plus, pour une raison inconnue. Lui qui était habitué d’être connecté à tout le monde avait l’impression qu’on l’avait abandonné, qu’il était isolé du reste d’Alombria.

- Tu désires que je reste avec toi, pas vrai? Demanda-t-il d’un ton las en levant son regard métallique sur le sien. Mais je ne peux pas. Je dois revenir près des miens, en… Shola. Il avait failli dire Alombria. Sombre crétin. Ils m’attendent… Elle a besoin de moi.

S’assoyant au sol, il ramena ses jambes à lui et posa son front sur ses genoux. Il ferma les paupières très fort, espérant pour une millième fois que tout ça n’était qu’un désagréable rêve. Les secondes passèrent et il releva doucement la tête pour ramener son attention sur Saphyra. Elle disait être son amie, pas vrai? Elle disait l’avoir dans son cœur? Alors elle allait devoir le prouver.

- Qui es-tu, pour eux, Saphyra? Demanda-t-il en prenant bien soin de ne pas parler trop vite, désireux de se faire comprendre. Les méchants, ils sont qui pour toi? Il se redressa et s’agenouilla près d’elle. Il voulait voir jusqu’à quel point elle « tenait » à lui. Toi et moi, on est amis, non? En la voyant hocher de la tête, il esquissa un sourire. Il prit ses mains dans les siennes. Ils te connaissent et t’obéissent. Je les ai vus tout à l’heure. Tu es leur supérieure. Tu pourrais m’aider…?

Son attitude avait changé. Il se leva et aida la femme à en faire de même, tenant toujours ses mains dans les siennes. Il l’attira à sa suite, puis revint s’installer sur le divan finement travaillé.

- Je veux bien être ton ami, Saphyra, fit-il en se détendant. Par contre, l’amitié vient avec un échange de services, tu es d’accord? Puisque je suis dans ton cœur, tu peux être dans le mien. Il joignait maintenant les paroles aux gestes, histoire de s’assurer que sa geôlière comprenait bien ses propos. C’était à son tour maintenant de se rapprocher d’elle, son regard doré scrutant les iris de la jeune femme. Aide-moi, Saphyra, souffla-t-il du bout des lèvres. Je ne peux pas rester ici éternellement. Et mes ailes me font terriblement souffrir…

Il se tourna légèrement pour désigner les membres recouverts de duvets qui étaient solidement attachés l’un à l’autre. Les plumes étaient en mauvais état là où les sangles les serraient. Ça faisait si longtemps que ses ailes étaient nouées de la sorte qu’il ne doutait pas que ses muscles soient atrophiés. Mais il n’avait pas peur : ça se travaillait. Le Harfang se surprit à jouer à peu près le même jeu que sa compatriote Corneille : une sorte de séduction s’installait entre eux. Il flirtait avec elle, évitant que ce soit trop manifeste pour totalement éveiller ses soupçons. C’était la seule option qui lui restait, puisqu’il avait testé toutes les autres issues. Et puis, il pourrait toujours se débarrasser d’elle le moment venu…

- S’il te plaît, j’ai besoin de ton aide, fit-il en essayant de lire l’expression qui trônait sur le visage délicat de la dompteuse de dragons. Ses yeux glissèrent le long de la gorge de la jeune femme et s’arrêtèrent un instant sur son impressionnant décolleté. Non pas que ce mouvement oculaire était voulu, mais c’était difficile de ne pas regarder! Tu n’as qu’à occuper tes soldats et je ferai le reste, ne t’inquiète pas. Et puis, si je suis si cher à ton cœur… tu pourrais venir avec moi? Bon, il ne le croyait pas un seul instant et voulait simplement se débarrasser d’elle, mais tous les moyens étaient bons pour arriver à ses fins.[ En retour, je te dirai ce que je sais sur Shola. Qu’en dis-tu?

Il tendit la main, désireux de sceller une entente avec la voluptueuse damoiselle. Bon… après, il fallait qu’il dise la vérité! Mais l’idée de se sortir de son merdier en mettant des bâtons dans les roues du royaume ennemi était terriblement tentant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Jeu 20 Oct - 21:27

On aurait jamais vu Saphyra si douce et réconfortante, son caractère habituel relevant plutôt du sadisme. Mais pour se mettre cet oiseau de malheur entre ses serres démoniaques et le briser à tout jamais, seule une tendresse maternelle semblait pouvoir fonctionner, puisque les tortures n’avaient pas réussit à l’acheter. L’harfang des neiges se laissa finalement approcher, graduellement, et la Seccyeth pu doucement éponger son sang, alors qu’il semblait enfin se détendre, ne serait-ce que d’un iota. Elle dut se retenir de glousser, mais ne pu masquer complètement son sourire, lorsqu’il se défendit devoir retourner auprès des siens et de Fiancée. Devoir et pouvoir, ce n’est pas le même verbe, n’est-ce pas? Qu’est-ce qu’il ne comprenait pas du fait que c’était impossible?

-Nah, Harrfang, nous besoin de toi, ici, roucoula-t-elle en battant sensuellement des paupières.

Besoin était peut-être un bien grand mot, mais oui, en effet, ils devaient le garder, ne serait-ce que parce qu’il leur serait utile lors de l’invasion de Shola et Alombria, et parce qu’il torturait bien aussi! Oh, bien sûr, Irianeth avait ses propres bourreaux, mais c’était d’autant plus amusant de voir la détresse dans les yeux des Enkievs lorsqu’ils reconnaissaient l’un des leurs… avant de se prendre une décharge! Adam sembla alors finalement s’intéresser à elle, vouloir savoir qui elle était, ce qui fit hausser un sourcil à la jeune femme. Comme si elle allait le lui dire! Elle pouvait feindre de ne pas avoir compris la question, ou bien mentir. Tiens, un demi-mensonge, ça serait amusant!

-Fille Roi! gloussa-t-elle pour toute explications, qui devait suffire, étant donné que ses appartements riches ne la démentirait pas, ni l’obéissance des gardes à son égard. Quoi nom de Fille à Roi chez Harrrrfang?

Ouais, une Princesse, c’était une bonne couverture. Elle était riche, magnifique et puissante, quoi que les princesses ne se prostituaient pas pour le bien du Royaume, mais après tout, qu’est-ce qu’il en savait, cet imbécile? Saphyra hocha la tête, un sourcil intrigué toujours en l’air, lorsqu’il lui demanda s’ils étaient amis. N’était-ce pas ce qu’elle venait de lui dire? Elle gloussa à nouveau, franchement cette fois, lorsqu’il lui demanda de l’aide, tenant ses mains comme s’il lui faisait confiance. N’avait-il rien compris dans la vie, cet idiot? L’aide ne vient jamais gratuitement. Et elle lui avait bien dit qu’il ne sortirait jamais d’Irianeth, non?

Décidant d’entrer dans son jeu, tant qu’à savoir qu’il essayait de profiter d’elle, aussi bien qu’elle profite de lui à sa manière, Saphyra le laissa s’approcher, roucoulant faussement comme si elle était en chaleur, plongeant ses yeux dans ceux, dorés, du prisonnier. Dommage qu’elle devait le tromper, il était si mignon!

-Pauvrreee Adam… soupira-t-elle en lançant un regard faussement désolée à ses ailes, qu’elle n’avait vraiment pas l’intention de détacher pour autant. Bien sur que moi aider, car tu être dans mon cœur! Rendre ta vie plus heureuse ici, ouioui. Mais partir? Moi trop ami de toi pour vouloir plus jamais voir Harfang, comprends?

Alors, elle était supposée détourner l’attention des gardes, le laisser s’enfuir, s’enfuir avec lui, et puis après apprendre des trucs sur Shola? Mais quelle utilité d’apprendre des trucs sur son ennemi si son intention était de trahir? Est-ce qu’il la prenait vraiment pour une imbécile!? Apparement, oui, et quoi que c’était on ne peut plus frustrant, Saphyra était bien déterminée à jouer ce jeu, surtout qu’elle adorait voir son regard doré loucher sur sa poitrine toute avantagée par sa robe.

-Tu dire plus que déjà dis? Alors, peut-être moi peut aider, mais pourquoi faire ça? Roi mon frère, pas trahir frère, non? Et puis, quoi dire que tu m’emmener? s’inquiéta-t-elle comme si elle considérait son offre. Besoin assurance que je être dans cœur d’Harfang des neiges. Fiancée à Shola voler mon Oiseau Blanc, je veux le garder!

Saphyra pris la main d’Adam dans les siennes, mais pas pour accepter un pacte qu’elle savait qu’elle ne suivrait jamais, plus pour l’attirer vers elle à nouveau, volant un autre baiser qui ne lui appartenait pas. Il fallait qu’il tombe sous son charme, ou du moins qu’il la croie assez stupide pour penser qu’elle était sous le sien… Le temps qu’il lui raconte ce qu’elle voulait entendre. En fait, elle allait peut-être même songer à le détacher, finalement, pour augmenter sa confiance. Ce n’était pas comme s’il avait la moindre chance de s’en sortir!

-Si gentil Harfang, peut-être je voir pour aider. Ok? roucoula-t-elle en glissant ses doigts dans le dos de l’oiseau blanc, caressant la naissance de ses ailes pour le soulager de la tension, sans pour autant défaire les lanières de cuir.

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Mer 26 Oct - 13:19

Son regard doré scrutait le visage de Saphyra et fut satisfait de la voir lui serrer la main. Toutefois, il n’était pas dupe : il se doutait bien que son petit jeu serait aisément percé à jour, ainsi, il allait devoir être le plus malin des deux. Elle sembla lui demander une assurance comme quoi il ne se jouerait pas d’elle. Il était difficile de pouvoir promettre une telle chose puisque, de toute façon, il ne comptait pas tenir parole. Et puis, il n’avait pas non plus d’assurance qu’elle le guiderait en bon et due forme. Après tout, elle venait d’admettre que le roi était son frère et donc, les chances qu’elle trahisse réellement commençaient à être minces. C’était ironique cette façon qu’elle avait de vouloir le faire parler alors qu’au fond, elle venait de révéler des détails sur elle qu’elle avait peut-être échappés à la volée.

Il avait remarqué la façon dont elle le regardait et les roucoulements qu’elle poussait. Tout dans sa posture et son corps démontrait une sorte de désir envers lui. Il n’avait pas envie de se coltiner la dompteuse de dragons, aussi belle et sensuelle fut-elle. Il avait Douhbée d’ancrée dans son esprit et son cœur palpitait à l’idée de la décevoir… même s’il doutait, par moment, être capable de la revoir un jour. Ouvrant la bouche pour tenter de trouver une réponse satisfaisante à la réponse de Saphyra, il fut surprit de la sentir le tirer vers elle. Il fut donc dans l’obligation de se pencher et sentit les lèvres de la pheryxian d’obsidienne quérir les siennes. Si son réflexe premier fut de se reculer vivement, une pensée arrêta son geste : s’il voulait arriver à ses fins, il devait jouer le jeu, sinon, il venait de confirmer à la jeune femme que tout ce qu’il avait dit n’était que foutaise. Meeeeeerde!! Il n’avait pas envie de se rapprocher d’elle de la sorte! Néanmoins, il se fit violence pour ne pas repousser son avance et répondit même à son baiser. Elle libéra enfin son emprise sur lui et il se recula lentement, faisant tout pour ne pas paraître effarouché.

Il se pencha vers l’avant, afin que ses coudes s’appuient sur ses genoux. Il ne put s’empêcher de grogner de satisfaction alors qu’elle massait la naissance de ses ailes endolories par la contention qu’elles subissaient depuis trop longtemps. Elle lui demandait d’être gentil? Le problème était le suivant : s’il parlait, il n’avait AUCUNE garantie qu’on le libérerait. En fait, le contraire serait même des plus probables. Non seulement le garderait-on emprisonné, mais ils auraient une excellente raison de l’éliminer. Pourquoi s’encombrer d’un poids qui n’a plus aucun intérêt? Ce double jeu devait durer plus longtemps. Il devait voir jusqu’où elle était prête à aller pour essayer de l’embobiner. Si elle était prête à embarquer dans son jeu, il aurait alors une infime chance de pouvoir s’en sortir.

- Je t’en prie, libères-moi, Saphyra, souffla-t-il en prenant sa tête entre ses mains. Il parlait de ses ailes… au minimum du moins. Tu n’as aucune idée à quel point c’est souffrant. Ça fait si longtemps qu’elles sont ligotées ainsi… Imagine un peu être privée d’elles…

Il tendit la main et caressa les plumes sombres du bout des doigts. Les ailes d’un pheryxian étaient ce qu’il avait de plus précieux : elles étaient synonymes de liberté et de puissance. Privé de ces dernières, il n’était rien de plus qu’un… humain? Enfin, hormis les serres qui trônaient à ses pieds de types volatiles. Il ne pouvait dire si elle était réellement compatissante ou si elle faisait semblant, mais il remarqua la moue que la dompteuse de dragons effectua. Sa main lui caressait maintenant le dos et appuyait un peu plus intensément à la base de ses ailes, glissant par le fait-même sur le duvet blanc et en mauvais état de celles-ci.

- Je voudrais bien être gentil avec toi… mais je n’ai aucune garantie, non plus, que ces crétins ne vont pas me faire la peau ensuite, fit-il en désignant les soldats d’un bref mouvement de la tête. S’il-te-plaît, demande leur de sortir à nouveau… Ils m’importunent.

Il sourit intérieurement en la voyant les congédier à nouveau et ils se retrouvèrent encore une fois seuls. Lentement, il redressa le tronc de son corps et appuya son dos contre le dossier du divan, envoyant sa tête vers l’arrière dans un soupir. Il devait bien jouer ses cartes correctement s’il voulait avoir la moindre chance.

- Je comprends que tu aies besoin d’assurance pour avoir ton juste dû, toi aussi, dit-il doucement en la regardant s’approcher de lui. On va donc procéder comme suit, d’accord? Tu détaches mes ailes et je répondrai à l’une de tes questions. Chaque geste charitable de ta part recevra une information de ma part. Ainsi, nous serons tous les deux gagnants. Pour ta famille – sachant que tu hésites à trahir ton frère, ce qui est compréhensible – nous dirons qu’au final, je t’ai manipulé, comme ça, tu éviteras les foudres, pas vrai? Au pire, si notre plan échoue, je recevrai toute les injures et récolterai les coups… pas toi.

Il sentit ses doigts caresser son flanc puis une partie des abdominaux… moins développés après un an de servitude et de cure d’amaigrissement. Son premier réflexe fut de foutre une claque sur sa main, mais il usa de toute sa volonté pour se retenir.

- Alors? Mes ailes pour une information?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Dim 30 Oct - 16:07

Saphyra commençait à en avoir assez de cette petite mise en scène qui frôlait le ridicule. N’étant pas particulièrement réputée pour sa patience, contrairement à Zéphir, la jeune femme commençait à en avoir assez de jouer el rôle de l’idiote qu’Adam croyait qu’elle était. Bien que son alter ego lui intimait mentalement de rester calme et continuer de le cuisiner, elle avait bien du mal à garder la tête froide, et aurait préféré le cuisiner «à sa manière»… genre avec un brin de torture et du feu, transformer ça en poulet frit! Il avait beau avoir répondu à son baiser, la femme corbeau savait bien qu’il s’y efforçait, il tentait de la berner alors que c’était son boulot à elle. En sommes, elle n’avait pas vraiment fait de progrès, alors il était hors de question de lui accorder la moindre avance avant qu’elle-même n’entende ce qu’elle voulait, et pour l’instant, il était plutôt mal barré.

*(Z) La nécessité humaine de recevoir de l’affection finira bien par le faire flancher, même si ce n’est pas aujourd’hui. Patience, Saphyra, c’est toi qui dit toujours que les hommes sont incapables de s’en passer, non?* Mais elle n’était jamais patiente! Combien de temps faudrait-il à cette petite cervelle d’oiseau pour comprendre qu’ils ne lui donneraient aucune liberté, et qu’il n’avait aucune chance de quitter Irianeth, alors qu’il valait mieux coopérer? Sa vie en serait tellement simplifiée, car la promesse des bras cajoleurs de la phéryxianne, ça, ce n’était pas pour le berner! Il pourrait devenir son petit esclave personnel à elle, et serait alors (un peu) mieux traité! Avec les primes qui vont avec la fonction, quel imbécile il faisait de ne pas vouloir cette offre délicieuse!

Bien que n’ayant aucune idée de la signification du mot «importunent», Saphyra lança un regard assassin aux gardes qui les surveillaient toujours, depuis la stupide tentative de rébellion du Harfang des Neiges, et ils repartirent la queue entre les jambes, alors qu’elle pouvait reprendre son massage des omoplates meurtri de son prisonnier, jusqu’à ce qu’il se détache d’elle pour s’adosser contre le divan. Elle avait superbement ignoré son commentaire pour ses ailes, faisant celle qui n’avait pas compris, mais il revenait déjà à la charge, essayant de lui imposer ses règles par rapport au fonctionnement de la suite des choses…

-Oh… maintenant toi décider et moi obéir, Harfang? roucoula-t-elle en lui caressant le torse, douce comme si elle n’était pas offusquée. Mais Saphyra décider comment vont les choses, pas Oiseau Blanc. Gestes gentils de toi donnent récompenses de moi… et je choisir récompense, Adam.

Il pensait vraiment que Jayson serait assez stupide pour croire que quelqu’un avait réussi à manipuler Saphyra, alors qu’elle était l’experte manipulatrice ? C’était vraiment mal la connaître! Oh… wait. Il ne la connaissait pas, en effet. Décidant qu’il s’asservirait ou en payerait le prix, la femme corbeau accéléra les choses, volant à nouveau les lèvres de son prisonnier, mais en y introduisant sa langue cette fois, dans une caresse sensuelle qui ne laisserait personne indifférent bien longtemps. L’oiseau blanc avait visiblement froid sans tunique, et elle le réchauffa de ses mains, frictionnant doucement sa peau pour partager sa chaleur, blottissant son ventre contre le sien en revenant à nouveau s’asseoir au dessus de lui. * (Z) Détache-le pendant qu’il est tranquille, comme si tu accédais à sa demande, il ne faut pas qu’il te repousse une seconde fois.* *(S) Mais tu n’y pense pas! Il aurait beaucoup trop de liberté de mouv…* *(Z) Pour aller où? Appelle Shenya pour qu’elle guette nos fenêtres, le couloir est plus que bondé de gardes, il n’ira pas bien loin.* Saphyra sourit à cette idée, libérant finalement la bouche d’Adam et se glissa dans son dos pour défaire la lanière de cuir, au même moment où elle appelait télépathiquement sa dragonne. Puis, elle embrassa tendrement la naissance des ailes endolorie du prisonnier et repris place sur ses genoux, mettant suffisamment de pression dans chacun de ses mouvements pour qu’il soit clair qu’elle n’accepterait pas de se faire doubler.

-Ça récompense pour toi sage. Questions maintenant. Que faire l’oiseau blanc dans désert quand rencontrer Zéphir et Syrian? chuchota-t-elle, langoureuse, tantôt en lui embrassant, tantôt en léchant doucement la peau de ses lèvres, son cou, sa clavicule… Pas oublier chose importante, Harfang des neiges. Si toi essayer de berner Saphyra, tu être mort aujourd’hui, oui? Les ailes, ça fait plaisir? Tu les perdre pour toujours si essayer de voler avec, comprendre?

Et elle s’occuperait bien elle-même de les lui arracher… Mais pour l’instant, c’était son pantalon de lin qu’elle voulait arracher, ce qu’elle commençait déjà à faire, d’ailleurs, détachant celui-ci tout en l’embrassant sur le torse.

-Ami fait plaisir aussi, hein? susurra-t-elle, à défaut de connaître le mot «amour» en enkiev, Saphyra sentit distinctement une masculinité incapable de résister à de tendres caresses sur un corps maltraité depuis trop longtemps. Même si la volonté n’y était pas, le corps d’un homme restait celui d’un homme…

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigie
Chevalier
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/03/2016
Localisation : Alombria

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Pheryxian
Âme soeur:

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Lun 31 Oct - 21:55

Visiblement, elle n’appréciait pas qu’il prenne les choses en main. Même si toute son attitude disait le contraire, les propos qu’elle avait soigneusement choisis témoignaient bien de son envie de prendre le contrôle de la situation. Ainsi, elle changea le cours des choses : une information pour un geste charitable. Il eut un air songeur pendant un instant, se demandant si le marché était vraiment équitable. Après tout, rien ne lui confirmait qu’elle allait tenir parole. En fait, il était même persuadé du contraire. Il ouvrit la bouche pour rajouter un truc quand Saphyra décida de prendre les devants. Elle captura la bouche du chevalier immaculé et introduit sa langue dans sa bouche dans un baiser langoureux et fiévreux. Vigie fut surprit de ce revirement soudain de situation et hésita avant de répondre. Il était de moins en moins sûr de son coup. En fait, plus le contact passionné de la pheryxianne couleur corbeau perdurait, plus il se doutait qu’elle n’était absolument pas dupe. La dompteuse de dragons caressa la peau de son torse à pleines mains et décida de venir se rassoir sur le prisonnier, se pressant par le fait-même sur son corps svelte à la peau diaphane.

Ce contact rapproché faisait naître en lui un double sentiment. Tout d’abord, le malaise, puisque franchement, il n’avait pas envie de vivre ce genre de chose avec elle. Mais une sensation d’excitation naissait également au creux de ses tripes puisque bon, tout homme ne pouvait être véritablement insensible aux caresses intenses d’une femme comme Saphyra. Ça l’énervait royalement! Il n’avait pas envie de réagir aux attouchements de sa geôlière! Il avait simplement envie de lui cracher au visage! Néanmoins, il fallait croire que son petit jeu porta fruit, car cette dernière descendit de son trône improvisé et s’installa dans son dos. Le retrait des sangles fut des plus libérateurs pour le chevalier. À un point tel où il poussa un gémissement de satisfaction. Malheureusement pour lui, il sembla que sa plainte de soulagement fut mal interprétée, car la jeune femme en profita pour embrasser la naissance ses ailes avant de revenir prendre place sur le bassin de son prisonnier. Merde! Allait-elle penser qu’il s’agissait là d’un encouragement à continuer?! Vigie se mordit l’intérieur de la bouche, se punissant de n’avoir pu retenir son expression de bonheur au moment de la libération de ses ailes. Mais bon sang que ça faisait un bien fou!

Saphyra lui posa alors sa fameuse question, léchant et goûtant allègrement la peau de sa gorge et de sa clavicule. Maintenant qu’il croyait que son manège fonctionnait, Soren hésitait à la repousser totalement. Bon… il devait répondre à son interrogation, sinon elle allait lui faire regretter. En fait, il comprit à ce moment précis qu’elle n’était pas du tout prise dans ses filets. La façon dont elle le menaça lui confirma qu’elle n’était pas dupe et que cette histoire n’était en fait qu’un jeu à double sens. Elle savait qu’il tentait de la berner et le contraire était également vrai. Bien malgré lui, Vigie sentit son pouls s’accélérer alors que les démonstrations d’affection de sa geôlière augmentaient en intensité.

- J’étais dépêché dans le désert par mon ordre, souffla-t-il. Nous croyions que nos ennemis tentaient de passer par là pour envahir notre pays par la frontière sud. La guerre avec les Alombriens fait rage depuis un moment et ils n’ont de cesse de tenter de prendre avantage sur nous par tous les moyens possibles. Lorsque j’ai croisé Zéphir, je croyais que j’avais affaire à des sauvages contrôlés par les Alombriens. Je n’avais aucune idée que votre nation existait avant ce moment précis.

Il disait vrai… il avait simplement inversé les rôles. Et puis, Saphyra était probablement au courant de la guerre qui sévissait entre les deux nations. Et sinon… et bien elle venait de l’apprendre. Les mains fiévreuses de la geôlière descendirent le long de l’abdomen du pheryxian immaculée et s’en prirent à la corde qui lui servait de ceinture. Okay, ça allait beaucoup trop loin cette fois. Certes, sa masculinité était durcie par tant de signes d’affection, mais Soren n’était absolument pas consentant pour autant. Il avait encore sa faculté de réfléchir! Après tout, allait-il réellement se laisser violer de la sorte?! Il referma sa main sur le poignet de la princesse et l’éloigna de sa taille, tentant de lui faire comprendre qu’il n’avait pas envie d’aller plus loin. « Stop. » Fit-il. Mais visiblement, il était hors de question qu’il l’arrête dans son élan! Saphyra se défit aisément de sa poigne et agrippa à pleine main – par dessus son pantalon en lin – l’entre-jambe de son esclave aux allures d’harfangs des neiges. Sous le toucher indécent, Vigie s’étouffa avec sa salive. Bon sang, elle n’y allait pas par quatre chemins! Elle palpait le tout avec un sourire sans équivoque au visage. « Non, Saphyra. Arrête. » Il ne savait pas si c’était de l’arrogance, de l’envie ou purement de l’opposition, mais ses paroles ne firent qu’attiser le feu. La dompteuse de dragons tira brusquement sur la ceinture improvisée du chevalier immaculée et plongea directement sa main sous son pantalon pour bien « prendre les choses en main ».

La réaction du pheryxian fut instantanée : il poussa sa geôlière de toutes ses forces afin qu’elle glissa à nouveau de ses genoux. Évidemment, le tout se fit non sans un cri de colère de sa part. Vigie se leva dans un bond puis s’éloigna du divan en resserrant frénétiquement la corde autour de sa taille. La geôlière se jeta brusquement sur lui et le plaqua contre le mur.

- Arrêtons immédiatement ce petit jeu ridicule! Cria-t-il, décidé à offrir une résistance. Je ne suis pas idiot, tu ne l’es pas non plus! Alors retires tes sales pattes de moi, sinon je me défendrai!

Il la repoussa à nouveau, puis prit une position de combat. Une énergie crépitante envahie ses deux mains alors que plusieurs éclairs bleutées grouillaient entre ses paumes et ses doigts. Si elle le touchait à nouveau, c’était la décharge assurée.

- Touches-moi une autre fois et tu goûteras à la médecine que tu me forces à faire endurer à tes prisonniers, siffla-t-il d’un air mauvais, les dents serrés. NALIMA! [RECULES!] L’un des rares mots qu’il connaissait dans la langue adverse. Son regard doré démontrait maintenant de la haine, pure et dure. Le genre sentiment qui brillait dans les yeux d’un homme qui n’avait plus grand-chose à perdre. Il était sérieux. Trêve de plaisanteries, Saphyra! Arrête d’essayer de me prendre pour un crétin! Que veux-tu!? Ma soumission?! Plus d’informations?! Ma loyauté?! Tu n’auras rien de tout ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir
Chef de l'Ordre
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 13/06/2016

Feuille de personnage
Âge: 30 (fév)
Race: Phéryxian
Âme soeur: Georgina

MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   Mar 1 Nov - 22:31

Elle était si près du but! C’était rageant de voir encore de la résistance rendu à cette étape, le blondinet avait été tellement soulagée de voir ses ailes désserées que Saphyra avait été certaine de l’avoir dans sa poche pour de bon. Et pourtant, même s’il avait eut la décence de répondre de façon plutôt satisfaisante à sa question, la femme corbeau le sentait toujours tendu (dans tous les sens du terme) sous elle. Tendu d’excitation, tendu de nervosité, tendu de peur, tendu de dégoût. Lorsqu’elle commença à défaire son pantalon, l’Harfang des neiges tenta d’arrêter sa main, bien inutilement, puisque… ben, quand la jeune femme avait un truc en tête, elle ne l’avait pas ailleurs! Est-ce que c’est ça qu’on appel un viole, quand quelqu’un nous dit clairement d’arrêter et qu’on continue? Chouette, il y avait quelque chose de vraiment excitant à l’idée d’entrer dans la criminalité! Elle était une abuseuse, ça c’était bon pour son curriculum.

Ignorant donc le commentaire d’Adam, Saphyra se libéra de sa poigne, avec une facilité déconcertante, même pour elle, tant la faim et l’emprisonnement avaient affaibli le jeune homme. Par-dessus son pantalon, qu’elle n’avait pas encore réussi à enlever, elle lui caressa toute sa masculinité, espérant le faire changer d’avis.

-Chut, Harfang, correct, moi amie oui? lui chuchota-t-elle langoureusement, augmentant d’audace dans ses caresses lorsque les protestations fusèrent encore, glissant ses doigts sous le pantalon trop lousse, de toute façon.

*(Z) Trop vite, Saph, comme d’habitude. Tu vas vraiment avoir à apprendre la patience…* Oui, bon, ok. Ce n’était pas exactement ce qu’on appelait cuisiner un prisonnier en douceur, et elle avait été rapidement repoussée, si bien qu’elle échoua à retenir son exclamation de colère. Frustrée sexuellement, Saphyra repris les devants, refusant de le laisser gagner, certaine qu’il finirait par craquer sous ses attouchements, elle revint le plaquer au mur pour tenter de l’embrasser, sans succès, puisqu’il la repoussa une seconde fois, lui criant que le jeu avait assez duré et l’insultant, avant de s’armer d’électricité. *(Z) DU CALME SAPHYRA!*

Bien que trop enragée pour être capable de se concentrer sur l’enkiev d’Adam et manquant donc la moitié de ses propos, Saphyra compris la menace, et s’efforça de prendre de longues inspirations. Zéphir avait raison, elle avait fait foirer en voulant aller trop vite. Ce n’était pas comme si elle était reconnue pour être patiente aussi! Elle réessaierait, un autre jour. Plus lentement. Quelques petites attentions, jour après jour, et elle finirait bien par l’avoir, il fallait juste cesser de le brusquer, comme un petit chiot battu par son ancien maître.

-KYNTAC! ordonna-t-elle sèchement, affichant tout de même un air désolé vers Adam, alors que les gardes ne se faisaient pas prier une seule seconde pour rappliquer.

Il y eu un moment de confusion où les soldats demandèrent comment l’oiseau blanc pouvait bien être détaché, puis réalisèrent qu’il se protégeait de son énergie électrifiante. Heureusemnt, l’un de ces balourds avait pensé à emmener un long bâton de bois en plus de son épée. Celui-ci n’étant pas conducteur d’électricité, il menaça, sans parler mais ce n’était pas nécessaire, de le frapper en pleine gueule s’il n’éteignais pas sa magie. Ainsi, Adam fut bientôt rattaché aux poignets, et aux ailes immédiatement après, et traîné hors des appartements de la Chef de l’Ordre.

- Tacumaa Adam, comment dire, enkiev, tacumaa? Ça vouloir dire moi triste rendre toi triste. En rogne, oui… Chucch, Harfang des Neiges, Saphyra amie, pas oublier. Revenir me voir bientôt, pas peur, Adam, fit-elle mine de le rassurer, sachant que c’était la dernière chose qu’il voulait. Due, di nacda ele, ordonna-t-elle à l’un des gardes, jugeant que l’oiseau blanc était en assez bonne escorte.

Ouais, parce que là… Fallait se soulager avant tout, c’est mauvais pour la santé de laisser durer un désir sexuel puissant et incomblé. Faute d’avoir eu Adam pour aujourd’hui, il fallait bien que quelqu’un la satisfasse, non?

RP TERMINÉ

_________________


Shenya

Chansons thèmes de Zéphir : Boyfriend et My demons
Celles de Saphyra : This little girl, Smoke and mirror et Dirty Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Broken wings [PV Zéphir / Saphyra][TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Narcissa ♠ Blackbird singing in the dead of night take these broken wings and learn to fly
» ✬ broken wings.
» With my broken wings ~ Marcy [Finie]
» « You stay back but i know you're broken » ▬ Ft. Alix ♥ [Terminé]
» Alanka ∆ Takes her broken wings and learn to fly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: