Forum RPG médiéval-fantastique inspiré de la série Les Chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard
 

Partagez | 
 

 En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre


Messages : 84
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Ven 9 Sep - 11:32

C’était toujours impressionnant de constater la popularité indéniable des adoubements de l’Ordre de chevalerie d’Alombria. Encore une fois, cette année, il y avait foule au château. Tous s’entassaient devant la scène, où se déroulait l’événement. Adelyn, quant à elle, observait la cérémonie en retrait. Elle avait les bras croisés et son regard parcourait les gens. C’était une excellente occasion pour elle d’étudier les particularités de chaque visage, le comportement des gens, les bruits, les odeurs et ainsi de suite. Tout cela lui était essentiel afin de parfaire ses illusions et ses métamorphoses. De toute façon, elle n’avait aucun rôle à jouer pour l’instant, alors autant bien en profiter!

L’espace de quelques minutes, elle fut de retour à son propre adoubement il y a six ans. Elle était, à l’époque, la plus jeune chevalière de l’Ordre et de sa génération. Aucun commentaire désobligeant à son égard n’avait pu ternir la fierté qu’elle ressentait alors. Elle avait prouvé à tout le monde, hors de tout doute, qu’elle était faite pour ce rôle de protectrice du royaume. Elle pouvait donc s’identifier à tous ces jeunes gens, dont son amie Douhbée, qui recevaient fièrement le titre pour lequel ils avaient travaillé toutes leurs vies.

Puis, ce fut enfin à son tour d’aller rejoindre les chevaliers fraîchement adoubés pour prendre place à leurs côtés. On l’avait mis au parfum qu’elle recevrait une écuyère à former, ce qu’elle avait accepté avec plaisir. C’était une responsabilité qu’on ne pouvait confier à n’importe qui, ce pourquoi elle était honorée d’avoir cette opportunité d’éduquer la relève. Le dos droit, les épaules vers l’arrière, elle s’avança dignement pour prendre la ceinture qu’elle remettrait à son apprentie… une certaine Ishobel. Elle posa son regard céruléen vers l’adolescente qui avançait vers elle et lui sourit. Elle savait qu’il pouvait être angoissant de rencontrer quelqu’un dont on ne connaissait rien et qui serait pourtant en charge de notre éducation pour les six prochaines années. L’appréhension était une chose tout à fait normale.

- Félicitations, Ishobel. Tu as terminé avec adresse tes années en tant qu’élève de l’Ordre des chevaliers d’Alombria. Te voici maintenant écuyer sous ma charge. fit-elle solennellement, tout en attachant la ceinture à la taille de la semi-lycane. Elle termina en l’embrassant sur le front, comme l’eut fait son premier maître. La fée espérait, après tout, créer un fort lien entre elle et son apprentie. Allez, suis-moi. Trouvons un endroit plus calme pour discuter, si tu le veux bien.

Sans plus de belles paroles, la jeune femme descendit de l’estrade. Elle remarqua toutefois, du coin de l’œil, un homme qui les guettait d’une certaine distance… et, plus particulièrement, l’adolescente à ses côtés. Adelyn s’arrêta net dans ses pas et tourna la tête en direction de sa compagne. « Connais-tu cet homme? » s’enquéra-t-elle d’un ton neutre. Elle apprit, grâce à l’exclamation de joie de la semi-lycane, qu’il s’agissait de son père qu’elle n’avait pas vu depuis belles lurettes. Cependant, la chevalière agrippa l’épaule de son apprentie avant qu’elle ne puisse détaler en direction de son géniteur.

- Tu es écuyère maintenant, Ishobel. Tu dois demander la permission avant de pouvoir quitter mes côtés. Je sais que c’est moche et je ne dis pas cela pour te brimer dans ta journée spéciale, mais tu as de nouvelles obligations maintenant. Tu n’auras pas la même liberté au cours des six prochaines années que ce que tu avais en tant qu’élève, ou que tu auras une fois assermentée… me comprends-tu? Pour l’instant, j’aimerais que tu demandes la permission avant de faire quelque chose.

La fée n’avait pas été rude dans sa leçon, voire qu’elle avait expliqué la chose aussi tendrement qu’elle le pouvait. Il y avait une juste dose d’avertissement comme quoi les règles et l’étiquette étaient importantes à ses yeux. Du coup, dès que l’adolescente demanda à aller rejoindre son père, Lyn se fit un plaisir de lui accorder la permission. Elle lui sourit avant de caresser le haut de son dos, signe de sa bénédiction pour aller voir le semi-elfe plus loin. De toute évidence, elle suivit son apprentie afin de faire connaissance de cet homme. Elle attendit que l’étreinte entre les deux membres de la même famille soit terminée avant de tendre sa main à l’inconnu.

- Je suis Adelyn d’Alombria, chevalier et maître de votre fille. Je suis enchantée de faire votre connaissance.

_________________


Dernière édition par Adelyn le Mar 13 Déc - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishobel
Écuyer


Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 14 ans (fév.)
Race: Lycan - Elfe - Humaine
Âme soeur: Miya

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Dim 11 Sep - 16:51

Les six dernières années avaient filées à une vitesse ahurissante, tantôt dans les classes de Nata, à perfectionner ses connaissances du Royaume, de la Chevalerie, et de ses propres capacités magiques. Tantôt dans la cours, en compagnie de Miya ou de ses autres amis, parfois avec le garde lycanthrope Yahto, qui lui avait finalement pardonné sa dureté de leur première rencontre et acceptait de l’entraîner avec sa métamorphose, après qu’elle s’eut dûment excusée de son attitude. Mais surtout, après qu’elle eut accepté son passé, son bagage génétique, et tout ce qui venait avec. Maintenant qu’elle savait pourquoi.

Ishobel avait passé la journée à essayer de calmer sa meilleure-amie-pour-la-vie, malgré sa propre excitation face à la nouvelle étape qui les attendait. Certes, elles se verraient beaucoup moins souvent, à l’avenir, mais lors de chacune de leurs retrouvailles, elles auraient encore davantage à se confier, et se partager, et savoureraient plus encore cette puissante proximité qui les avait toujours reliées. La demie-lycan tressait l’épaisse chevelure blonde de son amie grâce à son don, un moyen beaucoup plus sure que ces doigts nerveux. Elle n’avait eut qu’à visualiser l’habituelle coiffure de son aînée, Douhbée, pour la recopier en manipulant la kératine de la future écuyer. Le résultat, accentuant la ressemblance des deux sœurs, était époustouflant.

-Ta sœur sera fière de toi! Moi aussi je suis fière de toi, de nous! souffla Ishobel en enlaçant sa meilleure-amie-pour-la-vie, juste avant de prendre le chemin, main dans la main, pour l’estrade où elles verraient leur chemin se séparer. Mais non, ne pleure pas Miya! Tu vas me faire pleurer! essaya-t-elle de rigoler pour retenir ses larmes, alors que la nervosité transparaissait dans l’attitude de la pardusse.

Après une longue étreinte, les jeunes adolescentes se promirent de se contacter chaque jours, lorsqu’elles seraient absentes du château pour des missions, ce qui risquait d’être plutôt fréquent avec la guerre qui faisait rage. Puis, Miya la quitta pour rejoindre son Chevalier, Soren, et même si elle lui tournait le dos, Ishobel pouvait deviner la surprise sur son visage. Cela faisait six elle qu’elle lui rabattait les oreilles avec les aventures qu’elle vivrait avec son aînée, lorsqu’elle serait sous sa tutelle… Elle n’avait toutefois pas le temps d’y songer d’avantage, ni de lui envoyer un message télépathique pour la rassurer, car c’était son tour, et la nervosité la gagna, effaçant tout le reste.

Avec un regard déçu vers la foule, où elle n’aperçu pas la tête blonde sur des épaules hautes qu’elle avait espéré voir, Ishobel vint à la rencontre de son maître, Adelyn. Même si elle savait qu’il était difficile pour son faire de faire trop souvent acte de présence à Alombria, en particulier la capitale, elle avait quand même espérer qu’il trouve un moyen pour cette journée spéciale… Elle masqua toutefois sa tristesse sous un sourire rayonnant, bien que nerveux, alors que celle qu’on appelait autrefois la Chevalier «prodigue» lui ceignait la taille de sa ceinture d’écuyer. Elle avait été adoubée à l’âge étonnant de 16 ans, ce qui n’était pas impossible, mais peu commun, certes, signifiant qu’elle avait débuté son apprentissage tout juste âgée de 4 ans, soit un an de moins que la demie-lycan ne l’avait fait.

-Merci Maître, je vous assures que j’en suis ravie! s’enthousiasma Ishobel après les félicitations et le baiser d’Adelyn, avant de la suivre hors de l’estrade et de la foule, sans oublier un petit regard derrière elle, lançant un clin d’œil à Miya.

Occupée à dire silencieusement au revoir à son amie, Ishobel failli rentrer dans le dos de son maître, qu’elle suivait sans regarder. Celle-ci s’était arrêté pour observer un individu qui semblait les dévisager, et demanda à son apprentie si elle le connaissait. En croisant le regard, identique au sien, de Zackeriel, le cœur de l’adolescente s’emballa. Il était venu!

-C’est papa!

Ishobel eut à peine le temps de faire un mouvement dans la direction de son paternel, qu’une main s’empressa de la retenir par l’épaule. Étonnée, l’écuyère dévisagea Adelyn, se demandant pourquoi elle ne pouvait pas aller voir son père, puisqu’il était venu de Shola exprès pour sa graduation. Cela faisait si longtemps qu’elle ne l’avait pas vu, considérant les difficultés du sholien pour traverser la frontière au cours des dernières années. Lorsque son maître la réprimanda, bien que peu sévère, la demie-lycan eut pleinement conscience des limites que lui imposaient désormais sa nouvelle condition d’écuyer. Même élève, les interdictions lui avaient pesées, et avec Miya, elles avaient toujours pris un malin plaisir à les briser, mais ce n’était rien à comparé à ce qui l’attendait pour les six années à venir…

-Oui Maître, je suis désolée Maître… chuchota Ishobel en baissant les yeux pour masquer le fait que ses yeux se remplissaient d’eau. Je n’ai pas réfléchi, je tâcherai de faire mieux, je n’étais même plus certaine s’il pourrait venir et… cela fait si longtemps que je l’ai vu. Ishobel sourit pour essayer de faire passer ses larmes pour du bonheur, puis leva les yeux au ciel comme pour réfléchir. Je n’arrive même pas à me rappeler quand c’est, la dernière fois où il est passé au château. Est-ce qu’on pourrait aller le voir, s’ils-vous-plait, Maître? conclut-elle d’une voix suppliante, qui s’acheva dans un soupir de soulagement lorsqu’Adelyn accepta, avec un geste d’affection qui lui fit sentir que la Chevalier voulait vraiment développer un lien spécial avec elle, autre que la strict et sévère relation Chevalier-Écuyer. Évidement, qu’elle ne voulait pas la brimer, seulement lui rappeler les règles, une constation qui l’émerveilla. Les règles n’allaient peut-être pas être si difficiles à suivre, finalement…

La jeune fille se précipita dès qu’elle put à la rencontre de Zackeriel, se jetant dans ses bras lorsque la distance le permit, le faisant presque tomber malgré sa légèreté toute elfique. Le lien père-fille s’était considérablement développé avec les années, même s’ils n’avaient pas eu une tonne d’occasions de se voir, spécialement justement pour ça, peut-être. Chaque retrouvaille n’était que plus forte que la précédente.

-Papa tu m’as tellement manqué! J’ai eu peur que tu viennes pas, est-ce que tu as vu Chlomi? Et Axel, il est là aussi? l’harcela-t-elle avec sa manie de trop poser de questions, jusqu’à ce qu’elle réalise la présence de son maître, derrière elle, qui venait se présenter à Zackeriel. Maître, je vous présente Zackeriel d… Mon père. Il n’était peut-être pas sage d’être plus spécifique que ça, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)


Messages : 516
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Mer 14 Sep - 16:23

Il marchait à travers la foule, les mains dans les poches. Il était surpris de constater que l’événement avait attiré autant de gens! La plupart étaient des curieux, mais il y avait probablement des membres de la famille des chevaliers, tout comme lui. Zack avait quitté Shola il y avait de cela deux semaines afin d’assister à l’événement. Capucine n’avait pu le suivre, étant aux prises avec des crampes et un malaise généralisé. De plus, ils avaient une énorme commande en vue d’un bal organisé pour un comte sholien et ne pouvait se permettre de prendre du temps loin de Magnolia. Ainsi, il s’était donc farci le voyagement seul, bien que ça ne lui déplaisait pas vraiment. Ça lui rappelait un peu ses années d’errance à travers le monde et lui redonnait un sentiment total de liberté. Il fallait dire que Capucine avait mis du temps à lui faire confiance, de peur qu’il prenne la poudre d’escampette et ne revienne jamais. Or, il n’avait pas l’intention de disparaître à jamais, puisqu’il avait maintenant un port d’attache plus qu’important à ses yeux.

Le guerrier regardait la foule de ses yeux de bronze et étouffa un bâillement. En fait, il était terriblement fier de sa fille (qu’il appelait maintenant ouvertement de cette façon, s’étant fait à l’idée), mais tout ce blabla était tellement barbant! Debout parmi une panoplie de gens, Zack jurait un peu dans le bassin de populace noble où il s’était arrêté : il était davantage habillé en voyageur qu’en bourgeois (ce qu’il devenait tranquillement, par la bande de Capucine, sans compter le fait qu’il possédait du sang bleu dans les veines). Un pantalon marron en cuir enserrait ses jambes, des bottes cloutées recouvraient ses pieds jusqu’aux genoux, une tunique à manches courtes écarlate trônait sur son torse et des brassards dans le même matériel que ses bottes ornaient ses avant-bras. Des gants aux doigts coupés recouvraient ses mains et ses armes battaient ses hanches en permanence. Finalement, pour achever le tableau, ses cheveux étaient attachés en chignon peu soigné derrière sa tête et sa barbe naissante et non taillée ornait son visage. La noblesse lui jetait des regards en coin, se demandant visiblement ce qu’il faisait là. Mais d’où il était, il voyait très bien la scène et il se foutait royalement des jugements des autres. Pourquoi les nobles devaient-ils se coltiner toujours les meilleurs endroits, laissant les roturiers à l’arrière comme de la vulgaire vermine?

Les chevaliers furent donc adoubés et les écuyers furent nommés un à un afin d’être attribués à leur nouveau tuteur. Zack applaudit très fort lorsqu’il vit la petite gamine blonde grimper l’estrade pour retrouver une femme chevalier d’origine féérique. Hmmm… sa tutrice était un beau brin de fille, il devait l’admettre! Il ne fallait pas se méprendre : Zack était toujours terriblement entiché de Capucine et sa beauté exotique le captivait de jour en jour. Mais il était un homme et avait des yeux pour voir. Bah, regarder n’était pas un acte mauvais en soi, non? Tant qu’il gardait ses mains dans ses poches… chose qu’il s’empressa de faire à nouveau. Une fois tous les adolescents attribués à leur maître respectif, Zack suivit du regard sa fille qui descendait de l’estrade avec son maître. Il observa les deux damoiselles avec un sourire en coin jusqu’à ce que son regard croise celui de la guerrière, d’un bleu céruléen. La fée se pencha vers l’adolescente et cette dernière leva enfin la tête en sa direction. Pour toute réponse, Zack la salua de la main et gloussa en entendant l’expression de joie de sa fille. Toutefois, la fée agrippa rapidement l’épaule de l’adolescente et elles semblèrent échanger quelques mots que le semi-elfe ne pouvait percevoir. Que se passait-il? N’avait-elle pas le droit de venir le saluer? Il avait eu du mal à passer la frontière sans se faire questionner, alors il espérait ne pas avoir fait tout ce voyage pour rien.

Les sourcils froncés, il observa la scène et vit Ishobel baisser la tête avec tristesse. Elle venait d’être victime de remontrances? Bon… après, il fallait dire que lui-même n’était pas du genre à suivre les règles et avait très peu fréquenté la garde sholienne. Il était donc un peu étranger face aux restrictions que le statut de sa fille lui imposait. Il aimait sa liberté et, depuis son adolescence, c’était promis que rien ne le brimerait jamais à ce niveau. Il se dandina un instant d’une jambe à l’autre, se demandant s’il devait intervenir ou pas. Il fut toutefois content de constater qu’il n’eut pas à le faire, car Ishobel put enfin courir en sa direction. Dès qu’elle fut à une distance raisonnable, elle sauta avec joie et Zack, les bras grands ouverts, l’attrapa d’emblée en plein vol. Il serra son unique fille contre lui, heureux de pouvoir la revoir. Il avait tant de choses à lui dire! Sans plus tarder, l’enfant le bombarda de questions et il éclata de rire à ses propos.

- Oui pour Chlomi, elle est plus loin à l’arrière. Pour Axel… heu… c’est le chat, c’est ça? Je crois qu’il était avec elle. Je pense bien l’avoir vu… À ces propos, il s’étira le cou pour essayer de voir puis ramena son attention sur elle.

Le duo arrêta enfin son étreinte et Zack se dégagea de sa fille pour se saisir de la main de la sublime damoiselle chevalier. Adelyn de son nom. Il n’eut pas le temps de piper mot qu’Ishobel s’empressait de faire la présentation. Heureusement, elle eut le temps de taire son nom d’origine avant de révéler à son maître qu’il faisait partie du camp adverse et Zack put enfin se détendre. Maintenant, mieux valait espérer qu’elle n’ait jamais entendu parler de lui, puisqu’il utilisait généralement le surnom de « Rémi » pour éviter les ennuis.

- De même, Adelyn, répondit-il à son intention, souriant. Je suis ravi de constater que ma fille sera entre de bonnes mains pour les prochaines années.

Puis, il baissa son regard vers l’adolescente, réalisant avec tristesse qu’elle avait tellement grandi depuis leur dernière rencontre. Il n’avait pas été là pour les huit premières années de sa vie et il avait raté encore beaucoup de choses. Mais que pouvait-il y faire? Il était établi à Magnolia et en avait été – en quelque sorte – le captif pendant un moment. Il posa une main sur l’épaule de la jeune femme et lui sourit à nouveau.

- Alors, comment on se sent, en tant que nouvelle écuyère? Excitée? Nerveuse?

Il était vraiment ravi de voir à quel point Ishobel était heureuse de son changement de titre et jeta un coup d’œil amusé en direction de Dame Adelyn. Cette dernière semblait également enchantée, bien que plus posée que l’enfant. Un cri de joie monta à ses oreilles et il vit un petit matou aux oreilles de charbon arriver aux pas de course en direction de l’enfant et sauta sur cette dernière pour la serrer fort comme lui. Le gamin était visiblement plus vieux : il devait avoir 15 ans, tout au plus. C’était surement le fameux « Axel ». Ce dernier souleva Ishobel dans les airs et la fit tournoyer autour de lui.


- Tu étais géniale, Isho! Cria-t-il tout joyeux, ignorant clairement la présence de Zack et même d’Adelyn, en quelque sorte. Bon sang, je suis tellement fier de toi, si tu savais!! Le chat de ruelle tourna enfin sa tête vers eux et tendit la main vers la chevalière, son grand sourire exhibant ses canines pointues. Bonjour ma Dame! Je m’appelle Axel! Je suis le frère d’Isho. Enchanté Monsieur, vous devez être son père?

Son frère? Absurde, ils n’avaient même pas le même sang. Mais il fallait croire que les jeunes délaissés se créaient leur propre famille. Ce qui était touchant en soit. Après tout, les frères de sang ne voulaient rien dire, juste à voir où ça l’avait mené… Une autre femme les rejoignit rapidement et Zack la reconnut comme étant la mère adoptive d’Ishobel. Il la salua avec un sourire et lui serra la main, à elle aussi. Ils se connaissaient un peu tous les deux de sorte que la jeune femme fut plutôt chaleureuse à son égard. Chlomi salua également la femme chevalier, la remerciant de prendre soin de sa fille et de bien vouloir lui prodiguer la meilleure éducation possible. Les cinq personnes discutèrent un instant, puis Chlomidea déclara qu’elle était dans l’obligation de retourner au travail, de même pour Axel. Elle fit un dernier câlin à l’enfant et le garçon l’imita, chuchotant quelque chose à l’oreille de sa petite sœur*. Ils quittèrent enfin les lieux, laissant Zack de nouveau seul avec Adelyn et l’écuyère. Des serviteurs attirèrent l’attention de la foule, déclarant que le banquet était servi pour tous les chevaliers, les écuyers, les élèves et les convives.

- Vous avez un banquet? Fit-il visiblement surprit. Vous en avez du budget! Je vais donc vous laisser fest…

Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’Ishobel lui agrippa la main et l’attira à sa suite, ne voulant visiblement pas qu’il quitte l’endroit aussi rapidement. Il éclata de rire et marcha derrière elle, aux côtés d’Adelyn.

- Alors, vous êtes chevalière depuis longtemps? J’ai entendu entre les branches, dans la foule, que vous étiez la plus jeune femme à avoir été graduée au sein de l’ordre d’Alombria? Ça relève d’un exploit en soi, quant à moi. Je dirais même, prodigieux. Est-ce que Ishobel est votre première apprentie?

Son ton était celui de la conversation. Aucune curiosité mal placée ni même de jugement dans sa voix. Il voulait simplement en apprendre plus sur la belle chevalière.


[* Axel chuchote à l’oreille d’Ishobel de lui faire part de la localisation de sa nouvelle chambre afin qu’il puisse aller lui rendre visite une fois la nuit tombée]

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre


Messages : 84
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Mer 28 Sep - 12:09

Souriante, Adelyn accepta volontiers la main du semi-elfe qui se tenait devant elle. S’il n’avait pas été le père de son apprentie, elle lui aurait fort probablement offert un verre dans la taverne la plus près… Il y avait malheureusement une limite à ne pas franchir. Quel dommage… elle qui trouvait les nuits longues depuis la disparition de son Norrois. Ah! Puis elle ne se démoraliserait pas pour si peu aujourd’hui!

Elle fit mine de ne pas remarquer la présentation interrompue d’Ishobel, ainsi que la vague de panique qui avait envahi la petite famille pendant un bref instant. Clairement, l’adolescente n’était pas au courant de l’empathie de son maître ou, encore, que celle-ci avait fait un long voyage en plein cœur de Shola il y a quelques années. La fée savait reconnaître un sholien quand elle en voyait un, ne serait-ce que par son accent qui ressemblait à celui de la capitale ennemie.

- J’ose souhaiter être à la hauteur de son potentiel, répondit-elle au père de la semi-lycan.

Elle croisa ensuite les mains devant elle, laissant père et fille rattraper le temps perdu. Elle salua des collègues à quelques occasions. Elle fut particulièrement attendrie de voir les chevaliers Soren et Douhbée faire connaissance avec leurs écuyers. Ces deux-là ne l’avaient pas eu facile au cours des dernières années et méritaient ce qu’il y avait de mieux dans la vie.

L’attention de la chevalière aux yeux céruléens fut prestement ramenée sur sa protégée alors qu’un pardusse était arrivé en trombe pour la faire tourner dans ses bras. Elle serra légèrement la mâchoire, mais ne pipa mot. C’était visiblement un ami de longue date et il était en droit de venir féliciter Ishobel. C’était, après tout, un jour de réjouissance pour elle.

- Tout le plaisir est le mien, Axel, fit-elle poliment.

Ce fut ensuite le tour de la mère adoptive de l’adolescente de faire son apparition et de partager quelques formules de politesse, auxquelles Lyn répondit avec le même entrain qu’elle avait depuis le début de la journée. Elle était heureuse que sa protégée ait un entourage qui tienne énormément à elle. Sa propre famille s’était contentée de lui serrer la main et lui souffler qu’ils étaient fiers de l’honneur qu’elle amenait à leur maison… et qu’elle devrait réfléchir à prendre mari pour continuer la lignée. C’était ça, quand on était issu d’une famille noble.

- Bon voyage de retour, mes chers! s’exclama-t-elle, tout en envoyant la main à la famille d’Ishobel.

Un sourire en coin apparu aux fines lèvres de la chevalière face à la surprise du semi-elfe à ses côté, sourire qui s’agrandit face à l’empressement de l’écuyère d’inviter son paternel à se joindre à eux. C’était attendrissant de voir à quel point les deux faisaient un effort pour tisser un lien solide malgré la distance.

- Ne vous inquiétez pas, Zackeriel, vous êtes le bienvenu à participer à ces festivités. Et si jamais on nous pose la question, nous répondrons simplement que vous êtes mon informant.

Elle fit un clin d’œil à l’homme qui marchait près d’elle, espérant qu’il comprenne qu’elle n’était pas sans se douter de ses origines, mais qu’elle n’avait aucune intention de le dénoncer… Du moins, tant qu’elle ne constaterait pas un comportement suspect de sa part. La conversation prit ensuite une direction plus ordinaire, voire banale, mais ô combien plaisant pour une demoiselle comme Adelyn qui adorait que l’on vante ses mérites.

- Je suis la chevalier la plus jeune de ma génération, en effet. Je fus adoubée lors de mes seize ans et, depuis, je sers l’Ordre d’Alombria avec fierté. Elle esquissa un sourire joueur. Cela fait six ans, en fait, ajouta-t-elle sur un ton de fausse confidence. Les gens avaient tendance à la croire beaucoup plus jeune qu’elle ne l’était à cause de sa petite stature et ses traits délicats. Ayant été énormément occupée sur le front et à patrouiller le territoire, je n’ai pas eu l’opportunité de former d’écuyère jusqu’à maintenant… Donc, pour répondre à votre question, oui, Ishobel est ma première apprentie. Qu’en est-il de vous? À voir votre fière allure, j’oserais croire que votre métier en est un très exigeant physiquement.

La voilà qui se lançait dans les compliments dissimulés… à moitié. Elle écouta avec intérêt les explications que lui donnait le voyageur, cherchant à distinguer le vrai du faux. Elle adressait de tendres sourires à l’adolescente, qui se retournait pour ajouter des commentaires au travers de ce que disait son géniteur. Une fois rendus à la salle à manger, Adelyn fit une courte révérence et pointa en direction d’une table où il y avait suffisamment de places libres pour le trio. Elle avait pointé une table qui était légèrement en retrait, sans préciser que c’était pour mettre la famille plus à l’aise de discuter. Elle prit ensuite place en face de la semi-lycan, qui s’était évidemment assise juste à côté de son père. Elle proposa quelques spécialités locales à leur invité, dont le confit de cuisse de canard, demi-glace à l’échalote, avant de se servir elle-même de la saucisse d’agneau aux fines herbes et à l’ail, en plus d’un peu de salade crémeuse de céleri-rave aux pommes et aux dattes.

- Bon appétit, dit-elle avant d’incliner respectueusement la tête. Au bout de quelques bouchées, elle regarda son apprentie et entreprit de lui demander : Si tu devais nommer tes trois plus grandes attentes vis-à-vis mon enseignement, quelles seraient-elles? Elle écouta attentivement la réponse, puis se tourna ensuite vers Zackeriel. Et vous, quelles sont vos attentes concernant le maître de votre fille? Elle termina en lançant à ses deux compagnons : Je veux m’assurer que nous soyons sur la même page et qu’Ishobel, ma jolie, tu puisses atteindre tes rêves. Mon objectif est de faire de toi une chevalière… pas selon un modèle précis que je pourrais avoir en tête, mais selon tes besoins et tes aspirations. En échange, je te dirai ce à quoi je m’attends de ta part, d’accord?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishobel
Écuyer


Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 14 ans (fév.)
Race: Lycan - Elfe - Humaine
Âme soeur: Miya

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Ven 7 Oct - 17:30

Chlomidea et Axel étaient donc bien à la capitale! Ishobel avait craint qu’ils ne puissent se rendre à cause du travail, mais en cette journée spéciale, ils avaient pu tout deux ce libérer, tout comme Zackeriel, ce qui remplissait le petit cœur de la pré-ado de bonheur! Lorsque son père acheva les politesses d’usage avec son maître, il prit enfin le temps de s’enquérir de comment elle se sentait. Franchement, elle était trop intimidé d’être l’écuyère de celle qu’on appelait encore parfois la Chevalier Prodigue, mais elle n’allait quand même pas le dire devant Adelyn, n’est-ce pas?

-Très excitée, j’ai hâte de commencer l’entraînement! répondit-elle plutôt, ce qui n’était pas vraiment un mensonge, car elle trépignait vraiment sur place. C’est sur que Miya et les autres vont me manquer, mais c’est pas comme si on était séparés pour toujours, ça va être un peu comme avec toi, encore plus de bonheur chaque fois qu’on se revoit, non? La distance forgerait-elle plus assurément les bonnes relations? En tout cas, elle forgeait le sentiment de manque, qui faisait toujours paraître les retrouvailles plus grandioses qu’elles ne l’étaient en réalité.

C’est ce moment que choisis Axel pour débarquer en trompes, souleva sa sœur adoptive de terre pour la faire tournoyer comme si elle pesait une plume (ce qui était peut-être le cas), lui exprimant toute sa fierté d’abord, passant aux salutations ensuite. Il reconnut Zackeriel, même sans l’avoir jamais vu, considérant les nombreuses descriptions détailles qu’Ishobel lui avait fait de son paternel. Puis Chlomidea arriva, complétant ce tableau de famille plutôt hors normes, et tout un chacun pouvait douter des liens qui les unissaient. Mais pour la demie-lycan, ils étaient toute la définition du mot «famille».

Évidemment, Axel et Chlomidea ne pouvait rester bien longtemps, au grand damn d’Ishobel, car en effet, le travail les attendait toujours Chez Aïcha. Toutefois, elle était quand même ravie de les avoir revus, et s’ils partaient trop vite à son goût, elle était certaine de pouvoir les retrouver avant longtemps. Avant de suivre la séduisante femme, le pardusse se pencha à l’oreille de sa sœur d’adoption pour s’informer de la localisation de sa nouvelle chambre, afin que jamais ne cesse ses visites nocturnes, ce à quoi l’élève répondit télépathiquement, afin d’éviter tout risque d’être entendue. Elle avait raison, finalement, elle allait le revoir avant longtemps…

Les gens commencèrent alors à se diriger vers le banquet, ce qu’Ishobel s’empressa d’imiter, après avoir jeter un regard interrogateur à son Maître pour s’assurer qu’ils y allaient bel et bien. Zackeriel avait commencé une imbécile formule d’au revoir, comme s’il n’allait pas les suivre pour le repas, quand l’adolescente lui aggripa le poignet pour le tirer derrière elle. S’il croyait s’en sortir comme ça! Déjà que Chlomidea et Axel avaient du quitter, pas question qu’il s’en aille aussi, elle s’était trop ennuyée de lui, et elle aurait tout son temps pour faire connaissance avec Adelyn dans les six prochaines années, Bon! Celle-ci mettait d’ailleurs du sien en lui expliquant qu’il était la bienvenue, tout en laissant planer un doute à la petite lycan… peut-être que finalement, la fée avait compris d’où venait son père? Oupss…

En tout les cas, le demi-elfe ne releva pas le commentaire, dirigeant plutôt la conversation vers les exploits d’Adelyn, dont il avait entendu parler au cours du brouhaha de la foule, pendant qu’il attendait sa fille. Il soulignait à quel point c’était prodigieux, et Ishobel sentit plus encore la pression de faire face à ce maître qui était suivi par une réputation de perfection. Qu’arriverait-il si elle n’était pas à la hauteur? Elle ne voulait pas salir l’image de la fée non plus… Elle oublia toutefois ses soucis et éclata dans un gloussement lorsque son maître demanda à Zackeriel ce qu’il faisait dans la vie pour avoir une telle forme.

-Papa est fleuriste! ricana-t-elle en jetant un regard moqueur à l’ancien brigand, qui tenait évidemment sa stature de ce passé criminel, et non de ces dernières années de vie dans le jardin. N’empêche que… c’était la vérité hein! Enfin, presque, il jouait effectivement dans les fleurs, mais assurait plutôt la sécurité du domaine… C’était quand même plus marrant de dire qu’il était fleuriste!

Dans la grande salle à manger, le banquet avait attiré bien plus de monde que ne contenait habituellement la pièce, si bien qu’on avait du ajouter des tables. Jamais Ishobel n’avait vu cet endroit si bondé! Disons qu’elle ne s’était pas particulièrement tenue dans le coin lorsqu’elle était devenue élève, trop occupée à planifier des stratégies de visites nocturnes avec Axel. Le trio s’isola le mieux qu’ils purent pour continuer leur conversation devant un repas succulent.

La question d’Adelyn surpris grandement Ishobel, qui ne s’attendait pas vraiment à avoir son mot à dire, croyant qu’on la forgerait tout simplement dans le moule où elle était destinée, ainsi elle n’avait jamais vraiment réfléchi à ce quelle voulait devenir, comme Chevalier. Ses pouvoirs permettaient d’être plutôt versatile, une sorte de soldat passe-partout, alors l’adolescente s’était tout simplement imaginé qu’on lui apprendrait un peu tout, pour qu’elle se débrouille dans chaque domaine, sans avoir de spécialité. Et elle ne s’était même jamais demandé ce qu’elle avait envie.

-Mes plus grandes attentes… marmonna Ishobel en réfléchissant, prenant une autre boucher d’agneau pour se donner un laps de temps plus raisonnable. En fait, c’est exactement ce qu’il me manque, je crois, des attentes. Ce que j’espère de vous, c’est que vous me trouviez justement un rôle précis, car je ne semble pas destinée à en avoir un. J’aimerais me découvrir une spécialité, quelque chose dans lequel je suis meilleure que les autres, pour avoir l’impression d’avoir une place juste pour moi dans l’Ordre, et non d’être simplement une Chevalier parmi tant d’autres. Mais ça ne compte que pour une seule attenet, ça, n’est-ce pas? Vous avez dit trois… alors heu…

Quelles étaient les valeurs d’un Chevalier? L’ardeur et le courage, ce n’était définitivement pas ce qui manquait à Ishobel. Certes, elle avait déjà été une gamine effrayée par sa propre lycanthropie, mais c’était du passé, on l’avait aidé avec cette situation et se débrouillait plutôt bien dans cet état, maintenant. Suivre les règles du code de Chevalerie? Ça allait certainement poser problème, mais elle n’allait quand même pas l’avouer à son Maître!

-Faire de moi quelqu’un de juste, ajouta-t-elle en repassant mentalement les qualités dignes d’une Chevalier. Je veux apprendre à discerner le bien du mal, c’est souvent si facile de se m’éprendre sur les gens. Elle pensait notamment à Zackeriel, et lui adressa une œillade à ce propos, puisqu’il était considéré comme un brigand même après tant d’années hors du crime. Et, dans le même ordre d’idée, j’aimerais être capable d’apprendre à me fier à mon instinct, c’est quelque chose qui me fait gravement défaut, surtout lorsque j’utilise ma forme lycane. En sachant discerner l’injustice de la justice, j’espère être capable de me faire plus confiance?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)


Messages : 516
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Lun 17 Oct - 14:44

Marchant toujours derrière sa fille, main dans la main, Zack scruta les yeux de la femme chevalier, cherchant une réponse à ses interrogations. Cette allusion qu’elle avait fait relativement au fait qu’il pourrait être son « informant » le rendait perplexe… que voulait-elle dire? Avait-elle compris – en si peu de temps – ses origines réelles? L’ancien brigand se garda bien de lui poser la question, préférant le côté nébuleux de ses propos à une réalité implacable qui le forcerait à quitter prématurément la capitale. Le Sholien n’en avait rien à faire de cette guerre, n’agissant que pour ses intérêts et ceux de ses proches. Or, sa présence était pour faire plaisir à Ishobel, ce qu’il avait visiblement réussi avec brio. Passant outre son commentaire, la chevalière Adelyn poursuivit la conversation en répondant aux interrogations du semi-elfe. Elle déclara effectivement être la plus jeune guerrière de sa cohorte et Zack nota mentalement le sourire joueur qu’elle lui adressa. Il lui plaisait, il en était presque sûr. Oh, il resterait fidèle à Capucine, il en avait bien l’intention! Toutefois, un peu de flirt était bon pour son égo. Sa main libre était toujours dans ses poches et y resterait. Ainsi, ça faisait 6 ans qu’elle avait été adoubée? Ça lui donnait donc 22 ans, ce qui le surprit un peu. Il avait l’impression qu’elle était plus jeune… Bref.

Elle déclara ensuite qu’Ishobel était effectivement sa première écuyère – puisqu’elle avait été aux prises avec cette guerre interminable – et en profita pour lui balancer un compliment à peine dissimulé. Elle avait noté sa stature physique, visiblement. Un sourire à la fois charmeur et amusé se peignit sur ses lèvres fines. S’ils s’étaient rencontrés quelques années plus tôt, il aurait assurément joué le grand jeu dans le but de l’attirer dans sa couche. Il ouvrit la bouche pour répondre à l’interrogation de son interlocutrice quand la petite voix réjouie de sa fille résonna, ponctuée d’un rire amusé. Fleuriste? Voilà qui n’était pas totalement faux! Il esquissa donc un sourire à son tour et nota la surprise qui peignit les traits de la femme chevalier. C’est sûr qu’une telle carrure ne découlait pas entièrement d’un business de fleurs.

- Elle n’a pas totalement tort, fit-il en jetant un regard amusé à sa fille. Je travaille dans une jardinerie. Effectivement, je m’occupe de l’entretien des fleurs et de l’aménagement de celles-ci. Je fais également office d’homme à tout faire et je donne un coup de main à la sécurité du domaine. Auparavant, je n’étais qu’un simple voyageur. Vous savez, l’appel de l’inconnu est parfois plutôt attirant et voyager seul implique une forme physique importante. Sans compter qu’on doit apprendre à se défendre.

Ce n’était pas vraiment un mensonge… plutôt une demi-vérité. Il n’allait tout de même pas dire au maître de sa fille qu’il avait un passé criminel important! C’était tenter le diable et il ne pouvait plus se le permettre maintenant que Capucine était dans sa vie. D’ailleurs, une brève pensée fut dirigée envers la magicienne. Allait-elle mieux? Il n’aimait pas l’idée de la laisser seule alors qu’elle était malade… Et sa présence lui manquait, déjà! Il ramena son attention sur l’adolescente et la fée et continua sa discussion. Ils parlèrent de tout et de rien alors qu’ils se dirigeaient vers la salle à manger. Une fois sur place, Adelyn pointa une table et le trio alla s’y installer. Puis, ils allèrent se servir dans l’immense buffet destiné aux convives. Zack écouta les recommandations de la guerrière et se servit également une cuisse de canard confite ainsi qu’un morceau de bœuf braisé au vin rouge. Il accompagna le tout d’une salade de pousses et d’endives surmontée de fruits de saison et d’une réduction légèrement vinaigrée. Cette petite salade toute simple aurait probablement fait le bonheur d’Agrias et il sourit à cette pensée. Il s’imaginait également sans mal Saros se servant allègrement dans les plats copieux de bœuf, de cerf et poisson fraîchement pêché. Vraiment, la royauté Alombrienne mettait le paquet pour impressionner ses convives!

Il revint ensuite s’installer auprès de ses compagnes du moment, s’assoyant au bout de la table, entre Adelyn et Ishobel. « Bon appétit » répéta le brigand avant de goûter au canard. Bon sang, ça se détachait tout seul! C’était excellent! Il plongea son regard vers Ishobel alors que son maître lui posait une question sur les attentes qu’elle avait vis à vis de la fée. Il était intéressant d’écouter la réponse de la préadolescente. Ses propos étaient terriblement recherchés pour son âge et Zack eut un air songeur lorsqu’elle déclara qu’elle espérait trouver sa place au sein de l’ordre. Lui et Uriel avaient tellement voulu se tailler une place au sein des Lames Pourpres et c’était cette ambition qui les avait poussés à atteindre les hautes sphères de l’organisation criminelle. S’ils étaient restés dans l’armée sholienne, qui sait ce qu’ils auraient pu accomplir ensemble! Probablement de grandes choses. Bien qu’il ait malgré tout adoré sa vie de brigand, il lui arrivait parfois de regretter son choix. Tout aurait été plus simple. Ramenant son attention sur sa progéniture, le semi-elfe eut un pincement lorsqu’elle déclara vouloir devenir quelqu’un de juste. Elle était tellement différente de lui. À chaque instant, il apprenait à la connaître un peu plus et comprenait à quel point elle était une gamine noble malgré ses origines modestes. Tout le contraire de lui. Il esquissa d’ailleurs un sourire en coin lorsqu’il vit qu’elle lui adressait un regard. Elle ne finirait pas comme lui. C’était beaucoup mieux ainsi. Faire confiance à son instinct… ça, il savait le faire. C’était ce qui lui avait tellement sauvé la mise par le passé. Peut-être pourrait-il lui montrer quelques trucs en douce, un jour. Malgré le fait qu’il était tellement fier de sa fille, il espérait tout de même qu’elle garderait un esprit libre et critique : se fier à son instinct et ne pas obéir aveuglément aux ordres d’en haut. Après tout, des pommes pourries s’étaient glissées tellement souvent au sein de l’armée dans l’histoire d’Enkidiev…

Lorsqu’Adelyn lui posa une question, Zack lui jeta un regard surpris. Il ne s’était vraiment pas attendu à ce que la jeune femme s’intéresse à son opinion à son égard! Il fallait dire qu’il n’avait pas réellement son mot à dire dans toute cette histoire. Il toussota pour reprendre contenance et déposa ses ustensiles.

- Ce que j’attends de vous concernant l’éducation de ma fille? Répéta-t-il d’un air songeur. Que vous l’aidiez à se développer comme une femme forte, indépendante et qui pourra foncer dans la vie sans se laisser impressionner par autrui. Je souhaite que vous l’accompagniez afin qu’elle devienne une femme accomplie qui pourra affronter le futur la tête haute. Un peu comme vous, bref, fit-il en prenant une gorgée de vin qu’on lui avait préalablement servi et en plantant son regard airain dans ses yeux. Il avait vu la façon dont elle se tenait et la manière dont elle avait repris sa fille au début de leur rencontre. Elle n’était probablement pas le type de femme à plier l’échine devant les autres sans combattre. Elle connaissait la droiture et le possédait probablement un code d’éthique solide. Je crois vous êtes en plein le genre de personne qui pourra l’aider à parvenir à ses buts.

Puis, il ramena son attention vers sa fille. Elle pouvait avoir un avenir glorieux, il en était certain.

** [Ishobel] Je ne te demande qu’une seule chose, Isho. Tu as parlé d’instinct tout à l’heure. Ça m’interpelle, pour avoir été moi-même obligé de le développer assez tôt. Promets-moi de te toujours te fier à celui-ci. Ton maître a l’air de quelqu’un de bien. Mais de grâce, n’obéis jamais aux ordres aveuglément, sans te poser de questions, surtout si ça va à l’encontre de ce que tu ressens dans tes tripes. Ton instinct ne te laissera jamais tomber. Et parfois, certains de tes supérieurs te mentiront pour arriver à leurs fins qui, par moment, peuvent ne pas être si nobles que ça. Je ne dis pas que c’est le cas d’Adelyn… Mais personne ne peut dominer ou faire plier un esprit libre. Je t’en prie, souviens-t’en. **

La liberté était la chose la plus précieuse que possédait Zack et jamais il n’accepterait qu’on le soumette à quoi que ce soit contre son gré. Il espérait que ce soit également le cas pour sa fille. L’expression qu’arborait la petite semi-lycan lui fit comprendre qu’elle saisissait ses propos. L’ancien brigand remarqua également la façon dont la fée l’observait et se demanda si elle avait pu suivre leur conversation. Après tout, il ne connaissait pas l’étendue de ses pouvoirs… pouvait-elle intercepter les messages télépathiques? Si tel était le cas, il allait devoir se surveiller. L’air de rien, il porta un morceau de bœuf à sa bouche et fut surpris de constater à quel point la viande était tendre. Il invita la préadolescente à goûter son plat et esquissa un sourire en la voyant se délecter à son tour.

- Mangez-vous toujours aussi bien? Demanda-t-il à la fée. Si tel est le cas, je devrais m’inviter plus souvent! Sinon, pour reprendre les propos d’Ishobel qui disait vouloir « être unique et se démarquer du lot », je me demande la chose suivante : en quoi vous démarquez-vous du reste de l’ordre? Parce que j’imagine que vos enseignements seront axés selon votre spécialité, ce qui est normal en soit! Évidemment, je me doute bien que le gros de l’entraînement d’Isho ne me regarde guère, mais je suis curieux de voir comment vous entrevoyez la chose.

Il écouta les paroles de la fée avec intérêt et esquissa un sourire en constatant avec quelle habilité elle pouvait répondre à une question qui, somme toute, était loin d’être simple. Ça prouvait à nouveau ce qu’il pensait d’elle : elle était vive d’esprit et possédait un talent d’élocution certain. De belles qualités pour une représentante d’un ordre aussi prestigieux qu’Alombria. Ils continuèrent de papoter en mangeant quand soudain, un souvenir traversa l’esprit du Sholien. Il avait ramené un présent pour Ishobel.

- Oh tiens, pendant que j’y pense, fit-il en fouillant dans ses poches. J’ai un truc pour toi Isho. Il sortit une petite boîte de la grosseur du creux de sa main. Il jeta un regard à Adelyn. Je peux? Il ne savait pas si ce genre de présents était toléré. Dès qu’il eut la bénédiction de la fée, il donna le petit récipient à sa fille. À l’intérieur se trouvaient deux petites boucles d’oreilles en bois en forme de fleurs de magnolia. C’est moi qui les ai faites. J’espérais qu’en les portant, ça puisse te faire penser à moi. Elles sont faites en essence de cerisiers. Capucine l’avait aidé dans la création de ces petites fleurs délicates, l’assistant afin qu’elles soient le plus réalistes possible. De plus, elle avait elle-même choisi l’arbre dans lequel elles avaient été faites. Un délicat clin d’œil à la jardinerie d’où elles venaient.

** [Ishobel] Si un jour tu venais à passer la frontière pour venir en Shola, n’hésite pas à me contacter. Il y aura toujours une place en Magnolia pour toi. Une chambre t’y est destinée d’ailleurs. **

Puis, il ramena son attention vers la fée qui avait également terminé son repas.

- Alors, avez-vous la journée au complet en congé? Puis-je profiter de votre présence à toutes les deux plus longtemps ou le travail vous appelle déjà?

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre


Messages : 84
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Ven 21 Oct - 18:36

Les coudes sur la table et les doigts entrelacés, la chevalière écoutait avec intérêt ce que lui expliquait sa nouvelle apprentie. Elle appréciât que cette dernière puisse reconnaître assez rapidement qu’elle manquait d’attentes. Ce n’était pas chose facile d’admettre qu’on manquait d’ambition ou qu’on n’avait simplement pas pris la peine de réfléchir davantage à ce que l’on attendait de la vie. Les deux autres points que l’adolescente souhaitait travailler étaient plutôt de base, mais Adelyn comptait bien voir au développement de l’ambition de sa protégée. Elle saurait lui montrer qu’elle était capable d’accomplir tout ce à quoi elle pouvait bien rêver, et même plus, si elle prenait seulement la peine d’essayer.

- Dans un premier temps, je tiens à préciser que ce n’est pas à moi de déterminer ta spécialité, ma belle. Je ne veux pas te pousser dans une direction qui ne te va pas et qui risquerait de te rendre malheureuse. Mon rôle est celui de te guider dans ton chemin, mais la décision ultime te reviendra. Je peux toutefois te promettre que nous allons explorer toutes les possibilités afin que tu trouves ce qui te convient. Pour ce qui est d’être juste et te fier à ton instinct, je ferai mon ce que je peux pour t’aider à les développer. Je serai toujours là pour toi, et ce, même une fois que ta formation sera terminé, sache-le.

Elle sourit à son écuyère; elle pensait ce qu’elle disait. Pour la fée, le lien maître/apprenti(e) continuait au-delà de l’adoubement. Après tout, elle s’attacherait à Ishobel et ne perdra jamais cette impression qu’elle doit lui venir en aide si elle en a la capacité.

- Dis-toi une chose : la confiance en soi grandit avec les expériences que nous vivons, alors donne-toi une chance de grandir.

Ce fut ensuite le tour du séduisant Zackeriel de répondre; l’air surpris du Sholien était totalement craquant. Adelyn adorait le voir déboussolé. Enfin, plus sérieusement, elle hocha de la tête face aux propos du semi-elfe. Celui-ci avait une vision typique d’un père, mais pas un qui croyait que les femmes étaient le sexe faible. Il voulait que sa fille soit en mesure de se débrouiller et qu’elle ne se laisse pas piler sur les pieds, ce qui concordait parfaitement avec la vision qu’elle-même avait de la chose.

- Vous avez raison sur ce point, très cher, je n’ai pas froid aux yeux. On ne peut pas vraiment se le permettre dans notre lignée de travail.

Par la suite, la chevalière déduit que leur invité devait avoir des capacités télépathiques, car un silence s’en suivit. Un bouleversement émotif était toutefois survenu chez son apprentie, signe qu’elle était touchée par ce qu’elle seule pouvait entendre. Tiens, tiens… c’était à se demander si le guerrier avait plus d’un tour dans son sac qu’il n’avait pas partagé avec le maître de sa progéniture. La jeune femme garderait très certainement un œil ouvert quant à tout signe d’autre capacités hors du commun chez lui.

Le sourire de la fée s’agrandit davantage en constatant que le semi-elfe était surpris par la qualité de la nourriture. Il était vrai que le château s’en donnait à cœur joie lors de festivités, surtout lorsqu’il était question de fêter les chevaliers et leur relève.

- Ne croyez surtout pas que ceci est un luxe de tous les jours. Nous fêtons en grande pompe, tout simplement, mais la nourriture est habituellement plus… banale. Vint ensuite le moment où ce fut le tour de la chevalière de présenter ses points forts. Elle vit bien le regard curieux de son écuyère, celle-ci étant tout aussi intéressée que son père par la chose. Il semblerait que la guerrière allait devoir travailler plus fort sur sa réputation, si on ne savait pas quelle était sa spécialité. Je suis maître des illusions, fit-elle sans plus grand détour. Elle en profita pour faire naître une sensation de picotement sur l’épaule du semi-elfe, ce qui le fit tourner la tête. Il y vit un dragon, qui ne tarda à s’envoler et disparaître dans un corridor. Père et fille purent ensuite constater que leur interlocutrice n’était plus une fée à la chevelure de blé, mais bien une femme de peau noire, avec des cheveux courts, avec des ailes de corbeaux à la place de celle des libellules. D’une voix grave, Lyn ajouta : Il y a peu de choses que je ne puisse faire. Puis, en claquant des doigt, une lumière aveuglante força ses camarades à fermer les yeux, ce qui lui permit de retrouver sa forme normale. Aucune arme de notre arsenal est hors de notre portée, tout comme aucun livre de notre bibliothèque nous est inconnu. Il serait donc difficile pour moi de vous nommer toute autre spécialité, autre que ma versatilité.

Cela suffit à lancer toute une conversation que la diversité d’armes que possédait l’ordre d’Alombria, malgré que la fée fit son possible pour ne pas révéler d’information sensible, ainsi que sur la routine qui attendait l’adolescente et son maître à compter du lendemain. Du moins, jusqu’à ce que Zackeriel ne se souvienne qu’il avait amené un petit quelque chose à sa fille. « Je vous en prie, ne vous gênez pas pour moi. » répondit-elle à la demande de permission du guerrier. Elle n’était tout de même pas pour l’empêcher de gâter sa progéniture lors d’une des rares occasions qu’il avait de la voir. « C’est magnifique. » ajouta-t-elle, une fois que la demi-lycan ait donné son opinion sur la paire de boucles d’oreilles et ait enlacé son paternel. « Ne vous inquiétez pas, Zackeriel, la journée ne fait que commencer. Aujourd’hui, il est question de réjouissance. Demain, ce sera une autre histoire. Allez, mangez, si vous avez encore faim. » De son côté, elle avait terminé son assiette. Il faut dire qu’à sa taille, elle n’avait pas besoin d’une très grande quantité de nourriture.

Soudain, des cris et des rires fusèrent plus loin, ce qui attira l’attention du trio. Il semblait que les chevaliers Douhbée et Soren aient décidé de se lancer dans une guerre de nourriture avec leurs écuyères, ce qui poussa la fée à jeter un regard empli d’avertissement envers sa propre protégée. Ses yeux disaient clairement : « N’y songe même pas. » Le même air sévère fut lancé au semi-elfe, qui semblait plus que prêt à se lancer dans la mêlée. Si Adelyn était prête à laisser passer bien des choses puisque c’était le jour des adoubements, elle n’était pas encore au point de permettre à quiconque sous sa surveillance de se lancer dans une guerre de nourriture. C’était bien dommage pour Ishobel, mais elle n’obtiendrait pas cette permission.

- Nous parlions de ne pas se laisser impressionner par autrui… Voici une occasion parfaite de ne pas le faire. trancha-t-elle d’un ton un peu sec. Elle soupira avant de s’adoucir. Que diriez-vous d’aller visiter nos appartements? J’aurais bien suggéré les écuries, mais je crois que les lieux risquent d’être bondés de chevaliers désirant montrer leurs montures à leurs écuyers. Ce sera plus tranquille si nous attendons un moment avant de s’y rendre. Ceci étant dit, s’il y a des choses que tu tiens à montrer à ton père, Ishobel, c’est le moment. Nous avons, après tout, les six prochaines années pour se familiariser avec la chambre et le cheval.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishobel
Écuyer


Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 14 ans (fév.)
Race: Lycan - Elfe - Humaine
Âme soeur: Miya

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Jeu 27 Oct - 20:02

Ishobel sourit aux explications de son maître concernant le fait qu’elle choisirait elle-même sa spécialité, en la guidant sur tous les chemins possibles pour qu’elle puisse faire son choix. En fait, c’était exactement ce que la lycane voulait demander, sans être capable de l’expliquer proprement, du haut de ses onze ans. Il y avait certains élèves qu’on savait déjà qu’ils feraient des éclaireurs, des assassins, des guerriers de baston, simplement grâce à leurs capacités physiques et magiques, et qui n’avaient pas à se poser la question. Quant à elle, ses pouvoirs étaient plutôt variés, et avec sa transformation elle disposait de deux capacités, soit la puissance de sa forme louve, et l’agilité de sa petite taille en forme humanoïde. Alors où devait-elle aller? Elle n’avait tout simplement pas envie d’être le Chevalier volatile qu’on place n’importe où quand il y a un trou à bloquer, voilà ce qu’elle avait tenté d’expliquer! Elle voulait avoir une place, qu’on la reconnaisse pour ses compétences supérieurs en une matière par rapport aux autres, quelle que soit celle-ci.

Adelyn conclu en lui assurant que la confiance en soi grandirait en même temps qu’elle. Il était normal, à un si jeune âge, d’avoir du mal à peser le juste et l’injuste, mais pour une écuyère, elle avait l’impression d’avoir plus de pression à le réussir. Ishobel, du haut de ses onze ans, représentait autant l’Ordre que n’importe qui d’autre, et craignait plus que tout commettre une faute qui verrait la prestigieuse organisation discréditée. Ou ne serait-ce qu’elle-même… Depuis qu’elle était gamine, elle savait qu’elle deviendrait Chevalier, que serait sa vie, sans cela?

Zackeriel paru surpris qu’on lui demande son opinion sur l’éducation d’Ishobel, probablement parce que, justement, il n’avait jamais fait parti de celle-ci et, donc, ne se sentait pas avoir son mot à dire. Pourtant, la jeune adolescente apprécia la réponse qu’il servit à Adelyn, tout comme elle visiblement, et il poursuivit sur sa lancé par télépathie, afin que la lycanthrope sache bien ce qu’il voulait dire par devenir «indépendante», que c’était plus une question psychologique que physique. Même si l’organisation de Chevalerie était militaire, ça ne voulait pas dire obéir aveugléement sans se questionner sur les raisons derrière les actes.

***[Zackeriel] Compris, papa. C’est pourquoi je parlais de jugement et d’instinct, d’ailleurs…. *** lui répondit-elle par la même voie, sous le regard inquisiteur d’Adelyn, qui semblait avoir deviné qu’il se passait quelque chose de secret, sans pour autant pousser l’indiscrétion à demander de répéter.

La conversation dériva ensuite sur la qualité de la nourriture, et Ishobel en profita pour se goinfrer un peu, pendant que personne ne regardait, dans son plat comme dans celui de son père, sur son invitation. En effet, ils n’avaient pas le droit à un buffet de Rois tous les jours, seulement lors des occasions spéciales, quoi qu’on ne pouvait pas dire non plus qu’ils étaient mal nourris. C’était quand même l’armée la plus importante du Royaume qui résidait dans l’aile de Chevalerie, et des soldats affamés ou mécontents, ça ne vaut pas grand-chose. Bref, la gamine n’avait pas eu à se plaindre, quoi qu’elle n’aurait pas dit non aussi à se faire servir comme une princesse des plats cinq étoiles tous les jours comme ceux-ci!

Bêtement, la demi-lycan interrompit son mouvement, sa fourchette pleine devant ses lèvres, lorsque Zackeriel questionna son maître à son tour. Curieuse d’en apprendre plus sur Adelyn, Ishobel en oublia de manger, ce qui devait avoir l’air complètement ridicule en la situation. Un instant, l’adolescente pensa que la Chevalier restait bien vague sur ses capacités de «Maître des illusions», mais c’était parce qu’une démonstration les attendait. Remarquant que son père se retournait pour regarder derrière lui, la jeune fille fit de même, et hoqueta en échappant sa fourchette bruyamment dans son assiette. Elle aurait pu crier, si la vision d’horreur avait duré plus longtemps, mais en un battement de paupière, le dragon était parti.

Ishobel fixa encore le vide quelques instants, jusqu’à ce que son attention soit rapporté vers Adelyn qui… n’était plus du tout Adelyn. Bouche bée, la lycane fixa l’étrangère en face d’elle, songeant avec un petit pincement au cœur que son propre pouvoir sur la kératine n’arrivait pas au quart à la transformer aussi bien que le faisait la Fée., devenue une phérixianne à la peau d’ébene. Une lumière apparu alors, obligeant la gamine à fermer les yeux, et la magnifique fée blonde était revenue normale lorsqu’elle les rouvrit.

-Wow… souffla Ishobel, si faiblement qu’elle n’était pas certaine qu’on l’aie entendu. Et tout cela en combine de temps? Dire qu’il lui fallait au moins quinze minutes de concentration intense juste pour imiter le frisotis d’Ailis!

La conversation poursuivit sur les armes et connaissances écrites du Royaume, et donc des possibles variétés d’entraînement qu’Ishobel, puis Zackeriel sorti un cadeau de sa poche, attirant des yeux ronds d’étonnement de sa fille, qui n’avait pas vraiment l’habitude d’être… couverte d’aussi jolis présents. La jeune fille s’empourpra en découvrant la finesse des bijoux, songeant que ça devait avoir coûté les yeux de la tête et que c’était fichtrement bien payé d’être fleuriste! Toutefois, son père lui appris qu’il les avait faites, agrandissant encore le regard surpris de la lycane.

-Vraiment? bredouilla-t-elle d’une petite voix. Peut-être que bijoutier aurait été plus payant que fleuriste, avec ce talent. M-m-merci P’pa! ajouta-t-elle, hésitante, ayant rarement eut à réagir à ce genre de cadeau, elle n’était pas trop certaine de l’attitude à adopter.

Ishobel posa délicatement la boîte sur la table, craignant d’abimer ce qui était, à ses yeux naïfs de gamine, plus précieux que tous les bijoux de princesses que pouvait contenir ce fichu château. Puis, elle prit son paternel, dans ses bras, prolongeant volontairement l’étreinte pour camoufler le temps que dura le message télépathique de son père. Sans trop savoir pourquoi, l’adolescente ne voulait pas vraiment partager cela avec Adelyn, même si ça ne représentait rien de si intime. Une chambre à Magnolia, pour elle. Son cœur se serra, elle n’avait plus eu de chambre pour elle depuis qu’elle avait quitté le bordel d’Aïcha, et ce n’était pas, à proprement dit, une chambre idéale pour une jeune fille comme elle.

***[Zackeriel] Merci papa, vraiment, pour ça et pour les boucles d’oreilles, ça me touche comme tu ne peux pas savoir. Je m’en souviendrai, pour Magnolia. Promis.***

Adelyn rassura ensuite Zackeriel en sous-entendant que le devoir ne les appellerait que demain, et qu’il pouvait profiter de leur présence autant qu’il le voudrait en ce jour, ce qui emballa le cœur de la nouvelle écuyère. Pourraient-ils vraiment passer toute la journée ensemble, tous les trois? Certes, Ishobel jubilait à l’idée de commencer son entraînement et de découvrir davantage son Maître, mais comment savoir dans combien de temps elle reverrait son père? Des semaines, minimum, voire des mois, peut-être plus. La lycane embrassa la joue rugueuse du demi-elfe, grimaça de s’être fait piquer les lèvres, et en était à se demander si elle ne la faisait pas tout bonnement disparaître avec son pouvoir lorsque des cris excités leurs parvinrent à l’autre bout de la grande salle, alors qu’une bagarre de nourriture éclatait sous les rires confus et les exclamations excitée. Oh, évidement… Miya était au centre de la mêlée!

***[Miya]Toujours les mêmes qui s’amusent hein! rigola-t-elle télépathiquement à son amie, lorsqu’elle reçu une œillade sévère de son maître, lui interdisant de se joindre au joyeux carnage. Tout de même… elle n’aurait échangé sa place avec la pardusse pour rien au monde!

Ishobel s’empourpra tout de même, prise en flagrant délit d’une trop grande… gaminerie, alors qu’elle désarmait sa fourchette (dans sa bouche) pendant que l’instant d’avant, elle se préparait à s’en servir comme catapulte. Ayant de toute façon l’impression qu’on devrait la rouler pour la faire sortir de la grande salle si elle continuait à manger, l’écuyère accepta la proposition d’Adelyn de visiter leurs chambres, et puis qu’ils poursuivraient avec l’écurie plus tard.

-Non, ce plan là me va, Maître, ce n’est pas comme si j’avais quelque chose de particulier m’appartenant que j’aurais pu lui montrer. Papa n’est sans doute pas intéressé par un banal dortoir d’élèves, et il a déjà vu ma chambre chez Aïcha, non? expliqua-t-elle de son ton innocent sans réaliser l’horreur de ce qu’elle venait de dire. Et c’est pas mal tout ce que je possède. Alors, ben, on peut y aller, je suis prête. Ho, la bibliothèque, on pourra y aller aussi? C’est joli la bibliothèque, papa, tu aimes bien lire non? Est-ce qu’on va pouvoir regarder les armes aussi, j’ai jamais vu ça une arbalète, ou bien faut attendre qu’il y ait plus d’invités dans le château? se mit-elle à questionner sans arrêt, alors qu’ils marchaient en direction de l’aile de Chevalerie. L’adolescente était on ne peut plus excitée… Plusieurs années la séparait encore du titre de Chevalier, mais elle avait fait tout un pas aujourd’hui, et la compagnie d’Adelyn au cours des années à suivre n’allait peut-être pas être de tout repos, mais elle n’allait certainement pas lui être désagréable, son maître était incroyable!

En s'arrêtant devant la porte, Ishobel eut l'étonnante surprise d'y trouver son... petit chat, étendu de tout son long devant celle-ci, comme s'il savait que c'était la bonne, alors que sa maîtresse n'y était pourtant jamais allée! C'est fou, hein, ce que ça faisait l'instinct félin...

-Oh Maître... je vous présente Milo, mon chat, bredouilla-t-elle, gênée, alors que le tigre s'étirait lentement avec toute sa grâce féline, en ouvrant ses yeux à demi pour remarquer la présence d'Ishobel et l'accueillir d'un rugissement sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)


Messages : 516
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Jeu 3 Nov - 14:44

Il esquissa un sourire en regardant la fée qui était assise non loin de lui. Dans son regard couleur bronze, on pouvait voir une once d’admiration, puisqu’il avait été franchement épaté par la démonstration qu’elle avait effectué de ses pouvoirs. Tout d’abord avait-il sursauté à la sensation de picotement que lui avait procuré le minuscule dragon perché sur son épaule, mais le changement d’apparence d’Adelyn avait été encore plus impressionnant. Elle qui était une sublime jeune femme blonde aux ailes cristallines avait momentanément troqué son look si attrayant pour celui d’une pheryxian aux traits similaires à ceux d’un corbeau. En un claquement doigts, elle avait fait jaillir une lumière aveuglante avant de reprendre son apparence normale. Ishobel avait été plus qu’impressionnée par cette démonstration magique et le semi-elfe était de son avis. Elle possédait un réel talent avec les illusions, ni plus ni moins. Bref, il réalisait maintenant à quel point sa fille était entre de bonnes mains et à quel point elle avait de la chance d’avoir pour maître une femme aussi sexy aussi versatile et bourrée de talents. Il n’y avait aucun doute : son avenir était assuré.

Après une discussion plus qu’intéressante sur les armes et leur manipulation, Zack fut satisfait d’entendre la chevalière lui expliquer que la journée n’était pas destinée à l’entraînement ou au travail de toute sorte. Ils avaient donc la journée devant eux. Elle l’invita à se resservir, ce qui lui soutira un grand rire. « Non, non je vous remercie, je ne peux rien avaler d’autres, je vous assure. » Dit-il en tapotant son ventre trop plein. Il fallait dire que le brigand n’était pas du type « goinfre » et le sentiment qui venait avec l’estomac trop rempli le rebutait. Toujours enchantée par le présent que lui avait offert son paternel, Ishobel profita de ce moment pour se lever et venir porter un baiser sur la joue rugueuse de Zack. À voir l’expression qu’elle effectua, il comprit qu’elle s’était piqué contre sa barbe, ce qui le fit sourire. Ouais, il était dû pour se raser, visiblement.

Puis soudain, de grandes exclamations de joie se firent entendre derrière eux et le semi-elfe se retourna pour voir ce qui se passait. Son bras reposant sur le dossier de sa chaise, il esquissa un sourire en voyant des chevaliers et leurs apprenties entamer une bataille de nourriture. Du coin de l’œil, il vit la petite lycane qui agrippait sa fourchette, ayant visiblement envie de se joindre à la cohue. Un gros morceau de patate y trônait, mais elle se ravisa en notant l’air sévère d’Adelyn, décidant plutôt de porter ledit projectile à sa bouche. Il n’était pas en mesure de décider de quoi que ce soit, mais il trouva dommage que sa fille ne puisse s’amuser comme ces écuyers. Après tout, ce genre d’enfantillages n’étaient-ils pas de son âge? Il se garda toutefois d’émettre le commentaire, n’ayant pas envie de subir le courroux de la belle blonde qui, visiblement, tenait à l’étiquette et aux bonnes manières. En ce sens, elle lui faisait un peu penser à sa belle Capucine.

Adelyn suggéra de faire visiter les quartiers des chevaliers au sholien et l’idée sembla plaire à l’écuyère. Ishobel parla du dortoir des élèves et annonça tout joyeusement que son père avait déjà visité sa chambre dans le bordel d’Aïcha. Cette information fit raidir le guerrier un instant qui tourna la tête vers le maître de sa fille. « Je tiens à ajouter qu’elle voulait me montrer sa chambre et que je suis resté sur le pas de la porte. » Déclara-t-il avec un air qui voulait assurément dire qu’il tenait à clarifier les choses. « Je préfère le préciser, on a déjà mépris mes intentions. » Le regard qu’il échangea avec la jeune femme confirma que la façon dont Ishobel balançait la chose pouvait effectivement porter à confusion. Il n’avait jamais eu d’intentions néfastes à son intention et ce n’était toujours pas le cas. Excitée à l’idée d’effectuer une visite de son environnement, la gamine proposa de passer par la bibliothèque puis par l’armurerie. « Bien sûr que j’aime les livres, ma puce. » Fit-il avec un sourire en coin, les mains dans les poches. En fait, il ne lisait plus tellement, mais il savait que Capucine adorait dévorer les bouquins. Ça lui donnerait peut-être une idée de quelques romans qu’il pourrait se procurer pour elle avant son retour en Shola.

Le semi-elfe suivit donc ses deux compagnes et eut le bonheur de découvrir le grand hall des chevaliers. Devant la somptuosité de l’endroit, il ne put s’empêcher d’émettre un sifflement d’admiration. Et bien! S’il avait su que l’ordre possédait une aile aussi grandiose, il aurait peut-être décidé de faire une réorientation de carrière! Après tout, on lui avait déjà dit qu’il possédait des ressources magiques surprenantes (d’où son autoguérison si efficace qui ne s’essoufflait pas facilement)! Bon après, il ne s’était jamais découvert d’autres talents alors… Ils se dirigèrent ensuite vers un long couloir et marchèrent en papotant. Après de longues minutes, ils arrivèrent enfin en vue des quartiers de l’ordre. Zack reconnut immédiatement Milo, le tigre de sa fille qu’il avait eu l’immense honneur de rencontrer. En fait, la première fois qu’il était tombé nez à nez avec le félin, il avait pensé faire une crise cardiaque. Heureusement, sa fille était rapidement intervenue et maintenant, le gros chat tolérait sa présence… bien qu’il ne semblait pas l’apprécier davantage.

Ishobel présenta le félin d’un air gêné et l’ancien brigand ne put s’empêcher de glousser.

- Tu n’as pas cru bon de mentionner l’existence de Milo à ton maître? Demanda-t-il avec une pointe d’amusement. Puis, il tourna son regard de bronze vers le tigre. Salut Milo. Le félin le toisa de son regard aux yeux mi-clos et Zack haussa les épaules. J’espère que vous n’êtes pas intolérante aux poils de chat, Adelyn. Ce bestiau suit ma fille comme son ombre. Il sera dur de se débarrasser de lui. Ne me demandez pas où elle est allée le pêcher, celui-là, je n’en ai aucune idée.

La gamine n’eut qu’à prononcer quelques mots pour que l’immense tigre s’étire en bâillant langoureusement, puis se relève pour marcher d’un pas gracieux en sa direction. Il contourna l’adolescente et vint glisser son immense tête sous sa main fragile, ronronnant comme un fou.

- Bon, moi quand j’étais gamin, je préférais la présence d’un chien, mais visiblement, les cabots ne sont pas assez impressionnants pour ma fille, dit-il avec un sourire amusé en taquinant sa progéniture.

D’ailleurs, une pensée traversa son esprit : il avait de bons souvenirs de « Topaze », le corniaud de ses parents (un vieux basset que son père traînait pour la chasse)… Capucine accepterait-elle, un jour, qu’un cabot fasse son entrée en Magnolia? Il en doutait profondément, puisqu’il y avait toujours ce risque qu’il creuse des trous parmi les précieuses fleurs de la magicienne. Et puis, il avait un doute quant à la compatibilité avec Saros.

Adelyn passa devant et les invita à entrer. Zack se glissa sous le seuil de la porte en dernier et resta près de la sortie, laissant sa fille s’exclamer de joie devant la somptuosité de ses nouveaux quartiers. En fait, cela lui prit un moment pour réaliser qu’il se tenait dans la chambre de la fée.

- De ce que je comprends, il est de coutume, chez les chevaliers, de partager leur chambre avec leur apprenti, c’est ça? Demanda-t-il à la noble guerrière. Et j’en déduis donc qu’il s’agit de vos quartiers personnels. C’est que vous avez énormément de goût! Autant pour votre tenue que pour la décoration. Un compliment glissé? Totalement. On reconnaît bien la délicatesse d’une femme par la somptuosité de sa chambre à coucher. Ce n’est pas un proverbe? Non? Oh bah faut croire que je viens juste de l’inventer.

Milo s’avança dans la chambre et grimpa instinctivement sur le lit destiné à l’écuyère, se roulant sur le dos pour montrer son flanc. Le tigre se foutait bien de l’approbation ou non de la fée : il avait adopté l’endroit, un point c’est tout.

- Tes nouveaux quartiers te plaisent, Isho? J’imagine que ça doit être franchement différent du dortoir où tu vivais. Moins bruyant et plus intime également. Il faut dire que je n’ai que très peu fréquenté les dortoirs dans mon existence. Tout un changement de vie, quand même!

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelyn
Sous-Chef de l'Ordre


Messages : 84
Date d'inscription : 17/03/2016

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Race: Fée
Âme soeur:

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Mer 23 Nov - 19:01

Sans avoir fréquenté les lieux, Adelyn n’était pas sans connaître la réputation du bordel de Dame Aïcha. C’est pourquoi elle haussa les sourcils lorsque son apprentie mentionna que le charmant Zackeriel avait visité sa chambre. Heureusement que la fée fit rapidement le lien père-fille et ne s’imagina donc pas de scénario tordu. N’empêche qu’elle ne cacha pas son sourire en coin en voyant le « fleuriste » essayer de reprendre le discours de sa progéniture, afin de ne pas donner de mauvaise idée à quiconque. Elle pouvait facilement voir en quoi la chose portait à confusion… Ce qui la poussa à noter mentalement qu’elle devrait surveiller la façon qu’Ishobel s’exprimait en public. Après tout, en tant que chevalier, elle sera appelée à intervenir dans des situations complexes nécessitant beaucoup de doigté et un seul commentaire mal placé pourrait faire exploser une négociation en temps de crise.

Le trio se leva, toujours à l’écoute des propositions de la plus jeune d’entre eux. C’était qu’elle ne manquait pas de curiosité, la petite! « Il n’y a aucun problème pour la bibliothèque, très chère. Nous pourrons aller y faire un tour entre la visite de nos appartements et celle de l’écurie. Pour ce qui est de l’armoirie, gardons ça pour un autre jour, d’accord? Comme ça, nous auront amplement le temps de regarder toutes les armes qui attirent ton attention et je pourrai te montrer comment t’en servir. » En réalité, se questionnant sur la nationalité du semi-elfe, la chevalière ne désirait pas trop lui faire découvrir les armes qui étaient à la disposition des forces alombriennes. Il semblait bien séduisant sympathique, mais les apparences sont parfois trompeuses.

La suite du trajet jusqu’à la chambre des membres de l’Ordre se continua sous la pluie de questions de la demi-lycane, qui trouvait toujours une nouvelle chose à demander. Il faut dire que c’est un trait qui plaisait énormément à son maître, celle-ci le voyant comme étant un signe d’intelligence. L’adolescente irait loin dans la vie si elle continuait de poser des questions, surtout si elle apprenait à bien les choisir.

Cependant, la fée s’arrêta net à la vue d’un tigre devant sa porte. Elle avait oublié, l’espace d’un instant, que sa protégée venait avec un animal de compagnie. C’était bien parce qu’elle était distraite par un sex-symbol ambulant qu’elle n’avait pas tenu compte de cet élément. Par la suite, si Ishobel sembla un peu gênée de voir que son animal de compagnie avait trouvé son chemin par on ne sait quel moyen, Zackeriel fut plutôt du genre à rire devant la « surprise » de la jeune femme blonde. Cette dernière afficha un air amusé, bien qu’elle n’était pas des plus ravie à l’intérieur.

- Dommage… répondit-elle à l’autre adulte, qui disait ne pas savoir à quel endroit sa fille avait trouvé une telle bête. J’aurais bien aimé le savoir! Je dois avouer avoir une préférence pour les loups… Canins… Chiens, bref… Alors là, Lyn n’était toujours pas pour expliquer à ses compagnons qu’elle avait eu une liaison de plusieurs années avec un lycan. C’était un peu trop personnel, surtout pour une première rencontre.Bon, alors voici quelques règles : Premièrement, Milo ne doit pas aller sur mon lit. Il est libre d’aller sur le tien, si telle est son habitude. C’est à toi de voir. Tant que mes choses ne se font pas briser, je ne m’opposerai pas à sa présence dans la chambre. Deuxièmement, il doit t’obéir au doigt et à l’œil, quitte à prendre du temps supplémentaire dans ton horaire afin de le dresser. Je ne peux pas me permettre d’amener un animal désobéissant en mission, tu comprends? Il me paraît bien calme, mais tu devras t’assurer qu’il réagira bien en situation de stress. Sinon, il restera ici, point à la ligne.

Elle attendit que son écuyère acquiesce à ses demandes avant de lui sourire, puis d’inviter la petite famille à entrer dans sa chambre. Ledit sourire ne fit que s’agrandir en constatant que l’adolescente adorait la décoration de la pièce. Il faut dire que la fée y avait mis beaucoup d’efforts et, considérant la fortune de sa famille d’origine noble, en plus de son salaire de guerrière officielle du royaume, elle avait eu amplement de fonds pour décorer à son goût. C’est pourquoi les deux lits avaient des draps de cotons de la plus haute qualité, puis que leur base était en bois de cerisier. Celui de la maîtresse des lieux était un lit baldaquin, avec des voiles bourgognes semi-transparents. Adelyn avait également une vanité, où elle se préparait le matin, ainsi qu’un grande garde-robe. De plus, il y avait une petite commode pour accueillir les possession d’Ishobel. Il y avait même un coin avec un deux fauteuils et une petite table, pour la lecture ou pour prendre le thé. Enfin, un tapis couleur vin avec des fioritures dorées recouvrait la pierre sur le sol.

Voilà que le semi-elfe se mettait à complimenter la chevalière, au plus grand plaisir de celle-ci. Elle adorait qu’on reconnaisse ses talents de décoratrice, voire son goût vestimentaire ou toute autre qualité qu’elle possédait. C’était d’autant plus apprécié quand ça venait d’une personne aussi charmante.

- Je vous remercie. Et vous avez entièrement raison, votre fille partagera mes quartiers pour les années à venir. À cela, elle tourna son attention en direction de sa protégée. Elle la laissa répondre à son paternel avant de s’adresser à elle. J’espère que la chambre vous convient, à toi et Milo. S’il y a quelque chose que tu aimerais avoir, n’hésite pas à m’en faire part et je verrai ce que je peux faire. C’est important pour moi que tu sois confortable ici et que ça devienne ton refuge du monde extérieur. Allez, mes amis, prenez place. fit-elle en montrant les fauteuils. Pour sa part, elle s’assit sur son propre lit. [b]Vous m’excuserez, Zackeriel chéri, vous risquez de me trouver fort ennuyeuse pour les minutes à venir… mais il est important pour moi de discuter avec votre fille. En fait, ma jolie Ishibel, je veux simplement t’expliquer à quoi ressemblerons notre routine. J’ai pour habitude de me purifier au lever du soleil, car je procède ensuite à un entraînement physique matinal. Par après, j’occupe mes après-midis soit à lire à la bibliothèque, soit à entraîner mes illusions. Cela consiste parfois à déambuler en ville, question d’observer les gens, noter les odeurs et ainsi de suite. La soirée sert habituellement à la détente ou à la méditation. Évidemment, tout cela est sujet au changement, notamment lorsqu’on m’attribue une mission. Enfin, pour ce qui est de mon style d’enseignement… Je veux essayer de te pousser à réfléchir et t’impliquer le plus possible dans les décisions qui te concernent. Je me réserve cependant la décision finale, car je suis ton maître, après tout. Je t’encourage à poser toutes les questions qui te traversent l’esprit, si le moment est opportun… Comme maintenant, par exemple. Si tu veux savoir quelque chose sur le type d’entraînement que nous ferons ou peu importe, vas-y. Je t’écoute.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishobel
Écuyer


Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2016

Feuille de personnage
Âge: 14 ans (fév.)
Race: Lycan - Elfe - Humaine
Âme soeur: Miya

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Mar 6 Déc - 20:00

Ishobel leva les yeux vers le plafond, soupirant. Comme si elle avait eut le temps de parler de Milo à Adelyn! Bien sûr que non, elles venaient à peine de se rencontrer! Mais bon, disons que la présence du gros chat était difficile à rater, si bien que la plupart des habitants du château en avaient conscience, ou au moins ceux de l’aile de chevalerie, la bête étant plutôt envahissante. Zackeriel commenta le manque d’intérêt de sa fille pour les cabots, ce qui lui attira un autre regard exaspéré de sa demie-lycane d’adolescente, qui aurait bien évité cette petite moquerie gratuite. Bien sûr, qu’elle avait du mal avec les chiens, ayant eut toute la misère du monde à se faire à sa situation raciale… D’ailleurs, le commentaire de son maître vint empirer la situation. Avait-elle oublié de préciser qu’elle était à moitié louve?

D’un simplement murmure de son nom, le tigre vint à la rencontre de son maître, libérant la porte qu’il bloquait jusqu’alors, et le trio put finalement entrer dans la chambre qui abriterait l’écuyère et la Chevalier pour les prochaines années. Adelyn avait bien entendu ses règles concernant le gros chat, mais rien d’inattendu, en sommes, Ishobel s’était attendu à beaucoup plus de réticences, et elle était donc assez soulagée. Dès qu’il mis ses grosses pattes dans la pièce, la demie-lycan s’empressa de lui indiquer le bon côté de la chambre, celui contenant son lit, visiblement. Plutôt intelligent, Milo avait toujours sus où étaient les limites de la demeure de sa maîtresse.

Cette distraction passée, Ishobel pris finalement conscience de son environnement, plutôt bien décoré et riche, bien qu’on lui avait dit que les quartiers de Chevalerie n’étaient pas plus somptueux que les dortoirs : c’était faux! Les Chevaliers avaient des salaires, eux! Et ça paraissait. Enchantée, l’adolescente s’occupa de fouiner dans les tiroirs vides de ce qui serait sa commode, notant avec un peu de gêne qu’elle avait beaucoup trop d’espace pour le peu d’effets qu’elle possédait… En fait, tout ce qu’elle avait à elle, c’était Milo. C’est ainsi qu’elle manqua superbement les compliments de son père à son maître, heureusement, car elle en aurait eu bien honte! Jeune comme elle était, ce genre de remarques lui passait souvent six pieds au dessus de la tête, trop naïve encore, mais elle savait reconnaître un homme qui draguait!

-Merci maître… s’empourpra l’adolescente en posant sa nouvelle paire de boucles d’oreille, seul bijoux en sa possession, dans le premier tiroir de son meuble. Mais tout me semble bien parfait, je ne peux voir ce dont j’aurais besoin de plus, il me semble y avoir tout ce qu’il me faut.

Enfin, elle n’était surtout pas habituée à demander et recevoir. À la demande d’Adelyn, Zackeriel et Ishobel prirent place sur les fauteuils. L’adolescente jeta un regard réprobateur à son père, style «tu l’as vraiment cherché», lorsque son maître l’appela «chéri», mais ne releva pas, bien qu’il lui démange bien de s’informer tout bonnement de la santé de Capucine en cet instant. Puis, la Chevalier enchaîna sur leur future routine, puis lui parla de son style d’enseignement et lui demanda de toujours poser ses questions sans gêne.

-Eh bien, ce que j’aimerais d’abord savoir, c’est où sera ma place dans cette routine, je me vois moyennement m’entraîner en plein village, disons que ma transformation lycane a plutôt tendance à être catastrophique, même si j’ai eu un peu d’aide d’un des gardes du château… Alors même si mes deux autres pouvoirs sont plutôt passifs, quand aurons-nous la chance d’exercer cela? C’est ma plus grande faiblesse, en vérité.

[ J’essaie de fermer des rps en ce moment, car je suis trop débordée et j'ai du mal à écrire ces derniers temps, donc si possible prendre en compte dans vos réponses que c’est mon dernier poste… si vous êtes capable de boucler ce tour ci Razz Au pire j’en ferai un dernier. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackeriel
Guerrier(ère)


Messages : 516
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de personnage
Âge: 31 ans
Race: Humain / Elfe
Âme soeur:

MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   Mar 13 Déc - 14:34

Il esquissa un sourire amusé en voyant que ses paroles avaient atteint leur cible : visiblement, Adelyn était sensible à la flatterie et ça l’amusait. Les mains dans les poches, il s’adossa au cadrage de la porte et observa la chevalière qui était en pleine discussion avec Ishobel relativement au confort de la chambre. Il appréciait que la fée désire plus que tout s’assurer que sa fille se sente comme chez elle. C’était signe que la semi-lycane lui tenait réellement à cœur. Adelyn invita le père et la fille à s’installer sur des fauteuils pendant qu’elle-même s’assoyait sur son lit, mais le semi-elfe déclina l’offre. Il avait envie de rester un peu debout et, ainsi, mettait un peu de distance entre les deux représentantes de l’ordre et lui. Pourquoi? Simplement par souci de leur laisser un peu d’intimité. Elles avaient besoin de discuter et il le comprenait totalement. D’ailleurs, la maîtresse des lieux s’excusa pour la tournure que prenait la conversation et l’ancien brigand se contenta d’incliner la tête en lui faisant signe de poursuivre. « Ne vous occupez pas de moi, je comprends totalement. » Après tout, il était un peu un intrus en ce moment, puisque non seulement il n’avait rien à voir avec cet ordre, mais en plus, il était un sholien jusqu’au bout des ongles.

Les mains dans les poches, le guerrier elfique se promena dans la chambre, observant ce qui s’étalait devant lui pendant que la fée relatait une routine typique à son écuyère. Zack jeta un regard en coin à sa fille et haussa les sourcils en remarquant que cette dernière lui envoyait un regard noir. Qu’avait-il fait? Il voulut s’enquérir de la raison pour laquelle elle l’observait de façon si réprobatrice, mais n’eut pas le temps d’agir que déjà, elle engageait la conversation avec son nouveau maître. Elle répondit simplement à sa question et fit part de ses craintes quant à ses pouvoirs. Zack, pour sa part, continua son observation de l’endroit, puis vint finalement s’installer dans le fauteuil aux côtés de sa fille. Ne désirant pas interrompre une conversation qui semblait être fort importante pour leur bonne cohabitation. Il se contenta donc de rester là, bien installé confortablement, sa cheville gauche reposant sur sa jambe droite pliée. Parfois, son regard était porté vers Milo qui ronronnait sa vie à l’instar d’un chat de maison, à d’autres moments, il observa les autres détails de la pièce.

La conversation dura un moment. Jusqu’à ce qu’Adelyn déclare vouloir leur faire visiter la bibliothèque, au plus grand bonheur d’Ishobel. Zack esquissa un sourire en coin puis se leva sans la moindre hésitation, heureux de pouvoir se dégourdir un peu. La suite de la journée devait se dérouler comme suit : ils iraient voir la bibliothèque, ensuite ils visiteraient les écuries pour attribuer une monture à l’adolescente et, finalement, assisteraient à un entraînement typique de chevaliers. La journée toucherait à sa fin à ce moment-là, ce qui impliquait que l’ancien brigand irait en quête d’une auberge pour la nuit. Il en profiterait le lendemain pour partir à la recherche d’un objet qui lui tenait particulièrement à cœur, puis reviendrait en Magnolia. Le guerrier posa une main sur l’épaule de sa fille, lui décocha un clin d’œil et la laissa passer devant, afin qu’elle puisse faire office de guide.

Ainsi, le reste de la journée se déroula comme un charme, permettant au fils du duc de Shola de pouvoir en apprendre davantage sur sa progéniture ainsi que sur la magnifique chevalière Adelyn. Il était gonflé de fierté et la guerrière le remarquait bien.

Après tout, n’était-ce pas le rêve de tout parent que de voir sa progéniture le surpasser?


[FIN DU RP]

_________________
Thème

Run away with me
Lost souls in revelry
Running wild and running free
Two kids, you and me

Living like we're renegades


[#2e2118]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En route vers l'avenir [PV Ishobel/Zackeriel] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FDJ 2015 : En route vers les sommets ! 1/3
» La route vers la mer [Libre]
» Maison de Nara
» En route vers Sushi Island ! (PV Xam)
» Repons Peyizan en route vers le 14 mai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Émeraude :: Archives :: Archives du nouveau forum :: RPs-
Sauter vers: